Les Crises Les Crises
4.juin.20194.6.2019 // Les Crises

La Chine accueille le deuxième forum de l’Initiative de la Ceinture et de la Route. Par Peter Symonds

Merci 49
J'envoie

Source : World Socialist Web Site, Peter Symonds, 01-05-2019

Par Peter Symonds
1 mai 2019

Le président chinois Xi Jinping a accueilli la semaine dernière à Beijing le deuxième forum de l’un de ses principaux programmes – l’Initiative de la Ceinture et de la Route (ICR) – un vaste projet d’infrastructure visant à relier la Chine par l’Eurasie par voie terrestre et maritime et à renforcer sa position sur la scène mondiale.

Depuis sa première annonce en 2013, l’ICR a été de plus en plus critiquée par les États-Unis, qui la considèrent comme un défi à ses propres ambitions mondiales. Lorsque l’Italie est devenue la première puissance du G7 à signer officiellement le projet le mois dernier, le Conseil national de sécurité des États-Unis a publié un tweet déclarant que Rome donne une légitimité à «l’approche prédatrice de la Chine en matière d’investissement».

Les responsables américains, y compris le vice-président Mike Pence, les groupes de réflexion et les médias ont accusé à plusieurs reprises la Chine d’utiliser l’ICR pour créer des «pièges à dette» afin de faire pression sur les pays pour qu’ils répondent aux demandes chinoises. Cette critique est tout à fait hypocrite. Depuis des décennies, les États-Unis exploitent des institutions comme le Fonds monétaire international pour imposer leurs diktats économiques et géopolitiques dans le monde entier.

Le président Xi était impatient d’utiliser le forum de l’ICR pour contrer les critiques croissantes des États-Unis et renforcer les liens ses liens en Eurasie et en Afrique. En ouvrant la réunion vendredi dernier, Xi a déclaré que la Chine s’engageait à la transparence et à la construction d’«infrastructures de haute qualité, durables, résistantes aux risques, à des prix raisonnables et inclusives».

Xi a dit à l’auditoire que l’ICR encouragerait un «développement ouvert, vert et propre». Sans mentionner spécifiquement les États-Unis, il a déclaré que «nous devons construire une économie mondiale ouverte et rejeter le protectionnisme». Cette remarque ne visait pas seulement à dénoncer les mesures de guerre commerciale de l’administration Trump contre la Chine. C’était aussi un signal aux puissances européennes, qui sont également confrontées à la menace de tarifs douaniers américains punitifs.

Devant une position américaine de plus en plus agressive à l’égard de la Chine – d’abord sous Barack Obama, puis sous Donald Trump – l’ICR a toujours été conçue pour renforcer la position économique et stratégique de la Chine, notamment en Europe, en vantant les avantages économiques d’une coopération économique et politique renforcée.

L’Italie est la seule grande puissance européenne à adhérer à l’ICR et à avoir envoyé son chef de gouvernement, le premier ministre Giuseppe Conte, au forum. Cependant, d’autres grands pays européens ont envoyé des représentants de haut niveau en quête d’opportunités économiques, tout en essayant d’éviter le mécontentement de Washington.

Le chancelier britannique Philip Hammond a assisté au forum pour faire du lobbying au nom des entreprises britanniques, un communiqué du Trésor soulignant des opportunités pour les entreprises britanniques dans les domaines du «design, du financement de l’ingénierie, des partenariats public-privé et des services juridiques».

Dans la perspective du forum de Beijing, malgré les fortes pressions exercées par les États-Unis, le gouvernement britannique a donné son accord de principe au géant chinois des télécommunications Huawei pour l’aider à construire le réseau de données 5G de la prochaine génération du pays. Robert Strayer, responsable du département d’État américain, a lancé un avertissement lundi contre toute implication du «fournisseur non fiable», même dans des éléments non essentiels du réseau, pouvant compromettre la coopération entre les services de renseignements américains et britanniques.

Le ministre allemand de l’Économie, Peter Altmaier, était également présent au forum de l’ICR. Il a plaidé en faveur d’un accord multilatéral de l’ICR entre la Chine et l’Union européenne, qui permettrait à l’Allemagne d’avoir plus de poids au chapitre dans l’exécution des projets. Dans une critique à peine voilée de l’Italie, Altmaier a déclaré que l’UE «dans sa grande majorité» avait convenu qu’elle ne voulait signer aucun accord bilatéral.

Au total, quelque 5000 délégués étrangers de plus de 150 pays et plus de 90 organisations internationales ont participé au forum, dont 37 chefs de gouvernement ou chefs d’État. Le président russe Vladimir Poutine et le premier ministre italien étaient présents, ainsi que des dirigeants de l’Autriche, du Portugal, de la Hongrie et de la Grèce.

De hauts dirigeants de neuf des dix pays de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) étaient présents, ainsi que de quatre des cinq républiques d’Asie centrale. Le premier ministre pakistanais Imran Khan y a participé, mais l’Inde, hostile aux liens étroits de la Chine avec son rival régional, le Pakistan, n’était pas représentée par son premier ministre.

Non seulement le président américain Trump n’était pas présent, mais il n’y avait pas non plus de haut représentant américain au forum.

Avant le forum, le gouvernement chinois a entrepris d’atténuer certaines des critiques sur le financement des projets de l’ICR. Le premier ministre malaisien Mahathir Mohamad, arrivé au pouvoir lors de l’élection de l’an dernier, s’est montré très critique à l’égard des investissements chinois pendant la campagne électorale et a suspendu ou annulé plusieurs projets importants, dont une ligne ferroviaire le long de la côte est non développée de son pays.

Le mois dernier, la Chine a renégocié l’accord sur la ligne ferroviaire de 20 milliards de dollars en réduisant d’un tiers le coût de la construction. Le nouvel accord a permis à Mahathir d’assister au forum de Beijing et d’apporter son «plein soutien» à l’ICR.

Le président Xi a déclaré aux médias que la Chine avait signé quelque 64 milliards de dollars d’accords lors de ce forum de trois jours. Selon un rapport d’Al-Jazeera, «À ce jour, environ 90 milliards de dollars ont été investis dans divers projets liés à l’ICR, mais il reste plusieurs centaines d’autres milliards vaguement promis, et il faudra encore des années avant que tous ces capitaux ne soient investis.» Dans l’ensemble, la Chine a indiqué que plus d’un billion de dollars seront investis dans divers projets.

Le communiqué de ce forum a identifié plusieurs projets clés qui seront accélérés, y compris le port pakistanais de Gwadar, point de départ du corridor économique Chine-Pakistan vers le sud-ouest de la Chine et le port grec du Pirée, que la Chine considère comme une tête de pont clé pour l’Europe.

L’autre grand projet est le China Railway Express – un réseau de chemins de fer reliant Londres à la ville chinoise de Chongqing et devant être emprunté par plus de 14.000 trains de marchandises par semaine. Ces liaisons d’infrastructure devraient permettre de réduire les coûts, mais du point de vue de la Chine, cela lui permettra également d’éviter de dépendre trop fortement du transport maritime à travers le détroit de Malacca, qui pourrait être bloqué par la marine américaine en temps de guerre.

Les États-Unis sont déterminés à faire en sorte que les plans de l’ICR de la Chine ne portent pas atteinte aux intérêts économiques et stratégiques américains. Lors du sommet de l’ANASE en novembre dernier, le vice-président américain Pence a critiqué l’ICR et déclaré qu’un plan d’infrastructure américain pour l’Asie-Pacifique constituait une meilleure option. «Nous ne noyons pas nos partenaires dans une mer de dettes, nous ne contraignons pas, nous ne compromettons pas votre indépendance… Nous n’offrons pas une ceinture contraignante ou une route à sens unique», a-t-il déclaré.

Les États-Unis, qui cherchent à obtenir l’appui d’alliés comme l’Australie et le Japon, ont annoncé qu’un peu plus de 100 milliards de dollars seront offerts pour des projets d’infrastructure. Il n’est pas surprenant que tous les pays de l’ANASE étaient fortement représentés à Beijing la semaine dernière, car il y a là potentiellement beaucoup plus d’argent de disponible.

Peu intéressé à investir davantage, Washington intensifiera sans aucun doute ses méthodes agressives utilisées jusqu’à présent pour saper l’influence chinoise – intrigues diplomatiques comprenant des opérations de changement de régime, des provocations militaires dans des points chauds dangereux comme en mer de Chine méridionale et des préparatifs de guerre contre la Chine.

(Article paru en anglais le 30 avril 2019)

Source : World Socialist Web Site, Peter Symonds, 01-05-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Pollix // 04.06.2019 à 07h36

Guerre de tous contre tous ? Ou développement mutuel plus intelligemment assuré ?… Tout n’est pas parfait, mais l’approche chinoise semble plus pacifique pour rétablir un équilibre multipolaire indispensable…
https://www.institutschiller.org/Les-Nouvelles-Routes-de-la-soie-pont-terrestre-mondial.html

31 réactions et commentaires

  • weilan // 04.06.2019 à 06h42

    “Ainsi que quatre des cinq républiques d’Asie centrale”.
    Il aurait été intéressant de connaître laquelle de ces 5 républiques totalement enclavées n’était pas présente à ce forum.
    Leur situation géographique particulière fait pourtant d’elles des acteurs privilégiés de ces grands projets.
    Que peut offrir Washington à ces 5 pays sinon toujours plus de bases militaires ?
    Les discours incendiaires de Mike Pence et ses menaces militaires même pas voilées apporteront elles une quelconque prospérité dans cette partie du continent euro-asiatique ?

      +18

    Alerter
    • Duracuir // 04.06.2019 à 07h25

      Ce qu’il peut offrir au pays? Rien. Ce qu’il peut offrir aux dirigeants par contre…

        +12

      Alerter
    • Lucmontagne // 04.06.2019 à 10h14

      Bonjour, C’est le Turkmenistan qui manque à l’appel. La liste des présents tirée de The diplomat:; https://thediplomat.com/2019/04/second-belt-and-road-forum-top-level-attendees/

        +6

      Alerter
      • septique // 05.06.2019 à 01h36

        L’un des haut lieux de la démocratie….cette dictature sympathique est un peu comme la dernière fleur sur un tas déjà peu odorant…

        https://www.businessinsider.com/turkmenistans-dictator-just-built-a-huge-golden-statue-of-himself-riding-a-horse-2015-5

        Le très sympathique President Gurbanguly Berdymukhamedov a vie s’est fait bâtir une statue de lui-même de 70 mètres de haut..avec un cheval blanc en marbre au sommet. Il le chevauche..lui-même tout en guidant son peuple et est est représenté par un personnage en or massif…Le tout suite à la demande du peuple…On est prié de ne pas rire…

        L’ambassade US le décrit comme…

        US Embassy cable in 2009 described Berdymukhamedov as “vain, suspicious, guarded, strict, very conservative, a practiced liar, ‘a good actor,’ and vindictive.”

        Vain, suspicieux, secret, strict, très conservateur, un menteur accompli, un bon acteur et surtout vindicatif…

        Turkmenistan — a gas-rich desert nation — has no free media, allows its citizens little foreign travel, has closed many hospitals outside the capital, and has banned the opera and the circus, The Guardian says….

          +0

        Alerter
        • Seraphim // 05.06.2019 à 15h44

          Ah ben si l’ambassade US le dit…alors!

            +1

          Alerter
  • LowCost // 04.06.2019 à 06h59

    Belt & road initiative = nouvelle route de la soie, plutôt que Initiative de la Ceinture et de la Route.

      +12

    Alerter
  • Pollix // 04.06.2019 à 07h36

    Guerre de tous contre tous ? Ou développement mutuel plus intelligemment assuré ?… Tout n’est pas parfait, mais l’approche chinoise semble plus pacifique pour rétablir un équilibre multipolaire indispensable…
    https://www.institutschiller.org/Les-Nouvelles-Routes-de-la-soie-pont-terrestre-mondial.html

      +24

    Alerter
  • Kiwixar // 04.06.2019 à 11h09

    C’est une bonne idée de construire des infrastructures à outrance tant que le prix de l’énergie (pétrole notamment) est si bas. Ça va faire bizarre dans 10 ans d’avoir toute les infrastructures US classées F (sauf les toilettes transgenre classés A) et les infrastructures clés de l’Eurasie toute classées A. La solution étant, bien sûr, de cesser les notations afin de ne pas faire de discrimination à l’encontre des ouestiens.

      +14

    Alerter
  • Michel Le Rouméliote // 04.06.2019 à 11h29

    Relier l’Europe à la Chine par voie terrestre. Le rêve ! Avec une liaison vers la péninsule des Tchouktches qui permettrait de mettre sa voiture sur un ferry pour l’Alaska ! On pourrait avoir la LIBERTÉ de voyager au long cours de manière pratique et économique.
    Au lieu de ça, nos élus discutent de l’absurde loi dite”mobilités” qui vise à nous rendre immobiles à partir de 2040 en interdisant les moteurs thermiques, au nom de chimères absurdes ! Sans se rendre compte que la voiture électrique ne peut pas être un substitut à la voiture à moteur thermique, simplement un complément pour les petits trajets réguliers.

      +7

    Alerter
    • Philippe // 04.06.2019 à 14h46

      Bonjour,
      Le projet terrestre concerne du transport ferroviaire. Mais peut-être pourrez-vous mettre votre voiture sur le train?

        +5

      Alerter
  • septique // 04.06.2019 à 11h39

    Je suis sûr qu’il y a eu une minute de silence pour les massacres de la place Tiananmen du 3 Juin, pour les dissidents chinois en prison sans jugements ou forcés de s’exiler, pour les camps de transformation des UIghurs dans la région du Xinjiang, pour l’occupation du Tibet, le remplacement des populations locales par des Hans, etc..

    Cette belle conférence a surement été largement diffusé en Chine ou tous les moyens internet sont constamment censurés. Sont interdits, Facebook, Instagram, Gmail, Google Search, Bing, etc..les moyens internets locaux comme Bilibili ne peuvent plus diffuser de video, les utilisateurs de Weibo ne peuvent plus changer profils et photo. Wikipedia vient d’être totalement interdit.

    Les comptes Twitter des dissidents chinois ont été purgés (une erreur technique…).

    Tout ceci en prévision du 3 Juin…

    Comme l’écrit l’éditeur de Global Times le haut-parleur officiel de la Chine…

    Tiananmen Square Beijing, 10PM, June 3. Around this time 30 years ago, clashes broke out between protesters and military on the way to Tiananmen. In the following 30 years, China has developed quickly. This glorious achievement changed how people look at Tiananmen incident. pic.twitter.com/vAdfJULpaJ

    Avec ca encore un petit massacre pour un prochain grand bond…

      +2

    Alerter
    • Pollix // 04.06.2019 à 13h14

      C’est vrai, le soleil n’est pas radieux partout et tout le temps pour tout le monde… mais le corollaire en horreurs – exterminations, camps de concentration, guerres de libération “démocratiques ou anti-terroristes”- a bel et bien existé tout au long de nos empires occidentaux, laissant quelques civils et libertés sur le carreau, avec maintenant un gendarme du monde autoproclamé en première ligne pour nous LBDéiser au moindre apparent faux pas… il me semblait que la coopération européenne était pour construire la paix sur le continent, pourquoi ne pas espérer dans une coopération mondiale qui éviterait à la planète de se désintégrer folamoureusement ?

        +14

      Alerter
      • septique // 04.06.2019 à 17h10

        Les exactions des uns ne pardonnent pas ou n’excusent pas celles des autres. On parle de la Chine ici pas des USA ou de la France en Afrique. Sans évoquer l’univers orweillien de la surveillance permanente, le système chinois de profilage social qui peut vous empêcher de prendre le train, d’aller au cinéma, de postuler a un emploi…

        J’attends ENCORE un article sur les libertés publiques en Chine, le droit d’association, la censure, les dissidents, le systèeme de surveillance de la part de ce site. Cet article c’est un panégyrique pour l’Empire du Milieu…

          +2

        Alerter
        • Subotai // 04.06.2019 à 20h09

          Nous sommes concernés par la “Nouvelle Route de la Soie”, je pense que vous n’en doutez pas, mais en quoi sommes nous concerné par la “politique intérieure” de la Chine?
          N’avons nous donc pas de sujets de réflexion sur la politique intérieure de la France ou si vous voulez de l’UE?

            +8

          Alerter
          • septique // 05.06.2019 à 01h39

            Tout simplement parce que c’est LEUR modèle et qu’il veulent la même chose ailleurs…Il suffit de voir leurs réactions au comité des droits de l’homme à l’ONU et ailleurs…
            Pour la route..il faudra trouver l’argent..la dernière semaine 2 banques chinoises ont fait faillite, l’économie est au ralenti, 65 millions de logements vides…

              +0

            Alerter
            • Subotai // 05.06.2019 à 04h48

              Racontez moi moi où et quand les Chinois se sont jamais souciés de “civiliser” les barbares?
              Ne plaquez pas le modèle de fonctionnement “occidental” sur les autres…
              Les “Droits de l’Homme” valent exactement la même chose partout dans le monde, c’est à dire, pas grand chose, voire rien devant la |Raison d’État|. Chaque État ayant ces propres “Raisons”, ce qui fonctionne pour l’un ne l’est pas nécessairement pour l’autre.

                +9

              Alerter
            • Michel Le Rouméliote // 05.06.2019 à 12h07

              Le modèle “chinois” s’appelle en fait le communisme marxiste-léniniste adapté à la sauce chinoise, donc maoïste (la classe des paysans pauvres et moyens-pauvres est une classe révolutionnaire). Deng Xiaoping était un fin lecteur des textes sacrés : pour arriver à la société communiste, il faut d’abord passer par le socialisme et, auparavant, par le stade de la société capitaliste pour faire croître la classe ouvrière. En fait, il a réussi la NEP : développement économique capitaliste sous la direction du Parti, avant-garde des travailleurs. L’abominable répression de Tien Anmen consistait, pour lui, à tuer dans l’œuf une révolte petite-bourgeoise. Sans états d’âme, contrairement à Zhao Ziyang…

                +0

              Alerter
        • Myrkur34 // 04.06.2019 à 20h24

          C’est vrai que dés qu’on gratte un peu, çà fait peur. Entre la terraformation à la mode huan du Tibet hier et celle du Xingjiang aujourd’hui….
          C’est désespérant de bêtise humaine, c’est juste de la géopolitique froide, plus la foire au pognon à n’importe quel prix.
          Cela me rappelle un peu le nationalisme prussien, les types avaient pas perdu la 1ère guerre mondiale qu’ils réfléchissaient déjà à comment commencer la deuxième.
          Vu à la tv, à un étudiant chinois à qui on montrait la fameuse photo de tien an men avec le type qui stoppait une colonne de char en 1989, celui-ci répondit qu’il ne savait pas d’abord et ensuite que c’était un défilé militaire.(sic).

            +1

          Alerter
          • Seraphim // 05.06.2019 à 15h49

            La photo propagande par excellence! Car elle empêche de réfléchir et de la regarder…autrement: si une colonne de chars est arrêtée par un homme c’est que…? C’est que les chars n’écrasent pas des colonnes d’hommes…! Mais là encore “l’ambassade des Etats Unis a fait son devoir” et rapporté des massacres fictifs

              +4

            Alerter
    • Ouvrierpcf // 05.06.2019 à 12h48

      Hiroshima et Nagasaki opérations militaires ou simples dégâts co latéraux donc pas des massacres le Kosovo en 1989 incartade la la marge ou massacre Sabra et Chatila détails faits divers ou massacre bombardement de Dresde 1945 nécessaire ou massacre on pourrait en passer du temps en minutes de silence pour ces dates pourcesfaits tw historiques l armée chinoise étai telle partie prenante

        +0

      Alerter
    • max // 05.06.2019 à 14h12

      A quelques mois d’intervalles, dans les années 1990 il y a eu en Russie et en Chine deux événements similaires à savoir : la révolte d’une frange de la société des deux pays.
      En Chine, le pouvoir au final tira sur les manifestants, il y eu vraisemblablement plusieurs milliers de morts.
      En URSS quelques mois plus tard, le pouvoir, sous la pression des manifestants, laissa la place a Eltsine.
      https://planetes360.fr/annees-1990-clintons-ont-impose-famine-genocide-russie/
      Il y eu six millions de morts sous la présidence de Eltsine soutenu par les USA mais personne n’en parle.

        +1

      Alerter
    • Krystyna Hawrot // 07.06.2019 à 15h16

      Les Crises n’est pas interdit en Chine! J’étais à Pékin l’année dernière et j’ai testé. Sur Baidu on est très bien indexés! 🙂

        +3

      Alerter
  • Louis Robert // 04.06.2019 à 14h05

    J’ai signalé ici, jadis, liens significatifs à l’appui, la tenue de ce second forum d’une portée géopolitique inestimable… ce qui me valut d’être promptement censuré.

    Au risque de l’être à nouveau, je me permets de recommander aux lecteurs soucieux de se dépouiller de cet occidentalo-centrisme qui marque encore si profondément notre vision du monde, de se référer aux récents ouvrages de Parag Khanna (“The Future Is Asian” et “Connectography: mapping the future of global civilization“), ainsi que de Peter Frankopan (“Silk Roads: a new history of the world” et “The New Silk Roads”). Ces deux penseurs, universitaires réputés internationalement, nous invitent à modifier fondamentalement notre vision du monde et de son histoire, voire de sa géographie.

    On trouve sur YouTube de nombreux documents audiovisuels par Khanna et Frankopan à ce sujet.

      +9

    Alerter
  • Lucmontagne // 04.06.2019 à 14h10

    “L’Italie est la seule grande puissance européenne à adhérer à l’ICR et à avoir envoyé son chef de gouvernement, le premier ministre Giuseppe Conte, au forum. Cependant, d’autres grands pays européens ont envoyé des représentants de haut niveau en quête d’opportunités économiques, tout en essayant d’éviter le mécontentement de Washington.”

    Euh, pas vraiment ou mal formulé… D’après The Diplomat https://thediplomat.com/2019/04/second-belt-and-road-forum-top-level-attendees/ on a :
    Premier ministre Grec
    Hongrie: Premier ministre
    Portugal: Président
    aussi le président suisse, serbe et chypriote…..

      +6

    Alerter
    • Daniel // 05.06.2019 à 22h35

      L’Italie n’est pas le seul pays en Europe a avoir rejoint la dynamiques des Nouvelles Routes de la Soie.
      D’ailleurs, la Chine propose juste de financer les projets identifié par l’UE il y a … 30 ans et qui n’ont jamais été réalisé, car le but de l’UE c’est de préserver les banques et surtout pas de développer les pays.

      L’Italie n’est pas seule : il y a aussi le Luxembourg qui a emboîté le pas dans la foulée et la Suisse.
      ce qui fait que la moitié des voisins de la France sont dans le train des Nouvelles Routes de la Soie.
      et En France, nous regardons partir le train …

        +4

      Alerter
  • channy // 05.06.2019 à 13h17

    @Xi a déclaré que la Chine s’engageait à la transparence et à la construction d’«infrastructures de haute qualité, durables, résistantes aux risques, à des prix raisonnables et inclusives”

    ahahaha couts raisonables, transparence surtout quand on lit plus loin
    @ Le premier ministre malaisien Mahathir Mohamad, ..;s’est montré très critique à l’égard des investissements chinois pendant la campagne électorale et a suspendu ou annulé plusieurs projets importants, dont une ligne ferroviaire le long de la côte est non développée de son pays.
    Le mois dernier, la Chine a renégocié l’accord sur la ligne ferroviaire de 20 milliards de dollars en réduisant d’un tiers le coût de la construction.
    Le tiers du surcout était peut être aux facilités de trésorerie accordé a l ex gouvernement Najib en échange du projet
    Pour info Mahatir n ‘ a cessé de pester sur la main d oeuvre 100% chinoise pour la construction de ce projet, sur le fait que tous les matériaux étaient importés de Chine,faisant face à un chômage en augmentation je doute que l’accord Malaisien-Chinois ce soit limité à une remise sur la facture finale.
    Et bizarrement on reparle du retour imminent de J.Lhow , l homme qui dirigé le 1MDB scandal

      +0

    Alerter
    • Philippe // 05.06.2019 à 14h07

      Bonjour,
      En Malaisie 1/4 de la population est d’origine chinoise. Cette population est largement jalousée et détestée par la majorité d’ethnie malaise (les bumiputera 60/70% de la population).
      Donc dire du mal des chinois et critiquer la politique de la Chine (même quand on fera sans trop d’état d’âme du business avec elle) est l’assurance de s’attirer les votes des malais.

        +3

      Alerter
    • Seraphim // 05.06.2019 à 15h54

      Les Malais sont des clampins, ils n’avaient qu’à négocier mieux et inclure une clause de minimum de part locale et de main d’oeuvre locale. Je le sais c’est ce que j’ai fait moi-même pour plusieurs sociétés chinoises dans plusieurs pays et qui, moyennant quelques petits écarts acceptables, se réalise très bien.

        +2

      Alerter
  • RGT // 06.06.2019 à 19h00

    “Altmaier a déclaré que l’UE «dans sa grande majorité» avait convenu qu’elle ne voulait signer aucun accord bilatéral”.

    Cette saillie verbale est évidente de la part du “maître” de l’€urope.

    Si les pays européens signent des accords sans requérir l’onction du Saint Empire Germanique ça pourrait leur donner des idées d’indépendance en constatant qu’ils ont obtenu de biens meilleurs avantages que s’ils s’étaient rangés bien sagement derrière la Führerin.

    Si l’UE signe des accords multilatéraux, ces derniers seront TOUJOURS en faveur de l’Allemagne et permettra à ce pays de pouvoir encore plus asservir ses (infortunés) “partenaires”.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications