Les Crises Les Crises
13.août.202213.8.2022 // Les Crises

Rien ne justifie une alliance stratégique américaine au Moyen-Orient

Merci 83
J'envoie

Rien ne plaide en faveur de l’adoption par Washington de nouveaux engagements en matière de sécurité et de la prise en charge de coûts supplémentaires pour le compte de l’Arabie saoudite et d’Israël.

Source : Responsible Statecraft, Paul R. Pillar
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le président Joe Biden (Shutterstock/Trevor Bexon) et Mohammed ben Salman (Département d’État américain)

Il est de plus en plus question que les États-Unis s’engagent plus fortement dans des accords de sécurité anti-Iran aux côtés des États arabes du golfe Persique, dont l’Arabie saoudite d’une part, et d’Israël d’autre part.

Une législation allant dans ce sens a été proposée au Congrès, et l’administration Biden semble vouloir prendre des mesures en la matière. Ce serait une erreur. Une telle démarche ne serait pas justifiée au regard des réalités sécuritaires de la région et de la nature et des antécédents des États régionaux concernés.

Pour être clair, le présent sujet ne concerne pas le genre de dispositif de sécurité collective tel que l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Quelque chose de ce style serait certes utile pour réduire les tensions et limiter les conflits au Moyen-Orient. Mais ce dont on parle ici, c’est d’une alliance de sécurité, opérant au moins dans certains domaines fonctionnels tels que la défense aérienne, ce qui impliquerait que les États-Unis prennent parti dans les rivalités régionales. En d’autres termes, quelque chose qui ressemble plus à l’OTAN qu’à l’OSCE.

Pour justifier la participation des États-Unis à une telle alliance — avec tous les engagements et les risques qui l’accompagnent — il faut au moins deux conditions de base. La première est qu’il y ait une véritable menace militaire de la part de la puissance hostile contre laquelle l’alliance est dirigée, menace qui ne peut être contrée sans une aide significative des États-Unis. L’autre est que la partie régionale aidée ait des intérêts et des valeurs qui soient bien plus conformes à ceux des États-Unis que ceux de la partie adverse, de sorte qu’il soit clairement dans l’intérêt des États-Unis que la première partie l’emporte.

Lorsque l’OTAN a été créée en 1949, ces conditions étaient remplies (malgré tous les débats légitimes qui ont eu lieu par la suite, après la Guerre froide, sur les rôles et l’adhésion à l’OTAN). Les forces militaires de l’Union soviétique, qui avaient démontré leur puissance en repoussant l’Allemagne nazie lors de la Seconde Guerre mondiale, avaient envahi l’Europe de l’Est et étaient suffisamment puissantes pour pousser plus loin vers l’Ouest. Et la survie de la démocratie libérale en Europe occidentale était incontestablement beaucoup plus conforme aux intérêts et aux valeurs des États-Unis que si l’ensemble du continent était tombé sous la domination d’une dictature stalinienne.

On ne rencontre aucune de ces conditions au Moyen-Orient. En ce qui concerne la première condition, à savoir l’existence d’une véritable menace militaire, l’auteur supposé de la menace, l’Iran, n’est pas l’URSS et n’est même pas près de l’être. Il s’agit d’une puissance de taille moyenne dont l’armée a été affaiblie par des décennies de sanctions. Son armée de l’air compte principalement des équipements qui seraient plus à leur place dans un musée que sur une piste d’envol et qui ne feraient pas le poids face à l’armée de l’air des Émirats arabes unis, par exemple. En fait, l’État le plus puissant du Moyen-Orient sur le plan militaire n’est pas l’Iran mais Israël, même si on ne prend en compte que les forces conventionnelles et non les armes nucléaires.

Quant à l’autre condition, celle concernant les intérêts et les valeurs de chaque partie et ce qu’ils signifient pour les États-Unis, elle ne prévaut pas non plus au Moyen-Orient. Plusieurs critères spécifiques peuvent être pris en compte dans ce type d’évaluation. Voici les plus pertinents, appliqués à l’Iran et aux États auxquels le président Biden rend visite et qui sont présentés comme des partenaires sur le terrain de la sécurité : l’Arabie saoudite et Israël.

La non-agression. L’une des considérations importantes dans l’établissement de tout accord de sécurité est certainement de savoir quels États ont ou n’ont pas l’habitude d’utiliser leurs forces militaires de manière agressive contre des États étrangers. Cette considération est devenue d’autant plus importante dans le contexte de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, où l’aide aux Ukrainiens est justifiée de manière très convaincante par le respect du principe de non-agression. Ces dernières années, le plus grand exemple d’agression interétatique au Moyen-Orient est la guerre aérienne saoudienne contre le Yémen, qui a été le principal facteur contribuant à plonger ce pays dans une catastrophe humanitaire.

La deuxième plus grande agression interétatique dans la région au cours de la même période est la guerre aérienne israélienne contre la Syrie et contre des cibles iraniennes en Syrie. Sur une période plus longue, Israël a fait plus que tout autre État du Moyen-Orient, à l’exception peut-être de l’ancien régime de Saddam Hussein en Irak, pour peser de tout son poids militaire sur le plan offensif. Israël a lancé à plusieurs reprises des guerres majeures contre l’Égypte, a envahi à plusieurs reprises le Liban, occupant pendant des années une partie de ce pays, et a organisé des attaques plus limitées contre l’Irak et contre des cibles privilégiées en Syrie. Les opérations militaires offensives israéliennes ont eu de nombreux effets déstabilisants, notamment en favorisant la progression du Hezbollah libanais et en accélérant le programme d’armement nucléaire irakien.

L’Iran n’a rien fait de tel. Sa plus grande implication dans une guerre étrangère, et de loin, a été le conflit de huit ans contre l’Irak, lequel a commencé par une agression non provoquée dirigée par le régime de Saddam Hussein contre l’Iran. L’aide qu’il apporte aux Houthis, le gouvernement de facto de la plupart des Yéménites, fait pâle figure en comparaison de l’intervention militaire saoudienne au Yémen. L’aide de l’Iran à la Syrie a été une assistance à un allié sollicitée par ce dernier dans le cadre de la lutte contre les forces d’opposition qui comprenaient l’État islamique et les groupes dominés par une filiale d’al-Qaïda.

La démocratie. Aucun de ces trois pays ne s’approche d’une démocratie modèle. L’Arabie saoudite est le pays le moins démocratique, puisqu’il s’agit d’une monarchie familiale dans laquelle les élections libres n’existent pas. Le dirigeant de facto actuel, Mohammed ben Salman, s’efforce d’éliminer tous les freins et contrepoids qui existaient au sein de la famille et rapproche l’Arabie saoudite du règne d’un seul homme.

Les écarts de l’Iran par rapport à la démocratie concernent principalement la disqualification arbitraire, par le Conseil des gardiens non élu, des candidats aux fonctions publiques. Malgré cela et d’autres défauts majeurs, l’Iran a au moins connu, contrairement à l’Arabie saoudite, des élections présidentielles et législatives qui ont réellement compté.

Israël utilise des procédures démocratiques au sein de la partie dominante de sa population mais ne les applique pas aux 5,3 millions de résidents palestiniens des territoires qu’Israël gouverne et considère selon son bon vouloir comme une partie intégrante d’Israël. Ces résidents n’ont aucun droit politique, y compris le droit de voter pour ou contre le gouvernement qui dirige leur patrie.

Liberté religieuse. Il n’y a pas de liberté religieuse en Arabie saoudite, où la pratique libre de toute religion autre que l’islam est interdite. Tant l’Iran qu’Israël autorisent les pratiques des minorités religieuses, mais tous deux réservent une position privilégiée pour la religion d’État dominante : l’islam chiite en Iran et le judaïsme orthodoxe en Israël. Israël a inscrit dans sa législation la doctrine selon laquelle « le droit d’exercer l’autodétermination nationale » en Israël est « réservé au peuple juif.» Le pouvoir du rabbinat orthodoxe se reflète dans des questions telles que le mariage, les mariages interconfessionnels ou civils n’existant pas en Israël.

Autres droits humains. Ces trois États violent les droits humains. En Iran, les infractions les plus flagrantes ont trait à la détention illégale de dissidents ou de personnes innocentes utilisées comme monnaie d’échange lors de conflits internationaux. En Arabie saoudite, la liste des infractions est longue dans le rapport du département d’État sur les droits humains du pays, cela commence par « les exécutions pour des infractions non violentes ; les disparitions forcées ; la torture et les cas de traitements cruels, inhumains ou dégradants de prisonniers et de détenus par des agents du gouvernement ; les conditions de vie difficiles dans les prisons ; les arrestations et détentions arbitraires… » En ce qui concerne Israël, les organisations de défense des droits humains, dont Amnesty International, Human Rights Watch et l’organisation israélienne B’Tselem, ont minutieusement documenté les violations des droits humains associées au système d’apartheid qu’Israël maintient dans les territoires occupés, notamment les détentions illimitées, la démolition de maisons et le recours fréquent à la force létale.

Terrorisme. Ces trois États ont été au moins autant impliqués dans le problème du terrorisme que dans les solutions pour le combattre. L’Iran s’est éloigné de son utilisation plus prolifique des tactiques terroristes, en particulier des assassinats de dissidents à l’étranger, au cours des premières années qui ont suivi sa révolution. Aujourd’hui, la plupart de ses tentatives d’utilisation de ces tactiques sont une réponse directe à l’utilisation de tactiques similaires par Israël. Cette réponse a été largement inefficace au point d’être considérées comme de l’incompétence, au point que cela a conduit au licenciement du chef des services de renseignements des Gardiens de la révolution.

En revanche, Israël dispose d’un appareil bien rodé et largement utilisé pour perpétrer des assassinats à l’étranger. Loin de vouloir faire marche arrière, Israël a récemment multiplié ses assassinats et sabotages clandestins à l’étranger, principalement contre des cibles iraniennes. Sans compter que l’occupation par Israël du territoire palestinien a dopé l’extrémisme violent anti-occidental.

Le terrorisme d’État directement pratiqué par l’Arabie saoudite a pris sa forme la plus évidente avec l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en Turquie en 2018. Mais une influence probablement encore plus grande sur le type de terrorisme qui a le plus affecté les intérêts américains a été la promotion par l’État saoudien de l’idéologie wahhabiste extrémiste qui a inspiré de nombreuses recrues d’al-Qaida et de l’État islamique.

Relations entre grandes puissances. Aucun de ces trois États n’a été d’une aide particulière vis à vis des États-Unis en ce qui concerne les relations avec la Russie et la Chine. L’Iran a tendu la main à la fois à la Russie et à la Chine — ce qui n’est pas surprenant, compte tenu du fait que les sanctions imposées par les États-Unis ont laissé peu d’alternatives à Téhéran. L’Arabie saoudite jouait déjà un jeu de grande puissance non coopérative dans les années 1980 lorsqu’elle a secrètement acheté des missiles balistiques à portée intermédiaire à la Chine. Aujourd’hui, Riyad adopte une ligne de conduite modérée envers la Russie en dépit de l’invasion de l’Ukraine. Israël n’a pas non plus été très coopératif en ce qui concerne la guerre en Ukraine, privilégiant manifestement ses relations avec la Russie — et sa liberté de continuer à lancer des attaques en Syrie sans l’interférence de la Russie — plutôt que de faire preuve de ce sentiment de gratitude qui pourrait sembler légitime vis à vis des États Unis et de leur aide annuelle de 3,8 milliards de dollars.

Le pétrole. Si la production de pétrole ne devrait pas être une considération majeure lorsqu’il s’agit de prendre des engagements en matière de sécurité, elle figure manifestement en bonne place dans l’agenda de Biden concernant ses entretiens avec les Saoudiens et pourrait faire partie de tout accord conclu avec eux. Il est peu probable qu’il obtienne grand-chose de ce côté, quelle que soit son offre, pour des raisons liées à la capacité de production de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Mais alors que les États-Unis tentent de résoudre la quadrature du cercle consistant à limiter les revenus pétroliers de la Russie tout en maintenant le prix de l’essence pour les conducteurs américains, il semblerait qu’ils aient oublié qu’il existe de l’autre côté du golfe Persique un autre pays producteur qui a beaucoup de pétrole à vendre.

L’Iran, dont les exportations de pétrole ont été limitées par les sanctions, possède les quatrièmes plus grandes réserves pétrolières du monde. Les autorités chargées de l’industrie pétrolière iranienne affirment que l’Iran pourrait doubler ses exportations pour aider à répondre à la demande mondiale et pourrait atteindre sa capacité de production maximale dans les deux mois suivant l’assouplissement des sanctions en la matière. Biden pourrait sans aucun doute contribuer à mettre davantage de pétrole non russe sur le marché mondial, contribuant ainsi à faire baisser les prix de l’essence, il lui suffirait de faire en sorte que les États-Unis respectent de nouveau le plan d’action global conjoint, et qu’ils le fassent rapidement, cet accord a limité le programme nucléaire iranien, plutôt qu’en accordant aux Saoudiens des concessions dans le cadre d’un arrangement de sécurité anti-Iran.

***

En résumé, il est complètement inutile que les États-Unis prennent de nouveaux engagements et assument des coûts supplémentaires pour le compte des pays concernés par les rivalités au Moyen-Orient. Une telle stratégie ne consiste pas à défendre des intérêts qui seraient manifestement plus conformes aux intérêts américains que ceux du camp adverse, voire plus conformes tout court. Au contraire, cette attitude est le fruit de l’habitude nationale fermement ancrée, qui remonte aux premiers jours de la révolution iranienne, de considérer que l’Iran est uniquement un ennemi irréductible et permanent, et à l’impact habituel que les choix du gouvernement israélien ont sur la politique américaine.

Tout nouvel engagement des États-Unis en matière de sécurité, tel que celui dont on parle actuellement, risquerait d’entraîner les États-Unis dans des conflits qui trouvent leur origine dans les ambitions et les visées des acteurs régionaux plutôt que dans la recherche de la garantie des intérêts nationaux des États-Unis. De tels engagements encourageraient également ces acteurs à pérenniser les conflits régionaux et les dissuaderaient de rechercher des solutions leur permettant de vivre en paix avec leurs voisins.

Source : Responsible Statecraft, Paul R. Pillar, 05-07-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 13.08.2022 à 09h41

« Et la survie de la démocratie libérale en Europe occidentale était incontestablement beaucoup plus conforme aux intérêts et aux valeurs des États-Unis que si l’ensemble du continent était tombé sous la domination d’une dictature stalinienne. »

Encore une petite couche sur « l’Axe du Mal »…

Même Staline le jour de son plus grand délire n’aurait jamais voulu envahir l’€urope de l’ouest car c’était une décision totalement inutile et stupide.

Certes, l’URSS a envahi les pays directement à sa frontière (dont de nombreux ont allègrement aidé les nazis à envahir l’URSS, ne l’oublions JAMAIS) mais c’était suite à l’agression nazie et uniquement pour mettre un tampon entre l’occident et son territoire.

Et ses successeurs ont continué sur la lancée, les grandes parades militaires étant surtout destinées à montrer aux occidentaux les risques qu’ils prenaient s’il tentaient d’attaquer.

Et contrairement à tout ce qui a pu être dit, l’URSS n’a JAMAIS depuis 1945 participé à une agression en dehors de son territoire et est toujours intervenue à la demande des gouvernements LÉGAUX pour les protéger d’agressions extérieures (et à reculons d’ailleurs).

Souvenez-vous de la guerre de Corée. L’URSS est intervenue quand les USA ont écrasé les populations nord-coréennes sous des tapis de bombes au napalm et leur intervention s’est limitée à rétablir la frontière d’avant le conflit.

Quant au Vietnam (suite à une agression sous faux drapeau d’ailleurs – c’est désormais déclassifié) et l’Afghanistan (salafistes armés par les USA) c’est à la demande des gouvernements légaux que l’URSS est intervenue (à reculons pour une durée bien plus faible que celle récente de l’OTAN).

Et qu’on ne vienne pas nous bassiner avec l’Ukraine… Ce sont bel et bien les USA qui ont commencé les premiers en portant au pouvoir des oligarques qui leur étaient favorables et des milices néonazies qui haïssaient les russes.

Pour la Géorgie, c’est pareil, et dans le cas de l’Arménie, ils sont intervenus pour protéger l’Arménie et rétablir les frontières définies par des accords de 1994 qui n’avaient jamais été respectés par l’Arménie afin d’assurer la paix.

Contrairement aux occidentaux les russes ne souhaitent qu’une chose : Avoir la paix chez eux et dans leur voisinage immédiat. Ils n’ont pas besoin d’aller porter le fer loin de chez eux car il n’y ont aucun intérêt.

Ils ont déjà assez de boulot à s’occuper de leur territoire qui est de loin le plus grand pays de cette planète, surtout quand les occidentaux cupides (et à la langue fourchue) louchent dessus comme si c’était la poule aux œufs d’or.

Les USA n’ont pour seule motivation que le contrôle TOTAL de cette planète afin de satisfaire leur complexe de supériorité.
Et toutes les alliances qu’ils tissent se font toujours au détriment de leurs « alliés » qui ne deviennent que leurs vassaux.

De Gaulle l’avait bien compris et souhaitait se lier d’amitié avec l’URSS (de manière équitable) pour prémunir la France des ambitions anglo-saxonnes.
Ses successeurs (particulièrement ceux se réclamant de son héritage) l’ont trahi…

14 réactions et commentaires

  • James Whitney // 13.08.2022 à 08h35

    Dans le dernier paragraphe : « plutôt que dans la recherche de la garantie des intérêts nationaux des États-Unis. »

    Quels sont les intérêts nationaux des États-Unis ? Pillar a sans doute son idée, mais je pense que c’est peu probable qu’ils correspondent à l’opinion de la plupart des Américains.

    Pareil en France. Les opinions de notre Président de la République correspondent-t-elles plus ou moins bien avec celles des Français ?

      +2

    Alerter
    • James Whitney // 13.08.2022 à 08h51

      Permettez-moi d’ajouter que Pillar écrit beaucoup de choses utiles dans cet article.

        +2

      Alerter
  • RGT // 13.08.2022 à 09h41

    « Et la survie de la démocratie libérale en Europe occidentale était incontestablement beaucoup plus conforme aux intérêts et aux valeurs des États-Unis que si l’ensemble du continent était tombé sous la domination d’une dictature stalinienne. »

    Encore une petite couche sur « l’Axe du Mal »…

    Même Staline le jour de son plus grand délire n’aurait jamais voulu envahir l’€urope de l’ouest car c’était une décision totalement inutile et stupide.

    Certes, l’URSS a envahi les pays directement à sa frontière (dont de nombreux ont allègrement aidé les nazis à envahir l’URSS, ne l’oublions JAMAIS) mais c’était suite à l’agression nazie et uniquement pour mettre un tampon entre l’occident et son territoire.

    Et ses successeurs ont continué sur la lancée, les grandes parades militaires étant surtout destinées à montrer aux occidentaux les risques qu’ils prenaient s’il tentaient d’attaquer.

    Et contrairement à tout ce qui a pu être dit, l’URSS n’a JAMAIS depuis 1945 participé à une agression en dehors de son territoire et est toujours intervenue à la demande des gouvernements LÉGAUX pour les protéger d’agressions extérieures (et à reculons d’ailleurs).

    Souvenez-vous de la guerre de Corée. L’URSS est intervenue quand les USA ont écrasé les populations nord-coréennes sous des tapis de bombes au napalm et leur intervention s’est limitée à rétablir la frontière d’avant le conflit.

    Quant au Vietnam (suite à une agression sous faux drapeau d’ailleurs – c’est désormais déclassifié) et l’Afghanistan (salafistes armés par les USA) c’est à la demande des gouvernements légaux que l’URSS est intervenue (à reculons pour une durée bien plus faible que celle récente de l’OTAN).

    Et qu’on ne vienne pas nous bassiner avec l’Ukraine… Ce sont bel et bien les USA qui ont commencé les premiers en portant au pouvoir des oligarques qui leur étaient favorables et des milices néonazies qui haïssaient les russes.

    Pour la Géorgie, c’est pareil, et dans le cas de l’Arménie, ils sont intervenus pour protéger l’Arménie et rétablir les frontières définies par des accords de 1994 qui n’avaient jamais été respectés par l’Arménie afin d’assurer la paix.

    Contrairement aux occidentaux les russes ne souhaitent qu’une chose : Avoir la paix chez eux et dans leur voisinage immédiat. Ils n’ont pas besoin d’aller porter le fer loin de chez eux car il n’y ont aucun intérêt.

    Ils ont déjà assez de boulot à s’occuper de leur territoire qui est de loin le plus grand pays de cette planète, surtout quand les occidentaux cupides (et à la langue fourchue) louchent dessus comme si c’était la poule aux œufs d’or.

    Les USA n’ont pour seule motivation que le contrôle TOTAL de cette planète afin de satisfaire leur complexe de supériorité.
    Et toutes les alliances qu’ils tissent se font toujours au détriment de leurs « alliés » qui ne deviennent que leurs vassaux.

    De Gaulle l’avait bien compris et souhaitait se lier d’amitié avec l’URSS (de manière équitable) pour prémunir la France des ambitions anglo-saxonnes.
    Ses successeurs (particulièrement ceux se réclamant de son héritage) l’ont trahi…

      +20

    Alerter
    • Lt Briggs // 13.08.2022 à 16h39

      « Et contrairement à tout ce qui a pu être dit, l’URSS n’a JAMAIS depuis 1945 participé à une agression en dehors de son territoire et est toujours intervenue à la demande des gouvernements LÉGAUX »

      Celle-là il faudra l’encadrer. Prague en 1948 et 1968, Budapest en 1956, ça ne vous dit rien ? Des chars ont pourtant été envoyés dans ces capitales pour écraser des révoltes. Les gouvernements de ces pays ont été imposés par la force par l’Armée rouge au cours de sa marche vers Berlin. Qu’il y ait eu des complicités locales pour profiter de la situation et accéder au pouvoir n’enlève rien au caractère dictatorial de ces régimes imposés – et maintenus – par les armes.
      Quand une superpuissance traverse un océan pour attaquer un pays, ça vous révulse, mais quand une superpuissance traverse un col ou une rivière pour attaquer un pays, là ça passe. Aussi détestable soit la politique étrangère américaine, il faut savoir raison garder. Si vous vous focalisez sur les gens et les pays et non sur les méthodes, vous obtenez ceci :
      – à bas les agressions américaines mais vive les agressions russes ;
      – à bas la CIA mais vive le FSB ;
      – à bas Bush Jr mais vive Poutine.

        +7

      Alerter
      • Lt Colombo // 14.08.2022 à 08h32

        @Lt Briggs (rien que le pseudo on a déjà compris …).
        Bon alors, le traitement : lire, lire et … relire :
        – Une histoire populaire de l Amérique d’H. Zinn (historien juif américain. Comme ça toutes les cases sont cochées) ;
        – L’Amérique Empire de N. Mirovic
        – Le Grand échiquier de Z. Briezensky (grand comploteur s’il en est … 😀).
        Allez au boulot

          +3

        Alerter
        • Lt Briggs // 14.08.2022 à 13h03

          @Lt Colombo (j’imagine que la faute d’orthographe est faite exprès…)

          Aucun des livres que vous citez ne justifie l’impérialisme russe. Ou alors vous justifiez une dégueulasserie par une autre. En fait, vous adoptez précisément l’attitude de ceux que vous dénoncez : « Regardez, ils font ça ! », du coup vous trouvez parfaitement justifié de faire pareil. Parce que Kissinger et Brzeziński sont responsables de catastrophes encore visibles aujourd’hui, il faudrait donner un blanc-seing à Poutine ?
          Chacun écrase ceux qui le gênent et dont ils veulent s’emparer des ressources : les Russes autour d’eux et les Américains partout ailleurs. Il y a une différence de moyens mais non de nature.

            +6

          Alerter
          • Pierrot // 17.08.2022 à 18h48

            Qui vous parle de donner un blanc-seing à Poutine ? Il n’est pas question ici d’apporter une justification morale à la guerre, mais d’en comprendre les raisons. Et sauf à ne plus rien y comprendre, on ne peut pas tout mettre dans le même sac.

            Notamment, les conflits diffèrent selon qu’ils visent à s’approprier les ressources d’un pays, à lui imposer son idéologie ou à garantir la sécurité de ses propres frontières.

            La Russie n’est absolument pas dans la même situation aujourd’hui en Ukraine que l’étaient les États-Unis durant la guerre du Viêt-Nam. Et si vous n’y voyez pas une différence de nature, alors on ne peut plus rien pour vous.

            D’ailleurs, le conflit actuel n’est pas le résultat de l’impérialisme russe (si tant est qu’on puisse qualifier de la sorte le comportement géopolitique de la Russie en Ukraine) mais bel et bien celui de l’impérialisme américain qui tient le pays depuis son coup d’État de 2014 et qui, au travers du gouvernement de Kiev, a depuis lors multiplié les menaces et les provocations contre les Russes. Si l’Ukraine n’est pas encore dans l’OTAN, l’OTAN est déjà assurément en Ukraine. Le pays grouille de conseillers militaires américains, auprès desquels Zelensky prétend même avoir appris l’anglais.

            Aujourd’hui ce sont les États-Unis qui mènent les opérations sur le terrain, en utilisant les militaires et les civils ukrainiens comme de la chair à canon sous le feu russe. Biden et ses faucons ne sont donc pas moins responsables que Poutine dans cette « dégueulasserie », et il serait aberrant que vous les oubliiez dans l’équation.

              +1

            Alerter
            • Lt Briggs // 17.08.2022 à 20h29

              « La Russie n’est absolument pas dans la même situation aujourd’hui en Ukraine que l’étaient les États-Unis durant la guerre du Viêt-Nam ».
              Nous sommes d’accord. Je n’ai d’ailleurs jamais mis en parallèle les guerres d’Ukraine et du Vietnam. J’ai par contre comparé l’Afghanistan et le Vietnam dans ma réponse à Yannos. Merci de ne pas mélanger des bouts pris de différents commentaires sous peine d’en détourner le sens.

              « Si l’Ukraine n’est pas encore dans l’OTAN, l’OTAN est déjà assurément en Ukraine. »
              Nous sommes également d’accord, je ne me prive d’ailleurs pas de m’exprimer à ce propos sous les articles qui sont publiés dans Les crises. Mais même en tenant compte de ça, je reste en désaccord total avec les propos de RGT qui se contente de diaboliser l’un et d’encenser l’autre. Relisez son post. Tandis que les États-Unis se sont créés exclusivement par les guerres, l’esclavage et l’apartheid, le territoire russe, qui s’étend sur plus de 17 millions de km2, est donc le fruit de poignées de main, de mariages, de tapes dans le dos… A croire que c’est le souffle du vent qui a peu à peu déplacé les bornes du territoire vers le sud-Caucase, l’Asie centrale, les steppes mongoles, la Mandchourie, etc.

                +2

              Alerter
      • antoniob // 14.08.2022 à 11h30

        > Les gouvernements de ces pays ont été imposés par la force par l’Armée rouge au cours de sa marche vers Berlin. Qu’il y ait eu des complicités locales pour profiter de la situation et accéder au pouvoir n’enlève rien au caractère dictatorial de ces régimes imposés – et maintenus – par les armes.

        les républiques communistes d’Europe furent mises en place grâce aux partis stalinistes locaux. Le marxisme y était présent depuis l’époque bolchévique, s’étant implanté d’abord dans ses régions natales germanophones des empires allemands et autrichiens.

        > Quand une superpuissance traverse un océan pour attaquer un pays, ça vous révulse, mais quand une superpuissance traverse un col ou une rivière pour attaquer un pays, là ça passe.

        Mexique 1848, guerre d’agression, etc, pour annexer les états mexicains du nord.

        —–

        les Etats-Unis sont une « démocratie » qui pratique une politique médiévale dans la formation de son territoire, et qui dans sa grande démocratitude pratique l’esclavagisme, l’apartheid ensuite.
        Une « démocratie » restreinte aux seuls bourgeois blancs protestants mâles pendant longtemps.

          +2

        Alerter
        • Lt Briggs // 14.08.2022 à 13h58

          « Le marxisme y était présent depuis l’époque bolchévique, s’étant implanté d’abord dans ses régions natales germanophones des empires allemands et autrichiens. »
          C’est exact, mais vous tournez autour du pot : ces forces politiques sont-elles parvenues au pouvoir par elles-mêmes ou imposées par une force extérieure ?

          « Mexique 1848, guerre d’agression, etc, pour annexer les états mexicains du nord. »
          Je réagissais au commentaire de RGT qui faisait une distinction absolue entre les Américains (le Mal) et les Russes (le Bien). J’essayais d’en déceler les raisons. Personnellement je me fiche comme d’une guigne qu’une invasion d’un pays indépendant se fasse par air, mer ou terre.

          « les Etats-Unis sont une « démocratie » qui pratique une politique médiévale dans la formation de son territoire, et qui dans sa grande démocratitude pratique l’esclavagisme, l’apartheid ensuite. Une « démocratie » restreinte aux seuls bourgeois blancs protestants mâles pendant longtemps. »
          C’est assez vrai. Si Washington a inventé toutes ces abjections, sa disparition entrainera un monde meilleur. Si les USA ont juste fait ce que tous les autres ont fait avant – et après – eux, qu’aura-t-on gagné ? Troquer un monde où une hyperpuissance régente tout contre un monde où quelques grands blocs sont dominés par des puissances telles que la Russie ou la Chine ne m’enchante guère. Je n’ai pas besoin de Maître ni de Parti unique pour me guider.

            +7

          Alerter
      • yannos // 16.08.2022 à 20h36

        A Prague, l’intervention russe était faite à la demande du gouvernement légal (même si on est bien d’accord que c’était des gouvernements fantoches, je crois bien qu’ils étaient légaux, mais n’étant pas spécialiste il faudrait vérifier.
        de même qu’en Afghanistan, l’intervention calamiteuse de l’URSS était faite à la demande du gouvernement)

          +1

        Alerter
        • Lt Briggs // 16.08.2022 à 22h16

          « …en Afghanistan, l’intervention calamiteuse de l’URSS était faite à la demande du gouvernement »
          En effet. De même qu’au sud-Vietnam, l’intervention calamiteuse des USA s’est faite à la demande du gouvernement de Saïgon. Dans les 2 cas, chacun intervenait pour étendre ou défendre sa sphère d’influence en se fichant bien du sort des populations.

          « A Prague, l’intervention russe était faite à la demande du gouvernement légal  »
          Pour vérifier, il suffit d’aller ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_de_Prague
          Vous y découvrirez les marges de manœuvre dont disposait le personnel politique tchèque à l’époque. Ainsi à propos du plan Marshall en 1947 : « Dans un premier temps, approuvé à l’unanimité par le gouvernement, le plan est finalement rejeté à l’unanimité quelques jours plus tard, sous l’injonction de Staline qui a convoqué Gottwald à Moscou ». Tout est à l’avenant. La prise du pouvoir par les communistes tchèques en février 1948 n’était plus qu’une formalité. Les Américains sont un peu plus fins, ils ne « convoquent » pas à Washington les dirigeants des pays sous leur emprise, ils envoient leurs ambassadeurs, sortes de proconsuls locaux…

            +2

          Alerter
  • J // 14.08.2022 à 08h54

    A propos de liberté religieuse, en Israël il est permis de changer de religion ou de n’en avoir aucune. En Iran, quitter l’Islam est puni de mort.

      +3

    Alerter
  • Alain // 14.08.2022 à 13h13

    Nous ne sommes plus dans la géopolitique du XXème siècle, mais dans un nouveau monde bien plus agressif. Il est en train de se fracturer en deux avec un occident très loin de l’autosuffisance mais se coupant des principaux producteurs de matière première. Il est donc vital pour lui d’avoir de son côté quelques pays pouvant compenser cette faiblesse.

    Pour Israël c’est différent, c’est surtout le jumeau des USA: deux peuples élus par Dieu. Entre jumeau on ne peut qu’être totalement liés

      +4

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications