Deux grand journalistes français ont sorti une information importante, qui n’intéresse guère la presse : le gouvernement aurait menti pour tenter de déclencher une guerre…

Une commission d’enquête pour vérifier ?

damas

Le livre Les chemins de Damas, publié il y a quelques jours, provoque un scandale en révélant des éléments secrets sur la manière dont la présidence française a forcé le corps diplomatique et les services secrets français à se soumettre à la décision politique de renverser Assad et à manipuler les rapports sur les armes chimiques et la réelle puissance du régime syrien.

Un livre publié à Paris il y a quelques jours et intitulé Les chemins de Damas, Le dossier noir de la relation franco-syrienne, par les journalistes français Georges Malbrunot et Christian Chesnot, donne de précieuses informations sur les coulisses de la relation entre Paris et Damas au cours des 40 dernières années. Ce livre d’investigation contient des informations et des interviews avec des personnalités étroitement impliquées dans le dossier syrien, des années 1980 à nos jours.

En passant des sommets présidentiels aux confrontations politiques et meurtrières, et des tensions diplomatiques aux périodes de lune de miel et à la coordination secrète des deux capitales, le livre s’attaque aux “dossiers noirs” et autres événements cachés qui caractérisent la relation décrite comme “quasi-schizophrène” entre les deux pays.

Selon le synopsis qu’en propose l’éditeur Robert Laffont, Les chemins de Damas montre que les présidents français successifs ont agi avec la Syrie “souvent de manière émotionnelle, avec précipitation ou avec improvisation, ce qui a conduit à l’impasse que nous observons aujourd’hui (dans les relations)“.

Les auteurs relatent un incident qui a suivi immédiatement l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafik Hariri : “Au moment même où Jacques Chirac, après l’assassinat de son ami Rafik Hariri, voulait “faire rendre gorge” à Bachar el-Assad, la France livrait à Assad dans le plus grand secret, deux hélicoptères Dauphin et fournissait à son entourage un système pour sécuriser leurs communications.”

Quant aux présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande “ils ont fait tour à tour les mêmes erreurs par méconnaissance de la réelle capacité de survie du régime syrien,” concluent les auteurs.

La presse française a publié quelques extraits du livre, notamment Le Point du 9 octobre. Le magazine a écrit que le livre était “exceptionnel,” et a publié des morceaux du livre qui contiennent des détails importants sur les discussions qui se tenaient dans les couloirs du ministère des Affaires Etrangères, de l’Elysée, des services secrets et des services de sécurité français sur la crise syrienne.

(Sous Sarko) Altercation au ministère des Affaires étrangères

Un chapitre du livre intitulé “Bagarre au Quai d’Orsay” fait état d’une violente querelle sur la Syrie qui s’est produite dans un bureau du ministère des Affaires Etrangères à Paris au printemps 2011. A cette époque, Alain Juppé était le ministre des Affaires Etrangères. L’altercation a eu lieu dans le bureau d’Hervé Ladsous, le chef de cabinet du ministre des Affaires Etrangères, entre Eric Chevallier, l’ambassadeur de France à Damas, et Nicolas Galey, le conseiller du président (Nicolas Sarkozy à l’époque) pour le Moyen-Orient. Etaient aussi présents Patrice Paoli, directeur, à l’époque, du département du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord et aujourd’hui ambassadeur de France au Liban, et Joseph Maila, le directeur de la prospective au ministère des Affaires étrangères, ainsi que des diplomates responsables des affaires syriennes.

La conviction de l’ambassadeur Chevallier était la suivante : “Le régime d’Assad ne tombera pas, Assad est fort” et il se maintiendra au pouvoir. C’est ce qu’il avait écrit dans ses dépêches diplomatiques depuis Damas, raison pour laquelle il avait été rappelé à Paris. Chevallier “a redit aux personnes présentes à cette réunion qu’il était “proche du terrain”, et qu’il avait “visité diverses régions de la Syrie et qu’il n’avait pas le sentiment que le régime en place était en train de s’effondrer“.

Arrêtez de dire des bêtises !” l’a interrompu Galey, le représentant de Sarkozy. “Il ne faut pas s’en tenir aux faits, il faut voir plus loin que le bout de son nez.” a-t-il ajouté. La remarque de Galey était d’une “hostilité sans précédent” selon une des personnes présentes. Même Ladsous “a été choqué de la détermination de Galey,” quand il est apparu que Galey “n’était pas venu prendre part aux délibérations mais remplir une mission spécifique : imposer l’idée que la chute d’Assad était inévitable,” et faire comprendre à tout le monde qu’aucune opinion divergente ne serait tolérée dans le corps diplomatique français.

Mais Chevallier a défendu sa position qui différait de celle que l’Elysée voulait imposer. Il a dit qu’il avait rencontré l’opposition syrienne régulièrement, “mais qu’il continuait à penser que le régime avait la capacité de survivre ainsi que des soutiens étrangers“. On se moque de vos informations !” a réitéré Galey, ce à quoi l’ambassadeur a répondu : “Vous voulez que j’écrive autre chose mais mon travail comme ambassadeur est de continuer à dire ce que j’ai écrit, c’est à dire ce qui est réellement arrivé. “Vos informations ne nous intéressent pas. Bachar el-Assad doit tomber et il tombera,” a rétorqué Galey d’une voix coupante. La querelle s’est alors envenimée, ce qui a forcé Ladsous à intervenir plusieurs fois pour mettre fin à cette “bataille verbale”.

(Sous Hollande) Un rapport étrange sur les attaques aux armes chimiques en Syrie

Une autre section du livre traite des actions du président François Hollande en août 2013, quand il a ordonné la déclassification du document de synthèse des rapports de la Sécurité Extérieure et du Renseignement militaire sur les attaques aux armes chimiques dans la région de Ghouta près de Damas, au moment où il tentait de rallier un soutien international en faveur d’une frappe pour punir ceux “qui empoisonnaient des innocents.” Le livre révèle que la conclusion du rapport conjoint avait été “élaguée” par le conseiller spécial du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, d’une manière qui d’une certaine façon faisait du tort aux informateurs.

Les informateurs avaient soulevé plusieurs questions dans leurs rapports concernant des événements qu’ils n’avaient pas pu vérifier comme l’utilisation de gaz sarin. Une des hypothèses faite par les informateurs dans leurs rapports était la suivante : “Il est possible que des bombardements classiques de l’armée syrienne sur un laboratoire clandestin des rebelles ait provoqué une fuite de gaz.” Mais cette conclusion a été “purement et simplement coupée” du texte du rapport final.

Nous avons fait des erreurs en ce qui concerne la Russie

Claude Guéant, l’ancien ministre de l’Intérieur et Secrétaire Général sous Sarkozy, dit que la manière dont Juppé a traité la Russie fut une grave erreur ; il souligne que la Russie n’aurait pas dû être marginalisée mais qu’au contraire, on aurait dû en tirer partie. Il a ajouté : “Si nous avions mis de côté notre égoïsme, notre prestige et notre amour du pouvoir et dit aux Russes qu’ils étaient les plus à même de concourir à trouver une solution en Syrie, ils auraient été heureux d’apporter un soutien positif. Ils étaient les seuls à pouvoir faire quelque chose.”

Le livre traite aussi de la fragile relation entre les diplomates français et les services secrets et du conflit entre le Renseignement Intérieur et le Renseignement Extérieur sur la question syrienne. L’antipathie entre les deux agences a commencé au début de la crise syrienne et s’est prolongée même après que les deux agences se soient installées à Amman. Les rapports venant des deux agences semblaient contradictoires en 2011. Un diplomate qui était en contact avec les deux agences a expliqué que toutes les deux étaient convaincues que Assad ne tomberait pas rapidement mais que le Renseignement Intérieur a vite noté le rôle des salafistes et des djihadistes dans la rébellion, tandis que le Renseignement extérieur continuait d’envoyer des rapports diabolisant le régime de Assad.

SA

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

62 réponses à Le dossier Noir de la Relation Franco-Syrienne

Commentaires recommandés

FifiBrind_acier Le 23 décembre 2014 à 07h00

La méconnaissance des Traités européens est abyssale.
Depuis Maastritch, c’est l’ OTAN qui impose les décisions d’ordre militaire et de politique étrangère aux pays européens. ( sauf aux 5 ou 6 pays militairement neutres)

Nos médias ne savent plus très bien où ils habitent et font porter les responsabilités aux marionnettes et aux lampistes.

Quand De Gaulle menait une politique étrangère indépendante des USA et de l’URSS, ils étaient vent debout contre lui.

Quand l’ OTAN impose ses délires, ils font comme si l’appartenance à l’ OTAN était un détail de l’ histoire.

Quand on dit qu’il faut sortir de l’ UE et de l’ OTAN pour retrouver indépendance et souveraineté, ils poussent des cris d’orfraie !!

Je constate qu’ils pleurnichent, mais ne proposent rien.
Dans le cadre des Traités européens, il n’y a aucune place pour une diplomatie française indépendante. Mais ça, ils se gardent bien de l’expliquer !!

  1. Pastèque Le 23 décembre 2014 à 01h13
    Afficher/Masquer

    Qui cela étonne encore? La Rumeur

    https://www.youtube.com/watch?v=C94ymt6UUok


  2. Papilou de Normandie Le 23 décembre 2014 à 01h17
    Afficher/Masquer

    Comme d’habitude l’ Histoire “officielle” et l’Histoire REELLE!!!


  3. adalia Le 23 décembre 2014 à 02h11
    Afficher/Masquer

    apres lecture du livre
    il apporte certes des éléments intéressants.
    Mais leur analyse due a leur prisme de vision occidentale est irritante.

    malgré cela ils ne cessent de répéter que la France se trompe, gesticule, n’écoute aucun des conseillers connaisseurs, elle n’a qu’un mot a la bouche, chute du régime. ( le regim change, si cher aux neocons).

    A aucun moment il ne vient à l’idée des auteurs de suggérer autre chose qu’un rapport dominant-dominé.
    Chirac, comme Sarkozy par la suite, pense avoir apprivoisé le gouv syrien, et lorsque les plans occidentaux capotent car après tout la Syrie n’est pas à leur botte, ils prennent celà comme une trahison, simplement parce leurs plans sont faux, et qu’étant eux-même à la botte de l’oncle Sam, ils n’imaginent pas que d’autres puissent être loyaux envers une patrie (ces mots n’existent plus dans leur lexique).
    A lire sur ce sujet Caroline Galactéros:

    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/caroline-galacteros/galacteros-le-fantome-de-la-diplomatie-francaise-premiere-partie-08-11-2014-1879741_2425.php


    • eric le goff Le 23 décembre 2014 à 09h20
      Afficher/Masquer

      adalia….sur le fond , je ne sais rien ou si peu de la Syrie , mais ton analyse , oh combien intelligente , mais ce n’est pas un compliment , avec la bêtise ambiante , c’est facile de paraître ……le rapport dominant dominé ? tu as vu une cour de maternelle ? et avec le système éducatif français , on n’est pas prêt de passer dans la classe supérieure , un espoir , en cette fin d’année , la loi sur l’interdiction du redoublement ? peut être ?? dérision ? même ce mot n’est pas assez fort , quant à notre approche politique et économique de la Russie ? on trouve des éléments de réflexion nouveaux sur ce blog , la aussi ….


      • Les Barniques Le 24 décembre 2014 à 16h50
        Afficher/Masquer

        Désolé de vous contredire M. Le Goff mais, concernant l’éducation, il n’y a pas plus prometteur pour le règne de la terreur qu’une éducation où l’enfant décide par lui-même et où on encourage dès l’âge le plus tendre, le développement de la pensée critique. Chaque chose en son temps. Le petit d’homme a besoin de ressentir que ses éducateurs SAVENT ce qui est bon pour lui et qu’ils sont sûrs de leurs décisions. Lui mettre sur les épaules, trop jeune, le fardeau de faire des choix par lui-même alors que ses facultés de jugements ne sont pas encore déployées, nous prépare une nation de despotes et de tyrans. Si vous n’avez jamais vu une classe d’enfants rois, moi si, et ce n’est pas une sinécure. Méprisants pour l’autre, égocentriques, incapables de céder leur place ou de reconnaître les compétences des autres, comme si l’univers commençait et se terminait avec soi, voilà ce que deviennent ces jeunes adultes. Au contraire, une classe de petits, qui sont tous égaux devant l’autorité de l’adulte qui lui, a choisi cette profession par amour et altruisme, par idéal de l’accomplissement de l’être humain en développement, ces petits donc, métamorphoseront ce vécu, plus tard, en sentiment d’égalité entre les humains. L’autorité reconnue au maître extérieur, s’intériorisera en intuition d’un idéal moral. Vouloir calquer directement ce qui se passe étant petit à ce qui se passera plus tard est bien mal comprendre ce qui se joue dans le développement de la psyché.


  4. Spiridon Le 23 décembre 2014 à 02h37
    Afficher/Masquer

    Oui, euh, faut relativiser. C’est une bombinette qui ne va même pas exploser. Sur Le Point elle est reléguée à une page ‘abonnés’ éloignée, et commentée comme d’habitude, avec des compliments et des réserves qui anticipent la réception du livre. L’accent est mis sur les dysfonctionnements (belle découverte!), les ‘contradictions’ (dequelles ont peut tirer toutes les conculsions qu’on veut); de, plus apparemment le livre lui-même est centré sur l’histoire des relations Franco-Syriennes, ils noient donc le poisson 2011-2014 dans “40 ans de relations”, autrement dit les évènements majeurs et mensonges deviennent 7,5% d’un gloubi boulga historique et complexe. Ca ne va empêcher personne de dormir… Quelques petits doutes sur les armes chimiques noyés dans du croustillant sur les disputes entre diplomates dans le “secret” de tgel ou tel bureau. On est loin de l’aveu franc, massif, démontré l’an dernier par Robert Parry d’une part, des scientifiques uiversitaires américains d’autre part, cartes et balistique à l’appui comme quoi ce bombardement de la Gouta était indubitablement, et non pas probablement, dû aux ‘rebelles’, et que la préparation chimique même (voir Seymour Hersch dans la London review of Books déjà relayé sur ce sitehttp://www.lrb.co.uk/v35/n24/seymour-m-hersh/whose-sarin) ne pouvait être due qu’aux rebelles.
    Si Seymour Hersch, Robert Parry et le Caltech n’ont pas changé d’un iota la perception politique et la perception publique de la question syrienne, je ne vois pas que Malbrunot et Chesnot remettront les pendules à l’heure…


    • robin Le 23 décembre 2014 à 08h45
      Afficher/Masquer

      Disons plutôt que ça DEVRAIT être une bombe, un ministre qui bidouille un rapport des services secrets. Mais en effet, c’est une bombe qui va foirer: D’autres passages du livre seront mis en avant pour éviter de parler de celui là (on a un temps d’antenne on ne peut pas parler de tout, zut!).
      En cherchant je trouverais surement, mais pourrais tu me donner le lien de l’article de Parry? c’est bien le sur le site consortium news?


  5. xavier Tdl Le 23 décembre 2014 à 02h47
    Afficher/Masquer

    Au sujet du MH17, une interview d’un travailleur de l’aerodrome militaire de Dniepropetrovsk. Le 17 juillet un SU25 aurait decolle avec deux roquettes air air et serait revenu sans, et le pilote qui se trouvait dans un etat de panique aurait declare: ” L’avion se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment”.

    a traduire

    http://www.kp.ru/daily/26323.5/3204312


    • purefrancophone Le 23 décembre 2014 à 07h20
      Afficher/Masquer

      A propos du vol MH17
      http://youtu.be/JjvMqajuf-4
      En Français


      • Nerouiev Le 23 décembre 2014 à 11h51
        Afficher/Masquer

        Dernière minute :
        On connaît le nom du pilote du SU-25 qui a descendu le boeing MH17. Il s’agirait du capitaine VOLOCHINE Vladislav âgé de 30 ans :
        http://www.kp.ru/daily/26323.5/3204312/
        Annoncé également sur la télé Russe.


        • HELLEBORA Le 23 décembre 2014 à 23h24
          Afficher/Masquer

          http://www.kp.ru/daily/26323.5/3204312/
          Le témoin, qui a quitté l’Ukraine pour ne pas être poursuivi et qui témoigne avec le visage caché pour ne pas mettre en danger sa famille; raconte qu’il connait personnellement le pilote qui a tiré sur Boeing. Le nom de cette personne est capitaine Volochine, qui est revenu après la mission tout apeuré et sans munitions “air-air”. Il a dit : “ce n’était pas le bon avion” et plus tard dans la soirée il a dit encore : ” cet avion s’est trouvé là au mauvais moment et pas au bon endroit”…

          Le témoin a du souci à se faire pour ce qui est de rester en vie, non ? Quant au dit Volochine, ce serait quand même un peu gros de le dégommer, encore que Poro & ses acolytes peuvent très bien l’envoyer sur le front-est dans une sorte de mission
          aller simple


          • willie Le 26 décembre 2014 à 16h57
            Afficher/Masquer

            Admettons qu’il est parti de la base pour descendre l’avion de Poutine,il a fait une erreur,d’accord,mais comment a-t-il pu s’en apercevoir tout de suite en rentrant?
            Ce ser


      • Les Barniques Le 24 décembre 2014 à 17h34
        Afficher/Masquer

        Il y a aussi une interview très éclairante avec un des membres de l’équipage du lanceur de missile ukrainien BUK 312.
        https://www.youtube.com/watch?v=Mf3OaY7DH6c


    • erde Le 23 décembre 2014 à 10h44
      Afficher/Masquer

      ci-dessous l’interview sous-titré en Anglais par Kazzura

      http://youtu.be/qiH8KZOfNfg


    • pierre Le 23 décembre 2014 à 11h06
      Afficher/Masquer

      Merci .
      J’ai trouvé cela sur le site FortRusse, c’est apparemment la traduction en anglais de la vidéo postée par Xavier Tdl.
      http://fortruss.blogspot.fr/2014/12/meet-pilot-who-shot-down-malysian.html


    • Bernard DARRE-MOGA Le 23 décembre 2014 à 20h47
      Afficher/Masquer

      Bonsoir,
      Si cette information se confirme, elle viendrait corroborer celle qui parlait de cette erreur d’avion, la vraie cible étant celui de “l’empêcheur de dépecer en rond” Vladimir Poutine.
      A charge une décoration extérieure de l’avion, une silhouette générale et une heure de passage approximativement identiques.
      Autre confirmation, pour ceux ayant visionné les photos des restes du Boeing, l’attaque au missile. Sur les plus grands morceaux du fuselage, les trous, très apparents, ne sont pas de la même taille, ce qui serait la signature d’un tir canon. Les missiles air-air, quelque soit le pays, sont tous équipés de charges à fragmentation déclenchées par des fusées de proximité.
      Cette technologie jointe en plus à un autodirecteur infrarouge fait tourner les chances de survie de l’adversaire autour de 0%.


  6. Van Le 23 décembre 2014 à 02h54
    Afficher/Masquer

    de toute façon cetait pas un scoop que les armes chimiques netait pas utilisé par le gouvernement syrien , ils sont pas aussi con pour donner des prétextes d’intervention , cest claire que cetait dans l’intérêt des “ rebelles “ d’incriminer le gouvernement syrien dans cette affaire , cette semaine les “ rebelles “ de lEI ont utilisé des arme chimique contre les kurdes sans que ca bouleverse fabius .
    de toute facon querelle ou pas au quai d’orsay les carottes sont cuite pour la diplomatie française au moyen orient et ailleurs .
    le problème cest que des syriens ont perdu la vie a cause des conneries de ses énergumènes .


    • deres Le 23 décembre 2014 à 10h24
      Afficher/Masquer

      Oui, Obama a dit que l’utilisation d’armes chimiques étaient une ligne rouge déclencheront l’intervention des américains en faveur des rebelles. Des gaz ont été quasi-immédiatement utilisés et Obama très embêtés car pas complètement idiots est revenu sur ses propos.

      Dire que “des” syriens sont morts est un peu faible quand on arrive à 200 000 morts et 3 millions de réfugiés sur une population de 20 millions. On est déjà à 1% de morts et 15% de réfugiés. Et je n’ose même pas imaginer le nombre de blessés et d’estropiés …


  7. boduos Le 23 décembre 2014 à 03h38
    Afficher/Masquer

    L’opinion publique américaine réagit aux grands spectacles hollywoodiens,a coup de 11 septembre ,de Pearl Harbor,de flag false…la plupart ignorent ou est la France,la Syrie ou l’Ukraine.
    Pour les mobiliser , le choc émotionnel qui peut les faire sortir de leur isolationnisme naturel doit être puissant et à l’inverse,ils ont la même indifférence devant une erreur stratégique ou à une volte face de leur engagement dans un conflit.
    J’exclue bien sur de mon portrait de l’Amérique profonde l’ élite qui s’inquiète de l’aventurisme des néo -cons .
    La panique de Fabius-Hollande ,abandonnés par Cameron et Obama dans leur charge contre la Syrie en 2013, est révélatrice de leur crainte de voir les uniens se retirer progressivement du moyen orient pour s’occuper de leur façade pacifique bien plus préoccupante de leur point de vue .
    Or contrairement au peuple américain,les peuples européens demanderaient des comptes à leurs dirigeants si la supercherie et la barbarie moyen-orientale que nous avons suscitée et armée était mise à jour par un maintien démocratique de Bachar .
    Les “chemins de damas”n’est qu’un apéritif .
    Tout porte à croire qu’Obama en a marre de cautionner les caprices d’Israël et de l’Europe soumise au système qui le prient de ne pas les abandonner à leurs opinions tant le climat social est explosif.
    mon raisonnement ne tient évidemment que si on accorde encore un peu de bon sens à Obama et au Congrès qui seraient les premiers à disparaitre en cas de déflagration majeure :
    des sous marins russes se baladent dans le golfe du Mexique?
    seul l’arctique sépare ces deux puissances et L’OTAN n’y pourra rien,…..guerre électronique ou les russes ont une longueur d’avance ,guerre biologique ou les mégapoles sont particulièrement vulnérables, aptitudes à la survie des russes et des chinois…
    Donc si les spins doctors de Washington sont moins néo-cons le pense,Obama repliera les gaules avant que François et Sarkozy osent se représenter devant les français.


  8. DUGUESGLIN Le 23 décembre 2014 à 05h28
    Afficher/Masquer

    Le manque de culture de beaucoup de nos élus, leur méconnaissance de l’Histoire, des différentes cultures ne leur permettent pas d’avoir une vision d’ensemble, à long terme, ni à court terme.
    Leur vision de la géopolitique est étriquée et primaire. Ils sont incapables ni d’anticiper, ni de prévoir Ce qui fait qu’ils cumulent les erreurs avec de grosses difficultés pour réparer et faire machine arrière. Ils ne recherchent pas l’échange, ni l’équilibre, dans le respect des spécificités pour une bonne entente dans des intérêts communs
    Leur vision binaire est réductrice. A la mode américaine. Pour ou contre. Gentil ou méchant. Avec moi ou contre moi. Dominant/dominé. Exploitable ou inexploitable.
    Après De Gaulle (même si on était pas forcément d’accord avec lui) il n’y a plus eu de “visionnaire”.
    C’est aussi par manque de culture que nos dirigeants ignorent la “politique” dans le sens premier du terme, pour se contenter de décisions dont ils ignorent les conséquences.
    Ils ne comprennent le monde qu’au travers des ressources énergétiques en ignorant totalement les peuples et leurs cultures.
    Ce qui explique l’alignement sur Washington dont la vision étriquée et primitive sert de référence, partant du principe que les grandes décisions dépendent des américains qui, eux “savent ce qu’ils font” et que notre intérêt est de les suivre.
    Nous voyons le résultat aujourd’hui. Nous combattons nos meilleurs alliés, nous participons à des guerres injustifiées.
    Ceux qui prêchent pour le respect des peuples, de leur culture et de leur souveraineté, passent pour des idiots primaires et pire encore, sont catalogués comme ennemis, et finalement qualifiés de dictateurs pour justifier la guerre qu’on leur déclare.
    La diplomatie française a perdu ses lettres de noblesse et perdu sa langue diplomatique en faveur de ceux qui ne connaissent que la force mais n’ont pas d’amis et ne sont amis de personne.
    Le seul pays qui sait se faire des amis, précisément parce qu’il sait respecter les cultures et la souveraineté des nations, et que ce respect est source de confiance, c’est la Russie.
    Ce qui explique qu’elle est l’ennemi désigné par l’empire.
    La France pour les mêmes raisons a été vivement critiquée et moquée par les américains quand elle s’est opposée à l’intervention en Irak.
    La culture anglo-américaine n’est pas la culture française, ni la culture franco-russe, pour ceux qui se souviennent un peu de l’histoire, à l’époque ou la langue diplomatique était la langue française.


  9. FifiBrind_acier Le 23 décembre 2014 à 07h00
    Afficher/Masquer

    La méconnaissance des Traités européens est abyssale.
    Depuis Maastritch, c’est l’ OTAN qui impose les décisions d’ordre militaire et de politique étrangère aux pays européens. ( sauf aux 5 ou 6 pays militairement neutres)

    Nos médias ne savent plus très bien où ils habitent et font porter les responsabilités aux marionnettes et aux lampistes.

    Quand De Gaulle menait une politique étrangère indépendante des USA et de l’URSS, ils étaient vent debout contre lui.

    Quand l’ OTAN impose ses délires, ils font comme si l’appartenance à l’ OTAN était un détail de l’ histoire.

    Quand on dit qu’il faut sortir de l’ UE et de l’ OTAN pour retrouver indépendance et souveraineté, ils poussent des cris d’orfraie !!

    Je constate qu’ils pleurnichent, mais ne proposent rien.
    Dans le cadre des Traités européens, il n’y a aucune place pour une diplomatie française indépendante. Mais ça, ils se gardent bien de l’expliquer !!


  10. http://youtu.be/JjvMqajuf-4purefrancophone Le 23 décembre 2014 à 07h01
    Afficher/Masquer
  11. Robert Raie de Ford Le 23 décembre 2014 à 07h07
    Afficher/Masquer

    C’est un des effets du “virtualisme” décrit par Dedefensa.org : la croyance qu’on crée la réalité de toute pièce, on ne la construit plus à partir de l’existante. Donc, on ne tient pas compte de ce qui gêne le plan. Pourquoi être mesuré puisqu’on est tout puissant ?

    C’est la forme post-moderne de l’hybris et c’est venu des USA, d’abord post-guerre froide, puis massivement après 11/9/2001. M. Galey est un exemple saisissant de la version française de ce travers, qui a essaimé dans tout l’Occident.

    Et donc, résultat, ‘le bateau coule normalement’, comme disait un adjudant.

    (On ne rend pas assez hommage à la philosophie des adjudants. La preuve : faire ses conférences à la bière et en short Go Sport dans des barbecues, ça provoque beaucoup moins de fins du monde que les BHLeries bien habillées. jdçjdr, hein)


    • Krystyna Hawrot Le 23 décembre 2014 à 11h16
      Afficher/Masquer

      Justement, vous remarquerez que le seul qui n’est pas dans le “virutalisme” est le diplomate. C’est ce qui nous sauve, c’est qu’il y a encore des diplomates pour faire leur boulot correctement: écrire des rapports vrais et non pas ce que les politiques veulent entendre!
      Ils savent ce qu’il en a coûté à la France d’avoir une analyse mensongère de la situation internationale: 1940!

      C’est alors qu’on met des types comme BHL ou Kouchner qui ne connaissent rien à ce métier à leur place. Comme les Américains ou le Président peut faire ministre des affaires étrangères des biznesmen/women qui ont financé leur campagne!


  12. grog Le 23 décembre 2014 à 07h13
    Afficher/Masquer

    Bonjour Duguesglin, tout à fait d’accord avec vous.
    Effectivement, “la Russie sait respecter les cultures”.
    D’ailleurs, au sein même de la Fédération de Russie cohabitent plus d’une centaine de nationalités : Tatars, Bachkirs, Oudmourts, Bouriates, Kalmouks…

    Il y a un chanteur qui vient de la République d’Adygea dans le Caucase, et que les Russes adorent, il s’appelle Aïdamir Mougou et chante “les yeux noirs”

    Pour une pause musicale énergique et joyeuse dans ce monde de brutes, c’est par ici.

    http://leblogdegrog.blogspot.ru/2014/12/radio-datcha-les-yeux-noirs.html


    • anne jordan Le 23 décembre 2014 à 16h44
      Afficher/Masquer

      “D’ailleurs, au sein même de la Fédération de Russie cohabitent plus d’une centaine de nationalités : Tatars, Bachkirs, Oudmourts, Bouriates, Kalmouks…”
      c’est précisément ce point – primordial – qui a été contesté ce matin sur France Cul. , dans'” culture monde” ; l’émission commençait plutôt bien , traitant honnêtement du ” soft power ” US , dans son développement actuel et sa généralisation , il semblait qu’on arrive à une vision neutre de la politique russe , et puis hop !
      ” la crainte de Poutine devant les révolutions de couleur , dans ce pays qui a tant de minorités remuantes .. ”
      sous entendu : pas d’irrédentisme au pays de V.V.Poutine !
      et allusion subrepticement glissée dans la conversation aux ” RESEAUX DE POUTINE ” avec mention des torchons qui se sont livrés à cette chasse aux sorcières …
      Fatiguerons nous Radio France de nos protestations ou bien ont ils le cuir ( et le porte monnaie ) si épais ???


      • HELLEBORA Le 23 décembre 2014 à 23h44
        Afficher/Masquer

        Le monde est gris… N’oublions pas que Chesnot (aujourd’hui à France Inter) et Malbrunot (au Figaro) ont été otages et libérés grâce à l’intervention du gouvernement français. Toutes choses égales par ailleurs (j’aime bien cette expression qui ne veut rien dire ) , c’est tout de même réconfortant, a priori, qu’ils aient écrit ce bouquin (que je n’ai pas lu) qui n’épargne pas ceux dont ils sont redevables.


  13. Robert Raie de Ford Le 23 décembre 2014 à 07h13
    Afficher/Masquer

    Et puis, une bombe, une bombe…

    Le virtualisme, c’est aussi ça : les vérités qui rattrapent nos mensonges ne sont pas vraiment vraies, puisqu’elles ne font pas partie du plan.

    Alors, où est le scandale ? le plan reste le plan, tout va bien.

    Voyons combien de journaux vont en parler plus que par politesse, et comment tout cela va être enterré rapidement.


  14. purefrancophone Le 23 décembre 2014 à 07h19
    Afficher/Masquer

    Débat incroyable sur la Syrie avec une journaliste bien partisante
    http://youtu.be/2wIFb-B8GJw

    Mac CAIN qui connait bien la Syrie
    http://youtu.be/4E0y8kQuUS8


  15. coinfinger Le 23 décembre 2014 à 07h23
    Afficher/Masquer

    Reste à savoir si ce comportement ( de Galey) est accidentel , caractériel , circonstenciel , etc ….
    De mon expérience du pouvoir : c’est la norme depuis en gros 40 ans .
    Chacun a fait ce genre d’expérience à son niveau , local , partiel . Avec à l’idée qu’en ‘haut’ , la culture , les responsabilités , tout çà , çà n’existait pas . Que c’était une sorte d’Olympe .

    Ce qui m’apparait nouveau , récent , immédiat , c’est qu’on découvre ( en bas ) : cette réalité . Les Dieux ont des caprices .

    Ceux qui décident le font d’une maniére arbitraire , contraire aux valeurs , bien commun , raison , long terme etc …
    çà devrait déboucher sur cette question , comment est ce possible , savoir comment celà peut il étre efficace ? Puis cette autre : efficace à quoi ? Si ce n’est aux valeurs , bien commun , avenir , et tutti qanti …
    Eh ! bien c’est qu’eux et nous çà fait …deux . C’te question ! Il y a quelque part quelque chose qui s’appelle ‘classe’ ( sociale , s’entend) qui a du étre mal définie ou mal conçue , ou mal représentée . Là on en a une bonne illustration .


  16. Patrick Luder Le 23 décembre 2014 à 07h25
    Afficher/Masquer

    Un gouvernement sans gouvernail.
    Des élus se succédant sans suite.
    Des pouvoirs donnés à des incompétents,
    ou encore pire => livré à des intérêts politiques.

    Tant que le corps électoral se contentera de transférer ses pouvoirs à quelques élus, il n’en ira pas autrement …


  17. Lesag Le 23 décembre 2014 à 07h46
    Afficher/Masquer

    ça, j’en aurai mis ma main à couper. Mais la question qui me taraude, c’est POURQUOI?

    Pourquoi sur cette volonté de bombarder la Syrie? Hollande n’a pas été simplement suiviste d’Obama mais carrément en pointe sur le dossier. Au point de se retrouver seul comme un con à aboyer alors qu’Obama commençait à se retirer sur la pointe des pieds.
    Pourquoi?


    • isidore Le 23 décembre 2014 à 08h47
      Afficher/Masquer

      @ lesag .obama a préféré sur le long terme organiser “une révolution colorée” en iran ,

      il ne s’est pas retiré “sur la pointe des pieds” il a changé de stratégie , beaucoup moins onéreuse
      et moins destructrice de l’image de l’empire qui est dèjà en lambeau .
      avec le busness les USA ont ainsi accés à l’intérieur .
      notre président n’a pas encore compris , qu’il n’est pas partenaire de la politique d’obama ,
      mais un simple supplétif occasionnel qu’il est inutile d’informer .
      voilà une réduction de la diplomatie française , qui devrait inciter les pseudos-élites françaises à demander la sortie immédiate de l’otan.


      • Lesag Le 23 décembre 2014 à 11h26
        Afficher/Masquer

        Excusez moi, j’ai la fourche qu’a langué. Je ne voulais pas dire “Iran” mais “Syrie”…
        Je ne vois aucune raison ni aucun intérêt stratégique pour la France d’aller bombarder la Syrie.
        Pour la Libye, on a mieux compris, par la suite, pourquoi Sarkozy, aidé des républicains US avait ainsi forcé la main à Obama.
        Mais pour la Syrie, comprends pas.


        • coinfinger Le 23 décembre 2014 à 15h16
          Afficher/Masquer

          Notre intéret est contraire à l’intéret US . Le gaz monte . Pour çà on avait quelques éléments , autonomes . Gaz de France , Turbines d’Asthom , acier pour oléoducs et navires , gaz Algérien et en général Sud Sahariens . Deux concurrents potentiels : gaz de schiste US, gaz de l’oléoduc devant aboutir en Syrie , sur la cote qui est Alaouite donc Assad . Avec Sarkhozy/Hollande , les US font d’une pierre deux coups , on tape sur Kadhafi/Assad , apparemment nos concurrents , c’est franchouillard , au service US . Parce qu’une forteresse ( la France ) se prend de l’intérieur .
          L’acier , les turbines , Gaz de France , c’est pris . de l’intérieur . Et aussi Areva , et aussi ….
          Bref on est TRAHIT , çà s’enveloppe dans le drapeau , parce qu’autrement ce serait tout nu .


    • francois marquet Le 23 décembre 2014 à 10h28
      Afficher/Masquer

      à demander à Laurent Fabius…
      Depuis que la ligne éditoriale d’Al Jazeera avait été reprise en main par le Qatar pour diaboliser Bachar El Assad, une alliance Israel-Qatar-France(liste non exhaustive) était constituée contre la Syrie, pour des raisons géostratégiques et de contrôle du gaz de la région.
      Politique initiée sous Sarkozy, et à laquelle les présidentiables Français s’étaient ralliés avant la dernière élection, Hollande a donc suivi la politique de ses soutiens politiques et financiers.
      Ce n’était pas l’intérêt de la France, dont la voix ne résonne désormais plus beaucoup.
      A trop mentir on finit par se discréditer


    • anne jordan Le 23 décembre 2014 à 16h46
      Afficher/Masquer

      Assad est le seul avec Téhéran à s’opposer à la politique de Tel Aviv .@lesag !


    • FifiBrind_acier Le 23 décembre 2014 à 18h00
      Afficher/Masquer

      Lesag,
      Parce qu’il s’agit (entre autres buts) de faire passer un gazoduc depuis le Qatar jusqu’à la méditerranée. Et le plus court chemin, c’est de passer par la Syrie, qui ne veut pas du gazoduc qatari.

      Il existe un autre projet de gazoduc depuis l’ Iran, “l’ Islamic Gaz Pipeline”, projet auquel adhère la Syrie.

      http://www.lavie.fr/medias/webreportages/3-minutes-pour-comprendre-les-enjeux-energetiques-de-la-guerre-en-syrie-05-09-2013-43762_455.php

      L’autre raison, c’est de faire voler en éclats 5 pays souverains pour en faire 15 petits. Diviser pour mieux régner.


    • Fjodor Le 24 décembre 2014 à 10h36
      Afficher/Masquer

      Il faudrait que vous nous décriviez plus précisément l’époque “coloniale” de la Pologne. Que ce pays fasse l’objet d’un conditionnement éhonté, l’on ne saurait le contester – Il n’en esodieux


  18. purefrancophone Le 23 décembre 2014 à 08h13
    Afficher/Masquer

    Le seul objectif des gouvernants actuels c’est de n’avoir que des dirigeants pro-mondialisation peu importe le sort des peuples .
    Incroyable que les Français s’abaissent à cette basse besogne .La France , pays de la justice , de la diplomatie qui se fourvoie dans les mensonges pour plaire .Ou est notre indépendance ???????
    Mais dans quel état vivons-nous?
    Ce que beaucoup ne comprennent pas c’est que notre propre sécurité est en danger à cause de tels mensonges et de tels comportements des nos dirigeants .
    Comment peut-on dormir sereinement après avoir couvert des meurtres ??????


  19. Jean Le 23 décembre 2014 à 09h33
    Afficher/Masquer

    A signaler: improbable sur une chaîne française, le (22/12):

    http://www.lcp.fr/emissions/docs-ad-hoc/vod/145285-guerre-mensonges-et-video

    les manips de l’ équipe à Bush, sur la 2° guerre en Irack suite au 11/09.


  20. Vallois Le 23 décembre 2014 à 09h51
    Afficher/Masquer

    Mes courriers à certains députés de la Nation concernant les manipulations en Syrie avaient été repoussés d’un revers de main; certes, ils ne représentent proportionnellement qu’une minorité de francais (scrutin majoritaire + abstentions + propagandes diverses…) ce qui me rassure mais ils ont un certain pouvoir de nuisance.
    Ils passent vite à l’insulte et à la calomnie policée ( Doutez-vous de vos représentants : populiste !) quand ils répondent – s’ils répondent – quand le courrier demandait des précisions sur les incohérences de fond.

    Ce système politico-économique est tenu à bout de bras par un parti unique (peu importe son nom), la propagande, la peur ce qui à vrai dire me donne le vertige car c’est la définition d’un système totalitaire.


  21. bob Le 23 décembre 2014 à 10h15
    Afficher/Masquer

    c’est quoi cette source ?


  22. Gedeon Le 23 décembre 2014 à 11h32
    Afficher/Masquer

    La vraie vérité ,en quelque sorte,est que les Français en général accordent peu d’importance à ce qui se passe en Syrie.Ils commencent tout juste à se sentir concernés à cause des jihadistes. Et c’est normal. Trop compliqué,trop flou. Depuis des années,on les “amuse ” avec les “libertés ” et les “avancées sociétales”.En bref,on a lobotomisé ou essayé en tous cas,les Français. C’est la bonne vieille méthode du Nacht und nebel,utilisée au quotidien.Il suffit de regarder un JT pour réaliser immédiatement la méthodologie utilsée. Tout sur le même plan…Nabila en taule et 27 décapitations,traités sur le même ton lisse,et pour tout dire idiot. mais,et c’est mon leit motiv,les citoyens doivent faire leur examen de conscience…n’ont ils pas voulu cette situation? n’y ont ils pas participé?Pour ce qui me concerne,la réponse est évidemment oui. Et qu’on ne vienne pas me dire nous avons été manipulés etc….ne sont manipulés que les gens qui sont prédisposés à l’être. Et réflechissons un peu à la raison pour laquelle des matières comme l’histoire,la philosophie,la littérature ont vu leur niveau d’enseignement se dégrader d’une manière aussi effrayante au cours des 40 dernières années. Ce n’est pas un hasard…ce n’est pas une faute…c’est voulu et planifié.Gibbon disait que ceux qui ne connaissent pas l’histoire sont condamnés à la répéter…nous y sommes,en fait.La “culture générale ” est devenue un marqueur négatif…Mes maîtres Jésuites,hommes d’exception,m’ont enseigné deux choses…le POURQUOI,et l’examen de conscience,qu’ont peut aussi appeler questionnement sur soi. Ces deux éléments essentiels de la réflexion politique au sens noble du terme ont presque disparu….aujourd’hui,c’est combien. Et combien est le marqueur de l’ultralibéralisme,totalitarisme multiforme et adaptable,véritable sida des sociétés…les sociétés deviennent immuno déficitaires,en quelque sorte.Le capitalisme vrai,c’est à dire l’union du capital et du travail a disparu…aujourd’hui,le mensonge ultralibéral est à l’oeuvre…faute de mieux,je l’appelle le nazisme économique,et social.J’ai digressé,mais c’est tout à fait dans le sujet quand même…Un totalitarisme mondial qui ne dit pas son nom est en marche. Nous pouvons l’arrêter net…à condition de nous réveiller!


  23. adrien Le 23 décembre 2014 à 11h58
    Afficher/Masquer

    De la manipulation par les autorités françaises – avec l’aide de journalistes du Monde – qui devrait normalement conduire Laurent Fabius devant la CPI de la Haye …si cette institution internationale était véritablement indépendante . Pour le MH17, on attend toujours ….
    http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-syrie-et-le-rapport-du-mit-147902
    https://www.youtube.com/watch?v=cnC_meDt_A0


  24. Chris Le 23 décembre 2014 à 13h13
    Afficher/Masquer

    Comme d’habitude, une guerre insoutenable des égos ! Lamentable.
    Du même acabit que cette nouvelle :
    16 déc. 2014 – Sarkosy « On a sorti gbagbo et mis Ouattara »
    http://reseauinternational.net/les-aveux-de-sarkozy-sorti-gbagbo-installe-ouattara/
    “Il s’agit d’un aveu pur et simple de coup d’Etat.
    La deuxième vérité dévoilée par cet aveu, c’est que Sarkozy reconnaît l’implication de la France dans le drame ivoirien qui a coûté la vie à des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes.
    La troisième vérité, c’est la raison économique qui a motivé, comme l’indique Nicolas Sarkozy, la barbarie de l’armée française en Côte d’Ivoire.
    Notre pays étant pour la France, une vache à lait. Dès lors, toutes ses ressources naturelles énormes doivent être contrôlées par la France”
    Les néocons français ne valent pas mieux que leurs homologues américains : qui se ressemblent, s’assemblent !
    D’où la raison de la décrépitude morale et économique de la France.
    Et ces mêmes vautours se représentent et sont élus depuis des décennies… Avec un cerveau gros comme un petit pois, pas étonnant que le pays soit rendu là.


  25. Alae Le 23 décembre 2014 à 13h17
    Afficher/Masquer

    “La vraie vérité ,en quelque sorte,est que les Français en général accordent peu d’importance à ce qui se passe en Syrie. Ils commencent tout juste à se sentir concernés à cause des jihadistes.”

    Oui, et ils lisent les événements de travers. Tout ça, c’est la faute à l’islam et au coran, selon eux. Vous tentez de leur expliquer que non, que ces soi-disant djihadistes sont téléguidés, armés et entraînés par les USA, ils ne vous écoutent pas. Veulent pas le savoir, ni à droite, ni à gauche. Je ne sais pas ce qui se passe pour justifier une surdité pareille, mais il me semble que le débat français sur le multiculturalisme à la sauce Zemmour a été porté à un point d’ébullition, et que les “contre” sont trop contents d’avoir enfin du gain à moudre et des “arguments” sans se faire traiter de fachos pour lâcher l’os qu’ils rongent.
    Et comme ce qui ose se définir en France comme “la gauche” se situe plein pot dans le sillage des libéraux interventionnistes américains, elle ne peut plus recourir à sa rhétorique habituelle antiraciste et multiculturaliste. Difficile, en effet, de soutenir des égorgeurs et pour elle, impossible, par loyauté déplacée envers l’équipe Obama, de dénoncer l’ingérence américaine et son soutien aux djihadistes.
    Échec et mat, et c’est tout bénéfice pour les Américains, qui adorent les croquemitaines qu’ils fabriquent pour ensuite les bombarder avec le consentement des peuples “démocratiques”et au nom des “droits de l’homme”. Quittes à accumuler les victimes civiles, qualifiées de simples “dommages collatéraux”, l’une des expressions orwelliennes les plus déshumanisantes et répugnantes de l’arsenal casuistique américain.

    Je vous cite encore, “Et qu’on ne vienne pas me dire nous avons été manipulés etc….ne sont manipulés que les gens qui sont prédisposés à l’être. Et réflechissons un peu à la raison pour laquelle des matières comme l’histoire,la philosophie,la littérature ont vu leur niveau d’enseignement se dégrader d’une manière aussi effrayante au cours des 40 dernières années. Ce n’est pas un hasard…ce n’est pas une faute…c’est voulu et planifié.

    Est-ce que vous vous rendez compte que vous vous contredisez ? Si le niveau d’enseignement des l’histoire, de la philo, de la littérature ont chuté de façon voulue et planifiée (est il est difficile de prouver le contraire), les gens deviennent plus faciles à manipuler, mais par manque d’information et non à cause de lacunes inhérentes à leur nature.


  26. Michel LONCIN Le 23 décembre 2014 à 13h25
    Afficher/Masquer

    Comment s’étonner … ?!!! Ce sont les même “experts” (en fait VENDUS à la clique étatsunienne “UMPS” qui ont décidé du soutien à “Maïdan”, au Coup d’Etat du 22 février (en dépit du document signé la veille, notamment par Fabisu, ministre des Affaires Etrangères), à la politique “sanctionniste” à l’égard de la Russie, à Porochenko, responsable de la guerre civile, à l’Affaire des Mistral … pariant que la Russie ne tiendrait pas !!!

    La Russie tiendra et JAMAIS, ô grand JAMAIS, ne lâchera la Crimée et Sébastopol … non plus que ses frères russophones !!!


  27. Auster Paul Le 23 décembre 2014 à 13h46
    Afficher/Masquer

    Que ce bouquin change ou non les choses, çà n’importe plus puisque le conflit recherché au Proche Orient par’ les néocons occidentaux de gauche comme de droit est déclenché, via Daesh interposé ! Un Daesh que personne n’avait vu se développer si l’on devait en juger à l’absence de tout commentaire journalistique jusqu’au jour fatidique où des exécutions sommaires d’occidentaux ont révélé ‘le monstre’ ! mais un monstre de près de 30 000 armés et entrainés, çà ne sort pas d’un tunnel de Gaza ! Et armés comment, entrainés par qui, … ? Autant de questions que personne ne pose jamais sur nos beaux médias … d’intox ! Il faut rechercher plus loins probablement dans els véritables buts de cette nouvelle guerre ‘asymétrique’ ! Une guerre qui va justifier à terme des bouleversements dans les frontières de la région …. Peut-être le seul véritable but de cette nouvelle horreur de l’histoire !


    • HELLEBORA Le 24 décembre 2014 à 00h21
      Afficher/Masquer

      Je profite de cet échange pour dire tout l’intérêt que j’ai trouvé à lire le résumé de l’analyse faite par Frédéric Dedieu sur les médias :”La presse française, de l’atlantisme au pavlovisme” . En fait, sa réflexion est remarquable et on aimerait pouvoir disposer de l’intégralité de sa recherche sur le sujet (et aussi que ce journaliste “s’invite” sur ce blog !) :http://www.dedefensa.org/article-la_presse_fran_aise_de_l_atlantisme_au_pavlovisme_i_14_12_2014.html

      Merci encore au contributeur du blog de nous l’avoir fait connaitre 🙂


  28. Nerouiev Le 23 décembre 2014 à 15h13
    Afficher/Masquer

    Ceci s’ajoute à tout ce nous avons appris depuis quelques temps sur ce site et les divers liens. Une chose reste constante et jamais démentie, qui en est l’élément fédérateur, c’est la puissance du lobbying de l’industrie de l’armement américain soutenu par les pétrodollars, la propagande, les mensonges et la corruption. Difficile de s’extirper de ses tentacules, et mon opinion est qu’heureusement qu’il y a la Russie pour me sentir encore quelqu’un avec une certaine morale qui semblait ne plus appartenir qu’aux faibles.
    Dans un Occident où la promotion ne tient plus que par les relations, les magouilles, sans souci des compétences, on en arrive à n’avoir que des corrompus, égoïstes, suffisamment culottés pour se mettre aux commandes ; il y a malheureusement un vide à combler et qui exige d’être ainsi pour le remplir. On dirait malgré tout que ça sent la fin avec la vérité qui commence à faire surface.


  29. FifiBrind_acier Le 23 décembre 2014 à 18h21
    Afficher/Masquer

    Hep, hep, le rouble remonte et on assiste même à une spéculation sur le rouble contre le dollar!

    “Contre spéculation sur le rouble!” par Sapir
    http://russeurope.hypotheses.org/3185


  30. Gaïa Le 23 décembre 2014 à 22h04
    Afficher/Masquer

    Si la Russie a de bonnes marges de manœuvre et est loin d’être isolée par contre nous, nous sommes pris à la gorge avec un euro fort et destructeur et situation économique désastreuse et sans perspectives de sortie pour l’instant.
    En outre nous paierons le gaz russe plus cher puisqu’il passera désormais par la Turquie et d’un autre côté les États-Unis poussent les technocrates européens aux sanctions qui les mettent un peu plus dans le trou alors qu’eux-mêmes ne semblent pas vouloir les appliquer à la lettre.
    Ainsi le président de Russie Vladimir Poutine lors de sa rencontre avec les membres de l’Assemblée fédérale a fait la remarque suivante:
    « Le chiffre d’affaire des échanges entre la Russie et l’Union européenne a baissé de 4,3 %, les importations en provenance des pays de l’UE ont diminué de 7-8-10 %. Il est vrai que j’ai été légèrement surpris par le fait que le chiffre d’affaire des échanges avec les États-Unis a augmenté, au contraire, de 7 % », a-t-il déclaré.

    Mais quand on veut être vassal, on en paye le prix.

    Même scénario pour Cuba les entreprises américaines qui voudront commercer avec l’île devront avoir une autorisation mais les entreprises autres qu’américaines qui détiennent dans leur produit 10% de facture américaine sont poursuivies et doivent payer. Les sanctions sont donc une autre façon pour les USA de faire du protectionnisme et du vol gratuit pour garantir leur domination et nos technocrates et nos financiers européens y souscrivent comme des petits chiens.


  31. adalia Le 24 décembre 2014 à 00h40
    Afficher/Masquer

    cet article est publié par le site info palestine le mercredi 15 octobre 2014 – 16h:02 donc il ya deux mois…. au moment où je l’ai lu. car le “…. publié il y a quelques jours” fait tilter en effet

    http://www.info-palestine.net/spip.php?article14990

    pourquoi ne pas citer la source? cela aurait clarifié des choses…


  32. moomootman Le 24 décembre 2014 à 18h48
    Afficher/Masquer

    Attention au livre de ces journalistes, il ne s’agit pas de perdre son sens critique. S’il est intéressant pour les dessous politiques français de l’affaire, l’utilisation des armes chimiques et le fait que les forces loyalistes sont à l’origine de plusieurs des attaques a été démontré par les commissions d’enquêtes internationales (ONU et Russie). Leurs conclusions sont les même que celles de nos services de renseignement par ailleurs. Il faut noter que même si la Syrie n’était pas membre de la Convention d’Interdiction des Armes Chimiques à l’époque des attaques, celle-ci ne prohibe pas leur utilisation pour le “maintien de l’ordre”. Tout aussi dégueulasse que cela soit, la Syrie n’a donc pas violé le droit international (qu’elle ne reconnaissait pas) en la matière. Toute information visant à faire croire que le Régime Syrien n’a pas d’armes chimiques et ne s’en est pas servi est donc tout simplement mensonger. Si le scénario d’une attaque djihadiste à la Goutha en août 2014 avec des roquettes chimiques piquée aux forces loyalistes n’est pas à écarter, toutes les autres attaques début 2013 sont directement imputables au régime.


Charte de modérations des commentaires