Les Crises Les Crises
18.novembre.201418.11.2014 // Les Crises

[Nationalisme européen] “Même si ça sert à rien, c’est formidable…”, par Nicolas Domenach

Merci 0
J'envoie

Désolé d’y revenir, mais je confesse une certaine fascination pour le nationalisme presque pur des européistes – les premiers au monde à défendre une nation qui n’a jamais existé, qui n’existe pas, et n’existera probablement jamais… Et là, on en a un sacré exemple…

Je m’étonne que Zemmour soit rentré dans le piège et ait employé le mot “Europe” à chaque fois, alors qu’il fallait bien faire attention entre les mots “Union européenne” (ou mieux, “organisation néolibérale de Bruxelles”), “Agence spatiale européenne” et “Coopération entre nations européennes”…

P.S. comme pour Hollande, merci de ne pas parler de Rosetta en commentaire, ce n’est pas billet à nature scientifique – le titre est un clin d’oeil montrant que la nationalisme peut faire prononcer les pires bêtises…

Commentaire recommandé

DUGUESGLIN // 18.11.2014 à 08h45

Le mot “nation” a la même origine que “naître” et “natif”.
En France il existait une multitude de nations, plus ou moins synonyme de “pays”.
Le Royaume de France fédéralisait ces pays de France.
Après la révolution française, tous ces pays ont été fondus en une seule et unique Nation centralisée. Formant ainsi ” l’Etat Nation”. Mais l’idée de nation existait avant la révolution.
Donc le mot nationaliste n’est pas forcément compris de la même façon selon le cas.
Sous la révolution les nationalistes s’opposaient aux royalistes. La garde nationale a remplacé la garde royale.
Les gardes nationaux étaient chargés du maintien de l’ordre et de police, comme la garde républicaine, la garde mobile et la gendarmerie de nos jours.
Donc la Nation ne se définit pas nécessairement par rapport à un ennemi.
Pour que l’Europe se transforme en Nation, il faudrait qu’elle unisse en une seule et unique nation toutes les nations actuelles par un pouvoir centralisé.
Le mot nationaliste peut aussi prendre un caractère péjoratif du fait du national-socialisme allemand qui voulait dominer l’Europe.
Il ne doit donc pas y avoir de confusion avec le mot souverainiste qui veut que chaque nation d’Europe conserve ses pouvoirs de décisions avec l’appui des peuples européens.
Les européistes, quant à eux, souhaitent une disparition des nations pour en créer un seule centralisée, soumettant les peuples à ce pouvoir central. On appelle cela, transfert de souveraineté.
A noter que l’Allemagne n’est pas une nation centralisée comme en France, mais une fédéralisation.
Actuellement l’UE (europésite) de plus en plus prend le pouvoir sans l’avis des peuples et font tout pour éviter l’alliance des peuples d’Europe.
En effet si les peuples revendiquent le droit de décider de leur destin, ils retirent de facto à l’UE le pouvoir qu’elle s’est arrogé. Ce serait la fin de la dictature des bureaucrates europésites qui soustrait les peuples à toute décision.
L’UE, telle qu’elle est, craint l’union des peuples européens.
En effet les russes comme les autres peuples d’Europe ne sont pas moins européens que les autres peuples d’Europe.
L’union des peuples d’Europe fait peur aux USA et au nouvel ordre mondial, et les européistes complices, par des moyens fallacieux et mensongers, participent à la division des peuples d’Europe.
Cette vision qui est la mienne ne demande qu’à être discutée.

115 réactions et commentaires

  • paddy // 18.11.2014 à 07h07

    En général, le nationalisme se définit par rapport à un ennemi réel ou supposé. Allons-nous réussir à nous inventer un ennemi avant même de nous être trouvé une identité ? Ou nos dirigeants voudront-ils le faire en notre nom pour ne pas dire sur notre dos ?

      +8

    Alerter
    • Barmassa // 18.11.2014 à 07h29

      Et oui, on vient d’inventer un nouvel ennemi; La Russie et son méchant Poutine ou le paria comme titrait hier Libération !

        +14

      Alerter
    • Judabrutus // 18.11.2014 à 07h33

      Si j’en juge par la fébrilité géopolitique de ces derniers mois, j’ai bien peur que nos dirigeants n’aient décidé, en désespoir de cause, d’user d’une recette vieille comme le monde et de nous inventer un ennemi, ou des ennemis, à seule fin de nous construire une identité. Rien de plus fédérateur qu’un contexte de guerre !

        +18

      Alerter
      • Boutros Al Ouardi // 19.11.2014 à 00h05

        Pardon mais c’est exactement l’inverse.
        On essaie de nous trouver une “identité européenne” pour lutter contre “notre” ennemi, c’est à dire l’ennemi de Washington, la Russie.
        Car Washington est la véritable capitale de cette AEF des temps modernes.

          +3

        Alerter
      • AUSEUR Robert // 19.11.2014 à 01h32

        Très juste , le propos de Judabrutus : “Rien de plus fédérateur qu’un contexte de guerre !”
        On s’invente un ennemi …..

          +0

        Alerter
    • DUGUESGLIN // 18.11.2014 à 08h45

      Le mot “nation” a la même origine que “naître” et “natif”.
      En France il existait une multitude de nations, plus ou moins synonyme de “pays”.
      Le Royaume de France fédéralisait ces pays de France.
      Après la révolution française, tous ces pays ont été fondus en une seule et unique Nation centralisée. Formant ainsi ” l’Etat Nation”. Mais l’idée de nation existait avant la révolution.
      Donc le mot nationaliste n’est pas forcément compris de la même façon selon le cas.
      Sous la révolution les nationalistes s’opposaient aux royalistes. La garde nationale a remplacé la garde royale.
      Les gardes nationaux étaient chargés du maintien de l’ordre et de police, comme la garde républicaine, la garde mobile et la gendarmerie de nos jours.
      Donc la Nation ne se définit pas nécessairement par rapport à un ennemi.
      Pour que l’Europe se transforme en Nation, il faudrait qu’elle unisse en une seule et unique nation toutes les nations actuelles par un pouvoir centralisé.
      Le mot nationaliste peut aussi prendre un caractère péjoratif du fait du national-socialisme allemand qui voulait dominer l’Europe.
      Il ne doit donc pas y avoir de confusion avec le mot souverainiste qui veut que chaque nation d’Europe conserve ses pouvoirs de décisions avec l’appui des peuples européens.
      Les européistes, quant à eux, souhaitent une disparition des nations pour en créer un seule centralisée, soumettant les peuples à ce pouvoir central. On appelle cela, transfert de souveraineté.
      A noter que l’Allemagne n’est pas une nation centralisée comme en France, mais une fédéralisation.
      Actuellement l’UE (europésite) de plus en plus prend le pouvoir sans l’avis des peuples et font tout pour éviter l’alliance des peuples d’Europe.
      En effet si les peuples revendiquent le droit de décider de leur destin, ils retirent de facto à l’UE le pouvoir qu’elle s’est arrogé. Ce serait la fin de la dictature des bureaucrates europésites qui soustrait les peuples à toute décision.
      L’UE, telle qu’elle est, craint l’union des peuples européens.
      En effet les russes comme les autres peuples d’Europe ne sont pas moins européens que les autres peuples d’Europe.
      L’union des peuples d’Europe fait peur aux USA et au nouvel ordre mondial, et les européistes complices, par des moyens fallacieux et mensongers, participent à la division des peuples d’Europe.
      Cette vision qui est la mienne ne demande qu’à être discutée.

        +30

      Alerter
      • Judabrutus // 18.11.2014 à 09h51

        Paddy ne nous disait pas que la” nation “se définissait par rapport à un ennemi, mais bien le “nationalisme”. Ce en quoi je le rejoins : il me semble qu’il ne peut y avoir de nationalisme que dans un contexte bien spécifique de confrontation à une adversité réelle…..ou imaginaire . L’identité nationale apaisée se vit presque sans y penser, sur un mode quasi poétique, tandis que la bouffée nationaliste relève du réarmement moral, dans une phase de tension, ou de relâchement, du lien social. C’est du moins à de telles occasions qu’il est repérable à travers la littérature politique ou historique. Le niveau d’activisme nationaliste est d’ailleurs un excellent indicateur d’une dégradation de l’état de santé d’une nation.

          +7

        Alerter
        • liv // 18.11.2014 à 11h20

          Je suis bien d’accords avec vous.
          Ce sentiment de diversion, de fracturation que nous observons tous se conjugue au présent et a toujours été depuis que le monde est monde. Le nationalisme et le patriotisme sont le reflet d’un manque cruel d’identité.
          La notion de nation devrait se limiter à l’histoire d’un pays. Notre identité profonde devrait en mode poétique, comme vous le dites si bien, tous nous rapprocher, nous unir.
          Nous sommes Hommes, nous naissons, nous mourrons et dans notre vie sommes tous à la recherche de cette identité profonde.

          Ce à quoi nous assistons aujourd’hui n’est en rien différent de ce que nos anciens ont pu expérimenter. Une chose tout de même est différente, c’est que “grâce” aux médias, l’objet propagandiste est plus fort et fait plus de bruits. Il nous rapproche aussi et ce blog en est la preuve.
          Le patriotisme est et restera toujours un instrument de scission et les débats auxquels nous assistons régulièrement sur nos médias en sont la preuve. Qui a t-il de plus bête que de croire ou d’utiliser un évènement comme “Roseta” pour imaginer rassembler les peuples ? Le débat entre Zemmour et Domenach n’apporte pas grand chose mais peut-être fera t-il prendre conscience de cette bêtise…

          J’ai toujours été étranger à la notion de patriotisme car je n’arrive pas au plus profond de moi à faire une différence de l’être entre un indien, un chinois, un américain et moi. La seule chose qui me sépare d’eux est que je ne suis pas né au même endroit et que mon environnement m’a forgé de façon différente. Mais au fond de moi, suis-je si différent ?

            +7

          Alerter
          • Paola44 // 18.11.2014 à 18h22

            Moi aussi le patriotisme ça me sort par les oreilles. Être fier d’être français, pour moi ça revient à être fier d’avoir les yeux bleus ou noirs. Je suis soulagée d’être née française, dans la mesure où c’est largement plus confortable que d’être, au hasard, née palestinienne, yéménite ou… ukrainienne. Je prends acte de l’histoire de mon pays, de ses faits glorieux ou barbares, pourquoi en serais-je fière? Ils ne sont pas de mon fait. Je n’aime pas spécialement mon pays, je ne le déteste pas non plus, j’y suis née, je fais avec, comme avec mes yeux bleus – ou noirs, qui ne sont ni mieux ni moins bien que des yeux marrons ou verts. Donc stop aux patriotismes, aux nationalistes, aux chauvinismes! On est tous des gens…

            J’en ai aussi un peu marre de ces éternelles références à de Gaulle, et marre de ce bourrage de crâne avec le terme de “Grrrande Nâtion”, qui n’est pas plus grande que bien d’autres, et pourquoi le serait-elle? Ce n’est pas un concours, quand même! Il était sans doute très bien, de Gaulle, mais il ÉTAIT! Il avait raison sur plusieurs points, mais il AVAIT! Vous avez vu les verbes là? Ils sont au passé, cela veut dire qu’il faudrait peut-être trouver d’autres concepts pour la France de maintenant, qui n’a plus grand-chose à voir avec celle de de Gaulle.

              +8

            Alerter
            • liv // 18.11.2014 à 20h49

              Ce monde a impérativement besoin d’un éveil des consciences, au plus profond de l’être. C’est la cause de toutes les causes.

                +3

              Alerter
            • languedoc 30 // 19.11.2014 à 01h11

              Si votre pays est attaqué vous faites quoi, vous laissez faire, vous ouvrez les bras aux envahisseurs, comme nous l’avons fait lors de la dernière guerre mondiale? En quoi aimez son pays, son histoire, sa culture, sa langue et faire tout pour les défendre quand ils sont menacés serait condamnable? C’est ça le patriotisme, à ne pas confondre avec le nationalisme.

                +2

              Alerter
            • christiangedeon // 19.11.2014 à 10h35

              “je n’aime pas spécialement mon pays”….tout est dit. çà fait un peur de lire des choses pareilles. En fait,çà pose une question existentielle.les yeux marrons ou verts n’ont rein à voir là dedans. Mais le sentiment d’appartenir à une communauté de destin,si. D’être relié à une histoire et à un terroir,aussi. Non,nous ne sommes pas simplement des “gens” fongibles et miscibles. Nous sommes des Français.Nous avons une histoire,un territoire,un drapeau,des valeurs et une culture commun…C’est un BIEN commun,au sens étymologique du terme.Lier patriotisme et chauvinisme n’ a aucun sens. D’ailleurs,j’aimerais bien que quelqu’un me donne une vraie définition de chauvinisme…Quand je soutiens mon équipe de rugby de préférence à celle des adversaires du jour,suis je chauvin? Si on va dans ce genre de raisonnement et qu’on dit nous ne sommes que des gens…. nous n’allons nulle part. Nous ne sommes pas des plantes hydroponiques,n’est ce pas? mais cette attitude est tellement caractéristique d’une certaine “philosophie ” du néant. Stilicon est mort désespéré de voir que les Romains ne défendaient plus Rome,Odoacre a fait ce qu’il a pu avant de “se mettre à son compte”.Il est très paradoxal que ce soit des Français d’adoption qui rappellent quelquefois aux Français “de souche ” désabusés( de moins en moins nombreux,heureusement,les désabusés) qu’être Français est un privilège et un honneur. Que notre Patrie mérité d’être honorée en tant que telle. Pour ce qui me concerne,je n’éprouve nulle honte pseudo mondialiste à dire haut et fort…Vive la France ! Au Thébain qui disait au roi de Sparte,mes concitoyens m’appellent l’ami des Spartiates,le roi répondit,ce qui serait bien Thébain,ce serait que tes concitoyens t’appellent l’ami de Thèbes! Qu’on se le dise.

                +7

              Alerter
            • Vincent // 19.11.2014 à 12h23

              Quelle compilation d’hideux sophismes.

              Maintenant on se donne bonne conscience en se vantant de ne pas aimer…

              Être fier d’être Français ne peut pas être comparé à être fier d’avoir les yeux bleus. Il n’y a pas de communauté des yeux bleus, il y a une communauté française. Il n’y a pas de réalisations communes, de culture, d’histoire, de joies et de de peines des porteurs d’yeux bleus. Pour les Français si.

              Dire “Je n’aime pas spécialement mon pays, je ne le déteste pas non plus, j’y suis née, je fais avec, comme avec mes yeux bleus – ou noirs, qui ne sont ni mieux ni moins bien que des yeux marrons ou verts.”,
              c’est comme dire “Je n’aime pas spécialement ma famille, je ne la déteste pas non plus, j’y suis née, je fais avec, comme avec mes yeux bleus, […]”

              Être fier de son pays ne veut pas dire dénigrer les autres (encore un sophisme). Je suis d’origine franco-espagnole, mais né en France je me considère être plus l’héritier de la France. Je suis fier des réussites de la France (littérature, contribution à l’histoire intellectuelle, art de vivre, Art, etc.). Mais j’aime beaucoup l’Espagne, comme j’aime (mais sans avoir autant d’affinité) l’Italie, l’Irlande et la Suisse.

                +3

              Alerter
            • Paola44 // 19.11.2014 à 15h40

              Désolée Vincent, je persiste et signe, je n’aime pas spécialement mon pays, je le dis simplement, je ne m’en vante pas! Je ne vois pas où est l'”hideux sophisme”, et votre comparaison avec la famille ne tient pas debout. J’aime mes parents parce qu’il m’ont donné de l’amour, mon conjoint parce que je l’ai choisi, mes enfants parce que je les ai faits et élevés, mes amis parce que leur contact me réjouit et m’enrichit. Je fonctionne en liens humains et non pas en communauté de nationalité. Aimez-vous le type d’en face, un salaud fini, parce qu’il a le même passeport que vous?
              Je déteste toute forme de cocorico, au contraire de Christiangedeon, je ne pense pas qu’être français soit un privilège, encore moins un honneur. C’est peut-être parce que j’ai vécu pas mal d’années à l’étranger. Cela m’a donné l’occasion de relativiser l’importance et la spécificité d’une patrie. Je suis de par ma naissance dans la communauté France, mais je ne me sens pas liée à elle, je suis libre. Pour moi il y a avant tout des gens. N’y voyez aucune agressivité.

                +1

              Alerter
            • Laurent // 19.11.2014 à 16h29

              Bonjour Paola,

              Je comprends votre point de vue mais il me semble quand même que vous confondez plusieurs choses.

              Quand vous dites: “J’aime mes parents parce qu’ils m’ont donné de l’amour, mon conjoint parce que je l’ai choisi, mes enfants parce que je les ai faits et élevés, mes amis parce que leur contact me réjouit et m’enrichit”, vous semblez oublier que la possibilité même que ces choses-là adviennent découle de l’existence d’une communauté qui protège et permet à ces sentiments de s’épanouir. Vos parents en outre ne vous ont pas donné que de l’amour, mais un socle de savoirs, de références et de tendances cultures « françaises », qui ne sont pas les mêmes que celles données par des parents japonais ou turcs par exemple.

              La question n’est pas non plus “d’aimer le type d’en face, un salaud fini, parce qu’il a le même passeport que vous” mais de reconnaitre simplement une affinité culturelle d’origine (l’exemple de l’éternel « salaud fini », tueur de vieilles et pédophile me semble par ailleurs un peu daté)

              Vous dites enfin :

              “Je déteste toute forme de cocorico, au contraire de Christiangedeon, je ne pense pas qu’être français soit un privilège, encore moins un honneur. C’est peut-être parce que j’ai vécu pas mal d’années à l’étranger. Cela m’a donné l’occasion de relativiser l’importance et la spécificité d’une patrie. Je suis de par ma naissance dans la communauté France, mais je ne me sens pas liée à elle, je suis libre.”

              Je trouve cela un peu méprisant. Ce n’est pas parce que vous avez la chance de pouvoir voyager à l’étranger que vous ne devez pas vous sentir, à minima, redevable de ce que votre pays vous a apporté (au niveau de l’éducation, des soins, des services publics, de la stabilité, de la possibilité de nouer des relations amicales…), sauf à légitimer alors toutes les dérives qu’on constate aujourd’hui, de l’exil fiscal au France Bashing.

              Oui, vous appartenez d’une certaine manière à la France comme la France vous appartient,
              Non, une société (l’Europe même, dont on parle beaucoup sur ce site) n’est pas un simple agglomérat d’individus occupés à s’aimer ou à nouer des relations d’amitié, fussent-elles enrichissantes.

              Amicalement

                +6

              Alerter
            • Paola44 // 19.11.2014 à 20h27

              Merci Laurent pour votre commentaire constructif.
              J’ai déjà dit que je suis plutôt soulagée d’être née française. Mais la France n’est pas le seul pays à donner à ses citoyens des possibilités d’exister et de se développer, heureusement. C’est d’ailleurs ce que tout être humain est en droit d’attendre du pays où il naît. Les pays pauvres qui ne donnent pas cela à leurs citoyens ne sont souvent pas moins aimés d’eux. Je ne suis donc pas sûre que cela ait un rapport. Je suis reconnaissante à mes professeurs, à tous ceux qui par le passé ont combattu pour de justes causes, pour des progrès, mais à la France avec un grand F… C’est qui?

              Vous avez raison, j’ai un évidemment un socle de références et une culture française, à commencer par la langue, mais je me garderais bien de les placer sur une échelle de valeurs par rapport à d’autres. Je suis française avec évidence, comme d’autres sont égyptiens ou croates, pas de quoi en faire un plat.
              Bien sûr je ne pensais pas, ni ne souhaitais être méprisante en aucune façon, même si, c’est vrai, je trouve qu’on a en France un peu trop tendance à avoir “la tête dans le guidon” et à se rengorger sans regarder ailleurs. Mais c’est peut-être moi qui ait la tête près du bonnet, puisque je n’arrive pas à projeter grand-chose de positif sur un terme comme “patrie” ou “fierté nationale”.
              Pour terminer sur une note plus actuelle, il me semble que notre gouvernement présent n’est pas précisément en train de protéger ses citoyens, ni sur le plan national, ni sur le plan international… C’est eux la France?
              Bien à vous,

                +1

              Alerter
            • laurent // 19.11.2014 à 21h03

              Je suis d’accord, la France avec un grand F est difficile à saisir. Disons plutot qu’il y a “des” France, ce qui nous permettrait de retomber sur nos pieds!

              Je suis d’accord avec vous sur le fait de ne pas établir d’échelle de valeurs.

              Je pense aussi qu’une société fière d’elle-même et de sa culture est d’autant plus ouverte et accueillante aux autres, qu’ils soient de passage ou présents plus longtemps. Ce n’est malheureusement pas le chemin que nous prenons.

              Enfin, notre gouvernement actuel représente et protège bien mal ses concitoyens, c’est clair.

                +1

              Alerter
            • Paola44 // 19.11.2014 à 22h22

              Comme quoi avec un peu de tolérance, de bonne volonté, d’écoute, en échangeant sereinement, on peut toujours trouver des terrains d’entente. Mais ça c’est une chose que nos dirigeants s’obstinent à ignorer…

                +0

              Alerter
            • Vincent // 20.11.2014 à 11h32

              Paola,

              Sans doute avons nous eu une éducation différente, qui expliquerait que le pays dans lequel vous êtes née et avez grandi vous laisse indifférente.
              Peut-être aussi avez vous été investie dans un cadre militant qui vous a conditionnée à être internationaliste et donc à considérer les frontières comme forcément artificielles et sources de conflit.
              Peut être, également, êtes vous d’une génération qui a vécu d’extrêmes tentions liées à l’idée de nation, ou à d’autres manières de séparer l’humanité en camps antagonistes.

              Pour ma part, j’ai l’intuition (pas de chiffres ni de preuve) que la quasi totalité de l’humanité a un attachement à son pays depuis toujours, de manière instinctive, c’est à dire non rationnelle (ce qui ne veut pas dire absurde ou déraisonnable).
              Ni ma famille, ni l’école ne m’ont conditionné à aimer la France. L’aimer a toujours été une évidence pour moi, comme à presque tout le monde, même si je ne trouve pas glorieuse toute son histoire.

              S je suis persuadé que votre discours est plein de sophismes* ce n’est pas que je pense que vous êtes malhonnête. Sans doute y croyez-vous (d’ailleurs, ils vous ont sans doute été inculqués).

              De même que vous aimez vos parents parce qu’ils vous ont aimé, vous devriez aimer votre communauté nationale parce qu’elle vous aime. Concrètement, par le sacrifice de chacun pour permettre l’épanouissement de tous (instruction, services de santé, ordre public, protection sociale). La France et ses institutions ne seront plus aimable si un jours il y règne l’anarchie la plus totale. Il n’en restera pas moins un héritage qu’on pourra toujours aimer : la langue, des beaux exemples de vies, des idées qui éclairent sur l’humanité. La France n’a pas de monopole dans ces domaine, mais c’est de ceux là qu’on a hérité et vis à vis desquels nous nous devons d’être reconnaissants.
              Il ne s’agit pas de classifier, faire des hiérarchies de cultures, mépriser le reste de l’humanité. Il s’agit juste d’être reconnaissant.

              Essayez ne ne plus détester les cocoricos, mais de les comprendre (quitte à dénoncer les cocoricos ridicules, il y en a). Dépassez vos haines instinctives (ce n’est qu’un conseil, venant d’un petit jeunot de trentenaire, faites en ce que vous voulez).
              En réalité, s’il existe des comportements sectaires vis à vis de la nation, il y en a également contre celles-ci. Et elles me paraissent encore plus inhumaines.

              ______________________________________________________
              * exemples de sophismes :
              – être français est accidentel, tout comme avoir des yeux bleus. Donc je n’ai pas à être plus attaché à la France et aux Français qu’aux être humains ayant des yeux bleus et qu’à une éventuelle communauté des yeux bleus.
              – être français c’est avoir le passeport français. Hors mon voisin qui est un connard a un passeport français. Vu que je ne dois pas aimer le connard de voisin, je ne dois pas m’attacher au fait qu’il a le même passeport que moi. Et donc sur le fait qu’il soit français.
              – on est tous des être humains. C’est plus important que d’avoir une nationalité. Donc le patriotisme, le chauvinisme, la nationalisme sont des choses stupides.
              – être fier de sa nation c’est être fier d’actions commises par d’autres, actions auxquelles je n’ai pas participé. C’est donc s’octroyer un mérite qui n’est pas le mien. C’est donc ridicule.
              – être fier de sa nation c’est supposer que ceux qui ne sont pas de ma nation ne peuvent pas en être fier. C’est donc se croire supérieur aux autres.

              Chacun de ces sophisme a sa logique propre qui peut être démontée. Mais c’est trop long pour un commentaire et un peu éloigné de l’article. Je m’abstiendrai donc 😉

                +2

              Alerter
            • Paola44 // 20.11.2014 à 15h21

              Merci Vincent de vous être davantage expliqué. Vous utilisez des mots violents: stupide, ridicule, que je n’ai moi-même pas employés. C’est vrai que je me suis laissée aller à “détester toute forme de cocorico”. Mais je n’ai jamais dit que je détestais la France.
              J’ai eu une enfance heureuse dans une famille française bourgeoise classique, contre laquelle je ne me suis pas rebellée. J’ai eu la chance à l’adolescence de participer à plusieurs échanges scolaires avec l’Angleterre et l’Allemagne, ce qui m’a permis de constater très jeune que l’herbe est tout aussi verte ailleurs. Y voyez-vous un endoctrinement quelconque? Il n’y a là aucune “haine instinctive”, d’où sortez-vous cette idée saugrenue?

              Ce n’est pas parce que “la quasi-totalité des gens” aime son pays comme ça, spontanément, (alors là pour le coup, pas d’endoctrinement du tout, hein) que cela est juste et obligatoire.
              Je vous cite:
              “De même que vous aimez vos parents parce qu’ils vous ont aimé, vous devriez aimer votre communauté nationale parce qu’elle vous aime. Concrètement, par le sacrifice de chacun pour permettre l’épanouissement de tous (instruction, services de santé, ordre public, protection sociale).”
              En raccourci, la sécu serait donc une preuve de l’amour que mon pays a pour moi! Alors là comme sophisme, ça se pose là!
              Tout pays quel qu’il soit a intérêt à ce que sa population soit éduquée et en bonne santé. Il y a là un intérêt bien compris des gouvernements. Où y voyez-vous de l’amour? Vous personnalisez à outrance, il s’agit de systèmes, mis en place par les gouvernements, qui fonctionnent plus ou moins bien, voilà tout. La sécu est un bon système (quoique légèrement déficitaire, hum, hum.)
              Il est contradictoire que vous cherchiez à être logique, alors qu’au fond il n’est chez vous question que de sentiments.

              De deux choses l’une:
              – Soit je dis que je suis fier de mon pays, je pense que c’est formidable d’être français et que la France est un pays exceptionnel. Je place donc la France sur un piédestal, et là il est clair que les autres sont en-dessous, il y a une évidente mauvaise foi à vouloir prouver le contraire. C’est une attitude que je réprouve.
              – Soit je dis que je suis né en France, et là j’ai l’option de trouver que c’est comme ça, ni mal ni bien (c’est mon cas), ou bien de trouver ça bien et d’aimer ce pays, comme “la quasi-totalité des gens”, puisque vous le dites, ou bien de trouver cela épouvantable et de vouloir poser des bombes partout, mais là n’est pas mon propos.

              Vous voyez bien que nous sommes dans le registre affectif, or l’amour ne se commande pas! Je n’ai aucune antipathie pour mon pays, mais il est vrai que je ne ressens rien devant le drapeau bleu-blanc-rouge, que la grandiloquence de la Marseillaise m’énerve, que ses paroles me semblent déplacées. Je ne vois pas ce qu’il y a d’inhumain là-dedans! Un peu de tolérance, que diable! Cela ne m’empêche pas d’être une bonne citoyenne, de payer mes impôts et de souhaiter que tout aille bien, en France et ailleurs. (En parlant d’ailleurs: le “God bless America”, ça me pompe l’air aussi, ce truc. Pourquoi, si Dieu existe, devrait-il bénir les Américains seulement? Vous voyez, il n’y a pas que les cocoricos qui m’énervent.)
              Cordialement,

                +0

              Alerter
            • Vincent // 20.11.2014 à 18h04

              Paola, je reconnais m’être un peu emporté, avoir fait des hypothèses psychologiques un peu fumeuses.
              Je ne pense pas avoir déformé votre propos. Je ne vous fais pas dire que vous détestiez la France et que vous la poursuiviez d’une haine instinctive. Je faisais bien référence à “Je déteste toute forme de cocorico”, c’est à dire dans le contexte les “patriotismes, nationalistes, chauvinismes”. Je trouve ça triste de détester quelque chose qu’on ne comprend pas.

              Par contre, la manière dont vous cherchez à tourner en dérision la notion de reconnaissance vis à vis de la communauté nationale qui nous a vu naître et au sein de laquelle nous avons grandi me laisse pantois.
              Ça ne se limite pas à une sorte de reconnaissance absurde pour un système se sécu bancal mis en place par des gouvernements.

              Vous pensez que je personnifie un pays parce que je parle d’amour d’une nation pour ses membres. Non, je parle du don volontaire de soi de chaque membre d’un peuple pour ses semblables, ses voisins, ceux qui forment la communauté nationale, pour que ses enfants, les enfants de ses voisins vivent mieux, dans la dignité, sans violence barbare.
              Si vous ne voyez dans la vie en société voyez qu’un mécanisme froid, dont le moteur et les rouages sont totalement impersonnels, tant pis pour vous, mais ne me reprochez pas d’essayer de vous ouvrir les yeux sur le fait que beaucoup on fait ça (et le font toujours) par amour (virtuel, imparfait, certes) pour son prochain. Si vous n’y voyez qu’une somme d’égoïsmes individuels, n’ouvrez pas seulement les yeux mais également votre cœur. Bien entendu il ne s’agit pas d’obligation, je n’en ai ni l’intention ni la volonté. L’amour ça ne se commande pas…
              Mais on ne peut aimer que ce que l’on connait. Si on refuse de connaître ce qu’est qu’une nation on ne pourra jamais l’aimer.

              En vous répondant, sans vouloir vous offenser (je vous crois quand vous dites aimer vos proches), je ne peut pas m’empêcher de faire un parallèle avec la psychiatrie : il existe des personnes qui ne ressentent aucune émotion. C’est à la fois triste et dangereux.
              En général lorsqu’on recherche les causes de ces symptômes, il s’agit de personnes ayant été négligées par leurs parents : http://fr.wikipedia.org/wiki/Psychopathie#Environnement
              Sans doute que votre absence de sentiment vis à vis de la communauté nationale est amenée à être partagée par de plus en plus de citoyens vue l’absence de recherche du bien commun de nos élites.

                +0

              Alerter
            • Vincent // 20.11.2014 à 18h06

              Et encore une fois être fier de son pays ce n’est pas mépriser les autres. Tout comme être fier de ses parents ou de ses enfants ce n’est pas les mettre sur un piédestal “et là il est clair que les autres sont en-dessous”.

                +1

              Alerter
            • Paola44 // 20.11.2014 à 23h35

              Mais enfin Vincent, vous êtes extraordinaire! Vous commencez votre message en reconnaissant avoir fait à mon sujet des “hypothèses psychologiques un peu fumeuses”, et vous le terminez en insinuant que je suis peut-être psychopathe! Vous y allez un peu fort, non? Vous savez que certains régimes politiques – non, pas notre douce France – utilisent cette technique pour réduire à néant leurs opposants? Vous ne pensez pas comme moi, donc vous pourriez bien être folle, c’est quand même un peu ça que vous me dites?

              Rassurez-vous, j’ai toutes les émotions nécessaires. C’est vrai que je suis individualiste, ce qui ne veut pas dire égoïste, j’aime aussi travailler avec d’autres et je suis capable de m’investir dans quelque chose de parfaitement désintéressé, une association par exemple, et… j’ai du mal à prendre certaines choses au sérieux.

              Il me semble que vous mélangez les choses. Qu’est-ce qu’une vie harmonieuse en société a à voir avec la France? Elle est dans tous les pays, la vie en société. Où qu’on soit, on peut et on doit contribuer à la rendre plus harmonieuse “pour que ses enfants, les enfants de ses voisins vivent mieux, dans la dignité, sans violence barbare,” je vous cite.
              Que les gens s’entr’aident dans leur rue, dans leur quartier, me semble normal et souhaitable. J’irai aider les habitants de mon village touchés par une inondation. Mais si ils sont à l’autre bout de la France, j’aurai pour eux autant de compassion que pour les milliers d’Indiens si souvent touchés par le même fléau. Pour moi, cette France qui, d’après vous, m’aime, est une entité abstraite. Je ne peux donc ni l’aimer ni lui être reconnaissante de quoi que ce soit.
              Cela vous étonnera sans doute, mais je pense avoir une certaine rigueur morale, et le sens de la justice. Dans une compétition sportive, je ne souhaite pas que la France gagne, je souhaite que le meilleur gagne. Qu’allez-vous me trouver comme nouvelle maladie mentale maintenant?
              Cordialement,

                +0

              Alerter
            • Vincent // 21.11.2014 à 11h01

              Pour la psychopathie, ce n’était qu’un parallèle entre ce qui fait des psychopathes (problème de reconnaissance familial) et ce qui fait des individualistes n’ayant aucun attachement à leur pays (problème de reconnaissance au niveau de la société). Je ne vous considère pas psychopathe (rien ne me pousse à penser que vous l’êtes). Ce sont vos propres mots* qui m’ont fait penser à ce parallèle.

              Le patriotisme, le nationalisme et l’amour de son pays ne sont pas une exclusivité française. Bien entendu je trouve ça normal qu’un Espagnol, un Marocain, un Tibétain, un Russe, qu’un membre d’une quelconque nation (qu’il ne faut pas confondre avec un État) aime sa patrie, sa nation, son pays. Aimer quelque chose ne veut en aucun cas mépriser le reste.

              Vous aideriez en priorité les habitants de votre village plutôt que les habitants d’un village éloigné, très bien. C’est sans doute que vous aimez votre village, vous vous sentez impliquées dans sa sauvegarde (continuité de sa vie) et dans celle de ses habitants (que vous aimez en tant qu’habitants du village, quand bien même vous ne les connaissez pas personnellement).

              C’est exactement la même chose pour les nations. J’aiderais plus volontiers mon pays s’il lui arrive malheur, et les habitants de mon pays que ceux d’un pays très éloigné (dans la mesure où c’est juste de les aider, bien sûr).

              La France n’est pas qu’un cadre administratif, une entité abstraite. C’est encore moins un gouvernement donné. C’est véritablement une nation, ayant une histoire datant de la fin du IVeme siècle après Jésus Christ, une culture variée mais homogène, ayant connu beaucoup de formes d’organisation de société mais avec une permanence d’identité.
              Ce n’est pas un État artificiel dissocié de toute nation, comme il peut en exister quelques uns a travers le monde.

              C’est la même chose de beaucoup d’autres pays à travers le monde, pour lequel ne patriotisme et le nationalisme équilibrés ne me semblent pas malsains.
              Tout comme votre village qui a un nom, une histoire, des frontières, des réalisations, des joies communes et des peines communes.
              ______________________________________________________
              * exemples :
              “Je n’aime pas spécialement mon pays, je ne le déteste pas non plus, j’y suis née, je fais avec, comme avec mes yeux bleus”
              “Je suis de par ma naissance dans la communauté France, mais je ne me sens pas liée à elle, je suis libre.”

                +0

              Alerter
            • Paola44 // 21.11.2014 à 16h56

              Vincent, je m’avoue battue, le concept de nation n’arrive pas à se frayer un chemin jusqu’à mon cerveau obtus.
              Pour moi il y a des pays, aux frontières variables et arbitraires, établies par une suite de conflits tout aussi arbitraires et barbares (j’aggrave mon cas en me déclarant antimilitariste, souhaitant a minima la neutralité de la France et pensant comme Michel Collon qu’on ne meurt pas pour sa patrie, mais pour des industriels).
              Des pays, donc, dont les gouvernements successifs ont mis en place des systèmes sociétaux plus ou moins justes et performants, et pondu des tonnes de lois servant leur intérêts parfois évidents, parfois obscurs (la réforme territoriale en est un exemple récent, où est l’intérêt du peuple là-dedans?)
              Les hasards de la vie font que l’on naît dans un pays, ce qui vous confère une identité, qu’il n’est à mon avis nul besoin de revendiquer, et un passeport, qui est un morceau de papier.
              Le génie et l’art étant pour moi universels, je mets ex-aequo Molière, Bach et Michel-Ange, pour ne citer qu’eux.
              Je n’ai pas dit qu’être patriote conduit à mépriser ou à dénigrer les autres, vous déformez ma pensée. Je dis que si vous placez votre pays en premier, les autres sont forcément derrière, vous créez donc une échelle de valeurs. Libre à vous, pour moi, cela ne va pas.
              Donc non merci, sans façons, je ne goûterai pas aux concepts de fierté nationale ou d’amour de la patrie que vous partagez avec (tant?) d’autres. Vous me direz que je ne sais pas ce que je perds, mais tant pis, je vous les laisse volontiers, ça en fera plus pour les autres (voyez comme je suis altruiste:)
              Cela m’a fait plaisir d’échanger avec vous.

                +0

              Alerter
            • Vincent // 21.11.2014 à 18h29

              Le plaisir est partagé 🙂
              Sur le sujet de la guerre, je dirais plutôt que nous lors des guerres nous mourrons pour la patrie souvent à cause d’industriels et de financiers (au moins depuis la période moderne). Et qu’une fois la guerre terminée ce sont les seuls qui s’en sortent plus riches.
              Mais si on n’accepte pas d’affronter la mort, rien ne nous garantie la vie et on se résigne à disparaître, à accepter pour nos proches et enfants un nouvel ordre des choses encore plus injuste et finalement à abandonner nos projets les plus légitimes au profit de ceux issus de la violence de l’adversaire.

              Je n’aime pas la guerre, mes grand parents m’en ont dégouté par leurs récits. Mais je sais que je ne me défilerais pas si je dois mettre en péril ma vie pour transmettre le peu dont j’ai hérité de mon pays.

                +0

              Alerter
      • boduos // 18.11.2014 à 17h09

        une Nation ne peut être une construction intellectuelle ,hors sol .La Nation est faite de racines puisant dans le passé pour se nourrir ,de passé culturel,d’une langue,de liens historiques ,de sacrifices communs face aux agressions exterieures ,d’un mode de vie partagé et surtout d’un projet commun porté par un chef visionnaire et aimant son peuple.
        ce chef peut être incarné par une coalition populaire respectueuse de chacun et des minorités.Mais ce ne peut être des minorités dites éclairées qui décident.
        Or la construction européenne représente une diversité de destins ,d’intérêts contradictoires (demandez à Merkel ,aux Grecs,aux Français ce qui les intéresse) de visions géopolitiques divergentes….soit autant d’antagonismes ne permettant pas l’émergence d’une Nation.
        la concurrence entre pays d’Europe est redoutable et avec une nation prédatrice comme l’Allemagne en son cœur ,c’est illusoire d’espérer un jour une nation européenne à moyen terme( à long terme ,il faudrait marier beaucoup de frauleins pour y parvenir.
        mutualiser certains moyens (achat d’énergie,écologie transfrontalière…recherche si les retombées de cette recherche ne sont pas captées par le plus vorace..) c’est possible.
        Ce ne pourrait être qu’après des décennies de coopération fructueuse et respectueuse,bien bordée,qu’après des décennies d’échanges humains et d’une culture commune tirée vers le haut,ayant pris le meilleur de chaque peuple qu’on pourra envisager l’ébauche d’une Nation européenne.
        Le moins qu’on puisse dire,c’est qu’à ce jour on met la charrue avant les bœufs.

          +5

        Alerter
      • AUSEUR Robert // 19.11.2014 à 01h38

        “On appelle cela, transfert de souveraineté.” La renonciation à l’application d’un résultat d’un référendum National : pour ou contre l’entrée dans une Europe …….? Pas prête à être reconnue de ce fait , comme une Nation !

          +0

        Alerter
    • aspikbardamu // 18.11.2014 à 12h06

      Le nationalisme ne se définit pas par rapport à un ennemi,
      C’est par extension du concept de nation, celle-ci a été et est la taille critique et je dirai maximale d’une communauté humaine et géographique, un socle commun qui permet de vivre, se defendre, evoluer, prosperer.

        +5

      Alerter
      • Vincent // 19.11.2014 à 14h19

        100% d’accord ! Peut être que les détracteurs du concept de nation font une confusion (volontaire ou non) avec la notion du Politique chez Carl Schmitt.

          +2

        Alerter
    • philippe // 18.11.2014 à 20h07

      Il est erroné de concevoir le nationalisme comme une doctrine reposant sur un principe d’hostilité. La nationalisme est d’abord une réparation, une réponse collective à une blessure infligée au groupe.

      Un nationalisme bien compris développe l’amour des siens et la fierté de son identité. Il restaure l’estime du sujet de la communauté en rétablissant la grandeur de la nation. Inutile de s’inventer des ennemis pour cela.

      C’est d’avantage la volonté de dominer et de s’approprier le bien d’autrui, précisément par compensation narcissique, qui a conduit les dirigeant européens à jeter leur peuple dans une succession de guerres plus horribles les unes que les autres.

      L’exacerbation des nationalismes apparaît d’avantage comme une conséquence, un moyen de mobiliser les masses, que comme une cause.

      Hélas, je pense que c’est encore le cas en Ukraine. De nobles sentiments sont utilisés et subvertis à des fins ignobles.

        +4

      Alerter
  • skio // 18.11.2014 à 07h58

    Il est étonnant de voir à quel point le fanatisme idéologique de

    L’oligarchie européiste , utilise toute forme médiatique

    Dans un but de propagande , alors que ses échecs successifs depuis

    30ans en font un concept à l’agonie.

    Il est en clair en suivant cette vidéo, que les européistes sont prêts

    À tout sacrifier à leur idéologie :

    Leur pays , son économie, ses travailleurs, sa monnaie , ses hôpitaux,

    Ses écoles , la recherche , la culture, l’armée, la diplomatie.

    Cela génère un nombre d’abandons considérables vis-à-vis d’une chimère qui n’a aucune légitimité depuis 2005.
    Quelques soient ceux qui adhèrent à une telle idéologie (individus, journaleux , politiques, économistes, etc….) sont des francophobes
    Se cachant derrière des mots de propagandes appris et annonés .
    De plus pour conforter leur discours idéologique , ils ont reniés
    Devant le peuple , les droits de l’homme , et le principe de la souveraineté nationale inscrits dans le préambule de la constitution de 58.
    Art 3 : le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation , nul corps , nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane
    Expressément.

    Ce qui exclue toutes compétences européennes , de ce fait incompatibles

    Avec la constitution , et l’art 3 .

    Jusqu’à quant allons nous tolérer cette apparence de démocratie ?

      +22

    Alerter
  • BA // 18.11.2014 à 08h12

    Nicolas Domenach est un privilégié.

    Voilà.

    Quand on a dit ça, on a tout dit.

    Nicolas Domenach défend la construction européenne car la construction européenne est une construction de privilégiés, faite par des privilégiés, pour des privilégiés.

    De même, dans les années 1780, il existait des privilégiés, qui continuaient à s’enrichir pendant que tous les autres s’appauvrissaient. A l’époque, les privilégiés, c’était l’aristocratie et le clergé.

    Nicolas Domenach est une incarnation de la nouvelle aristocratie. Et donc il défend le système qui profite à Nicolas Domenach.

    Normal.

    Le tout petit problème, c’est que ce système européiste appauvrit les classes populaires et les classes moyennes.

    Mais ça, Nicolas Domenach n’en a rien à foutre.

    La nouvelle aristocratie a raison de profiter du système européiste. Profitez-en, les gars. Profitez-en bien : ça ne durera pas.

    La nouvelle aristocratie subira le sort de l’ancienne aristocratie.

      +22

    Alerter
    • christiangedeon // 19.11.2014 à 11h08

      Oups… c’est en petite partie vrai..;en grande partie faux,je crains.La Révolution Française a essentiellement profité aux “bourgeois “…vous savez,l’aristocratie ne pesait plus d’un bien grand poids en ce temps là… la Royauté l’avait réduite à quia,notamment sous Louis le quatorzième…assez bizarrement, c’est la destruction (parfois justifiée ) d’une aristocratie frondeuse,qui a permis la réussite de la révolution.En ce sens ,nous pouvons ,sans crainte de nous tromper,dire que Louis XI,Louis XIII, Louis XIV,Richelieu et Mazarin ont été,sans le vouloir, les meilleurs alliés de la Révolution. s’ils n’avaient pas détruit la puissance militaire et politique de l’aristocratie pour édifier l’Etat de France,la révolution n’eut peut être jamais eu lieu…la France a été très “libérale ” au sens ancien du terme sous le Quinzième et le Seizième..elle était même devenue une sacrée pétaudière…La royauté en a été bien mal récompensée,puisqu’on lui a coupé la tête. Et institué l’Etat bourgeois ultralibéral sous le régime duquel nous vivons de plus en plus. je sais bien,cette vision est hors du temps….mais regardez bien. Qui a récupéré les biens du clergé et des aristocrates,sinon une infime classe d’affairistes qui a racheté les “biens nationaux ” si mal nommés?! L’ultralibéralisme a commencé avec la chute des Bourbons. Et leur faiblesse sous le Quinzième,avec M.Law..là aussi,la France a été précurseur…La City et Wall Street n’ont rien inventé…les subprimes,c’était nous,les prems! sacrée France,toujours en vance sur son temps!

        +0

      Alerter
      • Vincent // 19.11.2014 à 14h25

        Ici il est moins question du poids que pesait l’aristocratie ou le clergé dans l’ancien Régime finissant, que de “classe” parasite, inutile, profitant de tout et sans effort.

        Ceci dit vous avez raison de relativiser, il y avait énormément de disparité dans l’aristocratie comme dans le clergé, des riches comme des pauvres.
        C’est amusant de voir l’enthousiasme pour le mythe de la révolution de 1789, mais il faut avoir une approche moins romantique et plus historique (et donc un peu critique) sur cette période.

          +0

        Alerter
  • Resolix // 18.11.2014 à 08h27

    Donc Domenach est contre le nationalisme français, mais pour le nationalisme européen ? Ce ne sont pas les contradictions qui l’étouffent.

      +13

    Alerter
    • DUGUESGLIN // 18.11.2014 à 09h08

      C’est tout à fait ça. Le nationalisme en France est condamnable, il est même associé à l’extrême droite, (dont personne ne donne de définition précise) mais le nationalisme européen qui donne le pouvoir aux bureaucrates, technocrates qui imposent leur dictature, n’est pas d’extrême droite.
      Cela est fatigant que sans cesse “on” nous désigne les bons et les méchants.
      Cette dictature intellectuelle est lassante elle a pour but de nous aliéner et nous empêcher de nous déterminer. Revendiquer une appartenance déclenche l’anathème magique d’extrémiste de droite “rappelant les plus sombres moments de notre histoire”, selon la formule incantatoire consacrée.
      c’est tellement énorme que ça marche, mais de moins en moins.

        +15

      Alerter
      • lanQou // 18.11.2014 à 13h03

        Ceci est très bien illustré dans la prose médiatique:
        vous prenez n’importe quel média généraliste (ou merdia, ou prestitué, ou médias de masse, mainstream… on se comprend^^)
        et vous faites une recherche: “écosse” ou”catalogne” puis “donbass”
        Dans les premiers cas on parlera en terme chaleureux d’ “indépendantistes” qui organisent des élections. Dans l’autre on parlera avec mépris et dégoût de “séparatistes” qui opèrent un simulacre d’élections illégitimes…
        L’indépendance et le nationalisme c’est donc très acceptable quand on est pro-UE, mais c’est très très vilain quand on est anti-UE et encore pire si on est pro-Russie.
        Dans un cas on récolte les encouragements de toute la presse euro-atlantiste, dans l’autre on récolte mensonges et missiles balistiques…

          +16

        Alerter
    • Zakhar // 18.11.2014 à 09h09

      Domenach est un rigolo gauchiste. Les contradictions ne l’étouffent pas !

        +7

      Alerter
    • anne jordan // 18.11.2014 à 16h07

      mais ‘” ils ” sont TOUS comme ça !
      écoutez le chef d’œuvre d’hypocrisie sur France Cul , justement :
      http://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-la-zemmourisation-de-l-espace-public-2014-11-08

      alors là , nous sommes tous – ou presque visés , nous qui essayons de réfléchir librement , nous sommes zemmourisés à mort , et vous apprendrez que simplement ” discuter avec Michéa ” fait de vous un ” rouge- brun ” haïssable !

        +6

      Alerter
  • Serge // 18.11.2014 à 08h46

    Ah mais c’est vieux cette affaire ! On n’imagine pas tout ce qu’on doit à l’U-Euee …
    Le grand Léonard put finir tranquillement sa vie au Clos Lucé,grâce à une subvention européenne .
    Lully devint le compositeur de la cour du royaume de France,grâce à l’appui de Mario Draghi .
    Leibnitz vint étudier les mathématiques à Paris,auprès du néerlandais Huygens,avec une bourse Erasmus …Il fit ensuite la découverte du calcul infinitésimal ,en s’inspirant du triangle caractéristique de Pascal ,suite à la suggestion d’une sous-commission européenne présidée par Cohn Bendit et Giscard d’Estaing .
    Gràce à une directive européenne ;il entra en relation épistolaire avec le suisse Jean Bernoulli .Ensemble ils purent mettre au point le formalisme de l’analyse,encore usité aujourd’hui .
    Il fut injustement chicanné par Newton,sur la primauté de sa découverte .Mais ça ,c’est la mauvaise foi des anglais qui ne savent toujours pas s’ils vont rester dans l’UE …

      +28

    Alerter
  • Kiwixar // 18.11.2014 à 08h52

    “L’ennemi c’est l’Eurasia” (Russie) pour souder les sujets de l’UE, justifier des lois liberticides, la surveillance généralisée, la misère grandissante (la faute des Russes), la saisie des comptes en banque européen (la faute à Poutine), et la re-militarisation… mais avec une armée européenne, au cas où il faudrait l’utiliser en interne pour mater, euh, libérer les populations et les dissidents.

    L’Organisation de Bruxelles a toutes les caractéristiques du fascisme, même s’il va falloir du temps pour que de nombreuses personnes s’en rendent compte (déni).

    L’avenir est peut-être de (re) passer de l’UE à l’AELE, association européenne de libre-échange (actuellement : Suisse, Islande, Norvège, Liechtenstein) : tous les avantages de l’UE (libre circulation) mais sans les inconvénients (chômage de masse, misère, perte de souverainté, eurocrates, lobbys, etc).
    = http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_europ%C3%A9enne_de_libre-%C3%A9change =

      +26

    Alerter
  • Casquette // 18.11.2014 à 10h02

    S’il y a un domaine ou la coopération internationale ne devrait pas connaitre de frontières c’est bien la conquête spatiale !Pourquoi s’arrêter à l’Europe ?En l’espèce les européistes montrent que leur conception de la coopération est ultra étriquée et déterminée par des considérations géographico-culturelles qui n’ont pas lieu d’être , puisque l’espace n’appartient à aucun pays et n’est peuplé par aucun peuple (enfin jusqu’à preuve du contraire) donc le principe de souveraineté ne s’y applique pas.
    C’est peut être le seul lieu ou l’humanité pourrait faire Une sans que que l’on craigne que les bottes de l’un n’empiètent sur le tapis de l’autre , c’est ce que ne comprennent pas Domenach et ses amis…tout le monde est pour les projets scientifiques communs , sauf que l’UE n’est pas un projet scientifique mais une expérience politique , comme l’euro est une experience monétaire…d’ailleurs si les européistes raisonnaient en scientifiques ils tireraient les conclusions qui simposent (concernant la viabilité de ces 2 expériences).

      +11

    Alerter
    • Vincent // 18.11.2014 à 14h58

      La conquête spatiale n’existe que pour ses enjeux stratégique : économiques, politiques et militaires.
      La conquête spatiale ce sont les satellites d’espionnages, les satellites de télécommunication, les satellites de géolocalisation, les chaines de télévision, et sans doute des armes secrètes (guerre électronique ou autre).

      Les frontières ne sont pas des limites artificielles dont on hérite. Ce sont les limites géographiques qui se font dans le temps pour délimiter les sociétés politiques. Tant qu’il y a divergence politique (pas nécessairement opposition ou conflit) il y a frontière.
      Je ne vois pas pourquoi les divergences disparaîtraient à partir du moment où on sort de l’atmosphère.

        +5

      Alerter
      • Casquette // 18.11.2014 à 17h00

        Mais pas que , grâce à la conquête spatiale nous pouvons utiliser : les couvertures de survie , l’imagerie médicale , l’airbag , les ordinateurs , les matériaux composites qui composent nos habitations , voitures , moyens de communications…
        + de 1600 innovations dérivent des programmes de la NASA uniquement.

        Vous avez raison de rappeler que les frontières ne sont pas que géographiques , qu’il en apparait sans cesse de nouvelles au grès des interêts économiques de chacun , tout l’enjeu est de faire comprendre aux autres gouvernements que dans certains domaines la coopération peut être bénéfique pour tous.Il y aura toujours des satellites développés nationalement mais d’autres programmes (comme les sondes) peuvent échapper aux impératifs purement nationaux.
        Je suis souverainiste donc je ne crois pas au monde des bisounours ou les humains sont tous frères et ou l’économie tend vers un équilibre général mais dans certains cas la coopération inter-étatique est une possibilité et une nécéssité.

          +4

        Alerter
        • Vincent // 19.11.2014 à 14h34

          On est d’accord sur les innovations géniales que nous apportent les programmes liés à la conquête spatiale 😀
          Mais la finalité de ces conquêtes ne sont pas ces innovations.
          Et pour moi tous les humains sont frères. Seulement on est forcément plus proches de certains que d’autres.

            +0

          Alerter
    • ril // 18.11.2014 à 15h19

      Renseignez vous, il existe de nombreux projets scientifiques internationaux incluant l’Europe et des pays extra-européens, comme ITER, le GIEC…

      Là où beaucoup de souverainistes se mettent le doigt dans l’œil, c’est que de nombreux problèmes, comme l’écologie ou les épidémies par exemple, ne peuvent pas se traiter au niveau purement national, qu’il faut donc des instances supranationales pour négocier et coordonner les actions non pas entre 2 pays, mais entre de multiples pays.

        +3

      Alerter
      • Vincent // 18.11.2014 à 16h58

        Je ne vois pas les doigts dans l’œil. Le souverainisme ne veut pas dire l’autisme !

        Bien entendu des pays souverains peuvent se mettre d’accord sur une conduite à tenir, et désigner des responsables d’une action commune sur de nombreux problèmes.
        Il existe de nombreuses problématiques qui n’engagent pas de soumission d’un État à un autre (ou à un groupement d’autres), et heureusement !

        D’ailleurs, en théorie, l’ONU est composée de pays souverains.

          +7

        Alerter
      • Casquette // 18.11.2014 à 17h09

        @Ril

        j’ai jamais vu de souverainistes s’opposer à l’existence du CIRI (centre international de recherche en infectiologie) ou remettre en cause le protocole de Kyoto.
        Des critiques peuvent être formulées contre certaines ONG mais dans ces cas là il faut voir lesquelles.

          +3

        Alerter
        • ril // 18.11.2014 à 17h20

          Le FN et NDA qui contestent l’AME, qui fait partie des moyens de lutter en France, donc aussi ailleurs, contre les épidémies, sont souverainistes.

            +0

          Alerter
          • boduos // 18.11.2014 à 19h54

            @ril
            l’AME pour éviter les épidémies et les dépister,pourquoi pas mais on peut recréer le système des dispensaires d’un moindre cout pour la collectivité tout en restant maitre du traitement et de la distrib du traitement.l’AME couvre l’expedition des medocs au tiers monde et ,dans le même temps ,on dérembourse le smicard français.
            ces excès de générosité mettent en péril les nations en attirant ” toute la misère du monde “.

              +2

            Alerter
      • anne jordan // 18.11.2014 à 17h51

        précisément @ril , c’est LE piège : à dire : ” il faut s’y mettre tous ensemble ” on ne s’y met pas du tout ! ( que ce soit pour l’écologie ou pour l’économie )
        Or , il y a de plus en plus de spécialistes du climat ou des alternatives qui disent : ” arrêtons d’attendre les autres ! commençons quelque part ! ‘
        Pourquoi Kyoto , Rio , et Copenhague n’ont eu AUCUN EFFET ?
        Parce que cette impuissance ( voulue ? ) était la conséquence de ces gros , énormes colloques , où il est impossible de se mettre d’accord .
        Equateur , Vénézuela , Bolivie , Bhoutan , font des actions , à leur échelle ; nous , en dehors des freins bien réels posés par Bruxelles , nous préférons ” regarder ailleurs “…

          +1

        Alerter
        • ril // 19.11.2014 à 09h54

          Le problème de la couche d’ozone a été abordé de façon commune et ça a parfaitement fonctionné.

            +0

          Alerter
    • Sumbawa // 18.11.2014 à 20h31

      Des scientifiques japonais ont apporté leur aide au projet Rosetta.
      Les fusées américaines sont équipés de moteurs russes.
      ISS est une coopération entre USA, Russie, Europe et Japon.
      Bref la communauté scientifique est internationale. point barre !
      Mais M. Domenach ne sachant même pas à quoi sert une opération comme Rosetta : normal la science c’est uniquement du rationnel. Lui il est dans le passionnel, l’incantatoire, le religieux… bref, il sais même pas de quoi il parle mais il le dit quand même.

        +4

      Alerter
  • Justy // 18.11.2014 à 10h03

    Je ne comprends pas bien dans quel “piege” Zemmour serait tombé!
    (Voir le préambule de l’article).

    Il a bien pris soin de différencier les pays européens de l’Europe de
    Bruxelles.

      +1

    Alerter
    • Georges // 18.11.2014 à 23h29

      Bien d’accord avec Justy, Zemmour-l’extrême-droite, est celui qui argumente.

      Il a un point de vue avec arguments. En face, ça ne répond à aucun argument, ça évite le débat et ça essaie de soulever un enthousiasme et de balayer l’autre qu’on essaie de faire passer pour un rabat-joie.

      En fait, un essaie de faire réfléchir, avec des arguments qu’on approuve ou pas, l’autre essaie de rassembler le troupeau.

      Alors où est cette extrême-droite fanatique ?

      Et quand notre président dit, dans d’autres situations “JE suis intervenu au Mali….” puis à propos de la livraison des Mistral “JE prendrai la décision en temps voulu…..” ….est-ce que ça ne vous fait pas un peu peur comme l’extrême-droite est supposée faire peur ? Moi si.

      Est-ce qu’on n’est pas en train de basculer lentement mais sûrement vers une pratique lamentable dans notre encore démocratie ?

      Est-ce qu’on n’est pas en train d’ouvrir la porte à bien des excès fort dangereux ?

      Y-a-t-il eu un jour un peu de sincérité, de positionnement, ou bien ne sommes nous seulement qu’en présence d’une utilisation permanente d’artifices rhétoriques et médiatiques ?

        +0

      Alerter
  • Un naïf // 18.11.2014 à 10h22

    Et le référendum de 2005 ???

    Et si on en refaisait un aujourd’hui ?

    Ah oui, le peuple ne sert qu’à cautionner des portes-valises lors d’élections fantoches,
    mais se trompe sur le reste…

    Jusqu’au jour où…

      +5

    Alerter
  • Bordron Georges // 18.11.2014 à 10h28

    Domenach est un spécialiste de ce langage faussement bonasse, genre tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, mais qui consiste à faire gober des couleuvres au public en lui faisant croire que ce sont des poissons.
    Il pratique régulièrement la confusion dans les mots et les notions qu’ils sous-entendent et n’hésite pas à avancer des amalgames éhontés. Il bascule facilement d’une attitude à l’autre, un jour bouffant du catho, un autre, se réclamant de l’Evangile. Souvent il dénonce la personne de son interlocuteur avant même que celui-ci ait pu dire un mot.
    Zemmour lui pose des problèmes chaque fois qu’il raisonne froidement avec des références historiques ou culturelles comme par exemple le contenu du Coran qu’il connaît bien (avec lequel il a même vécu), ou comme certains auteurs en économie ou sociologie. Il faut dire que ça doit être parfois énervant de s’entendre dire régulièrement, que l’on a pas bien compris et qu’il faut expliquer.

      +7

    Alerter
    • sadsam // 18.11.2014 à 11h47

      Merci

      Pour les expats de longue date qui lisent ce site (ou pour ceux qui ne regardent pas la TV), voici la bio de Nicolas Domenach dans Wiki.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Domenach

      Je dois dire que je n’ai pas pu tenir sur le billet de ce matin jusqu’à la fin. Son discours me rappellait mot pour mot ce qui se disait à la fin des années 1980, – quand la sympathique “Europe de papa” (politique agricole commune, etc) passait à l’Acte Unique européen, pour reprendre les thèmes du billet d’hier.
      Depuis le monde a changé plusieurs fois.

      En lisant sa bio, on a l’impression que ND n’est jamais sorti du micro-cosme médiatique parisien et on se pose des questions : a-t-il vécu à l’étranger ? a-t-il une expérience de l’entreprise (excepté celle, atypique, de journaux) ? a-t-il même vécu en province ? Rencontre-t-il parfois des gens de la “France d’en bas” ? Cette bio est peut-être incomplète, bien sûr.

        +8

      Alerter
    • JaySWD // 18.11.2014 à 20h34

      Et pour avoir vu une partie de l’émission,effectivement Zemmour a laissé passer une fenètre de tir,en évoquant le bouquin du géographe Christophe Guilluy comme réponse à Domenach…..Il aurait pu lui rappeler que Domenach et Marianne avaient mis en lumière ce bouquin il y a quelques semaines,en en sortant les meilleures feuilles,et en extrapolant ce qu’ils avaient vu de leur coté,sur la France rurale abandonnée…..Et qui recoupait point par point l’enquète de Guilluy.

      On peut reprocher toutes sortes de choses à Zemmour,ne pas se reconnaitre dans ses prises de positions,mais ce qui est incontestable,c’est qu’il a une vraie culture,qu’il bosse ses dossiers,ce qui de facto fait de lui un alien dans le système médiatique français!!!!Circa AFP/Camion-citerne devenus tanks,etc,etc…..Olivier et d’autres dégonflent ces baudruches au quotidien,faisant ici acte de salubrité publique…………..

        +1

      Alerter
  • MagPie // 18.11.2014 à 10h29

    Europe, cette jeune princesse au destin horrible de la mythologie grecque…

      +3

    Alerter
    • Chris // 18.11.2014 à 12h05

      Oui, la “femme” a tout le monde !

        +1

      Alerter
  • Tatsuya // 18.11.2014 à 10h47

    Mouais, ils devraient renommer cette émission en “Parlons pour parler avant la pub.”.

      +4

    Alerter
  • Alae // 18.11.2014 à 10h49

    Domenach insupportable, comme d’habitude. Je n’ai même pas réussi à tenir jusqu’à la fin, tellement ses ficelles, toujours les mêmes (amalgames éhontés, jugements à l’emporte-pièce, amnésie sur l’histoire, autosatisfaction béate du cuistre inculte) sont devenus agaçantes, à force.
    C’est vrai que Zemmour est tombé dans le panneau. Il aurait pu rappeler que l’Agence spatiale européenne, qui date de 1975, n’a rien à voir avec l’UE et fermer son clapet (pour rester polie) à l’autre lourdaud.

      +11

    Alerter
  • fanfan // 18.11.2014 à 10h52

    Lire aussi les commentaires

    En autre,

    “Je viens de chez Allain Jules où j’ai lu des parties de cet article extrêmement bien documenté qui m’apprend et remet en place beaucoup de choses. Je signe CROA sur le blog d’Allain Jules.
    Me voilà reparti au combat à 68 ans. Unissons-nous. En France nous sommes bien peu mais nous agissons tandis qu’une fronde commence à se lever quand les élus voient qu’ils vont perdent leur place. Je viens de mettre en place un annuaire mondial des communes francophones et j’espère que beaucoup de communes québecoises nous rejoindront.
    Aidons-nous les uns les autres : http://annuaire-des-communes-francophones.org/ bougez vos élus, l’inscription est gratuite et j’espère que ça nous donnera envie de nous rencontrer dans le monde réel. Tout est expliqué sur le site et cela va très bien avec ce que disent les intervenants qui précèdent et que j’ai lu avec intérêt et émotion.

    Faisons vivre notre espoir !

      +3

    Alerter
    • EVELYNE31 // 18.11.2014 à 23h28

      Merci pour ce lien sur Total. Information très intéressante et une enquête à suivre de très près, en attendant il est raisonnable de ne pas en tirer de conclusions hâtives.
      A partir de cet article, j’ai fait des recherches sur SNC LAVALIN, société québécoise. Le CEO est américain, ainsi que la plupart des membres du staff dirigeants… et le Conseil d’administration aussi. 2 Français font aussi partie du board, ils ont bossé chez AREVA avant.
      LAVALIN est partie prenante sur près de 15 aéroports français et s’apprête, en partenariat avec des chinois, à reprendre l’aéroport de Toulouse-Blagnac (il avait déjà fait l’acquisition à hauteur de 51 % de l’aéroport militaire de Toulouse en 2011). LAVALIN a inauguré en grandes pompes l’aéroport de Mayotte en août 2014 en présence de F. HOLLANDE…
      Les tentacules de la pieuvre US s’étendent partout, où que l’on regarde.
      Je ne comprends pas que les élus régionaux (et nationaux) soient aussi peu regardants sur les partenariats qu’ils nouent. Que font les dizaines de conseillers à leur disposition ?

      TTIP-TAFTA risque de passer mieux qu’une lettre à la poste. Sans être pessimiste, il me semble qu’il est déjà trop tard. Il y a tant d’exemples comme LAVALIN. Et s’il y a des grains de sable, les US sont assez puissants pour s’en débarrasser.

        +1

      Alerter
  • Casquette // 18.11.2014 à 10h59

    Histoire de me mettre en porte-à-faux avec certains commentateurs je pense qu’il existe bien un peuple européen.
    L'”homo européus” est une réalité sociologique ,à défaut d’être historique.
    Ce peuple encore non répertorié par l’ antropologie vit à l’Espace Leopold ou ils se sont établis , c’est là qu’ ils y ont construit un parlement pour leur pays imaginaire : les Etats-Unis d’Europe , c’est dans sa périphérie qu’ils ont bati des écoles pour leurs gamins (qui ne se mélangent pas avec la population des alentours) ,c’est là ou la séparation des pouvoirs entre sphères politiques/financières/marchandes/journalistiques est comme suspendue dans le temps…
    Pour comprendre leur comportement et leurs réactions parfois disproportionnées , il faut commencer par reconnaitre leur existance , ils ont la maison mais pas le terrain.

      +6

    Alerter
    • pierre9459 // 18.11.2014 à 18h20

      Alors pour ces gens-là, une solution vieille de plus de 220 ans et qui a fait ses preuves :
      Une planche …tu couches le bétail dessus, tu mets en butée et tu comptes vingt-sept centimètres à partir du crane en descendant.
      A cet endroit précis, tu fais tomber une jolie lame taillée en biseau, bien affutée et en théorie, ça débarrasse pas mal….
      Maintenant, si vous voulez continuer à rechercher le bisounours qui est en vous….amusez vous !

      ” Le Mal est dans la chose même et le remède est violent. Il faut porter la cognée à la racine. Il faut faire connaitre au Peuple ses droits et l’engager à les revendiquer : il faut lui mettre les armes à la main ,se saisir dans tout le Royaume des petits tyrans qui le tiennent opprimé, renverser l’édifice monstrueux de notre gouvernement, en établir un nouveau sur une base équitable.
      Les gens qui croient que le reste du genre humain est fait pour servir à leur bien-être n’approuveront pas sans doute ce remède, mais ce n’est pas eux qu’il faut consulter ; il s’agit de dédommager tout un Peuple de l’injustice de ses oppresseurs !”

      Jean-Paul MARAT – Les chaînes de l’esclavage.

        +4

      Alerter
      • Vincent // 19.11.2014 à 14h40

        Beurk !
        Du coup là je me sens moins Français.

          +1

        Alerter
  • O FJ // 18.11.2014 à 11h07

    J’ai lu ne sais où cette interpellation d’une personne qui se disait citoyen européen plus que citoyen français : “seriez-vous prêt à mourir pour l’Europe ?”
    Cette question me semble très intéressante.
    Pour moi personnellement, c’est clair, si les russes (cela ne pourrait être qu’eux n’est-ce pas !) envahissaient l’est de l’Allemagne, je ne mettrai pas ma vie en danger pour contrecarrer leur démarche de restauration de leur Empire. En revanche, s’ils venaient même dans un tout petit coin de France, c’est évident, je m’engagerai pour aider à la libération de mes concitoyens.
    Alors, la notion de citoyenneté ou de nationalisme européen, quel vaste fumisterie !!

      +12

    Alerter
    • sadsam // 18.11.2014 à 18h42

      @OFJ,

      j’espère que vous ne faisiez pas référence aux déclarations de BHL à une TV d’Odessa sur la “centurie céleste” qui est morte en février sur le “Maïdan Nezalejnosti” de Kiev plus ou moins enmaillotée dans des drapeaux de l’UE (déclarations mises sur ce site au mois d’août, et faites, il faut le dire, avec une vraie expression de vampire).

      Et alors qu’à la même époque Victoria Nuland se rendait très célèbre avec sa formule “F-ck the EU”.

        +2

      Alerter
    • Vincent // 19.11.2014 à 14h43

      Heu… Si les Russes, malgré toute la sympathie que j’ai pour eux, venaient jusqu’en Allemagne, je crois que je commencerais à aider les Allemands à les repousser. Faut pas déconner quand même…

        +0

      Alerter
      • Léa // 19.11.2014 à 15h52

        Pourquoi ?

        Qu’est ce qu’ils font pour nous les allemands à part essayer de nous enfoncer toujours plus grâce à l’ UE.

        Ce seront les premiers à quitter l’ Euro le jour où ça les arrangera, eux !

        Qu’est ce qu’ils font en Ukraine, à part jeter de l’huile sur le feu ?

        Tout ça parce que les russes les ont écrasés dans leur période de folie et les ont tenus en laisse en RDA pendant des années : c’était pas cher payé vu leurs crimes et en pensant à ce qu’ils auraient fait s’ils avaient gagné la WWII. Revanche de la WWI et cent ans après ils recommenceraient bien en entrainant les autres avec eux..

        L’extension de l’ Europe jusqu’ à la frontière de la Russie c’est une idée de la fondation Bertelsmann, des anciens nazis, et la famille Mohn est très amie avec l’ Angela.

        C’est une conquête territoriale avant d’être une conquête économique ou politique.

        Et si on parle du financement de la CDU ?

          +2

        Alerter
        • Vincent // 20.11.2014 à 11h53

          Pourquoi ? Tout simplement parce que si le Russes font preuve de démesure au point d’aller jusqu’en Allemagne, tout portera à croire qu’il ne s’arrêteront pas.
          Je n’aime pas l’hubris, tout simplement. Qu’il soit napoléonien, allemand, américain, chinois, russe, japonais.

            +0

          Alerter
          • Léa // 20.11.2014 à 15h51

            Au contraire, je ne trouve pas que les russes ont fait preuve de démesure. Poutine a été bien patient, voire trop.

            Les russes ne sont pas en Allemagne, ni en Pologne et je trouve au contraire qu’il y a beaucoup trop de monde en Ukraine pour jeter de l’huile sur le feu et étendre encore la domination de l’ UE, mais aussi des USA et de l’ OTAN qui avance avec son bouclier anti missile.

            Toutes les organisations internationales, censées défendre les droits de l’homme et la paix, secourir les blessés, se foutent du sort de la population du Donbass , des massacres du Maïdan et d’ Odessa.

            Ca fait 70 ans qu’ils nous disent qu’il faut lutter contre le fascisme. Et là que font-ils ? si ce n’est soutenir et légitimer les fascistes du gouvernement de Kiev ( comme sortis de nulle part ). Un aveu de faiblesse et une démonstration de lâcheté. Tout ce qu’ils méritent c’est de crever la gueule ouverte écrasés par les chenilles des chars russes.

            Pressentant la cause de l’ Ukraine bientôt perdue, en cas d’affrontement direct avec la Russie, ils commencent à mettre le feu à la Tchéquie et à la Hongrie qui s’opposent à cette dictature euro atlantique qui ne dit pas son nom.

            Demain ce sera chez nous si on s’oppose démocratiquement au système et à l’hégémonie américaine relayée par cette union européenne coupable de trahison. Je le redoute beaucoup plus qu’une invasion de la Russie.

            Les US commencent à menacer la Chine, ils ont mis le bronx au moyen orient. Ils la veulent leur WWIII, perdue d’avance, ils le savent : ils ont trop d’ennemis ( voir leur incapacité en Afghanistan et en Irak et Syrie ), mais plutôt que de perdre leur domination sur le monde autant semer le chaos partout.

              +0

            Alerter
  • Olposoch // 18.11.2014 à 11h39

    J’ai pas pu écouter les tocards, 10 sec et puis cut…

    Par contre, ayant une aversion intelligente contre zemmour, le fait qu’il semble avoir un écho sur ce blog me pose problème.

    Big One

    Merci donc de clarifier vos diverses “appéciations”…

      +5

    Alerter
    • liv // 18.11.2014 à 12h11

      Ce n’est pas parce qu’il dit parfois des conneries dérangeantes que tout ce qu’il dit doit être sujet à rejet. Aiguisons notre réflexion et notre esprit critique.
      Comme l’a dit Emmanuel Todd dernièrement ce n’est pas parce qu’Hitler a dit que l’Angleterre était une île que cela n’en est pas une.

        +7

      Alerter
    • Alae // 18.11.2014 à 12h38

      “Par contre, ayant une aversion intelligente contre zemmour, le fait qu’il semble avoir un écho sur ce blog me pose problème.”

      Calme. Zemmour est à la pensée ce que Nabila est à la féminité, on est d’accord. Il n’empêche que Domenach est encore pire. Un exploit !

        +2

      Alerter
    • Casquette // 18.11.2014 à 12h45

      Tant qu’il n y aura pas un Zemmour de gauche il sera le porte voix d’une coalition pour l’instant très hétéroclite.
      Je trouve même que c’est un comble qu il y ‘en ait pas étant donné qu’il pique la majeure partie de ses idées chez des penseurs de gauche (j’entends celles sur la nation , la souveraineté , la laïcité , l’éducation , la mondialisation , le libéralisme libertaire et tout le bazar)

        +2

      Alerter
    • loc // 18.11.2014 à 16h19

      Vous avez raison camarade, la présence de ” cette référence” crypto-fasciste appelle une clarification. L’hôte de ce site doit immédiatement se justifier et répondre de ce dérapage nauséabond qui contribue à l’affaissement de nos valeurs républicaines. Pour éviter que ne se reproduise ce genre d’incident, je propose qu’une liste de penseurs agréés soit établie. Pourquoi ne la rédigeriez vous pas camarade? Et n’oubliez pas, la censure, c’est la liberté!

        +4

      Alerter
    • lanQou // 18.11.2014 à 19h36

      Je trouve que vous y allez un peu fort avec “le fait qu’il semble avoir écho sur ce blog”.

      Une simple recherche “zemmour” sur le site montre bien peu d’entrées.
      La précédente (les Miscellanées relevées par la recherche n’en font pas mention après vérification)
      remonte au 7 octobre 2011, on peut notamment y lire:
      “Ensuite, l’interview sur la crise d’Alain Juppé par Zemmour (que je ne porte pas en général dans mon coeur, mais là, il est bon) :”

      On ne peut donc vraiment pas dire que ce blog fait écho à ce fat.

      Personnellement, je partage votre aversion pour le personnage, alors pour vous remonter le moral, on se repasse l’entartage du petit vaniteux, ça fait toujours du bien 😉
      http://www.dailymotion.com/video/xgyl8g_zemmour-entarte-devant-rtl_webcam

        +1

      Alerter
  • Olposoch // 18.11.2014 à 12h25

    Et à mon aversion zemmourienne je peux ajouter une vraie répulsion pour un “guy verhofstadt” dans tous les aspects de ses interventions lors d’un débat Guaino/Melenchon pour le coup interessant…
    Répulsion qui va jusqu’à la coiffure du guy.

    http://www.dailymotion.com/video/x2ahaji_debat-melenchon-guaino-a-mots-croises_news?start=4910

      +2

    Alerter
    • aspikbardamu // 18.11.2014 à 13h07

      Tu as des aversions pour beaucoup de choses dis moi,
      SI on apprécie Zemmour on n’a pas le droit de dialoguer avec toi ou d’avoir un commentaire pertinent?
      C’est le mal moderne la petitesse d’esprit.

        +7

      Alerter
    • boduos // 18.11.2014 à 21h02

      je vous sent hostiles à Zemmour pour certains.
      je ne jurerai pas de ses motivations profondes mais ce journaliste à tout de même la meute des politiquement corrects aux fesses. Il fait passer des messages sur l’anti France primaire.Laissons lui ce mérite!
      Pour le reste,il a surement gardé quelque rancœur d’avoir été chassé de son paradis de l’enfance ,l’Algérie .Rien ne nous empêche de faire la part des choses ,l’essentiel est que nous en soyons conscient.

        +4

      Alerter
    • languedoc 30 // 19.11.2014 à 14h15

      Mon Dieu, que d’aversions ! Nous avons eu droit, je ne sais combien de fois, à du BHL sur ce blog, nous pouvons supporter un peu de Zemmour autrement plus digeste, quand même. Quand à Verhofstadt il nous a fait un numéro comique de haut vol, empêchant Mélenchon d’en placer une, faut le faire.

        +1

      Alerter
  • Laurent // 18.11.2014 à 12h28

    Bonjour,

    En réponse à cette idée de nation ou de patriotisme qui serait une réponse mauvaise, ou une réponse agressive, je pense que nous faisons erreur.

    Le fait d’être nés hommes, comme le dit LIV, ne fait pas de nous des êtres identiques, ou dont les différences ne seraient que culturelles. Il n’existe pas d’autre identité humaine que l’identité culturelle, il n’existe pas une sorte d’inframonde originel d’où l’être humain s’extirperait avant de devenir un Inuit, un ivoirien ou un français, contrairement à ce qu’ont pensé des auteurs comme Rousseau ou Hobbes.

    Chacun de ces individus pris en lui-même est un être de culture, intégré et noué à cette culture dans laquelle il a grandi, qui lui est propre et aussi inaliénable que l’air qu’il respire (cf. les travaux de Lévi-Strauss, qui ont été mal compris d’ailleurs comme le fait remarquer Zemmour à plusieurs reprises).

    Cela ne veut pas dire que cet individu ne puisse pas s’ouvrir à d’autres identités culturelles, ni même les accueillir, au cours de sa vie d’inuit, de français ou d’ivoirien, mais que cette identité culturelle originelle constitue le fonds indépassable de son humanité.

    Dans cette perspective, l’idée de nation européenne ne veut effectivement rien dire, mais sert à arracher les peuples à leur identité culturelle, et à les mouler dans une sorte de tyrannie douce déterminée par les seules lois du marché.

    Je pense donc qu’il ne faut pas jeter la pierre aux défenseurs de la nation, ni même aux patriotes (concept élastique s’il en est, sujet à toutes les récupérations), mais comprendre qu’ils se défendent, même maladroitement, contre cet arrachement autoritaire.

    C’est un point de vue personnel bien sûr.

      +5

    Alerter
    • Serge // 18.11.2014 à 21h19

      Contrairement à l’universalité abstraite des mathématiques (que j’adore) ,s’il y a bien quelque chose qui a un CORPS physique ,c’est bien la Culture et le culturel au sens large !
      Même la musique qui n’est ni “intellectuelle” ,ni abstraite,mais organique et immédiate .

        +0

      Alerter
  • Macarel // 18.11.2014 à 12h57

    Je suis, occitan, français, européen, citoyen de la Terre, mais je suis tout à fait contre l’UE telle qu’elle existe aujourd’hui. Ce n’est pas incompatible.
    Ne confondons pas la géographie, l’histoire, la culture, et un système de domination non démocratique, qu’une oligarchie veut nous imposer à son plus grand profit.

      +21

    Alerter
    • Laurent // 18.11.2014 à 13h20

      Bonjour Macarel,

      Vous avez tout à fait raison. Mais l’ordre même dans lequel vous avez placé vos identités culturelles successives montre bien que c’est l’identité culturelle première et immédiate, celle du berceau “natal” dans lequel vous avez grandit, qui prime sur toutes les autres.

      Comme le dit très justement Duguesclin: Le mot “nation” a la même origine que “naître” et “natif”.

      Bien à vous

        +2

      Alerter
    • Perekop // 18.11.2014 à 13h32

      “Ne confondons pas la géographie, l’histoire, la culture, et un système de domination non démocratique, qu’une oligarchie veut nous imposer à son plus grand profit” = excellentissime remarque !!! J’y souscris complètement !
      Du coup, je ne résiste pas au plaisir de vous signaler cette très bonne intervention d’un Italien (Dario Citati) pêchée sur Voix de la Russie. Ce fil n’est pas consacré au Donbass (il n’y en a pas aujourd’hui sur Les-crises), mais il me semble que les explications de Citati s’insèrent assez bien dans le contexte commenté ici.

      Légitimite historique du séparatisme des russophones du sud-est
      © Collage: Voix de la Russie

      Malgré les efforts diplomatiques, le Donbass ne connaît pas de trêve, suspendu entre l’agressivité du gouvernement central et le désir d’autonomie de la population. L’histoire politique et ethnoculturelle de la région est le seul repère pour comprendre le passé et le possible futur de cette région
      Lire la suite: http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/5646129/280165543/

        +4

      Alerter
    • christiangedeon // 19.11.2014 à 11h43

      Occitan? c’est quoi Occitan? çà,çà m’intéresse vraiment de le savoir.Ce mot est un chiffon rouge pour moi…je me sens d’un seul coup l’âme du toro bravo…occitan,donc. pouvez vous le dire,monsieur ce qu’est l’occitanie? çà m’interesserait beaucoup de l’apprendre… toutefois,ne vous donnez donc pas la peine de me répondre si vous me parlez de Quéribus et de Peyrepertuse….et des cathares et patin couffin…je vous signale toutefois que le mot occitanie a été forgé au XIX éme siècle…personne,non personne n’en avait entendu parler avant…même Frédéric Mistral le moquait!

        +0

      Alerter
  • Htintin // 18.11.2014 à 13h06

    A 1 mn 45 , Envoyer de matériel sur Saturne ??? j’ai comme un doute Mr Hollande, étant donné qu’a l’école on m’a appris que Saturne est une planète gazeuse, il n’y a donc pas de “sur” Saturne, mais plutôt “dans” Saturne, (et lui est plutôt “dans” la lune)

      +1

    Alerter
  • LPP // 18.11.2014 à 14h20

    Je livre quelques réflexions que je me fais depuis longtemps, elles peuvent évidemment être discutées.
    Au moment de la révolution française et les nombreuses années qui ont suivi, au 19ème siècle, le nationalisme avait une connotation très positive. Il signifiait aussi la lutte contre les souverains traitres à la patrie qui n’avaient pas hésité à appeler les puissances étrangères à la rescousse… L’union du peuple dans une cause commune, la nation, a servi à la bourgeoisie à mettre fin (ou presque) à une dynastie dont les intérêts de caste étaient surtout proche des autres souverains d’Europe. On pourrait les rapprocher aujourd’hui de l’oligarchie mondialisée et de fait apatride…
    Par la suite les États se sont servis de ce nationalisme pour servir les intérêts des banquiers et des puissants industriels et ont fomentés deux guerres gigantesques ou le sens premier de “nationalisme” a été détourné pour signifier “patriotisme” lors de la première guerre mondiale et très vite la dimension idéologique est venue s’y adjoindre avec la “national socialisme”.

    C’est ainsi que le “nationalisme” a pris un sens négatif dans l’acceptation commune et c’est bien de cela dont se sert l’oligarchie mondialisée pour imposer son pouvoir en Europe et au reste du monde en suscitant le rejet de la nation. Celle-ci serait dépassée…
    Or l’idéologie est désormais du côté de cette nouvelle caste qui impose de gré ou de force la doctrine de la “mondialisation” et qui est assez proche du fascisme.
    La nation est à nouveau le rempart contre ces forces apatrides aux intérêts de caste (la boucle est bouclée). Il faut en prendre conscience pour résister car c’est dans notre intérêt et revenir au sens premier de “nationalisme”. Or pour entrainer le peuple entier, cette nation ne peut être xénophobe, c’est en cela que Zemmour se trompe. Mais il a au moins le mérite de percevoir les dangers qui nous guettent et d’être la seule voix dissonante dans le flot des béa-atlantistes…
    Dans la petite démonstration que je viens de faire, on voit bien que le “nationalisme” a toujours été manipulé au gré des intérêts des puissants (soit la grande bourgeoisie, soit aujourd’hui l’oligarchie mondialisée). A nous de lui redonner du sens , le bon sens, celui de l’intérêt du peuple…

      +5

    Alerter
    • Laurent // 18.11.2014 à 16h56

      Vous avez raison. Je ne pense pas cependant que Zemmour soit xénophobe, il fait d’ailleurs honneur, contrairement à ce qui est dit ici et là, à ces vieux immigrés arabes des années 70 qui s’étaient parfaitement intégrés au creuset républicain et n’appliquaient absolument pas l’islam rigoriste qu’on peut voir se développer aujourd’hui, pour ne parler que de ce type d’immigration.

      Il critique plutôt certains choix politiques (regroupement familial, espace Schengen, dérégulations, précarisation du salariat… décidés par les classes dirigeantes de gauche comme de droite au cours des 40 dernières années) qui ont progressivement remplacé une immigration de travail par une immigration de peuplement, avec toutes les conséquences sur l’emploi qu’on connait aujourd’hui: pressions à la baisse sur les salaires, développement d’une “armée de réserve” sous qualifiée, culpabilisation et beaufisation des catégories populaires par les bonnes âmes culturelles et médiatiques parisiennes, alors même que le peuple se voyait pourtant progressivement amputé de sa souveraineté, à tout niveau (politique, législatif, monétaire, national…) au profit des grandes entreprises transnationales et des oligarchies.

      Je le suis totalement sur ce point (moins sur d’autres), mais c’est clair qu’il est l’un des seuls à ouvrir ce débat de manière argumentée, quitte à l’arracher des mains du FN, pour lequel ce débat ne sert qu’à alimenter des fantasmes clairement xénophobes pour le coup.

        +3

      Alerter
  • Olposoch // 18.11.2014 à 15h45

    Sur quelle planète le fait que zemmour tombe ou pas dans un quelconque panneau a-t-il le début d’un commencement d’importance???

      +1

    Alerter
  • Patrick Luder // 18.11.2014 à 16h38

    Le budget de l’Union Européenne, c’est 135 milliards,
    Rosetta c’est 1 milliard. Soit un peu moins de 1 %
    ou 2 € par tête de pipe sur 500 millions de personnes.

    Bon, supposons que le projet Rosetta ne serve à rien ou qu’il soit un projet faramineux (ce qui ne change pratiquement rien), reste que ce projet est une des rares réussites de l’Union Européenne,à part qu’il s’est posé en forte pente et à l’ombre d’une montagne, ce qui le rend inutilisable ;o)

    En fait Rosetta résume bien la situation Européenne,
    un super projet mais posé de manière scabreuse et inadéquate !!!

      +0

    Alerter
    • Louis Malle // 18.11.2014 à 17h06

      « Le budget de l’Union Européenne, c’est 135 milliards,
      Rosetta c’est 1 milliard. Soit un peu moins de 1 %
      ou 2 € par tête de pipe sur 500 millions de personnes.»

      C’est FAUX. La France paie 25 % de Rosetta (de l’Agence spatiale européenne), Brussels n’est pas le trésorier de cette Agence. L’Angleterre paie 10 % et impose sa langue.

        +7

      Alerter
  • Louis Malle // 18.11.2014 à 17h05

    «Je m’étonne que Zemmour soit rentré dans le piège et ait employé le mot “Europe” à chaque fois, alors qu’il fallait bien faire attention entre les mots “Union européenne” (ou mieux, “organisation néolibérale de Bruxelles”), “Agence spatiale européenne” et “Coopération entre nations européennes”…»

    Il le sait parfaitement, c’est un sujet souvent abordé. Il a peut-être pas été des plus clairs, mais c’est ce qu’il dit en gros : oui à la coopération, ça a toujours existé, non ce n’est pas la European Union of Brussels qui est responsable de ce succès (et même si ce l’était ce n’est pas une raison pour garder tout ce qu’il y a de mal dans la European Union).

      +2

    Alerter
  • fanfan // 18.11.2014 à 17h39

    Deux articles qui devraient retenir toute notre attention :

    1/ “Un embarras TOTAL, Les intérêts du tandem Desmarais/Frère entre l’enclume et le marteau” par Richard Le Hir
    Le scénario élaboré, preuves à l’appui, nous conduit vers l’apocalypse…
    lien http://www.vigile.net/Un-embarras-TOTAL

    2/ “Les états-unis et leurs alliés se préparent à envahir la Syrie” par Alexander Orlov
    First appeared: http://journal-neo.org/2014/11/14/rus-ssha-i-ih-soyuzniki-gotovyatsya-k-vtorzheniyu-v-siriyu/
    lien http://lesmoutonsenrages.fr/2014/11/18/les-etats-unis-et-leurs-allies-se-preparent-a-envahir-la-syrie-new-eastern-outlook/
    Source : New Eastern Outlook

      +5

    Alerter
  • Léa // 18.11.2014 à 18h53

    C’est très précis.

    Les sufixes en “isme” ισμος et “iste” ιστης proviennent du grec ancien où des mots comme συλλογ”ισμός” (raisonnement) et αγων”ιστής” (combattant) etc.. existaient déjà.

    Ces suffixes sont passés ensuite par le latin et ont été repris en français.

    La signification de “isme” désigne : une opinion , une croyance, ( exemple racisme ) ; mais il y a eu des abus, les néologismes : mots inventés )

    La signification de “iste” désigne un partisan de cette opinion (exemple raciste ) ou un métier ( ébéniste, graphiste, dentiste, trompettiste)

    Le suffixe “ien” par définition concerne un “acteur” ( pas le comédien , mais celui qui commet un acte ). Ca concerne plus le personnage, ses caractéristiques, qualités , défauts, que ses idées. Ou bien son époque. Le comédien joue la comédie.( ça marche 😉 )

    On peut faire un discours gaullien , sans jamais parler des idées du gaullisme, et sans être gaulliste.

    Une exception : Freud : Freudiste n’existe pas on dit Freudien, idem Lacanien.

      +4

    Alerter
    • Vincent // 19.11.2014 à 14h52

      Merci beaucoup ! Ce qui était diffus est maintenant clair 🙂

        +0

      Alerter
  • vérité2014 // 18.11.2014 à 19h52

    122 ème ”invasion” Russe…

    « Nous observons le déplacement des troupes, de l’équipement, des chars, de l’artillerie, des systèmes de défense antimissile », a-t-il déclaré avant une réunion du ministère de la Défense de l’UE, à laquelle il participe.

    La Fédération de Russie a déclaré à maintes reprises qu’elle n’était absolument pas impliquée dans les événements dans le Sud-est de l’Ukraine, n’était pas une partie au conflit, et s’intéressait à ce que l’Ukraine puisse surmonter la crise politique et économique. Le ministère de la Défense de la Russie a qualifié d’accusation gratuite, ainsi que de fait dénoué de fondements la déclaration de l’OTAN sur les militaires qui auraient envahi l’Ukraine depuis le territoire de la Russie.
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_11_18/Stoltenberg-accuse-la-Russie-de-destabilisation-de-la-situation-en-Ukraine-3170/

      +5

    Alerter
  • fanfan // 18.11.2014 à 21h18

    Mistral : l’UE et l’OTAN exercent une pression forte sur la France

    “Le vice-premier ministre polonais (Tomasz Siemoniak) a exprimé l’espoir que la France prendra sa décision en tenant compte des intérêts de sa présence au sein de l’alliance.”

    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_11_18/Mistral-lUE-et-lOTAN-exercent-une-pression-forte-sur-la-France-5150/

      +1

    Alerter
  • Grim // 18.11.2014 à 21h33
  • fanfan // 18.11.2014 à 21h41

    Le groupe nucléaire Areva est en perdition
    18 novembre 2014 – Par martine orange

    “Derrière la chronique de cour sur le changement de président à la tête du groupe nucléaire, se joue un drame : Areva prend l’eau de toutes parts. Une recapitalisation de l’ordre de 1,5 à 2 milliards d’euros s’impose. Des coupes sombres s’annoncent. Même le sort du réacteur EPR paraît menacé.”…

    http://www.mediapart.fr/journal/france/181114/le-groupe-nucleaire-areva-est-en-perdition

      +0

    Alerter
  • fanfan // 18.11.2014 à 22h01

    La vidéo, «Les origines de la construction européenne : mythes et réalités”, par Annie Lacroix-Riz est prête à être visionnée.

    Conférence donnée dans le cadre de l’Université populaire du 78. «Université» animée par les comités locaux Attac 78 sud et nord. – Novembre 2014. Saint-Quentin en Yvelines.
    =
    http://www.lesfilmsdelan2.org/lesfilmsdelan2/Annie_Lacroix-Riz.html

      +1

    Alerter
    • Caramba! // 19.11.2014 à 10h47

      Fanfan,
      Merci pour ce partage très très intéressant.

      et bien, on dirait que les ingrédients sont réunis pour la guerre.
      L’Ukraine, premier enjeu en 14, premier enjeu en 39, premier enjeu en 2014.
      Je comprends mieux les accusations dénuées de tout fondement des amerloques et de L’UE contre la Russie.
      C’est une guerre du capital déguisée en guerre pour la des-maux-crasse-ie.
      On est mal…..

        +1

      Alerter
  • sadsam // 18.11.2014 à 23h32

    Toujours pour les vieux expats et les allergiques à la TV, la page Wiki de Zemmour
    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Zemmour

    Après les lapidations consensuelles de Caroline Fourest, BHL, Marie Mendras, Anne Appelbaum-Sikorsky, Raphael Glucksmann, Françoise Tom, Arjakovsky, Lorraine Millot et Nicolas Domenach (“fils de”, “frère de” et “ex-mari de”), il semble que le dossier plus clivant d’Eric Zemmour devrait être analysé plus en détails sur ce site.

    Personnellement je n’ai que qlq éléments du puzzle : de bons souvenirs de ses articles de jeunesse, d’horribles souvenirs de qlq unes de ses chroniques matinales sur RTL qui m’avaient conduit au bord du pétage de plomb et un sentiment de malaise suite à un débat TV avec BHL, vu sur ce site ou à partir de ce site. J’ai envie d’en savoir un peu plus sur son parcours. Je reconnais aussi que je viens de bien rire en voyant son entartrage.

    Merci et chapeau à Olivier et aux personnes qui lui donnent un coup de main de rebondir chaque jour, et de nous informer de ce qui se passe dans le monde et en France. C’est infiniment précieux pour ceux qui vivent à l’étranger depuis longtemps. Et les journaux européens ne suffisent plus eux non plus à compenser la nullité largement partagée de la presse française.

      +2

    Alerter
  • Laurent Dup // 18.11.2014 à 23h48

    A propos non pas de nationalisme, ni de souverainisme, mais uniquement de souveraineté nationale, voici une vision Russe de l’apport de Raspoutine à la nation Russe avant l’enclenchement de la 1ere guerre mondiale.
    C’est en Russe j’ai donc activé google traduction, ce n’est pas génial mais bon, c’est comme lorsque l’on ne peut voyager en première, il faut faire un petit effort d’accommodation 🙂
    http://krasvremya.ru/rasputin-odin-protiv-rotshildov/

      +3

    Alerter
  • Escoe // 18.11.2014 à 23h48

    Il est quand même stupéfiant de constater que ni Zemmour ni Domenach, qui se veulent des gens qui pensent, ne savent à quoi sert la mission Rosetta. Ca révèle donc une inculture crasse et surtout qu’ils ne sont pas foutus de comprendre la rubrique science et technique des journaux pour lesquels ils travaillent.
    Tout ça ne serait rien si en plus ils ne se permettaient pas de se moquer de Jean-Luc Melenchon qui a écrit un remarquable commentaire sur un article de “Pour la Science” traitant du saut technologique de l’humanité il y a cinquante mille ans.
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/10/31/une-fin-de-regne-pitoyable-et-interminable/

      +0

    Alerter
    • christiangedeon // 19.11.2014 à 11h53

      Franchement,vous savez quoi? dans le contexte actuel,Rosetta,on s’en fout…mais alors à un point…de toute façon,çà a raté et Rosetta s’est “endormie”…que çà intéresse quelques dizaines de savants ,je comprends…c’est normal…mais franchement,nous en ce moment,on s’en br….e,de Rosetta!

        +2

      Alerter
  • gerard Colin // 19.11.2014 à 01h13

    Domenach est un inquisiteur raté
    Domenach est un censeur raté
    Domenach est un politicien raté

    Domenach est un journaliste raté

    Il n’y a rien de plus à dire. Il passe son temps à attaquer Zemmour. Sans Zemmour, que fait il? il touche les Assedic.

      +4

    Alerter
  • Slavyanka // 19.11.2014 à 02h12

    Une soirée inoubliable ce soir le 18 novembre marquée par la conférence d’Eric Zemmour donné à Toulouse à l’occasion de la sortie de son livre “Le suicide français”.

    Un grand intellectuel intègre et libre très applaudi par les toulousains dans une salle archi-plaine…

    Son discours a été passionnant et en plus il a dit qu’il voyait l’avenir de l’Europe dans une coopération étroite avec la Russie ce qui m’a fait particulièrement plaisir. 😉

      +3

    Alerter
  • Ras // 19.11.2014 à 16h27

    Dissimuler l’échec politique et économique en s’appropriant les réussites industrielles et scientifiques, voilà bien une démarche démagogique d’homme politique opportuniste.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications