Quelques réactions au billet détaillant les larges coupes de TF1 dans l’interview de Poutine

Débats

La réaction de Jean-Pierre Elkabbach :

« Ni Poutine, ni son entourage n’ont cherché à connaître les thèmes des questions. Et j’en connais des dirigeants français qui pourraient prendre de la graine. L’entretien s’est déroulé de part et d’autre sans préalable, sans conditions et sans tabou. Vladimir Poutine a accepté de répondre à toutes les questions que nous lui avons posées avec Gilles Bouleau »,

Pour TF1 :

Les débats qui ont suivi la diffusion :

 

Le long débat sur Europe 1 est dans ce billet (recommandé !)

 

Trierweiler

L’inénarrable ex-première trompée de France n’a pas manqué de tweeter :

 

V T. était plus silencieuse quand Scooterman 1er rencontrait le dirigeant de la Chine – patrie bien connue des Droits de l’Homme :

mais hélas, pays très en retard sur la norme indépassable de l’Arabie Saoudite (et sa peine de mort pour les homosexuels par exemple ; en général, ce pays est bien noté sur l’échelle internationale de la Barbarie moyenâgeuse…) :

P.P.S. Tiens, une Femen a détruit la statue de Poutine au musée Grévin à coups de pieux en bois (méthode de sinistre mémoire, elles vont bientôt brûler les livres je pense – ce qui va bien avec la proximité de certaines avec les mouvances fascistes/néonazies ukrainiennes comme on l’a vu)

Ca fait bien rire Caroline Fourest en tous cas quand on détruit des oeuvres dans les musées :

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie nullement que nous "soutenons" Vladimir Poutine. Par principe, nous ne "soutenons" aucun gouvernement nulle part sur la planète. Nous sommes au contraire vigilants, tout gouvernement devant, pour nous, justifier en permanence qu'il ne franchit aucune ligne jaune. Mais nous sommes évidemment également attachés à lutter contre le deux poids 2 mesures, et à présenter tous les faits.

20 réponses à Réactions à l’interview de Vladimir Poutine

  1. casper Le 06 juin 2014 à 02h43
    Afficher/Masquer

    Elkabbach si gentil avec Poutine sur Europe 1… Dans un contexte ou le sens du vent va carrément vers le russie-bashing, qu’est ce que ça nous apprend sur les plans de Lagardere avec la Russie ?


    • ornithorynque Le 06 juin 2014 à 15h05
      Afficher/Masquer

      elkhabach en pleine dissonance cognitive m’a surpris par sa réaction, ses reflexes conditionnés lui on donné l’habitude d’être servile avec les puissants alors quand il change d’interlocuteur et se retrouve en face d’une pointure comme Poutine, ça le libère des directives antérieures. Voilà un indice de la vitesse avec laquelle les journalistes tourneront leur veste quand le vent tournera. On les entendra raconter que l’euro etait de toutes façon une erreur vouée à disparaitre, que l’UE n’etait qu’un instrument de la domination américaine, si le dollar s’auto détruit comme prévu on va bien rigoler mes amis.


    • remi Le 08 juin 2014 à 00h22
      Afficher/Masquer

      « Ni Poutine, ni son entourage n’ont cherché à connaître les thèmes des questions. Et j’en connais des dirigeants français qui pourraient prendre de la graine.

      A commencer par toi même El Kabach, occupé que tu es de lire à l’antenne les réponses aux questions qu’on t’a posé à l’avance.


  2. canfrarus Le 06 juin 2014 à 02h54
    Afficher/Masquer

    On Ne Va Pas Se Mentir a l’air d’On n’est pas encore couché.

    Tout ça, à cause de la mauvaise traduction qui a déformé le sens du propos.

    L’accent tonique et l’intonation ayant beaucoup de sens dans la langue russe (les verbes auxiliaires être et avoir existent mais ne sont presque jamais prononcés, mais toutefois sous-entendus en marquant une très courte pause entre les mots où ils sont sensés être), il est donc extrêmement important d’entendre *comment* il a dit la phrase. La même phrase par écrit peut avoir deux sens opposés. Plusieurs mots s’écrivent pareil et leur sens ne dépend que du contexte et de l’accent tonique. Juste un exemple parmi tant d’autres : писать (pisat’) veut dire “écrire” et “pisser”, selon la syllable sur laquelle l’accent tonique est porté.

    Voici ce qu’il a vraiment dit à partir de 25:43 de la video sur kremlin.ru :

    Vous savez, avec les femmes, mieux vaut ne pas s’entêter, et mieux vaut ne pas entrer avec elles dans des altercations verbales.
    Mais, Mme Clinton, même avant, ne se distinguait pas par une exceptionnelle élégance de ses propos. Ce n’est pas grave (mot à mot: [ce n’est] rien), nous nous rencontrions après [ses propos] et avions de paisibles conversations, lors différnts évènements internationaux. Et je pense que même dans ce cas-ci, il serait possible de s’entendre (mot à mot: trouver une langue commune). Mais lorsque les gens franchissent certaines frontières, cela veut dire.., les frontières de la bienséance, cela signifie (mot à mot: cela parle de) non pas leur force, mais leur faiblesse. Mais, (geste d’ indulgence avec ses épaules), pour une femme, la faiblesse, ce n’est pas la plus mauvaise caractéristique (mot-à mot “qualité” dans le sens “trait de caractère”).


    • anyaeve Le 06 juin 2014 à 08h08
      Afficher/Masquer

      je suis tout a fait d accord avec vous, je suis russe et femme, et son propos n a pas du tout choqué qui que ce soit à la maison, malgré le fait que je suis féministe… les europeens ont encore sauté comme des rapaces sur des mots et des propos mal traduits…


      • anyaeve Le 06 juin 2014 à 09h36
        Afficher/Masquer

        en gros ce qu il a voulu dire c est que : il ne faut pas se disputer en general avec les femmes, clinton est une faible si elle se permet d attaquer avec de tels propos, et meme, la faiblesse d une femme n est pas du tout pejorative, elle est meme avantageuse (il sous entend “ça pousse à la défendre”). En plus il faut rajouter les intonnations, pauses et mimiques de Poutine, que le traducteur ne peut faire… c est sûr que “il faut pas debattre avec les femmes, elles sont faibles” m a choqué (vu que j ecoutais le traducteur) mais des que j ai repassé l extrait en russe, c etait carrement le ciel et la terre…

        il parle bien avec Merkel… et on a plein de deputés femmes en Russie ( d ailleurs, la nouvelle copine de Poutine est dans la politique aussi maintenant)

        Je tiens à rajouter que le “virilisme russe” bein oui, les hommes sont virils labas et quoi? un homme qui fait pas du sport n est pas un homme labas.. et bblabla.. mais la femme est bine plus respectee labas qu ici en Europe : un homme vous tiens forcement la porte (le nombre de porte que je me suis prise ici dans els lieux publics… on cede forcement la plcae dans les transports pour les vieux, les femmes, les enfants… la fete de la femme du 8 mai, c ets comme un anniversaire…. TOUS les hommes doivent offrir des cadeaux, c est plus qu un 2e anniversaire.. avec des poemes et des compliments.. je sais pas pour qui vous prenez les russes… ce sont des gens comme les autres… le matchisme il y en a et en Russie et en France.. ce sont des minorités, mais en general.. les russes sont tres respectueux des femmmes..


    • AJMR Le 07 juin 2014 à 00h44
      Afficher/Masquer

      Permettez moi de vous proposer une traduction un peu moins “mot à mot” mais davantage dans l’esprit que ma femme russophone propose : « Il ne vaut mieux pas se disputer avec les femmes ni les contrarier. Même avant Madame Clinton ne se distinguait pas par le choix de ses expressions sans grâces. Ce n’est pas grave, même après cela (ces déclarations), on s’est rencontré et on a eu des conversations agréables lors de divers évènements internationaux. Je pense que même dans le cas présent, on aurait pu trouver un langage commun. Quand les gens dépassent certaines limites de la convenance, ils ne démontrent pas leur force mais leur faiblesse. Mais pour une femme, la faiblesse ce n’est pas la dernière de ses qualités. »
      Il est remarquable que ce passage mal traduit de l’interview ait été conservé au détriment d’autres questions/réponses bien plus pertinentes pour la compréhension du point de vue Russe sur la crise en Ukraine.


  3. PA.Québec Le 06 juin 2014 à 03h04
    Afficher/Masquer

    Truc comique dans le débat entre Jean-Pierre Elkabbach, Bernard Kouchner et
    Elisabeth Guiguou : on (je pense Kouchner) reproche à Poutine de ne pas parler de la Crimée… Puis Elkabbach qui doit dire, non, non, il en a parlé, ç’a peut-être été éliminé au montage… 😉

    Plus tard Guigou dit que Elkabbach interprète quand il dit que Poutine reconnaît Porochenko que Poutine n’a pas dit cela… Évidemment, c’est un autre de ces longs passages qui ont été coupés !

    Débat (sur Europe 1) , à la fin de

    http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Europe-soir-nicolas-poincare/Sons/Europe-Soir-Editions-speciale-Interview-exclusive-de-Vladimir-Poutine-2142689/

    20h40 : Les réactions en direct de

    Jean-Pierre Elkabbach

    Bernard Kouchner, ancien ministre des Affaires Etrangères

    Elisabeth Guiguou, députée socialiste de la Seine-Saint-Denis et Présidente de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée

    Thierry Mariani, député UMP des Français de l’étranger


    • Niya Le 06 juin 2014 à 09h39
      Afficher/Masquer

      Hallucinant !
      Elkabbach obligé de reprendre Guigou et Kouchner (de nombreux noms d’oiseaux viennent à l’esprit pour qualifier ces deux petits marquis).
      Purée ! Mariani (tendance droite populaire à l’UMP tout de même) qui rappelle quelques vérités.
      Le vent tourne ?


  4. citoyen du monde Le 06 juin 2014 à 03h23
    Afficher/Masquer

    Finalement Poutine prouve dans cette interview que c’est un homme de principe, patriote, sans rancune et sachant ou aller. Bref un homme d’ouverture. Si l’équipe a voulu le mettre en difficulté; elle l’a finalement révélé comme un homme d’état. Sa fermeté sur le dossier ukrainien est non seulement légitime, ce qu’il explique; mais paradoxalement rassurante pour les peuples européens qui ont perdu confiance en leur classe politique peu fiable. Régis Debray & Gabriel Robin ont parfaitement raison : la fabrique des incultes. On peut étendre le raisonnement au reste de l’Europe et aux USA. On y ajoutera l’absence de principes et d’éthique, mépris de leurs peuples et j’en passe.


  5. Hiswe Le 06 juin 2014 à 05h48
    Afficher/Masquer

    Il y a vraiment un côté puant au débat sur i-télé… J’aime bien voir 4 personnes d’accord entre elles discuter. Puis c’est toujours bien de commencer un débat sur ce que Poutine dit de moins interessant.

    Le pire étant que j’ai regardé la version montée du débat et que la “saillie” de Poutine sur les femme m’a fait rire. Je la trouvais déplacée mais je n’avais pas pensé qui ça puisse venir d’une traduction approximative… Je reste un grand naïf.

    Une autre chose choquante, c’est de résumer l’interventionnisme américain à l’Irak seulement. Les chiliens (et tant d’autres) doivent être heureux de savoir que finalement il n’y a que Bush qui a fait intervenir les USA en dehors de leurs frontières.

    Heureusement qu’Hollywood nous a bien appris qui étaient les gentils 🙂


  6. Jonathan Fayard Le 06 juin 2014 à 07h55
    Afficher/Masquer

    En ce qui concerne la culture slave exaltant la virilité masculine et mettant la femme sur le bas côté:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Anna_Iegorova et c’est qu’un exemple parmis tant d’autre dans l’armée rouge

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_II_de_Russie
    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lisabeth_Ire_de_Russie

    Combien d’officiers militaire femme reconnue dans l’armée de libération?
    Combien de chefs d’État femme dans l’histoire de France?

    C’est agaçant de voir des donneurs de leçons ne pas balayer devant leurs portes.


  7. Vallois Le 06 juin 2014 à 08h04
    Afficher/Masquer

    Ici même je pense que les journalistes et leurs rédactions sont :
    – Populistes – dans le sens où ils excitent les sentiments d’appel à la justice et liberté des citoyens donc de l’opinion pour manipulation et contre Poutine.
    – Complotistes – dans le sens où ils pretent des intentions et supposent des actions souterraines sans en apporter le moindre début de preuves alors même que les preuves contraires existent.

    Il est courant que les manipulateurs soit l’exact définition de ce qu’ils dénoncent chez les autres.
    Par contre, dépourvus de valeurs (ils affichent apparemment une Charte de Munich pour la piétiner ensuite) et d’altruisme, ils connaissent les valeurs des autres pour mieux les culpabiliser et les retourner.


  8. franckmilan Le 06 juin 2014 à 09h22
    Afficher/Masquer

    bah c’est toujours la même intox, on se souvient de la fausse traduction des propos du précédent iranien … …de toute façon les français ont une image positive de ce que fait la russie…malgré toute cette propagande.


  9. sainsaulieu Le 06 juin 2014 à 09h40
    Afficher/Masquer

    S’il est vrai que Madame Merkel ait fait un rapprochement entre Monsieur Poutine et Hitler, alors la réaction de l’insulté ne me paraît pas trop forte et son allusion sexiste n’est rien en regard de l’évocation d’Hitler par une americaine; elle sait de quoi elle parle. Ça ne fait pas un saint de Poutine mais quand même ayons des indignations mieux placées


  10. BOURDEAUX Le 06 juin 2014 à 10h37
    Afficher/Masquer

    Le « débat » sur itélé m’inspire une remarque :
    BHL a raison de penser qu’il représente à lui-seul la majorité des intellectuels français de notre temps, il a tort de croire que ça l’honore.


    • VladimirK Le 06 juin 2014 à 14h10
      Afficher/Masquer

      Joliment dit 🙂


  11. Dreian Le 06 juin 2014 à 12h43
    Afficher/Masquer

    http://www.lemonde.fr/international/article/2014/06/06/mikhail-khodorkovski-poutine-a-emprunte-la-voie-nationaliste_4433341_3210.html

    @Olivier: vu que le monde donne tribune a des individus du type Khodorkovski…. peut etre serait il bon sur votre blog de faire une prochaine entree sur le personnage pour bien remettre en perspective ce pourquoi il a ete juge, emprisonne et quel est le role qu il joue desormais pour les medias occidentaux…


  12. canfrarus Le 06 juin 2014 à 12h47
    Afficher/Masquer

    Se comprendre en VO évite d’être à merci des interprètes et de mieux s’entendre.


    • canfrarus Le 06 juin 2014 à 14h07
      Afficher/Masquer

      Ça permet de mieux s’entendre.

      C’est peut-être aussi pour cela que Mme Merkel et Grand-Croix de La Légion d’Honneur Vladimir Poutine s’entendent mieux qu’avec d’autres dirigeants.


Charte de modérations des commentaires