Les Crises Les Crises
15.août.202215.8.2022 // Les Crises

Quel avenir pour l’Empire américain ? Entretien avec Noam Chomsky

Merci 413
J'envoie

Printemps 2022. CLAMANTIS : Le journal de la MALS : Vol. 1 : No. 12, Article 15.

Au printemps 2013, alors que j’étais étudiant diplômé de la Holy Cross Greek Orthodox School of Theology et de la Harvard Divinity School, j’ai contacté le professeur Noam Chomsky par courriel pour lui demander un entretien. Il a accepté avec plaisir. Le 12 mars 2013, je suis entré dans son bureau au MIT et me suis assis avec lui pendant près d’une heure. Une grande photo du philosophe Bertrand Russell nous dominait et des piles de livres et de papiers nous entouraient. Depuis 2013, le professeur Chomsky et moi sommes restés en contact par courriel, et j’ai pu le voir à de nombreuses reprises dans la région de Boston. Pendant la pandémie de Covid-19, je lui ai tendu la main pour un entretien de suivi et, une fois encore, il a gracieusement accepté. Même à l’aube de ses 90 ans, le professeur Chomsky continue de critiquer vivement la politique étrangère américaine et de s’attaquer aux menaces plus existentielles que sont l’urgence climatique et les armes nucléaires. Ce qui suit est un entretien édité le 19 avril 2021 avec le professeur Chomsky, dans laquelle nous parlons de la Syrie et de la question kurde, de l’impérialisme, de la Chine, du parti des Black Panthers et de la question de savoir si le professeur Chomsky a des regrets.

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

CH : C’est un plaisir et un honneur de vous parler une fois de plus, professeur Chomsky. La dernière fois que je vous ai interrogé, c’était en 2013. Cela fait donc un bon moment et beaucoup de choses se sont passées. Comme vous le savez, j’ai combattu avec les YPG en 2017 contre l’EI dans le nord-est de la Syrie. Aujourd’hui, les États-Unis occupent toujours illégalement le nord-est de la Syrie tout en imposant des sanctions brutales au peuple syrien. Quel est votre point de vue sur la Syrie et la question kurde ?

NC : Eh bien, les États-Unis ont pratiquement abandonné les Kurdes du Rojava après qu’ils ont servi les intérêts des États-Unis. [Ils] avaient fourni essentiellement les forces terrestres pour chasser l’EI et ont subi plus de 10 000 morts. Puis le président Trump leur a simplement dit d’aller se faire voir et les a livrés aux Turcs, leur ennemi le plus acharné, qui ont commencé à s’installer, à les chasser et à les massacrer. Ils tiennent bon pour l’instant.

Les sanctions contre la Syrie sont brutales et destructrices. Les sanctions s’attaquent généralement à la population civile. Elles n’ont aucun effet sur les dirigeants. Elles sont meurtrières et brutales. C’est à cela que ressemblent les sanctions. Les sanctions contre l’Irak, par exemple, ont dévasté le pays. [Elles] n’ont pas fait de mal à Saddam Hussein et à sa coterie. En fait, elles les ont probablement renforcés car la population devait compter sur eux pour survivre. En fait, ils auraient pu être renversés de l’intérieur s’il n’y avait pas eu les sanctions. Eh bien, nous voyons cela à nouveau en Syrie, comme nous le voyons dans d’autres endroits. C’est une situation horrible. Il est difficile de voir quelque chose de bon, presque partout.

CH : En pensant à l’état de l’empire américain aujourd’hui et au mouvement anti-impérialiste, avez-vous une théorie de l’impérialisme ? Que signifie l’impérialisme pour vous aujourd’hui ? L’anti-impérialisme est-il toujours pertinent ?

NC : Ces termes généraux de théorie politique ne sont vraiment pas très utiles. Cela n’a pas de sens d’essayer de les définir. Vous pouvez examiner des cas particuliers et les décrire, déterminer quels sont les facteurs. Le terme que vous décidez d’utiliser pour les décrire n’est pas si important. L’étape actuelle de la domination mondiale américaine comporte de nombreux facteurs, beaucoup. L’un d’eux, concernant la Syrie dans la région du Moyen-Orient, est la seule initiative géostratégique significative qui a été entreprise par l’administration Trump et qui, jusqu’à présent, est poursuivie par Biden. Trump, il ne le savait probablement pas mais celui qui planifiait pour lui, avait l’idée de construire une internationale réactionnaire, des états les plus réactionnaires du monde dirigés depuis Washington.

Au Moyen-Orient, cela inclurait les dictatures familiales du Golfe, Israël, qui s’est déplacé très loin à droite, et toute autre force d’extrême droite qu’ils pourraient trouver. À l’Est, on trouve l’Inde de Modi. Modi est occupé à écraser le Cachemire, à détruire la démocratie laïque indienne. Le candidat évident dans l’hémisphère occidental est le tyran proto-fasciste et destructeur Bolsonaro au Brésil. Orban en Hongrie et quelques autres.

La cible principale est l’Iran, non pas à cause de la cruauté de l’État, qui est en effet très cruel, mais les États-Unis tolèrent la même chose ou pire ailleurs. Mais parce que l’Iran est le seul pays de la région qui ne succombe pas à la puissance américaine et cela ne peut être toléré. Par conséquent, c’est un ennemi qui doit être détruit. Lorsqu’Israël parle de l’Iran comme d’une menace existentielle, et les médias américains s’en font l’écho, cela signifie que l’Iran est un élément dissuasif pour les initiatives d’Israël visant à se déchaîner librement dans la région. L’Iran est un obstacle. En fait, les services de renseignement américains disent la même chose de l’Iran. Ils disent que la menace de l’Iran est dissuasive. Si l’Iran devait développer des armes nucléaires, selon les renseignements américains, elles feraient partie de sa stratégie de dissuasion. Bien sûr, ils ne vont pas les utiliser, auquel cas ils seraient anéantis en trois secondes. Mais ils sont dissuasifs, et les pays qui veulent se déchaîner librement ne veulent pas tolérer la dissuasion. Donc, l’Iran est un ennemi et doit être détruit.

Si l’on regarde le monde, c’est une situation dangereuse. L’administration Biden a mené une politique intérieure plutôt raisonnable, meilleure que ce à quoi je m’attendais, mais en matière de politique étrangère, c’est très dangereux. Ils ont entrepris des actions inutiles et provocatrices là où la diplomatie est de mise en ce qui concerne la Chine et la Russie. Biden a essentiellement poursuivi la politique de Trump en ce qui concerne l’Iran. Des mots plus gentils, mais la politique est la même. Les États-Unis se sont retirés de l’accord conjoint en violation des ordres du Conseil de sécurité, mais c’est à l’Iran d’initier un retour. Biden, suivant Trump, dit que le retour doit se faire vers un nouvel accord, pas l’accord conjoint, mais un accord beaucoup plus dur. Essentiellement, la politique de Trump. Cela conduit à des menaces et des dangers très sérieux, qui pourraient être facilement traités.

Dans d’autres domaines, il y a un problème en mer de Chine méridionale. Sans aucun doute, la Chine entreprend des actions qui sont en violation des décisions des tribunaux internationaux. Elle essaie d’établir dans les mers au large de ses côtes ce que les États-Unis établissent dans le monde entier. Bien sûr, les États-Unis ne veulent pas accepter cela. Ils veulent un contrôle total, pas seulement du Pacifique Est, mais aussi de la mer de Chine méridionale. Donc, il y a un conflit. La réponse à ce conflit n’est pas d’envoyer une armada navale dans la mer de Chine méridionale, mais de s’orienter vers les négociations et la diplomatie pour tenter de résoudre le problème avec les autres pays de la région, qui préfèrent de loin un règlement diplomatique à une guerre qui détruirait tout le monde.

Les actions provocatrices avec la Russie sont similaires. Non pas que la Russie soit irréprochable, mais la réponse ne consiste pas à multiplier les provocations à la frontière russe. Biden a fait quelques bonnes choses. Il a réussi à sauver le nouvel accord START. La Russie avait appelé à des négociations pour résoudre et poursuivre le dernier régime de contrôle des armements. Trump a réussi à détruire tout le reste, mais il en restait une partie, le nouvel accord START, qui limite le nombre de missiles. C’est surtout symbolique, mais important. Biden l’a sauvé littéralement à quelques heures de son expiration. Il devait expirer le 5 février (2021). C’était donc une bonne chose. Mais en politique étrangère, il est difficile de trouver autre chose. Je veux dire, il a éliminé certains des éléments les plus sauvages et brutaux, gratuitement brutaux, des politiques de Trump, comme punir les Palestiniens de Gaza qui survivaient à peine. Selon Trump, il faut les punir en leur retirant le peu de soutien qu’ils ont parce qu’ils ne lui étaient pas assez reconnaissants de les avoir soutenu en sous-main. Ok, Biden s’est détendu sur ce point maintenant. Il a rétabli une partie de l’aide d’avant, donc c’est moins sauvage, moins brutal, mais pas très différent.

CH : En 2015, j’ai eu l’honneur de vous voir, vous et le Dr Mads Gilbert, ensemble au MIT pour parler de la Palestine. Depuis lors, tant de choses ont changé et se sont aggravées pour les Palestiniens. Quel est votre point de vue sur la Palestine aujourd’hui ? La solution à deux États est-elle toujours viable ou devons-nous envisager une autre alternative, comme la solution à un seul État ?

NC : Eh bien, j’ai toujours été en faveur d’une solution à un seul État, mais il ne suffit pas d’être en faveur de cette solution. Il faut qu’elle soit réalisable. Pour l’instant, ce n’est tout simplement pas une option. Israël n’acceptera jamais de disparaître et de devenir une population juive minoritaire dans un État palestinien. C’est aussi simple que cela. S’ils devaient le faire, ils utiliseraient des armes nucléaires pour l’empêcher. Ce n’est tout simplement pas une option. Ce que vous pouvez faire, c’est commencer à avancer vers une sorte d’intégration des sociétés. Mais le problème est qu’Israël ne le veut pas. Israël se consacre à la politique du Grand Israël [Eretz Yisrael Ha-Shlema] qu’il poursuit sans relâche depuis plus de 50 ans. L’idée est de s’emparer en Cisjordanie de tout ce qui a de la valeur et de laisser la population survivre tant bien que mal, si elle le peut. En fait, Israël ne veut pas s’emparer de Naplouse, ne veut pas de concentrations de population palestinienne, veut se débarrasser des Palestiniens, pas les intégrer. Donc, il ne prend pas Naplouse, il ne prend pas Tulkarem. Partout, les Palestiniens se retrouvent dans environ 160 enclaves isolées, entourées de postes de contrôle, coupées de leurs champs, de leurs oliveraies et de leurs pâturages. S’ils peuvent survivre d’une manière ou d’une autre, c’est leur affaire, sinon ils doivent partir.

C’est la politique, et elle n’est pas cachée. Vous pouvez la voir juste devant vos yeux. Les colons israéliens de Ma’ale Adumim, en plein milieu de la Cisjordanie, ne savent même pas qu’ils sont en Palestine. Ils pensent qu’ils sont en Israël. Ils bénéficient de logements subventionnés, de soins de santé, c’est même mieux que de vivre en Israël car leur logement et leur entretien sont subventionnés. Ils prennent les autoroutes pour se rendre à leur travail à Tel Aviv. Ils ne sauraient même pas qu’il y a un Palestinien dans les parages. C’est la politique qui est mise en œuvre. Pendant ce temps, ils font miroiter deux États comme une option, mais un État n’est tout simplement pas une option.

Maintenant, l’espoir des Palestiniens, je pense, se trouve en fait aux États-Unis. Si les États-Unis devaient changer leur politique, même légèrement, cela aurait un effet important et cela pourrait arriver. Ce qui se passe aux États-Unis est intéressant à voir. C’est important. Il y a 10 ou 15 ans, le soutien à Israël était la coqueluche de la communauté libérale. On ne pouvait pas dire du mal d’Israël. On ne pouvait même pas faire de discours à ce sujet. Les réunions étaient interrompues, il fallait une protection policière, ce genre de choses. Tout cela a changé. Les Américains libéraux soutiennent désormais davantage les Palestiniens qu’Israël. Le soutien à Israël s’est déplacé vers l’extrême-droite. Il est implanté dans le Parti républicain, bien sûr, dans la communauté évangélique pour les mauvaises raisons. Beaucoup d’entre elles sont antisémites. Les nationalistes d’extrême-droite, les industries militaires, les industries de la sécurité et ainsi de suite. Eh bien, cela pourrait tôt ou tard conduire à un changement de politique. En fait, s’il y avait des groupes d’activistes sérieux aux États-Unis travaillant sur ce sujet, je pense que ce serait possible.

Ainsi, par exemple, il existe de véritables points faibles que le courant dominant tente de dissimuler. Je vous emmène à nouveau en Iran. Le programme nucléaire iranien est censé être la plus grande menace au monde. Il existe un moyen très simple de l’arrêter. A savoir, instituer une zone sans armes nucléaires au Moyen-Orient. Tout le monde est en faveur de cela. L’Iran est fortement en faveur de cela. Les États arabes y sont favorables. Le sud du monde y est favorable. L’Europe n’a pas d’objection. Le seul obstacle est que les États-Unis ne le permettront pas. Obama a opposé son veto à chaque fois que le sujet a été abordé. La raison est parfaitement évidente. Les États-Unis ne veulent pas que les armes nucléaires d’Israël soient inspectées. En fait, les États-Unis ne reconnaissent même pas officiellement leur existence. Il y a une raison à cela aussi.

Selon la loi américaine, l’aide américaine à Israël est sans doute illégale en raison du développement par Israël d’armes nucléaires en dehors du cadre des accords internationaux. Aucun des partis politiques, aucun d’entre eux ne veut ouvrir cette porte. Les commentateurs traditionnels ne le veulent pas non plus. Mais le peuple américain serait inquiet s’il était au courant de cela, à travers tout le spectre en fait. Beaucoup, disons mes voisins de droite ici en Arizona, n’aimeraient pas l’idée de verser des milliards de dollars à Israël pour dissimuler le fait que l’aide américaine est illégale. Il y a beaucoup de place pour l’activisme à ce sujet. Ce n’est pas le cas. Il y a d’autres choses, mais elles ne sont pas faites. Mais c’est une opportunité. Même une menace légère aux États-Unis de réduire l’aide militaire aurait un grand impact. Cela pourrait remettre à l’ordre du jour une forme de règlement à deux États. Ce n’est pas le cas actuellement, mais ça pourrait l’être. Cela pourrait être un pas vers le type d’interactions, l’érosion des frontières, les interactions commerciales et culturelles, qui pourraient conduire à un Israël-Palestine unitaire, voire à une sorte de fédération. Je pense que ces choses sont toutes concevables.

CH : Pensez-vous qu’il y ait une place pour le Boycott, le Désinvestissement, les Sanctions (BDS) dans la lutte pour la Palestine ?

NC : Il pourrait l’être s’il était dirigé. Le mouvement BDS pourrait être important. Le problème est qu’il est lié à un catéchisme et qu’il ne peut pas penser tactiquement. Il y a un catéchisme transmis à l’origine par Omar Barghouti, il y a trois choses, il faut s’y tenir, on ne peut pas penser à autre chose. Donc, vous ne pouvez pas évoquer ce dont je viens de parler parce que ce n’est pas dans le catéchisme. Maintenant, si vous regardez le catéchisme, une partie a du sens. Le boycott. Il n’y a pas de sanctions, bien sûr, mais un boycott de tout ce qui est lié à l’occupation est une tactique très efficace. Vous pouvez obtenir beaucoup de soutien. C’est une base simple, même en droit international. Un soutien écrasant. Donc, vous vous concentrez là-dessus, et vous arrivez à quelque chose. Dès qu’on parle de demander le retour de tous les réfugiés, c’est fini. Tout le monde sait que ça n’arrivera pas. Deuxièmement, c’est un cadeau pour la droite sioniste. Elle dit « Oh regardez, une bande d’antisémites qui veulent détruire Israël en laissant entrer des hordes de Palestiniens ». Je veux dire que si vous êtes une organisation militante sérieuse, vous ne choisissez pas des tactiques qui sont suicidaires. C’est aussi simple que cela.

Dire le troisième élément du catéchisme, « Nous allons boycotter Israël jusqu’à ce qu’il y ait des droits égaux pour les Palestiniens en Israël », en fait, c’est un bon point. Mais cela détourne immédiatement l’attention des Palestiniens parce que la réaction est prévisible, et nous l’avons vu maintes et maintes fois. Pourquoi pointer du doigt Israël ? Pourquoi pas votre propre pays, qui connaît beaucoup de répression et de violence ? Donc, si vous pointez du doigt Israël, c’est parce que vous êtes antisémite ? Alors, mettons en place des règles bloquant vos activités parce qu’elles sont antisémites. Et ensuite, vous combattez les règles et ainsi de suite. Pendant ce temps, oubliez les Palestiniens. C’est une tactique folle. Je veux dire, vous savez, si vous voulez arriver à quelque chose, vous ajustez vos tactiques, pour qu’elles fonctionnent. Pas pour qu’elles sapent vos efforts.

Donc, je pense que le boycott de tout ce qui est lié à l’occupation est très judicieux. Cette initiative a été lancée dans les années 1990 par Uri Avnery et son organisation Gush Shalom en Israël. Certains l’ont repris. L’Église presbytérienne, une institution majeure aux États-Unis, le suit. C’est logique. Tant que le mouvement BDS fait cela, il est utile. Quand ils vont dans d’autres directions, c’est nuisible. Il détourne l’attention des Palestiniens vers des questions comme la liberté académique, l’hypocrisie ou l’antisémitisme. Cela n’aide en rien les Palestiniens de déplacer l’attention dans ces directions. Des opportunités sont perdues, comme celle que j’ai mentionnée, qui pourrait avoir beaucoup d’attrait.

CH : Au cours des dernières années, nous avons vu les États-Unis intensifier unilatéralement les tensions avec la Chine, plus particulièrement pendant la pandémie. L’ancien président Trump a qualifié le Covid-19 de « virus chinois » et différents médias d’extrême droite, comme Epoch Times, continuent de cracher leur haine alors qu’une nouvelle Guerre froide se profile à l’horizon. Quel est votre point de vue sur la Chine d’aujourd’hui ?

NC : C’est un État répressif et autoritaire. Sur des questions majeures comme le réchauffement climatique, c’est une histoire mitigée. On dit toujours que la Chine est le plus grand pollueur du monde. Ce n’est pas tout à fait exact. En termes de consommation par habitant, qui est la seule mesure pertinente, elle est bien inférieure aux États-Unis. Mais ils construisent davantage de centrales au charbon et ne devraient pas le faire. D’un autre côté, il est très en avance sur le plan international en matière d’énergies renouvelables. Non seulement en termes d’échelle, mais aussi de qualité, et elle augmente. Nous devrions coopérer avec eux sur ce point. Nous devrions coopérer avec eux sur des questions d’intérêt commun. L’une d’entre elles est le réchauffement climatique. C’est une question internationale. Ils ont un bilan mitigé. Nous avons un bilan mitigé. En fait, [nous avons] l’un des pires bilans. Nous pourrions nous associer à eux pour améliorer la situation mondiale.

Il en va de même pour les conflits internationaux. Prenez la question majeure de la répression, qui fait l’objet d’une énorme publicité aux États-Unis. Les camps de rééducation pour un million de Ouïghours. Il s’agit clairement de graves violations des droits humains. Mais pourquoi ne pas être honnête à ce sujet ? Je veux dire, la situation des Ouïghours est-elle pire que la situation à Gaza ? Deux millions de Gazaouis, deux fois plus de personnes confrontées à une destruction virtuelle. Pas d’eau potable, les attaques israéliennes détruisant les stations d’épuration. Ils survivent à peine sous des attaques constantes d’un genre ou d’un autre. La différence entre ce cas et celui des Ouïghours est que nous pouvons faire quelque chose. En fait, nous pouvons y mettre fin. Dans le cas des Ouïghours, nous pouvons nous plaindre. C’est un schéma très cohérent.

J’ai écrit des tonnes de choses à ce sujet. Mon collègue et ami, le regretté Ed Herman, a fait des tonnes de travail là-dessus. Cas après cas de ce que nous appelions la différence entre les victimes dignes et indignes. Les victimes dignes sont les victimes de quelqu’un d’autre, un ennemi contre lequel nous ne pouvons rien faire. Ce sont les victimes dignes. Les victimes indignes sont nos victimes, sur lesquelles nous pouvons tout faire. Ainsi donc, vous criez et vous vous lamentez sur les crimes de l’autre pendant que vous supprimez les vôtres. Combien avez-vous lu sur le fait que nous pourrions mettre fin à la torture de Gaza, deux millions de personnes avec des enfants, si nous le voulions. On ne trouve pas ça dans les journaux. C’est bien mieux d’exprimer votre indignation sur les camps de rééducation en Chine. Alors, quel est le sens de la Chine ? Beaucoup de mal, sérieusement mal. Beaucoup de bien. Prenez la pandémie de Covid. Je veux dire, vous regardez le nombre total de décès en Chine. Ce n’est pas beaucoup plus que le nombre de décès quotidiens aux États-Unis. Je veux dire, ils l’ont contenue. Peut-être 5 000 décès depuis le début, contrairement aux autres pays. Eh bien, c’est important. Nous voulons savoir comment ils ont fait. On ne l’appelle pas « grippe Kung » ou « grippe chinoise ». Vous essayez de travailler de manière constructive avec eux. Non pas que le gouvernement soit charmant, il ne l’est pas. C’est un gouvernement dur et répressif. Ok, vous travaillez avec lui. Essayez d’améliorer les choses.

CH : Je veux poser une question historique ici, étant donné le mouvement actuel pour les vies des noirs. Que pensez-vous de l’héritage historique du Black Panther Party et plus particulièrement de leur adhésion au centralisme démocratique et au marxisme-léninisme ?

NC : Eh bien, les Black Panthers, avec lesquels j’ai travaillé de très près à l’époque, ont eu une histoire mitigée. En fait, il y avait très peu de Black Panthers. Selon le FBI, ils étaient huit cents. Ils étaient une cible majeure. La cible principale de la répression du FBI. En fait, ils ont été anéantis par la répression du FBI et le FBI s’en est pris à [eux]. Comme je l’ai dit, ils étaient mélangés. Certains d’entre eux étaient des organisateurs sérieux travaillant dans la communauté, faisant de très bonnes choses. D’autres membres étaient essentiellement des voyous. Des éléments criminels qui en profitaient. Le FBI ne se souciait pas des éléments criminels. Ils s’en prenaient aux organisateurs, aux bonnes personnes. Parfois, ils les tuaient, comme Fred Hampton, dans un assassinat digne de la Gestapo. Un des organisateurs les plus efficaces des Panthers. Ils étaient tellement attaqués et sous pression qu’il est très difficile de discuter de ce qu’ils auraient pu être. Ils auraient pu être une organisation importante et majeure.

C’est ce qu’on appelle le nationalisme noir dans son ensemble [qui] a fait l’objet d’attaques très sévères dans le cadre des monstruosités de COINTELPRO, la pire répression de l’histoire américaine. Un programme de la police politique nationale visant à éliminer toute critique et toute dissidence. En fait, toute la Nouvelle Gauche, [y compris] le mouvement des femmes, était attaquée. Elle s’est concentrée sur la population noire. Très destructeur [et] démoralisant pour l’ensemble de la communauté noire. Black Lives Matter a eu beaucoup de succès. Ils ont fait le bon type d’activisme et d’organisation. Ils ont un énorme soutien public. Les mouvements populaires comme celui-là n’obtiennent jamais de soutien public. Même avant le meurtre de Floyd, Black Lives Matter avait environ 50 % de soutien public, ce qui est incroyable. Après le meurtre de Floyd, il est passé à environ deux tiers. C’est bien plus que ce que Martin Luther King avait au sommet de sa popularité. Ils font fondamentalement de bonnes choses. Ils pourraient devenir un mouvement à succès. S’ils vont vers un contrôle centralisé, un centralisme démocratique, ils vont devenir un autre mouvement autoritaire. C’est intégré dans la structure.

Des gens comme Rosa Luxemburg, avant son assassinat, condamnaient les Bolcheviks pour avoir pris cette direction. C’était un soutien critique. Elle soutenait ce qu’ils faisaient mais prévenait que ces mouvements léninistes vers la centralisation allaient anéantir la participation démocratique et les éléments porteurs d’espoir dans la lutte révolutionnaire. Je vois que Trotsky avait même condamné Lénine pour cela des années auparavant. En 1905, l’aile gauche du mouvement marxiste, à juste titre, était assez critique vis-à-vis de ces mouvements centralisateurs. Le genre de slogan qu’ils utilisaient était « le parti prendra le contrôle du prolétariat, le comité central prendra le contrôle du parti, et la direction maximale prendra le contrôle du comité central. » C’est ce que nous voyons se produire encore et encore. La révolution bolchevique en est un bon exemple. Je pense que ce ne sont pas les bonnes directions à prendre. La direction à prendre devrait être participative, démocratique, vers la liberté, l’aide mutuelle, le soutien mutuel. Les activités constructives. Il y a beaucoup de place pour cela.

CH : Ma dernière question, et je pense que c’est une bonne façon de conclure, quelle est une chose politique à laquelle vous avez cru fortement et sur laquelle vous avez changé d’avis par la suite ? Avez-vous des regrets ?

NC : Eh bien, j’ai beaucoup de regrets, mais c’est surtout d’avoir attendu trop longtemps pour faire les choses et de ne pas en avoir fait assez. Je veux dire, vous savez, c’est peut-être un mauvais trait de personnalité, mais mes convictions n’ont pas beaucoup changé depuis mon adolescence.

Christopher Helali est un étudiant diplômé du programme MALS avec une concentration en études culturelles au Dartmouth College.

Noam Chomsky est professeur (émérite) au département de linguistique et de philosophie du Massachusetts Institute of Technology, professeur lauréat de linguistique et titulaire de la chaire Agnese Nelms Haury dans le cadre du programme sur l’environnement et la justice sociale de l’Université d’Arizona. Considéré comme le fondateur de la linguistique moderne, les travaux du professeur Chomsky sont largement reconnus comme ayant révolutionné le domaine de la linguistique moderne. En outre, il est l’un des chercheurs les plus cités dans l’histoire moderne, ayant écrit plus de 100 livres. Il a reçu de nombreux prix, dont le prix Kyoto en sciences fondamentales, la médaille Helmholtz et la médaille Ben Franklin en informatique et en sciences cognitives. Le professeur Chomsky reste l’un des militants et intellectuels publics les plus virulents et les plus francs des États-Unis. Critique féroce de la politique étrangère américaine, il a écrit de nombreux ouvrages sur l’impérialisme américain, la politique étrangère et l’anarchisme. Il a notamment publié Manufacturing Consent : The Political Economy of the Mass Media, avec Edward S. Herman (Pantheon, 1988) ; Rogue States : The Rule of Force in World Affairs (South End Press, 2000) ; Understanding Power : The Indispensable Chomsky (The New Press, 2002) ; Hegemony or Survival : America’s Quest for Global Dominance (Metropolitan Books, 2003) ; The Chomsky-Foucault Debate : On Human Nature, avec Michel Foucault (The New Press, 2006) ; On Anarchism (The New Press, 2013) ; Gaza in Crisis : Reflections on the US-Israeli War Against the Palestinians, avec Ilan Pappé (Haymarket Books, 2013) ; On Palestine, avec Ilan Pappé (Haymarket Books, 2015) ; Who Rules the World ? (Metropolitan Books, 2016) ; et On Western Terrorism : From Hiroshima to Drone Warfare, avec Andre Vltchek (Pluto Press, 2017).

Source : Chomsky.info, Christopher Helali, Printemps 2022
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

pingouin rouge // 17.08.2022 à 19h16

je suis toujours surpris de constater qu’il est plus facile de détecter les états répressifs à bonne distance. Pourtant s’occuper prioritairement de son propre état répressif serait je pense profitable à tous, y compris aux états répressifs lointains. Tous ceux qui ont perdu un oeuil, un pied, une main, et tous leurs espoirs en un monde meilleur comprendront que je classe la France de Macron parmi les états répressifs.
Alors laissons les Chinois s’occuper de leur état s’ils le jugent nécessaire, balayons devant notre porte.
Bonne journée Grd-mère Michelle.

10 réactions et commentaires

  • Grd-mère Michelle // 15.08.2022 à 14h47

    Un peu surprise que, à propos de la Chine, « …un État répressif et autoritaire. », N.Chomsky ne fasse aucune allusion (oublie?) au plan de contrôle informatique mis en place pour consolider l’oppression du peuple…(et, accessoirement, pour le garder en bonne santé et donc « productif »).
    Alors que, de toute évidence, les autres « grandes puissances » suivent ce chemin abominable, déshumanisant et répressif des sursauts d’opposition constructive en vue d’une civilisation plus juste, plus équilibrée, plus respectueuse de la diversité, la multiplicité, des humains et de leur biotope.

      +6

    Alerter
    • pingouin rouge // 17.08.2022 à 19h16

      je suis toujours surpris de constater qu’il est plus facile de détecter les états répressifs à bonne distance. Pourtant s’occuper prioritairement de son propre état répressif serait je pense profitable à tous, y compris aux états répressifs lointains. Tous ceux qui ont perdu un oeuil, un pied, une main, et tous leurs espoirs en un monde meilleur comprendront que je classe la France de Macron parmi les états répressifs.
      Alors laissons les Chinois s’occuper de leur état s’ils le jugent nécessaire, balayons devant notre porte.
      Bonne journée Grd-mère Michelle.

        +7

      Alerter
    • Grd-mère Michelle // 17.08.2022 à 22h38

      Tout-à-fait d’accord, pingouin rouge, d’ailleurs je suis soulagée, au vu de ce qui s’est passé en France ces dernières années, de ne pas être française.
      Mais vous m’avez mal lue(ou je me suis mal exprimée?): en tant que « petite belge », je mets la France au rang des « grandes puissances » (nucléaire, par ex…) parmi les autres Nations européennes, et je m’inquiète que nos pays, sur ordre de l’UE qui devait en principe assurer une autonomie co-opérante à l’ensemble de ses membres, prennent le pas de la répression par le contrôle « numérique » permanent.
      Également, si j’achète avec plaisir et enthousiasme vos bons fromages dans le Carrefour de mon quartier, je suis beaucoup plus réticente à consommer chinois, après avoir boycotté, autant que possible, les produits US pendant 50ans!

        +2

      Alerter
  • ouvrierpcf // 15.08.2022 à 16h55

    C’est ce qu’on appelle le nationalisme noir C’est quoi c’est qui le nationalisme noir?
    comment peut on parler de nationalisme noir même blanc ou asiatique ou pire européen ?
    un nationalisme c’est d’abord une nation Un drapeau un territoire , puis une ou des cultures culture une ou des religions et surtout une ou des souverainetés on le voit actuellement c’est quoi la souveraineté européenne ? on a vu ce que cela donne pendant la crise de la Covid !!rien que pour les masques quelle délire!!pour les vaccins ?? les confinements

      +1

    Alerter
  • ouvrierpcf // 15.08.2022 à 16h56

    Des gens comme Rosa Luxemburg,…. a
    .Des gens comme Rosa Luxemburg ?non ou on cite ou on analyse Rosa L ou on analyse les courants de pensées Rosa L était allemande en quoi l’exemple Russe la concernerait ou l’a concernée ? en quoi a telle de loin de près participé aux révolutions russes ? elle a déjà très peu participé en faits concrets aux mouvements ouvriers et surtout paysans allemands
    Trotski était à part entière du mouvement révolutionnaire rassemblé par Lénine C’est Lénine qui rassembla les révolutionnaires et ce sont un ensemble de faits d’évènements qui purent rendre réalisable la Révolution
    Trotski n’était absolument pas marxiste il ne voulait pas par exemple l’appropriation des moyens de production
    on notera que Lénine vit apparaitre un autre mouvement dit lui Marxiste Léniniste
    Pour les soit disant mouvements centralisateurs cela est aussi un peu du au contexte de la guerre mondiale de 1914 1918 Comment analyser la Révolution bolchevique sans voir la guerre mondiale ? et pour le marxisme oui il faut que le seul prolétariat décide de son destin Ce qui est donc la dictature du prolétariat
    nota aucune mention n’est faite sur les soviets Soviet conseil en Russe A chaque usine à chaque ferme générale un conseil un soviet à chaque régiment un soviet à chaque université un soviet Si cela est centralisateur alors ??? qu’est la décentralisation ? dou lURSS !!

      +2

    Alerter
  • JEAN DUCHENE // 16.08.2022 à 08h33

    pardon, mais Rosa Luxembourg était directement concernée par la révolution russe. C’était une militante du courant révolutionnaire internationaliste de la social-démocratie, ce courant qui sera à l’origine du PCA. . L’Allemagne était grosse d’une révolution et il était normal pour des militants révolutionnaires de tirer les leçons de l’expérience russe. D’ailleurs les bolchéviks attendaient et souhaitaient que la révolution allemande vienne à leur secours.
    Dire que Trotsky n’était pas marxiste est de la pure propagande néo stalinienne.
    Les soviets russes ont précisément été analysés et donnés en exemple par Rosa Luxembourg. Mais les circonstances historiques ont fait que les soviets ont perdu peu à peu ce qui faisait leur originalité : la démocratie ouvrière.

      +5

    Alerter
  • RGT // 16.08.2022 à 10h17

    Une solution à un seul État en Palestine…

    Ben voyons, les dirigeants israéliens ne l’accepteraient que si la « divine parole » soit gravée dans la constitution de cet état, instaurant le fait que les palestiniens sont des sous-hommes et qu’ils seront privés de tout droit de vote et civil pour l’éternité.
    Juste des esclaves corvéables à merci pour aller récurer les fosses septiques des « représentants de dieu » sans aucune rémunération.

    De toutes façons, le soutien inconditionnel aux « dirigeants bienfaisants » de cet état « exemplaire » par les USA provient bien des évangélistes US (très puissants dans ce pays) qui souhaitent que les juifs « désinfectent la Terre Promise » des musulmans avant le retour du « messie ».
    Une fois le « messie » revenu, les évangélistes se chargeront de « désinfecter » la terre des « cancrelats » à savoir les juifs, les catholiques, les orthodoxes, les coptes (pour le peu qu’il reste), les maronites ainsi que de toutes les autres religions ou sectes non évangélistes…
    Et je ne vous parle même pas des agnostiques qui sont la pire abomination que cette terre n’ait jamais porté.

    La SEULE cause de massacres de masse est toujours une idéologie (religieuse ou pas) qui permet de « justifier » d’aller exterminer « les pourris d’en face » car ils ne « pensent pas comme il faut » ou qu’ils font partie d’une « race inférieure ».

    Et quand deux idéologies qui n’entrent pas en compétition directe s’allient on obtient alors les pires massacres de masse que cette terre n’ait jamais supporté.

    Elle est belle l’humanité.

      +3

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 17.08.2022 à 16h08

      « Elle est belle, l’humanité. »
      Pourquoi résumez-vous systématiquement l’humanité à des « dirigeants »qui se servent d’idéologies pour soumettre les populations à leurs dictats, ainsi qu’à ceux-celles qui les servent pour « devenir calife à la place du calife », ou qui les « suivent » sans discernement?
      Alors que vous-même comprenez souvent et dénoncez le « nœud » des problèmes, où vous situez-vous?
      Dans une tour d’ivoire? Et que gagnez-vous à décourager vos contemporain-e-s, à leur transmettre votre sentiment d’impuissance?
      Vous n’avez donc aucune compassion pour l’énorme majorité des gens, « les gueux » comme vous les nommez incorrectement, qui subissent et souffrent de cette situation? Ou peut-être ne sortez-vous plus en rue, ne les voyez-vous pas, tous ces hommes et ces femmes courageux-ses qui continuent d’avancer envers et contre tout, se réjouissant désormais d’un rien, d’être ici et maintenant, après cette « crise sanitaire » qui les a fait craindre pour leur vie et celle de leurs amours, ami-e-s et amant-e-s, parents et enfants…
      Attention: à force de baser sa réflexion sur des chiffres, on devient soi-même un numéro… et on en oublie ce qui fait la force de l’humanité: la solidarité.

        +0

      Alerter
    • Candievans // 18.08.2022 à 17h40

      Bijour. Entièrement d’accord avec vous à propos de votre commentaire, j’y ajoute qu’il faut « fabriquer » l’ennemi pour obtenir le consentement du peuple pour pouvoir bombarder son pays et lui apporter la démocratie à l’aide de frappes aériennes massives…

      Juste ce message pour signaler une erreur que je vois souvent, c’est le N explétif. Tel que vous l’utilisez, cette phrase –

      « Et je ne vous parle même pas des agnostiques qui sont la pire abomination que cette terre n’ait jamais porté. »

      – signifie alors que la Terre n’a jamais portée une telle abomination. Le N n’est pas explétif dans votre phrase, il est négatif, et établit du même coup un contre-sens. Beaucoup de gens font cette erreur « en croyant bien écrire et faire du style » ; mais c’est pas ainsi qu’il s’utilise [le N explétif].

      Cette phrase tirée du Bescherelle en ligne montre le N explétif en action : il ne modifie pas le sens positif de la phrase, il ne la transforme pas en proposition négative.

      « Tout ce que je dis là n’empêche pas qu’il n’y ait de jolies choses dans votre livre… »

      Très cordialement, un amoureux de notre belle langue…

        +0

      Alerter
  • Buber // 19.08.2022 à 21h50

    « Even in his early 90s » ne veut pas dire « à l’aube de ses 90 ans », Chomsky a dépassé les 90 ans.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications