Source : RTBF, 02-12-2016

capture-decran-2016-12-05-a-14-08-57

Voir la vidéo

Le ministre-président wallon menace d’enterrer le traité commercial CETA si âprement négocié entre l’Union européenne et le Canada. La région wallonne s’était entendue avec le gouvernement fédéral pour qu’il consulte la Cour de Justice européenne sur la validité des tribunaux privés qui devraient régler les éventuels conflits, selon les termes même du CETA. Mais, manifestement, le fédéral n’est pas pressé.

Redoutant une manœuvre, Paul Magnette menace d’activer la clause de suspension du traité. ” Je ne cherche pas l’escalade. Je ne cherche pas à ce que l’on ravive le conflit sur le CETA. Nous avons trouvé un accord de bonne fois entre la Région et le gouvernement fédéral. Mais si ce dernier ne respecte pas les engagements qu’il a lui-même signés, alors- je suis désolé- mais on ne peut pas jouer avec les pieds des Wallons.

Les Wallons n’ont fait aucune bourde

Devant les membres du Cercle de Wallonie ce jeudi midi, le ministre-Président est apparu très remonté, menaçant même. Dans ses propos, il a donc expressément demandé au gouvernement fédéral de demander l’avis de la Cour de Justice européenne. “C’est hallucinant, on a négocié de bonne foi, tout était écrit noir sur blanc, y compris la demande d’avis à la Cour de Justice et le gouvernement fédéral le sait.

Sur l’idée selon laquelle les wallons auraient laissé passer une close lourde de conséquence, Paul Magnette est catégorique: “Les Wallons n’ont fait aucune bourde. Tout a été relu virgule par virgule, et la démarche devant la Cour de Justice devait être entreprise tout de suite, c’était parfaitement clair. Et aujourd’hui, il y a une volonté du Premier ministre de réveiller des querelles, de remettre de l’huile sur le feu.

La menace d’une suspension définitive du CETA

Paul Magnette ne laisse planer aucun doute sur sa détermination en cas de tergiversation: “Dans ce cas-là, nous activerons la clause de suspension. Je demanderai au parlement wallon de décréter une non-ratification définitive et permanente du CETA. Ce qui aura pour effet une suspension du traité pour les 28 Etats-membres. Quand je négocie de bonne foi, j’espère que les autres font de même. Je suis donc indigné de voir qu’aujourd’hui, on cherche à tordre les textes pour leur faire dire ce qu’ils ne disent pas. Il faut une lecture honnête des textes que chacun a signés et, comme le ministre Reynders s’y est engagé par écrit, et encore oralement hier avec moi, il faut entamer immédiatement la demande d’avis auprès de la Cours de Justice européenne”.

Source : RTBF, 02-12-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

52 réponses à Paul Magnette à propos du CETA : “Il ne faut pas jouer avec les pieds des Wallons”

Commentaires recommandés

gaston Le 08 décembre 2016 à 04h22

Certes mais il faut comprendre que Magnette n’a pas voulu se laisser enfermer dans uncostard de bloqueur que les grands médias lui taillaient
Il a donc montré – une nouvelle fois – sa bonne volonté et apparemment bien négocié puisque l’empire est amené à trahir un contrat signé en bonne et due forme
Il reste à lui souhaiter, ainsi qu’à nous, un soutien citoyen d’une formidable ampleur

  1. silk Le 08 décembre 2016 à 01h51
    Afficher/Masquer

    C’est encore une preuve que tout le fonctionnement de l’UE est biaisé et qu’ils agissent avec une rare mauvaise foi quand c’est nécessaire, afin de mettre en place de manière irréversible une économie sur des bases mondialisées pour le plus grand plaisir de la finance.


    • Wilmotte Karim Le 08 décembre 2016 à 11h48
      Afficher/Masquer

      Ici, c’est le fonctionnement interne du Royaume de Belgique.
      Je ne doute pas des pressions de … Bruxelles (c’est comme cela qu’on dit? Bruxelles faisait pression sur Bruxelles?!).
      Mais le problème ici est bien Belgo-belge (gouvernement fédéral, majorité flamande, etc)


      • Geoffrey Le 08 décembre 2016 à 17h15
        Afficher/Masquer

        je ne vois pas en quoi le Ceta serait un problème belgo-belge ! Le fédéral est dans la mains de…Bxl (Europe) et agit – plus exactement, n’agit pas – pour le compte de l’UE, donc ce n’est pas belgo-belge.

        Magnette fait le boulot pour tous les européens, précisément parce qu’en Belgique, les niveaux de pouvoir sont “proche du citoyens” – c’est l’avantage d’un petit pays : un statut mondial, et un ministre pour voisin….

        Geof’


        • wilmotte karim Le 09 décembre 2016 à 01h32
          Afficher/Masquer

          Le fait que le fédéral n’applique pas (semble-t-il) l’accord intra-belge est bien une question intérieure belge.


          • FracoisG Le 09 décembre 2016 à 03h45
            Afficher/Masquer

            Ah? Parce que Reynders n’est pas ministre des affaires étrangères?


            • wilmotte karim Le 09 décembre 2016 à 07h56
              Afficher/Masquer

              Donc, le sujet, c’est le fait que le federal n’ait pas encore (et en fait, ait contesté son engagement à le faire) demandé l’avis de la cour européenne.

              Que cela puisse avoir des conséquences pour les autres pays de l’UE ne change rien au fait que le problème est bien intrabelge pour le moment.


  2. albert Le 08 décembre 2016 à 02h37
    Afficher/Masquer

    J’ai comme un petit diable dans la tête qui me dit, que quand on parle de “bonne foi” avec ce genre de ‘démocrates’, il faut rapidement tâter ses poches.
    j’ai eu beaucoup d’admiration pour Paul Magnette et la démarche du parlement Wallon, mais signer un traité sur des promesses, avec toutes les entourloupes de ces marionnettes-à-lobby, c’est ne pas être très real-politic à la mode actuelle.
    Car on sait bien que l’avis des peuples, ils s’en foutent, et donc en conséquence de ses élus.
    S’attendre à une quelconque bonne foi de personnes qui s’estiment ‘éclairés’ tandis que nous serions finalement que des sortes d’asticots, c’est pour le moins, assez naïf.


    • gaston Le 08 décembre 2016 à 04h22
      Afficher/Masquer

      Certes mais il faut comprendre que Magnette n’a pas voulu se laisser enfermer dans uncostard de bloqueur que les grands médias lui taillaient
      Il a donc montré – une nouvelle fois – sa bonne volonté et apparemment bien négocié puisque l’empire est amené à trahir un contrat signé en bonne et due forme
      Il reste à lui souhaiter, ainsi qu’à nous, un soutien citoyen d’une formidable ampleur


      • Vladimir K Le 08 décembre 2016 à 16h38
        Afficher/Masquer

        C’était peut-être aussi le but de Paul Magnette de bien montrer à quel point les organismes européens sont de mauvaise foi.

        Il s’est “backé” en faisant signer les promesses, ces promesses ne sont pas tenues, ça ajoute de l’eau à son moulin.

        Il n’a effectivement fait aucune faute.


  3. Stef1304 Le 08 décembre 2016 à 02h59
    Afficher/Masquer

    Après le Brexit, Trump, le non en Italie, le refus du CETA ?!?

    Ce serait une nouvelle gifle à la face de nos ( pseudo ) élites dirigeantes et une divine surprise. Elle serait vraiment la bienvenue.


    • Chris Le 08 décembre 2016 à 13h21
      Afficher/Masquer

      Oui, le Politburo reçoit beaucoup de claques et croche-pieds, mais ces idéologues autistes en lévitation n’abandonneront que contraints et forcés par les peuples.
      Pour ce faire, ils doivent se mobiliser, mais derrière qui ? Perso, je soutiens Magnette à travers des pétitions, mais il n’y a pas assez de Magnette.
      Le Pen et Mélanchon swinguent à contre-temps pour ne pas avoir l’air de, mais quand même si…, l’UMPS poursuit son trip bourgeois mondialiste. UPR, aucune audience, ni de sièges. A l’évidence toute notre classe politique est de connivence.
      Je me demande dans quelle mesure le positionnement de Trump pourrait nous aider, car une certitude, il défendra d’abord les intérêts étatsuniens. Lui-même dit que ce sont aux états souverains de se prendre en main… Avec nos Pieds Nickelés qui creusent depuis 50 ans, on est mal partis.
      En attendant, la démolition des états souverains continuent.


      • Guadet Le 08 décembre 2016 à 14h00
        Afficher/Masquer

        “Ces idéologues autistes en lévitation”
        Exactement !
        Relire le passage de Laputa dans les voyages de Gulliver ; c’est fascinant : Swifft avait exactement prophétisé cet autisme dévastateur des soi-disant élites.


      • Gaµël 69 Le 08 décembre 2016 à 14h21
        Afficher/Masquer

        Sur le CETA Mélenchon est un des plus catégorique. Il a fait beaucoup de vidéo où il en parle. Pouvez-vous donner les preuves de ce “swing” de Mélenchon.
        Merci à vous


  4. Gilles bernadou Le 08 décembre 2016 à 04h34
    Afficher/Masquer

    Ben oui, c’était cousu de fil blanc…ce n’est, hélas, même pas une surprise. Luttons contre le CETA, il n’y a rien de démocratique dans tout cela: ces traites se font dans le dos des populations et contre leurs intérêts.
    Cela est très clair depuis longtemps.
    Merci Olivier de contribuer a nous informer, car ce n’est pas avec France TV et tf1 qu’on serait au courant bien sur. Encore un grand Merci!


  5. de Bernardy Le 08 décembre 2016 à 04h58
    Afficher/Masquer

    Depuis quand peut-on croire à la “bonne foi” de ces gens-là qui renieraient même leur père et leur mère s’ils y avaient le moindre intérêt ?


  6. Gérard Lambert Le 08 décembre 2016 à 06h10
    Afficher/Masquer

    pour comprendre la démarche wallonne, allez sur le site http://www.pour.press

    voyez aussi La Déclaration de Namur
    pour un nouveau comportement dans les relations commerciales internationales

    GLt


  7. Louis Robert Le 08 décembre 2016 à 06h32
    Afficher/Masquer

    J’ai un immense respect pour Paul Magnette et pour les Wallons que j’admire.

    Mais… Je n’ai pas compris. Je n’aurais pas signé.

    À 28 contre un? À MILLE contre UN, je n’aurais pas signé!

    Après les résultats des référendums cyniquement bafoués, après toutes les manœuvres en catimini et les négociations secrètes, après l’écrasement indigne et considérant l’anéantissement prochain de la Grèce, après tant d’intimidation et de menaces par ce pouvoir de brutes souriantes… je n’aurais pas signé.

    Selon moi, à un pouvoir injuste, la seule réponse qui convienne est un “NON!” catégorique… et vivre avec les conséquences. L’amour du pouvoir ne vaut pas que dans un tel contexte, on dise “oui”.


    • gracques Le 08 décembre 2016 à 07h29
      Afficher/Masquer

      Comment dire ….. ecrire NON sur un clavier d’ordinateur est relativement aisé.
      Prendre une décision en tant que responsable politique d’une entité de 3 millions d’habitant qui aura des consequences sur 500 million exige un peu plus de réflexion.
      M MAGNETTE prend a témoin l’opinion publique formée par ces 500 millions , si sa position est relayée par les médias….. ce qui n’est pas gagné.
      Le taxer de naiveté est facile…. encore fallait il qu’il ai eu la possibilité réelle , concrete de dire NON et de rester au pouvoir ensuite pour faire respecter cette décision.
      Les sorts de TSIPRAS et VAROUFRAKIS devraient nous interroger chaqque jours…… comment et qui peut reellement agir contre avec quelque chance de victoire ?
      Ce n’est pas désespérant car chaque jours le nombre des opposants aux directives de l’EU qui restent aux postes de commandes augmente , on arrivera bien a changer le rapport de force.


      • Louis Robert Le 08 décembre 2016 à 09h02
        Afficher/Masquer

        Votre référence à l’ordinateur est vraiment trop facile, gracques…et un peu usée, non? Cela n’a jamais valu un minuscule argument. Que connaissez-vous de ma vie à dire “non” au pouvoir? Du reste, je n’ai pas taxé de naïveté.

        Notons qu’à titre de responsable politique, un de Gaulle savait dire catégoriquement “NON!” quand il le fallait. À l’époque “rester au pouvoir” passait au second plan, après “une certaine vision de la France”. Fidèle, intègre, seul, le grand homme retournait à ses terres. Une chose est certaine par rapport à l’UE: il ne se serait pas laissé presser ni bousculer par ces messieurs-dames… C’était de Gaulle… moqué et même condamné à mort par des gens qui ne le valaient pas.

        Courage et succès à M. Magnette et aux Wallons!


        • Wilmotte Karim Le 08 décembre 2016 à 11h53
          Afficher/Masquer

          D’une part, on est nombreux a être contre le CETA… il n’est pas évident qu’on soit majoritaire à être contre le principe d’un énième traité commercial qui n’ait pas été analysé en profondeur et qui pourrait impliquer de nouvelles pressions sur les travailleurs.

          D’autre part, on veut bien se battre… mais pas se suicider pour les autres.
          Que le peuple français fasse sa part (au lieu de conspuer Tsipras et faire la fine bouche avec Magnette).


    • Alfred Le 08 décembre 2016 à 07h32
      Afficher/Masquer

      Si à la place de Paul magnette vous n’auriez pas signé vous auriez perdu. C’est ce que beaucoup de commentateurs n’arrivent pas à comprendre. l’UE est malhonnête et l’UE serait passé sur un non comme d’habitude. Ils auraient trouvé un moyen de le faire quand même illégalement (d’ailleurs le brexit on en est où?) et la populace aurait laissé faire par inertie (surtout avec un timing habile).
      Magnette se bat vraiment très intelligemment et incomparablement différemment d’un tsipras… En utilisant les toutes les armes à sa disposition: il retourne son opinel dans la faille “légaliste” de l’armure de l’UE (ue légaliste en apparence et malhonnête au fond).
      Ce type est vraiment un héros. Je ne suis pas certain qu’il vive très vieux s’il continue comme ça.


      • Chris Le 08 décembre 2016 à 13h25
        Afficher/Masquer

        S’il n’y avait pas malhonnêteté, les lois n’auraient aucune raison d’être !


  8. georges glise Le 08 décembre 2016 à 07h26
    Afficher/Masquer

    je vais finir par émigrer en wallonie!la seule région d’europe qui sera probablement hors ceta.


    • Jean Wallon Le 08 décembre 2016 à 12h58
      Afficher/Masquer

      Réfléchissez-y bien. Grâce à la réforme de la loi de financement, dans neuf ans, les caisses de la Wallonie seront vides et la Wallonie va devenir une poudrière sociale…


  9. Ardéchoix Le 08 décembre 2016 à 07h29
    Afficher/Masquer

    Quand un artisan signe un traité commercial avec une grande surface, il doit s’attendre à finir en sortie de caisse, pas en entrée.
    La bonne fois!!! il fait bon rêver .


  10. isidor ducasse Le 08 décembre 2016 à 07h39
    Afficher/Masquer

    Les tribunaux privées c’est exactement comme la mafia qui applique ses propres lois avec en plus la légalité de les appliquer aux états, à la démocratie.
    Il n’y aura plus de lois, mais des contrats entre différents partis et seul le fric comptera.
    Quand on voit que c’est l’UE qui négocie tous ces accords et que son président va pantoufler chez Goldman sachs, alors on comprend qui tient le stylo.


  11. Le Wallon Le 08 décembre 2016 à 09h03
    Afficher/Masquer

    Si il y a des Français voulant échapper au maelström qui se profile durant l’année 2017 (élections présidentielles qui s’annoncent particulièrement violentes -c’est le moins qu’on puisse dire) : vous êtes les bienvenus chez-nous, en Wallonie ! Bières, fromages, charcuteries d’Ardenne, un peu de vin (bon c’est pas comme en France, mais notre vin n’est pas de la vinaigrette quand même), de jolis paysages, Internet et la 4G disponible partout. Pour vos enfants nous avons deux fêtes où on leur remet des cadeaux en décembre : la Saint-Nicolas (le 06 décembre) et la Noël (comme chez-vous, le 25 décembre) !
    Ah oui, j’oubliais : on a quelques légendes qui valent bien “le Seigneur des Anneaux”.
    Bonjour de chez-nous !


    • Jean Wallon Le 08 décembre 2016 à 13h22
      Afficher/Masquer

      Amis français, n’oubliez pas non plus :

      – sur votre consommation : la TVA à 21 %
      – pour vos revenus : l’impôt des personnes physiques où vous payez 54 % d’impôt dès 38.080,00 € (et entre 30 et 40 % jusque là), sans compter les charges sociales de 13,07 %
      – pour votre patrimoine : achat immobilier avec droit de mutation à 12,5 % (+ honoraires notariés) et des droits de succession à se flinguer

      Et échange de cela, vous aurez :

      – une administration inefficace, politisée, népotique ;
      – des soins de santés plus chers qu’en France
      – un enseignement classé parmi les plus mauvais d’Europe (niveau Bulgarie)
      – des routes impraticables
      – des centrales électriques en décrépitude

      Je rappelle aussi le taux de chômage à plus de 12 %, un taux d’emploi et d’activité au ras des pâquerettes…


      • Le Wallon Le 08 décembre 2016 à 14h03
        Afficher/Masquer

        Jean Wallon: En ce qui concerne le 54 % (chiffres à vérifier) dès un certain montant, ce n’est que justice puisque l’impôt est progressif.
        Les 13,07 % sont à la charge de l’employeur et c’est normal de payer un droit d’enregistrement (c’est à dire, de mutation) lorsqu’on achète un bien immobilier (la France connaît une taxe d’habitation et une taxe foncière et des droits d’enregistrement).

        Et pour conclure, l’administration wallonne est compétente et efficace, nos soins de santé sont tout aussi chers qu’en France (voir moins, pour certaines spécialités), notre enseignement est correct même s’il y a des choses à parfaire, nos routes sont en train d’être rénovées et nos centrales électrique sont tout aussi sûrs que les Françaises.

        Et notre démocratie est réelle et bien vivante (voir le débat sur le CETA, justement) et n’a pas besoin d’un 49-3 ou d’un état d'”urgence”.


        • Jean wallon Le 08 décembre 2016 à 17h04
          Afficher/Masquer

          Le taux de 50 % est prévu à l’article 130 du cir92. Il faut y ajouter 8% de taxe communale en moyenne… Et parler d’impôt progressif quand le prélèvement à 50% commence aussi bas, c’est un abus de langage. En France, c’est 50 % à partir de 150000 €…

          Les 13,07% sont payés par le travailleur sous la forme d’une retenue à la source. Les cotisations employeur sont deux fois plus élevées…

          Les droits de mutation sont plus élevés qu’ en France où ils sont de l’ordre de 6%

          Quant à l’enseignement wallon, c’est effectivement un des plus mauvais d’Europe. Libre à vous de croire le contraire, mais vous devriez quand même lire la dernière étude pisa…

          En ce qui concerne l’électricité, la wallonie (et la Flandre, soyons de bon compte) sont tellement déglinguées qu’on passe l’hiver à craindre le black-out…

          Enfin, Français vivant en Belgique, je confirme que les soins de santé sont moins bien remboursés qu’en France…


          • Le Wallon Le 08 décembre 2016 à 17h52
            Afficher/Masquer

            Jean “Wallon” : l’enseignement est une matière communautaire, ici, pas régionale (“fédération” Wallonie-Bruxelles, pas Wallonie). Le jour où nous, les Wallons, seront maîtres dans ce domaine, les choses changeront. Et quant à voir les résultats de la France dans les tests PISA, ils sont tout aussi mauvais que les nôtres.
            D’autres part, en France, les cures de thalassothérapie sont remboursées à quiconque, peu importe le motif, qui en fait la demande.
            Quant aux pourcentages des taxes et autres impôts, ils sont du ressort du législateur.
            Quant au remboursement des soins de santé, ils vous sont peut être moins remboursés parce que vous êtes justement français. Vive l’Europe.


            • RGT Le 08 décembre 2016 à 21h01
              Afficher/Masquer

              En tant que “sans dents”, je me fous royalement des taux de taxation du pays dans lequel j’habite (quoique, quand je vois dans quelles poches atterrissent mes impôts je devrais être plus attentif).

              Par contre, j’apporte une très grande attention aux personnes physiques (aux humains) avec lesquelles je suis en contact.

              J’ai connu quelques belges wallons et bruxellois francophones et je les ais tous trouvés très sympathiques, pleins d’humour et très avenants.

              Rien que pour ça, j’aimerais bien habiter dans ce pays, s’il y avait des montagnes…

              Parce que ça, c’est sans doute ce qui me manque le plus quand je pars en voyage…

              Il faut dire que toutes les fois où j’ai dû vivre loin de ces paysages j’avais un cafard d’enfer. Même quand je ne vais pas me balader, le fait de les contempler le matin au lever m’enchante pour toute la journée. surtout en ce moments avec ces sommets enneigés.

              Quand je parle de montagnes, c’est des pics d’un minimum de 3 000 mètres d’altitude, au dessous ce sont juste des petites collines.


            • Jean wallon Le 08 décembre 2016 à 21h09
              Afficher/Masquer

              Je connais très bien le système institutionnel belge, mieux que le Belge moyen, et suis parfaitement au courant des subtilités de l’organisation fédérale, notamment vos communautés. Ceci pour dire que soutenir que la nullité de l’enseignement est la faute de la Communauté française et pas de la Région wallonne, alors que le personnel politique de cette communauté est celui de la Région wallonne (ben oui, le parlement de la CF est composé en majorité de députés wallons; quant aux ministres, ils jouent aux chaises musicales et il y a eu par le passé la fameuse “double casquette” du petit Demotte…), c’est se moquer du monde.

              A la communauté française comme à la région wallonne, la même culture politique médiocre produit les mêmes effets…


    • Krystyna Hawrot Le 08 décembre 2016 à 14h57
      Afficher/Masquer

      Merci pour votre invitation! Et ajoutons que vous avez aussi un mouvement social, associatif, mutualiste, syndical très vivant et ouvert sur le monde! A titre d’exemple, rappelons que l’association spécialisée qui a aidé Zoe Konstantopoulou dans le début de l’audit de la dette grecque, le CADTM est une association wallone!


      • Jean wallon Le 08 décembre 2016 à 17h18
        Afficher/Masquer

        Le catdm est wallon ? Tant mieux, parce qu’ils vont en avoir besoin quand les transferts flamands vont s’arrêter… La wallonie a un pib/hab inférieur de 86% de la moyenne Eu. Le Pib/hab y est égal à 66% de celui de la Flandre. Je n’ai rien contre les wallons mais ils feraient bien de prendre conscience de l’état de délabrement économique et culturel de leur sous-région…


        • wilmotte karim Le 09 décembre 2016 à 01h39
          Afficher/Masquer

          Chiffres BNB pour le 8/2016
          Balance commerciale wallone +1.3 milliard €


          • Jean Wallon Le 09 décembre 2016 à 08h38
            Afficher/Masquer

            Et on tire quoi comme conséquence ? Que la Wallonie est un paradis sur terre ? Une mini-Allemagne ? La Chine aussi a une balance commerciale (largement) excédentaire…

            La réalité de la Wallonie, c’est qu’il s’agit d’une zone économiquement sinistrée qui vit sur une rente de solidarité interne, la partie Nord de la Belgique finançant la partie Sud. En soi, cela ne pose pas de problème, sauf que les populations du Nord et du Sud ne forment pas un peuple et que les Flamands ne veulent plus financer cette solidarité.

            Et si cette solidarité disparaît, la Wallonie est très mal partie. L’IWEPS (institut statistique wallon peuplé de fonctionnaires affiliés au parti dominant, donc PS) relevait encore il y a peu que les problèmes de la Wallonie sont : un niveau trop élevé des salaires, des compétences des travailleurs ne répondant pas aux attentes des entreprises, un manque de mobilité de la main-d’œuvre, un système d’indemnisation incitant peu au retour à l’emploi, etc.


            • Le Wallon Le 09 décembre 2016 à 10h33
              Afficher/Masquer

              Jean Quatremer, on vous a reconnu !
              De plus, la “solidarité” que vous évoquez n’a jamais existé : vous n’avez qu’à lire le livre de l’économiste (lui sait de quoi il parle, pas comme l’avocat que vous êtes) aux Facultés Universitaires Notre-Dame de Namur (pour rappel, Capitale de la Wallonie) Michel Quévit “Flandre-Wallonie, quelle solidarité”, aux éditions Couleurs-livres, 2010.

              Parce que, franchement, y en a marre de recevoir des “leçons” d’un Français au sujet de la Wallonie, mon pays.

              Ne vous inquiétez pas, une fois indépendants, nous ne demanderons jamais l’aide de la France. Jamais. Par contre, vous pourrez toujours nous compter aux abonnés absents pour vos ridicules sommets de la Francophonie qui ne servent qu’à la glorification de la Conquérante France.
              Nous nous souviendrons que nous avons fait partie, pendant 9 siècles, du Saint-Empire Romain !


            • Jean Wallon Le 09 décembre 2016 à 13h03
              Afficher/Masquer

              Quevit reprend l’argument classique consistant à mettre en perspective les déséquilibres actuels en faveur de la Wallonie avec les déséquilibres passés en faveur de la Flandre. Pour le reste, ni Quevit, ni aucun autre économiste qui sache de quoi il parle ne soutient qu’il n’y aurait pas aujourd’hui d’importants flux de transferts financiers de la Flandre vers la Wallonie. Ces fluxs, en tant que tels, sont tout à fait normaux, car inhérent au fonctionnement d’un Etat fédéral. Le problème est que cet Etat fédéral s’évapore et que ces transferts vont cesser progressivement, dans un contexte où les wallons n’auront pas de souveraineté monétaire. Pour faire bref, ils vont se retrouver dans la situation de la Grèce face à l’Allemagne.

              Enfin, concernant les “leçons” qui vous seraient faites par les Français, rien ne vous oblige à vous épancher sur un blog en .fr. Et par ailleurs, je suis tout aussi critique par rapport à la France même si ses problèmes sont différents des vôtres.


    • Geoffrey Le 08 décembre 2016 à 17h19
      Afficher/Masquer

      quelles légendes ? celle de Wodecq et les templiers ?

      Geof’, wallon picard


  12. Damien Dijon Le 08 décembre 2016 à 09h22
    Afficher/Masquer

    On ne sait pas comprendre entièrement les décisions du gouvernement wallon sans une vision d’ensemble des spécificités de la Belgique, pays fédéralisé, avec une indépendance des régions assez importante.
    Le PS wallon n’est pas bien différent du PS français, sauf qu’il est pour la première fois depuis longtemps dans l’opposition au niveau national. Le parlement belge est en effet composé de la droite wallonne, toujours minoritaires en Wallonie, associé avec la droite et l’extrême droite flamande.
    Le PS dirige la Wallonie depuis toujours mais il est attaqué depuis des années. D’abord par le parti Ecolo, qui c’est fait ratiboiser suite à une dérive à droite. Remplacé par plus à gauche, le PTB, Parti du Travail de Belgique, qui devient le troisième parti de Wallonie en intention de vote. Panique chez les élus PS, d’où, peut être, ce virage à gauche destiné à se refaire une virginité dans notre région sinistrée.


    • Wilmotte Karim Le 08 décembre 2016 à 12h02
      Afficher/Masquer

      Le PS belge est encore loin du PS Français Hollandisé.
      Avec le PS Belge francophone (je ne parle pas du SPA), il y avait encore moyens de négocier.

      Donc, oui, vous décrivez (de façon un peu exagérée) une partie de la réalité. Mais ce n’est qu’une partie (Magnette est spécialiste des institutions de l’UE et de la démocratie UE; le PS wallon reste plus proche du syndicat socialiste, le PS Wallon conserve une base militante forte … et largement à gauche, la formation permanente existe en Belgique, etc).

      Ici, on a eu une large mobilisation fournie au départ par des personnes de centres de formation permanente des syndicats, et qui a commencé il y a 3 à 5 ans. (Bruno Poncelet pour le CEPAG – FGTB, et je ne connais pas le nom de la personne spécialiste pour la CSC).


  13. ns Le 08 décembre 2016 à 19h21
    Afficher/Masquer

    Bonsoir, avez-vous une idée des pressions qu’il subit ? Son tel, ses connections…vous, vous imaginez ? Sans doute qu’ils cherchent par tous les moyens la faute commise dans le temps….Quand sa femme peste sur lui, ils sont au courant avant lui…
    j’espère qu’il est fort. Pour le soutenir, le protéger, publiez son discourt – en plus il est magnifique. Si il tient, il nous protège, il vous protège, oui vous et que fait la France a part discourir dans le privé ? Rien.
    Lui, il agit et il risque tout – sa carrière, sa vie privée, sa réputation – simplement pour nous.
    Le chantage de l’UE de ne plus verser un euro à la Wallonie plus celui du budget fédéral…avec comme conséquences un futur vote de sanction. Vous devriez être fier qu’un homme, un européen, s’est levé même si il n’est pas français.


  14. Anthony Le 08 décembre 2016 à 19h30
    Afficher/Masquer

    Bonsoir, avez-vous une idée des pressions qu’il subit ? Son tel, ses connections…vous, vous imaginez ? Sans doute qu’ils cherchent par tous les moyens la faute commise dans le temps….Quand sa femme peste sur lui, ils sont au courant avant lui…
    j’espère qu’il est fort. Pour le soutenir, le protéger, publiez son discourt – en plus il est magnifique. Si il tient, il nous protège, il vous protège, oui vous et que fait la France a part discourir dans le privé ? Rien.
    Lui, il agit et il risque tout – sa carrière, sa vie privée, sa réputation – simplement pour nous.
    Le chantage de l’UE de ne plus verser un euro à la Wallonie plus celui du budget fédéral…avec comme conséquences un futur vote de sanction. Vous devriez être fier qu’un homme, un européen, s’est levé même si il n’est pas français.


    • Fritz Le 08 décembre 2016 à 22h40
      Afficher/Masquer

      A propos, comment dit-on “troll” en wallon ?


      • bluetonga Le 09 décembre 2016 à 07h46
        Afficher/Masquer

        C’est’on nûton.

        “rêve muticulturaliste néobolchevique”.

        Effectivement, ça sent les influences. Le principe du Troll, débiter un flot de fadaises avec une mâle assurance, sans jamais rien étayer.

        Quoique dans la logique d’un ordre mondial néolibéral, la Wallonie va effectivement très mal. Mais le monde est-il néolibéral? L’univers est-il néolibéral? L’essence de la matière est-elle néolibérale? Dieu est-il néolibéral?

        Les néolibéraux pensent que oui. Il n’y a pas d’autre alternative.


        • Jean Wallon Le 09 décembre 2016 à 08h52
          Afficher/Masquer

          Je ne suis pas partisan du néolibéralisme. Juste structuraliste…

          Par conséquent, quand j’entends des comiques comme le PTB annoncer qu’ils vont faire cracher les riches dans un contexte de mobilité interne et internationale des capitaux et des personnes, je me marre doucement…

          De même, quand j’entends un cacique d’un parti structurellement taillé pour l’exercice du pouvoir se découvrir une âme de révolutionnaire en herbe, je me poile… surtout lorsque je découvre qu’il y a des gens pour y croire.


  15. yvano Le 08 décembre 2016 à 23h41
    Afficher/Masquer

    Vu de Belgique, Magnette ne correspond pas au héros décrit ici. Il est considéré pour ce qu’il est, à savoir un politicien professionnel ordinaire qui pense et agit surtout en fonction de la promotion de sa carrière personnelle et des intérêts de son parti. Ses diatribes anti-Ceta doivent être comprises comme un grand show permettant de reconstruire à moindres frais l’image du PS belge.
    Le PS ne va pas bien et craint pour son avenir :
    1. au niveau fédéral, car le parti dominant belge (NVA) refuse catégoriquement de former un gouvernement avec le PS, qu’ils considère comme structurellement corrompu
    2. au niveau régional, car le PS est en train d’être débordé sur sa gauche par une jeune parti radical anti-système en progression constante, le PTB.
    Bref, le “non” wallon au CETA c’est juste du SHOW, arrêtez d’être naïfs.


    • Leterrible Le 09 décembre 2016 à 14h54
      Afficher/Masquer

      @yvano
      “le PS est en train d’être débordé sur sa gauche par un jeune parti radical anti-système en progression constante, le PTB.”………….
      “un jeune parti radical ….(..).., le PTB.”….. !!
      Çelle-là , je suis content de l’avoir lue (au moins) une fois avant de mourir..
      Sans rancune..


    • AnonymousCowardBe Le 11 décembre 2016 à 17h42
      Afficher/Masquer

      Je confirme la remarque ci-dessus.

      Le PS wallon (et, dans une mesure moindre, Paul Magnette) incarne tout ce que Les crises combat :

      – la politisation de l’administration (PS et CDH ex-PSC),
      – la mise à mal de la séparation des pouvoirs (p.ex. rachat de Vers l’Avenir par Tecteo via Nethys)
      – la presse francophone plus ou moins sous la coupe d’un parti (via les subvention ou le rachat de titres, ou les pressions, voir p.ex. la polémique “Bruxelles tu l’aimes ou tu la quittes” autour d’un billet de Quatremer),
      – les copinages plus ou moins flagrants (voir la polémique actuelle à la CWAPE, régulateur pour l’énergie, autour de la belle-soeur de Magnette),
      – les irrégularités lors des dernières élections (vote électronique),
      – l’impunité du personnel politique (voir le procès carolo ou celui des Mésanges à Mons),
      – les recasages (p.ex. Onckelinx à Bruxelles),
      – …

      Quant à l’histoire du CETA, c’est impossible à comprendre, comme dit plus haut, sans comprendre le contexte interne :

      – la haine entre Michel et Magnette,
      – la rivalité entre Di Rupo (président du PS, bourgmestre de Mons) et Magnette (bourgmestre de Charleroi, Ministre-Président wallon) pour le contrôle du PS,
      – la course à l’échalotte entre le PTB et le PS pour le leadership sur la gauche.

      J’aimerais proposer un billet détaillé, sourcé, un peu plus long pendant les vacances, histoire de donner un éclairage interne sur la situation.


    • AnonymousCowardBe Le 11 décembre 2016 à 17h44
      Afficher/Masquer

      Quant au PTB, ce n’est pas un jeune parti : il a bien plus que 20 ans. J’ai bien connu ses militants étant étudiant. Il n’a rien renié de ses sympathies communistes, castristes, staliniennes et maoïstes. Il est crédité de 18% d’intentions de vote dans les sondages (ce que, personnellement, je trouve assez flippant) et, en pratique, ne vaut pas mieux que le FN. Seul point positif : c’est une preuve de rébellion dans la population ; c’est tellement rare par ici..


Charte de modérations des commentaires