Les Crises Les Crises
4.avril.20154.4.2015 // Les Crises

Les services secrets prédisent l’enfer pour 2030

Merci 285
J'envoie

Tiens, un vieux papier plein d’optimisme sur lequel je suis retombé…

Surpopulation, guerre de l’eau, manque de nourriture et épuisement des ressources de la planète, un rapport du National Intelligence Council dresse un constat qui fait froid dans le dos pour les années à venir.

Nous sommes de plus en plus nombreux sur la Terre ce qui provoque des conséquences alarmantes.
Nous sommes de plus en plus nombreux sur la Terre ce qui provoque des conséquences alarmantes.

A quoi ressemblera la Terre en 2030? Combien serons-nous? Y aura-t-il assez à manger pour tout le monde? Où devrons-nous vivre? Autant de questions qui peuvent être des facteurs d’instabilité dans le monde et auxquelles leNational Intelligence Council (NIC) américain vient de répondre dans le rapport Global Trends 2030 publié récemment.

Crucial

La question de la démographie est cruciale pour l’avenir de la planète. Et la Terre devrait accueillir 8,3 milliards d’habitants en 2030, rappelle l’étude rapportée par Le Monde, contre 7,1 aujourd’hui. Mais surtout contre 2,5 milliards en 1950.

Autant de chiffres qui ont des conséquences pour l’état de santé de la Terre. Des conséquences d’abord alimentaires. Car la demande en nourriture devrait augmenter de 35% d’ici 2030. Or, les rendements agricoles, même s’ils continuent de s’améliorer, n’arriveront pas à répondre à la demande et nous vivons déjà sur les réserves selon le rapport du NIC, le bras analytique et prospectif des services de renseignement américains.

On consomme plus que l’on produit

«Au cours de sept des huit dernières années, le monde a consommé plus de nourriture qu’il n’en a produit. Une grande étude internationale estime qu’en 2030, les besoins annuels en eau atteindront 6900 milliards de mètres cubes, soit 40% de plus que les ressources durables actuelles», note l’étude. Pire encore: le rapport souligne que presque la moitié de la population mondiale vivra dans des régions touchées par la sécheresse, provoquant ainsi de gros risques de guerre pour l’eau.Mad Max n’est décidément pas loin…

En outre, les pays émergents sont en train de changer leur régime alimentaire et consomment de plus en plus de viande. Or, la production de viande exige beaucoup d’eau et de céréales également avides de liquides.

Le rapport souligne aussi que 60% de la population mondiale vivra en ville en 2030. Là aussi, les conséquences seront graves pour l’environnement. Car l’urbanisation croissante «a conduit à des réductions drastiques des forêts, des changements négatifs dans le contenu nutritif et la composition microbienne des sols, des altérations dans la diversité des plantes et animaux supérieurs ainsi que des changements dans la disponibilité et la qualité de l’eau douce».

Bref: l’avenir ne s’annonce pas franchement rose en terme de sécurité alimentaire. Reste à savoir comment les Américains, qui ont refusé de s’engager récemment sur la limitation des gaz à effet de serre lors des négociations de Doha, vont empoigner le problème décrit minutieusement cette fois pour leurs propres services de sécurité.

Source : Christine Talos, pour Le Matin, le 29 décembre 2012.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kiwixar // 04.04.2015 à 10h53

“Le monde” dans le sens “la Terre”.
Après, si on parle de colonisation d’autres planètes, il ne suffit pas de “réflechir” pour trouver une solution, encore faut-il que ce soit possible (aller plus vite que la lumière, déjà). C’est le problème de la technophilie, croire que la technique peut tout résoudre, qu’il suffit de se retrousser les méninges. Alors on détruit la planète allégrement, en pensant que quand ça deviendra quasiment invivable, un petit malin inventera le Nettoyeur Universel et remettra tout dans l’ordre… Allez déjà faire aujourd’hui un tour à Pékin sentir comment ils respirent, analysez l’eau toxique des rivières chinoises, jetez un oeil sur la Californie qui n’a plus d’eau. La Terre souffre d’un cancer : l’humain, qui se reproduit follement et détruit l’éco-système.

167 réactions et commentaires

  • Hildegarde // 04.04.2015 à 00h15

    Pas besoin d’attendre 2030, le chaos se chargera d’une partie de nous, 2017, 2018 le summum! Et oui personne ne s’est bouger le cul pour virer la vermine satanique au pouvoir, on récoltera ce qu’on a semer, notre complicité à n’avoir pas réagit preferant le confort virtuel qu’a la nature et animaux! Préparez vous, ça fait des siècles que les anciens nous préviennent, toute façon comme ça la terre pourra respirer enfin! Bon bein on se retrouve sur la montagne pour ceux qui survivront et qui recreeront un monde de paix… Merci pour tout Olivier.

      +32

    Alerter
    • VladimirK // 04.04.2015 à 14h03

      À votre place, je ne m’en ferais pas tant que cela… les petites guerres ici et là, révolutions meurtrières, vagues de suicides, maladies nouvelles équilibreront bien les choses.

        +10

      Alerter
      • ulule // 06.04.2015 à 03h28

        En résumé, compte tenu de toutes les informations dument connues (The limits to growth, rapports du GIEC..)
        les membres du Club de Rome, toutes les têtes pensantes du pentagone, du FMI, de la Banque mondiale et des grandes banques systémiques, de l’UE, ERT, TABS, AMCHAM, milliardaires, des mercenaires des lobbies y compris ceux des médias de masse et autres néo-capitalistes… les 0,01%
        n’ont été capable que de faire du fric sur le dos des peuples en semant le chaos, l’enfer sur terre (guerres, colonialisme, pillage des ressources, dettes, esclavagisme…) en semant la mort (destruction de la biodiversité, écocide, génocides…).
        Inconscience crasse du ‘progrès à tout prix’, que de transposer nos modèles de société sur la planète ? Incapacité à prévoir les conséquences de leurs décisions et actes ? (par exemple réduire le taux de mortalité infantile en Afrique, sans industrialiser par ailleurs, pour encore plus de misère).

        * Climat : le catastrophisme peut-il être efficace ? France culture, Science publique, 22.11.2013
        Clive Hamilton, philosophe du climat, a publié, en 2010, un ouvrage intitulé : « Requiem pour une espèce : pourquoi nous résistons à la vérité sur le changement climatique ». Il cite des analyses prévoyant qu’il pourrait ne rester plus qu’un milliard, voire moins, d’être humains survivants sur Terre d’ici un siècle ou deux.
        ==> Ré-écouter : http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4740328
        ==> Migrations humaines de grandes ampleur, risque de guerre civile…
        ==> Bannir la géo-ingénierie (US déments !)

        * Olivier De Schutter, Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation à l’ONU, rapport final : Le droit à l’alimentation, facteur de changement, 24 janvier 2014
        ==> http://www.srfood.org/images/stories/pdf/officialreports/20140310_finalreport_fr.pdf
        ==> http://wn.com/olivier_de_schutter
        ==> Changer de modèle : organisations paysannes, Via Campesina, permaculture, combiner les cultures, développer les marchés locaux et les installations locales de transformation (économie sociale et solidaire), réformer la PAC,
        == > “nous produisons assez de nourriture pour nourrir la planète et bien au-delà des 6,7 milliards d’habitants qu’elle comprend. Le vrai problème de la faim est lié à l’inégalité, la pauvreté, la marginalisation de communautés qui – pour beaucoup d’entre elles – dépendent de l’agriculture pour leur survie… http://terreaterre.ww7.be/nourrir-la-planete.html

          +3

        Alerter
  • dupontg // 04.04.2015 à 00h15

    ça ne ferait que confirmer l’etude du club de Rome (Rapport Meadows)…de 1972

    http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-paul-baquiast/080412/1972-2012-le-club-de-rome-confirme-la-date-de-la-catastrophe

      +20

    Alerter
    • atomix // 04.04.2015 à 00h39

      Le printemps arabe déclenché par la famine.

      Les américains qui crèvent de faim dont le tiers de la population est sorti de la population active.
      La Californie qui est en sècheresse sévère.

      L’occident qui est endetté par dessus la tête, dont les pays abandonnent les soins de santé pour tous. On va voir rapidement l’espérance de vie décliné partout sur la planète. Les occidentaux qui votent de mal en pis pour des représentants de banquiers et de la trilatérale

      J’ai l’impression que la démographie va chuter bien avant 2030.

      L’avenir est aux sociétés primitives qui sont autarciques. Il en reste une seule sur Terre en Amazonie je crois.

      http://www.lefigaro.fr

        +11

      Alerter
      • Ils sont grands parce que nous sommes à genoux // 04.04.2015 à 15h20

        Autarciques ? Il suffit d’aller dans nos campagnes profondes, souvent peu accessibles et totalement inconnues par l’homo civitatis. En novlangue, le bobocon.
        Vous en connaîtrez des populations autarciques: le potager, le clapier, deux ou trois moutons. Pas une roupie de revenu. Oubliées des administrations et soignées par des rebouteux.
        A deux pas de chez vous !

          +27

        Alerter
        • atomix // 04.04.2015 à 16h17

          Autarcique sans technologie? genre couteau, batterie de cuisine, brosse à dents, corde munitions, fusil, hameçon, vêtements de coton… téléphone…

            +10

          Alerter
          • stephp // 04.04.2015 à 19h20

            sans oublier internet ! 😀

              +4

            Alerter
          • Ils sont grands parce que nous sommes à genoux // 08.04.2015 à 19h03

            En vl’à encore une de réponse d’un coureur de boulevard.
            Désolé d’être ironique.
            le couteau est connu depuis …fatigué
            batterie de cuisine? si vous croyez que le téfal est connu dans les campagnes sur les cuisinières à bois…Une tôle courbée est suffisante. j’en ai vue.
            brosse à dents pas vraiment utile pour ceux qui n’en ont pas ou réputés comme tels.
            corde, hameçons et munitions: cela se fabrique localement.
            fusil: cela coûte cher, mais cela peut se changer de mains à l’amiable ou pas.
            vêtements de coton, plutôt de la laine ou lin. cela se trouve dans son jardin comme dit.
            Téléphone et net: nulle nécessite vitale. on a fait sans pendant quelques millions d’années.

              +5

            Alerter
    • valles // 04.04.2015 à 08h49

      C’était pourtant facile a comprendre que la croissance infini dans monde fini engendrerait quelques problêmes d’intendances.

        +38

      Alerter
      • Olivier // 04.04.2015 à 10h01

        Il faut arrêter avec cette phrase, ” croissance infini dans un monde fini ” c’est faux, je suis désolé mais l’univers est déclaré comme infini. Après, je suis d’accord, nous sommes arrivés a un moment ou il va falloir se creuser la tête et creer un pont technologique, comme pour passer et explorer l’autre côté de la rivière on a réfléchi et on a construit un pont. Pareil pour découvrir d’autres terres, on a réfléchi et on a construit un bateau. Par contre, si comme vous, et d’autres, on s’obstine à dire que les contours de la planète sont des limites infranchissable, on va pas réfléchir et on va mourir.

          +10

        Alerter
        • Kiwixar // 04.04.2015 à 10h53

          “Le monde” dans le sens “la Terre”.
          Après, si on parle de colonisation d’autres planètes, il ne suffit pas de “réflechir” pour trouver une solution, encore faut-il que ce soit possible (aller plus vite que la lumière, déjà). C’est le problème de la technophilie, croire que la technique peut tout résoudre, qu’il suffit de se retrousser les méninges. Alors on détruit la planète allégrement, en pensant que quand ça deviendra quasiment invivable, un petit malin inventera le Nettoyeur Universel et remettra tout dans l’ordre… Allez déjà faire aujourd’hui un tour à Pékin sentir comment ils respirent, analysez l’eau toxique des rivières chinoises, jetez un oeil sur la Californie qui n’a plus d’eau. La Terre souffre d’un cancer : l’humain, qui se reproduit follement et détruit l’éco-système.

            +69

          Alerter
          • V_Parlier // 04.04.2015 à 18h23

            Ah, en effet, les techno-naïfs, c’est effrayant, surtout quand on parle à présent de catastrophe à très court terme (une quinzaine d’années). Déjà que nous ne sommes même pas foutus d’aller ranger nos déchets sur la Lune ou sur Mars (ce qui serait déjà bien moins crétin que de nous empoisonner), et bien il y en aura toujours un qui nous proposera “d’atmosphériser” et de coloniser une planète inconnue, rien que çà, pour dans quinze ans…

              +11

            Alerter
            • sg // 05.04.2015 à 00h28

              La technologie peut peut-être résoudre pas mal de problèmes, peut-être la plupart dans le futur, mais de toutes façons la croissance infinie n’est pas basée sur l’état et l’avancement de la technologie. Le vrai problème de la croissance infinie, c’est qu’elle n’est basée sur rien du tout à part elle-même, ce qui la découple totalement de toute réalité et de toute limite.

                +2

              Alerter
        • Christophe Vieren // 04.04.2015 à 11h34

          Bon sang mais c’est bien sûr. Il faut se remettre à réfléchir !
          Olivier, alors que le % de PIB consacré à la recherche (pas forcément toujours pertinente, certes), a cru et croit dans tous les pays, quand,selon toi, a-t-on cessé de réfléchir ?

            +2

          Alerter
        • valles // 04.04.2015 à 12h04

          Des fois je me demande qui sont vraiment les utopiste de notre temps.
          Est ce ceux (a tendances polytechnitiennes) qui croient que la technologie va parrer a tout nos petits problêmes terriens en implorant par exemple la futur fusion nucleaire pour resoudre nos futus problêmes énérgetiques.
          Avec eux tout serra forcément possible et on pourra même faire des ponts vers Mars pour regler les problêmes de surpopulation, il y en a même qui ont postilé pour un voyage sans retour, au moins c’est clair fuir la terre pour une hypothétique chance de mieus a des millions de kms c’est devenu tendance.
          Pour moi le seul domaine d’extention a l’infini c’est notre esprit , lui qui nous a un jours différencier des animaux pour justement libérer nos ames de la contrainte matériel a malheuresement une tendance a être perverti par ces vieux demons endoctriniens pour qui rationalisation pratique rime avec sécurité.
          Il n’est pas question non plus de revenir a l’age de pierre mais il y a un moment ou cela devient pathologique dans demander trop.

            +6

          Alerter
          • padawan // 04.04.2015 à 18h58

            Eh bien heureusement que Christophe Colomb et les autres explorateurs avaient la chance d’avoir un esprit fini pour découvrir le monde infini…

            On vient pas de trouver de l’eau sur un des satellites de saturnes?

            Prenez un peu de recul et regardez la progression technologique de l’Homme depuis l’invention de la roue et la maîtrise du feu et vous verrez qu’on y vivra bientôt -100, 200 ans- sur les autres planètes 🙂

              +3

            Alerter
            • erde // 04.04.2015 à 19h17

              “Eh bien heureusement que Christophe Colomb et les autres explorateurs avaient la chance d’avoir un esprit fini pour découvrir le monde infini…”

              Demandez donc aux autochtones ce qu’ils en pensent ?

              La colonisation n’ a jamais apporté le bonheur aux peuples colonisés…
              que la maladie, la guerre et la mort…

              Mais forcément les 1% de l’époque , eux en ont bien profité !

              Faut arrêter de souffrir du syndrome du “toujours plus”
              Toujours + riche
              Toujours + loin ….

              Et malheureusement toujours + con-sommateur…

              La seule chose qui mérite que l’on s’y emploie : c’est l’élévation de “l’esprit”c

                +16

              Alerter
            • atomix // 04.04.2015 à 19h28

              Ridicule

              10 000$/kg seulement pour satelliser et non pour des voyages intersidéraux.

              C’est ni la fission, ni la fusion qui feront baisser ses coûts astronomiques du mojs pas d’ici les 50 prochaines années.

              Sans compter le temps pour atteindre des planètes à des années lumières, sans compter les ravages du confinement et des conditions artificielles du voyages, sans compter les milleirs d’années pour trouver une planète inhabité et habitable.

              Bref ridicule…

                +12

              Alerter
            • dupontg // 04.04.2015 à 21h33

              finalement christophe a trouvé des hommes aussi là bas qui y etaient arrivés avant lui…
              c’est pas garanti qu’il y en ait dejà sur saturne…..
              et l’eau doit etre legerement gelée..à -180°C

                +0

              Alerter
            • Guy Liguili // 04.04.2015 à 22h54

              Pour vivre sur les autres planètes, encore faut-il qu’elles soient vivables (température, atmosphère, oxygène…) et il faut avoir beaucoup de temps pour y arriver (de 6 mois à 1 an pour Mars) et une condition physique exceptionnelle.

                +0

              Alerter
            • padawan // 05.04.2015 à 00h40

              @erde, le débat qui dérive sur les bienfaits / maux de la colonisation, non merci le point godwin est tout proche. On est déjà proche de l’insulte : “con-sommateur”. D’ailleurs ou ai-je parlé de colonisation ?

              @atomix, Ridicule ? Vraiment ? Par combien avons nous multiplié la puissance de calcul de nos ordinateurs les cinquante dernières années?

              Il y a 50 ans j’aurais montré mon téléphone portable qui est plus puissant que tout les ordinateurs de l’époque et on m’aurait rit au nez en disant que mon boitier serait “ridicule”.

              Il y a 50 ans Kennedy et son plan pour aller sur la Lune était ridicule.
              Christophe Collomb, Galilée … Je m’arrête ?

              Et oui le ridicule ne tue pas. Certes sans nouvelles découvertes dans la physique nous sommes loin de proxima du centor et d’autres planètes habitables, cela ne nous empêche pas d’aller découvrir les planètes et leurs lunes de notre système solaire.

              Un peu d’humilité concernant le ridicule et les sciences physiques on pourra continuer à débattre dans le calme sans se jeter d’anathème.

              @dupontg @GuyLiguili, oui c’est compliqué et les défis techniques sont immenses, mais comme le dit un proche chef des chefs de projet : les problèmes techniques on les résout tous à la fin, le plus dur c’est de faire travailler les hommes (et femmes) … ensemble.

                +2

              Alerter
            • atomix // 05.04.2015 à 01h20

              @padawan
              “@atomix, Ridicule ? Vraiment ? Par combien avons nous multiplié la puissance de calcul de nos ordinateurs les cinquante dernières années?”

              Par combien de fois avons nous multipliez nos voyages habités sur la Lune depuis la fin du programme Apolo?

              La limite est chimique. Le pétrole n’est pas des milliers de fois plus énergétique depuis 50 ans..

                +5

              Alerter
            • padawan // 05.04.2015 à 01h40

              @atomix Nous sommes allés six fois sur la Lune. Depuis Apollo nous n’avons pas multiplié nos voyages. La mission était remplie et le programme coûtait cher.

              Je ne pense pas que la limite soit chimique du coup, si le pétrole / propergol ou autre propulsion solide sont la limites des lanceurs aujourd’hui, la physique et les mathématiques devront plancher pour trouver autre chose, c’est un pb de physique.

              @dupontg en voilà un argumentaire, et le problème il est toujours entre l’écran et la souris ? Le mauvais ouvrier critique son OUTIL.

                +0

              Alerter
            • atomix // 05.04.2015 à 01h51

              @padawan
              “Nous sommes allés six fois sur la Lune. Depuis Apollo nous n’avons pas multiplié nos voyages. La mission était remplie et le programme coûtait cher.”

              L’art d’éluder la question… (tout en me donnant raison: ça coûtait cher= travail= pas assez de travail pour retourner dans l’espace= problème mathématique discuter abondamment par Stephen Dawkin dans “Le gène égoïste”)

              “Je ne pense pas que la limite soit chimique du coup, si le pétrole / propergol ou autre propulsion solide sont la limites des lanceurs aujourd’hui, la physique et les mathématiques devront plancher pour trouver autre chose, c’est un pb de physique.”

              Comme si la physique et la chimie était deux paradigmes indépendants…

              Rendu à ce niveau d’argumentation, il s’agit plus de savoir qui a la plus grosse ou qui pisse le plus loin.

              C’est pas toi qui disait il y a quelques ligne: “non merci le point godwin est tout proche”

                +2

              Alerter
            • atomix // 05.04.2015 à 02h09

              Tiens un petit coup de pouce pour ton argumentaire.

              Lockheed prétend être capable de fournir un réacteur a fusion d’ici un dizaine d’années.

              Un site qui n’y croit pas :
              http://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/20141020.OBS2647/le-reacteur-de-fusion-annonce-par-lockheed-martin-faut-il-y-croire.html

              Quant à moi: Aucun pays au monde n’est capable d’avoir une centrale à fusion, mais Lockheed prétend arriver à créer un modèle de poche d’ici dix ans. mdr

              C’est probablement une annonce faites pour obtenir un financement gouvernementale entre copains pour un projet mort né…

              On a déjà vu ça dans l’éolien.

                +0

              Alerter
            • padawan // 05.04.2015 à 02h33

              @atomix bonne nuit, tu t’énerves. Le sujet est clos 🙂
              ps : je ne fait pas que pisser plus loin !

                +0

              Alerter
          • dupontg // 05.04.2015 à 00h53

            La technologie semble etre devenue le probleme plutot que la solution

              +2

            Alerter
        • Chris // 04.04.2015 à 12h08

          @Olivier
          Les Terriens, futurs aliens (*) de l’espace ?! Faut arrêter la coke (ou semblable), vous regarder droit dans une glace et vous interroger sur vos chances de survie extra-terrestre et notre propension à répéter éternellement les mêmes schémas destructeurs avec des moyens technologiques de plus en plus puissants, d’où le phénomène d’accélération que nous connaissons.
          Typiquement le genre de posture que j’entends depuis 50 ans, qui nous mène droit au mur… et qui a le don de me révulser.
          L’humain est une espèce colonisatrice qui, si elle ne se contrôle pas, s’auto-détruit. Tous les anciens, philosophes ou religieux qui s’interrogèrent sur la destinée humaine (et non pas son expansion !) sont d’accord là-dessus et chacun à leur manière tracèrent des codes de bonne conduite ou barrières symboliques pour éviter à leur communauté la tragédie annoncée.
          Olivier a très bien choisi ce billet qui est une suite logique de “Edison vs Jobs” où certains ont évoqué l’héritage du siècle des “Lumières”, lequel nous a plutôt plongé dans les ténèbres de l’éclairage électrique qui nous donne l’illusion d’y voir clair, au sens propre comme figuré.
          Les communautés humaines ont toujours connu des phénomènes d’expansion/contraction par le biais de famines, épidémies, catastrophes naturelles et guerres d’appropriation. La prochaine contraction sera à la hauteur des moyens technologiques des apprentis sorciers. Nous en avons tous les prémices… et les outils.
          Dommage, notre Terre était si belle.

          * avez-vous remarqué que “alien” a la même racine que “aliéné” ?

            +23

          Alerter
        • NoMoreWar // 04.04.2015 à 14h00

          Plusieurs exemples historiques témoignent de conduites humaines ayant abouti à la mise en cause de l’équilibre de différents écosystèmes, que ce soit la désertification de l’île de Pâques, l’assèchement de la mer d’Aral ou, plus récemment, la destruction des forêts du Viêt Nam ou du Cambodge.

          Le syndrome de l’Iles de Pâques est à relire en ce Week en de Pâques.

          http://omnilogie.fr/O/L%27extinction_de_l%27%C3%AEle_de_P%C3%A2ques

            +11

          Alerter
          • Ils sont grands parce que nous sommes à genoux // 04.04.2015 à 15h23

            Et la destruction des forêts françaises pour des raisons budgétaires…
            encore heureux que l’Etat n’en possède que 20%

              +4

            Alerter
        • Amsterdam // 04.04.2015 à 14h04

          Juste une info, comme ça : l’étoile la plus proche du soleil, Proxima Centauri, est à 4,243 années lumières de nous…

          Bref. Nous vivons dans un monde fini.

            +10

          Alerter
          • Amsterdam // 04.04.2015 à 14h20

            Ah oui, et la sonde Voyager, qui a mis 35 ans pour atteindre l’héliopause, se déplace à une vitesse de 17 km/s.
            [Le mur du son, dans les conditions terrestres, c’est 340 m/s.]

            Voyager parcours donc… 0,000057 années lumières par an.

            Elle devrait arriver aux abords [1,7 a.i. seulement…] de l’étoile Gliese 445, une voisine du soleil, dans …400 siècles.

              +12

            Alerter
            • Olivier // 04.04.2015 à 17h06

              Terraforming de mars….. Ne grille pas les étapes !

                +0

              Alerter
            • Yogi // 05.04.2015 à 00h25

              Il faut surtout évacuer le “surplus” de population mondiale liée à la surnatalité, soit au moins 100 millions de personnes par an.
              Ca nous fait bonnement 300.000 voyageurs à envoyer sur la planète d’accueil, tous les jours de toute l’année, tous les ans. Amenez les fusées.

                +2

              Alerter
            • Amsterdam // 05.04.2015 à 21h43

              Vous avez une idée de l’énergie qu’il faut pour envoyer ne serait-ce qu’une personne en orbite?

              Les lois de la physique sont impitoyables…

                +1

              Alerter
            • Yogi // 06.04.2015 à 03h21

              @ Amsterdam : Ca ça peut changer http://fr.wikipedia.org/wiki/Ascenseur_spatial

                +0

              Alerter
        • dupontg // 04.04.2015 à 21h43

          Hollywood fait des ravages dans les cerveaux faibles

            +2

          Alerter
          • folamour // 05.04.2015 à 01h30

            Ouais. . . . Sans les fautes daurtografh et la suffisance c’était pas mal ton laïus millénariste

              +0

            Alerter
          • atomix // 05.04.2015 à 15h27

            “Croissance sans limite et sans intelligence est, pour moi, juste l’inverse de la décroissance sans limite et sans intelligence!”

            À partir du moment qu’il y a moins d’humains, ça ne peut qu’être que plus intelligent.

            “Il ne s’agit pas de sauver la planète mais de sauver notre peau, ça n’a rien à voir!!!!!!!!!”

            On ne peut sauver notre peau sans sauver le reste de la planète.

            “Et quand à ceux qui pleurent sur les peuples premiers qui ont disparu à cause des blancs européens…”

            Un peuple qui disparait, une espèce qui disparait n’est pas fondamentalement un problème. Nous allons tous mourir. La Terre va mourir quand le Soleil l’enflammera dans quelques milliards d’années. Le problème est quand une peuplade, un espèce disparait pour laisser place a une autre encore moins adaptée biologiquement, et psychologiquement. Pensez seulement au nombre d’enfants battus, violés, torturés, affamés, etc. Idem pour les femmes et les hommes. Rappelez vous alors que chez les amérindiens, ils ne levaient jamais la mains sur leurs enfants et qu’ils ne pleuraient jamais.

            “Alors, le mythe du bon sauvage ce n’est que du doudouisme….”
            Chez les humains, les plus inadaptés remplace les plus adaptés et ce depuis les début de l’hominidé. Les amérindiens étaient plus adapté que les européens car il avait finit par apprendre a vivre relativement en harmonie avec la nature après avoir créer des extinctions. Donc l’évolution va dans le mauvais sens: plus l’humain est inadapté plus il détruit rapidement et si il contrôle ses naissances, ça ne change rien car il y une peuplade a quelques part qui elle finira par l’envahir et le faire disparaître.

            “Quand à la puissance de l’esprit, le film “Lucy” nous montre ce que nous serons dans le futur”

            Pas certain, d’ailleurs si elle avait une intelligence supérieure elle n’aurait pas créer un accident mettant en danger la vie de nombreux policiers. L’essence de l’intelligence sert à être heureux à survivre et à se reproduire. Accumuler un tas de connaissance plus dangereuses et inutiles les unes que les autres, qui sont en contradiction même de l’essence du vivant ne sert en rien l’épanouissement humain et met plutôt en exacerbe plutôt le côté psychopathique de l’humain.

            “Le monde est complexe”

            Non, c’est très simple. Les humains sont méchants et abuseurs. Ils ont crucifiés Jésus. Ils le crucifieraient encore.
            Le fonctionnement d’une horde de mammifères, les loups, les gorilles, etc, est très simple, le plus fort, le plus apte, le plus courageux se reproduit, ils sont dans le ici maintenant. Il n’y a pas de complot du genre, si on s’associe pour le tuer on se partagera sa femme plus tard. Préparons nous à la guerre, après les moissons on ira le voler et violer sa femme.

            “Un peuple qui oublie son passé est condamné à le revivre.
            Winston Churchill.”

            Je ne crois pas que cette citation soit de Chruchill.
            De plus Churchill était un pur psychopathe. Bref pas une référence pour deux sous.

              +2

            Alerter
          • William Dal // 05.04.2015 à 18h14

            Un peu délirant et pénible à lire (fotes). Une seule entité dans la nature a pour credo la croissance infinie, c’est la tumeur cancéreuse et ont connaît le sort qui l’attend. Le corps humain lui-même connaît une croissance très forte au départ qui passe en plateau assez vite. La décroissance est d’abord celle de la connerie (en ex. je suis devenu végétarien il y a 30 ans en divisant par six la surface agricole nécessaire pour ne nourrir). Vous y voyez fouets et bâtons si vous êtes enclin au masochisme, c’est tout. Nous menons une guerre sans merci à la nature et malheureusement (pour nous aussi) nous sommes en train de la gagner. “Sauver la planète” est une expression qui veux juste dire nous sauver nous-même.
            Je l’ai dis plus haut le noeud coulant qui nous étouffe c’est l’énergie. Si l’extraction d’énergie du vide quantique (disons les coulisses de notre univers) est possible par ex on peux imaginer un scénario décrit par Asimov dans “Les Dieux eux-mêmes”. Lisez “Plan B 3.0” de lester Brown. Il est plus optimiste que moi mais il fait un bon inventaire de nos problèmes et des solutions envisageables.

              +0

            Alerter
          • Zo // 07.04.2015 à 17h43

            Je croyais que c’était sérieux, jusqu’au moment où il est fait mention du film “Lucy”.

            Joli troll, bravo.

              +0

            Alerter
    • ulule // 06.04.2015 à 00h24

      Voir sur le blog de Jean-Marc JANCOVICI : “Qu’y a-t-il donc dans le “Rapport du Club de Rome” ? Février 2003 http://www.manicore.com/documentation/club_rome.html

      “A l’époque de sa parution, ce rapport, The Limits to Growth, avait fait grand bruit et puis il est peu à peu tombé dans l’oubli. Bon nombre d’observateurs l’ont notamment enterré sur la base d’une erreur d’interprétation, largement propagée de manière délibérée par les économistes classiques (…) et tous ceux que les conclusions dérangeaient, qui est que l’équipe Meadows avait prédit la “fin du monde”…

      En 2008, un chercheur australien a eu l’idée de confronter les données historiques de 1970 à 2000 avec 3 évolutions simulées par le modèle en 1970 :
      – simulation “baseline” ;
      – simulation “technologie étendue” (ressources naturelles “éternellement recyclables”, contrôle de la pollution, et productivité agricole accrue)
      – simulation “stabilisation” de toutes les variables (population, produit industriel par tête, quota alimentaire par tête, etc.)
      “A comparison of the limits to growth with thirty years of reality”, Graham Turner, CSIRO, juin 2008 téléchargeable ici : http://www.manicore.com/fichiers/Turner_Meadows_vs_historical_data.pdf

        +0

      Alerter
  • Archanonyme // 04.04.2015 à 00h23

    Si on le voit en terme de profit cela ne changera rien
    _________________________________________

    +Plus de population
    ++plus de profit sur les loyers
    ++plus de profit sur la vente de nourriture
    ++plus de profit sur la vente de bien
    ++plus de profit sur la vente d’eau
    ++plus de profit sur la vente d’énergie
    +++les industrielles auront plus de pouvoir
    +++les banque auront plus de pouvoir

    Savoir qui devrait se serrer la ceinture
    ______________________________

    – loyer plus cher
    – nourriture plus cher
    – eau plus cher
    – énergie plus cher
    – bien plus cher
    – les plus pauvre seront le plus touché

    (Ce modèle est bien présent dans les pays industrialisé)

      +27

    Alerter
  • naz // 04.04.2015 à 00h24

    Je sais bien que l’occident n’est pas le plus grand réservoir de l’humanité, mais je sais qu’on y gaspille 40% de la nourriture; sans compter la surbouff, ce qui, à mon avis, ferait tourner le gaspillage autour de 6O%!
    C’est curieux aussi qu’un petit bonhomme comme Rabbhi ait pu faire pousser, dans quelques confettis certes, des jardins et vergers dans des endroits quasi désertiques, juste avec l’agroforesterie.
    Qu’on connait les techniques écolos et bios, ( BRFpar exemple) qui évitent un gaspillage d’eau.
    Donc, je voudrais rajouter à cet article, que si on arrêtait l’agriculture façon Monsanto, nous n’aurions aucune crainte à avoir, surtout si on y rajoute l’arrêt immédiat du gaspillage et qu’on adopte tous le frugalité.
    Bon c’est vrai que Big Chimie et Big Pharma feraient la gueule!

      +61

    Alerter
    • bonobo2 // 04.04.2015 à 01h44

      Je n’attache aucun crédit aux études zaméricaines basées sur Monsento.

      D’autres études, certainement au moins aussi fiables que celle-ci, “prouvent” que l’on pourra nourrir 12 milliards de personnes à condition d’arrêter le gâchis d’aujourd’hui et de remplacer les délires actuels de l’industrie agro-alimentaire par des méthodes respectant la terre. L’exemple de Rabbi est vraiment intéressant (agroforesterie, permaculture).
      Mais on en revient toujours à la même rengaine : il faut que les gens prennent leur vie en main ! Et ça, c’est pas gagné …
      Si vous voulez commencer, détruisez votre télé, favorisez les circuits courts d’approvisionnement alimentaire, rapprochez vous des vrais écolos (pas EELV, bien sur) au travers des associations locales. Et vous verrez les progrès accomplis en seulement un an !

      Sinon, dans quinze ans, on commencera a bouffer du Soleil Jaune tous les jours et du Soleil Vert les jours de fête … (ou l’inverse, je ne me souvient plus)

        +33

      Alerter
      • Pascom // 04.04.2015 à 08h41

        oups, Rabhi et non Rabbhi …

          +0

        Alerter
        • Christophe Vieren // 04.04.2015 à 11h55

          Ben ouais. Essayons déjà d’écrire son patronyme correctement. Vous me copierez 50 fois : Rabhi ! 😉

            +0

          Alerter
      • Ils sont grands parce que nous sommes à genoux // 04.04.2015 à 15h26

        Supprimer la rente agro-alimentaire ? Bonne chance, mon gars. sauf les armes à la main.

          +2

        Alerter
      • atomix // 04.04.2015 à 19h43

        “… par des méthodes respectant la terre. L’exemple de Rabbi est vraiment intéressant (agroforesterie, permaculture).”

        Respecter la terre sans contrôle de la population est d’un ridicule consommé.

          +4

        Alerter
    • ROBERT-ROMPILLON // 04.04.2015 à 12h37

      Tous à fait d’accord avec toi sur les nouvelles techniques d’agriculture auquel je rajouterais m
      la permaculture. C’est pas les sociétés américains comme Monsanto, ni leurs banquiers qui vont applaudir à ce genre d’approche nouvelles et efficaces mais qui assèchent le système capitaliste. D’ailleurs à ce que tu as dis il faut rajouter dans le cas de la permaculture la diminution du besoin de machines agricoles dont les américains sont des grands fournisseurs.
      Autre chose, à la NIC ils peuvent retourné apprendre à compter car 35% en plus en passant de 7,1 Md à 8,3 Md, cela ne fait que 17%.

        +4

      Alerter
      • franckmilan // 04.04.2015 à 13h59

        merciiiiiiiiii rompillon : marre des articles ou on balance des chiffres débiles ( 17% AU LIEU DE 35%)….et ce genre d’exemple est tout simplement la norme ….on balance toute la journée des chiffres que l’on vérifie jamais ou alors quand on le veut ou quand on le peut et ensuite on se tape une bonne branlette intellectuelle sur du vent…pour l’heure donc la question est : cet article est-il pertinent si c’est juste une augmentation de 17% ?…

          +0

        Alerter
  • eBry // 04.04.2015 à 00h24

    Personne ne se demande comment il est possible d’affirmer “Au cours de sept des huit dernières années, le monde a consommé plus de nourriture qu’il n’en a produit.”?

    Nous avons tellement de stocks de nourriture dans lesquels nous avons puisé lorsque la production faisait défaut?

      +16

    Alerter
    • EchoGmt7 // 04.04.2015 à 01h40

      Je pense que nous avons épuisé les stocks naturels par la surpêche, le déboisement et probablement l’appauvrissement irréversible des sols.

      Nous aurions consommé notre capital de départ au lieu de le cultiver.

      Cependant, je ne comprends pas pourquoi cela ne serait survenu que durant les “sept ou huit dernières années”?

        +4

      Alerter
    • tocquelin // 04.04.2015 à 08h14

      tres bonne remarque 2014 s’est terminée avec des stocks alimentaires records grace à de bonnes récoltes en céréales ,mais ,sucre pommes de terre etc(ce qui a entrainé une baisse sensible des prix chez les producteurs en particulier en France)
      Ne nous laissons pas abuser par les propagandes idéologiques

        +8

      Alerter
      • Crapaud Rouge // 04.04.2015 à 11h02

        Comment peut-on consommer plus qu’on ne produit ? C’est tout à fait possible si les chaînes de production consomment plus de ressources qu’elles ne produisent de nourriture effectivement consommée par les consommateurs, en un mot : leur rendement est négatif. C’est tout à fait possible si l’on compte tous les intrants, en particulier l’eau, et sur toute la chaîne, des transports longues distances aux gaspillages dans les magasins, et si l’on compte aussi les pertes de potentiel pour l’avenir, à savoir l’épuisement des sols et des nappes phréatiques, et les pertes en biodiversité.

          +8

        Alerter
        • eBry // 04.04.2015 à 18h19

          Bonne réponse mais la formule de départ de l’article est mauvaise et ne résume pas correctement le vrai problème.

          En réalité, les resources nécessaires à la production de nourriture s’épuisent pour couvrir la croissance de la demande.

          Sachant qu’il y a surproduction dans les pays développés (obésité et production invendue) et sous-production dans les pays émergents, il y a un potentiel de rééquilibrage…

            +0

          Alerter
      • Crapaud Rouge // 04.04.2015 à 12h06

        le monde a consommé plus de nourriture qu’il n’en a produit” peut aussi se comprendre comme la perte du potentiel de production de nourriture par rapport à la production effective de nourriture. Quand on pêche un poisson, on produit de la nourriture, mais quand on en pêche des millions de tonnes chaque année, on épuise leur capacité de reproduction. Cela change les données du problème, et devrait changer en conséquence notre façon d’en parler.

        L’absurdité apparente de la phrase souligne les limites de nos connaissances. Il faut rappeler que la logique scientifique triviale, qui sert ici de référence pour conclure à son absurdité, ne vaut que pour des systèmes totalement définis, aussi bien dans l’espace que dans le temps, disons une réaction chimique dans un bocal. Dans ces conditions, ce que l’on trouve “en sortie” (ou “à la fin”) ne peut pas être plus grand que ce que l’on constate “en entrée” (ou “au début”).

        Mais comment comptabiliser une ressource naturelle, par exemple le volume d’une nappe phréatique, si l’on s’autorise à l’épuiser ? Pour que la logique scientifique ci-dessus soit applicable, il faut limiter les prélèvements de façon que le volume dans la nappe se renouvelle. Si ce n’est pas le cas, la définition du système change, puisque l’un de ses paramètres change. La science n’est pas démunie face à ce type de situation, mais elle nous fait sortir de sa logique triviale qui est passée dans le langage commun.

        L’épuisement d’une nappe phréatique est analogue à une force de freinage sur un mobile, force qui va épuiser son énergie cinétique et finir par le stopper. On peut aussi le comparer à la perte de hauteur d’une pierre qui tombe et finit par toucher le sol. Dans tous les cas, le système tel qu’il est décrit au départ finit par disparaître, il a une durée de vie limitée. Problème : la vie humaine devant continuer, la logique des systèmes qui disparaissent n’est pas pertinente. Mais comme l’on n’en connaît pas d’autre, l’on se heurte forcément à des absurdités et des paradoxes.

          +5

        Alerter
        • Homère d’Allore // 04.04.2015 à 18h21

          La seule action possible qui puisse agir de façon non négligeable est de limiter drastiquement notre consommation de viande. C’est la principale cause de destruction de la forêt primaire, de gaz à effet de serre, de pollution en tout genre.

          On ne devrait manger de la viande qu’une à deux fois par semaine et beaucoup de déséquilibres seraient résolus.

          Et pour ceux qui sont accros, il existe maintenant d’excellents substituts:

          http://www.la-boucherie-vegetarienne.com

          C’est une nécessité.

            +4

          Alerter
  • purefrancophone // 04.04.2015 à 00h28

    2030 , parfait , l’Etat n’aura pas à me verser ma retraite trop longtemps !!!!
    Blague à part , pas surprenant , la planète ne pourra pas fournir de quoi nourrir tout le monde sans en subir les conséquences .
    Les populations qui étaient très pauvres et se contentaient de peu , entrainant une mortalité importante , commencent à avoir accès à une vie qui se rapproche de notre modèle occidental .Et nous , comme nous n’en avons jamais assez , consommons à outrance , quitte à détruire cette terre dont nous ne sommes que locataire , et mourir de trop de nourriture .
    Nous allons passer à une consommation de protéine autre que la viande , c’est à dire les incestes , moins gourmands en eau et en céréale pour un apport équivalent.
    La première préoccupation que nous constatons déjà c’est la diminution de la population des abeilles , indispensables , et qui meurent de la mauvaise qualité des fleurs , donc des plantes à cause des pesticides , voir des O.G.M. dans le monde .

    Maintenant , faut-il prendre ce genre de papier très au sérieux ou bien doit-il nous faire prendre conscience qu’il est temps de prendre soin de cette belle terre nourricière ?

      +3

    Alerter
    • Candide // 04.04.2015 à 10h24

      Savez vous ce qu’est l’écumen ? Et quel est d’un taux d’occupation avant de parler ? Progresse t’il ou régresse t’il, d’après vous ?

        +0

      Alerter
      • Chris // 04.04.2015 à 12h32

        Je pense qu’il progresse, puisque les humains s’entassent de plus en plus dans les villes.

          +0

        Alerter
  • Caliban // 04.04.2015 à 00h31

    Cela ferait un bon synopsis pour film d’anticipation.

    C’est Hollywood qui va s’en charger : le Président des US va sauver le monde avec l’aide de Dieu et de son F16 en bombardant les accapareurs russes, barbus et bridés.

    Pas de quoi être optimiste :
    • les sujets planétaires n’ont actuellement aucune instance permanente où être débattus
    • on ne parvient déjà pas à respecter l’ONU et de droit international
    • nos hommes politiques servent une oligarchie financière

    … bref, l’eau s’évapore.

    Il faudrait que nos décideurs comprennent que sans eau il ne pourront plus mettre de glaçons dans leur Chivas.

      +9

    Alerter
    • learch // 04.04.2015 à 00h49

      Le film existe déjà, depuis 1974 :
      http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=300.html

        +5

      Alerter
      • Chris // 04.04.2015 à 13h20

        Soleil vert.
        Je vous assure qu’après avoir lu le rapport Meadows (1972), vu le film Soleil vert (1974) et la Cabina (1972 *), si vous réfléchissez un minimum et avez un comportement responsable, vos choix de vie changent radicalement tant du bien-fondé de mettre des enfants au monde que de s’abandonner à la consommation compulsive du prêt à jeter. Vous devenez écolo avant l’heure.
        * https://www.youtube.com/watch?v=CABpfvOgbjw
        Oubliez les effets d’époque et plongez dans la réalité socio-économico-politico-médiatique européenne : je suis “Cabina”
        Tout un symbole de nos démocraties d’aujourd’hui !

          +2

        Alerter
    • cépamoua jépapété // 04.04.2015 à 02h27

      @Caliban

      = = = = En un petit peu bref = = = =

      “instances permanentes” : ça existe, ça s’appelle les Etats, qui ne s’en occupent pas. Si cela implique “instances planétaires”, ça existe aussi, l’ONU, l’OMS, Banque mondiale, etc. qui ne s’en occupent pas non plus.

      Sauf que justement, “mondial”, ça implique mécaniquement “oligarchique”.
      Il n’y a rien à faire contre ça, c’est aussi mécanique que la gravité, il faut vraiment l’intégrer : A PARTIR DU MOMENT OU C’EST UNE INSTANCE MONDIALE, CA DEVIENT UN GROUPE D’INTERET OLIGARCHIQUE AU SERVICE DE QUELQUES UNS, AU DETRIMENT DE LA MAJORITE ET DES INTENTIONS DE DEPART. Quelques uns qui décident au nom des autres. Ceux qui ont le plus de pouvoir récupèrent les choses à leur compte, parce que les experts et les chercheurs de ces instances sont plus doués dans leurs domaines respectifs qu’en manoeuvre et recherche du pouvoir.

      Vouloir une solution mondiale, c’est vouloir une catastrophe mondiale. Et c’est ce qu’on a : on a déjà une ONU, une OMS, un FMI, une UE, une OTAN, etc. et ce sont des intérêts autres et minoritaires qui en profitent réellement.

      Quand on le comprendra, on cessera de vouloir devenir des méga-star de Facebook qui accumulent les tampons de passeport. On se penchera sur des solutions locales, car les problèmes globaux sont d’abord une somme de problèmes locaux. Dans les villes, les régions, les pays, et au delà, on perd le sens.

      = = = = En pas bref du tout = = = =

      C’est la nature des grands groupes. A échelle modérée, cela profite globalement beaucoup à quelques uns et un peu aux autres, dont nombre souffrent mais survivent. Au delà d’une certaine taille, ce fonctionnement déraille, devient destructeur et auto-destructeur.

      La volonté de se rassembler en groupes toujours plus grands est la racine du problème : “l’union et le nombre font la force.” C’est ce qui motive les empires autant que la démographie croissante, et ça a été la solution pour préserver l’humanité de la disparition jusqu’à présent.

      Vient un moment où la solution devient le problème et nous y sommes. Et la nature humaine étant ce qu’elle est, nous n’échapperons pas à la catastrophe pour deux raisons principales.

      1 – l’inertie naturelle
      Quoiqu’on fasse, même de très efficace et intelligent, il faudrait des années pour que cela donne un résultat concret. C’est comme un train fou sans conducteur et au bord du déraillement. Il faut d’abord trouver le frein et pendant ce temps, on continue d’accélérer.

      Une fois qu’on l’a trouvé et qu’on serre le frein à mort, le train continue d’avancer. Des fois, c’est trop tard et il déraille

      (changements climatiques, générations de surpopulation déjà nées, destruction des ressources et de l’environnement, perte de sens des sociétés et d’éducation de leurs membres, pollutions mentales et psychologiques diverses. Tout cela, même si on arrête de l’aggraver, continuera de se développer sur son erre et de tout dégrader encore, avant de s’apaiser puis de s’améliorer doucement sur les dégâts occasionnés)

      2 – L’attentisme
      Comme pour tout, “ça n’arrive qu’aux autres”, “faut pas exagérer”, “tu nous fais chier”, etc.

      La chaise tournante à 4 pieds (qui bascule et qui a fini par être interdite après des dizaines morts, malgré des milliers d’accidents d’avertissement) les catastrophes chimiques (Seveso, Exxon Valdez…) la Vache folle, etc. Ca finit avec des centaines ou des milliers de morts et des dégâts pour des siècles, avant qu’on réagisse.

      C’est exactement la même chose qu’au niveau individuel, mais en plus lent :

      La bouffe en sauce, l’alcool, l’ambition professionnelle, etc. On comprend qu’il faut se modérer quand il est trop tard. On a eu un AVC ; un accident de voiture qui finit en fauteuil roulant et/ou en morts ; Chérie s’est barrée avec les enfants (“mais c’est pour eux que j’étais jamais là ! je me décarcassais pour leur bien”. Ah, j’vous jure… et quand tu penses qu’en plus, il y croit vraiment…)

      Et des fois, on ne comprend toujours pas et on recommence à trop bouffer, à boire, à bosser jour et nuit, à fumer, etc.
      A inventer de nouvelles subprimes ou à donner des farines animales au bétail ou à forer des poches de pétrole n’importe où n’importe comment.

      Collectivement, c’est comme individuellement, exactement les mêmes mécanismes. En beaucoup plus lents, profonds et graves, mais les mêmes tout pareils. Alors, que chacun commence par corriger sa propre vie là où elle se détraque, et alors chacun comprendra mieux comment les choses se détraquent dans la vie des autres et dans le vaste monde.

      Et là, du local vers le général et du personnel vers le collectif, on trouvera des solutions. Pour l’instant, on fait le contraire et donc on fait semblant : vu la masse d’information et de connaissances qu’on a, on sait ce qui marche et ce qui ne marche pas, mais on ne s’en donne pas la peine, on attend qu’un chef s’en occupe.

      Vouloir une solution mondiale, c’est vouloir une catastrophe mondiale, comme déjà dit. C’est comme ça.

      Parce que vouloir que ce soit mondial, c’est vouloir que ce soit “les autres” qui décident pour nous. Comme d’hab’, quoi.

      Commencer local, c’est commencer soi-même. et la démocratie, elle commence là, par soi-même, pas par un élu. L’élu et le représentant ne viennent qu’après. Sinon, il viennent à notre place et décident pour eux plutôt que pour nous. Et on voit ce que ça donne.

      “C’est comme ça”. Quand on l’accepte, c’est intéressant. Quand on ne l’accepte pas, on croit que c’est horrible. Comme les brocolis.

      Tant que ce ne sera pas compris, il n’y aura rien à espérer. Et donc, comme trop peu l’ont compris jusqu’à présent, on aura la catastrophe quoiqu’il arrive. Voyons comment ceux qui le comprennent s’en prémunissent et préparent éventuellement “l’après”. Eventuellement en en causant ensemble, parce que la question n’est plus “si”, mais “quand” ça arrivera. Alors pour après, copains, on envisage quoi ? Pour “pendant” on se prépare comment ?

        +19

      Alerter
      • Chris // 04.04.2015 à 13h37

        Une piste peut-être, les propositions d’un trader canadien québécois (moneymakeredge1) :
        https://www.youtube.com/watch?v=f3hFjzRITDM
        La débancarisation, mais pas seulement. Une démarche à méditer.

          +0

        Alerter
      • franckmilan // 04.04.2015 à 14h33

        bof…si vous croyez que la solution passe par une prise de conscience individuelle X 8 milliards…. alors oui c’est mort !!! perso j’espère plus en une seule personne que dans les 7 999 999 autres…

          +1

        Alerter
        • cépamoua jépapété // 04.04.2015 à 18h34

          @franckmilan

          Pas besoin de 8 milliards de prises de conscience. C’est comme à la Renaissance avec la naissance du pluralisme chrétien, puis fin XVIII avec la naissance des démocraties modernes : il y a une minorité qui prend conscience et qui s’agrandit et finit par atteindre une masse critique – bien que toujours minoritaire, mais devenue visible et générant un mouvement collectif.

          En général, comme ces mouvements sont symptomatiques d’une crise, un événement brutal déclenche une rupture. Les événements brutaux arrivent de toute façon, mais en temps de crise, ils sont mal gérés d’une part, et atteignent une population déjà harassée et à bout de nerfs, et boum. Les famines de 1787, combinées à la perte de lucidité et de pertinence de l’aristocratie française, ont déclenché 1789, par exemple.
          ________________

          Quant à croire qu’une seule personne changera le monde, c’est confondre les scenarii hollywoodiens avec des manuels d’Histoire. Un individu emblématique est le porte drapeau d’un mouvement collectif. Qu’il ait l’initiative (par ex. de Gaulle) ou le trait de génie (par ex. Einstein) ne change rien au fait qu’ils représentent un courant prêt à l’action, auquel ils prêtent leur énergie et leur talent certes et avec un réel pouvoir de transformation, mais sans le terreau fertile d’une population déjà prête, rien n’arrivera. Si ce terreau existe, alors la chose se produira, que ce soit avec de Gaulle ou Einstein ou quelqu’un d’autre.

          Si Einstein n’avait pas développé la relativité, quelqu’un d’autre, probablement un groupe et en plusieurs fois sur plusieurs années, y serait arrivé aussi. Du reste, Einstein s’est appuyé sur les travaux d’autres chercheurs car il travaillait à l’office des brevets, il lisait et compilait tout dans sa tête et il reconnaissait lui-même “s’être juché sur des épaules de géants”.

          Le cas Adolf Hitler est tout aussi notable : il était le pantin de la frustration aristocratique allemande (dont Goering était un cas emblématique) qui voulait entraîner le peuple dans une révolte. Si ce n’avait été lui, c’aurait été un autre, car cette force de revanche haineuse était immense dans l’élite allemande après 1918, et le besoin de se remettre debout l’était tout autant pour le peuple.

          Il se peut qu’il y ait des exceptions, comme Archimède par exemple, dont la mort prématurée a fait disparaître le calcul différentiel pour plus de 15 siècles et aussi une montagne d’avancées scientifiques, mais c’est presque l’exception qui confirme la règle : une époque où la population humaine était réduite, les moyens de communication très limités, l’espérance de vie très courte.

          De nos jours, plus personne n’est un génie irremplaçable, mais bon, ça va contre l’idéologie ambiante : on génère quelques Himalaya de talent, parce qu’on génère aussi des océans de médiocrité. C’est notre fonctionnement, c’est la preuve d’une défaillance, mais on nous le vend comme une qualité parce que ça avantage ceux qui en profitent, et nous maintient dans la course aux inégalités en privilégiant la compétition plutôt que la coopération.

          Ceci dit, chacun est libre de croire ce qu’il veut et d’être d’accord avec qui il veut.

          Bon, c’est pas le tout, mais je dois écrire un petit mot d’anniversaire à ma nièce de 8 ans. Faut que je m’y remette, je n’ai pas encore fini la douzième page.

            +6

          Alerter
          • theuric // 05.04.2015 à 01h10

            Ne seriez-vous pas marié avec Madame aissapu, par hasard?
            Vous m’avez rassuré, ouf, les idées se baladent encore.

              +1

            Alerter
  • Inox // 04.04.2015 à 01h14

    Voila pourquoi le court-termisme se développe tant. Carpe diem, car c’est foupoudav. Et un peu d’optimisme ! Il faut juste attendre la prochaine crise démographique majeure, et tout repartira comme en 40.

      +1

    Alerter
  • padawan // 04.04.2015 à 02h14

    Heho les alarmistes, la Terre peut nourrir 12 000 000 000 de personnes, relisez l’empire de la honte de Jean Ziegler …

    Bon si ce chiffre de 12 milliards est gros, on commencera par gaspiller moins et déjà on sera tranquille pour un moment.

    Pour l’eau ça craint un peu plus mais aussi le sable (batiment) , le pétrole (déplacement) , le cuivre (électricité) …

      +2

    Alerter
    • Merle // 04.04.2015 à 09h46

      Constat absurde pour les 12 milliards d’êtres humains car ils seront concentrés dans des zones d’activités. Un peu comme si je disais “oui mais le système solaire peut contenir 90 milliards d’êtres humains”.La densité de population est un facteur clé.

      Il n’y a qu’une solution : baisser la population. Mais la dette nous en empêche.

        +4

      Alerter
      • padawan // 04.04.2015 à 10h45

        C’est aujourd’hui que l’agriculture peut nourrir autant de monde.

        Et la densité est peut être un facteur clé mais ça n’empêche pas l’inde, la chine, le japon ou la Corée du sud de vivre sans crever de faim ; alors que leur densité nous parait inconcevable.

        Un peu de “discipline” et plus de d’esprit citoyen et tout roule -ou presque-.

        Ceci dit vous avez raison, la Chine a un contrôle des naissances et cela n’est pas souhaitable pour le reste du monde je m’explique :
        Aujourd’hui, un chinois peut acquérir la nationalité chypriote pour 3M€ et ainsi faire autant de gosse qu’il veut. Seul les riches peuvent avoir des enfants ?

        Vous parlez de “baisser la population”, on commence par qui ? Ceux qui consomment plus? Ceux qui produisent plus ? Ceux qui polluent plus ? Ceux qui font “trop” de gosse ?

          +3

        Alerter
        • Merle // 04.04.2015 à 17h42

          On applique des politiques pour faire coïncider l’évolution du taux de natalité et celui de mortalité. Réduire les naissances en fonction de la baisse de la mortalité, c’est vital. Inutile d’attendre 60 ans pour que le taux de fécondité passe de 8 à 2. Campagne de promotion de la contraception, instruction des filles, interdiction du travail de l’enfant, etc.

          Deuxièmement, 12 milliards d’êtres humains pouvant être nourris, ok. Mais donc, on rase tout pour faire de l’agriculture ? Et n’y a t’il pas d’autres espèces que l’être humain qui méritent de vivre sur Terre ? Est ce que l’on peut vivre sans elles ?

            +5

          Alerter
        • Merle // 04.04.2015 à 17h48

          D’ailleurs, Ziegler oublie un point majeur. Il semble croire que la famine est provoqué par un soucis de distribution ou de production de nourriture. Elle est désormais la plupart du temps orchestrée par un pouvoir politique local corrompu.

            +3

          Alerter
          • Jerome // 05.04.2015 à 13h11

            Lisez Ziegler ! C’est exactement ce qu’il dit.
            La faim n’est plus un problème physique (problème de ressources ou de distribution), c’est un problème POLITIQUE.
            C’est dans ce sens qu’il a raison de dire qu’un enfant qui meurt de faim est un enfant assassiné (vrai aussi pour les adultes bien sûr).

            Je rapelle qu’il a été rapporteur pour la FAO et qu’on peut à raison penser qu’il sait de quoi il parle.
            Pour finir, ce chiffre de 12 milliards peut être facilement vérifié par une simple règle de 3: on estime les pertes de nourritures à 30% de la production agricole.
            Cela nous donne une production agricole mondiale pour 9.1 milliard d’humains. Ajoutez-y la part dévolue au bétail et aux bio-carburants, et le chiffre de 12 milliards semble très réaliste.

              +2

            Alerter
        • games // 04.04.2015 à 19h35

          Le contrôle de naissance a été supprimé en Chine mais … les femmes sont contentes de cette situation: Instruction, salaire donc autonomie , féminisme, et la suite viendra à juste titre …

          http://www.lemonde.fr/international/article/2013/02/22/la-chine-revient-sur-le-dogme-de-l-enfant-unique_1837301_3210.html

            +0

          Alerter
    • roller // 04.04.2015 à 11h53

      Bonjour,

      Jean Ziegler a raison de denoncer la spéculation réalisée sur la nourriture . Mais , même si la phrase “nous pourrions nourrir 12 milliards d’humains ” ne signifie pas ” 12 milliards d’humains pas de problème ” , il n’y a pas qu’une seule contrainte s’exerçant sur l’espèce humaine . Autour de chez moi , ça bétonne grave , les espaces verts diminuent pour fabriquer de nouvelles maisons . Faites une recherche sur internet pour voir où Jean ziegler vit . Je ne suis pas sûr qu’il serait content qu’on bétonne ( ou mettre en exploitation une mine ) le magnifique cadre dans lequel il vit pour accueillir le surplus de population d’ici là .

        +3

      Alerter
      • padawan // 04.04.2015 à 19h12

        @merle et @roller, je réagissais à chaud sur les projections des catastrophistes 🙂 La fin du monde pour 2030 est ridicule elle devait avoir lieux en 2012 :p

        Ensuite on voit bien que la population humaine se régule avec le développement économique -et l’éducation-, je ne vais pas remettre le graphique vu en classe de seconde si mes souvenirs sont bons.

        Il est enfin évident qu’une politique de décroissance doit être mise en place parce que si on a manger pour tout le monde, on aura pas tous de voiture, de téléphone, d’ordinateur de bigmacs et de vacances au ski. Seule cette politique de décroissance permettra le développement serein pour la planète et l’Homme.

        Enfin pour Ziegler, ne commencez à taper dessus il mérite une statue, une allée et un petit géranium.

          +2

        Alerter
        • Merle // 04.04.2015 à 22h27

          Je pense que nous sommes d’accord alors : ]

          Mon seul point est de dire que la transition démographique ne s’opère pas assez vite pour ne pas poser des risques écologiques critiques et qu’il faut mieux l’accompagner. On joue un jeu dangereux avec la démographie, se servant d’un accroissement naturel fort pour augmenter artificiellement le taux de croissance des pays et donc réduire le déficit.

          Je ne crois pas, tout comme toi, à la fin du monde. Mais je pense que notre devoir est d’évaluer la situation et de décider quels choix nous éviterons le plus de catastrophes (qui sont parfois inévitables, mais quand même minimisables). La situation est désastreuse, mais il faut encore tirer le meilleur que l’on puisse trouver, et continuer à avancer dans la meilleure direction possible, quelque soit les mauvaises décisions antérieures.

          Mon inquiétude vient surtout du fait qu’il n’y a toujours pas le sursaut tant attendu de l’écolo-citoyen ou de l’écolo-politique. Les rapports du GEIC sont peut etre alarmistes, mais la réalité les fait passer pour des optimistes invétérés depuis dix ans. Pas de fin du monde, mais on parle bien dès aujourd’hui d’un monde sans banquise, avec tout ce que cela implique de ne plus avoir cette source de froid pour reguler le climat planetaire. Personne au monde ne peut avoir la moindre idée des changements que cela pourrait provoquer en terme de climats.

          Comme le dit très bien Olivier Berruyer, on joue à la roulette russe, et on ne perdra qu’une fois, quelque soit la chance qu’on aura pu avoir jusqu’au moment fatidique.

            +1

          Alerter
  • Feuille de Mars // 04.04.2015 à 02h35

    Mouaip, bien que je sois d’accord avec le fait que l’occident devrait se calmer un peu avec son mode de vie délirant qu’il essaie d’exporter partout…ce genre de rapport me fait vraiment penser à toutes ces annonces du GIEC qui disent que l’humanité aura été réduite de moitié à cause du réchauffement terrestre à partir de juin-juillet 2004.

    Et puis quel est le message caché derrière ce genre d’annonce ? Légitimer la politique d’austérité et de paupérisation des gens par la voie de l’écologie érigée en religion, d’ailleurs n’emploient-ils pas le mot enfer pour ce qui nous attend si nous ne nous prosternons pas devant la sainte pauvreté que pensent souhaitable nos gouvernants ? A écouter BFM TV : tout va pour le mieux en Grèce à l’heure actuelle.

    La vraie question intelligente qu’il faut se poser c’est : qui finance ce genre d’étude, qui paie les services secrets ?

      +20

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 04.04.2015 à 12h24

      Questionnement pertinent, Feuille de Mars, mais rien ne dit qu’une annonce alarmiste comme celle-ci viserait à entretenir la passivité des foules devant “la politique d’austérité et de paupérisation des gens“, car il n’y a pas que ça dans la vie, il y a aussi tout le système hyper-productiviste, destructeur d’emplois et d’environnement. Ce texte peut donc tout aussi bien susciter le mécontentement des masses, ce qui ne serait pas très malin de la part des services secrets…

        +1

      Alerter
  • Tanguy // 04.04.2015 à 02h49

    Si les “services” font des communications, eux qui sont censés être “secrets”, c’est qu’il y a une raison.

    Je ne la connais pas dans ce cas, mais il s’agit de semer la peur et la résignation (car si “c’est de toute manière foutu, autant ne rien faire”).

    On ne devrait pas relayer leur message alarmiste. Même si la nature et la vie prennent des coups, il n’y a pas de raison que tout s’écroule en 2030!!!!

      +8

    Alerter
  • livemess // 04.04.2015 à 03h39

    Faut se calmer, ces histoires sont des arbres qui cachent la foret.
    A voir le documentaire Cowspiracy (j’ai eu la chance de tomber dessus, je vous laisse trouver) et en gros pendant que nous sommes 8 Milliard d’humains, nous mangeons plus de 70 Milliards d’animaux d’élevage (poule, canard, porc, vache…) chaque année….
    Si nous diminuons significativement notre consommation de carnivore, on pourrais être 30 Milliards sur terre avec ce même impact…..
    Alors à quand 8 Milliard d’humains “riche” (c’est pas l’africain le problème ici) moins égoïste pour permettre la préservation de la planète et l’assurance de sa propre survie en tant qu’espèce?

      +4

    Alerter
    • atomix // 04.04.2015 à 23h50

      Merveilleux d’altruisme… Il ya de la place sur terre pour 50 millions d’humains pour qu’il vivent heureux sans travailler. Sans détruire l’environnement, etc.

      Raisonnement typique écolo. Faire des mathémathiques sans voir plus loin que le bout de son nez. Parfois je voterais pour les trilatéralistes…

        +0

      Alerter
  • Joanna // 04.04.2015 à 05h40

    Ce constat me parait plutôt lucide. On sait bien que « la différence entre un optimiste et un pessimiste tient au fait que le pessimiste est habituellement mieux informé ».

    Donc ce constat n’est pas pour moi alarmiste mais simplement réaliste.
    Mettez dans un chaudron les maladies, la dégradation du climat à la vitesse grand V, la disparition d’espèces vitales pour l’éco système, la surpopulation, la déculturation des peuples, les guerres de toute nature, le nouvel ordre mondial … agitez toutes ces calamités et ça donne un mélange plus que détonant qui va nous péter à la figure.

    L’homme, à l’origine de tout ça, est bel et bien une arme de destruction massive pour lui-même et notre planète Terre.

    Le « progrès » a largement dépassé le stade où il était surtout bénéfique, nous avons oublié la sagesse des peuples autochtones, le processus d’anéantissement de la vie sur cette planète est engagé et ça va aller en s’accélérant.

    Dépérissement durable … l’apocalypse est pour demain mais avant ça les générations nouvelles et à venir ne vivront plus jamais comme nous.
    Je crois donc qu’il faut avoir une sacrée dose d’égoïsme et / ou d’inconscience pour concevoir des enfants de nos jours.

    Et je ne crois pas ce qu’il reste de notre humanité capable de freiner elle-même sa course vers le gouffre, la fin des temps est programmée.

    A moins qu’une intervention extérieure ? …
    Mais les voies des Seigneurs extra-terrestres sont impénétrables.

      +11

    Alerter
  • Rose du sud // 04.04.2015 à 06h34

    Ce sont “certaines sociétés” qui s’écroulent pour telle ou telle raison mais jamais la planète entière.

    Ne vous inquiétez pas les américains et leurs avions avec porte blindée sauront envoyer leurs bombes juste là où il faut pour tuer les civils, toutes les femmes et les enfants, et les vieillards inutiles!
    Alors il y aura toujours de la place pour les Amerloks!

      +7

    Alerter
  • coinfinger // 04.04.2015 à 06h36

    Les services secrets me donnent l’impression d’étre à la recherche de nouveaux marchés . Je peux comprendre çà , les affaires aux Moyen Orient et à l’Est offrent beaucoup de débouchés mais un faible retour sur investissement , comme çà au flair .
    Comme les nouveaux sujets semblent autant extérieurs qu’intérieurs n’est ce pas une maniére de ce faire un autre avenir , plus accés vers la guerre civile avec accusation de l’extérieur ?
    çà glace le sang quand on sait ce dont ils sont capables …

      +0

    Alerter
  • A-J Holbecq // 04.04.2015 à 07h28

    Connaissez-vous les deux livres de Dennis Meadows sur “les limites de la croissance” (1972 et 2002) ?
    Un résumé de chacun des deux sur http://www.societal.org/docs/cdr1.htm et http://www.societal.org/docs/cdr2.htm … un peu moins pessimiste : le crash serait pour 2050 et non pas 2030 !

      +3

    Alerter
  • jplchrm // 04.04.2015 à 07h39

    Tout ça se réalisera plus ou moins sauf si le système technologique relativement fragile est ratiboisé par une catastrophe naturelle ou non naturelle. Couplé au libéralisme échevelé, il ne s’en remettrait pas. L’humanité, éventuellement amputée d’une partie de sa population repartirait dans une autre direction. Il n’est pas évident que les populations des pays riches soient plus protégées que les autres … trop de confort amollit. Elle n’est pas habituée au malheur. Ces prédictions à très long terme sont de la foutaise : il suffit de voir comment le passé pensait notre présent. Hormis quelques visionnaires, il avait tout faux.

      +0

    Alerter
  • Kiwixar // 04.04.2015 à 08h03

    Le pic pétrolier permet d’être optimiste, nous forçant à changer notre mode de vie de toute façon, et bien avant 2030 :
    – fabrication plus locale
    – nourriture de proximité, permaculture, lopins de terres : nourriture plus saine et plus fraîche (pas besoin d’irradier vos légumes et fruits)

    Le mode de vie de 1930 (+ la médecine et le dentiste moderne + internet et la connaissance illimitée), en travaillant 2-3 jours par semaine. Les immenses progrès en productivité du XXe siècle ont été accaparés par les oisifs (rentiers) au détriment des actifs, qui doivent travailler comme des fous pour ces oisifs, les chômeurs (chômage organisé) et une bureaucratie inutile, avec la majorité de leur salaire qui part en taxes (IR, TVA, taxe sur les produits pétroliers, impôts locaux).

      +16

    Alerter
    • Melissa // 04.04.2015 à 09h05

      Kiwixar,

      La responsabilité politique est d’organiser une inversion contrôlée de l’exode rural dans les pays développés, en accordant la priorité aux productions agricoles familiales…
      La connaissance et les techniques permettent aujourd’hui une production agricole biologique beaucoup plus régulière que par le passé, tout en minimisant le temps de travail et donc,en préservant davantage d’espace pour la vie sociale et culturelle…(Ex : le village de Correns, dans le Var…100% bio !…)
      L’artisanat et la petite industrie locale trouveront également leur place dans ce nouvel espace rural et contribuerons au progrès et à l’innovation tout en permettant, pour ceux qui le souhaitent, une pluri-activité “à la carte”…
      Entre la faim et la raison,…il est grand temps de choisir…

        +12

      Alerter
      • Kiwixar // 04.04.2015 à 10h35

        J’aimerais bien avoir quelques ordres de grandeur :
        – avec un bon savoir-faire en permaculture (style Ferme du Bec Helloin), combien d’heures de boulot par semaine pour être auto-suffisant au niveau alimentaire ?
        – au Moyen-Age, quel % d’impôts un serf payait à son seigneur? (nombre de serfs pour faire vivre 1 “oisif”) vs. actuellement quel % d’impôts paie une personne de la classe moyenne, en comptant TVA, taxes locales, impôts sur les produits pétroliers (= une personne de la classe moyenne actuelle fait vivre combien d’oisifs?)

        Ce serait intéressant à savoir, en effet le problème de l’autosuffisance alimentaire et d’un mode de vie sain (inversion de l’exode rural), c’est le nombre de parasites à entretenir!

          +7

        Alerter
        • Alae // 04.04.2015 à 12h29

          J’ai quelques petites données pour la féodalité :
          Pour l’Église, de 5 à 10% au titre de la dîme (mais l’Église, à l’époque, prend en charge les hôpitaux, les orphelinats, l’école ou ce qui en tient lieu, etc).
          Pour le seigneur, les banalités (monopole sur le four à pain ou le moulin à farine du coin, droits de passage sur les routes locales à taux variables selon les endroits), dont je ne sais pas si on peut vraiment les qualifier d’impôts. Nous payons aussi notre eau, notre gaz, notre électricité et des péages autoroutiers sans appeler ça des impôts.
          Et enfin le cens, mais c’est un loyer et non un impôt.
          A l’arrivée, il semblerait que nous payions considérablement plus d’impôts directs et indirects que les paysans du moyen âge, mais nous sommes également infiniment plus équipés.

          au Moyen-Age, quel % d’impôts un serf payait à son seigneur? (nombre de serfs pour faire vivre 1 “oisif”
          Même s’il y a eu des abus, le seigneur féodal n’était à la base pas un oisif. Sans l’armée locale, les petits bleds et les fermiers isolés auraient été trop exposés aux rapines des brigands du coin ou des seigneurs rivaux, d’où la naissance des armées féodales et des seigneurs. Il suffit de regarder la configuration d’un château fort médiéval : il y a toujours une cour immense, fortifiée, étudiée pour faire tenir un maximum de paysans et leurs animaux (vaches, etc). De quoi soutenir un siège en protégeant tous les habitants possibles.
          Faut pas oublier que, dans les petits bleds ruraux du moyen âge, il n’y avait ni police, ni armée centrale et encore bien moins de lois nationales, internationales ou, a fortiori, de quoi les faire respecter.
          Aujourd’hui, on observe exactement la même tendance : à cause des lacunes des lois internationales et de leur incapacité à protéger les pays contre une certaine nation qui se croit tout permis, les pays s’arment jusqu’aux dents aux frais de leurs contribuables, Russie en tête. Est-ce qu’on peut dire pour autant que Choïgou est un oisif ?

            +6

          Alerter
          • Kiwixar // 04.04.2015 à 21h57

            Merci pour ces infos. C’est bien l’impression que j’ai : aujourd’hui un actif fait vivre une quantité énorme d’oisifs (rentiers) et de gens qui travaillent mais d’un travail vraiment inutile (bureaucratie). L’actif n’a pas bénéficié du tout de l’augmentation énorme de productivité, qui lui aurait permis de travailler 2 jours par semaine. 5 jours de travail, mais dont 2 pour le rentier et 1 pour le bureaucrate. Tirons le rentier et les bureaucrates et on peut travailler 2 jours par semaine, grâce à la modernité, l’augmentation des rendements agricoles.

            Il y avait donc bien moins d’inutiles au Moyen Age, avec, comme vous le dites, les Seigneurs qui s’occupaient de la sécurité, de la police, de la justice, et l’Eglise (malgré les excès) des hôpitaux et des pauvres.

              +3

            Alerter
  • ponsov // 04.04.2015 à 08h54

    Pas de soucis pour l’agriculture , Monsanto annonce un mais qui consommera 1/2 d’eau en mois que le Mon actuel, la Chine commence à recycler les terres rares comme une brute , les vaches du Kansas modifiées 2 fois plus de lait que les montbéliardes, Bayer des médicaments coupe-faim, que du bonheur, quand au traité de non exploitation du pole sud ça commence à négocier dur donc tout va bien.

      +9

    Alerter
  • voronine // 04.04.2015 à 09h20

    En 2O30 …il est possible qu’il y ait de nouveaux problèmes, comme, au hasard : la pollution nucléaire, les migrations , les épidémies, la disparition de certaines espèces comme les polinisateurs …Mais peut etre pas la surpopulation : Oncle SAM y veille ; s’ils investissent, comme ils le font actuellement dans le complexe militaro industriel , c’est qu’ils s’en serviront …Tout a une finalité et rien n’est produit en pure perte.

      +8

    Alerter
  • mollo // 04.04.2015 à 09h34

    Ouais, qu’on en finisse et que l’on laisse le soin aux corbeaux et aux campagnols de faire de cet endroit un monde accueillant et bienveillant.

      +7

    Alerter
    • theuric // 05.04.2015 à 01h18

      Je n’aime ni les corbeaux, ni les campagnols, ni les hommes, je n’aime que les femmes, je les adore, même.

        +0

      Alerter
  • Athanagor // 04.04.2015 à 09h45

    J’ai comme l’impression que cette étude ne dit qu’une seule chose : que si le monde continue à utiliser les ressources “à l’américaine” alors il va droit dans le mur. Tu parles d’une découverte !

    Ce n’est pas une nouveauté, mais les américains sont friands de scénarios catastrophes qui leur permettent de justifier des mesures à l’emporte pièce (dont les effets peuvent être tout aussi dévastateurs, les conneries genre “puits de carbone” ou autres emplâtres techno-débiles).

    Comme le soulignent très bien certains commentaires, il y a des façons de procéder autrement, en particulier en matière d’agriculture. Mais cela commence par l’acceptation de la finitude du monde et de ses ressources, postulat incompatible avec une idéologie impériale…

      +4

    Alerter
  • lanQou // 04.04.2015 à 10h03

    Vous me faisiez remarquer à juste titre l’autre jour une erreur mathématique élémentaire. Il est vrai que je ne suis pas spécialement “matheux”, j’essaye donc d’être plus vigilant:
    “la Terre devrait accueillir 8,3 milliards d’habitants en 2030, […] contre 7,1 aujourd’hui.”
    “la demande en nourriture devrait augmenter de 35% d’ici 2030.”
    Je me demande donc comment une augmentation de 17% de la population pourrait conduire à une augmentation de 35% de la demande en nourriture.

    Par ailleurs: “nous vivons déjà sur les réserves selon le rapport du NIC, le bras analytique et prospectif des services de renseignement américains.”
    Une affirmation étonnante, que ne partage d’ailleurs pas la FAO, qui s’y connait aussi un peu en matière d’analyse et prospection et qui n’est pas tout à fait soumise aux mêmes intérêts que les services de renseignement américain: “On dispose, au niveau mondial, du potentiel de production nécessaire pour satisfaire la demande.”
    http://www.fao.org/docrep/004/y3557f/y3557f06.htm
    Article qui souligne que le problème sera un problème de production “solvable” (ce qu’il est d’ailleurs déjà et depuis plusieurs décennies). C’est à dire non un problème de production et de quantité au niveau mondial, mais un problème d’accès pour les régions pauvres et peu productives (en gros en 2030, les Somaliens auront toujours du mal à s’acheter ou faire pousser du riz en plein désert…)

    Cet article me paraît donc moins s’inscrire dans la prospective que dans la propagande pour justifier dans quelques années qu’il soit normal que X% de la population mondiale meure de sous-alimentation ou de malnutrition, alors qu’on est actuellement dans un paradigme tout autre: les problèmes alimentaires mondiaux sont un problème non de production, mais de distribution de la richesse alimentaire, et que si des populations sont aujourd’hui affamées, c’est pour les profits de certains.

      +6

    Alerter
    • Chris // 04.04.2015 à 14h05

      Dans ma jeunesse, j’ai connu ce qu’il était convenu d’appeler “la révolution verte” qui nous vaut la bouffe dégueulasse qu’on trouve maintenant sur les marchés, l’exode rural dû à la mécanisation, l’endettement expropriateur de la petite paysannerie quasi disparue avec pour corollaires les cultures intensives sur lesquelles se développement maintenant les OGM : une évolution qui certes a augmenté le volume de la production alimentaire, mais au détriment de la valeur nutritive et sécurité sanitaire.
      Par contre, les multinationales et financiers associés qui se sont emparés de ses marchés (ainsi que leurs marchés collatéraux), elles, engrangent depuis des décennies des bénéfices colossaux et se comportent comme des états dans les Etats ! Si quelqu’un en doute, qu’il aille voir sur le site UE, qui est bénéficiaire des fonds de la politique agricole… La féodalité est de revenue à visage masqué.

        +4

      Alerter
      • atomix // 04.04.2015 à 23h56

        Vous avez oubliez la disparition de la couche de terre arable. De mémoire, elle a perdu 60% d’epaisseur en un siecle… Et qu’il faut des dérivés de pétroles pour faire poussez quelque chose sur ces terres mortes…

          +4

        Alerter
  • Louis Robert // 04.04.2015 à 11h09

    Bon, je note: désormais nous sommes trop nombreux et les nouveaux venus mangent trop, surtout trop de viande… En fait ils consomment déjà trop et ça risque de ne pas nous en laisser assez!

    Bref, le problème, c’est les autres, ils menacent notre avenir et ça promet d’empirer…

    Analyse impériale magistrale, avouons-le! Un peu vieillotte, un peu courte, mais familière. Me rappelle tout à coup que “l’enfer, c’est les autres”, à n’en pas douter…

      +3

    Alerter
  • Jean // 04.04.2015 à 11h10

    Cela me fait penser aux infos télé des années 1970:
    Paris devait être sous l’eau en l’an 2000! et oui! déjà!
    Ah! ces humains! incorrigibles prétentieux!

      +0

    Alerter
    • Merle // 04.04.2015 à 17h50

      Ah ces gens qui jugent les estimations sans même en connaitre les hypothèses de travail … : ]

        +0

      Alerter
      • Jean // 04.04.2015 à 21h02

        les hypothèses de l’époque étaient déjà: le réchauffement, la fonte des glaciers, banquise, etc…
        bref, rien de neuf sous le soleil! (ou sur!) :-))) ….et depuis, le G.I.E.”sait”! nous sommes sauvés!

          +0

        Alerter
  • Pablo75 // 04.04.2015 à 11h32

    Combien d’experts dans ce site ! Cela me rappelle la phrase de je ne sais plus qui: “Étrange que ceux qui ont la solution à tous les problèmes soient tous patrons de bar, chauffeurs de taxi ou coiffeurs”.

    Quant aux prophètes, on sait que leur caractéristique principale est de se tromper:

    Sur le livre de Dan Gardner “Future Babble: Why Expert Predictions Fail – and Why we believe them anyway (Un futur confus: pourquoi les prédictions des experts sont fausses – et pourquoi nous les croyons tout de même)” dans l’article “Prévisions, théories du complot: croire… et être trompé”:

    “Dan Gardner s’est appuyé sur les travaux de Philip Tetlock, professeur de psychologie de l’université de Berkeley en Californie, qui a lancé en 1985 une vaste expérience consistant pendant 20 ans à valider les prévisions faites par près de 300 experts politiques et économiques. Conclusion, après des dizaines de milliers de cas étudiés: la plupart des experts auraient été surpassés par un chimpanzé lançant des fléchettes sur un tableau couvert de scénarios aléatoires.Tetlock a trouvé que les experts dits optimistes prévoyaient dans 65% des cas des scénarios roses qui voyaient le jour 15% du temps et que les experts dits pessimistes s’attendaient dans 70% des cas à des scénarios catastrophes qui se matérialisaient seulement 12% du temps.”

    http://www.slate.fr/story/41799/previsions-theories-complot-psychologie

      +3

    Alerter
    • atomix // 05.04.2015 à 00h00

      Si vous n’avez pas remarquer que les enfants d’aujourd’hui sont moins bien traités que vous pendant votre enfance il n’y a rien a ajouter…

        +2

      Alerter
  • Carabistouille // 04.04.2015 à 11h37

    J’ai lu, sur le Monde, il y a quelque mois quelque chose de ce genre et qui disait une petite phrase sibylline qui m’a tout simplement terrifié.
    Or, cet article parlait d’un rapport.
    Pas un rapport issu d’un obscur think tank ou d’un quelconque blog complotiste, non, il s’agissait d’un rapport de…. la NASA(pas la nsa, la nasa) établit par des centaines de chercheurs de toutes disciplines sur une modélisation mathématique possible sur le (je cite) “suicide des civilisations”.
    A chaque fois, suite à l’extension d’un empire, apparaissait la raréfaction des ressources, le sacrifices des couches les plus pauvres, puis on remontait de moins pauvre en moins pauvre. Ceci était caractérisé par une sorte d’autisme des classes ditigeantes et riches, certaines d’être à l’abri et convaincues que le sacrifice des moins riches suffirait à pérenniser leur bien-être et leur survie. Le problème est qu’arrive le moment où les classes touchées deviennent si nombreuses qu’on entre systématiquement sur des guerres civiles à répétition qui génèrent la dislocation et ou l’invasion et ou la disparition pure et simple quand la société présente un nombre d’individus en deça de la taille critique nécessaire à l’existence d’une société.
    MAIS CE N’EST PAS CE QUI M’A TERRIFIE.
    Ce qui m’a terrifié c’est une petite phrase anodine. On parle d’une revue publiée par la NASA et qui a dont dut être relue des centaines des milliers de fois par des yeux de toute sorte. Des yeux de cerveaux avisés, intelligents, retors même. Donc, une phrase ne peut pas être tout simplement passée à l’as.
    Voici cette phrase en substance; “même si certains préconisent l’éradication de milliards de pauvres par l’arme de la famine”.
    Je répète: “certains” préconisent l’extermination de milliards de pauvres.
    Qui sont ces “certains”?
    Comment se fait-il que personne n’ai exigé que cette phrase complètement explosive et qu’on croirait sortie du blog complotiste le plus délirant, ne soit retirée de ce rapport?
    Personnellement, je n’étais pas assez parano pour imaginer que “certains” envisageaient sereinement l’extermination de milliards d’individus.
    J’avais tort.
    Il y a des gens, des “décideurs” interrogés par les sociologues, les anthropologues, les philosophes, missionnés par la NASA, qui ont clairement émis comme envisageable l’extermination de milliards d’individus. Et personne n’a percuté.
    J’ai écrit au l’auteur de l’article pour lui faire remarqué ça. Pas de réponse.
    J’ai écrit à Jorion qui avait publié l’article du Monde pour lui faire remarqué qu’il n’avait même pas souligné un “détail” aussi énorme, pas de réponse.
    Allo, non mais allo, quoi.

      +13

    Alerter
    • Louis Robert // 04.04.2015 à 13h52

      “… certains préconisent l’éradication de milliards de pauvres par l’arme de la famine”.

      +

      “Madeleine Albright says 500,000 dead Iraqi children was “worth it” wins Medal of Freedom ” — M.A, affirme que la mort de 500,000 enfants irakiens “en valait la peine” et reçoit la Médaille de la Liberté.

      https://www.youtube.com/watch?v=omnskeu-puE

      Devant ce modeste acompte, reprenons contact avec la réalité, comme ils disent.

        +3

      Alerter
    • Chris // 04.04.2015 à 14h13

      Les “manants” (dont firent peut-être partie vos grands-pères bien malgré eux en 14-18, mais aussi bien avant) ont toujours compté pour beurre. Pourquoi cela changerait-il ?
      Les gens qui déclarent la guerre et ceux qui la soutiennent, peu importe de quelle manière, devraient être les premiers sur le front.

        +3

      Alerter
    • lon // 04.04.2015 à 16h10

      “certains préconisent l’éradication de milliards de pauvres par l’arme de la famine”.

      Encore un bon gros complot, et chez Jorion on n’aime pas les complots, on préfère l’incompétence et l’irresponsabilité fondamentales de l’être humain . D’ailleurs ce dernier ne justifie-t-il pas à posteriori ses actes comme autant de ” décisions “, décisions qu’en fait il n’a pas prises mais qu’il a prises quand même mû par je ne sais quel déterminisme implacable ?

      Jorion, hors du calvinisme, point de salut .

        +1

      Alerter
  • Pablo75 // 04.04.2015 à 11h47

    Pendant toute mon enfance et adolescence en Espagne, j’ai entendu tout le monde prédire, après la mort de Franco, une nouvelle dictature et une autre guerre civile. On connaît la suite.

    Quelques années plus tard j’ai beaucoup fréquenté le milieu des intellectuels d’Europe de l’Est exilés à Paris, composé de types très intelligents pour qui le fait que la Russie (pays qu’ils disaient connaître très bien) allait mettre la main sur l’Europe de l’Ouest était une évidence (certains mangeaient avec Mitterrand et étaient, donc, “très bien informés”). On a vu comment ça s’est fini.

    Dans les années 90 on a tous entendu des grands prophètes (de gauche et de droite) nous prédire qu’avec la Mondialisation et l’Euro (après avoir voté quelques traités miraculeux) on allait tous devenir riches en Europe et que le Tiers Monde allait disparaître. Pas la peine de faire un dessin sur le résultat des courses.

    Dans les années 2000 j’ai entendu Zapatero prédire un avenir radieux à l’Espagne, chiffres incontestables à l’appui, et j’ai lu beaucoup d’articles d’experts qui vantaient les mérites de ce pays jeune et dynamique qui entrait, selon eux, dans une ère de prospérité comme il n’en avait jamais connu. Aujourd’hui on assiste à son effondrement en direct.

    Donc, moi les oracles (experts ou amateurs), je n’y crois pas beaucoup.

    Et cela d’autant plus que je collectionne depuis pas mal d’années les livres de prédictions et de prospective, parce qu’ils démontrent bien la bêtise incurable de l’être humain et sont souvent hilarants. Il y a quelques années j’ai acheté pour 1 € aux Puces un pavé de 500 pages plein de calculs savants et de tableaux abscons, intitulé “L’an 2000”, publié aux USA en 1967 et en France en 1968 (par Robert Laffont) et écrit par Herman Kahn (“l’un des pères de la prospective”, selon la 4e de couverture) et Anthony J.Wiener, avec le concours des experts du Hudson Institute. Dans la présentation du livre on peut lire: “Depuis 1960, la spéculation sur le futur, non plus prophétique mais rationnelle et méthodique, a fait l’objet de nombreuses recherches. Une demi-douzaine d’institutions ont été crées en vue de l’étude prospective à court, à moyen et à long terme”.

    Quelques perles glanées ici et là:

    “Le Marché commun se transforme de toute évidence en une simple union douanière. Il n’accroît pas le nombre de ses adhérents et le tarif douanier commun une fois mis sur pied a un effet plus protectionniste qu’on ne l’avait prévu” (p. 420).

    “Le bien-être du peuple chinois n’a guère progressé et les successeurs de Mao Tse-toung […] ont choisi d’imputer leur échec à l’hostilité et au sabotage du monde extérieur. Ce pays […] a résolu ses problèmes de main d’oeuvre en devenant un État-caserne” (p. 421).

    “L’Allemagne prétend que le mark a été surestimé […] et qu’il devrait être dévalué” (p. 421). Un peu plus tard, elle le dévalue en produisant une panique qui mène à une crise économique mondiale (p. 422), laquelle “engendre une série de banqueroutes en Espagne”, pays où “un groupe de jeunes intellectuels, pour la plupart phalangistes, profite de la situation pour publier un manifeste imputant les troubles économiques hispano-européens et l’impuissance moderne à l’asservissement du XXe siècle aux valeurs bourgeoises et américaines. […] Ce mouvement connaît un succès foudroyant en Espagne et, une fois au pouvoir, y crée un gouvernement dont la compétence et l’énergie ont été jusqu’ici inconnus au XXe siècle [sic ! – ils connaissent mal les Espagnols !!!] En cinq ans, l’expérience espagnole crée le noyau d’un mouvement paneuropéen qui limite ou abolit les gouvernements parlementaires et les anciens partis politiques et intègre la majeure partie de l’Europe occidentale et de l’Europe centrale… ” (pp. 426-427)

    “Vers 1975, un conflit majeur éclate entre les États-Unis et l’Europe au sujet de la convertibilité du rouble” (p. 424).

    Page 438 ils prévoient l’utilisation par les hommes au pouvoir d’ordinateurs “bioniques” pour contrôler le monde. Résultat: “des techniques de pointe à partir d’un système électronique rendraient inutile l’unanimité de la population et l’appui des forces armées.” (p. 439) En cas de conflit grave “le ramassage des prisonniers serait automatisé” (p.439).

    Encore mieux: bientôt on aura tous en Occident “un robot-esclave qui serait entraîné dans le but d’accomplir un travail particulier à la maison et dont le programme lui permettrait de s’acquitter d’une demi-douzaine ou plus d’opérations standard – par exemple: frotter, balayer, épousseter, laver la vaisselle, mettre le couvert, faire les lits. Cette machine ne serait pas plus capable d’émotion qu’une voiture, mais elle posséderait une mémoire pour enregistrer les ordres […] Ce robot pourrait fort bien diriger d’autres machines plus spécialisées comme l’aspirateur ou la machine à laver. La production d’un tel robot domestique ne pose pas de problème bien que rien n’ait été fait dans ce domaine. Il est très probable qu’avec un sérieux effort de recherche on pourrait fabriquer un tel robot d’ici dix ans” (p. 144). Et ils ajoutent qu’en 1984 on le fabriquera à grande échelle et en l’an 2000 tout le monde l’aura.

    À propos du pétrole (dont ils ne voient pas venir la crise de 1973, bien sûr) ils écrivent : “Les terres à pétrole du Colorado, du Wyoming et de l’Utah sont considérées comme la plus grande réserve mondiale: on l’évalue à deux millions de milliards de barils [sic], c’est-à-dire cinq fois l’équivalent des réserves mondiales connues” (p.120).

    Aujourd’hui il y aurait 1,2 milliards de barils de réserves.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_p%C3%A9troli%C3%A8re

    Conclusion: lisons les experts qui prophétisent à moyen ou long terme pour savoir ce qui n’arrivera pas. Et évitons le ridicule d’imaginer l’avenir en fonction des données actuelles.

      +8

    Alerter
    • Amsterdam // 04.04.2015 à 13h47

      Il y a aussi des prévisions d’experts qui se réalisent. Parce que fondées sur des données et une méthodologie solide.
      Par exemple, Hubbert qui annonçait en 1956 le pic pétrolier US pour l’année 1971, ne s’est pas trompé, ne serait-ce que d’une année.
      Il est vrai que certains domaines s’y prêtent plus que d’autres, et qu’on ne saurait être aussi certain sur, par exemple, la géopolitique.

      Sur le rapport du Club de Rome, et sur l’état des prédictions, 40 ans plus tard :
      http://www.manicore.com/documentation/club_rome.html
      C’est tout autre chose que ce qu’on en a dit dans l’info ‘grand public’… Et c’est vraiment matière à s’inquiéter.

        +3

      Alerter
      • Van // 05.04.2015 à 01h04

        on peut aussi imaginer l’avancée scientifique qui pourra nous sevrer des ressources énergétiques fossiles , l’age de pierre ne sait pas éteint avec la disparition de la pierre .
        la chose dont on peut être sure c’est l’histoire , l’utilisation du charbon et du pétrole remonte au moyen age , ces ressources qui déjà été utilisé par nos aïeux ont traverse les siècles de révolution industriel sans setre épuisé donc pour ma part il faut s’éloigner des spécialistes du chaos surtout qu’on ils vienne de pays les plus pollueur comme les usa .
        il ne sagi pas d’un problème de disponibilité des ressources (ils n’ont jamais ete aussi abondante , divers et nouvelle : gaz de shiste ) mais de système de monopole et de prédation économique de certain pays qui veule vivre dans la oisiveté au dépend des autre peuple ainsi que la planète .
        le système économique américain est a lui seul une menace pour la planète de part les pertes qui engendre dans toute l’échelle de production , et pour prendre l’exemple précis les usa jettent la moitier des aliments qui produise par l’élevage et l’agriculture intensif et tout se fait au nom du profit , cela est très pernicieux et ce n’est donc surtout pas l’exemple a suivre dans le future .

          +1

        Alerter
      • eBry // 05.04.2015 à 17h34

        Très bonne analyse disponible sur la page que vous avez référencée!

          +0

        Alerter
    • Chris // 04.04.2015 à 14h29

      Et pourtant l’an 2000 a bien signé le début visible de la fin de l’Empire dont nous sommes ! Les kracks se multiplient et s’accélèrent : un monde disparaît.
      p. 498 : voyez-y le développement de la robotisation liée à l’intelligence artificielle. Il existe déjà des armes dont les programmes “évaluent” si elles agressent ou non. Des robots qui travaillent dans les points critiques des centrales nucléaires (qui furent proposés à Fukushima)
      Par contre, je vous l’accorde, le timing est souvent défaillant.

        +0

      Alerter
  • Loui JULIA // 04.04.2015 à 12h07

    Ce qui est dommage, c’est que la génération comme la mienne (1945) ne sera plus sur terre pour donner des conseils en matière de mode de vie, alors que c’est encore une génération qui savait se contenter de ce qu’elle avait et avait des désirs modestes, en tout cas on attendait d’avoir l’argent nécessaire avant d’acheter ce qu’on désirait depuis longtemps, et pour ce qui est de la vie courante, on savait économiser sur tout: la lumière, le chauffage (quand j’étais gamin, il y avait des fleurs de givre sur la fenêtre, l’hiver), on éteignait la lumière en quittant la pièce, et on ne jetait jamais la nourriture, surtout pas le pain.
    L’ironie, c’est que les USA cherchent à démolir la Russie, alors que si des gens sont capables de se sortir d’une situation de pénurie sans souffrir de trop, c’est bien les Russes, et avec eux toutes les populations dand le monde qui n’ont pas adopté le mode de vie de gaspillage effréné des Occidentaux (USA en tête: Notre mode de vie n’est pas négociable…), c’est-à-dire la majorité de la population mondiale.

      +8

    Alerter
    • Chris // 04.04.2015 à 16h55

      Bof, les survivants viendront prendre des cours auprès des gens des campagnes reculées en pays émergents. Et s’ils ne progressent pas dans ces connaissances, tant pis, ils disparaitront.

        +0

      Alerter
  • Pablo75 // 04.04.2015 à 12h23

    Les prophètes, non seulement se trompent en “voyant” ce qui n’arrive pas, mais aussi et surtout en ne voyant pas venir ce qui arrive. Pour ne parler que du XXe siècle, qui a vu venir la Première guerre mondiale? Qui, la Révolution russe et le stalinisme? Qui le nazisme (en France je ne connais que Suarès qui, en 1933, a compris ce que voulait dire la prise de pouvoir de Hitler en Allemagne)? Et en Espagne, qui a vu venir la guerre civile et les 37 ans de franquisme?

    Et sur d’autres domaines: dans un rapport économique américain des années 50 sur les inventions qui allaient se vendre le plus, pas un mot sur le stylo à bille, l’un des objets les plus vendus au monde depuis 50 ans. Et qui a prédit la révolution de l’informatique personnelle? Les experts d’IBM n’y croyaient pas et ont donné le DOS à Bill Gates, lequel n’a pas vu venir la révolution d’Internet. Etc, etc, etc.

    Conclusion: personne sait ce qui changera le monde dans 5, 10, 20, 50 ans. Et donc toutes les prédictions de tous les experts sur le XXIe siècle sont fausses.

      +2

    Alerter
    • Chris // 04.04.2015 à 14h36

      En modérer vos citations, je vous invite à écouter cette vidéo, vous verrez que les gens n’étaient pas si ignorants, mais qu’ils feignirent de l’être vis-à-vis de leurs ouailles :
      Annie Lacroix-Riz, Le choix de la défaite : https://www.youtube.com/watch?v=IU3FZlKmTQA
      Perso, j’évalue le stalinisme et le maoïsme comme LE rempart contre la boulimie colonisatrice occidentale.

        +3

      Alerter
    • olivier77 // 04.04.2015 à 23h49

      Les “prophètes” font souvent l’histoire, ce qui laisse peu de place au hasard surtout ce qui concerne la géopolitique (jeu de pouvoir, influences, matières premières). Le monde s’en porterait certainement un peu mieux si on avait de réels choix.

        +0

      Alerter
  • Alae // 04.04.2015 à 13h14

    Plus que de surpopulation (qui n’affecte que certaines parties du monde, d’autres étant désertiques ou sous-peuplées), il s’agit d’un problème de surconsommation à certains endroits.
    Quand on a vu une ville américaine, on comprend tout : chacun sa maison individuelle et le jardin qui va avec (donc l’arrosage, la tonte de la pelouse, etc), deux voitures minimum, une piscine dès qu’ils ont trois sous devant eux, un gaspillage de folie et des emballages POUR TOUT. Même le demi-kilo de pommes est vendu sous emballage plastique.
    “En 2011, la consommation totale d’énergie par personne aux USA était de 313 millions de BTU (British thermal units). La consommation moyenne mondiale étant de 75 millions de BTU”.
    http://www.eia.gov/tools/faqs/faq.cfm?id=85&t=1
    Et c’est sans compter l’eau, la multiplication des emballages, etc.
    A mon sens, il s’agit davantage de rationner ceux qui consomment trop (le bloc BAO) que de décréter que “nous sommes trop nombreux” (avec le corollaire “une bonne guerre mondiale, ça vous résoud tout ça”).

      +4

    Alerter
  • bhhell // 04.04.2015 à 13h26

    Oui, mais là il ne s’agit que des “périphéries ” de la planète. Les espaces dynamiques intégrés chers à notre maître Jacques Attali, hubs aéroportuaires et autres CBD, bref, les régions réellement productrices de valeur ajoutée et portées par des élites dynamiques et connectées, échapperont, elles, au chaos. Donc, restons optimistes!

      +0

    Alerter
  • Pol // 04.04.2015 à 13h37

    Restons positifs, si les NéoCons continuent à chercher la Russie, le monde sera bientôt débarrassé de la surconsommation Zunienne.
    Et Obama-Nobel aura son Darwin Award.

      +6

    Alerter
  • Charlie BECKMAN // 04.04.2015 à 13h41

    le constat est simple : Il se détermine par la capacité de gestion de nos vies sur terre en harmonie avec les autres, la nature et nôtre corps physique. Maintenant si la cupidité,l’avidité, l’orgueil, l’ignorance et l’égoîsme l’emportent, il ne faudra certainement pas s’attendre à des lendemains qui chantent. Nous avons un pouvoir surnaturel qui est l’intelligence qui assimile la connaissance et le savoir, le dialogue pour la symbiose cybernétique pour l’ensemble de l’humanité, la conscience pour la définition d’une réalité à approfondir. Mais si nous utilisons ce pouvoir pour imiter le règne animal, la faune, la flore et virus et bactéries, nous commettons une funeste erreur dont seule la grande faucheuse nous fera entendre raison. Le chemin donc à emprunter en ouvrant nôtre mental dans le temps et l’espace et en profondeur par la spiritualité est probablement la recherche universelle dans la justice pour atteindre…

      +1

    Alerter
  • Damien Dijon // 04.04.2015 à 13h45

    Enfin un vrai sujet! Parler fric, guerre, manipulation… c’est indispensable, mais il manque des options positives, des scénarios de solutions qui sont arrivent.

    Dans les prospectives que Olivier nous a communiqué dans un article récent, on parle d’un basculement de valeur et de civilisation… On y arrive doucement, tout simplement parce qu’il n’y a pas d’autres choix.

    On parle plus haut de viande, d’élevage, cette alimentation carnée n’est absolument pas faites pour l’homme. Nous n’avons tous simplement pas le système digestif pour assimiler là viande. Il n’y a qu’en occident que la viande fait partie de tous les repas, c’est aussi stupide que l’euro ;-))

    En agriculture une révolution verte, la vrai, pas celle des marchands de pesticides, se met en place peu à peu. Je suis depuis + de 30 ans dans l’agriculture bio et les avancées techniques et technologiques sont fulgurantes, bien que peu connue. Je vais pas vous expliquer pourquoi, si vous êtes ici…

    Quelques techniques récemment découvertes en agronomie comme :

    -Biochar ou charcoil : Technique qui consiste à enfouir du charbon de bois dans les sols. Ce charbon peut être obtenu aussi par pyrolyse de la paille. Avec ces techniques le taux d’humus peut atteindre des records inaccessibles précédemment (jusqu’à 23% d’humus!).
    La plus grande civilisation de la terre, que vous ne connaissez pas, elle a vécu dans le bassin amazonien durant plusieurs milliers, oui, milliers d’années. sur une surface gigantesque avec un taux de population incroyable. regardez cette vidéo sur la terra preta, surtout le fin, avec des expériences de production de plusieurs centaines de fois la normale https://www.youtube.com/watch?v=aC_gNOpC-Bs.

    -Cette technique est également un piège à carbone exceptionnel. Une région d’Autriche subventionne déjà maintenant l’application de charbon de bois sur les sols. Une nouvelle activité se développe dans les pays germanophones depuis quelques temps sur la production de ce biochar.

    -Autre découverte majeure du Dr Higa au Japon : les micro-organismes efficaces ou EM (Effective Micro-organisme). Un mélange d’environ 80 micro-organismes différents est capable d’influencer positivement la décomposition de matière organique d’une façon telle qu’elle se régénère dans un processus favorisant la vie.
    On a toujours composté la matière organique à l’air libre, provoquant échauffement, perte de méthane, afin de créer un humus stable (je résume). Avec les EM semés dans la matière organique, on réalise un compostage anaérobique (comme de la choucroute, ou des silos de maïs ou d’herbes). Avec cette opération, très rapidement, en quelques semaines au lieu de quelques mois, on transforme cette matière organique, sans pertes, en un compost directement assimilable par les plantes car ce sont des acides aminés qui sont directement créés par cette décomposition anaérobique.
    -bokashi : Vous pouvez déjà utiliser cette technique en réalisant avec une poubelle à couvercle du bokashi. Vous placer vos déchets ménagers organiques dans une poubelle, en ensemençant des EM, tasser, couvercle, puis 3 semaine plus tard vous avez un compost incroyablement riche.

    -agroforesterie, couverture du sol, culture associée, permaculture, biodynamie…

    Ça bouge dans le milieu de la bio!

    Un des résultat de l’argent fou de la croissance est d’avoir laisser disparaître les fermes de polycultures et élevages, d’avoir spécialisé les régions en terre à blé, à maïs, à vache ou cochon, rasé les haies qui offraient, entres autres avantages, un réensemencement en matière organique forestière et tous les micro-organismes compagnons… C’est encore et facilement réversible, pour autant que ce ne soit pas les marchands de pesticides qui nous gouvernent.

    L’agriculture industrielle ne nourri pas le monde, c’est l’agriculture paysanne qui assure ce rôle en plus grande partie. Renforcer ce tissu par la formation, l’éducation, la recherche,.. font partie des solutions.

    Notre système actuel ne financera pas ce genre d’option de société. C’est aussi pour cela qu’il doit disparaître. Une nouvelle ère arrive celle de la post-croissance.

      +10

    Alerter
  • José Cavak // 04.04.2015 à 13h54

    Le NIC n’a rien à voir avec les services secrets..

    De plus des prévisions de ce genre on en à tout le temps eu et elles ne se concrétisent jamais.

    Pourquoi ?

    Il y a un tas de raisons potentielles, à commencer par la fiabilité douteuse de ces études (toujours regarder par qui elles sont financées) et la difficulté de prévoir de tels évènements longtemps à l’avance vu l’évolution rapide de notre monde.

    J’apprécie d’habitude le sérieux des analyses que je trouve ici, mais aujourd’hui je suis déçu de voir un article catastrophiste de 2012 recopié tel quel, sans recul.

    Surtout quand on voit qu’un autre article de cette rédactrice s’appelle “La NASA espère trouver des extraterrestres d’ici 20 ans” …

      +1

    Alerter
  • williamoff // 04.04.2015 à 15h13

    La situation décrite est en fait celle qui existe déjà dans une grande partie du monde maintenue dans cette condition par l’impérialisme dont le maître d’œuvre est le rédacteur du rapport lui-même… Tous ceux qui tentent ou qui ont tenté d’y remédier en changeant le mode de production et sa finalité, sont immédiatement combattu par les façons les plus vils.

    Mais mis à part ça, effectivement c’est vraiment très inquiétant puisque cela signifie que le gouvernement états-unien nous prépare à admettre l’idée d’une guerre d’extermination du “surplus” des populations non blanches avant 2030…

      +2

    Alerter
  • Goldfinger // 04.04.2015 à 15h18

    Bonjour,

    https://globaltrends2030.files.wordpress.com/2012/11/global-trends-2030-november2012.pdf
    est téléchargeable ici.

    Et le rapport globaltrends2035 est en preparation là:
    http://www.dni.gov/index.php/about/organization/national-intelligence-council-global-trends

    … and I think to myself “What a wonderful world” 🙂
    Bien belle chanson… mais complètement à côté de la plaque en ce 21ème siècle où le voile s’est partiellement déchiré laissant apercevoir la probabilité de lendemains qui … déchantent 🙁

    Le monde de 2030 c’est maintenant qu’il est en gestation (c’est en partie le cas de le dire).
    Il n’y a pas de changement positif à ATTENDRE du haut de la pyramide. Le changement se fera par la base (ou ne se fera pas … 🙁 ). Oui là où les blocs se sentent coincés les uns par les autres et ont l’impression de ne pouvoir bouger.

    Et la base nous en faisons partie.

    Expliquons le monde (et ses dérives actuelles et à venir … le passé nous ne pouvons rien y changer) à celles et ceux qui nous entourent (au sens large) comme tente de le faire avec succès ce site !

    4061 membres de l’association, il faut continuer à faire croître ce nombre et à faire « boule de neige ».

    Toutes et toutes doivent être persuadés qu’ensemble les choses DOIVENT changer et surtout qu’elles PEUVENT ENCORE changer (être changées) … à condition que chacune et chacun mouille sa chemise en fonction de ses possibilités.

    “De toute façon nous ne saurons rien y changer” est une réponse irresponsable … mais surtout inexacte. Cela s’appelle le FATALISME et cela n’a jamais servi que les bourreaux … rarement les victimes !

    Parce que vous le valez bien (pub gratuite pour le haut de la pyramide 😉 !!!

    Bon week-end à toutes et tous.

      +2

    Alerter
  • jacques beaudry // 04.04.2015 à 16h04

    Bon va falloir se remémorer les théories du fameux Malthus sur la population et les ressources. En gros les ressources terrestres sont limitées et il faut restreindre l’évolution de la population en bas de ces ressources. Seule une partie de la population participe au progrès de l’humanité et ces ressources devraient leur être attribuées. Vous aurez donc compris que les indigents, les pauvres, les malades chroniques, les mendiants, les chômeurs et tous ceux qui survivent grâce aux programmes de soutien gouvernementaux ne peuvent et ne doivent plus avoir accès aux ressources. La survie de l’humanité en dépends. Il faut donc que tous les gouvernements cessent toute aide de gratuité envers ces gens qui ne peuvent capitaliser sur le maintien et le progrès de l’Humanité. Ils doivent aussi adopter des lois qui interdisant à tous les citoyens de leur venir en aide car ça mettrait en péril la somme des ressources disponibles. Il faut donc prévoir une police et des armées fortes et disciplinées pour mater les révoltes que susciteront ces nouvelles lois. L’ordre à maintenir va servir évidemment à faire disparaître une bonne partie de ces misérables qui ne peuvent assurer leur subsistance sans quêter leur survie.

    Ne croyez pas qu’aucun gouvernement ne passera une loi interdisant l’aumône. Les lords anglais ont déjà voté une telle loi.

    Vous n’aimerez pas ce texte. Moi aussi. La fièvre américaine et de ses pays vassaux pour la guerre va faire une partie de l’ouvrage et c’est aussi une solution pour garantir aux élites l’accès à”perpet aux ressources de la grosse boule”.

    Je vous encourage à lire les théories de Malthus. Bonne lecture..

      +4

    Alerter
    • Merle // 04.04.2015 à 17h59

      On se posera la question de l’utilité de gaver d’aides des pays archi corrompus, qui n’a eu pour conséquence en 40 ans d’uniquement aggraver la situation locale. Je rappelle que pour toute l’aide versée à Haïti, seulement 10% des montants sont effectivement arrivés sur place. Et je vous laisse chercher l’usage misérable qui en a été fait, du fait du manque total de coordination et d’organisation. D’où venait la fortune de Yasser Arafat estimée à plus de 800 millions de dollars (estimation basse) ?

      Aider quelqu’un n’est pas le rendre plus fort. C’est une bonne chose occasionnellement, c’est malsain en permanence. Le problème majeur des pays (encore) pauvres reste la corruption, et personne ne peut les aider pour ça.

        +0

      Alerter
    • RGT // 04.04.2015 à 18h41

      Les Malthusiens (que Proudhon avait fortement combattus à l’époque – en cherchant vous trouverez ses écrits) commencent à sévir aux USA.

      Dans certaines villes il est désormais interdit de porter assisatance aux SDF, sous peine de prison.

      On approche à grands pas de l’eugènisme masqué.
      Noublions pas que l’eugènisme est une invention anglo-saxonne..

        +3

      Alerter
    • Charlie BECKMAN // 05.04.2015 à 00h54

      En bref, l’oligarchie mondiale préconise pour les populations improductives de remettre à l’ordre du jour les douches collectives au zyklon b… Jésus va être très en colère.

        +2

      Alerter
  • William Dal // 04.04.2015 à 18h25

    L’expression “croissance infinie dans un monde finie” est parfaitement justifiée. On se creuse la tête au moins depuis le rapport du “Club de Rome” et en 60 ans nous n’avons fait qu’augmenter notre emprise agricole, largement vidés les stocks énergétiques divers et consommé les renouvelables (forêts, pêche, sols arables, etc…) plus vite que la nature ne peut les reconstituer. En principe le noeud coulant est énergétique, car l’énergie est ce qui permet de modifier notre environnement. Si vous avez une quantité d’énergie “illimitée” et peu coûteuse vous pouvez exploiter des minerais peu concentrés, faire de l’irrigation avec la condensation de la vapeur d’eau atmosphérique, dessaler, recycler à un très haut niveau, etc…
    Mais le vrai soucis est l’EROEI (le retour énergétique de nos opérations) et celui-ci se dégrade inexorablement et la taille du parasite par rapport à son hôte.
    L’érosion du taux de croissance moyen par décennie et sa tendance à aller vers zéro est quand même un indicateur qu’il faudra bien plus que de bonne idées pour franchir sans casse le cap d’une humanité type occidentale à 8 ou 9 milliards.
    On confond souvent le caractère infini d’une source (même relatif à l’échelle de nos besoins) et ce qu’on peut concrètement extraire de cette source. Le jour où l’énergie rendue par une source est voisin de l’énergie qu’il a fallu dépenser pour la récupérer, échec et mat. Pour les agrocarburants par ex on s’en rapproche dangereusement.

      +3

    Alerter
    • Maheo // 04.04.2015 à 18h48

      le soleil est inépuisable encore pour 5 milliards/année
      à nous de nous en servir correctement

        +0

      Alerter
      • atomix // 05.04.2015 à 00h11

        C’est certain, les panneaux solaire sont amené par les cigognes…

          +4

        Alerter
  • Maheo // 04.04.2015 à 18h46

    Et bien faudra limiter les naissances comme l’a fait la Chine…un enfant/couple
    Nous mangerons des insectes en guise de proteines
    Nous dessalerons la mer en plus grande quantité
    je compte sur l’intelligence humaine qui est grande et non suicidaire ! cette planète a connu tellement de rebondissements chaud/ froid/glacé
    le vin gelait dans les verres sous LOUIS XIV….
    n’oublions pas aussi cette belle planète rouge Mars !
    non , vous ne me rendrez pas pessimiste

      +0

    Alerter
    • atomix // 05.04.2015 à 00h13

      Tu devrais peut-être consulter SOS SUICIDE avant que ta phase maniaque ne se termine.

        +2

      Alerter
    • William Dal // 05.04.2015 à 08h05

      Qui parle de pessimisme ? Il s’agit de lucidité. En 60 ans nous avons concrètement résolus au jour le jour les problèmes que posait l’évolution de notre pression aggrégée (effectifs x besoins per capita) aussi (sinon majoritairement) en spoliant les autres espèces, les plus pauvres d’entre nous et le patrimoine des générations à venir. Bien sûr il n’y a qu’à…
      Le pétrole conventionnel retournait 100 fois plus d’énergie que l’énergie consommée pour l’extraire, raffiner. L’éolien et le solaire doivent émarger vers 10 et les agrocarburants 2.
      La Terre peut nourrir 15 milliards de personne confortablement (on peut douter d’atteindre ce chiffre avant longtemps), mais que fait-on des écosystèmes que nous remplaçons par du mais ou du soja à perte de vue ?
      Une humanité ayant votre niveau de vie consommerait bien plus d’énergie, beaucoup plus de ressources minérales. Vous connaissez l’état actuel de la planète et les stocks restants ?
      Je prends souvent comme image, le “problème du CO2 dans l’atmosphère”. Si ce taux posait une menace pour nous, nous serions dans l’impossibilité technique de le faire dégringoler assez rapidement pour éviter les ennuis. Comme un TGV lancé à 300 km/h a besoin de 2/3 km pour s’arrêter; la plupart estiment que tant que le mur n’est pas tapé on a nos chances. Hélas si vous arrêtez votre TGV en 100m la décélération violente tuera tous les passagers (mais le TGV n’aura pas tapé…)
      Des motifs d’espérer il y en a beaucoup. En 2015, c’est surtout l’ignorance (surtout le fonctionnement de nos démocraties) qui est le plus grand motif d’inquiétude.
      Prenez simplement le contenu d’un plateau repas équilibré, le mien et le vôtre. Une humanité actuelle mangeant comme vous consommera en terres agricoles la quasi totalité des bonnes terres fertiles du globe. Dégâts collatéraux : l’essentiel de la faune et flore de la planète. Une humanité (utopique) mangeant comme moi laisserait au bas mot 50 fois la superficie de la France aux autres espèces. Sauf que tout le monde ambitionne de vous imiter et pour avoir des états d’âme il faudra déjà savoir la portée de nos actes.

        +2

      Alerter
      • Van // 05.04.2015 à 17h24

        vos remarques n’incrimine pas certain pays qui détruise le monde par cupidité , vous généraliser a toute l’humanité les méfaits de certain , les civilisation ancienne dans le monde on pris en compte l’équilibre de la nature surtout ceux qui peupler les usa avant les génocides , mais maintenant nous somme en présence de ricains irresponsables et malhonnêtes qui bafoue la nature chaque jour .
        surproduction élevage , agriculture intensifs avec modification génétique et utilisation en masse d’engrais chimique et pesticides et hormone de croissance , une courses effréné vers la productivité pour ensuite jeter la moitie dans les poubelles et empoisonner avec l’autre moitie les populations , le système américain et ses multinational criminelles sont a eux seul les responsables dune grosse partie du pillage de notre planète , et ils sont doublement responsable par le mauvais exemple quils veule diffuser au monde entier de force .

          +2

        Alerter
        • Amsterdam // 05.04.2015 à 21h06

          Les sociétés d’Europe ne sont pas tellement moins polluantes et moins destructrices de l’environnement que la société américaine. Certes peut-être moitié moins, mais bien trop quand même.

          Du reste, l’homme a un impact ravageur sur la nature depuis des millénaires. Si la mégafaune du pléistocène a disparu [hormis en Afrique], c’est largement en raison de la colonisation humaine.

            +2

          Alerter
  • RGT // 04.04.2015 à 19h14

    Concernant la limitation de la population mondiale, il existe des systèmes de régulation totalement naturels des populations denses : Elles ont pour nom “Épidémies”, “Pandémies”, et peuvent décimer plus de 75% de la population d’une espèce “envahissante”.

    Nous vivons dans monde hyper-aseptisé et avec tous les composés de synthèse que nous ingurgitons qui détruisent nos systèmes immunitaires (eh oui, nous somme beaucoup plus sensibles aux infections que nos ailleux) nous sommes des cibles parfaites pour les pandémies.

    Ce serait une voie royale pour un “vilain virus mutant” ou une “méchante bactérie pathogène” qui pourrait venir faire le ménage dans nos mégapoles.

    Les humains ont oublié les ravages de la peste au moyen-âge (ou celui de la variole volontairement introduite pour exterminer les amérindiens – 100% de mortalité dans cette population contre 25% chez les européens).

    Les virus et les bactéries évoluent, et si les hôtes sont affaiblis et vivent en populations denses c’est alors le carnage.
    Sans parler d’un virus ou d’une bactérie OGM sélectionné pour sa virulence et sa résistance qui se serait “malencontreusement échappé” d’un labo de recherche militaire.

    Il y a peu, nous avons eu une “alerte ébola”, mais qui s’est propagée dans une région largement moins dense que nos mégapoles, et surtout beaucoup moins “connectée” aux autres centres fortement peuplés.

    Imaginez les ravages d’un agent pathogène létal totalement inconnu (virus type grippe espagnole, bactérie type clostriduim) qui se propagerait à New-York, Paris, Londres ou Berlin… En 24 heures il serait disséminé sur la planète entière.
    Et si le temps entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes est de plusieurs jours ou semaines l’infection pourrait se propager à l’intégralité de la population des “pays développés”…

    Les films (à la con) genre “28 jours plus tard” ou “Doomsday” nous paraîtraient alors de “gentils divertissements”.

    Nous assisterions alors à un “RESET” géant de la population des “pays développés”…

    Les “pays sous-développés” seraient moins affectés sur le court terme car leurs réseaux de transport ne permettraient pas une propagation rapide. Et leur population possède encore des défenses immunitaires décentes nécessaires à la survie dans un univers non aseptisé.

    En occident, pour éviter la propagation de l’infection dans les zones non contaminées nous assisterions (et sans doute participerions) à l’extermination de tous les “étrangers” qui s’approcheraient de nos lieux de résidence… Ça risquerait de cannarder sec dans nos campagnes.
    Ce qui serait assurément idiot, les agents pathogènes contaminant les cadavres s’infiltreraint dans les sols et viendraient contaminer les nappes phréatiques…

    J’espère que ce type d’infection ne se propagera pas, mais ne nous leurrons pas, c’est de loin le moyen le plus efficace trouvé par “la nature” pour limiter l’expansion d’espèces trop envahissantes.

    Le XIVè siècle a connu Yersinia pestis.
    Quel sera le nom de l’agent pathogène que connaîtra le XXIè siècle?

    L’humanité a connu de très nombreuses pandémies qui ont sévi à des époques qui ne possédaient pas les moyens de communication actuels, et qui surtout qui avaient des populations beaucoup plus résistantes aux infections.
    Une infection type “peste noire” ne tuerait pas seulement 50% de la population actuelle affaiblie, à mon avis ce serait plutôt 90%, voire plus…

    Je vous souhaite de joueuses pâques (pour vous éviter d’aller vous pendre).

      +2

    Alerter
    • atomix // 05.04.2015 à 00h19

      De ce coté, il y a pas trop à espèrer, la démographie humaine ayant dépasser plusieurs milliers de fois la capacité de la terre, il est fort probable que les mécanisme type agent infectieux ne soit plus efficace du moins tant qu’il a du pétrole, à moins qu’il ne soit conçu en laboratoire a cette fin.

      Il reste les famines, la pollution, les changements climatiques, les tempêtes solaires, les astéroides, les guerres nucléaires.

        +1

      Alerter
    • theuric // 05.04.2015 à 01h49

      La grippe, la peste pulmonaire, le virus inconnu…, le stress social, vous avez raison, affaiblit rapidement une population, la guerre de 14/18 et le h1 n1 en est un bel exemple.

        +1

      Alerter
    • William Dal // 06.04.2015 à 19h11

      Concernant l’effectif actuel de la population mondiale il faut toujours se souvenir que permettre à chaque femme dans le monde (le souhaitant) un accès réel à la contraception aurait coûté 8 milliards de $/an en évitant une moyenne estimé de 50 millions de naissances non voulues /an.
      Les pays riches ont promis une aide qui n’est jamais venu. Quand on voit les sommes débloquées pour sauver une catégorie d’entreprises privées (banques) on voit ce que nous sommes devenus…
      Financer l’éducation (y compris des filles) dans les pays émergeants aurait aussi été une façon douce de planifier les naissances. Là aussi le court-termisme a parlé.
      Je nous vois donc mal planifier un futur génocide (les agents pathogènes étant fort peu influençables) alors que nous avions tous les moyens pour éviter la population actuelle et à venir.
      Source : Plan B 3.0 P.137 (e.book gratuit sur le réseau)

        +0

      Alerter
  • Zasttava // 04.04.2015 à 19h20

    Le thème de la “guerre de l’eau” est déjà une réalité en Afrique, et à l’origine de conflits plus ou moins larvés. L’assèchement du lac Tchad en est un triste exemple. Comptez aussi sur la mise en service prochaine du barrage Ethiopien “Renaissance” qui risque d’amplifier les tensions régionales entre l’Egypte et ses voisins autour du Nil.
    Si j’ai bonne mémoire, l’eau était déjà l’enjeu principal des premières guerres israelo-arabes.

    Sans aller jusqu’en 2030 ou plus loin, il existe d’autres situations inquiétantes où l’eau est désormais un enjeu politique : http://www.zerohedge.com/news/2015-04-03/californians-outraged-oil-producers-frackers-excluded-emergency-water-restrictions

    Oui, vous avez bien lu : on rationne l’eau pour les gens, mais pas pour les “frackers”, alors que ces derniers ne vont pas tarder à faire faillite…
    Les gens le savent assez peu (par déficit d’informations) mais la situation du sud-ouest américain est très préoccupante. La sécheresse progresse d’année en année, au point que le niveau du lac Mead ne permettra plus d’approvisionner Las Vegas. Le gouvernement fédéral n’intervient quasiment pas, et les gens des autres états commencent à redouter des migrations importantes depuis la Californie vers les autres états.
    Je me souviens encore de ce commentaire d’un internaute américain du nord des US, qui disait en gros : “Hors de question d’accueillir ces pédés et ces putes de Californie, qu’ils crèvent dans leur villa !”.

    Ambiance…

      +4

    Alerter
    • Stratix // 04.04.2015 à 21h24

      Il n’y a aucun problème de ressources en eau sur la planète ( quantité énorme et rigoureusement stable). Les problèmes sont uniquement liés à la qualité sanitaire ( traitement des eaux absent et eau non potable) et à la disponibilité ( on transporte bien du gaz ou du pétrole sur des milliers de Km : on sait donc le faire avec l’eau). Dire que l’eau est génératrice de guerres est simplement faux: c’est tout l’inverse! : l’eau est une occasion de discuter et négocier entre régions ou pays.
      Pour information, dans la zone d’Ameria en Espagne ( le plus grand centre de production mondial de légumes produits à un coût faible) ; il ny a pratiquement pas de sol ( terre ) car on cultive sous tunnels plastiques sur de la laine de roche et l’eau provient de la mer ( dessalement) . Arrêtons donc de faire peur à tout le monde de manière infondée. la technologie est beaucoup plus en avance que ce que vous semblez croire.

        +1

      Alerter
      • atomix // 05.04.2015 à 00h22

        À voir vos solutions, je me dis heureusement je n’ai pas fait d’enfant pour les faire vivre dans ce monde de cinglés.

          +5

        Alerter
  • téléphobe // 04.04.2015 à 20h41

    Je m’en fous, en cas de guerre mondiale je pars à l’étranger ;o)

      +6

    Alerter
  • Stratix // 04.04.2015 à 21h16

    Ce texte est une suite d’affirmations erronées destinée à influencer (manipuler?) les âmes sensibles qui ne connaissent rien sur le sujet. Il faudrait reprendre ligne à ligne pour apporter les faits contradictoires mais ce serait un peu long. Il y a 60 ans certains prédisaient déjà la catastrophe planétaire et l’on est passé de 2,5 à plus de 7 milliards. Augmenter encore de 1 milliard n’est pas un problème au niveau des capacités pour s’alimenter.n’oublions pas que les rendements sont encore très faibles sur des centaines de millions d’hectares ( sans compter les 500 millions d’hectares non cultivés!!) et que la mise en œuvre de l’agriculture moderne permettra de nourrir sans problème 8 ou 10 milliards d’individus ( les rendements continuent d’augmenter). Si il faut avoir peur c’est plutôt de l’écroulement du système financier occidental , des tensions entre communautés etc.. mais certainement pas des capacités de l’agriculture moderne à satisfaire l’humanité.
    Parler de la réduction ” drastique des forêts ” à cause de l’urbanisation est faux et absurde.De même pour l’eau ( on ne consomme pas d’eau puisque c’est un cycle : les difficultés résident dans le stockage et le transport, ce qui est techniquement maîtrisé). Les obscurantistes adorent profiter du manque de connaissances de nos concitoyens dans les domaines de l’agronomie, la géologie, la physique ou la chimie, sans parler de la génétique ou de l’écologie ( la vraie!).

      +1

    Alerter
    • Kiwixar // 04.04.2015 à 23h48

      Admettons qu’on puisse être optimiste, il y a quand même des problèmes :
      – la pollution et la diminution des terres arables en Chine (1.3 milliards de personnes)
      – le problème du prix du pétrole sur les rendements (engrais)
      – transport d’eau, irrigation, dessalement = énergie
      – on pourrait nourrir 12 milliards de personnes, mais pendant combien de générations? (destruction d’un capital créé en milliards d’années, couches de terres arables, poissons)
      – acidification des océans, réchauffement climatique
      – sécheresses locales (exemple Californie, Brésil en ce moment) : énergie pour transporter la nourriture

      Tel que je le vois, tous les problèmes alimentaires peuvent être résolus avec une énergie illimitée et un baril de brent à 20$ (pipelines, transport, solutions)…. mais la quantité de pétrole produite devrait bientôt décroître (2018?) et les prix exploser (les prix se font à la marge). Ca rend les solutions alimentaires beaucoup plus problématiques. Et nous avons un biais occidental suprématiste techno-naïf : on pense qu’on trouve toujours une solution technique (quitte à bombarder le voisin ou piller le Tiers-Monde).

        +2

      Alerter
      • Stratix // 05.04.2015 à 22h49

        @Kiwixar
        Même avec un baril à 150$ le prix des engrais reste acceptable. Dans le futur la génétique apportera peut être des solutions ( les plantes utiliseront l’azote de l’air via les Rhizobium, comme le font naturellement les légumineuses actuellement).La troisième génération de bio carburants ( production par des algues dans l’océan) apportera sans doute une solution pertinente aus questions d’énergie.On utilise 1,5 milliard d’hectares de terres arables actuellement mais il y a 500 millions d’ha de jachères, sans parler du réservoir en forêts et autres landes.on sait aussi cultiver les légumes sans sol ( sur laine de roche).On sait aussi améliorer la fertilité des sols ( alors que l’idée recue est que celle ci diminue inexorablement!) grâce aux progrès en agronomie. En conclusion, tout indique que les solutions de demain seront encore meilleures et qu’il n’y aura pas de catastrophe.

          +0

        Alerter
    • atomix // 05.04.2015 à 00h25

      Avec l’enfer que les écolos nous promettent et ce basé sur une tonne d’inepties plus ineptes les unes que les autres, vous pouvez être certain que ne voterai jamais pour vous.

        +1

      Alerter
      • theuric // 05.04.2015 à 01h55

        Un écologiste ne pouvant citer le nom de dix arbres ou de dix oiseaux, me dire combien il y avait d’habitant en 1970, ignorant que les éoliennes tuent les chauve-souries et les oiseaux, enfin, ne connait pas grand chose de la nature et des sociétés humaines peut-il, de fait, se considérer comme écologiste.
        Il devrait leur être passé un examen d’entrée.
        Mais vraiment, un écolo ignorant le nom d’une dizaine d’oiseaux, de mammifères, d’insectes, d’arbres et de plantes est-il sérieux?

          +2

        Alerter
        • atomix // 05.04.2015 à 02h23

          Il y a avait un écologiste bien connu qui est passé à Équiterre de mémoire. Et oui c’est au Québec. Un dirigeant politique lui avait offert un portefeuille de ministre.

          Sa réponse: “Je viens d’avoir mon cinquième enfant, pas le temps de faire de la politique.”

          Quand on sait que l’humain qui pollue le plus est le nouveau né, c’est édifiant.

          Morale, y a pas plus esclavagiste qu’un écologiste. (En tout cas, ceux qu’on entend et qui débitent leurs inepties religieuses)

            +1

          Alerter
        • Merle // 05.04.2015 à 11h33

          Il ne s’agit pas de sauver les chauve-souris mais de sauver notre peau.

            +0

          Alerter
  • interlibre // 05.04.2015 à 12h09

    Demandez aux US de faire de la futurologie sachant la merde dans laquelle ils sont et nous ont mis ce n’est pas très sérieux… Si on prends le modèle économique actuel comme la fin de l’histoire et un horizon indépassable c’est certain que le futur peux faire peur. Je ne dit pas qu’il va être radieux, loin de la mais les US ne sont pas les mieux placés pour imaginer le futur étant donné les limites de leur idéologie….

      +1

    Alerter
  • Theoltd // 05.04.2015 à 19h57

    C’est toujours la meme histoire, dont parle bien Chomsky, il n’y a que certaines personnes qui comptent. Juste pour dire que l’enfer existe deja:
    Dans le Dombass, en Ukraine
    En Libye
    En Irak
    Au Yemen
    En Syrie… liste largement non exhaustive.

    Tous pays relativement prospères il y a peu.

    On crée lle chaos ailleurs, en comptant sur une loi jamais réellement formulée qui permet de penser que de plus en plus de Chaos dans la banlieue du système permet de preserver le coeur du système.

      +0

    Alerter
  • viconte // 05.04.2015 à 22h03

    Certains estiment que nous n’auront plus que des cailloux à manger en 2030
    Les plus pessimistes, eux, pensent qu’il n’y en aura pas pour tout le monde.

    Toutes les crises finissent par se résoudre…
    … même mal !

    Joyeuses Paques ! 🙂

      +1

    Alerter
  • Hellonearth // 05.04.2015 à 23h31

    C’est marrant,ça fait longtemps que je fais ces constats sur les problèmes de nutrition dans les différents pays du globe, d’environnement et surtout de surpopulation. Je m’étonne au quotidien que nous (l’humanité) ayons pu tenir comme ça aussi longtemps. Ces infos ne me surprennent absolument pas et je suis presque content que quelqu’un puisse enfin dresser un article aussi exact.
    Ce genre d’info ne devrait pas être secret, les services secrets devraient les divulguer. C’est justement l’enfer qui se produira en 2030 si personne ne rapporte l’état du monde. Les touts petits faits divers, ou problèmes d’égos relayés constamment dans les médias “main stream” ne sont rien à côté des problèmes de fond.

      +0

    Alerter
  • helicopter-ben // 06.04.2015 à 20h12

    La terre nous renverra la monnaie de notre pièce.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications