Les Crises Les Crises
21.juin.201621.6.2016 // Les Crises

Les Républicains ont un énorme problème de carte électorale qui n’a rien à voir avec Donald Trump, par Chris Cillizza

Merci 1
J'envoie

Source : The Washington Post, le 02/05/2016

Donald Trump a remporté une écrasante victoire lors de la primaire républicaine d’Indiana. Voici comment. (Peter Stevenson/The Washington Post)

Politico a publié aujourd’hui un sondage fait en Floride pour un groupe d’affaires qui montre Hillary Clinton vainqueur de Donald Trump par treize points et de Ted Cruz par neuf.

Pourquoi cela est-il important ? Parce que si Hillary Clinton remporte la Floride et les 19 États qui ont voté pour le candidat présenté par le Parti démocrate à la présidence dans chacune des six dernières élections, elle sera le 45ème président. C’est aussi simple que cela.

Voici à quoi ressemblerait cette carte :

Capture d’écran 2016-06-10 à 21.04.51

Et voici les calculs qui expliquent cette victoire. Si Hillary Clinton remporte les 19 États et le District de Columbia que chaque candidat démocrate a remportés depuis 1992 jusqu’à 2002, elle a 242 voix de grands électeurs. Ajoutez les 29 de Floride et ça vous fait 271. La partie est terminée.

La carte républicaine, que soit désigné Trump ou Cruz ou qu’on ait un candidat de rêve (Paul Ryan ?) comme porte-drapeau, est décidément moins attirante. Il y a 13 États qui ont voté pour le candidat républicain dans chacune des six dernières élections, ce qui fait un total de 102 voix de grands électeurs. Cela signifie que le candidat doit trouver encore 168 voix pour arriver à 270, ce qui est fichtrement plus difficile que d’en trouver 28.

Capture d’écran 2016-06-10 à 21.07.09

Beaucoup de Républicains, surtout à Washington, se préparent déjà à une défaite cet automne, défaite que beaucoup considèrent inévitable, compte tenu de la personnalité clivante de Trump. Ce n’est toutefois pas entièrement juste pour Trump.

Même si ses scores décourageants chez les femmes et les Hispaniques, pour prendre deux groupes, n’arrangent pas les choses et pourraient, dans le pire scénario pour les Républicains, faire passer des États comme l’Arizona et même l’Utah aux Démocrates, les problèmes de carte qui se posent aux Républicains ont très, très peu à voir avec Trump ou même Cruz.

Ils sont plutôt, en grande partie, dus à des problèmes démographiques et à l’incapacité du Grand Old Party de rallier à lui de larges pans d’électeurs non blancs. Le Nouveau Mexique, un État où presque la moitié de la population est latino, en est l’exemple type. En 2004, George W. Bush l’a emporté dans « le Pays enchanté » lors de sa seconde élection et il avait 558 voix de plus que John Kerry. Huit ans plus tard, Barack Obama a remporté cet État avec 10 points de plus que Mitt Romney et aucun des partis ne s’était particulièrement intéressé au Nouveau Mexique.

Ce qui est de plus en plus évident, c’est qu’il est devenu de plus en plus difficile pour les Républicains de remporter quelque État que ce soit avec une importante population non blanche ou une population qui se diversifie de plus en plus. La Virginie et la Caroline du Nord, depuis longtemps des bastions républicains, se rapprochent, ces temps-ci, de plus en plus des Démocrates. (Barack Obama a remporté les deux États en 2008, mais seulement la Virginie en 2012.)

Et dans le même moment où ces États sont de plus en plus attirés par les Démocrates, il y a très peu d’États à être de plus en plus attirés par les Républicains. Il y a certes le Wisconsin et le Minnesota, mais aucun des deux ne se précipite encore dans les bras des Républicains.

On se trouve donc en face d’une carte électorale où le candidat Démocrate commence la campagne avec une sérieuse avance sur le Républicain, ce qui est le contraire de ce qui se passait dans les années 80. Et cette avance est totalement indépendante de la personnalité même du candidat, de ses forces ou de ses faiblesses. Oui, Trump est un candidat plus problématique que Ryan, mais il est faux de penser que Ryan commencerait la campagne avec une chance sur deux d’être élu Président.

Le problème de la carte électorale est plus profond que Trump ou tout autre candidat. Ceux qui blâmeraient Trump pour la défaite en novembre ne comprendraient pas la véritable nature du problème, mais, ce faisant, ils garantiraient que les Républicains soient condamnés à répéter l’histoire en 2020.

Source : The Washington Post, le 02/05/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kiwixar // 21.06.2016 à 05h07

“tout est mis en œuvre depuis très longtemps pour que Hillary soit la gagnante”

C’est sûr qu’ils avaient préparé de sacrés tocards (Cruz, Rubio etc.) à lui opposer dans le duel final. Ce que je trouve vraiment intéressant dans cette élection, c’est que toutes ces magouilles de l’establishment pour dégommer Trump tout en gardant Hillary malgré ses grosses grosses casseroles deviennent vraiment très visibles pour les électeurs. On s’aperçoit qu’aux US (comme en France avec les 500 signatures) il y a une sacré “pré-sélection” des candidats afin que le résultat final soit oligarcho-compatible.

23 réactions et commentaires

  • Pascalcs // 21.06.2016 à 02h58

    Les Republicains ont avant tout un problème Trump et ils sont nombreux à tout faire pour ne pas le voir candidat. Car contrairement à ce que l’on croit, sa désignation comme candidat des Republicains n’est pas certaine.
    Comme évoqué à de maintes reprises, tout est mis en œuvre depuis très longtemps pour que Hillary soit la gagnante, y compris tous les obstacles sur la marche de la justice pour qu’elle ne soit pas mise en accusation à propos de son laissé aller avec sa correspondance d’Etat et tous ses mensonges qui s’y rattachent.
    La campagne anti-corruption du milieu politique lancée par le mouvement 5 étoiles italien a un avenir radieux le jour où elle sera déclinée de façon similaire par un candidat Présidentiel aux US.

      +15

    Alerter
    • Kiwixar // 21.06.2016 à 05h07

      “tout est mis en œuvre depuis très longtemps pour que Hillary soit la gagnante”

      C’est sûr qu’ils avaient préparé de sacrés tocards (Cruz, Rubio etc.) à lui opposer dans le duel final. Ce que je trouve vraiment intéressant dans cette élection, c’est que toutes ces magouilles de l’establishment pour dégommer Trump tout en gardant Hillary malgré ses grosses grosses casseroles deviennent vraiment très visibles pour les électeurs. On s’aperçoit qu’aux US (comme en France avec les 500 signatures) il y a une sacré “pré-sélection” des candidats afin que le résultat final soit oligarcho-compatible.

        +73

      Alerter
      • Eric83 // 21.06.2016 à 09h44

        “tout en gardant Hillary malgré ses grosses grosses casseroles”.

        Exemple de casserole qui ressurgit : “En pleine campagne électorale, la candidate démocrate Hillary Clinton a été rattrapée par un scandale impliquant la CIA. Il est question de l’enlèvement du prédicateur islamique radical Abou Omar en 2003”.

        https://fr.sputniknews.com/international/201606201026008281-clinton-scandale-islamistes/

          +7

        Alerter
      • SebCbien75 // 21.06.2016 à 17h59

        D’une certaine manière HILLARY CLINTON est la candidate de l’establishment aka état profond selon la définition de Peter Dale Scott, et à ce titre elle est le cheval de troie des néo conservateurs va en guerre et pro Israël/Arabie Saoudite…
        La connaissance des découpages électoraux permet de présélectionner le candidat qui portera les valeurs de l’oligarchie en étant statistiquement acceptable par défaut pour le citoyen lambda…
        Jusqu’au jour ou le système sera devenu tellement ingérable (dette, faillites, clivages sociaux-culturels et économiques, droits élémentaires non satisfaits) et ira de révolte en révolte et…potentiellement révolution…

          +4

        Alerter
    • K // 21.06.2016 à 08h58

      Dans les sondages nationaux comme dans les sondages centrés sur les swing states, on voit que Trump et Clinton sont aux coude à coude, ou parfois une très légère avance pour Clinton. Et ceci alors que Trump à maladroitement (et scandaleusement) insulté une grande partie de l’électorat américain (latinos, femmes, musulmans…). Et avant même que Trump ait commencé à sortir les dossiers compromettants sur Clinton, et il a l’embarras du choix. Par exemple, Trump à remis sur le tapis l’affaire des 28 pages pour chauffer le peuple américains contre l’Arabie saoudite; donc je le vois bien attaquer Clinton a 1 mois du scrutin en rappelant publiquement qu’elle est financée par cet état. Et puisque les médias américains aiment Clinton mais aiment aussi le “fact checking”, il leur faudra bien reconnaitre que c’est vrai.
      Donc je me dis que Trump a toutes les cartes pour prendre l’aventage lors des débats télévisés de septembre/octobre, surtout qu’il est un bien meilleur debateur que Clinton. Et si ses les adversaires républicains du Trump n’ont pas fait remonter de dossiers compromettants Trump, c’est sans doute que ces dossiers n’existent pas.

        +8

      Alerter
      • Vladimir K // 21.06.2016 à 14h13

        Il y a une chose que l’on a vite oublié : ce ne sont pas les américains qui élisent le président, mais les grands électeurs. Les américains peuvent dire ce qu’ils veulent, ce ne sont pas eux qui ont le dernier mot.

          +8

        Alerter
      • Feubeuh // 21.06.2016 à 21h57

        les dossiers sur Trump sont connus, le premier a avoir été sorti est l’université, mais on risque fortement de voir resurgir les dossiers en liens avec les mafias, triades et autres joyeusetés, de ses casinos et de son entreprise immobilière à New York.

          +0

        Alerter
    • Dominique // 21.06.2016 à 14h02

      Clinton est incontestablement une très bonne candidate républicaine. Pour être plus précis, elle défend au mieux les intérêts de ceux qui ont toujours financé les républicains.

        +7

      Alerter
  • DocteurGrodois // 21.06.2016 à 03h28

    Hillary Clinton n’est pas du tout assurée de la victoire.

    Au contraire de Clinton qui s’impose contre sa base, Trump a réussi à s’imposer contre son propre establishment et continue d’élargir sa base malgré son statut d’épouvantail lepenisé dans les media.

    Clinton bénéficie du soutien massif de l’establishment de son parti, des media, et de Wall St, mais elle continue de causer un profond rejet au sein de la base. Elle a gagné certaines primaires contre Sanders grâce aux miracles du vote électronique, et elle traîne des casseroles qui pourraient se transformer en mise en examen.

      +21

    Alerter
    • James Whitney // 21.06.2016 à 09h02

      Je pense que les gros pontes du monde financier font le max pour éviter une inculpation.

        +4

      Alerter
    • Charlie Bermude // 21.06.2016 à 19h37

      Killary , je note . çà c’est de l’humour belge , du bon , je retiens , je vais là replacer celle là

        +2

      Alerter
  • Astatruc // 21.06.2016 à 05h04

    Bonjour,
    Personnellement et au vu des trafics que fait l’administration us, je pense que toute cette élection est du spectacle, et que le candidat des multinationales est déjà choisit. Dans la suite logique de la politique d’agression us, clinton est le candidat des trusts de l’armement et comme ce sont eux qui décident qui sera élu……
    Cette élection c’est comme chez nous, on veut faire croire au peuple qu’il participe………
    Mais en fait, le président est déjà choisit.

    ” Le problème du décompte des voix à l’élection présidentielle américaine en 2000 ”

    http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu04598/le-probleme-du-decompte-des-voix-a-l-election-presidentielle-americaine-en-2000.html

      +26

    Alerter
  • nouvelles // 21.06.2016 à 06h48

    En plus de ce qui est dit ici, il semble que la campagne de Trump soit assez pagailleuse.

    Trump chasse son assistant principal, une décision dans l’urgence pour remettre sur pied une campagne qui patauge

    A la suite de quoi, son conseiller Michael Caputo a démissioné.

    = https://www.washingtonpost.com/politics/trump-fires-top-aide-in-an-urgent-move-to-reboot-his-floundering-campaign/2016/06/20/5f36ac9e-36f6-11e6-9ccd-d6005beac8b3_story.html =

    Les donateurs du parti républicains consternés par Donald Trump
    Les donateurs du parti républicain qui sont encore disposés à faire des dons à Donald Trump se sentent de plus en plus mal à l’aise, non seulement à cause de la controverse permanente autour du présumé candidat désigné du parti républicain, mais aussi à cause de ce qu’ils perçoivent être une totale absence d’infrastructure en rapport à cette campagne de levée de fonds qui vient de commencer.
    [le mois dernier]

    = http://edition.cnn.com/2016/06/20/politics/donald-trump-gop-donors/ =

    Pour le nerf de la guerre :
    Clinton enfonce Trump : 42 millions de dollars contre 1,3 millon
    (déclarations faites hier à la Commission électorale fédérale)
    […]Clinton et ses alliés projettent de dépenser 117 millions de dollars à la télévision entre mardi [aujourd’hui 21 juin] et le jour de l’élection – l’essentiel de leur campagne télévisée anti Trump – tandis que Trump et son groupe ont jusqu’à présent 700 000 dollars en attente.[…]

    = http://edition.cnn.com/2016/06/20/politics/republicans-cash-crunch-donald-trump/ =

    Et les derniers sondages donnent Clinton gagnante.
    = https://politicalwire.com/2016/06/20/clinton-leads-trump-nationally-by-7-points/ =

      +4

    Alerter
  • Homère d’Allore // 21.06.2016 à 07h14

    Tout se jouera, comme d’habitude dans les “Swing States” que sont la Floride, la Pennsylvanie et l’Ohio.

    http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/pa/pennsylvania_trump_vs_clinton-5633.html

    http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/fl/florida_trump_vs_clinton-5635.html

    http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/oh/ohio_trump_vs_clinton-5634.html

    Comme ces sondages le prouvent, le match va quand-même être serré. Léger avantage à Hillary pour le moment. Mais pas gigantesque.

      +2

    Alerter
  • Joanna // 21.06.2016 à 08h51

    Ils ne doivent pas être très confiants et pourraient mettre en oeuvre une méthode plus radicale pour l’éliminer définitivement :

    http://lci.tf1.fr/monde/amerique/il-voulait-tuer-donald-trump-en-plein-meeting-un-britannique-8753523.html

    Raté mais “d’autres” peuvent remettre ça.

      +1

    Alerter
    • Feubeuh // 21.06.2016 à 17h44

      Donc, un étudiants de 19 ans qui a “réfléchi” à son plan depuis 1 an, s’est entraîné a tirer 2 jours avant de l’action, ne trouve rien de mieux que de s’attaquer un membre de service secret dans le but de lui prendre son arme (…) pour tirer sur Donald Trump.
      Il ne pouvait pas aller au supermarché du coin acheter une arme ?
      ça sent mauvais cette histoire, et bien sûr, pil-poil quand la campagne de Trump commence sérieusement à dérailler.

      C’est marrant le complotisme.

        +3

      Alerter
  • Derdesders // 21.06.2016 à 09h07

    “Cette théorie du grand remplacement est […] une bêtise statistique absolu pour l’Europe, […] la France compte seulement 6% de musulman […] on est loin de “l’islamisation””
    ______________________________
    Bonjour,
    Nonobstant l’aberration sur une comparaison états unis France, je relève l’amalgame fait sur une religion, censée représenter à elle seule la menace d’un remplacement de population.
    Vous pouvez suivre l’évolution du pourcentage du dépistage de la drépanocytose de nouveaux-nés en France métropolitaine de 2005 à 2013 sur cette carte pour en estimer la tendance.=> http://minu.me/duh9

    Cordialement

      +4

    Alerter
  • Bordron Georges // 21.06.2016 à 09h29

    Article remarquable et pourtant, relativement court! Excellente démonstration!
    Comme quoi toutes les pages et les pages de journaux papier, radio, télévision, ne sont que vaine mousse pour tenir les populations et faire vendre.
    Business, business, ”phynance” et domination!!

      +1

    Alerter
  • Deres // 21.06.2016 à 10h26

    La grande question est de savoir si c’est l’establishment qui cherche à faire la victoire de Clinton ou si il se rallie juste à elle de façon servile car elle est la gagnante la plus probable ? Tout ceci est peut être juste une histoire de parier sur le bon cheval pour en tirer le maximum de profit. Je note au passage une stratégie “terranoviste” clivante, s’appuyant plus sur les minorités que sur les classes modestes afin d’assurer la victoire aux démocrate.

      +4

    Alerter
  • condamy // 21.06.2016 à 13h20

    Floride ? N’est-ce-pas là où on avait du recompter les bulletins lors de l’élection de Georges Bush son frère étant le gouverneur de cet état ,recomptage aqrrêté par la Cour et ayant permis une élection contestée et contestable,ça promet

      +2

    Alerter
  • Charlie Bermude // 21.06.2016 à 14h45

    Ce texte est interressant . Il me semble pourtant qu’il néglige ce qui est nouveau dans cette campagne , c’est le clivage aussi bien au sein du parti républicain que démocrate . Clivage qui pourrait avoir pour effet un non report des voix des Bernies sur Hillary. Outre que ses casseroles , çà n’a pas trop de bruit jusqu’à maintenant , mais le meilleur est peut étre pour la fin .
    Je ne crois pas qu’on puisse simplement extrapoler du passé sur cette élection .

      +2

    Alerter
  • Ras // 21.06.2016 à 15h07

    Voici typiquement le genre de prospective qui considère que le futur n’est qu’une répétition du passé… et qui se trompe une fois sur deux 🙂

      +4

    Alerter
  • Feubeuh // 21.06.2016 à 22h16

    Le candidat le moins rejeté sera élu, comme souvent. Et Trump a mis la barre très, très haute.

    La seule inconnue pour moi c’est est-ce que ça sera un duel Trump / Clinton ?
    Clinton pourra t-elle se présenter après la publication des ses emails par Wikileaks qui devrait rapidement intervenir ?
    Trump … euh .. sérieux Trump comme candidat ? Vous voulez perdre ou quoi ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications