Les Crises Les Crises
21.janvier.202121.1.2021
Article LesCrises

Merveille de la mondialisation : Adieu Alcatel, bonjour Huawei – par Eric Juillot

Merci 204
J'envoie

500 emplois ! C’est ce que se proposent de créer les dirigeants de Huawei en France, sur le site d’une usine prochainement construite à Brumath dans le Bas-Rhin[1].

S’il faut se réjouir de chaque nouvelle de ce type – au point où nous en sommes rendus en matière de désindustrialisation –, il n’est pas interdit par ailleurs de la replacer dans le contexte des vingt ou trente dernières années qui ont vu les géants français et chinois des télécommunications parcourir des trajectoires inverses dans le cadre de la mondialisation : à l’irrésistible ascension de Huawei s’oppose en effet l’inexorable déclin d’Alcatel.

Alcatel, brève histoire d’une disparition

Le quart de siècle écoulé a vu disparaître un géant industriel français né à la fin du XIXe siècle. Dans le contexte d’une mondialisation dont ses dirigeants pensaient pouvoir tirer parti, Alcatel n’a rien connu d’autre qu’une chute vertigineuse, qui l’a vu passer du statut de poids lourd mondial dans son secteur à celui de filiale secondaire rachetée par un concurrent.

Lorsque Serge Tchuruk prend les commandes d’Alcatel-Alsthom en 1995, il souhaite opérer un recentrage des activités du groupe, devenu un conglomérat au cours des décennies précédentes, sur les télécommunications. Alcatel se sépare ainsi d’Alsthom[2] en 1998. A cette époque, le groupe emploie à lui seul 75000 personnes à travers le monde. Tchuruk se lance dans une course effrénée au gigantisme dans le cadre de laquelle il multiplie les acquisitions d’entreprises.

Il s’agit pour lui d’atteindre une masse critique à l’échelle planétaire, de préempter de nouvelles technologiques mises au point par de jeunes pousses innovantes et de s’implanter sur des marchés porteurs. Mais beaucoup de ces acquisitions concernent des entreprises surévaluées – l’époque est au gonflement de la bulle internet –, et elles sont réalisées au prix d’un endettement important, que seul le temps permettrait peut-être d’amortir.

Mais l’éclatement de la bulle internet en 2000 prive soudain la direction d’Alcatel de tout horizon de moyen terme : la capitalisation boursière du groupe chute, le surendettement apparaît au grand jour. Tchuruk tente alors de sortir de la nasse qui se referme en vendant certaines participations (Alstom, Thalès, Areva) et certaines activités[3], mais cela ne suffit pas, d’autant que le chiffre d’affaires chute entre 1995 et 2005, de 25 à 12,2 milliards d’euros[4]. La firme souffre en effet de la concurrence de nouveaux acteurs tels que Nokia, Ericsson et…Huawei.

En 2006, la direction croit trouver son salut dans la fusion avec un autre grand groupe en difficulté, l’américain Lucent. Alcatel-Lucent naît cette année-là, avec un actionnariat majoritairement américain et un nouveau PDG, l’Américaine Patricia Rousso (à Tchuruk échoit le poste de président du conseil d’administration).

La fusion, qui ne convainc pas les investisseurs, est un échec boursier[5] (note : l’action passe de 10 euros à 5 fin 2007). L’échec est manifeste également au plan industriel, comme en témoignent les 6 plans de suppressions de l’emploi qui se succèdent de 2007 à 2013[6], qui font tomber le nombre de salariés français de l’entreprise de 12000 à 6000. Le départ du duo Rousso-Tchuruk en 2008 dans des conditions qui font polémiques[7] ne suffit pas à inverser la tendance au déclin.

En 2015, ce qui reste d’Alcatel-Lucent est racheté par le concurrent Nokia. S’ensuivront 4 autres plans de suppressions de postes. Le dernier en date, annoncé en juin 2020[8], prévoit la disparition de 1233 emplois en France, dans la « fonction support » mais aussi dans la Recherche et Développement.

Ainsi, en 25 ans, un géant français de l’industrie de pointe a complètement disparu, victime des illusions de la mondialisation auxquelles ses dirigeants ont tout cédé.

Tout, dans cette chute, illustre en effet, jusqu’à la caricature, les errements auxquels conduisent une foi aveugle dans les vertus du capitalisme financier mondialisé : Vertige du gigantisme, ivresse de l’extension planétaire, primat de la croissance externe par endettement sur l’investissement dans l’outil productif, illusion de la sécurité par la financiarisation – la sophistication financière devant prémunir le risque jusqu’à la rendre négligeable –, enthousiasme juvénile pour les « nouvelles technologies » du numérique et même, dans le cas de Tchuruk, ambition d’une « entreprise sans usines[9] » !

Économie et géostratégie : face à l’approche globale de la Chine

La catastrophe industrielle ne doit cependant pas tout à la gestion erratique de Serge Tchuruk. Elle résulte également de l’action malveillante d’un concurrent, d’autant plus redoutable qu’il n’a pas hésité pas à utiliser des moyens non-économiques pour éliminer ses adversaires, en s’adossant aux ressources de son propre État : Huawei. Avant de créer des emplois en France, l’entreprise chinoise en a beaucoup détruit, en portant, grâce à l’espionnage industriel, un coup très dur à Alcatel au début des années 2000.

On sait, depuis les travaux de l’économiste Dani Rodrik[10] que les pays qui profitent le plus de la mondialisation sont ceux qui en respectent le moins les « règles ». Dans ce groupe, la Chine arrive probablement en tête : sa stratégie de développement a toujours fait de l’État un acteur central ; elle sait habilement jouer du libre-échange de ses partenaires occidentaux pour en obtenir des relations commerciales déséquilibrées en sa faveur ; son code des investissements a toujours été marqué du sceau de l’intérêt national[11].

Plus gravement, elle s’assoit sans vergogne sur la propriété intellectuelle et n’hésite pas, de surcroît, à recourir à un espionnage industriel massif pour voler des secrets technologiques aux concurrents des entreprises chinoises, et pour permettre à ses dernières d’en profiter, comme l’a montré le journaliste Antoine Izambard dans son livre[12].

Ainsi, en 2005, Alcatel rata un très gros marché avec British Telecom. L’offre de Huawei, beaucoup plus compétitive, séduisit l’opérateur britannique. Mais le succès de Huawei reposait notamment sur le vol pur et simple et sur la transcription dans ses matériels du code informatique élaboré par les ingénieurs du groupe français : « Tout le code était identique. Quand nous avions commis des erreurs, elles y étaient, lorsque nous avions inscrit des codes de maintenance ‘alcatéliens’, ils y étaient aussi[13]», assure ainsi un ex-cadre du groupe.

Mises au courant de ce scandale, les autorités françaises choisirent de ne pas en faire un casus belli avec la République Populaire de Chine. Pékin eut tôt fait d’expliquer à Paris qu’il en allait de son accès au marché chinois. L’argument massue porta ses fruits : Comment renoncer en effet à ce miroir aux alouettes, objet de bien des fantasmes depuis des décennies ?

Mais, en agissant de la sorte, la France de J. Chirac entérinait en fait une relation commerciale inégale, apportant la preuve, par son inertie, que le déficit commercial structurel de la France à l’égard de la Chine résultait – au-delà de la seule dimension économique – de la volonté politique des dirigeants chinois.

Or, pour Alcatel, ce marché britannique était essentiel. L’échec de l’entreprise française rendit inévitable sa fusion avec Lucent un an plus tard.

Aujourd’hui, la boucle est bouclée : Huawei s’installe en Alsace, terre d’origine d’Alcatel. Tout un symbole ! L’entreprise chinoise y est accueillie avec les honneurs, après avoir malhonnêtement concouru à la disparition du champion français. On ignore tout à ce stade, du soutien financier des collectivités locales à cette implantation.

Il faut espérer que l’équipementier chinois ne reproduira pas la politique scandaleuse qui fut celle de Daewoo en Lorraine dans les années 1990. L’entreprise coréenne implanta à l’époque trois usines en Meurthe-et-Moselle, créant des centaines d’emplois dans une région industrielle sinistrée, suscitant l’espoir que la mondialisation profite un peu aussi aux travailleurs de l’industrie.

Mais les trois sites disparurent au début des années 2000 au profit d’autres implantations du groupe, notamment en Europe de l’Est, alors que les dirigeants coréens avaient empoché près de 46 millions d’argent public pour faciliter leur installation en France[14] : Désolante illustration de l’abaissement des pouvoirs publics à l’ère de la mondialisation.

Il faut le souligner, cet abaissement est volontaire : les élites françaises ont dès les années 1980 appréhendé la mondialisation avec un mélange de candeur et d’enthousiasme idéologique, sans rapport aucun avec son impact sur l’outil productif national et le bien-être des travailleurs. Elles se sont empressées d’en adopter sincèrement les canons, quitte à ce que notre pays soit la dupe de ce processus historique.

Félicitons-nous, donc, faute de mieux, que la France ait été choisie par le vainqueur du moment, mais espérons simultanément que le renseignement français sera moins naïfs que les responsables politiques, l’usine de Huawei sera implantée à proximité des deux Régiments de transmissions de l’Armée de Terre spécialisés dans la guerre électronique[15]. De quoi susciter, à tout le moins, la vigilance de la Direction du Renseignement Militaire.

Notes

[1] https://www.dna.fr/sport/2020/12/17/huawei-a-brumath-c-est-confirme

[2] Qui devient Alstom.

[3] La microélectronique est vendue à ST Microelectronics.

[4] https://pierre-suard.com/post/Chapitre-VIII-Bilan-de-la-decennie

[5] L’action passe de 10 euros au moment de la fusion à 5 fin 2007.

[6] https://www.capital.fr/entreprises-marches/alcatel-lucent-envisagerait-de-supprimer-15-000-postes-877926

https://www.capital.fr/votre-carriere/suppressions-de-postes-chez-alcatel-lucent-768608

[7] https://www.lefigaro.fr/societes/2008/09/17/04015-20080917ARTFIG00577-alcatel-lucent-des-parachutes-dores-critiques-.php

[8] https://www.capital.fr/entreprises-marches/vers-la-suppression-dun-poste-sur-trois-chez-alcatel-lucent-france-1373322

[9] https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-economie/20160226.RUE2287/quand-le-patron-d-alcatel-revait-d-une-entreprise-sans-usines.html

[10] Voir par exemple Nations et mondialisation, Ed La Découverte, Paris, 2008.

[11] Voir par exemple : http://www.gaullistelibre.com/2017/06/pourquoi-il-faut-refuser-les.html#more

[12] France Chine, les liaisons dangereuses, Stock, Paris, 2019.

[13] http://www.opex360.com/2020/07/23/la-france-ecarte-subtilement-le-chinois-huawei-de-ses-reseaux-5g/

[14] https://www.humanite.fr/node/406208

[15] http://www.opex360.com/2020/12/18/le-chinois-huawei-va-implanter-une-usine-au-milieu-des-unites-de-larmee-de-terre-dediees-au-renseignement/

Commentaire recommandé

fabrice // 21.01.2021 à 07h10

Ce qui est étonnant c’est que l’union européenne a plus contribué à la destruction de l’émergence de géants européens que tout autre en refusant bon nombre de fusions pour que nous puissions faire illusion dans la course aux multinationales pour motif de concurrence qui serait faussée sans s’inquiéter du rachat des entreprises qui de ce fait ne pouvaient s’opposer à leur rachat par leur petite taille contrainte.

On peut s’inquiéter de cette mentalité qui préfère sacrifier nos entreprises plutôt que de déroger à un dogme absurde qui nous a empêché de faire face et de répondre à la prétention affichée de l’Europe de contrer ce genre d’agression des grandes puissances étrangères alors L’UE instrument de destruction de notre indépendance ?

Les lecteurs du site auront clairement la réponse depuis longtemps, les dogmes passent avant une politique réelle de survie de notre continent à défaut de nos pays, en d’autres temps l’ensemble d’une commission serait passée devant un tribunal pour haute trahison et entente avec une puissance étrangère, nous sommes désormais à la merci de qui voudra pousser notre faiblesse jusqu’au bout.

La commission européenne a lié les mains de l’UE et des pays qui en font parti nous livrant souvent aux intérêts économiques américains, indiens, saoudiens, et désormais chinois, le constat est amer mais nous ne faisons rien VAE VICTIS sera le terme qui me vient en tête sans avoir combattu, mais ne nous voilons la face ce fut avec la complicité de nos gouvernants qui se mirent à genoux.

37 réactions et commentaires

  • fabrice // 21.01.2021 à 07h10

    Ce qui est étonnant c’est que l’union européenne a plus contribué à la destruction de l’émergence de géants européens que tout autre en refusant bon nombre de fusions pour que nous puissions faire illusion dans la course aux multinationales pour motif de concurrence qui serait faussée sans s’inquiéter du rachat des entreprises qui de ce fait ne pouvaient s’opposer à leur rachat par leur petite taille contrainte.

    On peut s’inquiéter de cette mentalité qui préfère sacrifier nos entreprises plutôt que de déroger à un dogme absurde qui nous a empêché de faire face et de répondre à la prétention affichée de l’Europe de contrer ce genre d’agression des grandes puissances étrangères alors L’UE instrument de destruction de notre indépendance ?

    Les lecteurs du site auront clairement la réponse depuis longtemps, les dogmes passent avant une politique réelle de survie de notre continent à défaut de nos pays, en d’autres temps l’ensemble d’une commission serait passée devant un tribunal pour haute trahison et entente avec une puissance étrangère, nous sommes désormais à la merci de qui voudra pousser notre faiblesse jusqu’au bout.

    La commission européenne a lié les mains de l’UE et des pays qui en font parti nous livrant souvent aux intérêts économiques américains, indiens, saoudiens, et désormais chinois, le constat est amer mais nous ne faisons rien VAE VICTIS sera le terme qui me vient en tête sans avoir combattu, mais ne nous voilons la face ce fut avec la complicité de nos gouvernants qui se mirent à genoux.

      +38

    Alerter
    • Francois Marquet // 21.01.2021 à 10h19

      Non ce n’est pas étonnant, c’était voulu. Les lois anti-concentration européennes ont empêché l’émergence de géants européens ou mondiaux, ce qui servait les intérêts US. Voir par exemple l’interdiction faite à Pechiney de racheter le canadien Alcan, merci Léon Brittan, et ce qu’il en est advenu.
      Combien de lobbyistes US à Bruxelles?

        +22

      Alerter
      • RGT // 26.01.2021 à 12h02

        Peychiney qui a été « bouffé tout cru » par Alcan sans la moindre protestation le la Komission et qui se nomme désormais Rio Tinto.

        Circulez, y’a rien à voir !!!

          +0

        Alerter
    • Urko // 21.01.2021 à 11h50

      Le deal est plus simple : l’Allemagne se voit accorder par la Chine un accès large à son marché, sans tracasseries excessives, et en échange, le chancelier s’assure que l’UE, dont son pays reste le premier contributeur, ne fera rien pour entraver la pénétration des produits chinois en Europe. Pourquoi les autres pays membres, tout à fait conscients de ce mécanisme, ne protestent pas ? Parce que l’Allemagne les tient en leur assurant des taux bas, sans lesquels leurs dettes publiques leur poseraient des problèmes pas si simples à résoudre (je sais que sur les réseaux sociaux, tout le monde sait résoudre le problème de la dette publique en claquant des doigts – vous me permettez de juger la réalité autrement plus complexe). Certains, comme Manu, pensent aussi qu’in fine, l’Allemagne devra accepter de financer plus directement les déficits des voisins lésés par son alliance avec la Chine. Il s’agit d’un pari qui se veut malin mais qui résulte surtout du peu de marge de manœuvre dont disposent les dirigeants français, italiens etc. Par ailleurs, l’Allemagne, acculée à une telle perspective, s’arrangera pour se défausser. L’Allemagne ne rembourse jamais les dégâts qu’elle a causés : elle se présente toujours comme injustement traitée dans ces cas de figure. Posture bien pratique

        +24

      Alerter
  • LibEgaFra // 21.01.2021 à 07h13

     » sa stratégie de développement a toujours fait de l’État un acteur central ; »

    Alors qu’en France l’État, il fait quoi en dehors de privatiser les biens publics?

    Ah oui, et c’est qui qui a délocalisé en Chine? Par appât du gain… Qui a autorisé ces délocalisations et la destruction du tissu industriel? Pas la Chine toujours est-il. Le profit à tout prix tue les emplois.

    « Il faut espérer que l’équipementier chinois ne reproduira pas la politique scandaleuse qui fut celle de Daewoo en Lorraine dans les années 1990. »

    C’est sûr que si la France applique la politique de Washington à l’égard de Huawei, ils ne vont pas rester.

    « elle s’assoit sans vergogne sur la propriété intellectuelle et n’hésite pas, de surcroît, à recourir à un espionnage industriel massif pour voler des secrets technologiques aux concurrents des entreprises chinoises »

    Propriété intellectuelle, mon c.l! Sert uniquement au profit d’une minorité qui s’engraisse dessus au détriment de l’humanité. Quant à l’espionnage industriel massif, demandez à la NSA. Qui maintenant va se faire un plaisir d’espionner Huawei, vu qu’ils l’ont dans l’os.

      +31

    Alerter
    • RV // 21.01.2021 à 16h26

      C’est aussi la réflexion que je me suis faite à la lecture de cet article. Nos « amis » nord américains n’ont pas attendu la NSA pour espionner tout azimut, dès la sortie de la deuxième guerre mondiale ils y sont allé franc jeu et dans les grandes largeurs. Pour l’historique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Echelon

        +11

      Alerter
    • LibEgaFra // 21.01.2021 à 22h36

      Et la 5G les Chinois l’ont copiée sur qui?

      Jolie déclaration de cisco. Comme s’il fallait croire tout ce que déclare cisco:

      https://en.wikipedia.org/wiki/Cisco_Systems#Controversies

      « La propriété intellectuelle protège AUSSI les salariés des firmes qui se voient dépossédés de leurs salaires par des concurrents qui ne font que des copies serviles. »

      Comme si les détenteurs des brevets se préoccupaient des salariés.

      « La NSA ne s’occupe pas de propriété intellectuelle ou de brevets. »

      Elle se préoccupe d’espionnage et aussi d’espionnage industriel.

      https://en.wikipedia.org/wiki/Cisco_Systems#Firewall_backdoor_developed_by_NSA

      Vive le monde des bisounours.!

        +3

      Alerter
  • LibEgaFra // 21.01.2021 à 07h23

    Autre sujet du jour:

    « TWITTER MENACE-T-IL LA LIBERTÉ D’EXPRESSION ? »

    Seulement celle de ceux qui ont cru naïvement que parce que c’est gratuit ils ont ce droit là. Et bien non, puisque c’est eux le produit, le tenancier peut estimer que certains produits sont avariés et il peut, il doit même dans sa propre logique s’en débarrasser. La liberté d’expression ne fait pas partie des conditions d’utilisation. Seul le profit guide la qualité des produits.

    « twittchose a-t-il le droit? »

    Quoi?! On serait arrivé à ce point de déliquescence intellectuelle au point de penser que twittchose est un service public?

      +16

    Alerter
    • LibEgaFra // 21.01.2021 à 07h41

      « La décision de bannir trump menace la démocratie »

      – On ne peut menacer ce qui n’existe pas.

      – La menace, c’est twittchose lui-même.

        +17

      Alerter
  • calal // 21.01.2021 à 07h41

    « que les pays qui profitent le plus de la mondialisation sont ceux qui en respectent le moins les « règles ». »

    sauf qu’un pays n’est pas un bloc…Ce n’est pas le « pays » qui profite de la mondialisation mais les « dominants » de ce pays…

      +17

    Alerter
  • LibEgaFra // 21.01.2021 à 07h52

    « Ainsi, en 25 ans, un géant français de l’industrie de pointe a complètement disparu, victime des illusions de la mondialisation auxquelles ses dirigeants ont tout cédé. »

    Les illusions ont bon dos.

    Victime de l’incompétence crasse des dirigeants qui ‘avaient de comptes à rendre à personne, et de la volonté de plus grands profits à tout prix. Sans parler d’un État absent. C’est pas la Chine ici.

      +31

    Alerter
    • sergeat // 21.01.2021 à 08h45

      Et cela va continuer avec le nouveau accord signé cette semaine entre l’UE et la Chine au grand contentement de notre « chef de guerre »,il faut se rappeler que « LE LIBRE ECHANGE NE PROFITE QU’AU PLUS FORT ECONOMIQUE » et cela de tout temps.

        +23

      Alerter
      • LibEgaFra // 21.01.2021 à 22h51

        Personne ne vous oblige à acheter chinois. Si les produits chinois ont boycottés, les importateurs réfléchiront à deux fois avant de passer une nouvelle commande. Évidemment comme les salariés français touchent des clopinettes ils sont bien obligés de se rabattre sur le matériel chinois moins cher. Au plus grand profit de l’oligarchie qui gagne sur les deux tableaux: plus-value et profit commerciaux.

        Libre échange, libre commerce; mon c.l, oui. Une chaussure de sport fabriquée en Chine coûte 10 Euro. On ajoute une marque et hop le prix explose. Simple alors, on peut acheter une chaussure chinoise vendue par les Chinois à moins de 20 Euro et qui sort des mêmes usines que les chaussures de marque! Et bien non, on peut pas. Essayez donc de trouver une telle chaussure.

          +4

        Alerter
        • Pierre // 22.01.2021 à 09h54

          Je suis d’accord.
          Le hic, c’est que pour certains produits, on a même plus le choix.
          Dernièrement, j’ai voulu acheter un smartphone. Je voulais à minima un produit fait en Europe. J’ai pris un NOKIA….SE: Android (Google donc Américain)…matériel assemblé en Chine…Mon achat aura juste servi à rémunérer quelques ingénieurs en Norvège et encore….
          On a vraiment pris trop de retard sur certains secteurs économiques. Je pense notamment sur les puces électroniques qui est un sujet hautement stratégique. Dans le top 10, on trouve à peine un minuscule constructeur Allemand (Infineon)….

            +4

          Alerter
  • Docteur Non // 21.01.2021 à 09h55

    Quelle tristesse de constater que la France est le pays où la population a sans doute été la plus sceptique vis à vis des « bienfaits » de la mondialisation, mais dont les dirigeants s’y sont jetés avec le plus d’enthousiasme (et les conséquences dramatiques que l’on peut constater tous les jours). Au delà de l’idéologie ou de l’intérêt de classe, il apparait clairement que les élites du pays entendaient ainsi effacer 1789 et 1945, qu’une bonne partie d’entre elles n’ont toujours pas « digérés »…

      +22

    Alerter
    • Brigitte // 21.01.2021 à 17h36

      Docteur Non, je ne vois pas pourquoi nos industriels n’auraient pas digéré les guerres. Ce sont toujours des périodes fastes pour les affaires. Quant à 1789, vous fantasmez encore sur cette date? Il y a bien longtemps que c’est digéré….
      La mondialisation non plus ne date pas d’hier. De la colonisation géographique à la colonisation économique, les appétits de certains n’ont jamais pu être contenus à l’intérieur des frontières.

        +6

      Alerter
      • Docteur Non // 21.01.2021 à 19h19

        Je cible les élites au sens le plus large, y compris politiques et pas simplement productives, et fais référence pour 89 à la Révolution et pour 45 au CNR, pas aux guerre de ces périodes.
        P. Seguin disais déjà en 1992 que Maastricht serait l’anti-1789 et reviendrait sur le primat de la souveraineté populaire que nous a donné la Révolution. Quant au CNR et à ses avancés sociales, sa destruction est explicitement au programme du patronat français (Cf. les déclarations de Denis Kesller). Il ne faut donc pas s’étonner que ces gens se jettent dans une mondialisation qui leur permet de supprimer et la démocratie et les obligations qu’elle leur impose …

          +13

        Alerter
        • Brigitte // 23.01.2021 à 11h29

          Vous parlez des politiques, moi des industriels. Il vaut mieux s’adresser à dieu qu’à ses saints…Je ne crois pas que ce soient les politiques qui dirigent. Ils ne servent que de courroie de transmission. Kesller en est le parfait exemple.
          Les périodes de crise ont toujours été signe d’enrichissement pour certains. Les deux guerres mondiales du 20ème siècle ont permis aux industries américaines de s’implanter en Europe en s’associant avec des industries « locales ». Amusez-vous à faire la généalogie des groupes français encore vivants aujourd’hui. Regardez aussi leurs actionnaires….
          La crise sanitaire du covid n’échappera pas à la règle. Beaucoup d’entreprises vont être rachetées par des groupes étrangers. Cas de Duralex en cours de rachat par International Cookware. Soit-disant qu’aucune autre offre d’achat n’a été proposée….hum.

            +3

          Alerter
  • Hippocampe // 21.01.2021 à 13h37

    Haha! En 1996 j’étais en Chine regulièrement, ayant entre autres établi des relations dans les télécoms. Une fois, revenant du Bangladesh où j’avais construit un projet avec Alcatel, j’ai été contacté par les dirigeants d’une boite inconnue, qui, connaissant mes activités, voulait faire affaire avec moi afin que je les aide à s’implanter au Bangladesh. Ils devaient penser que ce pays pauvre pourrait se contenter de leurs produits. J’ai demandé les caractéristiques techniques de leurs commutateurs, et j’étais surpris, et amusé, de voir des caractéristiques en tout point semblables à celles d’Alcatel, sauf quelques unes, inférieures en qualité. J’ai demandé par la suite les brochures et les références de l’entreprise. Il était hors de question que je travaille pour eux mais ça nous amusait avec mes employés chinois; les brochures étaient minables, sur mauvais papier, les photos floues etc. La boite, inconnue, s’appelait Huawei…

      +14

    Alerter
  • Poupou Pidou // 21.01.2021 à 14h05

    Diaboliser les Chinois pendant tout l’article, avec seulement un pauvre paragraphe final pour rappeler nos responsabilité dans notre désastre, ne fait que confirmer la proximité de l’auteur avec Tchuruk, et donc le délabrement de compétences de nos dirigeants : pas de réalisme, rien de constructif.

    Respecter quelles règles ? Celles qu’on foule au pied tout le temps, par exemple pour les ressources en Afrique ? Nous nous plaignons des règles seulement quand on perd. Ca ne veut pas dire qu’ils ne faut pas de règle, mais un petit peu de bonne foi et de recul aiderait l’efficacité…

    L’Occident a écrasé la Chine pendant un siècle sans aucun respect ni dignité pour rien ni personne. La guerre de l’opium des Britanniques, par exemple, et ensuite le pillage et l’asservissement effrénés du pays par tout l’Occident. Alors parler de respect des règles aux Chinois… Ils ont la mémoire longue, quand la notre rétrécit.

    Aujourd’hui, ils savent mieux que nous quand utiliser et détourner les règles que nous avons participé à créer en pensant profiter d’eux, et ils savent prendre et exploiter les atouts que nous ne savons plus protéger. Ben, quoi, il est où le problème ? On fait pareil partout tout le temps.

    Entre Serge Tchuruk qui a été aussi brillant que Vil Coyote, l’auteur de l’article Eric Juillot qui joue à Calimero (« c’est vraiment trop injuste ! »), et tous les autres du même acabit, pas étonnant qu’on n’ait plus la main : nos dirigeants et prétendus intellectuels se croient dans un dessin animé. Nous gesticulons dans notre petit film pour enfant, pendant que les Chinois agissent dans la réalité telle qu’elle est.

      +29

    Alerter
    • Le Minotaure // 22.01.2021 à 07h48

      La proximité de l’auteur avec Tchuruk ? Avec des amis comme ça on a plus besoin d’ennemis. Ou alors nous n’avons pas du lire le même article.

        +2

      Alerter
  • Saïd Herta // 21.01.2021 à 14h47

    Conséquence du traité de Maastricht. On a tout ouvert, tout dérégulé, tout libéralisé, il ne fallait plus aucune entrave à rien. Résultat, les capitaux se sont fait la malle, le savoir faire a été pillé et les usines installées dans des pays moins disant en tout.
    On s’est fixé des myriades de règles économiques et commerciales toutes plus absurdes les unes que les autres au nom d’un dogme qui avait déjà prouvé maintes fois pas le passé son pouvoir de nuisance extrême ET sans avoir le début du commencement d’un moyen d’imposer le même carcan au reste du monde … 30 ans plus tard, le monde crame, la misère et son corollaire l’extrémisme se développent à merveille et les dictatures type Inde ou Chine à qui on a tout passé en espérant capter deux marchés d’un milliard de crèves la faim trustent les premières places en tout…
    Volonté politique de merde : résultat de merde. Les mecs nous on collé une chaîne avec un boulet de fonte au cou, la rivière a monté, ils ont rajouté des chaînes « pour nous aider » : on est tous morts. Étonnant non ? J’en rigole pas, surtout qu’on en a pas finit avec la dictature de la connerie … loin s’en faut , y a qu’à voir ce que vont être les résultats à 10 ans de la gestion criminelle de l’épisode COVID. Épisode géré en 5~6 mois en Chine d’ailleurs …
    Alors , on les satellise quand nos crétins ?

      +16

    Alerter
    • LibEgaFra // 21.01.2021 à 22h58

      « Alors , on les satellise quand nos crétins ? »

      Difficile, très difficile, l’appareil de propagande et de mensonges est dans leurs mains.

      Lire Jacques Baud pour comprendre l’étendue du problème.

        +3

      Alerter
  • Brigitte // 21.01.2021 à 17h08

    Tchuruk est un clone de l’élite technocratique française, qui pour échapper à la consanguinité du corps d’état, a choisit le rêve américain et l’illusion mondialiste.
    De toute façon, les grandes entreprises françaises ont toujours été des conglomérats avec des sociétés américaines ou allemandes. Thomson, Alstom, Thalès, etc…
    Et souvent, leurs dirigeants appartiennent a des diasporas très présentes aux USA. Tchuruk est d’origine arménienne, beaucoup sont d’origine juive. Ils dirigent aussi des sociétés à l’étranger. Ils sont donc apatrides en affaires.
    Une exception qui confirme la règle, la famille Dassault? une dynastie qui doit sa longévité et son succès a une autre consanguinité, celle de la politique et des affaires. Ses liens avec la famille Rothschild ont aussi beaucoup aidé après la guerre, quand il a fallu distribuer l’argent du plan Marshall.
    Aujourd’hui, que reste t-il à dilapider? Vu que la France est déjà en slip, il ne reste plus que les bijoux de famille…En fait, il ne reste plus qu’EDF…. gageons que l’actuel PDG, JB Levy, passé par Vivendi et Thalès, saura habilement faire sortir les lapins du chapeau.

      +7

    Alerter
    • Philou // 22.01.2021 à 08h15

      Au moins Dassault continue-t-il de fabriquer des avions stratégiques, des fleurons français rares. Le Rafale – un des deux meilleurs chasseurs au monde avec le Sukhoï russe et dont les ventes (Qatar, Egypte, Grèce, Inde..) échappent enfin aux pressions US (il faut dire que le F35 est un tel désastre !) – est un élément-clé de l’indépendance militaire et stratégique française, qui perdure et pourrait être retrouvée après l’atlantisme et le néolibéralisme de nos zélites zinfâmes. La famille Dassault, malgré toutes ses compromissions, n’a jamais varié dans son réel patriotisme institué par le Commandeur, Marcel Ferdinand Bloch, alias Marcel Dassault.

        +1

      Alerter
      • hong xiu quiang // 24.01.2021 à 19h35

        Vous devriez un peu réviser vos principes nationalistes et républicains qui me paraissent troubles et confus.

        Je n’appelle pas patriote quiconque se mêle de trafiquer les élections nationales. C’est très précisément de corruption et un bon patriote ne saurait s’y compromettre. Par ailleurs il ne peut y avoir de fief au sein de la République et la Patrie n’est pas non plus l’agent commercial de la dynastie Dassault.

        Que la Nation soit incapable de s’armer sans la dynastie Dassault relève de la pure extravagance. Seule la dynastie Dassault a intérêt à nous faire croire que son intérêt est l’intérêt supérieur de la Nation et là, c’est du cynisme. Un bon patriote n’est ni un benêt, ni un cynique.

          +2

        Alerter
        • Philou // 25.01.2021 à 22h03

          …oui mais voilà : on ne peut pas vertueusement faire fond sur les purs principes, il faut faire avec ce qu’on a. Pour redresser la France, de Gaulle a dû s’appuyer sur des staliniens (1er gouvernement post-guerre), des pétainistes recyclés (ex. l’admirable poisson froid Couve de Murville ou le sinistre Papon), des capitalistes odieux, des pourris de la IIIe République, tiens, comme cet Herriot Edouard, qui – grand Lyonnais devant l’Eternel – avait justement fait remarquer que « la politique, c’est comme l’andouillette, ça doit sentir un peu la merde, mais pas trop » !
          Ou alors on s’appelle Jansenius, St-Just ou même Trotski, et ça finit mal, pour soi et pour les autres…
          Il faut faire avec ce que l’on a ; la balance est positive pour l’intérêt supérieur de la Nation française avec la dynastie Dassault et ses merveilleux avions, ultimes défenseurs de notre intégrité et souveraineté nationales, quelqu’ait été sa corruption parfois comique (cf. l’affectueux pépé Marcel qui fourrait toujours des billets de 100 francs dans la poche poitrine de la veste des gens qu’il aimait bien : collaborateurs, maires, fonctionnaires, journalistes, etc.).

            +1

          Alerter
  • 78 ans // 21.01.2021 à 17h59

    À la lecture de ce texte j’avoue éprouver un profond malaise. De la Chine millénaire, je n’ai pas oublié les GUERRES de l’opium, les traités inégaux imposés par les colonisateurs et impérialistes occidentaux, les massacres des populations, les destructions inexpiables des «civilisés» (Victor Hugo), le pillage et la ruine du pays, durant deux longs siècles d’humiliation de la Chine par l’Occident.

    Je ne crois donc pas en cette « candeur » des élites françaises, ni que la France ait jamais été, après s’être empressée d’en adopter sincèrement les canons, la dupe de la mondialisation. Foutaise!

    Non, son histoire ne saurait autoriser la France colonialiste et impérialiste à pleurnicher aux prétextes que le succès fulgurant de la Chine ne serait que le résultat d’une concurrence malveillante, d’utilisation de moyens non-économiques pour éliminer ses adversaires, de s’être adossée aux ressources de son propre État comme acteur central, de s’assoir sans vergogne sur la propriété intellectuelle et, de surcroît, de recourir à un espionnage industriel massif pour voler des secrets technologiques aux concurrents des entreprises chinoises, et pour permettre à ces dernières d’en profiter, de n’avoir pas respecté les «règles» de la mondialisation, d’avoir habilement joué du libre-échange de ses partenaires occidentaux pour en obtenir des relations commerciales déséquilibrées en sa faveur, de s’être assurée que son code des investissements soit toujours marqué du sceau de l’intérêt national (sic), etc.

    Gouvernée magistralement, impardonnable, douce revanche, la Chine a battu l’Empire à son propre jeu.

      +17

    Alerter
    • 78 ans // 22.01.2021 à 03h49

      ADDENDUM

      Fête nationale: sérénité, simplicité et sobriété d’un peuple en liesse.

      我爱你中国!(« Je t’aime, Chine! »)

      https://www.youtube.com/watch?v=vnexYmkOGiM

        +0

      Alerter
      • Philou // 22.01.2021 à 08h28

        Je veux bien croire que le prochain hégémon, cet Empire du Milieu traditionnellement peu intéressé par l’expansionnisme lointain, sera un peu moins létal pour l’humanité (mais pas pour les nations et peuples contigus et conquis !) et destructeur de l’environnement ou de toute « morale sociale » (au sens d’ordre social, si arbitraire qu’il soit) que l’Empire anglo-saxon avec l’implosion en cours de son Etoile Noire, les USA…
        Mais, s’il vous plaît, quel besoin de saluer le Nouveau Maître dont l’histoire, particulièrement l’histoire récente, est tout aussi bien une litanie de crimes sur ses voisins et sa propre population, crimes dont la magnitude vaut bien et même dépasse celle de nos turpitudes pluri-séculaires ?… ne croyons pas un instant que ses valeurs culturelles résiduelles puissent être salvatrices, surtout après des décennies de guerres civiles et de communisme totalitaire. Travaillons plutôt à exhumer les nôtres pour tenter de les remettre au centre de la vie nationale (citoyenneté et laïcité, art de vivre à la française, excellence scientifique et technique, ouverture, culture et arts, idéaux du CNR…).

          +4

        Alerter
        • LibEgaFra // 22.01.2021 à 09h01

          « sera un peu moins létal pour l’humanité (mais pas pour les nations et peuples contigus et conquis !) »

          Des mensonges. Vous relayez la propagande yankee. C’est tellement létal pour les minorités ethniques qu’elles n’ont pas été concernées par la politique de l’enfant unique. D’autres pays ont eu recours à des méthodes vraiment létales, comme parquer les Amérindiens dans des réserves après déportations, introduction de maladies, massacres… Et que des régions comme le Tibet et le Xinjiang connaissent un développement foudroyant sans privatisation des routes comme ici.

           » le Nouveau Maître dont l’histoire, particulièrement récente, est tout aussi bien une litanie de crimes sur ses voisins et sa propre population qui vaut bien voire dépasse nos turpitudes pluri-séculaires ?… »

          Maître? Partenaire. Chaque pays est libre de participer au projet chinois de la route de la soie. Ou non. Pas d’ingérence contrairement à l’impérialisme yankee et à ses laquais dont la France.

          Ah oui, c’est vrai la Chine a agressé et détruit la Corée et le Vietnam… Ah, non zut, elle est venue à leur secours face aux impérialismes occidentaux.

          Et ainsi donc les crimes contre l’humanité et les génocides de l’occident ne sont que des turpitudes. Nous ne sommes pas très loin du « détail ».

            +8

          Alerter
          • Philou // 22.01.2021 à 15h36

            Ouh là ! …il y a tout de même un juste milieu, je ne relaie rien, me satisfaisant intensément de l’effondrement des Etats-Unis, avatar monstrueux d’Etats européens eux-mêmes passablement monstrueux, je vous l’accorde. Mais enfin vous avez pris parti, c’est votre droit ; il est tout de même clair et surabondamment prouvé, ce n’est pas de la propagande US même si celle-ci l’utilise, que les Hans sont en train de noyer et d’acculturer Ouïghours et Thibétains comme naguère les Mandchous et autres peuples (même les Huis du Nord-Ouest, Hans de confession musulmane, sont regroupés dans des villes-champignons, leurs villages nivelés pour « les sortir de leur extrême pauvreté », reportage NHK très complet, il y a deux ans). Crimes maoïstes : comment peut-on les nier ? ..du Grand Bond en Avant (15 à 55 M morts) à la Révolution Culturelle (au moins 10 M). Historiquement, Corée, Vietnam et Japon, pays tributaires, ont su résister au suzerain qui les aurait digérés s’il avait pu, il ne s’est pas privé de le tenter. La destruction culturelle du Thibet est particulièrement ignoble, le bouddhisme tantrique du vajrayana, efflorescence spirituelle de très haute volée dont l’humanité aurait particulièrement besoin, risque de disparaître.
            (épargnez-moi les mélenchonades du style : « lamas féodaux, misère du peuple », tsétéra)
            Sinon, le mot « turpitudes » est un mot très fort, le sens du français se perd…
            A la fin, une sorte de « reductio ad hitlerium » ; fatigant ; je vous laisse donc sur vos grands chevaux cavaler sur les steppes de votre bon droit…

              +3

            Alerter
          • Le Minotaure // 22.01.2021 à 16h54

            Alors pour le Vietnam oui la Chine l’a agressé et a subi, comme les américains, une cruelle leçon.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_sino-vietnamienne

              +0

            Alerter
  • Samuel // 22.01.2021 à 20h57

    Cela me rappelle une discussion avec un ex ingénieur d´Electrolux , section réfrigérateur .

    L ´entreprise s´est mise à sous traiter ses composants chez un fournisseur asiatique moins cher…..aujourd’hui , ce fournisseur est devenu un fabricant de réfrigérateur : Samsung.

    Ou Asus , qui vendait des composants , memoire vive Ram, carte mere etc… , et qui est devenu un fabricant d´ordinateurs….

    Je ne parle pas de Siemens qui pour avoir accés au marché des trains à grande vitesse, a fourni les plans de son ICE en se disant qu ´elle avait 10 ans d´avance: aujourd´hui , les chinois , champions des trains à grandes vitesses, font des offres à prix cassés.

    On pourrait ecrire un livre mais ce qu ´on peut constater, ces que les pays asiatiques n ont pas peur d´utiliser un mot qui prononcer , ici , en France , vous envoie au bûcher…un mot tellement interdit que jamais au grand jamais il ne sera prononcer par les médias : protectionnisme.

    Pour Airbus , a part l´Alabama USA, sa seule usine d´assemblage d´avion hors Europe est en Chine….amusez-vous à comparer l´Airbus A320 du Comac C919…

    (Je ne prends pas en compte Bombardier récemment rachetés par Airbus.)

    Le mot de la fin : connaissez vous les premières motos fabriqués au Japon ?

    Des Harley Davidson fabriqués sous licence (Rikuo Motorcycle )….

      +8

    Alerter
    • Philou // 24.01.2021 à 07h44

      …évidemment, nous portons un jugement globalement négatif sur le génie imitatif des Asiatiques, qui est sans doute valable dans le cadre du capitalisme industriel classique avec ses systèmes de brevets, d’appellations contrôlées, de recherche compétitive et individuelle, etc. Mais l’imitation est au coeur du processus éducatif depuis des millénaires en Asie de l’Est (Chine, Corée, Japon..). On connaît la Voie du disciple auprès de son Maître, que ce soit un maître d’art martial, un potier, un illustrateur, etc. Le maître admet la présence intime du disciple, seulement après que celui-ci lui a montré son engagement total (ça commence par des mois de nettoyage et de brimades d’atelier), il verbalise peu son enseignement, sauf ses reproches ! …le disciple doit retrouver la technique par l’observation répétée sans interférence d’un ego soumis voire humilié. Quand il est enfin associé aux travaux, le disciple pourra parfois être adopté dans la lignée, reprendre le nom. Ce n’est que bien plus tard qu’il pourra exprimer – détaché du maître – un génie propre, en tentant de le surpasser. Au travail, pour le jeune salarié, c’est OJT, « on the job training » : on explique et théorise moins qu’en Occident et l’on vous fustige si vous sortez des procédures tout en exigeant une qualité impeccable de reproduction. Mais de plus en plus, les qualités d’émulation, de compétition, de contestation et d’innovation font partie intégrante de la formation.

        +2

      Alerter
  • peyo // 24.01.2021 à 16h21

    L’histoire des chinois voleurs, coeur de l’article, basé sur un témoignage, pas crédible. Au fait les chinois ont ramené des morceaux de lune dernièrement, à qui ont ils volé leur technologie ?

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications