Les Crises Les Crises
3.octobre.20193.10.2019 // Les Crises

ONU : Le Royaume-Uni, les États-Unis et la France pourraient être complices de crimes de guerre au Yémen

Merci 597
J'envoie

Source : The Guardian, Patrick Wintour

Une commission fait état d’une liste de 160 acteurs clés de la guerre au Yémen qui pourraient faire face à des accusations, ce qui accroît la pression sur le Royaume-Uni pour mettre fin à ses ventes d’armes à l’Arabie saoudite.

Patrick Wintour

Mardi 3 Septembre 2019

Selon un rapport des Nations Unies, la Grande-Bretagne, les États-Unis et la France pourraient être complices de crimes de guerre au Yémen pour avoir armé et soutenu une coalition dirigée par les saoudiens pour laquelle affamer les civils est une tactique de guerre.

Un groupe d’experts de l’ONU a dressé pour la première fois une liste de 160 noms d’officiers militaires et hommes politiques qui pourraient être accusés de crimes de guerre, notamment en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, au sein du mouvement rebelle Houthi et des forces militaires gouvernementales yéménites. Une liste secrète des personnes les plus susceptibles d’être complices a été envoyée à l’ONU.

Le rapport de l’ONU sera très probablement utilisé comme preuve supplémentaire pour ceux qui exigent que le gouvernement britannique cesse ses ventes d’armes à l’Arabie saoudite qui les destine au Yémen.

« Ce rapport révoltant devrait servir de coup de semonce au gouvernement britannique. Il fournit toutes les preuves nécessaires de la misère et des souffrances infligées à la population du Yémen par une guerre en partie alimentée par les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite et à d’autres membres de la coalition », a déclaré Muhsin Siddiquey, directeur national d’Oxfam au Yémen.

Le 20 juin, la cour d’appel du Royaume-Uni a acté que les ventes d’armes à l’Arabie saoudite se poursuivent sans véritable enquête du Royaume-Uni sur le risque de crimes de guerre qui pourraient être commis par la coalition dirigée par les saoudiens et a demandé au gouvernement britannique de préciser ce qui a été fait pour y remédier. Le gouvernement britannique doit fournir sa réponse, éventuellement dans le courant du mois.

Pour défendre ses ventes à l’Arabie saoudite, le gouvernement britannique dépend largement d’une équipe qui a été mise sur pied par l’Arabie saoudite afin d’examiner les violations présumées de la coalition, mais sa crédibilité est régulièrement mise en question par le rapport des Nations Unies.

La commission d’experts de l’ONU, qui inclut un britannique, Charles Garraway, est arrivée à la conclusion que l’équipe saoudienne n’avait jamais tenu quiconque responsable pour quelque frappe que ce soit impliquant la mort de civils, ce qui soulève « des inquiétudes quant à l’impartialité de ses enquêtes ».

Elle a également décrit l’évaluation saoudienne du processus de ciblage comme « particulièrement préoccupante,[car] elle implique qu’une attaque visant une cible militaire est légale, nonobstant les victimes parmi les civils, ignorant ainsi le principe de la proportionnalité ».

Selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), les raids aériens de la coalition militaire saoudienne dans le sud-ouest du Yémen ont frappé dimanche un complexe carcéral, tuant un grand nombre de personnes.

Créée par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies il y a deux ans, la commission semble déterminée à introduire un certain sens de la responsabilité individuelle dans la conduite de la guerre.

Le rapport indique que les forces gouvernementales yéménites, y compris celles soutenues par les Émirats arabes unis, continuent de détenir arbitrairement, de menacer et par ailleurs de prendre pour cible des individus qui les ont ouvertement mises en cause ou critiquées, notamment des opposants politiques, des journalistes, des défenseurs des droits de l’homme et des responsables religieux. Au moins 13 journalistes et professionnels des médias sont détenus à Sana’a sous des inculpations liées à leur travail.

La commission d’experts de l’ONU a déclaré avoir reçu des accusations selon lesquelles les Émirats arabes unis et leurs forces affiliées auraient torturé, violé et tué des opposants politiques détenus dans des locaux secrets de la prison Bir Ahmed II, à Al-Bureiqa et dans de nombreux lieux de détention non officiels. Elle a découvert que de nombreux détenus avaient été torturés, notamment par électrocution, pendaison par les bras et les jambes, violences sexuelles et longues périodes d’isolement.

Elle a également découvert que les combattants Houthi « ont utilisé des mines terrestres antipersonnel et anti-véhicules, en violation du droit international humanitaire, notamment dans la manière dont les mines ont été placées dans des endroits non signalés, fréquentés par des civils, avec peu ou pas d’avertissement, ce qui rend leur utilisation non ciblée ». L’emploi des mines antipersonnel est interdit par la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel, qui est reconnue par les autorités de fait.

Les gouvernements du Yémen, de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et de l’Égypte n’ont pas coopéré avec la commission des Nations Unies ni soutenu ses travaux, mais cette commission a néanmoins déclaré avoir mené plus de 600 entretiens.

L’ONU a recensé au Yémen pas moins de 7 292 civils tués (dont au moins 1 959 enfants et 880 femmes) et 11 630 civils blessés (dont 2 575 enfants et 1 256 femmes) à la suite du conflit armé entre mars 2015 (date à laquelle elle a commencé ce suivi) et juin 2019. On pense que le nombre total de victimes est beaucoup plus élevé.

Source : The Guardian, Patrick Wintour, 03-09-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Patrick // 03.10.2019 à 07h50

En Lybie nous n’étions pas les “complices ” , nous étions directement responsables de crimes de guerre , et qu’est-ce qui s’est passé ? rien !!

Alors , pour quelques Houthis débraillés et mal équipés .. qu’est-ce qu’on risque ? à mon avis pas grand chose.

Bon, ça fait quand même plaisir de voir les Houthis aller botter le c.. à MBS et ses complices.

13 réactions et commentaires

  • Patrick // 03.10.2019 à 07h50

    En Lybie nous n’étions pas les “complices ” , nous étions directement responsables de crimes de guerre , et qu’est-ce qui s’est passé ? rien !!

    Alors , pour quelques Houthis débraillés et mal équipés .. qu’est-ce qu’on risque ? à mon avis pas grand chose.

    Bon, ça fait quand même plaisir de voir les Houthis aller botter le c.. à MBS et ses complices.

      +53

    Alerter
  • Kokoba // 03.10.2019 à 08h33

    Des mines ont été placé dans des endroits non signalés ?
    Mon Dieu, mais c’est terrible !!

    Il est sérieux cet article ?

      +9

    Alerter
  • monsipoli // 03.10.2019 à 08h43

    « … pourraient être complices… », l’emploi du conditionnel revêt ici une saveur assez particulière, entre chochotte et faux-cul.
    Nous sommes adultes et responsables, autant dire simplement la vérité : nous sommes complices. Point barre.

      +37

    Alerter
    • Narm // 03.10.2019 à 17h24

      idem

      je crois que tout le monde a relevé ce :
      “pourraient être complices” heureusement qu’on peut encore “rire” de toute cette merde.

      c’est le côté, parfois, souvent, “honte d’être français”

        +3

      Alerter
    • Lo // 04.10.2019 à 01h38

      Je réfute le “nous sommes complices”.
      Il faudrait renvoyer cette responsabilité aux électeurs de Macron et, bien sûr, au régime autoritaire mis en place par leur soin.

        +4

      Alerter
    • Grd-mère Michelle // 04.10.2019 à 16h02

      Est-ce “être complice” que de faire confiance à des politicien-ne-s?
      Oui, si, une fois passée l’élection, les citoyen-ne-s ayant voté pour eux/elles se désintéressent de leur action et/ou ne leur demandent pas de comptes.
      Quand aux abstentionnistes, convaincu-e-s ou simplement négligent-e-s, on ne peut résumer leur rôle qu’en ces termes: Courage, fuyons!
      Je connais peu la politique en France, mais, en tout cas, si tou-te-s les abstentionnistes avaient voté pour “la France Insoumise”, un autre président serait à présent exposé aux critiques…
      La démocratie exige que tout le groupe(ici, le peuple des français-e-s) s’implique dans le contrôle des élu-e-s(RESPONSABILITÉ des “MÉDIAS”, dont le principe journalistique est de fournir de l’information correcte, et de l’ENSEIGNEMENT qui devrait former les enfants à devenir des adultes responsables).
      Sinon,nos “représentant-e-s” ne cesseront jamais de nous rouler dans la farine…

        +1

      Alerter
  • Fritz // 03.10.2019 à 09h39

    Quatre ans et demi de massacres. L’agression contre le Yémen avait commencé par des attentats wahhabites contre deux mosquées chiites en mars 2015 : les gouvernements occidentaux ne les avaient pas dénoncés, et nos pays n’avaient montré aucune solidarité avec le peuple du Yémen. Déjà.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats_de_Sanaa_et_Sa'dah_du_20_mars_2015

      +19

    Alerter
  • Arcousan09 // 03.10.2019 à 10h28

    Je suis choqué par le titre de cet article.
    Notre très vénérée ministre des armées nous a affirmé la main sur le coeur que nos armes ne tuaient personne au Yémen. Il n’y a aucune raison de douter de la parole d’un ministre puisqu’il ne dit que la vérité, rien que la vérité, la vraie vérité des choses …. la vérité “En Marche” …. Si vous doutez vous serez excommuniés …
    Je suppose que les canons caesar sont en plastique et ne sont vendus que impressionner et non tirer des obus sur les civils … Je suppose que les bateaux si généreusement fournis aux “pacifistes” de la démocratie d’Arabie ne sont là que pour meubler les marinas et non pour organiser un blocus avec une belle famine à la clé pour tout un peuple innocent
    Les grandes manoeuvres des criminels de OTAN sont: “civilisatrices” et “pacifiantes” …..
    Des preuves: la “paix” et la “démocratie” en Afghanistan, Libye, Irak, Syrie …. A qui le tour de se faire “démocratiser” et “pacifier” à coup de crimes de guerre et de canons bien français de France ??????????

      +27

    Alerter
  • Vincent P. // 03.10.2019 à 12h00

    Et sinon, notre Président envoie aussi directement des missiles, des avions, des commandos, tout ça dans le plus pur respect de la violation du droit international et de la souveraineté d’un pays, et sans passer par le conditionnel !
    Que je sache, l’ONU n’a jamais sourcillé.

    Ah! mais suis-je bête, c’était en Syrie et contre le sanguinaire Bachar Al Mérite pas d’être sur Terre, donc on s’en fout.

    Heureusement que l’ONU veille au respect de la bienpensance, c’est rassurant.

      +14

    Alerter
  • Duracuir // 03.10.2019 à 12h48

    Je crois que l’intégralité des lecteurs fidèles du blog n’en sont plus au conditionnel et sont CERTAINS que la France a participé à des crimes de guerre(contre l”humanité?).

      +8

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 03.10.2019 à 16h37

    Chaque guerre tue des militaires(plus ou moins forcés d’y participer) et des civils innocents, et toutes les guerres sont toujours décidées “en haut lieu”.
    Le business des armes et des armées est conforté par le consentement des populations qui y “gagnent” leur “pain quotidien”.
    Ici, l’expression “perdre sa vie à la gagner” prend encore plus de sens.
    Pourquoi Macron se montre-t-il si européanniste en réclamant une “défense européenne”, si ce n’est pour vendre ses engins de mort dont la production assure le “confort” et la “prospérité” des français-e-s qui y travaillent?
    Ici, nous savons tou-te-s que “l’Alliance atlantique” et donc l’OTAN n’a jamais servi qu’à permettre l’extension du Grand Marché, dans une guerre froide qui était déjà essentiellement commerciale.
    Et l’appel à la Paix mondiale et au règlement des conflits dans la non-violence peine de plus en plus à se faire entendre(Ghandi aurait eu 150ans hier), régulièrement ridiculisé: même le grand mouvement actuel pour le respect indispensable de notre environnement naturel oublie de préciser la gigantesque pollution que suscitent la production et l’utilisation de l’armement.

      +5

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 03.10.2019 à 16h58

    La FN belge(Fabrique Nationale d’armement, en réalité placée sous la responsabilité de la Région Wallonne depuis la fédéralisation du pays) exporte 80% de sa production vers l’Arabie Saoudite. Ce sont les termes d’un de ses représentants ouvriers, entendu sur les ondes de la RTBF, le jour où le nouveau Gouvernement wallon s’est constitué, il y a deux semaines. Manifestant devant le Parlement, ces ouvrier-e-s prétendaient que l’UE devait prendre position sur cette question car “si nous ne vendons plus nos armes à l’Arabie Saoudite, ce sont nos voisins qui le feront”.
    Or, l’UE n’a RIEN À DIRE sur ce sujet qui n’est pas dans ses compétences: chaque gouvernement des pays membres peut prendre les décisions qu’il veut, dans l’espace géographique qu’il est payé pour gérer(information du GRIP).

    Bien sûr, il conviendrait de reconvertir l’industrie de la GUERRE en protection civile et de l’environnement(ce qui “rapporte” aussi, voir le recyclage des déchets) pour éviter l’augmentation du chômage, et c’est aux citoyen-ne-s(contributeurs/trices) d’exiger cette reconversion.
    Encore faudrait-il qu’ils/elles soient correctement informé-e-s de leur pouvoir…

      +1

    Alerter
  • Benoît Muracciole // 04.10.2019 à 16h45

    Notre ONG ASER est la première à avoir saisie le tribunal administratif de Paris pour demander la suspension des ventes d’armes de la France vers les pays de la coalition en guerre au Yémen. Nous venons d’avoir été convoqué par la DGSI : https://aser-asso.org/convocation-a-la-direction-generale-de-la-securite-interieure/

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications