Les Crises Les Crises
20.décembre.201820.12.2018 // Les Crises

L’autre 20h : Comment l’Union européenne a précipité la crise, Libye : Sortir du chaos

Merci 108
J'envoie

Source : L’autre 20h, Le Média, 20-11-2018

Au programme de L’Autre 20h ce soir, présenté par Dolores Bakèla :

CHRONIQUE EUROPE – COMMENT L’UNION EUROPÉENNE A PRÉCIPITÉ LA CRISE

L’économiste Cédric Durand tire les leçons de « Crashed », le tout récent livre de l’historien Adam Tooze sur la crise financière.

L’AUTRE INTERVIEW – LIBYE : SORTIR DU CHAOS

Depuis l’intervention en 2011 d’une coalition militaire occidentale, la Libye semble plonger dans une paralysie institutionnelle fragmentée. A cela s’ajoute une situation sécuritaire encore instable. Pourtant les initiatives internationales n’ont pas cessé, comme récemment à Palerme où une réunion internationale a eu lieu.

D’autres initiatives diplomatiques existent, entreprises par Ghassan Salamé, émissaire du secrétaire général de l’ONU pour la Libye. Afin de dépasser les blocages, l’émissaire de l’onu a mandaté une ong suisse, le Centre pour le Dialogue Humanitaire. Ce centre a consulté les Libyens à travers toute une série de réunions publiques tenues partout dans le pays. Un rapport est né qui devra servir à son tour de base à une feuille de route politique viable.

Pour nous parler de ce rapport et de la situation libyenne, le média a reçu Patrick Haimzadeh, ancien diplomate basé à Tripoli, et qui a été de ceux qui ont organisé ces réunions.

Source : L’autre 20h, Le Média, 20-11-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

calal // 20.12.2018 à 08h17

sur le livre d’adam tooze

Toujours la meme litanie: incompetence des dirigeants de la BCE.
Non,ces gens savent ce qu’ils font.Ils nous ont asservis.C’est delibere et cela ne s’arretera pas tant que nous ne dirons pas stop.

39 réactions et commentaires

  • LBSSO // 20.12.2018 à 07h49

    – “PETIT TOUR DE L’ACTU” (lutte des femmes de chambre, G Tron, E Lawson), à 50s
    – “CHRONIQUE EUROPE – COMMENT L’UNION EUROPÉENNE A PRÉCIPITÉ LA CRISE” à 2mn20
    – FILM ” PARTIR ? ” à 7mn
    – “L’AUTRE INTERVIEW – LIBYE : SORTIR DU CHAOS” à 19mn12

      +5

    Alerter
  • calal // 20.12.2018 à 08h17

    sur le livre d’adam tooze

    Toujours la meme litanie: incompetence des dirigeants de la BCE.
    Non,ces gens savent ce qu’ils font.Ils nous ont asservis.C’est delibere et cela ne s’arretera pas tant que nous ne dirons pas stop.

      +35

    Alerter
    • charles // 20.12.2018 à 10h04

      oui! Rappelons d’ailleurs ces gouvernements qui pinaillent pour 10 ou 12 milliards d’euro de financement pendant que la BCE peut imprimer 233Milliards en un jour pour le marché!!

      Ils nous feront crever pour leurs pognons.

        +22

      Alerter
      • Barbe // 20.12.2018 à 11h01

        Et c’est au nom de ces milliers de milliards d’encours de dette des banques privées,
        sans limites
        que nous sommes pieds et poings liés.
        Qu’on arrête de prétendre que l’inflation est sous contrôle. A peine celle des prix des denrées, et peut être celle de la masse monétaire de l’argent fiduciaire. Mais, en ce qui concerne la monnaie scripturale, c’est open bar,pour ceux qui la créé (ou poussent à l’endettement). Reste plus qu’à blanchir cette fausse monnaie. Et pour cela, les banquiers privés ont besoin des travailleurs. On pourrait demander à être payés plus, pour faire le vrai travail, non?

          +15

        Alerter
        • Roger // 21.12.2018 à 11h50

          Renversons la vapeur, greffons ces dettes sur les banques et demandons leur de payer.

            +1

          Alerter
          • Barbe // 21.12.2018 à 16h55

            Il y a une solution plus radicale et plus efficace : l’Etat (c’est-à-dire nous) doit reprendre la création de la monnaie.

              +1

            Alerter
      • édrick d’Estroy // 20.12.2018 à 11h55

        en effet, l’Euro est avant tout un projet politique, presque une idéologie voire une religion…
        nos mamamouchis sacrifieront les peuples pour sauver l’Euro…
        faut lâcher ce truc avant qu’il nous tue économiquement, quitte a viré manu-militari ceux qui nous l’impose…

          +19

        Alerter
      • Narm // 20.12.2018 à 19h18

        avec la machine à billet qui est en France

          +0

        Alerter
    • clauzip // 22.12.2018 à 16h50

      La BCE n’est,je pense moins incompetente qu’on le croit.
      Notre analyse de son action port sur l’objectif:le bien des peuples.
      Or,ce peut etre autre chose et ca l’est:l’interet des mulltinationnalrs et des banques.
      Le president de la BCE ex president de Sachs, le president de l’UE ex premier ministre du Luxembourg qui a roule les autres pays de l’UE,le fracais Moscoviciadoube par l’industrie dont il a ete directeur de l’amicale je crois.
      Cette UE n’avaiyt pas pour objectif le bien etre des peuples mais celui de la finance.
      Il faut changer les. Traités, aucun interet pour les peuples a conserver ce piege

        +0

      Alerter
  • calal // 20.12.2018 à 08h27

    marrant je vois qu’il y a un film sur “partir” dans le journal du media qui dure 50min (merci lbsso) et je me dis que je vais regarder vu que j’envisage de me barrer de france. La, il s’agit d’un documentaire sur les migrants qui partent d’afrique pour venir en france. Ca me confirme que j’ai rien a voir avec “le media”…

      +10

    Alerter
    • Nikolok // 20.12.2018 à 08h49

      Ne partez pas, je vous assure qu’il y a des coins de France où il fait extrêmement bon vivre, bien davantage qu’à l’étranger (par expérience), il faut méthodiquement sillonner le pays pour les trouver.

        +5

      Alerter
      • Robert // 20.12.2018 à 10h59

        Exact. Par ailleurs je constate que des milliers d’étrangers viennent vivre leur retraite en France, principalement des allemands, des suisses, des britanniques, mais la liste n’est pas exhaustive. Un suisse ( ex conducteur de bus ) me disait récemment : je vis bien mieux en France avec ma retraite qu’en Suisse.
        A méditer, pour nous français…

          +3

        Alerter
        • Araok // 21.12.2018 à 08h34

          Si sa retraite est versée en francs suisses c’est évident. Avec ma retraite en euros je vivrais très bien au Maroc, quitte à revenir me faire soigner en France…

            +2

          Alerter
      • calal // 20.12.2018 à 13h31

        J’hesite effectivement a “reculer” encore davantage dans l’arriere pays ou a m’enfuir…
        mais la probabilite qu’un futur gouvernement encore plus “progressiste” et “democrate” vienne me “chercher” meme dans un coin recule pour m’obliger a financer tout son “progres” et son “ouverture d’esprit” augmente.Et je ne suis pas riche,je suis juste un membre de la classe moyenne…

          +5

        Alerter
    • Chris // 20.12.2018 à 10h38

      Les migrants africains ne font que suivre le pognon extrait de leur continent : 78 milliards à l’année !
      Un article qui date de février 2017, mais je devine que la source n’a pas tari…
      http://www.trade-echos.net/2017/02/02/depuis-plus-de-20-ans-lafrique-distribue-78-milliards-par-annee-au-reste-du-monde/
      L’étude qui a mobilisé plusieurs centres de recherches économiques en Afrique (Nigéria), en Europe (Norvège) et en Amérique Latine (Brésil) a adopté une méthodologie particulière pour arriver à ces résultats. Elle place sur les deux côtés d’une équation, l’ensemble des transferts en provenance et ceux en partance de l’Afrique, y compris ceux qui ne font pas l’objet de transferts monétaires (remise de dette), les transferts des migrants et ceux en provenance d’autres paradis fiscaux, ou de sources non enregistrés dans les comptabilités publiques.

      Donc, nos pompes aspirantes (les multinationales) se gavent sur le dos de l’Afrique et “en même temps”, s’appliquent à nous essorer en appliquant les GOPE, et cerise sur le gâteau, socialisent les pertes en nous imposant des migrants venus partager les miettes.

      Dans le silence sépulcral de nos journalopes en lévitation qui caquettent et vitupèrent en entre soi.

        +25

      Alerter
      • Chris // 20.12.2018 à 10h43

        J’ai employé intentionnellement “multinationales appliquant les GOPE”, en me référant à cette information :
        https://arretsurinfo.ch/reflexion-helvetique-sur-les-gilets-jaunes/
        Sur notre continent parait-il très avancé en matière d’information tout le monde aujourd’hui sait qui est la Commission européenne. Demandez à votre voisin s’il a entendu parler d’ERT et vous obtiendrez un long silence.
        ERT European Round Table est le principal lobby industriel de l’UE, y figurent en permanence les 35 CEO des 35 plus grandes multinationales européennes du moment. Leurs bureaux se situent à Bruxelles juste de l’autre côté de la rue où se trouve ceux de la Commission.
        La suite est des plus éloquente…

          +17

        Alerter
      • jdautz // 21.12.2018 à 10h34

        Rien de nouveau, on me l’avait déjà expliqué a l’école quand j’étais jeune, et je suis jeune depuis très longtemps…

        C’est vrai que mon école avait une action a la fois pédagogique et concrètement coopérative avec ce qu’on nommait alors “le tiers monde”. Ce qui fait que j’ai toujours été assez bien informé même quand ça ne faisait pas partie des sujets de conversation dans les salons parisiens.

          +0

        Alerter
      • Dominique65 // 21.12.2018 à 12h16

        « Les migrants africains ne font que suivre le pognon extrait de leur continent : 78 milliards à l’année ! »
        Il paraitrait, selon Le Figaro, que celui qui s’évade de l’UE est de mille milliard par an.
        Vive le néolibéralisme, la mondialisation et les paradis fiscaux qui vont avec !

          +0

        Alerter
    • ellilou // 20.12.2018 à 13h20

      Vous préférez juste les” expates” aux immigrés. Que cela ne vous empêche pas de suivre les émissions (dont celle de ce soir avec Emmanuel Todd) et les journaux du Média 🙂

        +2

      Alerter
    • Tassin // 20.12.2018 à 18h31

      Ben du coup vous faites exactement la même chose que les migrants Africains. Vous êtes un potentiel migrant Français en fait.
      Mon petit doigt me dit que vous serez surement mieux accueillis qu’eux là où vous comptez aller.

        +1

      Alerter
      • calal // 21.12.2018 à 13h47

        Mon petit doigt me dit que vous serez surement mieux accueillis qu’eux là où vous comptez aller.

        Bien sur,l’homme blanc est bien accueilli partout…
        Blague a part, Je compte partir dans les us de trump.Si j’en crois les forums de zerohedge,les europeens y sont vus comme des lavettes qui se couchent.Un peu comme moi je vois les africains fuir leurs despotes qu’ils n’ont pas su renverser pour se coucher devant les notres alors qu’ils pourraient nous aider a les renverser.Ce qu’a voulu peut etre illustrer scorcese dans son “gang of ny” ou les “natifs”, descendants d’europeens rebelles aux rois donc “refugies politiques”, refusaient de ceder la place a des “catholiques”,”refugies economiques”,des irlandais vaincus par les anglais.

          +1

        Alerter
  • Suzanne // 20.12.2018 à 10h11

    “Vraiment Politique” au Media ce soir sur le sujet des Gilets Jaunes, je vous mets le lien si cela intéresse des gens :
    https://www.youtube.com/watch?v=xzvP2lA1hBY

      +4

    Alerter
    • ellilou // 20.12.2018 à 13h18

      Je me fais par avance un plaisir de suivre le débat 🙂

        +1

      Alerter
  • christian gedeon // 20.12.2018 à 10h33

    LybieS serait plus exact que Lybie.Les (très ) récents efforts “européens” pour essayer de trouver une solution palliative en Lybie montrent bien la panique qui s’est emparée de l’ue après le forfait contre la Jamahirriya. le plan initial,destruction,reconstruction et par ici les dollars,s’avère être une catastrophe. Haftar ne devait pas faire partie de la “fête”,pas plus que la Qaïda ou l’EI. Et coucou,les voilou. le tout joint au fait que la 3lybie ” est avant tout un conglomérat de tribus qui se détestent entre elles,et que seule la poigne de fer du guide lybien avait réussi à dompter,et voilà une boîte de Pandore qui n’est pas près de se refermer,réunion internationale ou pas.

      +17

    Alerter
    • CHAÏB-DRAA // 20.12.2018 à 15h30

      idem pour l’Irak où seul Sadam arrivait avec la poigne comme vous dites savait dompter ce méli mélo de tribus

        +3

      Alerter
      • Marie Colin // 20.12.2018 à 20h24

        Pour l’instant, la Syrie a pu échapper à ce type de désastre – les Russes ayant bien appris la leçon de la Lybie notamment !
        Sans compter que si on fait un parallèle entre les détestés “dictateurs sanguinaires” et nos “amis” saoudiens ou ukrainiens – au hasard ! on est bien convaincus de la justesse des “analyses” de nos médiacrates nationaux !!!

          +2

        Alerter
  • Julie // 20.12.2018 à 12h07

    Il faut regarder Euronews ces temps-ci pour entendre parler du scandale “Integrity Initiative” ou de l’augmentation que se sont votés les plus hauts fonctionnaires de l’EU…

      +7

    Alerter
    • fanfan // 20.12.2018 à 13h11

      Les sénateurs ont voté une augmentation de 40% de la rémunération des maires des grandes villes et des présidents de région et de département, durant l’examen du budget 2018.
      En 2015, la rémunération d’un président de région, de département ou de maire d’une très grande ville s’élève à 5512 euros brut. Si l‘amendement du Sénat n’est pas supprimé par l’Assemblée nationale, il pourrait donc désormais atteindre 7716 euros brut.
      https://www.publicsenat.fr/article/politique/le-senat-augmente-de-40-le-salaire-des-maires-des-grandes-villes-et-des-presidents

        +5

      Alerter
      • Catalina // 20.12.2018 à 19h41

        Donc, il y a bien de l’argent mais il va toujours dans les mêmes poches….il va y avoir un sénateurberg, un étatberg et tous ces vauriens seront jugés et iront moisir en prison, là où est leur place.

          +2

        Alerter
  • fanfan // 20.12.2018 à 13h06

    C’est à partir d’une initiative diplomatique originale qui a fait le choix d’aller à la rencontre des Libyens et de leur désir de normalité, de reconstruction et d’avenir qu’est sorti le rapport du Centre pour le dialogue humanitaire de Genève sur la Libye.
    Le Centre pour le dialogue humanitaire à Genève (HD Centre), spécialisé dans la médiation des conflits, a été mandaté par l’ONU et son émissaire spécial pour la Libye, Ghassan Salamé, afin de mener au plus près des réalités libyennes des réunions publiques à travers tout le pays, mais aussi dans la diaspora libyenne. Le but, recueillir la parole des Libyens, doléances comme espoirs. Soixante-dix-sept réunions distinctes ont eu lieu dans 43 endroits en Libye et à l’étranger. Plus de 7 000 Libyens y ont participé, dont un quart était des femmes. Les citoyens ont également participé par le biais d’une plateforme en ligne, soumettant plus de 1 700 questionnaires remplis et 300 courriels supplémentaires. Les médias sociaux ont également été utilisés, ce qui a donné l’occasion à près d’un million de personnes de s’exprimer. Au total, à travers divers supports, ce sont 1,8 million de Libyens qui ont été touchés. Un rapport en est né qui a été remis à Ghassan Salamé.
    Le rapport : https://www.hdcentre.org/wp-content/uploads/2018/11/Libyan-NCP-Report_English_web.pdf

      +2

    Alerter
    • raloul // 20.12.2018 à 14h01

      Bonjour !

      Quelle excellente initiative!
      L’ONU devrait faire la même chose en France, aller à la rencontre des gens, mener des réunions publiques, recueillir les doléances, etc… il paraît qu’ils sont très facilement repérables ces temps et qu’ils ont un tas de bonnes idées pour reconstruire leur pays…

      P.s: Pardon d’avance pour l’ironie acide.

        +9

      Alerter
  • Un_passant // 20.12.2018 à 15h02

    Je vois souvent dans les commentaires, des propos très explicites ou sous-entendus sur la goinfrerie ou des complots de milliardaires. C’est oublier que les milliardaires sont moins influents que le PDG d’un fond de pension comme BlackRock.

    Il serait peut-être temps de revenir aux fondamentaux : le problème actuel vient de l’abandon de Glass-Steagall-Act et de Bretton Woods, certes sous l’impulsion des banques mais… aussi pour permettre aux babyboomers occidentaux de consommer sans se poser de question. Il fallait bien financer la consommation de l’Occident et les retraites versées par les fonds de pension.

    On a JAMAIS posé frontalement la question de la consommation par les babyboomers. Vous croyez qu’ils (les babyboomers) avaient envie d’entendre qu’ils devaient réduire drastiquement leur consommation du fait que l’Etalon-Or allait forcer une rééquilibrage de la balance commerciale (et donc provoquer une terrible inflation des produits importés)? Pourquoi l’Etalon-or a-t-il été abandonné : pour préserver le mode de vie des babyboomers, américains d’abord, occidentaux ensuite. Pas pour enrichir les milliardaires.

    Depuis quelques années, avec le départ à la retraite des babyboomers, on ne fait que subir le contrecoup de quelque chose qui les “Cassandre” avaient pourtant annoncé. Mais certes, c’est plus facile d’accuser les milliardaires quand le responsable, c’est tout à chacun.

      +3

    Alerter
    • cogep // 21.12.2018 à 11h24

      Un peu d’humour n…

      Hypothèse : sans modifier les conditions d’accès à la retraite.
      Retardons l’accès au marché du travail de nos jeunes, tous bacheliers, tous universitaires, tous en formation, tous en stage ( le plus longtemps possible ), le premier emploi entre 27 et 30 ans, 42 années d’activité, bien rincé grâce à ce régime et sans doute une espérance de vie moindre, alors on pourrait prétendre à une retraite pleine est entière au minimum à partir de 69 ans, et le système s’en trouvera sauvé.
      L’espérance de vie est de 81 ans en moyenne au sein de l’UE, selon l’Institut National d’Études Démographiques, les hommes vivent aussi moins longtemps que les femmes, selon la même source allez savoir pourquoi.
      A la marge, maintenons l’inégalité salariale femme/homme, l’inverse marche aussi, et modifions le principe de réversion, si c’est encore possible, ici aussi nous pourrions réaliser quelques économies.

      Autre hypothèse :
      Suivons le régime africain, surtout celui de la Libye, ou l’espérance de vie de dépasse pas 62 ans d’après l’INED, et comme par magie c’est tout le système des retraites qui s’en trouvera sauvé.
      C’est encore une façon de presser le citron, couleur à la mode mais aussi victime.

      Serais-je le seul à échafauder ce genre de scénarios ?
      Je me demande parfois ce qu’il y a en gestation dans la tête de nos dirigeants estampillés ENA, allez savoir.

      Gep : première année de CAP tourneur/fraiseur, surtout le premier trimestre, issu du fin fond de nos campagnes avant de virer de bord sur un bâtiment de notre belle marine bien entendu nationale, puis un cursus de 3 ans pour devenir agent d’assurances, puis une petite formation de 6 mois à l’époque pour devenir informaticien analyste programmeur SGBD et finir comme gestionnaire de l’ensemble des postes de travail d’une grande banque française à la City en passant par Michelin comme ingénieur support dédié grand compte pour toute l’Europe ou encore l’Unedic de l’époque et son laboratoire avant mise en production, puis artisan dans le milieu du bâtiment spécialisé dans la rénovation de Riads ou maisons anciennes au Maroc, par passion, puis assistant de vie scolaire auprès d’élèves handicapés (lycée, collège, primaire et petites sections, puis retour sur les bancs, le soir, et obtention d’un DAEU à 54 ans, enfin auto-entrepreneur dans le domaine du petit bricolage parce que manque de diplôme ou de qualification, c’est à mourir de rire, encore une fois jaune.

        +0

      Alerter
      • Un_passant // 21.12.2018 à 19h40

        Ou on pourrait se contenter d’être aussi rationnel que les Suisses et mettre en place un système de retraite progressive (qui paradoxalement pourrait démarrer dès 55 ans et être économiquement largement plus viable que tous les projets actuellement échafaudés en France) et revaloriser réellement les métiers ouvriers et manuels : des artisans qui deviennent millionnaires, j’en ai croisé plusieurs (du boulanger au plombier en passant par des maçons).
        La réalité c’est qu’une partie de l’extrême-gauche considère que “travail salarié”= “main d’oeuvre servile” et qu’il faut donc tout faire pour en extraire les gens le plus rapidement possible.
        La CFDT et la CGPME sont les seuls qui connaissent leur sujet, les autres, depuis quarante ans, on dirait des caricatures, soit du patron en cigare soit du syndicaliste rouge le plus virulent. Et les politiciens de jouer les technocrates les plus crasses, n’ayant des réalités que la vision d’un statisticien.
        On parle sans arrêt de la disparition des ouvriers et des employés, mais il reste un vivier dans tout un tas de métiers artisanaux, pour peu que l’on se décide à revaloriser ces métiers. L’erreur de l’Occident -je ne sais pas si la Chine est en train de faire la même erreur ou pas-, c’est d’avoir fait disparaître les petits métiers en pensant que l’avenir était à la tertiarisation de l’économie alors que l’on sombrait en plein dans la mise en oeuvre du principe de Parkinson. Le tertiaire, c’est bien joli, mais pour exister, il a besoin des productions du secteur primaire et du secteur secondaire, ça semble avoir été oublié au passage.

          +0

        Alerter
  • Michel B. // 21.12.2018 à 10h36

    “Il serait peut-être temps de revenir aux fondamentaux : le problème actuel vient de l’abandon de Glass-Steagall-Act et de Bretton Woods, certes sous l’impulsion des banques mais… aussi pour permettre aux babyboomers occidentaux de consommer sans se poser de question. Il fallait bien financer la consommation de l’Occident et les retraites versées par les fonds de pension.”

    On peut aussi lire votre argument dans un miroir : offrir aux baby-boomers occidentaux ce qu’ils désirent, afin d’obtenir leur adhésion à la poursuite de la prédation bancaire habillée en universalisme vertueux. Le mouvement de concentration des richesses est incontestable, difficile de nier qu’il s’accélère, et l’efficacité du résultat produit démontre que ce n’est pas le fait du hasard. Souligner ceci n’enlève pas de pertinence à votre argument sur la responsabilité de nous tous baby-boomers, je garde cependant à l’esprit l’impact de l’évasion fiscale sur l’endettement.

    Un peu partout dans le monde les peuples s’éveillent à cette réalité.

    L’élection de Trump a levé le tabou de la mondialisation sans frontières. Dans cette élection, alors que son leadership est en phase transitoire (Merkel), l’Europe a perdu sa boussole géo-politique. Les technocrates sont désormais aux manettes, manifestement avec une seule obsession : faire avancer l’agenda de la transformation néolibérale globalisée, peu importe les difficultés rencontrées. Et plus ils sont en difficultés, plus ils nous dévoilent leur vraie nature profonde, intransigeante et dure.

      +1

    Alerter
    • Un_passant // 21.12.2018 à 11h44

      L’évasion fiscale a toujours existé, elle n’a pourtant pas empêché les trente glorieuses. Ça n’est donc pas un argument recevable (d’autant qu’elle était un outil “vital” de financement de la guerre froide via l’existence des circuits de paradis fiscaux, c’est donc totalement illusoire d’imaginer qu’elle était moins importante).

      Concernant la prédation bancaire, il ‘y a pas d’un côté des gentils et des méchants, c’est une interaction mutuelle. Les babyboomers voulaient consommer, les politiciens voulaient conserver leurs maroquins et l’Occident voulait gagner la guerre froide. Tout ce petit monde a interagit de manière à aboutir à ce que l’on observe maintenant.

      La logique “néolibérale” m’évoque toujours la question du transhumanisme : on pense que les riches veulent devenir immortels. C’est oublier que tout à chacun voudrait ne jamais tomber malade, guérir du cancer, vieillir dans de meilleures conditions et ce seul désir justifie la recherche médicale qui, indirectement, pourrait aboutir à la capacité de prolonger la vie.

      Croire qu’il y a des “méchants” ou des “comploteurs”, c’est oublier qu’il y a tout un ensemble de désirs individuels fondamentaux : la santé, la sécurité pour sa famille etc. qui entraînent des effets qui sont autant d’armes à double tranchant, les deux faces d’une pièce.

      […]

        +0

      Alerter
    • Un_passant // 21.12.2018 à 11h54

      […]

      Quant au mondialisme “heureux”, c’est moins la logique néolibérale qu’une erreur d’analyse anthropologique, d’une erreur Occidentale fondamentale de s’imaginer comme “universelle” (concept porté par les Lumières) qui oublie ce qui fonde une culture, une civilisation, un peuple (c’est une des grosses erreurs de Marx d’ailleurs d’avoir envisagé la nation comme un concept économique alors que c’est un concept culturel et clanique étendu qui trouve sa fondation dans la cellule familiale).

      Les socialistes et les communistes AUSSI rêv(ai)ent d’une “internationale”. La concentration des richesses, ça n’est jamais que la thésaurisation, s’imaginer qu’elle est plus importante maintenant, c’est faire preuve d’une vue historique très courte, l’homme le plus riche d’Occident, vers le XVè siècle était un banquier allemand, il était à lui seul aussi riche que les rois occidentaux de la même époque.

      Nos contemporains n’ont rien inventé :
      https://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/14/jacob-fugger-le-riche-banquier-des-habsbourg_3461170_3234.html

      On retombe toujours sur problèmes inhérents au capitalisme : les créances douteuses, les excès de dettes ou de thésaurisation, les mauvaises pratiques gouvernementales (les rois faux-monnayeurs sont clairement insuffisamment étudiés, pourtant l’une des explication de la chute de Rome est aussi, en partie, une question de mauvaise gestion monétaire).

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications