Les Crises Les Crises
8.août.20208.8.2020 // Les Crises

Pentagone : 37 sénateurs Démocrates se joignent aux Républicains pour adopter un budget de $740 milliards

Merci 76
J'envoie

Source : Consortium News, Julia Conley
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Les progressistes ont réagi avec écœurement à l’absence de sens des priorités mises en lumière par l’adoption du budget du Pentagone par le Sénat et la proposition du Parti républicain concernant le plan d’aide face au Covid-19.

Des manifestants marchent contre les interventions et les dépenses militaires américaines. (Fibonacci Blue/Flickr/cc)

Quelques heures après la présentation par le Parti républicain d’une proposition de plan d’aide face au coronavirus, qui ne prévoit pas un dollar pour le financement de l’assistance électorale et aucun financement supplémentaire pour les villes et les états alors que le pays continue de lutter contre la pandémie de coronavirus, le Sénat américain a adopté sa version de la loi d’autorisation de la défense nationale jeudi, attribuant ainsi 740,5 milliards de dollars au Pentagone.

Le projet de loi annuel de budget de la défense a été adopté par 86 voix contre 14, avec le soutien de 37 démocrates aux côtés des républicains. Consultez l’intégralité de l’appel nominal ici.

Des progressistes, parmi lesquels les sénateurs Bernie Sanders (indépendant-Vermont), Elizabeth Warren (démocrate-Massachusetts) et Ed Markey (démocrate-Massachusetts), ont voté contre le projet de loi.

Le projet de loi a été adopté le lendemain de la soumission par Sanders et Markey d’une proposition d’amendement visant à réduire le budget du Pentagone de 10% et de réorienter ces fonds vers des investissements massifs dans l’éducation, la santé et le logement dans des communautés pauvres. La proposition a été rejetée par le Sénat, une majorité de démocrates s’étant joints aux républicains.

Les démocrates de la Chambre des représentants se sont aussi joints massivement aux républicains pour faire barrage à un amendement semblable proposé par les représentants Barbara Lee (démocrate-Californie) et Mark Pocan (démocrate-Wisconsin).

Le projet de loi du Sénat prévoit 636,4 milliards de dollars pour le budget de base du Pentagone, 25,9 milliards de dollars pour des programmes de sécurité nationale au sein du Département de l’énergie et 69 milliards de dollars pour le compte des opérations de circonstance à l’étranger [NdT : l’équivalent des opérations extérieures (OPEX) de la France].

Le président Donald Trump a menacé d’opposer son veto au projet de loi, au motif qu’il comporte un amendement, présenté par Warren, visant à rebaptiser les bases militaires honorant des confédérés. Mais le budget a été approuvé par plus des deux tiers des membres du Sénat, soit une majorité suffisante pour passer outre un veto.

La Chambre des représentants et le Sénat doivent maintenant concilier leurs deux versions du projet de loi d’autorisation de la défense nationale. Le projet de loi de la Chambre des représentants comprend une augmentation de la solde des troupes de 3% et une enveloppe de 3,6 milliards de dollars pour lutter contre la Chine.

Plus tôt jeudi, le Parti républicain a dévoilé sa proposition sur le prochain projet de loi relatif au plan d’aide face au coronavirus, en indiquant qu’il n’accepterait pas de continuer à verser l’intégralité du coup de pouce de 600 dollars d’assurance-chômage inclus dans la loi CARES en mars [NdT : Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security Act (aide, secours et sécurité économique en temps de coronavirus)], qui a permis de maintenir des millions d’Américains hors de la pauvreté durant les premiers mois de la pandémie.

Le représentant Ro Khanna (démocrate-Californie), qui s’est joint à d’autres progressistes à la Chambre des représentants pour voter contre la loi d’autorisation de la défense nationale, a réagi avec écoeurement à l’absence de sens des priorités mise en lumière par l’adoption du budget du Pentagone par le Sénat et la proposition du Parti républicain concernant le plan d’aide face au Covid-19.

Paul Kawika Martin, directeur principal de la politique et des affaires politiques de Peace Action, a appelé les démocrates qui continuent de vouloir dépenser des centaines de milliards de dollars dans la défense à « prendre note du fait que les électeurs veulent que le gouvernement dépense de façon à placer « les gens au-dessus du Pentagone ».

« Nous devrions donner la priorité à l’éradication de la pauvreté, pas à la guerre », a écrit Markey mercredi, après le rejet par le Sénat de l’amendement qu’il avait proposé. « Nous devrions donner la priorité à la lutte contre les maladies mondiales meurtrières, pas à la fabrication de nouvelles armes destinées à éradiquer la race humaine. Il est temps que nous financions l’éducation, pas l’annihilation. Oui à Medicaid, non aux missiles. »

Julia Conley fait partie de l’équipe de rédaction de Common Dreams

Source : Consortium News, Julia Conley
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 08.08.2020 à 07h38

« Nous devrions donner la priorité à l’éradication de la pauvreté, pas à la guerre »

De mémoire, c’est le même conseil qu’a donné « nous mentons, nous trichons, nous volons » Pompeo à l’Iran.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. Rien de changé sous le soleil où on voit qu’en ce qui concerne la politique étrangère entre ânes et éléphants (symboles de chaque parti yankee), c’est bonnet blanc et blanc bonnet.

Maintenant nous connaissons le prix de la corruption, tant morale que financière.

6 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 08.08.2020 à 07h38

    « Nous devrions donner la priorité à l’éradication de la pauvreté, pas à la guerre »

    De mémoire, c’est le même conseil qu’a donné « nous mentons, nous trichons, nous volons » Pompeo à l’Iran.

    Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. Rien de changé sous le soleil où on voit qu’en ce qui concerne la politique étrangère entre ânes et éléphants (symboles de chaque parti yankee), c’est bonnet blanc et blanc bonnet.

    Maintenant nous connaissons le prix de la corruption, tant morale que financière.

      +13

    Alerter
  • Patrick // 08.08.2020 à 14h08

    Sanders et Marley continuent à ne pas vouloir comprendre pour qui roulent les Démocrates.
    Ou alors ils savent parfaitement qu’ils sont juste là pour ratisser des voix supplémentaires et jouent le rôle de faire-valoir.

      +7

    Alerter
  • Dominique65 // 08.08.2020 à 18h02

    Cet article plein d’emphase est très peu informatif puisqu’il ne nous dit rien de l’évolution de ce budget. Si ça se trouve il est moins important que le précédent, va savoir…

      +4

    Alerter
  • RGT // 08.08.2020 à 18h56

    De toutes façons, compte-tenu des intérêts économiques de certains lobbies en jeu, l’affaire était déjà pliée.

    Que ce soit aux USA, en France, en Australie ou au Boukistan les « représentants du peuple » voteront dans l’intérêt de ceux qui financent leurs campagnes électorales ou qui « arrondissent les fins de mois » de leur parti et se foutent totalement de l’intérêt des idiots qui les ont élus.

    S’ils viennent vous caresser le cul dans un gant de velours en période électorale, une fois la corvée passée ils reprennent immédiatement la cravache pour vous faire comprendre que ce sont eux qui commandent.

    Dans une VRAIE démocratie, le peuple devrait avoir le droit inaliénable de définir la répartition des fonds collectés par le biais de l’impôt et des (très nombreuses) taxes auxquels il ne peut, contrairement aux « élites », se soustraire.

    Les impôts ne sont que la version légale du racket tant décrié quand il s’agit d’une mafia ou d’un gang.
    Simplement parce que les racketteurs sont simplement des concurrents de l’état dans le dépouillage de citoyens sans défense.

    Quand on voit la répartition des revenus de l’état on se rend compte que la majorité des fonds ne servent pas à la collectivité.
    Déjà, le « remboursement de la dette » n’est rien d’autre que le remplacement d’une source de revenus fiscaux en provenance des plus nantis par des sommes que l’état leur emprunte moyennant intérêt.

    Si l’état n’empruntait pas ces sommes, que feraient-ils des sommes ainsi « économisées » et protégées de la « rapacité de l’état » ?

      +9

    Alerter
  • step // 08.08.2020 à 19h48

    vous avez l’évolution du budget de la défense aux usa via ce lien :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_de_d%C3%A9fense_des_%C3%89tats-Unis

    Les 740 Milliards doivent logiquement être dedans plus quelques extras (financement des agences en « A » ?). En tout cas, en $ constant c’est le 3 eme budget en valeur depuis la 2eme guerre mondiale.

    Les US ont un besoin absolu de maintenir le plus gros flingue possible car vu leur passif, ils savent très bien que si un jour le lion montre qu’il ne peut plus se payer un dentier, ce sera la curée. Un pillage en bonne et due forme les attends façon URSS époque eltsine, certains appelleront cela un juste retour des choses. Malheureusement les premières victimes seront les américains déjà appauvris, qui n’étaient pas les bénéficiaires des actions étrangères détestables de leur état profond et auquel on ne peut que reprocher leur passivité. Mais sur ce point là, sommes nous collectivement mieux, au niveau français et européen en réélisant sans interruptions les caniches qui aboient au devant des intérêts américains ?

      +11

    Alerter
  • Bouddha Vert // 09.08.2020 à 11h54

    En période de croissance économique même les politiques les plus dures finissent par convenir que partager, un peu, du rabe de sucette avec les populations les plus déshéritées est finalement profitable.
    Il se pourrait que les déplétions sur l’ensemble des ressources terrestres nous fassent sortir des cycles dans lesquels nous vivons depuis 2 siècles, donc et logiquement fini le rabe de sucettes, il nous faudra désormais organiser la baisse structurelle de sucettes…
    La question est la même que les cotas d’émission du CO2 négociés à l’ONU… Bush et ses suivants ont très clairement déclaré que le niveau de vie des américains n’était pas négociable.

    La problématique ne se pose pas différemment pour nous: Qui encaissera le pourcentage de la baisse?
    Les plus riches, les plus pauvres, tout le monde à égalité, quel gradient?

    Les états unis sont, à l’heure actuelle, les plus grands prédateurs, ils agissent en conséquence.
    Philosophes et politiques ont de beaux sujets devant eux, qu’ils s’en emparent.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications