Les Crises Les Crises
25.janvier.202025.1.2020 // Les Crises

Le Sénat américain approuve les sanctions contre le gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l’Allemagne

Merci 401
J'envoie

Source : Deutsche Welle, 17-12-2019

L’initiative des législateurs américains fait partie d’un effort pour contrer l’influence russe en Europe, mais les législateurs européens ont déclaré que les États-Unis devraient s’occuper de leurs propres affaires.

Un opérateur sur le gazoduc Nord Stream

Les législateurs américains ont approuvé mardi les sanctions contre les entreprises et les gouvernements qui travaillent sur le controversé gazoduc Nord Stream 2 qui reliera l’Allemagne au gaz russe.

Les entreprises fournissant des services tels que la pose de pipelines sont visées, dans la mesure où Washington tente d’empêcher l’achèvement de ce gazoduc de 10,5 milliards de dollars (9,6 milliards d’euros), qui transporterait le gaz sous la mer Baltique.

Les sanctions, qui ont été adoptées à une écrasante majorité par la Chambre la semaine dernière, devraient entrer en vigueur dans la semaine dans le cadre d’un projet de loi sur les dépenses de défense du président américain Donald Trump.

L’administration Trump disposerait alors de 60 jours pour identifier les sociétés et les personnes fournissant des services sur le gazoduc. Les sanctions permettraient d’annuler les visas américains et bloqueraient les avoirs de ces personnes. Les personnes visées par les sanctions auraient alors 30 jours pour mettre fin à leurs activités.

La société suisse Allseas, qui a été contractée par le groupe russe Gazprom pour construire la section offshore, est l’une des entreprises qui pourrait être visée par les sanctions.

L’opposition de l’Allemagne à ces sanctions

Les responsables américains estiment que le gazoduc augmentera la dépendance de l’Europe à l’égard de l’énergie russe, qu’il mettra des milliards de dollars dans les coffres de Moscou et qu’il accroîtra l’influence du président russe Poutine.

Toutefois, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a exhorté les États-Unis à ne pas s’immiscer dans la politique énergétique européenne.

S’exprimant à la télévision allemande la semaine dernière, Maas a critiqué la décision de la Chambre de poursuivre le processus de sanctions contre Nord Stream 2.

« Nous pensons que c’est inacceptable, car c’est en fin de compte une tentative d’influencer des décisions indépendantes prises par l’Europe. »

« La politique énergétique européenne est décidée en Europe, pas aux États-Unis », a tweeté Maas un peu plus tard.

La Chambre de commerce germano-russe a déclaré la semaine dernière que le gazoduc était essentiel à la sécurité énergétique européenne et a appelé à des sanctions de riposte contre les États-Unis.

Andreas Nick, membre du Bundestag allemand a déclaré à DW [Deutshe Welle journal allemand, NdT] que des sanctions sur le Nord Stream 2 auraient pour effet de rassembler l’Allemagne derrière le projet.

« C’est une question de souveraineté nationale, et c’est potentiellement un mauvais signal pour les relations transatlantiques », a déclaré Nick.

Voir la vidéo ici : Germany unites over US Nord Stream sanctions

Source : Deutsche Welle, 17-12-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Le Belge // 25.01.2020 à 08h13

Combien de temps, encore, pour rompre toutes relations avec cet État colonial que sont les Etats-Unis et pour comprendre qu’ils ne nous veulent pas du bien ? Combien ? Que l’Europe ne soit plus qu’un nid de pauvres et de chômeurs (notez, c’est dans le programme de Donald Trump) ?

45 réactions et commentaires

  • Le Belge // 25.01.2020 à 08h13

    Combien de temps, encore, pour rompre toutes relations avec cet État colonial que sont les Etats-Unis et pour comprendre qu’ils ne nous veulent pas du bien ? Combien ? Que l’Europe ne soit plus qu’un nid de pauvres et de chômeurs (notez, c’est dans le programme de Donald Trump) ?

      +72

    Alerter
    • Myrkur34 // 25.01.2020 à 09h02

      Cela en devient risible, cette implication permanente dans les affaires des autres….
      Souvenez vous, x’est depuis les années 80 que les states nous rebattent les oreilles avec la dépendance énergétique de l’Europe à la Russie …euh non à l’Union Soviétique .

      Juste de la vente forcée du gaz de schiste américain dont l’abondance est pléthorique mais à quel coût financier et écologique….

      En d’autres temps, on rompait les relations diplomatiques pour moins que çà ! Mais c’était du temps où on avait quelque chose dans le pantalon et pas simplement un bon carnet d’adresses pour le pantouflage ultérieur.

        +39

      Alerter
      • RGT // 27.01.2020 à 08h09

        « gaz de schiste américain dont l’abondance est pléthorique… »

        Pouvez-vous répéter cette affirmation s’il vous plaît ?

        Pour l’instant les puits de gaz de schiste cessent de produire au bout de quelques mois et les compagnies US de gaz de schiste, tout comme les Shadocks ne cessent de pomper du vide, ce qui fait qu’elles déposent le bilan l’une après l’autre.

        Vous parlez d’une « sécurité énergétique »…

        Et sans parler des impacts écologiques qui sont assez proches du pétrole de schiste canadien, mais ça n’a aucune importance, seuls les profits (inexistants pour l’instant) comptent.

        Si les €uronouilles se mettent à acheter du gaz de schiste US ça devrait permettre (sur le très court terme) de faire grimper les cours et de « rentabiliser » les investissements US, mais à quel prix pour les cons-sommateurs européens ?

        Ou, autre solution, les européens achètent du « gaz US » qui est du gaz russe liquéfié qui aura transité par les USA, permettant à certaines compagnies US de prendre une commission au passage (ils l’ont déjà fait sans que le moindre scandale n’ait éclaté).
        Pourquoi se gêner ?
        Si les USA le pouvaient ils nous vendraient sans complexe du « gaz américain » qui proviendrait d’Iran ou de même de Corée du nord s’il y en avait, sans la moindre sanction contre les entreprises US qui feraient ce tour de passe-passe digne des plus grands magiciens.

        Ce qui les énerve le plus, c’est de ne pas pouvoir racketter l’énergie que les russes exportent vers leurs voisins et rien d’autre.

          +3

        Alerter
    • douarn // 25.01.2020 à 10h41

      Bonjour Le Belge
      Combien de temps, dites vous? Et bien je dirais tant que nous sommes inféodés au système dollars et sous la menace de l’extra-territorialité de la justice US, nos représentant (mal) élus ne feront rien.
      Il faut être courageux et prêts à vivre chichement pour être libre et nos élites ont souvent préféré préserver leurs situations quitte à s’humilier dans la soumission aux maîtres du moment.
      Ce constat me semble juste hier (voir le traité de Franckfort par ex. : https://www.herodote.net/10_mai_1871-evenement-18710510.php) comme aujourd’hui (https://external-content.duckduckgo.com/iu/?u=https%3A%2F%2Fcbsnews1.cbsistatic.com%2Fhub%2Fi%2Fr%2F2018%2F04%2F24%2Fe3973beb-55c5-45ee-bd5a-d6962af80c85%2Fthumbnail%2F1200x630%2F17f4a03300c46b9afaf58b1d3c764204%2Ftrump-macron-dandruff.jpg&f=1&nofb=1)

        +17

      Alerter
      • EugenieGrandet // 25.01.2020 à 13h55

        Mais nous sommes les premiers à nous pâmer devant tout ce qui vient des États-Unis.
        Les baskets partout au pied étant la dernière horreur. A ajouter à la malbouffe, la voiture (SUV), le cinéma, les séries télévisées et l’art en général, l’appétit pour l’argent, etc…

          +23

        Alerter
        • douarn // 25.01.2020 à 14h47

          Absolument, Eugénie.
          Cependant, plus que des USA, les produits que vous évoquez proviennent de « globalande » (pardon pour le néologisme). Fabriqués physiquement dans les zones à bas coût de main d’oeuvre, transportés sur les mers et par route vers les pays « riches mais endettés », la plus value est engrangée par les multinationnales, les bénéfices sont au frais dans les paradis fiscaux, les multinationnales échappent à l’impôt par le biais des prix de transfert et versent des dividendes à des actionnaires qatari, saoudien, français, chinois, …, bref de globalande quoi.
          Toute la Gaule est occupée. Toute? Non!! « Quelques gaulois résistent encore » comme le disaient René Goscinny… et Emmanuel Macron (mais pas pour la même raison 😀 )

            +10

          Alerter
        • moshedayan // 25.01.2020 à 18h09

          Vous avez bien raison, surtout en France, quand on regarde vos médias on sent une véritable fascination pour la culture américaine très commerciale… mais bon la France a des dirigeants qui l’acceptent parce qu’ils y trouvent un intérêt très financier au final – une mentalité de cireurs de pompe bien ancrée depuis 1947 dans la « social-démocratie » française… Mis à part, les Américains enragent parce que des entreprises européennes acquièrent un savoir-faire sans égal dans la pose off-shore de gazoducs et veulent donc fermer à celles-ci d’autres marchés comme en Malaisie et Indonésie ou en Méditerranée orientale, Chypre, Egypte, etc… pour la Malaisie et l’Indonésie ces deux pays sauront sans difficulté contourner les Etats-Unis et leurs tentatives de pression…

            +10

          Alerter
        • RV // 25.01.2020 à 18h13

          Nous pâmer, je ne sais pas, mais l’intérioriser surement !
          Ni Blue Jean ni Coca Cola en tête de votre liste !

            +1

          Alerter
    • LibEgaFra // 25.01.2020 à 14h14

      « Combien de temps, encore, pour rompre toutes relations avec cet État colonial que sont les Etats-Unis »

      Impossible, la France étant un pays occupé, colonisé, soumis, sans aucune volonté propre que celle de son maître. Lire La Boétie.

        +25

      Alerter
  • mikatypa // 25.01.2020 à 08h43

    Macron à dénoncé Nordstream 2…toujours à la remorque de Trump. Le but étant de favoriser l’importation de gaz du Qatar et surtout.. d’Israël et Chypre. Et un peu des Usa avec du gaz liquéfié. Ce qui explique l’intervention des turques.. en Libye!
    Le gaz est une affaire explosive.

      +33

    Alerter
    • SanKuKaï // 25.01.2020 à 09h09

      Mais, mais, Mr Macron? Et la sacro saint libre concurrence du marché? L’UE ne peut-elle recevoir du gaz et Russe et Israéliens et Quatari?
      Les grand principes théoriques ne seraient-ils que pour les petites gens?

        +19

      Alerter
      • Louis // 25.01.2020 à 09h24

        Sans parler des marchés, il y a le vieil adage du bon sens paysan: « ne jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier. »

          +14

        Alerter
      • EugenieGrandet // 25.01.2020 à 14h21

        Nord Stream 2 n’existe pas pour livrer nécessairement des quantités supplémentaires de gaz mais pour permettre de contourner l’ukraine (Qui a siphonné du gaz russe en son temps) et la Biélorussie. Pareil avec le Turkstream de l’autre côté de ces deux pays.
        L’Europe importe depuis longtemps de l’ordre de 190 milliards de m3 de gaz par an de la Russie par tuyau plus 7 par gaz liquéfié , mais seulement 20 milliards de m3 du Qatar.
        Le gaz israélien sera destiné au marché intérieur israélien et aux exports aux voisins. Volumes découverts très significatifs pour le pays mais pas pour l’Europe. De plus les projets de liquéfaction de gaz israélien n’avancent pas. Sans ça, pas d’export possible vers l’Europe.
        Le gaz chypriote (réserves totales de l’ordre de 70 à 110 millards de m3, soit même pas une année d’importation de gaz russe) mettra du temps avant d’arriver en Europe après la construction d’infrastructures nécessaires: usine de liquefaction , gazoduc sous-marin.

          +16

        Alerter
    • Chris // 25.01.2020 à 13h07

      Total a massivement investi en Louisiane dans le GNL US…

        +1

      Alerter
      • EugenieGrandet // 26.01.2020 à 07h46

        « Massivement »? Non, pas massivement, juste 500M$ sur les 12-13 milliards d’investissements par an. Un peu plus que dans la bioraffinerie de La Méde…

          +2

        Alerter
  • Almire // 25.01.2020 à 09h08

    « En politique, mon cher, vous le savez comme moi, il n’y a pas d’hommes, mais des idées ; pas de sentiments, mais des intérêts ; en politique, on ne tue pas un homme : on supprime un obstacle, voilà tout ». A. Dumas Le Comte de Monte Cristo. Une citation qui nous ramène sur terre. Aujourd’hui comme hier, les nations défendent leurs intérêts. C’est valable pour les USA, (que ce soit avec Obama ou Trump), la Chine, la Russie…Mais pas pour l’UE, car ce n’est pas une nation, (un peuple, un territoire, une langue). Dans cette structure supranationale, l’unité n’est que de façade. Ainsi, les allemands ont une politique énergétique très différente de celle des français, ils renoncent au nucléaire, mais pour réduire leurs émissions de CO2, ils doivent remplacer leurs centrales à charbon par des centrales à gaz. Et le gaz russe est moins cher que celui des USA. Les sanctions arrivent trop tard, le gazoduc est presque achevé. En résumé, l’UE compte pour du beurre. Tant pis pour les français, s’ils ne le comprennent pas ! Au demeurant cette compétition entre nations dépasse largement le cadre européen : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2019/11/moscou-en-roue-libre.html

      +32

    Alerter
  • Fritz // 25.01.2020 à 09h08

    Il est temps de trouver pour ce gazoduc un nom français, allemand, ou russe. Des propositions ?
    Ne restons pas soumis à la langue de l’Empire qui nous détruit.
    Ah, en russe on dit déjà Северный поток (Severnyï Potok).

      +25

    Alerter
    • Blabla // 27.01.2020 à 11h16

      En Français, ne remplaçons pas un maître par un autre!

        +0

      Alerter
  • Kiwixar // 25.01.2020 à 09h18

    Les Zuniens, ces « amis qui nous veulent du bien ».

      +15

    Alerter
  • Danjou // 25.01.2020 à 09h33

    USA état colonial ? Mais malheureusement c’est pire que çà. Nous avons affaire à un gang mafieux surarmé qui contraint par la force, les menaces, les sanctions, l’assassinat et la corruption ceux qui ne veulent pas se conformer à leurs diktats, c’est à dire défendre leurs propres intérêts. C’est sans exception y compris leurs supposés alliés !

      +41

    Alerter
    • gotoul // 25.01.2020 à 10h37

      Hum… C’est quand même un peu la définition d’un état colonial, en tout cas c’est comme ça que l’ont vécu et subi la plupart des régions colonisées de cette planète.

        +10

      Alerter
  • Fritz // 25.01.2020 à 09h35

    Ce qui est bien avec ce gazoduc, c’est qu’il confirme la géographie : l’Europe inclut la Russie et doit rester solidaire face aux autres continents, comme l’Amérique par exemple.

      +27

    Alerter
    • Kiwixar // 25.01.2020 à 10h16

      La solidarité de l’Otanie est fabriquée, avec des « valeurs » artificielles rejetées par les populations du reste du monde, et qu’on nous fait avaler comme si elles venaient de nous. Sans parler du mythe : il paraît qu’on serait en démocratie et que nos médias seraient libres.

      Quand les hydrocarbures deviendront trop chers, on servira de chair à canon proche pour nos amis lointains de l’Otanie. La solidarité fabriquée sera bien utile pour nos « amis » lointains.

        +21

      Alerter
  • Owen // 25.01.2020 à 09h58

    Le sénat étatsuniens avec 52 républicains, 46 démocrates et 2 indépendants a voté les sanctions avec 86 voix pour et 8 voix contre.
    Ce vote est venu une semaine après l’approbation de la chambre des représentants, composée de 235 démocrates, 197 républicains.
    Démonstration est faite que la volonté d’étouffer l’économie des pays européens est largement partagée à Washington, y compris par les gentils démocrates.

    Si les européens étaient conséquents, ils feraient alliance de contrepoids avec la Russie, l’Inde et la Chine. Mais voilà: ils ne le sont pas.
    Pourtant embargo contre embargo, on devine que le bloc des 4 l’emporterait facilement et les US sauraient vite qu’ils n’y auraient pas intérêt. Sans compter le soulagement que ce serait pour les relations internationales de degripper le verrou US et son attelage tactique destructeur entre Washington, Tel-Aviv et Riyad.

      +36

    Alerter
    • Almire // 25.01.2020 à 13h38

      Mais c’est quoi les Européens ? Les Britanniques, les Suisses, les Norvégiens ? Ils sont souverains et ne sont pas dans UE. Ou alors la Pologne, les pays Baltes, qui tremblent devant la Russie ou la France qui retire sa taxe GAFA dès que Trump hausse le ton, ou encore le Portugal, la Grèce, l’Italie qui se vendent à la Chine ? Une assemblée de copropriétaires où personne n’a la majorité et ne peut décider, sauf le minimum. Résultat, c’est le gérant qui décide : les USA.

        +13

      Alerter
      • Owen // 25.01.2020 à 15h12

        L’extension et la diversification des moyens de communications ont dégagé des perspectives économiques à l’échelle continentale.

        L’apparition des modèles économiques antagonistes, capitalisme versus communisme, ont entravé les relations internationales dans un monde bipolaire, au lieu de dynamiser des expériences de politiques économiques dans les états souverains.

        Le besoin d’un multilatéralisme équilibré par des échelles plus ou moins continentales reste latent, par exemple avec des traités régionaux confédérant des états souverains.
        L’UE n’est que la grimace de ce ratage, qui a confondu abandons de souverainetés et constructions économiques intra-nationales.

        Sachant aussi qu’il y a la perspective d’un continent géant, l’Eurasie, contre lequel luttent les pays marins, tels la petite Grande-Bretagne ou les gros États-Unis, que l’UE fait semblant de ne pas comprendre. Le Nord Stream 2 en est la parfaite illustration.

          +5

        Alerter
        • Almire // 25.01.2020 à 21h32

          Alors on est d’accord ! L’UE n’est qu’une marionnette au service des USA dans la compétition engagée pour dominer l’Heartland.
          Ce grand jeu est vieux comme le monde : dans le cadre de la compétition pour capter l’énergie (la première étant la nourriture) tous les êtres vivants usent tantôt de la rivalité, tantôt de la collaboration.
          S’agissant des humains, comme nous avons dominé l’ensemble du vivant, la compétition s’exerce désormais entre humains, regroupés par affinités, cultures, pour capter cette énergie vitale, pour défendre sa place au soleil.
          Sans grand effort, on peut s’imaginer ce que deviendrait ce monde si l’énergie venait à manquer, ou même certains métaux, l’eau, la nourriture ….

            +2

          Alerter
  • sergeat // 25.01.2020 à 10h05

    Les US avec leur lois extraterritorialité,de loi anti corruption,de contrôle du dollar…a infligé plus de 20 milliards de dollar d’amende à la France principalement sous le chéri des médias Obama,maintenant c’est Trump qui veut vendre son gaz de schiste à l’Europe à un prix supérieur au gaz russe.
    Partout où l’énergie est en jeu les US interviennent soit par des guerres(Irak,Syrie,Ukraine,…peut être Iran ),soit par l’intermédiaire de leur lois aux pays sous leur protectorat.
    Mais la question principale pour moi est QUE FONT NOS DIRIGEANTS?
    Que font nos dirigeants:sous Hollande/Macron on a condamné le South stream,puis vendu la plus grande compagnie engineering pétrolière au monde Technip aux américains (avec le même schéma d’arnaque que Alstom),suivi sous Macron de la vente d’ électricité en dessous du prix de production au privé pour soit disant créer de la concurrence (directive de Bruxelles),maintenant on sépare notre production d’énergie renouvelable comme l’hydraulique(12,5 pour cent de notre production) de EDF pour être complètement privatisé (schéma des autoroutes)
    Macron défend il la France ou vend il la France?

      +46

    Alerter
    • Gilles // 25.01.2020 à 10h32

      « Que font nos dirigeants:sous Hollande/Macron … » ne pas oublier notre « l’américain » Sarkosy qui s’est empressé, sitôt élu de rejoindre l’OTANIE en mars/avril 2009.
      https://www.lemonde.fr/international/article/2010/11/30/wikileaks-nicolas-sarkozy-l-americain_1447153_3210.html

        +18

      Alerter
      • sergeat // 25.01.2020 à 10h56

        Pour compléter votre avis depuis l’entrée de la France dans l’OTAN sous Sarkosy,nos dirigeants continuent avec l’abandon de notre défense:contrôle de nos turbines nucléaires des sous marins par les US(ALSTOM),Airbus space(hélicoptères…)contrôler par les allemands (siège à Munich),abandon de la productions de fusils et de munitions à l’Allemagne et Belgique,transfert de nos technologies du futur avion dit franco-allemand à l’Allemagne par le contrôle des dépenses au parlement de Karlsruhe,définition du futur MALE franco-allemand par l’Allemagne avec DEUX réacteurs,définition du futur char d’assaut (Nexter) surement par l’Allemagne….
        Mon avis on ferait mieux de travailler avec les anglais car les coopérations se sont toujours faites d’égal à égal.

          +17

        Alerter
  • Fritz // 25.01.2020 à 10h39

    Article bref et net, en allemand : https://www.sueddeutsche.de/politik/nord-stream-2-pipeline-usa-sanktionen-1.4733405 « Die Bundesregierung muss zwar offen sein für einen Dialog, darf sich aber nicht erpressen lassen » : « Le gouvernement fédéral doit certes rester ouvert au dialogue, mais ne pas plier au chantage [américain] ». Eh oui, ce n’est pas un journal français…

    « Die jetzt von den USA verhängten Sanktionen gegen die Pipeline Nord Stream 2 zeigen, dass die diplomatischen Beziehungen zwischen den USA und Deutschland tiefgefroren sind wie russischer Permafrostboden. Zwischen den beiden großen Volkswirtschaften ist ein Wirtschaftsstreit ausgebrochen, der mit Zöllen und Sanktionen ausgetragen wird. »

    « Les sanctions prises maintenant par les États-Unis contre le gazoduc N.S. montrent que les relations diplomatiques entre les États-Unis et l’Allemagne sont profondément gelées, comme le pergélisol russe. Entre les deux grandes économies mondiales, un conflit économique a éclaté, qui se livre avec des droits de douane et des sanctions. »

      +11

    Alerter
  • Calal // 25.01.2020 à 11h02

    D’après un certain analyste financier plutôt pro-américain, la fed serait intervenue sur les marches repo pour sauver des banques européennes de la faillite.
    Si c’est vrai,il est normal que le papa qui s’est porté caution pour réparer les conneries de ses enfants, contrôle quelque peu leur façon de gérer le bouzin ,histoire d’être sur que ces banques européennes,qui sont capables d’acheter les élections françaises, n’entraine pas la fed avec elles dans le trou.

    Quand on n’a pas les épaules pour être chef,il faut être capable de se choisir un bon guide.

      +1

    Alerter
    • Fritz // 25.01.2020 à 11h13

      Celle-là, il faut l’encadrer. La crise des subprimes, c’était donc une konnerie européenne, heureusement que l’Oncle Sam nous a sauvés. Dis tonton, donne-moi encore une fessée, j’aime ça !

        +18

      Alerter
      • calal // 25.01.2020 à 13h58

        d’apres cet analyste financier, les americains auraient fait le menage parmi leurs banques ( lehman brothers aurait sauté pour l’exemple avec un multiple de dette/capital de plus de 30*) suite a la crise des subprimes. Les comptes des big banks us seraient nettoyes (multiple capitaux propres/dette aux alentours de 10 soit 10*plus de dette que de capital ce qui serait une situation normale pour l’industrie bancaire). Ce qui ne serait pas le cas encore des banques europeennnes dont certaines auraient 30 fois plus de dettes que de capitaux.

        Vous ne pouvez pas etre souverainiste tout en allant chialer chez oncle sam des que quelque chose va mal et qu’il faut payer la note de nos erreurs.Si on veut etre gras et sans souci comme le chien de la fable, il faut accepter la chaine. La contrepartie de la dette c’est la chaine…Si on veut s’enfuir et etre libre,il faut accepter d’etre famelique comme le loup…
        mais on peut etre libre et riche: oui mais pour ca faut etre un peu plus malin que le peuple francais…

          +2

        Alerter
    • Claudius98 // 25.01.2020 à 13h41

      Il faut croire que les USA ont bien changé en pleine guerre froide avec l’ URSS et chaude
      avec le Vietnam soutenu par la dite URSS ceci se passe dans les années fin 1960 debut des années 1970 , il lui ont accordé des livraisons massives de matériel pour la construction de Gazoduc en URSS ainsi que des livraisons de céréales avec des crédits sans pratiquement d’intérêts , il faut dire qu’à ce moment là les Etats Unis était aussi
      engagé dans le domaine spatial de l’homme sur la lune, les missions Apollo !
      Y aurais t’il anguille sous roche on peu se poser la question pourquoi ces faveurs alors que le moment ne s’y prêtait absolument pas?

        +1

      Alerter
      • Fritz // 25.01.2020 à 13h55

        Cela montre le ridicule de cette appellation de « guerre froide » étendue à toute la période 1947-1989, copiée sur l’usage américain. Je me répète, mais il le faut : dans les années 1960-1970, en France, on parlait de la guerre froide au passé. Au présent, on parlait de la Détente (entre les deux Grands), à l’époque des accolades Nixon-Brejnev puis de la rencontre spatiale Apollo-Soïouz, et la France se voulait à mi-chemin entre Moscou et Washington.

          +9

        Alerter
        • Claudius98 // 25.01.2020 à 15h54

          Non non s’était du sérieux à l’époque une tension extrême entre l’URSS et les USA le mur de Berlin les embargos sur les matériels stratégiques machines outils toute la panoplie des sanctions possibles et imaginable sauf au moment
          du programme Apollo de la conquête de la lune par les américains….?
          Et puis rebelote après cette période spacial de nouveaux des sanctions à la
          pelle.

            +2

          Alerter
          • Fritz // 25.01.2020 à 16h10

            Je vous parle de ce que j’ai vécu. Si vous n’avez pas connu personnellement les années 70, lisez ou relisez les journaux et les livres de cette époque, y compris les manuels d’histoire de lycées. Tous parlent de la guerre froide comme d’une époque lointaine, située vers 1950, et sans ignorer les tensions Est-Ouest que vous rappelez, aucun ne disait au présent « la guerre froide ».

            Cette manie d’appeler ainsi la période 1947-1989 a été copiée sur les Américains après 1990. pas avant. Deux exemples entre dix mille. Dans un article paru en 1979 (n° 395, « Les Russes et les soucoupes »), le magazine Historia écrit tout naturellement : « à l’époque de la guerre froide… mais maintenant… ». Quand il veut évoquer les quatre décennies écoulées avant l’ouverture du Mur de Berlin, André Ribaud, le directeur du Canard enchaîné, écrit en 1991 « Yalta ».

            Si j’insiste sur cette erreur a posteriori, c’est qu’elle trahit un alignement intellectuel sur les Américains, lesquels parlaient de guerre froide au moment où nous Français disions : les relations Est-Ouest, la Détente, etc. Alignement d’autant plus grave qu’il est inconscient.

              +18

            Alerter
    • LibEgaFra // 25.01.2020 à 14h27

      Analyste financier anonyme, entièrement pro-impérialiste, aucune source, dettes américaines astronomiques, non remboursables, pays qui ne tient que parce que des gogos continuent à acheter du dollar, injection de milliers de milliards de dollars dans les banques tout récemment, vous nous prenez pour quoi avec votre commentaire mensonger?

        +10

      Alerter
  • Santerre // 25.01.2020 à 13h28

    Depuis le 17/12 date d’écriture de l’article ( pourquoi le publier 1 mois et demi plus tard???) La Bildzeitung a fait savoir que s’opposer aux sanctions US était un acte de guerre et une insupportable arrogance. Merckel a donc déclaré que les Américains étaient rien que des méchants mais qu’il n’était pas question de faire des contre sanctions. Ha ha ha
    Merci aussi pour le rire du jour quand l’article parle de « législateurs » européens. Kesaco ???? C’est quoi des « législateurs » européens? Les débiles du Parlement? Ceux qui classent le communisme au même niveau que le nazisme et qui prétendent officialiser leur vision révisionniste de l’Histoire. Ces bouffons, des législateurs? [modéré]

      +11

    Alerter
    • basile // 25.01.2020 à 18h12

      à propos de révision de l’histoire. En pleine commémoration de la libération d’ Auschwitz, un certain Lucien jacques (Libé) a pondu un article intitulé ! Moscou s’arroge le droit de réécrire l’Histoire. Fallait oser

      ne cherchez pas les commentaires furieux de lecteurs, ce n’est pas prévu. Libé prêche la bonne parole à l’abri de sa tour d’ivoire (et de ses subventions)

      ce Lucien Jacques est correspondant à Moscou. Alors peut-être que son opinion à propos d’une éventuelle réécriture de l’histoire est objective. Voyons donc ce que dit l’objectif à propos du Nord Stream. Va t-il cette fois être du côté Russe ? Rien, il ne dit rien.

      Donc, par ses articles, il ne relate que les travers russes, et par son silence, il montre qu’il se réjouit des coups tordus des Américains

      aucune photo de l’homme, aucune trace. Un faux nom ?

        +10

      Alerter
  • RV // 25.01.2020 à 18h35

    Pour ce qui du Nord Stream 2 lui-même, les Russes avaient anticipé les sanctions et GAZPROM a fait l’acquisition d’un navire poseur de tuyaux en 2016, le Jascon-18 qu’ils ont rebaptisé l’Akademik Tcherski.
    Au moment du retrait de la société suisse, Il opérait à deux mois de navigation de la mer baltique. Mais il nécessite quelques aménagement pour pouvoir prendre la suite.
    Le gazoduc sera mis en service avant la fin 2020, en dépit des sanctions américaines contre les entreprises associées à sa construction, a assuré le 27 décembre le ministre russe de l’Energie, Alexandre Novak.

      +9

    Alerter
  • Jean-Pierre Kayemba // 25.01.2020 à 21h48

    Cette décision est d’autant plus risible que les USA n’ignorent pas qu’ils ne peuvent que ralentir la construction de ce gazoduc, mais non l’arrêter puisque les Russes disposent du matériel nécessaire pour son achèvement.

      +3

    Alerter
    • Us go home, go // 25.01.2020 à 23h41

      « USA n’ignorent pas qu’ils ne peuvent que ralentir la construction de ce gazoduc », surtout s’il y avait des « incidents techniques » graves, feu, explosion de vapeur combustible, ou des sabotages revendiqués par le fameux « front de libération de la Baltique »(inch’Allah), j’ai remarqué que la mauvaise humeur US pouvait parfois influencer le sort…

        +1

      Alerter
  • lateo // 26.01.2020 à 12h37

    Comme c’est étonnant, encore une fois l’UE a bon dos et concrètement il n’y a que lorsque ses propres intérêts sont en jeu que l’Allemagne sait éventuellement dire non aux US,

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications