Les Crises Les Crises
22.mars.201922.3.2019 // Les Crises

Les chaînes télé déroulent le tapis rouge devant Marine Le Pen. Par Frédéric Lemaire

Merci 1192
J'envoie

Source : ACRIMED, Frédéric Lemaire, 19-03-2019

Depuis le début de l’année, les représentants du Rassemblement national (RN) se bousculent aux portillons des chaînes d’information en continu. Sur la période allant du 1er janvier au 17 mars 2019, on ne dénombre pas moins de 161 invitations sur BFM-TV, Cnews, France Info ou LCI, soit plus de deux apparitions par jour en moyenne. A elles seules, BFM-TV et CNews comptent pour 131 invitations (voir notre décompte en annexe). Cette omniprésence des représentants du parti d’extrême-droite s’accompagne d’un traitement médiatique tout en complaisance à l’égard de Marine Le Pen. À longueur d’émissions spéciales sur « la dynastie Le Pen », d’interviews bienveillantes, de commentaires élogieux, la présidente du Rassemblent national (RN) bénéficie d’une couverture d’une complaisance sans égale. Retour sur cette édifiante séquence de promotion médiatique.

Dès la mi-janvier, BFM-TV célébrait en fanfare la rentrée politique de Marine Le Pen avec une émission spéciale, promue à grands renforts de bandes-annonces. Au programme, « une grande enquête » sur « un feuilleton politico-familial qui passionne les Français depuis plus d’un demi-siècle, la dynastie Le Pen », avec « des secrets, des pardons et des trahisons ». Bref on l’a compris, rien ne sera épargné aux téléspectateurs, dans ce que Samuel Gontier décrit comme une « entreprise de dépolitisation parfaitement menée, à force d’anecdotes insignifiantes et d’exégèses psychologisantes [1]. »

Le soir même sur le plateau de BFM-TV, les commentaires donnent le ton : « Il y a ce côté Dallas et Dynastie, les séries américaines », commente ainsi Olivier Beaumont du Parisien. Et d’évoquer « un clan qui s’est toujours invité dans le foyer des Français. » Invité certes, mais par qui ? Pour le présentateur Bruce Toussaint, l’histoire des Le Pen est « une saga incroyable », qui est « à la fois une histoire de famille et un pan de notre histoire politique. » Rien que ça. La diffusion de cette émission spéciale tombe d’ailleurs à point nommé : « Marine Le Pen qu’on disait carbonisée par la dernière élection présidentielle […] est en train de tirer profit de la crise des gilets jaunes ». Une affirmation sans appel, sur la foi de sondages prédisant un score élevé pour le Rassemblement national. Et constituant vraisemblablement une raison suffisante pour dérouler le tapis rouge à sa dirigeante [2].

Une autre séquence s’ouvre le 17 février. Alain Finkielkraut est invité sur BFM-TV par Apolline de Malherbe, en réaction aux insultes proférées la veille à son encontre, en marge d’une manifestation de gilets jaunes. Au cours de cet entretien, il délivre un satisfecit à la présidente du Rassemblement national : « Qui a dénoncé immédiatement les attaques dont j’ai été l’objet ? Marine Le Pen. » Pour lui, le RN ne figure pas parmi « les vrais fauteurs de haine ». D’ailleurs, ce serait « une incroyable paresse de pensée que de revenir sans cesse aux années 1930 et au bon vieux Front national de papa ».

Cette invitation a été l’amorce d’une nouvelle salve de commentaires complaisants à l’égard du Rassemblement national [3]. Sur le plateau de « BFM Story », l’éditorialiste Anna Cabana est catégorique : au lieu de parler d’antisémitisme d’extrême-droite, on ferait mieux de parler d’un antisémitisme d’extrême-gauche. La preuve ? « Quand on discute avec Alain Finkielkraut de ce qui s’est joué pour lui […] il vous parle des zadistes, il vous parle des gauchistes ». On ne peut pas reprocher à Anna Cabanna de ne pas avoir de suite dans les idées : le lendemain, elle invite Marine Le Pen à un entretien chaleureux et complaisant sur i24. L’occasion pour la présidente du RN de pontifier sur l’« antisémitisme islamo-gauchiste » qui serait le « danger le plus flagrant, le plus évident aujourd’hui ».

En mars, c’est LCI qui prend le relais. La chaîne d’information en continu y va, elle aussi, de sa soirée spéciale sur le « renouveau » de la dirigeante du Rassemblement national. Dès le journal de 17h, la présentatrice annonce la couleur : « Elle est jugée volontaire, capable de prendre des décisions et de comprendre les problèmes quotidiens. L’image de Marine Le Pen s’est considérablement améliorée auprès des Français. [4] ». A 18h, David Pujadas annonce quant à lui « un retour en grâce ». Des affirmations à nouveau appuyées à grand renfort de sondages.

Au sommaire de cette soirée, surprise ! Un « grand document » sur « le roman vrai d’une dynastie politique », avec les « confidences et confessions de trois générations Le Pen ». Avec originalité, LCI marche dans les pas de BFM-TV. Pourquoi au juste cette émission spéciale ? Le chef du service politique de TF1 et LCI s’explique : « Parce qu’on est à quelques semaines d’une élection, les européennes, où, selon toute vraisemblance, la formation politique de Marine Le Pen va réaliser un score très important. » La même logique est à l’oeuvre que sur BFM-TV : des sondages annoncent un résultat favorable pour le RN, il est donc urgent de lui ouvrir tous les micros.

Le service public n’est pas en reste. « L’émission politique » du 14 mars sur France 2 constitue le dernier épisode en date de cette séquence de promotion médiatique. Un extrait relayé avant l’émission annonçait déjà la couleur : Thomas Sotto, interrogeant Marine Le Pen… sur son amour pour ses chats. Un échange passionnant qui n’a pas manqué de susciter l’ironie voire l’indignation sur les réseaux sociaux. L’émission est à l’avenant : pendant plus de deux longues heures, Marine Le Pen occupe l’antenne. Le résultat ? C’est Nathalie Saint-Cricq, cheffe du service politique de France 2, qui en parle le mieux dans son debriefing : « globalement, elle est hyper dédiabolisée ». Et en détail, cela donne cette tirade édifiante :

« Moi, je l’ai trouvée assez efficace, j’ai trouvé qu’elle avait travaillé […], qu’elle était dans le constat ce qui lui permet plus facilement d’arrondir les angles. Elle n’est pas contre les riches, elle est pour les pauvres. Elle aime bien les bons gilets jaunes, mais elle défend aussi les policiers. Tout est de la faute du gouvernement. Donc pendant toute la première partie on a eu quelqu’un d’assez consensuel et qui était dans le constat et finalement son constat, on pouvait le partager, et c’était une sorte de constat mainstream . Après les choses se sont un peu plus gâtées avec Nathalie Loiseau et avec Matteo Renzi parce que là, on n’était plus dans le constat on lui demandait des solutions […] et là ça a patiné un petit peu plus mais globalement, elle est hyper dédiabolisée et elle a travaillé et elle n’est plus excessive comme elle pouvait l’être avant, ni pas très professionnelle. »

En résumé donc : une belle séquence d’« hyper dédiabolisation » offerte en direct et à une heure de grande audience par le service public.

 

***

Depuis janvier, les chaînes d’information en continu font la chronique annoncée du triomphe de Marine Le Pen. Ils décrivent, sur la foi de sondages, tantôt une « résurrection », tantôt une « reconquête » en vue des élections européennes. Emissions spéciales à l’appui, ils évoquent des Français « fascinés » par la famille Le Pen. Tout est bon pour expliquer le succès annoncé de l’extrême-droite. Pour certains commentateurs, les mobilisations de gilets jaunes auraient profité au Rassemblement national – alors même que les obsessions migratoires de Marine Le Pen n’apparaissent pas dans les revendications exprimées par les gilets jaunes.

Cette séquence, qui prend des allures d’auto-hypnose médiatique, a un effet performatif – lorsqu’est annoncée sur tous les tons et registres la « dédiabolisation » du RN. Elle fonctionne également comme une forme de prophétie auto-réalisatrice, en écrivant à l’avance la « dramaturgie » des élections européennes comme un « match » entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Et en écrasant, sur les plateaux télévisés, toute alternative à ce duel sous le brouhaha médiatique.

Frédéric Lemaire (avec Pauline Perrenot et Florent Michaux)

 

Annexe : les représentants du Rassemblement national dans les radios et télévisions

Nous avons effectué le décompte des invitations de représentants du RN dans les radios et chaînes de télévision du 1er janvier au 17 mars 2019, sur la base de la liste des interventions médiatiques recensées sur le site du RN.

Les médias recensés sont : BFM-Business, BFM-TV, C8, CNews, Europe 1, France 2, France 24, France 3, France 5, France Bleu, France Culture, France Info, France Inter, I24, LCI, LCP, Paris Première, Public Sénat, Radio Classique, RCF, RFI, RMC, RT, RTL, Sud Radio, TV5 Monde.

On compte un total de 233 invitations médias sur 76 jours, soit une moyenne de 3 invitations par jour sur l’ensemble des médias concernés. Ce palmarès est largement dominé par BFM-TV (71) et CNews (60) y compris en comparaison avec d’autres chaînes d’information en continu (14 pour LCI). Les invitations sont réparties de la manière suivante pour les quinze premiers médias :

Source : ACRIMED, Frédéric Lemaire, 19-03-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 22.03.2019 à 06h54

Il faut bien que pour que le scénario Macron-Le Pen fonctionne celui-ci soit mis en place et que Marine le Pen soit resservie, que les autres partis soient minimisés.

La démocratie optimum selon les médias et leur propriétaire qui fagocite toutes les alternatives et le RIC qui peut encore croire que les politiciens et leur commenditaires laisseraient les citoyens reprendre une part de leur souveraineté ?

113 réactions et commentaires

  • Fabrice // 22.03.2019 à 06h54

    Il faut bien que pour que le scénario Macron-Le Pen fonctionne celui-ci soit mis en place et que Marine le Pen soit resservie, que les autres partis soient minimisés.

    La démocratie optimum selon les médias et leur propriétaire qui fagocite toutes les alternatives et le RIC qui peut encore croire que les politiciens et leur commenditaires laisseraient les citoyens reprendre une part de leur souveraineté ?

      +83

    Alerter
    • Caliban // 22.03.2019 à 10h58

      Scénarion Marcon / Le Pen ?

      Cela remonte à bien plus longtemps si on veut bien se rappeler. C’est typique à mon avis des périodes pré-électorales depuis 40 ans en France.

      Un homme politique (dont le patronyme commence par “A” 🙂 ) a même inventé le terme de “mediabolisation” :
      • 1er temps : on donne les clés des studios télé à la SARL Le Pen
      • 2nd temps : peu avant les élections les medias entonnent en coeur le vote utile et le front républicain

      Mélange de complicité cynique avec le pouvoir et de course à l’audimat.

      40 ans que cela dure, c’est quand même dingue
      • que ce cirque fonctionnent encore,
      • qu’il y ait encore des électeurs pour ce parti politique dont la fonction – l’expérience le prouve assez – est consolider l’extrême-centre

        +34

      Alerter
    • Greg // 24.03.2019 à 11h25

      C’est comme ça qu’on prépare l’opinion à un rapprochement de toutes les droites dans un truc pro EU pro Euro et pro oligarchie. L’alternative à Macron si ses patrons décidaient de le virer.

        +0

      Alerter
  • Jourdain // 22.03.2019 à 07h14

    Premièrement le RN n’est pas d’ “extrême droite”.. Ca s’appelle une diffamation et vous ne pourrez jamais rien démonter justement d’extrêmisme dans leur programme et leurs propos… car rien qui va dans ce sens.
    Mensoonge et manipulation que vous relayez !
    Par contre la couverture dont elle bénéficie n’a qu’un but : diriger les protestataires vers ce parti …dont on sait que sa chef ne désire pas le pouvoir suprême du tout et qui fera réelire facilement Macron en 2022..
    Ce parti de trâitre dans son sérail… voilà la réalité de la nature de la sarl LE PEN

      +42

    Alerter
    • oriolus // 22.03.2019 à 10h31

      Jourdain, c’est pas le nom du type qui faisait de la Novlangue sans le savoir ?

      Sais pas, moi, ce qui vous permet d’affirmer que Le RN n’est pas d’extrême droite.
      Ou bien vous n’avez pas écouté Marine Le Pen : après l’annonce par Bouteflika qu’il ne se représenterait pas, elle a aussitôt demandé à grands cris qu’on interrompe la “distribution” des Visas pour les Algériens.

      Quand on agite ce genre “d’arguments” et depuis tant d’années, on est de quel bord d’après vous, -on est du centre gauche ou bien du centre droit ?

      Le fait est que, quand on est d’extrême droite, il faut juste l’assumer, c’est tout.

        +12

      Alerter
      • Booster // 22.03.2019 à 15h00

        On a quand même le droit d‘être contre l‘immigration et ne pas être d‘extrême-droite, Georges Marchais était contre l‘immigration.

          +27

        Alerter
        • destartine // 22.03.2019 à 15h24

          Certes. L’extrême droite, jusqu’à la fin du siècle dernier, se définissait par la haine de la République, le nationalisme mystique, la xénophobie, l’antisémitisme, le populisme anti-bourgeois (dans le discours, car dans les faits, quand elle est au pouvoir, elle s’entend très bien avec la bourgeoisie), le culte du chef viril. Et bien sûr l’anticommunisme. Mais aucune idéologie, aucun parti, aucun mouvement d’idées, ne reste immuable dans le temps, et l’extrême droite n’y fait pas exception. Cette dernière s’est, bon gré mal gré, résignée à la république (comme la droite orléaniste en son temps), et elle a levé le pied sur l’antisémitisme. Mais elle conserve les autres caractères. Et surtout, il en faudrait peu, à la faveur des évènements, pour qu’elle renoue avec ses démons si elle arrivait au pouvoir. Ce sont avant tout les événements, les compromis forcés, qui font changer les hommes. Mais ces changements sont réversibles à l’infini.

            +6

          Alerter
          • Alfred // 22.03.2019 à 16h39

            “Et surtout, il en faudrait peu, à la faveur des évènements, pour qu’elle renoue avec ses démons si elle arrivait au pouvoir.”
            C’est en contradiction totale avec:
            “Ce sont avant tout les événements, les compromis forcés, qui font changer les hommes. Mais ces changements sont réversibles à l’infini.”
            Remarquons au passage que la deuxième proposition peut qui est intéressante (la première n’étant, désolé, qu’un procès d’intention sans grand intéret)peut s’appliquer à n’importe quel camp et individu politique. L’épisode de la collaboration comme l’actualité brulante le montrent bien.

              +4

            Alerter
            • destartine // 22.03.2019 à 16h53

              Je ne vois pas où est la contradiction. Ça me paraît au contraire parfaitement cohérent. Pour le reste oui, ce que je dis est valable pour tout mouvement politique. Mais tout n’est pas interchangeable; il y a, comme je l’ai dit, certains caractères qui font l’ADN d’un mouvement (comme le nationalisme mystique et la xénophobie, pour l’extrême droite).

                +2

              Alerter
            • Alfred // 22.03.2019 à 17h21

              Merci pour votre réponse. Je voulais dire que votre deuxième proposition qui est très juste signifiait justement que rien ne dit que le RN au pouvoir dériverait vers pseudos “vieux démons”. Exactement comme de Gaulle était resté républicain en dépit de son passé et de son histoire. Cette pensée automatique hérissante nous a conduit à macron qui met réellement en place un régime dur. Et l’on peut constater avec quelle bonhomie des gens propres sur eux et “pas extremistes”, “pas populistes” parlent de tirer sur la foule…
              Je vous laisse à vos histoires d’adn (je ne sais pas si c’est dans l’adn de claire o petit de faire tirer sur les gens) mais ce serait bien de prendre les dangers dans l’ordre où ils se présentent et d’arreter de phantasmer. Le danger est déjà là.

                +12

              Alerter
            • destartine // 22.03.2019 à 17h59

              La conversation était sur l’extrême droite, j’ai donc répondu là-dessus. Mais si vous voulez parler du pouvoir en général, oui, bien sûr que c’est son ADN (je parle du pouvoir) de tirer sur la foule. Le pouvoir (quel que soit son détenteur) est PAR NATURE excessif. Quant au RN, je n’ai pas dit que s’il était au pouvoir, il abolirait forcément la république. Mais là encore, tout dépend des circonstances. De Gaulle n’a pas aboli la république car il a trouvé une solution: la monarchie républicaine. Il avait un rapport extrêmement ambigu à la république.

                +1

              Alerter
        • bhhell // 22.03.2019 à 18h35

          Chiche! Les pays en développement gardent leur population, mais en retour on efface leur dette inique (fabriquée par le FMI et la banque mondiale) et on leur rend le contrôle de leurs ressources. Je vous garantis que très vite c’est nous les Européens qu’on verra s’échouer en radeau sur les côtes d’Afrique en quête d’un monde meilleur.

            +6

          Alerter
          • Alfred // 23.03.2019 à 12h59

            Pas de problème. On ne demande vraiment que ça. Vivement que la rive sud soit plus riche que nous. (Mais l’Algérie d’est pas déjà maîtresse de son pétrole ? Mjdjdr). Et si cela vous amuse d’émigrer par la suite libre à vous. Pour avoir testé l’émigration je préférerai rester pauvre dans mon pays.
            (Je me permets quand même de vous rappeler que davantage d’uranium a été extrait du sol français que du sol nigérien sur ces 50 dernières années. C’est maintenant devenu trop cher en France, certes donc cela finira par changer. En attendant c’est le Canada et surtout le Kazakhstan qui se font exploiter par le vilain homme blanc de plus de 50 ans pour que toute la planète puisse envoyer des lol et regarder des séries sans nuire au climat).

              +5

            Alerter
            • destartine // 23.03.2019 à 13h18

              Je vous invite à consulter les travaux de Fr. Héran, prof au collège de France. Il prédit, au contraire, que lorsque l’Afrique se développera, sa classe moyenne émigrera alors en masse vers l’Europe, bien plus qu’aujourd’hui.

                +2

              Alerter
            • vert-de-taire // 24.03.2019 à 14h04

              Allez raconter cela aux réfugiés de Fukushima.

              Il y a encore des millions de tonnes de terrains et d’eaux à décontaminer,
              on cherche des volontaires.
              si si de la viande à REM comme on dit dans le milieu.

              Pour la Biélorussie pas de chance les gens meurent su place mais aucun problème, les statistiques sont formelles.
              Il reste des ilots, tient justement ici chez nous, autour de Bure une épidémie de gens bien portants qui en redemandent.
              https://www.villesurterre.eu/
              http://burestop.free.fr/spip/
              https://burezonelibre.noblogs.org/
              https://reporterre.net/A-Bar-le-Duc-une-parodie-de-justice-contre-les-opposants-a-Cigeo
              bref le nucléaire sauve le climat et tuent les gens.
              Tout va bien
              merci

                +1

              Alerter
    • Caliban // 22.03.2019 à 11h16

      @Jourdain

      La SARL Le Pen ne veut pas le pouvoir ? C’est étrange comme hypothèse, l’éviction du père par la fille relève du complexe d’Eodipe ?

      Autre hypothèse : les dirigeants de ce parti savent depuis toujours qu’ils sont tolérés
      • tant qu’ils renforcent, d’élection en élections, les partis en place
      • et qu’ils détournent l’attention des vrais problèmes en tapant sur les cheveux crépus

        +18

      Alerter
    • plipploup // 22.03.2019 à 12h59

      Qu’est ce qui dérange avec le fait que le RN soit d’extrême droite ? Il l’est c’est tout. Les mots sont importants.

      Une petite définition de l’extrême droite s’impose, prenons celle de wikipedia, l’encyclopédie de référence :

      “le terme « extrême droite » est, de fait, utilisé pour trois types de visions ou de mouvances :

      l’ensemble des mouvements et des partis siégeant, lorsqu’ils ont des élus, à l’extrême droite de l’hémicycle (à droite et en haut des gradins), il convient alors de parler de « l’extrême droite de l’échiquier politique ou extrême droite parlementaire » ;

      […]

      En France, l’extrême droite remonte à la deuxième moitié du xixe siècle et coïncide avec la fin de la monarchie. Parmi les idées caractéristiques des mouvements classés à l’extrême droite, ont figuré à titres divers notamment l’antiparlementarisme, l’islamophobie, l’antisémitisme ou le nationalisme ou bien encore l’homophobie et le sexisme chez certaines personnes. Les mouvements actuellement classés à l’extrême droite en Europe sont souvent accusés de racisme et de xénophobie en raison de leur hostilité générale à l’immigration et des positions ouvertement racistes revendiquées par certains d’entre eux.”

      Puis est cité le RN comme parti d’extrême droite en France.

      A vous de la redéfinir si ça ne vous convient pas.

        +7

      Alerter
      • Booster // 22.03.2019 à 15h56

        On peut être contre le FN ou RN et contre l‘immigration. Le monde et les hommes ont changé. De nos jours les socialistes sont les meilleurs défenseurs du grand patronat. Tout est bouleversé.

          +5

        Alerter
        • lilmoiss // 22.03.2019 à 18h00

          Les étiquettes sont peut-être confuses, mais les socialistes dont vous parler ne le sont certainement pas.

            +0

          Alerter
      • Ari // 22.03.2019 à 20h26

        Wikipedia montre ici le ridicule de ses définitions et positions en matière politique : s’il suffit de s’assoir à droite ou à gauche de l’hémicycle pour montrer ses convictions, ne soyons pas étonnés qu’un Macrons défendant l’ultra-droite se soit fait élire par des gens de gauche en se faisant passer pour être de gauche !

          +3

        Alerter
  • Jourdain // 22.03.2019 à 07h17

    Nathalie Saint-Cricq, chef du service politique de France 2 et non cheffe !

      +16

    Alerter
    • Fritz // 22.03.2019 à 07h39

      C’est le petit côté énervant d’Acrimed, site utile et bénéfique par ailleurs.
      Je conçois que certain·e·s soient indisposé·e·s. Et pourquoi pas « cheftaine du service politique » ?

        +6

      Alerter
      • Jourdain // 22.03.2019 à 08h04

        Chef est une fonction, etr une fonction est neutre. Tout comme une professeur .. pas d’e.
        Je ne me laisse pas dicter par le pret à penser…….ma manière d’écrire. Les médias n’ont aucune légitimité pour nous imposer leurs novlangue et leurs othographes Il n’y a ainsi pas d”écrivaine.. mais des écrivains… dont des femmes

          +25

        Alerter
        • D’Aubrac // 22.03.2019 à 08h34

          Entièrement d’accord.
          La société comprend, d’une part, les moutons. Et ceux qui refusent de se laisser entrainer à le devenir.
          La novlangue médiatique n’est pas innocente. En véhiculant le fatras mental de la “modernité”, elle assure une fonction essentielle au service du Tout marchand..

            +21

          Alerter
        • Kiwixar // 22.03.2019 à 09h09

          Au pays d’Orwell, l’écriture “inclusive” est destinée à exclure, diviser. L’oligarchie doit dépenser de l’argent pour trouver des méthodes permettant de diviser les sans-dents, et notamment les souverainistes. L’écriture avec des points partout et le cerveau s’arrête. Y a pas à dire, c’est bien trouvé.

            +28

          Alerter
        • Véro // 22.03.2019 à 10h25

          il n’y a rien de comparable entre l’écriture inclusive et le fait de féminiser des mots qui peuvent l’être sans aucune difficulté.
          On dit infirmier et infirmière, ce n’est pas choquant.
          J’aurais beaucoup plus de mal avec infirmier.e.
          De même je préfère professeure, à professeur.e.

            +11

          Alerter
        • somebulle // 22.03.2019 à 15h28

          Et bien oui , un médecin , un docteur en médecine , sont profession et diplôme , pour homme ou femme.

          Une médecine, est tout autre !!!

            +6

          Alerter
          • Jean Aymard // 23.03.2019 à 15h38

            Et à tous les fans d’écriture inclusive, je me demande toujours comment écrire “beau” et “fou” ainsi…
            Vous avez 4 heures…

              +2

            Alerter
      • ellilou // 22.03.2019 à 13h39

        Donnez moi plus de médias ayant un côté “aussi énervant” qu’ACRIMED (étant une fille je me fous royalement de comment écrire ou ne pas écrire le nom d’un poste ou d’une fonction du moment que celle qui l’occupe est bien légitime et compétente…) 😉 Je vous rejoins tout à fait par contre sur les deux autres adjectifs 🙂

          +4

        Alerter
    • Jaaz // 22.03.2019 à 11h50

      “Chef” ou “cheffe” du service PROPAGANDE de France 2, quelle importance?

        +12

      Alerter
    • Micmac // 22.03.2019 à 18h22

      J’ai lu “cheffe” comme une manifestation d’ironie.

      Il faut vous détendre…

        +2

      Alerter
  • Fil 30 // 22.03.2019 à 07h31

    Pourquoi voulez- vous absolument traiter le RN de parti d’extrême-droite? Je
    Me desinscrit de votre site. C’est le parti qui est le seul a defendre le peuple et la nation. Je ne suis pas d’exTreme droite

      +9

    Alerter
    • Caliban // 22.03.2019 à 11h17

      Belle preuve de tolérance à la contradiction.

      Vous devriez faire un effort pour comprendre les points de vue qui sont opposés aux vôtres, cela vous aiderait à réfléchir (comprendre pourquoi vous pensez ce que vous pensez).

      Et éviterait de vous prendre trop au sérieux, à relativiser : https://www.youtube.com/watch?v=UYxdhrWop2Y

        +7

      Alerter
    • Nakor le cavalier bleu // 22.03.2019 à 12h40

      Monsieur Fil 30, ce site partage des articles et essais et enquêtes de tous bords. Ce rapport d’Acrimed est juste un rapport. [modéré]
      Le but que le site les crises.fr cherche en portant à notre attention ce rapport est, je pense, d’attirer notre attention sur le fait que ce “dangereux parti d’extrême droite”, comme les médias se sont amusés à le représenter au second tour, est maintenant accueilli à bras ouverts sur des chaînes d’informations, démontrant qu’il y a un certain problème dans les grands médias.
      Quand au fait que le RN soit le seul parti à défendre le peuple et la nation…. Ça n’engage que vous, quand bien même j’ai d’autres opinions. Il y avait ce type aux présidentielles qui nous parlait de sorti de l’Ue et l’Otan de manière très claire et sans ambages…. ^^

        +7

      Alerter
    • plipploup // 22.03.2019 à 12h54

      Personne ne “traite”. Le RN est qualifié d’extrême droite car ces propos, son programme et sa direction cochent toutes les cases de ce qui représente les idéaux d’extrême droite : conservatisme sociétal et religieux, économie nationaliste libérale et xénophobie.

        +7

      Alerter
    • Yannis // 22.03.2019 à 15h39

      Incroyable ces tentatives, ici parmi les contributeurs du forum, ou à plus grande échelle chez les mass médias de vouloir normaliser et légitimiser un parti dont la filiation fascisante est totalement avérée (d’extrême droite ou de droite extrême, d’ultradroite, quelle importance le contenant pourvu qu’on ait l’ivresse néofacho et répressive).

      Donc d’épouvantail et de repoussoir avec Le Pen père (aidé en cela par le machiavélique Mitterrand) pour la République du parti unique du fric, du néolibéralisme et de la mondialisation, le bien nommé UMPS justement par cet autre clan maffieux, le FN est devenu le RN avec Le Pen fille, ainsi qu’un faire valoir pour la soit-disant liberté d’expression …

      MLP a bien quelques fulgurances pour critiquer un système politique qui n’est plus qu’un ectoplasme ou un rêve de démocratie, mais dont elle fait entièrement partie, elle en est comme Macron une créature, mais elle fait surtout dans le recyclage des idées de gauche actuellement, en les vidant totalement de leur substance et surtout avec cet objectif de ne jamais les appliquer. Soit parce qu’elle ne sera jamais élue, ou si même c’est le cas un jour, elle fera comme Hollande un virage à 180 par rapport à ses promesses de campagne destinées aux classes populaires, avec un gros bras d’honneur, en même pas une semaine de prise de pouvoir.

      Ce constat est tout simplement confondant et emblématique de la dérive totalitaire/antidémocratique de notre pays.

        +7

      Alerter
      • Marylou // 22.03.2019 à 17h54

        Des commentateurs qui se disent anti Européistes … les chiens n’aiment que ceux qui les pendent … ben arrêtez de voter tout simplement vous verrez la panique de tous ceux qui prétendent être les portes paroles du peuple…. çà n’existe pas de toutes manières … c’est la contre-révolution française qui est au pouvoir depuis des lustres et lepen en fait partie… 🙂

          +2

        Alerter
  • charles // 22.03.2019 à 07h40

    si ils osnet mettre lepen la haut je pense que le pays part en fumée dans la nuit.

      +1

    Alerter
    • Patrick // 22.03.2019 à 08h01

      retour des zeures les plus sombres .
      L’armée face aux manifestants
      Des milliers de gardes à vue
      Des lois liberticides pour la chasse aux fake news ( tout ce qui est contraire à la vérité officielle )

      ah bon ? on y est déjà ? on nous aurait menti ?

        +36

      Alerter
      • plipploup // 22.03.2019 à 13h01

        Nous vivons en 1984, c’est vrai.

        Mais serait ce une raison pour retourner en 1942 ?

          +4

        Alerter
        • Alfred // 22.03.2019 à 16h44

          En 1942 le réégime de Vichy etait au ordres des allemands. La lepen serait aux ordres de qui? Macron est aux ordres de qui? Peut être sommes nous déjà dans les années 40 et plus dans les années 30. Seulement le croquemitaine n’était pas déguisé comme annoncé.

            +5

          Alerter
    • Alfred // 22.03.2019 à 08h02

      Le pays ne part pas en fumée depuis quelques mois peut être?
      Larem est de sortie ou bien vous avez VRAIMENT davantage peur de l’épouvantail que du loup ?

        +32

      Alerter
    • obermeyer // 22.03.2019 à 08h52

      Ils ne veulent pas la mettre la haut . Elle est le chien de garde ( le garant ) du système , afin que jamais un Mélenchon ne soit élu . Complicité évidente des médias dans cette histoire , ainsi que la mise sur orbite de Raphael Glucksmann , le néo libéral qui vient de prendre la tête du Ps afin de maintenir un éclatement de la gauche , rôle qu’ Hamon avait pendant la campagne présidentielle . Il est vrai qu’en cas de réel problème l’oligarchie mettrait une Marine le Pen au pouvoir plutôt qu’un JLM ou quel qu’autre partageux ( plutôt Hitler que le front populaire ) . Avec les fachos on peut toujours continuer le bizness , alors qu’avec les rouges …….

        +48

      Alerter
    • delor // 22.03.2019 à 10h28

      @Charles,Permettez-moi, tout de même une question. Vous serait-il possible de consulter les Journaux Officiels et les Bulletins Officiels des ministères, publiés au moins ces quarante ou cinquante dernières années, afin d’y trouver un texte, un seul petit texte, de nature législative, réglementaire ou seulement administrative, émanant du Front National ou du Rassemblement National, qui explique le fait qu’aujourd’hui la France et les Français se retrouvent ainsi dans le fossé à patauger dans la m… ? En revanche, je suis tout à fait assuré que vous y découvririez un nombre incalculable de textes émanant ou signés ou contresignés par des dirigeants de toutes sortes et de tous niveaux, appartenant à l’UMPS-LREM, ayant participé, peu ou prou, au gouvernement de la France pendant cette période et qui explique le calvaire que traverse ce Pays. Ce Pays se consume et part en fumée de plus en plus rapidement. C’est un véritable feu de joie au bénéfice de la finance, des banques et de l’étranger, via l’Union Européenne et son bras armé l’euro !

        +15

      Alerter
      • petitjean // 22.03.2019 à 18h35

        “Ce Pays se consume et part en fumée”
        pour qui votent les français depuis 40 ans ?
        La “droite” et la “gauche” se partagent le pouvoir depuis 40 ans !
        l’exercice de la politique produit des résultats et la politique ne doit se juger Que sur ses résultats !
        Inutile de se lamenter sur ses résultats, nous les subissons, il faut juste en tirer les conséquences : stop ou encore !!

          +2

        Alerter
  • Fritz // 22.03.2019 à 07h50

    Tout l’intérêt du système européiste, atlantiste et capitaliste est de lepéniser la moindre idée dissidente, pour la neutraliser, et pour porter les agents du Medef à l’Élysée. Ça tombe bien, la famille Le Pen est disponible.

    Frexit ? C’est Le Pen.
    Sortir de l’euro ? Le Pen.
    Sortir de l’OTAN ? Le Pen.

    Ici, nous savons bien que ces assimilations sont fausses, mais qu’importe : interrogez le Français moyen, l’électeur moyen, il a assimilé ces équivalences martelées par les médias. Merci BFM, merci CNews.

      +25

    Alerter
    • petitjean // 22.03.2019 à 18h37

      “lepéniser la moindre idée dissidente”
      cela s’appelle du terrorisme intellectuel et………….ça marche, avec un peuple dont la majorité est désarmée intellectuellement par des décennies de propagande

        +5

      Alerter
  • Pousse-fumier // 22.03.2019 à 07h51

    Ne peut-on pas aussi penser que les chaînes d’info doivent rééquilibrer un peu en termes de présence médiatique ?
    L’omniprésence du président et des députés de LAREM depuis la crise des GJ a entraîné un sévère déséquilibre médiatique qu’il faut corriger.
    La période pré-électorale doit suivre une règle d’équité de présence sur les plateaux (“Chaque candidat obtient en théorie un temps de parole en fonction de sa contribution au débat public, de sa représentativité en politique (résultats aux dernières élections) et des intentions de vote en sa faveur dans les enquêtes d’opinion”, voir ici : https://www.lemonde.fr/mmpub/edt/zip/2017/05/24/143500258-5fed8737fd9cc76649e66e07fd0c6f698dc9c3b9/index.html)
    Pas forcément incompréhensible, non ?

      +3

    Alerter
  • Pegaz // 22.03.2019 à 07h56

    Promotion en bonne et due forme. Bfm, il me semble, avait retransmis l’intégrale du meeting de lancement de leur campagne européenne. Plus que surpris par le discours mielleux tenu par les journalistes et intervenants sur le plateau. Merci à Acrimed de nous en faire la démonstration. Cette manipulation médiatique en totale contradiction d’avec le discours usuel doit être relayée en tambour.

      +8

    Alerter
  • Patrick // 22.03.2019 à 07h58

    Stratégie en deux :

    1er temps : on dédiabolise pour faire monter dans les sondages et obtenir comme d’hab le RN au deuxième tour

    2ème temps : juste avant le deuxième tour , on ressort les zeures les plus sombres de la bête immonde et on flingue le RN pour laisser passer un tocard dont personne n’aurait voulu.

      +57

    Alerter
    • Jourdain // 22.03.2019 à 08h06

      Elle se flingue elle même surtout, comme on apu le voir en 2017 ! La sarl LE PEN na jamais voulu du pouvoir, et comme on le sait, on ne n’en prive plus de les inviter !

        +12

      Alerter
      • Theoltd // 22.03.2019 à 10h28

        C’est les deux. Premier temps, deuxieme temps. et troisième temps elle se decridibilise elle meme, si on voit qu’elle est trop haut dans les intentions de vote. Avec un débat sciemment rate par exemple. (Ou les petites phrases de son père). Mais il n’est pas exclu qu’on lui passe le pouvoir aussi, puisqu’elle est dans le coup.
        Le jeu a de multiples variantes, meme si c’est toujours le meme jeu. Les ficelles se voient comme les câbles d’un pont suspendu, mais ça marche quand meme. On n’a que ce qu’on mérite…..

          +5

        Alerter
    • Alfred // 22.03.2019 à 08h10

      C’est ça. On peut ajouter des objectifs secondaires: il faut empêcher que la nullité des uns ne les fasse disparaître totalement devant de ” nouveaux venus”.
      Le véritable danger c’est que des Dupont gnangnan passent devant le parti suicidé (PS) ou le parti que vous savez dont il ne faut pas parler (la “secte” du frexit) devant les anticapitalistes postiers de salon. Car alors le paysage politique change durablement.
      Le RN est là aussi pour écraser ceux là et accaparer la place “souverainiste”… pour mieux la dezinguer plus tard (xénophobie etc…).
      Remarquons au passage qu’au delà du tapis rouge journalistique il est facile au RN de se dediaboliser quand des membres des républicains ou de larem tiennent des discours plus fachistes que les fachistes.
      Les “populistes ” (gauche et droite) contre le recours à l’armée l’extrême centre “raisonnable” pour. Trop facile la dediabolisatiin. À la portée d’une chèvre.

        +30

      Alerter
    • Kasper // 22.03.2019 à 08h28

      J’ai bien peur que ca ne soit plus profond que ca. N’oublions pas que les éditocrates, avant de travailler pour Macreux, travaillent pour leurs patrons et pour sauver leurs privilèges de classe. Si les oligarques proprios des médias ont 2 sous de jugeote, ils préparent déjà l’après Macron, car il est clair que celui ci ne fera pas 2 mandats (s’il finit celui la au rythme ou il est c’est déjà un exploit).

      Le Pen a mis de l’eau dans son vin sur le social et l’UE en débarquant Philippot. Elle en devient donc fréquentable. De plus l’heure est à la répression, et MLP est incontestablement bien plus populaire chez les flics que ce gommeux méprisant de Macron.

      L’heure est à changer son fusil d’épaule.

        +10

      Alerter
      • Alfred // 22.03.2019 à 10h37

        Complotiste en diable je me demande si le fait de faire appel à l’armée et de corneriser les flics en croquemitaines mutilateurs n’est pas justement le moyen de diviser l’electorat du RN: c’est en effet un bon moyen de séparer les bleus et les militaires (dont une large proportion est connue pour ne pas detester le dit parti) des sympathisants / electeurs populeux du dit parti (qui composent une proportion des gilet jaunes à coté de la gauche véritable). C’est donc une bonne stratégie pour casser les pattes du RN sur le long terme que de monter une partie de ses electeurs contre les autres. Le bon vieu diviser pour mieux régner. Auquel cas la fille de son père n’est pas vraiment le choix du système mais bien toujours l’éternel repoussoir.
        (Pour le changement du fusil d’épaule je pense que l’investissement se fait plutot sur la niece).

          +5

        Alerter
    • Coconote // 22.03.2019 à 08h44

      Vous n êtes pas dans l analyse factuelle mais dans le complotisme celà est d extrême droite

        +1

      Alerter
      • R.C. // 23.03.2019 à 20h14

        Le complotisme est plutôt une attitude mentale mais qui n’est en rien un marqueur spécifique de l’extrême droite.
        Pour avoir croisé dans le passé quelques membres de l’ultra-gauche, je peux assurer qu’on y trouve aussi des complotistes.
        D’ailleurs, lorsque des commentateurs médiatiques (je ne citerai pas de noms, il y a plein de vidéos en témoignage) insinuent en chœur sur des plateaux tv que les déclarations onusienne accusant la France de violences policières seraient “pilotées par des puissances”, on est là en plein complotisme. Seraient-ils donc d’extrême droite, ces commentateurs ?
        https://youtu.be/FGFvqIBr0Uw (vers 11’19”)

          +2

        Alerter
    • Dorian // 22.03.2019 à 12h29

      @Patrick : « 2eme temps : juste avant le deuxième tour… »

      Ce que vous dites pourrait être valable pour des élections à deux tours, mais les européennes sont au suffrage universel direct à un tour. Dimanche 26 mai, après c’est fini. Ça sera pas avant cinq ans.

      Faut-il voter ou pas ? Je fais le pari de Pascal : je vote quand même. Et je fais ce que le pouvoir voudrait m’empêcher de faire : voter frexit et aller aux manifs. Ça, au moins, je sais que ça le dérange.

        +9

      Alerter
  • Jiojio // 22.03.2019 à 08h01

    Le RN est le seul vote utile si on est opposant, FI à 7% et UPR à 1% ne monteront jamais assez. Sa fonction n’est pas de gouverner, ils ne le feront jamais, mais c’est assez pour bloquer l’agenda de LReM/LR comme l’Afd en Allemagne peut avoir cette fonction avec 10%.

      +6

    Alerter
    • Caliban // 22.03.2019 à 11h42

      Se fier aux sondages pour aller élire son représentant plutôt que de se fier à ses convictions … et ensuite se plaindre de ne pas être représenté correctement ?

      De mon point de vue, le citoyen devrait assumer son devoir avec un peu plus de cohérence :
      • prendre conscience qu’élire n’est pas voter, c’est se choisir un représentant
      • ne jamais voter contre mais toujours voter pour / par adhésion
      • et si aucun candidat ne vous paraît capable de vous représenter, ne pas voter

      La démocratie fonctionnerait certainement mieux si elle n’était pas tempérée par les instituts de sondage pré-électoraux.

        +20

      Alerter
  • RGT // 22.03.2019 à 08h13

    Comme ça a bien fonctionné en 2002 et en 2017, je ne vois pas pourquoi nos “élites” se gêneraient pour ne pas recommencer.

    De plus, ça donne une illusion de “pluralité”.

    Et si (par bonheur) le nouvel étron national arrive en tête des classements nous aurons bien sûr droit à la “nécessité d’un vote ripouxblicain” pour faire “barrage à la peste noire”, avec report massif des votes sur les candidats d'”En Marche” (forcée vers le désastre).

    Élections, piège à cons.

    Ne comptez surtout pas sur moi pour participer à cette escroquerie dont le seul but est de perpétuer la domination des “élites” (auto-proclamées) sur l’ensemble de la population.

    J’invite donc toutes les personnes censées à ôter leurs œillères et à boycotter toute forme d’élection nationale.
    Éventuellement, participez aux élections locales dans lesquelles vous voterez pour votre voisin (même si vous le trouvez très con) car vous pourrez toujours aller lui “casser la gueule” s’il se montre “indélicat”.

    De plus, son pouvoir de nuisance sera ridicule comparé à celui d’un “élu national” si votre commune est peu importante en terme “stratégique” ou de population.

      +2

    Alerter
    • Véro // 22.03.2019 à 10h58

      C’est une erreur politique de ne pas voter.
      La preuve en est faite par les résultats aux élections législatives, avec un taux record d’abstentions, ce qui a permis au parti LREM d’obtenir une majorité écrasante à l’assemblée, supprimant tout pluralisme politique.

      Il y a une autre raison très importante, pour laquelle il faut absolument aller voter, aux législatives, et surtout quand on condamne le système.
      C’est l’argent, le nerf de la guerre.

      Le financement des partis politique sur l’argent public est déterminé par les élections législatives.
      Grâce à la forte abstention des anti-système aux dernières élections et donc à la prédominance très nette de LREM à l’assemblée, ce parti obtient le tiers du financement public, soit 22 millions d’euros !
      Le parti républicain arrive deuxième à 13 millions d’euros, donc une nette dégringolade.
      Puis on trouve des partis aux alentours de 5 millions d’euros.
      Et les autres sont à beaucoup moins.

      Pour éviter ça, une seule solution : voter. Quitte à voter pour un petit parti ou un petit candidat.
      Pour les législatives il y a un intérêt financier qui s’ajoute à l’enjeu électoral, mais même aux autres élections il faut voter. Les européennes qui approchent suscitent peu d’engouement, et ça se comprend entièrement, mais avec la crise des GJ, comment ne pas aller voter ? Ce serait désavouer entièrement le réveil des citoyens.

        +20

      Alerter
      • Véro // 22.03.2019 à 11h25

        et je précise que pour les législatives le taux d’abstention record était déjà là au premier tour, avec plus de 50 %, alors que c’est justement le premier tour qui permet de calculer le montant de financement qui sera attribué aux partis politiques.
        Et j’an profite pour rappeler qu’aux européennes il n’y aura qu’un seul tour.

          +7

        Alerter
        • véro // 22.03.2019 à 16h55

          J’ai parlé du financement public des partis politiques en France, financement qui est lié au premier tour des élections législatives, mais on peut aussi ajouter que le résultat des élections européennes (un seul tour) sert aussi de base pour calculer le financement par l’UE des partis politiques européens.
          Donc pour les européennes aussi il y a un enjeu financier.

            +4

          Alerter
          • Véro // 29.03.2019 à 09h59

            un autre ajout sur la question du financement des partis politiques.
            Actuellement, les partis politiques qui entrent en campagne pour les européennes ont beaucoup de difficultés à emprunter, enfin certains partis seulement. Pas LaREM évidemment, qui dispose d’argent public à foison.
            https://www.cbanque.com/banque/actualites/72730/banque-pas-de-droit-au-credit-pour-les-partis-politiques

            Cette question de l’accès au crédit ne suscite aucune indignation populaire. C’est même plutôt le contraire, tant les politiciens se sont mis les électeurs à dos ces dernières années (décennies).
            Pourtant, malgré toute la joie qu’on peut éventuellement éprouver quand on apprend que tel ou tel parti ne trouve pas de financement, on peut aussi dans un deuxième temps trouver cela inquiétant, compte-tenu du très fort déséquilibre existant entre le parti majoritaire et les autres.

              +0

            Alerter
    • R.C. // 23.03.2019 à 21h16

      « Élections, piège à cons », slogan primaire qui ne profite qu’au système.
      Quel que soit le taux obtenu/corps électoral, le gagnant claironne sa “légitimité” (voir Macron) !

      Les scores dérisoires de participation confortent l’idée qu’il n’est même plus utile de demander au peuple son avis. Macron signe en effet des traités qui concernent la souveraineté des Français sans consulter qui que ce soit d’extérieur à l’oligarchie et ça ne fait que peu de vagues.
      La Commission européenne n’est pas élue ; bientôt l’exécutif français sera nommé, dans l’impuissance-indifférence générale, par un anonyme conseil d’administration dépendant d’un Wall-street quelconque…

      L’alternative au vote démocratique est l’insurrection. Les abstentionnistes sont-ils prêts à assumer la conséquence de leur démission ou vont-ils rester frileusement sur leur Aventin en laissant une fois de plus les autres aller à la bataille ?

      Pourtant, ce qui fait peur aux usurpateurs, c’est la levée en masse du peuple (leur réaction virulente face aux gilets-jaunes depuis quatre mois est éloquente).
      Une levée en masse des bulletins de vote est, dans l’immédiat, la seule réponse valide qui puisse stopper et désintégrer les imposteurs qui ont usurpé “légalement” le pouvoir !

        +4

      Alerter
  • Pierre Kiroul // 22.03.2019 à 08h24

    Il faut croire que les Français ne sont pas très malins, je dirais même qu’ils sont majoritairement stupides, ce qui effectivement pose des questions pour le RIC. Après quarante ans de la même stratégie de manipulation des esprits par les différents partis au pouvoir, sans aucune surprise, le piège fonctionne toujours parfaitement, sans absolument aucune anicroche. On a presque l’impression que si le RN disparaissait, la majorité qui est logiquement anti-gouvernement, mais passionnément (je dirais presque physiquement) anti Le Pen serait en manque tout à coup.
    Pourtant tout a été dit à ce sujet, et le livre “l’histoire de ta bêtise ” de François Bégaudeau résume la situation, et met une fois de plus tout le monde en garde.

      +14

    Alerter
  • politzer // 22.03.2019 à 08h32

    En tout cas dans le débat c est encore elle qui a dénoncé l acte le plus scandaleux de l année en matière de maintien de l’ordre : mettre l armée devant les Français ! ça il fallait le faire, et ce gouvernement de prostituées du capital financier l a fait !

      +20

    Alerter
    • Coconote // 22.03.2019 à 08h48

      Oui c est vrai ça puisqu on vous dit que ml ou l art de jouer sur tous les tableaux mine de rien

        +3

      Alerter
  • Catlina // 22.03.2019 à 08h39

    ah mais c’est bien sûr, macron va laisser un bordel général en France, et laisser la place au RN, comme ça, pas vu pas pris et pis c’est mieux que ce soit se sale rn qui soit responsable de la guerre à venir pour les intérêts us, l'”honneur” est sauf pour la macronie…
    On connait la chanson, si les médias encensent le rn, c’est qu”ils ont décidé de la mettre au pouvoir, peu importe que vous votiez ou non, “on m’a dit en 2014 que macron serait président…”, Juan Branco
    Attali a dit qu’il connaissait la prochaine présidente, et je pense que ce sera Marion, elle est si jeune, si belle….la belle-fille idéale et comme en plus elle a fricoté avec l’ump
    ARGHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

      +8

    Alerter
  • Jaaz // 22.03.2019 à 08h45

    « L’assurance-vie du système ». JLM. D’une justesse implacable.

      +16

    Alerter
  • Nanie // 22.03.2019 à 08h55

    Il semble que ceux qui lisent les”billets ” sur les “Crises” ont l’expérience de l’ information objective ou subjective, crédible ou non, engagée ou déstabilisée…ils ne sont ni les dindons de la farce ni la farce des dindons. Le problème reste celui des démunis, des petits salaires qui n’ont guère le temps, parce qu’ils galèrent pour des ronds de carotte, de s’informer et pour qui il reste l’écran dans tous ses états d’endoctrinement de gauche à droite et réciproquement. Ceux qui reprochent à cette classe sociale son manque d’idéologie n’ont pas à se soucier, ni de leur fin de mois ni de leur estomac. C’EST est ainsi qu’ils orientent la politique dans un faux débat: Lepen ou Macron .

      +11

    Alerter
    • Alfred // 22.03.2019 à 11h18

      C’est vrai. Mais le mouvement des gilets jaunes vu depuis le niveau du sol a monté que les gens “qui n’ont pas le temps” n’en perdent pas et ne se trompent pas forcément beaucoup.

        +6

      Alerter
  • Vaugelas // 22.03.2019 à 09h00

    La promotion de Marine , et du RN , sert effectivement à refaire passer Macron , ou n’importe quel politichien qui arriverait en face de Marine , même en deuxième place . Car l’équation , le RN , c’est le nazisme fonctionne toujours dans les têtes , même les têtes de ceux qui sont à 90% d’accord avec les thèses et les solutions du RN . C’est pourquoi , je dis à Marine : surtout , en vous présentez pas . Laissez un autre . A cause de votre père , votre nom est rejeté par une partie de l’opinion . Il faut préparer la candidature d’un homme , oui , d’un homme , pas d’une femme , un homme de valeur et qui ait du charisme . Pas forcément un produit du RN . Mais quelqu’un de proche sur l’essentiel . C’est aux législatives que le RN devra percer . En attendant , les européennes sont un test , comme d’hab .

      +4

    Alerter
    • sas // 22.03.2019 à 20h11

      Votre raisonnement ne tient pas pour les européennes qui se jouent à 1 tour à la proportionnelle.

        +0

      Alerter
  • MDacier // 22.03.2019 à 09h08

    L histogramme des passages sur BFM et CNews est incomplet: il faudrait ajouter les passages de En Marche pour avoir une meilleure perspective !

      +5

    Alerter
    • calal // 22.03.2019 à 14h09

      oui la question est de savoir si ce nombre de passage est exagere par rapport aux obligations legales du respect du temps de parole.Il me semble qu’on a pas beaucoup entendu le rn pendant la premiere annee du quinquennat macron.
      Une presentation objective de donnees quantifiees demandent la presence des valeurs abolues, des relatives et de l’evolution dans le temps sur une periode “un peu honnete”.

        +1

      Alerter
  • destartine // 22.03.2019 à 09h21

    Rien de nouveau sous le soleil. Dès le début de l’ascension du FN (84), le Pen père a été régulièrement reçu sur les plateaux télé. Je me souviens de Cr. Ockrent disant qu’inviter le Pen était bon pour l’audimat.

      +7

    Alerter
    • petitjean // 22.03.2019 à 18h26

      comme l’invitation de Bernard Tapie a toujours été bon pour l’audimat !
      Tapie, pote à Mitterrand et homme de gauche
      et si on remonte plus loin, inviter le communiste G. Marchais était bon aussi pour l’audimat…..

        +2

      Alerter
      • destartine // 22.03.2019 à 18h33

        Oui, tout à fait. Les chaînes de télé n’ont pas d’éthique, ce sont des entreprises commerciales.

          +0

        Alerter
  • Actustragicus // 22.03.2019 à 09h40

    Ils n’ont peut-être pas compris que les élections européennes étaient à un seul tour ? (et à la proportionnelle)

      +7

    Alerter
  • Mart // 22.03.2019 à 10h33

    On remarque surtout que les médias ne rappellent jamais que les éléctions européennes sont à un tour et que le “vote utile” n’a pas de sens, dans ce cas.
    C’est la seule éléction, où le citoyen lambda peut en profiter pour voter selon ses convictions, et en profiter pour donner quelques députés au petis partis qui n’ont pas voix au chapitre.
    Macron veut confisquer le débat: “progressiste”/”populiste”, ne les laissons pas derouler ce scenario.

      +6

    Alerter
  • Bèbert le fou // 22.03.2019 à 11h27

    Ou le RN est un parti officiellement dangereux et alors il doit être interdit ou bien il ne l’est pas et il a le droit d’être invité au même titre que les autres et en considération de sa “surface” politique. Critiquer cela révèle une curieuse conception de la démocratie.
    C’est comme si je déplorais le temps laissé à LREM dans les média. Il me semble pourtant que dans les faits – je parle d’actions réellement faites – LREM est beaucoup plus dangereux que le RN : démantèlement du code du travail, baisse des impôts pour les très riches, augmentation pour les autres, réduction des services publics, atteinte à la liberté d’expression, pérennisation de l’état d’urgence dans le droit commun, etc.
    Il serait convenable qu’Acrimed prenne ceci en consiération plutôt que d’aboyer sur le RN en un réflexe pavlovien.

      +15

    Alerter
    • petitjean // 22.03.2019 à 18h58

      en effet, un peu de bon sens
      si on dénonce, et à raison, ici le naufrage de notre pays, il est bon de rappeler que le FN, aujourd’hui le RN , n’y est pour rien, n’ayant jamais exercé le pouvoir !
      ce qui est tout de même effrayant, c’est que, certains veulent continuer avec les mêmes ou se mettre à la recherche d’un improbable messie !
      avons nous conscience qu’il est minuit moins deux ??!!………….

        +5

      Alerter
  • Czerny // 22.03.2019 à 11h52

    L’arnaque ayant si bien fonctionné la dernière fois ,on va leur refaire le coup à ces gueux !

      +3

    Alerter
  • Denis // 22.03.2019 à 12h09

    Que les médias fassent la promo de Le Pen, rien de vraiment
    étonnant!
    Qu’il y ait des braves gens assez manipulés pour croire un seul
    instant à ses élucubrations, c’est un énorme problème!

    Le système a besoin d’un nettoyeur, une nettoyeuse fera aussi l’affaire.
    Ainsi les donneurs d’ordre auront apparemment les mains propres!
    Comme à l’accoutumée: “on n’a pas voulu cela”….

    Je fais confiance aux Français qui sauront faire le bon choix!!!

    Les français sont des veaux disait-il!

      +0

    Alerter
  • LBSSO // 22.03.2019 à 12h23

    N’est-il pas nécessaire de maintenir sous perfusion médiatique , pour qu’elle soit l’unique compétitrice d’ E Macron ,une candidate ignorant le taux horaire du salaire minimum qui concerne pourtant une très large partie de son électorat (petits patrons, ouvriers, employés ) ?

    Maintenir artificiellement la marine à flot ne durera qu’un temps .

      +2

    Alerter
  • Vincent // 22.03.2019 à 12h33

    Faut dire aussi que depuis la mis janvier et sa rencontre avec le premier ministre suite à ses problèmes d’emprunts bancaire, pour le RN, il n’est plus question de sortir de l’euro…

      +4

    Alerter
    • petitjean // 22.03.2019 à 18h13

      consternante “analyse” !
      dites nous plutôt pourquoi des banques françaises refusent de prêter à un parti politique légal, qui représente au moins 25% de l’opinion et qui est le principal parti d’opposition ?
      Alors que ces banques prêtent au parti communiste !……………….

        +2

      Alerter
      • Jean Aymard // 23.03.2019 à 16h09

        Parce qu’il est déjà endetté jusqu’au cou ?

          +2

        Alerter
  • Koui // 22.03.2019 à 13h26

    On voit un peu les gens du RN dans les médias mais c’est quand même normal puisqu’il s’agit du principal parti d’opposition qui fait presque jeu égal dans les sondages avec le parti au pouvoir. Les médias se calent sur les 3 tiers, un tiers gouvernement, un tiers majorité, un tiers opposition. On ne compte pas le temps de parole des experts et des invités européens, tous macronisants. Ca fait un tiers a se partager entre les partis d’opposition qui réunissent les trois quart des électeurs. Si le RN/DLF et LR/UDI prennent 10% du temps de parole chacun, il reste 10% pour LFI/PS/Vert/Gs/Martiens. Pour LR et le PS, il y a souvent des crypto-macroniques comme Raffarien et Droit-dans-ses-bottes. On a donc l’impression d’écouter télémacron avec pas mal de RN et trés peu de LFI. Mais ce n’est qu’une impression subjective, nous sommes tout de même en Démocratie Libérale.

      +2

    Alerter
    • destartine // 22.03.2019 à 13h37

      Les journalistes ne sont pas spécialement macroniens, ils sont surtout libéraux. Et étant donné que les libéraux sont au pouvoir en la personne de Macron, ils le soutiennent. Mais ils soutiendraient pareillement un président LR.

        +2

      Alerter
      • petitjean // 22.03.2019 à 18h21

        mais tous les journalistes, ou presque, ont soutenu aussi le parti socialiste !
        le formatage des journalistes dans les écoles de journalisme , il faut dire qu’ils ont des prédisposition avant d’y entrer, en font aujourd’hui des agents de propagande. C’est curieux comme aucun pouvoir n’a remis véritablement en cause leur juteuse niche fiscale !……………

          +2

        Alerter
        • destartine // 22.03.2019 à 18h25

          J’ai un scoop: la plupart des socialistes, depuis 35 ans, sont des libéraux. Il y a longtemps qu’ils ont rompu avec le marxisme.

            +1

          Alerter
  • Renaud // 22.03.2019 à 15h16

    Le Rassemblement National, alias le FN est récupéré par le système actuel. Lequel ‘système’ a une capacité de récupération presque infinie ne l’oublions jamais. Gillets-Jaunes, soyez plus que jamais sur vos gardes vis à vis de quiconque!!
    Jusqu’à maintenant, la famille Le Pen, diabolisée, mais juste pas assez pour qu’on ne l’éloigne pas trop des plateaux TV et autres médias. Ains les Le Pen servait surtout d’épouvantail électoral pour assurer à coup sûr les élections des candidats du présent système, mai 2002, mai 2017 et quelques autres.
    [modéré]

      +1

    Alerter
  • traroh // 22.03.2019 à 16h01

    La technique est éprouvée et pratiquée depuis longtemps, maintenant : dédiabolisation du RN/FN, sauf juste avant les élections et entre les deux tours (quand il y en a), où on somme les électeurs de faire barrage en “votant utile”. Ainsi, on confisque élection après élection. Ensuite, il suffit de faire taire toute opposition, comme l’a tenté Guérini lors du récent débat sur BFMTV, en disant à Mélenchon : “vous ne respectez pas le suffrage universel”, comme si une élection était un chèque en blanc.

      +5

    Alerter
  • Renaud // 22.03.2019 à 16h19

    Attention !! Le cas Tsipras est un cas d’école en la matière ! Ce faux nez de la gauche rouge vif, au service des lobbies étatsuniens, peut se reproduire avec – toutes – les “couleurs” politiques en tous pays, bien sûr avec le Rassemblement National, l’ex-FN.
    Certes les Gillets-Jaunes paraissent conscients de l’attitude ambigüe (comme d’autres) du Rassemblement National, mais je le répète ici : Gillets-Jaunes, soyez hyper prudents !!
    Il y a au moins deux éléments non négociables : le RIC et la réforme monétaire sur la création monétaire qui est la suivante, — puisque la monnaie n’est que l’instrument de l’échange des richesses, elle ne peut appartenir qu’à ceux qui créent ces richesses — et sûrement pas aux banques. Une structure dotée de compétences monétaires, bancaires et financières peut parfaitement exercer ce rôle central où les professions, les producteurs, auraient voix au chapitre puisqu’ils fabriquent – sur quoi – est basée la monnaie. Si l’on ne procède pas à une réforme financière en conséquence dans ce sens que je viens d’indiquer, le reste, c’est du baratin.

      +6

    Alerter
  • Louis Robert // 22.03.2019 à 17h15

    Pour la nième fois, la caste au Pouvoir prépare, au bénéfice des Français, la passe de l’épouvantail FN/RN! Créativité en marche, du pareil au même. Variations sur un même thème.

    Créatures d’habitudes, les Français mordront encore un fois à l’appât que leur servira le Pouvoir, TINA (« there is no alternative ») à la clé. Aaaah, adorable démocratie modèle, quand tu nous tiens!… Allez! Vous DEVEZ voter, hein?

    De décennie en décennie, tout de même… le même appât, le même repoussoir, ça devient un peu lassant. Non?

      +1

    Alerter
  • petitjean // 22.03.2019 à 18h08

    Qui est ACRIMED ? D’où parle-t-il ?
    ACRIMED est à gauche, très à gauche !
    ACRIMED : la paille et la poutre
    “Si certaines de ses analyses peuvent sembler pertinentes, sa grille de lecture idéologique est cependant tellement prégnante qu’il arrive souvent, sur les sujets les plus critiques au plan idéologique, qu’ACRIMED reproche aux médias la paille que ceux-ci ont dans l’œil, non parce qu’ils devraient l’ôter pour y voir clair, mais parce qu’ils seraient censés y substituer la poutre entière de l’utopie multiculturaliste.” (…)

    https://www.ojim.fr/dossier-acrimed-la-paille-et-la-poutre/

      +1

    Alerter
    • destartine // 22.03.2019 à 18h13

      D’abord, nous avons tous une grille de lecture idéologique. Ensuite, les nations recroquevillées sur elles-mêmes sont bien plus des utopies que ne le sont les nations multiculturalistes. Dans l’histoire, les premières sont bien plus rares que les dernières.

        +0

      Alerter
  • Ozman // 22.03.2019 à 18h12

    Article abusif et manipulateur.
    Emanant encore d’une pseudo entité financée par qui et roulant pourquoi ?
    Il n’aurait de validité que si l’on comparait le temps d’antenne de Marine le Pen et du RN avec les autres parties politiques (Lrem, LR, LFI, PS, etc) et le nombre de voies obtenues aux dernières élections.

    Cet article voudrait faire croire que Marine le Pen et les gens du Rassemblement Nationale sont à l’antenne jours et nuit, qu’ils ont pratiquement les clefs de toutes les chaines de France et de Navare, pour pouvoir dérouler leurs idées et leur programme politique.
    Mais n’importe quelle personne avec un brin de bon sens peut facilement se rendre compte qu’il n’en est rien.

    Celui qui a porte ouverte dans tout les médias complices avec ses marcheurs (au pas), c’est bien Mac Ronds. Avec des meetings politiques à foison, des fois avec des maires ou avec des vieux ou avec des enfants ou avec des patrons, durant des heures et des heures sur 4 chaines en infos continue en même temps. De la véritable meetings de propagande sans le moindre contradicteur.
    Les émissions consacrés au RN sont quasi systématiquement des programmes pour dévaloriser ou porter atteinte aux idées, en les travestissants, en coupant systématiquement la parole, en laissant les opposants parler beaucoup plus, en plaçant sur le plateau de télé de nombreux contradicteurs chargé de monopoliser le temps de parole.
    C’est d’ailleurs les mêmes méthodes employées avec certains autres parties politique comme Debout la France ou UPR.

      +2

    Alerter
    • petitjean // 22.03.2019 à 18h49

      merci de votre mise au point !
      depuis janvier, Macron, sous couvert du “grand débat national”, est ouvertement en campagne pour les élections européennes . Il est quotidiennement partout dans les médias ! Comme ses ministres d’ailleurs….

        +2

      Alerter
    • Caliban // 22.03.2019 à 23h33

      “Article abusif et manipulateur. Emanant encore d’une pseudo entité financée par qui et roulant pourquoi ?”

      Renseignez-vous avant de poser des questions / propager des insinuations mensongères, il suffit de taper Acrimed dans Google.

      0 publicité, 0 subvention et budget à peine supérieur à 100 000 €, fait uniquement du soutien des donateurs : https://www.acrimed.org/Appel-a-dons-pour-continuer-Acrimed-a-besoin-de

        +3

      Alerter
  • Ari // 22.03.2019 à 20h05

    Mme Lepen n’est pas du tout diabolisée comme le dit l’article. Elle est au contraire boostée à bloc par tous nos médias mainstream qui se réjouissent de la faire monter dans les sondages pour au tout dernier moment en appeler au “front contre le FN” et faire voter n’importe quoi. On dirait même qu’elle est parfaitement d’accord pour jouer ce jeu-là.
    Qu’est-ce qui vous dirait, une chèvre ?, Le prochain Tsypras français ? Peu importe. Ce qui compte c’est que la caste pro-ultra-libérale l’emporte.
    Les éventuels dénigrements de Mme Lepen ayant lieu juste à J-1, juste avant d’élire hein, pas pendant la campagne !

    Combien de fois ce scénario-là doit-il se répéter ? Combien de Macrons d’ultra-droite devront nous encore supporter ?
    Et pendant ce temps la gauche meurt.
    Quand je dis qu’en démocratie il me semble que chaque voix compte et qu’au lieu de “Avant tout faire bloc contre le FN” nous ferions mieux de tenter de trouver des réponses qui feraient que ces personnes n’aient pas envie de voter ce parti-là, je n’obtiens que des a priori foireux ; “on ne peut pas discuter avec ces gens-là” me répond-on.
    Et si on commençait par par écouter ?

    L’union européenne est une usine terriblement efficace à fabriquer du fascisme. Ce qui se passe au niveau mondial en est le montre. Ce ne sont pas les peuples qui sont fascistes.
    N’oublions pas que l’extrême droite s’est toujours alliée avec le grand capital en définitive. C’est depuis toujours leur meilleur alliée.

    En conclusion : Sortons vite de là !

      +3

    Alerter
    • Yves.JM // 23.03.2019 à 17h33

      “N’oublions pas que l’extrême droite s’est toujours alliée avec le grand capital en définitive. C’est depuis toujours leur meilleur alliée.” C’est justement pour ça qu’on ne peut plus qualifier le RN de parti d’ extrême droite. De plus le capitalisme a besoin de la circulation libre des biens et capitaux, alors que le RN est protectionniste. What else ?

        +1

      Alerter
  • Koubala // 22.03.2019 à 20h18

    Acrimed aurait pu mettre en parallèle les statistiques pour les autres partis, histoire d’avoir des références. En tout cas Macron bas tout le monde avec son show “Le grand débat” en tournée dans toute la France.

      +2

    Alerter
  • Dixion // 22.03.2019 à 21h23

    C’est évidemment pour faire gagner Macron, un truc qui date de Mitterrand et qui marche toujours. L’extrême droite, c’est des nazes qui bossent pour la gauche ou ce qui y ressemble le plus

      +1

    Alerter
  • Raoul C, // 23.03.2019 à 02h23

    Personnellement, je vois très souvent des gens de la France Insoumise dans les médias. On pourrait avoir les mêmes stats pour FI ?

      +1

    Alerter
  • Yves.JM // 23.03.2019 à 16h56

    Deux choses:
    Tout le monde avait l’avait définitivement enterrée, mais selon les sondages, Marine le Pen a récupéré une côte de popularité supérieure au résultat qu’elle a obtenu au premier tour de la présidentielle, malgré le débat “calimiteux” face à Macron (une avocate de formation face à un inspecteur des finances, pour moi les dès étaient pipés).
    Deuxième remarque: auriez vous en mémoire que Mélenchon aurait appelé à voter contre Marine Le Pen ?

    D’autre part, personne ne peut assurer que Macron sera candidat à sa ré-élection pour ouvrir un boulevard à Marine Le Pen qui serait élue face à lui. Il est de mon point de vue un candidat “one shot”, mis en place pour faire le sale boulot au pas de charge. Deux personnalités plus consensuelles pourraient le suppléer: Edouard Philippe et Xavier Bertrand, s’ils arrivent à évincer les barons de leurs camps respectifs, ce qui n’est pas gagné d’avance, ni pour l’un, ni pour l’autre.

    Désolé de perturber le petit entre soi des auteurs et commentateurs de cette page…

      +1

    Alerter
    • destartine // 23.03.2019 à 18h11

      Désolé à mon tour de modérer votre enthousiasme, mais M. le Pen n’a aucune chance au second tour face à Macron. Si elle remonte dans les sondages, c’est uniquement pour manifester un mécontentement. Les Français ne veulent pas de l’extrême droite au pouvoir. Ni même de la droite dure d’ailleurs (v. l’impopularité de Wauquiez, y compris à droite). Les Français sont des centristes.

        +0

      Alerter
  • Tardieu // 24.03.2019 à 04h17

    Il existe d’autres partis politiques comme par exemple le POI et le POID, pourquoi personne n’en parle ?

      +0

    Alerter
  • calal // 24.03.2019 à 13h45

    Je vis dans un coin qui votait rn a plus de 50% . Depuis ces scrutins, une pluie de subvention s’est abattue sur nos communes desindustrialisees, des entreprises s’y sont installees sorties d’on ne sait ou,plethore d’evenements “culturels” s’y passe, plusieurs petits films y sont tournes ( et je peux vous dire que c’est moche par chez moi,un ciel bleu on ne sait pas trop ce que c’est)…

    Au dernier scrutin, le vote rn commence a baisser et l’abstention augmente…
    Le vote rn a des effets meme si le mouvement n’a pas d’elus…

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications