Les Crises Les Crises
30.décembre.201630.12.2016 // Les Crises

L’ex-ambassadeur UK en Syrie donne une leçon de diplomatie : “Les dirigeants ont perdu pied avec la réalité sur la Syrie !”

Merci 16
J'envoie

Incroyable leçon de Diplomatie par l’ancien ambassadeur britannique en Syrie de 2003 à 2007, dont je partage la vision.

Et dont je pense qu’il doit comprendre les choses un peu mieux que moi, hmmm… Lui qui déclarait en avril 2015 “Les chances des démocrates ou modérés en Syrie sont comme les chances de voir tomber des flocons de neige en enfer – aucune. Les seules forces puissantes opposées au gouvernement syrien sont les islamistes extrémistes, Daech et les autres groupes aux mêmes idées. Tant que les gouvernements occidentaux et certains alliés régionaux tenteront d’entraver le gouvernement syrien, je crains que ce conflit ne se poursuive.

À rapprocher aussi de la mésaventure de notre propre ambassadeur en Syrie – où quand les technocrates parisiens n’écoutent plus les ambassadeurs compétents sur place…

Bref, une bonne référence à opposer aux doux rêveurs…

Dont j’attends toujours la réponse à une importante question : on est censé faire quoi si al-Qaïda occupe la ville Saint-Denis avec des milliers de djihadistes et envoie depuis là des bombes sur Paris ? On reprend la ville comment ? Avec des fleurs ? Parce que la dernière fois, ils étaient 3 avec un revolver, et la police a presque détruit un immeuble…

Le but de la politique est évidemment de ne jamais en arriver là, sinon des centaines de civils vont mourir, inévitablement. Et le lot de pleureuses qui laissent les gouvernements faire leurs sales affaires sans rien dire se réveilleront…

“Le diplomate face à la journaliste du XXIe siècle”, un moment à garder dans les annales… :

(cliquez sur le 1er rectangle plein en bas à droite pour avoir les sous-titres)

Lien de secours.

Transcription :

Journaliste : Durant les dernières heures, l’évacuation d’Alep a repris sous de fortes neiges. L’ONU confirme que les bus ont recommencé à circuler, transportant les gens à l’extérieur de la partie Est d’Alep. Les forces gouvernementales syriennes sont à l’arrêt, dans l’attente d’avancer vers la dernière enclave rebelle, scellant ainsi la plus grande victoire du Président Assad à ce jour dans cette guerre. Cela signifie-t-il qu’il est temps pour le Royaume-Uni de reconsidérer son soutien continu pour la soi-disant « opposition armée modérée » au Président Assad ? Doit-il reconsidérer sa perspective selon laquelle le Président Assad ne doit jouer aucun rôle dans le futur de la Syrie ? Peter Ford fut l’ambassadeur britannique en Syrie de 2003 à 2006. Peter Ford, pensez-vous qu’il est temps de reconsidérer les choses ?

Peter Ford : Absolument, il serait grand temps. Nous nous sommes accrochés bien trop longtemps à l’illusion selon laquelle la soi-disant opposition modérée allait vaincre Assad. C’est maintenant évident avec la reconquête d’Alep par le gouvernement, il faut cesser de nous voiler la face et nous devrions regarder la réalité telle qu’elle est : Assad ne sera pas renversé par la force des armes ni à la table des négociations. Le Royaume-Uni doit à présent faire trois choses. 1/ Nous devons cesser de soutenir une opposition en déroute et divisée. 2/ Nous devons commencer à venir en aide au peuple syrien en levant les sanctions. 3/ Nous devons travailler avec les Russes sur un règlement politique de la situation qui aurait dû se produire il y a longtemps déjà.

Journaliste : Mais comme nous le savons, pour beaucoup de dirigeants occidentaux, le règlement politique de la situation ne laisse pas de place à Assad. Boris Johnson, le Secrétaire d’Etat des Affaires Etrangères, a déclaré au mois de septembre dernier qu’il ne peut jouer aucun rôle dans le futur gouvernement de la nouvelle Syrie car tant qu’Assad sera au pouvoir à Damas, il n’y aura pas de Syrie à gouverner. Downing Street [le cabinet du Premier Ministre] a déclaré plus tôt ce mois-ci que la cruauté barbare dont ont fait preuve les forces du régime syrien démontrent que le Président Bachar Assad (sic) n’a aucune place dans le futur du pays.

Peter Ford : Oui, mais c’est absurde. C’est vraiment absurde. Assad contrôle maintenant plus de 80% des zones habitées de Syrie. Il n’y a aucune raison pour que dans les mois à venir, lui et ses forces ne reprennent pas les 10, 15 voire 20% restants. Il sera alors le maître absolu du pays. Bien sûr, il y aura toujours des groupes mécontents de la situation. Mais dans toute l’histoire écrite de l’humanité, y a-t-il eu une seule guerre civile d’une telle durée après laquelle tout le monde ait été satisfait d’un dirigeant ? Il n’y a pas de [Nelson] Mandela syrien. Il n’y a aucun [autre] dirigeant. Pouvez-vous me nommer ne serait-ce qu’un chef de l’opposition qui pourrait assumer le rôle d’Assad ? C’est absurde. C’est grotesque. Boris Johnson et Theresa May ont perdu pied avec la réalité. Donald Trump va prendre la relève, et s’il fait ce qu’il a annoncé, il va normaliser les relations avec la Russie, donner la priorité à la lutte contre Daech en Syrie et cesser d’œuvrer au renversement d’Assad. Quand allons-nous nous réveiller ?

Journaliste : Vous avez dit être très préoccupé par le soutien du Royaume-Uni pour la soi-disant opposition armée modérée, et il y a effectivement aussi eu des plaintes et allégations d’abus à leur encontre. Néanmoins, si vous laissez le Président Assad en place pour la diplomatie future de la Syrie, cela ne reviendrait-il pas à fermer les yeux sur tout ce qu’il a fait jusqu’à présent ? Comme l’usage d’armes chimiques contre son propre pays ?

Peter Ford : Ecoutez, ce soir, il y a un sapin de Noël et des festivités au centre d’Alep. Je pense que si Assad était renversé et que l’opposition était au pouvoir, vous ne verriez pas de sapin de Noël à Alep. La diabolisation du régime a pris des proportions grotesques. Même pour la fin de ce conflit avec les bus [d’évacuation] verts. Il n’y avait pas de bus verts à Gaza. Il n’y avait pas de bus verts lorsque l’OTAN bombardait la Yougoslavie sans merci. Cette campagne d’Alep est menée, dans ses dernières étapes, avec une certaine humanité. Ce n’est pas à la débâcle de l’humanité qu’on assiste, contrairement à ce que prétendent certains, mais à la débâcle de la rationalité. Où se trouvent les moindres preuves des prétendues atrocités, de Guernica, des massacres, du génocide, de l’Holocauste ?


N.B. vous aurez compris que c’est une vidéo de propagande du gouvernement syrien, mais enfin, ça a existé aussi…

Journaliste : Eh bien, je pense que beaucoup de personnes ne seront pas d’accord avec cela car elles ont vu des personnes fuir Alep-Est, les allégations selon lesquelles des gens ont été attaqués, empêchés de quitter la ville… Vous savez, il y aura ces allégations et elles feront l’objet d’une enquête. En attendant, il y a certes des critiques contre les deux côtés, oui, mais vous vous opposez violemment à énormément de figures de premier plan dans les gouvernements du monde, selon lesquelles, et je terminerai là-dessus, qu’il n’y a pas de place pour le Président Assad dans la Syrie de demain. Concluez sur votre pensée, et nous allons terminer l’interview dans quelques secondes.

Peter Ford : C’est vraiment être aux antipodes de la réalité. Qui mettraient-ils donc à la place d’Assad ? Persister à vouloir renverser le régime en Syrie comme nous l’avons fait ailleurs, en Irak, en Libye, ne mène qu’à plus de souffrance chez les simples citoyens.

Journaliste : Peter Ford, ambassadeur britannique en Syrie dans les années 2000, merci beaucoup.


Vous noterez la fin du billet de la BBC qui relate l’interview (on ne va pas lui laisser le dernier mot, oh !) :

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré qu’une solution politique et une transition sans Assad étaient «la seule façon de mettre fin aux souffrances du peuple syrien».

OB : Moi je parie qu’ils vont en trouver une autre…

Un porte-parole a ajouté: “Le régime d’Assad a le sang de centaines de milliers de personnes à ses mains. Il n’y a aucun moyen qu’il puisse unir et apporter la stabilité à la Syrie.

OB : et si on laissait les Syriens en décider librement ? #Démocratie

“Le Royaume-Uni a promis plus de 2,3 milliards de livres sterling pour soutenir les personnes affectées par le conflit syrien et a cherché à réduire la souffrance avec chaque levier diplomatique à notre commande.”

OB : 2,3 MILLIARDS ???? D’AIDE pour réduire la souffrance ? Ca en fait des kalachnikovs ça…



Transcript VO :

Presenter : Peter Ford was the UK’s Ambassador to Syria from 2003 to 2006. Peter Ford, do you think it’s time for a re-think?
Ford : Absolutely. It’s way overdue. We have clung for too long to the illusion that the so-called ‘moderate opposition’ would overcome Assad. Surely now, with the Government’s recovery of Aleppo, the veils should fall from our eyes and we should look reality in the face: Assad is not going to be removed by force of arms or at the negotiating table. What Britain should do now is three things: we should stop supporting a failed and divided opposition; we should start to try to help the people of Syria by lifting sanctions; and we should be working with the Russians on an overdue political settlement.
Presenter : But the political settlement as we know for many leaders in the Western World does not include Assad in its calculations. Boris Johnson for example, the Foreign Secretary, in September of this year saying he can have no part in the future government of Syria because as long as Assad is in power in Damascus, there will be no Syria to govern. Downing Street [the home of the UK’s Prime Minister] saying just earlier this month “the barbaric cruelty shown by the Syrian regime forces shows that President Bashar Assad (sic) has no place in the country’s future.
Ford : Yes, but this is absurd. It’s quite absurd. Assad is in control of over 80% now of the populated area of Syria. There is no reason why, in the months to come, he and his forces will not take the remaining 10, 15 and eventually 20%. He will then be in total control of the country. Of course there will be remaining groups who are not happy, after which, in the whole of recorded history has there ever been a protracted civil conflict like this that left everybody happy under one ruler? There is no Syrian [Nelson] Mandela. There is no leader. Could we even put a name to one opposition leader who would step into Assad’s shoes? It’s absurd. It’s grotesque. It shows that Boris Johnson and Theresa May have lost grip on reality. Now Donald Trump is coming in and if he carries out what he said he’ll carry out he will normalise relations with Russia, he will prioritise the fight against ISIS in Syria, and he will stop working for the overthrow of Assad. When are we going to smell the coffee ?
Presenter : Well, you have said that you are deeply concerned by Britain’s continued support for the so-called moderate armed opposition and indeed there have been complaints, there have been allegations of abuse on that side of the War as well. Nevertheless, if you leave aside President Assad and you sak “ok, let him continue through the future diplomacy concerning Syria”, wouldn’t that be condoning him and all he’s done up until now? Chemical weapons, for example, against his own people?
Ford : Look, tonight there is a Christmas Tree in the centre of Aleppo and celebrating people. I think if Assad were removed, and the opposition were in power, you would not be seeing a Christmas Tree in Aleppo. The demonisation of the regime has been taken to ridiculous lengths. Even the end of this crisis with the green buses; there were no green buses in Gaza, there were no green buses when NATO was bombing Yugoslavia to smithereens. This Aleppo campaign has been handled in its final stages with relative humanity. We’ve seen not what some allege to be a meltdown of humanity but a meltdown of sanity. Where are, where’s any evidence of the alleged atrocities, of the Guernica, of the massacres, the genocide, the holocaust ?
Presenter : Well, I think you’ll find many people will disagree with that as they have seen people fleeing Eastern Aleppo; the allegations that people have been attacked, prevented from leaving the city. You know there will be these allegations and they will be investigated. In the meantime there’s criticism of both sides, yes indeed, but you are violently disagreeing with an awful lot of senior figures in governments across the World who say – and I just conclude on this – that there is no place for President Assad in the future of Syria. Just again, complete your thought and we will conclude the interview in just a few seconds.
Ford : Well, this flies in the face of reality. Who are they going to put in Assad’s place? To try to continue to overthrow the regime in Syria, as we’ve overthrown regimes elsewhere – in Iraq, and Libya – leads only to more suffering on the part of the ordinary people.
Presenter : Peter Ford, UK Ambassador to Syria in the 2000s, thank you very much indeed.


Un ex-ambassadeur britannique déclare que la politique étrangère de la Grande Bretagne vis-à-vis de la Syrie a été “mal menée tout du long”

Source : Daily Mail, John Stevens, 23-12-2016

L'ancien ambassadeur britannique en Syrie Peter Ford, sur la BBC, a dit que David Cameron avait adopté la mauvaise attitude envers la Syrie et avait aggravé la situation

L’ancien ambassadeur britannique en Syrie Peter Ford, sur la BBC, a dit que David Cameron avait adopté la mauvaise attitude envers la Syrie et avait aggravé la situation

  • Peter Ford était le représantant du Royaume-Uni à Damas de 2003 à 2007.
  • Selon lui Cameron aurait soit du s’engager pleinement dans les combats, soit rester totalement en dehors.
  • Au lieu de ça la Grande-Bretagne a encouragé les rebelles mais a refusé d’intervenir militairement.
  • La guerre en Syrie fait rage depuis plus de cinq ans sans qu’un horizon stable ne se profile.

L’ambassadeur anciennement affecté à Damas a déclaré que la politique Syrienne de la Grande-Bretagne a été “mal menée tout du long” et a même empiré la situation.

Ayant officié de 2003 à 2007, Peter Ford a constaté que depuis les débuts de la crise Syrienne le premier ministre Britannique David Cameron n’a pas su se positionner correctement.

L’ancien diplomate affirme que Cameron aurait du clairement choisir : soit préparer les troupes à intervenir sur le terrain, soit s’abstenir d’”encourager une campagne vouée à l’échec dirigée par l’opposition, entraînant la conversion ou la mort de centaines de milliers de civils.”

Nous avons empiré la situation,” ajoute-t-il.

“Il était hautement probable que les choses se passent de cette manière pour qui voulait bien voir la réalité en face.”

“Ça me désole mais le Bureau des Affaires Etrangères auquel j’appartenais s’est trompé sur le dossier Syrien tout du long.”

“Au départ ils nous ont dit que la chute d’Assad était imminente. Ils nous disaient qu’il tomberait avant Noël (et ils n’ont jamais précisé quel Noël donc il se pourrait qu’ils finissent par avoir raison) mais après ils nous ont dit que l’opposition était dominée par les soi-disant modérés: il s’est trouvé que ce n’était pas le cas.

Maintenant ils racontent un nouveau mensonge: qu’Assad ne peut pas controler le reste du pays. Eh bien j’ai de grandes nouvelles pour eux ; il est en passe de réussir ce tour de force.”

Le régime Syrien a pris le contrôle total d’Alep Jeudi pour la première fois en quatre ans; après un dernier affrontement, combattants et civils ont été amenés hors des quartiers dévastés de l’Est de la ville dans des bus.
M. Ford affirme que les forces d’Assad auront besoin de consolider leur prise sur Alep et de la défendre contre de possible contre-attaques.

“Quoi qu’il en soit, nous sommes à une période de l’année où nous pouvons nous réjouir de voir un sapin de Noël sur la place centrale d’Alep; il n’y aurait pas de sapin si l’autre camp avait gagné,” a-t-il ajouté au micro de la BBC 4.

Il y a eu de nombreuses condamnations du régime Assad (soutenu par la Russie et l’Iran) concernant les bombardements d’Alep, mais M. Ford nous rappelle que des frappes similaires ont eu lieu à cause de la lutte contre l’État Islamique dans des conflits armés au Yémen et en Iraq sans que cela n’inquiète les acteurs occidentaux.

Je pense que nous sommes très sélectifs concernant notre indignation autour de la campagne d’Alep. Des bombardements similaires ont lieu à Mosoul et au Yémen et personne ne prête attention à ces populations.

On ne parle pas d’atrocités, on ne parle pas de crime de guerre alors qu’ils sont incontestablement commis sur ces deux théâtres d’opération. On ne parle pas de génocide ou d’holocauste.

Nous serons chanceux si ces campagnes finissent avec l’évacuation des bus verts; il n’y avait pas de bus verts à Gaza. Il n’y avait pas de bus verts après les bombardements de l’Otan en Yougoslavie. Je pense nous devrions donner un peu plus de crédit au gouvernement Syrien: ils ont réussi à amener une fin plutôt paisible à une période terrible.”

Interrogé sur les attaques menées contre les hôpitaux, M. Ford tempère: “C’est également un crime de guerre d’utiliser des hôpitaux comme centres de commandement, ce qu’ont fait les djihadistes. Et c’est également un crime de guerre d’utiliser des écoles pour entreposer des armes, ce qu’ont fait les djihadistes.

Source : Daily Mail, John Stevens, 23-12-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie nullement que nous "soutenons" Bachar al-Assad. Par principe, nous ne "soutenons" aucun gouvernement nulle part sur la planète. Nous sommes au contraire vigilants, tout gouvernement devant, pour nous, justifier en permanence qu'il ne franchit aucune ligne jaune. Mais nous sommes évidemment également attachés à lutter contre le deux poids 2 mesures, et à présenter tous les faits. Au final, notre vision est que le peuple syrien puisse choisir librement et démocratiquement son avenir, sans ingérences extérieures, et nous condamnons toutes les atteintes aux Droits de l'Homme des deux camps...

Commentaire recommandé

Bordron Georges // 30.12.2016 à 09h26

«vous vous opposez violemment à énormément de figures de premier plan dans les gouvernements du monde, selon lesquelles, et je terminerai là-dessus, qu’il n’y a pas de place pour le Président Assad dans la Syrie de demain.»
Ecoutez cela, écoutez encore et vous comprendrez ce qu’est le système des élites qui prétendent dominer le Monde.
Pour des raison morales, pour des raison culturelles, dans ma relativement longue vie, je n’aurai jamais pu imaginer, que ce soit cela. Et pourtant c’est ce qu’elles pensent, c’est ainsi veulent organiser le Monde.
Selon cette élite mondialisée, tout pays, tout peuple ne pourra vivre paisiblement que si son, ou ses, dirigeants lui font allégeance.
Tout dirigeant qui refuse de se soumettre sera accusé d’avoir du sang sur les mains et sera élimé quoi qu’il en coûte à son peuple. Ainsi Poutine, Assad, Chavez, et beaucoup d’autres en Amérique du sud, en Yougoslavie, en Asie, …, tous sont accusés d’être des dictateurs sanguinaires. S’ils sont soutenus par leur peuple, celui-ci le payera cher!
Par contre dans la pensée aberrante de cette élite, Poroshenko, Bush, Cameron, Hollande, les émirs du Qatar et de l’Arabie saoudite, (par vocation ou par soumission), eux sont des gouvernants aux mains pures!
Et ce n’est pas tout! Derrières ces élites gouvernantes, il y a d’autres élites encore pires que ces dernières: les élites financières qui depuis des décennies accumulent les richesses, et grâce à l’endettement des peuples soumis, dépossèdent ceux-ci des biens dont ils vivaient sur leur propre territoire.

31 réactions et commentaires

  • LBSSO // 30.12.2016 à 06h25

    “La diabolisation du régime a pris des proportions grotesques.”
    Cette phrase de l’ambassadeur me rappelle P Boniface .
    http://www.iris-france.org/85362-les-derives-antirusses-du-monde/
    Extraits:
    “Les Occidentaux n’auraient-ils aucune part de responsabilité (…) ? C’est (…) oublier tout ce qui s’est produit avant : élargissement de l’OTAN, (…) système antimissiles[basé en Europe], guerre du Kosovo, guerre d’Irak, intervention en Libye… ”
    “(…) B Obama avait déclaré que ce système était censé protéger contre une menace inexistante par des technologies non prouvées et un financement incertain; il a d’abord souhaité l’abandonner avant de plier devant le complexe militaro-industriel.”
    “(…) dans l’histoire du contrôle des armements, seuls deux États ont rompu les engagements qu’ils avaient souscrits : la Corée du Nord (…) ; les États-Unis (…).”
    “Le Monde va-t-il enquêter sur les réseaux atlantistes en France, à mon sens bien plus nombreux que les circuits d’influence russe ? “

     42

    Alerter
    • Pierre Fortin // 31.12.2016 à 19h17

      Barack Obama avait aussi déclaré lors de sa campagne électorale de 2008 « Nous devons nous retirer d’Irak, mais chose plus importante, nous devons nous défaire de l’état d’esprit qui nous y a menés. » Ça reste à faire.

       1

      Alerter
  • LBSSO // 30.12.2016 à 07h52

    L’ambassadeur:
    ” La diabolisation du régime a pris des proportions grotesques. ”
    Pascal Boniface:
    “Il est légitime de critiquer la Russie. Verser dans le Russian bashing est excessif. ”

    http://www.iris-france.org/85362-les-derives-antirusses-du-monde/
    (“dispute” entre P Boniface et Le Monde)

    Ce lien est à lire ,selon moi, et vous verrez que la contradiction peut être très argumentée,solide et factuelle A comparer à l’échange entre “faux frères” de l’autre billet du jour.

     4

    Alerter
  • PatrickLuder // 30.12.2016 à 09h15

    Dans ses interventions publiques et officielles, le gouvernement syrien se démarque toujours en clamant haut et fort son indépendance politique, militaire, commerciale et financière…

    Est-là où le bât blesse, une nation dans une zone stratégique (comme d’autres avant(et après)) qui ne veut pas simplement se conformer au dictat de la toute puissance des marchés mondiaux, au dictat de la £inan$e globale, aux ~impératifs énergétiques (et militaires) “communs”?

    Est-ce seulement contre son affirmation d’indépendance que nous sommes prêt à sacrifier un peuple et une civilisation?

     14

    Alerter
    • PatrickLuder // 30.12.2016 à 09h21

      C’est bien la même chasse qui risque d’être donnée à tous les “non-conformistes” dans nos propres civilisations occidentales, une chasse légalisée publiquement par des impératifs artificiels.

       7

      Alerter
  • Bordron Georges // 30.12.2016 à 09h26

    «vous vous opposez violemment à énormément de figures de premier plan dans les gouvernements du monde, selon lesquelles, et je terminerai là-dessus, qu’il n’y a pas de place pour le Président Assad dans la Syrie de demain.»
    Ecoutez cela, écoutez encore et vous comprendrez ce qu’est le système des élites qui prétendent dominer le Monde.
    Pour des raison morales, pour des raison culturelles, dans ma relativement longue vie, je n’aurai jamais pu imaginer, que ce soit cela. Et pourtant c’est ce qu’elles pensent, c’est ainsi veulent organiser le Monde.
    Selon cette élite mondialisée, tout pays, tout peuple ne pourra vivre paisiblement que si son, ou ses, dirigeants lui font allégeance.
    Tout dirigeant qui refuse de se soumettre sera accusé d’avoir du sang sur les mains et sera élimé quoi qu’il en coûte à son peuple. Ainsi Poutine, Assad, Chavez, et beaucoup d’autres en Amérique du sud, en Yougoslavie, en Asie, …, tous sont accusés d’être des dictateurs sanguinaires. S’ils sont soutenus par leur peuple, celui-ci le payera cher!
    Par contre dans la pensée aberrante de cette élite, Poroshenko, Bush, Cameron, Hollande, les émirs du Qatar et de l’Arabie saoudite, (par vocation ou par soumission), eux sont des gouvernants aux mains pures!
    Et ce n’est pas tout! Derrières ces élites gouvernantes, il y a d’autres élites encore pires que ces dernières: les élites financières qui depuis des décennies accumulent les richesses, et grâce à l’endettement des peuples soumis, dépossèdent ceux-ci des biens dont ils vivaient sur leur propre territoire.

     80

    Alerter
    • Micmac // 30.12.2016 à 11h40

      Nos chers dirigeants ne défendent pas les droits de l’homme, mais les droits de l’homme d’affaire.

      Ils suffit, par exemple, qu’un homme politique démocratiquement élu nationalise un truc, et il devient le diable incarné…

      L’exemple le plus frappant et celui de l’Argentine. Le gouvernement Kirchner était de gauche très modérée, c’était pas du Chavez, mais il a nationalisé le pétrole! Horreur! Campagne de presse sur campagne de presse, vote de défiance du Parlement Européen, fausses accusations par un juge corrompu et cocaïné opportunément suicidé avant qu’on s’aperçoive que son dossier était vide… Et ça continue, Kirchner étant à nouveau accusée de façon très discutable même après avoir quitté le pouvoir. Histoire d’être bien sûr que personne ne moufte ailleurs. Le message étant : “On ne vous lâchera jamais”.

      Par contre, on peut faire des affaires avec le Qatar et les Saouds. Donc tout va bien… Ils peuvent continuer à couper les mains et les têtes tranquillou.

       33

      Alerter
      • lvzor // 31.12.2016 à 00h16

        Eh oui… On peut même commercer sans honte avec les USA, dont la police tue bon an mal an plus d’un millier de citoyens.

         2

        Alerter
      • SEBLEB // 02.01.2017 à 06h26

        Précision : au Qatar on ne coupe ni mains ni tete. La peine de mort y existe juridiquement mais n’a été appliquée qu’une fois ces 25 dernières années, par pendaison si je me souvient bien. C’était au début de années 2000.
        Bref c’est caricatural des les mettre systématiquement dans le meme panier que les Saouds.

         0

        Alerter
      • anne jordan // 02.01.2017 à 12h19

        sans parler de l’attaque médiatique contre Correa :

        http://www.wrongkindofgreen.org/category/organizations/amazon-watch/
        pile au moment où celui ci veut taxer les plus riches , une ONG ( Amazon Watch ) qui s’était pourtant distinguée contre Chevron , répand de FAUSSES infos sur une prétendue main mise de la CHINE ( c’est presque la Russie , hein! ) sur le sous sol équatorien…
        et ça marche : tout le monde pleurniche et personne ne veut diffuser le contre feu cidessus !

         0

        Alerter
    • Giloux // 30.12.2016 à 12h29

      Vous appelez ça des élites ?
      Le mot “élite” est dévoyé depuis si longtemps…

       9

      Alerter
    • martin // 30.12.2016 à 21h41

      @ BORDRON GEORGES

      Il semble qu’on puisse faire l’hypothèse suivante: la domination globale de l’axe Wall-Street-City ne peut se maintenir que si la menace de rétorsions militaires économiques et politiques demeure suspendue au-dessus des peuples. D’ou l’importance du Pentagone pour ces messieurs (et dames). Mais cette menace est de moins en moins effective, et cela provoque l’exaspération des milieux financiers et de leurs valets. Impossible de frapper la Russie ou la Chine, impossible même de frapper l’Iran. Du coup, beaucoup de pays faibles sont en train de comprendre qu’il existe un espoir d’être protégé de l’agression et de l’esclavage pour dette, qu’il est possible aussi de profiter normalement des ressources naturelles que la nature leur a donné.
      L’hégémonie prend fin, le monde semble renaître.

      DM

       4

      Alerter
  • lit75 // 30.12.2016 à 11h11

    Dans le style leçon de Diplomatie, il y a eu l’interview de Vedrine et de Villepin sur Europe 1.

    http://www.itele.fr/magazines/grand-rendez-vous-politique-darmon/le-grand-rendez-vous-partie-1-du-27112016-171750

    C’était le jour du second tour de la primaire de la droite et du centre.

    “Vedrine: En Syrie, par exemple. Les politiques américaines et françaises ont échoué. Ca c’est un constat, c’est pas une accusation. On est hors-jeu, on est hors-jeu.

    Journaliste : Concrètement, ça veut dire quoi cet accord avec Poutine, pour la Syrie, est-ce qu’on fait entrer les russes dans la coalition ?

    Vedrine : Non. Mais… Comment dire, il y a pas de honte, vous pensez qu’on a les cartes pour décider de faire rentrer quelqu’un ? C’est nous sommes en dehors, pour le moment
    on n’est dans rien….

    On n’est dans rien dans l’affaire de la Syrie. C’est les russes qui ont les clés. C’est peut-être triste. C’est peut-être horrible, à cause d’Alep. C’est atroce. Il n’empêchent qu’ils ont les clés. Donc c’est à eux, malheureusement de décider de nous faire rentrer ou pas. Et si on veut pas attendre en quémendant un geste de la part des russes, il faut qu’on ait quelque chose à proposer”

    Quant à Villepin, son discours, c’est “L’Occident n’a pas de projet politique”.

     11

    Alerter
  • RGT // 30.12.2016 à 11h12

    La meilleure solution consiste bien sûr à laisser le peuple syrien décider de son sort, tout comme tous les autres peuples de cette planète…

    Après ce qui s’est passé en Syrie, j’ai la certitude que Bachar El Assad sera reconduit par les syriens avec un score plus élevé de celui de Chirac en 2002…

    Les syriens ont vraiment vu ce qu’était “l’opposition démocratique” soutenue par les occidentaux et les pétromonarchies et j’ai la certitude que le “régime” actuel, malgré tous ses défauts, leur paraîtra désormais comme proche de l’utopie.

    C’est sans doute pour ça que les occidentaux (Fabius en tête) voulaient “dézinguer” Bachar comme ils l’ont fait avec Kadhaffi, juste pour supprimer toute possibilité de retour en arrière.
    Heureusement pour les syriens, ils n’auront pas droit à un aller simple en enfer.

    Je ne soutiens pas le gouvernement actuel syrien.
    Je me contente simplement de constater que c’est un moindre mal comparé à ce que souhaitent offrir les occidentaux à sa population.

     24

    Alerter
    • martin // 30.12.2016 à 21h13

      @ RGT

      D’autant plus que rien n’est encore décidé s’agissant du futur Etat syrien. Des négociations ont lieu qui impliquent le gouvernement et l’opposition (représentée au parlement) et sous la supervision de la Russie et de l’Iran. Ce que sera la Syrie future, on ne le sait pas encore, mais il est clair qu’elle ne sera pas une nouvelle Lybie. C’est déjà beaucoup, et pour les syriens et pour nous.

      Cependant, il faut s’attendre à des coups fourrés, il y a encore des milliers de rebelles “modérés” sur le territoire syrien.

      DM

       7

      Alerter
    • lvzor // 31.12.2016 à 00h23

      “La meilleure solution consiste bien sûr à laisser le peuple syrien décider de son sort…”

      Ca ne serait pas démocratique, car le peuple Syrien n’est pas démocrate. La preuve, c’est qu’il soutien Al Assad. Par contre, François Hollande est démocrate, la preuve est qu’il n’est soutenu que par 4% de son peuple, lequel donc n’est pas démocrate.

      Donc, il appartient à François Hollande et aux autres démocrates similaires d’élire le gouvernement démocratique de la Syrie ou de tout autre pays non démocratique où les peuples ont le toupet de combattre la démocratie en soutenant leur gouvernement.

       7

      Alerter
  • moshedayan // 30.12.2016 à 12h09

    J’ai signalé à votre équipe les commentaires d’Aurore Bergé, élu UMP, concernant la Syrie et la politique de Poutine.
    https://www.onair-alert.com/actu/539727/2016-12-29/aurore-berge/franceinfo/les-informes-de-franceinfo
    L’analyse : un seul angle – l’expansionnisme de Poutine et évidemment la menace russe. En filigrane, il faut renforcer l’Union Européenne dans la défense – pour les pays baltes en premier, la Pologne, etc… Elle s’inquiète de la “poutinophilie” croissante en France.
    Ce genre de propos n’apportera rien à des solutions raisonnables.
    C’est triste de voir tous ces gens (jeunes parfois) qui construisent un chemin vers la confrontation directe avec la Russie.
    Enfin l’historien Kaspi sur les actions d’Obama contre la Russie a clairement parlé de riposte “aux ambitions soviétiques”. Tiens la Russie n’a plus d’économie de marché et de Bourse à Moscou (de valeurs actions…)
    Ca finira mal -à moins que Trump arrêtera tout cela et demande même une contre-enquête contre Obama

     8

    Alerter
  • Dahool // 30.12.2016 à 12h51

    Bonjour

    “Où se trouvent les moindres preuves des prétendues atrocités, de Guernica, des massacres, du génocide, de l’Holocauste ?”

    Qu’est ce qu’il veut dire ?

     2

    Alerter
    • Manant2 // 30.12.2016 à 14h07

      Il fait allusion à des titres de la grande presse présentant la bataille d’Alep comme un “Guernica”, un “holocauste”, etc. du fait des horribles russes et gouvernement syrien

       10

      Alerter
    • Suzanne // 30.12.2016 à 14h18

      On a comparé les actions d’Assad à Guernica, à l’Holocauste, on les a appelées génocide. Il demande donc les preuves de la pertinence de ces comparaisons.

       10

      Alerter
    • Lysbeth Levy // 30.12.2016 à 14h22

      Encore plus fort ! Vice média mainstream rapporte qu’un mouvement secessioniste californien ‘”ouvrirait son ambassade” a Moscou : https://news.vice.com/fr/article/le-mouvement-secessionniste-californien-ouvre-sa-premiere-ambassade-moscou Bon ok signé par un ami de Bellingcat (Atlantic Council) mais a vérifier encore une fois, on ne fait que ça au final tant des fake-news sont lancés par les “médias mainstream” qu’ll faut décortiquer, chercher “la source” pas toujours claire et même très glauque. Les Usa étant une fédération d’états “des mécontents” en Californie voudraient une sorte d’indépendance et être reconnu à l’étranger mais surtout changer les choses tant ça va mal a tous les niveaux : https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/yescalifornia/pages/1/attachments/original/1482608371/Calexit_Book_1.1.pdf?1482608371..De là a dire que Moscou va les reconnaitre et donc s’impliquer encore plus dans la politique américaine ‘(subversion ingérence) ou autre c’est là du “fake new” ?

       3

      Alerter
      • Lysbeth Levy // 30.12.2016 à 14h53

        Recherche sur la photo ou les “méchants chefs d’état” alignés seraient en fait issue d’une exposition anti-castriste, anti-chavez, anti-assad etc d’une association qui les comparent a Hitler : http://the-ism.de/en/history-project-on-fidel-castro/ alors sur l’article de Lunc alex ‘il y a écrit que c’est le bureau des Calexist a Moscou ? “Des clichés de Fidel Castro, Hugo Chavez et Bachar Al-Assad accrochés sur un mur à l’intérieur du premier avant-poste de Yes California à l’étranger, à Moscou.”
        J’ai pas rêvé mais ils font ça aussi hein.Il existe une association (?)antiglobalisation russe semble t’il mais pas accrédité par Moscou pourtant: ce site est non agree par Moscou et même c’est une vraie plaisanterie ! http://anti-global.ru/?page_id=12595&lang=en un faux site dirigé par Ahmanidejad et Assad ? président de l’association : http://anti-global.ru/?page_id=4493&lang=en Stop ! Encore des couillonnades !

         0

        Alerter
      • Pierre Tavernier // 30.12.2016 à 17h25

        Cher Lysbeth
        Le conditionnel n’est pas de mise, le mouvement sécessionniste a effectivement ouvert une “ambassade” à Moscou.
        https://www.rt.com/usa/370698-calexit-california-embassy-moscow/
        Néanmoins, je ne crois pas tellement à cette indépendance de la Californie : les libéraux-progressistes semble oublier une ou deux petites choses. Notamment que la Californie est complètement dépendante des ressources en eau du reste des US (cas typique du “despotisme hydraulique” de Franck Herbert dans “Dune”), et ne parlons pas du pétrole.
        D’autre part, les latinos sont en passe de surpasser les anglo-saxons en terme de population :
        http://www.sfgate.com/news/article/Latinos-set-to-surpass-whites-in-California-in-5146876.php
        Certes on ne peut pas les compter parmi les plus farouches partisans de Trump. Mais ils ne débordent pas non plus d’enthousiasme pour les mariages homosexuels, les adoptions par des couples homosexuels, etc … la cohabitation pourrait réserver quelques surprises…

         1

        Alerter
        • Lysbeth Levy // 31.12.2016 à 12h19

          N’importe qui peux organiser “un mouvement” ou “groupe” sans qu’ils ai l’agrément de Poutine ou de Moscou officiellement. On nous fait le même coups à chaque “original” (Douguine, Soral) qui fait son “rêve” ou “quasi secte”. Apparemment en Russie ou ailleurs n’importe qui peux faire son “truc ésotérique” ou “bizness” que la “presse mainstream” monte “en épingle” pour en faire un grand mouvement d’ingérence aux Usa ou en Europe. Chez nous aussi il y a des mouvements séparatistes plus ou moins officiels ayant peu de personnes. De là a en faire un grave danger hein ? Mis a part ceux financés, soutenus par l’UE bien entendu et qui sont actifs relayés par les médias dominants.

           0

          Alerter
  • Lysbeth Levy // 30.12.2016 à 12h57

    Le mur (propagandiste) de l’Ouest va t’il enfin tomber ? En tout cas gros progrès sur les nombreuses contradictions sur l’information a propos de la Syrie, de même en mai 2016 le chef du Mossad avouait faire soigner les mercenaires d’Al Nosra pour les renvoyer au combat : http://www.aljazeera.com/programmes/upfront/2016/05/mossad-head-israel-medical-aid-al-nusra-front-160531081744269.html
    De toutes parts de trop nombreuses voix (de l’intérieur même de l’Occident) nous disent que la narrative occidentale est biaisée et donc fausse. C’est très bien comme ça sans compter les “méchants sites” ou “télé indépendantes” qui nous informent aussi mais sont considérés comme des “ennemis” diffusant des “fake news”. Bref malgré la notoriété de Tristan Mendes France, petits fils du célèbre politicien français, se rends ridicule a expliquer la nocivité de Russia-today qui selon lui cache mal sa “russitude” !.

     9

    Alerter
  • reneegate // 30.12.2016 à 16h26

    Cette rhétorique de second niveau est parfaitement décrite par Balzac dans la comédie humaine. Il s’agit de faire une éloge de premier niveau qui va assassiner celui qui en apparence reçoit ces louanges perfides.Celui qui appelle à la raison, dénonce une propagande outrancière rappelle cependant les faits dits “acquis”. Les massacres d’Assad sont ainsi validés non pas par des sources, des témoignages mais par celui qui les concède à son grand dam.

     4

    Alerter
  • Gonzo // 30.12.2016 à 18h20

    l’adoption à l’onu de la Résolution 2328 du 19 décembre 2016, effet et conséquence.

    Il convient de remarquer que, le gouvernement syrien a accepté d’évacuer les groupes armés illégaux et leurs familles d’Alep est, convoi des fameux 25 bus vert pour évacuer un total de 3750 terroristes et leurs familles. Les syriens ayant accepté que les terroriste conservent leurs armes de courte porté.
    Cependant, les groupes terroristes armés ont à maintes reprises violé les termes de cet accord, en essayant d’emmener un certain nombre de prisonniers et de dépouilles de martyrs (des trophées en somme) avec eux, ou de partir avec leurs armes à moyenne portée.

    Selon l’accord conclu avec eux, les terroristes devaient quitter leurs bastions en emportant seulement leurs armes légères, et sans emmener aucun otage avec eux, aucun corps de martyr. Ils n’ont pas respecté ces clauses de l’accord.
    Devant ce refus, ils ont brûlé 25 bus, et ont pris leurs chauffeurs en otages, en ont tué 3. Et ils ont utilisé une fillette de 7 ans pour commettre un attentat suicide.

    Le point intéressant à souligner est:

    Mais ou va t’on envoyer ces 3750 terroristes?
    où encore
    Qui veux les accueillir?

    Puisque c’est la une initiative Française et Anglaise la question ce pose en d’autre terme tel: Combattons nous vraiment le terrorisme international?

     12

    Alerter
    • Lysbeth Levy // 31.12.2016 à 12h02

      Et bien c’est simple ces exfiltrés iront soit en Europe, soit aux Usa pour y être recyclés pour une nouvelle mission. Il y aussi les djihadistes journalistes de terrain, les pseudo-humanitaires appartenant aux Casques blancs ou autres organisations chargées de la propagande que nous renvoie les télévisions officielles, afin de nous vendre le mythe des rebelles modérés ou combattants de la liberté en Syrie. Quoique ça va être dur car il y a les éléments tchétchènes, asiatiques, Caucasiens, venus du pays Xinjiang, dont on voit bien qu’ils ne sont pas syriens d’origines mais la plupart des mercenaires viennent de 80 pays différents !! Voir aussi l’exfiltration des conseillers européens et américains…

       3

      Alerter
  • Segio // 30.12.2016 à 19h07

    Mr. Berruyer, il serait intéressant que vous fassiez une enquête sur Mohammad Alolaiwy et son père.
    Ils ont créés l’association humanitaire “Syria charity”, elle s’appelait auparavant “Pour une Syrie libre” et Mohammad Alolaiwy se présentait alors comme un militant et membre de l’opposition syrienne. Désormais avec “Syria charity” il se présente comme neutre, c’est étonnant.
    Sur une vidéo de 2013, on aperçoit sa sympathie pour l’islam politique :
    https://www.youtube.com/watch?v=2pVHMGqtZSE
    Je soupçonne cet homme d’organiser une action humanitaire de soutien aux combattants islamistes, j’ai vu des mairies relayer et aider a la collecte de dons, je trouve cela très inquiétant.

     5

    Alerter
    • Gonzo // 31.12.2016 à 10h24

      d’un certain point de vu l’organisation appelée Défense civile syrienne, alias casque blanc, crée en 2013, par Raed Saleh et financé par les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, pour grande par, j’ai lu (mais ne sais plus ou) qu’un montant total sur 3 ans de plus de 100 millions de dollars, abdulrahman al mawas leur porte parole recu à l’Elysée (1), et soutenu casi immédiatement par la presse mainstream, n’est pas trés clair.

      Aussi les premier témoignage sur place, puisque enfin l’accès a certaine zone est possible n’est pas élogieux, voir ceci https://www.youtube.com/watch?v=mU_valZ4tts

      (1) http://www.france24.com/fr/20161019-francois-hollande-syrie-casques-blancs-syriens-visite-france-alep-elysee

       5

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications