Ca, je l’avais sous le coude – alors je le sors quand même, dans la série “ça va mieux”…

Source : Associated Press, le 23/03/2016

Par LORI HINNANT et PAISLEY DODDS

Dans cette image fournie par la Police Fédérale belge à Bruxelles mardi, le 22 mars 2016 de trois hommes qui sont soupçonnés de participation dans les attaques à l'Aéroport Zaventem de la Belgique. Le site Web de la Police Fédérale de la Belgique lundi, le 28 mars a commencé à porter une 32 deuxième vidéo d'un homme mystérieux dans un chapeau soupçonné d'avoir la participation dans le 22 mars l'attentat à la bombe(le bombardement) d'Aéroport de Bruxelles.

Dans cette image fournie par la Police Fédérale belge à Bruxelles mardi, le 22 mars 2016 de trois hommes qui sont soupçonnés de participation dans les attaques à l’Aéroport Zaventem en Belgique.

PARIS (AP) – Le groupe État islamique aurait formé au moins 400 combattants pour cibler l’Europe par des vagues mortelles d’attaques, en créant des cellules terroristes interconnectées comme celles qui ont frappé Bruxelles et Paris avec pour consignes de choisir le moment, le lieu et la méthode afin de provoquer un chaos maximal, comme l’ont déclaré des responsables à l’Associated Press.

Ce réseau de cellules mobiles et semi autonomes montre la détermination du groupe extrémiste en Europe, même s’il perd du terrain en Syrie et en Irak.

Les responsables, incluant des membres du renseignement européen et irakien ainsi qu’un législateur français qui suit les réseaux djihadistes, ont décrit des camps en Syrie, en Irak et peut-être également dans les territoires de l’ancien bloc soviétique où les attaquants sont formés pour cibler l’Occident. Avant d’être tué dans un raid de la police, le chef de file des attentats de Paris du 13 novembre a affirmé qu’il était entré en Europe dans un groupe multinational de 90 combattants, qui s’est dispersé “un peu partout.”

Mais la plus grande révélation dans l’enquête sur les attentats de Paris – l’arrestation vendredi du fugitif Salah Abdeslam – n’a pas permis de contrecarrer l’attaque multi-site seulement quatre jours après sur la zone aéroportuaire de la capitale belge et dans le métro, qui a fait 31 morts et environ 270 blessés. Trois kamikazes sont morts également.

Tout comme à Paris, les autorités belges étaient à la recherche d’au moins un fugitif après les attentats de mardi – cette fois il s’agit d’un homme vêtu d’une veste blanche qui a été vu sur des images vidéos de caméras de sécurité de l’aéroport avec les deux complices morts dans les attentats suicides. La crainte est que l’homme, dont l’identité reste inconnue des responsables belges, ne suive le chemin d’Abdeslam.

Après avoir fui Paris immédiatement après les attentats de novembre, Abdeslam a forgé un nouveau réseau dans le quartier de son enfance à Molenbeek, connu depuis longtemps comme un refuge de djihadistes, et a pu reconstruire des liens, selon les autorités belges.

“Non seulement il a pu échapper à la surveillance, mais il l’a fait pour organiser une autre attaque, avec des complices locaux et des ceintures d’explosifs. Deux attaques ont été organisées comme à Paris. Et malgré son arrestation, maintenant que l’on sait qu’il va parler, l’attaque est déjà une réponse : “Que se passera-t-il s’il est arêté ? Nous vous montrerons que ça ne change rien.” a dit la sénatrice française Nathalie Goulet, coprésidente d’une commission de suivi des réseaux djihadistes.

On estime entre 400 et 600 le nombre de combattants de l’État islamique formés aux attaques en territoire étranger selon les enquêteurs, dont Nathalie Goulet. Environ 5000 Européens sont partis pour la Syrie.

« La vérité est que si nous savions exactement combien ils étaient, cela n’arriverait pas, » dit-elle.

Plus de quatre sources ayant accès aux décomptes des combattants chargés d’attaques en Europe ont indépendamment corroboré le nombre de combattants formés pour des attaques spécifiques en Europe, y compris certaines qui ont parlé aux combattants directement. D’autres ont croisé les informations concernant les combattants qui partent et ceux qui reviennent.

Deux des kamikazes des attentats de mardi, les frères, nés en Belgique, Ibrahim et Khalid El Bakraoui, étaient connus des autorités comme des criminels ordinaires, des radicaux pas particulièrement anti-occidentaux jusqu’à ce que l’appartement de l’un d’eux ait été loué pour Abdeslam la semaine dernière, selon la chaîne étatique belge RTBF. De même, un Algérien tué à l’intérieur de cet appartement le 15 mars était inconnu, mais cumulait de petits délits en Suède – il s’était toutefois engagé comme kamikaze auprès de l’État islamique en 2014, puis était retourné en Europe pour participer au 13 novembre.

En revendiquant la responsabilité de l’attaque de mardi, le groupe État islamique a confirmé l’existence de ces “cellules secrètes de soldats” envoyés à Bruxelles dans ce but. L’existence de ces cellules “dormantes” a été confirmée par l’agence de police de l’UE, Europol, dans un rapport fin janvier, précisant qu’ils croyaient que ce groupe “avait été entraîné à des actions extérieures de grande envergure.”

Des francophones ayant des liens avec l’Afrique du Nord, la France et la Belgique semblent diriger les unités et sont chargés d’élaborer des stratégies d’attaque en Europe, a déclaré un responsable de la sécurité européenne qui a parlé sous condition d’anonymat, parce qu’il n’a pas été autorisé à discuter des documents d’information. Il est également familier des interrogatoires d’anciens combattants qui se sont dé-radicalisés en Europe. Certains ont été emprisonnés après avoir quitté l’EI tandis que d’autres ont été chassés du groupe terroriste, et ce sont soit des musulmans, soit des musulmans convertis de toute l’Europe.

Les combattants de ces unités sont formés aux stratégies de champ de bataille, au maniement d’explosifs, aux techniques de surveillance et de contre-surveillance, selon le responsable de la sécurité.

« La différence est que, en 2014, certains de ces combattants islamiques recevaient seulement quelques semaines de formation, a-t-il dit. Maintenant, la stratégie a changé. Des unités spéciales ont été mises en place. La formation est plus longue. Et l’objectif ne semble plus être de tuer autant de personnes que possible, mais plutôt d’avoir autant d’opérations terroristes que possible, de sorte que l’ennemi soit forcé de dépenser plus d’argent ou d’utiliser plus de moyens humains et de ressources. »

Des méthodes similaires ont été mises au point et utilisées par al-Qaïda, mais à présent c’est à une autre échelle, a-t-il dit. Une autre différence est que les combattants sont formés pour être leurs propres opérateurs donc autonomes – sans nécessairement devoir rendre des comptes à la forteresse de l’EI à Raqqa, en Syrie ou ailleurs.

Plusieurs responsables de la sécurité ont dit qu’il n’y a même plus de preuves pour confirmer que la majeure partie de la formation se déroule en Syrie, en Libye et ailleurs en Afrique du Nord. Dans le cas des attentats de mardi, l’arrestation d’Abdeslam a probablement été le déclencheur d’un complot déjà prévu de longue date.

“Pour organiser une attaque de ce niveau, vous avez besoin de formation, de planification, de matériel et d’un objectif,” a déclaré Shiraz Maher, chercheur principal au Centre international pour l’étude de la Radicalisation au Collège King de Londres, qui a l’une des plus grandes bases de données sur les combattants et leurs réseaux.

“Même s’ils avaient travaillé d’arrache-pied, les attaques à Bruxelles auraient eu besoin d’au moins quatre jours,” a déclaré Maher, qui a mené des entretiens approfondis avec des combattants étrangers.

La question pour beaucoup de responsables du renseignement et de la sécurité se tourne maintenant vers combien de combattants sont encore présents et sont prêts pour plus d’attaques.

Un haut responsable du renseignement irakien, qui n’a pas été autorisé à parler publiquement, dit que les gens de la cellule qui a effectué les attentats de Paris sont dispersés à travers l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Italie, le Danemark et la Suède. Récemment, un nouveau groupe est arrivé, venant de la Turquie, a indiqué le responsable.

Mercredi, les autorités turques ont indiqué que l’un des attaquants suicides de Bruxelles, Ibrahim El Bakraoui, avait été capturé en juin dernier près de la frontière syrienne et expulsé vers les Pays-Bas. Ankara aurait averti les fonctionnaires néerlandais et belges qu’il était un “combattant terroriste étranger”. Mais il a été libéré par les Pays-Bas en raison du manque de preuves d’implication dans des activités liées à l’extrémisme.

Le ministre de la Justice belge Koen Geens a déclaré mercredi que les autorités n’avaient aucune raison de le détenir parce qu’il n’était “pas connu pour des actes de terrorisme, mais comme un criminel de droit commun qui était en liberté conditionnelle.”

Le dernier nouveau nom qui a fait surface cette semaine, Najim Laachraoui, s’est révélé être l’artificier qui a réalisé les gilets de suicide utilisés dans les attentats de Paris, selon les responsables français et belges. Les attaquants ont utilisé un explosif connu sous le nom triacétone triperoxide, ou TATP, fabriqué à partir de produits chimiques ménagers courants. Les traces ADN indiquent qu’il est décédé mardi dans l’attentat suicide contre l’aéroport, deux fonctionnaires informés de l’enquête l’ont déclaré à l’AP.

Quinze kilos de TATP ont été trouvés dans un appartement lié aux attaquants à Bruxelles, ainsi que d’autres matières explosives. L’homme non identifié vu sur des images de caméras de sécurité portant une veste blanche et un chapeau noir à l’aéroport de Bruxelles, le mardi, est toujours en fuite, un lien fugace dans la chaîne encore solide des acteurs de la terreur.

Dodds a contribué de Londres. Qassim Abdul-Zahra a contribué de Bagdad.

Source : Associated Press, le 23/03/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

26 réponses à L’État islamique entraîne 400 combattants pour ensanglanter l’Europe, par Associated Press

Commentaires recommandés

atomik_49 Le 18 mai 2016 à 08h29

Pour éviter de nommer le dernier pays d’entrainement des terroristes – l’ex Yougoslavie (Bosnie, Kosovo) – bien proche de chez nous, l’auteur de l’article parle des “des territoires de l’ancien bloc soviétique”. Il fait ainsi coup triple :

– Il mêle ainsi la Russie au problème car beaucoup de gens mélangent encore allègrement “bloc soviétique” et Russie
– Il évite de parler du bourbier en ex-Yougoslavie hérité … de l’action des occidentaux
– Il évite de parler des camps d’entrainement existant à un jet de pierre de l’UE.

Bravo pour l’objectivité de l’information !

  1. PatrickLuder Le 18 mai 2016 à 05h46
    Afficher/Masquer

    “des cellules terroristes interconnectées ” …

    Si terroristes il y a, ils seraient déjà bien bête d’utiliser internet ou tout autre moyen technique pour communiquer entre eux … la modernité c’est d’utiliser des moyens de communications inviolables, tels le bouche à oreille, le courrier remis en main-propres ou le pigeon ;o) Utiliser même des messages chiffrés (indéchiffrables) par les moyens de télécommunication moderne laisse déjà une trace des communications (émetteur-récepteur-date-heure-lieux-durée etc.)


    • Pol Pot Le 18 mai 2016 à 07h50
      Afficher/Masquer

      Généralement ils sont bien bêtes !
      L’enquête sur le Bataclan a progressé a cause de leurs portables !
      Et puis tuer au nom de la préhistoire ne dénote pas une grande intelligence !


      • J Le 18 mai 2016 à 08h16
        Afficher/Masquer

        S’ils font des conneries, c’en est une belle de les rendre publiques, donc de les signaler à leurs successeurs ! J’ose espérer qu’on ne dit pas la vérité sur la façon dont ils ont été pincés (mais je suis peut-être optimiste…).


        • Louis JULIA Le 18 mai 2016 à 09h33
          Afficher/Masquer

          Entièrement d’accord avec vous: par leur recherche permanente du sensationnel, les journalistes se comportent sans le moindre bon sens. Seulement, si “on” fait mine de les empêcher de dire des conneries et d’en faire, comme en révélant cette sorte de détails, on constatera la levée de boucliers contre les “oppresseurs de la liberté d’expression”.
          En attendant, les terroristes, grâce à cela, s’améliorent dans leurs techniques de dissimulation.


          • patrick Le 18 mai 2016 à 10h44
            Afficher/Masquer

            ils ont été pris grâce à la loi renseignement ( ah ben non, ils étaient connus bien avant ) et à la mise en place du PNR ( ah ben non, ils ont parcouru toute l’Europe en voiture , et à chaque fois qu’ils ont été contrôlés , ils ont été relachés )
            ah ben m… alors


  2. J Le 18 mai 2016 à 08h07
    Afficher/Masquer

    Il y a quelque chose qui me titille sur Abdeslam. Je conçois qu’on ne dise pas tout, mais on a laissé passer des infos laissant entendre qu’il niait être le cerveau, qu’il aurait dû se faire exploser et a reculé, qu’il est prêt à parler. S’il a des velléités de repentir, qu’on les encourage ! Ca ne risque rien (ce n’est pas de le le libérer que je parle).
    D’une manière générale, une lutte efficace contre une mouvance terroriste ou une mafia passe par retourner certains de ses membres. [Modéré]


  3. Lea_ Le 18 mai 2016 à 08h12
    Afficher/Masquer

    “Récemment, un nouveau groupe est arrivé, venant de la Turquie, a indiqué le responsable.”

    Merci à: Merkel, la Commission de Bruxelles, nos journalistes (bien protégés dans leurs rédactions) et autres pleureuses professionnels et même au Pape chaleureusement accueilli et tant admiré par tous ces Soroscompatibles.


  4. atomik_49 Le 18 mai 2016 à 08h29
    Afficher/Masquer

    Pour éviter de nommer le dernier pays d’entrainement des terroristes – l’ex Yougoslavie (Bosnie, Kosovo) – bien proche de chez nous, l’auteur de l’article parle des “des territoires de l’ancien bloc soviétique”. Il fait ainsi coup triple :

    – Il mêle ainsi la Russie au problème car beaucoup de gens mélangent encore allègrement “bloc soviétique” et Russie
    – Il évite de parler du bourbier en ex-Yougoslavie hérité … de l’action des occidentaux
    – Il évite de parler des camps d’entrainement existant à un jet de pierre de l’UE.

    Bravo pour l’objectivité de l’information !


    • Lalala Le 18 mai 2016 à 09h48
      Afficher/Masquer

      L’ex Yougoslavie dans le bloc soviétique…alors qu’elle est le point de départ des non alignés.
      Magnifique.


    • philbrasov Le 18 mai 2016 à 12h43
      Afficher/Masquer

      camps d’entraînements en Bosnie que nenni?

      https://civilwarineurope.com/2016/01/25/selon-un-rapport-deuropol-letat-islamique-disposerait-de-camps-dentrainement-en-europe-et-dans-les-balkans/

      c’est pas vieux ca date de 2016….
      ou alors de votre part c’était du second degrés…..


    • jubaka Le 18 mai 2016 à 14h14
      Afficher/Masquer

      Des zones d’entrainement il peut y en avoir partout, y compris en France. Habitant dans la Creuse (département rural à faible densité de population) au fil des ans il a été démantelé des “camps” d’entrainement ou de replis de néo-nazi ou encore de l’ETA.


  5. Renaud 2 Le 18 mai 2016 à 09h06
    Afficher/Masquer

    Si l’on en croit le roi Abdallah II de Jordanie, l’envoi de terroristes en Europe fait partie de la politique de monsieur Erdogan. Sans parler des liens entre son fils Bilal et le pétrole volé par Daech. Prétendre s’attaquer au terrorisme tout en donnant des milliards à Erdogan (dont la stratégie est donc de menacer de faire exploser ses “cellules dormantes” dans les capitales européennes) est de la pure hypocrisie. Qu’aucun média officiel ne se scandalise est très révélateur…


  6. Chris Le 18 mai 2016 à 11h37
    Afficher/Masquer

    Seulement 400-600 terroristes ?
    Bizarre, Europol parle d’environ 3 à 5’000 djihadistes partis dans les “bagages” des migrants relâchés des camps turcs pour étouffer l’UE, de connivence avec Makrel :
    http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/22/2282287-entre-3000-5000-jihadistes-seraient-infiltres-europe-selon-europol.html
    Ou est-ce encore une enflure médiatique ?


    • step Le 18 mai 2016 à 13h16
      Afficher/Masquer

      un djihadiste sur le retour n’a pas forcément comme vocation à commettre des attentats sur un territoire extérieur.


  7. christian gedeon Le 18 mai 2016 à 12h54
    Afficher/Masquer

    Le chiffre prête à rire… et le reste de l’article est à l’avenant.Il y a déjà vingt ans que Bosnie,Kosovo et une partie de l’Albanie sont des places fortes islamistes…ça a commencé avec Al Qaïda,et çà se poursuit avec l’EI… L’EI n’ a pas besoin “d’envoyer ” ses sicaires ensanglanter l’Europe…ils y sont déjà,avec l’aval et les encouragements de qui vous savez…Mais quand on veut manipuler,ou quand on veut pas voir,on commet ce genre d’article.Et comme dit mon neveu qui est un geek,très logique comme les geeks peuvent l’être,comment peut on attendre de la police qu’elle stoppe les sicaires islamistes,quand elle ne peut pas stopper quelque centaines de casseurs,démocratiquement L’impuissance,ou l’aveuglement,ou pire encore la complicité objective des gouvernements occidentaux saute aux yeux. Mais bon,que de milliards de dollars,que de milliards de dollars,n’est ce pas?


  8. philbrasov Le 18 mai 2016 à 13h08
    Afficher/Masquer

    a la chute du mur de Berlin, il fallait a l’empire un ennemi… pour continuer a exister en tant qu’impérialiste..
    L’administration US a crée de toutes pieces alqaida, l’EI et autres rebelles modérés… afin de perpétuer le chaos, dans des regions incontrôlables par l’Empire, du fait du nationalisme de certains de leurs dirigeants…( Libye, Syrie, Egypte, Afghanistan, Irak, etc etc et bientot Tunisie, et Algerie rebelotte…
    Ces 400 “rebelles modérés” dignes héritiers, de la CIA, vont permettre d’affaiblir une fois de plus l’Europe, ÉPUISANT ses moyens policiers et militaires pour mieux permettre a l’Empire, sous la menace d’un retour de manivelle du nationalisme souverainisme en Europe, de mieux contrôler cette Europe , en se presentant comme l’UNIQUE rempart contre le terrorisme islamiste.
    Pour ce faire, l’Empire a besoin d’allies surs.. comme l’AS, le Qatar et la Turquie, bref de la fine fleur de la démocratie a l’orientale….
    Ne doutons pas un seul instant que l’Empire, a besoin d’une Merkel, d’un flambie et de toute la clique de Bruxelles pour réussir son coup….
    Tant que nous ne couperons pas le cordon ombilical qui nous lie a l’Empire, nous aurons des centaines de victimes innocentes et sans doute très très naïves…
    un excellent témoignage du chanteur des heavy metal, au bataclan le 13 novembre, et paru hier sur le site atlantico, en dit long sur la naivete de nos concitoyens européens…


  9. Catherine Le 18 mai 2016 à 14h28
    Afficher/Masquer

    De plus il est prévu de leur offrir une ligne directe, une voie royale par la Turquie et sans visa s’il vous plait.

    Pas belle la vie ?


  10. vesso Le 18 mai 2016 à 15h56
    Afficher/Masquer

    Ben moi je suis dubitatif quand à (l’heureuse, hein!) inefficacité des actions terroristes venant de la part d’hommes soi-disant si bien entraînés: heure mal choisie et errance/indécision (stade de France), bombes qui n’explosent pas…Et quoi penser de ces actions individuelles au couteau absurdes et fatalement de faibles résultats face au sacrifice presque certain de la vie? Où sont les armes chimiques, l’attaque des réseaux d’eau (par empoisonnement), des lignes électriques, où sont les trains qui déraillent et les actions contre les représentants du pouvoir? Pendant la guerre, nos résistants ont fait mieux avec moins de moyens et face à un ennemi plus organisé que nos républiques…Alors oui, “je doute”….


    • Jeanpaulmichel Le 18 mai 2016 à 19h46
      Afficher/Masquer

      Notre relative “chance” est que nous ayons affaire, pour l’instant, à des gens très moyennement éduqués, relativement désorganisés, laissant de multiples traces derrière eux. Tirer dans une foule est réalisable par 100% des déséquilibrés et demande peu de compétences.
      Par contre, souvenons nous du 11 Septembre et des moyens mis alors en oeuvre pour commettre l’attaque simultanée contre les tours, le pentagone, etc… Cours de pilotage, etc… Le tout dans la discrétion la plus totale semble t’il.
      Compte tenu de la complexité de nos sociétés technologiques, il est à craindre qu’un jour une attaque d’une ampleur inégalée se produise dans un de nos pays, initiee par des individus d’un autre calibre. Inutile de leur donner des idées.


  11. Pink Le 18 mai 2016 à 18h55
    Afficher/Masquer

    Pas de site définitif qui explique le monde de a à z en une page ? Ok…Ceci dit les vies européennes ont l’air de valoir de moins en moins cher (et la Yougoslavie…) : ukrainiens, belges, français…Ça fait bizarre d’être un rat de laboratoire…


  12. tchoo Le 18 mai 2016 à 22h21
    Afficher/Masquer

    Comme le dit l’ex juge Marc Trévidic, le problème sont dans les moyens de surveillance.
    Les futurs kamikazes dont la plupart du temps connus des services de police et de renseignements mais ils n’ont pas les moyens suffisant de surveillance. Comme le décrit le juge, il faut prendre son tour dans les demandes de surveillance, et attendre parfois, 3,4 voire 6 mois avant d’avoir gain de cause, et si rien de probant n’est trouvé rapidement, c’est au tour d’une autre demande.
    Mais chut, les services public coutent cher et nous n’avons plus les moyens, alors vive le terrorisme!


    • lisandru Le 18 mai 2016 à 23h35
      Afficher/Masquer

      il n’y a pas qu’un probleme, malheuresement ils sont multiple. s’il est vrai que la surveillance physique manque de personnel pour suivre toutes les personnes “interessantes” d’apres nos juges, il conviendrait aussi de ne pas laisser rentrer n’importe qui. entre les savonaroles moderne que sont les imams integristes gentiment envoyés par l’arabie saoudite et le quatar, ou les divers djihadistes qui passent parmis les immigrés clandestins que nous accueillons sous pretexte de troubles internationaux. troubles que nous contribuons a alimenter… etc…


  13. dan Le 20 mai 2016 à 08h47
    Afficher/Masquer

    Il de vient de plus en plus clair aux yeux du public que l’occident, guidé en cela par les USA, est un soutient direct du terrorisme islamique, dans les pays qu’il souhaite déstabiliser (Syrie, Irak, Libye …), et également au sein de nos propres pays. Dans nos contrées ces gens sont utilisés et instrumentalisés pour créer des évènements chocs dans le but d’orienter l’attention des médias, de créer des mouvements d’opinion et d’influer sur les orientations politiques.
    On a vu cela en Italie dans les années 70 avec la stratégie de tension et les groupes terroristes manipulés par les services secrets, aucune enquête n’ayant pu aller jusqu’à son terme.
    [Modéré]


  14. J Le 20 mai 2016 à 11h00
    Afficher/Masquer

    Et tant qu’à parler de djihadistes, ne pas oublier qu’ils ont subi une forme de lavage de cerveau. Un lavage de cerveau, c’est ce qui peut faire d’une fille “honnête” une prostituée zélée, ou qu’un innocent avoue un crime et maintienne ses aveux plusieurs jours. Explications http://daruc.pagesperso-orange.fr/divers/lavage_cerveau.htm


  15. Koui Le 21 mai 2016 à 00h18
    Afficher/Masquer

    Que Daesh ait renvoyé des délinquants alcooliques commetre des attentats faciles en Europe, c’est probable. Mais il faut être bien naïf pour croire les chiffres donnes ici ou la. Ceux qui disent 700 n’en savent pas plus que ceux qui disent 5000 ou 893,5. Les services jettent des chiffres bidons a la meute des journalistes qui imaginent le reste. Si vous n’avez pas cru à la grotte aménagée sur 5 niveaux de Ben Laden, pourquoi courrez vous derrière les tuyaux percés maintenant?


Charte de modérations des commentaires