Source : Résister à l’air du temps, Julien Salingue, 15-12-2016

« Camarade »,

Cela fait plusieurs semaines que je me dis que je vais t’écrire, et ce sont les événements tragiques d’Alep et ta réaction à ces événements, ou parfois ta non-réaction, qui ont fini par me persuader que l’heure était venue de m’adresser à toi. Pas nécessairement dans le but de te convaincre, car je crois que malheureusement il est déjà trop tard. Mais au moins, comme ça, les choses seront dites et tu ne pourras pas dire que tu ne savais pas.

Au nom de l’anti-impérialisme ?

La ville d’Alep est victime d’un massacre, d’une véritable boucherie qui fait immanquablement penser à d’autres villes martyrs comme Srebrenica, Grozny, Fallouja, mais aussi Varsovie et Guernica, ou encore aux camps palestiniens de Sabra et Chatila. Les témoignages directs qui affluent de la ville, venus de Syriens « ordinaires », et non des seuls membres d’un quelconque groupe armé, sont éloquents, a fortiori lorsqu’ils sont accompagnés de photos ou de vidéos. Des mots et des images qui disent la détresse, qui disent l’impuissance, qui disent l’horreur.

Mais toi, « camarade », tu t’es évertué ces derniers jours – si l’on peut considérer que cet exercice peut avoir de près ou de loin un quelconque rapport avec une vertu – à expliquer qu’il ne fallait pas s’engager aux côtés des habitants d’Alep et qu’il ne fallait pas dénoncer les bombardements dont ils étaient victimes, pas plus qu’il ne fallait dénoncer les exactions commises par les troupes au sol lors de la « libération » de la ville. En d’autres termes, tu es venu nous expliquer qu’il ne fallait pas prendre de position claire et déterminée contre un massacre planifié et perpétré par le régime dictatorial de Bachar al-Assad et par ses alliés, au premier rang desquels la Russie et l’Iran.

Si je m’adresse à toi, « camarade », c’est parce que nous avons par le passé partagé nombre de combats, notamment – mais pas seulement – le combat pour les droits du peuple palestinien. Parce que je pensais que, malgré nos divergences, nous avions des principes communs. Je n’ai en effet rien à dire à la droite et à l’extrême-droite pro-Poutine et/ou pro-Assad, qui assument clairement leur soutien à des régimes autoritaires au nom de « valeurs » communes, et qui n’ont jamais fait semblant de vouloir construire une réelle solidarité avec les peuples opprimés.

Mais toi, « camarade », tu te pares de vertus « progressistes », « anti-impérialistes », voire « socialistes », « communistes » ou même « révolutionnaires ». Et c’est au nom de ces vertus que tu tentes de nous convaincre aujourd’hui qu’il ne faut pas se tenir résolument aux côtés de la population d’Alep assiégée et massacrée, et qu’il ne faudra pas se tenir demain aux côtés des populations des autres villes syriennes déjà assiégées et bientôt massacrées.

Ce qui n’est pas, tu l’avoueras, le moindre des paradoxes.

yesno

« Les plus méchants ne sont pas nécessairement ceux que l’on croit. »

J’avais en effet cru comprendre que ce qui constituait le patrimoine génétique commun de la gauche anti-impérialiste, c’était d’être aux côtés des peuples écrasés par les États impérialistes et leurs alliés. J’avais cru comprendre que dans ce patrimoine génétique que nous semblions partager, on ne transigeait pas avec la solidarité internationale. Et j’avais espéré que malgré tes positions parfois plus qu’ambigües quant à la tragédie syrienne, le martyr d’Alep te ramènerait à la raison, et à la maison.

Mais non. Tu t’obstines. Tu t’obstines à tenter d’expliquer que l’on ne peut pas prendre partie pour la population massacrée à Alep. Tu t’obstines à tenter d’expliquer que « les choses ne sont pas si simples ». Tu t’obstines à tenter d’expliquer que dans cette « guerre », il n’y a pas « des gentils d’un côté et des méchants de l’autre », et qu’il faut ainsi savoir raison garder et ne pas céder à la facilité.

Car toi, bien évidemment, « camarade », tu ne cèdes pas à la facilité. Jamais. Tu nous proposes d’ailleurs ton analyse complexe, pleine de hauteur et de nuance, qui ressemble à peu près à ceci : « Non, Assad n’est pas un démocrate, et les pays qui le soutiennent ne sont pas franchement des modèles non plus. Mais attention : la soi-disant rébellion syrienne est en réalité majoritairement composée de forces issues de l’islam intégriste, voire jihadiste, téléguidées et armées par des régimes réactionnaires comme l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, voire par les parrains occidentaux de ces derniers, notamment les États-Unis et la France. »

Conclusion : « Prudence, les plus méchants ne sont pas nécessairement ceux que l’on croit. »

La population syrienne, tu connais ?

Le premier problème avec ton analyse, « camarade », est qu’elle « oublie » un acteur essentiel : la population syrienne. Tu sembles en effet « oublier » que le point de départ des « événements » en Syrie n’est pas une intervention saoudienne, états-unienne, qatarie ou turque. Ni même russe. Le point de départ de tout cela, c’est qu’en mars 2011 des centaines de milliers de Syriens se sont soulevés contre un régime dictatorial et prédateur, comme en Tunisie, comme en Égypte, comme en Libye. Et que si Assad et ses sbires n’avaient pas fait le choix de réprimer ce soulèvement dans le sang, avec plus de 5000 morts et des dizaines de milliers d’arrestations durant l’année 2011, ils seraient eux aussi tombés sous la pression populaire.

Et nous parlons bien de l’année 2011, cette année où, souviens-toi, « camarade », tu t’enthousiasmais pour les autres soulèvements dans la région. « Le peuple veut la chute du régime », tu te rappelles ? Tu l’as peut-être même chanté dans les rues d’une ville française, toi qui es si épris de liberté, de justice sociale et de démocratie. En Syrie aussi, on le chantait, avec les mêmes revendications économiques, sociales et politiques que dans les autres pays de la région touchés par le soulèvement, et Ryad, Doha, Paris ou Washington n’avaient rien à voir avec ça. Si tu t’intéresses de si près à la chose syrienne, tu dois d’ailleurs savoir qu’à chaque fois qu’il y a eu une trêve au cours des dernières années, les manifestations ont recommencé. Que sans l’intervention de l’Iran, puis de la Russie, le régime serait tombé, sous la pression des Syriens, pas de quelques milliers de « combattants étrangers » – qui sont arrivés, soit dit en passant, bien après que le régime eut tué des milliers de Syriens désarmés, et fait sortir de prison des dizaines, voire des centaines, de « jihadistes », t’es-tu déja demandé pourquoi ? Et que oui, les racines de la « crise » syrienne sont bel et bien la contestation populaire d’un clan et la réponse de ce dernier : tout détruire plutôt que de perdre son pouvoir et ses prébendes.

À moins que tu ne veuilles signifier que depuis le début les Syriens sont « manipulés » par les pays occidentaux, que tout ça n’est, au fond, qu’une histoire d’hydrocarbures, et que le soulèvement syrien était téléguidé depuis l’extérieur par des puissances qui n’ont qu’à appuyer sur un bouton pour que des populations se soulèvent. Mais je n’ose même pas le penser : tu n’es pas de ceux qui estiment que les Arabes sont tellement benêts qu’ils ne sont pas capables de penser par eux-mêmes et que quand ils se mettent à se mobiliser et à revendiquer en pensant « justice sociale », quitte à risquer de perdre leur vie, c’est forcément parce qu’ils sont manipulés par des Occidentaux qui pensent « hydrocarbures ».

Pas vrai, « camarade » ?

Lance-roquettes contre aviation

Le deuxième problème avec ton analyse, « camarade », est que tu mets sur le même plan, d’une part, le « soutien » apporté par la Russie et l’Iran à Assad et, d’autre part, le « soutien » apporté par les États-Unis, la France, la Turquie et les monarchies du Golfe aux forces d’opposition syriennes. Tu essaies de faire croire qu’il n’y aurait pas une supériorité militaire écrasante du régime Assad et de ses alliés et qu’après tout, pour reprendre, en la modifiant à peine, une formule en vogue dans un pays frontalier de la Syrie, « Assad a le droit de se défendre ».

Mais oses-tu réellement comparer, d’une part, les milliers de « conseillers militaires » et l’armement iraniens, les milliers de combattants du Hezbollah et, surtout, l’aviation russe (ainsi que les véhicules et l’armement lourd fournis par la Russie, 2ème puissance militaire mondiale) qui viennent en appui à un État et une armée régulière et, d’autre part, les armes légères, les lance-roquettes et lance-missiles vétustes fournis ou financés par les monarchies du Golfe ou la Turquie et les armes légères, les lance-roquettes, les quelques armes anti-char et les systèmes de communication et dispositifs de vision nocturne fournis, au compte-goutte, par les États-Unis et la France ?

Sais-tu que ce que demandent les forces d’opposition syriennes depuis le début ce sont des missiles anti-aériens, pour pouvoir se défendre contre les avions de la mort de Poutine et d’Assad, et que ce sont les États-Unis qui ont systématiquement mis leur veto à la livraison de telles armes ? Sais-tu qu’au début de l’année 2014, après l’échec de la conférence de « Genève 2 », les Saoudiens ont pour la première fois suggéré de livrer des lance-missiles aux forces d’opposition syriennes, que les États-Unis s’y sont opposés, et qu’ils n’ont pas changé de position depuis ? Les États-Unis qui ne voulaient pas, qui ne veulent pas, que ces armes tombent « entre de mauvaises mains », et qui ne veulent surtout pas que l’appareil d’État syrien soit détruit car ils ont tiré, contrairement à d’autres, les bilans de leur brillante intervention en Iraq.

Pose-toi la question : elles sont où, les terribles armes des forces d’opposition ? Penses-tu sérieusement qu’Assad aurait pu bombarder des quartiers entiers depuis des hélicoptères volant à basse altitude si les opposants syriens disposaient d’un réel armement ?

Et te souviens-tu qu’en mai dernier l’ambassade de Russie en Grande-Bretagne, qui doit pourtant être bien renseignée et qui, si elle avait des preuves du surarmement des opposants à Assad, les exhiberait, en était réduite à tweeter des images extraites d’un jeu vidéo (!) pour « démontrer » que les forces d’opposition syriennes recevaient des armes chimiques ?

capture-decran-2016-12-29-a-12-04-10

Alors soyons sérieux, tu veux bien ?

Qui détruit la Syrie ?

Le troisième problème avec ton analyse, « camarade », est que tu oublies tout simplement une donnée fondamentale : les faits. Car tu pourras toujours me dire que ce que je viens d’écrire est impossible à prouver, même si ce sont les acteurs principaux de ce « non-soutien » et les « non-soutenus » qui en ont témoigné, et qui continuent de le faire, car peut-être, après tout, sont-ils de fieffés menteurs.

Mais si tu veux absolument des preuves, contente-toi d’ouvrir les yeux et pose-toi cette question simple : comment la Syrie a-t-elle pu être détruite ? Quand tu commentes les images des villes rasées en disant qu’il y a « de la violence des deux côtés », tu occultes un détail : qui possède les armes nécessaires pour des destructions d’une telle ampleur ? Pour le dire autrement : qui peut mener des bombardements ? Où sont les avions des forces d’opposition syriennes ? Où sont les hélicoptères des forces d’opposition syriennes ? Où sont leurs tanks ? Cachés sous terre, comme la surpuissante armée de Saddam Hussein qui menaçait le monde entier ? Combien les forces d’opposition syriennes ont-elles détruit d’avions ? Sais-tu qu’en 2013, lorsqu’elles ont abattu deux hélicoptères, il s’agissait d’un événement tellement rare qu’elles l’ont célébré en grande pompe et qu’elles ont diffusé partout des images de leur « exploit » ? Deux hélicoptères ! À l’époque, je n’ai pas pu m’empêcher de penser aux Gazaouis célébrant la chute accidentelle d’un drone israélien…

La « coalition » menée par les États-Unis intervient militairement, objectes-tu. Mais peux-tu me faire la liste des bombardements menés par cette « coalition » contre les forces armées du régime d’Assad ou contre les forces armées qui le soutiennent ? Non, ne perds pas ton temps à chercher, car je me renseigne moi-même quotidiennement auprès de sources sûres : d’après le régime de Damas et les médias qui relaient sa communication, sources que l’on ne peut guère soupçonner de vouloir dissimuler ce type de bombardements, la chose est arrivée… deux fois. La première fois, c’était en décembre 2015 (4 morts), dans la région de Deir ez-Zor, la « coalition » démentant avoir visé l’armée syrienne et affirmant qu’elle avait bombardé Daech. La deuxième fois, c’était en septembre 2016 (entre 50 et 80 morts selon les sources), près de l’aéroport de Deir ez-Zor, la « coalition » reconnaissant cette fois-ci avoir bombardé les positions du régime et présentant des excuses officielles à Bachar al-Assad et à Vladimir Poutine.

En résumé, et sauf erreur de ma part (nul n’est infaillible), la « coalition », qui revendique environ 5000 « frappes » sur la Syrie, a ciblé deux fois, depuis le début de sa campagne de bombardements en 2014, le régime Assad, dont une fois où elle s’est « excusée ». À noter, donc, dans ton calepin : « les véritables opérations militaires menées par la “coalition” ont visé Daech et d’autres groupes “jihadistes”, et non Assad et ses alliés ».

Pour finir, quelques remarques « préventives »

Il y a bien d’autres problèmes avec ton analyse, « camarade », mais je ne veux pas abuser de ton temps. D’ailleurs, pour avoir eu souvent l’occasion de discuter de vive voix avec toi de ces « problèmes d’analyse » en confrontant, à ta « géopolitique » et à ton « anti-impérialisme », les faits et la chronologie réelle des événements, je sais que tu n’aimes pas trop ça, les faits. Ils sont vraiment trop têtus.

Car c’est beaucoup plus simple de venir provoquer ou semer le trouble via des posts/commentaires Facebook ou dans des forums de discussion que de prendre le temps d’avoir un échange un peu précis et argumenté.

Alors au cas où tu serais quand même tenté de céder à la facilité et de vouloir jouer à ce petit jeu, je te soumets quelques remarques « préventives » :

– Avant de me dire que je défends les mêmes positions que les États-Unis, la France, l’Arabie saoudite, le Qatar, BHL ou quelques autres « compagnons encombrants », souviens-toi que, si on raisonne de la sorte, tu défends de ton côté les mêmes positions que la Russie, l’Iran, le maréchal Sissi, François Fillon ou Marine Le Pen, et demande-toi si c’est un argument.

– Avant de me dire qu’Israël a bombardé, depuis 2011, à une quinzaine de reprises, des positions du régime Assad, et que ceux qui sont contre Assad sont donc avec Israël, souviens-toi qu’en juin dernier Poutine déclarait, au terme d’une rencontre avec Netanyahu avec lequel il venait de signer plusieurs accords commerciaux, ce qui suit : « Nous avons évoqué la nécessité d’efforts conjoints dans la lutte contre le terrorisme international. Sur ce plan, nous sommes des alliés. Nos deux pays ont une expérience importante en matière de lutte contre l’extrémisme. Nous allons donc renforcer nos contacts avec nos partenaires israéliens dans ce domaine ». Et demande-toi si c’est un argument.

– Avant de me dire que la rébellion syrienne en a appelé aux pays occidentaux pour recevoir des armes et bénéficier d’un appui militaire conséquent, notamment aérien, et que ça cache forcément quelque chose, souviens-toi que les forces kurdes que tu admires tant – à juste titre – depuis qu’elles ont repoussé Daech à Kobané ont fait exactement la même chose, et qu’elles ont, elles, obtenu cet appui, au point qu’elles ont remercié publiquement les États-Unis de leur soutien, et demande-toi si c’est un argument.

– Avant de me dire que la rébellion syrienne, quand bien même on aurait pu avoir au départ de la sympathie pour elle, est aujourd’hui confisquée par des forces réactionnaires issues de l’islam politique, et que certaines de ces forces n’hésitent pas à s’en prendre violemment à des civils ou, variation sur le même thème, que c’est vraiment tragique de bombarder des civils mais que c’est parce que les terroristes se cachent parmi eux, quand ils ne les utilisent pas comme boucliers humains, souviens-toi que c’est le discours de ceux qui veulent justifier les campagnes de bombardements meurtriers sur Gaza, et demande-toi si c’est un argument.

– Avant de me dire que les insurgés syriens sont des « alliés objectifs » de Daech, souviens-toi que Daech a été chassé d’Alep au début de l’année 2014 par ceux qui sont en train de se faire aujourd’hui massacrer par Assad, réfléchis ensuite au concept d’« allié objectif », et demande-toi si c’est un argument. Tu peux aussi repenser, si tu n’es pas convaincu, à ce qui a été rappelé plus haut à propos des véritables cibles des bombardements de la coalition, et te demander une deuxième fois si le coup de l’« allié objectif » est un argument.

– Avant de me dire, enfin, que ceux qui dénoncent Assad et Poutine « oublient » de dénoncer les massacres commis par les grandes puissances occidentales et par leurs alliés, sache que parmi ceux qui se mobilisent pour Alep, nous sommes nombreux à nous être mobilisés pour Gaza, contre les interventions militaires en Afghanistan, en Iraq, en Libye ou ailleurs, et que nous ne renonçons pas, contrairement à toi qui as choisi de ne pas être dans la rue hier soir pour dénoncer la boucherie en cours, à notre cohérence politique, à nos idéaux et à l’anti-impérialisme. Et demande-toi si c’est un argument.

***

Voilà donc, « camarade », ce que je voulais te dire. Le ton n’est pas très agréable, j’en conviens, mais ce n’est pas grand chose à côté de l’indifférence, parfois même du mépris que tu affiches vis-à-vis du martyre d’Alep.

Tu feras ce que tu veux de cette lettre, et tu as bien évidemment le droit de continuer à te gargariser de ta vision « géopolitique » à courte vue et de ton « anti-impéralisme » pavlovien pendant que les Syriens crèvent sous les bombes de Poutine et d’Assad, et sous tes yeux.

On ne parle pas ici d’un exercice de rhétorique sur Facebook par commentaires interposés, mais de milliers, de dizaines de milliers de vies. On ne parle pas d’une divergence entre nous sur l’appréciation de tel ou tel événement, mais de ton silence complice ou de tes misérables contorsions face à l’une des plus grandes tragédies de notre temps. On ne parle pas d’un simple désaccord politique, mais d’une véritable rupture.

Je ne sais pas quand nous nous parlerons la prochaine fois, « camarade ». Mais ce que je sais, c’est que si tu persistes, et malheureusement je crois que c’est ce que tu vas faire, il n’y aura même plus de guillemets, car il n’y aura plus de camarade.

Je te laisse avec le Che, qui a quelque chose à te dire :

« Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, où que ce soit dans le monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire. »

Julien Salingue, le 15 décembre 2016

PS : Non, je n’ai pas mis de notes. Ce n’est pas dans mes habitudes de ne pas indiquer de références, mais tu auras probablement compris que c’est volontaire. Car comme tu es très doué pour faire des recherches sur internet (et ailleurs ?), on sait très bien toi et moi que tu pourras retrouver l’ensemble des sources utilisées ici.

Source : Résister à l’air du temps, Julien Salingue, 15-12-2016

====================================================

En réponse à la lettre de Julien Salingue à un « camarade » qui s’obstine à justifier l’injustifiable

Source : Philippe Huysmans, 27-12-2016

lettrefauxfrere

Cher Julien,

Tu ne me connais pas, et moi, avant d’avoir lu ta missive, je ne savais pas grand-chose à ton sujet, sinon que tu étais membre d’Acrimed, qui est un organisme d’utilité publique que je respecte beaucoup.

Si je prends la liberté de te répondre directement, c’est tout d’abord parce que selon tes propres termes, tu as choisi de t’adresser à un camarade imaginaire, un archétype. Et que je m’y reconnais quelque part, sinon sur les idées parfois tordues que tu lui prêtes, au moins sur un certain nombre de ses opinions politiques.

C’est aussi parce que la lettre, le ton et le fond m’ont mis dans une rage noire, et qu’il m’a fallu plusieurs jours pour en trouver la cause exacte, en l’analysant à froid.

Et c’est donc froidement, mais sur le même ton familier que je te répondrai publiquement.

La cible

Contrairement à ce que ton intitulé laisse penser, ton texte est une attaque sournoise et politique contre un candidat à l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon.

Quand je dis sournoise, c’est parce que tu sais fort bien que l’intéressé est dans l’incapacité de répondre coup pour coup. Jouissant par avance du mal que tu pourras lui infliger sans qu’il ne puisse à aucun moment riposter sans entrer dans un piège dialectique mortel. Quel courage. Et pour le fair-play, on repassera.

Le fond du fond – un mauvais prequel de Star Wars

Quand on analyse ton texte, en le découpant, on s’aperçoit vite que la totalité de l’argumentaire repose sur des événements rapportés dans la presse mainstream depuis 2011. Il n’y a aucune analyse, aucun recul. Il s’agit d’une charge féroce, en te faisant le champion du bien contre les forces du mal, en réduisant volontairement une situation forcément complexe à une vision manichéenne et puérile.

Dans ton post-scriptum, tu écris que tu n’as pas inclus de références, et que tu laisses le soin à ton lecteur de les retrouver; comme s’il s’agissait de la flèche du Parthes, juste avant de le laisser à terre, foudroyé par la puissance de ton verbe… Mais tu ne nous dis pas pourquoi, Cher Julien ? Alors qu’il serait tellement plus percutant d’appuyer chacun de tes arguments par des sources irréfutables ? A moins, bien sûr, que tu ne te sois aperçu qu’en fait de sources irréfutables, tu risquais de donner à ton adversaire le bâton pour te battre, n’est-ce pas ?

Les sources

Et puisque tu offres le bâton, allons-y gaiement. Quelles sont les sources de tes affirmations péremptoires quand elles ne sont pas notoirement fantaisistes ? La presse, ou plus exactement, la presse dominante, aussi appelée presse mainstream. Cette presse dont la quasi-totalité[1] se trouve aux mains de quelques milliardaires et capitaines d’industrie totalement acquis à la cause atlantiste, quand leurs intérêts se confondent.

Cette presse dont tu t’es fait profession de la décortiquer, et de la critiquer vertement à longueur de pages dans les colonnes d’Acrimed.

Mais d’où viendrait, Cher Julien, que la presse serait presque invariablement critiquable s’agissant de certains sujets économiques, d’actualité sociale ou de politique intérieure; et qu’elle deviendrait subitement irréprochable s’agissant du traitement de la crise en Syrie ?

Où est l’analyse des sources contradictoires ? Où est passé l’esprit critique ? Tu considères l’OSDH comme une source sérieuse ? Tu considères des quidams interrogés via Skype comme des témoins privilégiés ? Tu ne t’inquiètes pas une seconde de savoir que durant les derniers jours de la bataille d’Alep, la quasi-totalité des images qui accompagnaient les informations via les réseaux sociaux étaient fausses, ou plus exactement recyclées ? On rapporte six fois en quelques mois le bombardement du dernier hôpital d’Alep, sans jamais en apporter la moindre preuve, et ça ne fait même pas froncer le sourcil ?

La réalité c’est que durant la plus grande partie du conflit, il n’y a eu aucune source fiable d’information sur place. Et quand des journalistes indépendantes comme Vanessa Beeley et Eva Bartlett sont arrivées à Alep et ont fait un récit qui ne cadrait pas avec la doxa occidentale, elles se sont vu accuser de travailler pour les Russes. Une perle de sophisme par association. Un bon argument ?

Pourtant, les langues se délient, et ne voyait-on pas, l’autre jour sur LCI, Eric Dénécé, Directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, dénoncer la désinformation systématique des médias dans ce dossier ?

La trahison

Vois-tu, Cher Julien, c’était la raison pour laquelle ton épître m’avais mis en rage, tout d’abord. Parce que de tels propos, je pourrais encore les accepter de la part du tristement célèbre piposophe tartophile, mais pas d’une des plumes d’Acrimed !

Pire, tu as usé de la seule notoriété que te conférait ce statut pour trahir l’esprit même d’Acrimed, en usant des méthodes que tu prétends combattre.

Ce faisant, tu as perdu pas mal d’amis, cela je le sais, mais plus grave encore, tu as sans doute porté préjudice à la réputation d’Acrimed, par déflexion.

Oh, je ne retirerai pas Acrimed de ma liste de liens, à laquelle j’accorde une place toute particulière directement sur la page d’accueil de mon site. Non, toi, Cher Julien, tu n’es que l’eau du bain. Plus vraiment très claire et pas vraiment trop propre, mais je ne risque pas de te confondre avec le bébé.

La voie du milieu ou le refus du manichéisme

Plutôt que de rentrer dans le petit jeu du maccarthysme qui rappelle les plus belles pages de la propagande au coeur de la guerre froide, je pense (et je crois que c’est également la position de Mélenchon) qu’il n’y a pas de bonne guerre. Que toutes les guerres sont fondées sur le mensonge, et que les seules vraies victimes de toute guerre sont les civils innocents.

On peut parfaitement être contre cette guerre sans être un soutien de Bachar al Assad ou vendu aux Russes, ne t’en déplaise.

Les pays n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts et des alliances stratégiques. Ils ne sont ni bons ni mauvais par essence, et d’où viendrait qu’un gentil civil syrien d’Alep Est, dès qu’il se mettrait à fêter la libération de la ville deviendrait un allié objectif du criminel de guerre Assad ? As-tu remarqué tout d’abord qu’en temps de guerre il n’y a que des criminels, de part et d’autre ? On peut les appeler combattants, libérateurs, rebelles, peu importe : ce sont des gens qui en tuent d’autres parce qu’on leur a enjoint de le faire ou par conviction. Conviction souvent emportée par la propagande, d’ailleurs.

Ainsi, j’ai fort peu goûté ta tirade sur le « massacre, la véritable boucherie (…) », qui est un réquisitoire à sens unique s’agissant de dépeindre des « civils innocents » systématiquement pris pour cible par l’armée régulière appuyée par les Russes. La ficelle est grosse, le procédé est indigne et relève nettement plus de la manipulation mentale que de l’analyse. Bravo.

Alors laisse-moi te poser une question Cher Julien. Imagine que la décision de bombarder ou pas te soit revenue ? Te voilà dans la peau d’un général, et en face d’un cruel dilemme.

  • Soit tu bombardes et tu sais qu’en milieu urbain, bon nombre de civils innocents seront tués, sans parler des destructions d’infrastructures.
  • Ou bien tu envoies tes pouscailloux au feu, prendre des positions fortifiées avec leur courage et leur fusil pour seul viatique, sachant qu’il faut 10 hommes contre un pour prendre sans coup férir une position retranchée; et qu’en agglomération, les blindés sont aussi inutiles que vulnérables aux tirs directs d’un lance-roquette.

Et non, Cher Julien, je ne te parle pas d’Alep, mais des villes de Normandie, lors des bombardements en prélude au débarquement de juin 1944.

Toutes ces villes furent détruites, certaines totalement, et 20.000 civils (dont tu ne diras probablement pas qu’il s’agissait de collabos) ont péri. Ceci a d’ailleurs valu aux Américains d’être très froidement accueillis dans les régions qu’ils traversèrent.

Alors, crime de guerre ? Non, parce qu’il s’agissait de libérer l’Europe des mâchoires de l’étau nazi, et accessoirement parce que l’histoire est écrite par les vainqueurs. Vae victis.

Ainsi, il n’est pas tout à fait exclu de penser que peut-être l’intention des Syriens et de leur allié Russe était précisément de limiter le nombre de victimes civiles dans la population en libérant la ville, dans un premier temps, puis le pays ensuite; ce qui ne devrait plus tarder. Et dans le cas contraire, quels arguments objectifs pourrais-tu y opposer ? Quelle serait la motivation ? Que Bachar serait un grand malade qui passe le plus clair de son temps à détruire son propre pays en massacrant la population par milliers ? Et quelle serait la motivation des Russes dans cette hypothèse ? Il ne faut pourtant pas être Docteur en Science politique pour comprendre que c’est légèrement bancal.

Le faux-frère

Pour moi, quand un « camarade »[2] se met à justifier les guerres coloniales d’agression de ce qu’il faut désormais appeler l’Empire, et qu’il présente la propagande de guerre comme de l’information, il y a lieu de s’interroger sérieusement sur ses convictions.

Et maintenant ?

Eh bien on attend tes prises de position musclées sur l’agression sauvage à laquelle est en train de se livrer l’Arabie Saoudite au Yémen, ou plus prosaïquement sur les pertes civiles que provoquera la reprise de Mossoul par la coalition, puisque je me suis laissé dire que la France était en charge de l’artillerie dans cette opération. À moins bien sûr qu’il n’y ait plus de civils innocents à Mossoul mais seulement des méchants terroristes de Daesh ?

Non, en fait, je plaisante, je n’attends rien de tel venant de toi. Tu as l’indignation trop sélective, sans doute.

Au pire, tu bêleras avec les autres moutons qu’il serait temps de mettre le holà aux campagnes de propagandeorchestrée par les Russes, et tu pousseras en faveur de l’adoption d’une loi visant à l’interdire, n’est-ce pas ? Pas de liberté pour les ennemis de la liberté[3] !

Et la boucle sera bouclée, faux-frère.

Philippe Huysmans – Le 24 décembre 2016

PS : J’ai adoré ta citation d’Ernesto Guevara. Je la connaissais, mais je trouve particulièrement savoureux que toi, entre tous, tu oses la citer. Et quand tu le fais, j’imagine la tête de l’intéressé s’il avait eu connaissance d’une telle diatribe au regard de la situation. Et de me dire qu’en pareil cas tu aurais été bien inspiré d’éviter de croiser son chemin après cela.

Notes

  • [1] A l’exception notable du Canard Enchaîné et de Mediapart, bien que ce dernier soit notoirement pro-atlantiste.
  • [2] Note que je déteste personnellement l’usage des guillemets pour débiner un terme ou lui conférer artificiellement une connotation. C’est ici une arme d’hypocrite.
  • [3] Citation attribuée à Louis Antoine Léon de Saint-Just, né le 25 août 1767 à Decize (Nivernais) et mort guillotiné le 10 thermidor an II (28 juillet 1794) à Paris, est un homme politique français de la Révolution française. Le plus jeune des élus à la Convention nationale, Saint-Just était membre du groupe des Montagnards. Soutien indéfectible de Robespierre, il est emporté dans sa chute, le 9 thermidor. Source : Wikipedia.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

142 réponses à Massacres à Alep : lettre à un « camarade » qui s’obstine à justifier l’injustifiable, par Julien Salingue (+ Réponse)

Commentaires recommandés

jonas Le 30 décembre 2016 à 04h25

Le ton donneur de leçon qu’a pris J.Salingue est clairement insupportable dans son papier, il dis limite “tu es un imposteur” à Mélenchon, dont il n’ose ni citer le nom, ni les propos, soutien total à JLM victime de la propagande de guerre pour le crime de ne pas aboyer avec les loups, comme on dis : l’Histoire lui donnera raison.

  1. jonas Le 30 décembre 2016 à 04h25
    Afficher/Masquer

    Le ton donneur de leçon qu’a pris J.Salingue est clairement insupportable dans son papier, il dis limite “tu es un imposteur” à Mélenchon, dont il n’ose ni citer le nom, ni les propos, soutien total à JLM victime de la propagande de guerre pour le crime de ne pas aboyer avec les loups, comme on dis : l’Histoire lui donnera raison.


    • Pierre Le 30 décembre 2016 à 08h49
      Afficher/Masquer

      Limiter le point de vue combattu par Salingue à ce “pôvre” Mélenchon est faire trop d’honneur à celui-ci. Nonobstant l’invective “camarade”, il y a beaucoup d’autres voix dites “de gauche” qui le portent.
      Car si, au final, cet échange épistolaire n’a pour finalité que de faire ressortir Mélenchon comme un opposant au système impérial, alors laissez-moi rire !
      Un opposant de pacotille, dans la rhétorique et la gestuelle uniquement, car il n’est là que pour séduire les gogos à l’approche de 2017.

      Souvenez-vous de 2012 et de son ralliement sans condition à la flandise au soir (juste après 20H) du premier tour. C’est là qu’on juge réellement le personnage, au moment précis de l’action, pas 6 mois avant la bataille.
      J’en parle d’expérience, moi qui me suis fait avoir une fois. Une seule.
      A bon entendeur…


      • Micmac Le 30 décembre 2016 à 09h35
        Afficher/Masquer

        Il me semble parfaitement évident qu’appelez à voter contre Hollande ou à l’abstention, ou même ne rien dire, aurait été équivalent à un suicide politique pour JLM. Imaginez la scène, et les réactions à gauche, avec l’épouvantail qu’était Sarko.

        Et imaginez que Mélenchon ait été écouté par une part suffisante de ses électeurs, et que Sarko soit passé?

        Que ne diriez vous pas aujourd’hui!

        Je regrette aussi d’avoir voté Hollande et de ne pas m’être abstenu, mais je n’en fait pas porter la responsabilité à Mélenchon. Je suis allé tout seul (un peu à reculons) au bureau de vote, personne ne m’a forcé.

        J’ai un cerveau, je juge, j’agis en conséquence, et j’assume mes actes, contrairement à vous, apparemment. Mélenchon n’est pas mon gourou, et n’est pas responsable de mon vote en 2012.


        • Korg Le 30 décembre 2016 à 10h07
          Afficher/Masquer

          Imaginez une seconde que Sarkozy soit repassé.

          Le PS aurait passé 5 ans à faire croire qu’il est de gauche, et il aurait été crédible en 2017. Avec Hollande élu les français ont pu constater chaque jour l’imposture. C’était donc une étape nécessaire.

          Mélenchon n’a jamais été dupe sur Hollande, tout au contraire. Il a même écrit des livres pour dénoncer le dévoiement de la penser socialiste qu’Hollande incarnait.


        • Micmac Le 30 décembre 2016 à 10h20
          Afficher/Masquer

          Euh… non.

          On aurait pas expérimenté Hollande, et personne ne saurait qu’il est aussi nul que l’autre.

          Contrairement à vous, l’électeur moyen n’est pas extralucide.

          JLM serait mort politiquement, il serait l’homme qui a fait réélire Sarko.


        • Miclav Le 30 décembre 2016 à 10h33
          Afficher/Masquer

          Eh bien non, pas pareil du tout Hollande ou Sarkozy en 2012, pour la simple raison que le PS dans l’opposition aurait joué à être de gauche. On aurait donc reculé pour mieux retomber dans la même alternative en 2017. Là le ps se retrouve très mal en point et ça c’est une bonne chose.
          Alors, merci qui ?


        • Micmac Le 30 décembre 2016 à 10h41
          Afficher/Masquer

          Les rapports de force marxistes, ça existe, mais ça n’est pas présent partout et en tout lieu. Ce n’est pas la gravitation universelle. En l’occurrence, il s’agit de tout autre chose.

          JLM a assez fréquenté Hollande et sa clique, il connait bien le bestiau.

          Négocier avec lui, c’était se lier les mains : “Je te donne ça, tu me donnes ça”. Les “concessions” du PS n’auraient en aucun cas été programmatique puisque de toutes façons, il n’a même pas fait semblant d’essayer de respecter son programme… Qu’est-ce qu’aurait bien pu obtenir de concret le FDG?

          Le P”S” auraient cédé des députations et des conseils généraux, à charge pour le FDG d’avaler toutes les couleuvres parce qu’on aurait fait de ses affidés des roitelets locaux…

          Mettez le doigts là dedans et vous passez dans la machine qui vous transforme en steak haché. Demandez à EELV ou au PC…

          JLM a pris la bonne décision : il ne leur doit rien du tout, et c’est tant mieux vu où ils sont rendus. Il est donc rester crédible.


        • Nau Kofi Le 30 décembre 2016 à 11h02
          Afficher/Masquer

          C’est pile le contraire.

          Appeler à voter Hollande sans condition ramenait ce vote à un vote anti Sarko.

          Négocier aurait apporté une caution à Hollande, ce que ne voulaient ni Mélenchon ni ses électeurs.


        • jonas Le 30 décembre 2016 à 23h30
          Afficher/Masquer

          Je pense que quelques soit les réserves que l’on peut avoir sur JLM, le fait d’accuser quelqu’un d’aimer des bombardements c’est juste dégueulasse, et dans cette situation je me place du cotés des diffamés.


      • RGT Le 30 décembre 2016 à 11h29
        Afficher/Masquer

        Mélenchon a été envoyé par le PS pour aller chasser sur les terres du NPA et a très bien effectué son OPA.

        Certes, je ne suis pas fan du NPA mais il était une réelle opposition de gauche et désormais il n’est plus rien, ayant été siphonné par le faux-nez du PS.

        C’est aussi ça la politique. Mélenchon est un vieux renard professionnel de la politique, et comme tout professionnel de haut niveau dans son domaine il excelle pour trahir ceux qui croient béatement ses affirmations.

        Si d’aventure le FG arrivait au pouvoir je peux vous garantir un retournement de casaque en règle et un alignement sur la doxa néo-libérale pour cause de “TINA”…

        si vous souhaitez une véritable démocratie, bannissez tous les partis politiques, c’est la source même de la corruption.


        • jim Le 30 décembre 2016 à 13h42
          Afficher/Masquer

          Une vraie opposition de gauche, c’est à dire dans les luttes, non seulement a toujours existé, mais se développe, NPA, et bien au delà. Malheureusement, Mélenchon ne la veut que électorale, et sur ce terrain, quand on prend Mitterrand comme modèle, on sait où cela se terminerait: http://wp.me/p5oNrG-tPq


      • el topo Le 30 décembre 2016 à 13h48
        Afficher/Masquer

        Est-ce qu’on peut vraiment tout prévoir à l’avance lorsque l’on vote ou que l’on appelle à voter pour quelqu’un ? J’ai moi-même voté pour Flamby en 2012 parce que je n’en pouvais plus de Sarko. Maintenant je me dis que j’aurai mieux fait de m’abstenir.
        Donc JLM se doit d’avoir été parfait de sa naissance jusqu’à aujourd’hui (et savoir lire dans les boules de cristal) pour que sa position sur la Syrie soit pertinente ?


        • Jean-Marc Le 31 décembre 2016 à 15h19
          Afficher/Masquer

          Bonjour El Topo,

          aucun critique de ma part chacun vote en conscience et c’est un exercice plutôt difficile quand il n’est pas galvaudé, mais en 2012, je me suis abstenu au deuxième tour car je sentais le désastre venir, et j’en suis d’autant plus à l’aise pour voter en 2017. Parfois il faut savoir préféré la pèche ou la piscine 😉


      • lemmoned Le 30 décembre 2016 à 18h00
        Afficher/Masquer

        @Pierre : ‘Souvenez-vous de 2012 et de son ralliement sans condition à la flandise au soir (juste après 20H) du premier tour. C’est là qu’on juge réellement le personnage, au moment précis de l’action, pas 6 mois avant la bataille.’
        Justement, JLM a appelé à sortir Sarko. Les mots ont un sens. La fin est la même, mais la cause est différente. C’est d’ailleurs elle qui explique la non compromission avec la flandise qui promettait, rappelez-vous (sic), la renégociation du tscg, la separation des banques d’affaires et de détails… Mais vous avez raison sur un point, d’autres en auraient profité pour se PLACEr et fronder en toute sécurité. Pas lui.
        la video ici : https://youtu.be/sVZVoi-vLYU


      • anne jordan Le 01 janvier 2017 à 16h08
        Afficher/Masquer

        @pierre , permettez moi de vous souhaiter la bonne année et de vous rappeler que nous sommes en 2017 !
        2012 ?
        c’est derrière nous , je crois et je suis étonnée que l’on ne trouve pas d’autre argument contre un candidat que de lui rappeler son passé fautif ..
        2016 , ça couve sous la braise
        2017 faut qu’ça pète !
        Merci à OB de nous avoir fait part de cette réponse aussi honnête que la lettre de Salingue était puante d’hypocrisie !
        Je l’avais reçu il y aplus de 15 jours , de la part de camarades du NPA qui , décidément se fourvoie toujours plus gravement dans la voie de l’idiotie utile .


    • Francois Le 30 décembre 2016 à 10h56
      Afficher/Masquer

      l’Histoire lui donnera raison ou la propagande lui donnera tort 😉


    • Pierre Davoust Le 30 décembre 2016 à 14h31
      Afficher/Masquer

      M. Salingue a déjà su faire preuve de cécité, y compris en Israël, où je sais qu’il y fut torturé à une époque où un de mes enfants s’y trouvait aussi…Cela écrit, et malgré le respect que je marque pour ses écris et analyses sur Acrimed, je pense que M. Salingue se trompe, tout autant que mon fils, dussions-nous reprendre certaines de nos discussions, sur la question d’Alep, de la soi-disant guerre civile syrienne et sur Poutine et quelques autres sujets de discorde.. Comme disait Mark Twain, il est facile de tromper les gens, bien plus difficile de les convaincre qu’ils onnt été trompés.. et cela vaut pour moi ou chacun d’entre nous. Bonne fin d’année !


  2. Logic Le 30 décembre 2016 à 04h39
    Afficher/Masquer

    Réponse pleine de bon sens (cette chose en voie de disparition).
    A propos de bêler contre la propagande russe Obama bêle et rebêle à trois semaines de la passation de pouvoir. Quelle triste sortie.


    • Nerouiev Le 30 décembre 2016 à 06h55
      Afficher/Masquer

      Encore 3 semaines à attendre pour qu’il nous foute enfin la Paix.


    • Xfiles72 Le 30 décembre 2016 à 09h17
      Afficher/Masquer

      D’ailleurs, les médias ont volontairement insisté sur le fait que le cessez-le-feu ait été négocier entre les Syro-russes (VP en tête) et L’OPPOSITION. On voit donc fleurir un peu partout des réflexions “Ah tiens, il y avait une opposition en fait”.
      Qu’en est-il vraiment? Si certains ont plus d’informations peuvent-ils nous en faire part?
      Merci d’avance.


      • Catalina Le 30 décembre 2016 à 16h25
        Afficher/Masquer

        Prométhée Enchaîné,

        ôlalalalalalala,
        OUF !
        et ben!
        très bien détourné pour encore salir Poutine, bravo !

        Enfin c’est mon sentiment parce que du coup ” syro” passe à l”as”, plus de djihadistes, plus de défenseurs mais 1 MENTEUR, ohhhhhh, ohhh, que c’est VILAIN !
        Vous me faites rire.
        Bien sûr qu’il y a une opposition,
        Pas celle qui se nomme osdh, ça c’est une embrouille et y a qu’un type.
        Et que même si on n’avait pas aidé tous ces mercenaires et autres fous de guerre en Syrie, cette opposition aurait déjà pu travailler avec le gouvernement et non pas avec Poutine..
        Xfiles72

        Bonjour, j’ai vu que cela fait deux fois que vous posez cette question et je ne peux que vous renvoyer sur ce site même où des parties de réponse sont disséminées dans les billets et commentaires après, c’est à vous de vous faire une opinion.


      • Lysbeth Levy Le 30 décembre 2016 à 22h21
        Afficher/Masquer

        Ah encore un qui connait bien les faits “de loin” comme dans l’amoureux du poème médiéval parle de “l’amour de loin” entre orient et occident. Jim connait la gauche aux Usa, il connait la Syrie et ces prétendus “rebelles modérés”, les infos sur la Syrie en s’informant sur un journal soutenant “l’Internationale socialiste”, donc pas de gauche du tout mais “néolibérale” voir néoconservatrice.: Mais qui finance le NPA ou ces élus ? L’UE bien sur et les fondations Soros, RockfellerRotschild et autres milliardaires “philanthropes” : http://www.unitedagainstracism.org/about-united/supported-by/
        http://www.unitedagainstracism.org/addressbook/new-anticapitalist-party/
        Ca ne s’invente pas mais ça explique que ces “partis” soient au service des “guerres humanitaires” menées par l’oligarchie !


    • s Le 30 décembre 2016 à 09h42
      Afficher/Masquer

      Obama n’essaierait-il pas de piéger Trump, de rendre très difficile le rapprochement avec Moscou, de préparer l’impeachment de son successeur ?


      • Pascalcs Le 30 décembre 2016 à 10h37
        Afficher/Masquer

        Oui c’est plus que probable.
        1. Trump défait le paquet de sanctions ce qui sera immédiatement exploité par les “vrais” démocrates US comme la preuve qu’il (Trump) est vendu à Moscou
        2. Trump ne fait rien, ce qui sera immédiatement exploité par les “vrais” démocrates US comme confirmation de l’ingérence Russe et donc justifiant “l’illégitimité” de Trump….
        Dans les 2 cas, c’est bien l’esprit revanchard de la caste démocrate US qui est à l’œuvre pour saper Trump un maximum avant sa prise de fonction. Je n’aurais jamais imaginé que les démocrates soient mauvais perdants à ce point.


  3. Silk Le 30 décembre 2016 à 04h40
    Afficher/Masquer

    Je ne comprend pas cette tendance à vouloir exempter Mediapart d’avoir pris part à la mêlée.
    Si le canard a clairement dénoncé les arrangements avec les djihadistes et l’accord par exemple entre USA et France de ne pas toucher à Al-Nosra.
    Quant à citer Mediapart ces personnes ne doivent pas être abonnées ou confondre des billets de blog de particulier (comme moi et quelques autres), billets que la rédaction a dépublié régulièrement avec un dernier exemple en date ici : https://blogs.mediapart.fr/swank/blog/191216/lettre-ouverte-aux-journalistes-de-mediapart-et-quelques-autres
    Le billet a été depublié avant d’être remis suite à une fronde des lecteurs et plusieurs interventions directes auprès de la rédaction.
    Apparemment nombreux sont ceux à confondre les billets de blog écrit par des lecteurs (billet qui disparaissent du recensement et n’apparaissent comme par hasard pas : 187 recommandés mais pas dans la liste des billets les plus recommandés alors que des billets avec 3 recommandés apparaissent dans la liste : étrange non ?) et les articles de la rédaction.
    En réalité la ligne de Mediapart est non seulement totalement atlantiste mais TOUS les articles écrits par des journalistes de la rédaction étaient des caricatures de propagandes (je tiens à disposition tous les articles pour ceux qui voudraient vérifier) exhalant une révolution fantasmée.


    • caliban Le 30 décembre 2016 à 07h47
      Afficher/Masquer

      @Silk

      M. Plenel faisant de la publicité à M. Salingue : https://youtu.be/wZJEE_7fV_k?t=7m23s
      Cela semble vous donner raison sur la lecture “mainstream” de Médiapart à propos de la Syrie.

      Plus que l’orientation politique, ce que je trouve proprement choquant dans cette vidéo (que je conseille de regarder en intégralité, il s’agit d’une réponse aux lecteurs de Médiapart), c’est la condescendance des deux éditocrates Plenel et Bonnet vis à vis de leurs lecteurs.

      Plenel et Bonnet, malgré eux, ne disent rien de la défiance générale du public vis-à-vis des journalistes. Pire, en tentant de se défendre, ils laissent transparaître leur mépris de caste.

      Au lieu de supprimer les contributions (gratuites) de leurs lecteurs, ils feraient mieux d’effacer cette vidéo vraiment pitoyable :'(


      • tchoo Le 30 décembre 2016 à 12h05
        Afficher/Masquer

        Tant de mensonges dans la bouche de ce personnage ne peut pas être le fait du hasard ou de l’imbécilité du bonhomme, mais une volonté de dégommer qui ne pensent pas dans le “bon” cadre


    • Dizalch Le 30 décembre 2016 à 08h48
      Afficher/Masquer

      Il est effectivement complètement effarant, de mon point de vue, de voir que des sites “dits indépendants” et “prônant du “vrai” journalisme” fassent tout l’inverse de ce pour quoi ils se sont créés, notamment sur le sujet de la Syrie.
      L’exemple que vous donnez de Médiapart est tout à fait révélateur, en l’occurrence, E. Plenel sait d’habitude faire du bon journalisme, mais sur ce sujet, c’est comme s’il avait perdu le sens de son métier et des réalités… consternant…
      Dans le même ordre d’idée, je lis régulièrement Arrêts sur images, or, un certain Vincent Coquaz, sur la guerre en Syrie, s’est lui aussi totalement déconnecté du rôle qui incombe au site et à sa profession…
      http://www.arretsurimages.net/dossier.php?id=277
      Tous ses articles dernièrement, sont, comme pour médiapart, basés sur les “on dit” et des “charges sans preuves”, aucun recoupement, aucune enquête, rien que du copié/collé de ce que l’on lit déjà partout… Pire, il en arrive aux attaques sur les seules personnes qui ont été sur place… E. Barlett et Le Coff… ahurissant de mauvaise fois et de non professionnalisme.
      Pourtant, il n’y a pas si longtemps, Acrimed avait une vision claire du sujet:
      http://www.acrimed.org/Conflit-en-Syrie-les-editocrates-s-habillent-en-kaki


    • TheGhoul Le 30 décembre 2016 à 10h04
      Afficher/Masquer

      Le Canard a certes relevé les arrangements avec les djihadistes (et aussi les agissements de l’Arabie saoudite), il n’en ont pas pour autant vraiment remis en question le discours propagandiste occidental, ce qui n’a rien d’étonnant, du reste, leurs informations semblant émaner essentiellement de mouchards des cercles “diplomatiques” et militaires français d’une part, et de a presse mainstream, notamment le Monde, d’autre part… relisez ce qu’ils ont écrit sur la Syrie ces cinq dernières années, il n’y a pas vraiment de quoi pavoiser : ce sont les mêmes approximations, généralisations et déformation idéologique que chez la plupart de leurs confrères.


      • V_Parlier Le 30 décembre 2016 à 10h22
        Afficher/Masquer

        Chez Mediapart ils font pire que le discours propagandiste occidental. C’est encore plus perfide, parfois limite pro-djihad dans les vidéos de débats qu’ils publient sur Youtube.


      • Micmac Le 30 décembre 2016 à 11h08
        Afficher/Masquer

        Le Canard a beaucoup, énormément baissé.

        Je l’achetais depuis mon adolescence, je l’ai lu pendant 20 ans, sans loupé un seul numéro, mais depuis 10 ans, je ne l’ai plus acheté que très occasionnellement, pour être beaucoup déçu…

        Des ragots, des partis pris très orientés, plus d’enquêtes approfondies sur la corruption (c’est quelque chose que Médiapart a fait, on ne peut pas lui enlever).

        Le Canard était gênant, il y avait eu des tentatives de le discréditer, de lui envoyer des soi disant concurrents dans les pattes, ça n’avait jamais pris. J’ai vraiment l’impression que ça a fini par marcher, par entrisme… Certains disent que le Canard a commis l’immense erreur de remplacer les vieux de la vielle partis à la retraite par la journaille licenciée de chez Libé… C’est bien possible.

        Les dossiers sur Sarko publiés après les élections n’ont fait que confirmer une impression diffuse… Le Canard, c’est plus comme avant…


        • Charles Le 30 décembre 2016 à 11h52
          Afficher/Masquer

          Je vous donne raison. Seuls à mon avis les articles de Claude Angeli sont bien informés et lisibles. Certains autres articles auraient pu être publiés dans Le Monde ou dans Libération.


        • sergio Le 30 décembre 2016 à 13h14
          Afficher/Masquer

          Même constat. Je lisais régulièrement le canard depuis plus longtemps que vous. J’ai arrêté quand je les ai vu prendre position sur les problèmes de la Côte d’Ivoire (que j’ai vécus au quotidien), avec un total partis-pris infondé. Ils ont perdu un lecteur de plus de 30 ans!


        • Alfred Le 30 décembre 2016 à 15h11
          Afficher/Masquer

          Idem. La vraie maladie du journalisme (la disparition des faits au profit du prechi-precha plus ou moins malin au bénéfice des puissants) à atteint tous les journaux possibles. La plupart par le capital et ceux dont le capital était inaccessible par la stratégie de l’entrisme.
          Depuis au moins dix ans le canard enchaîné est devenu le canard-laquais. Et Mediapart est un mediapartial depuis le début (pas un problème en soi, le problème vient du fait que ses alegances soient masquées)


          • Lysbeth Levy Le 30 décembre 2016 à 15h39
            Afficher/Masquer

            D’après un journaliste Elihjah Magnier les Kurdes et les AL Nosra seraient perdant dans le deal entre Erdogan et Poutine des groupes djihadistes n’ont pas signés donc pour une paix globale d’ou il ressort que les Usa n’ont pas participé https://elijahjm.wordpress.com/2016/08/30/putin-and-erdogan-have-agreed-on-a-restricted-road-map-in-syria-the-kurds-and-nusra-will-be-the-main-losers/..Etrange non ? Je frémis à l’idée que le “projet Kurde” soutenu par les français tombe a l’eau car “fauteur” de guerre, si on regarde la carte la “partie kurde” voulue par l’Occident est immense et risquait de s’étendre même en Iran, donc voilà le grand jeu du “grand moyen orient élargi” qui va encore reculer et on l’espère avec lui les nombreux conflits que ça engendre dans une région déjà déstabilisée par la guerre américaine en Irak.


            • Alfred Le 31 décembre 2016 à 13h28
              Afficher/Masquer

              Elijah Magnier à fait une très bonne couverture tout au long du conflit. C’est un exemple de journaliste qui s’il n’est pas parfait ne déçoit jamais.


  4. L'aieuil Le 30 décembre 2016 à 05h08
    Afficher/Masquer

    On nage en pleine loi de Poe avec l’image du tweet russe.
    Les embrassades russes font souvent de l’ironie/humour noir dans leurs tweets (et rajoutent la mention que l’image n’est qu’une illustration et en aucun cas “vraie”).
    http://imgur.com/a/G6EdX
    La référence à un jeu de stratégie culte de début 2000 est tout à fait dans leur cordes, la culture populaire c’est aussi de la culture.


  5. Kesse Le 30 décembre 2016 à 06h23
    Afficher/Masquer

    Et voila pourquoi le site d’olivier existe a cote d’acrimed … et a obtenu une place de choix. Parce que dans des temps meles, les poseurs, tels que Salinge parait a travers ce texte, n’ont plus voix au chapitre. Il y a de reels dangers dans l’air et tourner la tete comme une girouette au premier vent de la mort ne sert a rien … toute mort est horrible, j’en suis pleinement conscient … mais il ne s’agit pas de pose ou d’incarner la douleur, il s’agit d’en eviter d’autre. C’est le point precis ou le texte de Salinge se degonfle comme une baderne: “Youhou, continuons d’armer la rebellion, refusons les massacres …” comme si on avait un quelconque moyen de controle en tant que citoyen francais.

    Par contre, ce que l’on peut faire ou non, c’est supporter la diplomatie francaise dans sa volonte de prolonger la guerre. Non, je ne supporte pas l’armement des rebelles, je suis content de leur prompte defaite et de leur redition et du traite de paix en cours.

    Apres les dernieres sanctions prises par les USA contre la Russie, je suis curieux de savoir ce que va etre la position de Salinge face a cette aggravation de la guerre froide: “C’est pas bien de tuer des gens, camarades!”. Ce genre d’intervension a ces limites.


  6. caliban Le 30 décembre 2016 à 06h25
    Afficher/Masquer

    Merci à l’auteur de la seconde lettre de faire rejaillir les partis-pris de la première. Je pense que M. Salingue s’est planté, doublement : dans sa perception de la situation en Syrie (un comble pour un esprit aguerri à la lutte contre la propagande) et dans le fait d’impliquer Acrimed dans ce plantage (qu’avait-il besoin de signer son papier de parti-pris ?).


    Petite question / curiosité personnelle.
    Le Général de Gaulle n’a jamais commémoré le débarquement américain de juin 1944. Quelqu’un sait-il l’explication qu’il a donné à ce refus ? Est-ce lié aux victimes des bombardements ?


    • Raye Le 30 décembre 2016 à 11h48
      Afficher/Masquer

      Les Americains ont debarques avec leur propre monnaie qu’ils voulaient nous imposer avec un gouvernement à leur botte comme ces «grands europeens» qui etaient payes par la CIA dont lefourbe Jean Monnet ( qui avait fait fortune aux USA du temps de la prohibition en vendant de l’alccol)

      Ne pas oublier que le 1er Psdt de la commission eropeenne Hallstein etait le juriste d’Hitler et que nombre de generaux chasseurs de resistants ont ete recyclés dans l’OTAN
      Sans de Gaulle nous serions encore plus sous «protectorat» des Etats Unis.
      Personne ne parle non plus des premiers essais de napalm sur Royan.
      Dans une guerre la premiere victime,c’est la vérité


      • caliban Le 30 décembre 2016 à 14h54
        Afficher/Masquer

        @Raye

        Merci pour votre réponse mais sinon … concernant le refus de la commémoration du débarquement anglo-saxon par de Gaulle, monsieur A. ne dit rien ?


    • LBSSO Le 30 décembre 2016 à 14h23
      Afficher/Masquer

      “Le Général de Gaulle n’a jamais commémoré le débarquement américain de juin 1944. Quelqu’un sait-il l’explication qu’il a donné à ce refus ?”

      Eléments de réponse ici dans ce billet publié sur les-crises.fr:

      https://www.les-crises.fr/pourquoi-de-gaulle-refusa-t-il-toujours-de-commemorer-le-debarquement-du-6-juin/

      “Et vous voudriez que j’aille commémorer leur débarquement, alors qu’il était le prélude à une seconde occupation du pays ? Non, non, ne comptez pas sur moi ! Je veux bien que les choses se passent gracieusement, mais ma place n’est pas là !

      « Et puis, ça contribuerait à faire croire que, si nous avons été libérés, nous ne le devons qu’aux Américains. Ça reviendrait à tenir la Résistance pour nulle et non avenue. Notre défaitisme naturel n’a que trop tendance à adopter ces vues. Il ne faut pas y céder !”

      (Site de l’UPR d’après un livre d’A Peyrefitte)

      En revanche il a commémoré les actions des forces françaises libres,bien sûr.


      • Fritz Le 31 décembre 2016 à 16h24
        Afficher/Masquer

        L’autre raison : de Gaulle était un militaire et un réaliste, il savait fort bien que si les Alliés américains, britanniques et canadiens ont débarqué en Normandie, ce n’était pas pour “libérer la France du joug nazi”, bref, pour nos beaux yeux. Quelle vision puérile et narcissique !

        C’était pour trouver le chemin le plus sûr vers le cœur du Reich, qui subissait l’opération Bagration sur le front de l’Est. Que ces mêmes Alliés aient voulu en outre, à cette occasion, libérer la France de l’occupant allemand, ne doit pas masquer le but de l’opération Overlord.


        • 13Atg Le 01 janvier 2017 à 09h08
          Afficher/Masquer

          Il ne supportait pas par ailleurs d’avoir toujours été traité comme une [Modéré] par Churchill.

          Son refus était cependant critiquable. Les Alliés, ce sont les gouvernements, les états-majors et les militaires au combat. Les motivations ne coïncident pas forcément.

          Comme dans la 1GM, beaucoup de fantassins étaient volontaires et souhaitaient libérer l’Europe sans trop penser à bloquer Staline. Beaucoup d’américains étaient vraisemblablement sincères. Il fallait leur rendre hommage.


  7. Micmac Le 30 décembre 2016 à 06h38
    Afficher/Masquer

    C’est effectivement Mélenchon qui est attaqué par Salingue, du NPA, et d’ACRIMED.

    Je me définie comme social-démocrate (donc opposant aux soit disant “socialistes” au pouvoir, qui ne sont ni sociaux, ni démocrates), et donc naturellement, je me retrouve sur la ligne de Mélenchon, qui n’est pas un bolchévique le couteau entre les dents, mais un social démocrate.

    Combien de fois ces dernières temps je me suis engueuler avec des militants de cette extrême gauche devenue ivre de postures morales sans queue ni tête… Je n’arrive même plus a discuter avec eux, je ne comprends plus rien à ce qu’ils racontent! Au sens propre.

    Je me fait traité d’homme de droite par des gens qui s’alignent sur les positions néoconservatrices, et semblent refuser toute forme d’alternative crédible à gauche! J’ai des amis communistes, qui eux, comprennent bien que Mélenchon est social démocrate, donc politiquement à leur droite, mais représente évidemment un moindre mal, et une alternative crédible.


    • Micmac Le 30 décembre 2016 à 06h51
      Afficher/Masquer

      Suite …

      Mais il semble que le NPA a choisi de torpillé cette alternative. Pas sûr qu’il en ait les moyens…

      Ce n’est pas le premier article, ni le dernier, qui va dans ce sens d’un torpillage de Mélenchon et de l’alternative à gauche.

      Médiapart, le repère des troskars plus ou moins repentis, et inconnus comme tels par la plupart de ses lecteurs, est dans une ligne “tout sauf Mélenchon” depuis plusieurs semaines…

      On est avec cet article clairement dans la campagne du NPA contre les Insoumis, ça ne fait aucun doute. Pour quelle alternative à gauche? Mystère et boules de gomme…

      Et l’article en réponse est tout à fait juste : Salingue est d’une hypocrisie totale, puisqu’il prend une posture morale plus que discutable pour attaquer Mélenchon sans même le nommer! Plus faut derche tu meurs…


      • tepavac Le 31 décembre 2016 à 00h52
        Afficher/Masquer

        NPA ne sont pas de Gauche, c’est juste des “ennemis” des souverainistes, ennemis de l’idée même du Citoyen.


    • Micmac Le 30 décembre 2016 à 07h19
      Afficher/Masquer

      Suite et fin…

      Un tel torchon faucuiste incite fortement à jeter ACRIMED avec l’eau du bain (n’en déplaise à l’auteur de la brillante réponse), vu la position éminente qu’y tient Salingue. Il va m’être difficile de consulter à nouveau ACRIMED avec confiance, après cette logorrhée catastrophique…

      Salingue qui défend les mensonges néocons les plus grossiers et les moins sourcés, ça la fiche vraiment mal! Qu’un des principaux contributeurs et dirigeant d’ACRIMED ne voit pas cette propagande jette le doute sur ACRIMED, et c’est peu de le dire. Même si le texte de Salingue n’a pas été publié sur le site, ça la fout vraiment mal.

      ACRIMED! Action Critique Média! Un site de critique des médias! Tout de même! Dont le principal responsable nous vend des inepties dignes des AMD en Irak, et prétend ainsi s’élever moralement au-dessus d’un certain “camarade”…

      Heureusement qu’il reste Serge Halimi, qui ne déçoit toujours pas.


      • Fritz Le 31 décembre 2016 à 16h31
        Afficher/Masquer

        “Serge Halimi, qui ne déçoit toujours pas”

        Serge Halimi m’a déçu quand j’ai lu son éditorial dans le Monde diplomatique d’avril 2011, “Les pièges d’une guerre”, où il s’en prenait aux adversaires de la guerre occidentale en Libye : nommément, Fidel Castro et Hugo Chavez. Réfutation laborieuse et visqueuse d’un discours “qui se veut anti-impérialiste alors qu’il n’est qu’anti-occidental”.

        Déçu ou détrompé ? J’étais loin d’être toujours d’accord avec les positions de ce mensuel, mais cet édito crypto-atlantiste m’a ouvert les yeux. Depuis, je ne lis plus le Monde diplomatique.


    • jim Le 30 décembre 2016 à 07h25
      Afficher/Masquer

      Effectivement, Mélenchon ne cache pas son admiration pour la politique social-démocrate de Mitterrand. Mais on lit de plus en plus d’analyses qui démontrent que dans la crise en cours, il n’y a plus d’espace pour une telle politique. C’est d’ailleurs ce que je viens de lire il y a peu ici: http://wp.me/p5oNrG-v9y


      • Micmac Le 30 décembre 2016 à 07h37
        Afficher/Masquer

        Admiration pour Mitterrand, certainement (admiration que je ne partage pas), admiration pour sa politique, c’est discutable.

        Il faut s’entendre sur ce qu’on comprend par “social-démocratie”. Les libéraux ont minés le discours politique, et il faut redéfinir les termes… Pour les sociaux-libéraux, la social démocratie, c’est le compromis entre les “partenaires sociaux”. Je n’y crois pas une seconde. Il faudra cogner (politiquement) sur les oligarques et le MEDEF, sans négocier quoi que ce soit.

        Ne pas oublié que les bolchéviques eux mêmes sont issus d’une scission du parti social démocrate russe. Donc, les mots peuvent avoir un sens très différent suivant ceux qui les emploient.

        Pour moi, la social démocratie, c’est accéder au pouvoir et gouverner dans l’intérêt du peuple par des moyens démocratiques. Ni plus, ni moins. La démocratie étant l’incarnation de la volonté populaire, pas la négociation avec des gens qui ont déjà bien assez de pouvoir. On ne négociera rien, on légiférera.


      • Micmac Le 30 décembre 2016 à 07h46
        Afficher/Masquer

        Et donc, de mon point de vu, la différence entre les sociaux démocrates et les révolutionnaires (de gauche, cela va sans dire…), c’est que les sociaux démocrates pensent qu’ils peuvent atteindre démocratiquement leurs objectifs, les révolutionnaires pensent que c’est illusoire.

        Les révolutionnaires ont aussi une vision un peu différente des susdits objectifs. Les buts des révolutionnaires sont aussi un peu plus radicaux (démocratie plus limité, et société plus autoritaire).

        C’est schématique, mais c’est bien ce qu’enseigne l’histoire des idées politiques.

        Le reste, c’est du bidouillage sémantique néolib.

        Mélenchon n’est pas d’extrême gauche, il est juste de gauche, social démocrate, donc, mais la classe politique a tellement dérivé à droite, et tout étant relatif…


        • LS Le 30 décembre 2016 à 17h47
          Afficher/Masquer

          JM Melanchon a déjà répondu sur la conquête du pouvoir par la violence. Il l’a récuse pour des raisons non morales mais des raisons de rationalités politiques. Il est d’ailleurs convainquant.

          Ceci dit, la question du respect de la démocratie ne se pose pas à la conquête du pouvoir mais quand accepte ou refuse de le rendre (au nom de l’intérêt du peuple, bien sûr), quand la majorité souhaite une autre politique.

          Ceci dit encore, une démocratie EST autoritaire voire dictatoriale. C’est la majorité qui décide en toute souveraineté et s’impose à tous sans médiation.


      • Micmac Le 30 décembre 2016 à 08h02
        Afficher/Masquer

        Et le lien que vous postez illustre tout à fait ce que j’écris plus haut : pourquoi “la gauche de la gauche” perd elle son temps à attaquer JLM? Surtout quand la critique porte sur l’orthodoxie marxiste, dont l’immense majorité de l’électorat se fout comme de sa première culotte. A part ajouté à la confusion politique ambiante, ce genre de texte n’apporte rien à 99.99% de l’électorat.

        D’accord, JLM est à votre droite, tout le monde l’a remarqué, c’est pas un scoop… mais bon, vous pourriez considérer, comme le fait la sagesse populaire, qu’entre divers maux, il faut choisir le moindre… C’est la position de la majorité des communistes, et elle me semble cohérente.

        Si vous voulez vous rendre utile, attaquez le P”S” ou les “Verts”, il y a tellement de gens qui croient encore qu’ils sont de gauche.


        • jim Le 30 décembre 2016 à 17h08
          Afficher/Masquer

          Je crains que vous n’ayez pas lu jusqu’au bout l’article que j’ai trouvé ce matin: http://wp.me/p5oNrG-v9y
          Il conclue que le programme délavé de JLM, même après avoir jeté aux orties le socialisme et l’écosocialisme, ne sera pas accepté par la bourgeoisie française, déjà en position de faiblesse sur le marché international. Et il est clair qu’après avoir pris comme modèle le “Prince de l’ambiguïté” (Mitterrand), JLM suivra le même chemin du renoncement. Mais lui et ses amis, vieux politiciens professionnels, auront pris les mangeoires du PS. Ses déclarations ne laissent peu de marge au doute: http://wp.me/p5oNrG-tPq


          • pierre Le 31 décembre 2016 à 00h20
            Afficher/Masquer

            @jim, Auriez-vous d’autres sources, d’autres ouvrages ou références à proposez qu’uniquement ce site, dont vous bombardez les liens, comme si la “vérité”, la seule, la bonne, y était inscrite ?


          • anne jordan Le 01 janvier 2017 à 16h41
            Afficher/Masquer

            alors là ! chapeau bas , @jim !
            on a vraiment grand besoin d’un oracle sûr en ce 1er jour de l’année !
            “pas accepté par la bourgeoisie française ” …” JLM suivra le même chemin ” …etc…
            quel talent ! merci au blog ” les Crises ” de nous dispenser de toute action politique : nous avons wp.me , et Lord Jim !


        • LS Le 30 décembre 2016 à 17h55
          Afficher/Masquer

          En quoi les verts ne sont pas de gauche ? Ce mouvement me laisse perplexe mais de là à ne pas les dire de gauche …
          D’ailleurs, quand vous écrivez “les verts”, pensez vous à EELV spécifiquement ou aux mvts écolos en général ?


          • 13Atg Le 30 décembre 2016 à 18h01
            Afficher/Masquer

            Les Verts qui tentent de résoudre les externalités négatives par les taxes façon Pigou sont obligatoirement de gauche.
            Ne les surnomme-t-on pas “pastèques” (verts dehors, rouges dedans) ?


            • Alfred Le 30 décembre 2016 à 23h25
              Afficher/Masquer

              ce sont des pastèques qui sont arrivées par la mer à travers l’atlantique?
              Les seuls verts authentiquement de gauche se trouvent en Scandinavie. Il suffit de suivre les votes des uns et des autres au parlement européen pour vous ôter définitivement le moindre sur le sujet.
              (au passage les bourses au carbone sont sensées “tenter de lutter contre les externalités négatives”. indépendamment des success story à la MImram qui sont inévitables avec ce genre d’idées idiotes vous pensez vraiment que le concept est de gauche?)


            • 13atg Le 30 décembre 2016 à 23h38
              Afficher/Masquer

              C’est du Pigou, donc du Keynes, donc a-priori la gauche.


          • jo Le 30 décembre 2016 à 23h02
            Afficher/Masquer

            Les mouvements écolos en général sont malthusien, contre la rationalité scientifique (c’est à dire anti-lumière et très influencé par le romantisme allemand) et pour un certain nombre sont une porte ouverte au darwinisme social. Les mouvements écolos sont fondamentalement réactionnaires. Pour l’appellation “gauche” cela dépend de la définition que l’on donne à ce mot.


            • Alfred Le 31 décembre 2016 à 17h02
              Afficher/Masquer

              Pour le coup c’est vous qui jetez le bébé avec l’eau du bain. On pourrait au contraire vous objecter que la rationalité scientifique devrait porter davantage de monde à être écolo.
              Même la rationalité économique si elle existait (la il faudrait se mettre bien d’accord sur les termes tant l’économie est rapport de forces) porterait à écologie.
              Quant au malthisianismme vous parlez de celui des céréaliers et vendeurs d’OGM qui veulent nous faire croire qu’on ne peut Noirot la terre entière sans eux?


  8. politzer Le 30 décembre 2016 à 07h05
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    Just une précision par souci de rigueur historique: en Normandie il y eut 54000 victimes civiles et non 20000 et 15000 viols de la part des “libérateurs” pour lesquels 50 Gi’s ont été pendus.
    13000 soldats allemands ont été tués au cours des combats. CF le livre du journaliste américain R. Lilly “La face cachée des GI’s” ouvrage interdit de publication aux USA.


  9. Toff de Aix Le 30 décembre 2016 à 07h50
    Afficher/Masquer

    Ce salingue qui, en d’autres temps m’avait impressionné (revoir sa lettre sur la situation en France vue de l’étranger, lors de la contestation sociale sur la loi ” travail”), me déçoit ici profondément.

    D’où l’utilité de toujours vérifier et re-verifier ses sources quand on avance quelque chose. Je pensais qu’un gars comme lui l’aurait compris, on ‘âgé en plein délire ! La preuve que personne n’est à l’abri de la propagande, et de l’ erreur. La réponse est en tout cas parfaite, et proportionnée.


    • Alfred Le 30 décembre 2016 à 23h28
      Afficher/Masquer

      Est ce vraiment une question de sources ou d’honnêteté?


  10. ananda Le 30 décembre 2016 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Ne sachant pas à qui était adressée cette diatribe, j’ai cru à un texte ironique qu’on devait donc prendre au second degré. Réalisant mon erreur, je n’en reviens toujours pas que l’on puisse être aveuglé à ce point par un idéalisme qui enferme toute réflexion dans un carcan d’un hermétisme absolu. Oui, moi aussi depuis ma jeunesse, j’ai des idéaux, mais j’ai su ne pas être aveuglé par eux. Pourquoi tomber dans le manichéisme : Assad :dictateur. Faudrait peut-être demander à la majorité des Syriens ce qu’ils en pensent.


    • tepavac Le 30 décembre 2016 à 12h15
      Afficher/Masquer

      Ananda, tout ceci n’est qu’une des nombreuses confrontations entre les “souverainistes et les internationalistes” .
      Ça déconcerte pas mal d’esprits, constater que dans le même “camp” il puisse y avoir autan de contradictions.

      Si vous ôtez le prisme de “bord politique” et que vous remplacez “droite/gauche” par “Droit de l’Homme/Droit du Citoyen” vous vous rendrez compte de la place réelle qu’occupent, les différents protagonistes de ce capharnaüm occidental;

      C’est malheureusement une question de pur logique qui découle d’une prise de position manichéenne entre ces deux idéologies.
      L’esprit de l’individualisme forcené mène à l’internationalisme, il déni toute existence, non seulement à une quelconque “collectivité”, mais il déni l’idée même des liens familiaux.
      L’esprit du Citoyen dans ses prolongement a aussi ses mêmes horreurs, si bien décrit par Orwell.
      Trouver l’équilibre entre ces deux extrêmes semble difficile en ce monde.


      • 13atg Le 30 décembre 2016 à 17h14
        Afficher/Masquer

        L’individualiste n’est pas “forcené” bien qu’il soit exact qu’en URSS, on avait tendance à le mettre dans un hôpital psychiatrique…
        L’individualiste veut se promener sur la planète comme il veut, où il veut, quand il veut. Les frontières et le nationalisme, ce n’est pas trop son truc. Mais il laisse aux autres la liberté d’ être enfermés dans leur nation s’ils le souhaitent.
        L’individualiste aime ou pas certains membres de sa famille. Il souhaite avoir la liberté de choisir. Mais il ne supprime jamais la liberté des autres d’adhérer entièrement à un cocon familial.
        L’individualiste recherche l’Etat minimal, celui qui laisse le maximum de liberté en tout.
        L’individualiste accepte que son voisin soit noir, avec 12 femmes, musulman, cultivant du shit, roulant en moto sans casque… même si lui-même a un style de vie totalement opposé.
        L’individualiste n’aime pas trop il est vrai le Citoyen, ce brave homme humaniste qui légifère à tour de bras tellement il aime l’humanité.


        • Didier Le 30 décembre 2016 à 22h02
          Afficher/Masquer

          Oui, oui. L’individualiste (le libéral, pour lui arracher son faux-nez) a horreur, par exemple, que l’État se mêle de légiférer sur la traite négrière, dont il a tiré de très confortables revenus. L’individualiste chérit sa liberté, mais il ne voit aucun inconvénient à ce que celle-ci soit le fruit de la servitude d’autrui. Il “veut se promener sur la planète, où il veut, quand il veut”, et méprise copieusement ceux qui, n’ayant pas les moyens de se “promener” où et quand ils veulent, se retrouvent “enfermés dans leur nation” – et a le cynisme d’ajouter “s’ils le souhaitent”.
          Etc., etc.


          • 13atg Le 30 décembre 2016 à 22h59
            Afficher/Masquer

            En fait, vous ne semblez pas trop connaître le libéralisme…

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Libéralisme

            Ce que vous évoquez, ce sont les résultats du communisme, du socialisme et du national-socialisme. Et de la royauté, “L’Etat c’est moi”.

            Les courants migratoires se font toujours dans la direction des pays libéraux, pas socialistes. Cela devrait vous alerter.


            • Alfred Le 30 décembre 2016 à 23h31
              Afficher/Masquer

              ça doit être une des raisons qui font que le libéralisme n’est plus trop à la mode en ce moment en France et même en Europe (au niveau du sol bien sur pas dans les hautes sphères)…


            • 13atg Le 30 décembre 2016 à 23h42
              Afficher/Masquer

              Ben, c’est pas pour dire, mais j’ai beau regarder, je ne vois que du “libéralisme” (enfin du néo-classicisme). Trump, c’est la gauche ? Fillon, c’est la gauche ? Le peu qui reste, la Russie et la Chine, ce n’est plus très communiste il me semble…

              Bon, heureusement, il reste le Venezuela et la Corée du Nord !


        • tepavac Le 30 décembre 2016 à 22h52
          Afficher/Masquer

          Bien sûr nous pouvons parler de nos propres sentiments sur la question, et “philosopher” sur des idées qui n’appartiennent qu’à nous même.

          Je veux dire par delà, que si vous relisez mon message, vous en conviendrez, je n’oppose aucunement l’individu à la collectivité, mais l’extrémisme idéologique de ces deux moteurs de l’évolution humaine.

          Vous affirmez que” l’individualisme forcené n’empêche pas les “autres” de vivre leur existence comme ils l’entendent”, encore une fois je vous ferai remarquer que je parle pas des “individus” que nous sommes, mais de l’idée politique de la “liberté individuelle” poussée à son extrême.

          Quand aux”douze femmes pour un homme”, oui je vois bien l’intérêt pour l’individu que vous êtes, mais que pensez-vous “d’être le harem masculin d’une seule femme”?
          Finalement vos remarques, vos arguments, votre hargne, montre à l’évidence qu’un esprit préoccupé par son nombril ne prend pas la peine de bien écouter, ou lire ce que ses semblables offrent à son attention.


          • 13atg Le 30 décembre 2016 à 23h18
            Afficher/Masquer

            Amusant le coup du “12 femmes pour un homme et mon intérêt” puisque que dans ma phrase, je dis exactement le contraire ! Vous lisez vraiment ?

            Sinon, est-ce que ça me plairait d’appartenir au harem d’une seule femme ? Je n’en sais rien, il faudrait vraiment qu’elle soit très jolie !

            Mais une chose est certaine : je ne laisserais certainement pas l’Etat ou mon voisin de palier disposer de mon choix. L’Etat minimal qui ne s’occupe que des fonctions régaliennes serait là pour pallier aux débordements criminels d’une Walkyrie.

            Aujourd’hui, le socialisme qui aime tant les gens vient de promulguer l’interdiction des fessées et des emails professionnels nocturnes. Génial !


            • tepavac Le 31 décembre 2016 à 00h16
              Afficher/Masquer

              oui j’ai lu ceci;
              “L’individualiste accepte que son voisin soit noir, avec 12 femmes, musulman, cultivant du shit, roulant en moto sans casque… même si lui-même a un style de vie totalement opposé.”

              c’est bien vous, atg le 30 décembre 2016 à 22h59!


            • 13atg Le 31 décembre 2016 à 00h37
              Afficher/Masquer

              Oui, c’est ça !

              “Même si lui-même (l’individualiste) a un style de vie TOTALEMENT OPPOSE”.

              CQFD


  11. Goldoni Le 30 décembre 2016 à 08h50
    Afficher/Masquer

    Traditionnellement dans les milieux trotskistes il est de mise de soutenir l’impérialisme US et être anti-russe est génétique. Allez donc savoir ce qu’il y a dans les archives de la CIA? L’analyse de Salingue est typiquement mainstream. Non Alep ne ressemble ni à Guernica ni à Dresde, du point de vue militaire une attention inhabituelle fut portée sur les civils, meme s’il apparaît qu’environ un sur quatre soutenaient les djihadistes, Au début de l’offensive des forces de l’armée syrienne probablement 120 à 140 mille personnes à Alep (et non 250000) et 10 à 12 000 djihadistes dont les 3/4 du front al-Nosra (à 80 % étrangers à Alep et à plus de 50 % étrangers à la Syrie). Le rôle de l’ONU dans cette histoire n’est pas glorieux et notamment celui de son envoyé spécial qui a sans cesse tenté de minorer l’importance d’Al Nostra et d’Al Zenki pour trouver des rebelles modérés à soutenir (à cet égard ce qui se passe à Idlid est stupéfiant où la zone djihadistes est cogérée avec les ONG)


    • Lysbeth Levy Le 30 décembre 2016 à 09h50
      Afficher/Masquer

      Effectivement dommage mais avec la crise “syrienne” et avant “lybienne” les masques tombent et chacun qui défendait un “anti-colonialisme” bon teint se met a invectiver ceux qui “défendent le dictateur” qui “tue son propre peuple” dévoile en vérité sa véritable figure …Déjà en 2011 :http://www.wsws.org/francais/News/2011/dec2011/syri-d01.shtml France: La « gauche » petite-bourgeoise complote une intervention militaire en Syrie cet article prouve la vraie nature de cette pseudo-gauche qui “ratisse” pour l’Empire…http://www.wsws.org/fr/articles/2012/aou2012/pers-a07.shtml
      C’est bien vu de la part du WSWS


      • jim Le 30 décembre 2016 à 17h13
        Afficher/Masquer

        Suis très surpris que vous preniez comme source ce que toute la gauche aux USA, que je connais bien, considère comme la pire secte, en tout cas la plus sulfureuse, car spécialisée dans l’affabulation et la provocation contre les progressistes dans presque le monde entier. Personnellement, je n’avais encore jamais vu pire.


        • Lysbeth Levy Le 30 décembre 2016 à 21h47
          Afficher/Masquer

          Milles excuses, Jim la “secte” comme vous dites est une des plus citée aux USA et en Europe a cause justement de ces analyses justes sur la géopolitique mondiale et son NON alignement sur le capitalisme contrairement au NPA ou autres partis dits de gauche mais bien maqués avec l’IS. Même les plus “anticommunistes” de “vétérans américains” (reliquat du maccarthysme ) la citent tellement elle est juste dans ses analyses, et c’est pas peu dire Par exemple sur la “trahison de de classe” de ces partis de “gauche” l’avis de ce parti est impeccable sur le sujet : https://www.wsws.org/fr/articles/2016/dec2016/tiso-d22.shtml Je vous laisse lire !..


        • lvzor Le 30 décembre 2016 à 23h46
          Afficher/Masquer

          Je suis très étonné que vous teniez ces propos relativement à WSWS, qui est une organisation trotskyste, c’est-à-dire dont les membres sont appelés à devenir d’importants dirigeants dans et de tous les pays du monde, après avoir été recrutés et installés par les banques les plus prestigieuses.

          …Tout comme M. Salingue qui, lassé de la vache enragée de chez Acrimed, nous livre en bon trotskyste sa copie d’examen de passage dans la presse mainstream.


        • Alain Le 31 décembre 2016 à 01h10
          Afficher/Masquer

          Plutôt que de vous répéter (votre premier commentaire plus haut), pourriez-vous élaborer vos propos ? Ils sont particulièrement sévères et demandent donc des justifications sérieuses, au risque d’apparaître autrement juste diffamatoires. Une recherche rapide indique plutôt que wsws est un site d’information en général respecté et suivi, en tout cas aux US, parmi la gauche. J’ai bien trouvé quelques critiques ici ou là, notamment de Louis Proyect, qui lui aussi parle de secte. Mais rien qui ne semble aller au-delà de la compétition entre organisations de gauche. En tout cas, wsws génère (selon alexa.com) un nombre de visites important, bien devant d’autres sites de la gauche socialiste américaine, bien devant Zcomm, et pas loin derrière Counterpunch…


    • Francois Le 30 décembre 2016 à 11h19
      Afficher/Masquer

      Quelle blague, ces pauvres photos montrent bien que c’est de la rigolade : des civils en pleurs dans une ville en guerre, quel scoop !!!
      Regardez le vietnam ou vous avez des dizaines de vidéos montrant des soldats assassinats des dizaines de civils, le nettoyage de village…
      Les exactions des mercenaires américains en irak n’ont pas fait pleurer dans les chaumières que je sache

      Ces pauvres photos sont juste la pour faire pleurer la ménagère


      • tepavac Le 30 décembre 2016 à 12h21
        Afficher/Masquer

        Vidéo qui fait “pleurer” les ONG.
        https://southfront.org/footage-moderate-rebels-fire-us-supplied-anti-tank-missile-on-civilians-walking-street-in-southern-aleppo/

        Je ne savais pas qu’a Alep les civils s’appelaient des “tank”


        • Lysbeth Levy Le 30 décembre 2016 à 12h35
          Afficher/Masquer

          Une petite étude de la narrative occidentale et des relais dans la pseudo-gauche (radicale ?) et l’aide des journalistes-djihadistes qui s’invitent dans des colloques et autres sauteries de l’Empire otanien : https://www.newcoldwar.org/controlling-the-narrative-on-syria/ Robin Yassine Kassab :
          “”Robin Yassin-Kassab, plus largement connu pour son roman en 2008 “Le chemin de Damas” et son livre récent”Pays de combustion”: “Syriens dans la Révolution et de la guerre” (co-écrit avec Leila al -Shami). Yassin-Kassab est régulièrement invité pour disctuer et écrire sur la Syrie, en particulier au Royaume – Uni. Il se réfère à Corbyn comme « pro-Poutine, pro-Khamenei » et un « ver stalinien » et est même allé jusqu’à appeler le leader du travail à ” mis en sommeil ” à cause de son supposé «Stalinisme (ou Poutinisme ou Assadism, sus nommés) “” Rendez vous compte, on a des vrais terroristes journaleux chez nous en Europe avec la complicité de nos élus et élites. .


  12. DUGUESCLIN Le 30 décembre 2016 à 08h59
    Afficher/Masquer

    Il aurait été plus clair de la part de Monsieur Salingue, de préciser ce qu’est l’opposition en Syrie.
    1) Qui sont les opposants en Syrie et que proposent-ils?
    2) L’opposition est armée, donc espère prendre le pouvoir par la force, mais,qui lui a fourni des armes?
    Si cette fameuse opposition, supposée populaire et révolutionnaire, pense faire mieux que le pouvoir légitime, il faut qu’elle soit claire dans ses propositions si elle veut bénéficier (ou non) d’un soutien populaire. Sinon cette opposition ne sert à rien si ce n’est à faire couler le sang et provoquer la misère du peuple.
    Ces deux questions méritent une réponse, sinon on est dans des discours inutiles faits d’affirmations non vérifiées et dangereuses pour le peuple qui ,lui, a naturellement envie du moindre mal.
    Pouvez être plus précis, camarade?


    • Micmac Le 30 décembre 2016 à 09h18
      Afficher/Masquer

      C’est une immense faille de la propagande néocone…

      Quelle est le programme politique des gentils rebelles modérés? Qui sont leurs leaders politiques? Sont ils connus et reconnus par les syriens? Il n’y a rien sur le sujet dans les médias. Pas de gentil leader modéré charismatique, avec un gentil programme démocratique. Pas un seul.

      Ça pue un peu quand même…

      Non, on nous dit juste que les gentils rebelles sont des opposants au “boucher de Damas”, donc qu’ils sont gentils… Après ce qu’ils s’est passé en Libye, et ailleurs… De là à penser qu’on nous prend pour des jambons, le pas est vite franchit.

      Et donc, si vous doutez, c’est parce que vous avez été intoxiqué par la propagande russe, et il est donc urgent de restreindre l’accès aux médias russes, puisque de plus en plus de gens sont intoxiqués… puisque les russes sont méchants… ben voyons…

      Il y a quelques mois, il était difficile de contester la VO devant des amis, mais ça deviens de plus en plus facile…


  13. LG Le 30 décembre 2016 à 09h43
    Afficher/Masquer

    J’ai d’abord cru à un second degré de Salingue, tellement il enfile les poncifs mainstream sur ce conflit comme des perles. Malheureusement, arrivé en bout de texte, je m’aperçois avec stupéfaction que non.
    Quel câble a pété cet arrogant monsieur pour venir ‘corriger’ notre ‘incompréhension’ du conflit? La célébrité grandissante de ces bloggeurs et autres journalistes alternatifs les condamne-elle systématiquement à se bruler les ailes sur l’autel de l’égo, du melon, de l’arrogance et de la condescendance? Si c’est le cas, autant regarder ‘C’est dans l’air’

    Le problème c’est que la vision idéologique et déformée de Salingue sur le conflit en question (et la condescendante certitude qui semble l’accompagner) pose la question de son objectivité en général, notamment sur Acrimed.
    Bref, doutant à présent fortement du personnage, j’ai viré aussi sec Acrimed des raccourcis de ma revue de presse (comme je l’avais fait pour Mediapart, il y a quelque temps).
    Ciao Julien! 😉


    • Philippe Huysmans Le 31 décembre 2016 à 23h09
      Afficher/Masquer

      Acrimed n’est nullement en cause, il s’agissait d’un article publié sur son blog perso, puis relayé par BastaMag, et quelques sites trotskystes.

      À ma grande surprise, non seulement Acrimed n’a pas relayé l’article de salingue (on comprend pourquoi) mais a même relaté l’histoire du post de blog Mediapart de Swank concernant la Syrie.

      Et moi je ne les ai pas jetés. Par contre Basta, si ! 🙂


  14. lon Le 30 décembre 2016 à 10h02
    Afficher/Masquer

    Le recours au pathos typique ( massacres, boucherie, horreurs, etc..) du mainstream et à l’indignation morale suffit à disqualifier le papier de Salingue …qui d’ailleurs n’est pas à une contradiction près, voir sa position sur la Libye .

    Son analyse du rapport de force militaire ne tient pas la route , comment une rébellion “sous-armée” et renforcée de ” quelques milliers de combattants étrangers” aurait-elle pu menacer le régime Assad pendant des années au point qu’il a fallu l’intervention du Hezbollah, des iraniens et des russes pour sauver Assad du naufrage ? Salingue ne va jamais sur YouTube où on peut voir de joyeux djihadistes envoyer des missiles anti-chars TOW sur les blindés loyalistes en hurlant des Allahou Akbar ?

    Moi je la trouve bien triste cette gauche radicale…ils se sont mobilisés pour Gaza et les droits des palestiniens , ils agitent des pancartes et s’épanchent sur leurs blogs et alors ? Qu’ont-ils vraiment accompli ? C’est l’UE entre autres qui apporte un soutien financier . Quand on sait que les néo-cons américains étaient pour la plupart d’anciens trotskystes, la boucle est bouclée .


  15. mimi36 Le 30 décembre 2016 à 10h08
    Afficher/Masquer

    et bien moi je vote pour Julien Salingue …et je n’ai rien contre Philippe Huysmans et merci à Olivier pour avoir publier des avis si contradictoire.
    Je pose une question, le cessez le feu qui est mis en place et qui est apparemment respecté ne concerne pas les rebelles djihadiste alors comment ce fait-il qu’il soit respecté puisque la guerre continue contre ces derniers? Les faits semble confirmer les vues de Julien Salingue, il existe une opposition non-djihadiste et qui est sans aucun doute musulmane….j’en conviens la laïcité à la française n’existe pas dans ces contrées.


    • Les-crises Le 30 décembre 2016 à 10h19
      Afficher/Masquer

      “ne concerne pas les rebelles djihadistes”. Non cela ne concerne pas Daech et al-Qaïda.

      Qu’est-ce qui vous permet de dire que les autres ne sont pas “djihadistes”, et quelle est votre définition du mot exactement ?

      Vous mettez dans quelle catégorie les groupes qui veulent instaurer la charia, les groupes non démocrates, les groupes liés aux frères musulmans ?

      Après il y a aussi quelques groupes “modérés” – pour peu qu’on puisse mériter ce mot en tirant sur l’armée. Lisez l’interview du jour de l’ambassadeur UK.


      • Jack Le 30 décembre 2016 à 18h32
        Afficher/Masquer

        Un cessez le feu parfaitement ridicule vu qu’il ne concerne que les caniches salafistes et frères musulmans à la solde de la Turquie.
        Je suppose que le plan russo-turc consiste à utiliser ces caniches pour liquider les djihadistes d’Idlib qui ne sont pas/plus à la botte de la Turquie. Bon courage!


      • shuppy Le 31 décembre 2016 à 11h35
        Afficher/Masquer

        Encore une fois, après 5 ans de guerre civile il ne peut plus avoir de modérés ( bon déjà le fait de prendre les armes et la modération ça fait deux ); sauf que, il faudrait peut être se poser la question de l’absence d’opposition crédible au pouvoir en Syrie, et là, la responsabilité des Assad est complète ( au passage il est bien dommage que cette interview n’est pas eue plus d’écho http://assafir.com/Article/520045)


        • Jack Le 31 décembre 2016 à 14h59
          Afficher/Masquer

          On sait bien que la seule opposition plus ou moins tolérée en Syrie était les frères musulmans. On a vu ça dans X pays musulmans avec des barbus bien pratiques pour étouffer/liquider toute opposition digne de ce nom, notamment de gauche.


  16. Gotfried Le 30 décembre 2016 à 10h47
    Afficher/Masquer

    J’ai découvert ces deux “lettres” hier. Celle de Salingue m’a fait un peu mal, parce que je n’aime pas voir quelqu’un de bien se tromper. Celle de Huysmans (que je ne connaissais pas précédement) est terriblement décevante. Salingue a tous les outils pour retourner dans le droit chemin si on le secoue un peu, mais si on le secoue fraternellement. Huysmans au contraire affiche une hostilité marquée, avec en arrière-plan des accusation de traîtrise, etc… Il n’a juste rien compris aux causes de l’erreur de Salingue, dont la réaction est fondamentalement épidermique: il croit défendre un petit groupe émancipateur massacré, et dénoncer la répression. En fait, Assad/Poutine serait Adolphe Thiers, et il croit voire en face de leurs armées puissantes et modernes les Communards avec leur 400 canons et leurs fusils de chasse.

    Et il n’a probablement que partiellement tort, car il est certain qu’il existait bien un mécontentement de la population avant les interventions étrangères, et qu’une partie des contestataire s’est radicalisé dans la violence de son opposition. Mais cette lecture de la révolte populaire écrasée par le pouvoir dominant légitime (au sens bourdieusien) l’aveugle, et comme la propagande de guerre va dans le sens de cette lecture, il la valide a posteriori (biais de confirmation), et refuse de voir ou d’entendre ce qui contredit cette vision du monde (le djihadisme).


    • Gotfried Le 30 décembre 2016 à 11h00
      Afficher/Masquer

      (suite du com)
      Salingue se plante donc par idéalisme et utilitarisme (il pense venir en aide aux “petits” opprimés et massacrés par les “gros”), et ce sont des mécanismes psychologiques tout à fait conventionnels et universels de réduction de la dissonance cognitive qui lui font admettre la propagande comme vraie. Bref, c’est qu’il a baissé sa garde intellectuelle sous le coup de l’émotion (Lordon parlerait d’affects). Il faut donc le corriger fraternellement, c’est à dire en réalisant que les causes de son émotion sont légitimes, mais en lui montrant que c’est justement là le but et la fonction de la propagande: provoquer une réaction dictée par l’émotion pour mettre en sourdine les couches plus “évoluées” du cerveau.

      ACRIMED est absolument précieux, et n’a aucun équivalent. Ils sont seuls à faire de la déconstruction bourdieusienne des discours de propagande. Mais justement parce qu’ils sont les seuls, que l’exercice est extrêmement exigeant, et potentiellement épuisant mentalement, forcément, il peut leur arriver de faillir. Loin de leur mettre des chassés dans les côtes alors qu’ils sont au sol, il faut les redresser, et ne surtout pas accepter de jouer le jeu de la division qui profite toujours aux mêmes.


      • Micmac Le 30 décembre 2016 à 12h53
        Afficher/Masquer

        Il me semble que c’est Salingue qui divise, et de façon très explicite. Il ne s’en prend pas à la droite, mais bien a son propre camp.

        Et il ne parle pas de ses opposants comme de brebis égarées, ainsi que vous le faites en parlant de lui. C’est bien plus dur, et méprisant, que ça.

        Ça va être dur pour lui de remonter la pente, après un brûlot pareil. Surtout que je ne doute pas une seconde que l’Histoire et ses lois chères aux marxistes vont lui donner terriblement tort, et assez vite.

        Salingue aurait dû réfléchir avant d’écrire : il vient peut-être de foutre en l’air ACRIMED. Parce que ce texte n’est pas anodin, qu’il parle de problèmes graves, et qu’il concerne justement la désinformation, qu’ACRIMED prétend dénoncer.


        • lvzor Le 30 décembre 2016 à 23h57
          Afficher/Masquer

          “…il vient peut-être de foutre en l’air ACRIMED”

          J’en doute, mais si c’était le cas cela lui permettrait à coup sûr de gagner la place qu’il ambitionne chez les gens d’en face…


    • thierry bozard Le 30 décembre 2016 à 11h06
      Afficher/Masquer

      bonjour

      Comme voud dites…

      https://www.youtube.com/watch?v=MTfYwlLJJGA

      thierry


    • DoMica Le 30 décembre 2016 à 19h00
      Afficher/Masquer

      Déjà ce passage est faux :
      ” si Assad et ses sbires n’avaient pas fait le choix de réprimer ce soulèvement dans le sang, avec plus de 5000 morts et des dizaines de milliers d’arrestations durant l’année 2011 … ”
      La vérité sur la Syrie sera-t-elle dite un jour ? la France n’avais pas à prendre le contre pied du gouvernement, ni à s’investir contre lui bien entendu ! La propagande a été monstrueuse, les résultats tout autant … heureusement pour la Syrie Bachar a su résister …
      Il faut connaître l’histoire des début des problèmes en Syrie, les gens étaient pacifiques, non armés, mais il y eu des snippers, d’où venaient-ils ?
      Peut être que ce lien vous répondra, sinon il y en a bien d’autres :
      – Que s’est-il passé exactement le jour du 18 mars 2011, et les jours suivants, à Dera ?
      http://m.alterinfo.net/Syrie-Cinq-ans-apres-le-cours-des-evenements-en-dit-long_a121462.html
      – Adonis estime aujourd’hui que la révolution en Syrie, même s’il rechigne à la nommer ainsi, est devenue elle-même un obstacle. “Nous avions par le passé un problème : c’était ce régime que nous connaissons. Mais aujourd’hui, notre problème, c’est la révolution.”
      http://www.france24.com/fr/20130220-syrie-regime-baas-assad-poesie-adonis-opposition-revolution


  17. Grégory Le 30 décembre 2016 à 11h06
    Afficher/Masquer

    J’espère que ça fera tomber les écailles des yeux de certains sur Acrimed, dont le principal boulot devrait être de lutter contre la propagande de guerre, et qui est systématiquement nullissime sur le sujet dupuis aussi loin que j’ai surveillé. C’est association est le genre d’artefact de gauche qui noyaute un espace de contestation pour le vider de sa substance.


    • tepavac Le 30 décembre 2016 à 23h14
      Afficher/Masquer

      “Cette association est le genre d’artefact de gauche qui noyaute un espace de contestation pour le vider de sa substance.”

      Excellent, on ne peut mieux définir toutes ces ONG qui ne servent que d’arme policé pour justifier des guerres pas justifiable du tout.
      Ah “le droit d’ingérence humanitaire”, combien d’engin meurtrier dans les sac de riz…..


  18. Parano Le 30 décembre 2016 à 11h10
    Afficher/Masquer

    Rien que l’introduction de son blog justifiant son engagement, débute par une présentation charlot/Charlie mensongère :

    “J’ai pris la décision de créer ce blog après deux violents événements… : le meurtre de Clément Méric, tombé sous les coups des fascistes,…”

    (Clément Méric est malheureusement mort par réaction dans une rixe qu’il a participé à provoquer; bourreau>victime. Les “fascistes” sont des nationalistes qui faisaient du shopping, et Clément Méric un “antifa” d’un groupe qui avait décidé de les agresser en organisation).


  19. goldoni Le 30 décembre 2016 à 11h18
    Afficher/Masquer

    Le NPA a une lecture des révolutions arabes façon pro-soros – il suffit de lire Joseph Daher dans Contretemps – pour voire à quel point cette analyse est erronée qui minimise :
    1. les ingérences extérieures
    2. le djihadisme dans sa forme fasciste
    Au fond une instrumentalisation du phénomène religieux à des fins géo-stratégiques et in fine contre les intérêts du peuple (Une stratégie en place depuis la fin des années 1970 en Afganistan!)
    PS. Non Clément Méric est une victime et les agresseurs fascistes des fascistes !i


  20. Vic Le 30 décembre 2016 à 13h35
    Afficher/Masquer

    cette “lettre” pretenduement “argumentee”, ce qui fait jubiler l’auteur,
    devrait, au contraire lui faire honte.
    c’est en effet une concatenation… un “copié collé scotché” des depeches AFP et OSDH fait sans autre forme de verification en prenant la narration AFP pour parole d’évangile.
    et cette argumentation peut etre detruite point par point.
    Il en viendrait a nous expliquer que les etats unis, la france et les autres n’exercent AUCUNE ingerence dans la politique des pays qui ne leur sont pas “alignés”.
    Il en oublie de preciser que ces evenements ont été envisagés et prepares bien avant 2011.
    Il en oublie la troublante similitude avec toutes les “revolutions colorees” ou “printemps arabes”


  21. christian gedeon Le 30 décembre 2016 à 15h40
    Afficher/Masquer

    Les cons ça ose tout et c’est même à çà qu’on les reconnaît…Salingue est juste un menteur en fait.Et qui plus est un menteur qui pense qu’on va gober ses mensonges. Comme Encel,comme Mendras,comme Le parmentier,comme Guetta,comme,comme,comme…ces gens là monsieur parlent de droits de l’homme et soutiennent l’arabie et le qatar,ignorent le yémen ,daech et al nosra et veulent nous faire croire que les soixante mille morts de l’Armée Syrienne sont dus à quelques pauvres hères armés de pétoires! Ecoeurant!


  22. Maguy Le 30 décembre 2016 à 15h50
    Afficher/Masquer

    Alep – L’intox monstrueuse dénoncée (Journaliste britannique) Le fait que Vanessa Beeley reprenne le mot “terroriste” pour qualifier les rebelles qui sévissent à Alep-Est vous semble peut-être surfait et propagandiste… Pourtant elle est bien allée sur le terrain et explique en détails pourquoi elle les appelle ainsi. https://www.youtube.com/watch?v=R87yEY_s2xk

    https://www.youtube.com/watch?v=wXZK-Aat6Tk : TVL : Mère Agnès-Mariam de la Croix: “en Syrie, Hollande est schizophrénique” Elle dirige un monastère en Syrie et nous donne son point de vue en tant que membre de la communauté chrétienne en Syrie et responsable de l’ONG . http://www.maryakubcharity.org


  23. jim Le 30 décembre 2016 à 16h37
    Afficher/Masquer

    Attention à l’intox. Je connais très bien la gauche aux USA. Votre source est une secte politique US mise au ban par toute la gauche aux Etats-Unis, car elle ne fait que diffamer tous les progressistes, avec les pires méthodes, qu’aucune secte politique en France n’oserait utiliser.


    • anne jordan Le 01 janvier 2017 à 16h27
      Afficher/Masquer

      le WSWS une SECTE POLITIQUE MISE A L INDEX ???
      vos sources , svp !
      il ne suffit pas de dire ” je connais très bien .. ”

      merci d’avance pour vos précisions .


  24. lon Le 30 décembre 2016 à 16h42
    Afficher/Masquer

    “en Syrie, Hollande est schizophrénique..”

    Y a pas qu’en Syrie …


  25. Louis Robert Le 30 décembre 2016 à 16h43
    Afficher/Masquer

    C’est terminé. Après 4-5 ans d’efforts impériaux à détruire et ruiner la Syrie, c’est terminé. L’Empire est vaincu.

    La libération d’Alep est le fruit d’une victoire qui s’apparente à celle de Stalingrad. Elle marque en effet un tournant géopolitique décisif, non seulement dans cette région du globe mais dans le monde entier. Cette libération,

    1. affirme l’autorité légitime d’un gouvernement démocratique,

    2. consacre la cuisante défaite du terrorisme islamique international et de la soi-disant “coalition” (une de plus) impériale qui l’a créé, financé, armé, mis en place, puis qui a combattu sans vergogne à ses côtés,

    3. proclame haut et fort non seulement la qualité éminente de meneur du président Vladimir Poutine, mais aussi l’autorité politique, militaire et idéologique de la Russie sur la scène internationale.

    Il ne reste plus qu’à rendre publique la vérité, toute la vérité, derrière ces années de subversion impériale, cette vérité dont la divulgation prochaine rend déjà l’Empire littéralement hystérique. Incontournable, un grand moment de vérité est venu. Le McCarthyisme renaissant le confirme.


    • Louis Robert Le 30 décembre 2016 à 17h13
      Afficher/Masquer

      ADDENDUM

      Sur ce McCarthyisme renaissant et menaçant, consulter Global Research, “Obama quietly signs…”

      Une fois encore IMPOSSIBLE DE COMMUNIQUER LE LIEN A LES CRISES.FR, … et mon commentaire qui le contient.

      “lois controversées… destinées à entraver la liberté d’expression… empêcher tout individu, site internet ou source d’information de communiquer toute information opposée au discours gouvernemental… Pensez-y.”

      —-

      “Fake news and propaganda driven by government’s and corporations is of course, nothing new. Brexit and the American election have brought the subject into sharp focus more recently as the political class have been unexpectedly losing important desired outcomes. Consequently, as TruePublica reported a week ago, in Britain, controversial laws have been introduced to stem free speech, which, over the passage of time will be used to halt any individual, website or news outlet from reporting against the government narrative with so-called fake news eventually being outlawed… Think again.”


    • 13atg Le 31 décembre 2016 à 00h19
      Afficher/Masquer

      Encore faudrait-il que les populations s’intéressent à ces vérités…

      Les journalistes font des papiers, des unes. Il y a une couverture médiatique.

      Et pourtant, j’ai l’impression que les affaires syriennes, tout le monde s’en fout royalement !

      Si ce n’est les contrariétés sur les attentats et les migrants, je n’entends jamais parler de la Syrie.

      Les coups tordus des Etats-Unis ne risquent peut-être pas de passionner les foules sur ce terrain.


    • Lysbeth Levy Le 31 décembre 2016 à 18h05
      Afficher/Masquer

      N’importe quoi ce livre écrit par un “repenti de 81 ans que l’on ne connait ni d’Eve ni d’Edam, combien de livres” a gage” écrit sur les “méchants dictateurs” qui tuent pour le plaisir mais surtout qui gènent les Usa qui ont été jetés dehors ? Des tonnes de livres de la “méchante propagande”. Franchement être venu là que pour dégommer le Che comme d’autres l’on fait pour Chavez, Bref j’espère que vous gagnez bien votre vie .


      • 13Atg Le 01 janvier 2017 à 10h45
        Afficher/Masquer
        • Lysbeth Levy Le 01 janvier 2017 à 11h42
          Afficher/Masquer

          Marcel Sel manque de “sel” pour moi et il n’est jamais qu’un blogueur qui a ses limites comme Salingues, si c’est votre référence tant mieux pour vous. Mais ne soyez pas obligé de nous sortir tous les “poncifs” des “éditeurs a gage” qui pondent sans limites des pseudo-livres de témoignages de parfaits inconnus (a beau mentir qui vient de loin) ou de journalistes propagandistes ultra-payés. De lion je préfère les vrais témoignages des horreurs des ultra-libéraux comme celui :https://francais.rt.com/international/15860-lybie–5-ans-apres-que-pensent-d%C3%A9fenseurs-de-la-guerre-france
          Méditons ces paroles des pleurnicheurs qui s’émeuvent même pas ou alors se confondent en excuses minables.
          Bonne Année 2017 !


          • 13Atg Le 01 janvier 2017 à 12h01
            Afficher/Masquer

            Le lien ne fait pas référence à des “libéraux” mais à des capitalistes néo-classiques, ce qui n’a pas grand chose à voir.
            Les libéraux ne supportent pas la gauche keynésienne mais n’ont pas un grand amour non plus pour la droite étatiste (Sarkozy, Juppè etc).
            L’enjeu à peine caché de ce fil de discussion semble être en fait de préserver les adorateurs de Mélenchon.
            Je ne prise pas les positions de ce fonctionnaire nanti de la contestation.
            Les cubains et vénézuéliens maudiraient certainement cet apôtre des dictateurs, ce fervent étatiste qui pousse les pays à la ruine en faisant toujours porter le chapeau à “l’impérialisme américain” !
            Bon, ils ne le connaissent pas. Mélenchon, c’est rien.


      • 13Atg Le 01 janvier 2017 à 12h46
        Afficher/Masquer

        Mélenchon et Chavez 😀

        http://m.slate.fr/story/118345/melenchon-venezuela

        La réalité méchamment capitaliste…

        http://linkis.com/fr.express.live/2016/5qlsm


  26. Cédric Le 30 décembre 2016 à 16h52
    Afficher/Masquer

    je n’ai lu que le début de la liqueur de cerveau que constitue le texte de ce gars d’Acrimed … par contre j’ai pris le temps de lire la réponse, parfaite. mais je suis sûr que le principal intéressé n’aura pas pris la peine de s’abaisser à la lire…


    • Renard Le 30 décembre 2016 à 18h02
      Afficher/Masquer

      J.Salingue fait appel à nos bons sentiments pour in fine nous pousser à soutenir des terroristes et l’ingérence étrangère en Syrie, c’est un procédé ignoble et goebbelsien.

      Nous savons bien que Bachar est un salaud, qu’il a au départ des événements fait sortir les djihadistes de prisons afin de tuer dans l’oeuf les manifestations pacifiques et démocratiques de 2011. Et bien aujourd’hui bachar à réussi son coup : il n’existe plus d’opposition légitime face à lui, les vrais démocrates syriens sont rentrés chez eux quand sa à commencer à péter dans les rues, les vrais démocrates ne veulent pas de guerre civile ni d’intervention étrangère dans leurs pays.

      Aujourd’hui la raison nous recommande d’espérer une victoire rapide de Bachar afin de faire revenir la paix et la stabilité dans la région. C’est le scénario qui provoquerait le moins de morts.


      • Segio Le 02 janvier 2017 à 00h15
        Afficher/Masquer

        J’en ai marre d’entendre tous ces gens qui se sentent obligés de commencer leur démonstration par “Bachar est méchant”.
        Quelles sont les sources et les preuves de vos affirmations, “Le Monde”, “Libération”, “L’Express”, uhm uhm…
        Vous êtes bien un des seuls a croire encore a cette histoire de manifestations pacifiques.
        Ça ferait un beau scénario en tout cas, sacrée histoire.


  27. Prométhée Enchaîné Le 30 décembre 2016 à 18h23
    Afficher/Masquer

    On peut dire ça de toutes les guerres civiles comme le remarquait Arthur Quesnay, un des universitaires qui s’est intéressé à la guerre syrienne du point de vue de l’étude générale des guerres civiles dans Syrie : Anatomie d’une guerre civile.

    Il n’empêche, le CNS avait été désigné comme le représentant officiel de la Révolution par les Syriens locaux, et même si divers jeux de pouvoirs se sont exercés, la représentation est longtemps demeurée. “La Ghouta” fut sans doute le tournant qui démontra aux révolutionnaires que l’Occident n’interviendrait pas pour neutraliser Assad, c’est-à-dire réduire ses capacités de nuisance, et non le virer, comme le dit Filiu.

    Au moins êtes-vous un des rares à reconnaître la réalité de la base populaire de la révolution.


  28. Segio Le 30 décembre 2016 à 19h11
    Afficher/Masquer

    Mr. Berruyer, il serait intéressant que vous fassiez une enquête sur Mohammad Alolaiwy et son père.
    Ils ont créés l’association humanitaire “Syria charity”, elle s’appelait auparavant “Pour une Syrie libre” et Mohammad Alolaiwy se présentait alors comme un militant et membre de l’opposition syrienne. Désormais avec “Syria charity” il se présente comme neutre, c’est étonnant.
    Sur une vidéo de 2013, on aperçoit sa sympathie pour l’islam politique :
    https://www.youtube.com/watch?v=2pVHMGqtZSE
    Je soupçonne cet homme d’organiser une action humanitaire de soutien aux combattants islamistes, j’ai vu des mairies relayer et aider a la collecte de dons, je trouve cela très inquiétant.
    Mohammad Alolaiwy a fait une conference avec Julien Salingue a propos de la Syrie :
    http://www.jamaa.fr/2013/11/08/conference-09-11-2012-angers-mr-alolaiwy-ou-va-la-syrie/


  29. Alfred Le 30 décembre 2016 à 21h52
    Afficher/Masquer

    Ce genre de tribune et sa réponse devrait faire prendre conscience à ceux qui prônent la révolution / lle soulèvement etc. du risque qu’ils prennent. Une révolution est une guerre civile. Et dans une guerre civile la fragmentation est inévitable et le frère ou le cousin deviennent rapidement l’ennemi. Dans un évènement de ce genre Mr solingue sous-chef du bataillon “Clément meric” ferait le coup de feu contre la brigade “melanchon” et d’autres groupes de gauche. Au bout de quelques semaines de destructions et quelques dizaines d’éclopés il s’allierait avec son groupe aux bataillons “en avant” de macron (par pragmatisme simplement par ce qu’ils partagent géographiquement quelques frontières et que les effectifs de Dassault menacent tout le monde). Ça a l’air débile mais ça s’est juste passe comme ça au Liban au Soudan en Afghanistan etc…


    • tepavac Le 30 décembre 2016 à 23h29
      Afficher/Masquer

      Il est clair que cet individu est un imposteur qui a noyauté une association de bienfaisance pour mieux détruire ses avancées sociales et sociétales.


      • Alfred Le 30 décembre 2016 à 23h39
        Afficher/Masquer

        Je suis d’accord avec vous et bien convaincu que se monsieur n’est pas un gentil idéaliste qui se mettrait naïvement le doigt dans l’œil. C’est plutôt un bel exemple d’hypocrite sournois qui veut nous la refaire à l’envers.


  30. Vic Le 30 décembre 2016 à 23h12
    Afficher/Masquer

    on voit que salingue est in ignorant complet…
    rien sur les “gouvernements fantomes” que les US ont essaye d’instaurer dans les zones controlees par les djihadistes, dont al nosra.
    rien sur les “journalistes activistes” dont l’un a ete recompense par un pris de RSF quand meme, et qu’on voit sur une video s’adresser a des soldats syriens pieges sous des decombres, en riant, leur expliquant qu’ils ne leur viendront pas en aide et vvont les laisser crever doucement.
    rien sur l’activiste extremiste americain bilal abdul kareem, copains des djihadistes les plus extremistes, repris par tous les media US , qui a recu le prix du courage en UK et qui dissemine des propos clairement terroristes.
    http://www.alternet.org/world/prominent-us-journalist-syria-serves-mouthpiece-violent-extremists#.WGamoMynuTI.twitter


  31. a Le 31 décembre 2016 à 00h12
    Afficher/Masquer

    Vous savez, quelquefois il ne faut pas chercher trop loin.
    On s’attribue une vertue à bon marché parceque l’on a traité l’autre de salaud.
    Puisqu’on a traité l’autre de salaud c’est que l’on est automatiquement quelqu’un de bien.
    En règle générale je n’aime pas l’invective le jugement et la condamnation.

    Les vraies questions sont :
    Est-ce que je souhaite remplacer Assad légitimement élu, par le djiadhisme, la charia, le tafkirisme ?
    Est-ce que je souhaite soutenir leurs sponsors tels que les saoudiens, le Quatar, le Bahrein, la CIA ?
    C’est à cela et rien d’autre qu’il faut répondre parce qu’il ne s’agit de rien d’autre.

    Quant à cette histoire de révolution, elle est bidon. Dès le départ il ne s’agissait que de manifestations, comme il y en a dans beaucoup de pays. Elles ont été exploitées et détournées.
    Hollande qualifirait-il d’opposition des gens qui protesteraient avec des mitrailleuses, des roquettes, des gaz, des décapitations, des viols religieux, du trafic de femmes ? et quitterait-il l’Elysée pour leur laisser la place ?
    Il faudrait peut -être, une fois pour toute, arrêter de dérailler !


  32. Véhem Le 31 décembre 2016 à 05h08
    Afficher/Masquer

    Bonjour Olivier,
    Il me semble que vous devriez faire paraître la réponse de Djordje Kuzmanovic (Analyste géopolitique, ancien officier de l’armée français, animateur du livret Défense et Géostratégie de la France Insoumise et soutien de Jean-Luc Mélenchon, Secrétaire national du Parti de Gauche en charge des questions Internationales et de défense), qui s’estime visé par le texte de Julien Salingue. Sa réponse, extrêmement complète est parue sur le blog participatif de Médiapart, mais n’a pas été mise en une à ma connaissance, ni apparue dans la liste “recommandé par les lecteurs” malgré 109 recommandés :
    https://blogs.mediapart.fr/djordje-kuzmanovic/blog/201216/alep-plaidoyer-pour-la-liberte-d-analyse-et-une-geopolitique-coherente-de-la-france


    • Véhem Le 31 décembre 2016 à 05h18
      Afficher/Masquer

      Pardon, ce n’était pas en réponse à Julien Salingue (je n’ai pas été assez rapide pour modifier mon post !) mais à différents médias.
      Voici le début de son texte :
      “Ces derniers jours, j’ai été la cible d’attaques répétées, dans plusieurs médias – FranceInter, Le Monde, le JDD, Libération et Le Nouvel Observateur –, tendant à me présenter comme un soutien de Bachar el-Assad et/ou de Poutine et à m’accuser d’incompréhension par rapport aux événements en cours en Syrie, voire d’insensibilité face à la tragédie vécue par les civils d’Alep. Il est bien entendu qu’à travers ma personne, il s’agit là de viser Jean-Luc Mélenchon en tant que candidat à la présidence de la République, porteur d’une vision de la guerre en Syrie et d’une ligne géostratégique indépendantiste pour la France à même de redonner à notre pays sa grandeur et son autonomie.”

      Son article est extrêmement circonstancié et sourcé.


  33. yack2 Le 31 décembre 2016 à 19h22
    Afficher/Masquer

    J’ai mal au coeur…..Julien Salingue….mon ami….Belle plume d’un de mes cites préférés…..Comment avoir de telles certitudes….Qu’est qui vous prend?….Quelqu’un peut-il me dire qu’il détient la vérité avec les informations que nous avons?
    J’ai l’impression d’un ultimatum à choisir son camp….Vous êtes fous?!!!…On en est à s’entredéchirer entre nous sur des bases complétement foirées…..Je regrette sans moi….

    Petites réflexions cependant….il semblerait que l’on shoote(ou veuille)tous les leaders laïques de la Zone de Najibulha à Bachar en passant par Saddam et kadhafi …..Avec des résultats plus que regrettables….surtout du point de vue de la laïcité……Et ce n’est pas la peine de me Mélenchoniser en me disant que je suis un fan de l’un d’entre eux….Je dis ça… je dis rien


  34. Lysbeth Levy Le 31 décembre 2016 à 23h00
    Afficher/Masquer

    Mr Salingue connait il réellement cet interview de Xavier Rauffer sur le prétendu Etat islamique composés de mercenaires drogués au Captagon ayant plus de chars que l’armée française, armes modernes, famas français, et la réalité sur le terrain. L’islam n’étant dans l’affaire qu’un masque :
    https://www.youtube.com/watch?v=Vdf_gfoS__w Peut-être que certains ici connaissent bien mais quand même avec le temps comment ignorer ceci ??


  35. anne jordan Le 01 janvier 2017 à 17h11
    Afficher/Masquer

    tant pis si ce commentaire arrive bien après la bagarre ! ( oui , il y en a qui ont autre chose à faire le 30 , 31 etc, que d’aller sur leur ordi ! )
    J’avoue que je suis exaspérée par ces querelles de cour de récré :
    la gauche , la vraie gauche , la social démocratie , les verts , les écolos , les trotskos , les SECTES !!!
    je fais mienne la pensée rufinienne : F.Ruffin a mis sur son bureau une ( grosse ) tirelire : ” quand qqun dit du mal de JLM : un euro , du mal des écolos : un euro , du mal des communistes : un euro , du mal des socialistes : un eu.. euh… enfin , non là , je ne dis rien !”
    Comme je l’ai écrit plus haut , le NPA local a largement diffusé ce texte grotesque de J.salingue ; nous avons donc eu une brève polémique ( eux et moi ) , puis j’ai embrayé sur ce qui pouvait nous rassembler , parce que Alep , hein , c’est quand même pas dans le quartier *, et j’ai proposé qu’on s’intéresse à :
    la précarité énergétique
    les gens qui dorment dans la rue
    le consumérisme débilitant en période de noël…
    etc…
    PAS DE REACTION


  36. rouille Le 01 janvier 2017 à 23h18
    Afficher/Masquer

    Alep Ouest: les femmes continuent leurs études.
    Alep Est: les femmes n’ont pas le droit d’aller à l’école.
    Monsieur Julien Salingue défend la charia?


  37. anne jordan Le 02 janvier 2017 à 17h55
    Afficher/Masquer

    retrouvé le lien vers Ruffin :
    https://www.youtube.com/watch?v=Xlu1J-NxjVQ

    bon , les amis , ce n’est pas de la propagande , hein ?


Charte de modérations des commentaires