Source : Consortium News, Robert Parry, 07-05-2017

Exclusif : les cauchemars des défenseurs des libertés individuelles au sujet de l’État espion deviennent réalité, mais puisque les victimes sont d’anciens conseillers de Trump, beaucoup des militants de ces mouvements sont ici étonnamment silencieux, écrit Robert Parry.

Par Robert Parry

Le Congrès exige de plusieurs conseillers de la campagne Trump des informations sur leur vie privée et leurs affaires, voilà qui prouve à quel point l’enquête sur le Russia-gate ne cesse de prendre de l’importance jusqu’à se transformer en un nouveau type de maccarthysme portant atteinte aux libertés du citoyen, comme la liberté de parole et la liberté d’association.

Carter Page, ex-conseiller en politique étrangère de Trump

On avait d’abord pensé que les enquêtes du Congrès et autres allaient se concentrer sur des problèmes spécifiques autour de la présumée ingérence russe dans l’élection de 2016. Ainsi on aurait pu chercher à savoir si un intermédiaire de Trump avait, d’une façon ou d’une autre, fait passer à WikiLeaks des mails dérobés aux Démocrates pour que cette organisation les publie sur le net.

WikiLeaks nie avoir reçu des Russes les mails qui ont fuité et la campagne et Trump nie avoir conspiré avec les Russes, ce qui n’a pas empêché les chefs du renseignement du président Obama de prétendre que les agents russes avaient piraté les mails avant de les faire passer par des intermédiaires à WikiLeaks, même si aucune preuve de ces agissements n’a, jusqu’à présent, été rendue publique.

Cependant, au lieu de se concentrer sur cette question centrale, le Sénat, semble-t-il, va à la pêche aux informations en enquêtant sur quasiment tous les contacts entre les conseillers de Trump et des Russes, susceptibles d’avoir ou non des liens avec le gouvernement. Le nombre des renseignements exigés est tel que les enquêteurs pourraient piéger leurs cibles, en interprétant comme obstruction à une enquête officielle l’omission, intentionnelle ou non, d’un nom ou d’un contact.

Par exemple, le comité sénatorial du renseignement a exigé de Carter Page, l’ancien conseiller en politique étrangère de Trump, qui fait de nombreuses affaires avec la Russie et a de nombreux contacts personnels dans le pays, qu’il fournisse le nom et des informations à propos de quasiment toutes les personnes contactées au cours de cette période de dix huit mois et susceptibles d’être des responsables russes ou liées, d’une façon ou d’une autre, avec des entreprises russes.

Dans une lettre datée du 28 avril, le responsable Républicain du comité, Richard Burr de la Caroline du Nord et le responsable Démocrate Mark Warner de Virginie, ont donné à Page jusqu’au 9 mai pour fournir : “une liste de toutes vos rencontres avec un officiel russe ou un représentant d’intérêts de firmes russes entre le 16 juin 2015 et le 20 janvier 2017. Pour chacune de ces rencontres, vous devrez indiquer la date, l’heure, le lieu, le nom de toutes les personnes présentes et inclure des copies des notes prises par vous ou pour vous.”

Rencontres avec les membres de la campagne

En outre, le Comité a fixé la date limite du 19 mai pour que lui soit également fournie : “Une liste de toutes les rencontres dont vous avez eu connaissance entre un membre de la campagne Trump et tout responsable russe ou représentant d’intérêts de firmes russes, qui se sont déroulées entre le 16 juin 2015 et le 20 janvier 2017. Pour chaque rencontre de la liste, vous devrez indiquer la date, l’heure, le lieu et le nom de toutes les personnes présentes.”

Donald Trump s’adresse à des sympathisants lors d’un meeting à Fountain Park, Fountain Hills, Arizona, le 19 mars 2016.

Pour le 19 mai aussi, le Comité a exigé que soient fournis : ” tous les enregistrements de communications électroniques telles que mails ou textos, toute la correspondance manuscrite et les enregistrements des appels téléphoniques, qui ont eu lieu entre le 16 juin 2015 et le 20 janvier 2017, entre vous-même et tout responsable russe ou représentant d’intérêts de firmes russes.

“Tous les enregistrements de communications électroniques telles que mails ou textos, toute la correspondance manuscrite, et les enregistrements d’appels téléphoniques ayant un rapport quelconque avec la Russie, qui ont eu lieu entre vous et des membres et conseillers de la campagne Trump.”

“Toutes les informations relatives à vos avoirs financiers et immobiliers en lien avec la Russie entre le 16 juin 2015 et le 20 juillet 2017, dont les valeurs mobilières ou les biens immobiliers que vous avez vendus ou dont vous vous êtes séparés durant cette période.”

Des demandes d’information similaires auraient été adressées à d’autres conseillers de la campagne Trump comme Roger Stone, Paul Manafort et Michael Flynn.

Page a énormément de relations commerciales avec la Russie où il a d’ailleurs vécu plusieurs années, ce qui assimile ces considérables demandes d’information à une façon de piéger, pour faux témoignage, la personne concernée. En effet, même si Page faisait de son mieux pour fournir la liste de tous ses contacts réels, téléphoniques et mails, il oublierait forcément quelque chose ou quelqu’un, ce qui l’amènerait à être poursuivi pour avoir fait obstruction à l’enquête ou pour avoir menti aux enquêteurs.

Un mandat FISA [Foreign Intelligence Surveillance Act]

En outre, puisque l’administration Obama est censée avoir obtenu, l’été dernier, un mandat FISA contre Page grâce à la loi sur la surveillance et le renseignement étranger, le gouvernement états-unien a probablement plus d’informations sur les contacts de Page et ses communications que l’intéressé lui-même, ce qui fait courir à ce dernier, d’un point de vue juridique, un risque bien plus élevé d’omission.

Le directeur du Renseignement National James Battant (à droite) s’entretient avec le Président Barack Obama dans le Bureau Ovale, avec John Brennan et d’autres assistants à la sécurité nationale. (Crédit Photo: Bureau du Directeur du Renseignement National)

Le mandat FISA aurait été obtenu, en partie, en raison d’un discours prononcé par Page, en Russie, le 7 juillet 2016, discours qui exprimait une critique modérée de la politique étrangère des États-Unis envers les pays de l’ex-Union soviétique. Cette enquête du FBI, qui a commencé fin juillet, s’est étendue depuis, de manière bien plus vaste, aux membres de la campagne présidentielle de Trump qui peuvent avoir des liens avec la Russie.

Dans un article sur les origines de l’enquête visant Page et d’autres conseillers de Trump, le New York Times a présenté le discours prononcé par Page à la Nouvelle école économique de Moscou en juillet comme une critique de “la politique américaine vis-à-vis de la Russie en des termes qui faisaient écho à ceux du président Poutine”.

Le Times a alors cité une ligne du discours de Page : “Washington et les autres capitales occidentales ont fait obstacle à des progrès possibles en se concentrant, souvent de façon hypocrite, sur des idées comme la démocratisation, l’inégalité, la corruption et le changement de régime.”

Les auteurs de l’article, Scott Shane, Mark Mazzetti et Adam Goldman ajoutent : “Ses remarques [celles de Page] coïncidaient avec l’opinion positive qu’a M. Trump du président russe, ce qui a conduit à spéculer sur ce que M. Trump pouvait bien voir en M. Poutine, accusé en général aux États-Unis d’être un implacable autocrate anti-occidental.”

En réalité, le discours de Page était beaucoup plus nuancé que ce que le Times a bien voulu en rapporter. Il soulignait surtout que le passage précipité, dans l’ex-Union soviétique, d’une économie contrôlée par l’État à une économie de marché, avait eu des effets pervers, notamment l’augmentation de la corruption.

“Comme l’État continuait à dominer et qu’en même temps, s’ouvraient de nouveaux marchés, à la suite du démantèlement de l’Union soviétique, les membres de ces sociétés ont mis au point des méthodes et des moyens qui leur ont permis de survivre grâce à la corruption”, a déclaré Page, en ajoutant que l’Occident n’était pas sans rencontrer, lui aussi, ce genre de problèmes.

“Ces approches rappellent plusieurs formes de corruption que l’on trouve parfois dans les sociétés occidentales. Certaines peuvent être explicites comme le scandale Madoff dans le monde de la finance et l’affaire Enron dans celui de l’énergie, tandis que d’autres sont plus subtiles comme les injustices sociales mises en lumière par le mouvement Occupy Wall Street.”

En d’autres termes, les commentaires de Page s’inscrivent dans une évaluation raisonnable des problèmes auxquels ont été confrontés les pays de l’ex-Union soviétique. Page a aussi admis que l’Occident, malgré son attitude moralisatrice envers les pays moins développés, avait des soucis, lui aussi, avec la corruption aussi bien dans sa forme explicite, passible de poursuites, que dans une forme plus subtile qu’on retrouve dans les machinations de Wall Street. Après tout, la crise financière de 2008 n’a-t-elle pas dépouillé de milliers de milliards de dollars les citoyens de base tant américains qu’européens, en les délestant de leurs actifs et en leur faisant payer le coût des renflouements gouvernementaux ?

Un écho à Poutine ?

Pour le New York Times, notons-le, les remarques de Page font “écho à la position de Vladimir V. Poutine”, ce qui laisse entendre que Page, un ancien officier de marine états-unien, faisait preuve, quelque part, de déloyauté.

Le président russe Vladimir Poutine, après son discours à l’assemblée générale de l’ONU le 28 septembre 2015.

Les opinions de Page exprimées dans ce discours ont, à ce que suggère le New York Times, contribué à la décision de l’administration Obama d’obtenir un mandat FISA qui a permis au gouvernement américain de surveiller ses communications comme agent potentiel d’une puissance étrangère.

Normalement, les défenseurs des libertés individuelles devraient s’émouvoir d’une démarche gouvernementale aussi intrusive contre un citoyen au prétexte qu’il exprime ses opinions, que celles-ci fassent écho ou non aux vues du président Poutine. Cependant, comme Page a été brièvement conseiller de politique étrangère de Trump, et que beaucoup des défenseurs des libertés du citoyen font partie de #Resistance à Trump en raison des menaces que ce dernier ferait peser sur les libertés, ils sont tous restés extraordinairement silencieux sur le traitement maccarthyste auquel étaient soumis Page et d’autres conseillers de Trump.

Le général de corps d’armée à la retraite, Michael Flynn, qui a été brièvement conseiller à la sécurité nationale du président Trump, a déjà eu un aperçu de la façon dont les autorités de surveillance du gouvernement des États-Unis peuvent piéger un citoyen et lui faire commettre un délit passible de poursuites, comme mentir à des enquêteurs ou faire obstruction à la justice.

Le 29 décembre 2016, plusieurs semaines avant l’investiture de Trump, Flynn, alors en vacances en République dominicaine, a répondu à un appel téléphonique de l’ambassadeur russe Sergueï Kislyak lors duquel ils ont, semble-t-il, discuté de la montée des tensions entre Washington et Moscou, alors que les écoutaient, à leur insu, des responsables du renseignement des États-Unis.

Comme Flynn ne faisait pas officiellement partie du gouvernement au moment de cet appel, les fonctionnaires du ministère de la Justice de l’administration Obama ont concocté un prétexte pour ouvrir une enquête criminelle en invoquant la loi Logan, adoptée en 1799 pour défendre aux citoyens non autorisés de négocier avec des gouvernements étrangers mais qui n’a jamais été utilisée pour condamner qui que ce soit. Cette loi est, en outre, d’une constitutionalité douteuse et n’à sûrement jamais été destinée à s’appliquer aux conseillers d’un président élu.

Cependant, sur la base de ce prétexte peu convaincant, les agents du FBI – avec une transcription de l’interception électronique de l’appel téléphonique entre Kislyak et Flynn ont mis à l’épreuve la mémoire de Flynn sur la conversation et ont trouvé ses souvenirs incomplets. Flynn a également été critiqué pour avoir donné une conférence payée en 2015, lors d’un dîner à Moscou rendant hommage au dixième anniversaire de la station de télévision russe RT. Sous la pression politique et médiatique, le président Trump a renvoyé Flynn.

Le Nouveau Maccarthysme

Ainsi, alors que l’on peut légitimement critiquer le jugement de Flynn, la grande question de liberté civile que pose l’enquête sur le Russia-gate est la perspective de criminaliser des contacts dans un autre contexte inoffensifs avec la Russie et de punir les citoyens américains de leur résistance à la Nouvelle Guerre froide.

La leader du Parti Vert, Jill Stein et le général de corps d’armée à la retraite Michael Flynn assistent à un dîner marquant les 10 ans d’existence de la chaîne RT à Moscou, en décembre 2015, assis à la même table que le président russe Vladimir Poutine.

De nombreux démocrates, des libéraux et même des progressistes semblent enthousiasmés par la perspective de brandir ce nouveau maccarthysme contre les conseillers de Trump dans l’espoir que le Russia-gate puisse devenir une affaire menant à la destitution de Trump.

Mais le précédent ainsi mis en place pourrait se révéler très dangereux à long terme. Si les Américains peuvent être soumis à des mandats intrusifs de la part du FISA pour s’être rendus à l’étranger et avoir critiqué des politiques américaines ou si des appels téléphoniques interceptés peuvent être utilisés pour tester les souvenirs des citoyens lors d’interrogatoires par le FBI, nombre d’avertissements des défenseurs des libertés civiles sur les dangers d’une application large du droit de surveillance dans la “guerre contre le terrorisme”, pourraient devenir réels.

Après avoir pris connaissance des requêtes radicales du Congrès au sujet des documents et autres données, Carter Page, consultant de l’industrie pétrolière, qui a de nombreux contacts étrangers, y compris en Russie, a répondu en prenant note de la surveillance déclarée à laquelle la FISA l’avait soumis, en écrivant aux sénateurs Burr et Warner :

“Je reste déterminé à aider le Comité sénatorial sur le renseignement dans toute la mesure de mes moyens. Mais, je vous prie de noter que tous les enregistrements que je pourrais avoir effectués en tant que simple citoyen disposant de ressources technologiques limitées seront peu de chose comparés à la base de données complète qui a déjà été recueillie sous la direction de l’administration Obama au cours du mandat FISA complètement injustifié de l’année dernière, qui m’a pris pour cible pour avoir exercé mes droits du premier amendement, tant en 2016 que lors des années précédentes.”

“En tant que premier de la liste dans cette résurgence de la chasse aux sorcières que suggèrent les tâches fastidieuses définies dans votre… lettre, je vous prie de commencer par partager [avec moi] les informations que vous avez actuellement… En se fondant sur la base de données d’informations personnelles déjà recueillies au cours de l’opération intérieure de renseignement politique de l’administration Obama qui aurait débuté l’année dernière, il semble clair que beaucoup des lourdes tâches que vous m’avez assignées ont probablement déjà été largement menées à leur terme.”

“En tant que simple individu, je peux vous assurer que mes capacités administratives personnelles sont dérisoires à côté de la force de frappe bureaucratique que représente le personnel nombreux des branches exécutives, législatives et judiciaires du gouvernement des États-Unis qui est apparemment impliqué dans cette surveillance abusive depuis de longs mois.”

Justifiée ou pas, la surveillance de la FISA de Page – et donc d’autres personnes qu’il a contactées – peut servir de base à certaines accusations criminelles contre lui. On peut coincer d’autres conseillers de Trump pour divers délits procéduraux, comme des rapports non correctement réalisés, avec le Foreign Agents Registration Act [Loi sur l’enregistrement des agents étrangers], une autre loi qui s’applique de façon sélective principalement contre les personnes sans soutien politique.

Dans une interview vendredi, Page m’a dit qu’il était un petit joueur qui n’avait violé aucune loi, mais qui était devenu une cible “évidente” dans les tentatives de l’administration Obama pour saper la campagne de Trump.

“Je n’ai pas de protection [politique] et j’ai de vrais liens, profonds, avec les Russes”, a-t-il affirmé avant d’ajouter que s’il voulait obéir aux injonctions du Sénat, il devrait passer en revue “des milliers de mails et des centaines d’appels téléphoniques… Cette affaire est un défi à toute logique, à tout bon sens”.

Mais, en réalité, dans le microcosme de Washington, une fois que la pression monte autour d’un “scandale”, quelqu’un doit être condamné pour quelque chose, sinon tous les gros bonnets qui sont intervenus dans “l’affaire” auraient l’air stupide. Dans le Russia-gate, cependant, d’importants principes touchant le droit à une opinion dissidente, le droit au respect de la vie privée et le droit d’association sont, en ce moment, foulés aux pieds.”

Pour plus d’informations sur ce sujet, voir Consortiumnews.com et notamment “La chasse aux sorcières : avez-vous parlé aux Russes ?”.

Journaliste d’investigation, Robert Parry a publié de nombreuses révélations sur le dossier Iran-Contra pour l’Associated Press et Newsweek dans les années 1980.

Source : Consortium News, Robert Parry, 07-05-2017

31 réponses à Le Russie gate, une nouvelle forme de Maccarthysme, par Robert Parry

Commentaires recommandés

Georges Clounaud Le 31 mai 2017 à 07h48

Sur ce sujet il serait peut-être intéressant d’entendre l’avis du “maitre du Kremlin” qui a donné une interview for intéressante au figaro lors de son passage à Paris.
http://www.lefigaro.fr/international/2017/05/30/01003-20170530ARTFIG00381-vladimir-poutine-au-figaro-arretez-d-inventer-des-menaces-russes-imaginaires.php
On peut ne pas être d’accord avec lui et avoir certaines réserves sur ces dires mais il y a au moins une qualité qu’on peut lui accorder : ces propos sont nets, clairs et précis.
Et son explication sur l’inutilité de favoriser un candidat en est un parfait exemple. (à partir de la 22ème minute) : “Nous n’en avons aucun besoin […] la personne élue a ses opinions […] mais le lendemain des élections il est visité par des gens avec des attachés-caisses, bien vêtus […] qui lui explique comment réagir en bon président et changer quelque chose dans ces conditions est très difficile”
Très posément, Poutine nous explique donc qu’il est inutile de “corrompre” tout président américain car c’est la “bureaucratie”, le deep state qui dirige les États-Unis. Et ce ne sont pas les fidèles de ce blog qui iront le contredire…

  1. Reality Le 31 mai 2017 à 06h49
    Afficher/Masquer

    Article complet; précis et parfaitement traduit : merci.
    Nous avons les mêmes juges de la “bonne morale” ici. Ces fonctionnaires brillants avec une liste de diplômes longue comme mon bras, méticuleux, entêtés et dont le vécu se limite à leurs livres, leurs thèses et leur conception idéaliste et binaire de la vie.
    Comment, dans ce contexte d’une froideur morbide, ne pas penser le futur sous une violence extrême ; parce qu’il ne faut jamais acculé un ennemi dans un cul de sac. Il n’aura alors comme seule issue que de vous foncer dessus.
    10 000 ans de civilisation pour ça …


    • Alfred Le 31 mai 2017 à 08h08
      Afficher/Masquer

      Je ne vois pas trop le rapport avec les fonctionnaires ni les études. Les rouages du système et les kapos prennent toutes les figures et toutes les formes. Il n’y aura jamais de retour de flamme contre l’oligarchie qui nous accule (encore moins victorieux) tant que nous persisterons à nous diviser bêtement et à nous chamailler en nous regardant le nombril (le vécu de chacun blablabla).


      • Reality Le 31 mai 2017 à 09h17
        Afficher/Masquer

        J’entends et je dois développer ma pensée.
        Le système appelle à l’efficacité, l’organisation par la raison, parce que la ruche l’impose. Oui, les rouages sont multiformes ; mais ils produisent à l’échelle humaine une telle chosification que l’esprit en devient binaire. En d’autre terme, la raison a quitté ce monde.
        Les enquêteurs du Russian-Gate sont les mêmes que les juges des JAF, les contrôleurs sanitaires, les préposés de Pôle Emploi, …
        A force d’acculer, le camp des “maudits” finira bien par sortir du cul de sac, … ou le cul de sac s’effondrera avant.


    • Idomar Yasagof Le 01 juin 2017 à 18h02
      Afficher/Masquer

      “10.000 ans de civilisation” … pas pour les américains.
      Ni du point de vue de la durée, ni du point de vue de la civilisation, c’est un terme trop compliqué pour eux.
      Il y a des moments où j’en veux à Lafayette .


  2. Fritz Le 31 mai 2017 à 07h23
    Afficher/Masquer

    Comme le rappelle Robert Parry, RIEN ne prouve que les Russes aient transmis à Wikileaks les courriels compromettants pour Hillary Clinton et pour la direction du Parti démocrate. Plutôt que d’un piratage, il s’agirait de fuites organisées par des militants dégoûtés par les magouilles ayant abouti à l’éviction de Bernie Sanders.

    Les nouveaux maccarthystes ont obtenu la démission du général Flynn, ils exigent l’impossible de Carter Page, et ils reprochent à Trump d’avoir défendu (mollement) Flynn. Jusqu’où iront-ils ? Ces obsédés du complot russe ne voient le monde que déformés à travers leur frénésie, pour reprendre l’expression du général de Gaulle sur les putschistes de 1961.

    Allez, on peut leur désigner d’autres cibles. Lundi dernier, un jeune président a été vu en marche avec l’abominable tyran moscoutaire, il s’est même entretenu secrètement avec lui dans un château prestigieux des Yvelines. Et notre presse ne réagit pas ?


    • basile Le 31 mai 2017 à 09h27
      Afficher/Masquer

      le silence sur cette visite, dès le lendemain, est surprenant. Où sont passées les interviews de la veille, LGBT, ONG, assoces, manifestants, écolos (Dominique Jadot, le monsieur 10 %)

      10 % d’écologie
      30 % Poutine le dictateur
      30 % Poutine qui bombarde Alep
      30 % Poutine qui occupe l’Ukraine


  3. Georges Clounaud Le 31 mai 2017 à 07h48
    Afficher/Masquer

    Sur ce sujet il serait peut-être intéressant d’entendre l’avis du “maitre du Kremlin” qui a donné une interview for intéressante au figaro lors de son passage à Paris.
    http://www.lefigaro.fr/international/2017/05/30/01003-20170530ARTFIG00381-vladimir-poutine-au-figaro-arretez-d-inventer-des-menaces-russes-imaginaires.php
    On peut ne pas être d’accord avec lui et avoir certaines réserves sur ces dires mais il y a au moins une qualité qu’on peut lui accorder : ces propos sont nets, clairs et précis.
    Et son explication sur l’inutilité de favoriser un candidat en est un parfait exemple. (à partir de la 22ème minute) : “Nous n’en avons aucun besoin […] la personne élue a ses opinions […] mais le lendemain des élections il est visité par des gens avec des attachés-caisses, bien vêtus […] qui lui explique comment réagir en bon président et changer quelque chose dans ces conditions est très difficile”
    Très posément, Poutine nous explique donc qu’il est inutile de “corrompre” tout président américain car c’est la “bureaucratie”, le deep state qui dirige les États-Unis. Et ce ne sont pas les fidèles de ce blog qui iront le contredire…


    • Chris Le 31 mai 2017 à 09h26
      Afficher/Masquer

      Entrevue organisée et publié par le Figaro, propriété du milliardaire Dassault, au réseau politique bien maillé.
      Serait-ce l’annonce d’un certain dégel, suite aux déconvenues des “pintades” européennes après le G7 ? Mouvement temporaire ou définitif de la marshall-chancelière Merkel ?


      • Alfred Le 31 mai 2017 à 11h07
        Afficher/Masquer

        Ces dernières années sur tout les sujets internationaux le Figaro a été moins caricatural que le monde où Libé. De loin (même si ça ne l’a pas empêché de faire outrageusement de la propagande). Je pense que ça n’annonce rien ni aucun changement mais simplement que la chaîne de commandement (de l’oligarque aux sous chefs à plume) est plus prudente (ou moins conne). Le fait que Dassault soit toujours en concurrence avec les amerloques y est certainement pour quelque chose.


      • L'aieuil Le 31 mai 2017 à 19h11
        Afficher/Masquer

        Croyez-le ou non il reste deux journaux qui font du journalisme en France.
        Le Figaro et et La Croix.

        Oui ça fait mal au cul quelque part, mais c’est néanmoins les deux seules publications hors-PQR (dont le niveau des articles internationaux est souvent bien meilleur que la presse nationale), qui présente fréquemment des points de vue complexes et variés sur des événements complexes.
        C’est dû, à mon avis, au simple fait que du fait de leur positionnement historique à droite, ces journaux n’ont tout simplement pas fait l’objet des OPA hostiles sur leurs rédactions comme ce fut le cas pour Le Monde, Libération et compagnie.
        En conséquence de quoi leur rédactions sont soumis à infiniment moins de pressions, leur permettant à l’occasion de faire du journalisme et non simplement de la communication politique.


        • Alfred Le 31 mai 2017 à 21h56
          Afficher/Masquer

          Très juste. Il me semble d’ailleurs que la croix est le seul quotidien à avoir gagné des lecteurs.
          Quant à la pqr il arrive effectivement de lire des fusées meilleures que dans la PQN. Mais c’est quand même rare hein. Et surtout pas partout. Si vous voulez un jour vous payer une bonne tranche de rigolade achetez donc Le Havre Presse et Le Havre Libre (le même jour évidemment). C’est énorme. Et le plus beau c’est que c’est tous les jours… Il paraît que l’un fut de droite et l’un fut de gauche. Le Havre est décidément très en avance.


    • Julien Le 01 juin 2017 à 18h09
      Afficher/Masquer

      Je viens de visionner l’interview de Poutine. Je retiens particulièrement cette phrase : “Ils ne pensent pas à politique à long terme, ils n’ont pas cette habitude, ils l’ont perdue.” Le passage sur la création de la prétendue menace russe est un régal.
      Je ne pensais pas un jour me retrouver dans les propos d’un Poutine. Je ne sais pas comment l’interpréter. La Russie est, en train, tout doucement de gagner, gagner quoi, je ne sais pas mais elle gagnera forcément.
      Dire que la Russie fut un partenaire privilégié de la France avec Félix Faure, un allié solide jusqu’en 1917…


  4. Toff de Aix Le 31 mai 2017 à 08h12
    Afficher/Masquer

    En fait il faudrait creuser la question au niveau psychologique, voire psychiatrique. Les USA ont toujours eu besoin d’un ennemi, qu’il soit fantasmé ou pas. Sans ennemi contre qui montrer ses muscles, sans cinquième colonne à débusquer, que deviendraient en effet toutes leurs activités, leurs actions, que cela soit au niveau international (la liste des conflits et des coups d’état dont ils sont à l’origine est interminable) ou au niveau interieur ?

    La Russie est bien pratique, l’autoritarisme de Poutine tout autant, ça permet d’éviter un examen de conscience : un pays avec une dette inremboursable, plus de 40 millions de sdf, avec le plus grand nombre de prisonniers de la planète, avec une justice raciste, à plusieurs vitesses… Un pays a la dérive, capable d’élire un misogyne, raciste et égocentrique à sa tête,… Si ce pays se regardait enfin dans le miroir, gageons que la dissonance cognitive serait trop forte, et que le mal de tête surviendrait rapidement. Le fantasme de la cinquième colonne russe, c’est en fait l’Amérique qui se regarde dans un miroir mais qui refuse de voir la réalité.

    Elle regarde dans ce miroir de la réalité et elle voit Poutine, elle voit une influence étrangère, car elle préfère voir cela chez les autres plutôt que chez elle. Tellement plus simple de reporter la faute de l’ élection du Donald sur les russes n’est ce pas…


    • christian gedeon Le 31 mai 2017 à 10h15
      Afficher/Masquer

      La description des US m’ a bien fait rire,mais bon les US ne sont pas que çà,n’est ce pas?Ceci étant dit,la Russie comme nouvel ennemi n’est as une généralité aux US. C’est le fait d’une “élite” toujours la même New York,Washington,Boston,Dallas et San Francisco,”ancienne élite WASP de l’Est alliée aux tycoons du pétrole et aux nouvelles méga fortunes de l’Ouest…le reste du pays,ben le reste du pays s’en fout,le niveau intellectuel de “l’américain moyen” étant ce qu’il est au pays du créationnisme,de la corn belt et des mormons! je me moque,je me moque,mais je ne devrais pas,compte tenu de la chute vertigineuse du nôtre,de niveau intellectuel,depuis les années soixante du siècle passé. le maccarthysme n’est possible que chez les cons…et nous en prenons aussi le chemin,en galopant.


      • Idomar Yasagof Le 01 juin 2017 à 18h11
        Afficher/Masquer

        le problème étant que c’est cette élite qui dirige le pays.
        le red neck se concentre sur comment vivre le mieux possible et je vous assure qu’il y met de l’énergie et de la persévérance entre deux dimanches à l’église !


  5. Duracuir Le 31 mai 2017 à 08h38
    Afficher/Masquer

    Au niveau Russia Gate, je rappelle qu’on a le nôtre.
    Avant-hier, un président de la république en pleine conf de presse avec son invité, Poutine, s’est lancé dans une diatribe colérique contre RT et Sputnik organes, je cite “d’une propagande venue d’on ne sait où” (ceci dit avec un petit sourire crispé content de soi à la Sarkozy en regardant vers son invité, vers l’invité de la France) qui auraient répandu des tombereaux de “fausses informations” et de “contre-vérités” sur sa personne.
    Outre qu’il est inquiétant qu’un président puisse violer le protocole diplomatique pour ce qui ne relève que de sa seule personne.
    Outre qu’il est consternant de voir notre chef d’état montrer à la face du monde une telle variation d’humeur et une telle impolitesse.
    Outre qu’il est inquiétant de voir le chef d’une grande démocratie justifier une atteinte à la liberté de la presse pour convenance personnelle.
    Le plus insensé c’est que ni Macron, ni la REM ni aucun demeuré militant macronien qui foisonne sur les forums, ne sont capable de donner, non pas une preuve, ni même une liste, mais seulement le moindre exemple, le moindre fait étayant cette accusation grave et publique de Macron.
    Et pour cause.
    J’ai personnellement tapé “macron” dans les moteurs de recherche de RT et Sputnik , je suis tombé sur quelques articles évoquant son nom et… strictement aucune nouvelle fausse. Aucune diffamation.
    t.


    • Thierry Le 31 mai 2017 à 23h41
      Afficher/Masquer

      vous avez mal cherché. En 2 min j’ai trouvé: https://sputniknews.com/analysis/201702041050340451-macron-us-agent-dhuicq/


      • tepavac Le 01 juin 2017 à 08h51
        Afficher/Masquer

        oui et alors?
        ils ne font que reprendre les propos de Nicolas Dhuic ! et au conditionnel.
        Si vous appelez la publicité d’une déclaration d’un député Français de la propagande, vous feriez mieux de relire vos coms sur le site. Ça frise le larbinage, surtout lorsque l’on se prétend plus “propre ” que ses semblables.


    • Idomar Yasagof Le 01 juin 2017 à 18h20
      Afficher/Masquer

      pour les atteints de la macronite aiguë ce n’est pas une impolitesse mais une preuve d’autorité!
      il faut dire que ceux que je connais dans mon entourage en sont encore à apprécier l’homme pour son “sourire ravageur” !
      n’empêche que connaissant le vladimir, le macron prendra le boomerang en retour dans la face en temps opportun (et tant pis pour le sourire ravageur sans dent ).


  6. Alain Hache Le 31 mai 2017 à 09h28
    Afficher/Masquer

    Il existe aux Etats-unis une russophobie ancienne qui remonte à l’époque de la Russie des Tsars,On sait aujourd’hui que les Bolcheviks ont reçu de l’argent de certains financiers de Wall street.ll y a
    eu a une parenthèse pendant le second conflit mondial, mais elle a repris de plus belle pendant la Guerre froide.
    Le Maccarthysme se manifeste à gauche comme à droite et atteint un niveau d’hystérie rarement atteint. Il est notoire que le complexe militaro-industriel qui a des soutiens chez les Démocrates comme chez les Républicains est à la manœuvre. Il trouve naturellement des alliés chez les néo-conservateurs toujours aussi puissants.


    • Le Rouméliote Le 31 mai 2017 à 12h01
      Afficher/Masquer

      La russophobie existe chez nous aussi depuis les tsars. Les journaux main stream de l’époque avaient accusé sans aucune preuve Isvolsky, ambassadeur russe en France et ancien ministre des affaires étrangères de Nicolas II d’avoir financé l’assassinat de Jaurès le 31 juillet 1914. L’accord naval franco-russe de 1892 a toujours été mal vu d’une bonne partie des z’élites de l’époque.


    • christian gedeon Le 31 mai 2017 à 17h28
      Afficher/Masquer

      C’est bien de faire remarquer l’aide apportée par les capitalistes de l’ouest en général,et notamment par les américains et les allemands à la révolution bolchevik,cette monstrueuse arnaque historique,qui avait pour seul et unique but de détruire l’empire russe qui entrait à pas de géant dans le XXième siècle. J’ai passé beaucoup de temps à étudier la question,et je reste interloqué par ceux qui parlent encore aujourd’hui des bolcheviks avec des trémolos dans la voix… la révolution bolchevik?la première révolution “orange” de l’histoire américaine,en fait,et rien d’autre.Le peuple russe a survécu à cette épreuve qui l’a saigné à blanc,et dont la seconde guerre mondiale n’est qu’une conséquence.


    • Pascalcs Le 01 juin 2017 à 04h34
      Afficher/Masquer

      On oublie vite mais les accusations de “Russophilie” actuelle envers l’administration Trump est modérée en comparaison de ce que devait endurer l’administration Kennedy.
      https://www.fff.org/2017/05/18/russian-obsession-goes-back-decades/
      On sait hélas comment a terminé JFK.
      Ce qui me fascine toujours avec les US, c’est la capacité que son État profond a pour faire oublier au monde que c’est un état militaro-industriel-policier. Une union soviétique version “cool” mais tout autant violente et totalitaire.


    • Idomar Yasagof Le 01 juin 2017 à 18h25
      Afficher/Masquer

      je comprends pas cette histoire de complexe militaro-industriel.
      Sont pas polis ces gens, ils s’en prennent quand même à un Trump qui vient de leur apporter un chiffre d’affaires de 300 milliards de $.
      Ingrats !


  7. Koui Le 31 mai 2017 à 11h14
    Afficher/Masquer

    Donc on pourrait faire la même chose avec la bande à Macron : donnez nous “Une liste de toutes les rencontres dont vous avez eu connaissance et tout responsable américain ou représentant d’intérêts de firmes américaines, depuis 2 ans.”. Et si ils font une erreur dans sa réponse, c’est humiliation publique puis prison. S’ils contestent la procédure, c’est une critique inacceptable de la démocratie américaine et de sa justice merveilleuse.


  8. Bilbo Le 31 mai 2017 à 13h30
    Afficher/Masquer

    Merci pour cet article intéressant et riche.

    Ce qui est assez extraordinaire dans cette affaire, outre le néo-maccarthysme, c’est l’absence totale d’analyse de ce qu’implique cette histoire d’ingérence russe. Elle pointe du doigt pourtant la fragilité des institutions américaines face à la corruption et donc l’absence totale de moralité des élites.

    Ce n’est pas nouveau comme phénomène. L’influence de l’AIPAC depuis1963 sur les dirigeants américains en est le parfait exemple. Mais il est amusant de voir comme l’identité du supposé corrupteur importe plus que l’idée de corruption.

    Autre point : l’extraordinaire stupidité de Trump qui a réussi à braquer le FBI en virant son directeur, alors qu’il aurait pu le solliciter pour faire ce même type d’enquêtes à l’encontre de ses ennemis. Non seulement il est incapable de penser à allumer un contre-feu mais il trouve le moyen de casser le briquet. Pathétique…


    • Tepavac Le 31 mai 2017 à 20h50
      Afficher/Masquer

      En lisant ce billet je n’ai pu m’empêcher de penser au syndrome du larbin.
      Regarder in vivo toute une élite et une grande partie de la population succomber avec autant de facilité à la folie d’un despotisme sans nom, Est tout simplement incompatible avec l’idée que l’on se fait du libre arbitre individuel et de la civilisation.
      Quoique l’on me dise, je ne peux me résoudre à accepter, que sur de simples insinuations, un homme quel qu’il soit, puisse accepter une telle intrusion dans sa vie privée et professionnelle sans se révolter contre ces inquisiteurs.
      Et dire que c’est ce modèle de vie que certains nous vantent les mérites et que nous discutions encore avec des fous


  9. Dahool Le 31 mai 2017 à 19h21
    Afficher/Masquer

    Poutine, qui a entretenu de très bonnes relations avec Chirac, pourrait répondre aux occidentaux :
    “Ecouteeeez, le Russia gate va faire pshiiit parce que cette histoire est abracadabrantesque. Du calme, mangez des pommes ou me to go back to my plane et les emmerdes vont voler en escadrille.”

    Poutine reste calme malgré les circonstances extrêmement défavorables, c’est un homme réfléchi et fin stratège. Pour le moment, bien gré lui fasse (je tente sans vérifier lol), ça arrange tout le monde sauf les neocons. Malheureusement, peu de monde s’en aperçoit.
    C’est le nouveau Sun Tzu.


  10. John B Le 01 juin 2017 à 10h16
    Afficher/Masquer

    Sont marrant quand même ces ricains… y arrivent à faire croire aux gens qu’ils se font “infiltrer” par les russes, alors qu’en réalité c’est eux qui infiltrent quasi tout les pays et gouvernement du globe, qui créent des oppositions politiques, qui tentent de déstabiliser des pays, font de l’ingérence, etc etc.

    On vit dans un monde de malades qui ne voient le monde que comme les média veulent qu’ils le voient. Impossible pour eux de réfléchir à l’inverse de ce que les média leur présentent.

    C’est comme si ils commençaient à faire tout un scandale parce qu’un pays ferait une guerre illégitime dans un pays, alors qu’eux-même le font non-stop depuis des dizaines d’années … c’est l’hôpital qui se fout de la charité.


  11. Henrion Le 01 juin 2017 à 15h01
    Afficher/Masquer

    Je viens de publier un article sur mon blog https://jeanhenrion.com de Paul Craig Roberts, que j’ai traduit de l’allemand qui explique pourquoi la France va se dissoudre dans l’Union Européenne pour affronter au final la Russie.


  12. Sviéta31 Le 01 juin 2017 à 16h33
    Afficher/Masquer

    La russophobie éternelle…. ou presque!
    Deux ouvrages très intéressants au cas où ils vous auraient échappé:
    Un, récent:” Russie-Occident, une guerre de mille ans” (ou pourquoi nous aimons tant détester la Russie) de Guy Mettan
    L’autre, plus que centenaire- et remarquable en tout- “Histoire de la Sainte Russie” par Gustave Doré. Que Gustave Doré en 1854 ait écrit/dessiné cela au 2ème ou 3ème degré….et plus, ou qu’il ait été sincère dans sa représentation de la Russie et de son histoire, peu importe, l’ensemble est jubilatoire et édifiant en ce qui concerne la perception et les préjugés sur la Russie en France et c’est vraiment un chef d’œuvre.


Charte de modérations des commentaires