Les Crises Les Crises
22.août.202222.8.2022 // Les Crises

Joe Biden au Moyen-Orient : Les États-Unis tentent de maintenir leur puissance impériale

Merci 140
J'envoie

Alors que les États-Unis perdent leur emprise sur le Moyen-Orient, ils encouragent de nouvelles alliances entre Israël et les États arabes afin de préserver leur hégémonie. Ces alliances, qui cherchent à former une « OTAN du Moyen-Orient », pourraient provoquer l’Iran et déclencher un nouveau conflit dans la région.

Source : Jacobin Mag, Majeed Malhas
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le président américain Joe Biden accueilli par le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed Ben Salman (R) au palais royal d’Alsalam à Jeddah, en Arabie saoudite, le 15 juillet 2022. (Cour royale d’Arabie saoudite / Handout / Anadolu Agency via Getty Images)

Les rencontres diplomatiques de Joe Biden en Israël et en Arabie saoudite la semaine dernière ont montré un empire américain qui s’efforce de raffermir son hégémonie dans la région. La tournée du président s’est déroulée à un moment où l’influence économique de la Chine empiète sur le Moyen-Orient et où Vladimir Poutine s’apprêtait à se rendre en Iran dans le cadre d’un voyage à l’étranger rare et de mauvais augure.

Deux jours après l’adoption par le Congrès d’une loi augmentant le budget militaire de 840 milliards de dollars, le président a assisté au sommet de Jeddah sur la sécurité et le développement en Arabie saoudite. Entouré des alliés autoritaires des États-Unis dans la région, Biden a déclaré : « Nous ne nous retirerons pas et ne laisserons pas un vide à combler par la Chine, la Russie ou l’Iran. »

Ce sommet intervient après la rencontre du président avec le Premier ministre israélien Yair Lapid – quelques mois seulement après le meurtre par les Forces de défense israéliennes (FDI) de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh – lors de cette rencontre, les deux hommes ont signé un engagement commun visant à priver l’Iran de l’arme nucléaire. Au cours de sa tournée, Biden a apaisé un autre allié du Moyen-Orient ayant le sang d’un journaliste américain sur les mains, en rencontrant le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman avant le sommet régional.

Les tensions entre l’Arabie saoudite et l’administration Biden se sont accrues après que le président a juré de faire du royaume un « paria » à la suite de l’ordre donné par Ben Salman d’assassiner le journaliste américano-saoudien Jamal Khashoggi. À la suite de la condamnation du président, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) ont refusé la demande de Biden d’augmenter l’approvisionnement en pétrole après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. La vie des journalistes américains ne vaut pas grand-chose, semble-t-il, à côté des profits et du pouvoir que les théocraties despotiques ont à offrir.

Obtenir un nouveau flux de pétrole en provenance d’Arabie saoudite et assurer à Israël le soutien continu des États-Unis figuraient parmi les objectifs explicites de la visite du président au Moyen-Orient, selon son article d’opinion publié dans le Washington Post, why i’m going to saudi arabia. Et il semble que Biden ait réussi. Dans son discours d’ouverture du sommet, le lendemain de sa rencontre avec le président, Ben Salman a déclaré qu’il espérait que l’événement allait « établir une nouvelle ère de coopération conjointe pour approfondir le partenariat stratégique entre nos pays et les États-Unis d’Amérique. »

Le prince héritier a déploré la pression internationale visant à élaborer des « politiques irréalistes de réduction des émissions », affirmant que la recherche de sources d’énergie durables entraînerait une « inflation sans précédent, et que la situation géopolitique » de la région ne peut se permettre un tel changement. Ce commentaire faisait probablement référence à l’Iran, qui a conclu un certain nombre d’accords énergétiques avec le Liban, la Syrie et l’Irak ces dernières années.

Au cours de ce sommet, les gouvernements américain et saoudien ont signé dix-huit accords de partenariat dans les domaines de l’énergie, des communications, de l’espace et des soins de santé, notamment des accords avec les tristement célèbres entreprises de défense Boeing et Raytheon, qui viennent tout juste de réaliser des bénéfices records grâce à la guerre récemment terminée en Afghanistan.

Derrière ces discussions diplomatiques concernant les partenariats économiques et la coopération se cache un militarisme brûlant qui menace de déborder.

Biden a atteint ses objectifs, à savoir ouvrir les vannes du pétrole du Golfe sur le marché libre mondial et protéger les intérêts géopolitiques américains dans la région contre l’envahissement de la Chine. À la suite du sommet, la Maison-Blanche a publié un communiqué annonçant l’engagement de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP+) dirigée par l’Arabie saoudite à « augmenter l’offre au cours des mois de juillet et août ». En outre, l’Arabie saoudite a annoncé qu’elle relierait les réseaux électriques du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à l’Irak, qui dépend fortement de l’électricité fournie par l’Iran, et qu’elle ouvrirait des vols commerciaux à destination et en provenance d’Israël, une mesure sans précédent qui rapproche l’État monarchique d’un accord de paix de type EAU avec l’allié le plus fidèle des États-Unis dans la région.

En fin de compte, le sommet a permis de consolider l’hégémonie américaine dans la région en assurant la stabilité de ses gouvernements autocratiques sous le patronage des États-Unis. Mais derrière ces discussions diplomatiques sur les partenariats économiques et la coopération se cache un militarisme bouillonnant qui menace de déborder au fur et à mesure que ces alliances naissantes tendent les relations avec l’Iran et, par extension, avec la Chine et la Russie.

Le potentiel dangereux d’une OTAN moyen-orientale

Alors que la visite de Biden en Israël et sa participation au sommet dirigé par l’Arabie saoudite ont fait l’objet d’une grande attention de la part des médias, un sommet militaire secret dirigé par les États-Unis, qui s’est tenu en mars en Égypte entre ces mêmes puissances régionales : Israël, Arabie saoudite, Qatar, Égypte, Émirats arabes unis, Bahreïn et Jordanie, est passé sous silence. La réunion concernait une éventuelle mobilisation militaire conjointe contre l’Iran et était supervisée par le général Frank McKenzie, alors à la tête du Commandement central américain.

Cette coopération militaire quasi explicite entre les États arabes et Israël est sans précédent et signifie la polarisation croissante du Moyen-Orient contre l’influence iranienne, une polarisation qui a lieu sous la direction des États-Unis.

L’Iran s’est efforcé de contrarier l’hégémonie des intérêts politico-économiques américains au Moyen-Orient, en offrant à l’Irak, à la Syrie et au Liban des alternatives sécuritaires et énergétiques au Golfe soutenu par les États-Unis. Ces dernières années, cette contestation économique a menacé de déborder sur un conflit armé.

En 2019, des drones ont frappé deux installations de traitement du pétrole en Arabie saoudite. Les attaques ont été revendiquées par les Houthis soutenus par l’Iran au Yémen, contre lesquels le gouvernement saoudien mène une guerre. Cependant, les Nations unies n’ont trouvé aucune preuve concluante que les Houthis ont manœuvré les drones, l’Arabie saoudite accusant l’Iran d’intervenir directement.

Plus récemment, le parti politique libanais allié à l’Iran, le Hezbollah, considéré comme l’un des acteurs non étatiques les plus puissants militairement au monde, a contesté l’extraction par Israël du gaz de la frontière maritime contestée de Karish. En mars 2020, le Hezbollah a envoyé trois drones de fabrication iranienne vers une plate-forme offshore israélienne lors d’une mission de reconnaissance interceptée par les Forces de défense israéliennes (FDI). Le chef du Hezbollah, Hasan Nasrallah, a lancé un avertissement :

Une menace de guerre et même faire la guerre est plus respectable que de laisser les choses telles qu’elles sont, et le Liban va s’effondrer et le peuple va mourir de faim. Je dis ce soir à Israël de ne pas faire de mauvais calculs et aux Américains de ne pas se moquer de nous et ne nous égarent pas en ce qui concerne la frontière maritime. Les drones sont un début modeste.

Cette escalade de la tension entre l’Iran et le bloc dirigé par les États-Unis au Moyen-Orient a rapproché Israël et ses voisins arabes sur le plan économique ces dernières années, le précédent des accords d’Abraham étant emblématique de cette tendance. Cette polarisation croissante est alimentée par la guerre commerciale de l’Amérique avec la Chine, qui achète du pétrole à l’Iran en violation des sanctions américaines et qui a mené des exercices militaires conjoints avec la Russie. Le Hezbollah et d’autres factions pro-iraniennes ont également salué l’influence chinoise dans la région.

Le réchauffement des relations économiques entre les États arabes et Israël s’est lentement imposé comme la realpolitik régionale nécessaire au fil des ans, en commençant par les accords de paix égyptiens et jordaniens de la fin du vingtième siècle et en culminant dans les partenariats économiques explicites après les accords des Émirats arabes unis ces dernières années. De même, une alliance militaire éhontée semble se normaliser lentement dans le discours sur la géopolitique de la région, malgré l’occupation illégale continue – et croissante – des territoires palestiniens par Israël.

Le 24 juin, le roi Abdullah II de Jordanie, qui a participé au sommet de Djeddah, a déclaré dans une interview accordée à CNBC qu’il « serait l’une des premières personnes à approuver une OTAN au Moyen-Orient ». Voisine d’Israël, la Jordanie joue un rôle sous-estimé dans le délicat (dés)équilibre de l’hégémonie américaine sur la région, le département d’État décrivant le royaume comme un « partenaire américain vital sur un large éventail de questions de sécurité régionale ». La recherche par le monarque jordanien d’une alliance militariste officielle est le signe d’une évolution régionale potentielle vers une « OTAN du Moyen-Orient ».

La deuxième fois est la bonne ?

Mais ce ne serait pas la première tentative de former une OTAN autoproclamée du Moyen-Orient. Confronté à la menace de la guerre froide d’un mouvement populaire socialiste panarabe dans la région, dirigé par le président égyptien Gamal Abdel Nasser, John Foster Dulles, secrétaire d’État sous le président Dwight Eisenhower, connu pour sa « pactomanie » visant à contenir la propagation mondiale des politiques de gauche, pousse à la formation d’une alliance anticommuniste dans la région.

En 1955, les États-Unis ont parrainé financièrement et militairement l’Organisation du traité du Moyen-Orient (METO), également connue sous le nom de Pacte de Bagdad, une coalition militaire composée de l’Iran, de l’Irak, du Pakistan, de la Turquie et du Royaume-Uni. Cette organisation s’inspirait explicitement de la politique d’endiguement communiste de l’OTAN.

Le Pacte de Bagdad est immédiatement accueilli au vitriol dans la région. Le roi de Jordanie a été contraint de décliner l’invitation de la coalition en raison de l’immense pression intérieure qui a finalement vu l’armée déployée pour tirer sur les manifestants dans les villes du royaume.

La politique américaine consistait à démanteler les mouvements laïques de gauche qui contestaient la politique étrangère américaine dans la région dans les années 50 et 60.

Le pacte de Bagdad est généralement considéré comme l’une des alliances les moins réussies de la guerre froide, puisqu’il s’est dissous en 1979. « Le Pacte de Bagdad n’est jamais devenu un accord de défense du Moyen-Orient véritablement efficace, pour la même raison que le MEDO n’a pas réussi à se matérialiser : l’opposition égyptienne et l’ambivalence américaine », a écrit l’historien Kevin Ruane.

À l’époque, le discours politique de la région, y compris dans les pays alliés aux intérêts américains, était empreint d’un fort sentiment anti-impérialiste qui freinait le militarisme pro-américain manifeste. Mais ce sentiment a disparu aujourd’hui.

Ce qui a changé, c’est que les États-Unis ont réussi à remplacer l’alternative anti-impérialiste de gauche à leur hégémonie par celle de l’islam militant fondamentaliste, un projet soutenu par une organisation et un financement secrets de la CIA. Les expressions de cette nouvelle alternative vont de la marque mondiale de wahhabisme de l’Arabie saoudite aux partis politiques des Frères musulmans, en passant par les origines du Hamas palestinien financées par le Mossad et, surtout, par le républicanisme islamique de l’Iran, dont le vide populaire laissé par le coup d’État de 1953 contre le premier ministre socialiste démocratiquement élu Mohammad Mosaddegh a été comblé par le pouvoir théocratique de l’ayatollah Ruhollah Khomeini.

À la suite de l’échec du pacte de Bagdad, Eisenhower a insisté pour que la CIA « fasse tout son possible pour mettre l’accent sur l’aspect guerre sainte » dans l’effort visant à contenir le communisme au Moyen-Orient. Bien qu’il ne s’agisse pas nécessairement d’une opposition contrôlée, la politique américaine consistait à démanteler les mouvements laïques de gauche qui contestaient la politique étrangère américaine dans la région dans les années 50 et 60 et à les remplacer par une extrême droite d’opposition – qui serait moins populaire que les autocraties néolibérales que les États-Unis soutiennent actuellement dans la région.

Une confusion créée par les États-Unis, et la région en paie le prix

La visite de Biden au Moyen-Orient l’a vu tendre vers les intérêts de l’hégémonie américaine, qui sont actuellement menacés par des forces réactionnaires soutenues par l’Iran, la Chine et la Russie. Mais ces forces ont été engendrées par la politique étrangère dominatrice des États-Unis au vingtième siècle. Les États-Unis intensifient aujourd’hui leur militarisme contre une extrême droite qu’ils ont eux-mêmes soutenue afin de freiner l’élan des mouvements de gauche dans la région. Cette dynamique a abouti à la montée de dictatures d’État réactionnaires, comme on le voit dans l’Irak de Saddam Hussein et la Syrie de Bachar al-Assad.

This nascent regional militarism reflects the United States’ desperate, last-ditch effort to maintain its exploitative status quo and the authority of its oppressive client states in the region.

Ce militarisme régional naissant reflète l’effort désespéré et ultime des États-Unis pour maintenir leur statu quo d’exploitation et l’autorité de leurs États clients oppressifs dans la région.

Il ne peut y avoir de vainqueurs dans cette polarisation croissante entre le bloc dirigé par les États-Unis au Moyen-Orient et l’extrême droite autoproclamée anti-impérialiste en Iran et ses mandataires, soutenus par la Russie et la Chine. Il ne semble pas y avoir de fin en vue aux conflits postcoloniaux qui ont marqué la géopolitique du Moyen-Orient tout au long du vingtième et du début du vingt-et-unième siècle. Seulement une nouvelle escalade alors que le capital soutenu par l’Occident entre en crise avec l’invasion de l’Ukraine, une guerre commerciale croissante avec la Chine, et un empire américain en déclin laissé derrière par le libre marché mondial qu’il a conçu. Ce militarisme régional naissant reflète l’effort désespéré et ultime des États-Unis pour maintenir leur statu quo d’exploitation et l’autorité de leurs États clients oppressifs dans la région.

Bien qu’aucune résolution ne soit immédiatement en vue, nous pouvons en imaginer une. Une alternative politique qui met l’accent sur l’anti-impérialisme par le biais de la souveraineté économique et de la démocratie de proximité, plutôt que sur le fondamentalisme islamique d’extrême droite, pourrait mobiliser une population du Moyen-Orient longtemps apathique mais politiquement consciente, autrefois galvanisée par les mouvements socialistes du vingtième siècle. La seule question est de savoir si une telle force politique peut naître dans une région si lourdement micro-manipulée par des États impériaux déterminés à atteindre et se maintenir au pouvoir à tout prix.

COLLABORATEURS

Majeed Malhas est un journaliste indépendant canadien d’origine palestinienne et directeur de la rédaction de Spheres of Influence. Ses écrits portent sur des questions d’économie politique et de politique étrangère en Amérique du Nord et au Moyen-Orient.

Source : Jacobin Mag, Majeed Malhas, 23-07-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Lev // 22.08.2022 à 09h33

@. Kaki
Les USA ont promu Stéphan Bandera et ses nouveaux adorateurs -admirateurs représentant de la démocratie et de la liberté

13 réactions et commentaires

  • Kaki // 22.08.2022 à 09h03

    C’est bien d’apprendre que pour faire baisser le communisme,le syndicalisme et le gauchisme en général, les états Unis ont fait émerger le wahabisme et le frerisme. maintenant, pour supprimer le frerisme et le wahabisme hors de contrôle que vont ils devoir inventer?

      +13

    Alerter
    • Lev // 22.08.2022 à 09h33

      @. Kaki
      Les USA ont promu Stéphan Bandera et ses nouveaux adorateurs -admirateurs représentant de la démocratie et de la liberté

        +14

      Alerter
  • Savonarole // 22.08.2022 à 13h47

    Créer un OTAN régional autours de l’Arabie Saoudite c’est une belle idée sur le papier , mais dans la réalité ça regroupe quoi ? L’AS , les EAU, le Koweit, la Jordanie et peut ètre Barhein ? Et ?
    Le Quatar; sous embargo : c’est mort.
    Le Yemen; en guerre : c’est mort.
    L’Irak; avec Sadr et ses potes et après l’EI : c’est mort
    La Syrie; faut que j’arrète de dire des conneries moi … : c’est mort et l’histoire du Golan l’a entérré.
    La Turquie; avec Erdohan et les FM aux manettes , plus les histoires de Gaz en Méditéranée : c’est mort.
    Le Liban; Israël ne veut pas que ce pays survive, donc personne va leur filer de fric : donc c’est mort.
    L’Egypte : Ca dépendra du montant versé.
    L’Iran … bon ben non, vu que l’objet c’est de faire payer aux Iraniens l’affront de 1979 : c’est mort.

    Bref , une « alliance » régionale de recycleurs de matériel militaires US décomissionnés qui bossent tous aux mercos vu que les quatres pays qui ont une vrai armée (Egypte, Syrie, Iran, Irak) sont pas surement dedans. Donc quel est le but de Biden, faire faire du pognon à Erik Price ? Rassurer Israël avec des accords qu’ils ont déjà ? Essayer des choses pour faire croire qu’on fait des choses même si on fait rien de neuf et que ça n’aboutira à rien de neuf ? Sans doutes un peu de tout , mais ça fait quand même pas bezef au final tout ça.
    Sur l’histoire de l’Opep+ j’ai déjà réagit ailleurs , c’est le « + » qui est drôle ^^

      +4

    Alerter
  • Lt Briggs // 22.08.2022 à 14h28

    Si l’on tient compte des données de la région :
    – argent abondant permettant d’acheter des porte-conteneurs entiers d’armements
    – pétrole et gaz abondants d’où implications permanentes des grandes puissances
    – fondamentalisme religieux répandu dans cette région (culte de la mort et des martyrs)
    – absence de démocratie d’où faible risque de perdre le pouvoir même si une partie de sa propre population est massacrée ou réclame la paix
    -> La population de la région n’est pas prête de vivre en paix. La seule solution consisterait peut-être à créer une zone exempte d’armes nucléaires, ce qui mettrait un frein à cette funeste course aux armements. Après tout, de telles zones existent.

      +1

    Alerter
    • Bouddha Vert // 22.08.2022 à 23h00

      « Course aux armements »?
      L’arme nucléaire permet justement de ne pas être attaqué du fait de la riposte possible.

      L’accouchement difficile d’un monde multipolaire en cours transformera des zones chaudes en bouillon tiède plus à même de trouver solutions forcement plus fécondes.
      Evidemment un dérapage est possible, la volonté réaffirmée des USA a modifier rapidement les forces du MO peut en être un…
      Evidement que ces peccadilles ne sont rien face à l’absolu nécessité de ne pas massacrer le climat terrestre et la biodiversité qu’elle abrite encore, le reste suivra…

        +4

      Alerter
      • Lt Briggs // 23.08.2022 à 08h55

        « L’arme nucléaire permet justement de ne pas être attaqué du fait de la riposte possible. »

        C’est exact. Il faudrait donc soit un accès rapide et massif de nombreux pays de la région aux armes nucléaires ce qui rendrait inenvisageable les guerres, soit comme je disais une zone exempte d’armes nucléaires. Je penche clairement pour la seconde option, même si elle est à ce stade complètement irréaliste. La première option me semble être une fuite en avant, un suicide même.
        Quand à connaître le niveau de conflictualité du monde multipolaire qui vient, ça dépend de tant d’éléments… Peut-être l’urgence climatique et l’effondrement des conditions de vie qui va avec entraîneront-t-ils un irrésistible besoin de coopération. Mais ce n’est hélas en rien garanti.

          +1

        Alerter
  • antoniob // 23.08.2022 à 02h32

    L’auteur confond partiellement des causes et des effets, et ne semble pas voir que les Saoud semblent mener une stratégie à la turque: jouer sur plusieurs échiquiers plutôt que de suivre une bannière unique (américaine).

    Ce qui est comique au sujet des hydrocarbures c’est que les Saoud achètent plus de certains hydrocarbures russes….
    Le mazout russe fait tourner les centrales électriques saoudiennes, car ils veulent limiter l’utilisation de leur propre pétrole à cet usage. En effet ils vendent le baril nettement plus cher que les russes, à qui ils achètent donc du mazout bon marché . Les russes y gagnent de toutes façons car leur budget est calculé pour un baril à au moins 40USD, ce que ni les Saoud ni les Etats-Unis, à niveaux de vie beaucoup plus élevés, ne peuvent se permettre.
    Lorsqu’on lit que le Golfe va fournir plus d’électricité à l’Irak c’est rigolo: électricité produite avec du mazout russe?
    On espère que les Saoud ne vont revendre comme l’Inde du brut russe en général 🙂

    Autre chose : l’Afghanistan. Les Talibans sont en très bons termes avec le Qatar, mais aussi la Turquie et les Emirats.
    L’écosystème musulman court-circuite l’impérialisme euro-américain à ce niveau, qui n’est arrivé en rien en Bactriane, le meurte d’un vieux barbu ou un autre sur son balcon par un drône américain étant de la comm´, le vieux barbu ayant déjà son remplaçant depuis longtemps.
    En fait l’Afghanistan pourrait devenir le lieu réconciiant chiites persans et bédouins de la Mecque. Pendant que les vieux WASP à la Bidène bavant dans leur coin.

      +4

    Alerter
    • Candievans // 23.08.2022 à 02h52

      Votre prisme de lecture est religieux mais à mon avis c’est caduque.
      Peu importe la religion, nous sommes là dans le business à grande échelle, qui peut fournir quoi à qui, à quel prix et pour combien de temps, avec des prix garantis.

      Visiblement, tout le monde se détournent des américains, y compris leurs alliés les plus anciens, mais j’ai envie de dire « forcés », et qui en on marre d’être forcément leurs alliés.

      Genre typiquement l’Arabie Saoudite qui entend bien s’émanciper.

      Pas pour rien qu’on nous rabâche que MBS est une ordure, bah oui, il veut s’émanciper. Il veut couper les ponts avec les vraies ordures (CIA-MI6-MOSSAD) etc.

        +3

      Alerter
      • antoniob // 23.08.2022 à 05h31

        > Votre prisme de lecture est religieux mais à mon avis c’est caduque.

        pas entièrement religieux, disons culturel. C’est bien une sorte d’idéologie molle qui sert de justification à ce qui se nomme les « occidentaux ». De même entre sous-ensembles régionaux de « non-occidentaux ».

        Ceci dit entièrement d’accord avec votre vue.

        pour rappel, et dans ce sens, la Kingdom Holding investissait dans les groupes énergétiques russe au début de la guerre:
        https://www.usinenouvelle.com/article/un-prince-saoudien-a-investi-500-mlns-en-russie-au-debut-de-la-guerre-en-ukraine.N2034277
        pas de grosses sommes mais pas négligeable. Surtout signe que effectivement les Saoud sont contents de laisser les américains se sanctionner eux-mëmes.
        La Russie peut vendre peu cher tout en continuant à engranger des bénéfics dans une devise ou autre ou en troc.
        Les Saouds, dans l’OPEP+ , peuvent jouer de celà à leur avantage.

          +4

        Alerter
    • Christian Gedeon // 24.08.2022 à 12h07

      😂 lieu réconciliant des chiites ( qui ne sont pas qu’iraniens) et des sunnites( qui ne sont pas que saoudiens) ? Sacrebleu ! Comme vous y allez… les comptes de la bataille de Karbala ne sont pas près d’être soldés, croyez moi. Et vous omettez curieusement la composante chiite irakienne de Moqtada el Sadr. Farouchement anti iranienne autant qu’elle est anti us.

        +0

      Alerter
  • JT // 23.08.2022 à 10h14

    L’auteur me semble assez nettement surestimer ce que les USA sont encore capables de faire dans la Région – la dernière tournée de Biden a en réalité humiliante et stérile, les acteurs moyen-orientaux jouent désormais leur propre partition en donnant plus ou moins le change à l’ancien mentor – si bien que son analyse est pour ainsi dire « datée ». Le risque de dérapage autour de la recomposition actuelle est élevé mais il est potentiellement beaucoup plus fécond sur la stabilisation à long terme de la région que l’entrée par la question palestinienne ou les errements américains en Irak…

      +1

    Alerter
    • Christian Gedeon // 24.08.2022 à 15h44

      Vous vous trompez du tout au tout. Les U S dont plus puissants que jamais au PO et au MO. La Russie engluée dans l’affaire ukrainienne et la Chine étant négligeable dans cette zone, ils sont plus les maîtres du jeu. Vous n’aimez pas ça? Moi non plus. Mais regardez les choses en face.

        +0

      Alerter
  • Christian Gedeon // 24.08.2022 à 10h09

    Tendent les relations avec l’Iran et par extension avec la Russie et la Chine. Ah bon? Drôle d’axiome. Et surtout vision tellement simpliste de la complexité des relations dans le coin. Moi je vous le dis, Chine et Russie n’hésiteront pas à laisser tomber l’Iran si c’est dans leur intérêt. Pas une seconde. Une petite phrase comme ça au coin d’un article et tout l’article perd du sens. Éternel problème des parti pris idéologiques.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications