Les Crises Les Crises
26.juin.202126.6.2021 // Les Crises

Pendant qu’Israël gagne des batailles, le Hamas gagne la guerre

Merci 24
J'envoie

L’armée israëlienne enregistre de grands succès dans l’opération Gardians of the Walls, mais pendant ce temps, la maison semble s’effondrer de l’intérieur.

Source : The Jerusalem Post, Tzvi Joffre
Traduit les lecteurs Les-Crises

De violentes émeutes ont éclaté à Ramla la nuit dernière dans le cadre des violences continues entre Palestiniens et Israéliens à Jérusalem-Est. (crédit photo : YOSSI ALONI/FLASH90)

Alors qu’Israël se débat dans l’un des conflits les plus intenses que le pays ait connu ces dernières années, les forces armées israéliennes mettent en avant la force de leur frappe sur Gaza et le recul du Hamas dans l’opération Gardians of the walls. Mais tandis que les forces armées se dressent avec force contre le Hamas, le pays est déchiré par une guerre intérieure.

Bien qu’il terrorise les habitants du sud d’Israël et parfois ceux du centre, le Hamas a toujours été perçu comme un outsider. Bien qu’il puisse perturber la vie quotidienne dans l’État juif, Israël a toujours été en mesure de contraindre le Hamas et le Jihad islamique palestinien à un cessez-le-feu, achetant ainsi quelques mois ou quelques années de calme relatif.

Mais dans ce cas-ci, quel que soit le nombre de terroristes ou d’installations touchés à Gaza, le Hamas a semblé avoir le dessus pendant les six premiers jours, provoquant le chaos sur tous les fronts. Il a réussi à déplacer le champ de bataille des zones situées à portée de ses roquettes vers l’ensemble du pays, avec des émeutes qui ont secoué toutes les régions d’Israël.

Cette série de combats semble avoir pour origine les troubles à Jérusalem, le Hamas soulignant qu’il a tiré un grand nombre de roquettes vers Jérusalem en raison des expulsions prévues dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est et des mesures israéliennes entourant Al-Aqsa.

Avec le stress économique dû à la crise du Coronavirus, les conflits politiques et l’instabilité en Israël et dans les territoires palestiniens, ainsi que la rhétorique chargée des Juifs et des Palestiniens à l’approche de la Journée de Jérusalem, le terrain était propice au conflit.

Alors que le Hamas a souvent prétendu défendre Jérusalem contre ce qu’il appelle des mesures israéliennes agressives et des efforts de « judaïsation », il a cette fois-ci réussi à unir ses forces à celles de la Cisjordanie et des communautés arabo-israéliennes. L’indignation suscitée par ce qui est perçu comme des agressions juives contre Jérusalem et al-Aqsa, ainsi que par les protestations contre les actions israéliennes à Gaza, a été amplifiée et utilisée pour déclencher des émeutes à Jérusalem, Lod et Haïfa.

La violence s’est rapidement étendue à d’autres villes. Les résidents arabes ont agressé des Juifs dans les rues et dans leurs maisons, brûlant des synagogues et vandalisant de vastes zones.

Les images et les témoignages des scènes qui se sont déroulées en Israël ont rappelé les émeutes de 1929 contre les Juifs dans toute la Palestine sous mandat britannique, lorsque les Arabes de toute la région ont commis des pogroms contre leurs voisins juifs. Ces émeutes, curieusement, ont également été déclenchées par l’incitation de dirigeants musulmans, qui ont utilisé al-Aqsa comme leur carte à jouer politique et ont rapidement dégénéré en raison de la désinformation et de l’incitation. Juifs et Arabes se sont également affrontés lors des troubles de 1929.

Ces derniers jours, les Juifs et les Arabes de tout Israël sont descendus dans la rue, préparés à la violence. Des groupes extrémistes juifs ont appelé les habitants du pays à sortir et à affronter les Arabes qu’ils rencontreraient. Certains de ces groupes ont également menacé d’attaquer les médias.

Alors que ces groupes juifs se présentaient comme protégeant les civils juifs, dans de nombreux cas, il s’agissait de groupes de hooligans cherchant simplement à passer leur colère sur des Arabes pris au hasard. Un cas en particulier, à Bat Yam, a secoué le pays : de jeunes Juifs ont fait sortir un passant arabe d’une voiture et ont commencé à le battre sans pitié.

À Jérusalem et en Cisjordanie, des émeutiers ont affronté les forces de sécurité toutes les nuits ces derniers jours en soutien à Gaza.

Le long des frontières avec le Liban et la Jordanie, des manifestants ont tenté de franchir la clôture frontalière. Au Liban, ce qui semblait être un groupe terroriste palestinien a même lancé trois roquettes vers Israël.

Jeudi, Abu-Ubaida, porte-parole des Brigades Izzadin al-Qassam du Hamas, a bien exprimé le caractère unique de la situation actuelle en déclarant : « Ce qui distingue cette bataille, c’est la solidarité de notre peuple dans tous les domaines et son combat contre l’occupation. »

Le Hamas a réalisé ce qu’il a appelé de ses vœux, déclaration après déclaration, ces dernières années : l’unité par la haine. Il a uni des communautés du Liban, de Jordanie, de Cisjordanie et même d’Israël dans la peur et la rage contre l’État d’Israël. Pendant ce temps, Israël est divisé, déchiré par les conflits politiques, l’instabilité et les luttes intestines.

De nombreux responsables gouvernementaux ont réagi à la situation en appelant à un renforcement de la force des forces de sécurité israéliennes. Dans un contexte de profonde méfiance à l’égard du gouvernement, déjà présente dans toutes les couches de la société israélienne après deux ans sans gouvernement stable, cela n’a probablement fait qu’attiser les flammes.

Certains tentent d’apaiser les flammes. Des manifestations conjointes juives et arabes ont appelé à la coexistence et à la paix. Des responsables municipaux de tous les secteurs ont publié des déclarations communes appelant les résidents à calmer la situation et à éviter la violence. Il existe de nombreuses raisons d’espérer.

Mais malgré tous les efforts des militants, des responsables municipaux et des forces de sécurité, la violence continue de ravager les rues d’Israël. Des Arabes et des Juifs enragés s’affrontent, les termes de « guerre civile » et de « pogrom » étant lancés par des civils vivant dans l’incertitude d’une situation sans précédent.

Alors oui, les forces armées enregistrent de grands succès dans l’opération Gardians of the Walls, mais pendant ce temps, la maison semble s’effondrer de l’intérieur. Israël gagne des batailles, c’est certain, mais le Hamas semble gagner la guerre.

En une semaine seulement, le Hamas a réussi à déclencher un conflit civil entre Juifs et Arabes sur le territoire israélien et à déclencher l’un des plus grands conflits de ces dernières années avec Gaza.

Tandis que les forces armées finiront par terminer leur mission à Gaza, comme elles le font toujours, et que la violence dans les rues finira probablement par se calmer, quel sera l’état du pays ? Comment Israël ira-t-il de l’avant ?

Et face à ces grands défis, de quels outils disposerons-nous ?

Israël a passé plus de deux ans sans gouvernement stable. L’incitation à la violence et le sectarisme sont des fléaux en Israël depuis longtemps, et cela n’a fait que s’intensifier pendant la crise politique et la crise du Coronavirus, alors que toute la société israélienne s’est divisée et que des discours hostiles de toutes parts ont envahi les médias et la politique, tandis que les responsables tentaient de s’attirer des votes lors d’une série de quatre élections.

Le Hamas a vu la situation et l’a utilisée à son avantage, en prenant la colère et la douleur qui couvaient déjà dans la société israélienne et en la portant à un niveau élevé. Ils ont peut-être allumé l’allumette, mais nous avons certainement préparé le bois de chauffage.

Mais les politiciens ne sont pas les seuls à blâmer. Si une grande partie de l’incitation est venue d’en haut, les citoyens d’Israël l’ont acceptée, justifiée et aidée à la diffuser. Ce sont des civils ordinaires qui sont sortis ces derniers jours pour semer la discorde et lyncher leurs voisins.

Ainsi, lorsque nous cherchons à guérir ces cicatrices, nous ne pouvons pas seulement regarder vers le haut : nous devons aussi regarder à l’intérieur. Seule la population dans son ensemble pourra véritablement réparer les dégâts causés par ce conflit. Il faudra des efforts considérables de la part de toutes les parties, dans une démonstration herculéenne d’unité, pour combler les fossés qui se sont creusés. Il faudra surmonter la peur et la méfiance extrêmes. Cela exigera peut-être le plus grand effort civil de l’histoire d’Israël.

Bien sûr, les forces de sécurité doivent répondre à la violence et travailler intensivement pour maintenir la paix, mais cela doit s’accompagner d’efforts intensifs au niveau civil pour comprendre comment combattre un tel sectarisme. Il faut trouver une approche équilibrée, sinon nous ne ferons que perpétuer le cycle de la violence et repousser les véritables problèmes.

Cela ne se fera pas du jour au lendemain. La semaine qui vient de s’écouler a marqué le visage de la société israélienne de profondes blessures qui prendront des mois, voire des années, à guérir. La société israélienne est peut-être plus divisée qu’elle ne l’a jamais été. Mais les manifestations de coexistence qui ont vu le jour malgré le chaos et la peur montrent que cela peut et doit être fait. Le Hamas est en train de gagner cette guerre, et cette fois-ci, c’est la population en général, et pas seulement les forces armées, qui devra faire pencher la balance et la reconquérir.

Source : The Jerusalem Post, Tzvi Joffre, 17-05-2021

Traduit les lecteurs Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Jean-Do // 26.06.2021 à 08h16

Ce n’est pas en désignant un bouc-émissaire, le Hamas, qu’Israël guérira les maux de la Palestine : le racisme institutionnel qu’il a mis en place, la confiscation à son profit des terres fertiles et des réserves d’eau, la violence illégale des militaires tant à l’intérieur de la Palestine et de « son » territoire qu’à l’égard des pays souverains qu’il bombarde, envahit et menace sans frein au nom de la loi du plus fort.

19 réactions et commentaires

  • Jean-Do // 26.06.2021 à 08h16

    Ce n’est pas en désignant un bouc-émissaire, le Hamas, qu’Israël guérira les maux de la Palestine : le racisme institutionnel qu’il a mis en place, la confiscation à son profit des terres fertiles et des réserves d’eau, la violence illégale des militaires tant à l’intérieur de la Palestine et de « son » territoire qu’à l’égard des pays souverains qu’il bombarde, envahit et menace sans frein au nom de la loi du plus fort.

      +47

    Alerter
  • Avunimes // 26.06.2021 à 08h38

    Au moins, il existe des journalistes pour faire rire. Il est connu que l’occupation n’est jamais ressentie comme une violence. Les populations accueillantes par ailleurs ne manquent jamais de fleurs à offrir aux soldats qui les délogent . Le droit international bafoué n’est pas plus une violence, mais du pragmatisme. L’extrême droite au pouvoir est un signe de bonne santé démocratique dont le monde entier semble s’inspirer. D’ailleurs, existe-t-il un démocratie dans le monde qui ne soutiendrait pas un si intéressant gouvernement d’occupation ou ne parlerait des bienfaits de la colonisation?

      +39

    Alerter
    • patoche // 26.06.2021 à 09h30

      « L’extrême droite au pouvoir est un signe de bonne santé démocratique dont le monde entier semble s’inspirer. »

      Val ex patron de Charlie puis de France Inter ne manque pas une occasion de rappeler que ISRAËL-EST-LE-SEUL-ETAT-DEMOCRATIQUE-DE-LA-REGION. La dernière fois ce fut pour commenter le dernier massacre commis à Gaza.
      Il fut présent également au procès Valeurs Actuelles/Obono pour soutenir l’hebdo d’extrême Droite (au nom de la défense de la liberté d’expression!)

      C’est le même individu qui vira Siné de son Charlie Hebdo pour antisémitisme. La justice condamna Val.
      Finalement tout se tient.

        +39

      Alerter
      • LibEgaFra // 26.06.2021 à 10h49

        Il faudrait peut-être se poser la question: qui est le plus à l’extrême-droite en France: Macron ou Le Pen?

        J’ai peu de doute sur la réponse. Il suffit de constater qui soutient les nationalistes israéliens ou russes (Navalny) ou les néo-nazis ukrainiens ou biéloorusses.

        Aussi exécrables l’un que l’autre. Aussi exécrables les uns que les autres.

          +22

        Alerter
        • Dominique65 // 26.06.2021 à 15h52

          Macron n’est pas d’extrême droite mais d’extrême centre.

            +6

          Alerter
          • nanann // 28.06.2021 à 07h51

            Vous voulez dire d’ extrême gauche. Macron se retrouve dans tous les combats progressistes de celle-ci.

              +1

            Alerter
      • LibEgaFra // 26.06.2021 à 10h51

         » ISRAËL-EST-LE-SEUL-ETAT-DEMOCRATIQUE-DE-LA-REGION »

        La première condition pour qu’un Etat soit démocratique est d’avoir une Constitution.

        Israël n’en a pas.

          +15

        Alerter
        • Dominique65 // 26.06.2021 à 15h58

          Le Royaume-Uni n’a pas de constitution non plus. Je ne pense pas que cela suffise à douter que s’est une démocratie.
          En revanche, Israël n’a pas précisé quelles sont ses frontières. Ce qui laisse la place à toute expansionnisme. Et c’est vraisemblablement ce qui fait peur aux pays voisins dont certains ont déjà été amputés au profit d’Israël.

            +9

          Alerter
          • ellilou // 26.06.2021 à 22h52

            Pas de constitution pour le Royaume Uni certes mais une common law et des textes anciens et toujours en vigueur. Après, quand on voit le traitement inique et honteux que cet état fait subir à Julian Assange….:-(

              +11

            Alerter
          • Blabla // 27.06.2021 à 22h00

            Le Royaume-Uni a une constitution, elle n’est simplement pas écrite.
            Pour s’en convaincre, regardez la direction des lois et jurisprudences successives : vous en dégagerez facilement une tendance.

              +0

            Alerter
        • Gisele // 27.06.2021 à 01h38

          Une constitution écrite par le peuple*

          En France nous avons pourtant une constitution. Sommes-nous une démocratie ? Certainement pas.

            +11

          Alerter
  • Koui // 26.06.2021 à 10h06

    A en croire cet article, la « perception » des palestiniens est que les juifs veulent les chasser de Jérusalem et c’est pour cela qu’ils s’énervent maintenant comme dans les années 30. Il a cependant du mal à exprimer une perception différente. A mon avis, sa vision des choses est juste ambiguë. Quelque chose comme  » nous sommes très généreux avec les arabes en les accueillant chez nous dans notre merveilleuse démocratie juive » et en même temps « les arabes sont non seulement des non-juifs mais en plus ils sont antisémites et agressifs. Il faut qu’ils disparaissent par magie. »

      +15

    Alerter
  • RGT // 26.06.2021 à 10h24

    Tant que durera l’apartheid dans ce pays ARTIFICIEL et que les natifs n’auront AUCUN DROIT comme c’était le cas en Afrique du sud alors que de simples immigrés (même sans papiers) bénéficient de plus de protections dans la majorité des pays de la planète il ne faudra pas s’étonner qu’il y ait des révoltes.

    Quant aux « pogroms » de 1929, ils étaient largement moins violents que ce que subit la population palestinienne depuis la création de cet état.
    Et n’oublions pas qu’ils étaient principalement causés par des attentats sionistes causés non pas par des juifs palestiniens qui souhaitaient vivre en paix mais par des terroristes juifs occidentaux qui venaient foutre le bordel pour faire valoir leur idéologie en provenance d’Angleterre.

    Ce pays a été bâti sur une violence infinie à l’encontre des populations locales (juifs autochtones compris) et il ne faut surtout pas s’attendre à ce que la situation s’améliore si les populations autochtones continuent d’être considérées comme des sous-hommes justes bons à être mises en esclavage et parquées dans ces camps.

    Quant au sionisme…. N’oublions pas qu’être juif, c’est être membre d’une communauté religieuse et que 99,9% des juifs dont les ancêtres ne sont pas nés en Palestine n’ont AUCUN lien héréditaire avec les « tribus d’Israël ».

      +32

    Alerter
  • Kiwixar // 26.06.2021 à 12h37

    « La société israélienne est peut-être plus divisée qu’elle ne l’a jamais été »

    Israël a d’autres soucis plus graves, menaçant son existence même :
    – leur protecteur militaire (USA) est aussi plus divisé qu’ils ne l’ont jamais été (rouges/bleus, blancs/noirs, mexicanisation, manque de fiabilité des résultats électoraux etc)
    – les USA ont passé leur « pic militaire » dans les années 80, et depuis ne font que décliner (F35, missile Patriot, défaite en Afghanistan, etc) et quittent la zone (pivot vers l’Asie) qu’ils ne peuvent ni maîtriser ni terroriser (manque de petits pays à frapper contre un mur)
    – armée syrienne très aguerrie
    – nouveaux paradigmes de guerre (drones, nuages de missiles) mis en oeuvre par Hamas, Hezbollah, Iran

    Le mieux qu’ils puissent faire c’est d’aller enterrer quelques vieux rouleaux « bibliques » au milieu des champs de pétrole russes et de déclarer sans rire qu’ils se sont trompés et qu’en fait leur terre ancestrale est là-bas. Avec un peu de photoshop, une vieille photo de Jésus en moujik pourrait aider.

      +19

    Alerter
    • Christian Gedeon // 26.06.2021 à 15h31

      Tellement aguerrie l’armée syrienne qu’il a juste fallu les russes les iraniens le Hezbollah les hazaras,les chiites pakistanais sans oublier les kurdes dans leur zone pour lui sauver la mise, pour le moment. Ceux qui pensent que l’histoire des guerres de Syrie est terminée sont des plaisantins. Et toute une province (re) devenue turque. Les « rebelles » n’ont pas gagné, avantage à Assad et surtout à ses protecteurs. Le peuple syrien quel que soit son bord a perdu.

        +4

      Alerter
      • Blabla // 27.06.2021 à 22h05

        Face aux armées US, britannique, française, israélienne et aux « volontaires » de la moitié du monde, le tableau est des plus flatteurs.

          +5

        Alerter
        • christian gedeon // 28.06.2021 à 11h40

          US et britannique? Expliquez s’il vous plaît.L’aviation US et russe ont travillé de concert pour éliminer l’essentiel des strongholds de daech. me semble-t-il.Et les français sont intervenus bien plus que les britanniques. Consultez Janes de temps en temps. Une mine d’informations.

            +0

          Alerter
          • scc // 28.06.2021 à 15h23

            Pendant que les armées US et Britaniques « éliminaient » Daesh, ils supportaient les « gentils rebelles », qui, bien sûr travaillaient contre Assad – oups pardon, contre Daesh.

              +4

            Alerter
    • Le Minotaure // 26.06.2021 à 18h39

      Ouais alors bon « armée syrienne très aguerrie », à mon avis elle est surtout exsangue et complètement vassalisée par l’Iran et (surtout) la Russie, cette dernière ayant manifestement passé un accord avec Israël sur le thème « chacun chez soi et les moutons seront bien gardés. »

        +5

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications