Source : Marianne, Jack Dion, 15-10-2016

Il est important de se préserver des raccourcis lorsqu’on évoque la situation à Alep. Il n’y pas les bons d’un côté et les méchants de l’autre.

Un rebelle syrien et un soldat du gouvernement, à droite, en septembre 2016. - AP/SIPA

Un rebelle syrien et un soldat du gouvernement, à droite, en septembre 2016. – AP/SIPA

A lire et à écouter ce qui se dit à propos d’Alep, la situation dans la deuxième ville syrienne est très simple : d’un côté, des «rebelles» ; de l’autre, Bachar al-Assad et ses alliés russes. Bref, les bons contre les méchants, comme dans un western. Les «rebelles» font penser à Robin des bois contre les seigneurs, au Gavroche de Victor Hugo, à Che Guevara dans les forêts de Bolivie, à Soljenitsyne défiant le stalinisme, ou à Rosa Parks refusant de laisser dans un bus son siège à un homme blanc dans l’Amérique ségrégationniste. Par définition, ce sont des héros défendant une cause juste.

Qu’en est-il des «rebelles» d’Alep ? Certes, il y a encore parmi eux des représentants de l’Armée syrienne libre (ASL), constituée au lendemain de la version syrienne du printemps arabe, en 2011. A l’époque, tout le monde croyait (et espérait) voir Bachar al-Assad tomber comme un fruit mûr, à l’image de Ben Ali en Tunisie ou de Hosni Moubarak en Egypte. Au sein de l’ASL, on trouve pour l’essentiel des hommes et des femmes qui ont payé pour découvrir la face cachée du régime honni de Damas alors même que son dignitaire était reçu en grande pompe dans les capitales occidentales, y compris à Paris sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Le problème, c’est qu’à Alep comme ailleurs les djihadistes de toutes obédiences ont réalisé une OPA sur les combattants anti-Assad. Qu’il s’agisse de l’ex Front al-Nosra, filiale d’Al-Qaida, qui s’est refait une virginité en renaissant sous le nom de Front Fatah al-Cham sans changer ni d’objectifs ni de stratégie, ou du groupe salafiste Ahrar al-Cham, armé et financé par l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, les adeptes du totalitarisme islamiste font la loi, en concurrence tactique avec Daech et ses rêves de califat. Face aux égorgeurs de la charia, les démocrates syriens de la première heure ne pèsent plus grand-chose.

Source : Marianne, Jack Dion, 15-10-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

82 réponses à [10/2016] Les djihadistes d’Alep ne sont pas de gentils rebelles, par Jack Dion

Commentaires recommandés

blue rider Le 28 décembre 2016 à 00h43

encore un article qui reste à la surface des événements. La collusion de l’Etat français avec les industriels de l’armement et les états alliés de l’OTAN et du GOLFE pour soutenir les réseaux mafieux d’obédience islamiste crées et financés par la CIA en Afghanistan et en Yougoslavie est totalement occultée. NOUS avons crée ces réseaux armés. Car lorsque les armes parlent, ce sont les groupes les mieux armés qui prennent le dessus. Et nos stratèges du Renseignement et du pouvoir profond le savent. Le savaient. NOUS avons financé, entrainé, supervisé, armé, équipé, soutenu financièrement, soutenu militairement, informatisé, mis en réseau, post-produit DAESH et surtout les images de DAESH. Comme dans le documenteur de Stephane Malterre (un de plus) où l’origine des crépitements d’armes à feu parmi les manifestant pacifiques en 2011 n’est JAMAIS identifiée… beau travail de journalisme !.. qui laisse le spectateur dans l’illusion qu’ils proviennent forcément des méchants, donc de l’armée syrienne ou de katibas pro-régime… comme si une armée régulière et un gouvernement qui ont toujours eu le soutien du peuple, avaient pour vocation de tirer sur des civils désarmés, ceci alors même que le pays est sous le feu des projecteurs de tous les médias du monde entier… parfois on se demande de quoi est faite la logique des journalistes qui nous abreuvent de leur glose insignifiante…

  1. Silk Le 28 décembre 2016 à 00h24
    Afficher/Masquer

    Pas sûr que ca me fera acheter Marianne pour lire le dossier :
    je viens d’acheter “Syrie : Pourquoi l’Occident s’est trompé” de Frédéric Pichon (qui fut un des premiers à pointer à Fabrice Balanche et quelques autres la dérive islamistes).
    Son livre est criant de vérité.
    Au début il raconte que la question de la confession ne se pose pas à un Syrie c’est une question malvenue.
    Ca a fait écho dans ma mémoire a un syrien quu s’exprimait sur Mediapart et parmi la meute qui le conspuait, l’un d’entre eux lui a demandé son ethnie/confession.
    Quel ne fut pas son trouble en répliquant vertement que cette question ne se posait pas en Syrie.
    Pour 145pages, 13,50€ Syrie pourquoi l’Occident s’est comme de Pichon (ed. Du Rocher) je conseille réellement cette ouvrage qui balaye la guerre syrienne


  2. Alfred Le 28 décembre 2016 à 00h42
    Afficher/Masquer

    L’art de voler au secours de la. Victoire. Le magazine Marianne est une girouette plus sensible que d’autres mais cela reste une girouette. Trop tard Marianne, trop tard. Cela il fallait le dire il y a plusieurs années (au moment de la.chute de l’hôpital Al kindi par exemple).
    Crédibilité zéro comme les autres.


    • Alain V Le 28 décembre 2016 à 05h51
      Afficher/Masquer

      Ce n’est certes pas il y a plusieurs années, mais c’était quand même en OCTOBRE, soit avant la chute d’Alep-Est.


      • Alfred Le 28 décembre 2016 à 09h25
        Afficher/Masquer

        C’est pour cela que je dis que la girouette est plus sensible. Mais cela ne change rien sur le fond. On reste globalement très loin de la promesse faite par le journal. Très loin d’un media correct. Effectivement ce n’est pas le pire. Mais cela reste de la propagande même si elle est plus maline.


        • christian gedeon Le 28 décembre 2016 à 12h46
          Afficher/Masquer

          De toute façon ce n’est pas la peine de s’énerver…ils vont bientôt nous faire le coup du “on ne savait pas ” etc…un peu comme lacouture avec les khmers rouges…lisez bien ce qui va maintenant venir…


  3. blue rider Le 28 décembre 2016 à 00h43
    Afficher/Masquer

    encore un article qui reste à la surface des événements. La collusion de l’Etat français avec les industriels de l’armement et les états alliés de l’OTAN et du GOLFE pour soutenir les réseaux mafieux d’obédience islamiste crées et financés par la CIA en Afghanistan et en Yougoslavie est totalement occultée. NOUS avons crée ces réseaux armés. Car lorsque les armes parlent, ce sont les groupes les mieux armés qui prennent le dessus. Et nos stratèges du Renseignement et du pouvoir profond le savent. Le savaient. NOUS avons financé, entrainé, supervisé, armé, équipé, soutenu financièrement, soutenu militairement, informatisé, mis en réseau, post-produit DAESH et surtout les images de DAESH. Comme dans le documenteur de Stephane Malterre (un de plus) où l’origine des crépitements d’armes à feu parmi les manifestant pacifiques en 2011 n’est JAMAIS identifiée… beau travail de journalisme !.. qui laisse le spectateur dans l’illusion qu’ils proviennent forcément des méchants, donc de l’armée syrienne ou de katibas pro-régime… comme si une armée régulière et un gouvernement qui ont toujours eu le soutien du peuple, avaient pour vocation de tirer sur des civils désarmés, ceci alors même que le pays est sous le feu des projecteurs de tous les médias du monde entier… parfois on se demande de quoi est faite la logique des journalistes qui nous abreuvent de leur glose insignifiante…


    • UnKnown Le 28 décembre 2016 à 11h16
      Afficher/Masquer

      Donc en gros entre 2011 et 2012, les centaines de manifestants morts sous les balles des services de sécurité Syriens c’est du nougat, tous des Djihadistes aussi… Ben voyons. Si les groupes rebelles sont rapidement passés sous la bannière des tarés de l’Islam, le peuple Syrien méritait mieux que cela… Ok, l’erreur des occidentaux a été de soutenir financièrement une rébellion trop disparate, sans se poser la question de sa légitimité auprès des manifestants, et surtout sans trop réfléchir à sa composition et à “l’après”. Assad semblait même enclin à faire quelques réformettes suite à ces troubles sanglants, et il n’était pas aveugle au mouvement de fond de la “classe moyenne” Syrienne. Attention a ne pas oublier à qui l’on a affaire quand on parle d’Assad ou de Poutine. des types qui cherchent la stabilité et la paix, mais uniquement pour que rien ne bouge chez eux. C’est l’inverse de nos dirigeants qui cherchent à faire la guerre partout à l’extérieur pour avoir la paix chez eux.


      • jef Le 28 décembre 2016 à 23h40
        Afficher/Masquer

        Soyons russes et considérons, en Orient comme ailleurs, l’alternative suivante: ou un État en place (du moins une structure étatique) ou des communautés morcelées , en guerre et ….impuissantes face, disons à une grande multinationale, par exemple. Tout tiers est exclu.
        Les Russes et quelques uns soutiennent là où ils existent les États en place. D’autres veulent la disparition des États et sont depuis toujours derrière les Printemps, les Révolutions colorées, les regime change..etc. Par conséquent, ceux qui visent (et parfois avec quelques raisons) un régime servent nolens volens ceux qui veulent abattre un Etat.
        Étonnons-nous ensuite que les modérés disparaissent vite du devant de la scène au profit des radicaux! Non seulement c’est un classique de l’histoire mais c’est aujourd’hui une recette savamment concoctée….
        J’apprécie d’ailleurs la façon dont les USA entourent de leurs soins et attentions le communautarisme en France comme dans d’autres pays européens.


      • Briska Le 29 décembre 2016 à 09h38
        Afficher/Masquer

        Il me semble que les premieres victimes de tirs aient été les membres des forces de sécurité, non? Le maintien de l’ordre sous un feu invisible dissimulé dans une foule de manifestants est la pire des configurations. La réplique a sans doute été hasardeuse, paniquée, et brutale, mais cela ne valide aucunement une hypothétique volonté révolutionnaire chez les manifestants, ni la narrative d’une réponse brutale d’un régime tyrannique face à un elan démocratique.
        Je rappelle deux choses; premièrement le nombre de coups de feu “invisibles” dans toutes les manifestations qui visaient des gouvernements hostiles aux desseins Washingtoniens. C’est vraiment le point de faiblesse pour briser la légitimité étatique.
        Ensuite, on se rappelle le soulagement de Chirac, devant la placidité policière face aux émeutes de 2005 dont ll’origine selon la rumeur, est à voir du côté de nos chers amis. Et il n’y avait qu’un seul tir, nocturne.


        • Lysbeth Levy Le 29 décembre 2016 à 10h42
          Afficher/Masquer

          En Syrie comme avant en ex-Yougoslavie, Roumanie, Serbie, Irak, Lybie Liban “la théorie du combat de chiens” a été mise en place pour créer une dissension sociale et autres troubles entre communautés jusqu’a une guerre civile..http://www.renenaba.com/la-fabrication-de-la-violence-et-du-sectarisme-dans-les-medias/ des snipers placés au bon endroit est prévu dans ce plan d’ingégniérie sociale rappelons nous de l’Ukraine..:
          .””La Dissension sociale ou «la théorie du combat des chiens»
          Le Liban a été le banc d’essai de la théorie de la dissension sociale connue sur le plan journalistique par la «théorie du combat des chiens», mise en œuvre par l’universitaire américain Peter Galbraith, fils de l’économiste américain John Kenneth Galbraith et interface de l’ancien premier ministre pakistanais Benazir Bhutto pour le compte de la CIA.”” Voilà comment on peux manipuler les foules, et tirer parti des petits antagonismes pour en faire de bonnes haines ..Diviser pour régner !


          • ErJiEff Le 29 décembre 2016 à 22h43
            Afficher/Masquer

            On arrête s’il vous plaît avec cette narrative de “guerre civile” dont on nous rebat les oreilles depuis bientôt six ans.

            La Syrie a été attaquée par une armée de mercenaires étrangers arrivant sans cesse depuis plus de 100 pays, par vagues de plusieurs milliers essentiellement à partir d’infiltrations par les frontières de Turquie, d’Irak de Jordanie, financées et armées par les États-Unis et ses supplétifs européens.

            A ce propos, lisez donc ce petit bijou signé Dmitri Orlov mettant en évidence l’irresponsable responsabilité US de ces dernières années. Il s’en prend à Obama, en oubliant qu’avant Obama, c’était Double-U Bush qui avait soigneusement entretenu les méthodes mises au point par les époux Clinton.

            Grâce à des alliances et des amitiés fidèles de Russie, Iran, Hezbollah et milices chiites irakiennes, la Syrie a pu se défendre victorieusement.
            Avec des morts de civils, c’est indéniable, comme la libération de Normandie, celle de Stalingrad…

            Quant au “combat de chiens”, il semble de plus en plus certain qu’il menace les USA en personne, grâce au comportement insupportable des perdants aux dernières présidentielles.
            Dieu merci, les diplomaties à l’échelle mondiale se passent pour l’instant très bien de la participation inutile et contre-productive des soit-disant puissances occidentales dont notre pays est un joyau dans ce genre-là.


            • ErJiEff Le 29 décembre 2016 à 23h05
              Afficher/Masquer

              J’oubliais… Comme la plupart des papiers de Dmitri Orlov, la traduction se trouve chez le saker francophone


  4. Feubeuh Le 28 décembre 2016 à 00h45
    Afficher/Masquer

    Avec les déclarations d’Erdogan et le rapprochement apparent avec la Russie, tout le monde va attraper un torticolis…


  5. caliban Le 28 décembre 2016 à 01h45
    Afficher/Masquer

    Un article qui sent bon le retournement de veste ?
    Pour reprendre la dialectique de l’auteur, je dirais “c’est plus complexe”.

    Voir ici : http://www.marianne.net/tags/alep.html

    On n’a de tout, par exemple cet article franchement partisan : http://www.marianne.net/agora-alep-ignominie-barbarie-du-regime-syrien-est-notre-100246811.html

    Ce qui me fait penser qu’un même journal peut dire tout et son contraire et qu’il faut aller dans le détail (singulièrement, s’intéresser à l’auteur) pour avoir une logique :
    • point de ligne éditoriale du journal
    • mais des superpositions d’articles éclectiques, dont le spectre va de la prise de position d’éditocrate à la “simple” dépêche d’agence

    Dire tout et son contraire … inattaquable, donc non responsable.


    • LS Le 28 décembre 2016 à 16h02
      Afficher/Masquer

      il s’agit d’un article de l’agora qui comme le dit le sous titre de Marianne “ne pense pas forcément comme nous”. Les lignes éditoriales ne sont donc pas les mêmes.
      On a le même écart entre Le Figaro et FigaroVox.


      • caliban Le 28 décembre 2016 à 16h25
        Afficher/Masquer

        Certes, mais mon propos reste inchangé. Le support Marianne est capable d’accueillir une diversité d’opinions (ce qui est un bien) mais ne prend aucune distance critique avec les opinions qu’il diffuse.

        Un organe de presse peut et doit fait confiance à la faculté de discernement de ses lecteurs mais ne peut pas se dédouaner de sa responsabilité de plateforme de diffusion.

        Moins publier, refuser de publier, afficher un avertissement de la rédaction … devraient être des réflexes lorsque manifestement le journal est utilisé comme support de propagande ou en “infraction” avec la Charte dite de Munich.


      • ErJiEff Le 29 décembre 2016 à 23h27
        Afficher/Masquer

        Ça reste quand même Jack Dion, un vieux de la vieille “agora” journalistique de Marianne.

        Exemple typique, cette lumineuse révélation :
        “Le problème, c’est qu’à Alep comme ailleurs les djihadistes de toutes obédiences ont réalisé une OPA sur les combattants anti-Assad.”

        Vraiment pas de chance : de gentils opposants financés et armés par l’Occident pour aller chasser les lapins d’un coup, de la Turquie au Golan et de la Méditerranée à Palmyre se sont fait piquer la place par des vilains jihadistes poilus ?
        Ben voyons… Faut-il vraiment être obligés de ressortir toutes les petites misères brodées au couteau voire à la hache entre deux viols dans les villages chrétiens de Damas Nord-Ouest et ailleurs ?

        Marianne est comme tous les MSM : incapable de dire qu’ils ont été incapables, par naïveté et incompétence servile, de mettre la focale sur la réalité plutôt que la propagande.

        Ils se font rattraper par la réalité et se couvrent de ridicule ; naguère écœurants de suffisance malhonnête, les voilà pitoyables : qu’ils le restent, les temps changent.

        Les journaux aussi


        • Lysbeth Levy Le 30 décembre 2016 à 11h08
          Afficher/Masquer

          je voulais juste parler d’un début “artificiel” de guerre civile, car en tirant sur les deux camps en même temps cela déclenche des oppositions et donc des violences, la méthode ayant été vérifié au Liban et ensuite utilisée partout ou il y aurait “eu” des pseudo révoltes” dites révolutions colorées créer par Gène Sharp et financées par Georges Soros. C’est ce dont parle René Naba qui connait bien la façon dont les grandes puissances occidentales ont manipulés les peuples pour faire tomber leur régimes ou leurs présidents. Peter Galbraith en est le concepteur : ” Peter Galbraith fut ambassadeur des États-Unis en Croatie (1993-98). Il supervisa l’expérimentation de la « théorie des combats de chiens » à l’ex-Yougoslavie, ouvrant ainsi la voie à l’intervention de l’OTAN. /…../Il fut envoyé en Irak, dans la « zone de non-survol » juste avant l’invasion de l’Irak, pour organiser le début de « remodelage du Grand Moyen-Orient ». Il s’agissait en l’occurrence, de susciter la guerre civile entre communautés et de préparer la partition du pays en trois entités distinctes (kurde, sunnite et chiite).””


          • ErJiEff Le 30 décembre 2016 à 14h22
            Afficher/Masquer

            OK, autant pour moi.
            Nous sommes au final d’accord, il y avait beaucoup de mécontents en Syrie, comme en France ou même actuellement aux USA.
            Mais pas de rebelles “modérés” (un rebelle modéré, c’est aussi idiot qu’un escroc honnête).

            D’ailleurs, les communistes syriens ont rejoint Assad dans sa lutte contre le terrorisme et cette folie aura eu au moins le mérite de remettre à leur juste place les partis qui débattront et négocieront à Astana.


    • . Le 28 décembre 2016 à 20h07
      Afficher/Masquer

      Si, la ligne éditoriale est toujours la même : Atlantiste et pour l’OTAN. Un peu la même démarche que “Médiapart”. Entre les élections on attire le chaland de la vraie gauche, on flatte le nouveau client puis petit à petit on lui donne le change de son adhésion à l’engagement pour la vérité et quand vient le moment des choix, Marianne nous caricature (en 2012 on se souvient surtout de Domenach qui sévissait sur canal) et nous massacre allègrement. Puis revient le temps de la campagne d’adhésion après changement du directeur. Jack Dion est un peu le G.Filoche du PS.


      • Homère d'Allore Le 28 décembre 2016 à 21h57
        Afficher/Masquer

        Sur le positionnement de Dion, rappelons nous ses attaques stupides contre Jacques Sapir.

        https://russeurope.hypotheses.org/4742


      • caliban Le 29 décembre 2016 à 01h34
        Afficher/Masquer

        Vous avez tendance à politiser la ligne éditoriale. Il y a peut-être une part de vrai là-dedans. De même, l’aspect commercial que vous avez raison de souligner et qui est peut-être la première explication de la logique de fonctionnement des journaux.

        Un journal est une entreprise et en tant que telle, sont principal souci est de vendre pour payer ses salariés (et actionnaires éventuellement). Si on conserve cela en tête, on comprend mieux pourquoi un journal désormais est tenu :
        • à la pluralité des opinions (= attirer le plus large spectre de lecteurs)
        • et si possibles les plus tranchées possibles (= faire le buzz, susciter le débat c’est à dire “ferrer” un maximum de contributeurs … gratuits)

        Accompagnant cette logique des entreprises de presse, la logique des éditocrates (journalistes / universitaires / …), pour qui l’impératif est de faire parler d’eux, s’emboîte parfaitement.

        Bref, le contenu n’est pas sélectionné pour sa valeur “informationnelle” mais pour ses qualités promotionnelles.


        • Briska Le 29 décembre 2016 à 09h41
          Afficher/Masquer

          Ben, non, il semble pas. Les ventes s’effondrent, mais les lignes éditoriales conciliantes -comprendre corrompues- restent.


        • caliban Le 29 décembre 2016 à 09h45
          Afficher/Masquer

          Je décris une évolution qui vaut – à mon avis – surtout pour les éditions numériques de ces journaux.

          Pour ce qui est des ventes papiers, ils auront beau faire toutes les génuflexion dont ils seront capables, à mon avis c’est plié. A part les journalistes et les personnes d’un certain âge, plus grand monde n’achète des journaux (essor d’internet et des gratuits, fuite des annonceurs, … et peut-être confiance de plus en plus réduite des lecteurs).


          • Alfred Le 29 décembre 2016 à 14h33
            Afficher/Masquer

            Je pense que c’est totalement faux. Aussi loin que je regarde autour de moi et dans toutes les directions politiques (droite ou gauche extrême ou pas) ce est pas internet qui a tué les journaux mais bien leur stupide propension à faire prendre des vessies pour des lanternes à leur lecteurs sans les respecter. Les derniers qui avaient des abonnements les résilient. Certains qui n’arrivet pas à s’y résoudre font une “boucle” incroyable entre les quotidiens. De Libé à la crois en passant par le.monde et le Figaro.
            Au début on avait assez souvent deux Marianne identiques sous un même toit la même semaine à la maison (à l’époque événement du jeudi). Maintenant c’est zéro de chez zéro.
            On a toujours envie de lire du papier et de le payer. Mais y a rien de valable. Fakir de temps en temps. On paie déjà des impôts pour les torchons. Je suis absolument certain qu’un journal papier intègre peut survivre s’il a une mise de départ suffisante.


          • caliban Le 29 décembre 2016 à 17h28
            Afficher/Masquer

            @Alfred

            On peut raisonner à partir de son expérience personnelle, cela permet effectivement d’exprimer un point de vue (une vue à partir d’un point).

            Mais on peut également essayer d’associer différents points de vue (histoire, sociologie des médias, médiologie, discours des acteurs impliqués, sa propre expérience, …) pour avoir un éclairage plus contrasté des phénomènes observés.

            Il me semble alors douteux de croire que la moindre qualité de la presse papier soit la cause de leur déclin, il y a à mon avis plus profond (la multiplication des supports écrans, télé puis web est une cause du déclin des ventes à n’en pas douter).

            Par ailleurs il me semble que la moindre qualité des médias (les critères d’évaluation seraient à définir) peut aussi provenir du fait d’une raréfaction du public (budgets moindres) dans un secteur de plus en plus concurrentiel. Ce contexte étant certainement le facteur le plus déterminant dans la métamorphose du secteur journalistique, y compris d’un point de vue qualitatif.


  6. christian gedeon Le 28 décembre 2016 à 02h05
    Afficher/Masquer

    Bof…ils vont tous petit à petit retourner leur veste les petits télégraphistes du “monde ” et consorts…tiens sur c’est à dire hier soir, même l’inénarrable Charline Vanhoenaeker(ouf!) a même dit qu’il fallait “parler ” avec Poutine sous les gros yeux de Cohen. C’est dire qu’il y a du vent dans les branches de Sassafras…


  7. Sébastien Le 28 décembre 2016 à 03h38
    Afficher/Masquer

    La technique journalistique de Marianne est la même pour tous: la fausse critique qui emballe simultanément la version officielle dans un joli noeud rose, où on nous dit dans une même envolée que si tout n’est pas noir et blanc, il y a tout de même un principe physique non négociable: “le régime honni du tyran Bachar…”, gnagnagna…. Même l’histoire des Schtroumpfs contre Gargamel est plus crédible que cet article pour faux-intelligents.
    On y glisse des bonnes références qui conviennent pour faire bonne mesure: comparer un Moubarak+ un Ben Ali (je vous en mets deux pour le même prix, hein ma petite dame!) à Bachar El-Assad, tout en adoubant une vraie rébellion sincère et pure manipulée et infiltrée par de méchants djihadistes venus d’on ne sait où. Non mais sérieusement? Le type écrit des scénarios pour Universal Studios ou c’est moi?
    Est-ce qu’il existe un journaliste dans ce pays en état de décomposition avancée pour parler de L’ETAT et du GOUVERNEMENT Syrien de manière un minimum honnête et respectable, au lieu de parler de manière fielleuse et méprisante? Insupportable condescendence vis-vis de pays constament manipulés par l’Occident. Quand cessera cette arrogance occidentale aux relents colonialistes?


    • caliban Le 28 décembre 2016 à 04h17
      Afficher/Masquer

      @Sébastien

      Tout ce que vous écrivez n’est pas faux, notamment sur les relents colonialistes, attitude qui me paraît d’ailleurs être un des points de convergence plus ou moins conscient entre certains de nos politiques et de nos journalistes.

      Toutefois, je pense que vous exagérez légèrement la critique de ce papier. L’hypocrisie est bien là, mais vous la dénoncez en niant l’existence d’une rébellion pacifiste.

      Je crois que vous faites assez exactement la même erreur que le journaliste, qui consiste à ne pas évoquer la chronologie et donc à ne pas accorder d’intérêt à l’enchainement des faits. Je n’ai pas d’autres infos que celles glanées ça et là sur le web, mais il semble quand même établi qu’une révolte populaire, non islamiste, a existé en 2011 et 2012, notamment dans les centres urbains.

      Bref, tout cela pour dire qu’il faut rester vigilant car même si le voile de la propagande a commencé à se déchirer avec l’intervention russe à l’automne 2015, nous sommes encore assez loin je crois d’y voir clair.


      • Sébastien Le 28 décembre 2016 à 04h24
        Afficher/Masquer

        Non, non et non, il n’y a jamais eu de rébellion pacifiste en Syrie. Je ne vais pas dire le contraire pour vous faire plaisir et j’attends des preuves.


        • caliban Le 28 décembre 2016 à 05h26
          Afficher/Masquer

          Si vous avez des liens conduisant vers de telles affirmations aussi catégoriques, je suis bien entendu disposer à les consulter.

          Pour ma part, il me semble avoir lu plusieurs sources faisant état d’une situation difficile en 2011 pour plusieurs catégories de la population (diplômés sans débouchés, périphéries des grandes villes laissées pour compte, sécheresse …).

          Il me paraît un peu douteux d’affirmer que des Syriens à l’époque ne se soient pas pris à espérer d’un soulèvement populaire sur le modèle tunisien et ne se soient pas mis en mouvement.

          Encore une fois, il s’agit de veiller à la chronologie. A partir de quand (et dans quelles régions) les barbus d’Irak et d’ailleurs ont pris le dessus ? Les premiers jours, les premiers mois ?


          • Ovuef2r Le 28 décembre 2016 à 06h36
            Afficher/Masquer

            Alors pour ça il y avait un excellent blog, ferme brutalement suite à une forte pression de nature inconnue. Il est toujours en ligne mais s’arrête en 2012. On y trouvait l’autre version des faits, bien plus crédible.
            http://www.infosyrie.fr
            En voici l’édito http://www.infosyrie.fr/edito/manifs-manips/#more-60
            On pouvait lire au jour le jour comment les pacifiques étaient débordés et encadrés par des pas pacifistes qui très tôt s’en prirent aux conscrits et aux policiers qui avaient souvent reçu des ordres d’être bienveillants avec la population syrienne…


        • caliban Le 28 décembre 2016 à 06h31
          Afficher/Masquer

          J’ai trouvé un lien qui semble confirmer votre affirmation catégorique : https://www.youtube.com/watch?v=I1qBN4aEgEE
          (3’10). La thèse est très intéressante : la prime au terrorisme dès le départ (en gros : plus les groupes étaient radicaux, plus ils recevaient des financements).

          Je cherche encore d’autres infos.


          • Naz Le 28 décembre 2016 à 10h08
            Afficher/Masquer

            Peut-être faut-il écouter simplement toutes les interviews de Bachar el Assad!
            Les premières manifestations ont eu lieu dans une petite ville improbable du sud ( et jamais rien eu à Alep par exemple) et tout de suite des tireurs embusqués, des églises transformées en réserves d’armes et des curés séquestrés ou tués; les premiers tués furent des militaires du régime.
            Tellement écœurée par nos politiques que je pense que nous avons bien plus de raisons de nous soulever ici et maintenant que les Syriens en 2011!


            • Pierre Le 28 décembre 2016 à 10h13
              Afficher/Masquer

              Ecouter les interviews de Bachar el Assad sur ce qui se passe en Syrie ? Et pour connaître la vérité sur ce qui se passe en Irak et en Afghanistan, pourquoi ne pas demander leur vérité aux Bush père et fils ? N’est-ce pas une bonne idée ?


            • UnKnown Le 28 décembre 2016 à 15h35
              Afficher/Masquer

              La “petite ville improbable du sud” c’était Deraa, avec pardon du peu, environ 75 000 habitants à l’époque… Ce qui en fait une ville provinciale de bonne taille pour la Syrie. Quand aux manifestations, il y en a eu dans tout le pays entre 2011 et 2012 (ex: le Vendredi 18 Mars 2011). Une partie importante des Syriens en avaient marre du gouvernement Baasiste, et on peut les comprendre, vu la répression qui s’est exercée par la suite… Le régime s’est trouvé dans un instant de faiblesse face aux printemps arabes, a réagit de manière “pavlovienne”, c’est à dire qu’il a appliqué ce que ses anciens conseillers d’URSS lui avait appris, et les occidentaux, myopes ou néocons, ont armés une rébellion qui était tout sauf unie et démocratique/progressiste.


            • Subotai Le 28 décembre 2016 à 16h53
              Afficher/Masquer

              @Pierre
              “” Ecouter les interviews de Bachar el Assad sur ce qui se passe en Syrie ? Et pour connaître la vérité sur ce qui se passe en Irak et en Afghanistan, pourquoi ne pas demander leur vérité aux Bush père et fils ? “”
              ******
              C’est rigolo, Bush le Père et Bush le Fils sont/ont été Président de l’Irak et de l’Afghanistan.
              Très belle logique!
              MDR 🙂


          • LS Le 28 décembre 2016 à 16h50
            Afficher/Masquer

            @Caliban :
            Voici un lien intéressant pour une thèse un peu différente :
            https://www.youtube.com/watch?v=2GFW0m4CpjM


            • caliban Le 28 décembre 2016 à 21h07
              Afficher/Masquer

              Merci pour cette vidéo ! Exactement ce que je cherchais, une chronologie des faits. Je note le nom de l’intervenant : Pierre Piccinin Da Prata

              Où on apprend que :
              • le “soulèvement” populaire de type “printemps arabe” n’a jamais existé en 2011, il y eu des manifestations violentes mais mineures et violemment réprimées par le régime dans certaines villes. Sans suite évidemment car le gouvernement contrôlait la situation.
              • des manifestations d’une toute autre ampleur ont eu lieu dans les grandes villes en faveur du président Bachar Al-Assad fin 2011
              • mai 2012, les élections sont faussées par le Régime et cela débouche sur une véritable insurrection, puis l’organisation de l’Armée syrienne libre (au départ des milices de quartier, encadrées par des militaires déserteurs … donc pas des barbus)

              … à cette période clé – mi 2012- les pays européens n’ont toujours pas aidé l’ASL, seule face au régime et quasi sans armes. Arrivent alors les barbus armés par l’Arabie, le Qatar, … qui prennent le dessus en quelques mois.

              Début 2013, l’ASL n’existe plus.


      • Pierre Le 28 décembre 2016 à 08h24
        Afficher/Masquer

        Les relents colonialistes… Je vois ici défendre la Syrie qui est un des fruits du grand deal colonial entre les Anglais et les Français que furent les Accords Sykes-Picot. L’idée qui remettrait ça en question est le Confédéralisme démocratique mis en place par Abdullah Öcalan et feu l’anarchiste juif américain Murray Bookchin. http://www.freedom-for-ocalan.com/francais/Abdullah-Ocalan-Confederalisme-democratique.pdf


      • Dominique Le 28 décembre 2016 à 10h43
        Afficher/Masquer

        « Il semble quand même établi qu’une révolte populaire, non islamiste, a existé en 2011 et 2012 »
        Bonjour.
        Je me rappelle m’être intéressé à la Syrie dès le début. En 2011, on pouvait voir des vidéos de manifestations anti Assad qui se déroulaient… à la sortie de la mosquée. Qui prêchait dans ces mosquées ?
        Parallèlement, des manifs monstrueuses soutenaient Assad. J’en ai même vues des sous-titrées en français faisant croire que le peuple s’opposait à Assad.
        Moi, je préfère prendre des pincettes avant de dire que les révoltes n’étaient pas téléguidées, même si au demeurant, l’équipe au pouvoir était particulièrement critiquable sur certains points qu’on connait.


        • shuppy Le 28 décembre 2016 à 12h25
          Afficher/Masquer

          En 2011 l’état d’urgence était toujours en vigueur en Syrie ( depuis 1963 ) et donc les rassemblements interdits, les seuls lieux où pouvaient se réunir les gens étaient les édifices religieux….dont les mosquées pour la prière collective du vendredi.


          • Dominique Le 28 décembre 2016 à 19h23
            Afficher/Masquer

            Non, non, je te parle de rassemblements APRES la prière, et dans la rue (ou sur des places, enfin, dehors). On les voyait en vidéos.


  8. madake Le 28 décembre 2016 à 04h08
    Afficher/Masquer

    Des pétitions d’Avaaz tournent en glorifiant les white helmets, qui semblent aussi absents à Alep et Idlib, et inconnus des rescapés, qu’ils sont omniprésents dans nos médias.
    C’est carrément une collecte de dons!!
    en bas des mails, on desamorce les doutes, avec un lien expliquant que la petite fille qu’on voit dans les mains de 3 casques blancs différents, publiés à 3 endroits différents, ont été pris au même endroit par un photographe de l’AFP. C’est conforté par le lien suivant d’arte

    http://sites.arte.tv/28minutes/fr/syrie-desinformation-et-propagande-28minutes

    Leur site, et Avaaz leur attribuent:
    “73 530 vies exactement. C’est le nombre de personnes qu’ils ont sauvées, en se précipitant sur les sites bombardés pour tirer les victimes des décombres et les mettre en sécurité. ”
    Outre le nombre incroyable revendiqué, équivalent au quart des décès estimés depuis 2011??
    Mais par qui?? Le trop fameux OSDH??


    • madake Le 28 décembre 2016 à 04h15
      Afficher/Masquer

      Lorsqu’Avaaz est interpellé sur leurs sources, ils vous répondent benoîtement que :
      “Les Casques blancs sont très transparents sur la façon dont ils sont financés dans leurs déclarations publiques et sur leur site Web.”
      Effectivement, si c’est sur leur site web, pour Avaaz et le monde entier, c’est incontestable…
      Site des WH d’ailleurs fort bien, je dirais vraiment trop bien troussé, avec la page pour financer les fournitures dont les casques et matériels au double du prix public…
      Pas un mot sur les liens avec l’US Aid, les affaires étrangères UK…
      Que des financeurs indépendants et ne prenant pas partie dans ce qui se passe en Syrie…


  9. DUGUESCLIN Le 28 décembre 2016 à 07h47
    Afficher/Masquer

    Quels commentaires ferions-nous, si des mouvements politiques d’opposition au régime de Matignon ou de l’Elysée, prenaient les armes pour renverser le Président et le Premier Ministre élus avec 20% des voix? Et que cette opposition d’activistes armés par des forces étrangères, déclenchaient une guerre civile pour imposer une idéologie totalitaire dans un bain de sang?
    En Syrie, chiites, sunnites, alaouites et chrétiens cohabitaient sans se battre, grâce à un régime autoritaire, mais non totalitaire, puisque aucune idéologie religieuse n’était imposée à l’ensemble de la population. Le parti bass, celui du président Bachar, socialiste et laïque, et élu en 2014 par 88,7% de 73,42 % de bulletins exprimés, est et reste le gouvernement légitime malgré ses dérives autoritaires. Plus représentatif, dans tous les cas, que nos élus de Monsieur 5% et de son 49-3. Une opposition armée (par des forces étrangères) est un coup d’état, qui a réussi en Ukraine mais échoué en Syrie.


    • Pierre Le 28 décembre 2016 à 08h31
      Afficher/Masquer

      Il n’impose pas une idéologie religieuse mais politique, si. L’opposition politique y était fermement condamnée : les communistes y étaient enfermés dans la prison de Tadmor (Palmyre).


      • DUGUESCLIN Le 28 décembre 2016 à 08h55
        Afficher/Masquer

        Les mercenaires djihadistes (ou rebelles selon les divers opinions), ont-ils recruté, délivré, exécuté les communistes à Palmyre?


        • Pierre Le 28 décembre 2016 à 10h51
          Afficher/Masquer

          Eh bien ça, c’est fort possible qu’ils aient exécuté tous les prisonniers qui ne pensaient pas comme eux. Alors les communistes… Il y en a peut-être qui on sauvé leur tête en retournant leur veste ; je les comprendrais…


          • DUGUESCLIN Le 28 décembre 2016 à 11h59
            Afficher/Masquer

            D’après mes amis syriens, les communistes (qui sont peu nombreux en Syrie, du fait que chacun a une religion) auraient rejoint l’armée patriotique et nationale syrienne, comme l’ont fait les communistes en France quand ils ont rejoint la résistance.


      • Lysbeth Levy Le 28 décembre 2016 à 10h58
        Afficher/Masquer

        Des preuves SVP ! Il ne suffit pas de répéter sans fin la propagande de l’OTAN encore faut il lle prouver merci à vous Pierre .Tenez même le journal de Soros en parle que la guerre en Syrie n’est pas un secret pour les SAS anglais : https://www.opendemocracy.net/arab-awakening/abigail-watson/uk-s-not-so-secret-war-in-syria Mais comme chaque fois vous n’en tiendrez pas compte…


  10. Abdelhak Le 28 décembre 2016 à 08h02
    Afficher/Masquer

    J’ai une question : ces 4 dernières annees, la Charia a-t-elle été impose a Alep ? Comment vivait-on a Alep ? Je crois que c’est la bonne question pour définir les choses. Car a force de parler d’islamistes a tort et a travers, on discrédite toute la révolution. Donc si quelqu’un a la réponse, ce serait top. Revenir a l’individu plutôt qu’au gazoduc.


    • ananda Le 28 décembre 2016 à 09h22
      Afficher/Masquer

      @ Abdelhak
      Quelle révolution ? des balbutiements dans la foulée des printemps arabes, vite instrumentalisés par des pays étrangers, plus massacres de policiers. La révolution syrienne a beaucoup du mythe.


    • step Le 28 décembre 2016 à 11h09
      Afficher/Masquer

      Il vaut mieux regarder la province d’Idlib qui n’était pas directement sous le feu et ou les “rebelles” ont eu l’occasion de démontrer leur compétence en gestion d’état.

      Globalement application de la charia et promotion géopolitique de figures de type “ben laden” selon le journaliste de retour de syrie passé récemment sur LCP. Vision économique de type jungle militarisée à base de protection et/ou de prédation selon les affiliations claniques. Purge religieuse. Si l’expérience du pouvoir dans cette région était valorisante, vu les orientations de nos médias entre 2012 et actuellement, vous pouvez vous dire qu’elle aurait été mise en avant. Si cela n’a pas été le cas….
      L’expérience DAECH, je vous laisse finir la phrase….
      L’expérience kurde a été plus intéressante. Il y a eu la mise en place de systèmes globalement démocratiques de proximité, et peu d’exactions recensées sur les minorités.


    • madake Le 30 décembre 2016 à 22h54
      Afficher/Masquer

      Pour répondre à cette question, il faut des témoignages directs, recoupés. Ce qui a filtré depuis 2012, montre une stratégie de long terme mise en place par l’EI:
      -Purge des précédents notables potentiellement indociles, avec exposition des corps et des têtes.
      -Mise sous gestion de l’EI des biens de consommation vitaux, eau, nourriture, énergie, qui sont distribués directement par les membres d’EI.
      -Expulsion et interdiction de la scolarisation des filles quel que soit leur âge.
      -Vérification que l’enseignement dispensé est parfaitement salafiste, manuels scolaires, enseignants, avec autodafé des ouvrages et/ou des infidèles, et remplacement des manuels et enseignants.
      -application stricte de la Charia, avec port du voile obligatoire, arrêt et fermeture de tous les commerces durant les heures de prière, police islamique fouettant les contrevenants, les fumeurs, les femmes mal voilées ou maquillées, coupant les membres des voleurs, lapidant les femmes soupçonnées d’adultère, exécutant ou décapitant les infidèles, les chiites, les traitres supposés, etc…
      -impots, aide sociale, retraites, centralisée et déplacements et circulation autorisés par EI, afin de “fidéliser” la population qui doit dépendre de l’EI pour chaque acte de sa vie.
      -radicalisation dès le plus jeune âge, il faut alimenter la fabrique de martyrs.

      https://www.youtube.com/watch?v=TnPpz9MfbJ8&t=17s


  11. Pierre Le 28 décembre 2016 à 08h49
    Afficher/Masquer

    Un article sur la genèse des mouvements islamistes djihadistes dans le coi a été écrit sur Orient XXI voici quelques temps. La part des choses est faite quand on sait la trouver hors des “médias dominants”. Même Le Monde, sur le blog Big Browser, avait publié un article de Kamel Daoud (oui, le pote à BHL et aux potes de ses potes…) le 21 novembre 2015, “L’Etat islamique a un père : l’Arabie saoudite et son industrie idéologique” : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/11/21/letat-islamique-a-un-pere-larabie-saoudite-et-son-industrie-ideologique/ Bon… Pas dit que la référence soit acceptée ici…


    • Lysbeth Levy Le 28 décembre 2016 à 14h18
      Afficher/Masquer

      C’est très hypocrite de la part de nos politiciens qui soutiennent les monarchies qataris, saoudiennes et donc participent bien au terrorisme dit “islamique” dans le monde. Les hommes politiques français se font acheter par ces pays c’est prouvé, ils ouvrent des écoles communautaires en FRANCE “main dans la main” et nous parlent de laicité. Yves Le Drian avec les qataris/saoudiens ont aidé les djihadistes en SYRIE mettre en place le coups “du gaz sarin” pour faire accuser Assad de “tuer son propre peuple, un peu éculé (S. Hussein, Serbie, Lybie etc) la France est aussi coupable que “ces amis” des monarchies et Kamel Daoud est devenu la “vache sacrée” des “Charlistes” et autres “charlots médiatiques”. En effet le Monde est un journal vecteur de nouvelles guerres et autres massacres en tout genre…le Monde a Bill Gates, Georges Soros comme financiers alors pour l’éthique on repassera …
      Beuve Mery réveilles toi ils sont devenus fous !.

      Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes” (Bossuet)


  12. Milsabor Le 28 décembre 2016 à 08h49
    Afficher/Masquer

    Personne n’a jamais apporté la preuve de l’existence parmi les rebelles en Syrie, d’une opposition qui serait laïque et démocratique. En dehors d’Isis, Al Quaïda et le Front Al Nosra, on ne trouve que la mouvance de l’Armée Syrienne Libre composée de nostalgiques d’une société féodale islamique. Il n’y a qu’a regarder le documentaire de France 2 : “Au nom du père, du fils et du djihad” très démonstratif de la mentalité des gens de la région d’Idlib. Il semble que cette mouvance “indépendante” ait été soit éliminée, soit assimilée par les composantes terroristes dominantes.


    • Raoul Le 28 décembre 2016 à 10h17
      Afficher/Masquer

      Il existe une opposition communiste et il est intéressant de connaître son point de vue. Le voici, même si cela date un peu :

      https://blogs.mediapart.fr/claude-de-villepin/blog/050913/entretien-avec-ammar-bagdash-secretaire-du-parti-communiste-syrien

      Le commentaire qui suit, très récent, est aussi intéressant et sans ambiguïté.

      On voit bien ici que ces « rebelles modérés » ne sont qu’une fable destinée aux occidentaux.


      • Pierre Le 28 décembre 2016 à 10h22
        Afficher/Masquer

        C’est bizarre la vie… Les communistes ont été persécutés par le régime des Assad père et fils (un peu moins avec Bachar) et maintenant ils célèbrent le régime… Bon, c’est clair que pour l’instant, la priorité est de bouter les djihadistes et autres islamistes. Pour Assad, ils attendent peut-être que la situation sot pacifiée.


  13. queniart Le 28 décembre 2016 à 08h52
    Afficher/Masquer

    les jihadistes ne sont gentils que pour des idiots comme Fabius,hollande et consorts normal ce sont eux qui les ont armés,de meme nos medias politisés ne parlent pas des charniers découverts la semaine derniere et,qui sont de leur faits


  14. RGT Le 28 décembre 2016 à 10h06
    Afficher/Masquer

    Marianne est une girouette…
    Connaissez-vous un seul “grand journal” qui ne le soit pas aujourd’hui ?
    Ils ne tiennent pas à se faire sucrer les “aides à la presse indépendante”, c’est tout.

    Ensuite, mon opinion personnelle est simple : Qu’on laisse ces peuples se débrouiller tous seuls avec leurs dictateurs et ils ne s’en porteront que mieux.

    Et surtout, arrêtons de financer les dictateurs “alliés” et d’attaquer les dictateurs “hostiles”…
    Les pires régimes actuels sont bel et bien ceux qui sont soutenus inconditionnellement par la “communauté internationale” autoproclamée.

    En occident, nous vivons aussi sous une dictature largement plus sournoise :
    Celle de la klepto-corruptocratie.
    J’aimerais bien savoir quelle serait la réaction des opprimés si d’aventure des “révolutions colorées” et des “gentils rebelles modérés” étaient financés par d’autres états (sans parler de la Corée du Nord) pour venir “libérer” les peuples occidentaux.

    Qu’on leur foute la paix car une fois “libérés” leur sort est largement pire que celui qu’ils subissaient avant.
    Il suffit de comptabiliser bêtement les morts “post-libération” pour en être convaincu.
    Je ne prends pas parti pour les dictateurs, je me contente de dresser un constat.


    • Pierre Le 28 décembre 2016 à 10h54
      Afficher/Masquer

      Girouette… Eh oui, que faire d’autre quand la désinformation court dans tous les sens. Il n’y a personne qui ne sait rien et les seules sources sont les militaires et services des Russes, d’Assad et des Occidentaux… Alors les articles fluctuent en fonction de celles-ci.


      • Lysbeth Levy Le 28 décembre 2016 à 12h42
        Afficher/Masquer

        Ne pas oublier les services de renseignements français car les armes qui détruisent le Yemen (entendu parler ?) et la Corne de l’Afrique profite aux français un gros marché de milliards de d’euro : https://www.intelligenceonline.com/insiders/middle-east_united-kingdom/2014/01/21/grant-rogan-architect-of-gulf-mega-contracts/108004245-BE1 Mais ou sont les donneurs de leçons là ?? rien à dire ? Yemen sous les bombes américaines, saoudiennes avec des “agents occidentaux” mais ce massacre là on n’en parle pas surtout ! Nous sommes le Bien les “autres” sont le Mal !


        • Pierre Le 28 décembre 2016 à 15h08
          Afficher/Masquer

          Oui, eh bien si vous saviez lire vous sauriez que ça se dit, même dans Le Monde c’est écrit entre les lignes… Le Monde a clairement parlé d’une école (ou d’un hôpital, je ne me souviens plus) qui avait été bombardé au Yémen et avait des centaines de morts. Faut sortir de vos obsession, ça vous rend aveugle…


      • Xfiles72 Le 28 décembre 2016 à 14h46
        Afficher/Masquer

        Bonjour Pierre,
        Je me demande ce que vous revendiquez de par vos nombreux commentaires mystérieux et ironiques.
        Si j’essaie de décrypter, vous vous moquez des gens qui ont un avis tranché car toutes les informations à disposition sont contenues dans le prisme propagandiste, d’un côté les média et militaires occidentaux et de l’autre leurs homologues syro-russes?
        Aucune information disponible à ce jour peut-être considérée comme impartiale?

        PS: Ajout de dernière seconde, je ne cherche pas à être conflictuel, je cherche juste à comprendre votre position.

        Merci


        • Pierre Le 28 décembre 2016 à 15h16
          Afficher/Masquer

          Non, aucune information ne peut être considérée comme impartiale, au moins dans ce qui est ramené dans les commentaires ici. Pas d’articles d’analyse comme on peut en trouver sur les clés du Moyen-Orient, Orient XXI ou, plus idéologisé, dans Le monde diplomatique. Il ne peut pas y avoir d’avis tranché, et il n’y a rien à revendiquer, et j’ai fait mienne la devise des chiites ismaéliens nizârites : “Rien est vrai, tout est possible”…


        • Subotai Le 28 décembre 2016 à 17h18
          Afficher/Masquer

          Monsieur est un “professionnel de la Com”, payé pour venir porter la contradiction (pourrir Les Crises); en droite ligne de la politique mise en œuvre par les Gouvernements du Bien contre les infos du Mal (Fake news). 🙂

          Je me rend compte que beaucoup d’intervenant ici sont des gens honnêtes et policés, qui ignorent ce que peut être une foire d’empoigne; tel les forum du Monde post 11 sept 2001 (une autre époque!) avec ces Trolls professionnels et aguerris…


          • kriss34 Le 29 décembre 2016 à 09h19
            Afficher/Masquer

            Enorme! un mec n’est pas d’accord avec la version la plus communément admise chez les lecteurs de ce blog, et l’on en fait un troll. Et vous mêmes, les 3, 4 commentateurs permanents qui avez un avis sur tout (et surtout un avis), n’êtes vous pas des trolls des “régimes” dont vous semblez de parfaits zélotes? Je reste modeste, fidèle à l’une des “devises” de ce blog, “nous n’avons prétention à détenir aucune certitude” et surtout admiratif du travail d’Olivier B. Pour le reste, vos opinions n’ont aucune valeur d’Evangile. Amen


            • Alfred Le 29 décembre 2016 à 12h58
              Afficher/Masquer

              Comment acquiert on des certitudes et toutes les propagandes se valent elle?
              Pierre fait allusion à un article du Monde sur un bombardement saoudien sur une école ou un hôpital il ne sait plus. (Les deux se sont t répètes à de multiples reprises). Et conclut: donc le monde en parle. Quel exploit.
              Imaginez un hall d’expositions type palais des expositions porte de Versailles, un gigantesque hangars avec des milliers de personnes (à l’occasion des funérailles d’un important leader politique et tribal). Multiples photos publiques de la fouille avant. Une frappe aérienne. Deux frappes. Trois frappes. Sur les secours notamment. Vous pouvez le voir de plusieurs points de vue sur le net, dont des vidéos. Et les photos d’après (bien s’accrocher). Des centaines de morts. Sans compter les blessés. Un carnage digne du bunker irakien lors de la guerre du Golfe (vous avez oublié d’ailleurs sans doute).
              Bref pour sa propre survie le monde ne PEUT pas oublier de mentionner le Yémen. Sa crédibilité déjà réduite en morceaux disparait même aux yeux des plus obtus.
              Sinon il ne s’agit pas d’être d’accord ou pas d’accord et les trolls ont plusieurs caractéristiques qui sont autant d’indices et oui parfoit ça sent le troll.


            • Subotai Le 29 décembre 2016 à 18h47
              Afficher/Masquer

              tss tss tss
              Je pars du principe que vous êtes honnête dans votre démarche.
              Je ne vais pas faire votre éducation à l’analyse des forums, ni à la sémantique, mais je vais vous donner un lien pour l’édification des masses. 🙂
              http://korben.info/techniques-secretes-controler-forums-opinion-publique.html


      • Lysbeth Levy Le 28 décembre 2016 à 15h07
        Afficher/Masquer

        Sur la désinformation les Usa et Europe passent des lois contre l’information venue des médias russes, iraniens, ou “autres ennemis” des Occidentaux donc soyez rassuré Pierre :
        http://www.portman.senate.gov/public/index.cfm/press-releases?ID=F345D646-D202-4A26-88C0-E2821E02C195
        http://www.portman.senate.gov/public/index.cfm/press-releases?ID=F973E46B-AA8C-4F3E-91B4-8EC0FC7F2F3E
        Là il s’agit des Usa bien sur les “grands démocrates” devant l’Eternel ! Goebbels avait raison créer un “centre de propagande général” qu’on peux appeler “la vérité officielle” pour toutes et tous et personne ne doit voir au delà que ce qui est dit dans la presse. Le Ministère de la Vérité d’état va surement faire des petits ici en Europe ou c’est de l’OTAN que part l’idée d’influencer les peuples par des moyens supplémentaires (argent, matériels , hommes) pour contrôler l’opinion publique. Quels progrès !


  15. CALCINE Pierre Le 28 décembre 2016 à 11h07
    Afficher/Masquer

    Pourquoi le type de la photo avec son chèche noir a-t-il des bras et un haut de visage aussi blancs ?
    Pourquoi les gens de Daesh sont-ils le plus souvent “voilés” ? Auraient-ils une identité et une origine qu’ils faudrait occulter ?


    • shuppy Le 28 décembre 2016 à 15h55
      Afficher/Masquer

      “Pourquoi le type de la photo avec son chèche noir a-t-il des bras et un haut de visage aussi blancs ?”

      ma cousine est blonde aux yeux verts, elle va avoir un choc en apprenant qu’elle n’est pas arabe malgré une ascendance algero-syrienne!


      • Subotai Le 28 décembre 2016 à 17h25
        Afficher/Masquer

        Il ne s’agit pas de Blanc ou de basané, il s’agit de “bronzage”.
        Peau tannée par les intempéries et les aléas de la vie au grand air.
        Voir les deux autres personnes sur la photo.
        A moins qu’il ne se batte que dans un bureau climatisé sans jamais en sortir… 🙂
        Pour le voilage, le désert l’impose, vent, sable…


  16. Nanker Le 28 décembre 2016 à 12h09
    Afficher/Masquer

    @ Caliban

    “La thèse est très intéressante : la prime au terrorisme dès le départ (en gros : plus les groupes étaient radicaux, plus ils recevaient des financements)”

    C’est fort possible car c’était déjà la tactique employée en Afghanistan par les Américains : “sonder” les différents groupes rebelles et choisir d’aider les plus abrutis et les plus sanguinaires (comme Gulbuddin Hekmatyar).
    Tout cela au prétexte que les plus “motivés” seraient ceux qui infligeraient les plus grandes pertes aux unités russes…

    Afghanistan-Syrie : mêmes recettes pour une même tambouille géostratégique?


  17. EAUX TROUBLES Le 28 décembre 2016 à 14h33
    Afficher/Masquer

    http://lepcf.fr/Entretien-avec-Ammar-Bagdash 13/08/2013

    Un entretien avec Ammar Bagdash, secrétaire du Parti communiste syrien assez édifiant.

    “Dans le cas de la Syrie, c’était différent. Ils ont commencé par des manifestations populaires dans les régions rurales de Daraa et d’Idleb. Mais dans les villes, il y eut immédiatement de grandes manifestations populaires de soutien à Assad. Par ailleurs, au début, la police ne tirait pas, ce sont certains éléments parmi les manifestants qui ont commencé les actions violentes. Dans les sept premiers mois, il y eut plus de morts du côté de la police et de l’armée que dans l’autre camp. Quand la méthode des manifestations ne marchait plus, ils sont passés au terrorisme avec des assassinats ciblés de personnes en vue (dirigeants, hauts fonctionnaires, journalistes), attentats et sabotages d’infrastructures civiles. Le gouvernement a réagi en adoptant certaines réformes comme celle sur le multi-partisme et sur la liberté de la presse, réformes que nous avons soutenu. Mais les forces réactionnaires ont rejeté ces réformes. Communistes, nous avons réalisé cette équation : les discours et les actes doivent être confrontés aux discours et aux actes. Mais le terrorisme doit être confronté par la souveraineté de la loi, en rétablissant l’ordre.”


  18. Catalina Le 28 décembre 2016 à 22h59
    Afficher/Masquer

    eaux troubles,
    C’est aussi ce que j’ai lu et que Assad faisait tout pour épargner la population. Malheureusement, j’ai changé d’ordi et pas conservé mes marques pages, et gougueule enlève bcp de liens depuis au moins un an, pas moyen de retrouver mes liens sur la Syrie.


  19. Lysbeth Levy Le 29 décembre 2016 à 19h02
    Afficher/Masquer

    Sur la presse en général et certains journaux en particulier dont “le Monde”, Richard Labévière repense aux paroles de Coluche : https://prochetmoyen-orient.ch/des-derives-de-la-com-merci-coluche/ croquignolesque mais tellement vrai : “Pour ne pas le nommer, le quotidien Le Monde poursuit sa descente aux enfers tant il manque de sérieux et d’exigence éditoriale, évoluant au gré du vent et de la mode . Ces dernières années, ces derniers mois sont marqués au sceau de l’indigence et de l’inconséquence. Ses plus fidèles lecteurs ne se sont-ils pas rebellés en découvrant le contenu de l’un des derniers numéros de son magazine M Le Monde consacré aux exploits sexuels de la vedette du film porno, Rocco Siffredi, photos et textes sans la moindre retenue à l’appui ? Sans être trop bégueule, où va-t-on pour un quotidien qui se veut être une référence pour l’élite de la nation ?””
    Joyeux Noel quand même …


Charte de modérations des commentaires