Les Crises Les Crises
24.février.202124.2.2021 // Les Crises

Pendant la pandémie, les milliardaires américains s’enrichissent toujours plus

Merci 235
J'envoie

Source : Scheerpost, Chuck Collins

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Un compte rendu de la façon dont la pandémie a accru les inégalités à un rythme incroyable.

La richesse additionnée de tous les milliardaires américains a augmenté de plus de 1 900 milliards de dollars (environ 1434,5 milliards d’euros) depuis la mi-mars 2020, soit un bond de près de 40 % au cours de ces dix derniers mois d’urgence nationale. Cette manne pourrait financer toutes les aides aux familles salariées faisant partie du plan d’aide aux victimes du coronavirus de 1 900 milliards de dollars proposé par le président Biden, tout en permettant aux ménages les plus riches du pays de se pas être plus mal lotis qu’avant la crise de la COVID-19.

La fortune additionnée des 660 milliardaires du pays s’élevait, à la date du lundi 18 janvier 2021, à 4 100 milliards de dollars (environ 3095,5 milliards d’euros) , soit une augmentation de 38,6 % par rapport à leur valeur nette collective qui était le 18 mars 2020, date du début de la pandémie, d’un peu moins de 3 000 milliards de dollars selon les données de Forbes compilées dans ce rapport par l’Americans for Tax Fairness [ATF, mouvement américain pour l’équité fiscale, NdT] et l’Institute for Policy Studies (IPS). Depuis le début de la pandémie, 46 nouveaux milliardaires sont venus rejoindre le club, alors que celui-ci en comptait déjà 614.

Avec 4 100 milliards de dollars, la richesse totale des 660 milliardaires américains est supérieure de deux tiers aux 2 400 milliards de dollars qu’est la richesse totale de la moitié de la population américaine la moins nantie, soit 165 millions.

Le 18 mars est utilisé comme la date de début non officiel de la pandémie car à cette date, la plupart des restrictions économiques fédérales et étatiques mises en place pour répondre au virus étaient en place. De plus, le 18 mars est également la date de publication du rapport annuel Forbes des milliardaires pour 2020. Ce rapport a fourni une base de référence détaillée que l’ATF et l’IPS ont périodiquement comparée avec les données en temps réel du site web de Forbes. Cette méthodologie a été évaluée de manière très positive par PolitiFact.

Les 1100 milliards de dollars de plus-values réalisés par 660 milliardaires américains depuis mars 2020 pourraient payer :

Toutes les aides aux familles salariées concernées par le plan de relance, d’un montant de 1 900 milliards de dollars, contre la pandémie proposé par le président Biden, qui comprend 1 400 dollars de paiement direct aux particuliers, 400 dollars qui viennent de plus s’additionner chaque semaine aux allocations de chômage et un crédit d’impôt élargi pour les enfants. (Voir le tableau ci-dessous)

Un chèque de relance de plus de 3 400 dollars pour chacune des quelque 331 millions de personnes aux États-Unis. Une famille de quatre personnes recevrait ainsi plus de 13 000 dollars. Les républicains au Congrès ont résisté à cette mesure de chèques de relance aux familles pendant la majeure partie de l’année dernière, affirmant que nous ne pouvions pas nous le permettre.

Source : Moody’s Analytics, Le paquet fiscal de relance de Biden, 15 janvier 2021

Sources : Toutes les données du tableau viennent de Forbes et sont disponibles ici. Données du 18 mars 2020 : Forbes, Forbes publie la 34ème liste annuelle des milliardaires mondiaux, 18 mars 2020. Données du 15 janvier 2021 : Forbes, La liste des milliardaires en temps réel, les gagnants et les perdants aujourdhui, consultée le 18 janvier 2021

Les Américains ordinaires n’ont pas aussi bien réussi que les milliardaires pendant la pandémie :

  • Plus de 25 millions de personnes sont tombées malades et plus de 420 000 en sont mortes. [Centre de ressources sur les coronavirus de Johns Hopkins]
  • Le revenu du travail additionné de tous les employés de base du secteur privé – toutes les heures travaillées multipliées par les salaires horaires de l’ensemble des 82 % de la population active les plus pauvres – a diminué de 1 % en termes réels de la mi-mars à la mi-décembre, selon les données du Bureau of Labor Statistics.
  • Plus de 73 millions de personnes ont perdu leur travail entre le 21 mars et le 26 décembre 2020. [S. Department of Labor]
  • 16 millions de personnes étaient au chômage le 2 janvier 2021. [S. Department of Labor]
  • Près de 100 000 entreprises ont définitivement fermé leurs portes. [Yelp/CNBC]
  • En date du 26 août 2020, pendant la pandémie, 12 millions de salariés ont probablement perdu leur assurance maladie financée par l’employeur. [Institut de politique économique]
  • Quelque 29 millions d’adultes ont déclaré, entre le 9 et le 21 décembre, que leur ménage n’avait pas eu assez de nourriture durant la semaine qui venait de s’écouler. Du 25 novembre au 7 décembre, entre 8 et 12 millions d’enfants ont vécu dans un ménage où les enfants ne mangeaient pas assez parce que le ménage n’avait plus les moyens de les nourrir correctement. [Centre sur les priorités politiques du budget & (CBPP)]
  • 14 millions d’adultes – 1 personne en location sur 5 – ont déclaré en décembre être en retard dans leur loyer. [CBPP]

En raison des disparités raciales et de genre qui existent depuis longtemps, les travailleurs à bas salaires, les personnes de couleur et les femmes ont souffert de manière disproportionnée des crises médicale et économique combinées de 2020. Les Latinos sont plus susceptibles d’être infectés par la Covid-19 et les Noirs de mourir de la maladie que les Blancs. Les milliardaires sont en écrasante majorité des hommes blancs.

L’envolée de la bourse et le verrouillage de l’économie ont été une aubaine pour les monopoles de la technologie et ont contribué à créer de multiples « centi-milliardaires » américains. Jeff Bezos, Elon Musk et Bill Gates pesaient chacun plus de 100 milliards de dollars le 18 janvier. Les années précédentes, Bezos avait été le seul centi-milliardaire américain, atteignant ce sommet en 2018. Les Bezos et autres milliardaires ont enregistré des augmentations de richesse particulièrement impressionnantes au cours des dix derniers mois :

  • La richesse d’Elon Musk a augmenté de plus de 154 milliards de dollars, passant de 24,6 milliards de dollars le 18 mars à 179,2 milliards de dollars le 18 janvier, soit une multiplication par près de huit, boostée par sa Tesla. Au cours des dix derniers mois, l’accroissement de la richesse du fondateur de SpaceX est plus de deux fois supérieur à celle de tout autre milliardaire. Cette croissance de 154 milliards de dollars de la richesse représente également environ sept fois le budget de 22,6 milliards de dollars de la NASA pour l’année fiscale 2020. Musk a obtenu de cette même agence fédérale un important contrat fédéral [En 2008, la NASA a annoncé que SpaceX avait obtenu un contrat de 1,6 milliard de dollars pour assurer l’approvisionnement de la Station spatiale internationale, un programme désormais connu sous le nom de Commercial Resupply Services, NdT], ce qui lui a permis de sauver son entreprise lorsque les fusées de la firme ont échoué et qu’elle était condamnée à la faillite.
  • La richesse de Jeff Bezos est passée de 113 milliards de dollars le 18 mars à 182 milliards de dollars, soit une augmentation de 61 %. En y ajoutant la fortune de son ex-femme MacKenzie Scott, qui s’élevait à 55 milliards de dollars le 18 janvier, le couple disposait d’une richesse combinée de près de 250 milliards de dollars grâce à Amazon. Si cette croissance de 68,6 milliards de dollars de la richesse des Bezos était distribuée à l’ensemble de ses 810 000 employés américains, chacun d’eux recevrait un bonus exceptionnel de près de 85 000 dollars et Bezos ne serait pas plus « pauvre » qu’il y a 10 mois.
  • La richesse de Mark Zuckerberg est passée de 54,7 milliards de dollars le 18 mars à 92 milliards de dollars, une augmentation de plus des deux tiers alimentée par sa société Facebook

Une réforme fiscale qui garantirait que les riches paient leur juste part – principe sur lequel repose le plan fiscal Biden – transformerait une bonne partie de ces énormes gains de milliardaires en recettes publiques pour aider à guérir une nation blessée. Mais parvenir à ce grand coup de fouet à partir des fortunes des milliardaires n’est pas chose simple, il ne s’agit pas d’une simple augmentation des taux d’imposition : les règles fiscales permettent aux riches de retarder, de diminuer et même finalement d’éviter tout impôt sur la croissance de leur richesse. Ce qu’il faut, c’est un changement structurel dans la manière dont la richesse est imposée.

L’approche la plus directe serait un impôt annuel sur les plus grosses fortunes, un impôt sur la fortune qui est proposé par la sénatrice Elizabeth Warren et le sénateur Bernie Sanders, entre autres. Une autre option serait l’imposition annuelle des plus-values sur les actions et autres actifs négociables, une idée avancée par le nouveau président de la commission des finances du Sénat, Ron Wyden. Même avec les taux d’imposition actuels réduits pour les revenus d’investissement, si le plan de Wyden avait été en vigueur en 2020, les milliardaires américains en seraient à payer des centaines de milliards de dollars d’impôts supplémentaires ce printemps sur les profits gargantuesques qu’ils ont enregistrés grâce à la pandémie de l’année dernière.

Concernant l’ATF : Americans for Tax Fairness se présente comme une campagne diversifiée regroupant plus de 420 organisations nationales, étatiques et locales qui se sont unies pour soutenir un système fiscal équitable qui fonctionne pour tous les Américains. Elle s’est constituée sur la base de la conviction que le pays a besoin d’une réforme fiscale globale et progressive qui se traduise par des recettes plus importantes pour répondre à nos besoins croissants.

Concernant l’IPS : L’Institut d’études politiques est un centre de recherche pluridisciplinaire qui mène depuis plus de 20 ans des travaux de pointe sur les inégalités. Le programme IPS sur l’inégalité et le bien commun et le site web Inequality.org proposent des analyses, des actions de sensibilisation et l’élaboration de politiques sur des questions liées aux inégalités économiques.

Source : Scheerpost, Chuck Collins – 27/01/2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Rond // 24.02.2021 à 09h48

Ainsi va notre monde, se pâmer devant ce qui nous rend esclaves. Il serait temps de revoir fondamentalement nos façon de penser, de voir et d’agir. Aujourd’hui, il est de mise d’admirer ces « entrepreneurs audacieux » alors que ce ne sont que des prédateurs, des pillards, des criminels, des écocideurs, des profiteurs de la pire espèce. Le mythe du riche vraiment riche qui a du travailler très dur et plus que tous, reste un mythe dépassé. Les larbins, eux, se satisfont de cette fable.
Ces gars se moquent bien du reste de la planète, sauf si ils y trouvent leur intérêt ; confère l’article ci-dessus. Aucune humanité là-dedans, rien qu’une basse et pitoyable logique de toujours plus, sans limite. Dans un monde limité, ça risque de ne pas durer des lustres.
L’un veut vaque ciner tout le monde ; une lubie suspecte.
L’autre s’entoure de technologisme, mirifique miroir aux alouettes, envoie une bagnole dans l’espace et en si bon chemin, projette d’y balancer des milliers d’autres boites inutiles ; parce que c’est possible … Sans notre accord ? Tacitement, SI !
D’autres, moins « créatifs », ne savent rien faire d’autre que vendre toujours plus de tout, partout.
Nos gouvernants et autres postulants aux pouvoirs s’y soumettent, moitié hypnotisés, moitié complices.
Beau gâchis dont vous voyons et mesurons déjà les effets, si nous ouvrons un peu les yeux. L’humanité n’y survivra pas, entraînant dans son sillage une part considérable du vivant. Soit, puisque nous l’acceptons.
La planète elle, imperturbable, poursuivra sa route pendant quelques milliard d’années.

13 réactions et commentaires

  • paul // 24.02.2021 à 07h20

    l’es cro querie planétaire

    et ce n’est pas moi qui le dit, c’est le secrétaire général de l’ONU

      +6

    Alerter
    • paul // 24.02.2021 à 07h21

      Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à l’ouverture de la 46e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unie

      https://youtu.be/sI44H4X7eZ0

        +2

      Alerter
  • Urko // 24.02.2021 à 09h27

    « cette manne », quelle manne ? Quand votre deux pièces cuisine parisien acquis 150 000 Euros en 2002 est valorisé 600 000 en 2020, vous n’avez perçu aucune « manne », sauf à l’avoir vendu (pour en acheter un autre plus cher ?) et il comporte toujours deux pièces et une cuisine ; votre patrimoine se voit mieux valorisé en Euros mais il n’a pas changé d’un iota (voire a subi quelques dégradations). Il ne faut pas prendre une hausse de la valorisation du patrimoine des milliardaires via la hausse de leurs actions pour une « manne » avec un flux d’argent qui aurait pu financer d’autres choses. Enfin, choisir le 18 mars pour date de comparaison permet de faire du spectaculaire puisqu’il s’agit du plus bas des marchés actions après leur chute, mais cela introduit un sacré biais. L’intérêt du papier consisterait plutôt à rappeler que l’intervention des banques centrales, en injectant de la monnaie, aident ceux qui détiennent déjà du patrimoine physique ou financier.

      +15

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 27.02.2021 à 07h03

      Urko, cette « manne » existe bel et bien, mais elle n’est pas localisée à proprement parler chez les milliardaires désignés. Comme vous le dites, il ne s’agit pour eux que d’une valorisation de leurs actions, mais cette valorisation ne tombe pas du ciel. Quelque chose l’a provoquée, et c’est une « manne » dans les mains des gens qui ont vendu/acheté les titres en question. Le fait est que plein de fric, consacré à cette valorisation, ne va ni dans l’économie ni dans les mains de l’Etat.

        +2

      Alerter
  • Rond // 24.02.2021 à 09h48

    Ainsi va notre monde, se pâmer devant ce qui nous rend esclaves. Il serait temps de revoir fondamentalement nos façon de penser, de voir et d’agir. Aujourd’hui, il est de mise d’admirer ces « entrepreneurs audacieux » alors que ce ne sont que des prédateurs, des pillards, des criminels, des écocideurs, des profiteurs de la pire espèce. Le mythe du riche vraiment riche qui a du travailler très dur et plus que tous, reste un mythe dépassé. Les larbins, eux, se satisfont de cette fable.
    Ces gars se moquent bien du reste de la planète, sauf si ils y trouvent leur intérêt ; confère l’article ci-dessus. Aucune humanité là-dedans, rien qu’une basse et pitoyable logique de toujours plus, sans limite. Dans un monde limité, ça risque de ne pas durer des lustres.
    L’un veut vaque ciner tout le monde ; une lubie suspecte.
    L’autre s’entoure de technologisme, mirifique miroir aux alouettes, envoie une bagnole dans l’espace et en si bon chemin, projette d’y balancer des milliers d’autres boites inutiles ; parce que c’est possible … Sans notre accord ? Tacitement, SI !
    D’autres, moins « créatifs », ne savent rien faire d’autre que vendre toujours plus de tout, partout.
    Nos gouvernants et autres postulants aux pouvoirs s’y soumettent, moitié hypnotisés, moitié complices.
    Beau gâchis dont vous voyons et mesurons déjà les effets, si nous ouvrons un peu les yeux. L’humanité n’y survivra pas, entraînant dans son sillage une part considérable du vivant. Soit, puisque nous l’acceptons.
    La planète elle, imperturbable, poursuivra sa route pendant quelques milliard d’années.

      +25

    Alerter
  • christian gedeon // 24.02.2021 à 10h35

    Ils se sont donc enrichis spectaculairement pendant que des dizaines de millions s’appauvrissaient.C’est pas bien çà. Et une fois qu’on a dit çà,çà leur en touche une et çà ne fait pas bouger l’autre,n’est ce pas? Comment dire,est ce que certains se souviennent encore du comment du pourquoi? Mmmmm? Il semble bien que non.Pendant que les peuples (surtout occidentaux ) dansaient la danse effrenée « des libertés  » (et ils continuent avec les communautarisme et divers mouvements que nous connaissons),les milliardaires se frottent les mains devant la disparition inexorable des états.(au profit de « gouvernances » sérieusement acoquinées avec les entreprises/monde).leur devise,vieille comme le monde est diviser pour régner. Et force est de constater qu’ils y arrivent à bloc.le salut ne peut passer que par la nation. Pleinement souveraine. Tout le reste est du baratin.Ou alors,il faudra rejoindre la cohorte des crétins qui demandent que le lait maternel soit appellé lait de poitrine(je vous assure que c’est vrai),sujet essentiel pour notre avenir commun,non?

      +8

    Alerter
  • Patrick // 24.02.2021 à 13h06

    Enrichissement purement virtuel dans un contexte de bulles de tout grâce à l’action des banques centrales.
    Il vaudrait mieux se poser la question de ce qui va se passer quand les banques vont arrêter d’imprimer.

      +4

    Alerter
    • LibEgaFra // 24.02.2021 à 13h25

      « Enrichissement purement virtuel dans un contexte de bulles  »

      Si vous croyez que les riches se contentent de garder leurs « enrichissements » dans des bulles, c’est que vous n’avez pas une mentalité de « riche ». Je vous conseille de regarder du côté du mot « diversification »: immeubles, yachts, tableaux, etc.

      Pourquoi croyez-vous que le prix des biens immobiliers prend l’ascenseur?

        +6

      Alerter
      • Patrick // 24.02.2021 à 14h57

        Yacht et autres ? Aucune importance, ça fournit du travail.
        Immobilier, la bulle est pour tout le monde.

        La seule chose qui m’inquiète c’est quand Bill Gates devient un très gros propriétaire foncier ou fait la loi dans le domaine de la santé. Mais il n’a pas eu besoin de la bulle actuelle pour ça.

          +3

        Alerter
  • florian lebaroudeur // 24.02.2021 à 13h07

    Ce n’est pas de la richesse mais de l’argent crée ex-nihilo, la vraie richesse est ailleurs.

      +1

    Alerter
  • Casimir Ioulianov // 24.02.2021 à 13h51

    La « gauche » américaine propose de taxer le capital au delà d’un certain seuil … heureusement qu’il n’y ait que des gens qui ne votent pas qui les écoutent hein, sinon ils seraient presque obligés de trouver des bobards pour ne pas le faire, comme pour le reste où le congrès a dit non aux chèques, non a un smic décent mais c’est pas leur faute hein, c’est les autres qui veulent pas. Ils sont cro cro méssants les autres … /s
    Sinon, peut t’on se permettre de rappeler qu’ici bas, d’aucuns ont trouvé ça malin de « libérer les énergies » en supprimant l’IF. Après tout, le vrai problème d’imposition du patrimoine dans ce pays c’était les résidences secondaires et les gros apparts en centre ville… Ha ben on a construit un barrage, du coup on est au sec : ça ruisselle plus du tout. Ha il avait promis que ça allait ruisseler ? Huhuhu … les promesses …

      +1

    Alerter
  • Yann // 24.02.2021 à 22h01

    C’est bien de constamment ramener Bezos ,Musk et Zuckerberg sur le devant de la scène.
    Ca permet à tous les autres multimilliardaires de continuer à s’enrichir tout en restant dans l’ombre.

      +3

    Alerter
  • xavier37 // 25.02.2021 à 19h01

    Cet affichage des ultra-hyper-(?)-riches est finalement bien pratiques pour masquer les riches tout court. La plupart des représentants élus de la république américaine, par exemple. Un président milliardaire part pour laisser la place à un ex-sénateur du Delaware (paradis fiscal intra-USA).
    Et puis chez nous, voir Openlux, voir concurrence fiscale intraeuropéenne, etc.
    Et puis encore ailleurs, voir les paradis fiscaux insulaires tout autour de la planète, etc.
    En fait tout est organisé pour se soustraire aux charges communes, parce qu’ils le valent bien (les créateurs de la « VRAI » richesse).
    Tout ceci est dénoncé depuis 30 ou 40 ans, et ça perdure et s’approfondit. Voir l’évolution de la république française.
    La justice fiscale et sociale, c’est comme la lutte contre le réchauffement climatique ou la sauvegarde de l’environnement, on verra ça plus tard, encore un tour. C’est si bon.

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications