Les Crises Les Crises
11.janvier.201211.1.2012 // Les Crises

Looking for Nicolas Sarkozy (+ Christian Salmon)

Merci 0
J'envoie

Un excellent reportage de William Karel !

Comment la presse internationale perçoit-elle le président français ? Une chronique du “règne” de Nicolas Sarkozy à travers le regard de dix-huit journalistes étrangers en poste à Paris.

Jamais un président de la République française n’a autant éveillé la curiosité des médias étrangers. L’actualité, certes, s’y est gracieusement prêtée.

De la présidence de l’Union européenne à la gestion de la crise financière, de la chasse aux Roms à ses amours agitées, les journalistes étrangers ont eu de nombreuses occasions de scruter la personnalité et la carrure de chef d’État de Nicolas Sarkozy. Intriguée par “l’homme de la rupture” – rupture avec une partie de l’héritage historique de la droite, avec la conception traditionnelle de la fonction présidentielle, mais aussi avec certaines valeurs françaises –, la presse étrangère s’étonne, quand elle ne s’effraie pas, devant sa pratique du pouvoir.

Entre excès de bling bling, communication à outrance, “pipolisation”, dérapages, le président français aurait tout d’un personnage de soap-opera, si l’on en croit le quotidien britannique The Independent.

À travers les points de vue de dix-huit journalistes étrangers (de télévision et de presse écrite) en poste à Paris, nourris par de nombreuses archives, photos et extraits de journaux du monde entier, ce documentaire offre une chronique (im)pertinente sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy et sur la machine politique, inédite, qu’il a mise en place.

À savourer ici :

Le témoignage de 18 journalistes étrangers en poste à Paris :

ALGERIE
Ayac he Derradji, N°2 du bureau parisien d’Al Jazeera depuis 1999

ANGLETERRE
Charles Bremner, Times depuis 1999
John Lichfield, The Independent depuis 1996
Christian Fraser, correspondant de la BBC depuis 2010
Sophie Pedder, chef de bureau de The Economist depuis 2003

ALLEMAGNE
Stefan Simons, Der Spiegel depuis 2006 où il chronique les relations Paris-Berlin et la politique étrangère de l’Elysée
Stephan Merseburger, ZDF de 2003 à 2011

BELGIQUE
Joelle Meskens, Le Soir auteure de l’ éditorial : « Oui, Nicolas Sarkozy est dangereux »

CAMEROUN
Marie Roger Biloa, directrice d’Africa international depuis les années 1990

CHINE
Zheng Ruolin, Wen Hui Bao le quotidien de Shanghai depuis le milieu des années 90

ESPAGNE
Octavi Marti, Ancien correspondant à Paris d’El Pais

ETATS UNIS
Steven Erlanger, chef de bureau parisien du New York Times depuis 2008
Angela Charlton, chef du bureau de Associated Press à Paris depuis 2006

ISRAEL
Joav Toker, ancien correspondant de la 1ère chaine de télévision israélienne, travaille pour la revue israélienne Koteret

ITALIE
Alberto Romagnoli, RAI depuis 2007, ancien rédacteur en Chef du Service étranger du journal télévisé le plus regardé d’Italie
Alberto Toscano, L’un des plus anciens correspondants étranger à Paris, il a travaillé pour Panorama, Il reformista et l’AGA (l’agence de presse italienne)

RUSSIE
Vadim Glusker, NTV, chaîne privée russe, un des co-auteurs de Sarkozy vu d’ailleurs et un participant régulier au kiosque de TV5 Monde.

SUISSE
Jean-Pierre Schaller, TSR depuis 2008. Son reportage sur la visite de Sarkozy à l’usine Faurécia a révélé les exigences de l’Elysée en matière de contrôle d’image du président

En complément, je vous propose un entretien en 5 parties avec Christian Salmon sur Arte : La “machine à raconter” sarkozyste

Le chercheur et écrivain Christian Salmon travaille au décryptage du storytelling. Depuis les années 1990, aux États-Unis puis en Europe, l’art de raconter des histoires a été investi par les logiques de la communication et du capitalisme triomphant, sous l’appellation anodine de “storytelling”. Dans l’ombre des campagnes électorales victorieuses se cachent des techniciens sophistiqués pour mieux formater les esprits des consommateurs et des citoyens.

Dans cet entretien exclusif, il dévoile les rouages de la “machine à raconter” sarkozyste.

1. La politique, quelle histoire !

2. Une bête de scène

3. La parole avant les actes

4. Excitation / dépression

5. Trop d’histoires tue l’Histoire

15 réactions et commentaires

  • Fabrice // 11.01.2012 à 08h18

    personnellement je sature de l’entendre à toutes les sauces en bien ou en mal, je pensais m’intéresser au post mais là je ne peux plus, je vais botter en touche pour cette fois.

      +0

    Alerter
  • Khado // 11.01.2012 à 10h51

    Bonjour,
    Je suis de l’avis de Fabrice, j’ai lancé la vidéo 2min, pas plus, je ne peux plus. Je suis saturé par ces hommes politique qui envahissent tous les médias et partent à la pèche aux électeurs avec un enchaînement d’annonces qui n’a aucun intérêt. En France quand on est de gauche on vote a gauche, quand on est de droite on vote a droite. On ne sortira jamais de ce schéma, sauf par une rupture. Je doute même que la crise en soit une.

      +0

    Alerter
  • Gus // 11.01.2012 à 11h38

    La photo avec Nicolas en Messie recevant la parole du Seigneur, c’est un photomontage ou quoi ?

      +0

    Alerter
  • zoomeo31 // 11.01.2012 à 12h20

    @Gus: Non, c’est un cliché tout ce qu’il y a de plus authentique. Il a fait le tour des rédactions. Les détracteurs de Sarko l’ont d’ailleurs pris comme symbole de la connivence entre les grands médias et lui en 2007. C’est étonnant que vous ne soyez jamais tombé dessus.

      +0

    Alerter
  • reset // 11.01.2012 à 14h49

    Pareil je me réserve pour les prochains mois ou il sera partout, absolument partout avec ses camarades de son parti ou de la concurrence pour nous vendre 2012-2017.

      +0

    Alerter
  • Arnould // 11.01.2012 à 19h26

    J’ai réussi à regarder le reportage lorsqu’il est passé sur Arte parceque j’ai jeté ma télé en septembre 2005 et que je ne le vois pas tous les jours en live. Malgré ça, je n’arrive plus à le voir en peinture.

      +0

    Alerter
    • Marcus // 11.01.2012 à 19h48

      Arnould, t’as jeté ta télé.
      Un seul mot : BRAVO !!!

        +0

      Alerter
      • Arnould // 11.01.2012 à 23h52

        En me relisant je vois le pb! J’ai bien jeté ma télé, mais parfois je regarde un reportage sur arte+7, pluzz et autres youtube ou dailymotion… C’est donc sur internet que j’ai regardé ce reportage sur notre président à nous, mais je n’aurais certainement pas regardé si j’avais encore une télé. C’est bizarre comme la télé ne me manque jamais…

          +0

        Alerter
        • Marcus // 12.01.2012 à 00h16

          Tu te libères de la société de con-sommation. Rends-toi compte que je n’ai ni d’ipod, iphone ni portable… par contre j’ai encore la télé mais je ne suis pas seul…
          On nous pousse à acheter, acheter, acheter… là c’est les soldes alors il faut y aller sinon on va passer pour un plouc, etc… STOP comme dirait Olivier.
          Bonne nuit.
          Marc

            +0

          Alerter
          • José // 13.01.2012 à 11h29

            Même état des lieux. La télé, je ne l’allume jamais, malheureusement madame n’est pas désintoxiquée. En attendant, pendant la période de balivernes électorales, une suggestion: si vous regardez quand même des débats, coupez le son et remplacez-le par celui-ci http://www.youtube.com/watch?v=ZhNvpw4gaw0. 🙂

              +0

            Alerter
  • alex // 11.01.2012 à 20h57

    Ca fait longtemps que les journalistes ne s’occupent plus que de l’apparence, de l’image, du slogan …
    Ils ne faut pas qu’ils s’étonnent, après, de se faire balader par les hommes politiques.

      +0

    Alerter
  • Yves // 11.01.2012 à 23h37

    Mais pourquoi tout cette énergie à parler de l’Élysée, du Président, de la Politique ? C’est étrange, je suis français et ne comprends pas (plus) les français qui cherchent l’action de personnes politiques pour changer leur propre vie. Mitterrand, Chirac, Sarkozy et son successeur en 2012 ou un peu plus tard annoncent le “changement”, thème neuneu mais qui marche pour gagner une élection alors qu’ils incarnent rien du changement, toute leur vie a été basé sur le souhait de conserver des acquis. Les français sont des drogués du marketing politique, financé par les contribuables a longueur d’année, pas seulement en période électorale. Pourtant on s’en fiche de tout cela, c’est plus important de regarder ce que font les gens au travail, dans la rue, chez eux … leurs créations, leur inventivité, leur force, leurs exploits, leurs projets …
    Tenez, j’ai passé de nombreuses années au Japon durant lesquelles il y eu plusieurs élections. La plupart des japonais ne suivent pas les résultats des votes, n’en n’ont rien à faire et n’en parlent à personne. Bref, une soirée d’une élection au Japon, c’est pour 99% de la population, une soirée comme les autres, sans émotions, ni joie, ni tristesse. X ou Y est élu, c’est une information, ni plus ni moins.

      +0

    Alerter
  • Philippe // 12.01.2012 à 01h08

    Pour ceux et celles qui s’intéressent aux connivences entre pouvoir et médias, je vous encourage vivement à voir l’EXCELLENT FILM de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat qui vient de sortir en salles (mercredi 11 janvier)  : “LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE”, un démontage en règle de ce système qui fabrique et entretien avec efficacité le consentement des masses à leur propre exploitation par le système financier via les politiciens, les journalistes et les “experts” aux ordres ou eux-mêmes partie prenante de ce système.
    Il est jouissif de voir ces bouffons mis à poil par les réalisateurs de ce film.
    Le site du film : http://www.lesnouveauxchiensdegarde.com/ 

      +0

    Alerter
    • Brainbug // 12.01.2012 à 09h35

      Il y’a aussi “Invisible Empire” qui met en lumière la construction de ce modèle que tu décrit à une échelle plus grande sous l’étiquette du nouvel ordre mondial tant cité par nos gouvernants.
      http://the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=39
      Libre de droit pour la copie, à voir aussi le documentaire “The Obama deception”.

        +0

      Alerter
  • Brainbug // 12.01.2012 à 09h24

    J’ai pas pu regarder ce documentaire, je peux plus le voir en peinture et ce depuis bien avant qu’il devienne président.
    Mais le bon coté des choses, c’est que depuis son élection que je suis devenu plus curieux sur le fonctionnement de l’état, de l’europe, de la finance et de me rendre compte à quel point, peu importe le président, que nous ne sommes plus en démocratie.
    Mais bien dans un système de domination inter-étatique, dissolvant constitution, droit, souveraineté, droit des citoyens, casse du modèle redistributifs pour devenir collectiviste oligarchique, privation de la destiné des peuples.. bref je suis devenu contre l’Europe actuelle.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications