Les Crises Les Crises
12.avril.202112.4.2021 // Les Crises

« Le plan de relance de Biden ne réduira pas les inégalités aux États-Unis » – par Chris Hedges

Merci 135
J'envoie

Source : Consortium News, Chris Hedges

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le plan de relance de Biden ne modifiera pas plus les inégalités structurelles que les autres fondements de la spirale de mort de l’Amérique.

Le président Joe Biden pendant l’investiture présidentielle, le 20 janvier. (Maison-Blanche, Ana Isabel Martinez Chamorro)

Les élites dirigeantes établies savent qu’il y a une crise. Elles ont accepté, au moins temporairement, d’y jeter de l’argent avec le projet de loi Covid-19 de 1 900 milliards de dollars connu sous le nom d’American Rescue Plan (ARP) [Plan de relance, NdT].

Mais l’ARP ne modifiera en rien les inégalités structurelles, que ce soit en portant le salaire minimum à 15 dollars de l’heure ou en imposant des taxes et des réglementations aux entreprises ou à une classe des milliardaires qui a vu sa richesse augmenter de 1 100 milliards de dollars depuis le début de la pandémie.

Le système de santé restera privatisé, ce qui veut dire que les compagnies d’assurance et les sociétés pharmaceutiques vont récolter une manne de dizaines de milliards de dollars grâce à l’ARP, et ce alors qu’elles réalisent déjà des bénéfices records. Les guerres interminables du Moyen-Orient, et le budget militaire pléthorique qui les finance, resteront sacro-saintes. Wall Street et les prédateurs spéculatifs mondiaux qui profitent des niveaux massifs des créances imposées à une classe ouvrière sous-payée et pillent le Trésor américain dans ce capitalisme de casino continueront à faire affluer l’argent dans les mains d’une infime clique oligarque.

Il n’y aura pas de réforme du financement des campagnes pour mettre fin à notre système de corruption légalisée. Les monopoles géants des nouvelles technologies resteront intacts. Les entreprises de combustibles fossiles continueront de détruire les écosystèmes. La police militarisée, la censure imposée par les plateformes de médias numériques, le gigantesque système carcéral, les lois de plus en plus dures visant à endiguer le terrorisme intérieur et la dissidence ainsi que la surveillance gouvernementale à grande échelle resteront les principaux instruments de contrôle de l’État, tout comme avant.

Cette loi offrira, au mieux, un répit momentané dans la spirale de mort du pays, en envoyant des chèques exceptionnels de 1 400 dollars à 280 millions d’Américains, en prolongeant les allocations de chômage hebdomadaires de 300 dollars jusqu’à la fin du mois d’août et en distribuant 3 600 dollars par le biais d’un crédit d’impôt pour les enfants de moins de 6 ans et 3 000 dollars par enfant de 6 à 17 ans à partir du 1er juillet.

Une grande partie de cet argent sera instantanément engloutie par les propriétaires, les prêteurs, les prestataires de soins médicaux et les sociétés de cartes de crédit. La loi a cependant le mérite de renflouer environ un million de travailleurs syndiqués qui risquent de perdre leur retraite et d’accorder une aide de 31,2 milliards de dollars aux communautés autochtones, qui comptent parmi les plus pauvres du pays.

Mais que se passe-t-il pour la majorité des Américains qui ne bénéficient de l’aide du gouvernement que pendant quelques mois ? Que sont-ils supposés faire lorsque les chèques cesseront d’arriver à la fin de l’année ? Le gouvernement fédéral va-t-il orchestrer un autre plan d’aide massif ? J’en doute. Nous serons de retour à la case départ.

(Illustration originale par M. Fish)

En refusant de s’attaquer aux causes profondes de la pourriture de l’Amérique, en ne parvenant pas à redonner vie aux institutions démocratiques qui permettaient autrefois aux citoyens de faire entendre leur voix, aussi modeste soit-elle, et rendaient possible une réforme progressive et fragmentaire, en ne s’attaquant pas aux graves inégalités sociales et économiques et à la fracture qui affectent au moins la moitié du pays, l’anomie et la rupture des liens sociaux qui ont permis l’émergence d’un démagogue comme Donald Trump vont s’étendre. La décomposition de l’empire américain ne s’arrêtera pas là. Les anomalies politiques vont se métastaser.

Lorsque le prochain démagogue apparaîtra, et le parti républicain a misé son avenir sur Trump ou son double, il ou elle sera probablement compétent.e. Dans 43 États, le parti républicain a proposé 250 lois visant à limiter le vote par correspondance, le vote anticipé en personne et le jour de l’élection, à imposer des exigences plus strictes en matière de pièces d’identité, ainsi qu’à réduire les heures d’ouverture des bureaux de vote et leur nombre, ce qui pourrait priver des dizaines de millions d’électeurs de leur droit de vote. Le parti n’a aucune intention de respecter les règles du jeu. Une fois revenu au pouvoir, revêtu de l’habit idéologique du fascisme chrétien, Trump, le nouveau ou l’ancien, abolira le peu qui reste de l’espace démocratique.

Les élites établies prétendent que Trump était une exception monstrueuse. Elles croient naïvement qu’elles peuvent faire disparaître Trump et ses partisans les plus véhéments en les bannissant des médias sociaux. Selon leurs affirmations, l’ancien régime reviendra avec le décorum de sa présidence impériale, le respect des normes procédurales, des élections minutieusement chorégraphiées et la fidélité aux politiques néolibérales et impériales.

L’ère Trump se poursuit

Mais ce que les élites dirigeantes établies n’ont pas encore compris, malgré la victoire électorale serrée de Joe Biden sur Trump et la prise d’assaut de la capitale le 6 janvier par une populace enragée, c’est que toute crédibilité dans l’ordre ancien est morte. L’avenir, c’est l’ère Trump, à défaut d’être Trump lui-même. Les élites dirigeantes, représentées par Biden et le parti démocrate ainsi que par l’aile policée du parti républicain incarnée par Jeb Bush et Mitt Romney, se dirigent vers les poubelles de l’histoire.

Les élites ont collectivement vendu le public américain au pouvoir des entreprises. Elles l’ont fait en mentant au public sur les conséquences de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), des accords commerciaux, du démantèlement de l’aide sociale, de la révocation du Glass-Steagall [Le Glass-Steagall Act est le nom sous lequel est généralement connu le Banking Act de 1933 aux États-Unis par lequel sont instaurés : l’incompatibilité entre les métiers de banque de dépôt et de banque d’investissement ; le système fédéral d’assurance des dépôts bancaires, NdT], de la mise en place de mesures d’austérité, de la déréglementation de Wall Street, de l’adoption de projets de loi draconiens sur la criminalité, du lancement de guerres qui n’en finissent pas au Moyen-Orient et du renflouement des grandes banques et des sociétés financières plutôt que des victimes de leur fraude. Ces mensonges ont été bien, bien plus dommageables pour le public que n’importe lequel des mensonges racontés par Trump. Ces élites ont été démasquées. Elles sont détestées. Elles méritent d’être détestées.

Le radeau de la Méduse par Théodore Géricault, 1818-1819, le Louvre. La scène peinte se situe à un moment où « on peut estimer que la destruction du radeau est achevée ». (Wikimedia Commons)

L’administration Biden – et Biden était l’un des principaux architectes des politiques qui ont escroqué la classe ouvrière et fait la guerre aux pauvres – n’est rien de plus qu’un bref intermède dans le déclin et la chute, sur fond de montée en puissance économique et militaire de la Chine.

La perte de crédibilité a laissé les médias, qui se comportent en courtisans des élites, quasiment impuissants à influencer les perceptions et l’opinion publiques. Ils ont plutôt divisé le public en groupes démographiques concurrents. Les plates-formes médiatiques ciblent un groupe démographique et lui renvoient ses opinions et ses tendances, tout en diabolisant de manière véhémente le groupe démographique situé de l’autre côté du fossé politique. Cette approche s’est avérée fructueuse sur le plan commercial. Mais cela a également divisé le pays en factions irréconciliables qui sont maintenant incapables de communiquer. La vérité et les faits tangibles ont été sacrifiés. Le Russiagate est tout aussi absurde que la certitude que Trump s’est fait voler son élection présidentielle. Choisissez simplement votre fantasme.

Transfert d’influence politique

Au sein des élites dirigeantes, la perte de crédibilité a entraîné le transfert de l’influence politique vers ceux qui se trouvent en dehors des centres de pouvoir établis, comme Alex Jones, les célébrités et ceux qui, comme Joe Rogan, Glenn Greenwald et Matt Taibbi, n’ont jamais été formatés par les conglomérats médiatiques.

Le parti démocrate, dans un effort pour limiter l’influence des nouveaux centres de pouvoir, s’est allié aux géants de l’industrie des médias sociaux tels que Twitter, YouTube, Facebook, Patreon, Substack et Spotify pour en réduire ou censurer les critiques. L’objectif est de ramener le public vers les organes d’information alliés du parti démocrate, tels que le New York Times, le Washington Post et CNN. Mais ces médias, qui, au service des annonceurs, ont invisibilisé la vie de la classe ouvrière et des pauvres, sont aussi méprisés que les élites dirigeantes elles-mêmes.

La perte de crédibilité a également donné naissance à de nouveaux groupes, souvent spontanés, ainsi qu’à une frange cinglée qui embrasse les théories du complot, comme QAnon. Aucun de ces groupes ou individus, qu’ils soient de gauche ou de droite, ne présente cependant la structure organisationnelle, la consistance et la cohésion idéologique des mouvements radicaux du passé, notamment l’ancien Parti communiste ou les syndicats militants.

Indignation émotionnelle

Bâtiment en feu à Minneapolis le 29 mai 2020, lors des manifestations en soutien à George Floyd. (Hungryogrephotos, CC0, Wikimedia Commons)

Ils se livrent à un trafic d’indignation émotionnelle, remplaçant souvent une indignation par une autre. Ils fournissent de nouvelles formes d’identité pour remplacer les identités perdues par des dizaines de millions d’Américains qui ont été exclus et marginalisés. Cette énergie pourrait être exploitée au profit de causes honorables, comme la fin des abus policiers, mais elle est trop souvent éphémère. Elle a tendance, dans le meilleur des cas, à convertir le débat politique en manifestations de revendications, mais plus souvent en spectacle télévisé.

Ces flash mobs [rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance, avant de se disperser rapidement. Souvent organisé au moyen d’Internet, les participants ne se connaissent pas pour la plupart, NdT] ne représentent aucune menace pour les élites, à moins qu’elles ne mettent en place des structures organisationnelles disciplinées, ce qui prend des années, et qu’elles n’articulent une vision de ce qui pourrait se produire à terme. (C’est la raison pour laquelle je soutiens Extinction Rebellion, qui dispose d’un vaste réseau de militants de base, en particulier en Europe, mène des actions efficaces et répétées de désobéissance civile et a pour objectif clairement énoncé le renversement des élites au pouvoir afin de construire un nouveau système de gouvernement par le biais de comités populaires et de tirage au sort des représentants politiques).

Cette anti-politique amorphe, guidée par l’émotion, est un terrain fertile pour les démagogues, qui n’ont aucune cohérence politique mais répondent exclusivement à l’esprit du moment. Beaucoup de ceux qui soutiennent les démagogues aujourd’hui savent, jusqu’à un certain point, que ce sont des escrocs et des menteurs. Mais les démagogues sont adulés parce que, comme tous les gourous, ils bafouent les conventions, sont outranciers et vulgaires, prétendent à l’omnipotence et méprisent la bienséance traditionnelle. Les démagogues sont armés contre les élites riches en faillite qui ont dépouillé le public de ses opportunités et de ses identités, éteignant les espoirs pour l’avenir. Une population acculée n’a plus que la haine et la catharsis émotionnelle qu’elle procure.

Le moteur de notre dystopie émergente est l’inégalité des revenus, qui ne cesse de croître. Ce projet de loi ne fait rien pour lutter contre ce cancer. En 2019, les 50 % des ménages les plus pauvres ne représentaient que 1 % de la richesse totale de la nation. Les 10 % les plus riches en détenaient 76 %. Et c’était avant que la pandémie n’accélère la disparité des revenus.

Plus de 18 millions d’Américains dépendent des allocations chômage, alors que les entreprises sont en contraction et ferment. Près de 81 millions d’Américains ont du mal à faire face aux dépenses de base de leur ménage, 22 millions n’ont pas assez de nourriture et 11 millions disent qu’ils ne pourront pas assurer le prochain paiement de leur maison.

Seules de profondes réformes structurelles accompagnées d’une législation de type New Deal peuvent nous sauver, mais de tels changements sont un anathème pour l’État corporatif et l’administration Biden. L’histoire a amplement démontré ce qu’il se passe lorsque des disparités de revenus d’une telle ampleur affligent un pays. Nous ne ferons pas exception. En l’absence d’une gauche forte, les États-Unis par désespoir embrasseront l’autoritarisme, voire le proto-fascisme. Ce sera, je le crains, le véritable héritage de Biden et du parti démocrate.

Chris Hedges est journaliste, lauréat du prix Pulitzer, il a été correspondant à l’étranger pendant 15 ans pour le New York Times, où il a occupé les postes de chef du bureau du Moyen-Orient et du bureau des Balkans. Il a auparavant travaillé à l’étranger pour le Dallas Morning News, le Christian Science Monitor et National Public Radio. Il est également le présentateur de l’émission « On Contact » de Russia Today America, nommée pour les Emmy Awards.

Source : Consortium News, Chris Hedges, 12-03-2021

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 12.04.2021 à 08h14

Il faut arrêter sur les USA ce grand pays est gouverné par une minorité qui n’est pas élu, les présidents passent seul la forme change le fond est le même un impérialisme militariste pour assurer la prédominance sur le pétrole, les revenus financiers.

Le reste n’est fait que pour faire illusion(démocratie, gendarme du monde, rêve américain, liberté,…) cela fait longtemps que cela a été tué mais entretenu comme un mythe par Hollywood et les médias.

Ceci dit les droits de l’homme et l’égalité social je ne sais pas qui a dit que c’était dans les valeur des USA, là je ne crois pas qu’ils s’en soient réellement fait les champions.

19 réactions et commentaires

  • Patrick // 12.04.2021 à 07h42

    « la prise d’assaut de la capitale le 6 janvier par une populace enragée »
    On a pu suivre les événements quasiment en direct via les vidéos postées sur twitter par la populace en question … c’était plus du grand guignol qu’une prise d’assaut et la populace ( merci pour ce terme méprisant ) ne semblait pas vraiment « enragée ».

    « priver des dizaines de millions d’électeurs de leur droit de vote »
    je ne vois pas où le problème dans un minimum de contrôle de l’identité de ceux qui viennent voter, ou même de la suppression du vote par correspondance.

      +12

    Alerter
  • calal // 12.04.2021 à 07h44

     » Dans 43 États, le parti républicain a proposé 250 lois visant à limiter le vote par correspondance, le vote anticipé en personne et le jour de l’élection, à imposer des exigences plus strictes en matière de pièces d’identité, ainsi qu’à réduire les heures d’ouverture des bureaux de vote et leur nombre, ce qui pourrait priver des dizaines de millions d’électeurs de leur droit de vote. »

    ca c’est le genre de phrase typique de chris hedge qui font que je ne l’apprecie pas. une petite dose de poison cachee dans une masse de propos avec lesquels on est globalement d’accord .
    A part le fait de cette limitation du nombre et des heures d’ouverture des bureaux de vote dont je ne peux apprecier la pertinence, les autres mesures citees visant a reduire les fraudes electorales me semble raisonnable et surtout pas de nature a priver des DIZAINES DE MILLIONS d’electeurs (legaux?) de leur droit de vote.

      +9

    Alerter
    • Paul // 13.04.2021 à 09h09

      un peu puisqu’ils ne vont pas prendre congé ou se déplacer s’ils sont routiers par exemple ? non ?

      même si les lois sont voulues pour éviter les triches qu’il y a , ils veulent faire pencher la loi un peu plus vers ce qui leur serait plus favorable du coup. et conduire à un peu plus d’abstention. entre salaire et/ou problème de déplacement, vous pensez que les plus pauvres vont hésiter ?

        +1

      Alerter
  • Fabrice // 12.04.2021 à 08h14

    Il faut arrêter sur les USA ce grand pays est gouverné par une minorité qui n’est pas élu, les présidents passent seul la forme change le fond est le même un impérialisme militariste pour assurer la prédominance sur le pétrole, les revenus financiers.

    Le reste n’est fait que pour faire illusion(démocratie, gendarme du monde, rêve américain, liberté,…) cela fait longtemps que cela a été tué mais entretenu comme un mythe par Hollywood et les médias.

    Ceci dit les droits de l’homme et l’égalité social je ne sais pas qui a dit que c’était dans les valeur des USA, là je ne crois pas qu’ils s’en soient réellement fait les champions.

      +14

    Alerter
  • Thierry Balet // 12.04.2021 à 09h00

    Les plans de relance servent avant tout à « relancer » la dose de morphine que l’on injecte dans la population pour calmer les esprits……pour au final se réveiller tout les quatre ans avec une geule de bois pire qu’avant.

      +2

    Alerter
    • Patrick // 12.04.2021 à 09h12

      oui, ça permet de gagner un peu de temps avant la catastrophe , et ça relance l’industrie chinoise.
      Il y a un afflux de marchandises venant d’Asie dans les ports américains, donc le pognon versé par canadairs ne sert pas à relancer la production américaine.

        +4

      Alerter
  • Myrkur34 // 12.04.2021 à 11h31

    « En 2019, les 50 % des ménages les plus pauvres ne représentaient que 1 % de la richesse totale de la nation. Les 10 % les plus riches en détenaient 76 %. »
    C’est quand même fortiche un système qui arrive à ce résultat. En fait la politique US est tellement droitière, ploutocrate et favorable aux multinationales qu’une légère inflexion vers le centre entraîne un flot de louanges chez tous les commentateurs.
    Comme ce projet d’un taux mondial minimal d’impôt sur les sociétés de 21% lancé par Janet Yellen, secrétaire au trésor US car c’est pas bien l’optimisation fiscale et les paradis fiscaux…
    (Quid du Delaware? Un état cher dans tous les sens du terme à Biden). Sans blague, quel nouveauté, cela fait juste 20 ans que certaines associations comme Attac (des gros crypto-communistes dans la terminologie US) en parlent.
    Ils se sont sûrement rendu compte dans les hautes sphères que le détournement de l’impôt privé alimentant les budgets publics en était arrivé à un tel point que le système de base menaçait de s’effondrer ainsi que le sentiment d’appartenir à une communauté aux intérêts communs, la base de toute société.
    Enfin ceci dit, quand certains augmentent leur fortune de 50 à 100% en une année, que l’on leur fassent payer 10% d’impôt supplémentaire, ce n’est pas très grave car ils sont assez intelligents pour comprendre que c’est l’obole à payer pour que rien ne change fondamentalement tout en relayant dans la presse qu’ils possèdent que c’est une mauvaise idée qui n’est pas constructive.

      +5

    Alerter
    • Patrick // 12.04.2021 à 11h36

       » certains augmentent leur fortune de 50 à 100% en une année »
      Pourquoi ? simplement grâce aux injections de pognon de la FED qui essaie de maintenir à flot un système complètement pourri.
      Donc le problème n’est pas l’augmentation de la fortune ( purement virtuelle et basée sur un prix des actifs financiers complètement bidon ) , le problème de fond c’est celui qui est masqué par l’impression monétaire.
      Depuis des siècles , il y a eu beaucoup d’états qui ont imprimé de la monnaie et se sont endettés , ça ne s’est jamais bien terminé , le vrai problème est là.

        +3

      Alerter
      • kriss34 // 12.04.2021 à 16h32

        > le vrai problème est là.
        vous faites erreur, ou vous êtes dans le déni. Le vrai problème ce sont bien les inégalités croissantes, inégalités de propriété (cité par l’auteur) et de revenus : moins flagrantes, toutes aussi manifestes, absolument pas virtuelles, d’où sortez-vous ça ? (*)
        Le système redistributif est en panne, et les conséquences sont visibles, et durables : santé, éducation…

        (*) voir p.ex la 1e courbe ici, extraite d’un ouvrage recommandable
        https://hemispheregauche.fr/laudace-contre-le-fatalisme-inegalitaire-pour-un-nouveau-socialisme-participatif-et-internationaliste

          +3

        Alerter
        • Patrick // 12.04.2021 à 18h21

          En fait les inégalités se sont réduites ces 50 dernières années si on réintègre les impôts payés par la population la plus riche et les prestations sociales rçues par la population la plus pauvre.
          https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Contrairement-aux-idees-recues-les-inegalites-n-ont-jamais-ete-aussi-reduites-depuis-50-ans

          Les très gros écarts de fortune dus à la survalorisation des actifs ne sont pas significatifs en ce sens qu’ils sont totalement virtuels.

          En France , la destruction des systèmes d’éducation et de santé sont juste le résultat d’une gestion catastrophique par nos chers hauts fonctionnaires , cela n’a rien à voir avec notre système redistributif qui n’a jamais été aussi généreux et dispendieux.

            +2

          Alerter
          • Didier // 12.04.2021 à 22h46

            «Les très gros écarts de fortune dus à la survalorisation des actifs ne sont pas significatifs en ce sens qu’ils sont totalement virtuels.»

            L’habituelle technique libérale pour botter en touche. Comme s’il était impossible, à tout moment, aux détenteurs de ces actifs d’en vendre une (minuscule) poignée pour se payer villas somptueuses, yachts de luxe, îles privées et tutti quanti…
            Comme si le fait de détenir ces actifs « totalement virtuels » ne vous ouvrait pas tout grand la porte de palaces, des banques, de plateaux de télé et des coulisses du pouvoir…

            Quant aux «inégalités jamais aussi réduites que depuis cinquante ans», outre qu’on n’est pas obligé de croire sur parole un think-tank manifestement très représentatif de la droite libérale, eh bien on est heureux de l’apprendre ! A consommation égale (en fait : à consommation fortement réduite), je vis beaucoup plus mal qu’il y a trente ans. Ce qui n’est manifestement pas le cas de tout le monde.

              +5

            Alerter
          • kriss34 // 13.04.2021 à 08h11

            Vous n’adressez que les inégalités des revenus.
            En nous détournant vers un de ces opuscules ultralibéraux dont vous semblez être friand, vous avez habilement esquivé la problématique de l’inégalité de la propriété (du capital). Visiblement elle ne vous gêne pas ! C’est pourtant à la base, par l’accumulation du capital et l’optimisation de son rendement, que l’on peut émerger d’une existence purement laborieuse, anticiper l’avenir, et préparer au mieux celui de ses enfants.
            Sans doute cette inégalité est-elle ‘normale’ puisqu’il en est ainsi depuis des siècles ?

              +2

            Alerter
            • Patrick // 13.04.2021 à 11h15

              Le principe des inégalités ne me gêne pas , je ne suis pas d’un naturel jaloux.
              Les inégalités de « capital » ont fait un bond à cause des politiques monétaires menées depuis 20 ans , et surtout depuis 2009.
              Ce sont ces politiques monétaires qui sont vraiment dangereuses à court terme , elles ne font que soutenir un système financier au bord de l’explosion et plus elles retardent l’explosion plus cette explosion sera forte , nos sociétés auront du mal à encaisser la secousse , et ça c’est le vrai danger.

                +0

              Alerter
      • Myrkur34 // 13.04.2021 à 10h29

        Réponse au message de Patrick, 11h36.

        C’est une partie du problème car faire marcher la planche à billet ne coûte rien à l’administration US en terme d’inflation puisque le dollar est la monnaie de référence mondiale, donc l’inflation induite par cette mesure est diluée au niveau mondial.
        Souvenez vous ce cette formule, « Le dollar est notre monnaie, et c’est votre problème ».
        A noter que plutôt que de réduire le budget de la défense pour par exemple remettre à neuf les infrastructures du pays, Biden choisit la solution sans douleur pour tous les lobbies en place, la création monétaire et la dette fédérale.
        Beaucoup de commentateurs parlent de révolution à la Roosevelt pour le plan Biden, mais entendu ce matin sur France Inter, c’est un rapport de 1 à 6 pour les sommes dépensées en faveur de Roosevelt, et on passe de 21 à 28% pour l’impôt sur les sociétés, et pour les revenus de plus de 400000$/an, de 37% à 40% alors que Roosevelt avait mis un taux jusqu’à 90% pour certaines tranches de revenus.

          +2

        Alerter
        • Patrick // 13.04.2021 à 11h22

          Eh oui , Nixon avait bien dit « Le dollar est notre monnaie, et c’est votre problème », après avoir découplé le dollar de l’or.
          Et les USA avaient fait un deal avec les Saoudiens  » on vous protège mais le pétrole ne se négocie qu’en dollars  » , c’est pour cela que le dollar était la monnaie de référence , c’est pour cela que les USA pouvaient se contenter d’exporter des dollars et d’importer tout le reste , c’est pour cela que l’industrie US ne produit quasiment plus rien… et c’est pour cela que cela ne pourra pas durer éternellement.
          Le plan de Biden permettra, comme celui de Roosevelt, de faire passer plein de pognon dans les poches de ses copains mais ne résoudra rien. La classe moyenne continuera à décliner et les plus riches continueront à mettre le pognon à l’abri.

            +0

          Alerter
  • Darras // 12.04.2021 à 12h39

    Qui hurle au fachisme quand on refuse que n’importe qui puisse venir aux USA et réduire ainsi à rien la valeur travail?
    Qui hurle au racisme fachiste quand on ose mettre en doute que le racisme est le problème fondamental et qu’on refuse de le mettre en avant des problémes sociaux?
    Qui hurle au fachisme nationaliste dés qu’on parle de rapatrier l’industrie?
    Qui applaudie des deux mains quand on utilise les moyens les plus scélérats, vicieux et anti constitutionnels pour virer un candidat détesté ?
    On récolte ce qu’on sème.

      +5

    Alerter
  • DVA // 12.04.2021 à 15h47

    Voir aussi si le plan de relance n’est pas ‘ sélectif’ par rapport aux Etats bleus et rouges…Tu suis mes directives sinon…niet !

      +1

    Alerter
  • Christian Gedeon // 12.04.2021 à 17h23

    Quel observateur ce Chris. Il n’y a écrit nulle part que le but du plan est de réduire les inégalités. Le but de ce plan de relance, au passage le même en plus gros que celui de Trump, est de relancer. Curieux ça non? Un plan de relance pour relancer. 😂

      +2

    Alerter
    • Patrick // 12.04.2021 à 18h23

      ben oui , il faut relancer alors on balance du carburant ( pognon ) dans la machine.
      Les plans de relance n’ont jamais vraiment fonctionné mais ça n’empêche pas de « relancer » , les chinois se frottent les mains ils voient arriver les commandes.

        +2

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications