Les Crises Les Crises
27.mars.201927.3.2019 // Les Crises

Quand Patrick Cohen calomniait une invitée de la matinale de France Inter. Par Sabrina Ali Benali

Merci 1689
J'envoie

Source : ACRIMED, Sabrina Ali Benali, 22-03-2019

Nous publions ci-dessous, sous forme de tribune [1], un extrait du livre de Sabrina Ali Benali, médecin et auteure de La révolte d’une interne. Ce texte revient sur les suites de son passage à la matinale de France Inter, alors animée par Patrick Cohen. Interne de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), elle était invitée pour témoigner sur le manque de moyen et l’épuisement des personnels de l’institution, suite au succès viral d’une vidéo où elle interpellait la ministre de la Santé. Mais le lendemain de cette interview, suite à l’intervention du directeur de l’AP-HP, Sabrina Ali Benali va être mise en cause de manière mensongère par l’animateur de la matinale. Un épisode qui témoigne de la mauvaise foi et de l’impunité de certains médiacrates… (Acrimed)

Le 18 janvier 2017, je suis invitée par Léa Salamé à intervenir dans la matinale de Patrick Cohen sur France Inter. L’interview se passe sans encombre. Avant de quitter le studio, je croise Manuel Valls dans les couloirs, qui dit me connaître. Étrange sentiment. Le Premier ministre a donc été informé de l’existence de ma vidéo. Elle a été relayée jusqu’aux plus hautes sphères de l’État. Tant mieux, pour une fois, la réalité vient toquer à la porte des puissants.

Le soir même, je reçois un appel d’un membre de l’équipe de la matinale. Il m’informe que Martin Hirsch, directeur de l’AP-HP, invité le même jour dans l’émission « Le téléphone sonne », affirme que je n’exerce pas dans un hôpital de l’AP-HP. Mon interlocuteur me demande des explications à ce sujet. Martin Hirsch a raison : je travaille dans le service d’urgences d’un hôpital privé à but non lucratif (établissement de santé privé d’intérêt collectif, ESPIC) conventionné avec l’AP-HP pour les stages d’internes et d’externes. Les internes changent de stage tous les six mois et exercent dans des hôpitaux appartenant à l’AP-HP ou conventionnés avec elle.

Mais la raison de cette précision m’échappe un peu, puisque je ne mentionnais à aucun moment l’AP-HP ni dans ma vidéo ni dans mon interview. J’y dénonce un climat délétère sur tout le territoire, pas seulement à Paris.

Le membre de l’équipe m’explique alors que Patrick Cohen m’a présentée comme « interne en médecine au sein de l’AP-HP ». Idem pour la bannière d’information de l’interview en ligne. C’est ce qui les dérange. Je le rassure. Effectuant mon stage dans un hôpital conventionné avec l’AP-HP, je dépends bien de cette institution. Si Patrick Cohen souhaite faire a posteriori la distinction entre « interne au sein de l’APHP » et « interne de l’AP-HP au sein d’un l’établissement conventionné », ce qui est tout à son honneur en matière de rigueur journalistique, cela ne me pose aucun problème.

Mon interlocuteur me demande quand même de lui transmettre mes fiches de paie pour prouver qu’elles émanent de l’AP-HP. Je m’exécute et lui envoie également le lien vers le livret en ligne des internes de l’AP-HP, qui référence les établissements conventionnés avec elle, dont le mien.

Mais, lorsqu’il souhaite rendre public le nom de l’hôpital dans lequel j’exerce, je refuse, évidemment. Ma vidéo évoque des histoires de patients et, même s’ils ne sont pas clairement identifiés, il est trop risqué pour eux de dévoiler l’établissement exact. De plus, il est hors de question que la direction de mon service ou de mon hôpital soit tout particulièrement pointée du doigt alors que le problème est structurel et lié aux politiques nationales.

Au réveil le lendemain, café à la main, encore dans les vapes, un immense flot de messages apparaît sur l’écran de mon téléphone. Des notifications de réseaux sociaux par centaines. « Quelle bassesse ! », « Ne t’inquiète pas, on va te défendre ! », « Le chien de garde est à l’oeuvre », etc. De quoi s’agit-il ?

Je finis par cliquer sur le lien duquel émanent toutes ces notifications et tombe sur cette chronique de Patrick Cohen, datée du matin même :

Bienvenue dans la matinale de France Inter.

Patrick Cohen : Avec, ce matin, le sentiment de s’être un peu fait avoir… par l’invitée d’hier matin de 7 h 50. Vous savez, la jeune interne militante du Parti de gauche qui dénonce la grande misère de l’hôpital public dans des vidéos à plusieurs millions de vues. On l’avait présentée comme une salariée de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris et pour cause…

Extrait de mes vidéos : “Bonjour madame Marisol Touraine, ministre de la Santé, je suis interne en dernière année de médecine à l’Assistance publique des hôpitaux de Paris.”

Patrick Cohen : En fait, non, mea culpa, nous aurions dû vérifier. Mise au point de Martin Hirsch, le directeur de l’AP-HP, hier soir au “Téléphone sonne” de Nicolas Demorand.

(Voix de Martin Hirsch.) “En fait, elle n’est pas à l’AP-HP, donc elle a été présentée ou elle s’est laissé présenter comme une interne de l’AP-HP. Comme tous les internes, elle peut passer par des hôpitaux de l’AP. Là, elle est dans une cli… (Il hésite.) Dans un hôpital privé à but non lucratif qui est tout à fait respectable et j’espère qu’il se porte bien.”

(Voix de Nicolas Demorand.) “Donc elle n’est pas de l’AP-HP ?”

(Voix de Martin Hirsch.) “Non, elle y est de temps en temps si je puis dire, mais depuis son semestre-là et ce qu’elle évoquait en disant ’la semaine dernière j’ai vécu cela’ ne s’est pas passé dans les hôpitaux de l’AP-HP.”

Patrick Cohen : Sabrina Ali Benali est donc affectée actuellement à un hôpital privé du 12e arrondissement de Paris où il n’y a pas de service d’urgences, ce qu’elle disait pourtant dans sa vidéo précisément, c’était ceci.

Extrait de mes vidéos : “Moi, je suis interne en ce moment aux urgences et, la semaine dernière, je devais transférer une dame qui s’est présentée avec une insuffisance cardiaque assez sévère, une dame de 75 ans, qu’il fallait transférer vers une unité de soins intensifs cardiologiques assez rapidement.” […]

Je suis frappée d’aphasie devant mon écran. Le pire, c’est qu’il a l’air de prendre du plaisir à me remettre en cause. Je réécoute sa chronique une deuxième fois comme pour prendre conscience que tout cela est bien réel.

La fatigue de ces derniers jours extrêmement chargés et la décharge de stress font ruisseler un torrent ininterrompu de larmes sur mon visage. J’éprouve un profond sentiment de trahison. Un coup de poignard dans le dos, gratuit, mensonger et tellement injuste. Je suis dévastée. Mettre toute mon énergie à défendre simplement les personnels soignants et les patients, pour finir par être calomniée… Je me bats pour que tous les citoyens, des gens comme lui ou ses proches, ne passent pas quarante-huit heures sur un brancard. Il me dégoûte.

Je passe à nouveau la bande et ne comprends pas. Ce n’est qu’un tissu de mensonges. Primo, je suis bien salariée de l’AP-HP puisque je reçois mes fiches de paie de sa part. Ils le savent puisque je les leur ai envoyées la veille. Deuzio, pas d’urgences dans l’hôpital où je travaille ? Aurais-je depuis trois mois des hallucinations sur le service dans lequel j’officie ? Bien sûr que je suis aux urgences. Du moins, c’est écrit à l’entrée du service et sur mon badge. Tertio, mon hôpital n’est pas dans le 12e arrondissement de Paris mais dans le 20e. Et enfin, d’où provient cet extrait où je me présente comme interne de l’AP-HP ? Je regarde une nouvelle fois ma vidéo « du buzz ». Je n’y prononce jamais les mots d’AP-HP. Je visionne également le replay de mon interview de la veille sur leur antenne. Rien non plus. Soudain, cela me revient et je comprends. Il s’agit de la phrase d’introduction de ma toute première vidéo d’octobre 2016. À l’époque, étant au sein même d’un hôpital de l’AP-HP, je m’étais évidemment présentée comme telle. Ils ont ainsi procédé à un montage sur mon ancienne vidéo, sans le préciser, pour passer à l’antenne cette phrase isolée afin d’abonder leur propos. Je suis autant énervée qu’effrayée par ces procédés abjects, a fortiori pour une grande radio de service public. Patrick Cohen, à défaut de faire une correction, a donc délibérément préféré aligner les mensonges les uns derrière les autres, tentant de me faire discréditer et de se faire passer pour une victime qui s’est fait « un peu avoir » par son invitée. Sacrée performance.

J’imaginais les millions d’auditeurs de cette émission me prendre maintenant pour une menteuse. D’ailleurs, les premiers médias mainstream s’en donnaient déjà à cœur joie : « La fausse interne qui a piégé France Inter », etc. La veille, c’était le conseiller du cabinet de la ministre de la Santé, Gabriel Attal, devenu depuis député LREM, qui avait tweeté : « Quand une prétendue interpellation citoyenne apolitique se révèle être une manipulation politicienne. »

En arrivant à l’hôpital, mes collègues ont tout de suite vu mon visage déconfit. Mais très vite, chacun m’a épaulée, outré par les derniers événements. Des chefs des étages descendaient aux urgences pour simplement m’apporter leur soutien : « Sabrina, ce qui s’est passé est absolument innommable ! » L’une de mes collègues ne s’en remettait pas : « Mon conjoint a failli balancer la radio par la fenêtre. France Inter, quand même, c’est pas possible ! »

Toute la journée, la ligne téléphonique des urgences a été inondée d’appels de journalistes qui voulaient vérifier si je travaillais bien dans ce service. En mentionnant le 12e arrondissement, Patrick Cohen avait facilement permis aux journalistes de retrouver la structure principale hospitalière dans laquelle j’exerçais. J’étais mal à l’aise vis à‑vis de mes collègues. Avec l’accord de mes supérieurs, je répondais au flot d’appels. Par chance, comme un coup de pouce du destin, le rythme, ce jour-là, était relativement calme aux urgences. À croire que les patients voulaient me laisser le temps de me défendre. J’expliquais tout aux journalistes. Eux-mêmes estimaient que cette histoire était innommable et ne faisait pas honneur à leur profession.

Plusieurs journaux n’ont pas tardé à rétablir la vérité, parmi lesquels Libération, Le Monde, Mediapart, Le Huffington Post, qui a publié ma lettre de réponse à Patrick Cohen. Gabriel Attal, lui, bancal dans ses bottes, avait déjà supprimé son tweet.

Mais la divulgation, par la radio, d’une antenne de la structure dans laquelle j’exerçais a eu inévitablement des conséquences en interne. Une preuve supplémentaire de l’irresponsabilité de ces « journalistes » qui ne se soucient pas plus du respect que du devoir de réserve, et qui n’ont que faire des répercussions de leurs révélations sur les personnels, les patients concernés et leurs familles.

Sabrina Ali Benali

Épilogue : Dans la suite de son livre, Sabrina Ali Benali explique comment elle a été contactée par la Société des journalistes de France Inter, afin de constituer un dossier pour la direction juridique de France Inter, et contraindre Patrick Cohen à reconnaître son erreur et s’excuser. Mais, soutenu par la direction, Patrick Cohen a refusé. Le démenti n’aura jamais lieu. Pire : le médiateur de Radio France s’est enfoncé un cran dans la bassesse, en évoquant notamment les « mensonges de l’interne » et en expliquant que « France Inter (et d’autres médias) a été abusée. Patrick Cohen a eu l’honnêteté de le reconnaître. Mais une vérification aurait dû être opérée en amont. ». Sabrina Ali Benali explique n’avoir eu ni le temps, ni l’énergie de faire un procès, mais avoir pu compter sur le soutien chaleureux de ses collègues et de nombreux internautes.

Extraits tirés de La révolte d’une interne
© le cherche midi, 2018. Tous droits réservés

Source : ACRIMED, Sabrina Ali Benali, 22-03-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Bèbert le Fou // 27.03.2019 à 07h14

Comme je le disais à propos de votre billet sur l’intox de France Inter sur les gants truqués de Dettinger : France Inter, c’est la carence, l’incompétence, l’inconscience, l’ambivalence, la connivence, bref, France Inter, écouter la flatulence. Et devinez qui en émet le plus ?

48 réactions et commentaires

  • Fritz // 27.03.2019 à 06h49

    La mésaventure arrivée à Sabrina Ali Benali, ce traitement indigne qui lui a été infligé par des médiacrates bien au chaud dans leur studio, doit servir de leçon. Il ne faut pas faire confiance à France Inter, même si cette radio est classée “à gauche” (?) et qu’on se sent “de gauche”. Patrick C. est un récidiviste, je me rappelle fort bien l’interrogatoire digne de l’Inquisition qu’il avait fait subir en 2012 à un homme politique, candidat à l’élection présidentielle, de concert avec sa consœur Pascale Clark.

      +74

    Alerter
    • Kesse // 27.03.2019 à 08h02

      France Inter est de gauche comme le parti socialiste l’est.

      P. Cohen, pénombre de l’intelligence et de l’honnêteté, dont le cerveau est plus fait pour cirer des maroquins que juger d’une idée, est à gauche comme Macron l’est.

      Et ce qui me terrifies, dans ce texte, c’est le “France Inter, quand même, c’est pas possible” …
      Je le connais tellement … je suis dans cette classe sociale ou les gens ont été en partie recruté pour leur docilité et leur politesse et ont été formé à ne jamais rien remettre en question. Il faut leur balancer des seaux de sable directement dans la figure pour qu’ils commencent à cligner des yeux. Et ça ne fait pas effet longtemps … je suis sûr que cette docteure continue d’écouter France Inter.

        +54

      Alerter
      • Serge F. // 27.03.2019 à 09h35

        On peut écouter France Inter pour les chroniques de Charline Vanhœnacker et Guillaume Meurice dont voici un bel exemple :

        https://www.youtube.com/watch?v=nlGx2DD7m-E

          +3

        Alerter
        • ellilou // 27.03.2019 à 13h32

          Non, j’en suis bien triste car je les trouvais plutôt sympathiques quoi qu’inoffensifs, mais leur attitude mollassonne, pusillanime et suiviste pendant l’entre deux tours des dernières présidentielles, leurs éternels ricanements, leurs prétendues postures “poil à gratter” (dans le sens du poil, à mon humble avis…) ne me fait plus rire du tout et je me demande comment j’ai pu me faire avoir 🙁 Je me permets de vous mettre un lien vers un extrait du passage de Franck Lepage chez Daniel Mermet qui l’explique bien mieux que moi: https://www.facebook.com/LaBasSiJySuis/videos/2354830307868339/

            +25

          Alerter
          • kess // 27.03.2019 à 15h40

            Merci, j’avais la même impression que vous et vous m’évitez d’avoir à construire une réponse dans ce sens … En effet, c’est des mous, des gens de posture … je dirais de la gauche satisfaite et l’entre deux tours l’a montré. Cela dit leur réaction face aux gilets jaunes pour ce que j’en connais a été acceptable … enfin, il casse pas trois pattes à un canard non plus et entre Rufin/Mélenchon vs Macron, je ne suis pas totalement sur de savoir ce qu’ils voteraient … ils hésiteraient, sans doute.

              +5

            Alerter
  • Brunobourbon 262 // 27.03.2019 à 07h11

    Patrick COHEN où est ton éthique….? Des excuses publiques seraient bienvenues !

      +35

    Alerter
  • Bèbert le Fou // 27.03.2019 à 07h14

    Comme je le disais à propos de votre billet sur l’intox de France Inter sur les gants truqués de Dettinger : France Inter, c’est la carence, l’incompétence, l’inconscience, l’ambivalence, la connivence, bref, France Inter, écouter la flatulence. Et devinez qui en émet le plus ?

      +78

    Alerter
    • gendan // 27.03.2019 à 08h12

      Si ce n’était que France Inter, ce ne serait pas trop grave, mais vous pouvez y ajouter BFMTV. Il y a une époque où je visionnais en replay, l’émission C à Vous. Mais depuis que ce monsieur, qui se dit journaliste, y sévit, j’ai cessé de le faire. P. Cohen n’est pas digne de la profession. A tous les invités reçus dans cette émission, il se fait un malin plaisir à leur faire subir un interrogatoire digne de l’inquisition, comme le dénonce Fritz. Aussi, lorsque Monsieur Dupont-Aignan l’a accusé de passer son temps à cirer les pompes d’Emmanuel Macron, c’était un réel plaisir. Merci Monsieur Dupont-Aignan.

        +72

      Alerter
    • RGT // 27.03.2019 à 08h16

      France Inter est une “radio publique”.

      Qui selon-vous trace la ligne éditoriale et sélectionne les sujets à traiter ET la manière de les traiter ?

      Sûrement pas les “gilets jaunes”.

      Pourtant, ce sont bien eux qui sont les “actionnaires” de ce machin en finançant ce sévice public depuis sa création.

        +36

      Alerter
  • Graindesel // 27.03.2019 à 08h01

    « France Inter, quand même, c’est pas possible ! »

    Bien sûr que c’est possible! Cela arrive même (presque) tous les jours. A part quelques émissions qui survivent, c’est un festival de propagande pro-macron, pro-ue et anti-russe.

    A propos, avez-vous remarqué la discrétion sur le mensonge du Russiagate?

    Maintenant que nous savons qui a menti, on peut relire le billet des-crises.fr du 8.10.2017:

    https://www.les-crises.fr/le-style-totalitaire-du-russia-gate-par-robert-parry/

    Style totalitaire? Tout est dit!

      +44

    Alerter
  • Fabrice // 27.03.2019 à 08h17

    Franchement j’ai hésité mais taper sur Patrick Cohen c’est devenu aussi facile que BHL.

    Ils sont à eux deux mes indicateurs pour détecter le faux et faire l’inverse de ce qu’ils défendent, ils devraient être déclarés d’utilité publique rien que pour ça !

    Allez pour le plaisir un moment de recadrage de Patrick Cohen par du haut Bégaudeau : https://youtu.be/79Qh2LgL0zE

      +43

    Alerter
    • Fabrice // 27.03.2019 à 08h30

      Par contre je suis de tout cœur avec madame le docteur Benali qui a fait les frais je pense des a priori de Patrick et d’être sur son terrain de chasse favori soit démolir les protestataires des décisions du régime en place.

        +18

      Alerter
  • bluetonga // 27.03.2019 à 08h22

    De l’autre côté de l’Atlantique, le russiagate fait piteusement naufrage après deux ans de (fausses) déclarations fracassantes de la presse MSM sur la collusion Trump/Kremlin. Mueller sort de sa longue enquête les mains vides et les démocrates entament une longue et pénible période de gueule de bois après l’ivresse du début largement entretenue par une presse partiale, partisane et décérébrée.

    Jeff Zucker, le patron de CNN, affirme que sa chaîne a officié dans les règles : “Nous ne sommes pas des enquêteurs. Nous sommes des journalistes, et notre travail consiste à rapporter les faits tels que nous les connaissons, ce que nous avons précisément fait”. Il passe pudiquement sur la mauvaise foi crasse qui a étayé ces deux années d’agitation médiatique qui ont profondément faussé le débat démocratique de son pays, parangon autoproclamé en la matière.

    https://www.zerohedge.com/news/2019-03-26/we-are-not-investigators-cnns-jeff-zucker-unapologetic-perpetual-russia-hoax

    Notre presse, un business malsain qui couche avec les pouvoirs. Il faudrait mieux l’encadrer, comme dans nos belles contrées du nord : les journalistes en vitrine, avec de jolie lampes rouges pour indiquer publiquement leur raison d’être.

      +28

    Alerter
    • Haricophile // 28.03.2019 à 12h49

      Il a raison, le journaliste moderne n’est pas là ni pour enquêter, ni pour vérifier ses sources, ni pour analyser: Il est là pour transmettre ce qu’on lui donne comme un bon soldat, sans se poser de question.

      C’est bien ce qu’il dit, non ?

        +2

      Alerter
  • Caliban // 27.03.2019 à 08h36

    Histoire édifiante.

    Le plus remarquable à mes yeux n’est pas tant le bidonnage de l’information que le soutien de la hiérarchie à son caniche-tête-de-gondole. On n’est pas près dans ces conditions d’avoir un “comité d’éthique” des journalistes en France, totale impunité à partir du moment où tu fais de l’audimat.

    Pourtant l’intéressé l’avoue lui-même, sa carte de presse ne lui sert à rien : https://www.youtube.com/watch?v=Tkk5HjD47wQ

      +14

    Alerter
    • Ovuef2r // 27.03.2019 à 09h50

      L’amusant dans tout ça c’est que, auréolé de son audimat, il s’est fait embaucher chez Europe 1 où il a encore plus plombé l’audience. Ses auditeurs ne l’ont pas suivi….
      Quand j’écoutais France Inter, Culture ou Infos, c’était surtout pour l’absence de pubs.
      Maintenant j’écoute une radio musicale belge, presque sans infos et où la pub est encore très marginale. Mais il faut être frontalier..

        +12

      Alerter
      • Haricophile // 28.03.2019 à 12h56

        La radio musicale sans pub, ou avec très peu de pub, pas besoin d’être frontalier de quoique ce soit a l’heure d’internet… c’est pas les diffuseurs, ni les contenus qui manque, ni les moyens d’y accéder en se fabricant les sien quand les choses prémoulinées ne satisfont pas..

          +0

        Alerter
        • Ovuef2r // 28.03.2019 à 15h42

          Pré mouliné c’est du boulot. Et par paresse ça finit par être répétitif.
          Dans la france profonde la 4 G ne couvre pas partout.
          Enfin le service public belge mérite encore son qualificatif. En qui concerne la pub, pour les infos le siège de l’OTAN est à 20 km. Et ça influe pas mal.
          On peut aussi capter la radio des forces US d’ailleursi. Des reprises de radios américaines. Sans pub non plus. Toujours mieux que France Inter/Info/Culture : la voix de leur maître.

            +0

          Alerter
  • Pierre Kiroul // 27.03.2019 à 08h51

    Sabrina Ali Benali dit avoir été invitée le18 janvier 2017 par Léa Salamé à intervenir dans la matinale de Patrick Cohen sur France Inter. Dans un certain sens, elle est en partie responsable de sa mésaventure, car si elle avait écouté une ou deux fois Patrick Cohen et Nicolas Demorand sur France Inter ou à la télévision elle aurait compris à quel type de journalistes et à quelle forme de journalisme elle allait être confrontée.
    “Never argue with a fool, people might not see the difference”.
    On n’est pas interviewé par la Pravda sans risque !

      +10

    Alerter
    • Dominique65 // 27.03.2019 à 10h15

      « elle est en partie responsable de sa mésaventure »
      Oui, et c’est aussi la faute de cette militante d’ATTAC de 73 ans de s’être fait bousculer : elle n’avait qu’à pas se rendre dans une manif interdite.

        +26

      Alerter
      • Michael // 27.03.2019 à 14h58

        Cette militante d’ATTAC partage la responsabilité de ce qui lui est arrivé. Elle avait effectivement le choix de ne pas venir en manifestation. La déresponsabilisation à outrance commence à devenir un problème : cette femme n’est pas une simple victime, totalement déconnecté de ce qui lui est arrivé. Arrêtons s’il vous plait d’ériger le statut de victime comme une vertue.

        C’est à mon avis encore pire de la considérer comme une pure victime, sans aucune part de responsabilité. Elle était venue pour une raison, et il ne faudrait pas l’eclipser. Ce n’était pas une simple passante, qui se serait fait faucher par la mauvaise fortune. C’est une femme qui protestait contre le gouvernement, et qui a été gravement blessé pour cela.

          +1

        Alerter
        • Dominique // 27.03.2019 à 16h07

          Vous plaisantez, j’espère, car dans dans le même style on a aussi cela
          “Elle a été violée, elle l’a bien cherché en portant une jupe trop courte”.

            +26

          Alerter
    • tachyon // 27.03.2019 à 10h30

      “….Dans un certain sens, elle est en partie responsable de sa mésaventure, …”
      Donc, conseil macronien,
      Soyez sage de ne pas aller dans une manifestation où vous pourriez rencontrer des charges policières ! Restez chez vous ! Mais éloignez-vous du balcon !

        +23

      Alerter
      • weilan // 27.03.2019 à 16h30

        Eloignez-vous du balcon. Oui, même au 4ème étage d’un immeuble ancien, une grenade offensive peut vous fracasser la tronche et, in fine, vous envoyer au cimetière, tel Madame Zineb Redouane..

          +15

        Alerter
    • Serge F. // 27.03.2019 à 13h49

      Vous oubliez un détail : l’infamie a été commise après son passage sur France Inter, à un moment où elle n’avait plus les moyens de se défendre. A mon avis, elle aurait pu passer sur une autre antenne, Patrick Cohen n’aurait pas hésité à la calomnier quand même.

      Je suis sûr qu’elle hésitera à présent d’être interviewée par ce journaliste vedette soutenu par sa direction alors qu’il manque singulièrement de déontologie.

      Sabrina Ali Benali est passée sur France 5 pratiquement 2 ans après pour parler de son livre. Bien évidemment, Marina Carrère d’Encausse et Régis Boxelé ne reviendront pas sur ce problème, même au moment où elle évoque Martin Hirsch :

      https://www.francetvinfo.fr/sante/hopital/hopital-en-crise-on-nous-transforme-en-robot-du-soin_3015267.html

        +14

      Alerter
    • Haricophile // 28.03.2019 à 12h59

      “Never argue with a fool, people might not see the difference”.

      Moi je connais :
      « Discuter avec un imbécile c’est comme jouer aux échecs avec un pigeon : il chie sur le plateau, renverse toutes les pièces et se pavane comme s’il avait gagné. »

        +2

      Alerter
  • Eric // 27.03.2019 à 08h53

    “Sabrina Ali Benali explique n’avoir eu ni le temps, ni l’énergie de faire un procès,…”

    Réalité cruelle, ces personnes, qui sont aussi appelés “des élites” faussement ainsi nommées, utilisent, usent, abusent du fait que globalement peu de personnes auront le courage d’intenter des procès.

    Je le comprends d’autant plus que je le vis depuis 20 ans! Il faudrait avoir le courage d’affronter, mais c’est d’autant plus difficile qu’ils savent que vous êtes souvent isolé, que la défense n’est pas à armes égales, que cela coûte cher non seulement financièrement mais surtout moralement. C’est très destructeur et en début ou en milieu de carrière il peut être préférable de faire le choix de laisser tomber pour se préserver. Perso je le savait or il aurait fallu que j’ai le courage de commencer bien avant…

    Dommage que “la faute lucrative” ne soit pas une notion juridique prise en compte par nos lois. Mais il ne faut pas rêver nous avons certainement basculé dans la récession morale après avoir atteint un peu comme un sommet…

    C’est pour cela que j’ai soutenu OB dans son combat. C’est important, pas uniquement symbolique mais aussi prise de conscience qu’il faut au moins résister!

      +24

    Alerter
  • Papagateau // 27.03.2019 à 09h05

    Quatre mensonges bien liés les uns aux autres sur la même personne. Comme ça c’est 4 fois plus de poids.
    Non ! Non pas 4 fois plus de poids mais 100 fois plus de poids, car le temps qu’un journaliste honnête (supposition) vérifie les 4, il sera comme tétanisé, ne publiant rien. Et le mensonge s’incruste dans l’opinion du simple fait que les démentis ne passent pas les médias.

    Et puis, il y a la réputation et l’entre-gens de la personnalité : Se peut-il qu’il mente (parce que 4 erreurs, c’est pas crédible)?

    Voici donc la vraie cause de notre crédulité : C’est pas crédible qu’ils mentent autant. Non, c’est pas possible qu’il mente autant.
    Et bien si.

    Le plus dur sera d’en tirer les conséquences, tout les jours. Et de devoir s’en expliquer auprès de ceux qui ont encore confiance.

      +9

    Alerter
  • Eric83 // 27.03.2019 à 09h19

    “La veille, c’était le conseiller du cabinet de la ministre de la Santé, Gabriel Attal, devenu depuis député LREM, qui avait tweeté : « Quand une prétendue interpellation citoyenne apolitique se révèle être une manipulation politicienne. »”

    Gabriel Attal, un des chouchous de Macron a été très bien récompensé comme en témoigne son parcours depuis :

    Après avoir rejoint La République en marche (LREM) à sa création, il est élu député en 2017 dans la dixième circonscription des Hauts-de-Seine. À l’Assemblée nationale, il est membre de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation, où il officie comme coordinateur (« whip ») du groupe LREM. Il est également rapporteur du projet de loi relative à l’orientation et la réussite des étudiants.
    Il devient par ailleurs porte-parole de LREM en janvier 2018.
    Le 16 octobre 2018, il est nommé secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale dans le gouvernement Philippe II, devenant ainsi le plus jeune membre d’un gouvernement sous la Ve République.

    Gabriel Attal, archétype de la caste au pouvoir, est étrillé par Juan Branco dans “Crépuscule”.

      +23

    Alerter
    • Alfred // 27.03.2019 à 23h27

      A propos de cet oiseau, cela fait penser à la performance de l’autre perruche qui n’a pas fait ses devoirs et qui arrive les mains dans les poches pour lancer la liste lrem aux européennes … sans connaître les noms des candidats..
      Touriste.

        +2

      Alerter
  • Julien // 27.03.2019 à 09h36

    Hé oui. Tous les pseudos journalistes marqué du saut de “l’intouchabilité” comme Cohen, Haziza, Demorand, Lapix, Salamé…sont des chiens de garde et sont les premiers à faire ce qu’ils repprochent sans cesse aux autres. Je pose la question : quel est vraiment le rôle de ces journalistes dans notre pays ? quels sont leurs liens avec les sphères de pouvoir, car oui, ils ne sont pas neutres. Pour qui et pour quels intérêts ils agissent ? Les réponse à ces questions sont interdites et vous savez très bien pourquoi. Seuls les mieux informés et éclairés le savent. Appelons un chat, un chat. Cessons la langue de bois. ces gens devront rendre des comptes un jour, à moins qu’ils ne s’exilent tous dans la seule démocratie “du monde” ……..

      +33

    Alerter
  • riton // 27.03.2019 à 10h16

    Au moins les prostituées peuvent avoir une utilité sociale

      +2

    Alerter
  • Bounef // 27.03.2019 à 10h51

    Soutien total au Dr Sabrina Ali Ben Ali.

    Auditeur enthousiaste puis assidu de FInter et FCul j’ai lâché ces stations, écoeuré par leur soumission au pouvoir (“Ecoutez la déférence”) amorcée il y a quelques années déjà.Je regarde de temps en temps Guillaume Meurice sur Youtube.

    Surprise, surprise! Abonné”triple-play” chez SFR, je constate que depuis environ une semaine ma télé s’ouvre systématiquement sur la chaine BFM-TV, bouse macronienne que j’évite comme la peste.

      +22

    Alerter
  • Eric83 // 27.03.2019 à 11h09

    Dans la catégorie répression du pouvoir et “chiens de garde” prêts à tout :

    “J’adresse aux journalistes du Point et de LCI, Aziz Zemouri et Georges Brenier, véritables chiens de garde du Pouvoir, toute l’expression de mon mépris et je les invite vivement à démissionner pour cesser de nuire à autrui. Il sont à l’image de ce journalisme poubelle qui participe au glissement totalitaire de notre société actuelle.”
    https://www.lepoint.fr/societe/un-fiche-s-d-ultragauche-qui-transportait-des-grenades-en-garde-a-vue-26-03-2019-2303887_23.php

    *** Communiqué de IanB, membre du collectif Désarmons-les!, désormais libre ***
    “Je suis sorti vers 18h30 du commissariat du 7ème arrondissement où j’étais en garde-à-vue depuis lundi soir.
    Contrôlé et arrêté à la Gare Montparnasse à ma descente du train Hendaye-Paris, j’avais avec moi une valise, dans laquelle je transportais des affaires personnelles, dont mon ordinateur et une clé USB, ainsi qu’un échantillon de chaque munition utilisée par les forces de l’ordre pour réprimer les foules, que j’utilise dans des conférences-débats sur les violences d’Etat et les armements du maintien de l’ordre.”
    La suite ici :
    https://www.facebook.com/cerveauxnondisponibles/posts/2081656035266604?__tn__=K-R

      +12

    Alerter
  • Freddi // 27.03.2019 à 11h17

    Et maintenant on apprend que Bernard Guetta est éligible sur la liste de RM.
    Sa propagande atlantiiste au quotidien sur France Inter lui aura servi.
    La prochaine fois on aura aussi Demorand

      +15

    Alerter
    • Eric83 // 27.03.2019 à 13h18

      …et qu’il restera chien de garde, euh pardon,”journaliste”. Ceci dit, cela ne changera pas grand chose puisqu’il officie déjà comme chien de garde et non comme journaliste.

        +5

      Alerter
  • Arax // 27.03.2019 à 12h32

    A ceux qui aiment rire (jaune) aux dépends de France Inter, voici une parodie que j’avais publiée sur Agoravox en avril 2016. On y retrouvait nos animateurs-éditocrates préférés, en roue libre dans la célèbre rubrique “Géopolitique”, consacrée ce jour-là aux guerres du Caucase :
    Anthony Bellanger, Patrick Cohen et bien entendu Bernard Guetta…
    https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/geopolitique-ii-france-inter-179805

      +5

    Alerter
  • Celadon4238 // 27.03.2019 à 12h37

    Affreux. Ces éditocrates pensent que le service public leur appartient en propre!
    Très typique la réaction de G. Attal qui fait disparaitre le tweet au lieu de reconnaître ses torts. Un procédé malhonnête qui a tendance à se généraliser.

      +8

    Alerter
  • Serge F. // 27.03.2019 à 14h06

    Patrick Cohen n’en est pas à sa première infamie. Le 30 mai 2018, il a contesté la nocivité du glyphosate soulevant de nombreuses contestations tout à fait justifiées :

    https://twitter.com/LeMediaTV/status/1004714255801815040

    Si les preuves ne suffisaient pas, le 19 mars dernier, Le Monde a sorti un article intitulé « Le glyphosate et deux insecticides accusés d’augmenter les risques de lymphomes » :

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/03/19/lymphome-une-etude-d-ampleur-inedite-souligne-la-presence-de-pesticides-suspects_5438157_3244.html

    On attend toujours un rectificatif du journaliste vedette soutenu par sa direction.

    Ecoutez aussi cette leçon de journalisme que lui a donné Frédéric Taddéï en 2013 :

    https://www.youtube.com/watch?v=x-nsdBP637w

      +11

    Alerter
  • jp // 27.03.2019 à 14h27

    c’est de sa faute aussi à Mme Sabrina Ali Benali, elle a milité dans l’associatif avec Les Enfants de Don Quichotte, elle a été au Parti de gauche et à la France insoumise et elle donne des interviews à des revues et sites gauchistes comme Ballast. Ce qui est rarissime pour un membre de la caste médicale.
    Hier j’ai eu la consternation d’entendre un soignant me dire que la dame de 73 ans blessée à Nice, ben c’est bien fait pour elle, elle n’avait pas à aller à une manif interdite.

      +6

    Alerter
  • geedorah // 27.03.2019 à 14h58

    L’une de mes collègues ne s’en remettait pas : « Mon conjoint a failli balancer la radio par la fenêtre. France Inter, quand même, c’est pas possible ! »

    j’me lache, quelle bande de crétins !
    et en parlant d’une émission de cohen en plus…
    mais c’est la grande force de cette radio faire de l’humour à gauche et parler réalité à droite, forcement certains ignares s’y perdent…

      +4

    Alerter
  • Tamata // 27.03.2019 à 15h11

    Dernièrement. Léa Salamé avait très lourdement insisté sur les dégradations lors de manifs de gilets jaunes…on ne parlait plus QUE des dégradations, “alors oui que fait on pour contrecarrer les casseurs…”, ” que fait la justice, que fait la police ?”…elle avait complètement occulté le fond du problème, à savoir l’extrême violence infligée par nos élites sur les plus démunis d’entre nous, ceux qui gagnent 800€ par mois et dorment dans une voiture pourrie…rien ne comptait plus, sauf les dégradations, les casseurs

      +6

    Alerter
  • Yves TEROUINARD // 27.03.2019 à 17h07

    Monsieur Patrick Cohen,
    Docteur Patrick Cohen, puisqu’il sait reconnaître des “cerveaux malades”.
    Voir : https://www.youtube.com/watch?v=YeeeLO2UIuk&t=13s
    Et de faire une “liste noire” de personnes.
    Donc comme dit la maxime : “on ne parle bien que de ce l’on connait (bien)”.

      +2

    Alerter
  • clauzip 12 // 28.03.2019 à 00h00

    Le service dit public de radio et tv est totalement perverti par le pouvoir.
    J’ai suivi avec le maximum d’info de la part de nombreux média la crise Vénézuélienne.
    Tout le service public balance la même info d’origine très vraisemblablement OTAN
    La totalité de ces stations sort au moment des info le même dégueulis,même pas des sorties imprévues de Trump qui exprime ainsi tout l’intérêt porté sur ce pays pétrolier avec les menaces habituelles.
    L’info assez souvent donnée par un ou un grand inconnu qui récite derrière son micro toutes amabilités que font les partisans de Gaido .
    Rien d’étayé et surtout aucune en quête qui montre à charge et décharge la situation en ,mentionnant les faits vérifies et recoupés.
    Nous avons en retour un discrédit majeur des médias macrons.
    Quant à une information honnête et sérieuse sur les giles jaunes,rien!
    Il ont cassé,répété et montré mais il ont aussi été cassé sans une vérification sans prequ’aucune image le montre.
    Le boxeur a été accablé par un mensonge de la radio Macron.
    il a été dit et répétè en radio qu’il portait des gants alourdis au plomb!
    Mensonge,il avait des gants de motard.
    bravo Cohen,l’une suit l’autre sans tarder;nous te payons…bientôt ce sera à bras raccourcis!
    Les places sont chères à France inter qui donne le la de la compromission et du mensonge.

      +7

    Alerter
  • Sybillin // 28.03.2019 à 17h10

    Personnellement il y a une douzaine d’années que je n’écoute plus FI depuis les élections de 2007! Je n’ai pas besoin d’un juge pour me commenter les infos, ni qu’on m’explique comment je dois penser! Malheureusement une grosse partie de la population est intoxiquée et décérébrée par les médias et je trouve que les gilets jaunes sont comme un sursaut d’un organisme qui a décidé de lutter contre la maladie!!!mais celle ci est toujours là comme en témoigne l’absence de remise en cause de nos journalistes.
    Vous trouverez des infos non américaines sur le Venezuela sur le site “infovenezuela” dont je ne connais pas la fiabilité mais qui a le mérite d’être en prise directe avec le pays.

      +1

    Alerter
  • Aparao // 28.03.2019 à 20h45

    France Inter, je l’écoute depuis longtemps, sur un mode nécessairement clinique, et le cas est très grave.
    Vous souvenez-vous de Pascal Paoli pendant la campagne référendaire de 2005 ?
    La neutralité journalistique, cela n’existe pas.

      +0

    Alerter
  • TITI // 29.03.2019 à 09h32

    Patrick Cohen est un chien de garde du système médiatico-politico mondain, un de ces procureurs institutionnels, souvent payés par l’argent public, à nous faire la leçon du politiquement correct sous couvert d’informer.

      +0

    Alerter
  • ien // 30.03.2019 à 06h50

    Pourquoi écouter les matinales de France Inter?

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications