Les Crises Les Crises
21.septembre.201621.9.2016 // Les Crises

Les néoconservateurs trouvent de nouvelles excuses pour bombarder la Syrie, par Paul R. Pillar

Merci 2
J'envoie

Source : Consortium News, le 08/08/2016

Le 8 août 2016

Les néoconservateurs influents de Washington continuent à inventer de nouvelles excuses pour accroître l’intervention militaire des États-Unis en Syrie, y compris pour bombarder les forces gouvernementales syriennes et affronter la Russie, écrit l’ancien analyste de la CIA Paul R. Pillar.

Par Paul R. Pillar

La nature complexe et multidimensionnelle de la guerre civile syrienne entrave la clarté du débat aux États-Unis sur la politique envers la Syrie. L’implication dans le conflit de multiples protagonistes, tous objets d’anathèmes de la part des débatteurs américains, mais s’opposant les uns aux autres en Syrie, reste un élément de complication fondamentale trop souvent ignoré.

Les questions fondamentales sur ce que sont les intérêts américains en Syrie sont trop souvent abordées superficiellement. Un exemple récent nous est donné par un article de Dennis Ross et Andrew Tabler, du Washington Institute for Near East Policy, plaidant en faveur d’une campagne de bombardements contre le régime d’Assad et exprimant son opposition à toute forme de coopération avec la Russie dans les frappes contre les groupes extrémistes, tels que le front al-Nosra affilié à al-Qaïda.

Le Secrétaire d'État américain John Kerry lors d'une conférence de presse commune sur la crise syrienne avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. (Photo du Département d'État)

Le Secrétaire d’État américain John Kerry lors d’une conférence de presse commune sur la crise syrienne avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. (Photo du Département d’État)

En tentant de résoudre la quadrature du cercle, en voulant intervenir avec force dans la guerre contre le régime d’Assad sans saper les efforts faits contre les groupes terroristes anti-occidentaux contre lesquels ce régime se bat aussi, Ross et Tabler soutiennent que toute action américaine ou russe contre ces groupes « les pousserait ainsi que les réfugiés vers la Turquie voisine », entraînant les terroristes « et la menace de la violence militante, à se rapprocher encore plus de l’Occident. »

Ceci est une bien étrange manière de prendre le contre-pied du fameux « les combattre là-bas ou les combattre chez nous » appliqué à la lutte anti-terroriste. Ce point de vue n’a jamais fait la preuve d’une corrélation positive et directe entre les interventions à l’étranger et la sécurité intérieure, pas plus d’ailleurs que ce genre de corrélation négative directe proposée par Ross et Tabler.

L’expérience indique que les corrélations négatives ont beaucoup plus à voir avec le ressentiment lié aux opérations militaires des États-Unis, ce qui crée plus de radicalisation et une augmentation du sentiment anti-occidental, et Ross et Tabler plaident en faveur de plus de telles opérations en Syrie. Ils répètent la même erreur que les tenants du principe « les combattre là-bas ou chez nous », en supposant un nombre constant de méchants qui traversent les frontières internationales mais ne se multiplient pas.

De plus, pour autant que les réfugiés soient concernés, les personnes peuvent devenir des réfugiés autant parce qu’elles combattaient le régime d’Assad que parce qu’elles combattaient contre l’EI ou al-Nosra. Au final, Ross et Tabler ne font la quadrature d’aucun cercle ; ils ne font que répéter qu’ils veulent combattre Assad, et que le volet contre-terroriste de la politique des États-Unis ne devrait pas avoir la priorité en Syrie.

En critiquant l’approche de l’administration Obama qui consiste à se concentrer sur le contre-terrorisme tout en cherchant un terrain d’entente avec les Russes, Ross et Tabler produisent des scénarios comme s’ils étaient les conséquences de ce que fait l’administration, même si ce n’est pas le cas. Ils mettent en avant des arguments sur le manque d’hommes du gouvernement Assad pour occuper les zones rurales sunnites, et donc son besoin de s’appuyer sur le Hezbollah et d’autres milices shiites pour le faire, et cela poussera al-Nosra et d’autres vers la Turquie, les rapprochant de l’Occident.

Mais qu’est-ce que tout cela a à voir avec ce que fait l’administration Obama ou le fait de parler aux Russes ? Damas et le Hezbollah ont leurs propres raisons de faire ce qu’ils font dans les zones sunnites de la Syrie.

Procès d’intention

Ross et Tabler imputent certaines priorités au président russe Vladimir Poutine, affirmant qu’il « est plus intéressé à démontrer que la Russie et ses alliés gagnent en Syrie et que les États-Unis perdent », plutôt que d’essayer de trouver des façons de limiter l’engagement de la Russie et les coûts dans la guerre civile Syrienne.

Dennis Ross, qui a été émissaire haut placé des États-Unis au Moyen Orient.

Dennis Ross, qui a été émissaire haut placé des États-Unis au Moyen Orient.

Mais leur appel ultérieur à utiliser l’armée de l’air américaine pour infliger des dégâts aux Russes ou à leur allié syrien reviendrait plutôt à affirmer le contraire. Si Poutine était vraiment plus intéressé au jeu des gagnants et des perdants en Syrie plutôt qu’à la limitation des coûts pour son pays, alors la coûteuse escalade des États-Unis serait plus encline à provoquer une contre-escalade de la part des Russes qu’un repli.

C’est peut-être pour échapper à un tel manque de logique que Ross et Tabler disent que les frappes aériennes américaines qu’ils recommandent « seraient effectuées seulement si le gouvernement d’Assad violait la trêve que, selon la Russie, la Syrie s’est engagée à respecter. » Mais l’hypothèse implicite qu’il y aurait quelque chose d’approchant une vision commune de ce qui est ou non une violation de la trêve et de qui l’a ou ne l’a pas commise, est tout à fait irréaliste, en particulier dans un conflit aussi confus avec autant de combattants différents, que celui de la Syrie.

Le régime syrien justifierait presque certainement toutes les attaques qu’il mènerait comme une réponse aux violations de l’autre camp, et au moins dans certains cas, le régime pourrait avoir raison. Ross et Tabler écrivent qu’il faut persuader la Russie « de s’arranger pour que M. Assad se conduise correctement », comme si la Russie contrôlait le comportement de la Syrie, ce qui n’est pas le cas. Qui va donc s’arranger pour que l’opposition archi-divisée et infestée d’extrémistes « se conduise correctement » ?

L’article soutient l’hypothèse erronée que la création des conditions d’un règlement politique consiste simplement à peser suffisamment sur le régime syrien et à obtenir alors de ses soutiens russes et iraniens qu’ils se débarrassent de leur conviction présumée (une autre hypothèse erronée de Ross et Tabler, pour laquelle ils ne fournissent aucune preuve) qu’une résolution purement militaire du conflit est possible.

Mais un seul camp ne suffit pas pour faire un règlement politique. Il y a eu au moins autant d’obstination et de réticence à faire des compromis du côté des éléments rebelles. En pesant sur ces éléments avec leur puissance aérienne, les États-Unis ne feraient probablement qu’augmenter ce durcissement. Les guerres civiles ne peuvent se régler que lorsque tous les côtés, et pas uniquement un seul, comprennent que continuer une guerre mène à une impasse. Il sera difficile d’obtenir un cessez-le-feu si une des parties voit le conflit se développer trop à son avantage, ou au contraire trop à son désavantage.

Le manque le plus flagrant et le plus fondamental dans l’analyse de Ross et Tabler est son échec à examiner avec précision quels sont les intérêts réels des États-Unis en Syrie. L’afflux de réfugiés venant de Syrie, l’instabilité ou le terrorisme sont des conséquences néfastes de la guerre elle-même, et non d’une coloration politique particulière du gouvernement de Damas.

Les Assad père et fils ont été au pouvoir depuis 46 ans. Il serait difficile de faire valoir que la vie ou la mort d’un régime d’Assad est essentielle pour les intérêts américains et ce serait encore plus difficile en prenant en compte les solutions de rechange actuelles, ou plutôt le manque de solutions de rechange.

La guerre syrienne finira par se terminer par une sorte de compromis par épuisement, probablement fragile et temporaire, comme l’accord de Taëf concernant le Liban ou l’accord de Dayton concernant la Bosnie. Et cela, on l’a déjà sans doute compris dans toutes les capitales concernées.

Obtenir un accord, même fragile, ne va pas consister simplement à exercer des pressions ou à imposer des coûts d’un côté. Pour y arriver, il faudra la coopération constructive de la Russie et de l’Iran. Aucun de ces alliés d’Assad ne va être amené par la puissance aérienne des États-Unis à se coller l’étiquette de « perdant » sur le front en s’éclipsant de la Syrie la honte au front.

Paul R. Pillar, pendant ses 28 ans passés à la Central Intelligence Agency, est devenu l’un des meilleurs analystes de l’agence.

Source : Consortium News, le 08/08/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

63 réactions et commentaires

  • Ouas // 21.09.2016 à 00h29

    Ross et Tabler ont le mérite d’être conséquents parce que “les efforts faits contre les groupes terroristes anti-occidentaux” armés, financés, dirigés et entraînés par les occidentaux contre la Syrie posent de sérieux problèmes de compréhension.

      +4

    Alerter
  • Olivier Berruyer // 21.09.2016 à 01h02

    Vous savez, quand tous les voyants passent au rouge, que la raison est piétinée par les passions, en interne comme en externe, il ne faudra pas se plaindre de réveils avec une grosse gueule de bois…

    Emmanuel Todd m’a dit un jour : “L’avantage des Russes et des Chinois, c’est qu’ils n’ont pas oublié, eux, que l’Histoire, ça peut être grave…”

      +90

    Alerter
    • vincent // 21.09.2016 à 09h18

      Oui cela personne l’a oublié, par contre on oublie aisément l’histoire coloniale, l’histoire du pillage, l’histoire de la destruction que l’on a causé”, ce qui s’est pas chez nous, on ne l’oublie passé, c’est plus facile quand en plus on se pense être les plus grande victime.

        +3

      Alerter
      • rastignac // 21.09.2016 à 10h01

        arretez avec vos histoires de pillage! la destruction ? quand on voit l’état de l’algerie post coloniale 60 ans apres son indépendance.

        Des gens que je connais sont retournés au bled une derniere fois avant, vu leur age, de mourir ici en métropole. Ils ont revu la petite maison qu’ils ont laissé aux autochtones. quand ils sont partis il y a 60 ans un carreau à la porte d’entrée était fêlé. Il l’est toujours……

          +0

        Alerter
  • Pierre // 21.09.2016 à 01h45

    Dernier drame, 21 morts dans la destruction partielle d’un convoi humanitaire pour Alep.
    Version France Info:
    http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/syrie-ce-que-l-on-sait-de-l-attaque-d-un-convoi-humanitaire-de-l-onu-pres-d-alep_1833503.html
    Version RT;
    https://francais.rt.com/international/26572-usa-reviseront-cooperation-avec-moscou
    https://francais.rt.com/international/26614-syrie-drone-russe-repere-djihadistes
    Qui croire ? Je n’ai bien évidemment pas la réponse à cette question. Néanmoins, je me demande quel serait l’intérêt stratégique ou politique pour l’armée syrienne de procéder à un tel bombardement ? De plus, sur aucune photo, je n’ai pu voir de cratères d’impact. Quelque jours après la bavure de Deir-es-zoor, cela a tout de même un relent de récupération opportuniste de la part du camp occidental. Mais bien évidemment, ce n’est que pure conjecture…

      +31

    Alerter
    • Georges Clounaud // 21.09.2016 à 07h33

      Même le monde reste prudent dans sa présentation des faits ! Quand on connait le parti-pris de ce journal cela nous donne un premier indice…

      http://www.lemonde.fr/syrie/article/2016/09/21/washington-tient-moscou-pour-responsable-du-raid-contre-un-convoi-humanitaire-en-syrie_5000952_1618247.html

        +10

      Alerter
    • Charles Michael // 21.09.2016 à 07h51

      Pierre,

      Hors MMM (Média Manipulateur de Masse) le refus des accustions US-UE domine, spécialement sur SST.

      par ailleurs:

      une dépeche Reuter signale une correction dans la déclaration UN:

      ”But the U.N. revised a statement to remove the phrase “air strikes” and replace it with references to unspecified “attacks”. U.N. humanitarian spokesman Jens Laerke said the original reference to air strikes was probably a drafting error, saying the U.N. was not in a position to determine if they were air strikes but was sure the convoy was “attacked.”

      http://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-idUSKCN11Q1NR

      en bref ce n’est plus officielement une attaque aéienne, cause donc non-déterminée à ce stade.

        +15

      Alerter
      • Gérard du Biolo // 21.09.2016 à 10h32

        “U.N. humanitarian spokesman Jens Laerke said the original reference to air strikes was probably a drafting error, saying the U.N. was not in a position to determine if they were air strikes but was sure the convoy was “attacked.”

        Peut-être une météorite ?

          +8

        Alerter
        • Olivier Berruyer // 21.09.2016 à 10h39

          Moi, je me demande si, en 2016, dans une zone très sensible, dans un monde avec plein de satellites, on ne se foutrait pas en permanence de notre gueule…

            +42

          Alerter
          • Pierre // 21.09.2016 à 14h21

            @ Olivier B. N’oublions pas qu’un satellite géostationnaire (cad en permanence au-dessus d’un même point du globe) est par définition à une altitude de 36 000 km et est au niveau de l’équateur. Les satellites d’observation (ceux qui lisent les plaques minéralogiques) sont beaucoup plus bas et “dérivent” par rapport à la surface de la terre. On ne peut avoir une observation 24/7 d’un point donné qu’en ayant programmé les courses des satellites à l’avance. Mais je rejoins votre propos en disant que les satellites sont loin d’être les seuls moyens d’observation. Je pense aussi qu’on se fout un peu de notre g****

              +8

            Alerter
            • aleksandar // 24.09.2016 à 11h26

              Quelque compléments en vrac ( j’espère que la modération acceptera ce post trop long )
              1) Je suis d’accord avec vous concernant la dérive des satellites mais je suis persuadé que depuis le temps que cette position était tenue par l’armée syrienne, elle du être survolé maintes et mainte fois puisqu’elle se trouve a moins de 100 km de Raqquah.
              2) Les bavures concernent essentiellement deux cas, cibles en mouvement et frappes tactiques de conduite des opérations décidées sur le coup.Ce n’est manifestement pas le cas ici.
              3) la chaine de décision et la suivante:
              a – étude de l’objectif.
              b – effet a obtenir
              c – faisabilité
              d – définition de moyens
              e – contrôle de l’adéquation moyens / objectifs
              f – décision
              g – ordres logistiques
              Les points a, b et e impliquent de réétudier à chaque fois l’objectif avec une finalité différente et la carte sous les yeux.
              Et aucun analyste n’a remarqué que cette position était tenue par l’Armée Syrienne ?
              Connaissant assez bien ces procédures, il n’y a pour moi aucun doute, cette attaque était planifiée et délibérée

                +1

              Alerter
      • christian gedeon // 21.09.2016 à 11h27

        Mais çà,çà ne sera pas diffusé dans les JT et autres manipulatoires patentés,n’est ce pas?Il reste des gens assez honnêtes pour ne pas se soumettre à la manipulation. Auront ils le courage d’aller jusqu’au bout? Et de dire que l’attaque s’est produite par terre dans uns ecteur où Russes et Syriens sont totalement absents? Et donc de désigner les coupables? Qui pour moi,ne font aucun doute???J’espère que ce n’est qu’une mise en scène…parce que si des services “étrangers” devaient être impliqués…. la correspondance avec le “çà suffit” me déplaît profondément… vous vous rappelez du Rainbow Warrior? je déconne,je déconne…il n’est quand même pas aussi bête que çà…j’espère. Et pourquoi est ce que le Charles de Gaulle est parti,alors que franchement,il n’ apporte rien à la coalition? çà sent mauvais..très mauvais…

          +5

        Alerter
        • Beatrix // 22.09.2016 à 01h38

          Un indice est manquant pour affirmer qu’il y a eu attaque: le nom des employés du Croissant Rouge et de ceux de l’ONU qui en seraient victimes ainsi que leur degré d’atteinte. S’il y a eu morts, on aurait dû avoir un décompte relativement précis, 70 heures après.
          Cela ressemble beaucoup au 9/11 qui aura servi de modèle. Pas de relations plausibles entre le visuel et la réalité physique. C’est-il du récit illustré?

            +4

          Alerter
    • Amer // 21.09.2016 à 13h22

      Bis repetitas placent….ils veulent jouer la même partition que celle des attaques chimiques de la Ghouta qui ont eu lieu le 21 août 2013 , la veille de l’arrivée de la délégation des observateurs des nations unies; et là, nous avons deux attaques :
      – un bombardement de la coalition internationale sur les forces syriennes, tuant des dizaines de soldats; ce qui a provoqué la rupture d’un cessez-le-feu déjà fragile;

      – un bombardement du convoi humanitaire, après que la trêve ait volé en éclat à cause du manque de sérieux des USA et des leurs alliés qui ne maîtrisent pas les soi-disant rebelles “modérés”.

      On peut ainsi observer que les faucons font feu de tout bois ,c’est le cas de le dire, au vue de leurs contradictions et manque de sérieux; ils la veulent cette guerre avec la Russie et font tout pour la provoquer.

      Mais qui peut les arrêter ????

        +11

      Alerter
  • Caliban // 21.09.2016 à 03h31

    [hypothèse]

    Les cyniques du Pentagone attendent la survenue d’un ou plusieurs gros attentats terroristes en Europe ou aux Etats-Unis pour faire céder les Russes, les forcer à lâcher Al-Assad.

    Comme ces attentats sont probablement en préparation (cf Trévidic), l’important pour les Yankee est de laisser la marmite bouillir à petit feu en Syrie et de prier que ce soit bien Hillary qui soit aux commandes à ce moment-là.

    Bref j’ai l’impression que 2017 pourrait s’avérer bien pire que 2016.

      +16

    Alerter
    • Roman Garev // 21.09.2016 à 07h39

      à Caliban
      Franchement, je n’arrive pas à voir, comment et pourquoi “un ou plusieurs gros attentats terroristes en Europe ou aux États-Unis” feraient céder les Russes. Tout au contraire, ces attentats éventuels les confirmeraient dans leur lutte contre Daech.

        +20

      Alerter
      • Caliban // 21.09.2016 à 08h51

        C’est un peu de la science-fiction, je vous l’accord bien volontiers.

        Des attentas d’envergure :
        • justifieraient une action urgente de la cavalerie Yankee, façon croisade de 2001
        • seraient la preuve que l’action anti-terroriste russe en Syrie est insuffisante. La décrédibilisation de l’intervention russe doit être démontrée. Les barbus pourraient bien donner un coup de pouce aux Yankee qui ont toujours pour objectif de dégommer Al-Assad.

          +4

        Alerter
      • francois Marquet // 21.09.2016 à 09h33

        Il y a peu, le chaos orchestré par le pentagone profitait à Hillary.
        Aujourd’hui, par ses mensonges, sa maladie, ses emportements (basket of deplorables), elle est quasi hors-jeu. Mais les militaires qui la soutiennent continuent les provocations. Est-ce pour forcer la main de Trump s’il est élu?

          +6

        Alerter
    • Amer // 21.09.2016 à 16h19

      Oui, je pense qu’il faut suivre de près les événements qui vont se produire à partir de cet échec (voulu?) du cessez-le-feu en Syrie…c’est un préalable à toutes les orientations que risque de prendre le conflit syrien…Je ne pense pas que les USA ont réellement voulu respecter cette trêve pour laquelle il faisaient tout pour convaincre le monde entier de leur bonne volonté avec les nombreuses visites de Kerry à Moscou…mais en fait, tout ceci n’était que diversion pour leurrer le monde, et précipiter la guerre en faisant croire que c’est la partie en face qui a tout fait capoter…en sommes les yankees fidèles à eux-mêmes depuis le début de leur histoire n’ont aucun respect pour les engagements qu’ils ont signés avec les autres….les indiens en savent quelque chose !!!

      Je pense aussi que 2017 sera encore pire que 2016, puisque depuis la destruction de la Libye rien n’est plus comme avant, et que la Syrie aussi a eu droit aux lots de “combattants de la liberté-rebelles modérés” si chers à l’Oncle Sam et que chaque jour est pire que la veille…

        +7

      Alerter
  • PatrickLuder // 21.09.2016 à 05h51

    Chercher ses propres intérêts dans les conflit des autres nation du monde … voilà bien une manière de voir purement occidentale, égoïste, irrespectueux, inconscient, malhonnête, profiteur, infâme, en bref => lamentable !

      +10

    Alerter
    • Christophe Vieren // 21.09.2016 à 15h48

      Salut Pat,
      Je ne suis pas sûr que ce soit une caractéristique du monde occidental. C’est plutôt une caractéristique des nations dominantes (militairement et/ou économiquement).
      Il me semble que par le passé les empires – souvent pas très respectueux des frontières – ont existé sur 360° du Nord au Sud.

        +1

      Alerter
  • DUGUESCLIN // 21.09.2016 à 07h00

    La machine à fabriquer des terroristes est en marche. Le monde arabe est las de cette guerre dans laquelle les chefs d’état sont abattus comme des chiens pour n’apporter que le chaos. Ces humiliations permanentes ne peuvent que créer des désirs de vengeances permettant le recrutement de plus de djihadistes. Un bombardement de Damas pour descendre Bachar Al Assad aurait ce résultat entre autres.
    De plus les tenants du respect des souverainetés ne pourraient l’accepter. Si les hégémonistes réussissaient à soumettre tout le moyen orient la Russie serait encore plus menacée et à sa suite la Chine. D’un commun accord, elles ne pourraient que réagir. Ce serait donc le déclenchement possible d’une guerre catastrophique, voir apocalyptique. Ni la Chine ni la Russie ne reculeront, si leurs existences souveraines sont menacées.
    Un bombardement de Damas rencontrerait les défenses Russo-syriennes, avec mise en oeuvre des S-400. Et après que feraient les américains?

      +28

    Alerter
  • Roman Garev // 21.09.2016 à 08h07

    L’effectif de la coalition lors de la frappe sur l’armée syrienne :
    – E3-A, U-2, RC-135 US pour le renseignement ;
    – EC-130H US pour la lutte électronique et la coordination des frappes ;
    – échelon de frappe : drone Ripper G-B pour le renseignement direct au champ de bataille ; deux F-16 danois pour la répression de la défense contre-aérienne ; deux F-16 et deux A-10 US pour les frappes ;
    – deux avions ravitailleurs US et Australie ;
    – 2 AH-64 et 2 CH-60 US pour “combat rescue”.
    Est-ce possible de “se méprendre” de cible (stationnaire !) avec un tel jeu de renseignement et de commande ?

      +63

    Alerter
    • aleksandar // 21.09.2016 à 08h40

      La réponse est : non.
      1) de nos jour on peut lire sur les photos satellite les chiffres d’un plaque d’immatriculation de voiture.
      2 ) Ce n’est pas un front mobile, la position était occupée par l’armée syrienne depuis des mois.
      3 ) Cette position contrôle la sécurité de l’aéroport de Deir el Zor, qui permet le ravitaillement et le soutien aérien de cette ville qui est assiégée par Daesh.

      Conclusion : Il ne s’agit pas d’une erreur mais d’une opération planifiée.
      Elle offrait a Daesh une position permettant de conquérir a terme Deir el Zor en brisant le soutien logistique, avec bien évidemment tous les massacres habituels a la clé.

      L’autre but étant de faire voler la trêve en éclats, trêve a laquelle, les durs du Pentagone étaient farouchement opposés.
      Reste une question, qui a décidé ? Je ne crois pas, ce n’est qu’une opinion, qu’on puisse mettre les USA en cause, mais plutôt des éléments du Pentagone qui profite du vide du pouvoir en cette fin de mandat d’Obama. Probablement le général Votel ( US Central com )

        +59

      Alerter
      • tepavac // 21.09.2016 à 12h39

        la lecture des événements ressemble davantage aux conflits internes des states, CIA/Pentagone, et le FBI est en ébullition suite aux pressions sur l’histoire invraisemblable et pourtant bien réelle, de la boite mail “full open” de H. Clinton.

        Je rappel que pour beaucoup moins que cela, bien des personnes ont tâté de la cellule par le biais du patriot-act.
        Quant au domaine économique privé, c’est la prison pour de telle traitrises.

        Il est clair qu’on se moque de nous

          +11

        Alerter
    • Nerouiev // 21.09.2016 à 10h24

      Effectivement ! Mais aux USA quand un gouvernement s’oppose à un lobby juteux tel que le groupe militaro industriel il reste à ces derniers la stratégie du “doute” connue et appliquée depuis longtemps, ici la bavure militaire. Et ça marche, la preuve relayée dans les médias français par exemple.
      Ceci fait néanmoins ressortir que les USA commencent à se fissurer et une élection de Clinton mettrait tout le monde d’accord sur l’objectif hégémonique américain dont beaucoup en partagent une certaine fierté. Et il faut aller vite car Clinton souffrirait d’un Parkinson depuis 2012, c’est en tout cas ce qu’il ressort des interprétations de ses problèmes apparents de santé (MODERE)

        +10

      Alerter
    • SanKuKai // 21.09.2016 à 15h20

      Malheureusement, malgré toute cette technologie, une erreur est tout à fait possible.
      Dans les “frappes chirgurgicales” US, le chirurgien est un boucher. Et question bourdes et bavures il sont plutot expérimentés.
      Les Britanniques qui ont fait les frais de leurs “Friendly Fire” en Irak et en Afganistan en savent quelquechose.

        +5

      Alerter
  • Jmk011 // 21.09.2016 à 09h17

    Enfin un article et des commentaires dignes des Crises, ça nous change des délires obsessionnels sur Zemmour et sur les avantages ou inconvénients du burkini !! Merci Olivier de revenir sur les fondamentaux.

      +19

    Alerter
    • Olivier Berruyer // 21.09.2016 à 10h22

      “des délires obsessionnels sur Zemmour ”

      J4entends. Mais on a manqué de “délires obsessionnels sur les caricatures de Mahomet” en 2006. Si elles avaient cessé rapidement, on aurait peut-être évité bien des drames, qui sait…

        +16

      Alerter
      • Olivier Berruyer // 21.09.2016 à 10h36

        Le voilà :

        1/ on doit avoir le droit de se foutre de qui on veut
        2/ après, si ça prend de l’ampleur, à la population ou aux politiques de se positionner. Normalement ils doivent adopter une position mesurée (droit de la faire, mais condamnation morale des excès et du manque de fraternité). Cf Chirac 2006
        3/ une caricature de Mahomet, c’est comme un type qui sortirait dans le 13e arrondissement de Paris avec un tee-shirt “La religion des Asiatiques, c’est vraiment que de la merde, il faut être con pour pratiquer cette bouse”
        4/ L’intelligence et la tolérance n’étant pas de ce monde, il se peut qu’il finisse par croiser d’autres types qui vont lui casser la figure (ce qui ne devrait pas arriver = liberté d’opinion)
        5/ Si tout le monde manifeste à la demande du gouvernement au seul slogan de “Liberté d’insulter la religion des asiatiques”, je crains que ça finisse par faire de gros remous, et n’aidera pas au vivre ensemble

        Mais c’est seulement mon petit point de vue – les masses sont toujours les victimes des intolérants…

          +21

        Alerter
        • christian gedeon // 21.09.2016 à 10h56

          Vous avez répondu trop vite,et je ne suis toujours pas convaincu. je suis chrétien,pratiquant,croyant(il y une nuance) catholique,de rite maronite. je ne me sens absolument pas concerné par les caricatures et insultes visant les chrétiens.En fait,je m’en fous,partant du principe que la bave du crapaud ne saurait atteindre la blanche colombe…c’est à dire Dieu Père Fils et saint Esprit.Ils sont bien au delà de tout çà… j’ai la faiblesse de penser qu’un vrai croyant devrait penser le même chose,quelle que soit sa religion…sinon,son Dieu ne vaut pas tripette. çà vaut aussi bien pour les chrétiens,qui sortent la notion de blasphème à tort et à travers. Les pauvres,qui n’ont rien compris…à part que depuis quelques centaines d’années,ils ne massacrent plus personne pour çà…Et Olivier,comme je l’ai dit dans un précédent post….expliquez moi ce qu’est le “vivre ensemble”? je n’ai toujours pas compris. C’est un point essentiel,et j’aimerais avoir votre éclairage sur la question. Bien à vous.

            +9

          Alerter
          • Amer // 21.09.2016 à 16h42

            La grande différence cher Christian c’est quand vous avez à longueur de journée des médias qui ne cessent de soulever des problèmes avec l’Islam, ceci, l’Islam cela, et que les politiques s’y mettent, et les humoristes et les caricaturistes, et que les musulmans sont en plus les premières victimes du terrorisme soutenu par certains pays occidentaux en collaboration avec les pays du golfe avec qui ils partagent les mêmes intérêts; le musulman il est lassé voyez-vous,; il peut se dire je m’en fout, mais on lui rappelle à chaque fois qu’il allume la télé, ou la radio….”hé pst! y’a un problème avec toi, mon gars…”…c’est cela la grande différence…
            En plus, la fameuse caricature qui a soulevé un tollé dans le monde musulman vient d’un journal danois connu pour ses accointances avec l’extrême-droite, et dont les tirages ne se vendaient pas…idem pour un certain Charlie qui les a repris aussi…

              +10

            Alerter
          • david C // 22.09.2016 à 20h22

            bjr,

            En effet pour un homme de foi, une insulte envers Dieu concerne celui qui l’insulte. Puis une vie terrestre par rapport à l’éternité de l’âme…..Dieu jugera!

            Si les musulmans sont si radicaux, il faut pas oublier les humiliations depuis 100 ans que subissent ces gens par la colonisation, les coups foireux des services secrets occidentaux. Le pillage généralisé au moyen orient et pour finir, le mépris pour leur dieu est forcément la goute qui fait déborder le vase.
            Charlie (version val) avait le droit de caricaturer le prophète des mahométans (inspirés d’un journal d’extrême droite Danois), mais ont-ils considéré le fait que les frontières n’existent pas avec internet?
            Au final le droit au blasphème est autorisé en France ( enfin certains blasphèmes ! ) mais si c’est pour foutre le bordel dans un pays et zones déjà extrêmement tendues, ou est l’irrévérence ?
            Quand aux occidentaux au pouvoir actuellement aux us, France, Angleterre, et autres…, l’image qu’ils donnent au monde est tellement replie de mensonges, de Crimes et autres vilénies que comptez vous comme résultat ?
            Vivre ensemble oui mais avec des cons de tous bords c’est difficile. Et en ce moment c’est eux qui donnent le là!
            Oserons nous les virer ?
            C’est cela le vrai enjeu. Qui en sera capable ?

              +0

            Alerter
  • Toussi toussa // 21.09.2016 à 09h30

    Merci pour votre article .
    Effectivement nous avons l’impression qu’un engrenage funeste est largement enclenché .
    J’attends d’en savoir plus sur la “rupture” du cessez le feu, encore que dans mon esprit celui-ci n’était que de quelques jours (trois, me semble t’il).
    De même sur les origines du “bombardement de la colonne de secours” car j’ai comme des doutes sur nos informations style Fr 2 ou Fr Inter …
    Dossier bien pourri et toutes les inquiétudes sont de mise .

      +5

    Alerter
    • Toussi toussa // 21.09.2016 à 12h01

      J’ai trouvé un lien qui éclaire assez bien ce qui se passe, émanant de Bassam Tahhan d’ Eurasie express et qui corrobore ce que je pense savoir:
      Je vous le laisse :
      https://www.youtube.com/watch?v=7dME3rxC12w

        +7

      Alerter
      • Amer // 21.09.2016 à 17h09

        Merci pour ce lien Toussi Toussa, Bassam Tahhan fait partie de ces syriens (musulmans ou chrétiens) boycottés par les médias de masse parce non-alignés sur leur rhétorique mais ses entrevues sont toujours de première main et riches en informations. Et je constate en l’écoutant que mes analyses (plus haut) rejoignent les siennes

          +3

        Alerter
      • fanfan // 23.09.2016 à 05h52

        Intervention de Basha al-Ja’afari, ambassadeur syrien auprès des Nations unies, à partir de 2:32
        (Le conseil de sécurité de l’ONU fait le point de la situation en Syrie – Direct du 21.09.16)
        https://www.youtube.com/watch?v=a1FJlBH3rSw

          +1

        Alerter
      • silk // 27.09.2016 à 01h04

        @toussi toussa, amer :
        En fait il y a un paramètre très important qui semble avoir échappé à plusieurs analystes.
        Si les erreurs arrivent, là c’est d’autant plus surprenant que déjà c’était une position statique connue depuis longtemps.
        Mais surtout, la coalition US n’a JAMAIS bombardé Daech quand l’armée syrienne etait à proximité afin de ne pas avantager Assad.
        Cependant on remarque que Bassam Tahhan dit aussi une ânerie (Il me semble) quand il déclare “il y avait une trêve donc les USA n’avaient pas à bombarder”.
        En disant ça il induit l’auditeur en erreur car la trêve ne concernant ni Daech ni al-nosra. Donc les américains continuaient à bombarder Daech. Tahhan, s’il est toujours intéressant à écouter, est quand même un soutien de Damas :
        Il faut toujours un esprit critique 😉
        Le point clé c’est que les USA n’ont jamais bombardé quand il y avait le moindre risque que cela puisse avantager, de quelque manière que ce soit, l’armée syrienne.

          +1

        Alerter
  • Scytales // 21.09.2016 à 09h53

    Au sujet du raid aérien américain sur l’armée syrienne à Deir ez-Zor et, plus généralement, sur les erreurs de cibles lors des raids aériens, outils fétiches des puissances occidentales, un billet important a été publié sur le blog “La Voie de l’Épée” : http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2016/09/islamic-state-air-force.html#links

      +8

    Alerter
  • J // 21.09.2016 à 10h03

    Je ne suis pas convaincu que “neoconservateur” soit mieux défini qu'”islamophobe”, ni que les motivations et allégeances de ceux qui en relèvent soient les mêmes. Au temps de la Guerre du Vietnam on parlait de “faucons”. Pourquoi ne pas y revenir ? C’est plus explicite.

    Je me demande ce que je fais avec ce blog qui […] ne permet pas de contester l’assertion monstrueuse que le fondamentalisme islamique aurait commencé au vingtième siècle. Enfin, j’essaie.

      +5

    Alerter
    • Olivier Berruyer // 21.09.2016 à 10h29

      Eh bien faites le poliment et avec mesure (comme vous le faites) – et pas en “bistrot-style” -, et ça passera.

      On ne garde que des commentaires intéressants, argumentés, et si possible de toutes visions – ce n’est pas un forum de libre expression, car les commentaires creux intéressent très peu de monde…

        +10

      Alerter
      • J // 21.09.2016 à 12h51

        Désolé, j’ai trop souvent l’impression, et je ne suis pas le seul, que ce sont les questions et arguments gênants qui sont caviardés, alors qu’on laisse passer des objections véhémentes mais moins pertinentes (je n’ai rien contre un blog qui n’admet que les approbations, je sais à quoi m’en tenir). Je fréquente beaucoup de blogs et forums ailleurs, plus ou moins corrects, je n’ai encore jamais eu à ce point cette impression. Peut-être que c’est dû à la multiplicité de modérateurs qui se concertent mal, peut-être s’entendent mal, peut-être même vous jouent des tours, mais je juge le résultat.

        Et sur la question qui m’a fait bondir, j’ai proposé plusieurs formulations.

          +10

        Alerter
  • christian gedeon // 21.09.2016 à 10h25

    J’ajouterais qu’il faut écouter ceux qui savent…dans une très intéressante et pour une fois presqu’objective émission sur LCP,le député de l’Hérault Aboud,d’origine libanaise a clairement expliqué qu’aucune solution viable n’existerait sans Bachar el Assad et les alaouites,propos tenus par l’ex président libanais Amine Gemayel dont le frère Bachir président élu,le fils,et le neveu ont été tués par les services syriens. La voix d’un homme d’état,et une voix qui n’est certes pas suspecte de sympathie pour le président syrien. M. Loncle,homme sage s’il en est, ne dit pas autre chose. Tout comme M. Deleval pourtant associé à Randa Kassis figure de l’opposition syrienne,et analyste hors pair de la situation au MO…Et le Yémen,Olivier..;quand allez vous parler plus avant du massacre qui se déroule en silence au yémen,où le centre ancien et magnifique de Sanaa vient à nouveau d’être bombardé par la “coalition “menée par l’Arabie Saoudite,pays démocratique s’il en est,n’est ce pas?

      +20

    Alerter
  • Ardéchoix // 21.09.2016 à 10h28

    10:27
    “Les néoconservateurs trouvent de nouvelles excuses pour bombarder la Syrie” 20 commentaires, le burkini 50 commentaires , comme le disait un internaute sur ce blog il y a quelques semaines ” on a l’indignation sélective “

      +20

    Alerter
  • Catalina // 21.09.2016 à 10h34

    Le problème avec les Américains c’est qu’ils sont plusieurs à diriger la politique étrangère, de hauts responsables militaires s’écharpent à l’intérieur même de l’armée pour s’approprier certaines régions, et ceci, sans aucune concertation avec le commandement suprême, ces vautours n’agissent qu’à des fins mercantiles, les gens ne sont rien pour eux, ils ont découpé le monde en parcelles qu’ils visent à s’approprier et se font la guerre entre eux, oui, on est mal quand une armée n’obéit plus à son chef mais n’obéit qu’à des pulsions perverses de domination.

      +12

    Alerter
  • Dahool // 21.09.2016 à 10h52

    Bonjour

    “Sentiment anti-occidental”

    Et nous, pendant ce temps là, on récolte les attentats et on accuse les anti que nous allons bientôt chasser. Pour le bien de la démocratie et du vivre ensemble…
    Le moment venu, la gestapo viendra me chercher, je suis un anti criminels.

    Merci chères élites dirigeantes.

      +1

    Alerter
  • Amer // 21.09.2016 à 12h37

    Tout à fait d’accord; on ne comprend plus rien de ce que veulent les USA et leur vassaux suiveurs comme notre cher président va-t-en guerre qui hier à l’assemblée de l’ONU reprochait à Obama de ne pas être intervenu à temps; et réclame des sanctions contre les armes chimiques, il lâche pas cette affaire alors que des rapports ont bien montré que ce n’est pas l’armée syrienne qui les ont utilisées , mais bien les rebelles…mais bon…Dans l’état actuel des choses ce n’est pourtant pas le moment de jeter de l’huile sur le feu avec une trêve fragile qui a depuis volé en éclat suite aux attaques des rebelles et du bombardement de l’aviation de la coalition US sur l’armée syrienne; mais en fait, pour le camps des faucons, c’est justement le moment puisque cette trêve durement obtenu surtout par les efforts de la Russie et de ses alliés a été piétiné par le camps us-wahabito-occidental….
    ….suite….

      +13

    Alerter
    • Amer // 21.09.2016 à 12h47

      ….suite….

      Les Etats-Unis viennent d’accuser Moscou d’avoir bombardé les convois humanitaires, ce que les russes ont démentit avec force et convoqué une réunion d’urgence aux Nations Unies pour demander des explications aux américains. Ces derniers ont l’audace d’accuser la Russie de ne pas avoir respecté la trêve après qu’ils aient volontairement ou non bombardé l’armée loyaliste syrienne. Certains soupçonnent des groupes incontrôlables au sein de l’administration de l’Etat américain et de la CIA et du Pentagone (dont les milices respectives se battent entre elles de temps en temps, mais ça aussi est passé sous silence par nos médias), et qui mènent leur propre agenda dans cette guerre.
      On a vu les rebelles « modérés » appuyé par les USA et la Turquie chasser les forces spéciales américaines qui accompagnaient les troupes turques à la frontière syrienne.
      Cette histoire de cessez-le-feu n’était qu’une mascarade pour les USA et ses alliés, et seul le camp des russes et des syriens a été sérieux dans son respect. Cet épisode a tiré au clair la réticence des américains à vouloir participer sérieusement au règlement du conflit syrien et exposé la contradiction entre leurs déclarations et leurs actes sur le terrain.
      Une question se pose dès lors, à quoi et à qui sert cette démocratie (étymologie : du grec dêmos, peuple, et kratos, pouvoir, autorité), si les peuples qui en jouissent n’ont pas les moyens d’arrêter les bras coupables de leurs dirigeants mettant en danger les citoyens de la planète entière….

        +17

      Alerter
  • J // 21.09.2016 à 13h03

    D’accord, mais ça se fait plus ou moins dans n’importe quelle guerre et de tous les côtés (voir tout ce qu’on met sur le dos d’Israël par exemple, soit dit sans prétendre justifier tout ce qu’ils font), alors ne le dénoncer que d’un seul…

      +2

    Alerter
    • Amer // 21.09.2016 à 17h39

      Votre tentative pour défendre Israël est vraiment pathétique; s’il y a un Etat qui ne respecte nullement le droit international et les résolutions des nations unies, c’est bien Israël…vous faites bien partie de ces provocateurs qui se croient tout permis parce que toujours bien accueillit sur les médias…(l’omission du “r” est volontaire.)

      https://www.monde-diplomatique.fr/2009/02/A/16775

      en prime : ce qu’on vous cache…

      https://www.youtube.com/watch?v=04LnVTlxlIg

        +5

      Alerter
    • christian gedeon // 21.09.2016 à 18h17

      De tous les côtés? C’est à dire?Pourriez vous préciser s’il vous plaît?je ne participe pas de l’anti -israélisme primaire de beaucoup,mais puisque vous parlez d’Israël,son jeu trouble sur la frontière du Golan où Israël aide clairement les “rebelles” y compris militairement est mal venu,franchement. d’autant que je n’y vois strictement aucun interêt pour les israéliens qui nourrissent ainsi ds vipères en leur sein Le calcul qui consiste à dire que ces “rebelles ” pourraient devenir des alliés dans la guerre contre le Hezbollah est d’une terrible stupidité. Depuis la défaite de Tsahal au Liban contre le Hezbollah en 2005,on a l”impression que l’état major de Tsahal est dans le doute le plus complet. Et fait un peu n’importe quoi,hélas pour Israël…et pour les autres. C’est bête!

        +4

      Alerter
      • Toussi toussa // 21.09.2016 à 19h39

        Le but de mon point de vue c’est le maximum de chaos dans les états non contrôlés par disons les néocons.

          +4

        Alerter
  • Macarel // 21.09.2016 à 13h35

    Russia’s UN Ambassador, Vitaly Churkin, asked in his speech at the UN:

    “Who is in charge in Washington? Is it the Pentagon or the White House?”

    A propos des représentants US à l’ONU (Samantha Power) :

    “They are losing control !”

    https://www.youtube.com/watch?v=bID01gIEIOY

    Ceci confirme, s’il en était besoin, que l’épicentre du chaos mondial actuel est à Washington.

    Je crois que les russes en ont vraiment gros sur la patate, et ils ont des bonnes raisons, rappelées Churkin.
    En particulier, ils ne supportent pas, à juste titre, d’être rendus responsables du flux de réfugiés en Europe, et du chaos qui s’étend au Moyen-Orient. Churkin rappelle que la diplomatie russe a à plusieurs reprises (Irak, Libye, maintenant Syrie) mis en garde les occidentaux contre les risques de déstabilisation majeurs du Moyen-Orient. Les occidentaux (US en tête) ont fait la sourde oreille. Il est remarquable que les russes aient gardé leur contrôle jusqu’à présent. Heureusement pour nous, mais en en face, avec la bande d’irresponsables qu’il y a, jusqu’à quand auront-ils la patience de supporter toutes les provocations des néoconistes ?

    https://www.youtube.com/watch?v=dWM6eOaF2hk

    http://webtv.un.org/watch/samantha-power-usa-on-syria-security-council-media-stakeout-17-september-2016/5130062236001

      +18

    Alerter
    • KIMPORTE // 21.09.2016 à 17h49

      un groupe naval , dont le porte avions super lourd , est envoyé en mediterané, (voir sputnik)

        +5

      Alerter
  • J Moldu // 21.09.2016 à 13h41

    But USA: Maintenir l’EI à Deir ez-Zor pour une victoire à Mossoul

    http://www.lorientlejour.com/article/1007902/maintenir-lei-a-deir-ez-zor-pour-une-victoire-a-mossoul.html

      +6

    Alerter
    • anne jordan // 22.09.2016 à 16h21

      étonnant article de l ‘ Orient le Jour , lorsqu’on connait leur ligne farouchement anti Assad et anti Poutine
      ex , à propos d’Alep : “Jeudi, le régime a parachevé le nouvel étranglement de ce secteur où vivent environ 250 000 habitants, ses troupes ayant réussi à reprendre aux rebelles une route d’approvisionnement au sud de la ville, après celle de Castello, au nord, un mois plus tôt.

      De fait, plus aucune marchandise ni aide ne peut entrer dans ce secteur par ailleurs soumis quotidiennement à des frappes aériennes meurtrières du régime de Bachar el-Assad comme de son allié russe. ”
      cela fait de cette révélation un scoop !
      merci , @le moldu !

        +0

      Alerter
  • Amer // 21.09.2016 à 18h14

    Au fait, attendez-vous à ce qu’il arrive un “événement” du côté de l’Ukraine et/ou du Caucase…on commence à connaître le protocole des yankees à force…

      +3

    Alerter
  • Amer // 21.09.2016 à 19h11

    Pour comprendre les problèmes Moyen-Orient écoutez cette entrevue de l’ancien président libanais Emile Lahoud, et les solutions qu’il préconise pour le Liban…et vous allez apprendre comment les médias ici rapportent les événements qui se déroulent à l’international…

    https://www.youtube.com/watch?v=OBABsXmOPkg

      +2

    Alerter
  • amer // 21.09.2016 à 21h11

    Dernière nouvelle :

    Le ministre des affaires étrangère de la Russie Sergey Lavrov au Conseil de Sécurité, demande qu’une enquête impartiale soit menée par l’ONU sur l’attaque du convois humanitaire.

    https://francais.rt.com/international/26652-syrie–russie-appelle-enquete

    Lisez la réaction des américains par la voix de kerry, vous allez bien rire et vous comprendrez le manque de sérieux des USA.

      +4

    Alerter
    • Ovuef2r // 22.09.2016 à 07h13

      La réaction de Kerry est juste : lui et Lavrov sont dans 2 univers parralleles mais un seul d’entre eux est dans le réel, quand l’autre est dans un univers construit par la narrative depuis longtemps, en mode turbo depuis l’Ukraine… L’autre a touché terre brutalement en 1991…
      Le réel c’est la mort des millions de malheureux, provoquée par le rêve américain qu’il faut étendre sur la planète : depuis 1942 ils sont en guerre et ont déversé des milliers de tonnes de bombes un peu partout, sans parler des 2 seules bombes nucléaires jamais utilisées sur des populations civiles. Ça en fait du monde en dessous, morts invisibles, dans l’univers réel, pour la grandeur d’une nation qui se vit indispensable, phare de la liberté et de la démocratie.

        +8

      Alerter
  • Amer // 22.09.2016 à 16h45

    Les Etats-Unis ont tué dans le cessez-le-feu qui a été durement négocié et accuse les autres de son échec. Les américains n’ont jamais été sérieux mais l’on fait croire aux autres; et ils ont été les premiers à violer la trêve en tirant sur l’armée syrienne, en lutte contre une offensive des combattants de Daesh, durant plus d’une heure et disent que c’était une erreur !

    Interview du président Bashar El-Assad

    https://francais.rt.com/international/26695-bachar-el-assad–frappes

    El-Assad : «Vous ne pouvez pas bombarder pendant une heure puis dire que c’était une erreur»

      +3

    Alerter
  • Catherine // 22.09.2016 à 23h18

    Je ne sais pas si vous avez remarqué mais on se trouve dans une situation où on trouve déjà normal, où on s’habitue déjà, à ce que les américains soient présents en Syrie. Ils s’y sont faufilés comme une anguille.

    Faut-il rappeler que leur présence est tout à fait illégitime au regard du droit international ?

    Ils ont vraiment une attitude qui se résume en : “le monde nous appartient, nous sommes partout chez nous, même lorsque c’est très loin”.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications