Source : Le Parisien, AFP, Lionel Bonaventure, 22-03-2017

Les articles en ligne se ressemblent de plus en plus: 64% des contenus sont de purs copier-coller d’autres articles, en particulier de dépêches AFP, selon une étude.

Les articles en ligne se ressemblent de plus en plus: 64% des contenus sont de purs copier-coller d’autres articles, en particulier de dépêches AFP, selon une étude portant sur 2,5 millions d’articles en 2013, publiée mercredi par l’INA.

En utilisant les techniques du “big data”, les chercheurs Julia Cagé (par ailleurs membre du conseil d’administration de l’AFP), Nicolas Hervé et Marie-Luce Viaud ont suivi le circuit de l’info pour 25.000 événements de l’année – c’est-a-dire des faits marquants rapportés par au moins un média. Et ce sur la production de 86 grands médias.

Ils ont ainsi pu déterminer quel média publiait le premier un article sur un événement, après quel délai d’autres lui emboîtaient le pas et quelle était la part de contenu original dans leurs copie […].

 

Lire la suite ici : Le Parisien, AFP, Lionel Bonaventure, 22-03-2017

========================================

Comme cela a ensuite été relevé sur Twitter, cet article… a vite été dupliqué 🙂

========================================

L’étude originale :

Dans L’information à tout prix (Ina Éditions), Julia Cagé, Marie-Luce Viaud et Nicolas Hervé quantifient le recours massif au copié-collé dans les médias en ligne et la vitesse de propagation d’une information. Comment, dans ces conditions, monétiser l’information ? Extraits.

Fragilité ?

Historiquement, les journaux ont été désireux de supporter ces coûts fixes élevés [en particulier les coûts relatifs à la taille de la rédaction, ndlr] car en contrepartie, ils espéraient des profits. Publier une information en exclusivité pour un journal papier lui assurait, au moins durant une journée, une augmentation de ses ventes et donc de ses revenus, car cette information n’était pas disponible dans l’exemplaire papier des journaux concurrent[+]. Autrement dit, l’information avait alors une valeur commerciale.
Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Sur Internet, sitôt publiée, l’information est disponible presque immédiatement sur le site des journaux concurrents. Comment monétiser dès lors la production d’une information originale ? Quelles incitations les médias ont-ils encore à payer pour une rédaction pléthorique alors qu’ils pourraient se contenter d’un petit nombre de journalistes en charge de monitorer le web et de faire du copié-collé, voire de simples algorithmes et de
« journalistes robots » ? (p.13)
La taille moyenne des rédactions des médias d’information en France diminue de 1 % par an depuis 2013. Or 1 % de journalistes en moins, c’est 1,20 % de moins d’information originale produite. Toutes choses égales par ailleurs, si la diminution de la taille moyenne des rédactions devait continuer au rythme actuel, cela impliquerait qu’en 2020, ce seraient plus de 30 000 articles d’information entièrement originaux de moins qui seraient produits qu’en 2013.Or, au vu des changements actuels, 1 % de baisse par an est une estimation basse de la diminution de la taille des rédactions[+]. Un journal comme L’Express est passé de plus de 120 cartes de presse en 2013 à 40 aujourd’hui, soit un retour à la situation du journal… en 1965. L’Obs, qui a annoncé en juin 2016 un nouveau plan de départs volontaires, avait déjà vu le nombre de ses cartes de presse diminuer de 50 entre 2014 et 2015. Et c’est sans parler d’I-télé qui en 2016 a perdu plus de la moitié de sa rédaction suite au bras de fer qui a opposé les journalistes à un actionnaire intrusif et peu soucieux de déontologie, Vincent Bolloré pour ne pas le nommer. Certes, l’approche quantitative présente de nombreuses limites mais les tendances actuelles font peser une véritable menace sur l’information originale[+]. (p. 16-17) […]
Doit-on s’en inquiéter ? L’enjeu est double ici. On observe une homogénéisation croissante des contenus ; il est facile de la dénoncer, mais l’on peut également décider d’observer le verre à moitié plein et noter que l’un des corollaires de ce recours à la copie est que davantage d’information est mise à disposition du plus grand nombre gratuitement aujourd’hui[+].
Par ailleurs – et c’est ce qui nous semble ici le plus inquiétant –, la combinaison du recours à la copie et de la vitesse de propagation de l’information risque de tuer à terme les incitations des médias à produire une information originale, à faire perdre à l’information originale toute valeur commerciale. Or l’information originale est coûteuse à produire, et la copie mêlée à la réactivité fait de chaque site internet un substitut du site concurrent. Les médias n’arrivent ainsi plus à monétiser cette information si coûteuse à produire. C’est pourquoi il nous a semblé urgent de mettre à plat la réalité de la propagation de l’information en ligne, afin de souligner les difficultés qu’elle fait poser sur le futur de l’information et de nos démocraties.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

49 réponses à Les articles en ligne de plus en plus uniformes, par AFP

Commentaires recommandés

Eric10 Le 26 mars 2017 à 05h04

“Les journalistes en danger c’est la démocratie qui est en jeu. ” euh, au vu de ce que nous savons des médias, coller “démocratie” et “journaliste” dans la même phrase est comment dire, déplacé ?

Si on parlait de vrais journalistes qui respectent la charte de Munich, oui, mais la plupart n’ont même jamais entendu parler de cette déontologie.
Comment parler de démocratie alors que la majorité de la presse appartient à des oligarques ? alors que cette même presse, prise la main dans le pot de confiture crée des déconnex ? des ministères de la vérité ?

  1. Caliban Le 26 mars 2017 à 03h36
    Afficher/Masquer

    Très intéressante étude, merci.

    “21% des articles sont entièrement originaux, 19% intégralement copiés et plus de la moitié comportent moins de 20% de contenu original.”
    > pourquoi plus de la moitié ajoutent du contenu original ?

    3 hypothèses possibles, pour lesquelles il serait intéressant d’avoir les % :
    • DEONTOLOGIE : pour compléter l’information, mieux informer le lecteur (mais vu les délais très courts et le taux de seulement 20%, c’est hautement improbable)
    • CONCURRENCE : pour se démarquer de la concurrence (et notamment de celui qui a publié la dépêche en premier … les journalistes qui passent leur temps à se lire entre eux sont très sensibles à ces petites retouches qu’ils sont d’ailleurs les seuls à percevoir)
    • GOOGLE : il n’est pas exclut que ses algorithmes considèrent comme du “duplicate content” les dépêches copiées / collées. Ajouter un peu de blabla au début et / ou à la fin de l’article permettrait alors de déjouer le moteur et d’obtenir une bonne indexation


    • lunettes Le 26 mars 2017 à 06h40
      Afficher/Masquer

      Caliban Le 26 mars 2017 à 03h36
      « pourquoi plus de la moitié ajoutent du contenu original ? »

      Mais où avez-vous vu qu’il soit écrit que “plus de la moitié ajoutent du contenu original” ?

      Le texte dit « plus de la moitié comportent moins de 20% __de__ contenu original »
      Et pas __du__ contenu original (de l’aricle d’origine).

      Ce qui veut dire que dans plus de la moitié des articles, au moins 80% du texte est du copié-collé, et qu’il n’y a même pas 20% de rédaction originale.


      • Caliban Le 26 mars 2017 à 20h42
        Afficher/Masquer

        @lunettes

        J’ai bien lu il me semble, puisque nous partons du même pourcentage : une grosse majorité d’articles contient 80% de copié / collé.

        Ma remarque concerne les 20% restants, l’apport “original”. Quelles sont les raisons qui poussent les “journalistes” à faire ces (petits) ajouts plutôt que de se contenter d’un simple copié / collé.


        • Jacques F. Le 27 mars 2017 à 17h25
          Afficher/Masquer

          Parce que les “journalistes” font toujours une petite intro et une petite conclusion, afin de pouvoir mettre leur nom en bas de l’article.


    • Julie Péréa Le 26 mars 2017 à 09h55
      Afficher/Masquer

      Intéressant et inquiétant !
      Cette étude ne montre-t-elle pas un glissement vers la pensée unique inquiétant ? De même qu’une étude réalisée sur les partitions de musique, tous styles confondus, des années 50 ou 60 dernières années montre qu’il y a très peu d’évolution. Les rythmes sont quasi identiques.
      Notre société est donc “bercée” par un schéma de pensée quasi unique provoquant sa décadence. La vérité, la justice, le progrès ne sont plus recherchés de nos jours. Pourquoi ?
      Cette décadence “culturelle” ne serait-elle pas le fruit d’un système financier, drogué aux profits de court terme, qui nous enferme dans une logique de court terme, de violence (infos rarement positives), d’instant présent pour qu’on ne remarque pas qu’il nous saigne aux 4 veines ?
      Nous libérer de l’occupation financière et de l’occupation culturelle, retrouver la joie des découvertes partagées, de la recherche de la vérité … nécessaire pour sortir d’une pensée unique et de la crise financière ?


      • Chris Le 26 mars 2017 à 13h37
        Afficher/Masquer

        Un glissement parfaitement voulu puisque les Eurocrates qui ont fait voter plusieurs résolutions pour “harmoniser” les contenus médiatiques au niveau Européen, afin que nous soyons de bons petits soldats de la doxa européiste et chantions en choeur ses bienfaits.


        • Caliban Le 26 mars 2017 à 20h49
          Afficher/Masquer

          @Chris

          Quelles sont vos sources ? Quelles sont les résolutions en question ?

          J’ai un peu de mal à croire que la Commission ou le Parlement se préoccupe de près ou de loin de la ligne éditoriale de la presse puisque celle-ci est toute acquise à la cause (cf référendum de 2005, Grèce, Brexit …), et depuis des lustres.


  2. Grub Le 26 mars 2017 à 03h46
    Afficher/Masquer

    Et oui le monde change. Les ouvriers doivent s’adapter à la modernité c’est le progrès. Les journalistes en danger c’est la démocratie qui est en jeu. Chacun défend ses intérêts rien de plus.


  3. Eric10 Le 26 mars 2017 à 05h04
    Afficher/Masquer

    “Les journalistes en danger c’est la démocratie qui est en jeu. ” euh, au vu de ce que nous savons des médias, coller “démocratie” et “journaliste” dans la même phrase est comment dire, déplacé ?

    Si on parlait de vrais journalistes qui respectent la charte de Munich, oui, mais la plupart n’ont même jamais entendu parler de cette déontologie.
    Comment parler de démocratie alors que la majorité de la presse appartient à des oligarques ? alors que cette même presse, prise la main dans le pot de confiture crée des déconnex ? des ministères de la vérité ?


    • calal Le 26 mars 2017 à 08h55
      Afficher/Masquer

      Les journalistes en danger c’est la démocratie qui est en jeu. vous avez loupe l’ironie du commentaire precedent. on pourrait rallonger la liste des analogies: les agriculteurs francais doivent s’adapter au marche mondial,mais y a exception culturelle pour le cinema,le theatre etc…


    • Wandata Le 26 mars 2017 à 10h07
      Afficher/Masquer

      La Vérité étant forcément unique, il ne doit subsister aucune aspérité.

      Uniforme, standardisée, normée, il en va de l’information comme des hommes qui la servent et ceux qui doivent s’y plier, les seconds se réduisant aux simples véhicules des premiers au service d’une caste de nuisibles qui se prennent pour des dieux, mais qui sont avant tout esclaves de leurs propres pulsions infantiles malsaines.

      Message, messager (et massage comme dirait l’autre) sont tout un à l’ère du Big Data et du délire transhumaniste qui conspire (oh le vilain mot et pourtant…) à détruire l’homme, sa dignité, son corps, (son âme et son esprit pour ceux qui y croient)

      Nous sommes les grains des sable dans la machine, les légions innombrables qui investiront le Système pour l’annihiler une fois pour toute !

      Par l’innocence de l’enfant, la maturité de l’homme et la sagesse du vieillard, nous vaincrons !


    • Dominique Le 26 mars 2017 à 15h57
      Afficher/Masquer

      « Si on parlait de vrais journalistes qui respectent la charte de Munich »

      Qui respectent la quoi ? (journaliste France Inter)


  4. Linder Le 26 mars 2017 à 06h02
    Afficher/Masquer

    Le journal “Le Monde” laisse supposé que Charles de Gaulle aurait été anti-américain. Un des candidats à la présidentielle a montré hier (samedi soir) une vidéo de l’ina : un entretient du général avec Alain Peyrefitte. De Gaulle rappelait l’amitié qui unissait la France et les Etats-Unis, qui, dans les moments critiques de l’Histoire, sont les plus fidèles alliés. Mais cela ne veut pas dire, précise le général, que ces deux pays vont tout le temps ensemble … Je croyais pouvoir retrouvé cette vidéo facilement sur le site de l’ina ou sur youtube mais, c’est impossible … L’ina a bloqué la vidéo du discours d’hier … Le magasine Historia et l’ INA, même combat ?


    • Homère d'Allore Le 26 mars 2017 à 21h53
      Afficher/Masquer

      J’y étais (et l’on dira “voilà un brave”) et la reprise de De Gaulle etait bien à propos.

      On trouve facilement l’interview en question :

      https://youtu.be/MNHakPLJiVg

      À partir de la 18 ème minute.


  5. Silk Le 26 mars 2017 à 07h11
    Afficher/Masquer

    Super l’étude, ca c’est top.
    Ça mériterait une développement conséquent (merci déjà pour la synthèse et les liens).
    Il est vrai que même @si vient de nous faire un copier-coller du decodex sur la déclaration de Fabius (citant grandement les crises au passage avec un screen shot …).
    Quand de l’autre côté ils font une émission sur le café de Sevran en présentant la même contre-enquête du bondy blog que Mediapart, sous exactement le même axe : ca fait presque copié-collé alors qu’ils auraient pu utiliser un axe déontologique et journalistique différent.


  6. yvon Le 26 mars 2017 à 07h22
    Afficher/Masquer

    Euh, je m’interroge sur la courbe d’interpolation, vaguement parabolique, et qui ne passe pas par l’origine…

    Est-ce à dire qu’avec 0 journaliste un “organe” de presse continuerait à produire 2,6 millions (approximativement) de mots ?

    Mais il faut prévenir les actionnaires…


    • Papagateau Le 26 mars 2017 à 08h03
      Afficher/Masquer

      Pour faire une collection d’Article AFP, il suffit d’un sélectionneur et un maquettiste… Soit 2 personnes ce qui est pas loin de zéro comparé aux 40 personnes que compte une rédaction moyenne.
      Bien sûr, il faut aussi un abonnement AFP, un comptable et un PDG. Donc finalement 10 fois moins de personne.
      Mais ce n’est pas le plus grave : le lecteur préfère finalement l’article AFP qui est factuel, plutôt que devoir lire tout le parti pris du journaliste qui obscurcit finalement l’article.
      On n’a que faire de l’originalité du journaliste si ce n’est que venin et ruse.


    • Tranquille Emile Le 26 mars 2017 à 08h32
      Afficher/Masquer

      La courbe de lissage n’a pas nécessairement de raison de passer par 0. Elle ne représente qu’une forme de moyenne qui ne fait que montrer que la taille de la rédaction influe sur l’originalité des articles.


  7. Tranquille Emile Le 26 mars 2017 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Merci pour l’article intéressant.

    La figure19E montre ainsi par exemple de façon très lisible quels sont les quotidiens qui font le moins de copier/coller, tout en ayant une appréciation d’une forme d’efficacité (en comparant avec la taille de leur rédaction).

    Mais les propos sources des auteurs eux mêmes sont également très intéressants : http://www.inaglobal.fr/presse/article/ce-n-est-pas-tant-l-actualite-que-les-journalistes-qui-font-l-evenement-9594


  8. Bayard Jean Le 26 mars 2017 à 09h05
    Afficher/Masquer

    Pourquoi ne pas encourager le journalisme d’investigation ?
    Etant la période actuelle propice aux coups tordus et autres foireux, il y a là une source inépuisable de nouveauté et de sensationnel dont rêvent tous les journalistes. Non ?


    • RGT Le 27 mars 2017 à 19h35
      Afficher/Masquer

      Le journalisme d’investigation existe toujours.

      Il est désormais cantonné à la rubrique nécrologique et celle des chiens écrasés.

      Vous ne savez pas chercher où se trouve l’information réellement unique et originale.


  9. Duracuir Le 26 mars 2017 à 10h04
    Afficher/Masquer

    Sans compter qu’AFP, AP, Reuters et BBC se font aussi des copier-coller entre eux.
    Donc, il suffit d’aller sur le site de CNN ou du NYT(je le fais quotidiennement depuis 6 mois) pour avoir en avant première, très exactement ce qui se dira, et comment ça se dira, avec les mêmes éléments de langage, dans la presse française y compris “de référence” quelques heures, voire jours plus tard.
    Faites l’execice, vous serez consterné de voir que le Monde n’est devenu qu’une succursale provinciale des grands journaux anglo-saxons qui SEULS donnent le “la” journalistique mondial.


    • Un_passant Le 26 mars 2017 à 12h04
      Afficher/Masquer

      Ou le Huffington Post, la “référence étrangère” de nos chers médias nationaux. Sans blague, il y a de quoi être sidéré de voir qu’ils ne semblent même pas capables d’aller sur le NYT, le Times, Der Spiegel, Die Welt, le Temps, la Tribune de Genève et j’en passe. C’est même franchement drôle (rire jaune s’entend XD) quand on regarde les médias hors Occident dont les titres montrent une cruelle indifférence sur ces thèmes qui, soi-disant, font jaser le monde entier. Pour nos médias, le “monde” semble se limiter à l’UE et l’Amérique du Nord. Et la Russie comme épouvantail.


      • Fritz Le 26 mars 2017 à 12h26
        Afficher/Masquer

        Ce microcosme porte un nom : “la communauté internationale”.
        Version politique : UE-OTAN.
        Version médiatique : CNN-NYT-Huffington Post-“Le Monde”.


  10. Olympi Le 26 mars 2017 à 10h09
    Afficher/Masquer

    Moi, président de la république j’augmenterai la productivité des journalistes publiques.

    Sinon, pourquoi les journaux locaux ont une productivité si faible ? J’aurais pensé le contraire, plus d’informations locales originales.

    Je serai actionnaire je me poserais des questions.


  11. L'illustre inconnu Le 26 mars 2017 à 10h40
    Afficher/Masquer

    Bah du coup si la plupart des articles ne sont que du copier-collé, qu’est-ce qu’ils produisent la plupart de ces 35 000 journalistes???


  12. Dva Le 26 mars 2017 à 11h05
    Afficher/Masquer

    Extraits… C’est l’un des aspects les plus importants de notre système médiatique – et, pourtant, presque inconnu du public ; la plus grande partie des nouvelles internationales dans tous les médias principaux provient de quatre agences de presse seulement : New York, Londres, Paris et Berlin. La position de monopole de ces agences a plusieurs conséquences : elles déterminent le choix des reportages, elles décident de quoi on parle et de quoi on ne parle pas, et il est évident que les reportages sont très uniformes et ils sont souvent simplement copiés…https://www.kla.tv/index.php?a=showlanguage&lang=fr&id=9484


  13. Dva Le 26 mars 2017 à 11h06
    Afficher/Masquer

    Merci bien au studio de Dresde ! Oui, qui se trouve derrière ces grandes agences de presse… ?
    1.) L’agence américaine Associated Press (AP) Avec plus de 4 000 employés dans le monde entier, AP appartient aux entreprises de médias des Etats-Unis et a sa rédaction principale à New York. Les informations de l’AP sont utilisées par environ 12 000 médias et atteignent ainsi chaque jour plus de la moitié de la population mondiale.
    2.) L’Agence France Presse (A.F.P.), qui est quasiment publique, a son siège à Paris et emploie également environ 4 000 personnes. Chaque jour l’A.F.P. expédie plus de 3 000 informations et 2 500 photos à des médias dans le monde entier…
    3.) L’agence britannique Reuters à Londres, est une agence privée, et emploie un peu plus de 3 000 personnes. En 2008 Reuters a été acheté par Thomson le patron canadien des médias – une des 25 personnes les plus riches du monde – et a fusionné en Thomson Reuters dont le siège est à New York.
    4.) L’agence de presse allemande (DPA) emploie environ 1 000 journalistes dans environ cent pays. La DPA possède des maisons d’édition de médias allemands et des stations de radiodiffusion. Sa rédaction principale est depuis 2010 dans la maison d’Axel Springer à Berlin. La DPA collabore étroitement avec l’AP américaine et possède la licence pour la commercialisation des services de l’AP dans l’espace germanophone…
    …Et l’achat de part dans le capital de grands groupes médiatiques de la part de milliardaires ( Bolloré and co en France) n’arrange en rien cette ‘orientation de l’info ) …


    • Un_passant Le 26 mars 2017 à 11h58
      Afficher/Masquer

      Pour avoir un peu comparé, l’AFP reste de loin l’agence la plus orientée. Reuters ou DPA sont plutôt pas mal, l’AP me semble inégale.


  14. Un_passant Le 26 mars 2017 à 11h53
    Afficher/Masquer

    En même temps, le copier-coller est la marque de fabrique d’Internet. Il n’y a pas si longtemps, des enseignants se désespéraient de voir leur élèves faire un plagiat intégral de wikipédia pour leurs exposés. Ce qui est désolant, c’est de se dire que même sans avoir une orthographe parfaite, on arrive à trouver des coquilles monstrueuses dans les journaux, ce qui est plutôt inquiétant (je ne parle même pas du contenu destiné aux ados, que l’on peut trouver sur FB, qui est truffé de fautes d’orthographes, ce qui augure mal de la décennie à venir).


    • Homère d'Allore Le 26 mars 2017 à 23h06
      Afficher/Masquer

      L’orthographe des bandeaux passant sur les chaînes d’information en continu est, de très loin, la plus déplorable.

      Ça doit être la tâche confiée au stagiaire de l’école de journalisme…


  15. some Le 26 mars 2017 à 12h37
    Afficher/Masquer

    > Premier constat : l’information se propage très rapidement. Il faut en moyenne moins de trois heures (175 minutes) pour qu’un événement couvert par un site le soit aussi par un autre. La moitié des événements donne lieu à des reprises en seulement 25 minutes et un quart en 230 secondes, généralement des reprises de dépêches AFP.

    hey dites, avec des stats pareils, arrêtez de nous faire croire que c’est de la pression économique, dans un tel cadre, les articles seraient changés vite fait-mal fait, là ils sont juste copié collé (64% des contenus sont de purs copier-coller d’autres articles, en particulier de dépêches AFP).

    C’est du jmen foutisme, ils n’attendent qu’une chose ces gens là, qu’un robot fasse leurs tafs.
    Et franchement vu la stat de copier coller, on peut en déduire que les investisseurs de ces journaux sont de vrais philanthropes (pour rester poli) car un programme informatique ferait mieux, plus rapidement et moins cher, pas besoin d’attendre une éventul singularité.

    Le seul point positif de cette histoire c’est de voir le désamour du public pour cette pratique. Encore que cela reste à confirmer au vu de la concordance d’évènement pour changer la lecture de cet fait.


  16. some Le 26 mars 2017 à 12h38
    Afficher/Masquer

    Autrement je crois qu’une coquille c’est glissée ici,
    La quantité d’information originale est d’autant plus menacée que le nombre de journalistes baisse en France : de 37.904 en 2009, les titulaires d’une carte de presse ne sont plus fin 2016 que 35.000 environ.


    • Alfred Le 26 mars 2017 à 22h02
      Afficher/Masquer

      Rassurez dans ces 35000 vous avez ceux de la presse dite spécialisée (la majorité): auto-truc, teletouslesjours, à l’endroitetàlenvers, etc… Sans compter la presse vraie presse spécialisée : medecinsdu93; lafeuilledesgeometresexperts, etc…
      Bref. La démocratie n’est pas la préoccupation de la majorité. Sans compter que dans la presse d’information généraliste nous avons tous pu constater que la défense de la démocratie c’est pour amuser les sans-dents.


  17. Eric83 Le 26 mars 2017 à 12h43
    Afficher/Masquer

    Voici un article original de Paris-Match qui devrait valoir à la journaliste un stage de rééducation “pensée unique et touche pas à mon Macron”, au Monde.

    “A La Réunion, le bide de Macron”. Si, si, vous avez bien lu. Cela doit être le premier article négatif de la MSM sur Macron, c’est un collector.

    Bon, il semble que le titre de l’article était vraiment trop politiquement insupportable donc le nom du lien semble avoir été changé pour un titre qui n’a plus rien à voir avec l’article.
    http://www.parismatch.com/Actu/Politique/Pour-Emmanuel-Macron-rien-n-est-joue-1219136


    • Fritz Le 26 mars 2017 à 13h41
      Afficher/Masquer

      Incroyable ! Il faut suivre cette envoyée spéciale de Paris Match, Mariana Grépinet.
      Va-t-elle être blâmée ? Licenciée ? Renvoyée au bagne de Cayenne ? Marquée au fer rouge, le vrai ou celui du Décodex ?

      Hé ! Ho ! Lagardère, surveille un peu tes journalistes !


    • Eric83 Le 26 mars 2017 à 18h50
      Afficher/Masquer

      Confirmation du changement de titre de l’article de PM après une sévère remontée de bretelles ?
      Pas de bol, l’indexation sur Google actualités, ce soir encore, fait apparaître le titre initial :
      “A La Réunion, le bide de Macron”. Ce titre était excellent, n’était-il pas ?

      https://news.google.fr/nwshp?hl=fr&ei=eOnXWLHrNoKQUY3Fq7AN&ved=0EKkuCAooBQ


  18. Nietil Le 26 mars 2017 à 13h24
    Afficher/Masquer

    J’admire le raisonnement qui assimile le nombre de journalistes au pluralisme des médias, tout en démontrant qu’ils se recopient les uns les autres.

    Est-ce que quelqu’un leur a fait remarqué que s’il n’y avait qu’un seul journal, il publierait 100% de nouvelles originales ?


  19. Kami74 Le 26 mars 2017 à 13h31
    Afficher/Masquer

    Dans notre société de surconsommation, l’information est devenue une industrie, qui comme beaucoup d’autres industries privilégie la quantité à la qualité. Dans deux lieux en particulier je constate régulièrement et avec tristesse les mêmes tendances : en librairie (parmi l’offre pléthorique de nouveaux livres, combien au contenu vraiment original ?) et au restaurant (70% à 80% des restaurants en France font de l’assemblage).

    Ceci dit dans le cas de l’information c’est plus grave car une démocratie ne peut fonctionner sans information de qualité.

    Par contre du point de vue de l’establishment cette situation est idéale : avec un contenu standardisé et prévisible dans les médias, il y a moins de surprises à attendre et de contre-feux à allumer, donc le contrôle des masses et la fabrique du consentement deviennent aisés. Il faut leur reconnaître : la prise de contrôle des principaux médias par l’establishment a été un réel succès.


  20. Dahool Le 26 mars 2017 à 13h46
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    “Les articles en ligne se ressemblent de plus en plus: 64% des contenus sont de purs copier-coller d’autres articles, en particulier de dépêches AFP, selon une étude.”

    Et ça monte à 90% sur des thèmes bien précis comme la Syrie ou l’Ukraine !

    C’est pour ça qu’on ne peut pas dire que les médias mentent, en de rares moments, l’avis opposé à la pensée unique se fraie un chemin par l’intermédiaire d’un invité. C’est parfois grotesque quand les articles se chevauchent et sont fortement contradictoires, l’un des 2 ment ou est incompétent.

    Vous me direz “ça prouve bien que les médias ne cachent rien” ?
    En effet, mais c’est problématique dans une proportion 90/10. C’est de la propagande qui ne nous garantit pas qu’elle soit vérité.
    Le lecteur distrait ne se rendra pas compte qu’il ne réfléchit plus et boira le calice jusqu’a la lie, le curieux qui compare et prend ses décisions après lecture des faits, et rien que les faits, lui, se rendra compte, que la mainmise du pouvoir actuel ne repose que sur l’hypnose et sa clientèle principale, les naïfs.

    Le hic, c’est que les naïfs sont de moins en moins nombreux !


    • Dahool Le 26 mars 2017 à 14h29
      Afficher/Masquer

      Le fait qui m’inquiéte depuis un long moment déjà, c’est cette propagande pré guerre qui ne cesse de monter et qui ne signifie rien de bon. Ce n’est pas une impression.

      Un certain Brandon Smith, dont j’ai lu de rares papiers, prétend que l’élection de Trump était le choix de l’état profond, dans le but de lui faire porter le chapeau si gros krach financier et sociétale survient.
      J’avoue m’être posé cette question bien avant de lire ce monsieur. Pas précisément avec les US mais d’une manière plus générale.

      Et je me la pose d’autant plus quand je m’interroge sur le hasard qui fait bien les choses, tout s’enchaîne merveilleusement bien pour les partis, visions ou projets dits extrémistes.

      Si nous parvenons à faire changer les choses et que tout explose, va t’on nous faire porter le chapeau ?


      • Un_passant Le 26 mars 2017 à 15h33
        Afficher/Masquer

        Il y a un adage qui dit: on provoque ce que l’on cherche à éviter.

        Contrairement aux complotistes, je ne crois pas que qui que ce soit cherche réellement la guerre. La guerre est un piège et, dans l’ensemble, les “élites” en ont conscience. A la limite, certains tentent d’influencer dans un sens ou un autre, sans vraiment se préoccuper des risques collatéraux. Ils cherchent plutôt des changements de pouvoir. Et à défaut tant qu’elle reste loin, circonscrite, ça n’est pas bien grave, au pire, on fera de la propagande pro-réfugiés.

        La véritable guerre, ils en ont une peur bleue : elle sera mondiale, cumulée à des épisodes de guerre civile, potentiellement nucléaire et provoquera -ou suivra- le grand crash; celui que le dumping monétaire, qui s’accumule depuis 1973 et encore plus depuis 1995, risque de provoquer (mais vu les enjeux, ils font tout pour l’éviter, sinon il aurait déjà éclaté, c’est bien pour cela que les USA tolèrent, tout en faisant traîner, le rééquilibrage en cours).


  21. PatrickLuder Le 26 mars 2017 à 18h53
    Afficher/Masquer

    Il est à souligner que les reporters (ou journalistes) indépendants doivent aussi le devenir en matière de financement … et comme les nouvelles deviennent de plus en plus meilleur marché (surtout quand rédigé par des algorithmes), les articles de qualité et de fonds (longuement travaillés) ont tendance à disparaître.


    • PatrickLuder Le 26 mars 2017 à 18h55
      Afficher/Masquer

      Internet nous a fait entrer dans l’ère de la malbouffe de l’information !


  22. Clop Le 26 mars 2017 à 20h59
    Afficher/Masquer

    Évident.
    Plus un journaliste ne va sur le terrain.
    A se demander à quoi sont payés les 2/3 des journalistes.
    Sur que bfm tf1 France 2 etc n’iront pas parler de cette étude et de ce système à bout de souffle.


  23. Media Le 27 mars 2017 à 01h33
    Afficher/Masquer

    Travaillant dans un média, je constate évidemment chaque jour ce système de reprise systématique des infos des “Grands médias” avec énormément de copier-coller… ce n’est pas nouveau et chacun s’en rend compte.

    Deux des raisons à celà sont l’abscence de temps à consacrer à l’investigation et une évidente autocensure… La rédaction sachant bien ce que le patron de presse ne veut pas dans son canard, sa tv ou sa radio, les journalistes font du zèle dans ce domaine sans que le propriétaire n’ai à demander quoi que ce soit.

    Ce qui m’intéresse aussi beaucoup, ce sont les infos qui ne sortent pas, justement parce qu’elle ne sont pas reprisent par les “Grands”, sans doute parce que dès l’origine les faits ne sortent que de façon très “timide” dans les dépêches AFP… Reuters ou autre “grossistes”..

    D’où l’interêt de ce blog !! – Merci OB.

    Un autre phénomène – encore une désinformation pas le vide – c’est le manque flagrant de mise en relation des faits… (sauf pour Poutine 😉


  24. gaston Le 27 mars 2017 à 06h56
    Afficher/Masquer

    AFP Reuters
    peut on me dire de qui dépendent ces agences ?
    si elles sont à l’origine des deux tiers des dépêches, alors évidemment leur responsabilité est colossale.. Or je crois bien que ce sont des entreprises privées ..
    Qui contrôle et comment leurs (éventuelles ? ) dérives ?
    Rassurez moi ..


Charte de modérations des commentaires