Le juge Trévidic. « La religion n’est pas le moteur du jihad »

Source : Hervé Chambonnière, pour Le Télégramme, le 28 juin 2015.

trevidic

Terrorisme ? « Pire qu’avant ». Loi sur le renseignement ? « Un raté ». Alors qu’il quitte le pôle antiterroriste après 15 années (*), le juge MarcTrévidic dresse un inquiétant bilan sur les menaces, et les réponses qui leur sont apportées.

Quelle est la situation aujourd’hui, alors que vous quittez le pôle antiterroriste ?
Elle est pire qu’il y a dix ans. Et même pire que lorsque j’ai débuté au parquet en 2000.

Qu’est ce qui a changé ?
Le nombre de personnes atteintes de délire jihadiste est exponentiel ! La population concernée est plus jeune, plus diverse et aussi plus imprévisible, avec des personnes qui sont à la limite de la psychopathie... mais qui auraient été dangereuses dans tous les cas, avec ou sans djihad (…). Avant, nous avions un groupe puissant en Afghanistan. Aujourd’hui, il est proche de nos frontières. Il y a aussi la facilité avec laquelle reviennent certains combattants. Et on ne savait même pas qu’ils étaient partis ! C’est le cas, à vue de nez, pour un retour sur cinq. Et, depuis un an, on constate de plus en plus de retours.

Vous affirmez que le jihadisme est devenu « un phénomène de mode » ?
Oui. Ceux qui partent faire le jihad agissent ainsi à 90 % pour des motifs personnels : pour en découdre, pour l’aventure, pour se venger, parce qu’ils ne trouvent pas leur place dans la société… Et à 10 % seulement pour des convictions religieuses : l’islam radical. La religion n’est pas le moteur de ce mouvement et c’est ce qui en fait sa force. C’est pour cette même raison que placer la déradicalisation sous ce seul filtre ne pourra pas fonctionner.

Faut-il s’inquiéter de ces retours de jihadistes en France ?
Clairement, les services n’ont pas les moyens de faire le tri pour savoir qui est réellement dangereux, ou pas. Les enquêtes ne sont pas assez longues, et il n’y a pas assez d’enquêteurs pour les suivre.

Le gouvernement vient pourtant d’allouer de nouveaux moyens humains aux services du renseignement ! Et une loi leur donne aussi un nouveau cadre, avec un recours simplifié à des méthodes intrusives…
Il faut arrêter de croire que c’est le renseignement, acquis grâce à des écoutes/sonorisations/balises administratives, qui permet d’arrêter les terroristes ! Seul, le judiciaire permet d’interpeller. Savoir qu’untel risque de passer à l’acte ou stocke des armes chez lui, grâce à une écoute administrative par exemple, n’a aucune valeur judiciaire. Une information n’est pas une preuve ! On n’envoie pas en prison, on ne débarque pas chez quelqu’un sur un simple renseignement. C’est la base de notre droit. Quand on touche aux libertés individuelles, il y a des règles à respecter. Demain, si un service de renseignement me dit que vous êtes un dangereux terroriste qui projette de poser une bombe, devrais-je croire ce service sur parole, sans aucun élément ? C’est pourtant la tendance qui se dessine. Aujourd’hui, on demande à des procureurs et à des juges des libertés d’accorder leur feu vert à des opérations sur la base d’un procès-verbal de quatre lignes ! C’est ça ou prendre la responsabilité d’un éventuel attentat ! C’est ce chantage qui est de plus en plus souvent exercé.

C’est le passage du renseignement au judiciaire qui pose problème. Trop tôt et il n’y a pas de preuve, le « client » s’en tire et la surveillance est grillée. Trop tard et il passe à l’acte…
Oui. Mais il suffit de judiciariser plus tôt ! Plus vous retardez le passage au judiciaire, plus vous perdez de preuves. Regardez les derniers attentats : ce ne sont que des dossiers – Merah et les frères Kouachi – qui n’ont pas été judiciarisés à temps. Il faut arrêter de tergiverser ! Elle est là la réalité !

Les effectifs judiciaires de la DGSI vont doubler et passer de 150 à 300 policiers…
La DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure), c’est 3.500 personnes. On a augmenté un petit peu les moyens judiciaires et massivement les moyens en renseignement. C’est l’inverse qu’il fallait faire. C’est une question d’équilibre. Et d’efficacité ! Le renseignement doit être au service du judiciaire. Pas l’inverse.

Pourquoi le gouvernement a-t-il malgré tout privilégié le renseignement ?
Il ne peut pas contrôler le judiciaire. Le renseignement, sur lequel il a la main, si.

C’est lourd de sens ! Le renseignement, c’est la police du roi, le fait du prince ?
Dans 95 % des cas, tout va bien. Le problème en renseignement, c’est le conflit d’intérêts : quand un dossier entrave la bonne marche du service, risque de mettre en péril des relations avec d’autres services, ou gêne une personnalité proche de l’exécutif… Quel directeur, nommé par ce même exécutif, osera dire non ? Et sans aller jusque-là, on constate souvent qu’il y a un zèle naturel des services dans les dossiers auxquels le pouvoir prête une grande attention. L’inverse est aussi vrai. Et puis, il y a encore un autre danger. Quand le pouvoir exige une belle opération alors qu’une surveillance n’est pas mûre, qu’on manque de preuves, au risque de tout foutre en l’air. Je l’ai vu ! Dans un cas, un juge a malgré tout refusé. Le pouvoir a alors lui-même sabordé la surveillance, en informant les individus qui étaient de vrais dangereux ! Tout ça pour forcer la main du juge !

Il y a tout de même un contrôle prévu…
Ce contrôle est a posteriori, très compliqué et peu efficient. Avec la loi de mars 2014, un procureur qui souhaite placer une balise sur une voiture doit en demander l’autorisation à un juge des libertés et de la détention. Avec la loi sur le renseignement qui vient d’être votée, le pouvoir exécutif peut faire la même chose sans autorisation. Et sans risque de poursuite : il lui suffit d’opposer le secret défense pour bloquer toute procédure judiciaire ! Et c’est valable pour le terrorisme, mais aussi pour les intérêts économiques et scientifiques, les intérêts internationaux de la France, la paix publique, la criminalité organisée et la sécurité nationale.

Mais la loi sur le renseignement ne fait que régulariser une situation déjà existante ?
Oui, cela existait avant. Mais dans quelles proportions ? Ces actions illégales n’étaient pas aussi nombreuses que ça, de crainte d’être pris la main dans le sac. Aujourd’hui, c’est autorisé et il y aura même un budget pour acquérir ces nouveaux moyens. Ils seront donc plus faciles à obtenir. Que croyez-vous qu’il va se passer ? Ces opérations vont se généraliser. Et quand on sait qu’aucun vrai contrôle n’existe, les services ne vont plus se gêner. * Le Conseil supérieur de la magistrature a rendu un avis positif à la nomination du juge Trévidic à la vice-présidence du TGI de Lille. Il était atteint par la limite d’âge de dix ans à un poste spécialisé.

BONUS : Marc Trévidic sur France Inter

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

73 réponses à Le juge Marc Trévidic : « La religion n’est pas le moteur du jihad »

Commentaires recommandés

laurent juillard Le 26 décembre 2015 à 03h34

Imaginez 5 minutes.

Vous êtes un jeune issu d’une famille musulmane qui, pour diverses raisons mais surtout votre manque de capacités intellectuelles, se retrouve au banc de la société, au chômage avec le néant comme seule vision d’avenir social. Et portant vous en cherchez un, votre ambition naturelle vous y pousse.

Le hasard vous place entre les mains de quelqu’un qui vous promet un avenir dans la lutte contre cette société qui vous a rejeté et en plus vous offre la religion comme rempart fantastique à toute mauvaise conscience. Surement, au début, vous allez hésiter ; mais quelle est l’alternative ? Alors finalement il se pourrait bien que vous craquiez ne serait ce que pour remplir vos journées oisives et qu’il se passe enfin quelque chose dans votre vie. Ce n’est que plus tard, quand vous serez sorti de la jeunesse que vous comprendrez l’absurdité de votre choix. Mais il sera déjà trop tard, le mal est fait.

« A qui la faute ? » est une question sans vraiment de réponses bien tranchées. « Pourquoi ainsi ? » permet de mieux comprendre le sujet et, peut être, de mieux cerner les solutions qui s’offrent.

  1. Pastèque Le 26 décembre 2015 à 02h03
    Afficher/Masquer

    ah mince, un expert nous avait raconté qu’il y avait une islamisation de la radicalité..
    encore un qui raconte des contre-informations mais qui n’y connait rien (olivier roy?);

    marc trevidic les connait, cela fait des années qu’il les interroge..

    allé écouter en rediffusion / podcast la deuxième partie de la grande table du lundi 21 décembre 2015 de france culture.
    12h50 – 13h30: bernard lahire, sociologue, décalque brice couturier, idéologue néo-libéral et néo-conservateur.
    le pire c’est qu’après s’est entendu dire que ses ‘idées’ étaient ineptes, il a continué le lendemain matin à nous infliger sa doxa sur franceculture..
    belle dissonance cognitive!

    @olivier berruyer: retranscrire le débat entre lahire et couturier serait intéressant..


    • FBH Le 26 décembre 2015 à 10h13
      Afficher/Masquer

      Merci pour l’info.
      On voit encore ici comment la position de chroniqueur est confortable pour Brice Couturier, tous les matins sur France Culture. Si un contradicteur confronte son verbiage idéologique, il perd ses moyens.
      Pour donner plus d’ampleur et de richesse à ce très court débat, on aurait pu éviter la participation d’un des gardiens de l’idéologie dominante, omniprésents dans les médias.
      Pour expliquer son rapport à la télévision, Pierre Bourdieu avait expliqué qu’il aurait accepté volontiers de discuter avec Noam Chomsky par exemple, mais qu’il ne voyait pas l’intérêt d’un débat avec BHL.

      https://youtu.be/rHwKkIjCc7I


    • Quidam Le 26 décembre 2015 à 16h49
      Afficher/Masquer

      Cher Mr ou Mme Pastèque,

      Il n’y a aucune contradiction entre les propos du Juge Trevedic, et ceux d’Olivier Roy, bien au contraire ils sont complémentaires, je vous invite à reconsidérer votre avis.

      Cordialement


      • Pastèque Le 26 décembre 2015 à 20h17
        Afficher/Masquer

        ce que je visais c’est le discours d’olivier roy qui tend à criminaliser toute velléité de radicalisation. c’est le propre de tout pouvoir que de disqualifier et dé-légitimer tout remise en cause de l’ordre social établi..
        amalgames, raccourcis, généralisations, stratégie godwin, accusations de conspirationnisme!

        dernier exemple en date: notre dame des landes, sivens..
        il y a des députés qui parlent de soit-disants ‘djihadistes verts’ (sic)!


    • nessbyz Le 26 décembre 2015 à 19h07
      Afficher/Masquer

      10% des motivations .. hum hum .. abus de langage authentifiant le manque d’ atouts / comment estimer les motivations profondes et le discours de surface si vous avez la réponse c’ est que vous abusez / il faudrait concretement établir des neurosciences spécialisée pour cette étude mdr … car tres souvent en politique et en géostratégie c’ est generalement 90% de formalité qui protegent 10% de vérité non avouée pour les raisons que nous conaissons bien …


    • Emmanuel Le 27 décembre 2015 à 16h21
      Afficher/Masquer
  2. caliban Le 26 décembre 2015 à 03h21
    Afficher/Masquer

    “Si ce n’est pas la religion alors c’est quoi , c’est qui ?”

    Pour avoir la réponse, il faut à mon avis :
    • prendre au sérieux ce que disent des personnes qui connaissent en détail le sujet (Trévidic par exemple, ou encore Conesa)
    • bien faire le distingo entre le discours religieux des terroristes, largement fantasmatique et ce qui les pousse réellement à agir (on peut par exemple, facilement imaginer que les raisons sont différentes entre les terroristes français et les terroristes saoudiens ou irakiens)
    • enfin ne pas oublier les millions de dollars qui suintent de partout et qui très souvent est le nerf de la guerre, terroriste ou conventionnelle


    • Alfred Le 26 décembre 2015 à 19h14
      Afficher/Masquer

      Merle ce que vous dites est vrai mais vous êtes hors sujet: en faire une fixette ne fournit aucun moyen concret de se mettre un peu en sécurité. Vous cherchez des responsables quand trevidic vous parle d’autre chose: comprendre que les terroristes en France sont plus des paumes que des religieux (4 sur 5 d’après lui) est fondamental quant à la réponse à apporter. Limiter l’impact “warholien” des attentats (attention les médias) est aussi important que de pister les prêcheurs.


  3. laurent juillard Le 26 décembre 2015 à 03h34
    Afficher/Masquer

    Imaginez 5 minutes.

    Vous êtes un jeune issu d’une famille musulmane qui, pour diverses raisons mais surtout votre manque de capacités intellectuelles, se retrouve au banc de la société, au chômage avec le néant comme seule vision d’avenir social. Et portant vous en cherchez un, votre ambition naturelle vous y pousse.

    Le hasard vous place entre les mains de quelqu’un qui vous promet un avenir dans la lutte contre cette société qui vous a rejeté et en plus vous offre la religion comme rempart fantastique à toute mauvaise conscience. Surement, au début, vous allez hésiter ; mais quelle est l’alternative ? Alors finalement il se pourrait bien que vous craquiez ne serait ce que pour remplir vos journées oisives et qu’il se passe enfin quelque chose dans votre vie. Ce n’est que plus tard, quand vous serez sorti de la jeunesse que vous comprendrez l’absurdité de votre choix. Mais il sera déjà trop tard, le mal est fait.

    « A qui la faute ? » est une question sans vraiment de réponses bien tranchées. « Pourquoi ainsi ? » permet de mieux comprendre le sujet et, peut être, de mieux cerner les solutions qui s’offrent.


    • Charles Le 26 décembre 2015 à 04h17
      Afficher/Masquer

      Bien vu Laurent!
      A ceci il faut ajouter cette vidéo qui montre que le gouvernement d’Uburgence fait magnifiquement la promotion du terrorisme djihadiste:
      http://wp.me/p5oNrG-gMb


    • Astatruc Le 26 décembre 2015 à 06h48
      Afficher/Masquer

      “mais surtout votre manque de capacités intellectuelles,”

      Comment ça Laurent?vous êtes sûr, c’est surtout parce qu’il n’a pas les capacités intellectuelles requises?
      Je trouve que ce raccourci n’éclaire pas du tout l’engagement des jeunes au dhjiad.
      Qu’est-ce que vous en savez de leur capacité intellectuelle?


      • interlibre Le 26 décembre 2015 à 10h13
        Afficher/Masquer

        Il n’y a pas forcement de problème de capacité intellectuelles, on a déjà vu dans l’histoire des gens bien éduqués, voir brillant faire des atrocité. Si il faut essayer de trouver des points communs intellectuels à ces gens je dirai qu’il y a plus un problème de raisonnement politique et spirituel…


        • Joséphine Le 26 décembre 2015 à 19h56
          Afficher/Masquer

          Dans le dernier Cerveau et Psycho une tentative d’explication du manque d’empathie par une éducation psycho rigide et dogmatique. Un article intéressant aussi sur le mécanisme d’enrôlement sur internet. Travaillant auprès de personnes en insertion, particulièrement repliées sur elle m’émeut passent leur temps sur internet je retrouve aisément l’adhésion à une vision manichéenne de la réalité avec le sentiment que seuls eux détiennent la vérité, que les autres sont des imbéciles… Et ce ne sont pas des djihadistes. Je ne ferai pas de commentaires sur la propagande dont ils se nourricent. Mais le manque de discernement est vertigineux.


        • step2 Le 05 janvier 2016 à 14h26
          Afficher/Masquer

          beaucoup plus une sécurisation intellectuelle. c’est un moyen de maintenir une estime de soi qui serait mise à mal par l’acceptation du déclassement auquel ils se sentent condamnés. Au lieu de n’être rien (à leurs yeux) autant être “quelqu’un”. C’est le même mécanisme en plus sectaire que les procédé de recrutement de la télé-réalité. Mais au lieu de se laisser enfermer dans une maison pour avoir leur moment de célébrité, ils défoncent le mur à la voiture bélier et braquent le caméraman. Il y a un dérèglement de l’image de soi dans ces comportements, que notre société de l’apparente jouissance matérielle valorise au travers de la promotion de la célébrité et de ses fastes. L’immédiateté de la célébrité est même garantie, ce qui évite de se confronter à ses propres lacunes et incapacités si elle devait être obtenu par le labeur. Nous sommes aussi dans la civilisation du “responsable mais pas coupable… c’est pas ma faute.”.

          Pour moi ces attentats hurlent le besoin de reconnaissance. Mais ce n’est pas parce qu’ils hurlent ce besoin qu’il doit être satisfait. On est dans la dimension pathologique du besoin, une perversion narcissique se nourrissant de cadavres.


      • Favouille Le 26 décembre 2015 à 10h21
        Afficher/Masquer

        Manque de capacités intellectuelles? Cette affirmation me parait sans fondement.
        Ne vaudrait-il pas mieux parler d’absence de culture politique ?


        • Chris Le 26 décembre 2015 à 16h40
          Afficher/Masquer

          Absence de culture… tout court, pas seulement politique !


      • tepavac Le 26 décembre 2015 à 22h39
        Afficher/Masquer

        bonsoir Astartuc !
        Je peux me tromper, mais vu le sens général des propos de Laurent, je pense qu’il sous-tendait davantage un “manque d’élaboration de la conscience sociale” plutôt qu’une déficience de leur intelligence. Ce qui du reste semble correspondre à beaucoup de “jeunes” en général.
        Comme quoi certains ont raison d’insister sur le choix des mots et des expressions. Mais bon, c’est pas toujours évident pendant certaines périodes de “stress”.
        Cdlt


    • Homère d'Allore Le 26 décembre 2015 à 08h22
      Afficher/Masquer

      Laurent, votre description de l’apprenti djihadiste est correcte sauf que, comme Astatruc, je pense que vous sous-estimez les “capacités intellectuelles” dudit djihadiste.

      Vous raisonnez un peu comme les fonctionnaires du ministère de l’intérieur qui ont conçu le stupide clip “Stop Djihad” comme si ils s’adressaient à des demeurés.

      La lecture de “Paroles Armées” de Philippe Joseph Salazar vous convaincra du contraire.

      Voici un lien où Salazar présente son oeuvre à France Inter :

      http://www.franceinter.fr/emission-un-jour-dans-le-monde-paroles-armees-comprendre-et-combattre-la-propagande-terroriste-avec-


    • Francois Le 26 décembre 2015 à 12h31
      Afficher/Masquer

      “A qui la faute?”

      A tous. Car tous nous collaborons, peu ou prou, directement ou indirectement, à l’idéologie d’écrasement de l’autre. Et tous nous ressentons le désir de nous affirmer au sein – ou contre – ce système, ne serait-ce déjà qu’en postant un commentaire…

      Et pour finir nous nous offrons le luxe de l’ignorer.


    • Subotai Le 26 décembre 2015 à 18h42
      Afficher/Masquer

      “pour diverses raisons mais surtout votre manque de capacités intellectuelles, ”
      *************
      ou pour de trop grande capacités intellectuelles – Celle qui vous font comprendre, de loin et avant beaucoup, le néant vers lequel on se dirige inéluctablement.


    • Ilestmalheureuxletempsdescerises Le 26 décembre 2015 à 23h14
      Afficher/Masquer

      Ceci dit, je dois rappeler que l’un des tueurs était salarié de la RATP. C’est à dire qu’il avait un emploi à vie (tant mieux) et plutôt sympathique (conduire c’est pas si désagréable) donc pas de soucis de ce coté là.

      Il en est de même pour beaucoup des assassins, dois-je rappeler que Merah avait un job avant de passer à l’acte ?

      Enfin, il est bon de préciser, à titre ironique, qu’on a vu aucun des nombreux S.D.F qui peuplent la France partir faire le djihad. Il me semble que les “clochards” sont les seuls réellement au banc de la société : un salarié de la RATP (en l’occurrence) n’est pas dans ce cas.

      Mais en réalité, disons-le, le vrai problème est la politique internationale de la France qui n’est pas bonne. Pour faire court elle n’est pas assez efficace dans la lutte contre Daesh et de manière générale le fait d’être le caniche des américains, conformément à notre appartenance à l’O.T.A.N, ne nous aide pas. Charles de GAULLE est loin, et plus on avance plus le niveau baisse (Mitterrand, Chirac, le Nain, le Flanc, Juppé (?) ).

      “POVRE” FRANCE (selon l’expression consacrée).


    • bhhell Le 26 décembre 2015 à 23h16
      Afficher/Masquer

      Curieuse corrélation entre le chômage et le manque de capacités intellectuelles (si les enfants travaillaient mieux à l’école, le chômage n’existerait naturellement pas!), qui suppose une responsabilité de l’individu dans le sort économique qui lui est réservé. L’opportunité du djihad pour des personnes de culture musulmane n’est pas très différente de celle d’un américain de la classe moyenne qui “pète un plomb” et fait un carnage dans un lieu public parce que les armes sont facilement disponibles au Etats-Unis. Comme le souligne Bernard Stiegler, l’hyperconsumérisme marchand, en détruisant toute forme d’individualité et en créant une forme de sentiment de vacuité, est le terreau de formes de violences inédites. Pourquoi ces comportements n’existaient pas il y a 40 ans et ont surgi au moment où triomphaient l’ultra libéralisme?


    • anne jordan Le 27 décembre 2015 à 18h27
      Afficher/Masquer

      juste une petite pédanterie – qui a son importance ! –
      @laurent vous écrivez ” au banc de la société ” ; il s’agit de ban , pas de banc ; en effet la même racine que bannir , banlieue , c’est à dire le lieu qui est en dehors ( de la société , de la civilisation , du bien etc… )


  4. BONNEAU Le 26 décembre 2015 à 07h53
    Afficher/Masquer

    UNE OBJECTION : La religion n’est pas LE SEUL moteur du djihad… Mais elle en est un moteur pour les croyants… Et pas que pour l’Islam, les a
    utres ont dans l’histoire fait preuve de la même dérive…


    • Lysbeth Lévy Le 26 décembre 2015 à 10h40
      Afficher/Masquer

      L’argent en est un des meilleurs “de moteur” !

      Moderation: Interessants, vos billets sont toutefois beaucoup trop longs.


    • Alae Le 26 décembre 2015 à 12h15
      Afficher/Masquer

      A Bonneau
      A vos propos, il convient d’opposer la très juste réflexion de Paul Craig Roberts dans son article de Noël, je cite, “tous les ans, deux ou trois lecteurs m’écrivent pour m’expliquer que la religion est la source des guerres et des persécutions. Ces lecteurs confondent la religion avec l’abus des institutions, religieuses ou autres, par les humains. Les Etats-Unis ont des institutions démocratiques et légales pour protéger les libertés civiles. Malgré tout, nous avons un état policier. Dois-je en conclure que la démocratie et la liberté civile sont les causes des états policiers ?”
      http://www.paulcraigroberts.org/2015/12/23/christmas-column-2015/

      Même s’il est confortable, pour bon nombre d’athées, de rejeter la responsabilité de tout les maux de la Terre sur la religion parce qu’ainsi, ils se pensent hors d’atteinte de toute contagion, n’oublions pas que dans 90% des cas historiques, la religion n’a été qu’un prétexte à des conquêtes territoriales et à des pillages de ressources, tout comme aujourd’hui les “droits-de-l’homme” ou “la démocratie” au nom desquels des personnages comme Hillary Clinton exigent guerre sur guerre.
      Les prétextes changent selon les époques, mais les vraies causes des guerres – la cupidité, la rapacité, l’argent – ne sont toujours mises en cause par personne.


      • Léo Le 26 décembre 2015 à 14h58
        Afficher/Masquer

        Merci Alae
        excellente et clairvoyante contribution …. finalement, l’ athéisme n ‘est il pas devenu lui aussi une religion avec toutes ses dérives ?

        Cdt


      • Galien Le 26 décembre 2015 à 18h18
        Afficher/Masquer

        Amusant et malhonnête de la part de Paul Craig Roberts, s’il voulait rester crédible sur ce coup il aurait dû opposer les religions avec l’athéisme.
        Pourquoi n’a-il pas opposé les religions avec la dinde de noël pendant qu’il y était? Il devrait relire “La politique” d’Aristote pour avoir une base de comparaison des systèmes politiques.


        • Lysbeth Lévy Le 26 décembre 2015 à 18h49
          Afficher/Masquer

          Sorry, mais Paul Craig Robert sait très bien de quoi il parle là, il vie dans “ce pays” et le connait bien pour avoir participé à la vie politique et sociale. Il sait très bien qu’on peut dévoyer des valeurs quelques soient ces valeurs pour “manipuler l’opinion”.

          Il n’est ni malhonnête ni amusant mais pragmatique et terriblement au fait du problème. Et on sait manipuler l’opinion au point ou l’oligarchie arrive à faire croire aux mensonges qu’elle véhicule grâce aux médias aux ordres.


          • Galien Le 27 décembre 2015 à 15h14
            Afficher/Masquer

            La religion n’est pas une valeur. La liberté l’égalité la fraternité sont des valeurs. Malheureusement ce ne sont plus que des mots vidés de leurs sens. Souvenez-vous de la définition du fascisme donnée par Mussolini, nous y sommes. Alors les coupages de poils en 4 sur les valeurs dévoyées de la religion, oui je trouve ça amusant et malhonnête. Continuons à amuser le bon peuple.


  5. Max Le 26 décembre 2015 à 08h58
    Afficher/Masquer

    C’est un courant de pensé, qui se développe, que de dire que la religion n’est pas le moteur du jihad en tout les cas ca y contribue malgré ce que dit ce juge.
    C’est en son nom que ces islamistes tuent, mutilent, réduisent en esclavage les populations qui passent sous leurs coupes.
    Ceux qui ont fait sauter les deux tours le 11 septembre 2001 étaient des saoudiens parfaitement intégrés.
    Pour ce juge, c’est de notre faute s’ils se sont radicalisés.
    Ce juge est simplement en train de sous-entendre qu’il s’agit d’un rite de passage vers l’âge adulte.
    Il était temps qu’il arrête.


    • Posta Le 26 décembre 2015 à 14h46
      Afficher/Masquer

      Vous avez lu l’article, ou quoi?

      “Vous affirmez que le jihadisme est devenu « un phénomène de mode » ?
      Oui. Ceux qui partent faire le jihad agissent ainsi à 90 % pour des motifs personnels : pour en découdre, pour l’aventure, pour se venger, parce qu’ils ne trouvent pas leur place dans la société… Et à 10 % seulement pour des convictions religieuses : l’islam radical. La religion n’est pas le moteur de ce mouvement et c’est ce qui en fait sa force. C’est pour cette même raison que placer la déradicalisation sous ce seul filtre ne pourra pas fonctionner.”

      C’est écrit en toutes lettres : “Et à 10 % seulement pour des convictions religieuses : l’islam radical”. Et en plus c’est surligné!


    • charité Le 27 décembre 2015 à 00h17
      Afficher/Masquer

      Max, ne pensez vous pas qu’il faudrait aussi dépasser cet athéisme radical?
      Ne pensez-vous pas que si nous, français, avions une attitude un peu moins colonisatrice, et un peu plus fraternelle avec nos frères musulmans qui le demande , d’ailleurs, les choses se passeraient un peu mieux? Vous avez probablement un travail, que diriez vous et feriez vous si vous étiez continuellement rejeté? Je remercie d’ailleurs Ensemble et la LDH d’avoir accepté de participer à une réunion d’information avec Tarik Ramadan et le CCIF: c’est ce genre d’initiative qui feront avancer la tolérance en France… Au delà d’une laïcité un peu bornée.
      Merci


  6. DUGUESCLIN Le 26 décembre 2015 à 09h16
    Afficher/Masquer

    Toutes les dictatures ont toujours utilisé la jeunesse plus fragile, inexpérimentée, pour former des milices armées. Et même des gamins de seize ans, en mal d’idéal, le besoin d’exister “autrement” contre une société pervertie.
    On le voit en Ukraine, on l’a vu en Allemagne, on le voit maintenant chez nous.
    Les jeunes “djihadistes” pour la plupart ne savent rien de l’Islam, sinon ce qu’on leur fait croire, ils sont manipulables et utilisables par des gens qui, eux, ne sont pas innocents. Ils peuvent être utilisés aussi bien par des islamistes que par des faux islamistes pour des raisons tactiques ou politico-stratégique. Des services peuvent les infiltrer et s’en servir pour semer la panique afin de justifier l’atteinte aux libertés et museler une éventuelle opposition politique.
    Ce qui explique, à une autre échelle, l’inefficacité de la lutte contre l’EI des forces occidentales qui utilisent toute forme de fanatisme dans le monde pour empêcher les pouvoirs souverains.
    Curieusement la Russie intervient en Syrie, non pas pour lutter contre l’expansion de l’Islamisme mais pour garder la souveraineté des états et détruire les combattants fanatisés servant d’armée par procuration.
    L’occident prétend lutter contre daech tandis que la Russie combat pour la souveraineté des peuples dans leur pays. Il ne s’agit donc pas du même combat malgré les apparences, ils sont complètement à l’opposé.
    Un service secret bien huilé peut très bien, sur notre territoire, “déclencher” ces fanatiques qui ne savent pas que les ordres ne viennent pas de ceux qu’ils croient.
    Il s’agit bien de combattre les terroristes, mais en commençant par lutter contre ceux qui les utilisent, quelque soit leur camp, occidentaliste ou islamiste.


    • Krystyna Hawrot Le 05 janvier 2016 à 14h15
      Afficher/Masquer

      Dugesclin, vous avez parfaitement raison. C’est tout à fait possible de détruire la France de l’extérieur en manipulant ces personnes comme vous le décrivez. Après tout, on l’a bien fait en Yougoslavie… Après on a dit que la Yougoslavie s’est suicidée… et si la France aussi pouvait se suicider? Suite à des attaques terroristes massives manipulées par des services étrangers, opposition muselée et dépeçage du territoire en “entités” régionales chères à l’UE (Corse, Bretagne…) et en communautés concurrentes (Arabes, Noirs, Roms, gens de l’Est… etc).
      Après il n’y a qu’à organiser et armer les communautés et la France rentre dans la guerre civile…

      Contre cela au contraire il faut un Etat fort et démocratique, et ayant une légitimité politique. Les services secrets doivent être bien dotés (comment se fait il que des jeunes bac plus 3-5 deviennent des plantons agents de sécurité en masse au lieu de devenir des analystes de renseignement dans le service public???) et contrôlés par le législatif et le judiciaire; La loi doit être sévère et égale pour tous… surtout pour les élites qui ont le plus de moyens pour la violer… La vrai laicité consiste à respecter et permettre l’exercice de la religion dans le cadre démocratique mais arrêter le discours et les actes légitimant la séparation en communauté. Par exemple, je suis ferment opposée au port du voile à l’école et même si je la trouvais démagogique, j’approuve la loi contre les signes religieux à l’école. Mais je ne supporte plus qu’on fasse porter tout le chapeau de nos problèmes à l’islam en tant que tel ou à 1 miliard de musulmans…
      Une certaine égalité sociale doit aussi exister sinon tout ces efforts de maintenir la France en vie seront vains.


  7. Michelle Le 26 décembre 2015 à 09h28
    Afficher/Masquer

    Vous êtes JEUNE, vous pensez à votre avenir…..Vous choisissez grâce à votre famille, à l’école, un métier ou au moins une direction et surtout vous TRAVAILLEZ pour atteindre le but quitte à changer d’orientation en route; OK ceci est la Culture française du moins comme nous l’avons vécue nous les travailleurs, les salariés, les retraités..

    Mais la Société toute entière régresse les riches s’enrichissent enlevant peu à peu tout espoir de travail aux jeunes d’origine modeste et à ceux qui ont choisi la France à un moment de son histoire.
    Vous voyez votre père fatigué malade, parfois sans travail, vous n’accédez pas à la Culture car il faut de l’argent et celui-ci est consacré à la nourriture. Vos parents végètent, résignés.
    A l’école, vous avez quelques difficultés et au lieu de vous aider on vous rejette et cela est de PIRE en pire. Des instits des profs qui ECOUTENT les jeunes sont de plus en plus “des moutons noirs,” de plus il n’y a pas de représentation du PERE aidant compréhensif mais il ne reste qu’un père fouettard.
    De plus même madame Joly le disait: “Que faire quand on voit les grands frères qui travaillent bien à l’école ne pas obtenir un simple poste de travail….On élimine on élimine jusqu’à leur supprimer la simple nationalité alors qu’ils sont nés français.
    C’est le rejet, le désespoir total, la délinquance pour SURVIVRE les français ferment les yeux dans les quartiers car ils n’ont rien à proposer.
    Vous avez 20 ans, vous êtes en pleine santé physique sans aucun espoir dans la pire des oisivetés alors quand vous entendez un discours qui vous promet argent et vengeance au moins c’est ACTIF et c’est ce que tout jeune recherche au moins une “activité”

    En résumé le rejet total de la Société et de nos gouvernements successifs (en particulier aucune écoute après la révolte de 1995 on continue comme avant mieux en rejetant encore plus…..) a conduit à cet appel vers l’action, l’argent et la vengeance même si la mort est au bout du chemin.
    Au moins ils auront vécu quelque chose.
    Je n’aime pas ceux qui disent “on ne connait pas les causes.”


    • bof Le 26 décembre 2015 à 10h46
      Afficher/Masquer

      La défavorisation sociale des jeunes est connue : http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/etude-portant-repartition-prelevements_0.pdf

      En page 34, graphe du haut : revenus salariaux => le revenu est de plus en plus distribué vers les âges plus avancés.

      Nous sommes dans une société qui favorise les cinquantenaires au détriment des trentenaires.


      • Astatruc Le 26 décembre 2015 à 14h22
        Afficher/Masquer

        Bojour,
        J’ai 52 ans, je cherche du travail depuis 18 mois et je vous assure que la société ne me favorise pas du tout.
        Bien au contraire.
        Savez-vous que l’état donne des primes à ceux qui emploient un jeune et un “sénior”?malgré cela, et malgré mes diplômes, rien, je coûte trop cher en ancienneté et les patrons préfèrent prendre des jeunes bien malléables.


        • bof Le 26 décembre 2015 à 21h19
          Afficher/Masquer

          Depuis les années 1980, le taux d’emploi des seniors a augmenté alors qu’il a baissé pour les jeunes : http://www.insee.fr/fr/ffc/tef/tef2010/t10f046/gr04.6-1.png


          • Un vieuxjeune Le 26 décembre 2015 à 23h19
            Afficher/Masquer

            @bof : ce que vous dites est une erreur car vous vous basez sur les chiffres des institutions gouvernementales et associations assimilées, organismes dont le sel but, pour (bien) survivre , est de “coller” aux désidératas des brusselois.

            Donc on vous dit que le “taux” remonte un peu … mais on ne compte pas les exclus et les rejettés du système : fin de droit (qui se démm… comme ils peuvent, c’est leur affaire après tout hein), pré-retraités (sans retraite chapeau et qui attendent 5, 10 ans … avant d’obtenir une retraite amputée de 30 à 50 % de son montant : je vous laisse le soin de faire le calcul, on en reparlera ensuite ). (Au passage merci à la CFDT pour sa trahison de ses adhérents). Leur nombre ? sans risque d’erreur 400 000 à 800 000 par an.
            Tenez compte aussi de la pyramide des âges, et du nb de départs.

            Mais vous êtes jeune … et on (les fiers et intelligents) beaucoup menti …
            Amicalement


            • bof Le 27 décembre 2015 à 02h54
              Afficher/Masquer

              Il y a deux erreurs concernant la théorie du complot : croire qu’il y en a nulle part et croire qu’il y en a partout.

              Si on regarde le graphe 3 page 78 : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/REVPMEN14_d_FLo1_revenus.pdf
              Le point bas du niveau de vie de la génération 1974 à 1978 (16 500 €) est inférieur au point bas de toutes les générations.

              Le point haut de la génération 1974 à 1978 à 34 ans est inférieur au point haut de la génération 1934-1938 à 74 ans.

              La remontée du revenus de la génération 1979-1983 résulte en effet d’une compensation politique de ce déséquilibre.
              Cependant, les parents de ces jeunes pouvaient (parfois) compenser le manque de revenus.

              Le fait que le chômage existe aussi pour les générations les plus âgées ne prouve en rien que ce que j’énonce est faux.

              Les retraites sont un transfert entre les générations et ce transfert suivant les périodes à changé : http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/etude-portant-repartition-prelevements_0.pdf

              En page 53, graphe du haut : la courbe de 2005 est plus à droite que la courbe de 1981 mais aussi, je vous l’accorde, moins basse que les autres pour les âges supérieurs à 65 ans.

              Je n’ai pas dit que les personnes de plus de 65 ans ne souffraient pas. Je dis que les jeunes souffrent aussi et que la distribution statistique des revenus est moins favorable aux jeunes (même revenu à 25 ans en 1981 pour 28 ans en 2005) et que les 50 ans captent 3 % des revenus totaux en 2005 pour 2,5 % en 1981.

              La durée de vie de revenus positifs s’est réduite au détriment des jeunes.

              Concernant la pyramide des âges, le babyboom a duré jusqu’en 1970 et la génération suivant immédiatement (1974 à 1978) aurait dû être favorisée (moins de jeunes donc plus de tension sur les salaires), ce qui n’a pas été le cas.

              Une enquête gérée par T. Piketti : http://piketty.pse.ens.fr/fichiers/enseig/memothes/Master2009Antonin.pdf montre en page 34 (figure 3.4) qu’en 1994, un 25-29 ans pouvait économiser 10 % de ses revenus lorsqu’en 2005, il ne pouvait économiser que 2 % de ses revenus.

              Il y a quand même une certaine cohérence dans tous ces chiffres (en effets basés sur des travaux de l’insee mais pas sur des sondages faits sur 1000 personnes et pondérés de manières discutables).

              Je vous laisse libre de confirmer ou infirmer ces données en présentant des travaux documentés et de bonne qualité.

              Sinon, je ne comprends pas la dernière phrase.


            • Unvieuxjeune Le 27 décembre 2015 à 09h41
              Afficher/Masquer

              je dis simplement que l’INSEE était une institution respectable et respectée. Elle fut “réformée” par N.S et d’institut indépendant, elle devint la chose du politique.

              L’INSEE n’est plus la référence, pas plus que le Monde n’est resté le journal de référence.

              Les actuaires, eux, savent la réalité , car leur activité est scientifique.

              La désinformation on connaît, et godwin participe au bruit de fond.

              Ma phrase était ” Mais vous êtes jeune … et on (les fiers et les intelligents, ceux qui pensent quoi) vous a beaucoup menti …” (j’écrivais sut tablette et c’est un peu difficile pour un néophite)

              Amicalement


            • bof Le 27 décembre 2015 à 10h27
              Afficher/Masquer

              A-t-on des sources ouvertes provenant des actuaires ?


            • Unvieuxjeune Le 27 décembre 2015 à 10h53
              Afficher/Masquer

              Il faudrait fouiller dans les publications (rares) techniques de la FFSA (fédération des sociétés d’assurances) du GAP (groupement des assurances de personnes), du Sénat (rapports “blancs”, communications techniques et annexes des rapports), de l’AGIRC , ARRCO (caisses de retraites), CANV et CANAM, CAF..et organismes sociaux CCAS, etc..

              Sur Paris il y a des réunions professionnelles, en général annuelles, aux sièges de ces organismes. Les invitations aux ateliers et débats sont faites sur cartes professionnelles, mais on peut parfois se faire inviter, surtout pour les étudiants. Ensuite c’est selon soncharisme personnel….
              Les conversations “off records” sont bien sûr aussi intéressantes.
              Pour la Fonction Publique il y a les lettres d’information collectivités où on peut glaner des informations spécifiques (localtis.info site “généraliste”).
              Bonnes recherches web, mais les actuaires sont des personnalités intéressantes.


            • bof Le 27 décembre 2015 à 13h28
              Afficher/Masquer

              Merci mais je me méfie toujours des publications fournies par des professionnels qui ont toujours un intérêt à défendre ou un aspect à taire.

              Souvent, ce qu’il y a de plus intéressant est ce qui manque.

              Il faut énormément de discernement pour éviter de se faire manipuler et discerner ce qui est légitime ou une tentative d’acquisition d’un avantage par la persuasion.

              Les publications du sénat sont en effet intéressantes.


            • Unvieuxjeune Le 27 décembre 2015 à 16h51
              Afficher/Masquer

              Je suis un peu plus optimiste que vous en ce qui concerne les professionnels de ces métiers (assurances, caisse de retraite et banque).

              Entre professionnels et instances (leurs organismes de tutelle, voire les ministères) il existe un code de déontologie qui, si vous ne le respectez pas, vous décridibilise à vie. La sanction professionnelle est imparable et personne de sensé ne s’y risque (sauf ceux que jupiter veut perdre et Jérôme le repenti peut-être).

              Ainsi les rapports d’activité par exemple : les sujets délicats sont parfois rendus quasi-invisibles mais ils sont pourtant intégrés dans le rapport pour qui sait les lire. Bien souvent une incise, une dernière phrase qui paraît anodine mais ne l’est pas, une ligne dans le tableau avec un sigle non connu voire trompeur pour un profane.

              Les communications trompeuses et manipulatrices ne viennent pas des techniciens, mais des “communicants” et des lobbys, intermédiaires hors entreprises ou groupes, bref des non producteurs qui vivent de politique.

              Ceci n’est toutefois qu’un avis personnel fruit d’un expérience tout aussi personnelle 🙂


  8. Arcousan09 Le 26 décembre 2015 à 10h06
    Afficher/Masquer

    Excellent constat que celui de Marc Trévidic …. le renseignement s’il existait vraiment et était intelligemment conçu …. aurait renseigné les autorités dites “compétentes” sur le malaise croissant de notre société.

    Michelle a ajouté une réflexion à laquelle je souscris entièrement

    J’y ajouterai une autre facette:

    – le mépris des sociétés occidentales des populations arabes ou arabisantes séquelles de la colonisation;
    – le mépris envers les harkis qui ont servi la France mais que la France a laissé se faire massacrer sans bouger;
    – le mépris envers les traducteurs afghans qui ont aidé la France dans le conflit (dans lequel nous n’avions rien à voir) traducteurs qui ont été massacrés par les Talibans …
    – le mépris envers tous ces gens à qui “ON” empoisonne l’existence pour de banales erreurs administratives que l’administration avec la complicité de ce qu’il est convenu d’appeler “la justice” refuse de reconnaitre … générant un sentiment de frustration et d’exclusion …

    Ajouter à ce mépris les actions géniales comme la “pacification” et la “démocratisation” de la Libye par le génie transplanétaire un certain Bismuth aidé par un certain BHL

    Ajoutez la complicité de la France dans toutes ces “révolutions arabes” qui n’ont jamais touché les pays pétroliers du golfe si pacifiques et modèles de démocratie … ça interpelle

    Tous ces faits font un excellent terreau pour le djihad. Un djihad qui n’a en effet qu’un vernis religieux bien pratique pour ostraciser toute une communauté qui n’a rien à voir avec ces débiles.

    A refuser de voir et de tenter de résoudre ces problèmes, à vouloir la déchéance de nationalité, notre si génial gouvernement va finir par l’organiser la guerre civile dont il nous rebat les oreilles … mais il en sera le seul responsable, ce ne sera pas la faute de l’Islam


    • FBH Le 26 décembre 2015 à 12h07
      Afficher/Masquer

      Pour essayer de contrôler l’utilisation des missiles TOW en Syrie, les États-Unis imposent à leurs alliés modérés sur le terrain de filmer les tirs et de fournir les vidéos sous peine de cesser l’approvisionnement. Certains films circulent sur la toile (http://www.mirror.co.uk/news/world-news/footage-shows-syrian-rebels-fire-6892118) avec pour point commun d’y entendre répété systématiquement : « Allahu akbar. » Il m’est aussi difficile de voir un lien entre un tir de missile et la religion que pour vous de relier djihad et communauté musulmane (sauf à admettre que le coran est un livre belliciste, ce que font certains dont je ne suis pas n’ayant pas lu ce livre.)
      Pour autant cette forme de rejet qui consiste à traiter les djihadistes de débiles me pose problème et soulève des questions.
      N’existe-t-il aucune alternative à l’opposition violente (dont relève à mon avis cette insulte) ? Sommes-nous condamnés éternellement à ne communiquer que sous la forme de rapports de force parce qu’il en est ainsi de la nature humaine ?
      D’autre part si le moteur de ces recrues meurtrières de Daech est le besoin de trouver un sens, une place dans le monde, est-il question de capacités intellectuelles ?
      Dans une perspective de vie en communauté, quelle que soit l’échelle de grandeur et dont l’essence ne se situerait pas dans le déséquilibre du pouvoir ou la recherche de la destruction, ce qui est le but des démocraties, une éducation populaire (https://youtu.be/96-8F7CZ_AU) permettrait à chacun de ne pas être soumis à l’oppression, oppression qui peut conduire à différentes formes de radicalisation dont le djihad et le vote FN font partie.
      Il est malheureusement difficile de mesurer si la possibilité de se défaire des carcans idéologiques dépend des capacités intellectuelles faute d’une éducation populaire de grande ampleur qui soit facilement accessible.
      Enfin, considérer que les recrues meurtrières sont débiles revient à considérer que les théoriciens du djihad, les fournisseurs d’armement, les responsables politiques (ici on pense forcément à G. W. Bush) et pour résumer, tous les acteurs qui ont une position dominante, sont des débiles. En effet nombre d’articles mentionnent les erreurs de ceux-ci, voir sur ce site https://www.les-crises.fr/loccident-se-trompe-systematiquement-dennemi-par-alexandre-del-valle/ : « l’occident se trompe systématiquement d’ennemi » ou chercher ceux qui affirment que les États-Unis se sont trompés en Irak. L’analyse du comportement meurtrier de la France en Afrique et au Moyen-Orient depuis qu’elle a posé un pied sur ces territoires ne dévoile pas une série de maladresses. Il est important de ne pas diluer la responsabilité dans le mépris intellectuel.


      • FBH Le 26 décembre 2015 à 12h14
        Afficher/Masquer

        Fin de mon commentaire, qu’une mauvaise manipulation a interrompu :

        L’analyse du comportement meurtrier de la France en Afrique et au Moyen-Orient depuis qu’elle a posé un pied sur ces territoires ne dévoile pas une série de maladresses. Il est important de ne pas diluer la responsabilité dans le mépris intellectuel.


    • aleksandar Le 27 décembre 2015 à 00h04
      Afficher/Masquer

      Il serait bien que les moderateurs ne laissent pas passer ce genre d’elucubration.

      – le mépris envers les traducteurs afghans qui ont aidé la France dans le conflit (dans lequel nous n’avions rien à voir) traducteurs qui ont été massacrés par les Talibans …

      Je ne sais pas ou cette personne a trouvé ce genre d’information mais cela necessite a minima d’etre verifié avant d’etre publié.

      Concernant nos interpretes sur place je n’ai pas le souvenir que l’un d’entre aux se soit fait “massacrer” par le talibans.
      Cela serait d’autant plus etonnant que, malgré les precautions prises pour proteger leur anonymat,la plupart renseignaient les Talibans.
      Simplement pour proteger leur famille.
      En Afghanistan l’anonymat n’existe pas.


    • aleksandar Le 27 décembre 2015 à 00h10
      Afficher/Masquer

      Et concernant le mepris vis a vis des populations arabes, on le trouve deja dans les chroniques des croisades et il perdure dans l’imaginaire francais depuis.
      Rien a voir avec la colonisation………..


      • anne jordan Le 27 décembre 2015 à 18h36
        Afficher/Masquer

        je trouve un peu … léger de manier ainsi l’anachronisme !
        les croisades !!!
        avez vous idée des mentalités au XIIe siècle ?
        là , on peut vraiment parler de religion ( rendre à nouveau possible l’accès au tombeau du Christ ) même si par la suite , les motivations furent économiques et quasi coloniales , les premières entreprises furent un grand élan de colère religieuse , suivi , bien sur d’essentialisme à l’égard de l'”ennemi” …


  9. valles Le 26 décembre 2015 à 10h52
    Afficher/Masquer

    Le mensonge du capital laïque et juste, inoculé dans le ventre mou de l’Occident a poussé les minorités pourtant nés français depuis plusieurs générations a se réfugier dans les seuls endroits où le discours ressemblait un peu plus la réalité de leurs existences, les mosquées.
    Bien disposé a ne rien changer alors qu’il n’aurait pas fallu grand-chose, les politiques ont profité de la situation, car finalement bien parqué dans les ghettos, ils n’en faisaient pas moins pour l’économie locale et si quelques mouvements extrêmes apparaissaient, ce n’était pas plus mal pour que le ventre mou accepte naturellement la cruauté de ces camps de réfugiés.
    Pour ce qui est de leur capacité intellectuelle, il est communément admis que c’est dans la nécessité que l’esprit produit les meilleures choses et comme une revanche de l’évolution naturelle (de celle qui n’est pas capitalisable) les petites mains du Biz mettent au point des techniques de surveillance de leur cité digne de Polytechnique et capable de mettre Pinot simple flic à l’amende la plupart du temps.


  10. Vincent Le 26 décembre 2015 à 12h42
    Afficher/Masquer

    statistiquement, les personnes parties en Syrie, ou commettant des attentats, ne sont pas de pauvres hères sans avenir. l’immense majorité sont issus de la classe moyenne, et d’autres ont meme fait de belles etudes.
    donc croire que c’est une question d’argent ou de manque de perspectives de vie qui poussent a se lancer dans la lutte armée (comme le suggere le commentaire mis en avant) est factuellement faux.
    Si tous les pauvres se mettaient a fomenter des attentats, ca peterai tous les jours. et nos terroristes ne seraient pas issus de la religion musulmane en priorité, mais seraient des bons gars “bien de chez nous” issus des regions les plus pauvres: des creusois, des martiniquais et autres kanaks…

    Non, Trevidic a raison de dire que l’islam n’est qu’un pretexte. mais c’est le pretexte employé par les emirs du Qatar ou d’arabie saoudite pour diviser la population francaise et tenter de former une 5eme colonne qui agirai dans le sens de leurs interets nationaux…
    Il y a en France une desesperance, une forte anomie qui mene carrement a une secession dans certains quartiers populaire. C’est l’etat francais lui meme qui est renié par une partie de la population. a tort ou a raison. et nos ennemis (je considere que les actions et la politique menée par l’arabie saoudite a l’egard de la France fait de nous des ennemis) exploitent ce terreau fertile.


  11. ced Le 26 décembre 2015 à 13h05
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    Si les motivations ne sont pas religieuses alors nous sommes confrontés à des mercenaires. Cela corrobore les dires d’un article (?) qui expliquait que les chefs EI n’avaient aucunes convictions/motivations religieuses.
    Nous avons perdu un temps précieux à palabrer de la question religieuse et tout ce que cela a impliqué comme déformation dans le débat et la compréhension du sujet. De la poudre aux yeux.
    Et oui Mr Trevidic, “C’est pour cette même raison que placer la déradicalisation sous ce seul filtre ne pourra pas fonctionner”. Ce ne sont pas des djihadistes mais des mercenaires (combattants en Syrak) ou des paumés manipulés (Terroristes).
    Mr Trevidic parle de “vernis” quand il cite les cris “alla akbar” des terroristes lors des attentats.

    Ça doit quand même pas mal changer l’histoire tout ça !

    Ça aussi c’est fameux, “Le pouvoir a alors lui-même sabordé la surveillance, en informant les individus qui étaient de vrais dangereux ! Tout ça pour forcer la main du juge !”.
    La séquence sur les relations entre services de renseignement et pouvoirs politiques est quand même révélatrice du fait que l’on vit quand même dans un monde de dupe. La différence qui existe entre la réalité annoncée et les faits verifiés est un argument supplémentaire.

    A quel point l’histoire est déformée ?

    Ces dernières années, j’ai été confronté à certaines réalités, la catastrophe de fukushima est terminée, la croissance revient et la crise est finie, il existe des nazis et terroristes modérés, Poutine et d’autres mangent des enfants le matin, nous sommes en démocratie…
    C’est marrant comme ça différe des faits, la situation à fukushima empire, nous sommes en récession et c’est pas fini, ça n’existe pas un naziste modéré, les médias déforment au lieu d’informer et la démocratie kaput.

    Mais pourquoi donc le monde, il est pas gentil ?


    • tepavac Le 26 décembre 2015 à 23h51
      Afficher/Masquer

      bah, les sept péchés capitaux… très bien incarnée par les “exeptionnalistes” de la planète. Au final ça énerve le monde…


  12. Nora Le 26 décembre 2015 à 14h42
    Afficher/Masquer

    ​Le djihadisme, problème complexe, solution complexe. Merci pour le billet et les commentaires
    A mon humble niveau, l’une des réponses qu’on pourrait apporter au djihadisme serait de dire aux enfants de la République, susceptibles ou pas, de basculer dans la radicalisation :​ ​C’est pas parce qu’on est beau, grand et fort qu’on est en droit de marcher sur les petits. Le père Noël n’est pas en droit d’éradiquer les valeurs et les traditions ​chrétiennes ​pour imposer le culte de la consommation. La modernité n’est pas la suppression des libertés individuelles. ​Quand on s’appelle pas Charlie, on fait partie de la Nation. Quand on est fait de 2 cultures, de 2 langues, on est en droit d’être considéré comme un être civilisé. ​Il n’y a pas de choix à faire, il y a de la place pour tous dans l’universel. ​Mais ça qui peut le dire aujourd’hui ?


  13. KARL34 Le 26 décembre 2015 à 15h48
    Afficher/Masquer

    Trévidic ne comprends pas la religion parce qu’il fait partie d’une élite hors sol.
    quand des beurs organisent un guet apens et attaquent des pompiers et des policiers en Corse la nuit de Noël, que pensez, si ce n’est (toute proportion gardée) ce qui se passe en syrie ou en irak vis à vis des minorités religieuses.


    • tepavac Le 27 décembre 2015 à 00h49
      Afficher/Masquer

      Bonsoir Karl34
      M. Tredevic est un magistrat de haut niveau qui empêche tout écart de langage. Il faut lire entre les lignes…
      Par ailleurs il ne faut pas confondre les “mécréants” qui “règlent” leurs comptes sur notre sol et les évènements qui se déroulent au moyen et proche orient, mais aussi en Ukraine, dans le Caucase, en Asie et presque dans toute l’Afrique du nord.
      Les premiers sont exactement ce que développe Tredevic, des âmes perdues, alors que les seconds sont le résultat de la géostratégie des puissances qui luttent entre elles.

      Ceci dit, concernant l’E.I. , après avoir lu/écouté les discours de El Bagdadi, je conseil à ce monsieur de joindre sa parole à des actes concrets, sous peine d’hypocrisie.
      En effet, il ne cesse de prêcher au retour des “terres de l’islam” à ses vrais disciples. et bien pourquoi s’en prive t-il. Qu’il chasse les usurpateurs, reprenne la Mecque ainsi que Médine et qu’il cesse de troubler les autres Nations et les autres peuples de la terre.
      Mais sans doute est-ce plus facile de maltraiter de simples gens perdus dans une montagne de difficulté…
      Cela me fait penser à ces “maïdenovic” qui après avoir manifesté leur griefs contre les oligarques et leur corruption, vont ensuite rejeter leur impuissante colère, contre de pauvres bougres dont le seul tord est d’être pauvre, travailleur mais pas sans honneur.

      Allez un peu de lumière dans ce sombre monde…
      https://francais.rt.com/international/12732-noel-damas–image-despoir


  14. philbrasov Le 26 décembre 2015 à 16h44
    Afficher/Masquer

    la mise en avant du ” la plupart des djihadistes n’ont aucun rapport avec l’islam” est un peu trop téléphoné a mon gout.
    Vouloir nous faire croire que tout cela n’a rien a voir avec….est une autre façon de nier l’évidence….
    C’est au nom d’un islam wahhabite que l’on commet des attentats au nom d’allah ….
    wahhabisme qui déverse des millions de US dollars pour diffuser sa secte….et son message.

    Si les jeunes desoeuvres de banlieue se laissent prendre sans connaitre la moindre sourate…..peu me chaud….
    si je suis en rupture de ban, je fais dans le banditisme, l’anarchisme, pas au nom d’une “religion”….
    Du reste la plupart des “terroristes” sont bien connu de la justice pour des faits de banditisme….
    Le passage au dessus suppose que l’endoctrinement de cette idéologie a été le moteur de leur engagement….
    et cette idéologie est le wahhabisme….. ou celle des freres musulmans….
    le reste des “musulmans” croient en qq chose, avec ses rites et ses coutumes… dans un espace donne.
    Cet espace s’est déplacé dans nos banlieues LA EST LE PROBLÈME…. car aucune assimilation en banlieue a forte concentration culturelle, n;est possible entre français musulmans ( sauf exception ) et français de souche….
    Un francais de “souche” exclu de la société, vivra de combines, rapines, braquages… un français musulmans desoeuvre vivra de son coran de terreur pour sa partie medinoise , au travers de la pensee wahhabite…


    • Homère d'Allore Le 26 décembre 2015 à 17h18
      Afficher/Masquer

      Comme si il n’y avait pas de français musulmans ou de culture musulmane, exclus de la société, qui vivent aussi de combines, braquages…
      Et comme si il n’y avait pas de convertis “de souche”, genre Maxime Hauchard, qui vivent de leur lecture wahabbite du Coran…

      Quant aux ruptures de ban, elle se font parfois au nom d’une idéologie (même matinée de délinquance de droit commun comme la bande à Bonnot) qui peut donner le sentiment d’appartenance à un groupe dans lequel on sera reconnu et valorisé. Que cette idéologie soit religieuse où non est secondaire.

      Que les organisations structurées islamistes, comme les Frères musulmans, aient, surtout à partir de 2005, fait dévier la grogne sociale (exprimée lors des émeutes de la même année) vers les questions religieuses et identitaires, est un résultat de la sous-traitance du “problème des banlieues” laissée par la République aux capitaux des pays du Golfe qui y ont implanté moult relais.


      • philbrasov Le 26 décembre 2015 à 17h43
        Afficher/Masquer

        certe le probleme est complexe, MAIS, il ne faut pas trouver des exemples pris par ci par la, pour brouiller, le probleme….. les français de souche acquis aux thèses wahhabites sont marginaux…. même si parfois et souvent ce sont les plus violents en terme idéologique…
        le terrorisme d’aujourd’hui est wahhabite, et freres musulmans… deux ideologies issues de l’islam….
        Tant que l’Islam, ou les islams ne feront pas leur aggiornamento, nous seront confrontes a ces terreurs…. qui en effet n’ont rien avoir avec la misere, avec la non assimilation, ni meme avec la culture…
        mais serait ce encore l’islam?


        • Lysbeth Lévy Le 26 décembre 2015 à 18h25
          Afficher/Masquer

          Ah oui c’est clair là, l’islam EST le problème pour vous et les néoconservateurs de notre temps qu’ils soient américains ou français, ils font semblant de ne voir que la religion supposée des mercenaires alors que la grande majorité n’est pas croyante, il y a même des français de souche partant volontiers et n’ayant pas appris les fondamentaux ou même “l’arabe”. Caroline Fourest dit la même chose que vous : ils doivent faire leur aggiornamento alors qu’on a jamais rien demandé aux protestants (baptistes, ou évangéliques) américains de faire la leur dans la mesure ou ils sont les plus nombreux ou les premiers à avoir le gout de civiliser “les indigènes” sur place grâce aux en agressant combien de pays déjà ?

          Pourquoi ne leur demande t’on pas quand on sait qu’ils ne sont guère laiques ou athées ! On n’a pas cessé sur les Crises d’expliquer ce qu’est le remodelage du moyen-orient et ce depuis le 11septembre 2001 ! Tous ces pays arabes agressés uniquement parce qu’ils ont le tort d’avoir des hydro-carbures sous les pieds, attends t’on des habitants qu’ils soient “aimants ou amis des occidentaux” ?

          Et la guerre contre l’Urss ou la Russie s’expliquerait elle par la religion orthodoxe des russes qui obligent les occidentaux à les attaquer pour mauvaise pratique ?? Et les bouddhistes du Myianmar qui génocident les Royingas ils devraient aussi faire leur aggiornamento il me semble là.
          Sans compter les Hindou quand il y a aussi des troubles graves en Inde ? Vous savez à ce compte là, le monde entier va devoir le faire cet aggiornamento l’idée américaine pour dire “c’est la faute aux victimes, elles n’ont qu’a changer de religion” !! Fastoche !.

          L’idée “fameuse” que c’est “la religion en cause” a été lancé aux Usa d’abord venant de la part des néocons et revendiqués par les néocons français (BHL, Fourest, Sifaoui, etc), ce qui revient à dire aux croyants musulmans : “croyez en autre chose ou “devenez comme nous” sinon vous êtes morts.!


          • philbrasov Le 26 décembre 2015 à 21h12
            Afficher/Masquer

            fourest sifraoui, neocoms? on aura tout entendu…..
            ils tuent au nom de leur dieu …… les évangélistes?????????
            un peu facile de comparer les évangélistes et les salafistes…..
            pour ma part l’islam porte en lui les germes du terrorisme…
            je ne parle pas des musulmans…..


    • Lysbeth Lévy Le 26 décembre 2015 à 18h52
      Afficher/Masquer

      Pouf pouf, quels clichés ! Et vous a quelle souche appartenez vous ? La bonne j’imagine …


  15. vesso Le 26 décembre 2015 à 18h38
    Afficher/Masquer

    Même quand, par quelque magie, vous supprimerez l’Islam, le radicalisme demeurera car sa racine est l’injustice sociale. Les prochains “djihadistes” (!) se recruteront parmi les chômeurs, les travailleurs pauvres, les retraités floués, les petits patrons volés par le RSI…Ceux-là pour l’instant ne sont pas sur le devant de l’actualité, mais s’ils commencent à perpétrer des attentats, et ce jour est inéluctable…
    “Puisque la vie ne vaut rien, alors on peut la sacrifier”…


  16. Andrae Le 26 décembre 2015 à 20h25
    Afficher/Masquer

    La grande masse d’attaques terroristes en OECD (US, Europe, etc.) est le fruit:

    d’éxtrémistes de gauche ou de droite, ou de séparatistes (IRA, Basques, etc.) Depuis 50 ans, sans changement. (Sans prendre en compte 9/11.)

    Un lien sur les USA, qui ne fait que .. encore et encore mettre en avant ce qui est bien connu et documenté…y compris dans des mutiples rapports officiels…tous ceux qui sont sérieux…Notez que même sur ce site dissident on catégorise Musulman/ non- M, dans le titre.

    Non-Muslims Carried Out More than 90% of All Terrorist Attacks in America

    http://www.globalresearch.ca/non-muslims-carried-out-more-than-90-of-all-terrorist-attacks-in-america/5333619

    Les attaques ne sont pas motivées par la religion (hmm.. aux US les attaques contre les cliniques qui offrent de la contraception aux femmes..?) mais par une appartenance politique, ou plus largement, geo-mini-stratégique.

    Evidamment quand on veut stigmatiser les peuples, pays, Arabes, et par glissement adroit, vilipender des ‘valeurs’, etc. des musulmans, de l’Islam, car ils sont assis sur les réserves d’hydrocarbures, cela marche du tonnerre…


  17. AL60 Le 26 décembre 2015 à 21h54
    Afficher/Masquer

    C’est sûr que les pays où sévisse l’islam radical (Arabie Saoudite, Quatar et autres) instrumentalisent par la religion la radicalité des jeunes en déshérence qui se limiteraient à être de simples délinquants de droit commun s’ils n’étaient endoctrinés par l’islam radical.

    Même si 90% des raisons qui poussent un délinquant à se radicaliser n’ont pas trait à l’islam, il n’en est pas moins vrai que c’est les 10% restant ayant trait à l’islam radical qui va se retrouver chez les 100% de ceux qui passeront à l’acte car ils seront “guider” vers des actes terroristes par l’islam radical.

    On peut donc dire que dans 100% des cas c’est la religion qui sert de catalyseur pour faire tomber les barrières morales en “justifiant” leurs actes et ainsi transformer de simples délinquants en assassins islamistes.

    Et c’est ces 10% sur 100% des individus qui font que c’est l’islam radical qui sera toujours le catalyseur essentiel pour rendre possible la transformation “chimique” des délinquants en terroristes.

    Certes, le catalyseur en lui même n’est pas suffisant pour assurer la “transformation”, mais il n’en est pas moins indispensable et dans 100% des cas, car il n’y a pas de terroristes qui ne se réclament pas de l’islam.


    • aleksandar Le 27 décembre 2015 à 00h40
      Afficher/Masquer

      Vous omettez un point essentiel, cet islam tue d’abord et en grande majorité des musulmans, on peut donc dire que 100% de musulmans tuent 100% de musulmans.

      C’est amusant de lire certains commentaires, ce juge sait tres bien de quoi il parle, mais manifestement le fait de decoupler islam et terrorisme heurte la “narrative” officiellle.

      Concernant la radicalisation, j’ai encore en memoire ce que me disait un de mes soldats, caporal bac + 5 : ” Vous savez , essayer de trouver du travail en france quand on est jeune , arabe et meme diplomé, c’est tres dur “.
      ” Il ne faut pas s’etonner que certains se radicalisent, quand ils ont fait tout le parcours de l’integration et qu’ils se prennent des portes dans la figure juste parce qu’ils s’appellent kalim ou mohamed”.
      Une des causes de la radicalisation c’est aussi notre maniere de ne pas integrer ces jeunes.
      Et j’ecris nous parce que c’est une responsabilité collective de la nation.

      Je n’ai aucune sympathie pour les voyous qui attaquent les camions de pompiers, mais mettez vous parfois dans la peau d’un jeune maghrebin dans une société qu’il ressent comme de plus en plus hostile.

      Une autre cause est, à mon sens, le chomage endemique.
      Le travail integre les individus et les valorise.
      La tentation de l’extremisme lié au desoeuverment disparait.
      Mais c’est un autre débat lié à nos “capitulations” face à Bruxelles


  18. Patrick Luder Le 26 décembre 2015 à 22h15
    Afficher/Masquer

    Ainsi donc il y aurait encore une justice au nom de la justice et non au nom du gouvernement ou de leurs commanditaires ?


  19. Spectre Le 27 décembre 2015 à 00h33
    Afficher/Masquer

    Quand on lit ce genre d’entretien, et quand on voit que les auteurs des attentats étaient systématiquement connus/fichés/signalés depuis belle lurette, on se demande vraiment ce que les décideurs ont dans le crâne.

    Sans verser dans le complotisme — puisqu’il suffit apparemment de laisser pourrir la situation actuelle, — voyez le rapport coût/bénéfices très avantageux des attentats :

    Même après la tuerie de masse de novembre, le bilan humain reste modeste. 150 morts en France cette année, loin derrière les plus de 500 morts au travail, 3 000 sur la route, 15 000 pour les accidents domestiques, etc. À comparer également avec les centaines de milliers de morts au Moyen-Orient — qui, eux, n’auront bizarrement pas eu le droit à la compassion universelle des belles âmes…

    En revanche, les répercussions au niveau de l’opinion sont énormes (amplifiées par la caisse de résonance médiatique qui s’occupe gentiment de démultiplier l’effet de terreur) :

    1) Il suffit au Président de prendre un air grave et de jouer les Père-la-Nation, et le voilà ressuscité dans la course à sa propre réélection — malgré un échec sur tous les plans ;
    2) On utilise le choc pour faire passer en force des projets qui ne passeraient jamais ou difficilement en temps normal ;
    3) Pendant que la propagande médiatique enfume les masses avec les habituels faux débats sur l’islam, les “imams qui prêchent la haine” (qui n’a pas entendu cette formule 15 000 fois dans les jours suivant les attentats), etc., on ne parle pas des vrais problèmes (géopolitiques ou sociaux), et surtout on ne met pas le doigt sur la responsabilité écrasante de l’exécutif dans cette situation.

    Bien sûr, aucune esquisse d’auto-critique de la part des responsables politiques. 150 morts, mais tout s’est bien passé. Aucun problème, aucune faille. Mieux vaut aller défoncer les portes et saccager les appartements de pauvres gens, ou persécuter des militants écologistes tout en se gargarisant sur Twitter du nombre de perquisitions effectuées. 2 700 perquisitions pour 2 enquêtes préliminaires ouvertes par la section antiterroriste : belle réussite en effet.

    L’époque m’a sans doute rendu cynique, mais il est justement de plus en plus difficile de faire la part des choses entre les incompétents, les imbéciles et les manipulateurs. Après, rien n’empêche de manger aux trois râteliers…


  20. zeroun Le 27 décembre 2015 à 00h35
    Afficher/Masquer

    “A qui la faute ?”

    A la pensée binaire.
    Si elle fait des merveilles dans le calcul informatique (0 ou 1) sa présence partout ailleurs est catastrophique. Car la complexité humaine ne se laisse pas réduire à un choix simpliste.

    Hélas l’idéologie binaire, tel un virus, n’a pas seulement remplacé des pans de réflexions dans le domaine religieux (et pas seulement chez les djihadistes), mais aussi dans le politique (l’axe du bien et du mal, …), économique (croissance ou effondrement, …), social, etc.
    Chacun nourrissant les autres.

    La solution ?
    Deux pistes, au début et au sommet. L’Education devrait apprendre à penser de manière correct (avec notamment des cours de logique), et le Politique devrait donner le BON exemple et non le MAUVAIS.


  21. Joanna Le 27 décembre 2015 à 04h31
    Afficher/Masquer

    On ne dira jamais assez l’erreur colossale qu’a été la suppression du service militaire par Chirac.
    C’est chaque jour qu’on en cumule les dégâts collatéraux.

    Rien que pour ça il a été pour moi l’un des pires présidents de la Vème république.
    Avec ceux qui lui ont succédé bien sûr, ceux-là sont hors concours …


Charte de modérations des commentaires