Intéressant psychodrame à Mediapart – qui aide à réfléchir sur l’information et les médias.

Dommage, j’aurais bien discuté avec l’auteur…

Je rappelle que je trouve l’expérience Mediapart formidable – et chacun mesure ce qu’on leur doit sur plein de sujets : politiques, éthique, économie (ah, Martine Orange…), libertés publiques, fraternité, etc. Je recommande vraiment de les soutenir en vous abonnant.

Après, c’est moins formidable au niveau international – du moins de mon point de vue, mais que voulez-vous, le média parfait n’existe pas. C’est d’ailleurs une grave erreur de trop en attendre, il ne faut jamais se fier à une seule source pour s’informer, bien au contraire.

Le souci n’est pas tant que vous ne trouviez pas que Mediapart soit parfait. Non, le souci évident c’est : mais pourquoi n’y a-t-il pas 20 Mediapart – et que faudrait-il faire pour y arriver ?

Source : Blog Mediapart, Swank, 19-12-2016

Lettre ouverte aux journalistes de Mediapart (et à quelques autres), par Swank

En optant pour un traitement à sens unique de la crise syrienne, les journalistes de Mediapart ont abandonné toute retenue déontologique pour verser dans la propagande de guerre la plus grossière. Lettre énervée d’un abonné dégoûté.

Les leçons de l’histoire n’ont visiblement pas été apprises. Le 20 Mars 2003, les Etats-Unis et leurs alliés déclenchaient une guerre éclair contre l’Irak, pour renverser le régime de Saddam Hussein, dictateur reconnu coupable d’entretenir des liens avec Al-Qaïda et de détenir des armes de destruction massive. L’artillerie lourde fut déployée (bombardements aériens, 100 000 hommes au sol et régiments de marines) sous l’œil de journalistes embedded souvent acquis à la cause, pour faire de cette guerre l’une des plus médiatisées de tous les temps. On connaît la suite : l’Etat Irakien fut pulvérisé en 2 mois, Saddam capturé à la fin de la même année puis pendu 3 ans plus tard. Les peuples d’Occident, abrutis par des médias bellicistes transformés en organes de propagande, étaient sommés d’applaudir à cette grande victoire du Monde Libre.

Jacques Chirac, qui devait conserver quelques restes de gaullisme enfouis quelque part, refusa d’engager la France dans cette mascarade. Et une bonne partie des Français, déjà bien échaudée par l’intoxication médiatique de la première Guerre du Golfe, ne marcha pas davantage dans la combine. L’histoire leur a donné raison. On découvrit assez vite que Saddam Hussein n’était pas un grand ami des terroristes d’Al-Qaïda, et que la présence d’ADM en Irak était un immense mensonge d’Etat, orchestré par l’Administration Bush et la CIA. Quant au plan des Alliés pour l’Irak, il tourna au fiasco intégral. En lieu et place du régime démocratique promis, le territoire irakien se transforma en un vaste champ de guérillas incontrôlables, et constitua le terreau idéal au développement de ligues fascistes obscurantistes et ultra-barbares. A l’heure qu’il est, l’armée américaine continue de larguer des bombes sur Mossoul pour vaincre Daech, une organisation terroriste créée sur les cendres de l’Etat Irakien détruit 13 ans plus tôt. Triste ironie de l’histoire.

Flash-back : c’est dans les geôles américaines de Camp Bucca, en plein désert irakien, que quelques pontes d’Al-Qaïda et d’anciens dirigeants baasistes du régime de Saddam Hussein fomentèrent la création de ce qui allait devenir la plus dangereuse et la plus abominable faction terroriste du monde moderne : l’Etat Islamique (ou Daech). Une organisation officiellement créée en 2006, qui dispose désormais de moyens considérables dans les régions qu’elle contrôle, capable de se projeter à un niveau international et de recruter par milliers des Occidentaux prêts à mourir pour la cause djihadiste. Le tout grâce aux généreux financements des monarchies pétrolières wahhabites du Golfe avec qui nous continuons de commercer sans aucun scrupule et dont nous recevons les dirigeants en grandes pompes à l’Elysée. Après avoir été frappé sur notre territoire avec une barbarie sans nom par Al-Qaïda en janvier 2015 et par Daech en novembre de la même année, par quel tour de passe-passe en sommes-nous venus à considérer Bachar Al-Assad comme le problème n°1 au Moyen-Orient alors même que Daech progresse dangereusement en Syrie ? Et pire comment en sommes-nous venus à envisager une alliance sur le terrain avec des rebelles appartenant à la branche syrienne d’Al-Qaïda ?

L’histoire se répète, donc. Sans la moindre honte, sans le moindre mea-culpa, les mêmes journalistes qui se sont fourvoyés dans tous ces honteux mensonges (ADM en Irak, massacre de la Ghouta, etc) pour justifier des positions idéologiques qui ont conduit à la mort de milliers d’innocents, continuent encore, et sans états d’âme, d’agiter les mêmes vieilles ficelles de la propagande otanienne. A vrai dire, ces journalistes lobotomisés par la pensée BHL, ont bien le droit de penser, que s’allier à Al-Qaïda et entrer en conflit direct avec la Russie – 2ème puissance nucléaire mondiale – permettra d’établir la démocratie en Syrie et de vivre dans un monde en paix. Ils ont bien le droit d’ignorer que l’ingérence occidentale pour renverser un Etat souverain, a toujours conduit, historiquement à des désastres monumentaux (l’Irak en étant l’un des exemples les plus éclairants). Mais qu’ils cadenassent à ce point tout débat contradictoire sur un problème géopolitique aussi complexe, démontre une régression sidérante dans une démocratie comme la France où la diversité d’opinions retranscrites par la presse devrait être une évidence. En 2003, probablement portée par un Chirac non-aligné, une partie des journalistes français avaient tout de même fait acte de résistance, au contraire de leurs homologues anglo-saxons illuminés dans leur délire va-t-en-guerre. En 2016, il est tragique de constater qu’en France, même ce dernier verrou a littéralement sauté. Ce à quoi nous assistons depuis quelques jours, c’est à une atlantisation du débat public à marche forcée. Pour mesurer l’étendue du désastre, il suffisait de lire la semaine dernière dans Libération, un classement des candidats à la Présidentielle en fonction de leur soutien à Poutine. Voici donc où se situe désormais le niveau du débat.

Mediapart, journal indépendant qui n’a même pas l’excuse d’être détenu par Patrick Drahi, verse tristement dans le même matraquage éditorial. Depuis la reprise d’Alep par les forces armées syriennes, les articles du site nous imposent le récit manichéen conforme à la ligne politique de Washington et du Quai d’Orsay. Si l’histoire est connue d’avance – celui d’un dangereux régime du Moyen-Orient qu’il faudrait faire tomber à tout prix en finançant et en armant de gentils combattants rebelles –, elle s’est rafraîchie d’un nouvel arrivant ou plutôt d’un revenant : la Russie. Soit le retour in full force and effect d’une puissance majeure sur la scène géopolitique mondiale qui donne des sueurs froides au sommet des puissances de l’OTAN. Et dont le dirigeant – Vladimir Poutine – représente le méchant idéal de l’histoire pour les médias aux ordres, qui n’ont plus qu’à retranscrire, le doigt sur la couture du pantalon, les informations des organisations installées sur place, aux côtés des rebelles, financées à coups de millions de dollars et de livres sterling par les Etats-Unis et le Royaume Uni. Et Daech dans tout ça ? Un détail de l’histoire qui ne semble même plus rentrer dans l’équation du problème pour les journalistes de Mediapart : au moment même où l’on nous répétait sur tous les tons que «L’humanité s’était effondrée à Alep», un défilé de camions coiffés du drapeau noir de l’Etat Islamique en provenance directe de Mossoul, s’engouffrait tranquillement dans la cité de Palmyre quelques mois après en avoir été chassés par l’armée syrienne et les Russes. Dans l’indifférence médiatique la plus totale.

Pour bien enfoncer le clou, Mediapart organisa un «débat» qui tourna à la discussion de salon entre cinq intervenants qui pensaient tous la même chose, le tout devant la moustache approbatrice d’Edwy Plenel, qui (dé)formé à bonne école au journal Le Monde, n’a jamais dévié de sa ligne idéologique atlantiste. Pendant plus d’une heure donc, nos invités – dont certains n’avaient plus mis les pieds en Syrie depuis des décennies – déroulèrent en toute tranquillité et sans qu’aucune contradiction ne leur soit opposée, le récit romantique de la révolution syrienne de 2011, agrémenté de quelques punchlines laissées à notre approbation («Bachar a tué plus de Palestiniens qu’Israël», «Daech est le co-produit du régime syrien», «Si l’OTAN n’était pas intervenu en Lybie, nous aurions une situation moins satisfaisante qu’aujourd’hui», «Alep, c’est notre Guernica», etc). Personne donc sur le plateau pour leur rétorquer que cette révolution (représentée à l’époque par l’ASL et d’authentiques aspirants à la démocratie) était malheureusement pliée depuis 2012 et que, comme le précisait récemment le géostratège Gérard Chaliand sur France Culture, l’opposition au régime est désormais ultra-majoritairement mené par Al-Qaïda et ses affiliés, repeints en Front Fatah-Al-Cham et Fatah Halab. Tristement, Edwy Plenel en fut réduit, pour continuer à défendre ses analyses hors-sol, à qualifier d’islamophobes, de poutinolâtres ou de complotistes tout ceux qui ne pensaient pas dans la ligne du parti. Final en apothéose, quand le sulfureux journaliste neo-con Nicolas Hénin, regretta que François Hollande n’ait pas saisi «cette belle fenêtre d’intervention en 2013» pour mener «des actions ponctuelles (…) moralement inattaquables (…) en dehors de tout cadre onusien». Et c’est soudain le spectre des «guerres justes» qui réapparut sur le plateau de Mediapart, celles des Nouveaux Philosophes en chaleur, avec de belles bombes estampillées «Droits de l’Homme». Comme en Lybie. Comme en Irak. Avec les résultats désastreux que l’on connaît. Nicolas Hénin que l’on retrouvait d’ailleurs quelques jours plus tard, sur France 2, interviewé dans le documentaire «Le Mystère Poutine». Pas de doute : la machine d’endoctrinement s’est bien remise en marche.

Affolés à l’idée qu’on puisse dévier du discours occidental officiel qu’ils imposent à la brutale depuis plusieurs jours, et submergés par une contre-propagande qui gonfle sur Internet, les médias français tentent tant bien que mal d’allumer partout des contre-feux. Car on le sait, l’information c’est le nerf de la guerre. Mais il ne suffira pas de taxer de conspirationniste la moindre vidéo posant des questions dérangeantes pour ne pas à avoir à y répondre. A savoir : Quelles sont les sources d’information à Alep-Est ? Qui les financent ? Quel est leur degré de neutralité ? Quand Hugo Clément journaliste à l’émission de grande écoute Quotidien interroge régulièrement Ismaël, un représentant des Casques Blancs pour témoigner de la situation à Alep-Est ou quand Nicole Ferroni bâtit toute une chronique larmoyante dans la matinale de France Inter sur le témoignage d’un autre Casque Blanc, il serait peut-être bon de préciser que ces fameux Casques Blancs sont une organisation humanitaire financée à hauteur de millions de dollars par Londres et Washington. Sans parler des chiffres baroques communiqués par l’étrange Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH) dirigé par un seul type à Londres.

Pendant ce temps, la presse britannique, elle, attaque. «There’s more propaganda than news coming out of Aleppo this week» titre The Independent. Le contenu du papier, lui, est édifiant . On y découvre le rôle joué par le gouvernement britannique pour financer des journalistes syriens au service de médias de propagande d’opposition ainsi que la reprise en mains progressive de la communication des rebelles par les organisations djihadistes. Dans le même journal, c’est le grand reporter Robert Fisk, qui signe un article faisant voler en éclat le scénario bien ficelé par les occidentaux de La Chute d’Alep : « Il est temps de dire l’autre vérité : nombre de « rebelles » que nous soutenons en Occident – et que notre absurde premier ministre Theresa May a indirectement bénis lorsqu’elle a fait acte d’allégeance devant les acheteurs d’hélicoptères saoudiens la semaine dernière – sont les plus cruels et les plus impitoyables combattants du Moyen-Orient. Et tandis que nous avons été abreuvés des horreurs de Daech pendant le siège de Mossoul (un événement trop semblable à celui d’Alep, bien que vous ne l’imagineriez pas en lisant notre version de l’histoire), nous avons volontairement ignoré le comportement des rebelles d’Alep ».

S’il n’est pas question d’oublier les crimes perpétrés par le régime de Bachar Al-Assad qui a écrasé dans le sang la révolution démocratique de 2011 et dont l’armée a commis un nombre incalculable d’exactions depuis le début de la guerre civile, il va bien falloir constater l’échec de la stratégie occidentale en Syrie – celle du «regime change» – dont les seuls buts étaient d’affaiblir l’Iran et de débloquer le projet de pipeline du Qatar. Cette tactique s’est fracassée sur la réalité. La révolution ayant été tuée dans l’œuf dès la fin 2011 par le pouvoir syrien, s’allier avec des groupes terroristes – au premier rang duquel Al-Qaïda – pour renverser le régime, fut un jeu dangereux et inconscient auquel Poutine a définitivement mis fin il y a quelques jours. Pour la diplomatie pyromane Fabius/Ayrault, c’est la honte. Quant aux donneurs de leçons de morale, qui tentent de redorer leur blason politique ou médiatique sur la tragédie que vit la population syrienne, ils seraient bien avisés de comprendre qu’elle aurait pu prendre fin il y a trois ou quatre ans si l’on avait accepté de discuter avec Al-Assad et Poutine. Ce que Mélenchon avait conseillé à l’époque mais que personne n’a jamais voulu entendre. Pleurer, ils savent faire. Faire la paix, déjà moins.

Source : Blog Mediapart, Swank, 19-12-2016

==========================================

Ce billet fut supprimé par l’équipe de modération de Mediapart… D’où :

Juste une mise au point

Source : Blog Mediapart, Swank, 25-12-2016

Lettre à mes amis abonnés et à quelques autres.

Comme certains d’entre vous l’ont remarqué, mon précédent billet a été effacé. Il portait un regard critique sur le traitement de la crise syrienne par Mediapart et plus globalement par les médias français. Ayant reçu beaucoup de messages m’interrogeant sur les raisons de la disparition soudaine de ce papier, je me sens obligé de préciser certaines choses :

1/ Mon article a bien été supprimé par Mediapart, sans même que j’en sois averti. J’en ignore donc la raison exacte. Je l’interprète comme un acte de censure au sein d’un espace, censé être de « libre expression ». Ironiquement, lorsque je découvrais au réveil que mon article avait disparu, je recevais dans le même temps la newsletter de Noël de Mediapart dans ma boîte de messagerie : « Offrez l’indépendance ». Sans commentaires.

2/ Quelques heures avant d’être effacé, mon article était relayé sur la page Facebook de Jean-Luc Mélenchon. Faut-il y voir un rapport de cause à effet ? Je l’ignore. Tout comme j’ignore l’état des relations entre l’équipe de Mélenchon et la rédaction de Mediapart (j’imagine simplement qu’elles ne sont pas au beau fixe). Ce n’est pas mon problème. J’écris mes billets de blog en toute indépendance et je ne suis pas le porte-parole de qui que ce soit. Ce que je publie est une modeste contribution au débat citoyen et chacun est libre de s’en emparer comme il le souhaite.

A la colère a succédé la tristesse. J’avais encore une croyance naïve dans la possibilité d’une presse libre, indépendante, critique, ouverte au dialogue et au débat. Cette illusion a disparue. Les Français ont une fâcheuse tendance à donner des leçons à tout le monde mais il faudrait pourtant avoir l’honnêteté de regarder notre pays tel qu’il est : cadenassé par des chiens de garde où il est de plus en plus difficile de débattre des choses fondamentales. Les citoyens français, qui ont durement été frappés par des attaques terroristes l’an passé, ont toute légitimité pour exiger une plus grande transparence de notre politique étrangère et en particulier de nos alliances stratégiques. La question du terrorisme n’est pas uniquement une question sécuritaire. C’est également un enjeu social et géopolitique. Il serait bien utile de s’en rappeler à quelques mois de l’élection présidentielle. J’ai personnellement été marqué par l’attaque du Bataclan car j’y ai perdu des connaissances et des amis proches ont failli y passer. J’y ai même consacré un papier, le plus triste que je n’ai jamais eu à écrire. Le terrorisme – et par conséquent la manière dont nous le combattons – n’est pas un sujet de plaisanterie pour moi.

Je ne vais pas réécrire mon article censuré. Mais je maintiens les points de désaccord avec la rédaction de Mediapart au sujet de la crise syrienne. J’en dénombre trois, essentiels :

1/ Un désaccord sur la situation actuelle en Syrie et notamment sur les forces en présence et leur composition. Je conteste la vision manichéenne d’une guerre qui opposerait l’armée d’un méchant dictateur et de gentils révolutionnaires démocrates. Ce n’est plus du tout la réalité du terrain.

2/ Un désaccord sur la manière de résoudre le conflit. Je m’oppose à l’ingérence occidentale, à des alliances douteuses et encore davantage à une intervention armée qui ne provoquerait qu’une dangereuse escalade du conflit. Je défends une résolution diplomatique de la guerre avec des discussions entre ses différents acteurs. J’estime que cela aurait du être fait depuis 3 ou 4 ans.

3/ Enfin, je propose une lecture géopolitique qui semble absente des analyses médiatiques de ce conflit. Les intérêts géopolitiques, aussi bien des Occidentaux que des Russes et de leurs alliés respectifs, y jouent pourtant un rôle fondamental. C’est bien le rôle de la presse que de les analyser.

Pour résumer, mon article n’était en aucun cas une ode à Poutine (qui défend une vision idéologique qui n’est pas la mienne). Encore moins une ode à Bachar Al-Assad (le dernier paragraphe de mon article était, faut-il le rappeler, sans aucune ambiguïté à ce propos). C’était une ode à la paix, à la raison et à la politique. Et une dénonciation de l’hypocrisie et de la propagande de l’émotion.

Je n’avais jamais envisagé de résilier mon abonnement à Mediapart. J’estime qu’il est normal et même sain d’avoir des sujets de désaccord et de débat avec la rédaction. Je continue de penser que Mediapart est un bon journal en ligne, doté de journalistes de qualité. Mais cette fois-ci, une ligne rouge a été franchie. Je ne peux décemment pas continuer à payer l’abonnement d’un organe de presse qui censure mes billets de blog. Je constate – et je ne pense pas être le seul – que l’approche des élections présidentielles entraine un durcissement de la ligne éditoriale du journal. Ce n’est pas la première fois que je publie un article en rupture avec la pensée dominante. Au printemps 2015, je m’étais fendu d’un billet en défense d’Emmanuel Todd – qui se faisait littéralement carboniser dans les médias avec son livre « Qui est Charlie ? ». J’y développais un point de vue sensiblement différent de celui d’Hubert Huertas de Mediapart. Cela n’avait pas empêché Edwy Plenel de tweeter mon article. The Times They’re A-Changin.

J’ai la conviction profonde que Mediapart, en voulant fermer le débat, se trompe de stratégie. C’est par la confrontation d’idées et le dialogue, aussi dur soit-il, que nous vaincrons l’obscurantisme, le populisme, le complotisme, le racisme et toutes ces saloperies que nous combattons quasiment tous ici. Pour l’heure, je ne souhaite pas alimenter ce débat sans fin. A vrai dire, tout cela me dépasse déjà. Je suis un pacifiste qui aspire à une vie tranquille et paisible. Si Mediapart ne souhaite pas que des points de vue contradictoires à sa ligne soient publiés dans son Club alors tant pis. Il est temps pour moi de quitter le navire et de vous souhaiter à tous bon vent.

Source : Blog Mediapart, Swank, 25-12-2016

==========================================

Commentaire de Edwy Plenel en réponse

Source : Blog Mediapart, Swank,

Cher Swank, nous avons republié votre « lettre énervée d’un abonné dégouté » (elle est ici). Elle avait été dépubliée par l’équipe restreinte chargée de la permanence du week-end qui a parfois bien le droit d’être à son tour « énervée et dégoutée ». Une chose est en effet de discuter et critiquer les choix éditoriaux de Mediapart, autre chose est de verser dans un dénigrement aveugle, tissé de préjugés et de mensonges, d’amalgames et d’excommunications, dans le déni de toute vérité sur ce qu’est ce journal.

Au mépris du travail informatif de Mediapart et de l’équipe qui le réalise, sans aucune source ni preuve – et pour cause, car c’est un pur délire (François Bonnet a rappelé ici quelques uns de nos articles qui le démontrent) –, votre billet nous qualifie ainsi de relais « de la propagande otanienne », épousant « le récit manichéen conforme à la ligne politique de Washington et du Quai d’Orsay », fidèles à une « ligne idéologique atlantiste », simples rouages d’une « machine d’endoctrinement ». Diaboliser ainsi ceux avec qui on est en désaccord, ce n’est pas débattre ni argumenter. C’est insulter leur libre arbitre, leur indépendance éditoriale et leur compétence professionnelle au prétexte d’une campagne aveuglément partisane. C’est surtout verser dans une vision complotiste du monde, propre aux idéologies les plus régressives et les plus obscures, ennemies de la raison et de l’émancipation, pour lesquelles l’adversaire est forcément manipulé, influencé, corrompu ou gangréné par une force étrangère.

La rédaction de Mediapart est donc en droit de rappeler à tout abonné que la Charte éditoriale, dont il a accepté les termes en souscrivant à Mediapart, prohibe explicitement, y compris envers notre rédaction, le « dénigrement », c’est-à-dire « toute contribution ayant pour objet d’attaquer la réputation d’un participant, de médire sur son compte, d’en parler avec malveillance et de manière répétitive » (relire ici la Charte). Ce rappel est une protection élémentaire pour un journal participatif qui compte à ce jour 128.000 abonnés actifs, d’horizons et de sensibilités diverses, ce nombre ne cessant de croître, de jour en jour. Nous ne pouvons accepter que les espaces contributifs soient pris en otage par des campagnes de dénigrement à sens unique, d’où qu’elles viennent, qui n’ont pas pour but de convaincre par le débat mais de discréditer par l’invective.

Nous sommes d’autant plus fondés à assumer cette position de ferme modération a posteriori que Mediapart ne filtre pas a priori les contributions de ses abonnés, au nom d’un « free speech » qui repose sur leur responsabilité et, donc, leur autodiscipline (comme le rappelle la Charte). Ce choix, que nous assumons, est unique dans le paysage de la presse, et d’autant plus de la part d’un journal dont l’audience n’est en rien confidentielle. C’est, par ailleurs, une prise de risque qu’aucun site de parti politique ou de candidat en campagne n’assume : toutes les contributions y sont filtrées préalablement, triées et, donc, censurées a priori afin de ne pas nuire à la cause ou au candidat défendu. Ceux qui abusent de la liberté offerte à Mediapart ne pourraient donc jamais faire de même sur les sites partisans des causes qu’ils prétendent défendre.

Comme je l’ai dit à un autre abonné en colère (c’est ici), le sectarisme brutalement exprimé depuis quelques jours par quelques abonnés qui se réclament de Jean-Luc Mélenchon et de sa campagne présidentielle ne sert ni leur cause ni leur candidat. Nous ne confondons évidemment pas cette surenchère avec la famille politique dont elle se réclame. Les dirigeants du Parti de gauche tout comme l’entourage du candidat savent ce qu’il en est : l’une d’entre eux, Corinne Morel-Darleux, était récemment notre invitée face à Yannick Jadot (c’est ici) ; Christophe Gueugneau couvre avec assiduité la campagne de « La France insoumise » (voir ses articles) ; en une année, nous avons réalisé et publié pas moins de trois longues interviews de Jean-Luc Mélenchon (elles sont ici, et ) ; enfin, lancée depuis cet été, notre invitation à ce qu’il soit l’invité principal de l’un de nos « MediapartLive », mensuels devenus hebdomadaires, est toujours pendante, n’attendant que la date qui lui conviendra – sans doute après la fin de la primaire socialiste.

Au début de Mediapart, lors de premières tensions participatives (car il y en eut plusieurs autres déjà, venant d’autres horizons politiques, de l’extrême droite, de la droite, du centre ou de la gauche), nous aimions rappeler ce qu’énonce la deuxième Déclaration des droits de l’homme, celle qui sert de préambule à la Constitution de l’An I, la première des constitutions républicaines : « La liberté est le pouvoir qui appartient à lhomme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits dautrui : elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait. »

Cher Swank, cette dépublication éphémère de votre billet est un rappel à ce principe de base d’une discussion argumentée et raisonnée, dans le respect de toutes celles et de tous ceux qui en sont témoins.

Source : Blog Mediapart, Swank,

============================================

Vidéo Mediapart du 21 décembre 2016 :

Vidéo Médiapart du 15 décembre : Quelle Syrie après Alep ? (dont il est fait mention)

Débat vidéo avec Ziad Majed, chercheur et politologue libanais, Farouk Mardam-Bey, historien et éditeur franco-syrien, Leyla Dakhli, historienne, Hala Abdallah, cinéaste syrienne, et Nicolas Hénin, auteur de Jihad Academy et La France russe.

b_1_q_0_p_0

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

174 réponses à Lettre ouverte aux journalistes de Mediapart (et à quelques autres), par Swank

Commentaires recommandés

lesnievsky Le 31 décembre 2016 à 04h17

Vous m’avez tout à fait convaincu, Monsieur Plenel.
En conséquence, j’annule mon abonnement à Mediapart.

  1. Souria Le 31 décembre 2016 à 01h32
    Afficher/Masquer

    A lire également “Cette GAUCHE qui sert de supplétif à l’OTAN”, par Bruno Guigue

    “Sans vergogne, cette gauche qui se dit progressiste s’est laissé enrôler par les gouvernements d’un Occident à l’impérialisme rapace. Elle a calqué sa lecture partiale du conflit sur l’agenda otanien du « changement de régime » exigé par les néo-cons depuis 2005.”

    http://arretsurinfo.ch/cette-gauche-qui-sert-de-suppletif-a-lotan-par-bruno-guigue/


    • Thanos Le 31 décembre 2016 à 18h00
      Afficher/Masquer

      Petite parenthèse sur le site arretsurinfo.ch. Ce site est particulièrement douteux et mélange billets crédibles, fausses informations (fausses sources notamment – déjà signalé ici sur à la publication d’un article sur le trafic de pétrole de l’EI via Israël je crois) ou réinterprétations grotesques. Ce site est administré par des gens assez actifs dans le négationnisme. Ainsi en quelques clics vous pourrez trouver des conférences d ‘”histoire” auxquelles participent ces gens où l’on explique littéralement – je n’exagère rien- que les camps de concentration était de vaste colonies de vacances ou l’on apprenait aux pauvres les principes de base de l’hygiène, avec des bons repas et des activités sportives et éducatives. Bref, plus que grosse méfiance envers ce site pour ma part.


      • Feufollet Le 01 janvier 2017 à 12h07
        Afficher/Masquer

        Voilà une parenthèse particulièrement douteuse.
        Et particulièrement négationniste et diffamatoire concernant un site de publications
        d’informations et de ré-information. M. Thanos me semble bien mal avisé et bien mal
        intentionné par sa parenthèse.
        arretsurinfo.ch publie toutes les meilleures plumes critiques que l’on retrouve sur les autres sites sérieux comme Les Crises (et autres) je n’y ai encore jamais trouvé aucune trace
        de ce qui ressemble aux allégations de M.Thanos.
        Cela ressemble terriblement à du dénigrement inspiré.


      • Lysbeth Levy Le 01 janvier 2017 à 18h47
        Afficher/Masquer

        Ah bon ? Jamais vu ça mais là je vous met en ligne un excellent article sur la “non partition de la SYRIE” stoppée, pour l’instant du moins et je l’espère le plus longtemps possible : http://arretsurinfo.ch/il-ny-aura-pas-de-partition-de-la-syrie/
        Et puis cadeau du Nouvel An cet article sur la liberté d”expression mise a mal :

        http://arretsurinfo.ch/la-guerre-contre-les-fake-news-fait-partie-dune-guerre-contre-la-liberte-dexpression/


      • Catherine Le 01 janvier 2017 à 19h14
        Afficher/Masquer

        “Ainsi en quelques clics vous pourrez trouver des conférences d ‘”histoire” auxquelles participent ces gens où l’on explique littéralement – je n’exagère rien- que les camps de concentration était de vaste colonies de vacances ou l’on apprenait aux pauvres les principes de base de l’hygiène, avec des bons repas et des activités sportives et éducatives”

        Ca je voudrais bien le voir.

        Vos références indispensables avec de telles allégations, me semblent bien absentes.


        • Feufollet Le 02 janvier 2017 à 00h39
          Afficher/Masquer

          Catherine,
          Les références indispensables, vous pourrez les attendre encore longtemps.
          Les diffamateurs agissent sans se croire obligés de se justifier.
          Diffamez, diffamez, il en restera toujours quelques choses………..


    • Fritz Le 31 décembre 2016 à 18h16
      Afficher/Masquer

      “Tout cela, c’est Plenel ! Il faudra tout de même un jour qu’on sache qui est vraiment ce Monsieur Plenel… Il parlera moins haut quand on saura qu’il travaille pour une puissance étrangère.”

      François Mitterrand, en 1985 (Pierre Péan et Philippe Cohen, La Face cachée du Monde, 2003, p. 101)

      “Plenel ? Il ne m’a pas lâché pendant dix ans et j’ai fini par penser qu’il travaillait lui aussi pour les Américains.”

      François Mitterrand, 25 septembre 1995, entretien avec Pierre Favier (Péan et Cohen, op. cit., p. 102)


    • Citoyen de France Le 02 janvier 2017 à 15h38
      Afficher/Masquer

      Tout à fait. Hollande est le premier propagandiste suivi par sa meute socialiste.
      Je ne vois plus de journalistes de France. Ils se plient aux exigences politiciennes et ne font plus du journalisme.
      Le carriérisme du propagandiste le mieux apprécié par ses maitres prévaut sur les propos.
      Moi quidam j’en retire quoi de ce billet ?
      “On m’a supprimé mon billet” et “mais non, on te l’a remis, il avait été supprimé par ce que tu ne respecte pas les règles”
      Oui… Mais moi quidam, c’est toujours la propagande épaisse comme du goudron que je reçois.


  2. bluetonga Le 31 décembre 2016 à 02h01
    Afficher/Masquer

    Je ne voudrais pas enfoncer trop brutalement la porte entrouverte, mais je n’ai pu m’empêcher d’extraire de mes souvenirs – et du web – un petit brûlot concernant médiapart, son idéologie, et son idéologue, le tout signé Richard Labévière dont on a déjà pu apprécier la verve et l’expertise moyen-orientale sur ce site :

    http://www.laplumeagratter.fr/2014/08/09/lideologie-de-mediapart-par-richard-labeviere/

    En gros, trotskyste un jour, trotskyste toujours… Par ailleurs, que la sélection naturelle opère, et que médiapart, s’il choisit de s’en tenir à de gros bobards atlantistes, subisse le sort de ses confrères MSM pourtant par lui conspués.


    • Thanos Le 31 décembre 2016 à 17h46
      Afficher/Masquer

      Les “puissances OTANistes” ont dès le début encouragé et développé la “faille” trotskyste. Les ennemis des mes ennemis sont mes amis, et l’ennemi d’après guerre était l’idéologie politique communiste marxiste. Ainsi aujourd’hui une large partie de “l’élite politique, idéologique, médiatique et financière” est issue des mouvements trotskystes, en Europe comme aux USA. les exemples sont nombreux, Paul Wolfowitz (pape du mouvements néocons aus USA) est un ancien idéologue trotskyste, Manuel Barroso est un ancien leader trotskyste au Portugal, etc… Le “néoconservatisme” est une continuation idéologique et opérationnelle de certains mouvements d’extrême gauche (passerelle idéologique entre Trotsky et Léo Strauss). Plenel est un exemple de relai “d’information” et d’opinion de “gauche” OTANiste. C’est un néocons saveur de gauche.
      Un point d’entré historique intéressant sur ce vaste sujet est sans doute la création de la CGT FO en France, en commençant tout simplement par la fiche Wikipédia d Irving Brown.


      • Catherine Le 01 janvier 2017 à 23h12
        Afficher/Masquer

        J’avoue ne pas bien comprendre.

        Si Trotsky était un opposant de Staline, il n’en était pas moins un communiste et un marxiste.

        Comment des Trotskystes pouvaient se retrouver atlantistes ? Quel est le lien ?


        • Silk Le 01 janvier 2017 à 23h47
          Afficher/Masquer

          Les trotskystes en conflit avec le pouvoir central communiste ont été instrumentalisé par l’OTAN et les services US pour accentuer ou créer des lignes de fractures dans les mouvements communistes : diviser pour régner …


        • Karim Wilmotte Le 02 janvier 2017 à 00h50
          Afficher/Masquer

          Staline/l’URSS accusait les trotskystes (après la victoire du courant Stalinien) d’avoir trahi et de s’être allié avec les réactionnaires dans le cadre d’un complot visant au renversement de l’URSS (en ce compris avec l’intervention d’armées étrangères).


    • christophe LOR Le 01 janvier 2017 à 15h26
      Afficher/Masquer

      Pouvez-vous préciser le sens de l’acronyme MSM svp? Merci.


      • bluetonga Le 01 janvier 2017 à 20h24
        Afficher/Masquer

        MSM = main stream media, médias de “courant principal”, “officiels”, traditionnels, conventionnels, grand public. Disons, depuis que toute la presse raconte la même chose et de la même manière (merci AP, AFP, reuters…) l’antagoniste de la presse pluraliste que les plus de trente ans ont, ou auraient pu connaître.


      • RGT Le 01 janvier 2017 à 20h46
        Afficher/Masquer

        MSM : Main Stream Media.

        On pourrait traduire par “médias traditionnels”, “médias de grande diffusion”…

        A moins que quelqu’un d’autre ne donne une définition et une traduction plus précise, je comprends assez bien l’anglais mais je le traduis très très mal.


  3. lesnievsky Le 31 décembre 2016 à 04h17
    Afficher/Masquer

    Vous m’avez tout à fait convaincu, Monsieur Plenel.
    En conséquence, j’annule mon abonnement à Mediapart.


    • Pastèque Le 31 décembre 2016 à 10h53
      Afficher/Masquer

      bonjour, ce n’est pas d’annuler son abonnement à mediapart aujourd’hui qui est surprenant, c’est d’être resté membre de mediapart depuis tant d’années. j’en ai été pendant 5 ans, et la goutte d’eau suffisante a été le traitement de l’attaque chimique à la ghouta à l’été 2013! plenel a relayé la narrative américaine/occidentale alors qu’il n’y avait aucun élément probant à cette époque (septembre 2013)

      une étude ballistique de l’attaque par le ‘prestigieux’ MIT a détruit l’accusation lancée contre l’État syrien..

      et depuis, traitement de l’ukraine en 2014 et d’Alep en décembre 2016.


      • condamy Le 31 décembre 2016 à 14h37
        Afficher/Masquer

        Être sur place permet de contre-attaquer ou de corriger ( par les commentaires du reste assez souvent contre la teneur de l’article ).


        • Pastèque Le 31 décembre 2016 à 15h11
          Afficher/Masquer

          les billets de blog sont suffisants pour un ancien abonné de constater que rien n’a changé et que ce n’était pas mieux avant! après, oui, que des citoyens restent à l’intérieur c’est intéressant pour nous, les visiteurs extérieurs, mais il y a des abonnés qui se bagarraient qui vont partir.
          je me rappelle qu’une telle dissonance entre la narrative des articles et les réactions des abonnés a déjà eu lieu à l’été 2012, moment où la rédaction s’était fait pilonnée sur un événement de septembre 2001 🙂


      • denis auroux Le 31 décembre 2016 à 15h19
        Afficher/Masquer

        Donc cher camarade, de forum, tout le “reste” des enquêtes (fouillées non?) de “Médiapart” ne compte pas du tout? Curieux… Les remarquables enquêtes et articles sur la “vie” dite “sociale” (Martine Orange, Dan Israël etc… que les nombreux autres me pardonnent) sont donc sans intérêt aucun? A t-on le droit de trouver cela un tantinet grotesque ? Oui? Non? allez savoir… Si “Médiapart”, après l’effondrement de certains journaux excellents parfois , dans un passé pas si lointain sont devenus des bidules, donc si “Médiapart” n’existait pas, faudrait-il l’inventer? Expliquez nous brave camarade…


        • Pastèque Le 01 janvier 2017 à 15h04
          Afficher/Masquer

          je retourne régulièrement sur mediapart pour ‘voir’ ce que ces petits télégraphistes de l’otan offrent comme ‘information’.. je n’ai pas dit que tout était à jeter sur mediapart, sauf que:
          – les événements internationaux: lybie, ukraine, syrie, vénézuela, russie, Vladimirovitch 🙂 sont traités de façon atlantiste. c’est un fait indéniable. lorsqu’on s’en rend compte, on agit en conséquence: on résilie son abonnement! non?
          – le traitement de JL est véritablement dégueulasse. rappelez vous le billet sur JL qui ‘joue à saute-cadavre’ (https://www.mediapart.fr/journal/france/050315/jean-luc-melenchon-joue-saute-cadavre)

          alors je t’explique: ce qui reste d’intéressant à mediapart ce sont certains abonnés qui continuent de se ‘battre’, avec des billets intéressants.

          comme celui du dénommé ‘swank’ 🙂


          • Citoyen de France Le 02 janvier 2017 à 16h24
            Afficher/Masquer

            Le lien n’a rien de convainquant. La seule vérité c’est que Boris Nemtsov est mort.
            C’est quand même curieux que celle qui l’accompagnait n’a pas eu la moindre inquiétude pendant cette opération “élimination”. Cela ressemble à une promenade dirigée vers la mort. Je ne vois aucune raison pour que Poutine ait ordonné son assassinat. Il est critiqué par environ 40% de Russes mais 95% de Russes le soutiennent. Pourquoi Nemtsov n’a pas été éliminé quand il s’attaquait à la politique de Poutine ? Et pourquoi est-il mort en étant accompagné d’une belle Ukrainienne qui est retournée chez Porochenko d’où elle était venue. Quand j’aurais les réponses, je commencerais à y croire.


        • Malbrouck Le 02 janvier 2017 à 09h31
          Afficher/Masquer

          Tout le reste …
          Sur MdP il n’y a plus débat : impossible .
          Ce n’est même pas un affrontement .
          C’est une guerre : entre une secte ultra minoritaire , s’appuyant sur des arguments rhétoriques hors sol , et utilisant tous les moyens , et les autres , des naïfs qui croient à la liberté d’expression , au débat et se font moucher , souvent avec des procédés indignes , par une poignée de fanatiques , figés dans leurs logiciel et incapables d’entrevoir l’avenir à court et moyen terme , pragmatique , évolutif …
          Bref on nous rejoue l’opposition entre Trotski et Staline transposée dans la situation internationale d’aujourd’hui complexe et très alarmante .
          Bref il y a les bons (les défenseurs du prolétariat et de la Vraie Révolution ) revendiqués et détenteurs de la vérité , et les autres , les méchants qui sont tous mis dans le même sac .
          Dans ces conditions , être opposé à une forme de scientologie ou de témoins de Jéhovah , ça n’ aucun intérêt et ça bouffe un max d’énergie .


      • Maurice Le 03 janvier 2017 à 02h02
        Afficher/Masquer

        J’ajouterai le traitement de l’information sur l’est de l’ Ukraine! Sur la Palestine! À vomir.
        J’ai résilié mon abonnement il y a plus d’un an. J’avais l’impression de lire les nouvelles en direct de la Maison Blanche.


    • Grégory Le 01 janvier 2017 à 00h46
      Afficher/Masquer

      Fait depuis longtemps. Même si j’apprécie les enquêtes et révélations en politique intérieure (Cahuzac, Sarkozy…) il m’est apparu clairement que ce site partageait la responsabilité des morts et souffrances que nous faisons advenir au moyen orient. Il n’y a malheureusement pas de comparaison dans la gravité de ces mensonges de guerre et les bénéfices relativement anecdotiques d’embêter des politiques avec des affaires. Je ne soutiens aucun média acoquiné avec le parti de la guerre, et Mediapart en est un, très clairement.


    • VAZY Francky Le 02 janvier 2017 à 11h05
      Afficher/Masquer

      Moi, ce qui m’étonne, c’est que vous ayez pu vous abonner à ce torchon un jour 🙂


  4. Silk Le 31 décembre 2016 à 04h18
    Afficher/Masquer

    Alors Mediapart se fout de la gueule du monde mais en respectant leur charte.
    Il est effectivement dit que tout dénigrement d’un abonné est sanctionnable tout comme le dénigrement de la rédaction ou de journaliste de Mediapart.
    Comme la notion de dénigrement est très subjective et qu’actuellement il y a une vague de désabonnement suite au traitement qui n’est plus de l’information mais du militantisme, en particulier sur le plan du traitement médiatique de l’international, Mediapart a fait marche arrière (on peut même retrouver l’origine du pigon de service : il déclare que le billet aurait été écrit sur arrêtsurinfo, site notoirement conspirtionniste et patati sans aucune vérification car le billet était d’un abonné).

    Le billet de swank était en effet en infraction avec la charte car il “dénigrait’ clairement et nommément Edwy Pleynel par exemple.
    Cependant son billet est criant de vérité et + de 180 recommandé en quelques heures sur un sujet aussi polémique, ca démontre que le public ne se laisse pas totalement embobiner …
    Et surtout que médiapart va devoir adapter son discours car la révolution fantasmée, les gens ont compris que c’était pas ca sur le terrain …


  5. JC Le 31 décembre 2016 à 05h11
    Afficher/Masquer

    Question de l’intro : “Pourquoi n’y a-t-il pas 20 Mediapart – et que faudrait-il faire pour y arriver ?”

    C’est quoi un Mediapart en fait ? Un média faussement alternatif, reconnu par les confrères appartenant aux milliardaires, et à qui on file tous les dossiers croche-pattes quand on a besoin de faire pression sur des adversaires politiques ou des cibles économiques, au service d’un agent “de l’étranger” très aligné avec les intérêts de l’empire ? Sans parler de la ligne éditoriale globalement dans le sens du vent “attaliste” on va dire.

    Parce que sinon s’il ne s’agit que de l’aspect média indépendant, y’en a des tas maintenant, beaucoup trop en fait (j’en découvre régulièrement…). Ne serait-ce que faire une revue de presse mais en hiérarchisant et commentant l’information autrement, c’est presque comme relayer les dépêches AFP. Produire ses propres articles et mener des enquêtes, c’est encore autre chose, certains le font. Mais à un certain niveau d’indépendance, vraiment dérangeant, on se fait pointer du doigt et insulter, ça arrive à ce site (pour moi bien supérieur à Mediapart, dans l’intention, et dans le traitement des sujets les plus graves), ça arrive à un paquet d’autres.


  6. Malbrouck Le 31 décembre 2016 à 06h28
    Afficher/Masquer

    Vraiment quel culot au sommet de MdP , dans la rédaction et en périphérie ..
    Je lis la réponse d’E. Plenel avec sa remarque par exemple sur le prolélytisme général , d’entrisme de la part de “melenchoniens” .
    Ce que j’ai constaté moi , c’est que certains individus, se revendiquant au décours NPA , ont tous les culots , se permettent toutes les attaques et bien pire détournent une majorité des articles concernant l’international , la Syrie par exemple , pour traiter , avec des procédés indignes , tous ceux qui sont en désaccord avec la ligne mainstream , de poutinolâtres, de bacharolâtres , de melenchonâtres , comme s’il y avait un complot de la F.I contre mdp , et le plus marrant , si je puis dire de staliniens …
    Stalinien est la pire injure de la part des trotskystes mais ils ne se rendent même plus compte qu’ils sont plus staliniens que les pires staliniens dans leurs propos et leurs méthodes …
    Parler de la Syrie autrement que leurs “spécialistes” , leurs militants NPA est impossible sur MdP qui a allègrement rejoint le camp des néoconservateurs , ce qui est très confortable : “révolutionnaires NPA” minoritaires à un bout et totalement alignés US et à 80 % à l’autre .


  7. BrianDuSysCat Le 31 décembre 2016 à 07h20
    Afficher/Masquer

    Ce n’est pas la première fois qu’on entend des remarques sur un alignement plutôt atlantiste de Médiapart, et récemment par Osons Causer (bien qu’ils soient fans, et bossent avec eux maintenant)
    Vidéo à 5:38 : Comment juger un média ? La question Mediapart – Blabla #09 – Osons Causer
    https://www.youtube.com/watch?v=CQ4BetUQOr4

    Xavier Niel et Publicis ont donné de l’argent pour la création de Médiapart. Une question est : comment en arrive-t-on à convaincre Niel (actionnaire de le Monde ?) et Publicis (gros contrat avec l’Arabie Saoudite pour son image en France) à finacer la création de votre journal indépendant ?


    • tepavac Le 31 décembre 2016 à 20h07
      Afficher/Masquer

      C’est tout le problème de cette “discussion”.
      C’est même la première fois que je suis en désaccord avec O.B. sur son intro, “s’abonner à médiapart”

      Mon raisonnement s’appuie sur le fait que, peut-être n’ais-je pas une vie sociale ou professionnelle qui me permette de m’informer à partir de types de medias, alors je n’aimerai pas que ma confiance soit trahie par de fausses informations qui m”entraineraient dans un tourbillon de conflits auquel je n’aurais aucune prise, ni aucune légitimité, alors que certainement j’en serait responsable par delai de propagande
      Non, je ne payai pas pour vivre dans l’incertitude d’un coup foireux.


  8. Dizalch Le 31 décembre 2016 à 08h44
    Afficher/Masquer

    La réponse d’E. Plenel est consternante… moi qui suis d’habitude modéré quand à ce support, c’est fini, je ne renouvelle pas mon abonnement…
    Lire de telles inepties en réponse à deux développements, certes, a l’opposé de la ligne éditoriale – Mais qui se tiennent totalement… comme les faits le prouvent… (témoignages de l’Archevêque d’Alep, des Prêtres et laïques sur place, etc. etc. puisque citer E. Barlett et Le Coff ne convient pas à ces “pseudos-journalistes”… je suppose que des personnes reconnues par le Pape le peuvent?… à moins que nos “Atlantistes” considèrent des représentants de l’église catholique et le Pape comme “pro Poutine” et “dans le camp du “mal””?… mais leur délire ne semble pas avoir de limite après tout…).
    Je remarque également que les seuls à parler de “complotistes” et donc de “complot”, “d’obscurantisme”, etc. sont bien les moutons bêlants aux bombardements et au bien fondé de l’interventionnisme à outrance… et ceci est “factuel”, M. Plenel.
    Bonne route à vous et vos “entre-soi” éditocrates


    • LeFredLe Le 31 décembre 2016 à 10h50
      Afficher/Masquer

      Je suis tout a fait d’accord avec vous: sa réponse est consternante et pitoyable.
      Sa décision de republier la chronique en question est carrément pathétique.

      Et ce qui est encore plus révélateur de la mauvaise foi dont font part les gens de MdP ou plutôt de Edwy P. c’est avec quelle lâcheté il ne prend même pas la peine d’essayer de répondre à tout ce que Swank avance à juste titre. Il élude complètement la question.

      On comprend mieux, comme le rappelle BrianDuSysCat pourquoi MdP a reçu des financements…


      • Maurice Le 03 janvier 2017 à 02h47
        Afficher/Masquer

        En politique extérieure je trouve Medipart très atlantiste proche des neo-cons. Les quelques affaires intérieures dénoncées par MdP sont insignifiantes par apport au flux de propagande qu’il déverse. Les affaires intérieures ne dérangent pas les neo-cons voir même les arrangent. Ce n’est qu’un média msm a minima et peut être même manipulé par des ONG type Soros? Aprés avoir était abonné plusieurs années c’est vraiment l’idée que j’en ai. J’ai résilié mon abonnement depuis pus d’un an.


    • amemar Le 31 décembre 2016 à 12h38
      Afficher/Masquer

      Je ne veux pas défendre ces journalistes, loin de là, mais je me refuse à les accabler, pour une raison très simple : l’histoire montre que la vérité sur une guerre n’est jamais connue, ni pendant ladite guerre, ni même dans les années qui la suivent. Il faut laisser les historiens travailler et décortiquer les évènements avant d’être certains de tous les tenants et aboutissants. Un exemple : beaucoup de gens savaient pour les camps de la mort mais il a fallut passer les années 1960 pour que le grand public apprenne ce qui s’y est passé. Et encore actuellement, il y a des discutions et du “négationnisme”. Qui peut être certain de détenir la vérité ?


      • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 12h45
        Afficher/Masquer

        Tout à fait d’accord avec vous amamar. D’autant plus que la désinformation y bat son plein dans les sens, de tous les côtés. Ici on parle des massacres d’Alep, mais on ne parle pas de ce qui se passe à Mossul ni de la pâtée qu’est en train de se prendre l’armée irakienne par l’EI. J’ai lu quelque part qu’elle avait dû stopper son avancée ; mais ce n’était pas dit très fort… 🙂


      • Alfred Le 31 décembre 2016 à 13h09
        Afficher/Masquer

        Vous êtes bien gentil et je sens que l’on peut voter sur vous en toutes occasions.
        Vous voulez nous faire avaler qu’il y a 60 ans il était difficile de choisir son camp à cause du brouillard de guerre, parceque rien n’était certain pour les camps?
        Vous vous moquez bien du monde.
        Même dans l’incertitude il y a des choix qui s’imposent. On pouvais faire le mauvais choix à l’époque par trouille ou par intérêt (ce qui sans l’avoir vécu ne peut se critiquer) mais certainement pas par ce qu’on ne gourrait sur les intentions des uns et des autres. Mes deux grands pères vous auraient bien méprisé.


        • amemar Le 31 décembre 2016 à 13h51
          Afficher/Masquer

          Il n’est pas question de tergiverser sur des valeurs. Ce que je dis c’est que la vérité ne peut être certaine qu’après un long temps de recherche de celle-ci et de confrontation entre ses diverses facettes. Pour revenir à l’histoire des camps, des gens savaient oui, et certains ont tenté d’alerter l’opinion. Mais ce n’est qu bien plus tard que la réalité est apparue dans toute son horreur. Et affirmer, bien des années plus tard et à l’abri dans quel camp on se serait trouvé est un peu facile.


          • Alfred Le 31 décembre 2016 à 16h37
            Afficher/Masquer

            J’espère que vous ne comprenez pas tout.Ou que vous vous exprimez mal. Effectivement personne ne peut se prévaloir du fait qu’il aurait choisi la.resistance (effectivement trop facile). Difficile de dire si et.comment on aurait évité le.sto. difficile de.dire.suivant.les.circonstances si quand des francais.se.tiraient.dessus on aurait.ete du côté.de.vichy ou.des.ffi (Syrie.par.exemple). Des.gens ont honnetement et parfois.fait.le.mauvais choix. Mais la milice ou la.lvf. fallait le.vouloir. c’est.votre.relativisme que je trouve.un peu facile excusez moi.


        • denis auroux Le 31 décembre 2016 à 15h46
          Afficher/Masquer

          C’est vrai ça! Les grands-pères(sic), en “14” ils savaient tout et de plus, leurs grands-pères, avec le père Bugeaud en “1830”, ils en savaient encore plus! Mais “on” a tout oublié non? Alors, forcément, “ils” nous méprisent…


      • Jean-Marc Le 31 décembre 2016 à 15h30
        Afficher/Masquer

        Bonjour Amenar,

        pour les camps nazis c’est un peu différent, l’horreur avait été telle que même les rescapés refusaient cette vérité et n’en parlaient pas. Il faut se remettre dans le contexte pour comprendre. J’ai eu un grand père, prisonnier de guerre, déporté dans un stalag accolé à un camp de la mort réservé aux russes. Il a fallut attendre les années 70 pour qu’il en parle, tellement la sidération des atrocités qu’il avait vécu l’empêchait de considérer cela comme une vérité mais bien comme un cauchemar. J’ai un oncle toujours vivant, qui a participé à la guerre d’Algérie, il refuse toujours 60 ans après d’en parler.


        • amemar Le 07 janvier 2017 à 14h32
          Afficher/Masquer

          C’est exactement la teneur de mon propos, il semble que mon “relativisme” a été mal perçu.


      • denis auroux Le 31 décembre 2016 à 15h34
        Afficher/Masquer

        Tout à fait, “Médiapart” regroupe heureusement encore quelques vrais journalistes par rapport au “bidule” presse écrite, alors on peut les lire avec attention, et après cette lecture attentive, être d’accord ou non, ben cela devient assez subjectif… Si “Médiapart” n’existait pas, comme ce site d’où nous échangeons humblement, ce serait fichtre dommage…


      • BEOTIEN Le 01 janvier 2017 à 01h28
        Afficher/Masquer

        MERCI pour ce salutaire rappel à la prudence, qui s’il a l’inconvénient de priver du “lâcher de vapeur” qu’offre l’anathème face à la compréhensible exaspération d’être en tel manque d’information, à l’immense mérite de donner plus de chance à la vérité, fusse au prix de la patience.

        Ce à quoi je me permet d’ajouter cette suggestion : qui que vous estimiez critiquable, à commencer par les gouvernants, ne soyez pas timide et prenez autant de temps que nécessaire pour vous imaginer à sa place, avec vos tripes et les seules informations dont vous disposez. Quelle plus sûr moyen de réaliser la complexité des choses et la difficulté de bien décider.*

        * L’exemple des camps de la mort est particulièrement judicieux. Car si on s’y penche on découvre que ce ne fut ni le manque d’information ni l’indifférence qui fut le frein à l’action mais bien plutôt l’horrible et si triviale nécessité d’arbitrer entre priorité et urgence, moyens et impossibilités…


      • christophe LO Le 01 janvier 2017 à 15h57
        Afficher/Masquer

        A ce propos, un livre très intéressant de Peter Novick, concernant la réapparition d’événements historiques pour des besoins politiques et stratégiques.

        https://books.google.fr/books/about/L_Holocauste_dans_la_vie_am%C3%A9ricaine.html?id=mhswHAAACAAJ&redir_esc=y&hl=fr


      • tepavac Le 01 janvier 2017 à 23h54
        Afficher/Masquer

        “Je ne veux pas défendre ces journalistes, loin de là, mais je me refuse à les accabler, pour une raison très simple : l’histoire montre que la vérité sur une guerre n’est jamais connue..”
        amemar, si nous suivons votre raisonnement, alors les “journalistes” que vous défendez devraient cesser de nous “informer” sur des sujets inaccessibles au savoir.

        je me le demande, vous leur trouvez des excuses, ou sont-elles pour vous même???


        • amemar Le 07 janvier 2017 à 14h38
          Afficher/Masquer

          Relisez bien : je ne veux pas défendre ces journalistes, loin de là ….”. Si nous en sommes à nous justifier sans arrêt dès lors que l’on relativise, qu’on ne veut pas prendre parti bille en tête sans réflexion, c’est que la liberté est déjà morte. C’est le marqueur des périodes dramatiques ou si tu n’es pas avec moi sans réserves aucunes, c’est que tu es donc contre moi.


  9. Duracuir Le 31 décembre 2016 à 08h59
    Afficher/Masquer

    J’étais abonné à Mediapart et j’ai été plus qu’écoeuré de son atlantisme militant. Toutes les cibles de la haine des néocons américains sont systématiquement attaqués par Mediapart. Le traitement de Chavez fut, par exemple, pire encore que celui du Monde ou de Libé.
    Mediapart, Jorion, et compagnie, c’est la gauche à Soros.


  10. Fox 23 Le 31 décembre 2016 à 09h10
    Afficher/Masquer

    Les masques tombent !
    Le média “alternatif” où sont seulement admis les commentaires flatteurs et c’est écrit !

    De toutes façons seuls ceux qui le voulaient bien croient encore en Médiapart l’Atlantique.
    Ne vous souvenez vous donc pas de leur interview à vomir concernant la pseudo révolution en Ukraine à la suite de laquelle Olivier avait lancé un espèce de sondage qui n’avait pas du tout été à leur avantage ? Ils étaient 2 contre une femme défendant la vérité sur le sujet.

    L’impérialisme à toujours besoins de supplétifs donnant (très provisoirement) le change, surtout s’ils sont de soi-disant gauche.

    Qu’il est bon le temps où les yeux commencent à s’ouvrir…


  11. Dizalch Le 31 décembre 2016 à 09h12
    Afficher/Masquer

    Suite à la réponse de Plenel, abonnement annulé également


  12. LG Le 31 décembre 2016 à 09h14
    Afficher/Masquer

    Mediapart? Mouais, bof.
    Un peu comme le Canard enchainé, et sous couvert de journalisme, c’est une poste restante des coups tordus que les membres de notre petite élite nationale se font entre eux. Un simple passeur de plats (qui se mangent froid).
    La preuve? Dès qu’on passe à l’international, c’est la catastrophe. Y’ plus rien…si ce n’est l’expression de la plus pure lignée atlantiste, orpheline d’une quelconque nuance ou analyse équilibrée.
    Médiapart, c’est le Canada dry de l’indépendance journalistique…


    • MIZZGIR Le 31 décembre 2016 à 16h22
      Afficher/Masquer

      Merci pour toutes vos explications et notamment celle à laquelle je réponds.

      Maintenant je comprends mieux ce qui me faisait tiquer depuis toujours derrière la petite moustache et l’espèce d’atroce sourire crispé d’Edwy Plenel.


  13. Nicolas D. Le 31 décembre 2016 à 09h17
    Afficher/Masquer

    La solution est effectivement de tout lire, notamment le site du NY Times qui est Le Monde mais beaucoup plus haut de gamme dans l’argumentation.

    Et, à cet égard, deux de mes meilleures sources d’infos ces derniers temps sont The Intercept et Les Crises !


    • Mich Elm Le 02 janvier 2017 à 01h20
      Afficher/Masquer

      Jetez donc un œil sur le saker francophone, à ce compte-là : vous y trouverez d’autres pépites de réinformations issues d’auteurs venus du monde entier.

      Cordialement.


  14. Sylvie Rabatel Le 31 décembre 2016 à 09h26
    Afficher/Masquer

    Personnellement, je reste abonnée à Médiapart uniquement pour certains articles choisis de politique intérieurs et la mise à jour de la corruption des oligarques.
    Quant au articles de politique internationnale, le titre me suffit….. j’ai d’autres sources.


    • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 10h48
      Afficher/Masquer

      Sylvie Rabatel, pouvez-vous préciser vos “autres sources” ? Ceci pourrait aider les autres à s’informer.


  15. ananda Le 31 décembre 2016 à 09h50
    Afficher/Masquer

    Bien que le gouvernement d’Assad ne soit pas un parangon de démocratie, pourquoi tous les gens empreints d’un certain idéal de liberté parlent-ils du président syrien en termes toujours péjoratifs ?
    Déjà, monsieur l’auteur de cette lettre, pourriez vous vous informer un peu mieux des évènements au tout début du conflit. Pour moi et pour beaucoup d’autres, ce conflit n’est pas une révolution, ni une guerre civile. Il suffit de bien se renseigner pour s’en convaincre. La notion de démocratie n’est certainement pas la même en Occident et au Moyen-Orient. Pourquoi faut-il ostraciser les dirigeants qui ne veulent pas se plier au bon vouloir de l’Empire ? Il faut préciser que la société syrienne était un modèle d’intégration et de vie commune entre les différentes composantes religieuses et ethniques, avant le conflit. Cela dit, Assad a tellement été diabolisé, que parler de lui maintenant relève du courage le plus absolu.


    • Theoltd Le 31 décembre 2016 à 10h57
      Afficher/Masquer

      Entièrement d’accord. Plus personne n’ose commencer a parler de la Syrie, sans se sentir obligé de dire en préambule: “je suis d’accord avec vous qu’Assad est un tyran et un boucher… je ne soutiens pas du tout Assad etc…”
      Quand, dans un article, même valable au demeurant, je tombe sur ces mots, j’arrête ma lecture, désespéré par le manque de courage de son auteur.


      • ananda Le 31 décembre 2016 à 12h03
        Afficher/Masquer

        Merci, Theoltd d’abonder dans mon sens, ça me réconforte. Le manque de courage effectivement à de quoi nous désespérer… La chape de la bien-pensance pèse lourdement sur beaucoup d’individus. La peur d’être jugé freine les ardeurs de pas mal de gens.


        • amemar Le 31 décembre 2016 à 12h51
          Afficher/Masquer

          Vous avez raison et c’est la même chose pour certaines valeurs qui m’ont été enseignées. Si vous vous montrez révoltés par les injustices on vous insulte en vous traitant de bisounours ou de tiers-mondiste. faire preuve d’humanité et de compassion vous attire au mieux les moqueries au pire les injures. Il faut du courage pour tenir bon
          et dénoncer ce qui est “mal”. J’espère que ceux qui s’en tiennent au courage de leurs opinions ne vont pas se décourager.


          • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 13h55
            Afficher/Masquer

            La vérité… Un proverbe italien dit : “Vérité en deçà des Alpes, mensonge au-delà”…


            • condamy Le 31 décembre 2016 à 14h44
              Afficher/Masquer

              ou encore ” mi figue mi raisin ” !! ,eau tiède ou eau de boudin ,ah ! les pages roses : quel bonheur !


            • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 15h22
              Afficher/Masquer

              Le proverbe italien il est plusieurs fois millénaire et remonte à avant l’invention du christianisme…


            • xc Le 01 janvier 2017 à 09h02
              Afficher/Masquer

              Pas des Alpes, mais des Pyrénées, et c’est de Pascal:
              http://www.expressio.fr/expressions/verite-en-deca-des-pyrenees-erreur-au-dela.php
              Mais peut-être qu’il l’a copié aux Italiens ?


      • lon Le 31 décembre 2016 à 14h06
        Afficher/Masquer

        Je pense que cela est dû à la personnalisation à outrance du débat politique , soigneusement voulu et entretenu par les médias : voyez Milosevic, Hussein, Kadhafi, Assad, et bientôt peut-être Poutine, ce sont les mêmes ficelles, designer le monstre à la vindicte populaire , en rajouter dans l’horreur, de manière à court-circuiter toute approche ou solution impliquant le dialogue avec le dictateur en question , et stigmatiser toute analyse plus nuancée, voir les attaques contre Mélenchon ( attaques qui me font penser que Mélenchon a peut-être de sérieuses chances d’être au second tour )


        • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 14h22
          Afficher/Masquer

          Vous connaissez la symbolique ? Dans la mesure où ces personnages personnalisent la politique de leur pays on est bien obligé de les prendre comme symbole de celle-ci… On ne dialogue pas avec un dictateur parce qu’il n’en a pas envie. Vous auriez dialogué avec Hitler et Mussolini ?


          • lon Le 01 janvier 2017 à 14h48
            Afficher/Masquer

            Allez , je vous décerne le deuxième point Godwin , le premier était pour votre allusion au régime de Vichy ” qui se défendait lui-aussi contre les résistants “.

            Quand on manque d’arguments on fait de la réduction ad hitlerum

            Bonne année 2017 quand même


          • Prométhée Enchaîné Le 01 janvier 2017 à 15h25
            Afficher/Masquer

            Outre que les occidentaux ont bien discuté avec les deux susnommés (Münich restera le plus puissant exemple des limites du dialogue), les occidentaux d’aujourd’hui n’ont pas cessé de le faire avec Poutine, et Assad, au moins jusqu’à la rupture diplomatique pour ce dernier (et encore on ne parle pas de la diplomatie secrète)…

            Et même si dans le cas d’Assad il est clair qu’il n’est pas le seul responsable, il est le représentant de son système, comme Obama celui des Etats-Unis.


        • Theoltd Le 31 décembre 2016 à 16h21
          Afficher/Masquer

          Sauf que ça n’a pas a n’a pas marché avec Assad, et qu’il est probable que la liste s’arrête la.
          C’est justement ce qui rend l’occident hystérique, lui qui ne pourra plus orchestrer le chaos au Moyen Orient, depuis que celui-ci a un protecteur nucléarisé et plutonisé: La Russie.

          Obama: Assad doit partir
          fabius: Assad doit partir
          Cameron: Assad doit partir

          Au final, s’il n’en reste qu’un ça sera Assad. Et en plus grâce a Poutine.

          Alors “Poutine doit partir” c est pas demain la veille……si je peux me permettre.
          L’occident se rend compte que dorenavant, l’accès au pétrole va avoir un vrai prix…..les temps vont être difficiles, et plus la presse eructe, plus le russe sourit.


          • tepavac Le 02 janvier 2017 à 00h32
            Afficher/Masquer

            Je pense ne pas sourire du tout, car à l’heure où nous dissertons sur les bienfaits de l’intervention Russe, ceux qui ont organiser ce chaos, sont depuis quelques temps déjà, entrain de planifier la “réponse” à leur échec.

            Et je ne suis pas pessimiste, je constate seulement la puissance phénoménale de leur entreprise funèbre, qui s’exerce sur tous les continents, dans presque tous les médias,par le biais énorme de nos “élus” et depuis au moins trente ans de nos seules existences.

            Croire que tout ceci serait l’œuvre de quelques pingouins névrosés n’est pas raisonnable du tout.


    • Prométhée Enchaîné Le 31 décembre 2016 à 18h25
      Afficher/Masquer

      Vous parlez arabe ?
      https://www.youtube.com/watch?v=LYLpZ-b501c
      Il semblerait que la traduction soit celle-ci :
      “La crise a commencé par étapes. Ils se sont lancés dans une révolution populaire dont ils s’attendaient à ce qu’elle s’embrase en quelques semaines. Mais ils ont échoué. Ce n’est qu’après le mois de ramadan [qui correspondait cette année-là au mois d’août] que l’action armée a débuté…”

      On attend aussi un travail collaboratif sur ce texte aussi, Farouq Al-Shareq :
      http://www.al-akhbar.com/node/173812
      Il semblerait qu’il y dise :
      “Au début des événements, les autorités mouraient d’envie d’apercevoir un seul hommes armé ou un seul franc-tireur sur la terrasse d’un seul bâtiment… C’est la baisse du nombre des manifestants pacifiques qui a conduit d’une certaine manière à l’augmentation des hommes en armes.”

      Maintenant, on a ça, le 18 mars à Deraa :
      https://www.youtube.com/watch?v=rnCJ5K1tKXE

      Il y a une certaine ironie à voir les gauchistes prendre la défense d’Assad, qui a appliqué quelques préceptes néo-libéraux (dans un pays mafieux), et qui réprime le peuple comme personne ne le supporterait ici…


      • Prométhée Enchaîné Le 31 décembre 2016 à 18h32
        Afficher/Masquer

        Pour ceux qui aiment les preuves comme dans le tableau du Caravage (attention y a un peu de ketchup) :
        https://www.youtube.com/watch?v=HY0B0FaP6TY

        C’est la même scène, sous un autre angle !


      • anne jordan Le 01 janvier 2017 à 18h18
        Afficher/Masquer

        Je crois que ” Assad appliquant des principes néo libéraux ” renvoie à un classique :
        aide du FMI/ abandon des réformes sociales
        diriez vous que tous les dirigeants qui ont été soumis à ce chantage sont des dictateurs et des assassins ?
        quant au pays mafieux ? des preuves svp !
        pour finir , il faut revoir votre vocabulaire : les gauchistes sont eux , clairement sur la ligne que vous semblez défendre ( l’horrible boucher de Damas)
        ou bien expliquez moi ce que vous entendez par ” gauchistes ” ?


  16. Jean Bruca Le 31 décembre 2016 à 09h58
    Afficher/Masquer

    Abonné depuis 2009, j’ai finalement résilié l’abonnement à Mediapart en juillet 2016. Depuis août 2013 j’avais compris que la rédaction relayait la propagande de l’OTAN. Le coup d’État à Kiev le confirmait. J’ai découvert alors le jeune OB et d’autres qui démontaient la narrative otanienne….

    Désabonné, on s’en trouve mieux. Aujourd’hui Guigue le dit clairement : ce sont des supplétifs de l’OTAN.


  17. Alfred Le 31 décembre 2016 à 10h10
    Afficher/Masquer

    C’est pas compliqué ce n’est pas la gauche et ce monsieur est juste un domestique.


  18. Deepnofin Le 31 décembre 2016 à 10h13
    Afficher/Masquer

    Ca va être les élections dans 5 mois. Déjà qu’on est en état d’urgence, les réseaux officiels d’info se militarisent. Pas étonnant que même la ligne d’un Médiapart, journal pseudo-indépendant mais ayant de gros soucis de neutralité et d’objectivité, se durcisse.
    La lutte contre le “complotisme” a de belles années devant elle : j’en suis un, Coluche en était un, et à vrai dire, tous ceux qui s’éloignent de l’unanimité politico-médiatique sont des complotistes. Aujourd’hui, j’estime que les complotistes sont largement majoritaires dans les populations occidentales. Seulement, la plupart d’entre eux semblent l’ignorer.
    Tant qu’on a peur de ce mot, on est mal barrés. Assumons-le clairement et rapidement, étant donné que c’est l’insulte ultime des dissonants cognitifs / chiens de garde.


    • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 10h56
      Afficher/Masquer

      Les réseaux d’info se militarisent… Je vois que vous n’avez pas vécu dans des pays sous dictature militaire… Et l’état d’urgence en France n’a jamais empêché les manifestations ni les casseurs (oui, je sais : ce sont des flics déguisés et infiltrés… 🙂 )


      • Deepnofin Le 31 décembre 2016 à 11h57
        Afficher/Masquer

        Je trouve que votre réponse est à côté de la plaque.
        Déjà, je n’ai pas parlé des manifestations ni des casseurs, mais seulement de l’état de la presse. Ensuite, que l’on trouve pire ailleurs ne nous empêche pas de critiquer ce qui se passe chez nous. C’est au contraire la démarche à suivre, il me semble : avant de critiquer les autres pays, balayons devant notre porte.
        Aujourd’hui, l’unanimité manichéenne politico-médiatique est au Mondialisme Capitaliste ce que la Pravda était à la dictature Communiste de l’URSS.
        Les seules différences bien visibles étant le type de “militarisation” médiatique : pour les Coco, c’était un totalitarisme masculin ( à la Orwell ), pour “nous”, c’est un totalitarisme féminin ( à la Huxley ). La forme change, pas le fond. Du moins, c’est ce que j’ai compris.


        • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 12h22
          Afficher/Masquer

          Vous parlez d’Orwell… Vous avez lu ses textes politiques ? Notamment “Fascisme et démocratie” ? http://kiosquenet.free.fr/TEXTES/George-Orwell-Fascisme-et-democratie.html


          • Deepnofin Le 31 décembre 2016 à 13h30
            Afficher/Masquer

            Je l’avais parcouru il y a quelques temps, du coup je viens de me rafraichir la mémoire, merci à vous.
            Maintenant, il s’agit d’un texte écrit par un anglais en 1941. Bien de l’eau a coulé sous les ponts depuis. Et l’ingénierie sociale a agit, des décennies durant, pour formater les masses selon les volontés des pouvoirs financiers. J’adorerais savoir ce qu’Orwell penserait de notre époque, mais…
            Si vous m’envoyez ce lien, c’est à priori que vous faites un rapprochement entre ” les critiques de la Démocratie Bourgeoise de l’époque, qui déstabilisent le pays, favorisant le jeu d’Hitler ” avec les critiques de nos Démocraties actuelles qui favorisent le jeu de Poutine, c’est ça ? Qui sait, vous avez peut-être raison. Peut-être que Poutine est le futur Hitler ? Néanmoins, les failles des Démocraties de l’époque, qu’Orwell semble bien résumer, n’ont fait qu’évoluer, jusqu’à attendre des points qui dépassent l’entendement. Il est essentiel de les combattre. S’abstenir de le faire, sous prétexte que cela pourrait faire le jeu des “ennemis”, ce serait l’abandon des principes qui font de nous, gens du peuple, des Citoyens ( vive Starship Troopers ).
            Pour finir, plus une caste politique parle de valeurs Démocratiques, moins elle les applique. Le présent semble malheureusement me donner raison.
            Et si j’ai été hors sujet, si j’ai mal interprété vos messages, veuillez m’en excuser 🙂


          • Prométhée Enchaîné Le 31 décembre 2016 à 18h48
            Afficher/Masquer

            La Guerre c’est la Paix.
            L’Union Européenne c’est la Dictature.
            La Cour Européenne des Droits-de-l’Homme c’est l’Arbitraire.
            La pluralité des Médias c’est la Pravda.
            La Syrie et la Russie c’est la vraie Démocratie.

            Franchement, les orwelliens vivent dans un autre monde… depuis Orwell, les richesses ont augmenté, la classe moyenne s’est considérablement développée, les libertés et les droits se sont multipliés (en Occident, mais pas que), les journalistes, les connaissances, les sources sont plus nombreuses, etc., etc. Mais nan, on serait dans un totalitarisme. Notre Pravda n’arrête pas de taper sur nos présidents successifs, les présidents d’ailleurs, les autocrates, les dictateurs, etc., mais à part ça elle est aux ordres.

            Corcuff est plus intéressant que Chomsky !


            • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 18h55
              Afficher/Masquer

              Oui… Eh bien je crois que c’est vous qui vivez dans un autre monde, celui de la guerre quand la Russie “défendait” les opprimés. Aujourd’hui, comme les autres, elle défend ses intérêts et les défend bien puisque vous gobez sa propagande qui surpasse celle des Occidentaux, c’est pas peu dire.


            • Fritz Le 31 décembre 2016 à 19h03
              Afficher/Masquer

              Je dirais même plus :
              Bernard Guetta est plus intéressant que Chomsky !


            • Subotai Le 01 janvier 2017 à 04h49
              Afficher/Masquer

              C’est rigolo mais il se trouve que les Restes du Monde en ont eu marre de se faire agresser et piller pour promouvoir notre confort et bien-être*; et ils l’ont fait savoir chacun à sa manière, pour notre plus grand désagrément.

              Nous pouvons essayer de maintenir et même de continuer avec de plus en plus de violence, il n’en reste pas moins que l’expansion “occidentale”, c’est terminé. Ter-mi-né!
              Comprenne qui pourra.

              * Les quelques miettes tombées de la table du Maitre ne compense pas!


            • Prométhée Enchaîné Le 01 janvier 2017 à 14h19
              Afficher/Masquer

              Je crois que vous vous méprenez sur mon propos Pierre France. C’est exactement ce que je dis.

              Les antis de gauche en viennent à accuser l’occident de totalitarisme et pardonnent à des dictatures immondes, la Syrie notamment…

              Et je peux dire cela tout en ayant conscience des propres méfaits occidentaux.


  19. Toff de Aix Le 31 décembre 2016 à 10h38
    Afficher/Masquer

    Marrant la réponse de Plenel : tout sur la forme, absolument rien sur le fond.

    On attend toujours qu’il arrête de jouer les vierges effarouchées et qu’il nous explique la pertinence des SOURCES permettant à son journal d’affirmer de telles énormités.

    Qui finance l’OSDH basé sur la à Londres ?

    QUI finance les casques blancs ?

    QUI se cache derrière cette appellation de “rebelles modérés”?

    Non monsieur Plenel, vous n’avez pas” protégé votre intégrité face au dénigrement et à la diffamation “, vous avez vécu protégé votre storytelling.

    Dur dur, la dissonance cognitive hein…


    • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 11h02
      Afficher/Masquer

      Eh bien si vous suiviez ce qui s’écrit et se diffuse sur Mediapart vous le sauriez.


      • toff de aix Le 31 décembre 2016 à 15h05
        Afficher/Masquer

        désolé, mais comme beaucoup ici je ne “suis” plus depuis un certain temps un média se disant “indépendant” et capable de débiter de telles absurdités sur l’Ukraine, la Syrie et j’en passe. Je leur laisse (ainsi qu’aux pauvres lecteurs qu’il leur reste) l’indignation sélective et la désinformation. bonne journée


        • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 15h29
          Afficher/Masquer

          Il n’y a pas d'”absurdités” mais un manque criant d’informations fiables. On ne peut pas se rendre dans ces zones de conflits sans l’accord de celui qui tient le terrain et en sortir sans lui présenter le travail qui a été fait. Les nazis ne laissaient pas les journalistes voir tout ce qu’ils faisaient. C’est le recul historique qui nous a donné une plus grande perspective, et encore il nous manque probablement des données.


          • Prométhée Enchaîné Le 01 janvier 2017 à 14h29
            Afficher/Masquer

            Il y avait des témoignages, internes, des rescapés, des opposants, des gouvernements déchus par les nazis, etc.

            On a la même chose pour la Syrie, les vidéos YouTube en plus, les journalistes qui se sont infiltrés, les agences de presse qui étaient déjà présents au moment des opposants (je pense à un jordanien qui était là dès le début et qui témoigne dans un doc de la bbc), les défecteurs du régime, de l’armée, les activistes, les rescapés des prisons syriennes (dont Piccinin), etc. Et vous avez raison, il faut insister sur la stratégie médiatique d’Assad… Les gens d’ici, si prompts à rejeter notre propagande, gobe celle d’un pays qui offre encore moins de garanties au niveau de la fiabilité de l’information.


            • tepavac Le 02 janvier 2017 à 01h38
              Afficher/Masquer

              je veux bien partager vos sentiments sur la question, croire que le Président élu de la Syrie soit la pire des personnes, seulement voilà ;
              2002, le général en chef de l’Otan nous informe que les États Unis s’apprête à faire la guerre contre sept Pays suite au attentats du 11/9.

              2004, Roland Dumas nous informe qu’un diplomate Anglais lui demande de participer à une guerre contre la Syrie.

              2006, un Général de l’armée Russe est assassiné alors qu’il visite la région de tartous (Syrie) en vue d’implanter une base militaire.

              Finalement et précisément ces sept pays sont aujourd’hui complétement détruit.

              Vous voulez que l’on pense quoi de tout ceci???
              et je ne parle pas de nos propres Généraux d’armée témoignant devant les enquêtes parlementaire, ou des révélations de nos propres services de renseignement….
              Ce n’est pas nous simples observateurs qui trahissons les valeurs et l’honneur de notre pays.
              Ce n’est pas nous qui propageons des fausses nouvelles à répétition….


        • denis auroux Le 31 décembre 2016 à 17h24
          Afficher/Masquer

          Et les enquêtes sur le paysage social de la petite France et Navarre , sans oublier nos gentils voisins Bof… Ah! L’international limpide et non nébuleux, ça c’est plus chic non?
          Burlesque ou grotesque? Allez camarde, je vous laisse choisir et consommer sans modération. (ps: le sieur Cahuzac a la même opinion que vous sur “Médiapart”, alors heureux?)


  20. Pepin Lecourt Le 31 décembre 2016 à 10h49
    Afficher/Masquer

    J’ai été un temps abonné à Médiapart, j’avais été alléché durant l’affaire Cahuzac mais j’ai vite déchanté avec l’Ukraine et la Syrie par un parti pris totalement unilatéral, 100% atlantiste sans aucune nuance, ne donnant jamais la parole au camp adverse, bref aucun information simplement un relais de propagande, on n’a pas besoin de cela, nous avons déjà tous les médias mainstream pour relayer la parole de ” notre maître”.

    J’ai appris par la suite par Wikileaks que Médiapart était un des chouchous de Soros, ce ne fut pas une surprise.


    • denis auroux Le 31 décembre 2016 à 17h27
      Afficher/Masquer

      “alléché”!!! tout est dit! Edifiant… Rassurez vous, la téloche vous ouvre ses bidules sous formes d’étranges lucarnes, vous pouvez la consommer sans modération…


  21. Pierre France Le 31 décembre 2016 à 11h17
    Afficher/Masquer

    Des journalistes qui n’ont jamais mis les pieds en Syrie… OK… Mais Swank, il y est allé, il peut nous faire part de son témoignage ? Mediapart a l’avantage d’avoir des journalistes professionnels et un budget pour les envoyer dans la région à la rencontre des gens qui y vivent.

    C’est bien de mettre d’un côté Russie et Syrie et de l’autre EUA, Europe, Arabie saoudite, Israël, Qatar, etc. Mais ce n’est pas si simple. La Russie s’arrange avec tout le monde : Saoudiens, Israéliens et Qataris. Source, un média que je n’aime pas vraiment, mais il est russe donc il devrait plaire à pas mal de monde ici. Russie et Arabie Saoudite : https://fr.sputniknews.com/international/201612021028984327-russie-iran-arabie-accord-opep/ ; Russie et Israël : https://fr.sputniknews.com/international/201512271020592985-syrie-russie-israel-secret/ et https://fr.sputniknews.com/international/201612121029125886-russie-israel-accord-syrie/ ; Russie et Qatar : https://fr.sputniknews.com/presse/201601191021044467-russie-qatar-petrole-cooperation/ Articles qui montrent bien que la Russie défend ses seuls intérêts, de la même manière que les Occidentaux, la Chine et d’autres défendent les leurs.


    • Catalina Le 31 décembre 2016 à 11h53
      Afficher/Masquer

      euhhhhh, pas de la même manière, la Russie et la Chine n’agressent pas les autres pays pour les voler, les détruire. La Russie et la Chine n’ont pas créé les mercenaires et les djihadistes, al qaida. La Russie et la chine n’encerclent pas les usa avec des bases militaires.
      La Russie se défend contre les monstres terroristes crée par les ricains, et d’autres pays aussi.et l’objectif de la Russie est de se débarrasser des “terroristes religieux” alliés des occidentaux, donc, non, ce n’est pas du tout la même chose. Les révolutions de couleur et coups d’état et assassinats de dirigeants ne sont ni russes, ni chinois, à croire qu’ils n’ont pas besoin de ça pour défendre leurs intérêts.


      • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 12h18
        Afficher/Masquer

        Bon, vous ne répondez pas à ce que j’ai écrit… La Russie a un projet de néo-eurasisme qui redessinerait aussi bien la carte du monde à son profit. J’ai fait un commentaire qui parle de ça ici : http://www.les-crises.fr/cette-gauche-qui-sert-de-suppletif-a-lotan-par-bruno-guigue/#comment-407331 (31 décembre 2016 11h34).


        • Tikehau Le 31 décembre 2016 à 19h42
          Afficher/Masquer

          Vous n’avez pas lu la réponse de Otty Le 31 décembre 2016 à 16h11 ?


        • step Le 01 janvier 2017 à 19h36
          Afficher/Masquer

          Évidemment que la Russie a ses intérêts, et qu’ils sont pas les nôtres. Mais, visiblement ils jouent mieux que nous (et la moindre honnêteté est de le reconnaitre) tout en nous laissant le rôle de gros bourrin vicieux (qui nous va comme un gant).

          Quant à la France… elle a des intérêts et une stratégie dans l’intérêt du pays ? c’est un supplétif aboyeur d’un tiers ? (et dans ce cas qui, US,AS,quatar… les trois ?) un pays qui navigue à vue ?

          Au lieu de juger de la perversité relative de la géopolitique russe ou ricaine, moi je suis inquiet de la politique étrangère de mon pays. C’est assez raccord avec une des maxime du blog tiens…


          • Lysbeth Levy Le 01 janvier 2017 à 19h50
            Afficher/Masquer

            Il exagère le pouvoir de ce groupe dirigé par Douguine un ex-universitaire que le pouvoir russe a licencié a cause de ces activités politiques non conformes avec son statut de professeur. Il a même été contre Poutine et a ces “idées bien à lui”. Faire croire qu’il conseille Poutine c’est risible, on voudrait nous faire croire qu’avec cet original, Poutine dirige un “PNAC a la russe”. Ou sont vos cartes de découpage du monde ? Que la Russie fasse du commerce a son profit comme tout pays capitaliste n’en fait pas un égal aux Usa et leur budget militaire de 700 million de $ et sa velléité d’expansionnisme mondial .Si Pierre a des photos de Douguine conseillant Poutine je prends.


    • Babouw Le 31 décembre 2016 à 11h55
      Afficher/Masquer

      Ce serait idiot de croire que la Russie ne défend pas ses propres intérêts cela dit…
      Ensuite elle joue ici avec Riyad le rôle de médiateur, elle n’est pas en train de conclure un accord militaire avec l’AS 😉
      Globalement tous ces articles nous parlent de pétrole, mis à part avec Israel. Au sujet de ces derniers, la Russie à toujours été prudente diplomatiquement, cela dit Israel également, car la petite démocratie du Moyen Orient sait très bien que Vlad’ peut les écraser en 1 semaine. Mais ne soyons pas dupes, en étant autant allié à la Syrie et à l’Iran, la Russie ne peut être un réel protecteur de l’Etat voyou d’Israel dont les pratiques sont aux antipodes des valeurs actuelles Russes.


    • Alfred Le 31 décembre 2016 à 13h20
      Afficher/Masquer

      Merci de donner les clous pour clouer le cercueil de Mediapart : avec l’avantage d’avoir un budget et des journalistes Mediapart n’a aucune excuse pour se “””” tromper””””” à ce point et être aussi peu subtilement partial. C’est carrément de l’incompétence dans la propagande…
      (Si vous aviez suivi le film vous sauriez qu’aucun journaliste indépendant n’a survécu à Alep Est et que c’était une stratégie des gentils rebelles).


      • tepavac Le 02 janvier 2017 à 02h28
        Afficher/Masquer

        OUI 16 journaliste en sont mort et une dizaine d’autres ont été kidnapper contre rançon.


    • lon Le 31 décembre 2016 à 13h53
      Afficher/Masquer

      Bien sûr la Russie défend ses intérêts , comme les US, comme Israël, comme la Chine , etc..

      Mais la vraie question que vous devriez vous poser est comment l’Union Européenne défend les siens propres et surtout si elle est capable de les identifier .


    • Subotai Le 01 janvier 2017 à 04h55
      Afficher/Masquer

      Non!
      Je ne suis pas les “Occidentaux”, je suis français; et la France ne défend pas mes intérêts mais ceux des États Unis d’Amérique. Demandez aux soldats français revenant du front pour qui ils se sont battus?
      Je veux un Gouvernement et des dirigeants qui défendent mes intérêts en tant que Français.


      • tepavac Le 02 janvier 2017 à 02h38
        Afficher/Masquer

        Exactement Subotaî, merci de l’avoir clairement dit. on en a souper des traitres qui passent leur temps à dépouiller ce pays et de constamment essayer de lui enlever son honneur et sa fierté.


    • arkantz Le 01 janvier 2017 à 16h50
      Afficher/Masquer

      Quand on n’a ni proches ni famille ni attaché en Syrie, on a beau être journaliste sur le terrain. On ns connaît rien à la Syrie et au Proche-Orient. Je fais plus confiance à un Chaliand qu’à un Henin. Le premier a une vraie connaissance du Proche-Orient, l’autre est un nain. Nous avons perdu des proches en Syrie par la main de Daech. Ils ne voyaient pas les Assad comme des ennemis mais des gardiens des minorités. Daech est un avatar de l’Occident, parrainé par les Wahabites du Golfe, qui veulent effacer toute trace hellénistique, romaine et chrétienne de la région pour y instaurer la charia, avec la bénédiction des USA et de son grand Manitou.


    • tepavac Le 02 janvier 2017 à 02h11
      Afficher/Masquer

      “Des journalistes qui n’ont jamais mis les pieds en Syrie… OK… Mais Swank, il y est allé, il peut nous faire part de son témoignage ”

      votre attitude dépasse l’entendement, vous intervenez sur la lettre ouverte de Swank qui précisément prend à partie médiapart pour la mauvaise foi du médias et vous dites que Swank devrait témoigner alors qu’il le fait !!!

      Par ailleurs vous faites de l’amalgame en tentant de juxtaposer le “mondialisme” avec les relation économiques ou diplomatique.
      Et bien il vrais, des pays crées des partenariats avec d’autres pays. vous vous sentez en danger, vous voulez combattre ces relations qui vous effraient et c’est pourquoi vous venez içi sur ce blog???
      et pas seul semble t-il au regard de ce que j’ai pu lire içi et là.


  22. pratclif Le 31 décembre 2016 à 11h25
    Afficher/Masquer

    20 mediapart Olivier?… mais “LES CRISES” c’est 40 mediapart. Merci pour tout. Vous dites “un psychodrame qui aide à réfléchir sur l’information et les médias” et “il ne faut jamais se fier à une seule source pour s’informer, bien au contraire”. J’ajouterai “comment et avec quels experts les États définissent leur politique étrangère”. Concernant les 2 premières réflexions, je contribue modestement à ma manière .. Voir mon fil rss sur la Syrie http://bit.ly/2hCp68a


  23. greg Le 31 décembre 2016 à 11h46
    Afficher/Masquer

    Pas un seul mot d’Edwy Plenel sur le fond de l’affaire (le traitement partiel de l’info sur la Syrie). D’ou lui vient sa tirade sur Mélenchon, si ce n’est pour changer de sujet ?

    Une telle mauvaise fois de la part d’un journaliste “sérieux” renvoi aux doutes “sérieux” aussi que l’on peut avoir sur l’indépendance des médias français, leur esprit de corps et la façon dont ils peuvent être eux mêmes manipulés.


    • Grégory Le 01 janvier 2017 à 00h50
      Afficher/Masquer

      En ce qui me concerne ça fait longtemps que je n’ai plus aucun doute…


  24. Tonton Poupou Le 31 décembre 2016 à 11h54
    Afficher/Masquer

    « Sommes nous des atlantistes ? » Eh bien OUI. Médiapart vous êtes des atlantistes. La preuve en est dès son introduction quand le directeur éditorial se prend d’entrée les pieds dans le tapis et nous assène un dogme de la doxa atlantiste : « ….. en 2008, la guerre “déclenchée” par la Russie en Géorgie……. » !??????? Ce brave directeur ferait bien de retourner réviser la chronologie des événements militaires et il aurait ainsi l’occasion de s’apercevoir que la guerre fût « déclenchée » par la ………. Géorgie.
    Personnellement je n’ai pas continué à perdre mon temps à écouter la suite. L’introduction m’ayant suffisamment éclairée sur le Monsieur.


  25. Catalina Le 31 décembre 2016 à 11h54
    Afficher/Masquer

    personnellement je n’ai plus aucun doute sur eux, ils nous désinforment et tentent de nous manipuler. point.


  26. med Le 31 décembre 2016 à 12h10
    Afficher/Masquer

    Je comprend pas pourquoi mon précédent message a été supprimé ?

    Le fait de rapporter l’histoire d’un article de blog dans les commentaires est un blasphème. ? C’est pourtant bien le thème de l’article, non ?

    Je recommence donc :

    “Mélenchon et ses insoumis ressuscitent le stalinisme?”
    https://blogs.mediapart.fr/alexandre-raguet/blog/271216/melenchon-et-ses-insoumis-ressuscitent-le-stalinisme

    Cet article de blog d’un certain Alexandre Raguet travaillant pour Mediapart mais aussi membre du NPA a mis le feu au poudre dans les commentaires. Plus de 400 commentaires
    Je comprend vraiment pas cette soit-disant gauche qui a enfin un candidat qui tient la route et qui a toutes les chances de faire un score jamais vu a la présidentielle, que toute cette mouvance lui tombe dessus.
    Le bon coté de la chose c’est qu’on voit les masques tombés, et on peut vraiment voir ou se situe la vraie gauche..


    • Claude Le 31 décembre 2016 à 21h00
      Afficher/Masquer

      Je viens de lire les commentaires de cet article du club mis en une de mediapart, où l’on apprend que l’auteur Alexandre Raguet, membre du npa, est un des modérateurs de mediapart.

      Or dans les fils de mediapart, un troll au service du npa agresse les autres commentateurs qui sortent de la ligne otan. Il pourri les fils, insulte en toute impunité, sans jamais être dépublié.

      Nous en avons désormais l’explication. Très instructif…

      N’oublions pas qu’en 2007, sous prétexte d’être très à gauche, ce parti a contribué à l’élection du très atlantiste ultra-droite Nicolas Sarkosy qui nous a fait rentrer dans l’otan.

      Les masques tombent …


    • step Le 01 janvier 2017 à 19h38
      Afficher/Masquer

      une partie de la gauche protestataire tiens à le rester. L’angoisse de la note après avoir eu le pouvoir, vous savez….


  27. Mr K. Le 31 décembre 2016 à 12h34
    Afficher/Masquer

    L’Empire, les terrains de jeux nationaux il s’en fout tant que le cadre global n’est pas remis en question.

    Médiapart est bon dans des enquêtes relevant du national, d’accord. Et alors, cela change quoi au niveau de la marche globale? Pas grand chose.

    Médiapart est un des garde-fous inflexible du cadre global : Impérialisme américain, OTAN, Union Européenne.

    De manière récurrente Médiapart est le siège de mini-drames opposant des lecteurs et la rédaction, concernant l’international.

    C’est le symptôme que la situation est verrouillée. La rédaction de Médiapart n’a visiblement aucune marge de manœuvre. Critiquer les fondements de l’Empire : impossible.

    Alors, ligne obligatoire imposée par les bailleurs de fonds ou (non exclusif) Edwy Plenel agent de l’étranger, peu importe.

    Patrick, désabonné de Médiapart à partir du conflit Libyen. A bas l’Empire!


  28. sassy2 Le 31 décembre 2016 à 12h55
    Afficher/Masquer

    Edwy Plenel semble bien détesté par 80%(?) de la classe politique.
    On lui reprocherait une sélectivité dans ses scoops, d’avoir des fiches sur tout le monde etc…

    Qu’il réponde à swanck & 80% d'”anti taux d’assentiment” c’est deja une bonne chose 😉

    De toute façon, n’en déplaise à mediapart, sur la Syrie je pense que 75% des français ne se font plus aucune illusion lol


    • sassy2 Le 31 décembre 2016 à 12h58
      Afficher/Masquer

      vous remarquerez que mes arguments se tiennent ou sont robustes car ils ne s’appliquent pas avec BHL, car BHL est un publiciste de la classe politique


    • denis auroux Le 31 décembre 2016 à 17h33
      Afficher/Masquer

      Ah bon, les “français” savent tous (au moins 75% d’après vous) où se situe la Syrie? Amusant… Et ils s’en préoccupent? Ah bon…
      Vous habitez en “Navarre”?


  29. Parano Le 31 décembre 2016 à 13h34
    Afficher/Masquer

    L’ennemi de mon ennemi est mon ami ?.
    Chez le trotskiste génétiquement anti-russe, il est de mise de soutenir la ligne US.
    Bien normalement, l’idéologie du trotskiste est mise à profit par des tiers qui l’utilisent pour en faire un allié conscient (agent) ou pas (idiot utile).
    De rebelle (au stalinisme soviétique totalitaire) à traitre (à la patrie), la ligne est mince…
    Idiot ou pas…?


    • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 13h40
      Afficher/Masquer

      Puisque vous posez la question, voici ma réponse : complètement idiot !!!


      • Parano Le 31 décembre 2016 à 13h53
        Afficher/Masquer

        Le boss serait complètement idiot ?


        • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 13h58
          Afficher/Masquer

          Je parlais de vous et de votre stupide réflexion sur le trotskisme… Comme je vous vois venir, je tiens à vous préciser que je ne suis pas bolchévique, donc trotskiste, mais plutôt du côté du communisme de conseils, du situationnisme. CQFD.


          • Lysbeth Levy Le 31 décembre 2016 à 16h08
            Afficher/Masquer

            Malheureusement la CIA par le biais de Irvin Brown et l’AFL a fait une OPA sur les partis trotskistes aveuglés par leur anti-stalinisme virulent et permettre de regler le compte du PC sorti grand vainqueur de la der des der : article de Bakchich qui explique le rôle de la CIA a travers le livre de frédéric Charpier “la CIA et la France 60 ans d’ingérence”
            http://www.forum-unite-communiste.org/forum_posts.asp?TID=494
            “”1967. Paris est en ébullition. La guerre du Vietnam attise la contestation et l’activisme anti-américain. La CIA craint les mouvements « anti-impérialistes » qu’elle connaît mal. Pour y voir plus clair, elle demande l’aide des services français. Avec leur appui, ses agents se font passer pour des journalistes d’une radio américaine, Radio Liberty, dont le bureau parisien est codirigée par un des leurs, Robert Ehlers. .
            « Pour la CIA et les services français, Paris pourrait être devenu une plaque-tournante des mouvements anti-impérialistes, d’où leur volonté de mieux les connaître. D’autant que ces dernières années, de nouvelles têtes sont apparues dans les état-majors des groupuscules


          • Alfred Le 31 décembre 2016 à 16h46
            Afficher/Masquer

            C’est marrant ça. Vous faites bien de préciser que vous êtes “innocent” du “crime” de trotskisme ou de traîtrise.


            • Lysbeth Levy Le 01 janvier 2017 à 13h13
              Afficher/Masquer

              Oh mince alors j’ai trouvé comment on devient anti-communiste de père en fils page 65 a travers le cas Henry Mailly père et 4 ème générétion plus tard Jean Claude Mailly qui a pris la direction de FO à la suite de Blondel très intéressant : http://www.morinie.com/Oreiller_2.pdf Autrefois les fils marchaient sur les traces de leur pères.
              En plus quelques rares photos d’Irvin Brown éminence grise de tout un pan de l’histoire “syndicale” française mais anti-communiste;


  30. lon Le 31 décembre 2016 à 13h57
    Afficher/Masquer

    en version arabe , c’est bien cela le problème pour l’autre version …


  31. Jack Le 31 décembre 2016 à 14h18
    Afficher/Masquer

    Mon seul problème avec Mediapart est Plenel, ce qu’il a fait à Denis Robert est impardonnable. Pour le reste, je remercie ce journal de donner une voix aux kurdes de Syrie et de Turquie. Ils sont bien les seuls à le faire en France, sauf que ça tous les “Swank” de cette terre s’en foutent tellement ils sont occupés a essayer de justifier l’injustifiable, leur soutien aveugle a un régime qui deviendrait fréquentable sous prétexte que ceux d’en face sont pires…


    • Alfred Le 01 janvier 2017 à 21h07
      Afficher/Masquer

      Mediapart n’est pas le seul à donner la parole aux kurdes syriens et ce d’autant moins que les kurdes sont la seule carte non pipee du jeu américain en Syrie. Ce kurdes la sont très mainstream-friendly (sexy comme une combattante kurde chez Marie-claire). Pour ce qui des kurdes de Turquie c’est un peu comme les yemmenites: personne ne cherche vraiement à savoir combien sont restés sous les décombres. Faut pas pousser.


  32. Dizalch Le 31 décembre 2016 à 14h59
    Afficher/Masquer

    Je suis effaré de voir cette gué-guerre entre les “extrêmes gauche”… comme si seuls “eux” étaient les défenseurs des “Droits de l’Homme”… Messieurs, svp, halte au sktech et à la propagande de vos partis… merci pour ceux qui s’en moquent… La défense des droits de l’homme et des citoyens, de la non ingérence, etc. “n’a pas de parti”… et n’est certainement pas l’a-panache d’une quelconque extrême gauche… CQFD comme vous dites…

    Sinon, très bon papier de J. Bricmont, que M. Plenel devrait lire:
    https://francais.rt.com/opinions/31480-lettre-ouverte-defenseurs-droits-homme-alep

    Bonne journée et bon réveillons à toutes et tous,


  33. Véronique HURTADO Le 31 décembre 2016 à 15h06
    Afficher/Masquer

    Ayant tenu un blog syndical sur MEDIAPART, avec obligation de rester discret sur l’appartenance syndicale tout en la marquant, puisque le blog servait au syndicat local, ce qui fut assez compliqué,

    je peux affirmer preuves à l’appui que MEDIAPART se contrefiche comme de l’an quarante et de sa première chemise des actes de racisme et de discrimination syndicale dans la PN.

    Pire, MEDIAPART renseigne directement le ministre de l’intérieur, valet du pouvoir, grâce aux bloggers qui se livrent en toute confiance, en échange de scoops qui sont les récompenses de sa féodale servitude.

    J’ai été syndicaliste dans la PN et les juges d’instruction admettent et même protestent contre cette instrumentalisation de la justice qui leur pose problème autant qu’aux policiers qui enquêtent.

    Ils en ont marre du “chevalier blanc” qui se précipite au Palais de Justice ou à la Brigade de Répression des Fraudes pour “donner” le nom des bloggers trop actifs, même s’ils sont sous pseudo et lanceurs d’alerte, voir l’affaire “La Fouine” sur MEDIAPART, lanceur d’alerte de Tracfin qui a été révoqué professionnellement tout comme moi.


    • Lysbeth Levy Le 01 janvier 2017 à 12h10
      Afficher/Masquer

      Rien d’étonnant au fait, je me suis demandée même si c’était pas l’inverse : le Ministère de l’intérieur qui commandait à Médiapart de révéler une “enquête” ou même une “fuite” après tout les médias servent à manipuler l’opinion et ceci en est une excellente manière. En tout cas aux Usa c’est fréquent alors la France copiant son mentor je vois pas pourquoi elle se gènerait quand c’est pour une “bonne cause” ..


  34. Tig Le 31 décembre 2016 à 15h06
    Afficher/Masquer

    Lémédias rue89, mediapart, arrêt sur images, il ne se passe pas une journée sans que je me félicite de m’en être éloigné et désabonné.

    Comme Olivier le préconise, j’y retourne, pour voir, un peu craintif d’y retrouver le bêlement de la doxa. Et je ne suis jamais déçu.

    Mais les internets sont vastes et les sources d’information multiples.

    Merci aux autres!


  35. Véronique HURTADO Le 31 décembre 2016 à 15h08
    Afficher/Masquer

    MEDIAPART a été rendu destinataire de tous les câbles, mails et dépêches envoyés par Julian ASSANGE dans l’affaire du Wikileaks.

    Les journalistes de MEDIAPART n’ont rien exploité contre le pouvoir en place.
    Et encore moins au plan international.
    Voilà.

    MEDIAPART avait alors créé un “frenchleaks” dont l’exploitation s’est révélée décevante, sinon dangereuse pour les lanceurs d’alerte.

    Il faut être aveugle et sourd pour ne pas comprendre que MEDIAPART a été créé pour aider un pouvoir politique confronté à une vague de “désinformation” à cause des z’affreux complotistes qui racontent n’importe quoi.

    MEDIAPART a avancé “masqué” sur la base d’une bonne idée, le Club MEDIAPART, mais dans un but évident de “manipulation”.
    Et dans ce rôle-là, ils n’ont tien à envier à Vladimir POUTINE.


  36. Lysbeth Levy Le 31 décembre 2016 à 15h09
    Afficher/Masquer

    Excellent article de Mr Swank ! Pour connaitre Mr Plenel si vous pouviez tomber sur le livre de PIERRE PEAN sur “la face cachée du Monde” a la bibliothèque ou bouquiniste il explique bien des choses sur ce journaliste et le “journal en question” a la dérive..après Djorge Kuzmanvic et Bruno Guigue, Jean Bricmont il est temps de tourner la page du “mensonge médiatique” qui trempe sa plume plus dans “le sang” de ces nombreuses victimes que dans l’encre !..


  37. Véronique HURTADO Le 31 décembre 2016 à 15h17
    Afficher/Masquer

    Le plus grave sont les manipulations intervenant sur les blogs des contributeurs.
    Supprimer un article, sans avertissement préalable, et donc sans respecter la charte de MEDIAPART, est une constante qui revient dans toutes les doléances des abonnés.

    Mais en droit de la presse, au moins il ne peut pas y avoir de plainte de qui que ce soit puisque l’article n’existe plus.

    Par contre ne pas pouvoir supprimer le commentaire injurieux ou diffamatoire d’un autre contributeur peut vous valoir une condamnation en droit de la presse. Or il n’est pas possible au blogger de supprimer les commentaires qui ne sont pas les siens.

    Je connais des bloggers qui ont été condamnés sans pouvoir obtenir de MEDIAPART que le commentaire de l’autre contributeur soit supprimé AU NOM DE LA LIBERTE D’EXPRESSION.
    Est-ce encore le cas ?


  38. Véronique HURTADO Le 31 décembre 2016 à 15h25
    Afficher/Masquer

    Enfin, en tant que lanceur d’alertes, j’alerte sur le fait que MEDIAPART peut être très “serviable” avec le ministre de l’intérieur, au point d’arranger la vérité ou de changer la date de publication d’un article.

    J’ai fait établir trois constats d’huissier pour établir ces manipulations.
    Ma condamnation a été “cassée” par la Cour de Cassation, sans renvoi devant un autre tribunal.
    Mais je ne dois pas cette victoire au sens de la justice du Chevalier blanc Edwy PLENEL.

    Donc faites très attention quand vous écrivez des articles sur MEDIAPART. Vous, vous ne pouvez pas changer la date de votre article, supprimer les commentaires d’un autre blogger ou faire réapparaître à la même date de publication un article que vous aviez supprimé suite à une demande.
    Mais MEDIAPART le peut.


  39. Dahool Le 31 décembre 2016 à 15h48
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    C’est l’international qui décide du national. Globalement, la France n’est rien mais elle est essentielle au bon fonctionnement du projet occidental.

    Je m’explique par l’intermédiaire de l’exemple médiapart.

    La crédibilité de ce site provient uniquement de ses réelles révélations de notre politique intérieure. Tant qu’elles ne font pas de mal au projet global, les sacrifices sont autorisés. Nos élites politiques ne sont rien, elles ne sont qu’utiles et remplaçables.
    Vous croyez que l’international connaît cahuzac ?

    Médiapart comme les médias dominants sont les porte parole du monde civilisé, l’AFP donnant le ton général. Notre théâtre intérieur n’a pour but que de nous détourner de l’évolution de ce projet.

    Les lecteurs d’OB sont conscients que la méthode de domination employée par l’occident n’est pas compatible avec des convictions humanistes et démocratiques, il ne faudrait pas que nous soyons trop nombreux à le comprendre.
    Les chiens de garde veillent à ce que ça n’arrive pas.


    • viriato Le 31 décembre 2016 à 16h28
      Afficher/Masquer

      D’accord avec vous. Et je rajoute que ce que vous écrivez à propos de Médiapart est également valable pour Mariane. Quant à l’AFP, elle n’est que le porte-voix français de Reuters. Il suffit de suivre les deux fils sur une même zone pour s’en convaincre.


  40. petitjean Le 31 décembre 2016 à 15h52
    Afficher/Masquer

    naïveté ou ignorance ?

    les deux peut être

    comment faire confiance aux partisans du “nouvel ordre mondial” qui sévissent dans tous les médias ? “l’immonde”, comme disait De Gaulle, a toujours roulé contre la nation, contre la France

    Médiapart n’est pas pire que Libé, le Nouvel Obs, l’Express, et tous les autres. Tous sont des organes de propagande au service du “nouvel ordre mondial”

    pour mesurer à quel point nous sommes TRAHIS par les journalistes il suffit de relire leur Charte :

    http://snj.fr/node/19
    http://snj.fr/sites/default/files/documents/Charte2011-SNJ.pdf

    Ajoutons que tous ces organes de propagande sont largement subventionnés. En d’autre terme nous payons, malgré nous, pour être intoxiqués !
    A noter aussi que la majorité des peuples s’abreuvent à ces “sources” empoisonnées………. qui les désarment intellectuellement

    ILS sont très forts…………………………….


  41. reneegate Le 31 décembre 2016 à 16h33
    Afficher/Masquer

    En vous lisant et pour finir chronologiquement avec cette réponse très professionnelle Plenel aura du mal à plaider son indépendance journalistique. Les évènements en Ukraine ont été traités avec le même engagement et toujours … du “bon” côté. Il n’y a pas d’exception à ces règles là (Cote d’Ivoire, ….). Pour ma part, j’ai arrêté de subventionner un média de plus. Car plenel sait faire sonner les sirènes, mais comment justifier de telles prises de position. Sa réponse n’est évidemment pas suffisante pour me convaincre de (re)devenir un de leurs abonnés. Je n’ai pas votre philosophie, car cette part d’ombre m’inquiète et rend ce personnage bien plus dangereux que vous ne le considérez. Le ton de sa réponse (sèche, dure, avec toutes les ficelles) prouve que le sujet est sensible. Méfions nous de tels “amis”. Quel est son dessein? Ce n’est pas de faire plonger Sarkosy ça au moins c’est clair.


  42. HERE Le 31 décembre 2016 à 17h03
    Afficher/Masquer

    Merci à tous!
    Ce billet et les commentaires ont été ce que j’ai pu lire de mieux en cette année 2016 qui se termine enfin!!
    Bon courage et bonne santé à tous pour la nouvelle qui démarre tout à l’heure.


  43. petitjean Le 31 décembre 2016 à 17h35
    Afficher/Masquer

    “droite” et “gauche”………quelle est la différence ?

    depuis des décennies ils alternent au pouvoir…………… pour faire, sur le fond, la même politique !

    la politique ne se jugeant que sur ses résultats, il est facile d’en faire le bilan

    Il faut en finir avec ce faux bi-partisme qui ne sert qu’à tromper le peuple

    la ligne de fracture idéologique, politique, est entre les européiste-mondialistes et les souverainiste-identitaires

    hélas la majorité des français ne l’a pas encore compris.


    • Pierre France Le 31 décembre 2016 à 17h37
      Afficher/Masquer

      Droite-gauche quelle différence ? Eh bien allez vivre au Brésil aujourd’hui et vous verrez ce qu’est un vrai régime de droite ultralibérale et autoritaire. Vous aurez là l’exemple parfait dont peu de monde parle. Je cite le Brésil parce que contrairement à la Russie ou à la Syrie, on vous permettra de vous y installer.


      • petitjean Le 01 janvier 2017 à 10h56
        Afficher/Masquer

        restons en France

        vous conviendrez que la “droite” et la “gauche” alternent au pouvoir depuis des décennies. Faites donc le bilan objectif de ces différents mandats

        Depuis des décennies :
        – les déficits et la dette augmentent
        -les impôts et les taxes augmentent
        -le chômage augmente
        -la précarité augmente
        -l’immigration augmente
        -la criminalité augmente
        -l’illettrisme augmente
        -le poids de l’état augmente
        -les libertés individuelles reculent

        etc…….

        tout ça pour dire que cette “droite” ET cette “gauche” mettent en œuvre le même projet, emmènent les français dans une direction qu’ils n’ont pas choisi.


        • TAVUSSA Le 03 janvier 2017 à 03h36
          Afficher/Masquer

          et aussi ce qui augmentent -les profits des multinationales, les rémunérations et bonus des dirigeants, les multimillionnaires, et les grands patrimoines….etc


      • Lysbeth Levy Le 01 janvier 2017 à 10h57
        Afficher/Masquer

        Oh Pierre France, essayez aussi les Usa ! Et pour information sur l’Irak voici l’avis d’un irakien sur la criminelle agression de son pays par ce “si grand pays” “si démocratique” : https://francais.rt.com/opinions/31562-vengeance-petrole-guerre-irak-solution-eviter-instaurer-democratie Ou l’on voit que cette guerre menée “au nom du Bien” avec “moults mensonges” sur “le dictateur qui tue son propre peuple” ou le gaze, était le modèle du genre ensuite pour la Lybie et la Syrie. Ils ont beau enrober leur storystelling des mots “humanitaire”, “sauver le peuple”, “installer la démocratie” “la liberté” le but ultime est bien commerciale ou mafieux et là on parle de souveraineté (le mot qui fait blêmir les internationalistes !) et bien d’autres choses;
        https://francais.rt.com/opinions/31551-etats-unis-meprise-droit-international-souverainete-irakienne je recommande ces deux articles.


  44. Astrolabe Le 31 décembre 2016 à 18h51
    Afficher/Masquer

    Avec Plenel, on commencerait à se demander si finalement Allende n’avait pas fait plein de conneries, justifiant Pinochet, ou si la République espagnole était bien irréprochable et si finalement il ne fallait pas “comprendre” Franco, etc, etc. J’en passe, et des meilleures (Rappelons-nous “Je ne dis pas que vous mentez, je dis que je ne vous crois pas !”. Pauvre Médiapart. Mais il n’est pas le seul et même le Monde diplo a sorti depuis 2014 des articles sur l’Ukraine et sur la Syrie où les faux-derches ont une bonne place.
    Bonne année à tous, et à Olivier et son équipe d’abord pour tout le travail formidable qui est fait ici.


  45. Spartel Le 31 décembre 2016 à 18h53
    Afficher/Masquer

    De fortes erreurs stratégiques ont été commises par les néocons. Seul Poutine a compris qu’il avait alors une carte à jouer pour un retour au P.O.
    De là à faire de Poutine le phare de la pensée et de la politique alors qu’il organise une alliance de toutes les extrêmes droites contre la démocratie affaiblie aussi bien française qu’européenne. Le projet de Poutine et des Russes est bien l’Europe, c’est-à-dire découpler l’Europe des Etats Unis. Cela passe par deux possibilités :
    Soit par l’arrivée du FN en France qui devra son ancrage grâce aux financements russes
    Soit par l’extrême droite allemande qui se nourrit de la question des migrants qui résulte de la folie de l’OTAN en Méditerranée du Sud et au Proche Orient.
    Le danger est là, l’émergence d’Etats autoritaires et totalitaires en Europe sous obédience russe ( délà la Hongrie et la Pologne, sans compter l’Ukraine).
    Les russes nous ont déjà fatigués au XXème en instaurant un communisme de camps de concentration. J’ai l’intime conviction qu’XXIème siècle, ils vont nous fatiguer avec leur nationalisme poudré de vodka et d’orthodoxie.
    Maintenant Swank nous fatigue aussi ; il avait déjà obtenu une réponse de Plenel


    • petitjean Le 01 janvier 2017 à 11h06
      Afficher/Masquer

      “’émergence d’Etats autoritaires”

      pensez vous que la France soit encore une démocratie ? sérieusement ?

      pour vous qu’est-ce qu’une démocratie ?

      pour mémoire:

      -la démocratie en France est morte quand Sarkozy et Fillon ont bafoué le vote des français qui avaient dit, par référendum, NON au projet de constitution européenne. Sarkozy et Fillon ont fait adopter ce projet par les parlements réunis en congrès
      Ce qui veut dire que la représentation parlementaire a trahi le vote du peuple.

      -j’ajoute qu’il n’y a pas non plus de démocratie quand la liberté d’expression n’est pas totale, quand le pluralisme politique n’est pas respecté et quand les médias ne sont plus que des organes de propagande.


    • lon Le 01 janvier 2017 à 15h14
      Afficher/Masquer

      C’est cela oui, l’arrivée du FN provoquera le découplage de l’Europe des US…vous donnez bien trop de pouvoir à ce parti qui n’en mérite pas tant et qui n’arrête pas de donner des gages d’atlantico-compatibilité . MLP à la présidence ce sera business as usual .

      Votre post est au niveau de basse propagande . le seul mérite que je lui accorde est de constater qu’effectivement , l’Europe est “acouplée” aux US .


  46. Noone Le 31 décembre 2016 à 19h36
    Afficher/Masquer

    Les trotskystes font les meilleurs néo-cons.


    • Spartel Le 02 janvier 2017 à 11h36
      Afficher/Masquer

      Les troskars sont simplement des c…s.
      Nous le savions dans notre jeunesse.
      Les c…s, c’est à cela qu’on les reconnait :
      “adultes”, de l’extrême gauche, ils passent au PS, devenant les apparatchiks professionnels de la politique et surtout de leurs intérêts persos. Surtout ne pas se lever la matin pour aller au boulot.
      Des noms…Trop nombreux.
      “adultes, de l’extrême droite, ils passent aux partis de droite UMP, LR, devenant les apparatchiks professionnels de la politique et surtout de leurs intérêts persos. Surtout ne pas se lever la matin pour aller au boulot.
      Des noms…Trop nombreux.
      Il faut le faire ; nous sommes la seule démocratie au monde dans laquelle les politiques n’ont pas franchement d’expérience démocratique, d’échanges et de débats ; ce sont tous des fous-furieux de la politique, n’écoutent pas, savent tout, balaient tout sur le passage, se prennent pour des sauveurs.
      Comme ils ont tous têtés de l’autoritarisme voire du totalitarisme dans leur jeunesse, dès lors, ils se prennent pour Dieu ou pour le génie des Alpages.


  47. jef Le 01 janvier 2017 à 05h25
    Afficher/Masquer

    OB nous la joue malin et malin et demi. Dans ce jeu, il remporte la mise. D’office! Qui imagine ici que Plenel puisse, en toute confraternité, soutenir ce blog?


  48. Larousse Le 01 janvier 2017 à 11h05
    Afficher/Masquer

    Socrate : “Tout que je sais , c’est que je ne sais rien” cet adage, maxime ou rappel à la modestie, au sens du recul est malheureusement oublié par nombre d’entre nous.
    La propension des Français est d’être des “donneurs de leçons” et surtout dans les médias. Que faut-il penser lorsqu’on est dans les médias mainstream? Que cette propension est immense.
    Elle est malheureusement aussi dangereuse, fait des victimes directement ou indirectement.
    J’en profite pour dire mon sentiment de scandale aussi pour l’émission du 31 décembre de C dans l’air les-crises devrait en faire une “exégèse”… Parmi les paroles prononcées celle de Boniface “Trump sera un mauvais président” C’est plié, retenez… Et pire le consensus des interlocuteurs pour dire aux Européens vous devez accepter l’arrivée massive des migrants… l’Afrique va exploser par sa croissance de populations, le brassage des populations est inéluctable (tout juste s’ils ne disaient pas nécessaire Alleluia !!!) et juste un petit bémol sur la nécessité de développer ce continent.
    Je refuse cette perspective démographique -autant se suicider en Europe ???


  49. David D Le 01 janvier 2017 à 13h00
    Afficher/Masquer

    Il me semble assez évident que Mediapart a une cécité volontaire et dans de telles conditions une quelconque reconnaissance est impossible. Pourquoi dire merci d’être prévenu sur tels scandales, tels dégâts (à supposer que le fait d’être informé permette d’agir correctement et efficacement),si le discours est orienté, mensonger ou à côté de la plaque sur l’essentiel et les intérêts des gens ? On préfère un monde où les sources d’information sont fiables, mais pas seulement fiables dans l’info, fiables dans l’éthique.


  50. UltraLucide Le 01 janvier 2017 à 14h25
    Afficher/Masquer

    Conscients ou manipulés, les trotskystes et la nouvelle gauche ont depuis six ou sept décennies constamment agi dans le sens des intérêts de l’Amérique et contre ceux de la France.
    Il est grand temps de déboulonner les statues de Rocard et autres “phares de la pensée de gauche”.



Charte de modérations des commentaires