Les Crises Les Crises
19.janvier.201819.1.2018 // Les Crises

L’Arabie Saoudite menace de devenir un état nucléaire : “Si l’Iran se permettait d’enrichir l’uranium, nous devrions le faire aussi”

Merci 136
J'envoie

De bien belles choses en perspective 🙁

Source : Haaretz, Reuters , 21-12-2017

Le prince saoudien et ancien chef des services secrets, Turki al-Faisal, a déclaré que Riyad ne perdrait pas son droit « souverain » de développer l’énergie atomique avant les prochaines négociations avec les États-Unis.

Khalid Al-Falih, ministre de l’Énergie, de l’Industrie et des Ressources minérales d’Arabie Saoudite, s’exprime lors d’une conférence de presse sur le budget de l’État 2018, le 20 décembre 2017. FAYEZ NURELDINE / Bloomberg

L’Arabie Saoudite ne devrait pas renoncer à son droit « souverain » d’enrichir un jour l’uranium dans le cadre de son programme nucléaire civil prévu, d’autant plus que les puissances mondiales ont permis à l’Iran de le faire, a déclaré un haut responsable saoudien.

Les commentaires de l’ancien chef du renseignement, le prince Turki al-Faisal, ont renforcé la position de Riyad sur ce qui risque d’être une question sensible dans les négociations entre l’Arabie Saoudite et les États-Unis sur un accord pour aider le royaume à développer l’énergie atomique.

Riyad entend entamer des pourparlers avec les États-Unis dans quelques semaines sur un pacte de coopération nucléaire civile, indispensable pour que les entreprises américaines lancent un appel d’offres de plusieurs milliards de dollars l’an prochain pour la construction des deux premiers réacteurs nucléaires saoudiens.

Les réacteurs feront partie d’un programme plus vaste visant à produire de l’électricité à partir de l’énergie atomique afin que le royaume puisse exporter plus de pétrole brut. Riyad dit qu’elle veut la technologie nucléaire uniquement pour des utilisations pacifiques, mais elle ne sait pas si elle veut également enrichir l’uranium pour produire du combustible nucléaire, un processus qui peut également être utilisé dans la production d’armes atomiques.

Les sociétés américaines ne peuvent généralement transférer la technologie nucléaire à un autre pays que si les États-Unis ont signé un accord avec ce pays interdisant l’enrichissement de l’uranium et le retraitement du combustible nucléaire usé – étapes pouvant être utilisées à des fins militaires.

« Si vous considérez l’accord entre les P5 + 1 et l’Iran, cela permet à l’Iran d’enrichir », a déclaré le prince Turki, qui ne détient plus aucun poste au gouvernement mais qui reste influent, a déclaré mardi à Riyad. Il faisait référence aux six pays – États-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France et Allemagne – qui ont conclu un accord avec Téhéran en 2015, en vertu duquel les sanctions économiques contre l’Iran ont été levées en échange de la restriction du programme énergétique nucléaire de la République islamique.

« La communauté internationale qui soutient l’accord nucléaire entre le P5 + 1 et l’Iran a dit à l’Iran, vous pouvez enrichir, bien que le TNP nous dit tout ce que nous pouvons enrichir », a déclaré le prince Turki, un ancien membre de la famille royale. ambassadeur à Washington, a déclaré.

« Donc, le royaume de ce point de vue aura le même droit que les autres membres du TNP, y compris l’Iran. »

« Auto suffisance »

La double technologie a été au cœur des préoccupations occidentales et régionales concernant le travail nucléaire de l’Iran, rival régional de l’Arabie saoudite. Ces inquiétudes ont contribué à l’accord de 2015, qui permet à l’Iran d’enrichir l’uranium dans le cadre du niveau normal nécessaire à la production d’électricité commerciale.

Les réacteurs atomiques ont besoin d’uranium enrichi à environ 5% de pureté, mais la même technologie peut également être utilisée pour enrichir le métal lourd à des niveaux plus élevés.

L’Arabie Saoudite prévoit de construire 17,6 gigawatts (GW) de capacité nucléaire d’ici 2032, soit l’équivalent d’environ 16 réacteurs. Riyad a déjà déclaré qu’il voulait exploiter ses propres ressources d’uranium pour « l’autosuffisance » dans la production de combustible nucléaire.

Le ministre de l’Énergie, Khalid al-Falih, a déclaré mercredi à Reuters que ces ressources importantes étaient explorées, prometteuses et que l’Arabie Saoudite aimerait implanter cette industrie à long terme.

Le prince Turki a déclaré que la seule façon d’arrêter l’enrichissement de l’uranium serait de créer une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient, une idée de longue date qui a été soutenue par l’assemblée nucléaire de l’ONU.

« Cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais il faut que les négociations comprennent des discussions régionales entre les futurs membres de la zone sur les questions non seulement nucléaires, mais aussi de paix au Moyen-Orient entre Israël et la Palestine », a-t-il dit.

Source : Haaretz, Reuters , 21-12-2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Commentaire recommandé

David // 19.01.2018 à 09h17

Pour faire l’amour et non la guerre, il faut absolument que les Palestiniens récupèrent leur territoire.
C’est la seule solution et il n’existe pas une autre de rechange. Les Anglais qui ont créé cet abcès sont priés de récupérer leur protégé qui s’avère être infréquentable et un voyou notoire.

27 réactions et commentaires

  • max // 19.01.2018 à 07h56

    Un dicton dit : les amis d’aujourd’hui sont les ennemis de demain, cela s’applique très bien entre Israël et les Saoudiens.
    Dire on a peur de l’Iran, il nous faut la bombe c’est de l’enfumage et les acteurs régionaux le savent très bien. Pour Israël, une bombe saoudienne, serai une épée de Damoclès sur la tète……
    Pour l’Egypte, c’est différent, de nombreux pays sont sur les rangs et donc les israéliens peuvent s’inquiéter.
    Il ne reste pas beaucoup de temps avant que par effet domino plusieurs pays aient la bombe, les pays de la région doivent absolument avoir des relations apaisées et s’occuper ensemble des véritables urgences que sont la surpopulation et le manque d’eau.

     5

    Alerter
    • Bordron Georges // 19.01.2018 à 09h10

      max vous vous trompez. Comme dirait maitre Yoda: “vous ne connaissez pas le pouvoir de la force”! En l’occurrence la force dont il s’agit, c’est celle de l’empereur (je vous laisse imaginer quoi), et de ses complices; c’est à dire le mensonge, la duplicité, calculée sur des décennies et accompagnée de turpitudes, de guerres par délégation, et de crimes pas toujours bien dissimulés. Très peu de personnes n’arrive à considérer un plan sur d’aussi longues périodes.
      Quant à “la bombe”, l’Iran n’a pas besoin de “la bombe”. Ce que l’Empire met en cause c’est la capacité de l’Iran de tirer des vecteurs de portée de quatre à cinq mille kilomètres.

       4

      Alerter
      • Chris // 19.01.2018 à 12h38

        Dès qu’il s’agit de son hégémonie, l’Empire met tout et n’importe quoi en cause !
        Plus l’Empire est agressif et revendicatif, plus il accélère la prolifération des armes nucléaires : en fait, il en le premier responsable car l’initiateur contre un Japon déjà vaincu.
        Entre guerres nucléaires et guerres bactériologiques, les populations visées sont mal barrées.
        Il serait intéressant de connaitre le plan final, probablement inavouable de la part des thuriféraires des Droits de l’Homme : m’est avis qu’il s’agit d’éliminer les 3/4 de la population mondiale en utilisant des méthodes moins archaïques et plus radicales que l’oncle Adolph.
        Et bien sûr en préservant au mieux le “peuple exceptionnel”…
        Quelle galère !

         5

        Alerter
  • David // 19.01.2018 à 09h17

    Pour faire l’amour et non la guerre, il faut absolument que les Palestiniens récupèrent leur territoire.
    C’est la seule solution et il n’existe pas une autre de rechange. Les Anglais qui ont créé cet abcès sont priés de récupérer leur protégé qui s’avère être infréquentable et un voyou notoire.

     15

    Alerter
    • Fritz // 20.01.2018 à 07h31

      Autrement dit, il faut que les Israéliens quittent la Palestine (où un royaume d’Israël existait bien avant la “Palestine” romaine, byzantine, arabe et ottomane…) et “reviennent” en Angleterre ? Comme si c’était leur métropole ?

      Je ne vois pas le rapport avec l’entretien proposé, à part le fait qu’Israël possède l’arme nucléaire.

      L’ennui, c’est que le prince Turki ne parle pas de l’arme nucléaire. Il parle de l’enrichissement de l’uranium dans le cadre d’un programme nucléaire civil, en Iran comme en Arabie. Turki fait d’ailleurs référence au TNP (Traité de Non-Prolifération).

      Ne prêtons pas aux Saoudiens les intentions que les néocons ont prêté aux Iraniens, et laissons les Israéliens tranquilles, pour une fois.

       2

      Alerter
  • Bordron Georges // 19.01.2018 à 09h49

    D’ailleurs, le problème de la prolifération des vecteurs intercontinentaux va devenir aussi crucial que celui de “la bombe”. Les USA et leurs complices ne pourront pas, dans les décennies à venir, se mettre déclarer la guerre à tout pays qui se dotera de ces vecteurs.
    Le danger de tels vecteurs est qu’en nombre suffisant, ils sont capables de détruire principalement les moyens de communication électroniques et ainsi d’annihiler la capacité des tous les moyens militaires dits classiques.

     4

    Alerter
    • Kiwixar // 19.01.2018 à 23h26

      J’ajouterais que, en plus de détruire les moyens de communication, les missiles classiques peuvent faire bien pire : mettre hors d’usage la distribution d’électricité. En temps NORMAL, il faut déjà plusieurs années pour se faire livrer des gros transfos industriels. Imaginez sans électricité, sans moyen de paiement. Un an sans électricité aux US ou en Europe, et je parierai que la population diminue de moitié.

      En 1940, c’était rural, tout le monde avait de la famille à la campagne et un potager. Imaginez aujourd’hui… « Et mon Loulou, y a pas d’électricité ni téléphone, pas grave, on va marcher jusqu’à Pizza Hut, qu’est-ce qu’on est smarts ».

       6

      Alerter
  • JesseJames // 19.01.2018 à 10h07

    Voilà ce qui est tombé le 11 mai 2015 juste à côté de Sanaa au Yémen :

    https://www.youtube.com/watch?v=hSEmkGDDZkA
    L’explosion a été filmée sous plusieurs angles :
    https://www.youtube.com/watch?v=I1ycCiylGiM
    et même de très (trop) près :
    https://www.youtube.com/watch?v=LkMZ25et3b0

    Alors ? Bombe nucléaire tactique ou pas ?

     2

    Alerter
    • Haricophile // 19.01.2018 à 10h49

      M’est avis que un truc nucléaire et SURTOUT une bombe a neutron aurait eu une influence sur la caméra.

      Reste que ils ont lancé une belle saloperie.

       2

      Alerter
    • Alfred // 19.01.2018 à 11h31

      Si tel était le cas ne pensez vous pas que les houtis qui ne sont pas des débiles auraient ramené un compteur geiger (qui doit bien exister à saana au moins dans un hopital) et prouvé la chose? Malgré le black out cela se serait su. Je penche plutôt pour l’explosion d’un dépôt de munitions souterrain.

       4

      Alerter
      • Raymond Lutz // 19.01.2018 à 14h06

        la luminescence orange des gaz froids après l’explosion suggère une activité nucléaire.

         0

        Alerter
      • Dominique // 20.01.2018 à 18h49

        « ne pensez vous pas que les houtis qui ne sont pas des débiles auraient ramené un compteur geiger »
        Selon wikipedia, les bombes à neutrons ont des retombées radioactive minimes.

        Par contre, même si c’est très peu documenté (secret oblige) on sait qu’une bombe à neutron explose à une « certaine » altitude, comme les autres bombes atomiques. Et là , on voit bien que l’explosion se fait à terre, en plusieurs étapes sur un site qui émet de la fumée dès le début de la première vidéo. Ce point me fait penser qu’il ne s’agit pas d’une bombe à neutrons.

         0

        Alerter
        • MR neutron // 21.01.2018 à 00h06

          ‘on sait qu’une bombe à neutron explose à une « certaine » altitude ‘

          Plus maintenant, ils ont développé des bombes à 2 étapes pour atteindre les bunkers souterrains des earth-penetrating weapon (EPW).

          Dans un des vidéos, on observe les scintillations des neutrons qui frappent le capteur CMOS du téléphone, 2 secondes après l’explosion alors que l’onde de choc frappe après 5.6s. Ça donne une énergie cinétique de 4 eV pour le flux de neutrons, qui correspond aux vitesses documentées pour les réactions de fission des réacteurs PWR et BWR. Il n’y a aucune valeur d’énergie cinétique pour les armes modernes, les seules valeurs rencontrées concernent des bombes avec high yield, impliquant un processus de fusion.

           0

          Alerter
    • Casimir Ioulianov // 19.01.2018 à 13h35

      Ou pas , c’est des bombes “FAE” fuel-air explosive.
      C’est impressionnant (c’est des engins qui font entre 5 et 7 tonnes ), c’est pratique quand on veut cibler des souterrains sans trop se casser le fion à être précis.

      Sur des explosions nucléaires de quelques KT seulement, on serait forcement sur de la bombe A et ces merdes ça fait un gros flash très très très distinct à l’explosion.
      Pas de flash = pas de nuke.

      “Remember kids , when you see the flash : duckt and cover”

       6

      Alerter
      • Kiwixar // 19.01.2018 à 23h31

        Si on voit le flash, on devient aveugle, non?

         1

        Alerter
    • Bellettre // 19.01.2018 à 14h40

      Une éternité… Rien n’y résiste… Un enfer… J’ai regardé. Terrible. J’ose espérer que ces trois vidéos seront visionnées et que les bellicistes, les guerriers, les belliqueux de <<tout poil<< entrevoient l'avenir des peuples de façon pacifiste et posé. Cette inhumanité causée par l'homme continuera à engendrer la haine des futures générations. D'après moi les pays qui n'ont jamais subis de bombardement (et c'est tant mieux) sont "éloignés" de la souffrance dévastatrice qui sera portée durant des générations sur tout les plans. Un "coup de crayon" n'y pourra rien. Traces indélébiles. Un sursaut est nécessaire pour la paix.

       4

      Alerter
    • RGT // 20.01.2018 à 13h35

      Je pense à une bombe conventionnelle de très forte puissance ou à une bombe thermobarique.

      Une bombe thermonucléaire (ou une bombe à neutrons selon certains, mais c’est pareil) n’explose jamais au sol mais en altitude pour maximiser les effets destructeurs du souffle et des radiations.

      Cette vidéo “virale” décrit certes l’utilisation d’une arme de destruction massive, mais qui n’a rien à voir avec une arme thermonucléaire.

      Et à cette distance, avec le flash gamma l’opérateur et la caméra auraient été instantanément grillés comme des merguez sur un barbecue.

      De plus, si vous avez déjà vu des explosions thermonucléaires, le flash lumineux est infiniment plus important (“plus fort que mille soleils”)…

       1

      Alerter
  • vert-de-taire // 19.01.2018 à 10h26

    Quand on voit la faillite mondiale du nucléaire civil cette sortie sur l’enrichissement est certainement une volonté de chantage sur la bombe. C’est une demande claire aux Etats-Unis qui dit restez avec nous sinon … il y a peut-être d’autres intentions cachées dans ce monde en crise civilisationnelle provoquée, une fois de plus, par l’impasse capitaliste.

     3

    Alerter
  • Arcousan09 // 19.01.2018 à 11h42

    Il n’y a pas encore assez de débiles mentaux sur cette planète à posséder cette arme de destruction massive ?
    Ceux qui possèdent cette arme ont de quoi vitrifier 100 fois la planète et il en faut toujours plus …
    De toute façon si ces charlots déclenchent un conflit nucléaire il en seront aussi les victimes …
    Le suicide vous tente ?????

     1

    Alerter
  • mohamed // 19.01.2018 à 12h01

    DU VENT ! les protecteurs de la SAOUDIE ne laisseront jamais faire cela ce ne sont que des pantins

     1

    Alerter
  • caliban // 19.01.2018 à 12h40

    Ils feraient mieux de menacer de faire du camembert. Ce serait plus crédible, ils ont déjà l’emballage cerclé sur la tête.

     13

    Alerter
  • Iskander Zakhar // 19.01.2018 à 13h05

    L’Iran nucléaire c’est pour contrer l’Israel nucléaire.
    Si on veut éviter la prolifération, il va falloir qu’on fasse subir à l’Arabie Saoudite le même traitement qu’à l’Iran ou à la Corée du Nord !
    Sinon, il faudra plus qu’une fiole à l’ONU ou les morceaux de missiles de Nikky Halley pour convaincre le monde qu’il n’y pas de “2 poids, 2 mesures” !

     6

    Alerter
  • Louis Robert // 19.01.2018 à 13h21

    À défaut de s’être avéré le traité de désarmement qu’il devait être, dévoyé, le Traité dit « sur la non-prolifération des armes nucléaires » ne fut utilisé que pour préserver et élargir l’hégémonie nucléaire existante… avec les conséquences orwelliennes que nous pouvons aujourd’hui observer: la non-prolifération, c’est la prolifération.

    En effet, « le TNP contient une clause relative au désarmement (article VI), tous les signataires devant s’engager à négocier en vue de parvenir à un arrêt de la course aux armements nucléaires et à un désarmement général et complet sous un contrôle international. »

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Traité_sur_la_non-prolifération_des_armes_nucléaires#Clause_de_désarmement_«_aussi_large_que_possible_»

    Mais qui de nos jours exige le désarmement et la paix? Nous sommes rongés par la guerre impériale perpétuelle, menace mondiale permanente, totale voire nucléaire. Et ça continue: direction frontières russes et chinoises.

     4

    Alerter
  • L’aieuil // 19.01.2018 à 14h04

    Comme Israël c’est un secret de polichinelle que l’Arabie Saoudite à des armes nucléaires.
    C’est l’Arabie Saoudite qui a financé le programme nucléaire pakistanais et a sans aucun doute accès aux têtes nucléaires produites par ce programme.
    De la même façon l’armée saoudienne à un corps entier de missiles stratégiques et s’est largement équipé en missile balistiques chinois.
    http://wikimapia.org/#lang=fr&lat=24.216303&lon=44.707060&z=16&m=b

    C’est bien évidemment ce programme Arabo-Pakistanais qui est à la base du programme nucléaire Iranien (et non pas l’inverse), puisque l’Iran est la seule puissance régionale à ne pas avoir d’armes nucléaires et que toutes les autres puissances régionales qui l’encercle (Israël, Pakistan et l’Arabie Saoudite) veulent voir détruite…

     7

    Alerter
  • Babar // 19.01.2018 à 14h48

    En cas de nucléarisation du pays, les liens de proximité de certains groupes saoudiens avec des organisations terroristes islamistes (voir le bulletin suivant) ne pourraient ils pas entrainer la circulation de nucléides ou d’isotopes radio-actifs laissant présager des attentats “sales”?

     2

    Alerter
    • Kiwixar // 19.01.2018 à 23h35

      Pour les atrentats sales, c’est pas trop difficile de se fournir, il me semble : hôpitaux, sidérurgie utilisent des sources radioactives dont ils ne savent pas trop comment se débarrasser.

       0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications