Les Crises Les Crises
29.mars.201829.3.2018 // Les Crises

L’attitude initiale ambigüe des États-Unis envers l’État Islamique (4/5) : Un embarrassant rapport de renseignement

Merci 166
J'envoie

Suite de notre série sur le rôle des États-Unis dans la guerre de Syrie et d’Irak.

Billet 1 :

  1. “Une guerre aérienne non sérieuse contre Daech”
  2. De lourds soupçons sur l’attitude américaine au cours des premiers mois
  3. Les bombardements initiaux limités de la coalition ont pu être contreproductifs

Billet 2 :

  1. La Russie se met à combattre sérieusement les milices
  2. Une stratégie de bombardements de la coalition peu efficace

Billet 3 : VI. Des livraisons (involontaires ?) d’armes à l’ennemi

Billet 4 : VII. Un embarrassant rapport de renseignement

Billet 5 : VIII. Le rôle (initial) de Daech : « atout stratégique » des États-Unis ?

(Série en un seul billet ici)

VII. Un embarrassant rapport de renseignement

Puisqu’il y a – quoi qu’on en dise – davantage de transparence aux États-Unis qu’en France, l’association Judicial Watch a pu obtenir en 2015 la déclassification de plusieurs documents, dont un important rapport de situation rédigé par le renseignement militaire américain (DIA – Defense Intelligence Agency) sur la situation en Syrie, daté du 12 août 2012. Bien que largement censuré, il donne déjà un aperçu édifiant de la qualité des informations qui remontaient au gouvernement américain (Source : rapport de la DIA) :

SITUATION GÉNÉRALE :

  1. SUR LE PLAN INTERNE, LES ÉVÉNEMENTS SUIVENT UNE CLAIRE ORIENTATION SECTAIRE.
  2. LES SALAFISTE[S], LES FRÈRES MUSULMANS ET AQI [AL-QAÏDA en IRAK] SONT LES PRINCIPAUX MOTEURS DE L’INSURRECTION EN SYRIE.
  3. L’OCCIDENT, LES PAYS DU GOLFE ET LA TURQUIE SOUTIENNENT L’OPPOSITION, TANDIS QUE LA RUSSIE, LA CHINE ET L’IRAN SOUTIENNENT LE RÉGIME.

AL-QAÏDA EN IRAK (AQI)

  1. AQI CONNAÎT BIEN LA SYRIE. AQI S’EST ENTRAÎNÉ EN SYRIE ET S’EST ALORS INFILTRÉ EN IRAK.
  2. AQI A SOUTENU L’OPPOSITION SYRIENNE DÈS LE DÉBUT, TANT SUR LE PLAN IDÉOLOGIQUE QU’À TRAVERS LES MÉDIAS. AQI A DÉCLARÉ SON OPPOSITION AU GOUVERNEMENT ASSAD PARCE QU’IL LE CONSIDÉRAIT COMME UN RÉGIME SECTAIRE VISANT LES SUNNITES.
  3. AQI A MENÉ UN CERTAIN NOMBRE D’OPÉRATIONS DANS PLUSIEURS VILLES SYRIENNES SOUS LE NOM DE JAISH AL NUSRA (ARMÉE VICTORIEUSE), UNE DE SES FILIALES.

7. HYPOTHÈSES POUR LE DEVENIR DE LA CRISE :

  1. LE RÉGIME SURVIVRA ET CONTRÔLERA LE TERRITOIRE SYRIEN.
  2. ÉVOLUTION DES ÉVÉNEMENTS ACTUELS EN GUERRE PAR PROCURATION : AVEC LE SOUTIEN DE LA RUSSIE, DE LA CHINE ET DE L’IRAN, LE RÉGIME CONTRÔLE LES ZONES D’INFLUENCE LE LONG DES TERRITOIRES CÔTIERS (TARTOUS ET LATAKIA) ET DÉFEND FÉROCEMENT HOMS, QUI EST CONSIDÉRÉE COMME LA PRINCIPALE VOIE DE TRANSPORT EN SYRIE. D’AUTRE PART, LES FORCES D’OPPOSITION TENTENT DE CONTRÔLER LES ZONES ORIENTALES (HASAKA ET DER ZOR), ADJACENTES AUX PROVINCES OCCIDENTALES IRAKIENNES (MOSSOUL ET ANBAR), EN PLUS DES FRONTIÈRES TURQUES VOISINES. LES PAYS OCCIDENTAUX, LES PAYS DU GOLFE ET LA TURQUIE SOUTIENNENT CES EFFORTS. CETTE HYPOTHÈSE EST TRÈS PROBABLEMENT CONFORME AUX DONNÉES DES ÉVÉNEMENTS RÉCENTS, AIDERONT À PRÉPARER DES REFUGES SÛRS SOUS PROTECTION INTERNATIONALE, SEMBLABLES À CE QUI S’EST PASSÉ EN LIBYE LORSQUE BENGHAZI A ÉTÉ CHOISIE COMME CENTRE DE COMMANDEMENT DU GOUVERNEMENT TEMPORAIRE.

Le rapport ce termine par ces propos incroyables :

8. LES EFFETS SUR L’IRAK :

C. SI LA SITUATION SE DÉGRADE, IL Y A LA POSSIBILITÉ VOIR S’ÉTABLIR UNE PRINCIPAUTÉ SALAFISTE DÉCLARÉE OU NON DANS L’EST DE LA SYRIE (HASAKA ET DER ZOR), ET C’EST EXACTEMENT CE QUE VEULENT LES PUISSANCES SOUTENANT L’OPPOSITION, AFIN DE D’ISOLER LE RÉGIME SYRIEN, QUI EST CONSIDÉRÉ COMME LA PROFONDEUR STRATÉGIQUE DE L’EXPANSION SHIITE (IRAQ ET IRAN).

D. LA DÉTÉRIORATION DE LA SITUATION A DES CONSÉQUENCES DÉSASTREUSES SUR LA SITUATION IRAKIENNE, QUI SONT LES SUIVANTES :

— 1. CELA CRÉE L’ATMOSPHÈRE IDÉALE POUR QUE AQI PUISSE RETOURNER DANS SES ANCIENNES POCHES À MOSSOUL ET À RAMADI, CE QUI LUI DONNERA UN NOUVEL ÉLAN EN PRÉTENDANT UNIFIER LE DJIHAD ENTRE SUNNITES IRAKIENS ET SYRIENS, ET LE RESTE DES SUNNITES DU MONDE ARABE CONTRE CE QU’IL CONSIDÈRE COMME UN ENNEMI, LES DISSIDENTS. ISI [L’ÉTAT ISLAMIQUE EN IRAK] POURRAIT ÉGALEMENT DÉCLARER UN ÉTAT ISLAMIQUE PAR LE BIAIS DE SON UNION AVEC D’AUTRES ORGANISATIONS TERRORISTES EN IRAK ET EN SYRIE, CE QUI CRÉERAIT UN GRAVE DANGER POUR L’UNITÉ DE L’IRAK ET POUR LA PROTECTION DE SON TERRITOIRE.

Signalons que figure également dans ces documents déclassifiés une information selon laquelle beaucoup d’armes en provenance des stocks de l’armée Libyenne à Benghazi ont rejoint la Syrie (Source) :

On reste ainsi sidéré de la qualité des analyses de ce seul rapport – et donc par l’absence de réaction du gouvernement.

Le patron de la DIA de l’époque a confié en 2016 à Seymour Hersh des informations sur l’analyse de la situation syrienne par son Agence (Source, traduit ici) :

« Le Lieutenant General Michael Flynn, directeur de la DIA entre 2012 et 2014, confirma que son agence avait envoyé un flux constant de mises en garde secrètes à l’Exécutif, quant aux conséquences catastrophiques d’un renversement d’Assad. Les djihadistes, précisait-il, contrôlaient toute l’opposition. La Turquie n’en faisait pas assez pour stopper l’infiltration de combattants étrangers et d’armes le long de sa frontière. Flynn m’avait confié « Si le public américain avait accès au flux de renseignements que nous avons transmis quotidiennement, au niveau le plus sensible, il exploserait de rage. » « Nous avons compris la stratégie à long terme de l’État Islamique (EI), et ses plans de campagne, et nous avons aussi discuté le fait que la Turquie regardait ailleurs lorsqu’il s’agissait d’aborder l’expansion de l’État Islamique en Syrie. » Le rapport de la DIA fut repoussé avec force par l’administration Obama. « J’ai eu l’impression qu‘ils ne voulaient tout simplement pas entendre la vérité. »

C’est une information très importante pour comprendre les actions du gouvernement.

À ce stade, au vu des conséquences dramatiques que l’on observe à présent, on aimerait comprendre ce qui s’est passé, on aimerait que Michael Flynn nous en dise davantage…

Eh bien par chance, comme le débat démocratique est plus vivant aux États-Unis (d’ailleurs, avez-vous déjà entendu parler du Michael Flynn français ?), et que Flynn est courageux, on a bien eu le droit à davantage d’informations ; le 13 août 2015, il a été passé à la question par Mehdi Hasan sur Al-Jazeera (Source : Youtube – “Qui est à blâmer pour la montée en puissance de Daech ?”) – à comparer avec la “pugnacité” des journalistes français sur ce sujet face à nos responsables politiques :

Voici la traduction de la transcription (à partir de 8’58 – Source) :

Mehdi Hasan : Beaucoup de gens diraient que les Etats-Unis ont vu la montée d’ISIL venir et ont fermé les yeux, ou même l’ont encouragé comme contrepoint à Assad. Et une analyse secrète de l’agence que vous avez dirigée, la Defence Intelligence Agency, en août 2012, a déclaré : “Il y a la possibilité de voir s’établir une Principauté salafiste déclarée ou non dans l’est de la Syrie et c’est exactement ce que veulent les puissances qui soutiennent l’opposition pour isoler le régime syrien.” Les États-Unis ont vu venir le califat de Daech et n’ont rien fait.

Michael Flynn : Oui, je pense que ce que nous… nous avons été à côté de la plaque. Je veux dire, là, nous avons complètement foiré, je pense, c’était au tout début. […]

Mehdi Hasan : Mais attendez, vous les aidiez en 2012. Bien que ces groupes soient… –

Michael Flynn : Oui, nous avons permis à ces militants extrémistes d’entrer et… –

Mehdi Hasan : Mais pourquoi les avez-vous autorisés à faire cela, Général ? Vous étiez en poste. Vous étiez à la tête de la DIA.

Michael Flynn : Eh bien, ce sont… ce sont… oui, c’est vrai, c’est vrai. Eh bien, ce sont – c’est la politique – ce sont des questions de politique, oui.

Mehdi Hasan : J’ai pris la liberté d’imprimer ce document. Voici le mémo que j’ai cité. Avez-vous vu ce document en 2012 ? […]

Michael Flynn : Oh ouais, oui, oui, j’ai prêté une très grande attention à tout ça, bien sûr.

Mehdi Hasan : D’accord, donc quand vous avez vu cela, n’avez-vous pas décroché un téléphone et dit : “Mais pourquoi diable sommes-nous en traine de soutenir ces rebelles syriens qui sont -…” ?

Michael Flynn : Bien sûr ! Ce genre d’information est présentée et ceux-là deviennent… –

Mehdi Hasan : Et qu’avez-vous fait ?

Michael Flynn : Ceux-là deviennent, ceux-là deviennent… – J’en ai discuté.

Mehdi Hasan : Avez-vous dit : “Nous ne devrions pas soutenir ces groupes !” ?

Michael Flynn : Je l’ai fait. Je veux dire, on s’est disputés à propos de ça, des différents groupes qui étaient là et on a dit, “Qui est impliqué là-dedans ?” et je vous dirai que je crois que les renseignements étaient très clairs. Et maintenant, il s’agit de savoir si la politique a été aussi claire et aussi définie et aussi précise qu’il le fallait, et je ne crois pas que ce soit le cas. […]

Mehdi Hasan : Mais soyons clairs : en 2012, votre agence dit : “Les Salafistes, les Frères musulmans et Al-Qaïda en Irak sont les principaux moteurs de l’insurrection en Syrie.” En 2012, les États-Unis ont aidé à coordonner les transferts d’armes vers ces mêmes groupes. Pourquoi n’avez-vous pas arrêté cela, si vous vous inquiétiez de la montée de “l’extrémisme islamiste” ?

Michael Flynn : Oui, je déteste le dire, mais ce n’était pas mon travail : je devais m’assurer que l’exactitude des renseignements que nous avons présentés était aussi bonne qu’elle pouvait l’être, et je vais vous dire que ça remonte à avant 2012. Je veux dire, quand nous étions en Irak et que nous avions encore des décisions à prendre avant qu’il ait une décision de quitter l’Irak en 2011. Je veux dire que nous voyions alors très clairement ce à quoi nous allions devoir faire face.

Mehdi Hasan : Permettez-moi de préciser encore une fois : vous dites essentiellement que même au gouvernement à l’époque, vous saviez que ces groupes existaient. Vous avez vu cette analyse, et vous vous disputiez même dessus. Mais qui n’écoutait pas ?

Michael Flynn : Je pense que c’était le gouvernement.

Mehdi Hasan : Donc le gouvernement a fermé les yeux sur votre analyse… –

Michael Flynn : Je ne sais pas s’ils ont fermé les yeux. Je pense que c’était une décision. Je pense que c’était une décision délibérée.

Mehdi Hasan : Une décision délibérée d’y aller – de soutenir une insurrection qui comprenait des Salafistes, Al-Qaïda et les Frères musulmans ?

Michael Flynn : Eh bien, une décision délibérée de faire ce qu’ils ont fait. Vous devriez vraiment demander au Président. Que fait-il réellement avec la politique en place ? Parce que c’est très, très déroutant.

Commentaire recommandé

Charles Michael // 29.03.2018 à 07h48

Excellent travail,

j’avais lu tous ces textes et d’autres à l’époque, c’était déjà très difficile d’échapper à la conclusion logique: politique délibérée.
sous le règne d’un prix Nobel de la Paix.

merci et bravo pour votre décodage persistent et très bien documenté.

32 réactions et commentaires

  • Homère d’Allore // 29.03.2018 à 06h53

    La transcription de l’entretien donné par Flynn à Al Jazeera peut paraītre plus embarrassante encore que le document.

     17

    Alerter
  • Alfred // 29.03.2018 à 07h35

    Comme le public de “déplorables” n’est pas totalement idiot cette interview de Flynn (bien mise en valeur sur les.sites alternatifs) à probablement influencé davantage les élections américaines que l’achat de pub par les russes (“le public exploserait de rage” dit il).
    En France l’homologue de Flynn a courageusement tenu les mêmes propos devant une commission d’elus nationaux (avec moins de détails et la prudence qu’impose le fait d’être un pays vassal) et il a fait un flop. Aucune réaction des dits élus (à part de fuite l’info) aucune réaction des “déplorables” locaux qui ont consciencieusement fait barrage à la bête immonde ou “n’ont pas cautionné la farce électorale”. Jamais il n’a été question de punir ce qui ont fait couler notre sang. Le public américain doit être plus rancunier ou moins bête.

     26

    Alerter
    • basile // 29.03.2018 à 08h30

      comme toujours dans ce cas, les complices baissent les yeux, tournent le dos, soulèvent les tapis, en attendant que ça se tasse. Car le rapport de force médiatique est en leur faveur. Surtout pas de vagues, pas un mot, qui risque d’attirer l’attention du bon peuple assidu des MMS, ça va retomber tout seul.

       12

      Alerter
    • la Cariatide // 31.03.2018 à 03h39

      est-ce que vous pouvez nous rappeler de quel témoignage il s’agit? c’était un militaire ou l’ancien chef des renseignements? patrick calvar?

      la turquie, la turquie.. Gladio B, Gladio B..

       0

      Alerter
  • Charles Michael // 29.03.2018 à 07h48

    Excellent travail,

    j’avais lu tous ces textes et d’autres à l’époque, c’était déjà très difficile d’échapper à la conclusion logique: politique délibérée.
    sous le règne d’un prix Nobel de la Paix.

    merci et bravo pour votre décodage persistent et très bien documenté.

     46

    Alerter
  • Grand-père // 29.03.2018 à 08h14

    Formidable série qui remet en mémoire les épisodes d’une guerre dont l’image est altérée par 5 ans de déformation médiatique
    Il serait aussi intéressant de se remémorer les débuts du conflit avant l’émergence de l’EI
    Les manifestations ont elles été si pacifiques qu’on l’a dit ?
    Quelle était l’ampleur des manifestations de soutien au gouvernement ?

    Car enfin, dans quel pays n’y a t il pas de mécontents ? Si ces derniers ont été manipulés soutenus encouragés voire armés par des pays étrangers, alors ces pays sont les vrai responsables du carnage qui a suivi.

     26

    Alerter
    • Chris // 29.03.2018 à 14h07

      Si j’en juge les élections égyptiennes où l’électorat ré-élit à 90% un Sissi, gros pourfendeur devant Allah des Frères Musulmans et autre AQI, la population musulmane moyen-orientale se rend compte des enjeux… et des dangers à laisser fleurir ces organisations trustées par les Occidentaux.

       2

      Alerter
  • WASTERLAIN Serge // 29.03.2018 à 08h38

    “Le Lieutenant General Michael Flynn : et je vais vous dire que ça remonte à avant 2012.”
    Les citoyens lambdas qui s’intéressent à la géopolitique savaient eux aussi grâce aux medias alternatifs, ceux-là même qui diffusent des fake, ainsi que ceux qui côtoyaient des syriens expatriés effrayés de la tournure des événements. Dès le tout début des manifestations en 2011, à Deraa même, les frères musulmans ont noyauté les manifestations pacifiques pour les transformer en révolte armée, tuant par balle plusieurs policiers (peut-être des manifestants aussi, depuis Maidan on est en droit de se poser la question) et boutant le feu à certains bâtiments publics.
    Partout dans le pays des dizaines de policiers et militaires furent massacrés. Partout dans le pays, dès mars 2011 des manifestations monstres furent organisées pour soutenir Bachar et son régime. Il suffisait de taper Syrie sur youtube pour avoir une multitude videos de ces manifestations (postées par des sympathisants du gouvernement) ET des massacres de dizaines de policiers et militaires (postées par les auteurs, fiers qu’ils étaient de montrer leurs exploits).
    1/2

     25

    Alerter
    • WASTERLAIN Serge // 29.03.2018 à 08h38

      2/2
      Oui, nos gouvernements savaient !
      Oui, ils leur ont livré des armes en sachant qu’elles alimenteraient non un nouveau volet du printemps arabe mais des terroristes ;
      Oui, ils l’ont fait en toute connaissance de cause car il suffisait de googueliser et de youtuber pour savoir à qui on avait affaire ;
      Oui, ces gens devraient comparaître devant un tribunal, qu’il soit national ou international et être condamnés.

       29

      Alerter
      • Charles Michael // 29.03.2018 à 09h10

        WASTERLAIN Serge

        Oui, nos gouvernements savaient !
        à l’évidence,

        mais surtout ils l’ont prévu et organisé
        et continuent à vouloir poursuivre le massacre

         21

        Alerter
        • Chris // 29.03.2018 à 14h11

          Et pour couvrir leur forfait, organisent des funérailles nationales en Europe pour les victimes collatérales de leur politique colonialiste.

           9

          Alerter
      • Vas // 30.03.2018 à 01h38

        Complètement. Si vous avez le temps écoutez le travail d’investigation du journaliste JL Izambert. Des années de recherche, d’interviews et de docs pour découvrir que nous hébergeons sur le territoire français des djihadistes dans un camp situé à 40 minutes de Paris. Ce sont les même qui furent envoyés en Iran, Algérie, Syrie, etc… 56 personnes en France sont protégées par l’Etat parce qu’elles sont mouillées jusqu’à la gueule dans les massacres terroristes.
        https://www.youtube.com/watch?v=kl7ku_qJRMQ

         2

        Alerter
    • Alfred // 29.03.2018 à 09h37

      Effectivement. Dès le tout début Joshua Landis a pris une position de méfiance car un membre de sa belle famille (soldat) a été massacré par les rebelles alors que le compte rendu qui avait été vendu aux médias était qu’il avait été tué en se rebellant contre le régime.
      Par ailleurs je n’arrive pas à remettre la main dessus mais il existe une vidéo ou l’on voit très clairement des policiers anti-emeutes syriens avec boucliers en plastique, casques à visières et matraques se faire tirer comme des lapins sans pouvoir répondre (ils ne sont pas armés). On en voit une dizaine fuir et tomber dans la vidéo. (Je la chercherai pour pinouille dès que j’aurai le temps..)

       14

      Alerter
      • WASTERLAIN Serge // 29.03.2018 à 10h44

        Il y a beaucoup de vidéos qui étaient disponibles en 2011, 2012, etc… que l’on ne retrouve plus sur youtube. Dans un autre article d’OB, j’ai posté certains liens sur youtube que j’ai retrouvés mais qui indiquent que la video n’est plus accessible… …mais biensur, je fais du complotisme…

         15

        Alerter
      • Unforgiven // 29.03.2018 à 12h50

        Pour ma part je me souviens de cette vidéo tournée fin 2011, ou l’on voit des rebelles à la modération toute relative, jeter depuis un pont dans une rivière une dizaine de corps de policiers égorgés.
        Tout à fait pacifiques ces manifestations, donc.

         9

        Alerter
      • Pinouille // 29.03.2018 à 15h26

        “Je la chercherai pour pinouille dès que j’aurai le temps..”
        Je vous crois sur parole.
        Il me semble en avoir vu une.
        Merci tout de même.

         0

        Alerter
  • Pepin Lecourt // 29.03.2018 à 10h53

    Accablant !

    On avait beau le savoir pour peu que l’on consulte autre chose que les médias mainstream le compte rendu de l’interview de Flynn est sidérant !

    Tous ces guignols ” d’experts sur le Proche-Orient ” dont on nous étale les déclarations dans nos médias ne peuvent pas ne pas être au courant de la réalité et pourtant cela ne les empêche pas d’étaler cette propagande, qu’est ce qui les motive ?

     10

    Alerter
    • Mr K. // 29.03.2018 à 12h53

      On peut faire l’hypothèse que beaucoup de ces personnes, “experts” et “journalistes”, cèdent tout simplement à la facilité, sans même en avoir forcément conscience.

      Facilité qui consiste à suivre l’énorme flux médiatique consensuel, ce qui demande très peu de travail et ne comporte aucun risque.

      Un bon nombre doivent le faire de bonne foi, sûrement.

      On a peut-être trop tendance à considérer notre manière de voir comme évidente et facilement compréhensible.

       1

      Alerter
      • Chris // 29.03.2018 à 14h22

        Je n’ai pas du tout votre angélisme compréhensif !
        Leur métier, c’est l’information : vérifier et croiser les sources.
        J’y vois au contraire pure participation à la propagande de l’OTAN/CIA, dont nous avait parlé feu Udo Hulfkotte, ancien rédacteur en chef de l’un des plus grands journaux allemands, le Frankfurter Allgemeine Zeitung.
        Quant aux quelques “naïfs” qu’ils abandonnent le journalisme et deviennent vendeur de voiture : ils feront moins de dégâts.

         12

        Alerter
        • Mr K. // 29.03.2018 à 16h20

          Pourquoi angélisme?

          Au contraire, on peut y voir quelque chose d’inquiétant, une pente presque naturelle du moindre effort (ce qui ne veut pas dire ne rien faire).

          Par exemple des experts formés au moment de la guerre froide, c’est à dire ayant fourni durant cette période de gros efforts de travail pendant leur formation académique.

          N’auront-ils pas tendance à continuer sur leur lancée, juste en fournissant l’énergie nécessaire pour continuer à avancer? N’est-il pas confortable par rapport à leur formation et presque naturel pour eux de revenir à une attitude anti-russe atavique, par exemple?

          Par contre s’arrêter de pédaler, revoir complètement son itinéraire demande beaucoup d’efforts. Notamment vaincre le blocage mental initial qui peut être extrêmement puissant.

          Vous parlez de Udo Hulfkotte dont j’admire le courage, dont on peut retrouver des vidéos sur “Les-crises”.

          Il faisait partie d’un de ces quelques journaux phares d’un pays (ici l’Allemagne) qui sont souvent repris dans des publications moins prestigieuse. Qu’en est-il des soutiers de l’information qui y travaillent?

           1

          Alerter
        • Mr K. // 29.03.2018 à 16h48

          Complément :

          Vous dites : “Leur métier, c’est l’information : vérifier et croiser les sources.” Et aussi de suivre la “La Charte de déontologie de Munich” pourrait-on dire.

          Les soutiers de l’information ont-ils le temps de “vérifier et croiser les sources”?

          Quant à la charte de Munich il semblerait bien qu’elle n’est tout simplement pas enseignée au cours de leur formation…

          Leur formation est plus conforme à ce qu’en attendent les patrons des grands médias, plutôt qu’à nos souhaits à nous, non?

           0

          Alerter
      • Pinouille // 29.03.2018 à 16h40

        “On a peut-être trop tendance à considérer notre manière de voir comme évidente et facilement compréhensible.”
        Phrase très pertinente.
        Elle vaut pour eux.
        Et elle vaut tout autant pour tous les lecteurs de ce blog.

         0

        Alerter
        • Mr K. // 29.03.2018 à 17h49

          Par nature on ne connaît bien qu’une conformation mentale : la nôtre… et qui est forcément (le plus souvent) très pertinente à nos propres yeux.

          Et bien évidemment l’autre, avec son système de pensée propre, doit sensiblement penser la même chose de lui-même.

          Partant de là, on peut commencer à relativiser son propre système, ce qui ne veux pas dire renoncer à ses idées.

          Ainsi, l’autre est peut-être tout simplement dans un système de pensée différent, plutôt qu’un traitre ou un naïf quand on le considère à travers notre système de pensée propre.

           0

          Alerter
  • Grand-père // 29.03.2018 à 14h52

    C’est terrifiant, il y a déjà tellement de misère « naturelle » sur terre ! avoir provoqué ces drames humains au nom de soi-disant démocratie américaine c’est révoltant.
    Sur les éléments concernant les actions US il y a le livre de M Bensaada, sur le rôle des américains dans les « printemps arabes » : https://www.mondialisation.ca/arabesque-limplication-us-dans-les-revoltes-arabes-lexemple-de-la-syrie/5476469?print=1
    Il y a aussi récemment les aveux récents de l’ambassadeur Ford à la commission américaine des affaires étrangères. https://arretsurinfo.ch/un-ambassadeur-us-confirme-que-des-milliards-ont-ete-depenses-pour-provoquer-un-changement-de-regime-en-syrie
    Beaucoup d’argent apparemment.

     5

    Alerter
  • Christian Gedeon // 29.03.2018 à 15h19

    Il y a une chose qui me choque dans l’intitulé de la série d’articles.pourquoi”initiale”? Est ce que quelque chose a changé? Soyons sérieux. Les US soutiennent toujours Daech et Al Qaïda. Avéc un peu plus de retenue. On évacue,on recycle,on rebaptise et en avant la musique. Le massacre tranquille des kurdes d’Afrin,en territoire syrien,par les recyclés,en est une preuve éclatante. Je rappelle pour memoire,que les mêmes avaient arme un fou sanguinaire,Gulbudin Hekamatiar,en Afghanistan,et ont laissé s’enfuir,pépere tranquille l’essentiel des forces talibanes. Je rappelle aussi ,des fois que les gens aient la mémoire courte,que ce sont les Us,les anglos…et les français qui ont fait tomber le Shahinshah Reza Pahlavi,tout comme ils ont défendu mordicus “l’élection ” de Morsi en Egypte. Le but global est d’empêcher la constitution d’états forts dans le MO et le PO. La cible est indifférente,en quelque sorte. Le but,c’est tout simplement le bordel…

     6

    Alerter
  • Alfred // 29.03.2018 à 23h54

    La dernière pour la route: La France (membre de l’otan) va envoyer des troupes dans la region de manbij (Syrie) pour bloquer l’avancée de la Turquie (membre de l’Otan) afin de proéger les kurdes (et prendre les coups à la place des américains).
    Que peut on craindre? Que l’islamiste “modéré” et nationaliste furieux Erdogan en prenne ombrage et qu’il laisse faire un certain nombre de catastrophes qui pouraient arriver à cette présomptueuse France… Erdogan est le parain de islamistes de la région d’ildib (le dépotoir de tous les furieux) en plus de “sa” zone tempon turque au nord d’alep (et depuis peu à afrin). Il a laissé passer les jihadistes dans un sens et dans l’autre (entrée en syrie et sortie de syrie). Ce serait bien dommage (et très peu probable croyez vous) qu’un certain nombre de tarés (parmis la multitude entassée à ildib à grand coup de “bus verts”) n’arrive pas à passer tranquilement en turquie puis en europe (destination finale la France pour un nouvel atentat).
    Qu’avons nous à gagner à faire les gros bras à mabij? (ok nos forces spéciales y sont déjà). Qu’avons nous à perdre à nous méler de ce qui ne nous regarde pas?
    On ne va pas sauver les kurdes (qui ne se sont pas sauvés eux-mêmes et qui sont instrumentalisés par les us). On va ramasser d’autres citoyens français morts dans nos rues.

     5

    Alerter
    • Alfred // 30.03.2018 à 00h30

      Sans compter que cela va être vertement reçu en Syrie : la “capacité” de négociation du qui d’Orsay avec la Turquie à déjà amputé la Syrie d’une partie de son territoire au profit de la Turquie il y a cent ans… Les syriens n’ont toujours pas digéré (voyez donc les cartes qu’ils editent)…

       4

      Alerter
      • WASTERLAIN Serge // 30.03.2018 à 19h56

        En juin 1939 pour être plus précis et dans le but de s’assurer la neutralité de la Turquie lors de la deuxième guerre mondiale qui pointe le nez. Après une indépendance de façade de la république du Hatay en septembre 1938 dont le parlement vote le rattachement à la Turquie.

         0

        Alerter
  • François Lacoste // 30.03.2018 à 08h40

    On y fait plus guère attention, “l’Amérique”, “les américains”, assimile le nom d’un pays, les états unis d’Amérique à celui d’un continent, cela tient à l’histoire mais pas seulement.
    Cette amalgame entretenue nous indique le caractère prétendument exceptionnel de ce pays qui justifie d’être nommé du nom d’un continent tout entier. Les habitants des autres pays de ce continent ne peuvent qu’admettre constituer une sous partie à cette “Amérique”. Quant au reste du monde?
    Pour ma part je m’efforce, ce n’est pas facile, de dire étasuniens et Etats-Unis.

     1

    Alerter
  • Didier Lagasse de Locht Didier // 30.03.2018 à 10h08

    Flynn ne semble pas au courant du plan de “remodelage du Moyen-Orient” voulu sous père Bush et confirmé par des documents mais également les déclarations du général Wesley Clark et la destruction de 7 pays.

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications