Les Crises Les Crises
3.janvier.20173.1.2017 // Les Crises

Propaganda, par Michel Onfray

Merci 37
J'envoie

b_1_q_0_p_0

La presse n’est pas libre, ne l’a jamais été et ne le sera jamais : elle est subjective, idéologique et de parti pris. Elle défend une ligne qui est le Bien, puis elle attaque tout ce qui n’est pas cette ligne et le transforme en Mal.

Il existe une presse qui abat les cartes et fait savoir qu’elle est militante : par exemple, à gauche, L’Humanité ou Politis et Rivarol ou Présent à l’extrême-droite, la vraie – celle qui a des trémolos dans la voix quand elle parle de Vichy, de Pétain, de l’Algérie française et de l’OAS. C’est aussi celle qui a le verbe haineux quand elle parle des Juifs. Comme dans le missel pour le catholique, on sait qu’en la lisant on se retrouvera chez soi : une nostalgie de Robespierre et de son gouvernement révolutionnaire bien affilé chez les premiers, un regret de Bastien Thiry et de son projet de tuer l’homme du 18 juin chez les seconds. Cette presse dit sa vérité, elle prétend toujours qu’il s’agit de la vérité, mais, finalement c’est la vérité de la tribu et rien d’autre. Or une vérité de tribu est une opinion.

Cette presse d’opinion a le mérite de ne pas avancer masquée. On sait qui elle est. Ce qui n’est pas le cas de la presque totalité des autres titres de la presse d’information qui ajoute la dissimulation au parti-pris. De droite comme de gauche, elles font toutes la propagande de l’idéologie dominante en prétendant dire le vrai sous couvert de compétence économique : celle de l’Europe libérale.

Cette Europe organise autocratiquement le libéralisme, un comble en même temps qu’un paradoxe, de façon à ce que les marchés (la fameuse « concurrence libre et non faussée »…) décident pour le peuple de son destin. Depuis Maastricht, cette idéologie est à la France ce que le marxisme-léninisme était à l’Union soviétique : l’unique horizon indépassable pour réaliser l’avenir radieux et son homme nouveau – bobo, cosmopolite, polyglotte, nomade, riche, consumériste.

Quiconque refuse ce programme passe dans cette presse libérale pour un lepéniste haineux, un nationaliste belliciste, un monolingue limité, un provincial demeuré, un salaud de pauvre sous-diplômé.

Ce faisant, en méprisant quiconque ne pense pas comme elle à longueur de colonnes, cette presse engrosse le parti de Marine Le Pen dont le bureau de recrutement ne désemplit pas. En même temps, elle se fait haïr par ceux qui ne l’achètent plus car ils sont de moins en moins dupes de sa propagande.

La presse est un pouvoir sans contre-pouvoir. Du moins sans autre contre-pouvoir que les réseaux sociaux qui s’avèrent hélas trop souvent des réseaux asociaux dans lesquels, anonymat et pseudonymes aidant, on trouve le meilleur et le pire.

Pourquoi la presse majoritaire est-elle libérale bien qu’elle touche 400 millions par an d’aides de L’Etat (chiffre de 2013, détail édifiant dans : « Les aides de l’État à la presse écrite » , La Cour des comptes,‎ 18 septembre 2013) – aides sans lesquelles elle ne pourrait pas vivre ?

Parce que l’argent fait la loi ; l’argent, donc les annonceurs. Le contribuable finance Libération ou Le Figaro et n’a rien à dire ; mais l’annonceur n’investit que dans la mesure où il s’assure d’un retour sur investissement. Il lui faut donc un support qui offre du temps de cerveau disponible.

Avec nombre de titres, le cerveau est disponible. Très disponible. Pas besoin de cortex, le cerveau reptilien suffit : oui / non, bien / mal, beau / laid, droite / gauche. Comme à la caserne. Ceux qui ne marchent au pas ? La raclée… La presse étant une juridiction d’exception, les passages à tabac médiatiques sont classés sans suite. Raison d’Etat, police des moeurs, secret défense…

©Michel Onfray, 2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Emmanuel CROMBEZ // 03.01.2017 à 02h11

Les réseaux sociaux, le web, les podcasts, les vidéos… Autant de moyen de s’exprimer aujourd’hui, vous le faite d’ailleurs ici, non ?

Vous regrettez le côté asocial des réseau sociaux… l’anonymat, les pseudonymes… Mais c’est aussi la liberté de s’exprimer que vous décrivez ! Dans ce monde où les réseaux sont surveillés par le pouvoir, les patrons, par tout le monde, le pseudonyme peut être le moyen de s’exprimer pour certains. Evidemment cela entraine des dérives… Mais il vaut mieux ces dérives que les médias que nous avons. Je préfère des propos grossiers, insultant, xénophobe, racistes, etc… aux fadaises des journalistes.

149 réactions et commentaires

  • Emmanuel CROMBEZ // 03.01.2017 à 02h11

    Les réseaux sociaux, le web, les podcasts, les vidéos… Autant de moyen de s’exprimer aujourd’hui, vous le faite d’ailleurs ici, non ?

    Vous regrettez le côté asocial des réseau sociaux… l’anonymat, les pseudonymes… Mais c’est aussi la liberté de s’exprimer que vous décrivez ! Dans ce monde où les réseaux sont surveillés par le pouvoir, les patrons, par tout le monde, le pseudonyme peut être le moyen de s’exprimer pour certains. Evidemment cela entraine des dérives… Mais il vaut mieux ces dérives que les médias que nous avons. Je préfère des propos grossiers, insultant, xénophobe, racistes, etc… aux fadaises des journalistes.

      +128

    Alerter
    • Pascalcs // 03.01.2017 à 09h23

      “La presse est un pouvoir sans contre-pouvoir. Du moins sans autre contre-pouvoir que les réseaux sociaux qui s’avèrent hélas trop souvent des réseaux asociaux dans lesquels, anonymat et pseudonymes aidant, on trouve le meilleur et le pire.”

      Vu l’énergie dépensée par l’establishment, en particulier outre-Atlantique, pour discréditer les réseaux sociaux tous pourvoyeurs de fausses infos, dès lors que ceux-ci ne reprennent pas l’Évangile mot pour mot, ce contre-pouvoir est loin d’être associal mais désormais pris très au sérieux, au point que des montagnes d’argent soient dépensées pour le contrôler sinon l’asservir. Depuis l’élection de Trump, les réseaux sociaux qui supportent des vues “divergentes” sont clairement devenus l’ennemi numéro 1 du moment.

        +67

      Alerter
    • Vieren // 03.01.2017 à 09h40

      Emmanuel, Onfray a écrit “les réseaux sociaux qui s’avèrent hélas trop souvent des réseaux asociaux” et non pas “les réseaux sociaux qui s’avèrent hélas toujours des réseaux asociaux”.
      Votre critique est donc une excellente illustration de ce que peut être la dérive d’un réseau social comme l’est ce blog : la binarisation des propos ( oui / non, bien / mal, beau / laid, droite / gauche)

        +37

      Alerter
      • Mélanippe // 03.01.2017 à 12h38

        De toute façon c’est Pierre Bergé qui pilote l’avion….. LGBT oblige… Mais peut^-être plus pour longtemps. Il hait Fillon. Cette année, c’est sûr, cela va chauffer dans les médias….

          +2

        Alerter
    • christian gedeon // 03.01.2017 à 10h38

      Sur le point de l’anonymat,je suis bien d’accord avec M. Onfray…vraiment pas fan des pseudos. Si on a quelque chose à dire,ce n’est pas mieux de le dire clairement? et ouvertement?la liberté d’expression,et la liberté tout court ne sont pas qu’une série de +.Elles sont aussi une série de risques,et de conséquences,du moins à mon sens.Quand Zola écrit le J’accuse,il ne signe pas chevreuil bondissant ou vierge effarouchée Il signe Zola. Quand le délégué syndical se bat dans on entreprise,il ne cache pas son nom et ne porte pas un masque d’invisibilité.Que ceux qui écrivent sous pseudo utilisent leur vrai nom…ils en retireront un grand soulagement,comme une respiration éthique.A pleins poumons. Je ne juge pas,loin de moi cette idée,les “pseudos”. Mais croyez moi,essayez…Cosmos que c’est bon! N’ayez pas peur…c’est ce qu’ils veulent,que vous ayez peur,que vous vous cachiez. Ne leur donnez pas ce plaisir!

        +21

      Alerter
      • John B // 03.01.2017 à 11h30

        L’avantage du pseudo c’est qu’elle met tout le monde au même niveau. Le commentaire d’un Mohamed ou d’un Jean-François est perçu, malheureusement, différemment suivant la tendance du site, de la nature de l’article ou autre.

        Le pseudo met tout le monde sur un même pied d’égalité, et on se fait une opinion du “pseudo” par rapport à ce qu’il exprime, sans préjugés. Un peu dans l’idée de l’uniforme à l’école.

        En mettant son vrai nom, on donne la possibilité aux personnes en face de faire des recherches sur soit. Est-ce que c’est important dans les diverses discutions en général ? Je ne pense pas.

        Sur internet il faut rester prudent, et pour moi le nom et prénom ne doivent être donné qu’à des personnes de confiances. Et tout le monde sait qu’il ne faut pas faire confiance à tout le monde, surtout sur internet.

        Mais libre à chacun de faire comme il le veut, c’est l’avantage d’internet.

          +58

        Alerter
      • Xavier // 03.01.2017 à 11h31

        J’entends vos arguments, sachez que pour m’être battu à chacun de mes postes dans la vie réelle, j’ai aussi expérimenté la sournoiserie qui me vaut un statut très précaire aujourd’hui.

        Le peu qu’il me reste et une certaine idée de ma fonction m’interdit d’exposer mon nom ici.
        De plus, les idées sont-elles plus intéressantes quand on sait qui les énonce ?

        Ne doit-on finalement pas autant se méfier de “l’inconscient sincère, ou pas” que du “conscient, manipulé ou non” ?

          +43

        Alerter
        • christian gedeon // 03.01.2017 à 11h47

          Cher Xavier…je respecte votre point de vue…,mais ne le partage pas. Il y a toujours un prix payer…pour tout.Je n’ai pas bien compris votre dernier paragraphe,certainement par ignorance.Toutefois,je persiste…la peur nous annihile…et la peur est ce qu’ils cherchent. pensez-y.

            +8

          Alerter
        • 13Atg // 04.01.2017 à 12h14

          Repensons à P. Even qui vient d’être radié de l’ordre des médecins. Vu son age et sa stature, il s’en fout.
          Mais s’il avait 30 ans ?
          N’importe quel médecin travaillant dans la recherche sait qu’Even a en grande partie raison. Et chacun sait aussi comment fonctionne l’Ordre des Médecins.
          Je souhaite bon courage aux Even de 30 ans qui ne se protègent pas un peu !

            +9

          Alerter
      • lon // 03.01.2017 à 13h55

        M Gedeon , vous êtes peut-être à la retraite et vos revenus ne dépendent pas de clients qui peut-être n’apprécieraient pas vos propos ” pro-russe” ou d’autres ?

          +19

        Alerter
        • christian gedeon // 03.01.2017 à 18h09

          Désolé,je ne suis pas à la retraite,et mes revenus dépendent de mon travail…quant à mes clients,ben ce sont mes clients…ils pensent ce qu’ils veulent,et moi aussi.

            +6

          Alerter
          • Boosterg // 04.01.2017 à 17h43

            L’anonymat permet aux sans dents d’exprimer leurs idées ou de révéler des faits en se protégeant. Car sans appui, sans argent pour payer des avocats vous pouvez vous retrouver sdf pour une idée différente trés rapidement. On dirait que vous faites partie du système car c’est eux qui ont intérêt à supprimer l’anonymat.

              +4

            Alerter
        • lon // 03.01.2017 à 20h44

          ……les clauses de confidentialité de mes contrats m’interdisent de le dire ….

            +2

          Alerter
          • 13Atg // 03.01.2017 à 20h47

            Et avec un site bien ancré Mélenchon, Castro & Cir, c’est le dépôt de bilan assuré ! 🙂

              +2

            Alerter
      • Subotai // 03.01.2017 à 18h03

        Anonymat, sur Internet…? 😀

        Par contre si “Emile Martin” de Louvigné du Désert commence à se faire pourrir la vie par ces voisins à cause des propos tenus par “Emile Martin” de Vaison la Romaine.
        La technologie impose qu’un pseudo soit unique dans un environnement donné et c’est tant mieux.

          +8

        Alerter
        • denis auroux // 03.01.2017 à 18h17

          Ah bon? Donc les voisins ne sont pas solidaires entre eux? Amusant… Pour vivre(sic) heureux dans ses points de vus vivons caché? C’est exaltant…

            +0

          Alerter
          • PaleFace // 03.01.2017 à 20h37

            Une opinion personnelle légèrement différente : J’ai toujours considéré qu’anonymat et libre arbitre étaient 2 choses très importantes.

            Et, étrangement, lorsque l’on perd la première, on réduit notablement, voire on perd totalement, la deuxième.

            Un exemple simpliste et très caricatural pour illustrer mon propos : Regardez la merveilleuse mécanique qui permet à d’adorables bambins de commencer chez Disney pour finir icônes du porno-chic US.

            Autrement formulé : Puisqu’il y en a tant qui s’exposent à l’envie (tous secteurs d’activités et supports confondus), et que cela ne choque plus personne, est-il si inconcevable qu’il existe des gens ayant des choses à dire, sans forcément vouloir se mettre en avant ?

            Pour revenir sur le sujet du post : Très bon rappel de Michel Onfray, que l’on tienne compte de son passé mainstream ou pas.

            Par contre, ledit rappel est clairement pour les lobotomisés dudit mainstream, et non pour les consommateurs d’informations complotistes (humour).

              +4

            Alerter
      • petitjean // 03.01.2017 à 18h42

        ” Si on a quelque chose à dire, ce n’est pas mieux de le dire clairement”

        vous oubliez les lois liberticides qui criminalisent les propos et écrits “non conformes” à la doxa officielle !

        la liberté de parole est muselée par les lois

        de nombreux journalistes, de bons propagandistes, écrivent sous pseudo

        tous les coups tordus de nos zélites sont dissimulés

        pourquoi les sans dents devraient-ils écrire et parler “à visage découvert” alors que nos zélites ne le font pas ?

        Nous ne vivons plus en démocratie, il faut se protéger………………..

          +19

        Alerter
        • Danièle Dugelay // 04.01.2017 à 00h40

          Bonsoir. J’ai toujours choisi de donner ma véritable identité lorsque je m’exprime. Ce n’est pas pour “me mettre en avant” car je suis bien consciente que les lecteurs peuvent juger ma pensée idiote et là je me retrouverai plutôt à l’arrière… En fait, cela fait déjà plusieurs années que j’ai conscience que la démocratie est sur le point de disparaître et il me semble que me cacher derrière un pseudonyme serait accepter cette situation et m’y soumettre. Pour ma part, je refuse d’en être complice. Je préfère laisser aux pouvoirs établis la responsabilité de prouver que nous ne sommes plus en démocratie en me faisant quelques misères.
          Cependant, je reconnais que le risque peut être trop important pour certains.

            +4

          Alerter
          • Boosterg // 04.01.2017 à 17h46

            Cela est trés honorable si vous êtes seul et sans liens.

              +3

            Alerter
            • denis auroux // 12.01.2017 à 10h31

              “sans liens”??????????? une explication est-elle possible? Aucune attaches? Difficile dans l’existence non? Et très rarement recherché…

                +0

              Alerter
        • christian gedeon // 04.01.2017 à 11h25

          ET plus on se “protégera “et moins nous vivrons en démocratie…mais Bon Dieu de Bon Dieu,vous ne vous rendez pas compte que c’est exactement ce qu’ils veulent??? Que les gens aient tellement la trouille qu’ils n’osent même plus s’exprimer en leur nom?! Pardonnez mon outrecuidance,mais j’ose vous dire réveillez vous…plus vous vivrez caché et moins vous serez visible,évidemment.N’ayez pas peur.

            +3

          Alerter
          • 13Atg // 04.01.2017 à 11h45

            Laissons faire aux gens ce qu’ils veulent ! Cette obsession de la normalisation…
            Les journalistes et les flics protègent leur source. Ce n’est pas pour rien.
            Un type qui se plaint de l’anonymat et qui pleure pour une loi (encore une !) sur le cyber harcèlement quand il se fait flamber sur Twitter m’indispose.
            Il y a des blogueurs anonymes de grande réputation.
            Chacun fait ce qu’il veut sans avoir à se justifier. Quand l’affaire devient très grave, on retrouve toujours l’anonyme. Mais il faut y mettre les moyens.
            Sur Twitter, il y a des commissaires du peuple dont la joie est d’outer les contributeurs.

              +5

            Alerter
          • John B // 04.01.2017 à 18h50

            C’est pas une question de peur, c’est une question de prudence du fait que nous soyons au courant des risques que représente la diffusion de ses informations personnelle partout sur internet. C’est tout.

            Ne pas confondre courage et insouciance…

              +5

            Alerter
      • joe // 04.01.2017 à 12h08

        l’anonymat est le principe même de la démocratie…quand vous votez, vous le faites anonymement.
        c’est toujours étonnant de voir des grands défenseurs de la liberté combattre l’anonymat…anonymat qui est un droit et permet justement d’exprimer une opinion librement…ne vous en déplaise.
        d’ailleurs l’anonymat est le socle que le système veut détruire pour pouvoir justement mieux contrôler qui pense quoi exactement…Ainsi onfray et vous sans le savoir êtes l’air de rien au service du systeme mercantile de façon infiniment plus sournoise qu’un agent du système déclaré.

          +12

        Alerter
    • LBSSO // 03.01.2017 à 14h47

      Demandons lui directement au lieu de faire des procès d’intention.
      Etant abonné à la chaîne TV de MO,
      je lui ai posé la question suivante aujourd’hui.J’ignore si elle sera retenue par les abonnés qui choisissent ,par vote, parmi un ensemble de posts.Si tel est le cas ,je vous ferai part de sa réponse.Elle est la suivante:

      “Bonjour Michel Onfray.Vous avez été souvent la cible d’attaques ad hominem et/ou ad personam sur les réseaux sociaux ? Etes-vous favorable à la suppression de l’anonymat sur ces derniers ? En les rebaptisant “réseaux associaux” ne favorisez-vous pas la tentation de leur contrôle ? Merci”

        +7

      Alerter
    • georges glise // 03.01.2017 à 19h39

      les réseaux dits “sociaux sont de fait anti-sociaux, et ne servent qu’à enrichir leurs actionnaires, je ne suis inscrit sur aucun d’entre eux et je n’ai aucune considération pour les fientes qu’ils véhiculent.

        +4

      Alerter
    • Catalina // 03.01.2017 à 22h03

      Emmanuel CROMBEZ Le 03 janvier 2017 à 02h11

      Pourquoi choisir entre les deux et ne pas repousser les deux ? Je ne considère par un blog comme un réseau social, il y a confusion pour moi, le réseau social c’est touiteur, fessebouc et que sais-je tellement ils ont proliféré.Je ne mets pas au même plan un site comme celui-ci et les réseaux cités plus haut, ce n’est pas le même registre.

      Je dois pas être assez cultivée, je trouve Onfray confus.

        +3

      Alerter
    • nico // 04.01.2017 à 00h43

      Vous savez déjà juste avant la Révolution Française , des pamphlets se vendaient clandestinement sous le manteau de villages en villages.
      La famille royale y était largement caricaturée ainsi que les nobles , par des artistes qui signaient avec des pseudonymes.
      Donc conclusion , on a rien inventé avec les réseaux sociaux et autres blogs , et l’Histoire semble bégayer sans cesse , c’est juste le flacon qui change , pas le contenu.

        +7

      Alerter
  • Pegaz // 03.01.2017 à 03h03

    Wikipédia n’est pas exempt d’erreur, mais la différence entre le chiffre articulé par Michel Onfray et ceux retrouvés sur Wikipédia méritent réflexions !
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Aides_%C3%A0_la_presse_en_France#Crise_de_la_presse_quotidienne_fran.C3.A7aise
    Face à la crise de la presse quotidienne française, l’État français en 2010 a versé 1,8 milliard d’euros qui se répartissent en :
    En 2012, l’État français a versé 1,2 milliard d’aides directes…
    Ces aides sont ainsi significatives. Les journaux Le Monde et Le Figaro sont les mieux dotés, avec respectivement 18,6 et 18,2 millions d’euros versés

      +26

    Alerter
    • LBSSO // 03.01.2017 à 07h16

      La référence de Michel Onfray est le rapport de la Cour des comptes
      -il ne concerne que la presse écrite .Les chiffres wiki intègrent la TV.
      -il ne concerne pas les contributions éventuelles des collectivités territoriales.
      -le périmètre budgétaire des aides à la presse est difficile à cerner.
      Vous pouvez lire de la p 15 à 17 ce rapport.
      https://www.ccomptes.fr/Actualites/Archives/Les-aides-de-l-Etat-a-la-presse-ecrite

      MO ne s’appuie que sur:
      “un premier ensemble, aisément identifiable, est constitué par les
      crédits du programme budgétaire 180-Presse géré par le ministère de la
      culture et de la communication. Dans la loi de finances initiale pour 2013,
      ces crédits se sont élevés à 394,8 M€ en CP, répartis selon la présentation
      budgétaire en trois catégories :
      – les aides à la diffusion : 308 M€ ;
      – les aides au pluralisme : 12 M€ ;
      – et les aides à la modernisation : 74,8 M€.”
      (p 16)

        +37

      Alerter
      • u’ils remboursent les 12 millions d’aide au // 03.01.2017 à 10h41

        Allez on fait une pétition pour qu’ils remboursent les 12 millions d’aide au pluralisme ?

          +27

        Alerter
      • Pegaz // 03.01.2017 à 13h38

        J’en avais saisi les différences, mais pourquoi se limiter alors que l’ensemble des médias est à la même enseigne ?
        Médias à pertes, subventionnés et soutenus par la communauté et pourtant détenus par des grandes fortunes ! Comment et pourquoi ?
        Osons causer : https://www.youtube.com/watch?v=41lAe0mgjjU

          +7

        Alerter
        • madake // 04.01.2017 à 02h58

          Le problème, c’est que ça n’est justement pas le cas, lisez ce rapport.

          Voyez en outre ceci du diplo:
          https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-12-19-aides
          Vous constatez que certains titres de presse comme “Closer”, “Gala”, des programmes TV, sont subventionnés.
          Vu le contenu, je vous pose la question:
          Quel est l’intérêt public de subventionner, par exemple, “Closer” à hauteur de 558 619 €
          Au passage pour avoir examiné les ours (encadré qui informe sur le magazine) d’une douzaine de publications en “rose et jaunes”, je vous invite à le faire, vous constaterez que, sont des clones les unes des autres, très souvent localisées au même endroit, même rédac chef, photos provenant du même photographe, etc…

            +7

          Alerter
    • georges glise // 03.01.2017 à 19h43

      et cet argent provient de la poche des contribuables, les journaux ne sont plus nourris par leurs lecteurs, mais par l’argent des contribuables qui ne devrait être destiné qu’au fonctionnement des services publics!

        +11

      Alerter
  • BEOTIEN // 03.01.2017 à 03h19

    Bien pour ça, et un enjeu tellement plus essentiel encore, que je viens, à propos de

    https://france.attac.org/nos-publications/les-possibles/numero-1-automne-2013/debats/article/elements-de-reponses-a-francois

    d’écrire ce qui suit à celui que je demande à Michel Onfray de nous aider à convaincre de se présenter.

    “Monsieur Piketty,

    J’adhèrerais à toutes vos solutions “civilisées” si elles ne négligeant pas deux données essentielles :

    1. À ce niveau de concentration du capital/pouvoir la démocratie qui les rendrait applicable est une illusion (suffit de constater que dès que l’idéologie ne suffit pas à  “convaincre”… procès, soulèvement, révolution, guerre…).

    2. La technologie, pour la première fois* dans l’histoire, donne à un tout petit nombre le pouvoir de contrôler tous les autres, tout le temps, automatiquement et… irréversiblement. Ce dont ils peuvent d’autant moins se priver que ça n’exige pas même qu’ils se concertent puisque condition sine qua non de la conservation de leur pouvoir (à commencer par celui de lutter les uns contre les autres).

    Aussi, s’il existe encore une minuscule chance d’éviter l’asservissement  définitif de la société, la fenêtre de tir est étroite (fermée à tout jamais une fois le fichage biométrique généralisé). Raison de mon exhortation à vous présenter. Car seul un Correa à stature internationale peur refaire de la France l’inspiratrice du modèle de résistance à l’asservissement généralisé. 

      +14

    Alerter
  • BEOTIEN // 03.01.2017 à 03h20

    Et le renvoi manquant au précédent

    * Précisément ce qui rend possible ce que vous faisait très justement remarquer Graeber : ” Ces mécanismes qui empêchent les créanciers d’avoir trop d’emprise sur les débiteurs (…) monarchie de droit divin en Mésopotamie (…) Aujourd’hui (…) font l’inverse.”  Pas parce que le pouvoir absolu corrompait moins absolument les tyrans d’alors (comme vous le confirmera tout éthologue un tant soit peu observateur des espèces sociales). Mais parce qu’ils avaient encore besoin, EUX, de l’assentiment de ceux qui mettaient en oeuvre leur système de coercition. Ce qui n’est pas le cas de qui peut s’offrir les services de polices ou d’armées (nationales ou privées) pour réduire toute opposition moyennant rétribution. “

      +6

    Alerter
  • Logic // 03.01.2017 à 03h38

    L’idéologie dominante est-elle vraiment celle d’une Europe libérale ? L’Europe me semble s’inscrire dans un projet globaliste passant par une soumission aux Etats-Unis, quand au libéralisme il n’existe plus depuis longtemps, remplacé par un néolibéralisme (mélange de pseudo et d’ultra libéralisme au bénéfice d’une minorité). Parlons alors de néolibéralisme globaliste plutôt que de libéralisme européen.

    Dire que la presse n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais libre (comme si elle était esclave par nature) est une affirmation à l’emporte-pièce et ne fait pas avancer le schmilblick. Ne pas confondre subjectivité et manque de courage ou soumission à l’idéologie dominante.

    Sinon le coup de colère est apprécié (dans un monde idéal un immense coup de colère, de la part de tous ceux qui ont de bonnes raisons pour, aurait déjà remis le monde à l’endroit).

      +38

    Alerter
    • Pravda // 03.01.2017 à 10h45

      @ logic
      Je vous rejoins tout à fait sur le besoin de clarification terminologique, cependant je ne suis pas d’accord avec celui que vous proposez tout en n’en contestant pas la pertinence.

      Je propose: “l’oligarchisme”, car il s’agit ni plus ni moins de confier le pouvoir à une classe dominante en confortant leurs privilèges avec une cour, notamment constituée par les journalistes politiques (cf Natacha Polony dans son interview donnée à Thinkerview).

      Je suis en désaccord avec la qualification de libéralisme ou de néolibéralisme, car les systèmes juridiques occidentaux participent à la constitution de privilèges de la classe des oligarques: les oligopoles qui sont dans la plupart des marchés de grandes consommation générant une sorte d’impôt privé au profit de la classe d’oligarques qui peuvent disposer de ces redevances versés par la population dans des paradis fiscaux ou autres dispositifs d’optimisation fiscale, renforçant ainsi leur domination financière.
      Les brevets, les marques et les dessins et modèles sont autant de dispositifs juridiques anti-concurrentiels qui garantissent les monopoles et oligopoles et ne sont, je pense, pas compatibles avec une pensée libérale et encore moins néo-libérale.

      Il s’agit ici d’une lise non exhaustive de ces dispositifs légaux qui consacrent le socialisme pour les riches et le libéralisme pour les pauvres, dont la dénomination classique est: l’oligarchie.

        +12

      Alerter
      • 13Atg // 03.01.2017 à 12h45

        Les libéraux sont farouchement opposés aux monopoles, oligopoles et cartels. Alors quand en plus c’est l’état qui les organise par des barrières à l’entrée…
        Les brevets, c’est la galère. Les dépenses de recherche sont considérables et l’investissement est crucial. Comment rendre profitable à l’investisseur ce qui pourrait être une externalité positive ?

          +1

        Alerter
        • lon // 03.01.2017 à 14h44

          L’idéal libéral, c’est du même tonneau que l’idéal communiste sensé se réaliser ” de par le dépérissement de l’état socialiste ” dans la joie et la bonne humeur . C’est complètement utopique . Cher 13Atg, vous savez ce que c’est que la compétition économique , et la déplorable habitude de l’homo sapiens de nouer des alliances et de verrouiller son territoire de chasse pour éliminer la concurrence ? et je parie que vous croyez également à la ” neutralité ” de l’état , rendu à ses seules fonctions régaliennes et managé par une caste de guerriers imperméables à toute corruption je suppose ?

            +3

          Alerter
          • 13Atg // 03.01.2017 à 14h58

            La neutralité de l’Etat ? Non, je n’y crois pas spécialement (le modèle des Public Choices).

            Le libéralisme est une tendance dont le but difficile est d’exclure les contraintes toxiques de l’Etat. La législation sur les monopoles et cartels a fait tomber bien des têtes. Mais c’est encore insatisfaisant car l’évaluation reste étatique donc suspecte.

            Une tendance n’est pas une gamme achevée de solutions. C’est comme le libre en informatique et la philosophie KISS : on “tend vers” comme on peut.

              +2

            Alerter
      • Xavier // 03.01.2017 à 17h45

        En prenant l’autre bout de la chaîne comme référence on peut aussi parler de “démagocratie”, en plus il y a “magot” dedans 😉

          +1

        Alerter
    • LBSSO // 03.01.2017 à 12h07

      @Logic

      Michel Onfray dit :
      “De droite comme de gauche, elles font toutes la propagande de l’idéologie dominante en prétendant dire le vrai sous couvert de compétence économique : celle de l’Europe libérale” (reprenant un expression utilisée par la presse et “comprise” par tous).

      ET il ajoute ,c’est la phrase suivante ,en ironisant sur ce pseudo libéralisme de l’Europe:
      “Cette Europe organise autocratiquement le libéralisme, un comble en même temps qu’un paradoxe, de façon à ce que les marchés (la fameuse « concurrence libre et non faussée »…) décident pour le peuple de son destin.”

      Certes il ne parle pas de “néolibéralisme globalisant” mais explique,comme vous, que “cette” (adjectif relevé par Christian Gedeon dans un post supprimé) Europe pratique un libéralisme dévoyé.Vous me semblez donc assez proches sur ce point.

        +3

      Alerter
  • patatufle09 // 03.01.2017 à 07h18

    Banalitude de M Onfray. Je reste dubitatif sur celui qui critique sa main nourricière. Les pensées vibrantes de M Onfray sont toujours bonnes à entendre mais n’oublions pas que le philosophe fait sa part de consommable en passant régulièrement dans les médias. Il participe donc de cette dissidence light qui n’ose franchir la ligne rouge de peur de ne plus vendre un livre; faut-il franchir pour autant cette ligne rouge?Le mérite revient à ceux qui s’assument seuls, sans le système pervers d’un sponsoring avec retour sur investissement et d’une audience artificielle mêlant loisir, publicité, et un soupçon d’esprit critique pour égayer le présentoir.

      +38

    Alerter
    • LS // 03.01.2017 à 16h23

      Magnifique injonction paradoxale : indignez vous mais ne le faites pas savoir. Les médias restent un bon vecteur pour entraîner un maximum de gens. Cette main est nourricière si vous dépendez d’elle pour vous indigner. Je ne pense pas que ce soit le cas de Michel Onfray qui n’a probablement pas besoin de ça pour être lu, et je dis ça sachant que je ne suis vraiment pas tout le temps d’accord avec lui.

        +5

      Alerter
    • Kapimo // 04.01.2017 à 00h12

      La ligne rouge, Onfray a su montrer qu’on pouvait la franchir, parfois…
      http://www.closermag.fr/article/michel-onfray-tacle-bhl-il-n-a-pas-honte-les-cons-ca-ose-tout-554318

        +0

      Alerter
  • Duracuir // 03.01.2017 à 08h05

    J’ai appris, grâce à ce blog, que durant 10 ans, Maurice Allais, prix nobel d’économie a proposé à la totalité des émissions télés et radio d’intervenir pour donner la réplique aux “experts” maison et ce qu’il considérait comme des sornettes facilement démontables et qui pourtant la religion du temps.
    J”ai appris aussi que PERSONNE ne lui avait répondu.
    Je crois qu’il n’y a plus rien à ajouter.
    Sauf qu’il serait interessant de demander aux héritiers de M. Allais s’ils ont la liste des gens à qui s’est adressé son père.
    On aurait pu alors faire une lettre ouverte à ces gens là en leur demandant pourquoi ils n’ont pas donné suite à la proposition du plus grand économiste français.

      +69

    Alerter
  • Charles Daraya // 03.01.2017 à 08h09

    Ce qui me frappe: tout cela esr su, connu, diffusé et pourtant rien ne change. Cela dit l’état des pouvoirs et de l’absence de contrepouvoirs, qu’ils soient inexistants ou achetés activement ou passivement.
    Nous vivons une illusion démocratique qui ne se cache même plus.

      +28

    Alerter
    • LS // 03.01.2017 à 16h40

      Oui et votre interrogation me rappelle steve Keen qui se pose la même question au sujet de la théorie économique néoclassique quand il constate qu’elle est réfutée depuis les années 1950 sur tous ses aspects mais qu’elle est toujours enseignée comme théorie orthodoxe (et j’ajoute qui n’est pas libérale).
      Il se répond qu’en fait elle ne sert à rien et n’est pas utilisée en pratique. Elle peut donc raconter n’importe quoi, cela n’a pas de conséquence. Son seul intérêt est qu”elle donne un vernis scientifique à la justification de la structure de domination en place. Et ça marche, il suffit de regarder l’échange entre Vallaud-Belkhacem et J.Tirole sur la constitution d’une chaire d’économie politique pour voir comment ce blocage persiste.
      Je vois quelque chose de semblable en ce qui concerne le système médiatique.

        +4

      Alerter
  • Oncle Bob // 03.01.2017 à 08h49

    Enfonçage de portes ouvertes, reprise de réflexions déjà construites par d’autres mais de façon partielle, sans rien apporter… dur de travailler en cherchant les projecteurs…

    Avec une petite pépites de relativisme en prime au début du texte : confondre opinion, vérité objective et subjective c’est pas mal, ça verrouille bien et empêche de dire que certaines opinions contiennent des éléments de vérité objective et d’autres pas, ne pas le reconnaitre et tout mettre sur un même pied d’égalité est déjà un manque patent de rigueur et d’honnêteté intellectuelle… ce dont Onfray est assez familier. C’est ce type de relativisme qui pousse à parler de certains conflits en revoyant l’agressé et l’agresseur dos à dos que ce soit sur le papier ou avec des fusils…

      +31

    Alerter
  • LBSSO // 03.01.2017 à 10h13

    “Relisez Tocqueville”
    M Onfray dit dans ce texte :

    “Cette Europe organise autocratiquement le libéralisme, un comble en même temps qu’un paradoxe de façon à ce que les marchés (la fameuse « concurrence libre et non faussée »…) décident pour le peuple de son destin.”

    Donc exactement ce que vous dénoncez .

    Je pense donc que MO a lu A Tocqueville davantage que vous n’avez lu son texte : il a écrit un article intitulé “Tocqueville, homme de gauche” en décembre 2016 devançant ainsi votre conseil en cette nouvelle année.
    http://rddm.revuedesdeuxmondes.fr/archive/article.php?code=73588&show=picture

    “Relisez Onfray”

      +4

    Alerter
  • Ferradini Jean-Michel // 03.01.2017 à 10h25

    J’aime assez ce que dit M Onfray. J’aime bien ce que dit “Mo.” :
    “Si je peux me permettre, l’Europe n’est pas libérale. L’Europe, c’est le totalitarisme marchand des multinationales. L’Europe est bureaucratique et fasciste.”

      +21

    Alerter
  • lilitte // 03.01.2017 à 10h55

    Le petit billet de mr onfray est bien sympatique mais son analyse est un peu courte .Il parle des aides publiques à la presse mais n aborde surtout pas le vrai problème .Qui possède la majorité des médias ? Il ne parle pas de la concentation des médias détenus par quelques milliardaires , drahi , niel, pigasse , bergé,bouygues , Dassault, Pinault etc..
    Voilà la cause d une presse à l unisson de l ordre libéral .

      +30

    Alerter
    • Loxosceles // 03.01.2017 à 11h48

      “Le petit billet de mr onfray est bien sympatique mais son analyse est un peu courte.”

      Cela résume à peu près tout ce qui provient de M.Onfray. Des réflexions à peu près justes, mais qui ne vont pas assez loin ou ont un train de retard. Il est beau de critiquer la médiocrité des réseaux sociaux, quand on incarne finalement une certaine forme de “médiocrité supérieure”. Une sorte d’élitisme assez curieux, mais assez typique, de la part d’un fondateur d’université populaire.

        +5

      Alerter
    • madake // 04.01.2017 à 08h53

      N’est-ce pas paradoxal de taxer Onfray d’un peu court, au vu de sa production?
      On peut le taxer de beaucoup de choses, mais pas de paresse.
      J’ai lu des textes et entendu de sa voix moultes occasions où il stigmatise la phagocytation des médias par des puissances d’argent.

      Dans ces conditions, il est facile de dire qu’il fait “un peu court”, sans soi-même prendre le temps de vérifier ce qu’on avance.

        +2

      Alerter
  • christian gedeon // 03.01.2017 à 11h00

    Il y a dans votre réaction un défaut de base,si j’ose…Vous ne prenez pas en compte le fait que M. Onfray parle de “cette Europe “…et c’est “cette” qui est important.Et sur ce point ,il a bien entendu raison. L’UE es devenue une dictature tout simplement. L’essentiel des des “lois ” actuelles sont pondus par une (grosse ) Commission dénuée de toute base démocratique.Le Général aurait dit par un quarteron de “hauts “(sic!) fonctionnaires européens qui ne doivent de comptes à personne,sauf aux mondialisateurs… et s’il vous plaît,arrêtez donc d’utiliser le terme fasciste comme un mantra…L’UE n’est pas fasciste,elle est dictatoriale…et le pire,c’est qu’elle l’est devenue par l’aveuglement des peuples qui se sont jetés tête baissée dans ce mortel shamallow…la responsabilité n’est pas que celle des “autocrates ” européens(sic!).Elle est aussi celle des peuples.

      +1

    Alerter
  • LBSSO // 03.01.2017 à 11h02

    1-je ne vois aucun rapport entre ces deux textes si ce n’est le thème des réseaux sociaux.Laisser entendre qu’ils disent la même chose est une escroquerie intellectuelle.
    2-il faut également se rappeler que ,en raison de l’anonymat ,MO suite à son tweet ( “Droite et gauche, qui ont internationalement semé la guerre contre l’islam politique, récoltent nationalement la guerre de l’islam” écrit juste après les attentats de novembre) a reçu insultes et menaces ; le pire.
    3-demandez à la modération de ce site si le ” pire” n’existe pas .Faîtes le parallèle entre certains thèmes abordés et la fermeture des commentaires.
    Et c’est en raison de la gestion la plus rigoureuse possible “du pire” ,sur ce site par exemple, que l’anonymat protecteur peut perdurer.On ne peut qu’en remercier OB et les modérateurs.Je peux vous l’écrire d’autant plus que certains de mes commentaires ont été supprimés.
    Vous vous trompez de cible en pensant que MO menace l’existence des réseaux sociaux.

      +0

    Alerter
  • Babette // 03.01.2017 à 11h07

    Bonjour, l’homme nouveau serait polyglotte… ? Tout au plus parle-t-il anglais, en plus de sa langue première. L’anglais qui inonde les radios et tv du monde. A cet égard, les représentants politiques sont majoritairement handicapés linguistiquement et baragouinent mal y compris la langue des marchés. J’ai en tête le niveau affligeant du commentaire de la maire de Paris concernant le candidat Trump – et je ne parle que du niveau linguistique… Entre la francophonie suffisante de nos “élites” et l’hégémonisme anglophone il y a place pour toutes les autre langues, nationales, régionales ou minoritaires qui disparaissent comme disparaît la biodiversité.

      +4

    Alerter
    • georges glise // 03.01.2017 à 20h08

      l’inculture majeure “coca-macdo-disney a commencé de longue date à pourrir la francophonie, à pourrir les têtes de nos adolescents devenus depuis des adultes. notre belle langue a laissé la place à un pidgin english globisvh suprêmement emmerdant! espérons qu’après hollande, quand nous aurons rejeté l’élite énarchienne, nous aurons des gouvernants qui sauront assurer à nouveau le rayonnement de notre langue et de notre culture!

        +3

      Alerter
  • Sylvie Rabatel // 03.01.2017 à 11h07

    Oui, Philippe Val de sulfureux souvenir. Celui qui a transformé un Charlie de gauche en un Charlie de droite. Qui a saqué le grand Siné. De plus en plus de gens de droite se disent à gauche.

      +10

    Alerter
  • Mélanippe // 03.01.2017 à 11h10

    Bonjour Monsieur, je m’adresse à vous directement sous le nom de “Mélanippe” dans le Figaro. Je suis rarement censurée, vous y avez passé un article. Je ne suis pas dupe de la manipulation financière.

    Bien à vous.

      +1

    Alerter
  • Barbe // 03.01.2017 à 11h11

    Attention
    Le citer ici va vous valoir une suppression de votre commentaire.
    Ça marche à tous les coups. 😉

      +9

    Alerter
  • Sylvie Rabatel // 03.01.2017 à 11h13

    “la presse n’est pas libre, ne l’a jamais été et ne le sera jamais…..”

    Pourquoi jamais? C’est au contraire avec une nouvelle constitution, et en légiférant que l’on retrouvera une presse vraiment libre.
    Cette manière de désespérer les gens n’est pas honnête.

      +14

    Alerter
    • Subotai // 04.01.2017 à 19h03

      Pourquoi jamais?
      Parce que la liberté de la presse n’a pas été légiférée pour l’impartialité mais pour permettre la propagande légale des organisations politiques.
      Le code déontologique pour la presse n’a été qu’une tentative de donner des lettres de noblesse à un métier fondamentalement partisan.
      Qu’individuellement les journalistes s’astreignent à rester factuels et “honnêtes” est un fait, mais ils ne peuvent sortir du cadre imposé par ceux qui les payent. D’autre part, soyez persuadé que tous ces journalistes qui mentent et racontent n’importe quoi sont pour la plupart parfaitement honnête dans leur propos et croient sincèrement à ce qu’ils disent. La capacité d’aveuglement de l’humain est incroyable quand son intérêt est en jeu.

      La seule chose qu’on devrait demander à un journaliste c’est de rapporter |exactement| * ce qu’il veut, de ce dont il est témoin (au premier ou second degré), pas de rapporter tout de manière impartiale – c’est impossible.
      Au lecteur de faire la part des choses et de comprendre.
      Réfléchissez par vous même, sinon d’autres le feront à votre place.

      *dans la limite de l’erreur humaine.

        +1

      Alerter
  • FELLI // 03.01.2017 à 11h34

    POURQUOI AVIEZ VOUS BESOIN DE RAJOUTER ” Comme dans le missel pour le catholique ”
    de façon si péremtoire et sans ouverture. ; VOUS CHERCHEZ A FAIRE PLAISIR A QUI ?; JE SUIS UN DE VOS LECTEURS; mais cet article manque un peu de finesse et je dirais de transparence.
    CORDIALEMENT
    BERNARD FELLI

      +3

    Alerter
  • LMDB // 03.01.2017 à 11h36

    Ouais, bon. On l’a connu plus inspiré le camarade Michel. Un billet qui enfile comme des perles les lieux communs de la pensée libertaire sur les media. Pourquoi pas, mais ça ne fait pas bien avancer le schmilblick.
    Et puis, repeindre les gens de la presse de gauche en robespierristes béats et la presse de droite comme l’organe de diffusion du pétinisme, c’est très caricatural. Surtout qu’il confond allégrement les personnages historiques (ou l’idée qu’il s’en fait en occultant tout ce que peuvent en dire les historiens) et les discours politiques qui s’y référent.
    Ça fait, du reste, quelques années qu’il a les défauts de ses qualités ; il est très doctrinal sur les sujets qu’il maitrise -et pourquoi pas-, mais il est tout aussi, souvent plus, doctrinal sur les sujets qu’il ne maitrise pas. Qu’il essaye de créer un école de pensée, c’est tout a sont honneur, mais il ne faudrait pas qu’elle devienne un école de la pensée globale… qu’il critique vertement dès lors que ce n’est pas la sienne.
    M. Onfray est le moins camusien des admirateurs de Camus et le plus robespierriste des ennemis de Robespierre. Il faudra bien un jour, s’il veut rester audible, qu’il résolve cette contradiction et franchisse le Rubicon qui le fera -enfin !- passer de la pensée libertaire à la pensée anarchiste.

      +20

    Alerter
  • Loxosceles // 03.01.2017 à 11h44

    Beaucoup semblent oublier que l’utilisation d’un pseudonyme, loin d’être l’apanage d’hypocrites irresponsables souhaitant se cacher derrière l’anonymat pour vomir leur haine et leur bêtise, est d’abord et avant tout une de ces libertés dont on parle si souvent sans trop savoir à quoi on se réfère.

    Des tas d’écrivains célèbres, respectables et respectés écrivent également sous pseudonyme pour pouvoir exprimer des idées ou jouer sur des thèmes qui sont plus difficiles à aborder ou à faire passer, et cela concerne toutes sortes d’écrivains allant de Boris Vian à Stephen King en passant par George Sand. Les raisons peuvent en être idéologiques, personnelles, etc. Outre cela, le pseudonyme permet de contourner le devoir de réserve imposé par certaines professions. Il me parait assez simpliste de considérer qu’on devrait toujours, par principe, s’exprimer uniquement en son nom.

    http://www.lexpress.fr/culture/livre/pourquoi-les-ecrivains-changent-ils-de-nom_799092.html

      +15

    Alerter
    • christian gedeon // 03.01.2017 à 12h02

      Mdr!!! Geoges Sand ne se cachait quand même pas trop… et j’irais cracher sur vos tombes a été attribué à Boris Vian le jour de sa sortie,Vernon ayant fait très long feu…et c’est qui Stephen King? Non je rigole… mais bon que vient il faire à côté de Sand et de Vian??? Vous avez oublié Ajar…secret de polichinelle…Allons monsieur,soyons sérieux un instant….et oui,pour moi,c’est par principe,quoi qu’il en coûte…

        +4

      Alerter
      • Loxosceles // 03.01.2017 à 12h32

        Mais je suis sérieux, et je n’ai pas la place de citer tous les auteurs qui écrivent ou ont écrit sous pseudonyme. Avez-vous seulement lu l’article que j’ai mis en lien ? Boris Vian, qui n’y est même pas cité, a également écrit sous d’autres pseudonymes. Le saviez-vous ? Allons, soyez sérieux…

        Quant à Stephen King, je l’ai cité pour ne pas placer que des auteurs “académiques” et français. Et parce qu’il a écrit sous pseudonymes, quelle que soit la raison, quels que soient la valeur ou le talent qu’on veuille bien lui attribuer.

        Ce type de rejet que vous avez, avec la façon de tenter de balayer d’un revers de la main mon propos en le réduisant, et en prétendant attaquer mon sérieux, m’autorise à vous dire qu’il trahit surtout un certain conventionnalisme et un certain manque d’imagination. Faut-il donc être écrivain pour ressentir toute l’importance de la notion même de pseudonyme pour sortir de certains conditionnements ?

          +11

        Alerter
        • Pierre Tavernier // 03.01.2017 à 14h02

          Euh … l’engagement politique de Stephen King est tout de même assez insignifiant, bien qu’on ne puisse lui denier un talent certain pour décrire la société américaine (je pense en particulier de mémoire à “Dolores Claiborne” ou “Running Man” – liste non-exhaustive). Mais enfin il est évident que son choix d’utiliser un pseudonyme n’a rien de politique. Pour ceux qui pensent qu’utiliser un pseudonyme sur un forum internet leur fournit une protection par l’anonymat, soyez certains que celle-ci est toute relative… Toute agence gouvernementale ou même société privée (par exemple Google avec ses utilitaires de gestion de serveur gratuits – demandez-vous pourquoi -) sera à même de vous identifier avec votre @IP.
          Bien évidemment, dans le cas de personnes occupants des postes stratégiques dans des administrations ou des sociétés privées, un certain niveau d’anonymat peut se comprendre.

            +0

          Alerter
          • Loxosceles // 04.01.2017 à 10h54

            Bon mais je n’ai pas évidemment pas choisi (un peu au pif) Stephen King pour son engagement politique, mais pour avoir un rapide éventail d’exemples divers. Par ailleurs, de toute façon, je ne limite pas l’utilité d’un pseudonyme à un engagement politique, comme je l’ai dit dans mon premier message : c’est un choix qui peut être tout à fait personnel, sans qu’il y ait besoin de se “gonfler” avec son courage politique.

            Comme il est bien expliqué dans l’article que j’ai cité, l’utilisation d’un pseudo est surtout et avant tout une manière de s’extirper d’un conditionnement social, j’oserais même dire d’une “énergie”, d’une identité qui s’est fallacieusement construite autour d’un nom. En employant un nom de plume ou un simple pseudo sur internet, quel qu’en soit le but on se donne la possibilité de découvrir une nouvelle interaction avec son intériorité, pour commencer. Cela ne débouche pas systématiquement sur une attitude anti-sociale.

              +0

            Alerter
          • Loxosceles // 04.01.2017 à 10h57

            Quant à l’anonymat, vous avez raison, mais l’important est que vous puissiez vous exprimer librement sans tomber sous le coup d’une sanction arbitraire provenant d’un patron, ou ce genre de chose, lorsque vous êtes forcé de travailler dans des conditions qui sont contraires à vos convictions. Et ce n’est qu’un exemple.

              +2

            Alerter
        • Didier // 03.01.2017 à 20h20

          En général, on peut se passer de lire un commentaire qui commence par “Mdr” (ou “LOL”).

            +7

          Alerter
      • Loxosceles // 03.01.2017 à 12h52

        Puis pour en finir avec cette polémique qui n’a pas lieu d’être et m’ennuie au fond (ça ne date pas d’aujourd’hui et c’est assez banal et consternant, d’attaquer la légitimité ou la sincérité des gens usant d’un pseudonyme, et dire qu’un peu plus loin vous osez parler du “fond du propos de Onfray” dont personne ne parlerait… ni vous d’ailleurs), je dirais simplement que rien ne garantit que tous ceux qui prétendent écrire sous leur nom le font bien.

        Si l’un d’entre vous s’appelle en fait Jean-Michel Trouducul, je comprends qu’il veuille éviter le ridicule. Et il n’y a aucun courage à écrire sous son vrai nom si c’est finalement pour n’être qu’insignifiant dans son propos. Par contre il est stupide de s’exprimer franchement sous son nom propre si on y risque sa carrière. Ce sont des faits assez élémentaires…

          +15

        Alerter
      • lvzor // 03.01.2017 à 18h19

        @ Gedeon

        ….quand je pense à ces Résistants qui ont sans doute selon vous été trop lâches pour agir sous leur vrai nom…

          +6

        Alerter
        • Pierre Tavernier // 03.01.2017 à 19h48

          @ Ivzor
          Pardonnez-moi de trouver l’argument facile. Le contexte est tout de même fort différent.

            +0

          Alerter
        • christian gedeon // 04.01.2017 à 11h09

          Ai je parlé de lâcheté…et franchement oser comparer les résistants aux cntributeurs sur les réseaux sociaux,vous déraisonnez…complètement.C’est à limite de l’indécent. Vous pensez que demain la Gestapo ou la Milice va débarquer chez vous si vous écrivez sous votre nom????Allons quoi! Arrêtez les comparaisons stupides!

            +1

          Alerter
          • Lysbeth Levy // 04.01.2017 à 13h02

            Vous savez aux Usa c’est déjà arrivé que le FBI ou services secrets arrive chez vous pour avoir acheté un sac dos et une cocotte minute comme l’on fait les “présumés terroristes” de Boston : http://www.leparisien.fr/faits-divers/etats-unis-ils-tapent-cocotte-minute-sur-internet-la-police-debarque-02-08-2013-3026027.php la police dément et prétends que c’est sur dénonciation mais étant donné que nous copions le modèle américain il faut s’attendre à des surprises de ce genre. Et quand à ceux dont on a prétendu qu’ils étaient dans l’apologie de terrorisme pour “une blague” ou “fausse infos” un “allahu akbar” jeté ici ou là c’est aussi que “les réseaux sociaux” sont encore plus surveillés que nous le pensons. A votre place je serais moins optimiste, mais bon tant mieux pour vous Christian, dieu merci tout le monde n’est pas comme moi ..Et c’est avec l’accusation de “complotisme” que le Dr Even a été radié : .http://www.20minutes.fr/france/1101077-20130215-pr-even-accuse-labos-faire-business..” « Le Pr Even est dans une position de théorie du complot », et ça c’est inquiétant je crains que dans un futur proche se soit “un délit d’opinion” mais je vois un peu “en noir” en ce moment.

              +1

            Alerter
          • Boosterg // 04.01.2017 à 18h17

            En Allemagne des personnes ont été licenciées pour avoir divulgué leur penchant pour l’AFD ou Pegida sur les réseaux sociaux. Des gens du quotidiens, des employés normaux voués à la vindicte de la pensée unique. Et souvent lynchés par leurs collégues de travail, pour avoir eu des pensées nazies. Cela rappelle quand même les actes de sociétés totalitaires. Nous vivons dans la société de la peur, alors on se cache pour se protéger quand on a un avis différent ou on s’exhibe à outrance quand on est happy few.

            http://www.deutschlandfunk.de/afd-parteimitglied-vom-schuldienst-entlassen.680.de.html?dram:article_id=371133
            http://www.politikforen.net/showthread.php?171079-Lehrerin-in-Offenbach-entlassen-weil-Sie-Mitglied-der-AfD-ist
            etc…

              +1

            Alerter
          • lvzor // 05.01.2017 à 08h06

            “Ai je parlé de lâcheté”

            Avoir ‘tellement la trouille qu’ils n’osent même plus s’exprimer’ , ce n’est pas être lâche?

            “Que les gens aient tellement la trouille qu’ils n’osent même plus s’exprimer en leur nom?!”

            Et puis je pense que vous inversez la problématique : c’est parce que les gouvernements et autres officines espionnent systématiquement les échanges et parce qu’on ne sait pas ce qui sera condamnable demain alors même que tout reste ad vitam sur internet, que le pseudo est une précaution utile. Un peu comme le masque à oxygène en plongée…

            “oser comparer les résistants aux cntributeurs sur les réseaux sociaux,vous déraisonnez…”

            Et permettez-moi de vous dire que je vous trouve extraordinairement optimiste quant à la nature du pouvoir actuel et à la tendance lourde qu’il est aisé d’y déceler.

              +1

            Alerter
  • reneegate // 03.01.2017 à 11h47

    Onfray est sympa de nous mettre en garde et je le suis (comme d’habitude) sur le fond de son texte. Il ferait bien tout de même d’être plus attentionné quant à sa personne. Il a du abuser de certaines (mauvaises) lectures pour parler ainsi de Robespierre et surtout continuer à halluciner une explosion du vote FN. Dans tes rêves peut être Onfray mais pour l’instant jamais mieux que 17%. Pour Robespierre je le laisse reposer en paix dans la fosse commune sous le parc Monceau où ils l’ont honteusement jeté. Trop de savoir tuerait l’intelligence? peut être pas, mais dans le cas d’Onfray c’est la sensibilité qui en a pris un coup..

      +4

    Alerter
  • Thomas13 // 03.01.2017 à 11h48

    Je vais mettre les pieds dans le plat : au final, si l’on veut que les choses changent, y-at-il une autre solution que de voter pour le FN ?

    Je précise que je n’ai aucune sympathie pour ce parti familial, ni pour ses dirigeants que je peux trouver parfois habiles mais toujours en dessous de la limite de compétence.

    Que faire d’autre si l’on veut sortir de l’euro et de l’OTAN et casser nos élites ?

      +9

    Alerter
    • georges glise // 03.01.2017 à 20h11

      il y a une seule vraie alternative à mlp, fion, etc…, c’est la france insoumise de jean-luc mélenchon. cochon qui s’en dédit!

        +9

      Alerter
  • yenamarre // 03.01.2017 à 11h49

    Michel Onfray est un type cultivé, intelligent, brillant. Mais c’est aussi un sacré manipulateur.
    Le lire, l’écouter et s’enthousiasmer certes, mais décortiquer, analyser ses avis mais aussi rester critique et faire en sorte qu’il étaie un peu, car de ce côté là, il est en pénurie comme son auteur de référence.

      +6

    Alerter
  • christian gedeon // 03.01.2017 à 11h57

    La conclusion que je tire de toutes les réactions,c’est que M. Onfray met une partie de tout ce petit monde très mal à l’aise. D’où des attaques assez amusantes.Et quelquefois la limite du mépris.Mais jamais rien ou presque sur le fond.Oh,Onfray n’est pas Dieu(mdr!),mais il mérite quand même meilleure critique,que celle qui consiste à dire,rien de nouveau sous le soleil.Le bonhomme a révolutionné,tranquillement,l’accès à la philosophie. Il a aussi indiqué,et quelque fois à ses dépens,quelles étaient les voies perverses du manque de réflexion…et pourtant,je suis catholique,et pourtant,elle tourne.

      +6

    Alerter
    • patatufle09 // 03.01.2017 à 13h35

      Le reproche à faire à Onfray comme à tous ceux qui profitent d’une aura médiatique pour parfaire la critique de nos mondes c’est de vouloir s’élever au dessus de la vindicte populaire et de ne pas s’y reconnaître quand elle est violente. Nos sociétés néo-libérales ont cadenacé leur système de communication en laissant le champ libre à “ces soupapes de l’intellect” pour qu’ils déballent un discours vindicatif mais convenu. Parler au nom du peuple? Pour Onfray,plus facile de s’attaquer au vilain patron propriétaire de médias que d’abonder pour le quidam qui vote FN. Cf Jacques Sapir évoquant la possibilité d’un vote FN pour sortir enfin de cette Europe avilissante et les condamnations qu’il avait du subir de la part de notre gauche Chavesque. Où comment dénoncer un réflexe de pragmatisme populaire en un populisme démago et dangereux…bouh! caca!

        +3

      Alerter
    • lvzor // 03.01.2017 à 18h23

      ” il mérite quand même meilleure critique,que celle qui consiste à dire,rien de nouveau sous le soleil”

      Onfray délaye depuis 15 ans ou plus ce qu’il a pu capter des situationnistes. Au rythme où il va (environ 3 livres pour une phrase), il en a encore pour quelques siècles devant lui… 🙂

        +0

      Alerter
  • pitipitipa // 03.01.2017 à 13h16

    “[…] passe dans cette presse libérale pour un lepéniste haineux, un nationaliste belliciste, un monolingue limité, un provincial demeuré, un salaud de pauvre sous-diplômé. Ce faisant, en méprisant quiconque ne pense pas comme elle […]”

    Je ne crois pas qu’Onfray associe provincial à demeuré et salaud à pauvre. Donc on peut penser qu’il récuse ces associations. Donc il est en train de dire que Le Pen n’est pas la haine, et le nationalisme n’est pas la guerre. Dans le même temps c’est ambigu et il a l’air de regretter que cela “engrosse” le FN et les réseaux “asociaux” (comprendre très à droite).

    Un peu bizarre le Onfray il a quasiment les mêmes idées que le FN et il ne diabolise pas le FN, mais ça s’arrête là.

      +0

    Alerter
  • Jean-Paul B. // 03.01.2017 à 13h45

    Comme d’habitude Onfray fait preuve de son inculture historique à propos de Robespierre et plus largement de la Révolution Française.
    Les médias qui l’invitent ne le mettent jamais face à un historien qui pourrait réduire à néant son discours sur le sujet. C’est toujours comme ça avec ce commentateur de philosophes (et non “philosophe” comme il est abusivement nommé par ses amis des médias: F-O.G. le directeur du Point par exemple!)
    En fait,en clamant partout qu’il ne vote plus, Michel Onfray sème le découragement parmi ceux qui auraient tout intérêt au vrai changement de Gauche.
    Bien qu’il s’en défende, il participe à l’entreprise consistant à entraîner le retrait du peuple de la vie de la Cité, tout en faisant mine de s’en désoler.
    Il participe à laisser les puissants mener dans leur seul intérêt, la politique de notre pays.
    Onfray le beau parleur est in fine, à l’insu de son plein gré (???) et comme beaucoup de révolutionnaires (verbaux!) auto-proclamés, un vulgaire compagnon de route du MEDEF.
    PS: si en philosophie le “savoir” qu’il dispense est du même niveau que son “savoir” en histoire, ses “fans” ont de quoi s’inquiéter. Je dis ça, je ne dis rien.

      +13

    Alerter
    • yack2 // 03.01.2017 à 14h13

      Est-ce que Onfrey peut faire une phrase sans Robespierre?…..D’autre part sa vidéo sur Castro ….avec comme caractéristique de sa cuisine politique et philosophique …..Le manque de beurre à Cuba…..Me laisse de plus en plus sur ma faim……Un enfonceur de portes que l’on lui a ouvertes.
      Ne dénonce-t-il pas toutes les propagandes qui ne sont les siennes?

        +5

      Alerter
      • Jean-Paul B. // 03.01.2017 à 14h52

        La réponse est Non. Si Onfray était un tant soit peu “dérangeant” pour l’oligarchie, il n’aurait jamais accès à autant de médias (Le Point, Le Figaro,etc.) qui appartiennent (tiens tiens!) à ladite oligarchie!!!
        Un compagnon de route des puissants travesti en anarchiste vous dis-je.

          +10

        Alerter
    • lvzor // 03.01.2017 à 18h30

      “si en philosophie le “savoir” qu’il dispense est du même niveau que son “savoir” en histoire, ses “fans” ont de quoi s’inquiéter. Je dis ça, je ne dis rien.”

      “La philosophie ne consiste pas en l’acquisition d’un savoir, mais en l’activation du mode d’emploi de celui qu’on possède”
      Lucienne Michu, concierge

        +4

      Alerter
  • lon // 03.01.2017 à 14h10

    Je trouve ce texte un peu faiblard et adepte de raccourcis douteux , me rappelle mes devoirs de philo rédigés vite faits à 1 h du mat’ avant l’examen du lendemain matin .

    Moi ce qui m’inquiète au plus haut point c’est pas l’état de la presse c’est l’offensive en cours pour remettre l’internet dans le droit chemin . Il a fallu attendre + ou – 16 ans depuis l’essor de l’internet grand public mais ça devait arriver . Maintenant l’anonymat sur le net c’est une vaste plaisanterie et nos boites email c’est pas mieux mais au moins on y trouve encore une certaine liberté d’expression . La presse mainstream et les “powers that be” n’ont jamais digéré la concurrence de ce nouveau médium et l’heure des règlements de compte est venue .

      +7

    Alerter
    • patatufle09 // 04.01.2017 à 06h54

      Patience. Marianne est en cessation de paiement et d’autres grands médias iront la rejoindre car la source se tarit. On assiste déjà à l’ubérisation de l’information dans ses relais de transmission. La réflexion n’a plus sa place dans les médias car il n’y a plus de temps imparti pour rebondir sur l’info. D’où l’apparition de ses philosophes consommables qui synthétisent leur pensée entre une pub pour le fromage et un reportage sur l’exil d’un nord coréen qui fuit la famine. Un philosophe ne vient pas sur un plateau télé pour étaler son savoir car il n’a pas le temps matériel pour le faire. Je conseille Onfray de disparaitre des médias. Il nous serait plus utile sur le net.Certes les grands groupes de presse ont lancé leur offensive pour lutter contre une liberté qui leur échappe, celle de réfléchir par soi même, la plus saine des philosophies. Le combat sous prétexte de terrorisme,de complotisme, de désinformation finira par nuire à tous ces stimulateurs de conscience. Olivier Berruyer est catalogué comme faisant partie du cotè obscur de l’info. Sa survie dépend de nos clics j’en suis conscient. Mais si l’on doit miser sur cette résistance encore eut-il fallut qu’elle s’organise en mettant leurs égos de coté. A quand un conseil national sur un méga site participatif pour contrecarrer la censure qui nous pend tous au nez?

        +4

      Alerter
  • Jean-Paul B. // 03.01.2017 à 14h46

    Si c’est de l’ironie bravo, sinon dommage!

      +4

    Alerter
  • 13Atg // 03.01.2017 à 15h12

    La presse est-elle un bien collectif ? Les larges subventions (accordées à tous les journaux) posent souci. Et certains titres laissent rêveurs (les magazines télé etc).
    Dire que la presse est aux ordres est exagéré. Certains titres subventionnés sont féroces avec la main qui les aide.
    Mais c’est valable aussi pour l’art. Les US n’ont pas de ministre de la culture. Le cinéma se porte bien tout de même. Je n’aime pas que l’Etat me force à payer ce que je ne consomme pas.

      +1

    Alerter
    • Linder // 03.01.2017 à 17h34

      Féroce avec la main qui les aide ? Mais certains sujets ne seront pas aborder ou avec retard. La France fait un coup d’état en Côte d’Ivoire ? Quel journal subventionné pour rappeler que, comme en France, c’est le conseil constitutionnel qui, légalement, désigne le vainqueur ? Que Ouatar, mit en place en Côte d’ivoir par Sarkozy président, avait été marié par Sarkozy, maire de Neuilly ?Quel journal subventionné pour dire que la France et Laurent Fabius en particulier, a soutenu les terroristes d’Al Nosra ? Quel journal subventionné pour dire que le candidat anti-système Macron a prolongé les concessions d’autoroutes quand il était ministre alors même que des débutés PS proposaient de mettre fin à ces concessions ? Quel journal subventionné pour dire que Chirac disant qu’il mettrait un VETO contre les américains, leurs évitant ainsi de présenter leur résolution et de subir un camouflet ne vaut pas mieux que Daladier ?
      Quel journal subventionné pour dire que l’agression contre la Serbie n’avait aucun mandat en 1999 et donc était illégal ? Quel journal subventionné pour dire que l’intervention en Libye outrepassait son mandat et donc était illégal ? Quel journal pour rappeler que le commerce des armes est réglementé et que livrer des armes à des forces non gouvernementales, fussent-elles modérées est illégal ?

      La férocité de ces journaux (y compris le canard enchaîné) est bornée.

        +10

      Alerter
      • 13Atg // 03.01.2017 à 18h21

        Donc les subventions décidées et imposées par l’Etat aux contribuables sont iniques.
        Laissons faire le marché, la pub, le mécénat.
        Personne ne doit payer un produit qu’il ne consomme pas et qui ne relève pas du service public.

          +1

        Alerter
        • Didier // 03.01.2017 à 20h24

          Parce qu’avec la pub, vous ne payez pas le prix du produit que vous ne consommez pas?

            +0

          Alerter
          • 13Atg // 03.01.2017 à 20h32

            Ben non. La pub paie une partie du produit que je consomme. Sans pub, je paierais mon journal plus cher. Et au moins, avec la pub, je ne paie pas ce que je ne consomme pas.

              +2

            Alerter
            • Didier // 04.01.2017 à 20h41

              Belle naïveté.

              a) le budget pub d’une boîte est ventilé sur l’ensemble de ses produits. Donc, vous pouvez très bien acheter le produit X (pour laquelle la boîte n’a pas fait du pub) et payer quand même une partie du budget pub, que la boîte a fait porter sur les produits Y et Z.

              b) c’est faire peu de cas de la considérable nuisance que génère la pub: paysages défigurés, radios inécoutables, conditionnement massif des comportements. Certes, vous ne “payez” pas cela en terme strictement financiers, mais tout le monde (y compris ceux qui n’achètent jamais les produits vantés par la pub) doit supporter ce flot d’imbécillités putrides.

                +1

              Alerter
            • 13Atg // 04.01.2017 à 20h58

              Je suis d’accord sur le point a).
              Sur le b) c’est le problème récurrent des externalités négatives sur certains types de pubs (celles qui me sont imposées type panneaux etc). Celles que je subis en achetant un journal, non : c’est moi qui achète tel journal. Je suis libre de ne pas l’acheter.
              Je préfère un média sans pubs que je paie plus cher. Mais je veux choisir mon média ! Pas payer celui des autres (type redevance), surtout si je le trouve mauvais.
              C’est comme mon bloqueur de navigation. Si je le désactive pour tel site non payant, j’accepte les pubs. Idem pour les softs pour smartphones avec pub incorporées quand on les veut gratuits.

                +1

              Alerter
          • raloul // 03.01.2017 à 23h34

            Bonjour !

            En fait, le produit, c’est votre”temps de cerveau disponible”
            L’acheteur c’est l’annonceur.
            Le vendeur c’est l’éditeur.

            Voilà le fonctionnement économique des médias tel qu’expliqué par M. Neil Postman.
            Si vous avez des doutes, rappelez-vous l’existence de journaux “gratuits”.

            Qu’il y ait encore des naïfs prêts à payer pour les torchons des oligarques ne cessera jamais de m’étonner…

              +1

            Alerter
            • 13Atg // 04.01.2017 à 07h54

              Et selon le vieux principe : “Quand c’est gratuit, le produit c’est vous !”.

                +0

              Alerter
  • 13atg // 03.01.2017 à 15h30

    Cet article, provenant par ailleurs d’un journal fortement subventionné, me fait toujours rire.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/06/29/20002-20120629ARTFIG00476-ces-tres-cheres-associations.php

    Au nom de quoi l’Etat m’impose-t-il de payer pour ces trucs ? Je ne vois même pas l’aspect “propagande”. A la limite, électoraliste, comme les emplois aidés “animateurs de quartier”…

    Je paie comme tout le monde une petite fortune en redevance audio-visuelle; je ne regarde pourtant jamais la télé !

    Vous n’en avez jamais assez de cet Etat qui décide pour vous de ce qui est bien et qui, de force, vient vous plumer ?

      +5

    Alerter
    • Didier // 03.01.2017 à 20h27

      “Je paie comme tout le monde une petite fortune en redevance audio-visuelle”…

      a) Vous avez une curieuse notion de la fortune.

      b) Si, comme vous l’écrivez, “vous ne regardez jamais la télé”, débarrassez-vous de votre poste. Ensuite, cochez la case “pas de récepteur télé” sur votre déclaration d’impôt, et le problème est résolu.

      Je n’ai jamais eu de télé, et jamais payé de redevance audio-visuelle.

        +3

      Alerter
      • 13Atg // 03.01.2017 à 20h38

        Je peux utiliser la TV pour passer un DVD. Par ailleurs, il fut un temps où le législateur stipulait “appareils de réception” ce qui a permis à l’Etat de poursuivre si on avait un ordinateur.

          +1

        Alerter
      • patatufle09 // 04.01.2017 à 12h51

        la redevance audio visuelle concerne aussi ton poste de radio. Soit tu vis au moyen âge, sois tu frrrraudes!

          +0

        Alerter
        • 13Atg // 04.01.2017 à 13h06

          Je n’écoute pas la radio non plus !
          Être co-voituré par un fana de RMC : le cauchemar guantanamesque. J’ai beaucoup souffert…
          Comme c’était ma voiture et lui le conducteur, j’avais demandé à mon garagiste s’il n’était pas possible de désactiver la radio en ne conservant que la fonction lecture mp3. A priori non sur les postes intégrés.
          Du coup, la redevance s’applique à ces véhicules je suppose.

            +3

          Alerter
  • Ronald Drum // 03.01.2017 à 15h58

    L’essentiel est dit et de manière concise.
    Bravo Michel Onfray

      +2

    Alerter
  • Linder // 03.01.2017 à 17h25

    Sans contre-pouvoir ? Mais on a le pouvoir de ne pas les écouter et de ne pas les acheter.
    Jean-Pierre Elkabach n’a pas de contradicteur ? Le groupe Lagardère finit par en payer le prix, et l’audience d’Europe 1 est en chute libre.

    Cessons de les acheter, cessons de les écouter, ils disparaîtront.

      +7

    Alerter
    • u // 04.01.2017 à 13h11

      Tu n’as pas l’impression qu’ils continuent sans nous?Il y aura de nouveaux Elkabach. Les médias entretiennent l’illusion d’un renouvellement avec le talk- show type les Grandes gueules où l’on se chamaille sur l’accessoire et l’on s’accorde sur des sujets clivants. la perte d’audience d’une station radio au profit d’une autre. Derrière cette impartialité de façade, le chantre de la neutralité sauce Bourdin, BFM est en train de fabriquer le candidat du renouveau: Macron!! On est sauvé.

        +0

      Alerter
    • Julien // 06.01.2017 à 10h43

      C’est illusoire : même avec une très faible audience, si leur financement est assuré par l’impôt ils n’ont pas de souci à se faire.
      Regardez les chaînes télé “publiques”, certaines ne font vraiment aucune audience.
      Comme le dit cg13 plus haut; la seule raison qui fait que cela tient, c’est qu’on impose aux gens de payer par l’impôt (donc avec la force de l’état derrière) ce contenu dont les gens ne veulent pas.

        +0

      Alerter
  • georges glise // 03.01.2017 à 17h26

    l’analyse de m. onfray est juste et efficace. je regrette cependant qu’il profite de cette analyse pour assassiner une fois de plus robespierre, qui ne mérite ni cet excès d’honneur ni cette indignité, car la france de 2017 n’a pas grand-chose à voir avec celle de 1793-94.. relativisez, monsieur onfray votre haine de robespierre, qui lui, ne peut plus vous hair!

      +3

    Alerter
  • peyo // 03.01.2017 à 18h15

    “l’unique horizon indépassable pour réaliser l’avenir radieux et son homme nouveau – bobo, cosmopolite, polyglotte, nomade, riche, consumériste.”
    C’est une plaisanterie, qu’il ouvre un peu les yeux. Les salaires baissent, le chômage explose.

      +2

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 03.01.2017 à 18h32

    Pas terrible ce billet. De la part d’un grand philosophe, je m’attendais à mieux. Mais l’essentiel y est : “la presse d’information qui ajoute la dissimulation au parti-pris” : il aurait dû ajouter que le parti-pris est inévitable, et que ces médias n’ont de cesse de se prétendre “objectifs”. Il est impossible de choisir et parler des faits sans une intention qui serait seulement d’informer : la démarche serait absurde. Un fait n’a de “sens” que parce qu’il montre quelque chose, (ne serait-ce que “la vérité” selon un point de vue), et parce qu’il s’insère dans un “édifice de compréhension” du monde : c’est une pièce du vaste et vague puzzle que chacun a en tête pour se représenter le monde. Donc chaque fait conforte ou contredit une certaine représentation du monde .

      +2

    Alerter
    • LBSSO // 03.01.2017 à 19h27

      Bonjour Crapaud Rouge ,
      (content de vous lire )
      MO n’ignore pas ce que vous dîtes,comment pouvez-vous imaginer qu’il ignore que la présentation de faits ,arbitrairement choisis, révèle une construction du monde subjective ?
      -Ce jeu de question réponse sur son site ne permet pas une dialectique,ce n’est pas l’objectif recherché de cette rubrique
      -Vous n’avez lu qu’une seule de ses questions/réponses.Celle-ci ,partiellement en clair devrait vous “rassurer”
      http://michelonfray.com/questions-reponses/reponses/bonjour-m-onfray-pourriez-vous-nous-conseiller-q?autoplay=true
      A la question d’un abonné qui lui demande quels sont les media indépendants permettant une lecture pertinente de l’actualité ,il conseille de croiser les sources ..C’est le B-A-BA ,certes mais combien de personnes lisent ici une presse opposée à ses convictions pour éviter le célèbre “tunnel cognitif” ?

        +2

      Alerter
      • georges glise // 03.01.2017 à 20h25

        pour moi, le seul média indépendant, dans la presse écrite, c’est “le canard enchaîné, heureusement nous en avons quelques-uns sur internet, comme le blog d’olivier berruyer, “les crises”

          +2

        Alerter
      • Crapaud Rouge // 03.01.2017 à 21h43

        @LBSSO : j’ai écouté la vidéo, et suis d’accord sur le fond : chacun lit les médias qui sont conformes à ses “mythes” personnels. En ce qui concerne la séparation des faits et des commentaires, c’est aussi ce que les médias mainstream prétendent ou ont prétendu faire. L’exercice est à mon avis impossible pour des raisons techniques : les faits authentiques, brut de fonderie, n’ont pas de sens pour le commun des mortels. Il suffit de songer à une scène de crime, (des douilles, des traces, des relevés téléphoniques,…), ou aux mesures hyper techniques prises pour traiter tel problème financier, (la Grèce), ou aux détails des amendements d’une loi, etc. La presse présente donc des synthèses qui sont des constructions élaborées dans un certaine perspective, et qui sont de facto des commentaires. C’est à cause de ça qu’il est très difficile de lire régulièrement des journaux qui ne vont pas dans le même sens que sa “mythologie” personnelle.

          +2

        Alerter
  • Marc Desmet // 03.01.2017 à 18h45

    Toujours aussi abscons dans ses conclusions Onfray

    Il introduit bien, cela semble intéressant puis il te balance :
    Avec nombre de titres, le cerveau est disponible. Très disponible. Pas besoin de cortex, le cerveau reptilien suffit : oui / non, bien / mal, beau / laid, droite / gauche. Comme à la caserne. Ceux qui ne marchent au pas ? La raclée… La presse étant une juridiction d’exception, les passages à tabac médiatiques sont classés sans suite. Raison d’Etat, police des moeurs, secret défense…

    Et démerde toi…
    Comme Bruno Bertez…
    C’est le nouveau style mystérieux des médias alternatifs

      +2

    Alerter
    • 13Atg // 03.01.2017 à 19h17

      Depuis H. Laborit (et certainement Resnais), le succès chez les chieurs d’encre du “cerveau reptilien” ne cesse de s’affirmer.

        +0

      Alerter
      • lon // 03.01.2017 à 20h39

        Oui le ” cerveau reptilien ” c’est très très fort, c’est celui qui nous empêche d’utiliser ” les 90% de nos capacités cérébrales ” et pollue les ” 10% restants ” …

          +1

        Alerter
  • petitjean // 03.01.2017 à 18h45

    pour mesurer à quel point nous sommes TRAHIS par les journalistes il suffit de relire leur Charte :

    http://snj.fr/node/19
    http://snj.fr/sites/default/files/documents/Charte2011-SNJ.pdf

    Ajoutons que tous ces organes de propagande sont largement subventionnés. En d’autre terme nous payons, malgré nous, pour être intoxiqués !
    A noter aussi que la majorité des peuples s’abreuvent à ces “sources” empoisonnées………. qui les désarment intellectuellement

      +5

    Alerter
  • petitjean // 03.01.2017 à 18h47

    « La réponse aux fausses informations, ce n’est pas la censure, c’est plus d’informations, discutées en commun.
    Trop de gens dépendent d’une seule source, comme Facebook, pour s’informer. Lorsque vous allez sur votre page Facebook, c’est Facebook qui décide quelles nouvelles vous voyez sur votre page. Ils créent plus de silence qu’ils ne créent d’informations. Vous comprenez à quel point il est dangereux qu’une entreprise puisse avoir assez de pouvoir pour remodeler notre façon de penser. Nous devons utiliser et répandre l’idée que la pensée critique importe maintenant plus que jamais, étant donné que les mensonges semblent devenir très populaires. Si les gens utilisaient plus de sources pour s’informer, la vérité l’emporterait. » [Edward Snowden.]

      +5

    Alerter
  • petitjean // 03.01.2017 à 18h54

    Sur la presse déjà en 1880

    Relisez bien ce qu’on en disait déjà il y a plus d’une siècle:

    « À New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse :

    « Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! » »

    (Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)

      +16

    Alerter
    • LaKanaye // 07.01.2017 à 21h36

      Ce qui prouve une fois de plus (comme si c’était nécessaire) que Michel Onfray est un faux homme d’esprit, un bobo-philosophe, un penseur autoproclamé, un fake dans toute sa banalité et sa suffisance. Délivrer ainsi des bons et des mauvais points à l’un ou à l’autre, parce qu’il a placé le curseur de son échelle de valeur plus ou moins à droite ou à gauche, n’est pas digne et surtout parfaitement grotesque. Monter en épingle des marottes gaucho-démagogiques (“le bureau de recrutement (du FN) ne désemplit pas” oh là là !). Comme s’il n’y avait que LePen au monde. Mais voilà: Michel Onfray a la consience particulièrement sélective et le champ de vision incroyablement réduit. C’est sans doute une tactique de donner en pàture au peuple (à la populace, aurait dit Voltaire) des volées de concepts bien gras, histoire de se faire une clientèle à bon marché.

        +0

      Alerter
  • Lysbeth Levy // 03.01.2017 à 19h31

    Serait ce aussi qu’Onfray nous prépare à la fin de l’anonymat sur les réseaux sociaux ? Déjà discuté par certains : https://www.alain-bensoussan.com/anonymat-reseaux-sociaux/2016/06/22/
    Numérama sur la question : http://www.numerama.com/magazine/19464-l-anonymat-en-ligne-doit-disparaitre-selon-une-responsable-facebook.html Facebook a déjà cédé sur le faux débat des fake news, va t’il céder sous la pression des lobbies communautaristes ou de l’état ? Et le droit à l’oubli, alors ?
    “Reste également à traiter la question du droit à l’oubli à l’aune de la fin des pseudonymes. L’an dernier, une charte avait été mise en place par l’ex-secrétaire nationale à l’économie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet. L’idée maîtresse de ce document est de permettre à l’internaute de garder la maîtrise des données personnelles qu’il a publiées sur Internet” Point de vue des cyber policiers : http://www.anti-cybercriminalite.fr/article/lanonymat-sur-les-r%C3%A9seaux-sociaux-nimplique-pas-s%C3%A9curit%C3%A9-dinformations

      +2

    Alerter
  • Lysbeth Levy // 03.01.2017 à 20h00

    Alerte ! Jean François Kahn tente de rehausser le niveau de Marianne : http://www.marianne.net/syrie-victime-plus-credibilite-mediatique-100248961.html Sachant que ce journal est en crise et risque le dépôt de bilan ..http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2017/01/03/l-hebdomadaire-marianne-en-cessation-de-paiement_5057053_3236.html
    Mais qu’en est il du Monde ? Bah oui il paie pas ses factures : https://phototrend.fr/2016/12/500000-euros-impayes-le-monde-altice-photographes/
    Le Monde “d’avant” et celui “d’après” étude anglo-saxonne :
    https://steinhardt.nyu.edu/scmsAdmin/uploads/000/731/Benson%20le%20monde%20best%20copy.pdf

      +4

    Alerter
  • Julie // 03.01.2017 à 23h30

    A propos des aides à la presse je me posais une question
    on entend parfois sur les radios publiques (“Radio France”) que des émissions ont des “partenaires”, comme Le Monde, Le Figaro, La Croix ou autre.
    Est-ce que ces “partenaires” versent de l’argent comme sponsors, puisqu’on leur fait de la pub en les mentionnant? si oui…. l’état verse une aide dont une partie peut être utilisée pour être versée à une entreprise d’état?

      +1

    Alerter
  • bluetonga // 04.01.2017 à 00h40

    Parce qu’il n’utilise pas de pseudo, tiens!

      +0

    Alerter
  • Marc Michel Bouchard // 04.01.2017 à 05h54

    Michel Onfray à ses qualités, il a aussi ses inclinations qui peuvent être contestables ou agaçantes.

    Il fait la critique des médias et réussit à y avoir accès par sa réputation et sa capacité d’audience commerciale tout en ayant la possibilité de dire autre chose dans le média de la vulgate et de la doxa ultralibérale car il est rentable. Si la rentabilité avec le nom Onfray créé son accès paradoxal au Point ou à BFMTV et qu’il en fait quelque chose comme sa répétition juste sur le non respect du référendum sur le rejet des traités de Bruxelles en 2005, la dénonciation du changement de régime en Libye en 2011.

    C’est plus qu’appréciable mais ce qu’il devrait dire clairement dans cet article de sa part sur les médias puisqu’il est en rapport avec ces médias.

    Il prend ses distances avec eux depuis l’automne par son nouveau réseau Onfray sur le web, ce qui lui permet aussi de ne plus se faire insulter par des journalistes systémiques comme Léa Salamé ou Yann Moix, de s’en passer pour ce qu’ils apportent.

      +0

    Alerter
  • Marc Michel Bouchard // 04.01.2017 à 06h00

    Sur son exaspération envers Robespierre. Ni Voltaire ni même Rousseau n’ont pensés la désobéissance civile à la Gandhi pour organiser les révolutions, désobéissance inventé par H.D.Thoreau un américain dans la première Amérique début 19ème siècle et appliqué plus tard au 20ème siècle par M.L.K et Gandhi.

    Les processus culturels, évolutifs et civilisationnels font la différence entre un Robespierre ou un Gandhi. Un propos absent chez M.Onfray qui approuve ou rejette trop dans l’expression de sa pensée. L’époque fait aussi les hommes comme Robespierre pendant la révolution française. Cette dernière aspirait au civilisationnel tout en étant dans la logique de guerre, de la tyrannie qu’elle dénonçait, elle était la suite de l’arbitraire de la monarchie qu’elle imitait. Le premier libéralisme ne permettait que le vote pour les hommes grands propriétaires.

    La révolution ou son pluriel est une tyrannie portant les principes de liberté et d’égalité. Deux siècles sont nécessaires après 1789 pour trouver des progrès réels multiformes par rapport à l’ancien régime et en même temps l’inégalité sociale qui continue et autres misères. Robespierre ne se prend pas en bloc.

      +1

    Alerter
    • yack2 // 04.01.2017 à 09h42

      Tout à fait d’accord avec vous pour l’idée d’une contextualisation des idées et de leurs nécessaires maturations…..Cependant on ne peut pas dire que Gandhi ait été le succès non violent que l’on nous vend,l’indépendance et la partition de l’Inde a fait des milliers de morts que l’on occulte sous l’image iconique(et respectable) du mahatma……Comme si on ne trouvait acceptable que ce type de révolution douce ,pas trop dérangeante….Ce n’est pas la réalité historique,les révolutions partent d’une humiliation jamais bonne conseillère…..Toutes les révolutions qui ont changés fondamentalement les sociétés ont leurs lots de sacrifiés.

        +0

      Alerter
      • Boosterg // 04.01.2017 à 18h36

        “La révolution de Gandhi” n’a pu se faire que parce qu’elle allait dans le sens d’intérêts plus puissants. Dès qu’on se dégage de la glue idéologique tous ces mouvements me rappellent les “printemps” arabes. C’est le système du plus fort et malin qui gagne, penser en termes de bon ou méchant est enfantin.

          +1

        Alerter
  • Olivier P. // 05.01.2017 à 15h40

    Je ne vous demande pas le repos
    Ni la tranquillité
    Ni celle de l’ âme, ni celle du corps.
    Je ne vous demande pas la richesse
    Ni le succès, ni même la santé.
    Tout ça, on vous le demande tellement
    Que vous ne devez plus en avoir.
    Donnez moi ,mon Dieu, ce qui vous reste,
    Donnez moi ce qu’on vous refuse.
    Je veux l’ insécurité et l’ inquiétude,
    Je veux la tourmente et la bagarre,
    Et que vous me les donniez, mon Dieu,
    Définitivement.
    Que je sois sûr de les avoir toujours,
    Car je n’ aurais pas toujours le courage
    De vous les demander.
    Donnez moi, mon Dieu, ce qui vous reste,
    Donnez moi ce dont les autres ne veulent pas.

    R. Gary ( les couleurs du jour )

      +1

    Alerter
    • 13atg // 05.01.2017 à 16h25

      “Mon très cher fils, j’espère qu’aujoud’hui tu as pris beaucoup de risques, la vie autrement est si ennuyeuse.” Giorno, Le Hussard sur le toit.

        +1

      Alerter
  • hf // 05.01.2017 à 18h29

    il serait bien d’avoir, une bonne fois pour toutes, avec des historiens de cette époque, un débat portant sur Robespierre et la révolution française auquel participerait MO. qu’on en finisse avec sa fixette obsessionnelle.

      +1

    Alerter
    • Jean-Paul B. // 05.01.2017 à 20h57

      Bonne idée, car un tel débat aurait le mérite de mettre enfin en pleine lumière l’ignorance affligeante de Michel Onfray sur la Révolution Française et les hommes qui ont contribué à son avènement.

        +1

      Alerter
  • jean-louis // 05.01.2017 à 21h32

    On pourrait aussi opposer la presse sous de Gaulle – une presse sous contrôle – la presse sous Poutine – une presse largement à la solde du pouvoir – à la presse française. Dans un cas, c’est l’Etat qui mène la danse, dans l’autre c’est une caste,dont l’idéologie règne. Bah, on ne sait pas trop ce qu’il faut préférer. En tout cas, la seconde serait mal venue de mépriser la première.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications