Les Crises Les Crises
7.juin.20197.6.2019 // Les Crises

Les faucons de Trump oseront-ils mettre Israël en danger ? Par Alastair Crooke

Merci 116
J'envoie

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 11-03-2019

Alastair Crooke | 11.03.2019

Les faucons de Trump oseront-ils mettre Israël en danger ?

Le 27 février, a eu lieu la onzième et peut-être la plus importante rencontre entre le président Poutine et le premier ministre Netanyahou, écrit le journaliste Elijah Magnier, bien informé : « Le visiteur israélien a clairement entendu le message de son hôte, Moscou n’a pas les moyens d’influencer l’Iran et lui demander de partir – ou d’arrêter le flux d’armes vers Damas … Moscou [a également] informé Tel Aviv de la détermination de Damas à répondre à tout bombardement futur ; et que la Russie ne se considère pas concernée [c’est-à-dire en tant que belligérant du conflit]. »

Cette dernière phrase nécessite un peu plus d’explications. Ce que nous avons ici, c’est la montée en puissance de la prochaine phase de la stratégie sino-russe visant à contenir la politique américaine dans sa diffusions de semences de désordre – et de versement d’acide sur les « plaies ouvertes » de la région. Ni la Chine ni la Russie ne veulent entrer en guerre avec les États-Unis. Le président Poutine a averti à plusieurs reprises que si la Russie devait être poussée au bord du gouffre, elle n’aurait d’autre choix que de réagir – et que les conséquences possibles vont au-delà de l’imaginable.

En bref, les guerres américaines récentes ont clairement démontré leurs limites politiques. Oui, ils sont militairement très destructeurs, mais cela n’a pas généré les bénéfices politiques escomptés ; ou plutôt, les retombées politiques se sont manifestées comme une érosion de la crédibilité américaine et de son attrait comme « modèle » à imiter par le monde entier. Aucun « Nouveau Moyen Orient » n’émerge, où que ce soit, prêt à se fondre de lui-même dans le moule américain.

Les responsables de la politique étrangère de Trump ne sont pas des interventionnistes « libéraux » à l’ancienne, qui cherchent à tuer les monstres tyranniques de la région pour les remplacer par les valeurs américaines : cette aile du néo-conservatisme américain s’est identifiée – sans doute sans surprise – au Parti démocrate et aux dirigeants européens tentés par un alignement (une prétendue « vertu morale ») en opposition à l’approche transactionnelle (supposée amorale) de Trump.

Bolton et les autres, cependant, sont de l’école néoconservatrice qui croit que si vous avez le pouvoir, soit vous l’utilisez, soit vous le perdez. Ils ne se préoccupent tout simplement pas de toutes ces fioritures de promesse de démocratie ou de liberté (et comme Carl Schmitt, ils voient l’éthique comme une affaire de théologiens, et non leur préoccupation). Et si les États-Unis ne peuvent plus imposer directement au monde certains résultats politiques (à leurs conditions) comme ils le faisaient auparavant, alors la priorité doit être d’utiliser tous les moyens pour s’assurer qu’aucun rival politique ne puisse émerger pour défier les États-Unis. En d’autres termes, l’instabilité et les blessures ouvertes et en cours deviennent des outils puissants pour dissuader les blocs rivaux de se forger un poids et une position politiques plus puissants. (En d’autres termes, si vous ne pouvez pas « façonner » la politique, cela complique au moins les tentatives des autres de le faire.)

Alors, dans le message du Président Poutine à Netanyahou comment cela se traduit-il ? Eh bien, tout d’abord, cette rencontre a eu lieu presque immédiatement après la visite du président Assad à Téhéran. Ce dernier sommet a eu lieu dans le contexte des pressions croissantes exercées contre la Syrie (par les États-Unis et l’UE) pour essayer de minimiser le succès syrien dans la reconquête de son territoire (évidemment avec l’aide importante de ses amis). L’objectif explicite étant de garder la reconstruction syrienne en otage de la reconfiguration politique de la Syrie – selon les conceptions de l’Amérique et de l’Europe.

Le sommet précédent de Téhéran à Washington s’était lui aussi déroulé sur un fond de contexte affiché et un état d’esprit cristallisé sur la confrontation avec l’Iran.

Le sommet de Téhéran a tout d’abord adopté le principe selon lequel l’Iran représente la profondeur stratégique de la Syrie et, parallèlement, la Syrie est la profondeur stratégique de l’Iran. [L’expression profondeur stratégique désigne, dans la littérature militaire, et pour une armée donnée, la distance qui sépare les lignes de front (ou lieux de bataille) des principaux centres industriels, villes capitales, et autres concentrations de population ou de production militaire NdT]

Le deuxième point à l’ordre du jour était de savoir comment mettre en place une stratégie de dissuasion pour la partie nord du Moyen-Orient qui pourrait arrêter M. Bolton dans sa volonté de perturber et d’affaiblir cette zone partielle. Et en l’affaiblissant, affaiblir la Russie et la Chine (cette dernière ayant un enjeu majeur en termes de sécurité d’approvisionnement énergétique et de viabilité de la sphère commerciale asiatique).

Le Président Poutine a simplement exposé à Nétanyahou les principes du prétendu plan d’endiguement; mais les Israéliens avaient déjà reçu le message depuis d’autres sources (de Sayyed Nasrallah et de fuites de Damas). Ce qui compte, c’est que la Russie a l’intention de se tenir au-dessus de toute confrontation militaire régionale (c’est-à-dire essayer de ne pas s’y faire embarquer). Moscou veut garder les « mains libres ». Le système de défense aérienne S300 est installé en Syrie (et il est opérationnel), mais Moscou, semble-t-il, préservera un flou utile quant aux règles d’engagement de ces missiles très sophistiqués.

Dans le même temps, la Syrie et l’Iran ont clairement indiqué qu’il y aura désormais une réponse à toute attaque aérienne israélienne contre des défenses syriennes « stratégiques » importantes. Au départ, il semble que la Syrie réagirait probablement en lançant ses missiles dans le Golan occupé ; mais si Israël devait intensifier ses tirs, alors ces missiles seraient dirigés vers des cibles militaires stratégiques plus à l’intérieur du territoire d’Israël. Et si Israël, en réponse, intensifiait encore davantage ses tirs il y aurait alors la possibilité d’activer également les missiles iraniens et ceux du Hezbollah.

Et pour rassembler tout ça, l’Iran indique que ses conseillers se trouvent effectivement partout en Syrie là où se trouvent les forces syriennes. Autrement dit, toute attaque visant les forces syriennes pourra être perçue par l’Iran comme une attaque contre le personnel iranien.

Ce qui se met en place ici, c’est un système de dissuasion complexe et différenciée, avec une « ambivalence constructive » à tous les niveaux. D’une part, la Russie laisse planer un flou total quant aux règles d’engagement de ses S300 en Syrie. A un autre niveau, la Syrie maintient une certaine ambiguïté mal définie (en fonction du degré d’escalade israélienne) sur l’emplacement géographique de sa réponse (Golan seulement ou tout le territoire d’Israël) ; et l’Iran et le Hezbollah maintiennent également une ambiguïté sur leur engagement possible (en disant que leurs conseillers peuvent être partout en Syrie).

Netanyahou est revenu de sa rencontre avec Poutine en disant que la politique d’Israël d’attaquer les forces iraniennes en Syrie était inchangée (il le dit à chaque fois) – bien que Poutine ait dit clairement que la Russie n’est pas en mesure d’imposer au gouvernement syrien un retrait iranien. La Syrie avait – et a toujours – le droit de choisir ses propres partenaires stratégiques. Le Premier ministre israélien a cependant été formellement prévenu que de telles attaques pourraient entraîner une réaction qui affecterait gravement son opinion publique (c’est-à-dire des missiles dirigés sur le cœur d’Israël). Il sait aussi que les systèmes de défense aérienne syriens existants (même sans le soutien du S300) sont d’une très grande efficacité (quoi que prétendent les commentateurs israéliens). Netanyahou sait que les défenses antimissile israéliennes « Iron Dome » et « David’s Sling » sont considérées comme peu efficaces par l’armée américaine.

Netanyahou prendra-t-il le risque de lancer de nouvelles attaques importantes contre l’infrastructure stratégique syrienne ? Elijah Magnier cite des sources bien informées : « Tout dépend de la direction que prendront les élections israéliennes. Si le Premier ministre Benjamin Netanyahou estime que ses chances de remporter un second mandat sont suffisamment élevées, il ne s’aventurera pas de sitôt dans une nouvelle confrontation avec la Syrie et ses alliés. La date de la prochaine bataille sera reportée. Mais, s’il pense qu’il perdra l’élection, alors la possibilité qu’il engage une bataille devient très élevée. Une bataille sérieuse entre Israël, d’une part, et la Syrie et l’Iran, d’autre part, serait suffisante pour reporter les élections. Netanyahou n’a pas tellement le choix : soit il gagne les élections et reporte la procédure de corruption contre lui ; soit il va en prison. »

Cette thèse peut sembler convaincante, mais le raisonnement sur lequel elle se fonde peut s’avérer trop limité. Il est clair que le stratagème de dissuasion différenciée, décrit par Poutine – bien qu’il soit formulé en termes syriens – a un objectif plus large. Le discours actuel tenu par les États-Unis et l’Europe indique assez clairement qu’ils en ont largement fini avec les opérations militaires en Syrie. Mais, parallèlement au désaveu de nouvelles opérations militaires en Syrie, nous avons également assisté à une consolidation de la mentalité de l’administration américaine en faveur d’une confrontation avec l’Iran.

Alors que Netanyahou a toujours été véhément en appelant à la confrontation avec l’Iran, il n’est pas connu en Israël comme un preneur de risque militaire (appeler à « tondre l’herbe palestinienne » [liquider tous les moyens palestiniens NdT] ne comporte aucun risque en matière de politique intérieure israélienne). De plus, l’establishment militaire et sécuritaire israélien ne s’est jamais réjoui de la perspective d’une guerre totale avec l’Iran, à moins que celle-ci ne soit menée avec les États-Unis en tête. (Il serait toujours très risqué pour n’importe quel Premier ministre israélien de lancer une guerre éventuellement existentielle dans la région, sans avoir un consensus solide au sein de l’establishment sécuritaire israélien.)

Et pourtant, M. Bolton préconise depuis longtemps le bombardement de l’Iran (c’est à lire dans son éditorial du New York Times de mars 2015). Jusqu’à récemment, on a toujours supposé que c’était Nétanyahou qui essayait d’amener les Américains à mener une « guerre » contre l’Iran. Sommes-nous si sûrs que que ces rôles ne se sont pas inversés ? Que ce ne sont pas maintenant John Bolton, Mike Pence et Pompeo qui cherchent non pas à déclencher une guerre totale, mais à exercer le maximum de pressions diverses et variées sur l’Iran – par des sanctions, en fomentant des insurrections anti-iraniennes parmi les minorités ethniques en Iran – et cela bien qu’Israël s’en prenne régulièrement à l’Iran militairement, dans l’espoir que l’Iran réagira de manière excessive et tombera dans le piège de M. Bolton qui veut « entraîner l’ Iran exactement là où il le souhaite » ?

C’est là l’objectif de l’ensemble des mesures de dissuasion – il s’agit avant tout de « contenir » les États-Unis. Le projet est conçu, pour ainsi dire, avec tous les liens délibérément ambivalents entre tous les acteurs, pour signaler que toute tentative américaine dans le but de favoriser, au-delà d’un certain point indéterminé, le chaos dans le Grand Levant ou en Iran, risque dorénavant d’entraîner son protégé, Israël, dans une guerre régionale beaucoup plus vaste – aux conséquences imprévisibles. La question n’est pas tant de savoir si Nétanyahou « prendra le risque », mais si Bolton osera « risquer Israël » ?

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 11-03-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 07.06.2019 à 07h08

Deux gamins mal élevés, deux caïds arrogants et insultants foutent le bordel au Moyen-Orient, et personne n’aurait le droit de les corriger ? Qu’ils continuent… à leurs risques et périls. Mais je ne pleurerai pas sur leur sort.

43 réactions et commentaires

  • Fritz // 07.06.2019 à 07h08

    Deux gamins mal élevés, deux caïds arrogants et insultants foutent le bordel au Moyen-Orient, et personne n’aurait le droit de les corriger ? Qu’ils continuent… à leurs risques et périls. Mais je ne pleurerai pas sur leur sort.

      +21

    Alerter
    • septique // 07.06.2019 à 14h05

      Et oui et surtout Israël bien entendu n’est-ce-pas mon Fritz ? Pour le bordel dans cette région du monde on peut malheureusement faire confiance a tout le monde, l’Arabie Saoudite, Qatar, la Turquie qui continue a alimenter en armes les rebelles syriens pendant que les amis russes de Assad bombardent les hôpitaux de Idlib…

      Il y a une démocratie dans cette région c’est l’état d’Israël, ne vous en déplaise. Un pays ou l’on ne force pas les femmes a vivre sous des tentes de camping, ou l’on ne pend pas les homos…A la Knesset il y a des députés arabes communistes même si il y a en même temps la bande de Gaza, les raids aériens, les colons extrémistes, les citoyens israéliens arabes sont considérés comme des citoyens de seconde classe mais ils ne demandent pas à émigrer, eux…

      Israël use t-il et abuse t-il de sa force aux USA pour se protéger ? Bien sûr. Peut-il faire confiance aux voisins qui l’entoure ? Jamais.

      Corriger ? De quel façon cher Fritz ?

        +1

      Alerter
      • Fritz // 07.06.2019 à 18h30

        Une démocratie coloniale… fruit de l’expulsion d’une population au profit d’une autre.
        Lisez Benny Morris, Ilan Pappé, etc., ça vous changera de wikiwand.
        Et gardez vos salades sur les malheureuses Iraniennes parquées sous des tentes de camping par les mollahs, vous vous êtes ridiculisé sur cette affaire.
        https://www.les-crises.fr/menace-de-guerre-des-etats-unis-contre-liran-par-keith-jones/#comments

          +16

        Alerter
      • taka // 07.06.2019 à 18h39

        Mon cher sceptique,
        “il y a un autre sujet qui va mettre, sinon qui met déjà la position de Poutine à rude épreuve, et cette fois sur le plan international le plus fondamental : la position de la Russie vis-à-vis des ambitions partagées par Netanyahou et par Trump de mettre en place un “Grand Israël”, cela faisant découler en cascades des conséquences dans diverses autres crises en cours, au Moyen -Orient essentiellement, et essentiellement la crise iranienne. Pour bien suivre cet épisode, il faut lire l’article d’Alastair Crooke du 27 mai 2019, dont nous avions fait une présentation avec de larges extraits dans le cadre d’un commentaire général le 29 mai 2019. Cette fois, nous reprenons en entier le texte de Crooke, dans Strategic-Culture.org du 4 juin 2019, qui peut être vu comme enchaînant directement sur le précédent…
        (« Russia’s Middle East Brinkmanship vs. Acquiescence to Trump’s Greater Israel Plan. »)
        https://www.dedefensa.org/article/poutine-et-la-corde-raide

          +3

        Alerter
      • Fritz // 07.06.2019 à 19h14

        Cela dit, je continue à éprouver une certaine affection pour Is*raël. Mais si ses dirigeants continuent leur politique de force, leur État connaîtra le destin des États croisés en Terre sainte, ou de l’Algérie française. Surtout s’ils s’appuient sur les fous furieux du Nouveau Monde, qui se fichent de la stabilité du Proche-Orient.
        C’est ce que veut dire Alastair Crooke, il me semble (cf. le titre de son article).

          +3

        Alerter
      • Amsterdammer // 09.06.2019 à 14h49

        Israël n’est pas une démocratie mais une ethnocratie : il y a un Herrenvolk qui a tous les droits, et puis il y a les populations indigènes, dominées et ne benéficiant selon les endroits, au mieux que de droits réduits, au pire d’aucun droit.

        Ou alors, si on persiste à qualifier Israël de ‘démocratie’, il faudrait aussi convenir que le régime d’Apartheid en Afrique du Sud était ‘démocratique’ : ce régime avait un régime parlementaire et des élections pluripartites, ainsi qu’un parlement tricaméral, l’un représentant la population blanche, le second les métis, le troisième la population issue de l’Inde. Et devinez quelle chambre avait la prééminence?
        Quand aux noirs, ils devaient se contenter des droits politiques accordés aux Bantoustans, c’est-à-dire pas grand chose.

        Une démocratie modèle, en somme. Tout comme celle de l’Etat hébreu.

          +5

        Alerter
  • RGT // 07.06.2019 à 08h04

    Quand ces deux pays voyous décideront-ils de respecter enfin les résolutions de l’ONU et cesseront d’aller foutre le bordel chez leurs voisins et sur l’intégralité de la planète ?

    Ils ont tous les droits (du moins ils en sont con-vaincus) et se foutent royalement des désastres qu’ils imposent aux autres peuples, particulièrement aux “natifs” de “leur” propre sol qu’ils considèrent depuis toujours comme de la vermine à éradiquer.

    Je n’atteindrai pas le point Godwin en faisant une comparaison avec des événements qui seront commémorés sous peu mais je ne pense pas être le seul à avoir ces “pensées malsaines”.

      +21

    Alerter
  • Kokoba // 07.06.2019 à 08h28

    J’ai toujours autant de mal à comprendre pourquoi Trump a pris Bolton.

    D’un coté, Trump n’est ni néo-con, ni interventionniste.
    De l’autre, il a nommé un des pire salopard va-t-en-guerre qui puisse exister.

    Il y a là une contradiction que je n’arrive pas à résoudre.

      +9

    Alerter
    • Laurent // 07.06.2019 à 08h49

      Peut être celle ci :
      “Gardez vos amis auprès de vous et vos ennemis encore plus près.”

        +5

      Alerter
      • cagnotte // 07.06.2019 à 10h21

        C’était probablement pour se protéger du russiagate

          +1

        Alerter
    • Nicole de Nicomaque // 07.06.2019 à 22h47

      @ Kokoba

      Réponse :

      On a dû le lui imposé.

      Certains ont dû tordre le bras au président Trump pour faire entrer le fou Bolton dans le sérail….les fanatiques aux USA sont légions comme le diable… et le Pentagone est sa mère nourricière. L’économie de la guerre et de la mort fondent désormais fondamentalement ce pays malade de lui-même. D’où dans les coulisses, l’apparition forcée du néonazi Bolton au cœur de la Maison WASP.

      La question qui subsiste désormais au dessus de ce marécage débilitant et morbide, est celle-ci :

      ” Qui nous débarrassera de l’Empire des Etats-Unis d’Amérique avant qu’il ne soit trop tard ? “.

      – Le peuple US ?

        +7

      Alerter
      • Chris // 10.06.2019 à 14h37

        Asser d’accord avec vous . Bolton est un idéologue qui pense “théorie” . Trump , lui pense pratique , c’est à dire gain et perte et surtout financière . Bolton va dire “J’ai raison et je vais leur p..ter la tronche ” , Trump lui va d’abord se demander ce que ca va lui rapporter . Et une guerre c’est beaucoup de pertes pour surtout un gain idéologique . Donc peu de risque de guerre avec Trump mais bon ca ne veut pas dire non plus que je suis très d’accord à perdre tous mes avoirs pour rester vivant non plus .

          +0

        Alerter
  • Geoffrey // 07.06.2019 à 08h32

    le problème actuel, c’est la théorie de géopolitique des contestataires (càd nous, sur ce site ou ailleurs).

    cet article nous la joue “les USA, un empire belliqueux sur le déclin d’un côté, ET les gentilles Russie et Chine de l’autre, grosses puissances pacifiques, aux intentions pures”

    la Russie comme la Chine ont leurs parts d’ombre…
    je ne vois pas pq il y aurait un état-profond aux USA et pas en Russie ou en Chine

    je suis ignorant quant aux motivations INTIMES des dirigeants en matière de géopolitique : qu’est-ce qui les fait bouger ? une morale ? une éthique ? j’en doute…tous des satanistes ? probable..

    Geof’, anti-sataniste (sataniste : qui croit que son temps de vie sur terre doit être consacré aux plaisirs égoïstes extrêmes, quel qu’en soient les csq pour autrui, doctrine des psychopathes)

      +4

    Alerter
    • Laurent // 07.06.2019 à 08h53

      La théorie, c’est une chose, mais dans la pratique, depuis 1979 (date à laquelle les états-uniens et les chinois ont normalisé leur relation) les USA ont tout le temps été en guerre alors que la Chine ne l’a jamais été à l’extérieure de ses frontières.

        +19

      Alerter
      • Ives // 07.06.2019 à 10h29

        il ne faut pas oublier les conflits avec le Vietnam, mineurs mais quand même. Et peut-être aussi toutes les tensions sur les petites iles de la mer de Chine. Çà fait quand même quelques voisins irrités…

          +2

        Alerter
        • Chris // 07.06.2019 à 11h56

          Certes, mais je serais tentée de dire, une routine ! Et selon vous, qui a créé et surtout exacerbé ces tensions/conflits mineurs en Asie depuis 150 ans ?

            +7

          Alerter
        • septique // 07.06.2019 à 15h29

          2 années de guerre…au moins 15.000 morts du côté chinois, plus de 10.000 blessés, des pertes matérielles considérables…parlez donc des chinois aux vietnamiens…avec le support de la Russie pour le Vietnam…la Russie avait déployé des troupes sur les frontières de la Mongolie, une mesure d’amitié probablement…

            +1

          Alerter
        • Nicole de Nicomaque // 07.06.2019 à 23h05

          Certes….mais l’invasion US en Irak, c’est entre 1,5 et 2,5 millions de victimes civiles irakiennes d’après le dernier comptage d’organisations britanniques. Cela n’a donc rien à voir avec les crispations récentes de l’armée Chinoise sur ses eaux territoriales et au delà.

          Et je ne parle pas de la Libye, de la Syrie, de l’Afghanistan, du Soudan etc…le simple comptage des crimes US ou de l’Union Européenne sont tout bonnement effarants, mais il est de bon ton de n’en surtout pas parler.

          Pas étonnant que naissent de ces conflits des armées de fanatiques millénaristes comme l’organisation trouble et criminelle de Daesh au Moyen Orient en regard du carnage de l’Oncle Sam en Irak et ailleurs dans la région. – Qui ne se souvient pas que les bombardements incessants de l’armée US sur les populations civiles au Cambodge qui ont fait des millions de morts dans la population a débouché ensuite sur la victoire du fou Pol-Pot et de sa dictature atroce ?

          La guerre déclenchée par les fous rameute d’autres fous.

            +9

          Alerter
      • septique // 07.06.2019 à 15h18

        L’invasion du Tibet c’est quoi ? La guerre avec le Vietnam c’est quoi ? Le conflit avec la Russie c’est quoi ? Les conflits avec l’Inde c’est quoi ?

        Avec la Russie
        https://www.wikiwand.com/fr/Conflit_frontalier_sino-sovi%C3%A9tique_de_1969

        Avec l’Inde
        https://www.wikiwand.com/fr/Guerre_sino-indienne

        Avec le Vietnam
        https://www.wikiwand.com/en/Sino-Vietnamese_conflicts,_1979%E2%80%931991

        Invasion du Tibet
        https://www.wikiwand.com/fr/Intervention_militaire_chinoise_au_Tibet

        Incroyable une méconnaissance totale de l’histoire et 7 approbations. Un déni total de le réalité…De plus la soit-disante amitié russo-chinoise ne doit pas faire illusion et les conflits frontaliers larvés sont toujours là, la même chose avec l’Inde d’ailleurs. La construction d’îles militarisés par la Chine, pour étendre artificiellement son espace maritime est aussi une mesure d’agression pour tous les pays de la région.

          +1

        Alerter
        • Laurent // 07.06.2019 à 17h10

          Le Tibet, c’est en 1951.
          La Russie, en 1969.
          L’inde, en 1962.
          Donc bien avant 1979. 😉

          Après il reste le Vietnam qui, je vous l’accorde, a eu lieu après 1979.

          Et du côté des USA, combien de guerre depuis 1979 ?

            +9

          Alerter
          • septique // 07.06.2019 à 21h51

            Ben oui…des excuses toujours des excuses….c’était avant…ben oui Bouvines c’était avant aussi…
            Je réponds a un commentaire totalement faux sur la Chine…il n’y a pas de bonnes guerres.
            [modéré]

              +0

            Alerter
            • Chris // 10.06.2019 à 14h41

              La différence Chine – Usa , c’est surtout la gestion du temps . Les uns c’est tout de suite , les autres on est pas pressés . Bon après les deux veulent être les premiers et ca n’arrangent pas les autres .

                +0

              Alerter
    • nulnestpropheteensonpays // 07.06.2019 à 09h43

      il n’y a pas d’état profond en Russie et en chine parce que Poutine et xi tiennent les milliardaires , aux états unis , c’est l’ inverse ,c’est les milliardaires qui tiennent les présidents , comme en France…

        +16

      Alerter
      • Geoffrey // 07.06.2019 à 12h02

        je pense que c’est eux, Xi et Poutine, les figures de proue de l’état-profond…

        car autrement, comment gèrent-ils – psychologiquement – les raisons d’état ? et puis, qu’est-ce qui les motivent ? si ce n’est pas l’argent, c’est quoi ?

        le racisme (la race Han “über alles”) ? la gloire (la Russie a la plus grande superficie…) ?

        je pense que tous les dirigeants ont la même psyché pathologique…mais comment le vérifier ?

        Geof’

          +1

        Alerter
        • septique // 07.06.2019 à 14h31

          Ce sont tous sans exception des paranoïaques profonds. Le dirigeant suprême de ce type est toujours un danger public quand il n’est pas en plus physiquement malade voir le livre du journaliste Pierre Accoce et du médecin Pierre Rentchnick – Ces malades qui nous gouvernent – .

          Leurs parcours est parsemé de victimes réelles (presque toujours) ou politiques (toujours), les cas limites actuels ou récents, le potentat en Corée du Nord, Kadhafi en Lybie, Saparmurat Niyazov au Turkemistan et sa statue équestre en marbre et or (une demande du peuple…), Ramzan Akhmadovitch Kadyrov président de la Tchétchénie..élu par Poutine, une courte liste…sans mentionner tous les pays avec un parti unique, la Chine par exemple..dont les 8 partis sont sous l’autorité du PCC…

            +0

          Alerter
          • Chris // 10.06.2019 à 14h44

            Ce sont des affamés de pouvoir . Mème si ils oublient le triomphe romain . Vous savez celui ou l’esclave derrière le nouveau César lui répétait “N’oublie pas que tu es mortel” .

              +0

            Alerter
  • Geoffrey // 07.06.2019 à 12h09

    yeah yeah

    but no : israel is not an example of democracy neither, since it was regarded 2/3 decades ago as an apartheid state, and since then….still pretty racist today..better not being black out there. And you have the daily palestinians’ assassination…which is worth mentioning. Actually, it is the very reason hatred from the muslim world against sionism is beating so hard…

    and, you know..yeah…I mean…well..the USA are sort of..you know…guantanamo, the “I can’t breathe thing”..all that stuff, you know what I mean ?

    Geoffrey, english-speaker

      +3

    Alerter
  • Fritz // 07.06.2019 à 12h23

    Un Amerloque, s’inquiéter du potentiel nucléaire d’un autre pays ?
    Quel est le seul pays qui a largué des bombes atomiques, qui plus est sur des civils ?
    [modéré]

      +1

    Alerter
  • Chris // 07.06.2019 à 12h44

    Depuis cet article (3 mois ce sont écoulés), les élections ont eu lieu. Nétanyahou a été élu mais est incapable de former un Gvt, d’où des envois sporadiques de missiles sur Damas et ailleurs pour maintenir la pression et faire accroire son importance politique.
    De nouvelles élections sont prévues le 17 septembre :
    https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/israel-le-parlement-vote-sa-dissolution-nouvelles-elections-en-septembre-8164555a40ee435ecfe5d5ddc9ff4569
    Je ne suis pas sûre que le monde gagnera au change si Benny Gantz/Tsahal l’emporte, même si ce dernier envisage d’abroger la loi d’apartheid. Israël ne changera pas sa politique extérieure qui restera tout autant déstabilisatrice au MO. J’ai l’impression que les forts courants qui traversent Israël risque de faire exploser le pays si Bibi reste aux commandes :
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20190114-israel-benny-gantz-rival-netanyahu-avance-masque
    Côté USA, Pompeux a récemment remis en question le projet du “Grand Israël” mené par Jared Kusher et fermement appuyé par Trump, alors qu’il s’était affiché avec Nétanyahou durant sa campagne. Pour mettre Trump en porte-à-faux ou juste tenter d’évincer Kushner qui lui fait de l’ombre ?
    Etat des lieux au 3 juin 2019 :
    https://ejmagnier.com/2019/06/03/le-bellicisme-de-trump-assure-la-vente-darmes-mais-sert-aussi-la-cause-de-liran-et-des-palestiniens/
    Et l’Irak, grand voisin et “client” de l’Iran ?
    https://ejmagnier.com/2019/06/01/les-usa-et-lirak-des-progres-malgre-les-ecueils/

      +2

    Alerter
  • septique // 07.06.2019 à 13h50

    [modéré]
    Un petit article sur Israël qui permet de se défouler c’est bien…Il n’y aura pas de guerres contre l’Iran tout simplement parce que les USA (y compris Bolton) ou Israël savent que le pays est immense et que cette guerre ne peut-être gagné. Dire qu’il tentent un changement de régime par un écroulement économique est probablement vrai.

    Israël et les USA ne respectent pas les résolutions de l’ONU..et les autres ? Le veto de la Chine quand on parle du Tibet c’est quoi ?

      +0

    Alerter
    • martin // 07.06.2019 à 21h52

      C’est autre chose

      Le Tibet fait partie de la Chine depuis des siècles (Yuan ou Qin la question n’est pas tranchée). Le gouvernement chinois se comporte de façon épouvantable, c’est vrai, mais du point de vue du droit international la question tibétaine est une affaire intérieure à la Chine. Aussi terrible soit cette répression, cela n’a rien à voir avec les guerres extérieures que mènent en permanence les Etats-Unis. Par pitié, qu’on arrête de tout mélanger. Les faits demeurent: l’évaluation (difficile) du nombre de morts provoqués par les Etats-Unis depuis la guerre de Corée ne peut pas être inférieur à 20 millions, qui dit mieux?. Soyons un peu sérieux.

        +10

      Alerter
    • Nicole de Nicomaque // 07.06.2019 à 23h14

      @ Septique

      Votre démonstration est de mauvaise foi car la mystique contemporaine en théorie ne confond pas une ” démocratie ” et une ” dictature “.

      Si les dites “démocraties” imitent les dictatures sur le point que vous soulevez, où est alors la différence entre les deux types de régimes politiques ?

      Où se trouvent les dites ” Valeurs ” dont nous serions les preux représentants face au ” Mal ” ?

      Si les dites “démocraties” ne respectent pas les institutions internationales qu’elles ont elles-mêmes créé, qui a gagné au final ?

        +7

      Alerter
      • martin // 08.06.2019 à 09h57

        Etrange débat. Je dis que nous nous prétendons abusivement porteurs de valeurs supérieures tandis que nous mettons le monde à feu et à sang. C’est bien l’idée. Et je rappelle que le crime d’agression occupe la plus haute place dans l’ échelle du crime international.

          +1

        Alerter
    • Chris // 10.06.2019 à 14h57

      Israel est un pays que j’adore et que je hait . Je l’adore pour son absence de compromission mais je le hait pour la même raison . Disons qu’il le fait à l’envers . Si il acceptait un accord avec ses voisins et attendait de voir si les autres trahissent ou non l’accord , alors oui tant pis pour les menteurs . Mais malheureusement il fait un pas en avant et deux en arrière . Je précise que j’en parle au singulier , vu que je n’ai jamais compris ce que l’on peu vouloir aux juifs qui sont pour moi des gens comme les autres .

        +0

      Alerter
  • martin // 07.06.2019 à 21h31

    Tout cela est inquiétant

    L’entourage de Trump semble souhaiter une confrontation dure avec l’Iran. Tout le monde sait, les européens en particulier, que ce serait une terrible guerre qui se propagerait instantanément dans toute la région. Nasrallah a déclaré qu’il “ferait son devoir” en cas d’attaque contre l’Iran, ce qui signifie qu’Israel recevra une pluie de missiles iraniens d’assez bonne qualité. Le détroit d’Ormuz sera rapidement fermé, la Syrie et les milices chiites irakiennes bougeront chacune contre leurs cibles. Les iraniens subiront de terribles pertes mais ce sera très dur pour les américains. Bref, une catastrophe d’ampleur mondiale qu’il n’est pas possible à ce jour d’écarter. C’est d’autant plus inquiétant que les Russes ont annoncé qu’ils ne bougeraient pas, tandis que l’Iran hausse le ton. A mon avis, les israéliens font le forcing pour empêcher le pire. Tout le problème vient du fait que les faucons US ont besoin de cette guerre, c’est leur dernière carte militaire de valeur stratégique.

    Ca sent très mauvais, je ne suis pas rassuré du tout.

      +1

    Alerter
    • Fritz // 07.06.2019 à 22h57

      Ce n’est pas un hasard si la popularité de Poutine est en chute libre (cf. le lien proposé ci-dessus par @taka). A force de ne pas répondre aux frappes contre la Syrie, aux menaces contre l’Iran… Sa mollesse est de mauvais augure pour la paix du monde.
      Les Is*raéliens essaient d’empêcher le pire ? C’est possible. Je suis convaincu qu’Is*raël et l’Iran finiront par se retrouver.

        +0

      Alerter
    • septique // 08.06.2019 à 00h51

      Il n’y aura aucune guerre avec l’Iran, nada, nothing…pas besoin de planter vos petits drapeaux…le but des pressions sur l’Iran c’est de nuire à la Chine qui est totalement dépendante énergétiquement…et contrairement a ce qui est affirmé ici, par des gens qui n’ont aucun chiffre question pétrole les USA ont de quoi tenir longtemps coincé entre le Canada et le Vénézuela..les 2 ièeme et 3 ièeme réserve de pétrole au monde…pas la Chine.

        +0

      Alerter
      • Chris // 10.06.2019 à 15h19

        D’accord avec vous tant que Trump est au pouvoir . Mais si un idéologue y arrive , la tout est possible .

          +0

        Alerter
  • martin // 08.06.2019 à 10h05

    @ septique

    Votre propos est parfaitement rationnel. Une agression contre l’Iran serait pure folie et nuirait à tout le monde, sans parler des moyens titanesque qu’elle exigerait. En outre, vous avez certainement raison d’affirmer que la Chine est l’objectif réel.

    Tout ceci est raisonnable en effet, mais je crains que la raison ait déserté Washington, et que la pire des folies soit devenue possible. Tout en espérant me tromper, bien entendu.

      +2

    Alerter
    • Fritz // 08.06.2019 à 10h09

      « Les gens normaux ne savent pas que tout est possible » (David Rousset)

        +2

      Alerter
      • septique // 09.06.2019 à 01h59

        Donc vous ne savez pas grand chose….c’est évident.

          +0

        Alerter
    • septique // 09.06.2019 à 01h58

      L’Iran un pays montagneux, au moins 3 fois la taille de l’Irak..il faudrait au moins 450.000 hommes, un matériel gigantesque (pour l’Irak, 6 mois de préparation, 140.000 hommes) et on sait qu’une partie des officiers irakiens ont été acheté..par la CIA, se vont vu remettre des permis d’immigrer aux USA, etc….

      La cible reste la Chine totalement dépendante du Gofe Persique, les USA peuvent se permettre de voir le détroit d’Ormuz fermé pendant 6 mois sans aucun problème réel pour eux, la flambée du baril leur permettrait de réaliser un vrai jackpot sur le pétrole et le gaz de schiste…tout comme le Canada et aussi la Russie…la seule chose qui peut les chagriner…la montée du $ us…

      En attendant l’économie iranienne s’écroule, les réserves de devises sont au plus bas, l’inflation est au moins à 30 %, les ventes de pétrole sont de 500.000 barils par jour, un chomâge de masse s’installe, sans indemnités et mëme la Chine a renoncé à acheter du pétrole iranien à cause des sanctions américaines…

      Poutine ne fera rien si l’Iran ne peut plus produire c’est un compétiteur en moins…

      Cynique..?…Totalement….

        +0

      Alerter
  • Julie // 08.06.2019 à 20h02

    http://www.rfi.fr/afrique/20190608-soudan-restes-sit-in-milices-fsr-armee-vendredi-priere-mosquee-omdurman

    et rien sur les viols
    l ONU a déplacé ses membres … et c’est tout

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications