Les Crises Les Crises
17.janvier.201817.1.2018 // Les Crises

La deuxième mort de Kadhafi, par Richard Labévière

Merci 287
J'envoie

Source : Proche & Moyen Orient, Richard Labévière, 08-01-2018

Mi-novembre 2017, une équipe de la télévision américaine CNN assiste à une vente d’êtres humains, quelque part en Libye non loin de la capitale Tripoli. En l’espace de quelques minutes est filmée la mise à prix d’une douzaine de migrants, cédés par des passeurs pour des sommes variant entre 500 et 700 dinars libyens (jusqu’à 435 euros). Avec stupeur et indignation, l’opinion internationale redécouvre l’horreur de l’esclavage, comme si cette pratique d’un autre âge avait définitivement disparu. Pleuvent alors les habituelles litanies : horreur et damnation, plus jamais ça ! etc., etc…

Depuis des années pourtant, des reporters courageux dénoncent des situations d’esclavage qui perdurent notamment en Mauritanie, au Soudan, en Arabie saoudite, au Qatar et parfois jusqu’au cœur des capitales occidentales, mais sans vraiment susciter beaucoup d’intérêt. Encore moins d’indignation face aux différentes formes d’esclavage moderne qui prolifèrent sur la dépouille des services publics et plus généralement d’un salariat devenu archaïque : travail intérimaire, stages, CDD, bénévolats et autres ubérisations de la plupart des tâches et fonctions humaines numérisées, algorithmées, traçables et sous contrôle !

Esclavage en Libye ! Le scandale fait la une de la grande presse internationale avant d’être absorbé par la bûche de Noël et la galette des Rois. Sont toutefois réactivés les poncifs récurrents : c’est la faute de la colonisation, de l’Union européenne, voire plus largement de l’Homme blanc… Heureusement quelques consciences lucides, comme l’écrivain sénégalais Felwine Sarr et le philosophe camerounais Achille Mbembe, rappellent les Africains et les Etats africains à leurs responsabilités1. D’une manière plus large, une idée ne serait elle pas de convoquer une conférence internationale tripartite – Union africaine, Ligue arabe et Union européenne – sous l’égide des Nations unies pour remonter aux causes – aux vraies causes – de la crise migratoire actuelle. En effet, il ne suffit pas de décréter des quotas, de verser de l’argent aux mafias de passeurs et de fustiger l’égoïsme des Hongrois, Polonais et autres Autrichiens pour instaurer une politique efficace visant à gérer des déplacements de millions de personnes !

Se rappeler que de tels problèmes n’existaient pas du temps de Mouammar Kadhafi n’est pas qu’une évidence et donne partiellement raison aux pourfendeurs de l’Occident. Au printemps 2011, avec l’aval des Etats-Unis, Nicolas Sarkozy et David Cameron ont décidé de faire une guerre à la Libye à des fins humanitaires , en fait pour soutenir un changement de gouvernement. Sur la base de la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies, ils se sont ingérés dans une guerre civile opposant des factions de Cyrénaïque – armées notamment par l’Egypte – aux forces gouvernementales afin de renverser Mouammar Kadhafi. Adoptée le 17 mars 2011, la résolution 1973 instaurait une zone d’exclusion aérienne et une aide aux populations civiles, mais n’autorisait certes pas à changer le régime de ce pays pivot entre l’Algérie, l’Egypte et la bande sahélo-saharienne.

Lors du déclenchement de cette expédition canonnière, l’auteur de ces lignes se trouvait à Addis-Abeba en compagnie de Jean Ping, patron de la Commission de l’Union africaine (de 2008 à 2012). Ce grand diplomate n’avait pas de mots assez durs pour dénoncer le coup de force franco-britannique, alors qu’il se trouvait justement en pleine négociation avec Kadhafi lui-même afin d’adopter une feuille de route qui aurait permis une sortie de crise politique négociée. C’était sans compter avec l’activisme du « philosophe » planétaire Bernard-Henri Lévy, la lâcheté d’Alain Juppé qui aurait dû démissionner et les calculs stratégiques de Washington, de Paris et de Londres.

Toujours est-il que l’expédition franco-britannique atteignit son objectif : la mise à mort de Mouammar Kadhafi – le 20 octobre 2011 dans sa ville natale de Syrte – dans des circonstances non complètement élucidées, mais sous la caméra d’un commando du service action de la DGSE. Quelques heures plus tard, les chaines de désinformation continue diffusaient les images saisissantes d’Alain Juppé qui sablait le champagne en déclarant qu’ « on ne va quand même pas regretter la mort du dictateur… ». Quoiqu’on ait pu penser du personnage et de sa façon de gouverner, était-ce vraiment l’honneur d’un ministre français des Affaires étrangères de céder à ce genre de rituel de mauvais goût ?

Et voilà que, pour les fêtes de fin d’année, Benoît Yvert – le patron des éditions Perrin – nous livre une « biographie » Kadhafi, pleine d’erreurs, de contresens historiques, de préjugés moraux, boboïsants et politiquement nuls. Là-aussi on fait beaucoup dans le goût douteux. Dans l’introduction, tenez-vous bien ! – « Le Qaïd paradoxal » – on peut notamment lire : « l’ancien mécène des poseurs de bombes choisit fin 2003, pour prix de sa rédemption, de saborder son arsenal de destruction massive… » Pour les poseurs de bombes et leur mythologie, on relira le livre définitif de Pierre Péan – Manipulations africaines – Qui sont les vrais coupables de l’attentat du vol UTA 772 ?2 Quant à l’arsenal de « destruction massive », c’est un peu plus compliqué que ne le laisse entendre notre biographe pressé.

L’auteur de ces lignes encore – pardonnez-lui – se trouvait à Tripoli en février 2002 pour rencontrer une vieille connaissance – Moussa Koussa -, le patron des services spéciaux libyens. Il s’agit alors de comprendre pourquoi la Libye venait de décider de renoncer à des armes de destruction massive (en réalité qu’elle n’avait pas…). Fils d’épicier, homme du rang ayant gravi tous les échelons sécuritaires à la force de son cerveau, Moussa Koussa représentait alors l’avenir d’une Libye en train de s’émanciper des mafias tribales pour revenir dans le concert des nations en ouvrant des marchés avec de grandes sociétés occidentales. Malin, très malin, Moussa Koussa fut donc l’auteur de la légende d’un colossal stock d’armes libyennes de destruction massive… qui n’existaient tout simplement pas, mais dont la menace permettait alors d’ouvrir plusieurs négociations avec les voisins européens, principalement la France et la Grande Bretagne.

Injure du temps, la France – qui pour une fois avait su se hisser au premier rang de cette négociation prometteuse – se vit brusquement dessaisie du dossier au profit du MI6 britannique. Dirigés par le diplomate Jean-Claude Cousseran (qui ne figure pas dans l’index de l’étrange biographie), les services extérieurs français avaient su nouer une relation de confiance avec Moussa Koussa, jusqu’à ce que leurs responsables – la « crème » de la DGSE- soient écartés en juillet 2002, suite à la sombre histoire des comptes japonais de Jacques Chirac. Il n’en fallait pas plus pour que nos « amis britanniques » s’engouffrent dans la brèche et prennent Moussa Koussa sous leur protection très intéressée… A l’époque sous-directeur du MI6, sir Mark Allen en profita pour faire main basse sur nombre de secrets d’Etat libyens, autant de clefs susceptibles d’ouvrir d’importants marchés, notamment en matière d’hydrocarbures, d’infrastructures et de téléphonie mobile.

Bref, on l’aura compris, cette biographie en bois signe une deuxième mort, non seulement de Kadhafi, mais surtout d’une Libye qui peine à se reconstruire. Et ce n’est pas ce genre de prose qui devrait favoriser compréhension, intelligence et recherche de solutions pour un pays qui n’a jamais existé, sauf sous la férule de Kadhafi justement et des services britanniques. Mais le coup de grâce des éditions Perrin arrive en chute de la quatrième de couverture, affirmant que l’auteur « grand reporter » à L’Express est l’auteur de plusieurs ouvrages « remarqués » dont Les Sorciers blancs

Jugement rendu le 27 juin 2007 par la 17ème chambre du tribunal de grande instance de Paris : « condamne in solidum Vincent Hugeux (…) à payer à Marie-Roger Biloa une somme de trois mille euros (3000 euros) à titre de dommages et intérêts. Ordonne le retrait dans toutes les réimpressions ou rééditions de l’ouvrage Les Sorciers blancs– Enquête sur les faux amis français de l’Afrique signé Vincent Hugeux, à intervenir à l’expiration d’un délai d’un mois à compter de la signification de la présente décision, des deux passages ci-dessus mentionnés, sous une astreinte de 100 euros par infraction constatée ».

En deçà de quelques zigotos du genre, spécialistes auto-proclamés du Grand continent, les vrais experts français de l’Afrique ne sont pas légion. On a déjà cité Pierre Péan, ajoutons Antoine Glaser et Bernard Lugan. Quant à la Libye, la denrée est encore plus rare : heureusement que les livres de l’ancien diplomate Patrick Haimzadeh sont là pour déconstruire l’histoire et l’actualité de ce pays compliqué dont l’implosion a déstabilisé durablement l’ensemble de la région sahélo-saharienne jusqu’à la Corne.

Pour aider le site Proche & Moyen-Orient c’est ici

Source : Proche & Moyen Orient, Richard Labévière, 08-01-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Raphaël // 17.01.2018 à 08h28

C’est le jour où j’ai éteint définitivement la télé et les radio dites d’information. J’ai vu des hyènes sur BFMTV danser sur le cadavre d’un homme. Ces animaux ont appelé 6 ans plus tard à voter Macron. Je n’ai pas la mémoire courte.

45 réactions et commentaires

  • Fritz // 17.01.2018 à 07h30

    Jeudi 20 octobre 2011 : les radios annoncent la mort de Kadhafi. Très vite elles se livrent à un festival de joie obscène.
    Dimanche 23 octobre : le chef du CNT prononce le discours de la victoire, et nos journalistes attendent avec impatience l’annonce du triomphe de la Révolution (le fameux Printemps arabe).

    Au soir de ce dimanche historique, j’ai entendu deux femmes, journalistes de radio, résumer les annonces du chef du CNT : le rétablissement de la Charia et celui de la polygamie. Aucune des deux n’a émis d’objection, moins encore d’opposition. L’une d’elles a même amorcé une justification : le rétablissement de la polygamie était “un geste en faveur des veuves de guerre, très nombreuses en Libye”.

    M. Labévière montre sa largeur d’esprit en citant des africanistes aussi divers politiquement que MM. Glaser, Lugan et Péan. Concernant la Libye, j’ajouterai (avec M. Haimzadeh) Samuel Laurent, qui avait prédit en 2013 le foutoir libyen et ses divers trafics, dans un livre intitulé Sahelistan (Seuil).

     64

    Alerter
    • Raphaël // 17.01.2018 à 08h28

      C’est le jour où j’ai éteint définitivement la télé et les radio dites d’information. J’ai vu des hyènes sur BFMTV danser sur le cadavre d’un homme. Ces animaux ont appelé 6 ans plus tard à voter Macron. Je n’ai pas la mémoire courte.

       133

      Alerter
      • Pascale // 21.01.2018 à 22h00

        Des hyènes, en effet, dont la reine s’esclaffait “we came, we saw he died” dans un moment d’une rare obscénité…

        https://www.youtube.com/watch?v=Fgcd1ghag5Y

        5 ans plus tard, elle apparaissait dans les medias, parée des plumes de la blanche colombe, comme celle-qui-ne-pouvait-pas-perdre..

        Mémoire, mémoire…

         1

        Alerter
    • Cognominal // 18.01.2018 à 03h49

      Samuel Laurent, à ne pas confondre avec son homonyme clown du decodex.

       12

      Alerter
  • Fritz // 17.01.2018 à 07h41

    Et pour ceux qui persistent à traiter Kadhafi de “terroriste”, je rappelle que l’enquête sur l’attentat de Lockerbie a été truquée pour accuser le Libye. Ulrich Lumpert a reconnu avoir introduit lui-même le retardateur qui a servi de pièce à conviction contre la Libye (Le Figaro, 27 août 2007, page 3).

    La Libye socialiste du colonel Kadhafi a bien aidé des mouvements révolutionnaires, mais c’est elle qui a subi une attaque terroriste d’ampleur : les bombardements de l’aviation américaine sur Benghazi et Tripoli, le 15 avril 1986.

     89

    Alerter
    • LBSSO // 17.01.2018 à 18h47

      “Nous allons tuer Kadhafi, pouvons nous survoler la France ?” R Reagan
      au sujet des bombardements de l’aviation américaine sur Benghazi et Tripoli, le 15 avril 1986.”

      Vous avez raison de rappeler cet épisode.En effet à cette époque règne la cohabitation F Mitterrand/J Chirac.Les deux refusent le survol du territoire français par les F111 qui décolleront de GB. D Reagan avait alors appelé le 1er Ministre (ce qui vexa le Président) et au téléphone s’adresse à lui en ces termes: “Nous allons tuer Kadhafi, pouvons nous survoler la France ?”

      Juste deux détails pour finir:
      1- parce qu’ils le valent bien : deux personnages s’offusqueront de cette opposition au plan américain : J Lecanuet et VGE…Hasard.
      2-Noam Chomsky:
      ” C’est le premier bombardement de l’Histoire à avoir été programmé pour coïncider avec l’heure de plus grande écoute à la télévision. Il a été programmé pour 19 heures précises (Eastern Standard Time), lorsque les trois grandes chaînes américaines diffusent leur journal télévisé national. […] Comment se fait-il que toutes les chaînes de télé se trouvaient déjà sur place ? Elles n’ont pas de bureaux à Tripoli !”

       24

      Alerter
      • Fritz // 17.01.2018 à 19h14

        Je me rappelle un homme énervé, prenant le train en gare de Gaillac le 15 avril 1986 au matin (j’étais alors étudiant à Toulouse). “J’ai honte d’être français”, disait-il à la cantonade. En s’asseyant, il s’est calmé un peu, tout en martelant : “Je suis de droite, mais pas de la droite Chirac, je suis de la droite Reagan”.

        Ce qui énervait cet homme, c’était la décision que vous évoquez, LBSSO : le refus de laisser les bombardiers américains traverser l’espace aérien français pour aller bombarder la Libye.

        Hélas, dix-sept ans plus tard, le même Chirac laissait les bombardiers américains basés en Grande-Bretagne survoler la France pour aller bombarder l’Irak… Cette autorisation “va de soi”, avait-il dit le 10 mars 2003, autorisation confirmée par Villepin au moment des bombardements sur Bagdad (en réponse à une question du député Jean-Pierre Brard).

         10

        Alerter
  • basile // 17.01.2018 à 08h08

    Encore un article sur la Libye ?

    s’il vous plaît, ne parlez pas de choses sans importance pour détournez l’attention d’autres bien plus graves.

    Les morts en Libye (2 millions ?) étaient un mal nécessaire. Parlons plutôt chaque jour de l’ingérence dans les élections américaines (qui n’ont pas aucun mort) mais donc nous souffrons tous affreusement.

    Mode “Le Monde” OFF

    Ces parodies de démocraties, à l’image de la futilité occidentale, sont tellement plus importante que les morts des pays de m****

    https://www.les-crises.fr/quatre-millions-de-musulmans-tues-dans-les-guerres-occidentales-depuis-1990/

     50

    Alerter
  • Jeff93 // 17.01.2018 à 08h09

    L’histoire retiendra qu’à la manoeuvre en Libye se trouvait une nouvelle fois l’ignoble philosophe à chemise blanche, ministre officieux ( mais permanent ) des Affaires étrangères de notre république bananière, grand équarrisseur d’Etats souverains ( avec une prédilection pour les états laïcs ) …

     85

    Alerter
    • V_Parlier // 17.01.2018 à 14h58

      Pas seulement laïcs. Tout ce qui peut s’apparenter à quelque chose de trop autonome ou de pas assez atlantico-centré.

       17

      Alerter
  • Owen // 17.01.2018 à 08h16

    Eh bien voici la liste des 482 agresseurs qui ont voté l’engagement de la France à aller faire la guerre.
    http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo0786.asp

    Ce jour du vote, la France avait bombardé plus de 100 fois au sol, et s’était dévoyée de la motion 1973 de l’ONU qui n’autorisait qu’une protection aérienne.
    Ladite motion, on le sait, déjà demandée par Sarkozy après avoir reçu en grandes pompes Kadhafi à l’Elysée pour lutter contre le terrorisme, of course, et retirer de juteux contrats économiques.

    Ces députés ont fait pire que ceux qui ont voté les pleins pouvoirs à Pétain: en 1940 ils n’ont pas décidé une guerre extérieure, mais avaient un problème, la France était occupée.

     61

    Alerter
    • Fritz // 17.01.2018 à 10h36

      Merci pour cette liste d’infamie, Owen, je reconnais “mon” député (Beurk) et je salue au passage la mémoire de M. Henri Emmanuelli, le seul député du Parti Solférinien qui a voté contre la guerre.

      Et je vous rejoins, ces 482 charognards sont pires que les parlementaires qui avaient voté les pleins pouvoirs à Pétain.

       44

      Alerter
    • raloul // 17.01.2018 à 10h52

      Bonjour !

      Merci. N’oubliez jamais que, ce faisant, ces personnes peuvent être mises en accusation de crimes de guerre, d’aggression, et déférés devant la justice internationale.

      Bon courage!

       23

      Alerter
  • RGT // 17.01.2018 à 08h21

    “Si tu ne te soumets pas à notre diktat, ton pays retournera à l’âge de pierre”.

    Kadhafi n’était pas un enfant de cœur, mais il était largement moins pire que les dirigeants des “pays civilisés” et il a toujours œuvré pour le bien-être et la sécurité des libyens.

    La meilleure preuve : Comptez simplement le nombre de migrants libyens entre 1969 et 2011… Il n’y en avait simplement pas car ils vivaient bien dans leur pays et n’avaient pas besoin d’aller ailleurs pour survivre.

    Certains prétendront que cet ignoble dictateur avait corrompu son peuple en lui offrant des revenus importants…

    J’aimerais bien que le gouvernement français corrompe le peuple en lui offrant des revenus décents.

    Malheureusement ,nous avons à la foi la dictature (soft, mais très dure pour les vrais opposants) et la misère, et la seule chose qui nous oblige à rester en France est simplement la pauvreté qui est bien pire ailleurs.

     67

    Alerter
  • Ellilou // 17.01.2018 à 08h32

    N’est ce pas cette grande et belle dame, j’ai nommé Hilary Clinton qui a élégamment dit en riant aux éclats lors du interview pour la chaîne américaine CNN: “We came, we saw, he died”?

     53

    Alerter
    • Pegaz // 17.01.2018 à 11h02

      Cela pourrait être pire que cela au vu de ce que nous annonce R. Labévière et …

      ” […] la mise à mort de Mouammar Kadhafi […] dans des circonstances non complètement élucidées, mais sous la caméra d’un commando du service action de la DGSE. ”

      et … dans l’exécrable documentaire (procès d’intention révisionniste) d’hier soir sur Arte ” Poutine contre les USA” nous est proposé deux séquences de cet interview, l’une vraisemblablement de la capture de Kadhafi et l’autre de son assassinat.

      La caméra de la DGSE et la succession de ces deux scènes laisse à penser que le suivi de l’opération est proche du direct !

       22

      Alerter
      • Pegaz // 17.01.2018 à 12h16

        Documentaire diffusé par Arte hier soir ” Poutine contre les USA ”
        https://www.youtube.com/watch?v=sMx9eISjA9g
        A 43:20 – Les forces rebelles capturent Kadhafi et le trainent hors de sa cachette. Le hasard fait que la capture de Kadhafi a lieu alors que Clinton est devant les caméras. (la scène est hors interview) L’un de ces assistant lui tend un iTruc, elle consulte certainement une vidéo et non du texte pour réagir de cette manière, etc.. La 2ème séquence est sa réaction à l’assassinat de Kadhafi !

        Y aurait-il un lien avec le filmage de la DGSE ? Et que penser de la présence passive de la DGSE ?

         13

        Alerter
        • V_Parlier // 17.01.2018 à 15h03
          • Pegaz // 17.01.2018 à 16h12

            Mouais ! Mahmoud Jibril relance l’hypothèse d’un complot ourdi par des services secrets étrangers et Rami El-Obeidi nous amène à Bachar ” Et c’est justement le chef d’État syrien qui a transmis le numéro de téléphone satellitaire de Kadhafi aux services secrets français. ”
            Pour le moment je retiens, l’affirmation de Labévière ” sous la caméra d’un commando du service action de la DGSE “, le direct de Clinton et ces images ou est mis en évidence une personne qui contraste d’avec les “rebelles”.
            https://www.youtube.com/watch?v=1s22tL-T9_k

             3

            Alerter
            • Fritz // 17.01.2018 à 17h40

              Si la DGSE était là lors de la mise à mort de Kadhafi, comment la qualifier ? Et notre armée de l’air, qui s’est déshonorée ?

              Retenons bien les noms des 482 salopards, sans oublier le nabot de l’Élysée. Un jour, justice sera faite : sans rémission et sans pitié.

               16

              Alerter
          • Pegaz // 17.01.2018 à 17h50

            A Courrier International je préfère
            Fabrice Arfi et Karl Laske, journalistes à Médiapart, publient une synthèse de leurs six années d’enquête sur le financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy.
            07:10 “guerre déclenchée sur de fausses informations, toutes proportions gardées l’histoire libyenne est à la France ce que l’Irak a été aux EU…
            08:32 ” C’est un avion FR qui bombarde le convoi qui s’échappe de la ville de Syrte…
            08:50 ” Contrairement à la légende du gvt il y a des forces spéciales au sol…

            Sarkozy et l’argent de Kadhafi : comment certains médias ont étouffé l’affaire
            https://www.youtube.com/watch?v=UMujxBRLOSs

             14

            Alerter
    • enpassant // 17.01.2018 à 11h38

      Il me semble même que Killary a réclamé la tête de Kadhafi.

       6

      Alerter
    • Bordron Georges // 17.01.2018 à 11h40

      Cette belle et grande dame a d’ailleurs prouvé ses qualités humaines à cette époque là. Ce ne fut pas seulement Kadhafi qui mourut dans des conditions horribles mais aussi, dans les mêmes conditions de torture, Christopher Stevens, ambassadeur des États-Unis à Benghazi, avec quatre autres membres de l’ambassade, dont elle était responsable. Un certain nombre d’électeurs américains, n’ayant pas comme les français de cervelle d’oiseau, s’en est bien souvenu lors des dernières élections présidentielles.

       18

      Alerter
    • jp // 17.01.2018 à 23h28

      oui, c’est ici https://www.youtube.com/watch?v=Fgcd1ghag5Y
      c’est une psychopathe finie

       6

      Alerter
  • Thierry // 17.01.2018 à 10h03

    Je garde toujours en tête une interview d’un des fils de Khadafi (Saif al Islam il me semble) au moment des attaques contre la Libye (Khadafi donc toujours en place). Il y disait clairement que les occidentaux ne connaissaient pas les peuples Libyens, qu’il s’agit en réalité d’une collection de tribus ayant chacune ses objectifs propres et que c’est seulement par la force que Khadadi a pu mettre tout le monde d’accord et unifier le pays. Il prédisait donc déjà ce qui est arrivé: si nous partons, la Libye retombera dans le chaos des guerres tribales de son passé. Et revient donc aussi en mémoire la phrase de Chirac sur la démocratie qui est un luxe pour certains pays…

     24

    Alerter
    • Tonton Poupou // 17.01.2018 à 10h34

      Le monde n’est pas obligé de vivre sous le régime des occidentaux. Le monde est pluriel. Le monde n’est pas un monde totalitaire qui ne vivrait qu’avec les mêmes valeurs (celles des occidentaux). Les pays du monde ont des histoires des valeurs des religions des chronologies des développement des coutumes qui leurs sont propres et différentes. ils ont des situations politiques intérieures et extérieures particulières qui n’ont rien à voir avec celles des occidentaux. Alors pourquoi tous ces pays devraient ils vivre selon un régime à l’occidental ? Et pourquoi certains doivent ils supporter les affres des guerres meurtrières et destructrices des occidentaux menées au nom des droits de l’homme et de la démocratie comme avant les croisades menées au nom du christ ou les colonisations menées au nom de la “civilisation” ?

       19

      Alerter
      • Loxosceles // 17.01.2018 à 13h09

        C’est le fantasme d’un monde unifié sous le globalisme qui est responsable de cela, et certes, cette idéologie est véhiculée principalement par l’occident. Cet occident dont il ne fait pas bon dire, à droite, qu’il est colonisateur, et à gauche, qu’il aurait le monopole de la bienpensance et de l’humanisme.

        Deux pôles idéologiques tout autant fautifs et alliés objectifs dans cette situation : le colonialisme n’a jamais cessé et s’est muté en un néo-colonialisme marchand, tandis que l’humanisme progressiste est devenu le prétexte à toutes les horreurs actuelles.

         9

        Alerter
    • Theoltd // 18.01.2018 à 12h51

      Les occidentaux connaissent sans doute parfaitement les peuples Libyens. En tuant Kadhafi ils tuaient le seul homme fort capable de garder l’unité du pays. Ils plongeaient donc le pays dans un chaos séculaire, et donc arrêtaient son développement qui aurait conduit immanquablement la Libye a consommer dans l’avenir la plus grande partie de son pétrole, et donc de limiter ses exportations.
      Alors qu’a présent, les sites de production sont sous contrôle, comment dire… terroriste, donc c’est bon, et la consommation intérieure digne du moyen âge.
      Ne croyez jamais que le chaos est un échec. C’est le but.

      Maintenant remplacez Kadhafi par Poutine et terroriste par oligarque, (encore que) et vous aurez le projet pour la Russie.

       10

      Alerter
  • Haricophile // 17.01.2018 à 10h38

    On dénonce nos propres turpitudes en accusant les autre de les commettre.

    En organisant la chasse au migrants et en payant des mafia pour les contrôler, nous (nos gouvernement, ni vous ni moi personnellement) somme les parrains des marchands d’esclave.

    Et c’est normal que l’ultra-libéralisme conduise à l’esclavage et la guerre, c’est dans sa nature profonde. La convoitise s’alimente d’elle même, ainsi que la soif de pouvoir et de contrôle. L’ultra-libéralisme est une pathologie psychiatrique de nos sociétés humaine.

     15

    Alerter
    • Ellilou // 17.01.2018 à 12h32

      Votre commentaire me rappelle la belle phrase de Jaurès: ” Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage.” Les “effets collatéraux” de cette organisation de la société (chômage, inégalité, accaparement des ressources naturelles et des moyens de production, famine, guerre…) ne représentent pas des dysfonctionnement mais en sont le cœur même.

       22

      Alerter
  • BA // 17.01.2018 à 10h52

    Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres.

    En Libye, où d’incertaines élections pourraient se tenir cette année dans un contexte d’inextinguible crise politico-militaire, l’enquête française est scrutée avec attention par une partie des acteurs. A commencer par les kadhafistes, qui tentent d’harmoniser leur agenda politique libyen avec ce dossier en laissant entendre, comme ils le font depuis sept ans, qu’ils disposent des preuves du financement. « Le moment n’est pas encore venu, lâche un ancien haut cadre de la Libye de Kadhafi. J’ai vu Djouhri à l’œuvre chez nous. Il est la boîte noire de Sarkozy et la cheville ouvrière du financement. » Les juges veulent en avoir le cœur net.

    http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/01/08/soupcons-de-financement-libyen-de-la-campagne-presidentielle-de-sarkozy-alexandre-djouhri-interpelle-a-londres_5238959_1653578.html

     8

    Alerter
  • Louis Robert // 17.01.2018 à 11h26

    « Mi-novembre 2017, une équipe de la télévision américaine CNN assiste à une vente d’êtres humains, quelque part en Libye non loin de la capitale Tripoli. En l’espace de quelques minutes est filmée la mise à prix d’une douzaine de migrants, cédés par des passeurs pour des sommes variant entre 500 et 700 dinars libyens (jusqu’à 435 euros). Avec stupeur et indignation, l’opinion internationale redécouvre l’horreur de l’esclavage, comme si cette pratique d’un autre âge avait définitivement disparu. Pleuvent alors les habituelles litanies : horreur et damnation, plus jamais ça ! etc., etc… »

    ***

    Il est réconfortant de voir l’Empire si bien rétablir et si généreusement défendre les droits humains partout dans le monde!

    Votre commentaire est en attente de modération.

     4

    Alerter
  • René Fabri // 17.01.2018 à 13h48

    Le balancier oscille, mais trop en faveur de Kadhafi dans cet article, car même si l’attentat de Lockerbie n’était pas dû à la Libye, comme les médias le déclaraient, il n’en reste pas moins que les camps d’entrainement des terroristes, l’affaire des infirmières bulgares, et les extravagances de Kadhafi ont bien existé et ne devraient pas être mis sous le tapis quand on prétend faire une analyse objective. Ne pourrait-on pas prendre un peu plus de hauteur et dire tout simplement que Kadhafi n’était pas un saint, mais qu’il ne fallait pas le tuer pour autant ?

     12

    Alerter
  • clauzip // 17.01.2018 à 14h18

    Les pays comprenant une division ethnique ou autre importante ne peuvent etre stabilises politiquement que par un pouvoir central fort.
    Le probleme reside dans l’expression et les limites que se donne ce pouvoir centralisé.
    La Yougoslavie avec Tito et son deces a vecu aussitot une guerre civile par exemple.
    L’action de guerre americaine en Irak a detruit l’etat avecSadam Hussein.
    La situation actuelle en est la consequence avec 2 millions de mort,et ce n’est pas fini.Le pays sera possiblemenr démembre.
    La France avec la constitution de 1958 accroissant tres considerablement le pouvoir central a repondu au puch militare en Algérie creent un climat dangereux pour la cohesion du pays.
    De plus,Kadaffi, commencait a parler de la disparition du franc CFA (vache a lait de la France notamment )
    Maintenant,personne rappelle son intention qui a mon sens justifiait sa disparition.
    Sans respect du mandat de l’ONU,il fut exécuté avec des dizaines de milliers de Syriens et un pays en cours de demembrement et guerre civile,et traite humaine et base de terrorisme…

     4

    Alerter
  • christian gedeon // 17.01.2018 à 14h20

    Bon,on va essayer de remettre les choses à leur place…Khaddafi était ce qu’il était,et sa disparition a entraîné la dislocation du conglomérat de tribus qu’il tenait d’une main de fer.Les français et les anglais…et les qataris aussi ont allègrement bombardé ce pays, et leurs forces spéciales s’en sont donné à coeur joie avec la bénédiction urbi et orbi de la quasi totalité du monde musulman,il faut le rappeler avec force,y compris de l’Iran et de son allié le Hezbollah qui lui reprochaient (et à mon avis à tort) d’avoir fait disparaître l’Imam Moussa Sadr. Bref,”tout le monde ” lui est tombé dessus,à Khaddafi…résultat,un pan d’afrique du nord gigantesque livré à l’anarchie,et des discours de faux culs comme s’il en pleuvait,notamment sur l’esclavage,comme si l’esclavage dans ces contrées était une nouveauté! Et gageons que le magot des Khaddafi n’ pas été perdu pour tout le monde. Vous avez remarqué comme on n’en parle plus?

     11

    Alerter
    • Koui // 17.01.2018 à 18h24

      Oui, l’argent de la Libye (225 milliards de dollar) a bien été volé, comme celui de l’Irak (22 milliard de dollar). C’était le casse du millénaire. On peut considérer que c’est Obama le voleur, donc l’homme le plus riche du monde (et non Poupoutine).

      Par contre, Moussa Sadr a bien disparu en Libye ou Kadhafi l’avait invité. L’hospitalité bédouine est bien connue.

      Kadhafi a lui aussi disparu pour éviter que son tombeau ne devienne un lieu de pèlerinage. Il faut inculper Sarkozy/Obama/Clinton d’enlèvement, en plus du reste. Peut être que le corps est enterré avec l’argent?

       8

      Alerter
      • ago // 17.01.2018 à 22h53

        Des preuves sur la confiscation du trésor de MK ? Des articles de journalistes/investigateurs ? suis preneur

         0

        Alerter
      • Christian Gedeon // 18.01.2018 à 09h30

        Sur Moussa Sadr pour lequel j’avais la plus grande admiration,nous sommes encore dans l’incertitude. Sa disparition arrangeait tout aussi bien l’aile chiite dure au Liban. Je crains qu’on ne sache jamais la vérité à ce sujet,hélas. Pour le reste seul Haftar peut sortir la Lybie du merdier,et ce n’est pas pour tout de suite.

         1

        Alerter
  • aije69 // 17.01.2018 à 17h04

    Il me paraît plus néfaste qu’utile de comparer l’esclavage, le mot étant pris au sens ordinaire, et diverses formes de travail pénibles, mal payées ou bien non rémunérées comme des stages et des heures supplémentaires sans contre-partie (salaire, RTT).

    Un tel amalgame présente le flanc à des critiques faciles et pourtant bien fondées rationnellement.

    En parlant trop vite de ” formes d’esclavage moderne “, Richard Labévière risque de marquer contre son propre camp.

     1

    Alerter
  • Françoise PETITDEMANGE // 17.01.2018 à 19h02

    Sur le conseil d’un ami, je viens de lire l’article très intéressant de Richard Labévière et les commentaires judicieux qu’il a suscités.
    En ce qui concerne les ouvrages consacrés à la Libye, je me permets de signaler que j’ai écrit deux livres qui ont été publiés par les Éditions Paroles Vives, l’un en 2014, l’autre en 2016, et qui rejoignent les préoccupations énoncées ici. Bien évidemment, ils ont été soigneusement boycottés par les médias. C’est “l’esprit d’ouverture” de notre société…
    Pour information…

    https://unefrancearefaire.com/2018/01/17/la-libye-revolutionnaire-dans-le-monde-1969-2011/

    https://unefrancearefaire.com/2016/08/23/la-guerre-coloniale-et-la-contre-revolution-en-libye-mars-2011-octobre-2013/

     13

    Alerter
  • Emmanuel // 18.01.2018 à 08h04

    Notez bien que le pays et alentours continuent de payer très chèrement la facture…..et croyez bien que ceux qui vivent aujourd’hui et pour encore longtemps, dans cette région en Afrique, les conséquences de cette “politique” inqualifiable, la plaie est toujours là…. merci pour cet article, qui malheureusement fait mal au coeur. Quant à notre actualité du temps court et de la com’, les gesticulations d’un Macron sur ce continent doivent paraître bien hypocrites à beaucoup de monde sur place (principe général : ne pas prendre les gens que pour des imbéciles ! Autre principe : les habitants de ces régions (et pas seulement) ont la mémoire longue (pléonasme)…).

     4

    Alerter
  • idiot13 // 18.01.2018 à 10h47

    C’est drôle certainement un focus de l’occident pour justifier une intervention militaire en Lybie et occuper avant la reprise en main par la Chine ou la Russie ou l’Iran du pays. C’est juste cela car l’esclavage et le racisme antinoir en Lybie existait dès le début et depuis toujours sauf que personne s’y interesse, sauf quand il faut justifier une invasion. Le plus pitoyable est de voir des tribuns pleurer de toute leur larmes quand on leur donne l’ordre de pleurer après ils passent à autre chose.

     2

    Alerter
  • bluerider // 19.01.2018 à 00h12

    Un étudiant libyen me confiait lors d’un co-voiturage (eh oui… activité passionnante) que TOUTE la Libye savait qu’elle s’était faite avoir par l’OTAN parce que les frappes ont commencé 30 minutes AVANT la proclamation du résultat du vote de la résolution 1973 (il l’a vécu en direct par téléphone avec sa famille restée là-bàs me disait-il…). Comment réunir en aussi peu de temps une armada coordonnée depuis de multiples centres de commandements, avec des ravitaillements en vol, des survols internationaux, et la coexistence de plusieurs armées, sans une préparation minutieuse antérieure ? Réponse : Exercices militaires Southern Mistral, décidés par Cameron-Sarkozy en octobre 2010 à Londres, et qui avaient lieu à la MEME date que le vote de la résolution. But des exercices selon l’armée de l’air (opex360) “protéger la population d’un pays du sud Southland contre la répression de son armée et son dictateur”… cherchez l’erreur… ou le VRAI complot ?

     9

    Alerter
  • christian gedeon // 20.01.2018 à 11h06

    Un jour se posera la question que personne ne veut poser,apparemment.Celle de la façon de faire “tenir ” des pays qui dans les faits sont essentiellement des conglomérats de tribus. La ” démocratie ”
    au sens occidental peut elle permettre leur pérennité? Des dictatures “éclairées ” ne sont elles pas préférables? je sais,je sais,ce que j’écris est scandaleux. Tant pis,j’assume.

     2

    Alerter
  • Nanker // 20.01.2018 à 17h45

    Si vous ne voyez pas à quoi ressemble Vincent Hugeux, l’auteur de la “biographie” de Kaddhafi que M. Labévière taille en pièces, sachez que, comme BHL, Hugeux a table ouverte dans tous les médias (RFI, France24, I-Télé, L’Express, etc etc).
    Comme BHL Hugeux arbore souvent une belle chemise blanche largement décolletée. Comme BHL Hugeux est très amoureux de son corps, de son apparence physique, et de son brushing.

    Enfin comme BHL Hugeux est un authentique spécialiste des sujets qu’il aborde… (bon là prenez cette phrase avec l’ironie qu’elle mérite).

    Au fait comment se fait-il que lorsqu’on tape dans Google “Vincent Hugeux condamnation” rien ne sorte. Le monsieur aurait-il fait gommer du moteur de recherche les pages peu reluisantes le concernant?

     3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications