Moi, je dis que faire ça le jour où Tsipras rencontre Poutine en Russie c’est de la trèèèèèèèèèèèès haute stratégie diplomatique…

Je rappelle que j’ai déjà parlé de ce scandale (visant à donner 50 Md€ à des oligarques qui se sont enrichis par la corruption) dans ce billet

Affaire Ioukos: la Belgique s’intéresse aux actifs russes non couverts

media

Selon la Cour d’arbitrage de La Haye, la Russie doit 50,2 milliards de dollars aux actionnaires de Ioukos. Une somme toujours impayée.

La Cour d’arbitrage de La Haye a condamné en juillet 2014 la Russie à rembourser 50,2 milliards de dollars aux actionnaires spoliés de Ioukos, l’ex-fleuron pétrolier russe démantelé par Moscou en 2006. Des dizaines de milliards dont l’Etat russe ne s’est jamais acquitté. Conséquence, et c’est une information RFI, plusieurs pays ont confié à leurs autorités judiciaires le soin de dresser la liste des actifs russes non couverts. Le ministère belge de la Justice vient de donner deux semaines aux huissiers du pays pour dresser la liste de tous ces actifs qui pourront faire l’objet de saisies.

Les autorités russes avaient, sous le prétexte infondé d’impôts impayés, exproprié et embastillé le propriétaire de Ioukos, l’oligarque Mikhaïl Khodorkovski, coupable d’anti-poutinisme. La Cour d’arbitrage avait accordé aux plaignants la somme-record de 50,2 milliards de dollars, que les Russes refusent de payer.

Le groupe GML, représentant les actionnaires spoliés, vient donc de passer la vitesse supérieure. Dans plusieurs pays européens, il réclame la saisie-liquidation des biens de toute nature, propriété de la Fédération de Russie, à l’exception cependant de ceux qui seraient couverts par l’immunité diplomatique.

Il y a quelques heures, les principales banques belges, ainsi que plusieurs entités représentant ici différents intérêts russes, ont reçu une circulaire provenant d’une étude d’huissiers de justice, qui leur intiment d’avoir à soumettre sous quinzaine la liste complète des fonds, immeubles, véhicules, valeurs, propriétés de l’État russe, y compris les éventuelles dettes dues à celui-ci.

Une procédure semblable suit son cours en France, où le ministère de la Justice a fait parvenir la semaine dernière aux parquets généraux une note explicative du dossier.

Source : RFI, le 18 juin 2015.


Bruxelles veut saisir les actifs russes de Belgique

Ioukos

Ioukos

Selon des données préliminaires, 47 institutions russes en Belgique ont reçu une injonction judiciaire demandant la remise de la liste complète de leurs actifs dans un délai de 15 jours. La Russie conteste cette décision.

L’affaire concernant la saisie des biens russes de toute nature a été entamée pour couvrir les dettes de Ioukos, estimées à 50 milliards d’euros que la Cour Permanente d’Arbitrage de la Haye demande à la Russie de payer.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a annoncé ce jeudi que Moscou ne souhaite pas faire de commentaire sur le sujet. «Cela n’influence pas le climat d’investissement en Russie. Le cabinet des ministres et les avocats travaillent sur la question», a-t-il déclaré.

«Je n’ai pas encore vu les documents. Il faut les voir au tribunal. S’il y a des accusations illégitimes, nous aurons recours aux moyens juridiques appropriés», a fait savoir le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Hier soir, les tribunaux belges ont annoncé que les biens des compagnies russes allaient être saisis, face au manque de 1,6 milliard d’euros aux comptes de l’ex-filiale du géant pétrolière russe Ioukos Universal Limited. Selon la décision de la Cour, la Russie est obligée de régler cette somme avant le 15 juin mais elle ne s’en est pas acquittée.

Néanmoins, selon les rapports la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), il n’y a pas de lien direct entre l’affaire Ioukos et la décision du gouvernement belge de saisir les actifs russes sur son territoire. On prétend que le Royaume de Belgique aurait pu agir de manière indépendante.

«On ne voit aucun lien direct entre le jugement contre la Russie et la décision des autorités belges», a annoncé dans la CEDH.

Une circulaire provenant de la justice qui intime de soumettre la liste complète des fonds, immeubles, véhicules, actifs appartenant à la Russie a été adressée à toutes les compagnies russes, y compris une branche locale de l’Eglise orthodoxe. Cependant, les propriétés russes couvertes par l’immunité diplomatique ont été exemptées de la liste des destinataires.

Une procédure semblable de saisie de biens russes est déjà en cours en France où le ministère de la Justice a fait parvenir la semaine dernière une note explicative du dossier.

Ce jeudi, l’assistant du président de Russie Andreï Beloussov a déclaré que la Russie a l’intention de faire appel de cette décision. «La situation de la saisie des biens est politisée, Moscou espère éviter une nouvelle escalade dans les relations», a-t-il précisé.

Le ministre russe de la Justice Alexander Konovalov a expliqué que l’injonction de payer cette réparation «contredisait à la pratique judiciaire de la Cour et ne se basait pas sur des circonstances factuelles réelles».

En juillet dernier, la Cour d’arbitrage de la Haye a satisfait un recours en indemnisation des ex-actionnaires de Ioukos contre la Russie et sommé Moscou de verser 50 milliards d’euros de compensation avant le 15 juin 2015 pour la liquidation jugée irrégulière du géant pétrolier. Mais la décision n’a pas été appliquée car la loi russe l’interdit.

Dans les faits, il ressort des arrêts de deux juridictions [CEDH et Cour Permanente] que les ex-actionnaires de Ioukos portent une responsabilité dans la liquidation de la compagnie causée par le redressement fiscal imposé au vu de l’ampleur de la fraude fiscale.

Les députés des quatre fractions au parlement russe ont fait des appels à la Cour constitutionnelle pour clarifier comment devait-on agir dans telle situation. Les hommes politiques russes sont persuadés que «plusieurs décisions de la CEDH ont pour but d’effacer les frontières de la souveraineté» de la Russie.

Le géant pétrolière russe a été fondé en 1993. Le 1er août 2006, le syndicat des banques étrangères a annoncé sa faillite, Ioukos étant endetté à hauteur de 50 milliards d’euros. Cette dette a été rachetée par une autre société pétrolière russe, Rosneft. En 2007, les biens de Ioukos ont été mis aux enchères pour couvrir les dettes. Le 21 novembre 2007, la compagnie a été officiellement liquidée.

Source : RT France, le 18 juin 2015.


La Russie prête à bloquer toute saisie de ses biens après la décision du juge de la Haye sur Ioukos

Ancien bureau de Ioukos en Sibérie

La Russie se tient prête à protéger ses biens à l’étranger de toute saisie suite à la décision de la Cour de la Haye d’accorder 50 milliards d’euros de compensation au pétrolier Ioukos, a indiqué le ministre russe de la Justice Alexandre Konovalov.

«Naturellement, nous nous préparons à cette éventualité, et notamment à prévenir ces agissements que nous considérons comme contraires à la loi», a dit le ministre en réponse à une question d’Interfaxtendant à clarifier si la Russie était prête à protéger ses biens à l’étranger des tentatives de saisie en vertu de la décision de la Cour Permanente d’Arbitrage de la Haye (ci-après – la Cour permanente) dans le cadre de l’affaire Ioukos.

Alexandre Konovalov a aussi répondu à la question de savoir si la partie russe allait élaborer un plan de paiement des pénalités. «C’est l’affaire du ministère des Finances». «Mais autant que je sache, non», a-t-il souligné.

L’exécution des décisions de la Cour Permanente est du ressort des juridictions nationales que les plaignants devront saisir par eux-mêmes, a indiqué le ministre de la Justice.

«Jusqu’à présent, de telles demandes ont été reçues en France et aux Etats-Unis. Chaque fois qu’une demande apparaîtra, il faudra prendre les mesures que la Fédération de Russie jugera nécessaires pour empêcher l’exécution de la décision», a noté le ministre, promettant que la Russie se défendra devant les juridictions locales. Il est à noter que les déclarations du ministre font suite à l’envoi récent d’une telle requête par les représentants de Ioukos à une juridiction parisienne.

En juillet dernier, le Cour d’arbitrage de la Haye a satisfait un recours en indemnisation des ex-actionnaires de Ioukos contre la Russie et sommé Moscou de payer 50 milliards d’euros de compensation pour la liquidation jugée irrégulière de la compagnie anciennement gérée par l’oligarque en exil Mikhaïl Khodorkovski. Le juge a réparti la somme entre plusieurs ex-filiales de Ioukos, y compris l’entreprise chypriote Hulley Enterprises (39,9 milliards), Yukos Universal (1,8 milliard) et Veteran Petroleum – (8,2 milliards).

Néanmoins, en février 2015, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), saisie par les ex-actionnaires s’estimant lésés dans leur droit de propriété sur les actifs liquidés, a reconnu que la société Ioukos s’était rendue coupable d’évasion fiscale massive en Russie et que le redressement fiscal qui a suivi était justifé au regard de la législation russe.

Les conclusions des avocats du géant pétrolier déchu tendant à démontrer qu’il s’agissait d’une manœuvre politique orchestrée par les autorités russes ont été rejetées par la Cour européenne.

Dans les faits, il ressort des arrêts de deux juridictions [CEDH et Cour Permanente] que les ex-actionnaires de Ioukos portent une responsabilité dans la liquidation de la compagnie causée par le redressement fiscal imposé au vu de l’ampleur de la fraude fiscale.

Au terme du redressement effectué en 2006 en parallèle au procès retentissant de l’oligarque Mikhaïl Khodorkovski, une partie des actifs de la compagnie avait été liquidée conformément à une procédure de faillite et une autre partie rachetée par Rosneft.

Source : RT France, le 4 juin 2015.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

126 réponses à La Belgique et la France veulent saisir les actifs du gouvernement russe…

Commentaires recommandés

DUGUESCLIN Le 19 juin 2015 à 05h52

Après la punition de la BNP en France, puis celle de la Russie, et les autres qui suivront, on sait qui dirige le monde.
La haute finance internationale n’a que faire des souverainetés et des peuples qui en dépendent.
Les démocraties ne sont plus au service des peuples alors qu’elles ont été créées pour ça. Elles n’en ont plus que le nom.
Mais du même coup on connaît “l’ennemi” et on sait, qui, il faut combattre.
Les pays d’Europe devraient suivre l’exemple des BRICS.

  1. dissy Le 19 juin 2015 à 04h25
    Afficher/Masquer

    Je crois que c’était surtout le Forum de St Petersbourg(Davos Russe)qui était visé car il y a du beau monde présent malgré les sanctions(même Fillon..pas une référence je sais…rires).

    http://rt.com/business/267850-spief-russia-live-update/

    ‘EU spoiling mood of St Pete Economic Forum’

    http://rt.com/op-edge/268141-belgium-france-russian-assets-yukos/

    Poutine n’a aucune intention de donner le moindre rouble à Tsipras vu que ce dernier a voté l’extension des sanctions jusqu’en 2016.Il est juste venu pour le Turkstream.A noter qu’on a annoncé un Germanstream aussi à St Petersbourg associant Gazprom et tiens tiens..d’autres fournisseurs.

    Les USA ont augmenté leurs échanges commerciaux avec la Russie de + 6 pct…l’UE dans sa stupidité est la seule victime de son ‘canichage’.

    http://rt.com/business/268060-russia-gas-germany-europe/


    • le Prolo du Biolo Le 19 juin 2015 à 12h37
      Afficher/Masquer

      “Tsipras a voté les sanctions contre la Russie”.
      Très étonnant.
      Sources ?


      • V_Parlier Le 19 juin 2015 à 16h14
        Afficher/Masquer

        Même remarque d’ailleurs quand les médias déclarent que “les 28” ont décicdé de prolonger les sanctions. C’est un vote? Ou chacun a le droit de veto?


        • ig Le 19 juin 2015 à 19h15
          Afficher/Masquer

          Ce que j’ai pu en lire ici où là discrètement évoqué, c’est que la décision a été prise ” au niveau des ambassadeurs” (lesquels, et pourquoi à ce niveau?) et”par consensus” (alors que ce devrait être à l’unanimité.
          Enfumage. Saura t on un jour?


          • Citoyen Le 20 juin 2015 à 02h51
            Afficher/Masquer

            Le COREPER II …
            Comité des Ambassadeurs Représentants Permanent peut décider-voter textes.
            Sur instruction, bien entendu, de leur Min. Aff. Etrangères.

            Le Coreper II est chargé de traiter les affaires extérieures, la justice, l’intérieur et l’économie-finances tandis que le COREPER I est le Comité des Ambassadeurs Représentants Permanents ADJOINTS qui décident – sur instruction de chacune de leur capitale respective – sur des sujets concernant transports, télécommunications, énergie-TTE- agriculture-pêche, environnement, industrie, espace, recherche, innovation, éducation, jeunesse, culture, sport-EJCS, Emploi, politique sociale, santé, consommation-EPSCO-, marché intérieur, compétitivité, etc…)

            Les débats et délibérations et rapports des COREPER II et I ne sont pas publics.
            Ils sont “off”, c’est-à-dire que ne peuvent être transmis à la presse ou au public.

            Seul évidemment le résultat est connu.

            COREPER II prépare les réunions – sujets – des Conseils de Ministres UE ECOFIN, Aff.Etrangères, Justice et Intérieur
            COREPER I idem (pour les sujets qui le concerne)


    • boduos Le 19 juin 2015 à 13h08
      Afficher/Masquer

      j’extrais :”

      En juillet dernier, le Cour d’arbitrage de la Haye a satisfait un recours en indemnisation des ex-actionnaires de Ioukos contre la Russie et sommé Moscou de payer 50 milliards d’euros de compensation pour la liquidation jugée irrégulière de la compagnie anciennement gérée par l’oligarque en exil Mikhaïl Khodorkovski. Le juge a réparti la somme entre plusieurs ex-filiales de Ioukos, y compris l’entreprise chypriote Hulley Enterprises (39,9 milliards), Yukos Universal (1,8 milliard) et Veteran Petroleum – (8,2 milliards).

      Néanmoins, en février 2015, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), saisie par les ex-actionnaires s’estimant lésés dans leur droit de propriété sur les actifs liquidés, a reconnu que la société Ioukos s’était rendue coupable d’évasion fiscale massive en Russie et que le redressement fiscal qui a suivi était justifé au regard de la législation russe

      tout est dit ci- dessus :en juillet 2014 la Cour d’arbitrage décide et en février 2015 la CEDH infirme ! Si un arbitrage est supérieur à la cour européenne ,alors pas de souci…

      en droit (pur) après liquidation judiciaire ne peut être poursuivi que le dirigeant ayant organisé la faillite sciemment et sa propre insolvabilité.Ici,c’est l’État russe qui était victime d’une fraude fiscale et du non respect par Khodorkosky du protocole de cession par Eltsine pour 300 millions de dollars de Ioukos (valorisé 3 semaines plus tard à 16 milliards) protocole qui interdisait la prise de participation ou d’échange avec des firmes étrangères.

      Khodorkosky s’est affranchi de ces conventions et n’a pas réglé ses taxes .Mis en demeure,il n’a pu regler ses dettes à l’État et a été mis en liquidation faute d’actifs suffisants,comme ça se passe malheureusement chez nous trop souvent.

      a ce tarif,il est vrai que pour diriger le monde,il suffit un coup de saisir les avoirs (de l’Iran,les 50 milliards de Kadafi,l’or de l’Ukraine…la BNP. AXA le Crédit Lyonnais….)prendre des participations chez peugeot qui se retire d’Iran pour faire place à Ford,bloquer les exportations de l’Europe pour augmenter les siennes, rappeler à l’ordre un tel avec un bon petit false flag, réveiller de vieilles fractures religieuses avec des excités des deux cotés…mais jusqu’où ça va marcher?

      tout cela tient pour l’instant grâce à la complicité (légèrement contrainte..) des cocus contents et soumis qui persistent tant ils craignent le déballage,…..d’ailleurs il faut museler préventivement …et mettre sous cloche avec une loi bien totalitaire.

      ils ont simplement oublié le principe de la cocotte minute


      • ulule Le 19 juin 2015 à 19h33
        Afficher/Masquer

        Pour aller plus loin, un document pdf (en 7 pages / les sentences en font 1800) de “Joachim Bergoug – Points de vue Alternatifs” : Pourquoi la Russie doit-elle payer 50 milliards de $ de dommages-intérêts ?
        http://data.over-blog-kiwi.com/0/55/29/63/20140728/ob_580444_russie-cour-permanente-d-arbitrage.pdf

        Son propos : offrir une présentation un peu plus juridique que ce qu’on pourra en lire de la sentence rendue publique par la Cour Permanente d’Arbitrage de la Haye.
        (Sentences du Tribunal d’Arbitrage : http://www.pca-cpa.org/showpage.asp?pag_id=1600)

        – Un point central de procédure : Pourquoi la Russie est-elle condamné pour un traité qu’elle n’a pas ratifié ?
        C’est un fait, la Russie a signé le Traité sur la Charte de l’Énergie (texte – informations synthétiques sur l’accord) en 1994 (contrairement aux États-Unis et au Canada, l’une des raisons pour laquelle ce sont un juge américain et canadien je pense) mais ne l’a jamais ratifié. Cela a d’ailleurs parfois été une pomme de discorde entre l’UE et la Russie, pomme de discorde jugée superficielle dans un rapport d’information sénatorial de 2006 d’ailleurs.
        Pourquoi donc est-elle concernée par cette décision ?
        L’interprétation des dispositions de l’article 45 a constitué le point central lors de l’examen de la recevabilité de la requête (page 88 à 145), le premier examiné par le Tribunal. En vertu de l’article 45.1 du Traité (Application provisoire) : « Les signataires conviennent d’appliquer le présent traité à titre provisoire, en attendant son entrée en vigueur pour ces signataires conformément à l’art. 44, dans la mesure où cette application provisoire n’est pas incompatible avec leur Constitution ou leurs lois et règlements ». Le point 2. de l’article prévoit un second cas Le point 3. a), b) et c) de cet article dispose également que : « a) Tout signataire peut mettre un terme à son application provisoire du présent traité en notifiant par écrit au dépositaire son intention de ne pas devenir partie contractante au présent traité. La fin de l’application provisoire prend effet, pour tout signataire, à l’expiration d’un délai de 60 jours à compter du jour où le dépositaire reçoit la notification écrite du signataire. – b) Lorsqu’un signataire met fin à son application provisoire en vertu du point a), l’obligation qu’il a, en vertu du par. 1, d’appliquer les parties III et V à tout investissement réalisé dans sa zone au cours de l’application provisoire par des investisseurs des autres signataires reste néanmoins valable, en ce qui concerne ces investissements, pendant vingt ans à compter de la date effective de fin d’application, sauf disposition contraire du point c). – c) Le point b) ne s’applique pas aux signataires énumérés à l’annexe PA. Tout signataire est retiré de la liste figurant à cette annexe dès qu’il a adressé une demande à cet effet au dépositaire ».
        La Russie n’a pas eu le nez creux lors de la signature de l’accord et n’a pas suivi le même régime juridique que l’Allemagne, la République-Tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la Lituanie qui ont refusé de se voir appliquer l’article 45, point 3, b). Concernant la Russie, cela signifie que les parties III (Promotion et Protection des Investissements), IV (Dispositions Diverses) et V (Règlements des Différends). Concernant la Partie V, c’estl’article 26 qui règle la question des différends entre investisseurs et états.
        Concernant l’interprétation de l’article 45, le Tribunal écarte le moyen, invoqué par les requérants, tiré du lien automatique entre la déclaration exigée à l’article 45.2 et la protection potentiellement offerte à l’État à l’article 45.1. Il écarte ensuite l’argument tiré de la nécessité d’une déclaration formelle pour que l’état estime que l’application provisoire de certaines dispositions est incompatible avec sa Constitution, ses lois ou ses réglements. Tout le débat s’est donc focalisé sur l’interprétation de la portion de phrase suivante : “Les signataires conviennent d’appliquer le présent traité à titre provisoire, en attendant son entrée en vigueur pour ces signataires conformément à l’art. 44, dans la mesure où cette application provisoire n’est pas incompatible avec leur Constitution ou leurs lois et règlements”. Le Tribunal a estimé que cette phrase devait se lire, non pas comme s’il fallait interpréter chaque article du traité pour voir si l’application provisoire de telle ou telle disposition était compatibles avec les règles nationales, mais comme si le principe de l’application provisoire de l’ensemble du Traité était compatible avec les règles nationales. Cette approche “tout ou rien” est défavorable aux états. Cette interprétation étant posée, la Russie s’est retrouvé relativement démunie pour contester que l’application de l’ensemble du traité pouvait être en soi contraire à ses règles nationales. On le voit clairement à partir de la page 122 de la sentence sur la recevabilité. In fine, on renvoyait uniquement à la question de savoir si la Russie avait bien signé le traité.
        Le tribunal a néanmoins pris la peine de préciser que le fameux article 26 n’était pas incompatible avec les règles nationales russes dans le contexte de l’affaire. La conclusion (page 146) était que le Traité s’appliquait à la Fédération de Russie en entier en ce qui concerne les investissements réalisés en Russie. (Dans la foulée de cette décision elle a cessé l’application provisoire des dispositions du traité).

        http://data.over-blog-kiwi.com/0/55/29/63/20140728/ob_580444_russie-cour-permanente-d-arbitrage.pdf


        • ulule Le 19 juin 2015 à 19h36
          Afficher/Masquer

          (Joachim Bergoug) – Quelle motivation des juges ?
          Je vais à nouveau la faire brève :

          – La Tribunal estime que les requérants (Ioukos et actionnaires etc…) ne pouvaient pas s’attendre à une telle réaction de la Russie dans l’application de sa législation fiscale, même au regard de l’incertitude pesant sur la légalité de nombreuses opérations de l’entreprise. Les arrestations et le montant des amendes ne pouvait pas être anticipé par les requérants (point 1578).

          – Le Tribunal estime, comme d’autres tribunaux avant lui, que “l’objectif premier de la Fédération de Russie n’était pas de collecter des taxes, mais plutôt de mettre en faillite Yukos et de s’approprier ses actifs précieux”. Cette conclusion est déduite du traitement judiciaire infligé aux requérants. On ne parle pas ici des conditions de détention ou autre, mais principalement du montant de recouvrement de TVA infligé à YNG (Yugansneftegaz) (13 milliards de dollars) et de sa mise aux enchères à un prix minime. Cependant, le tribunal relève que pour ses actions, justifiées ou non, Yukos aurait été en mesure de payer sans avoir à être mise en faillite et liquidée. Le tribunal précise entre parenthèses : “à moins que la Fédération de Russie ait eu pour but sa liquidation et ait trouvé de nouveaux motifs supplémentaires pour parvenir à cette fin, ce que le second procès criminel de Messieurs Khodorkovski et Levedev suggère en effet”.

          – Le Tribunal estime que les mesures prises par la Russie s’analyse comme des mesures ayant un “effet équivalent à une expropriation ” au sens de l’article 13 du Traité sur la Charte de l’Énergie.

          – Les 4 conditions cumulatives prévues à l’article 13 ne sont pas remplies :
          1° L’intérêt public de la “destruction” de la première compagnie pétrolière russe est “profondément questionnable”.
          2° Le traitement de Yukos aurait pu être discriminatoire eu égard au traitement des autres compagnies, mais aucune des parties n’a pu prouver ou infirmer de manière satisfaisante cette assertion.
          3° Les mesures prises par la Russie n’ont pas été effectuées avec “toutes les garanties prévues par la loi” notamment eu égard au traitement des accusés et au fait qu’il semble que le tribunal se soit plié à la volonté du Kremlin en mettant en faillite la compagnie, en assignant ses actifs à une entreprise contrôlée par l’état et en incarcérant un homme qui donnait des signes de devenir un opposant politique.
          4° Il n’y a pas eu de compensation juste et équitable.
          La responsabilité de la Russie est donc établie.

          Le Tribunal a cependant reconnu des fautes secondaires de la part des requérants. Fautes secondaires dont le Tribunal a néanmoins estimé qu’elles ont contribué à 25% du préjudice qu’ils ont éprouvés du fait de la destruction de Yukos (point 1637). Proportion qualifiée de juste et raisonnable par le Tribunal (le mode de fixation étant laissé à l’appréciation des juges).


        • ulule Le 19 juin 2015 à 19h38
          Afficher/Masquer

          (Joachim Bergoug) – Conclusion

          On pourrait dire que les détails d’un accord juridique international ont mené la Russie à perdre un procès en raison d’agissements relevant de ses affaires intérieures. C’est très probablement ce que l’on doit penser en ce moment même à Moscou en se maudissant de ne pas avoir pris plus de précautions au moment de la signature de cet accord jamais ratifié.

          On peut également s’inquiéter de cette nouvelle démonstration de la puissance des investisseurs privés au sein des tribunaux arbitraux qui n’hésitent pas à s’appuyer sur les clauses les plus techniques des traités internationaux pour mettre en difficulé des états-souverains. Dans le contexte de la négociation du TTIP et de la discussion sur les mécanismes de règlement des différends investisseurs-états, la question va se poser surtout quand on connaît la puissance financière des holdings américaines. L’affaire étant couverte par les articles 1049 et 1050 du Netherlands Arbitration Act de 1986, un appel est possible devant un second tribunal arbitral (il me semble).

          P.S : Contrairement à la dépêche AFP, la Russie n’a pas été condamnée à une “amende” mais à indemniser des parties.


          • Citoyen Le 20 juin 2015 à 18h37
            Afficher/Masquer

            Merci de votre éclairage.
            Un peu comme dans le cas d’une expropriation?
            Indemnisation.


        • ulule Le 19 juin 2015 à 19h41
          Afficher/Masquer

          Cour Permanente d’Arbitrage > Affaires > Affaires anciennes > Hulley Enterprises Limited (Chypre) c. La Fédération de Russie; Yukos Universal Limited (île de Man) c. La Fédération de Russie; Veteran Petroleum Limited (Chypre) c. La Fédération de Russie (2014)
          URL : http://www.pca-cpa.org/showpage.asp?pag_id=1600

          La CPA a fait fonction de greffe dans ces trois arbitrages conduits conformément au Règlement d’arbitrage de la CNUDCI de 1976 en vertu du Traité sur la Charte de l’Énergie de 1994.

          Les membres du Tribunal arbitral étaient :

          L’Honorable L. Yves Fortier C.P., C.C., O.Q., c.r.
          Dr Charles Poncet
          M. le juge Stephen M. Schwebel

          Les parties demanderesses étaient représentées par :

          M. le professeur Emmanuel Gaillard
          Dr Yas Banifatemi
          Mme Jennifer Younan
          SHEARMAN & STERLING LLP

          La partie défenderesse était représentée par :

          Dr Claudia Annacker
          M. Lawrence B. Friedman
          M. David G. Sabel
          M. Matthew D. Slater
          M. William B. McGurn
          M. J. Cameron Murphy
          CLEARY GOTTLIEB STEEN & HAMILTON LLP

          M. Michael S. Goldberg
          M. Jay L. Alexander
          Dr Johannes Koepp
          M. Alejandro A. Escobar
          BAKER BOTTS LLP

          Documents (disponible en anglais uniquement)

          Sentence finale rendue le 18 juillet 2014, Hulley Enterprises Limited (Chypre) c. La Fédération de Russie
          Sentence finale rendue le 18 juillet 2014, Yukos Universal Limited (île de Man) c. La Fédération de Russie
          Sentence finale rendue le 18 juillet 2014, Veteran Petroleum Limited (Chypre) c. La Fédération de Russie
          Sentence provisoire sur la compétence et la recevabilité rendue le 30 novembre 2009, Hulley Enterprises Limited (Chypre) c. La Fédération de Russie
          Sentence provisoire sur la compétence et la recevabilité rendue le 30 novembre 2009, Yukos Universal Limited (île de Man) c. La Fédération de Russie
          Sentence provisoire sur la compétence et la recevabilité rendue le 30 novembre 2009, Veteran Petroleum Limited (Chypre) c. La Fédération de Russie


      • anne jordan Le 22 juin 2015 à 16h14
        Afficher/Masquer

        mille pardons : une question vraiment bête
        que viennent faire les DROITS DE L HOMME dans une histoire d’actionnaires lésés ???( que ce soit suite à une fraude ou non )
        Alors demain si Tsipras ou qui que ce soit d’autre procède à une nationalisation dans l’urgence ( tiens , je pense à l’Islande ! ) ils auront affaire à la CEDH?


        • Surya Le 22 juin 2015 à 16h24
          Afficher/Masquer

          Article 17 de la DDH.


          • anne jordan Le 22 juin 2015 à 16h42
            Afficher/Masquer

            merci , @surya , excusez ma naïveté !


        • Carabistouille Le 22 juin 2015 à 16h44
          Afficher/Masquer

          HO HO HO
          ON MELANGE TOUT LA!!!!

          la CEDH a statué EN FAVEUR de la Russie.

          Ce que les médias nous présente comme LA COUR de La Haye n’est en fait que LE tribunal ARBITRAL. c’est à dire le genre de daube qu’on nous promet avec le TIPP.


          • anne jordan Le 22 juin 2015 à 16h52
            Afficher/Masquer

            Non @carabistouille , on ne mélange pas tout ; Surya a bien répondu : ma question portait sur la compétence des ” droits de l’homme ” en matière d’évasion fiscale et autres magouilles !
            j’avais bien lu que la CEDH s’était prononcée en faveur de la Russie et je suis quotidiennement occupée à diffuser tous arguments anti tribunaux arbitraux , mais , pour moi , et c’est là que je me taxe de naïveté , les histoires de fric , surtout d’impôts , n’entraient pas dans le domaine si noble ( ! ) des D de l’H.


  2. nouche Le 19 juin 2015 à 05h01
    Afficher/Masquer

    un avant gout de ce que sera le monde de demain, quand les oligarques pourront saisir des tribunaux lointains pour venir saisir nos emplois


  3. jave Le 19 juin 2015 à 05h46
    Afficher/Masquer

    Info RFU : en cas d’un défaut de la Grèce, la France va nationaliser toutes les sandwicheries grecques de Paris.


  4. DUGUESCLIN Le 19 juin 2015 à 05h52
    Afficher/Masquer

    Après la punition de la BNP en France, puis celle de la Russie, et les autres qui suivront, on sait qui dirige le monde.
    La haute finance internationale n’a que faire des souverainetés et des peuples qui en dépendent.
    Les démocraties ne sont plus au service des peuples alors qu’elles ont été créées pour ça. Elles n’en ont plus que le nom.
    Mais du même coup on connaît “l’ennemi” et on sait, qui, il faut combattre.
    Les pays d’Europe devraient suivre l’exemple des BRICS.


    • atomix Le 19 juin 2015 à 09h14
      Afficher/Masquer

      “Les démocraties ne sont plus au service des peuples alors qu’elles ont été créées pour ça.”

      Vous n’avez ni compris pourquoi Napoléon se battait ni les conséquences de Waterloo.


      • Survenant Le 19 juin 2015 à 18h04
        Afficher/Masquer

        Napoléon se battait pour le peuple contre les rois. À Waterloo, Louis XVIII fut réintrôniser.

        Par la suite, les oligarches ont commencer à comprendre comment détourner la démocratie pour calmer les peuples et les spolier. Voir Guillemin, de mémoire L’autre avant guerre 1871-1914

        Il y a aussi le film Germinal qui donne bien le ton, sur ce qu’est un humain et ce que ça vaut.


      • Pierre Bacara Le 19 juin 2015 à 20h07
        Afficher/Masquer

        L’AFFAIRE IOUKOS, 2ème partie

        Pourquoi Khodorkovski est-il arrêté ?

        Dans l’année qui suit sa montée au pouvoir, l’administration Bush et Mikhaïl Kodorkovski préparent une prise de contrôle de Ioukos, alors numéro un du pétrole russe, par un géant pétrolier américain, qui sera soit Chevron Texaco soit ExxonMobil. A l’époque, les informations sur le sujet sont rarissimes et évoquent plus Chevron qu’Exxon. Plus tard, on saura que c’était Exxon. Qu’importe : dans un pays exsangue, la Russie, politiquement fragile et dont l’économie est de facto aux mains de centaines d’oligarques depuis l’effondrement de l’Union soviétique, l’affaire est prévue pour être rondement menée.

        Mais au Kremlin, Poutine finit par en avoir vent. Il réagit en décidant d’exploiter la situation par un coup massif, inattendu, dont il entend tirer trois messages : d’abord, faire comprendre à Washington qu’en Russie, l’interlocuteur n’est plus Mikhaïl Khodorkovski, mais l’Etat. Le message se double d’une copie carbone à l’attention des oligarques eux-mêmes qui, au passage, en reçoivent un troisième : nul n’est censé échapper à l’impôt. Afin que le message soit clairement audible, l’affaire fait l’objet d’une véritable chorégraphie : au petit matin du 25 octobre 2003, alors que le jet privé de Khorodkovski fait tranquillement escale à l’aéroport de Novossibirsk, c’est une unité antiterroriste au complet qui surgit dans l’appareil pour mettre l’oligarque le plus riche de l’époque en état d’arrestation. L’homme qui devait sa fortune à Boris Eltsine lui-même est arrêté comme un terroriste et déféré devant la justice comme Al Capone : pour fraude fiscale.

        Ioukos après Khodorkovski

        L’affaire ne reste pas au stade du symbole. Le président russe veut que Ioukos, du moins une partie, sous la forme de sa plus grosse entité, Ioukanskneftegaz, retourne dans le giron de l’Etat. Ce sont les amendes infligées à Ioukos qui vont servir de levier. En effet, pour s’acquitter de celles-ci, le numéro un russe du pétrole n’a d’autre choix que de revendre certaines de ses filiales, au premier plan desquelles Ioukanskneftegaz, pour 9 milliards de dollars. L’acheteur n’est autre que la compagnie pétrolière d’état Rosneft, dirigée par Sergueï Bogdantchikov, un ingénieur des mines spécialisé dans les technologies d’extraction pétrolière, homme de confiance du président. Pour l’anecdote, ce dernier s’est quand même fait un petit peu rouler dans la farine : les fameux 9 milliards sortent tout droit du chapeau d’un audit de JP Morgan qui n’a pas tenu compte du fait que Iouganskneftegaz avait, juste avant son rachat par l’Etat, revendu tout son matériel d’extraction à d’autres filiales de Ioukos. La valeur réelle de la société n’était plus que de 7 milliards – chiffre antérieurement retenu par un audit de Dresdner Kleinwort qui, lui, avait intégré le paramètre…

        Il semble que l’opinion russe n’ait pas tenu rigueur à Poutine de cet accroc ; pas plus que de l’amateurisme qui a présidé au rachat de Iouganskneftegaz, officiellement adjugé à une société que les médias ne connaissaient ni d’Eve ni d’Adam : Baïkal Finanzgroup. Un journaliste un peu espiègle s’était tout simplement rendu à l’adresse du siège, à Tver, en province, pour y découvrir simple boîte aux lettres dans une rue banale. Remonter jusqu’à Rosneft n’avait été qu’un jeu d’enfant. Un peu plus de quatre mois après les faits, le 14 mars 2004, Vladimir Poutine était réélu au premier tour de l’élection présidentielle avec 71 % des voix.

        Le rebondissement

        Depuis 2003, l’eau a coulé sous les ponts à Washington. Aujourd’hui, la monomanie pétrolière de l’ère Bush est has been. Les leçons de l’Irak et de l’Afghanistan ont été tirées, et les néo-conservateurs mènent désormais leurs guerres exclusivement par procuration, comme en Ukraine. Quant au contrôle des flux pétroliers, il n’est plus qu’une arme parmi d’autres dans un arsenal devenu multiforme. Aujourd’hui, la puissance des Etats-Unis d’Amérique s’exprime simultanément sur des fronts pluriels : on en connaît déjà certains piliers, comme la volonté farouche de maintenir le dollar comme monnaie de compte, de change et de réserve (malgré les QE qui le déprécient) ; on connaît aussi la guerre des cerveaux qui consiste à tenter de drainer vers les Etats-Unis le plus grand nombre possible d’experts venus du monde entier. On a moins conscience du protectionnisme sévère qui caractérise l’économie américaine (mercantilisme chez soi, libéralisme ailleurs). Plus discrètes se font la guerre de brevets (acquis au moyen du rachat puis de la liquidation des entreprises qui les détiennent), la guerre des normes (exportation des normes américaines ; la NSA qui n’espionne pas qu’Angela Merkel mais qui mène une véritable guerre du renseignement économique menée avec une approche quasiment militaire ; sans parler de fronts invisibles comme la pénétration des administrations étrangères pour faciliter l’implantation d’entreprises américaines.

        Au sein de cet inventaire, la guerre juridique occupe une place d’honneur. En effet, Washington a fini par postuler que l’existence même des Etats était un obstacle à l’ «empire » qu’a si bien dépeint en avril George Friedman, président de Stratfor, la première agence de renseignement privée américaine, devant le Chicago Council on Global Affairs. Cette guerre s’attaque à la notion même d’Etat, qui est la substance même du droit continental. Pour ce faire, elle veut lui substituer la notion de différend privé, celle qui anime le Common Law anglo-saxon [5]. A cette aune, la confrontation musclée que fut l’affaire Ioukos, du moins son premier acte (les USA puissance pétrolière contre la Russie puissance pétrolière) a changé de visage pour adopter celui d’un simple désaccord entre les actionnaires d’une entreprise et une personne morale, en l’occurrence l’Etat russe.

        L’antique bataille de l’or noir a ainsi rejoint le TAFTA dans la guerre mondiale du droit.

        [5] A ce sujet, je me permets de suggérer la lecture de l’excellent article de synthèse d’Olivier de Maison Rouge dans le n° hors série de l’hiver 2014 de la revue Conflits.


    • Pierre Bacara Le 19 juin 2015 à 20h03
      Afficher/Masquer

      La haute finance internationale n’a que faire des souverainetés et des peuples […]

      L’affaire n’est pas vraiment une affaire financière. A l’origine, elle fut pétrolière. Aujourd’hui, elle est juridique. Pour illustrer mon point de vue, je propose de revenir sur les événements qui l’ont déclenchée, et donc de nous replonger onze ans en arrière.

      L’AFFAIRE IOUKOS, 1ère partie

      L’affaire commence le samedi 25 octobre 2003 lorsque le PDG de la compagnie pétrolière russe privée Ioukos, Mikhaïl Khodorkovski, est arrêté sur soupçons de fraude fiscale.

      Qui est Mikhaïl Khodorkovski ?

      Afin d’éviter autant que faire se peut les sources russes, reprton-nous à ce qu’en dit en 2004 le magazine Forbes : «Arrêté pour fraude [fiscale] et recel en octobre 2003, l’homme le plus riche de Russie croupit dans une prison de Moscou. […] Khodorkovski […] s’affirme persécuté par le Kremlin pour ses critiques contre le gouvernement de Poutine. L’Etat a gelé la plus grande partie de ses actions Ioukos en attendant l’issue du procès. D’ici là, Forbes les comptabilise comme partie intégrante de son patrimoine. […] Ancien militant des Jeunesses communistes, Khodorkosvki a fait fortune au début des années 1990 dans la banque et les matières premières ; en 1995, il a acheté Ioukos à l’Etat à une fraction de sa valeur marchande. En 1999-2000, l’arrivée de dirigeants et d’auditeurs occidentaux a fait de Ioukos la première entreprise russe en termes de capitalisation boursière [1]». De fait, Khodorkovski a réalisé une plus-value indiscutable : il a acheté Ioukos à l’Etat pour 360 millions de dollars. Huit ans plus tard, elle en vaut quarante milliards (valeur en bourse 2003). Mikhaïl Khodorkovski en 2001 : http://top-terriens.fr/images/stars/mikhail-khodorkovski/MBKhodorkovsky1.jpg

      Dans quel contexte Mikhaïl Khodorkovski est-il arrêté ?

      La Russie de 2003 n’est pas celle d’aujourd’hui, loin de là. Vladimir Poutine est apparu au sommet de la scène politique russe, surgissant de nulle part, un beau jour de 1999, et suscitant une question qui avait fait le tour de la Russie en quelques heures : « Qui est ce type ? » Boris Eltsine lui a laissé en héritage un pays, le plus vaste du monde, qui fait figure de champ de ruines après une guerre. L’Etat a quasiment disparu. En quelques années, Moscou est devenue une espèce de Las Vegas, de Disneyland aveuglante, dégoulinante de mauvais goût, où tout, absolument tout est possible. Les Mercedes blindées aux vitres fumées filent comme des météores dans les rues, et les oligarques, les « nouveaux Russes », comme on dit à l’époque, constituent quasiment la seule forme de pouvoir palpable – avec leurs mafias. La seconde question que se posent les Russes est donc : « quelqu’un mettre-t-il de l’ordre dans ce chaos ? ».

      2003, c’est aussi l’année de l’éclatement de la guerre d’Irak, et cela comptera dans l’affaire Ioukos. En effet, à ce moment-là, les néo-conservateurs au pouvoir à Washington ont un programme, publié officiellement en 1997 sous le nom de Project for a New Americain Century, ou « Projet pour un Nouveau siècle américain ». [2] Ses signataires sont prestigieux : Jeb Bush, propre frère du président, promis à une carrière historique ; Dick Cheney, futur vice-président des Etats-Unis ; Donald Rumsfeld, futur ministre de la Défense de la guerre d’Irak ; Paul Wolfowitz, futur président de la Banque mondiale. «Notre but est de relever les défis et de rallier les soutiens à une suprématie américaine globale». Comment ? A cette époque, les néo-conservateurs sont encore ceux de l’ancienne école, celle qui prône d’aller jusqu’à des interventions militaires directes vouées à prendre le contrôle des flux pétroliers, perçus comme la sève suprême de la planète. Un demi-frère du roi d’Arabie Saoudite, Talal ibn Abd el-Aziz, observe alors : «les Etats-Unis cherchent à contrôler le pétrole parce que c’est une ressource stratégique». Le président des Etats-Unis, George W. Bush, est un ancien pétrolier texan [3]. Le vice-président, Dick Cheney, est l’ancien président de la société de services pétroliers Halliburton, celle-là même qui se taillera la part du lion dans les contrats signés en Irak. La secrétaire d’Etat, Condoleezza Rica, est une ex-cadre dirigeante de ChevronTexaco. L’un des super-tankers de la compagnie a d’ailleurs porté son nom avant d’être tout de même rebaptisé à l’accession au pouvoir George W. Bush en 2001. « Condy », comme on l’appelle à l’époque, a également été experte des Républiques d’Asie central centrale chez Chevron. Elle est aussi experte de l’ex-URSS et parle russe.

      Or, en ce qui concerne le patrimoine pétrolier russe, l’interlocuteur de Dick Cheney et de Condoleezza Rice, c’est Mikhaïl Khodorkovski. [4].

      (Suite dans L’AFFAIRE IOUKOS, 2ère partie)

      [1] Voici deux photos du Condoleezza Rice (international radio call sign C6-OK) : http://sfcitizen.com/blog/wp-content/uploads/2010/09/CondoleezaRiceOilTanker2.jpg et http://cdn2.shipspotting.com/photos/middle/0/4/3/1450340.jpg (ces images -là n’étaient pas disponibles à l’époque, celle qui l’étaient étaient des montages). Le navire a été rebaptisé Altair Voyager – même indicatif.

      [2] Le site est resté plus de dix ans ligne. Son URL était http://newamericancentury.org/. Il a été désactivé il y a au moins deux ans. Quelqu’un a-t-il eu l’idée d’en sauvegarder le contenu ? Je l’ignore.

      [3] Société : Arbusto Energy

      [4] La revue Politique internationale n° 104 de l’été 2004 le rappelait à l’poque sous laplume de Xavier Harel :
      http://www.politiqueinternationale.com/revue/read2.php?id_revue=18&id=111&content=texte « […] Khodorkovski était devenu un militant actif de la “grande alliance” énergétique russo-américaine. Il s’était alors imposé comme l’interlocuteur privilégié des grands pétroliers américains et de l’administration Bush. On le voyait à la table de Condoleezza Rice ou de Dick Cheney. Il avait nommé Henry Kissinger au conseil d’administration de sa fondation – l’Open Russia Society -, placé 300 millions de dollars dans le fonds Carlyle (un fonds d’investissement proche de la famille Bush), donné des conférences de presse à l’ambassade des États-Unis à Moscou et engagé, sans l’aval du Kremlin, des négociations avec Chevron Texaco et Exxon Mobil ».


      • Serge Le 19 juin 2015 à 21h47
        Afficher/Masquer

        Merci @Pierre Bacara .
        Saisissant d’imposture journalistique , ce raccourci sur RFI : ” Les autorités russes avaient, sous le prétexte infondé d’impôts impayés, exproprié et embastillé le propriétaire de Ioukos, l’oligarque Mikhaïl Khodorkovski, coupable d’anti-poutinisme.” .
        Honte à ces scribouillards !


      • Carabistouille Le 19 juin 2015 à 22h25
        Afficher/Masquer

        Et grace à son représentant européen, il contrôle aussi Marianne.


      • boduos Le 20 juin 2015 à 02h02
        Afficher/Masquer

        “youkos acheté par Khodorskosky 360 millions de dollars en valait 40 milliards huit ans plus tard” ………mais 3 semaines après cet achat,c’était déjà une valorisation de 16 milliards.
        c’est à dire que n’importe quel organisme de contrôle boursier , n’importe quel gouvernement qui se respecte reconnaitrait la spoliation de l’État russe .
        et les chefs d’inculpation ne manquent pas :delit de favoritisme ,delit d’initié (K. etait banquier),escroquerie en bande organisée,dissimulation d’actifs,faux bilans et j’en passe.
        et on voudrait accuser Poutine d’avoir inculpé ce pillard ( de son propre pays ) en utilisant une blanchisseuse appelée ” tribunal arbitral” qui par un simulacre d’attendus de pure forme n’arrive pas a dissimuler sous son masque sa véritable appellation de tribunal arbitraire .
        dès l’achat,le crime de spoliation est constitué,….. ensuite on peut effectivement du sexe de l’ange martyr.


  5. Greg Le 19 juin 2015 à 06h23
    Afficher/Masquer

    Donc si je comprends bien, c’est au contribuable russe de payer pour rembourser des actionnaires -des types qui ont suffisamment d’argent qui ne leur sert à rien pour mettre de la thune dans un conglomérat pétrolier de l’ère post-soviétique. Privatiser les profits, nationaliser les ardoises, une fois de plus.


    • arthur78 Le 19 juin 2015 à 08h55
      Afficher/Masquer

      Tu oublies les contribuables Francais @Greg, car les Russes ne vont évidemment pas rester sans réagir et les compagnies Francaises spoliées se retourneront bien sur vers l’état Francais, qui leur dira mais bien sur je vous comprends et je vais vous dédommager.

      Je me demande combien JM Vittori des echos a touché pour dire : l’Amerique gouverne par le Droit et le Rêve …

      http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/021103133759-lamerique-gouverne-le-monde-par-le-droit-et-le-reve-1124381.php#xtor=CS1-33


    • V_Parlier Le 19 juin 2015 à 11h04
      Afficher/Masquer

      C’est exactement çà: on veut faire payer les contribuables russes parce-que des charognards des années 90 estiment que l’Etat russe les a empêché de piller plus. C’est une atteinte à leurs droits! (Un petit rappel sur le personnage principal: http://www.youtube.com/watch?v=asrO2jNyZdI ).
      La France et la Belgique ont franchi une étape de plus: La déclaration d’une hostilité systématique et revendiquée excluant toute tentative de discuter sereinement. A coup de poings dans la g… c’est la diplomatie française d’aujourd’hui. Ce ne sont même plus des vassaux qui sont dans notre gouvernement, mais des petites frappes!


      • chios Le 19 juin 2015 à 13h11
        Afficher/Masquer

        Un petit résumé de l'”escalade” des provocations, depuis que Kerry est allé à Sochi.

        Kerry passe à la trappe.
        Scandale FIFA
        Saakachvili à Odessa.
        Transnistrie en casi blocus
        Armement des pays baltes
        Samantha Power à Kiev
        Menace de saisie des biens russes en Europe.

        C’est régulier et incessant, mais la Russie ne réagit jamais.
        Dans Russia Insider, un article très drôle.
        “Russian Non-Invasion Causing Concern in European Capitals”
        http://russia-insider.com/en/russian-non-invasion-causing-concern-european-capitals/ri8139

        D’autre part, attaque sur le régiment Azov par le congrès américain
        Réaction du gouvernement de Kiev:
        -meurtriers de Buzina inculpés.
        -soldats assassins arrêtés.
        -chef des services de sécurité remplacé
        -…
        Reaction du parti extrémiste???


        • V_Parlier Le 19 juin 2015 à 14h19
          Afficher/Masquer

          Bien que des purges soient en cours (éléments trop “salissants” pour Kiev devenant moins utiles et à faire disparaître), Azov est non seulement couvert par Kiev mais publiquement soutenu: http://www.youtube.com/watch?v=0dXUcdIVyZ4 . (Déjà posté dans un autre fil il me semble, mais de circonstance tout de même).


        • boduos Le 19 juin 2015 à 14h43
          Afficher/Masquer

          @chios

          mais tout est aléatoire..un battement d’ailes de papillon au Brésil peut déclencher une tornade en Europe.

          ici,Poutine a libéré korkorsky par humanité et voici le résultat.Mais au second degré,quelle leçon pour les nations qui vont peut être accelere leur recherche d’ un autre parapluie juridique et monétaire de tutelle.

          dans le même ordre ,a Maidan,Ianoukovitch,vu la température hivernale ,s’est refusé d’utiliser les canons à eau pour disperser l’assemblée hétéroclite (manifestants spontanés et manifestants soudoyés par les ONG de Soros et Nuland) et du coup ,il a eu les snippers.Cependant ,la Crimée n’aurait pu s’autodéterminer et rejoindre la fédération de Russie…. .

          action-reaction : pas sur que le bilan soit si favorable aux agresseurs….l’empire perd ses nerfs.


          • Lysbethe Lévy Le 24 juin 2015 à 18h18
            Afficher/Masquer

            Et bien voilà sur le plan moral, le droit, et humain l’UE/Usa démontrent qu’ils ont zéro sur toute la ligne. Si les citoyens russes pensaient avant que nos pays étaient le “must” et bien bravo, maintenant ils sont convaincu de l’inverse et rejoignent les pays déjà colonisés sur un fait : le monde anglo-saxon et européen sont les pires bandits, cow-boys, depuis très longtemps et sans doute regarderont en arrière tout ce qu’il leur a été pris avec le grand “rêve américain”. Je doute qu’ils se laissent faire plus tard et voient d’un très mauvais oeil les pays dits les “plus démocratiques”.

            Oui Khokordovski était un escroc ayant vendu les biens d’un pays et a fait de la taule, non il n’a jamais été mis en taule pour “raisons politiques” (retour a l’antisoviétisme primaire) et d’ailleurs dès qu’il a été libre il s’est empressé d’approuver le maidan et pense être le prochain président .!..

            D’ailleurs il n’y a que dans nos pays ou les escrocs a col blancs ne vont pas en taule., on le voit tous les jours avec les affaires suivies de non lieu….


  6. Kiwixar Le 19 juin 2015 à 06h27
    Afficher/Masquer

    J’ai l’impression qu’ils vont commencer par s’empresser de tout saisir à RT (émetteurs, micros, chaises, machine à café, journalistes). La lutte contre la “propagande” adversaire, c’est soit on bombarde le siège, soit on saisit. Heureusement qu’on fait partie du “monde libre”.


  7. Arnold99 Le 19 juin 2015 à 06h38
    Afficher/Masquer

    A l’heure ou la France appelle les investisseurs, quel beau signal lancé!!!! Les BRICS vont certainement méditer sur le sujet tout comme les pays émergents.

    Une décision d’émasculés et de décervelés.

    P.S. Les abats ont été transférés à Washington


  8. Ovuef2R Le 19 juin 2015 à 07h02
    Afficher/Masquer

    Au passage on admirera la rigueur journalistique de RFI qui voit dans le procès de IOUKOS un procès pour cause de “Poutinophobie aigüe” et apparement rien d’autre.


  9. passant Le 19 juin 2015 à 07h10
    Afficher/Masquer

    va y avoir de la soupe au polonium dans les assitettes !!


  10. jmdest62 Le 19 juin 2015 à 07h19
    Afficher/Masquer

    Suite à ce coup là , je vois bien l’Inde (et peut-être l’Egypte) renoncer à acheter nos “Rafales” 🙂

    @+


  11. Macarel Le 19 juin 2015 à 07h29
    Afficher/Masquer

    Nos gouvernements ne nous représentent plus, ils représentent les intérêts des banques et de la finance.
    L’Affaire grecque est là pour le démontrer, s’il le fallait encore.

    Hollande, Valls, sont des gestionnaires de fonds, qui gouvernent par décrets, par l’article 49-3 pour le compte de leurs donneurs d’ordres qui opèrent sur les marchés.

    Et ils sont prêts à aller encore plus loin avec le TAFTA, supprimant ainsi toute souveraineté, tuant ainsi pour de bon ce qu’il reste de démocratie.

    Voilà où nous en sommes, c’est ce qui arrive quand l’économie prend le dessus sur le politique.


    • Macarel Le 19 juin 2015 à 07h44
      Afficher/Masquer

      A ce propos lire le dernier billet de Jacques Sapir :

      La Grèce, l’Europe et la souveraineté

      http://russeurope.hypotheses.org/3966

      extrait :

      Cette révélation de la vraie nature de l’Union européenne conduit certains auteurs à la comparer à un « fascisme mou »[6]. Laurent de Sutter, professeur de droit et directeur de collection aux Presses universitaires de France, donne ainsi cette explication : « Ce délire généralisé, que manifestent les autorités européennes, doit être interrogé. Pourquoi se déploie-t-il de manière si impudique sous nos yeux ? Pourquoi continue-t-il à faire semblant de se trouver des raisons, lorsque ces raisons n’ont plus aucun sens – ne sont que des mots vides, des slogans creux et des logiques inconsistantes ? La réponse est simple : il s’agit bien de fascisme. Il s’agit de se donner une couverture idéologique de pure convention, un discours auquel on fait semblant d’adhérer, pour, en vérité, réaliser une autre opération »[7].

      La façon actuelle de gouverner de Valls et Hollande, par décrets et 49-3, relèvent de ce “fascisme mou”, ou ce que j’appelle le “libéral autoritarisme”.

      Tout comme relevait de ce “fascisme mou”, le fait sous la présidence Sarkozy, de nous imposer le Traité de Lisbonne, alors que le peuple avait rejeté le projet de TCE en mai 2005.

      Il ne faut pas s’étonner dès lors que ce “facisme mou”, fasse partout le lit d’un fascisme plus dur, en France en particulier. Car les pays qui ont connu historiquement ce fascisme dur, votent, lorsqu’ils protestent, plutôt pour l’instant, pour des partis de gauche radicale : Syriza, podemos sont les plus connus.
      La France a moins de défenses immunitaires contre le fascisme dur, ce qui explique le succès du FN.


      • Citoyen Le 19 juin 2015 à 08h23
        Afficher/Masquer

        Le Danemark – 18 juin. Elections.
        Montée significative de l’extr-droite – raciste-
        2è parti du Dk.


        • Kiwixar Le 19 juin 2015 à 10h18
          Afficher/Masquer

          Pour les Capitalistes et les Financiers (la super-classe), l’immigration est une double bénédiction :
          – elle tire les salaires à la baisse, divise les employés
          – elle amène la droite et l’extrême-droite au pouvoir (toujours pro-capitalistes, pro-finance, pro-riches)


          • Anouchka Le 19 juin 2015 à 15h47
            Afficher/Masquer

            Qui peut être “pour” l’immigration à votre avis en France, à part les employeurs qui n’arrivent pas à trouver une main d’œuvre qui leur convient et peut-être certains démographes qui anticipent un déficit de population difficilement compatible avec le paiement des retraites futur au niveau promis aujourd’hui…?
            Les autres ne font que subir une situation de fait, déchirés (pour les plus sensibles) entre leurs valeurs chrétiennes sécularisées qui leurs enjoignent de secourir les miséreux, d’accueillir l’étranger, le faible, l’autre, etc…. Et leur instinct d’auto-conservation qui leur dit que la misère est contagieuse et que la situation économique avantageuse du travailleur français moyen par rapport aux travailleurs de Chine, du Bengladesh ou d’ailleurs ne tienne qu’à une seule chose : leur nationalité . Si tout le monde peut devenir francais ou si etre francais ne veut plus dire grand chose… Comment justifier la situation economique avantageuse -la sécurité sociale, les retraites décentese,etc. – qui existe uniquement parce qu’existe l’idée de solidarité nationale et donc de redistribution. Et je ne parle même pas des droits politiques – liberté d’opinion et autres- qui n’existe que parce qu’il y a une idée d’unité nationale (si les groupes de gens sur un territoire sont trop hétérogènes, si les uns souhaitent l’application de la charia quand les autres souhaitent l’application du droit canon ou que sais-je encore, il n’y a plus de possibilité d’organiser un “état de droit”).


          • V_Parlier Le 19 juin 2015 à 16h18
            Afficher/Masquer

            D’ailleurs, être “pour l’immigration” çà a un sens? Il y a des objectifs à atteindre? Tout ceux qui visent à réguler l’immigration sont de toutes façons classés dans les “contres” (raison probable de la réponse d’Anouchka que je comprend dans ce sens: l’immigration planifiée en tant qu’objectif).


          • ulule Le 19 juin 2015 à 21h02
            Afficher/Masquer

            Des migrants environnementaux aux migrants climatiques : un enjeu définitionnel complexe URL : http://conflits.revues.org/18563#text

            La pratique d’accorder l’asile aux personnes fuyant la persécution dans des pays étrangers constitue l’une des plus anciennes marques de civilisation.
            Le Bloc BHO y est pour quelque chose (Irak, Lybie, Syrie, etc…). On notera que le premier prédateur, les US, s’en lavent totalement les mains ! En Europe, on fait mine d’être surpris. Il existait pourtant un solution toute simple : la non ingérence… mais c’était sans compter sur l’appétence, l’avidité de la finance et des multinationales et des politiques corrompus qui nous conduisent droit au mur.


            • Serge Le 19 juin 2015 à 22h26
              Afficher/Masquer

              Vous oubliez que l’immigration sert aussi et surtout à doper la consommation en Europe .
              Même si ça fonctionne en partie comme une bulle ,par un transfert de l’épargne des autochtones vers la consommation: Aides publiques diverses et variées aux arrivants,plus d’emplois publics induits par la présence de ces populations (à hopital,dans l’enseignement,etc …).
              Et ça bizarrement ,personne n’en parle .Même pas MLP .


          • Serge Le 19 juin 2015 à 22h05
            Afficher/Masquer

            “- elle amène la droite et l’extrême-droite au pouvoir (toujours pro-capitalistes, pro-finance, pro-riches)”
            Quel est ce parti d’extrême droite pro-capitailste ,pro-finance,pro-riches ?
            Je ne vois pas .Un groupuscule dont j’ignore le nom ,probablement …


          • Kiwixar Le 19 juin 2015 à 22h26
            Afficher/Masquer

            Ca ne veut rien dire “être pour/contre l’immigration”… l’immigration, c’est comme les médicaments : “tout est poison, rien n’est poison, tout dépend du dosage”. L’immigration à un niveau assimilable est bénéfique, à haute dose comme en France actuellement, ça tue le patient en détruisant la classe moyenne. Il n’y a que les riches qui bénéficient de l’immigration massive et incontrôlée.

            Je suis pour une immigration sélective et contrôlée comme le font 180 pays sur 200 sur la planète, sur le modèle néo-zélandais, australien, canadien : (1) apporter quelque chose au pays (skill, entreprise, investissement (2) être en santé parfaite (aucun coût initial sur le système de santé (3) parler la langue (4) pas de casier judiciaire, même mineur (5) respecter les “valeurs” du pays d’accueil, ce qui inclut l’égalité homme/femme et le respect des lois nationales.

            Ceci doit être combiné à une politique extérieure “ne pas nuire” envers les pays du Tiers-Monde, c’est-à-dire ne pas piller leurs ressources, ne pas dégommer leurs dictateurs modérés, ne pas leur fournir de l’aide “gratuite” détruisant leurs producteurs locaux.

            Et “chacun se gère” : avant d’aider les étrangers, je pense qu’il faut d’abord aider tous les Français qui sont dans le dénuement et la misère, et assurer un avenir de qualité aux jeunes, autre que de payer nos dettes et nettoyer notre pollution. Quand on aura finit de remettre la France sur pieds, on ira aider les autres.


        • Chris Le 19 juin 2015 à 18h09
          Afficher/Masquer

          Le Parti populaire danois (Dansk Folkepart, DF) au Danemark arrivé deuxième … Il exige un référendum :
          http://www.lematin.ch/monde/parti-populaire-danois-exige-referendum-ue/story/21713941
          Je suis peut-être naïve, mais en quoi ce parti est-il d’extrême droite ?
          Raciste pour vouloir contrôler une immigration incontrôlée, remettre en cause Schengen ? Tous les Européens en rêvent. Les USA et l’Australie et bien d’autres le font !


      • Laurent Le 19 juin 2015 à 10h31
        Afficher/Masquer

        > Pourquoi continue-t-il à faire semblant de se trouver des raisons, lorsque ces raisons n’ont plus aucun sens – ne sont que des mots vides, des slogans creux et des logiques inconsistantes ?

        De mon point de vue la réponse est plus pratique : il s’agit d’anesthésier ceux qui y croient encore. Ralentir le réveil de la conscience du plus grand nombre. Profiter le plus longtemps possible d’une situation très favorable.

        OU

        Plus prosaïquement, parce qu’à force de dire des mensonges à longueur de journée, ils ont fini par y croire eux même. Un peu comme des dealers qui auraient fini par consommer et seraient devenus accro à leur propre poison.


      • Oliv Le 19 juin 2015 à 14h40
        Afficher/Masquer

        Le FN, un parti fasciste dur ? Vous êtes sur de ce que vous avancez ?

        Mais vous voulez quoi, pour la France, au juste ? Du mou ou du dur ? Du tortueux ou de l’inflexible ?

        La France a commencé à se ramollir en 1974. Nouvelle ère avec un président soucieux de son image médiatique. Notre pauvre pays est maintenant quasiment liquéfié, on y pénètre sans rencontrer la moindre résistance.


        • rototo Le 19 juin 2015 à 20h24
          Afficher/Masquer

          en tout cas, on veut pas d’olibrius comme vous aux manettes, pitié.
          Les numéros de durs et tatoués, je vois pas qui ça peut encore impressionner. Votre virilité est-elle si mal en point pour que vous nous asséniez ce numéro périmé non pas depuis 1974 mais depuis l’homme des cavernes à peu près ?


          • Oliv Le 21 juin 2015 à 13h10
            Afficher/Masquer

            Quelle agressivité. Perdre son sang froid pour si peu !


    • politovore Le 19 juin 2015 à 08h59
      Afficher/Masquer

      Dans la vie, il y a les résistants et les collabos. Chacun devant assumer ses responsabilités jusqu’au bout…. Il m’est dans l’idée que certains, parmi les collabos essentiellement, n’imaginent pas à quoi ils s’exposent, si persuadés qu’ils sont d’être au-dessus du lot du commun, d’avoir toujours la possibilité de s’en tirer. Est-ce si sûr ? La capacité de résilience se façonne à l’aune des difficultés rencontrées. Nos parasites de politiques et de journalopes sont à se titre, très très loin du compte.


  12. Caliban Le 19 juin 2015 à 07h45
    Afficher/Masquer

    Hollande devrait rouvrir le dossier des emprunts russes.
    Suffit de demander à Lagarde d’organiser un tribunal d’arbitrage, elle à l’habitude …


    • boduos Le 19 juin 2015 à 14h58
      Afficher/Masquer

      @caliban
      pour le même prix,en y ajoutant suez,panama,euro-tunnel et voir coté gendarme de la bourse à New York qui a fermé les yeux sur Lehman brothers ,Madok ,les subprimes….and so what.


  13. Pierre Ratcliffe Le 19 juin 2015 à 07h51
    Afficher/Masquer

    N’allons pas si vite en interprétations. Les institutions sont là pour protéger les individus les entreprises le droit de propriété etc… Et la prospérité de nos pays démocratiques en est la preuve. La cour européenne des droits de l’homme a fait son boulot pour cela.


    • arthur78 Le 19 juin 2015 à 09h02
      Afficher/Masquer

      Excusez moi @Pierre de ne pas être un milliardieme de seconde d’accord avec vous.


    • ponsov Le 19 juin 2015 à 09h36
      Afficher/Masquer

      “Les institutions sont la pour protéger les individus les entreprises le droit de propriété etc”
      PIERRE RATCLIFFE sous réserve que les USA et leurs alliés directs soient d’accord. Quand PSA voulaient prendre le marché Iranien de l’automobile, les USA ont racheté des parts de PSA et ont invoqué les sanctions anti Iran pour faire perdre le marché à PSA, devinez qui à récupérer le marché après, Général Motors !!!!

      Mon camarade est exportateur de vaches montbéliiardes en Russie cela fait un un qu’il perd 20 pourcent de son chiffre d’affaire à cause de l’embargo, on vient d’apprendre que BELL hélicoptère venait de transférer une de ses technologies à un géant russe de l’aviation militaire et que la NASA continuait d’acheter des propulseurs Russes.

      Israel vend sous label israelien des produits provenant de territoires illégalement occupés et reconnus comme tels par la justice, ce qui constituent au mois 50 infractions au commerce international: réponse aux milliers de plaintes déposées: “les sanctions ne seraient pas une bonne chose” dixit l’OMC

      Dans le monde des bisounours effectivement votre commentaire est vrai mais pas ici bas…


      • arthur78 Le 19 juin 2015 à 13h55
        Afficher/Masquer

        Autre exemple Bisounorsien, la liste des partenaires du Forum Economique de St Petersburg : pas un Francais, beaucoup d’ Allemands, Microsoft vers le bas à Droite …

        http://www.forumspb.com/en/2015/sections/1/materials/257

        Même l’Ambassadeur US à Kiev s’en est ému

        Geoffrey Pyatt ?@GeoffPyatt Jun 15
        Given ongoing #russianaggression, making very clear to US businesses the econ + reputational risks of attending St Petersburg Forum (@SPIEF)

        Ben ouais c’est vrai vous charrier les gars, on est quand même en guerre avec les Russes.


        • Scorpionbleu Le 21 juin 2015 à 21h12
          Afficher/Masquer

          Avec les Mistral sur les bras et une image de lâches à travers le monde !


    • step Le 19 juin 2015 à 10h33
      Afficher/Masquer

      ah ben dans ce cas là, il faudrait punir le gouvernement russe puis annuler la richesse de tous ces oligarches en exil, car elle a été obtenue par la corruption et le vol du gouvernement russe et de sa population. Je suis pour.

      La propriété privée n’est pas une fin en soi. Et raboter la richesse de ces truands ne les met pas pour autant en danger. La prospérité de nos pays démocratiques ? On en reparle dans 15 ans quand la bulle financiariste sera dégonflée ?


  14. Boubanka46 Le 19 juin 2015 à 07h57
    Afficher/Masquer

    Mikhaïl Khodorkovski n’est pas le héros présenté dans les média occidentaux. Ils s’est nourri sur le dos de la bete soviétique. Il a bradé la richesse russe aux compagnie anglo-saxonnes sans regarder l’intéret de son pays. Il n’a pas accepté que les élus reprennent le pouvoir politique aux oligarques. De ce fait la plus part des russes le considèrent comme une fripouille. Biensur celà ne justifie pas les méthodes, digne du kgb, employées par Poutine pour lui retirer son pouvoir de nuisance.


    • GPL10 Le 19 juin 2015 à 08h49
      Afficher/Masquer

      Boubanka,

      Peu importe la méthode. D’ailleurs si je ne m’abuse son procès a été approuvé/validé par la CEDH comme étant juste, où est le problème ?

      Ce gars là a récupéré une grande partie de la richesse nationale à vil prix, il s’en est mis plein les poches immédiatement. Il a vendu des parts (et voulait en vendre plus) à des actionnaires / sociétés étrangères, malgré les avertissements (ou recommandations comme vous voulez) du gouvernement. A ce niveau il s’agit de ressources stratégiques. Il a en plus de ça fraudé à grande échelle en spoliant l’Etat de recettes d’impôts qui pourtant ne sont pas élevés en Russie.

      C’est bien un gros pourri qui a bien mérité son sort. Et encore je trouve qu’il s’en est bien sorti, il est toujours en vie. Comme quoi, les “méthodes, dignes du kgb” ont évolué. Serait-ce parce qu’il s’agit maintenant du FSB ?

      Bonne journée


      • V_Parlier Le 19 juin 2015 à 11h42
        Afficher/Masquer

        Il a été en effet beaucoup trop bien traité, ce Khodorkovsky (d’où mon lien dans mon commentaire de 11h04 plus haut).


      • Lysbethe Lévy Le 24 juin 2015 à 18h32
        Afficher/Masquer

        Oui un gros pourri, qu’Amnesty internationnal “nous a vendu” comme un pauvre innocent dans “un goulag” (ils sont tous fermés pourtant ) donc en taule et pas avec les “truands” ou les “petits délinquants”, pour antipoutinisme primaire. Ben oui les ONG comme A. I financées par les Soros, Rockfeller, ne servent pas que pour les bonnes causes mais aussi pour faire de l’ingérence contre un pays.

        Donc voilà le type est riche protégé ne fait surement pas toute sa peine, le méchant Hitler ex-Kgbiste, l’ayant relâché après quelques années de prisons, et en plus il faut le défendre ? Oui trop gentil le poutine !


    • Manu Le 19 juin 2015 à 09h12
      Afficher/Masquer

      Sauf que la Méthode Poutine a largement portée ses fruits, kgb style ou pas.
      Il traite les ordures. Et Khodorkovski est une des pires ordures de l’oligarchie Russe post URSS.


      • Serge Le 19 juin 2015 à 22h38
        Afficher/Masquer

        Un type qui s’apprêtait à livrer le gaz et le pétrole de la Russie à Exon ,donc aux EU est en effet du point de vue de l’intérêt général russe ,la pire des ordures .
        Je ne vois pas en quoi ,il mériterait de la compassion et encore moins de l’admiration .Sauf si on est un lèche-botte de l’ordre mondial US .


        • Anouchka Le 20 juin 2015 à 08h20
          Afficher/Masquer

          Rassurez-vous, des ordures de ce type, proches du Kremlin comme l’était Khodorkovski, il en reste encore beaucoup en Russie


          • Marie Le 21 juin 2015 à 16h02
            Afficher/Masquer

            Anuchka,
            si vous avez regardé le film russe “Le président”, vous avez dû entendre VV. Poutine raconter cette période de son ascencion au pouvoir. Quand il a accédé a&u pouvoir, les oligarques comme Khodorkovski lui ont déclaré une véritable guerre, on lui a dit ouvertement qu’il ne pourrait pas être président de la Russie.
            La première chose que Poutine a fait – il a obligé les “nouveau russes” de commencer à payer les impôts, une chose normale dans un pays.
            Oui, il y a des oligarques en Russie comme partout dans le monde, mais maintenant ils paient les impôts!


            • Anouchka Le 21 juin 2015 à 18h20
              Afficher/Masquer

              Je ne prétends bien sur pas connaître le fin mot de l’histoire de la Russie post-soviétique, mais je sais, pour l’entendre dire autour de moi par les gens qui ont des business plus ou moins gros en Russie, que, pour faire carrière dans les secteurs vraiment clés de l’économie russe, il faut “avoir quelque chose à se reprocher vis à vis de l’état”, c’est à dire que l’on puisse, si c’est nécessaire, vous tomber dessus et vous inculper “tout a fait légalement” de malversations ou autre. C’est une pratique qui n’est pas propre à la Russie, c’est également paraît-il un critère d’admission dans le fameux club Skulls&bones aux US, par exemple. Neanmoins, cela relativise le fait que, effectivement, Poutine essaye de rationnaliser le fonctionnement de l’état et de faire rentrer l’impôt dans les caisses. Après, avec un impôt sur le revenu à 13%, on ne va pas très loin non plus…


    • KB Le 19 juin 2015 à 09h51
      Afficher/Masquer

      Mais c’est quoi au juste ces méthodes dignes du kgb s’il vous plaît ? Pourriez-vous développer ?

      L’individu a été accusé, jugé, fait sa peine.
      N’est-ce pas une procédure courante dans tout pays démocratique. Ou juste parce que c’est la Russie il devrait y avoir des “coquilles”.
      Vous prétendiez que les preuves ont été faussées? Il a été abusé dans son droit durant le procès ?
      S’il y a des méthodes du KGB, alors cette organisation s’est étendue jusqu’en France, rappelez-vous le procès de certain Jérôme K. et son amende “réaliste” et celui de Bernard T. vs le LCL. Je les cite pas pour polémiquer mais pour souligner que ces deux cas suscitent plus de questions que de réponses et laissent des zones d’ombres gros comme Australie.


      • achriline Le 19 juin 2015 à 11h10
        Afficher/Masquer

        Il a même été gracié par “le méchant” Vladimir Poutine et libéré le 20 décembre 2013. Serait-ce ça les méthodes dignes du kgb en vigueur dans la “dictature poutinienne” en vigueur en Russie. 😉


        • V_Parlier Le 19 juin 2015 à 11h44
          Afficher/Masquer

          S’il y a quelque chose que les russes vont reprocher à Poutine, c’est d’avoir été trop tendre, rien d’autre ici!


        • KB Le 19 juin 2015 à 18h47
          Afficher/Masquer

          V.Poutine l’a expliqué pendant son marathon TV questions-réponses (en direct sur la TV russe). La maman de l’individu était mourante, le président a estimé que la peine a été suffisamment purgée et que moralement le fils devrait être à côtés de sa mère mourante. L’individu a passé plus de temps devant les médias qu’avec sa maman, jurant ne plus jamais faire de la politique. Quelques mois après (3 ou 4 mois) il a fait ses valises et est parti au bord du lac de Genève comme un vrai léniniste-révolutionnaire – il est plus habile d’organiser une révolution de l’étranger. D’où on attend sa logorrhée anti-poutinienne même en Uruguay.


          • Lysbethe Lévy Le 24 juin 2015 à 18h35
            Afficher/Masquer

            Et devinez repris par un pseudo-philosophe toujours prompt à défendre la veuve et l’orphelin …oui !


  15. Max Le 19 juin 2015 à 08h14
    Afficher/Masquer

    Tout cela fait partie des décisions des pays occidentaux d’appliquer leurs lois partout dans le monde et de ce fait se mettant au-dessus de ces mêmes lois.
    La Russie se fait volontairement baiser par sa volonté de maintenir des liens avec l’occident, ce qui l’expose à ce genre de mésaventures.
    La 1ere erreur vient de Poutine lui-même, afin de faire plaisir aux occidentaux, il à accordé son pardon a cet homme d’affaire véreux et l’a fait libéré par anticipation.
    La 2eme erreur est de continuer à avoir des actifs saisissables dans les pays occidentaux.

    La Chine dont les avoirs en occident sont incommensurablement plus importants n’est pas touchée.


    • atomix Le 19 juin 2015 à 09h48
      Afficher/Masquer

      La Russie représente, la seule candidate en lyce pouvant détroner sur le long terme les États-unis. Alors on refait le coup de la seconde guerre mondiale en finançant des Nazis, en Ukraine cette fois. Poutine est très fort. Pour le moment, il n’a pas commis d’erreur. Mais le harcèlement continue, ce qui tôt ou tard devrait amener soit son départ anticipé ou à tout le moins limiter l’essor économique de la Russie, le temps qu’un corrompu ou un incompétent finisse par le remplacer.

      Si Poutine arrive à être assez patient avec l’Ukraine, et de les convaincre de laissez tomber l’Europe et les États-unis, ce qui devrait arriver quand même assez rapidement étant donner que le niveau de vie des ukrainiens baisse vitesse grand V et ce n’est pas la vigueur de l’économie occidentale qui va inverser cette tendance Poutine fera échecs et mat! Il ne restera qu’aux américains de forcer la guerre conventionnelle via les laquets européens s’ils sont encore serviles, soit de déclencher une guerre nucléaire espérant que les Russes ne répliquent pas dans cette ultime partie de “chicken”.


      • Carabistouille Le 19 juin 2015 à 11h12
        Afficher/Masquer

        je crois que vous vous payez de mots.
        Que ce soit démographiquement ou autre, la Russie n’a aucun moyen de détrôner les USA à terme. Seule la Chine a cette capacité. Et il est vrai qu’alliée avec la Russie elle pourrait y aller plus vite.
        Mais rien ne dit que la Chine ne serait pas contre un démembrement de la Russie qui lui permettrait de mettre directement la main sur les “stan” et surtout sur toute la Russie jusqu’à l’Oural.


        • Kiwixar Le 19 juin 2015 à 11h42
          Afficher/Masquer

          De toute façon, ces classements (“c’est moi le premier”) sont futiles et puérils. Il y a 50 millions de personnes aux food stamps aux Etats-Unis, et la classe moyenne est en train d’être décimée, quel réconfort ça leur fait qu’ils soient encore 1ers en PIB et que leurs porte-avions sillonnent les océans?

          Quel réconfort ça peut faire à un Chinois quand son pays deviendra n°1 en PIB, alors que son air est vicié, que 60% de l’eau du pays est impropre au contact humain? Ne vaut-il pas mieux être citoyen d’un petit pays bien géré, où l’éducation et la santé est complètement gratuite?

          Ce que veulent les Russes c’est qu’on les laisse vivre en paix, qu’on les laisse développer leur pays à leur convenance, et que les hyènes colonialistes rentrent à la niche. Ces histoires de trône mondial, c’est un rêve de lieu d’aisance.


          • atomix Le 19 juin 2015 à 14h09
            Afficher/Masquer

            Vous ne faites manifestements pas parti des oligarches américains. Si les SDFs, les resto du coeur, la classe moyenne avait la moindre importance pour eux, ils n’existeraient pas… Les seules qui comptent pour eux c’est eux-mêmes, i.e. les 0.01%.

            “Rêves de lieu d’aisance”. pis qu’esseçachange? C’est le pain et le beurre des 0.01% américains oligarches.


        • atomix Le 19 juin 2015 à 14h36
          Afficher/Masquer

          La Chine n’a aucune capacité de devenir, la première puissance mondiale. La Chine c’est un amalgame de peuplade avec des intérets divergents, avec une croissance économique basée sur un endettement monstre et une pollution monstre plus un contrôle de population dont s’inspire nos “démocraties”.

          Poutine représente lui-même, le développent intellectuel qui réside chez le peuple russe, juste à regarder comment il navigue dans la crise ukrainienne.


          • atomix Le 19 juin 2015 à 14h49
            Afficher/Masquer

            Le principal ciment de la Chine c’est la haine de l’occident qui n’a pas hésité à lui faire la guerre de l’opium. On peut aussi ajouter aux tentatives de destabilisations à HongKong ou au Tibet.


            • Lage Le 20 juin 2015 à 19h53
              Afficher/Masquer

              Où voyez-vous une haine de l’Occident en Chine ? Tout au plus sont-ils parfois un peu chatouilleux de nationalisme, mais la haine de l’Occident sens Daech est un sentiment plutôt rare là-bas, et sûrement pas le ciment de l’unité nationale !


            • Atomix Le 22 juin 2015 à 00h30
              Afficher/Masquer

              “Où voyez-vous une haine de l’Occident en Chine ?”

              C’est ça, la seule chose qui cimente les chinois c’est la haine contre les occidentaux alors que la haine entre peuplade, et envers l’oligarchie pseudocommuniste qui se maintient grâce à l’armée et à la police sont bien présentes. Ce qui veut dire que la Chine ne représente pas une. réelle menace à l’hégémonie américaine contrairement à la Russie. Que les tentatives de destabilisation par les américains sont grossières, elles alimentent simplement le brasier en attendant que la crises du crédits chinois déclenche (possiblement) la guerre civile chinoise et la division du pays.


        • KB Le 19 juin 2015 à 19h12
          Afficher/Masquer

          Je voudrais vous faire découvrir une interview avec l’historien russe Andreï Foursov que j’estime beaucoup. Cela date de 9.08.2012 ! Et éclaircit bien la situation géopolitique actuelle.
          En français
          http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=3533&print=1&no_cache=1
          Frappe contre la Syrie – cible : la Russie
          En russe
          http://www.kp.ru/daily/25929.3/2878607/


        • Serge Le 19 juin 2015 à 22h51
          Afficher/Masquer

          Faux débat .Il ne s’agit même pas de savoir qui prendrait la place des EU pour dominer la planète .
          Le simple fait d’être une “verrue” dans le système hégémonique actuel vaut d’attirer sur soi les pires ennuis .
          Voyez comment l’Allemagne et l’administration Clinton a profité des dissensions internes de l’après-Tito pour démanteler la “verrue” non alignée yougoslave au sein de l’Europe .


      • languedoc30 Le 19 juin 2015 à 11h43
        Afficher/Masquer

        Je crois que les russes ont mieux à faire que de viser la domination du monde à la place des US. Ils sont pour un monde multipolaire, la non ingérence, la possibilité de se développer économiquement, culturellement, sociétalement comme bon leur semble, ce n’est quand même pas compliqué mer.e !!


      • Zylo Le 19 juin 2015 à 13h00
        Afficher/Masquer

        Le bloc soviétique aurait peut-être pu. La Russie seule, j’en doute, pour de simples raisons démographiques. La Chine semble mieux placée pour cela.
        Simplement la Chine joue profil bas pour avancer ses pions tranquillement, là où la Russie assume les restes de son statut d’ancien archi-méchant….


        • atomix Le 19 juin 2015 à 14h26
          Afficher/Masquer

          Les américains ne sont manifestement pas d’accord avec vous. D’où la crise ukrainienne, la guerre économique, les bases de lOTAN qui sont menacées par l’expansionnisme russe(ironie)…


          • Zylo Le 19 juin 2015 à 15h54
            Afficher/Masquer

            Je pense (cela n’engage que moi) que si la Russie peut empêcher la poursuite d’un ordre mondial exclusivement américain, grâce à ses reliques de la guerre froide que ce soit en influence ou en armes, elle n’a ni la volonté ni la capacité de devenir un “leader” mondial. Je pense au contraire que son souhait est l’émergence d’un monde multipolaire.
            L’oligarchie américaine, quant à elle, tire à vue sur tout ce qui pourrait mettre en danger leur pouvoir/richesse (et je pense que quand on a vu dans la Russie le super-méchant pendant 50 ans, il est difficile de se défaire de ses réflexes pavloviens…), or l’émergence d’un monde multipolaire est une menace sérieuse…..


            • atomix Le 19 juin 2015 à 18h41
              Afficher/Masquer

              150 millions d’habitant dont environ, 80% de russes ethniques. Environ 25% d’athée et 15% de pratiquants. Ce qui veut dire que l’outil de division royaliste selon lequel, “si j’ai un avantage c’est la volonté de Dieu et les autres qu’ils mangent de la brioche” ne fonctionne pas. Et donc qu’il y a une cohésion qui leur donne une force mettant les américains au niveau de nabots intellectuels.


  16. Citoyen Le 19 juin 2015 à 08h17
    Afficher/Masquer

    Jeudi 18 juin 2015

    Pendant ce temps… la guerre des oligarques prédateurs mondiaux continue…tous azimuts…avec l’appui des organisations dites internationales, des tribunaux, des fondations, des centres, des ong, des clubs, des ceci et cela, un réseau et un tissage aux mailles serrées..

    1) 15H à Luxembourg, Eurogroupe. Se termine vers 19h10. Sujet : la Grèce et les créanciers de la ‘dette’.
    Pas d’accord. Comme prévisible.
    Une demie-heure plus tard, D.Tusk, Président du Conseil Européen, convoque un Sommet extraordinaire des Chefs Etat Gouvernement des 19 pays de l’EURO, pour lundi 22 juin à partir de 19h .. pour la nuit.. sur la .. Grèce et la dette…(millième tour)

    2) Le 1er Ministre grec, Tsipras, est en Russie pour deux jours. Au menu, gazoducs entre autres…

    3) Athènes, jeudi 18 juin, soirée. Manifestation pro UE et pro Euro (avec drapeaux UE, et pancartes “La Commission a raison ” “Le gouvern. syriza ne fait rien,est inutile, a tort” ….en ANGLAIS bien sûr… du déjà vu ailleurs)

    http://fr.euronews.com/2015/06/18/non-au-grexit-les-pro-europeens-manifestent-a-athenes/

    Tiens….simulacre de Très très Soft Euromaidan à Athènes…(identique scénario-pourquoi se fatiguer à inventer- Place mythique-Parlement- mêmes pancartes,drapeaux et témoins) le jour où le 1er Min.est en Russie
    Avertissement. Mais light. Mise-en-scène en raison de la géostratégie USA pour qui – géographie – la Grèce est importante.

    IDENTIQUE visuel aux ‘mobilisations’ tellement commanditées, pré-fabriquées, que ce sont des serial-caricatures Mc Donaldiennes

    4)Pendant ce temps, le projet géopolitique Balkans – en raison des gazoducs concurrents – concerne aussi la Macédoine et la Grande Albanie… A la fin, la Grèce se verra ôter la partie Macédoine


  17. sergeat Le 19 juin 2015 à 08h18
    Afficher/Masquer

    Le monde occidental devient fou,à mon avis la prochaine décision de cette cour sera le remboursement des biens ukrainiens en Krimé ,combien de milliers de milliards?
    Qui dirige cette cour?
    Le Dieu argent a remplacé l intérêt des pays et des peuples.
    Al Capone n a pas eu la chance de Khodordosky,faut dire que ce dernier n a pillé que le peuple russe,c est donc normal qu il ait la justice avec lui puis-qu il a enrichi les banques.


    • Anouchka Le 21 juin 2015 à 13h12
      Afficher/Masquer

      Donc, en gros pour vous il y a une différence de nature entre le petit-bourgeois débile qui s’accroche à des illusions et le grand capitaliste qui lui “sait” , est intelligent, comprends tout et en plus a les moyens de réaliser ce qu’il veut. Vous êtes sur qu’ il n’a pas conclu un pacte avec le diable votre grand capitaliste omniscient?


  18. P. Peterovich Le 19 juin 2015 à 09h24
    Afficher/Masquer

    Je répète ce que j’ai dit sur d’autres fils : les médias russes rapportent les événements de manière inexacte (à mon avis, suite à des problèmes de traduction du français vers l’anglais/le russe des concepts juridiques). Les termes utilisés sont imprécis : d’un côté on parle de circulaire du ministère de la Justice, de l’autre d’injonction judiciaire.

    La presse belge (plus précise que les médias russes, car plus au fait du fonctionnement de son système judiciaire) rapporte que les démarches entamées en Belgique l’ont été à l’initiative d’une société basée à Gibraltar qui poursuit l’exécution d’une décision arbitrale rendue à la Haye. Il n’y a pas eu d’intervention de l’Etat belge.

    Pour le reste, les tribunaux vont être appelés à se prononcer sur des demandes de mainlevée des saisies litigieuses et apprécieront si les fonds bloqués sont ou non susceptibles de saisies…

    Il n’y a rien de neuf là-dedans. Durant les années 2000, suite au défaut de 98, les Russes ont passé leur temps à se défendre dans ce genre de procédures. Les Argentins aussi connaissent bien ce type de problème : par exemple, en 2010-2011, le fond vautour NMC Cptl Ltd (basé aux iles caimans) a fait saisir les comptes en banque de l’ambassade d’Argentine en Belgique. La procédure d’opposition à la saisie a donné lieu à un arrêt de la Cour de cassation (http://jure.juridat.just.fgov.be/pdfapp/download_blob?idpdf=F-20121122-3) qui a donné raison à l’Argentine…


    • Annouchka Le 19 juin 2015 à 11h56
      Afficher/Masquer

      Merci pour votre commentaire. Mais vous me parlez que de la Belgique. Quid de la France? Pourquoi est-elle citée dans cette affaire?
      Je voulais aussi rappeler que Khodorkovski jusqu’au début des années 2000 était un copain de Poutine. Il est ensuite tombé en disgrâce, mais ce n’est pas le cas de beaucoup d’autres oligarques voleurs et profiteurs de l’effondrement de l’URSS dans les années et 90 qui sont toujours très actifs aujourd’hui dans les cercles dirigeants russes.


      • P. Peterovich Le 19 juin 2015 à 13h19
        Afficher/Masquer

        Je parle de ce que je connais, càd la Belgique et son système judiciaire. Cela dit, il n’y a pas de raison que le schéma soit différent en France.

        On se trouve dans un cas d’exécution forcée d’une décision (une sentence arbitrale) contre un Etat étranger. Ce type d’exécution se déroule sous contrôle des tribunaux, sans intervention de l’exécutif. Il y a généralement deux phases : un exequatur (admission de la décision arbitrale dans l’ordre juridique interne pour exécution – c’est parfois automatique) et l’exécution à proprement parler (saisies).

        Je renvoie aux commentaires de Lavrov sur TASS :

        Lavrov noted that Russia was seeking, above all, the abolition of the seizure of the accounts of the Russian diplomatic missions.

        “In France, they too, began with the seizure of the accounts of the embassy, the UNESCO mission, the trade mission, then they seized only the accounts of Russian companies with public ownership. In Belgium, repeating the same unlawful situation, they announced the seizure of the accounts of our diplomatic missions – the embassy, the missions at the EU and NATO,” he said.

        Lavrov added that all this “absolutely ran counter to the Vienna Convention on Diplomatic Relations.” “Representatives of the Belgian Foreign Ministry have told us they were unaware of the incident that they have an independent judicial system. These explanations are not accepted,” the Russian Foreign Minister said”.

        http://tass.ru/en/russia/802298

        En principe, les comptes des missions diplomatiques sont protégés. Le problème, c’est qu’en droit, toute règle est susceptible d’interprétation et qu’il est toujours possible de construire un raisonnement qui aboutit à priver les comptes de protection.

        Il appartient en définitive au juge de statuer sur ces problèmes d’interprétation. Dans nos pays d’Europe de l’Ouest, l’exécutif ne peut interférer (du moins légalement).

        Si le juge crée un incident diplomatique en consacrant la saisie des comptes des missions diplomatiques, seule une intervention du législateur pour préciser le sens de la loi peut encore sauver les meubles.


    • passerby Le 19 juin 2015 à 13h29
      Afficher/Masquer

      Je prends note que quand quelque chose se passe en Russie, c’est la faute de Poutine.
      Par contre, si quelque chose se passent en France ou en Belgique, on n’y est pour rien.


    • bluetonga Le 20 juin 2015 à 10h16
      Afficher/Masquer

      Merci pour votre commentaire éclairant, Peterovich, ainsi que celui d’Alae un peu plus bas, avec son lien vers Russia Insider/FortRuss.

      J’imagine mal la Belgique menant une charge tambour battant contre la puissante Russie, et s’exposant volontairement aux contre-sanctions russes, pour la plus grande gloire de Washington et de l’otan. Certes, la Belgique est un des caniches les plus affectueux de l’Oncle Sam, sièges de l’UE et de l’otan obligent, mais de là à aller mordre la patte de l’ours, il y a de la marge.

      C’est une chose de racheter massivement les bons du trésor américain aux Chinois en 2013 et 2014 (avec quel argent et dans quel but?) ou de participer en stoemeling à une opération de maquillage du drame du MH17 (l’accord de non dévoilement des faits si ça faisait du tort à l’Ukraine), c’en est une autre de se jeter dans la brèche tout nu, peint en vermillon, avec une plume dans le derrière.

      Nous constatons tous quotidiennement la nouvelle guerre d’attrition entamée entre l’est et l’ouest, ceci n’est qu’une des escarmouches, sans grand lendemain, car si le “droit international” établit effectivement des règles, celles-ci n’existent que par la capacité des différentes parties à les faire respecter. Et comme l’historique des sanctions en témoigne, ce n’est pas gagné. Je ne serais même pas étonné qu’un jour Washington propose ses bons offices pour résoudre ce genre de situation (dans les coulisses bien sûr). C’est le principe du racket (d’abord je te casse ta vitrine, ensuite je te loue ma protection) et la base de la politique extérieure américaine depuis… combien de temps exactement?


    • Citoyen Le 21 juin 2015 à 12h59
      Afficher/Masquer

      Merci de cette information.

      J’en ai une autre, concernant la Belgique, ce samedi le Min. des Aff.Etrangères a fait immédiatement débloquer les comptes des Ambassade, Mission et autres Représentation DIPLOMATIQUES russes en Belgique.

      Car les comptes bancaires DIPLOMATIQUES d’un pays sont protégés et IMMUNISÉS.
      Les bloquer est donc contraire au Droit et une infraction qui pourrait donner lieu à ennuis sévères.
      http://www.lalibre.be/economie/actualite/la-belgique-va-debloquer-les-comptes-des-ambassades-russes-5585b1273570172b122cc032


  19. daniel Le 19 juin 2015 à 09h54
    Afficher/Masquer

    Je pense que l’on se dirige tout doucement vers la guerre des armes. Tout le dispositif est en train de se mettre en place pour en arriver là. Ils attendent juste le bon moment pour déclencher les hostilité, non pas par sous traitants interposés (Ukraine, Arabie Saoudite, Katar…) mais directement via l’Otan. Cette organisation a été maintenue, et étendue, après la chute de l’URSS pour cette raison. Car les géopoliticiens étasuniens voient loin, très loin. Et vous avez remarqué, quel que soit le locataire de la maison blanche la politique étrangère étasunienne demeure au fil des années et des décennies qui passent.


    • Kiwixar Le 19 juin 2015 à 10h27
      Afficher/Masquer

      L’OTAN est efficace comme menace et comme outil de vassalisation, mais totalement inefficace comme système militaire. Ce n’est pas avec des F-22, des F-35, des soldats qui ne savent pas ou ne veulent pas se battre qu’on peut vaincre la Russie. Et de manière générale, une alliance est un sacré handicap contre une armée à commandement unique… Les Otanazis seraient encore pendus au téléphone à discuter de quoi faire que les généraux russes seraient en train de prendre leur café à Brest. A moins que l’idée zunienne soit de détruire l’Europe afin d’en détruire la demande en pétrole pendant 20 ans, leur octroyant un prix du baril de pétrole convenable de 2015 à 2035 ?


      • Eg.O.bsolète Le 19 juin 2015 à 12h40
        Afficher/Masquer

        Le néo-malthusianisme dans sa forme la plus abjecte; détruire l’autre et semer le chaos loin de chez soi pour détendre la demande mondiale et se donner de l’air dans ce contexte de pénurie croissante. A noter qu’un autre néo-malthusianisme est possible, mais pour cela il faudrait oser en parler, or ceux qui en parlent entre eux et qui décident pour nous, et ceux qui boivent comme du petit lait la narrative officielle, nous interdisent d’en parler.


      • Krystyna Hawrot Le 19 juin 2015 à 13h35
        Afficher/Masquer

        L’OTAN est hélas un outil bien efficace dans la guerre contre les civils – massacrer les gens désarmés et détruire des villes, c’est la seule chose qu’ils savent faire.

        Actuellement le but de la guerre n’est pas de la gagner, mais de détruire et de démoraliser le plus possible les populations civils. Déstructurer un maximum les sociétés, détruire leurs infrastructures sociales, économiques et morales pour les anéantir en tant que société, en faire une masse amorphe d’esclaves.
        Et le but de la guerre aujourd’hui est de DURER, pour que ce processus de destruction de l’humain soit achevé.

        Voir l’Irak, la Syrie, l’Ukraine…. C’est bien ce qu’on compris les gens du Donbass. Mais au bout d’un an déjà les gens craquent lorsqu’ils comprennent que ça va continuer, de façon interminable…
        C’est pour cela que de plus en plus je me dis que Poutine aurait du prendre le Donbass le plus vite possible pour que plus jamais ces pourris d’Ukrops ne bombardent des maisons et ne massacrent des enfants, des femmes désarmées…
        Il ne le fait pas selon la fameuse stratégie selon laquelle la guerre contre les Républiques Populaires du Donbass fixe les Américains sur ce territoire et évite qu’ils attaquent la Russie.
        Et il aura la guerre contre la Russie quand même.


        • Anouchka Le 19 juin 2015 à 14h45
          Afficher/Masquer

          “Durer pour que le processus de destruction de l’humain soit achevé “- il faut garder le sens de la mesure.. Les guerres sont rarement courtes. La guerre technologique moderne telle que véhiculée par l’idéologie moderne avec ses soldats sur-equipes façon” iron Man”, ses promesses de limitation au maximum des pertes humaines, les concepts de frappes chirurgicales et autres guerres éclairs… Tout cela relève de l’illusion, l’illusion du progrès. Guerres de 100 ans (qui a en fait duré 3 siecles selon certains), guerres de 30 ans, guerres de 7 ans… Non décidément, rien de nouveau sous le soleil. Et je ne crois pas non plus aux prophéties heideggeriennes qui voient le capitalisme comme une ultime manifestation de la technique déshumanisante, la froide rationalité calculante écrasant l’humain dans un mouvement séculaire. le post-humanisme n’est pas pour demain.


      • médiacrate Le 19 juin 2015 à 21h20
        Afficher/Masquer

        Le risque je l’ai déjà souligné c’est qu’on embraye dans un conflit classique avec les bruits de bottes à la frontière de la Russie, imaginez une seconde l’emploi d’armes non nucléaire mais
        suffisantes pour faire des dégâts inadmissibles , il est évident que la riposte dans un
        deuxième temps sera l’emploi d’armes nucléaire tactiques du champ de bataille et pour
        finir stratégiques inutile de parler de la suite il n’y en aura plus, fin de partie pour une grande
        partie de l’humanité, comment les guignols qui nous gouvernent n’ont pas à l’esprit les risques qu’ils nous font courir avec cette politique insensée avec un pays comme la Russie.
        PS: pour situer les risques un seul sous marin dans l’exemple russe le Dolgouriki 16 missiles de 6 ogives de 300 Kt chacun ce qui fait 96 tête nucléaire ou chacune est 20 fois plus puissante que celle Hiroshima ou Nagasaki


    • languedoc30 Le 19 juin 2015 à 10h50
      Afficher/Masquer

      Les politiciens étasuniens, contrairement à ce que vous dîtes, ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, et encore… Il faut qu’ils soient complètement cinglés pour provoquer, comme ils le font, la seule puissance qui peut les pulvériser. Le pire c’est qu’ils s’imaginent pouvoir s’en tirer, comme ils l’ont toujours fait, pauvres fous.


  20. ponsov Le 19 juin 2015 à 09h59
    Afficher/Masquer

    Khodorkovski c’est comme NEMTSOV, ridiculisés et mis de coté par les médias dominants pendant des années ils apparaissent comme des héros maintenant car tout est bon pour essayer de décédibilisé la Russie, ce dernier ayant réussi l’exploit d’écrire un livre après sa mort. euh pardon “une synthése éclairée sur les agissements de poutine en Ukraine”, bref plus c’est gros plus ca passe,ils nous prennent vraiment pour des burnes.


    • lvzor Le 19 juin 2015 à 12h16
      Afficher/Masquer

      Effectivement, ils nous prennent pour des burnes, et depuis toujours CA MARCHE !
      A mon pessimiste avis, c’est pour trois raisons principales :
      1) S’adresser à l’intelligence, c’est chiant, ça “prend la tête” ;
      2) On n’a pas le temps d’approfondir ;
      3) Et pour l’essentiel l’ambition du citoyen moyen n’est pas de participer à la libération du camp ; c’est de devenir kapo.


      • René Fabri Le 19 juin 2015 à 12h57
        Afficher/Masquer

        Pourquoi ça marche, est une excellente question.

        En plus du manque d’intelligence, de temps, et de courage, je dirais que :

        – L’opinion public ressemble beaucoup au paquebot Titanique, ayant une très grande inertie (les gens croient encore que la Russie est staliniste) qui la rend incapable de réagir en moins de plusieurs années.

        – De plus, à cause de la nuit (la désinformation), l’iceberg (les plans néfastes des oligarques mondiaux) se voit mal (d’où l’intérêt des sites comme ce blog qui apportent des éclairages).

        – Les luttes internes paralysent la réaction. Ces disputes viennent de priorités différentes, qui sont elles-mêmes souvent issues de compréhensions incomplètes des problèmes.


      • Kiwixar Le 19 juin 2015 à 13h24
        Afficher/Masquer

        A mon avis, il ne faut pas forcément jeter la pierre au citoyen moyen. Tout est fait pour le garder fatigué et sur-occupé. Les progrès techniques nous permettraient de ne travailler que 2 ou 3 jours par semaine en ayant un niveau de vie très confortable. Mais la super-classe a bien compris le danger du temps libre : les gens réfléchiraient, se socialiseraient, échangeraient, discuteraient… et referaient le monde.

        Il ne faut pas s’attendre à ce que des gens qui doivent jongler entre le boulot, les courses, le travail à la maison (l’ordi portable du bureau, tiens), récupérer les gamins, cuisiner, la bureaucratie française, aient envie le soir ou le week-end d’étudier les arcanes de la création monétaire privatisée, des alternatives démocratiques comme le tirage au sort, de la vie réelle des Grecs ou des Donbassiens. Les seuls qui auraient le temps sont les étudiants, d’où la nécessité de les mettre en servage pendant 30 ans via le coût des études (et les emprunts qui en découlent).


        • lvzor Le 19 juin 2015 à 23h26
          Afficher/Masquer

          “il ne faut pas forcément jeter la pierre au citoyen moyen”…

          En effet : dans mes moments d’abattement parce qu’il ne vaut pas la pierre qu’on lui jetterait ; dans mes autres moments, parce que lui jeter la pierre ou pas ne fait aucune différence …

          “Mais la super-classe a bien compris le danger du temps libre : les gens réfléchiraient, se socialiseraient, échangeraient, discuteraient… et referaient le monde”

          Eh oui, mais Valls veille soigneusement , armé de la doctrine la plus compatible avec ses aspirations profondes : “Arbeit macht frei” :
          http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/06/19/25002-20150619ARTFIG00185-valls-recadre-taubira-et-son-reve-d-une-semaine-a-32-heures.php
          (quelque part aussi il doit se dire que ça manque de “blancos” au gouvernement)


        • Zasttava Le 20 juin 2015 à 19h05
          Afficher/Masquer

          @ Kiwixar

          Le citoyen moyen a, comme nous tous, la tête dans le guidon de son quotidien, et tout ce que vous avez décrit est vrai.
          Mais quand vous dites que “tout est fait pour le garder fatigué et sur-occupé”, je dirais plutôt que tout est fait pour le distraire et l’abrutir ad nauseum, bref le détourner de l’essentiel.
          Quand je parcours les google actualités et que j’y vois un “article” sur deux consacré à du people ou de l’insolite ; quand j’allume le JT de France 2 avec un Delahousse qui me dit très sérieusement que l’actu du week-end c’est la finale du top 14 ; quand je vois mes amis Facebook “likez” des photos et des vidéos débiles, et se pavaner en racontant leur super soirée “L’amour est dans le près avec mojito maison fait par chouchou” déclenchant des tonnes de commentaires aussi futiles que navrants… Moi, ça me rend malade sur l’état de l’implication civique de mes amis et concitoyens.

          Que les gens se détendent c’est normal, mais aujourd’hui je constate une sur-implication dans le futile et l’inutile qui me terrifie. Je ne suis donc plus très loin de leur jeter la pierre…


  21. David Le 19 juin 2015 à 13h55
    Afficher/Masquer

    Conséquence possible: retour massif des avoirs russes en Russie. La Russie va donc se retrouver avec une masse financière pour investir dans son pays au moment ou elle en a le plus besoin; 5% de croissance en 2016?


  22. Louis Robert Le 19 juin 2015 à 14h04
    Afficher/Masquer

    Personnellement, j’aime bien voir nos colonialistes et impérialistes qui ont toujours fait profession de spoliation et de pillage partout dans le monde, tenter de réanimer leurs lumières en saisissant les biens d’autrui sous prétexte de “justice”. Leur effronterie demeure, aujourd’hui encore, à la mesure de leur arrogance et de leur hypocrisie… sans limites.


  23. Alae Le 19 juin 2015 à 14h56
    Afficher/Masquer

    Du nouveau dans Russia Insider par un journaliste ronchon très embêté d’avoir du écrire sur ce non-sujet à la place de choses plus intéressantes.
    En gros, les titres de la presse, c’est de la com’. Les Belges ne vont rien saisir du tout.
    http://russia-insider.com/en/arrest-russian-assets-exists-only-media/ri8150


  24. Stéphanie Le 19 juin 2015 à 16h53
    Afficher/Masquer

    Crise ukrainienne: le cercle vicieux de la militarisation et des sanctions doit cesser

    Le cercle vicieux de la militarisation et des sanctions économiques causé par la crise ukrainienne doit cesser, a estimé vendredi le Premier ministre grec Alexis Tsipras aux côtés de Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg.

    La crise en Ukraine a ouvert une nouvelle source de déstabilisation au coeur de l’Europe et (…) a ouvert un nouveau cycle d’une guerre froide obsolète qui nous a conduit à un nouveau cercle vicieux de rhétorique agressive, de militarisation et de sanctions économiques, a déclaré le chef du gouvernement grec lors du Forum économique international organisé à Saint-Pétersbourg.

    Ce cercle vicieux doit s’arrêter le plus vite possible, a-t-il poursuivi.

    http://www.romandie.com/news/Crise-ukrainienne-le-cercle-vicieux-de-la-militarisation-et-des-sanctions-doit-cesser_RP/604278.rom


  25. sempervivens Le 20 juin 2015 à 07h32
    Afficher/Masquer

    Tout ce que les oligarques russes ont volé à la Russie à l’époque d’Eltsine et qui a fini sur des comptes suisses, anglais ou autres, qu’en fait-on ? La Russie pourrait légitimement saisir les avoirs des banques et des firmes occidentales qui ont collaboré au pillage de ses richesses.


  26. thaerete Le 20 juin 2015 à 09h44
    Afficher/Masquer

    Toujours d’excellents articles, des commentaires que je lis avec assiduité, super documentés, débats interessants

    Continuez et ne désesperez pas du citoyen lambda, c’est en partie grace à vos posts que chaque jour de nouveaux zombies s’éveillent et s’interrogent.


  27. Pierre Le 20 juin 2015 à 09h57
    Afficher/Masquer

    Eh oui, certains en Belgique ou en France se croient encore “aux temps bénis des Colonies”. La seule réponse possible du Kremlin mais aussi des hommes d’affaires russes : l’Argentine, le Brésil, l’Inde, l’Indonésie, le Vietnam, la Chine, etc… Bref, la Belgique, la France et bien d’autres peuvent faire une croix sur les “investissements les plus juteux” en Russie, comme sous Eltsine, aux temps bénis des Colonies. Sauf évidemment si certains investissements préparent l’avenir d’une “autarcie technologique et économique de la Russie” mais les sanctions de l’U.E ici sont censées empêcher cela. Bref, la crise de croissance en Europe et de redéploiement écologique va se poursuivre… D’autres Etats sur la scène mondiale sont prêts à saisir cette opportunité pour avec la Russie définir une nouvelle “base monétaire” pour les investissements internationaux. On peut s’attendre logiquement à un prochain krack financier en Europe !!

    Enfin, d’autres Etats européens plus discrets vont s’empresser de proposer des “opportunités” à la Russie. En clair, il n’y aura rien d’étonnant si d’ici quelques mois, la presse française lance des articles “assassins” révélant des “scandales” à l’égard de pays comme la Norvège, la Suède, la Suisse, lla Finlande, la Serbie, la Croatie, la Slovénie, l’Irlande… Et le président français François Hollande fera des “leçons de morale”… Peu importe : par le biais de leurs ambassadeurs ils auront toute la même réponse : “on t’em… !”


    • Citoyen Le 20 juin 2015 à 18h52
      Afficher/Masquer

      Pendant ce temps, les USA font du business avec la Russie.
      Et oui.
      Même augmenté l’an dernier et cette année.
      Construction d’hélicos US en Russie, exportations, accords pour le spatial,etc..

      Est-ce que quelque part, les Européens ne se feraient-ils pas entuber des deux côtés?


  28. Louis Joseph Le 21 juin 2015 à 07h10
    Afficher/Masquer

    Samedi 20, dans la soirée:
    http://www.lamontagne.fr/france-monde/actualites/a-la-une/international/2015/06/20/affaire-ioukos-la-belgique-va-debloquer-les-comptes-des-ambassades-russes_11489880.html
    “Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a annoncé samedi le “déblocage”, partiel dans un premier temps, des comptes des ambassades russes en Belgique”


  29. Max Le 21 juin 2015 à 12h31
    Afficher/Masquer

    Les décisions de la justice russe priment celles de la CEDH (Moscou)

    Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/politique/20131106/199727247.html#ixzz3dguktzVG
    http://fr.sputniknews.com/politique/20131106/199727247.html

    Idem pour les USA et la Chine.


  30. Max Le 21 juin 2015 à 13h10
    Afficher/Masquer

    En fait c’est les USA/Chine/Russie qui ne sont pas a la CPI
    123 Etats ont ratifié le Statut de Rome, traité fondateur de la CPI. Les Etats-Unis, la Russie et la Chine, membres permanent du Conseil de sécurité, ne figurent pas sur cette liste.

    Et même quand ils sont membres
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/06/15/97001-20150615FILWWW00242-la-cpi-decue-que-bechir-quitte-l-afrique-du-sud.php


Charte de modérations des commentaires