Les Crises Les Crises
26.septembre.202226.9.2022 // Les Crises

Centrales nucléaires : La France risque de connaître des coupures d’électricité pendant l’hiver

Merci 196
J'envoie

La flambée des prix de l’électricité affecte un pays qui était jusqu’à récemment un grand exportateur d’énergie.

Source : Wall Street Journal, Joe WallaceFollow
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Les dirigeants occidentaux se préparent à l’éventualité que les flux de gaz naturel russe transitant par le gazoduc Nord Stream ne retrouvent jamais leur niveau normal. Shelby Holliday, du WSJ, explique à quoi pourrait ressembler une crise énergétique en Europe et comment elle pourrait se propager dans le monde.

Une victime improbable est en train d’émerger dans la crise énergétique de l’Europe : la France.

Pendant des années, l’État français a été une pierre angulaire du marché énergétique européen, grâce à son énorme parc de réacteurs nucléaires. Ces derniers permettaient au pays d’exporter de l’énergie bon marché vers les pays voisins, contribuant ainsi à contenir les prix de l’électricité dans toute la région.

Mais la France est confrontée à ses pires pannes nucléaires depuis des décennies, ce qui lui fait courir un plus grand risque de coupures cet hiver que ses grands voisins qui connaissent leurs propres problèmes énergétiques. Le risque est encore plus élevé en Allemagne, qui s’apprête à connaître des difficultés économiques alors que la Russie réduit ses fournitures de gaz pour punir les alliés européens de l’Ukraine.

Les pénuries, qui selon les opérateurs devraient durer jusqu’en 2023, signifient que la France est passée du statut d’exportateur à celui d’importateur d’énergie. Cette situation n’a fait qu’exacerber la pression exercée sur les approvisionnements en énergie à l’échelle du continent, qui a déjà contribué à porter l’inflation à des taux records, à menacer la base industrielle de la région et à affecter le portefeuille des consommateurs.

Le temps torride de l’été a aggravé les problèmes de l’Europe. Les niveaux d’eau ont plongé dans les barrages et les rivières, ce qui rend difficile la production d’énergie hydraulique, le transport du charbon et le refroidissement des centrales nucléaires, tout en réduisant l’efficacité des centrales au gaz. Le maintien de la fraîcheur dans les foyers, les bureaux et les usines crée une demande supplémentaire d’électricité.

« L’impact général de la flambée des prix du gaz dans tous les pays est la principale cause de la hausse des prix de l’électricité », a déclaré Matthew Jones, analyste principal des marchés européens de l’électricité à la société de données sur les matières premières ICIS. « Et puis en même temps, vous avez cette situation avec le nucléaire français, qui est la pire depuis 30 ans. »

La corrosion d’un certain nombre de réacteurs et des conditions météorologiques extrêmes ont mis hors service une grande partie des centrales nucléaires d’Électricité de France SA. Selon Justin Colley, analyste d’Argus Media, l’industrie produit de l’électricité à moins de la moitié de son niveau potentiel, un coup dur pour un pays qui, jusqu’à récemment, tirait environ 70 % de son électricité de l’énergie nucléaire.

Et sur le marché européen interconnecté de l’électricité, les difficultés de la France en matière de nucléaire constituent le problème de tous, car le pays doit acheter de l’électricité à l’Espagne, au Royaume-Uni et ailleurs.

« Tous les pays environnants sont sous tension de leur côté, et pour continuer à attirer la production d’électricité de leur côté et ensuite l’expédier en France, cela coûte cher », a déclaré Andy Sommer, responsable de l’analyse fondamentale et de la modélisation à la société suisse Axpo. L’étroitesse des conditions commerciales sur le marché français pourrait aggraver les mouvements de prix volatils, a-t-il ajouté.

Lorsque les marchés européens de l’électricité sont tendus, le prix de gros marginal de l’électricité peut être fixé par la production de centrales au gaz ou au charbon, comparativement coûteuses. Les prix du gaz, du charbon et des permis d’émission de carbone ayant tous atteint ou presque des sommets, ces formes de production d’électricité sont particulièrement coûteuses.

EDF affirme que son déficit en France se réduira à un quart de sa capacité de production totale au cours des trois derniers mois de cette année. Les négociants ne croient pas à ces prévisions, et les prix de l’électricité qui sera distribuée lors des périodes de pointe en France au début de l’année 2023 dépassent les 1 800 euros, soit environ 1 850 dollars le mégawattheure.

C’est plus de 14 fois le niveau d’il y a un an et plus de deux fois le prix pratiqué en Allemagne. Les prix à l’horizon d’un an pour l’énergie de pointe en France s’élèvent à plus de 900 € le mégawattheure, selon l’Argus, soit neuf fois le niveau d’il y a 12 mois.

Cela suggère que les opérateurs s’attendent à ce que la pénurie d’électricité dure jusqu’en 2023, bien que les acteurs du marché affirment que l’évaluation des prix appropriés est devenue un défi en soi.

« Il y a beaucoup de crainte sur le marché », a déclaré Anders Kring, responsable du commerce intrajournalier de l’électricité chez Danske Commodities, une unité de commerce de la société pétrolière et gazière Equinor. « Fixer le prix de la peur est une situation difficile… Ce n’est pas quelque chose que vous pouvez faire avec un modèle et une calculatrice. »

Parmi les préoccupations que le marché tente de traiter : une rupture potentielle des échanges transfrontaliers. La Norvège, un gros exportateur d’électricité produite par des barrages hydroélectriques, a déclaré cette semaine qu’elle limiterait ces flux si le niveau des réservoirs baissait trop. Certains négociants s’opposent également aux propositions visant à modifier la conception du marché de l’électricité de l’Union européenne afin que le prix de l’énergie renouvelable à faible coût ne soit pas lié aux marchés du charbon et du gaz.

En France, le gouvernement paie la facture de l’électricité plus cher, mais les analystes estiment que les ménages finiront par payer par le biais des impôts. Il nationalise EDF, déjà détenue majoritairement par l’État, dans le cadre d’un accord d’une valeur de 9,7 milliards d’euros.

Paris a contraint l’entreprise à absorber la flambée des prix de l’électricité en plafonnant les factures des particuliers. L’Espagne, le Royaume-Uni et d’autres pays ont également pris des mesures pour plafonner les prix de l’électricité pour les consommateurs.

Sa propre production ayant été massivement réduite, EDF a dû acheter de l’électricité à des prix records et la vendre à perte aux consommateurs et à ses concurrents. Cette semaine, EDF a intenté une action en justice contre le gouvernement pour réclamer 8,3 milliards d’euros, le montant qu’elle affirme avoir perdu en vendant de l’électricité aux petits fournisseurs à un prix réglementé.

Une porte-parole du ministère de l’Economie a déclaré que les politiques énergétiques du gouvernement avaient limité la hausse des factures des ménages à 4 % en moyenne ces derniers mois, contre une augmentation de 35 %, taxes comprises, qui aurait eu lieu en leur absence.

La France est plus exposée aux risques de coupures d’électricité cet hiver que certains de ses voisins.

Source : Wall Street Journal, Joe WallaceFollow, 12-08-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Urko // 26.09.2022 à 08h52

Tout cela est impossible. Nous avons les énarques. Par définition, ils ont atteint l’infaillibilité. Ils contrôlent l’Élysée, Matignon, la plupart des ministères, des directions techniques, des entreprises, des banques, des cours constitutionnelles et des institutions de ce pays, ce depuis des décennies. Et ils savent comment faire pour éviter ce genre d’inconvénients. Ils ne sauraient nous avoir ramenés à l’état de pays émergent qui subit des coupures d’électricité voyons. En douter fait de vous un complotisto-poutino-fascsito canal anti vax. Heureusement, la loi sur les fake news rédigée par des énarques permettra bientôt d’interdire de remettre en cause la compétence de nos énarques. Il n’y aura pas de coupures d’électricité mais une gestion fine de sa distribution aux citoyens en fonction de critères savamment définis, bien que lesdits citoyens ne comprennent rien au génie de notre haute fonction publique qui a capturé la République. Franchement, ils ne les méritent pas. En effet…

29 réactions et commentaires

  • yann // 26.09.2022 à 07h18

    Question sur ITER et la fusion nucléaire…
    – Sachant qu’il faut plusieurs années pour former un soudeur sur une centrale nucléaire, combien de siècles faut-il pour former un technicien responsable de la maintenance d’un truc 100 fois plus compliqué?

      +8

    Alerter
  • Urko // 26.09.2022 à 08h52

    Tout cela est impossible. Nous avons les énarques. Par définition, ils ont atteint l’infaillibilité. Ils contrôlent l’Élysée, Matignon, la plupart des ministères, des directions techniques, des entreprises, des banques, des cours constitutionnelles et des institutions de ce pays, ce depuis des décennies. Et ils savent comment faire pour éviter ce genre d’inconvénients. Ils ne sauraient nous avoir ramenés à l’état de pays émergent qui subit des coupures d’électricité voyons. En douter fait de vous un complotisto-poutino-fascsito canal anti vax. Heureusement, la loi sur les fake news rédigée par des énarques permettra bientôt d’interdire de remettre en cause la compétence de nos énarques. Il n’y aura pas de coupures d’électricité mais une gestion fine de sa distribution aux citoyens en fonction de critères savamment définis, bien que lesdits citoyens ne comprennent rien au génie de notre haute fonction publique qui a capturé la République. Franchement, ils ne les méritent pas. En effet…

      +56

    Alerter
    • Bats0 // 26.09.2022 à 13h59

      Pouce bleu ! 😉
      Les énarques contrôlent surtout la finance; secteur des services (banques, assurances, institutions financières gérant les actifs financiers, …) qui ne sert absolument à rien dans notre monde réel (celui de la production), si ce n’est à manipuler les foules et faire illusion que leurs actions sont indispensables pour la survie de l’humanité.

        +6

      Alerter
    • antoniob // 26.09.2022 à 20h22

      les énarques et McKinsey, or vu la finesse de ceux-là, telle qu’exposée lors de l’audition sénatoriale au sujet des contrats bidons commandés par le gouvernement Macron I à McKinsey, la France va finir par ressembler à l’Ukraine en termes de paniers de crabes et de bras cassés.

        +10

      Alerter
  • ouvrierpcf // 26.09.2022 à 09h41

    Sans polémiquer cette phobie des énarques est fatiguante Macron a raté 3 fois son ena un exemple frappant sur 21 ministre 3 énarques la Chiappa énarque ?? Quelle année ? Quelle promotion ? Dominique Voynet qui supprima les recherches epr sur les lasers ? par contre les europeistee sont bien aux commandes depuis 1991 et là il faudrait étudier leurs actes

      +14

    Alerter
    • Urko // 26.09.2022 à 10h42

      Il y a plus que trois énarques dans le gouvernement Borne, mais cinq ou six (le Maire, Beaune, oudea, Pannier, Colonna je crois) mais votre remarque est intéressante : nous voilà tous tellement habitués à ce que les énarques pullulent de droit divin, que nous en venons à trouver que trois ou cinq de ces hauts fonctionnaires dans un gouvernement ne représentent pas grand chose. Que font des hauts fonctionnaires dans un gouvernement ? Quelle école avec moins de 7 000 anciens élèves place autant de membres partout à des postes clefs ?Je ne déteste pas les énarques mais aime à rappeler que leur rôle consiste à aider les dirigeants élus, et pas à diriger ni à contrôler lesdits dirigeants, sauf au conseil d’État. Pour ma part, je considère qu’il devrait être interdit à des fonctionnaires de postuler à des mandats électifs ou de faire partie d’une cours constitutionnelle non administrative. Quelle plus value offrent ils ? Celle de connaître les méandres des institutions ? La belle affaire : ils les ont complexifiees eux-mêmes ! Il ne s’agit donc pas d’un savoir faire bénéfique : ils ne font que se montrer les plus habiles dans le labyrinthe qu’ils ont dessiné.

        +26

      Alerter
    • Bats0 // 26.09.2022 à 14h34

      « par contre les europeistee sont bien aux commandes depuis 1991 »
      Depuis seulement 1991 ? En êtes vous certain ?
      Alors que dire des actions de Jean Monnet ? N’était-il pas un européiste avant l’heure ?

        +16

      Alerter
  • Daniel // 26.09.2022 à 09h50

    Question ouverte sur la gestion du risque :
    Les réacteurs sont arrêtés à cause de détection préventives de micro-fissures qui nécessite une maintenance (réparation).
    Est ce de la surqualité sur un risque à-venir ?
    Est ce possible de « prendre le risque » de faire tourner quand même certaines centrales (celles avec le moins de micro fissures) pour éviter le risque réel de coupure électrique ( laisser de nombreuses familles dans le froid) ainsi que d’éviter l’autre risque financier sur le prix de l’électricité lié à la rareté de la production (et du prix indexé sur le gaz!!!).
    A mon avis, s’il n’y a pas une proposition pour éviter ces 2 derniers risques : il y aura une vague sociale sans précédent !!!

    NB : pourquoi ce journaliste ne parle pas du projet Hercule et de ARENH qui a mis à genou EDF !

      +13

    Alerter
    • Savonarole // 26.09.2022 à 10h32

      Pour l’ARENH , Sun Zu dit qu’il ne faut jamais interrompre ses adversaires quand ils sont en train de faire une grosse connerie.
      Enfin quand on voit à quel point la fillière nucléaire a été ciblée , entre Areva , Alsthom , Framatom et tout les projets de privatisation dans le secteur , l’éclatement d’EDF via le projet Hercules etc … il y en a qui en voulait vraiment aux capacité de production d’énergie de la France.
      Et juste quand ça commence à couler bien comme il faut , bam , Vladimir Kathrine coupe le gaz .. puis il remet le gaz … et il recoupe le gaz … j’adooorre !!

        +18

      Alerter
  • Flol // 26.09.2022 à 10h00

    Tout sur ce sujet, notamment en France, est matière à scandale, que ce soit l’obligation de fourniture par EDF de l’électricité à son coût de production nucléaire (sous la barre des 50€/Mwh) à des opérateurs privés qui ne produisent rien, sauf des factures sur lesquelles ils ajoutent leur nom et leur marge pour se gaver, ou que ce soit la règle d’alignement du prix de l’électricité sur celui du gaz qui conduit aujourd’hui à des écarts « abracadabrantestesques » entre les prix de marché et les coût de production.

    Même le bouclier tarifaire que le gouvernement se targue d’avoir mis en place pour protéger les Français relève de l’arnaque et de la duperie, les niveaux de prix de ce bouclier s’établissant déjà à 3 fois environ le coût de production nucléaire. Sans compter l’augmentation à venir de 15%, et sans oublier celles et ceux qui ont eu l’idée de quitter les tarifs réglementés…

    La moindre des choses, si nous avions des dirigeants honnêtes et droits, serait de commencer par bloquer en France le prix de l’électricité à son coût de production.

    Au surplus, cela nous éviterait les dispositifs alambiqués dont l’éxécutif est coutûmier et qui lui permettent ensuite, en agitant leur « coût », d’imposer une nouvelle cure d’austérité pour la suite, par exemple et au hasard, sur les retraites…

      +31

    Alerter
  • jammrek // 26.09.2022 à 10h05

    Je me souviens d’un slogan des années 70 : « Avec EDF vous aurez le nucléaire ET la bougie ! »
    Je ne pensais pas à l’époque qu’il était aussi prémonitoire …

      +7

    Alerter
  • Myrkur34 // 26.09.2022 à 11h53

    De toute façon nos journaleux gougnafiers ont été capables de tendre le micro à Hollande pour que celui ci puisse se justifier sans aucune honte de la fermeture de la centrale de Fessenheim..
    Et ne pas oublier l’intense lobbying au niveau européen de nos « copains » allemands pour flinguer le nucléaire français et ainsi favoriser leur secteur éolien et solaire.
    Sans oublier l’affaire Alstom ..
    https://lcp.fr/actualites/affaire-alstom-lenquete-parlementaire-qui-denonce-la-faillite-des-elites-francaises

    Que voulez vous, quand l n’y a plus de sens de l’Etat et que des carriéristes à la petite semaine..

      +12

    Alerter
  • Sylvain // 26.09.2022 à 13h46

    On peut juste se souvenir de l’arrêt d’ASTRID justifié par E Borne par :
    “l’abondance d’une ressource bon marché en uranium”.
    Le réacteur n’aurait pas été livré aujourd’hui, mais c’est juste pour montrer que cette équipe gère un investissement sur un projet de 40 ans en fonction du cours spot de l’uranium à un instant.
    Il en a été de même pour les stocks de masques.
    Ce raisonnement de trader accroché aux cours des actions des matières premières ou les taux à court terme ou le dogme des 3% a empêché tout projet à long terme.
    Nous avons eu une opportunité d’emprunter à long terme à des taux négatifs. L’Etat aurait pu s’en saisir pour préparer le pays aux défis énergétiques et environnementaux.
    Aujourd’hui il semble que l’avenir politique de la France risque fort d’être le même qu’en l’Italie.

      +17

    Alerter
  • onla // 26.09.2022 à 16h27

    « …alors que la Russie réduit ses fournitures de gaz pour punir les alliés européens de l’Ukraine »

    Il me semble que c’est plutôt les dirigeants européens qui, dans leur « grande sagesse », ont décidé de ne plus acheter de gaz russe.

      +18

    Alerter
    • Delespaux // 26.09.2022 à 20h07

      et boycotté nord stream 2 sous l’influence de Washington

        +10

      Alerter
      • Fritz // 28.09.2022 à 22h27

        D’ailleurs, un grand Européen, Radoslaw Sikorski, vient de remercier les États-Unis pour le sabotage des gazoducs Nord Stream.

          +6

        Alerter
  • frantz999 // 26.09.2022 à 16h29

    Crise fabriquée pour les beaux yeux de Schwab… Une organisation depuis des dizaines d’années. Lire Le sabordage de l’outil électronucléaire décrété par Matignon en juin 1992
    https://www.contrepoints.org/2022/09/25/439128-le-sabordage-de-loutil-electronucleaire-decrete-par-matignon-en-juin-1992

      +4

    Alerter
  • ManuUK // 26.09.2022 à 19h52

    Je suis toujours surpris par la nullité des journalistes sur toutes les questions physiques et notamment d’énergie. On sait à travers ce mot que ce journaliste du Times ne maîtrise pas les concepts physiques telle que l’énergie ou la puissance. Il parle en général sans donner de chiffre sur la consommation énergétique française, la production de ces dernières années, la production actuelle, la distribution.

    Pourtant RTE a donné des informations quant au différents scénarios de cet hiver

    Et boum il retombe sur ce qu’il sait faire, parler d’économie. Et nos journalistes, ce n’est guère mieux.

    Le manque de culture générale des journalistes en science contribue à ne permettre de bien comprendre le problème actuel.

    C’est quoi ces problèmes de corrosion ?

    Surtout que nous savons tous que l’UE sera très probablement obligé d’acheter du gaz à la Russie et en rouble en plus… Même si ça doit passer par l’Iran.

    Et là les Etats Unis se marrent de la m*rde dans laquelles ils ont foutu les alliés de l’Ukraine…

    On se marre et on va tous se marrer et à la bougie s’il-vous-plaît

      +6

    Alerter
    • vert-de-taire // 27.09.2022 à 11h07

      Hilarant :
      la solution proposée (via rtbf qui n’a pas de bouton légal, refus des cookies):
      « Le plafonnement des prix, Limiter la consommation pour rééquilibrer le marché. »

      Ces propositions sont tout simplement un archétype de la propagande du Système capitaliste :
      proposer une chose et son contraire.
      Autrement-dit fabriquer de la confusion mentale
      et par là empêcher, interdire de penser.

      Plafonner un prix est contraire aux lois du marché : donc EXIT le marché.
      Limiter la consommation pour rééquilibrer le marché EST exactement contraire à la loi du marché de l’offre et de la demande : donc EXIT le marché.

      Ceci pour dire que le marché EST une absurdité sociale.
      Surtout quand cela concerne des biens de necessité comme nourriture santé énergie médias, information, vêtement, transports, logement, …

      Le capitalisme (i.e. le libéralisme et autres néos avatars) est anti-social.
      CQFD

      Mais ‘on’ vote encore pour ces MAFIEUX !!!!

        +5

      Alerter
      • Grd-mère Michelle // 27.09.2022 à 12h39

        Tout-à-fait d’accord!
        Mais… comment organiser l’échange de biens de première nécessité sans argent(capturé puis capitalisé par les investisseurs/producteurs/marchands/transporteurs)?
        La revalorisation des métiers, de l’artisanat, donc de l’activité/production locale, me semble un début de solution, d’ailleurs déjà plutôt discrètement pratiquée opiniâtrement par quantité de petites entreprises coopératives.

          +0

        Alerter
        • vert-de-taire // 27.09.2022 à 14h55

          Voilà un des points clés : la prédation de la MONNAIE par les banquiers.
          ceci depuis trèèès longtemps.

          La Banque de France fut d’abord une institution privée,
          la FED RESTE une institution privée.
          Elle « domine » le monde via la puissance hypnotique du $.
          Qqs banquiers « dominent » le monde via la FED…

          Il y a donc un verrou avec la monaie, surtout dans un Système capitaliste.

          La forme coopérative pour revaloriser le travail social c’est très beau et très insuffisant pour constituer une Nation.

          et l’exemple des coopératives bretonnes (dictatoriales) prouvent ses limitations.

          Il faut des règles dans les rapports sociaux dans la mesure où la violence permet aux plus forts de dominer les autres : le modèle animal.

          Nous devons donc nous sortir de ce modèle que le capitalisme relance avec constance.
          La domination comme but ultime.
          Domination par le fric ou n’importe quoi …
          on reste dans le modèle animal : notre cerveau animal ne s’offusque pas de ce comportement.
          Il suffit de le cultiver.
          Et ça marche la preuve.
          La peur, la récompense nous dominent.

          La solution (necessaire et non suffisante) ne viendra que lorsqu’on saura se comporter rationellement, en tenant compte de notre condition animale; mais pour cela il faudrait une éducation-apprentissage et non pas un élevage du troupeau.

            +3

          Alerter
        • ouvrierpcf // 28.09.2022 à 08h43

          Heu votre artisan s’éclaire à la bougie faut tourner son groupe électrogène au fait comment son réseau internet est il relié à son voisin de quartier ou a la poste du village voisin ? Au satellite privé de tartempion ? Pour fournir 2 kW r s donc 2000watts c’est a dire 9 ampères pour 230 volts selon la loi électrique P# UxI par heure a chaque heure il faut 5 litres d’essence pour un groupe électrogène ou 1000litres d eau a faire circuler pour faire tourner une turbine ou 27 degres6 de soleil pour un panneau solaire ou 65 km/heures de vent minimum pour une éolienne de 5 mètres de longueur de pales donc travailler de jour en plein soleil enfumé ou sous une tempête pauvre artisan

            +1

          Alerter
  • vert-de-taire // 27.09.2022 à 11h42

    Cet article est parfait :

    il démontre l’absurdité du Système capitaliste en plus de la corruption des élites.

    EdF était soumise à une lente privatisation, pour faire passer la chose :

    Un changement de statut : passer de faire de l’électricité à faire du fric),
    un début de privatisation : faire du fric pour des capitalistes et non plus pour tous),
    puis le démantèlement : faire du fric avec les parties rentables et laisser les parties déficitaires aux gueux.
    Mais comme EdF nucléarisé est un gouffre (comme AREVA qui a disparu …) et un risque de fous (le danger nucléaire), la solution juteuse tombe.
    EdF est renationalisée puisque les benefs deviennent des déficits – personne sinon les gueux (nos impôts) n’achètera ce gouffre.
    Il est impossible de répercuter les prix réels à la population (le marché) donc impossible de faire des benefs même en cas de pénurie, comme dans le privé.

    Nos synarques ont construit une société basée sur plus de consommation, en particulier l’énergie.
    Ils ont pillé et violenté le monde, fabriqué des bombes à retardement (les réacteurs et autres stockages de radio-éléments mortels pour des millénaires) et maintenant que ceci ne fonctionne plus comme prévu (les ressources s’épuisent) : il faut passer à un nouveau monde qui porte le nom de fascisme.

    Et nous DEMANDERONS ce fascisme !
    Pour que l’élite mafieuse résolve ce chaos fabriqué par elle !!!

      +2

    Alerter
  • tchoo // 28.09.2022 à 10h57

    Et Jancovici qui viens nous asséner que le nucléaire est la solution.
    Le problème c’est les politiques à courte vue
    Nos réacteurs nucléaires arrivent en fin de vie, n’en déplaise à certains (et à Janco)
    la prolongation pour 10 ans de plus en l’absence de prévision de solution de rechange, supposait une maintenance fine et précise, or celle ci a été dévolue a des sociétés privées qui travaillent dans des conditions catastrophiques (un scandale surgira un jour là dessus)
    Cette maintenance n’est pas à la hauteur des enjeux.
    Il est absolument indispensable de sécuriser au maximum nos veilles centrales et dans un m^me temps d’élaborer un vaste plan énergétique pour les remplacer à terme
    Les incidents et les arrêtes se multiplient d’année en année et pour pallier à cela, des centrales au gaz ont été crées( c’était un investissement fort rentable il y a quelques temps) pour compenser les pertes et écréter les pointes de consommations, mais tout ça fonctionnait tant bien que mal avec le gaz pas cher russe. on sait ce qu’il en advient maintenant (dernières nouvelles le pipe-line nordstream 2 vient d’être endommagé, par probablement des explosions volontaires qui sont une véritable déclaration de guerre contre l’allemagne)

      +1

    Alerter
    • JPP // 28.09.2022 à 13h58

      Le problème du nucléaire français est surtout que les derniers Présidents suivistes européo écolo atlantistes ont tout fait, pour que la France perde cet énorme avantage économique financier et technologique, mis en place et payé par tous les Français des très travailleuses générations précédentes.
      Quand un Président brade la branche nucléaire d’Alsthom, vitale pour l’entretien de toutes nos centrales nucléaires et de nos sous marins atomiques aux USA, à la suite d’un chantage immonde , pour la faire racheter ensuite par EDF à prix élevé et que les Français ne disent rien, il y a de quoi désespérer de notre défunte Nation !

        +3

      Alerter
    • Pierrot // 28.09.2022 à 14h33

      Jancovici, ou plus exactement le groupe d’étude qu’il représente, ne fait qu’établir un bilan et proposer des solutions réalistes, dont le nucléaire ne fait partie qu’en tant que solution provisoire, faute de mieux aujourd’hui, et à cause du temps nécessaire pour en faire émerger d’autres plus pertinentes et plus durables (même si les bonnes décisions étaient prises dès aujourd’hui). Et contrairement à ce que vous semblez suggérer, il ne le fait pas par plaisir mais par pur pragmatisme (pour rappel, à la base c’est un écolo).

      Très au fait de la situation, dans de récentes interviews il a évoqué la question d’un abaissement du niveau de sécurité dans nos centrales nucléaires vieillissantes.

      En fait, il ne dit pas autrement que vous, sinon que le « maximum » de sécurisation de ces centrales doit être dicté par un nécessaire compromis entre le risque des conséquences d’un accident nucléaire et celui lié à une grave pénurie d’électricité (qui, tout compte fait, ne serait pas moins meurtrière).

      Concernant les trois explosions sous-marines ayant entraîné des fuites sur Nord Stream 1 et 2, on apprend que Radek Sikorski (ancien ministre et eurodéputé polonais) a adressé ses remerciements aux États-Unis…

        +2

      Alerter
  • RGT // 28.09.2022 à 11h05

    Ne vous en faites pas, ces histoires de coupures d’électricité ne sont que des « fèce niouzes » alimentées par les réseaux complotistes.

    Les écologistes nous ont assuré que les énergies vertes pourraient sans problème remplacer les centrales nucléaires (bouh, caca) et offriront à la terre entière une abondance énergétique jusqu’alors inconnue.

    Et pour alimenter les éoliennes ils sont prêts à donner de leur personne en faisant de grands discours incantatoires devant les champs d’éoliennes, discours durant lesquels ils brasseront une telle quantité d’air que la production s’en verra tellement augmentée que la France aura des problèmes pour exporter ses surplus même à prix bradé.

    Qu’ils prennent exemple sur le grand maire écologiste de Grenoble : Vous le mettez face à un burkini et à lui seul il permettra à 75% des éoliennes françaises de fonctionner à 100%…

    Et si vous ajoutez tous les politiciens professionnels de tous bords confondus ainsi que les hauts fonctionnaires, les journalistes et les dirigeants des entreprises du caca-rente il faudra renforcer le réseau électrique mondial pour éviter qu’il n’explose suite à cette surcharge phénoménale.

    il n’y a pas de crise énergétique, le problème vient du fait que les sources d’énergie sont très mal exploitées.

    Autre avantage de cette solution : Pendant qu’ils feront des moulinets avec leurs petits bras musclés ils ne pourront pas continuer à nuire à l’ensemble de la population qui n’a rien demandé (si ce n’est d’avoir de quoi se chauffer pendant l’hiver et de pouvoir se déplacer pour aller gagner leur pain quotidien).

      +4

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications