Les Crises Les Crises
8.décembre.20148.12.2014 // Les Crises

[Reprise] Cinq lieux où la troisième guerre mondiale pourrait éclater

Merci 37
J'envoie


http://nationalinterest.org/files/styles/main_image_on_posts/public/main_images/pix1_101614.jpg?itok=YmUPG26V

Où l’impensable pourrait arriver.

James Hardy
le 17 octobre 2014

Il semble que par les temps qui courent le monde soit littéralement en feu. Le conflit continue de manière intermittente en Ukraine, il y a des tensions dans toute la zone Asie-Pacifique, Ebola se déchaîne, Daech poursuit sa guerre d’usure sanglante en Syrie et en Irak, et ainsi de suite. Et pourtant, se pourrait-il que quelque chose d’encore pire pointe à l’horizon – un conflit avec des ramifications mondiales encore plus graves ?

Avant que nous ne commencions cette incursion dans les cinq endroits où la Troisième Guerre Mondiale pourrait éclater, je me dois de préciser quelques qualificatifs et ambigüités.

Tout d’abord, qu’est ce qu’une Troisième Guerre Mondiale ? Comme l’illustrent la crise en Ukraine et le combat mené par l’administration Obama pour définir ce qui se passe en Syrie/Irak du nord, “la Guerre industrielle façon 20e siècle” est dépassée, et ce depuis un certain temps déjà.

Certaines des prédictions qui suivent considèrent un effondrement de régime menant à une guerre, quand dans le même temps le spectre d’une attaque terroriste conduite avec des armes de destruction massive peut très rapidement prendre une tournure apocalyptique. Cela dit, il pourrait ne s’agir que d’un aspect des possibilités : la violence d’État à État restera encore théoriquement et pratiquement possible aussi longtemps que les États-nations posséderont les moyens de dépenser du sang et de l’argent.

C’est pourquoi la plupart des prédictions ci-dessous examinent la possibilité d’une attaque et contre-attaque de type conventionnel entre des nations. Aucune puissance dotée de l’arme nucléaire – que ce soit les États-Unis, la Chine ou la Russie – n’accepterait dans un conflit conventionnel une défaite face à un adversaire de la même catégorie sans lui avoir aussi infligé la peine maximale.

C’est là une très bonne raison expliquant pourquoi la Troisième Guerre mondiale telle que nous la concevons est peu probable ; c’est aussi pourquoi toutes les possibilités évoquées ci-dessous incluent des entités ayant l’arme nucléaire ou la possibilité de l’avoir.

La Corée du Nord contre le Reste du Monde

Les informations en provenance de Pyongyang ces dernières semaines faisant état d’un Kim Jong-Un malade ont rappelé au monde que l’Asie du Nord avait sa propre variété très particulière d’extrémistes manifestant sans réserve des convictions préfabriquées. L’opinion générale intelligente sur la Corée du Nord est que ses ‘provocations’, pour employer le terme en usage, sont des étapes graduées dans un jeu d’escalade contrôlé que Kim joue pour recevoir des concessions sous forme d’aides ou d’offres économiques généreuses de la part de la communauté internationale.

Les discussions en cours entre la Corée du Nord et le Japon au sujet du problème ancien des enlèvements [NDT : de femmes japonaises par les services secrets nord-coréens durant les années 70] en sont juste une déclinaison particulièrement cruelle, par laquelle Pyongyang cherche à exploiter l’importance politique de ce problème au Japon au moment où les deux parties sont en manque d’alliés en Asie du Nord-Est.

La théorie de la “provocation” tient bien la route, jusqu’au moment où vous réalisez qu’en fin de compte, la Corée du Nord continue à développer un programme d’armes nucléaires et de lanceurs mobiles capable d’envoyer des têtes nucléaires. Dans le même temps, la Corée du Sud fabrique son propre antidote sous la forme d’une « chaîne de la mort » qui se fixe l’objectif ambitieux de détruire les armes nucléaires de Pyongyang avant même qu’elles n’aient pu quitter le sol. Ajoutez à cela que la Chine semble avoir perdu patience – et, plus important, son influence – sur la Corée du Nord depuis les purges et l’exécution de Jang Song Thaek, et la situation dans la péninsule devient beaucoup moins prévisible.

Il est sûr que le fondement même du comportement de la Corée du Nord est la logique absolue de survie du régime. Cependant si Kim meurt ou s’il n’est plus en mesure d’assurer à l’élite de Pyongyang qu’elle tire avantage de son régime, tous les paris sont ouverts.

La Chine contre l’Inde (contre le Pakistan)

La confrontation à la frontière entre l’Inde et la Chine, qui s’est finalement calmée le 27 septembre après presque trois semaines [de tensions], est la dernière illustration en date du point inquiétant que peuvent atteindre les relations entre les deux puissants voisins. L’arrivée récente au Sri Lanka d’un sous-marin de type 039 de la marine populaire chinoise de libération – l’incursion la plus à l’ouest d’un sous-marin chinois – est un autre signe que les priorités stratégiques de Delhi et de Pékin peuvent s’opposer.

En dehors de l’histoire et d’un esprit sanguinaire, il n’y a pas de réelle raison pour laquelle ces deux pays seraient destinés à entrer en guerre. La Chine a conclu un certain nombre de négociations réussies avec les pays voisins sur des conflits frontaliers, — la Ligne de Contrôle Réel [NdT : ligne de démarcation entre les territoires sous autorité indienne et ceux contrôlés par la Chine. En fait la frontière entre l’Inde et la Chine] est le seul différend restant, en fait – et l’Inde est en position stratégique et a la puissance militaire pour exercer la suprématie régionale sur la Région de l’Océan Indien (IOR). Les frontières naturelles de l’Himalaya et de l’Asie du Sud-est ont créé des sphères d’influence géographiques qui devraient satisfaire les deux parties.

Cependant, « l’amitié tout-temps » de Pékin avec le Pakistan et ses mouvements dans l’océan Indien menacent l’hégémonie régionale de l’Inde, alors que la politique tournée vers l’Est de l’Inde est mal perçue en Chine, parce qu’elle rapproche Delhi du Vietnam et du Japon. Ce genre de compétition stratégique – ajouté aux mauvaises décisions sur les points chauds comme le Ladakh et le Cachemire – pourrait entraîner une escalade dont aucun des deux camps ne pourrait sortir.

L’imbroglio du Moyen-Orient

La situation actuelle au Moyen-Orient – que ce soit Daech, l’Irak, Gaza, la Syrie, l’Iran, Israël, le Liban ou les retombées des Printemps arabes – est si déroutante, confuse, horrible et insurmontable que la seule chose qu’on puisse dire en sa faveur est qu’au moins, elle n’a pas provoqué la Troisième Guerre mondiale.

Pour que cela arrive, l’équilibre nucléaire de la région devrait être irrévocablement déstabilisé. Une façon évidente d’y arriver serait que l’Iran obtienne la bombe et qu’Israël réagisse en utilisant les siennes « à l’existence largement suspectée, mais dont il ne faut pas parler ».

Une autre possibilité méritant d’être étudiée de plus près qu’elle ne l’est serait que les Saoudiens renforcent leurs missiles balistiques DF-3 en y adjoignant des SF-21 – une rumeur persistante – ou adaptent des têtes nucléaires sur les plus anciens et moins précis DF-3.

Un autre élément de ce scénario est la question de savoir contre qui seraient pointés ces missiles – l’Iran ou Israël ?

Les autres surprises possibles dans la région comprennent la possibilité pour la Corée du Nord d’aider le régime d’Assad, ou à Daech de mettre la main d’une façon ou d’une autre sur une réserve jusqu’alors inconnue de matériaux fissiles, et d’avoir les cerveaux pour en faire des armes.

À la lumière de tout cela, les tentatives américaines d’empêcher l’Iran d’obtenir la bombe sont encore plus pertinentes ; les raisons pour lesquelles ils n’examinent pas avec la même minutie les intentions des Saoudiens en ce domaine le sont nettement moins.

La Russie contre l’OTAN

Avant que la campagne aérienne contre Daech ne fasse les premières pages des journaux, le grand sujet de l’année était l’interrogation sur ce qui allait exactement se passer dans l’est de l’Ukraine. La destruction en vol d’un avion de ligne, les multiples violations de frontières par les troupes russes et l’annexion de la Crimée se sont additionnés pour forcer les Occidentaux à mener une réévaluation majeure de leur relation avec la Russie de Vladimir Poutine.

La rapidité et l’intelligence de la campagne russe est de mauvais augure pour l’OTAN et les autres organisations multilatérales comme l’UE, empêtrées dans leur approche de décision par comité qui ralentit leur temps de réponse.

Pour être juste avec l’OTAN, l’alliance est consciente de ce problème et a mené diverses tentative pour renforcer ses positions en Europe de l’est. Au sommet du pays de Galles de septembre, elle a commencé à travailler sur les détails d’un Plan d’Action Immédiate qui inclura une force de réaction très rapide et le déploiement d’équipements et de munitions prépositionnés le long de ses frontières orientales.

Cette nouvelle force contrastera avec ce que le correspondant du IHS Jane’s [NdT : Jane’s , célèbre éditeur anglais spécialisé dans les publications militaires, racheté par IHS, entreprise américaine semblable] Brooks Tigner a brillamment appelé « la Force de Réaction vraiment pas rapide de l’OTAN, à laquelle il faut des mois pour déployer entièrement ses 20 000 soldats et leur équipement ».

L’OTAN devra aussi s’employer à gagner la guerre de l’information, que Poutine a menée en Ukraine avec autant d’habileté que toutes les confrontations sur le terrain.

Mis à part ces considérations tactiques, le cœur du problème est le mouvement vers l’Est de l’OTAN, auquel sans surprise s’oppose la Russie, ainsi que l’affirmation par Moscou de son droit à « protéger » les minorités russophones dans d’autres pays, ce contre quoi l’OTAN devrait avoir à réagir si des nations membres comme les pays baltes ou la Pologne étaient menacés.

La Chine contre l’Amérique (via Taïwan, le Japon ou la Mer de Chine du Sud)

Dernier point mais non le moindre, le plus important de tous ces conflits potentiels. La menace du « Piège Thucydide » – celui d’une puissance grandissante et d’une puissance dominante finissant par entrer en guerre – est devenue un sujet insigne de discussion dans les relations sino-américaines de ces dernières années.

Certains analystes diront que l’analyse de Thucydide sur la relation entre Sparte et Athènes est une analogie bien faible des relations entre Chine et États-Unis. Néanmoins, il est indéniable que l’émergence de la Chine et son effort militaire change l’équilibre du pouvoir et a un effet dangereux sur un nombre suffisant de points de friction en Asie du Nord-Est.

La caractéristique la plus dangereuse de ces tensions est qu’elle affecte des parties tierces : la mer de Chine du Sud, le Japon, Taïwan ou la Corée du Nord pourraient tous déclencher des conflits locaux menaçant de dégénérer. Les tensions les plus dangereuses, à mon sens, sont les disputes territoriales maritimes, c’est-à-dire qui ont lieu dans les eaux et territoires proches de la Chine, que Pékin réclame et tentera probablement de contrôler si le statu quo devait changer à l’encontre de ses intérêts.

En tête viennent les possibilités de conflit entre Japon et Chine pour les îles Senkaku/Diaoyu, couvertes par le traité de défense américano-japonais, comme le secrétaire américain adjoint à la défense Robert Work vient juste de le répéter.

Un autre point de déflagration potentiel est la mer de Chine du Sud, où les Philippines – elles aussi liées aux USA par un traité – s’alarment de plus en plus des constructions chinoises dans les îles Spratley. Les USA ont été plus réticents à aider Manille qu’ils n’ont été rapide à défendre le Japon, mais ces deux endroits appartiennent à ce que la Chine appelle ses « intérêts centraux » – des mots-codes pour désigner toute chose pour laquelle elle est prête à se battre.

Cependant, le plus gros problème « d’intérêt central » non-résolu est probablement Taïwan. Le spectaculaire pivotement de la puissance militaire de Taïwan vers la Chine a été l’un des plus importants changements dans la sécurité en Asie du Sud-Est au cours des quinze dernières années.

Ian Easton, du Projet 2049 Institute, a récemment affirmé que « contrairement à ce qui a été rapporté, Taïwan a la capacité d’empêcher la Chine d’avoir la supériorité aérienne et sera probablement en état de maintenir cette capacité dans l’avenir ». C’est possible, mais quoi qu’il en soit, le vrai problème serait la réponse des États-Unis. Un « abandon » de Taïwan par Washington aurait des conséquences si dévastatrices pour sa réputation en tant que partenaire militaire que les USA seront mis dans l’obligation d’intervenir pour défendre l’île. De sorte que les militaires américains se mettraient à la portée de systèmes chinois spécifiquement conçus pour les en empêcher.

Une frappe directe sur un porte-avion américain par un missile balistique anti-navire DF-21D chinois ferait monter la situation d’un cran, et toute attaque des bases américaines au Japon ferait entrer Tokyo dans la guerre. Ce qui adviendrait ensuite dépendrait de la volonté des deux camps de continuer avec des armes conventionnelles – ou bien de ce que les chefs dans l’un ou l’autre pays se sentent contraints d’appuyer sur le bouton.

James Hardy est le rédacteur en chef pour la région Asie Pacifique de la revue IHS Jane’s Defence Weekly. Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les vues de IHS.

Image: Flickr/U.S. Department of Defense/CC by-nc-nd 2.0

Source : National Interest, le 17/10/2014

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

K // 08.12.2014 à 01h06

Cet article survole beaucoup de dossiers très différents sans apporter beaucoup de développements.
Le titre est mal choisi car on a une liste de points chauds mais l’auteur n’explique pas comment ces conflits régionaux pourraient dégénérer en guerre mondiale. Car il faudrait pour cela la réunion de plusieurs paramètres :

– L’imbrication de plusieurs pays dans le monde par le jeu des alliances.
– Que les 2 belligérants soient de tailles comparables (si l’un des 2 écrase l’autre en une semaine, on ne peut pas vraiment parler de guerre mondiale).
– Que les 2 parties prenantes aient intérêt à faire la guerre.
– Que ces pays aient les moyens de combattre (moyens humains, financiers, logistiques, volonté populaire, etc)
– Que l’un des 2 belligérants ne maîtrise pas l’arme atomique (une guerre mondiale ouverte opposant 2 pays nucléarisés me parait très peu probable).

Dans aucun de ces 5 cas ces conditions sont réunies donc on peut penser qu’on joue à se faire peur.

68 réactions et commentaires

  • K // 08.12.2014 à 01h06

    Cet article survole beaucoup de dossiers très différents sans apporter beaucoup de développements.
    Le titre est mal choisi car on a une liste de points chauds mais l’auteur n’explique pas comment ces conflits régionaux pourraient dégénérer en guerre mondiale. Car il faudrait pour cela la réunion de plusieurs paramètres :

    – L’imbrication de plusieurs pays dans le monde par le jeu des alliances.
    – Que les 2 belligérants soient de tailles comparables (si l’un des 2 écrase l’autre en une semaine, on ne peut pas vraiment parler de guerre mondiale).
    – Que les 2 parties prenantes aient intérêt à faire la guerre.
    – Que ces pays aient les moyens de combattre (moyens humains, financiers, logistiques, volonté populaire, etc)
    – Que l’un des 2 belligérants ne maîtrise pas l’arme atomique (une guerre mondiale ouverte opposant 2 pays nucléarisés me parait très peu probable).

    Dans aucun de ces 5 cas ces conditions sont réunies donc on peut penser qu’on joue à se faire peur.

      +57

    Alerter
    • Jared // 08.12.2014 à 01h29

      Je me suis souvent dit qu’il ne serait pas possible qu’une guerre ouverte entre deux Etats ayant l’arme nucléaire reste à l’état de guerre conventionnelle.

      Mais il me semble avoir vu il y a peu que, lors de la seconde guerre mondiale, Allemands et Britanniques avaient tous deux des armes chimiques bien méchantes et qu’aucun des deux camps ne les a utilisées.

      Après tout, si l’arme nucléaire entre en scène, les deux camps sont sûrs de perdre tous les deux. Alors que si la guerre reste convetionnelle, il y a possibilité qu’un des camps gagne.

      Tout ça pour dire qu’un affrontement direct ou semi-direct entre deux Etats ayant l’arme nucléaire, sans que ça tourne à l’apocalypse, me paraîtrait finalement possible.

        +10

      Alerter
      • Kiwixar // 08.12.2014 à 02h45

        Je vois 2 problèmes à cette vision optimiste (guerre entre puissances nucléaires sans utilisation de la Bombe) :

        – il y a une forte tentation intermédiaire entre le conventionnel et les armes nucléaires stratégiques apocalyptiques (utilisées sur le pays de l’ennemi) : les armes nucléaires tactiques, en particulier si elles sont utilisées sur son propre territoire par le pays en train de perdre, ou sur des confettis sans population (exemple Diego Garcia) ou bien en mer contre une flotte entière (torpille à tête tactique)

        – la puissance déclinante (les Zuniens) qui ne parvient pas à faire entrer en guerre l’adversaire prudent (Russie ou Chine), et finit par avoir recours à la bonne vieille méthode qui a fait ses preuves (le false flag), mais un cran au-dessus de 9/11, avec une arme nucléaire (tactique ou sale) sur son propre territoire

        Si seulement 3% des cadavres attribués au parcours du couple Clinton sont vrais, ça fait déjà froid dans le dos, et Hillary risque d’être au pouvoir au pire moment de l’Histoire (2016-2020) : faillites bancaires et peak oil.

          +32

        Alerter
        • Deres // 08.12.2014 à 14h47

          Il y deux autres possibilités d’escalade nucléaire intermédiaire :
          – utilisation d’une arme tactique pour la guerre navale au large sachant que cela en tuera pas de civils
          – explosion à haute altitude pour les effets électromagnétique contre l’électronique

          AMHA, un conflit entre deux puissance nucléaires restera toujours indirect, via un ou des intermédiaires, comme on l’a vu à de multiples reprises pendant la guerre froide ou ne démarrera jamais en restant au niveau d’escarmouches localisées pas ou peu rapportés aux médias comme on l’a également vu pendant la guerre froide.

            +4

          Alerter
        • Alexandre // 09.12.2014 à 09h52

          je suis convaincu que les USA sont en train de comploter pour engager un conflit qui leur servirait pour faire oublier la crise. Les pays membres de l’OTAN se retrouveront piègés.
          Le sondage en court donnent 85% de oui à la sortie de l’OTAN, il faut faire pression.

            +8

          Alerter
          • mark // 04.05.2015 à 14h46

            Oui bien sur les USA? Ils n’ont jamais gagné une guerre à chaque fois qu’elle a eu des problèmes d’argent ou des crises boursières et au bord de la faillite un conflit entre plusieurs pays et mise en route pour déclencher une guerre mondiale, pourquoi pour cacher quelle et la principale responsable de cette crise financière mondiale et pour se remplir les poches pour se sortir de sa crise financière.

              +6

            Alerter
      • José // 08.12.2014 à 04h01

        Non impossible car aucune partie n’accepterait de perdre une guerre conventionnelle il utiliserait en ultime recours l’arme nucléaire et l’autre camp répondrait par la même arme donc = guerre APOCALYPTIQUE

          +8

        Alerter
        • Laurent // 08.12.2014 à 08h55

          > Non impossible car aucune partie n’accepterait de perdre une guerre conventionnelle

          Si un conflit éclatait entre la Chine et les USA, le vainqueur (à condition qu’il y en ai un) pourrait prendre les îles du Pacifique de son adversaire mais serait bien incapable de prendre son territoire – à cause de la distance, de la population et de la superficie des territoires, la Chine ne pourrait pas envahir les USA, ni les USA la Chine.

          Dès lors le perdant aurait le choix entre l’anéantissement mutuel par le bombardement nucléaire ou la perte des îles mais la conservation de son territoire et la possibilité de prendre sa revanche quelques décennies plus tard.

          L’apocalypse nucléaire n’est donc pas une certitude à mes yeux.

            +4

          Alerter
          • languedoc 30 // 08.12.2014 à 11h14

            Je croyais que l’arme atomique était surtout et avant tout un moyen de dissuasion. Si ça ne dissuade personne à quoi bon ces dépenses faramineuses.
            Les russes auraient averti, que n’importe quelle attaque contre leur territoire déclencherait une riposte nucléaire.

              +8

            Alerter
            • Nerouiev // 08.12.2014 à 16h54

              Vous avez raison mais Collin Powell ne le voyait pas ainsi tout au moins pour ce qui concerne l’Iraq.

                +1

              Alerter
            • Deres // 08.12.2014 à 17h49

              Le débat sur les “mini-nukes” vient du fait que les bunkers enterrés sous une forte épaisseur de roche sont techniquement indestructibles par des armes conventionnelles. Et même un bunker classique très renforcé n’est vulnérable qu’à des armes très lourdes ne pouvant être porté que par de très rares avions (B2). Ne pas oublier que pendant le 2eme GM des bombes jusqu’à 10 tonnes ont été développés pour attaquer les bunkers allemands dont les bases de sous-marins en France (sans vraiment els pénétrer d’ailleurs). Alors que les armes atomiques font environ 100 kg et peuvent être donc déployés très facilement en comparaison.

                +2

              Alerter
    • Bertrand // 08.12.2014 à 08h12

      Je suis également de votre avis “K”

      Pour ma part, je pense que nous sommes déjà en guerre et depuis longtemps. Je pense que le conflit c’est tiédis à la faveurs des attentats du 11 septembre et de leurs conséquences extérieures: Augmentation des budgets de défense, Guerre en Afghanisthan, en Irak, en Afrique… et intérieure: Patriot Act au USA, vigipirate en France…

      A l’image de la guerre froide qui n’a pas été une guerre au sens de celle de la seconde guerre mondiale, celle-ci est bien plus subtile et englobe un panel d’outils bien plus large que l’appareil militaire comme l’arme économique ou l’arme législative par exemple.

      Pour moi, ce que soulève cet article relève plus d’un réchauffement du conflit où l’on rentrerait dans une phase plus coercitive, plus armées (ou en tout cas, elle serait plus visible) avec des théatres d’opérations qui resteraient limités mais éparpillés dans le monde.

        +3

      Alerter
      • Lesag // 08.12.2014 à 10h30

        Pouvez vous me dire quels pays ont vu leur budget défense augmenter(déduit de l’inflation) depuis 2001???? Aucun pays de l’UE en tout cas, et surtout pas la France.

          +4

        Alerter
        • K // 08.12.2014 à 18h20

          Les Etats unis, la Chine, l’Inde, la Russie, l’Arabie saoudite, l’Australie, le Brésil, le Canada, l’Allemagne, la France, l’Espagne, l’Italie, Israel, la Corée du sud, les Emirats Arabes Unis…

          cf wikipedia anglais “List_of_countries_by_past_and_projected_military_expenditure_(current_US$)”

          et pour les l’évolution de l’indice des prix par pays depuis 2001 :
          fxtop.com/en/inflation-calculator.php

            +3

          Alerter
  • theuric // 08.12.2014 à 01h07

    Les relations entre l’Inde et la Chine seront ce qu’il y aura le plus à observer, au plus près.

      +1

    Alerter
    • José // 08.12.2014 à 04h22

      Pour moi le danger viendrais plus des USA envers la Russie
      Surtout si hillary clinton passe au pouvoir , celle qui a osé comparer V poutine de nouveau hitler.
      Les Usa sont en phase de perdre l’hégémonie mondial et il ne l’accepteront jamais , ils utiliseront tous les moyens nécessaire pour stopper les pays montant comme la chine et la Russie.
      Les Américains n’ont plus de foi n’y de loi il sont ultra agressif
      Il veulent casser la Russie en s’attaquant avec force a son économie
      C’est pour cette raison que V poutine a tenu un discours grave et de mise en garde mercredi dernier .
      Hollande a compris dû moins je l’espère vaudrais mieux pour lui , qu’il ne se foute pas de Poutine en ayant été le voir et puis derrière il continuera son manège dicté par washington .
      Poutine a bien mis en garde les USA et ses petits caniches .
      Ok vous avez fait mumuse pendant quelques mois mais maintenant c’est terminer .
      Quand ont veut briser un pays en s’attaquant a son économie et bien il n’a d’autre solution que de se défendre , il s’agit d’une question de survie et de patriotisme .

      Pour moi le danger sont les USA et d’ailleurs il sont a l’origine de tout les problèmes au moyen orient et en Europe avec l’Ukraine
      Daech Est une pure création des Américains , il les ont financé et aidé et je vais même allez plus loin il font semblant de les bombardés et la preuve c’est que daech n’est pas détruit et qu’ils continue a progresser en plusieurs endroits .
      Il parait qu’il y aurait une coalition de 40 pays contre eux LoL OUI BIEN SUR !!!
      Les Usa appelle cela le chaos contrôlé .

        +49

      Alerter
  • Lage // 08.12.2014 à 01h22

    Il me semble en effet certain que Taïwan est un bon candidat au rôle peu enviable d’allumette. Une sorte d’Ukraine entre les USA et la Chine en quelque sorte…

    Ce qui est le plus explosif, je pense, c’est ce décalage à Taïwan entre 1) les faits de terrains : Taïwan pèse de moins en moins tant militairement que économiquement face à la Chine, 2) la volonté du peuple : les habitants de l’île disent, avec une intensité variable mais quasi-unanime : “non, je ne suis plus chinois, je suis taïwanais”.

    Une chose similaire a dû se passer aux USA vers 1780 : des gens ont dû aussi dire : “non, on n’est plus anglais, on est américains”. Comme aux USA, ce patriotisme naissant est associé à des institutions démocratiques libérales. Dangereux, sans doute, mais absolument fascinant quand on le voit de l’intérieur.

      +6

    Alerter
  • boduos // 08.12.2014 à 01h49

    “Ebola se déchaine “:grosse intox à relativiser 7 à 8000 morts , grippe en France l’an dernier: 60000 morts.
    prétexte pour les USA qui envoient les GI’s en Afrique comme auxiliaires médicaux (pour sulfater ?)
    Les foyers impliquant l’empire (Ukraine,Chine-Japon,Chine-USA,daesh..) ne peuvent finir en déflagration , les parties dotées de l’arme nucléaire en sont plus que conscientes même si elles doivent se défier ,pour garder la face et leur prestige.
    Plus problématiques sont les pays instables de l’intérieur comme le Pakistan ,Israël,l’inde qui pourraient se prendre à leur propre jeu et tenter de régler des problèmes internes par une surenchère dans un face à face mal contrôlé.
    L’auteur (qui est James Hardy ? ) nous ressert l’assertion erronée de la culpabilité de la Russie dans le crash du MH17. Il parait un peu light le James.

      +22

    Alerter
    • arthur78 // 08.12.2014 à 03h06

      bonjour @boduos, si tu regardes la fin du texte tu vois que l’auteur travaille pour le magazine IHS Jane’s , une recherche rapide sur youtube te redirige vers cette vidéo :

      https://www.youtube.com/watch?v=YaP8ekL_RYM

      sur twitter leur fil est @IHS4DefRiskSec , ils ont comme abonnés : G.Pyatt l’ambassadeur US à kiev , l’OTAN , Chatham House, donc c’est normal que James adhère à la thèse des méchants russes, il est payé pour… Mais ça veut dire aussi que dans des milieux sérieux, des gens peuvent penser que des guerres larges sont possibles … ce qui est inquiétant car une guerre élargie avec un pays qui a 2000 têtes nucléaires ne peut que mal se finir. Ceux qui nous dirigent sont simplement FOUS A LIER … on en est pas toujours conscients .

        +34

      Alerter
      • Loui JULIA // 08.12.2014 à 13h38

        Oui, l’article est très suspect, il répète entre autres les fables des “multiples violations de frontières par les Russes, exectement le même discours que l’on peut lire sur les sites des journaux ukrainiens qui font de la propagande depuis le début et abreuvent leurs lecteurs d’infos déformées.
        Ainsi, aujourd’hui, on a vu un article annonçant l’arrivée de 2 divisions d’atrillerie russe sur le territoire ukrainien. Vous pourrez admirer la photo très pertinente! Encore un exemple d’intox ukrainenne: http://www.unian.net/politics/1018819-rf-prodoljaet-perebrasyivat-voyska-na-donbass-za-vyihodnyie-voshli-2-diviziona-artillerii-is.html
        Certes, on voit un plein camion de gugusses, mais si c’étaient des soldats russes, ça se verrait. Quant aux canons, où sont_ils?

          +11

        Alerter
        • Deres // 08.12.2014 à 14h52

          Attention, les actions agressives des russes, en aviation par exemple existent surement. Ce que l’on ne dit pas est que les occidentaux et surtout les américains font bien pire. Les avions espions américains servent tous les jours. des photos volés ont montré que les américains ont des drones furtifs inconnus à grand rayon d’action. ils ne les laissent probablement pas à dormir dans des hangars après les avoir payés des milliards de dollars pièce …

            +5

          Alerter
    • Theoven // 08.12.2014 à 12h30

      Euh… 60 000 morts de la grippe en France. Comme vous y allez ! Rassurez vous, c’est plutôt de l’ordre de 1 500 décès.

      Si vous voulez faire une comparaison, faites là avec le nombre de morts africains pour cause de paludisme, qui s’établit à plus de 400 000 par an (sauf qu’évidemment, les pays riches savent se prévenir du palu…).

        +4

      Alerter
      • jerome12 // 22.04.2015 à 22h02

        en france pour la grippe hivernale c’est 1500 morts en moyenne par an
        par contre pendant l’hiver 2014-2015, le vaccin était peu efficace et la grippe a causé 10400 morts (surtout des personnes âgées)

          +1

        Alerter
  • Pikpuss // 08.12.2014 à 02h35

    La troisième guerre mondiale n’arrivera pas en dépit des efforts de certains pour y arriver… Bien sûr le chaos et la guerre peuvent être partout sauf… aux USA…

      +7

    Alerter
  • vérité2014 // 08.12.2014 à 02h43

    République féodale d’Ukraine Saison 1
    Episode 2 : Le “populicide” du Donbass
    par Xavier Moreau

    http://www.stratpol.com/#!rpublique-fodale-dukraine-saison-1-ep/c18x8

    La Russie face au globalisme.

    https://www.youtube.com/watch?v=obXqrMj6Srs

    Ukraine was urged to close the east airspace by Eurocontrol days before downing of ‪#‎MH17‬, but ignored the warning: Sunday Times

      +7

    Alerter
  • dupontg // 08.12.2014 à 05h32

    L’avantage d’une guerre nucleaire apocalyptique sera de se terminer assez rapidement.
    Les survivants auront beaucoup de temps dans leurs abris pour mediter sur leur action….

      +7

    Alerter
  • moom // 08.12.2014 à 06h54

    “Appuyer sur le bouton nucléaire”,donc en conclusion,la création n’ayant rien à leur reprocher,les plus intelligents de l’espèce humaine sont de très loin de par leur sagesse les hommes du peuple pygmée des forets équatoriales de d’Afrique centrale.

      +4

    Alerter
  • Judabrutus // 08.12.2014 à 07h22

    J’ai juste survolé ce texte, mais d’ores et déjà il me semble souffrir d’une lacune rédhibitoire : il manque un 6eme sous-titre qui se formulerait un peu comme :
    ” — Les USA contre ………..”
    Lequel sous-titre couvrirait une bonne demi- douzaine de sous-sous-titres.

      +23

    Alerter
  • MJ // 08.12.2014 à 07h43

    “les multiples violations de frontières par les troupes russes et l’annexion de la Crimée”
    là je ne comprends plus la ligne éditoriale du site les crises.

    quant à une guerre avec du nuk, elle est possible, probable et certaine si le perdant en possède mais avec des armes tactiques. quelques kilotonnes genre Hiroshima voire moins puissante.
    c’est la réduction de puissance des armes nuk qui les rend “utilisables”.
    ça permet de neutraliser tout ce qui bouge sur un périmètre réduit.
    le stratégique à coup de mégatonnes c’est pour les désepérés (toujours possible quand même).
    la bombe pète à Paris tout est détruit jusque Tours et plus un carreau debout à Bordeau…
    >> inutilisable sur son propre territoire
    >> inutilisable dans le cas d’une guerre de conquête par destruction du but.
    >> utilisable par le perdant chez le vainqueur mais retour de bâton garanti.

      +4

    Alerter
  • Alain C // 08.12.2014 à 07h49

    Quand je lis ça :

    ” La destruction en vol d’un avion de ligne, les multiples violations de frontières par les troupes russes et l’annexion de la Crimée se sont additionnés pour forcer les Occidentaux à mener une réévaluation majeure de leur relation avec la Russie de Vladimir Poutine.”

    j’arrête immédiatement de lire

    Ce type est instantanément décrédibilisé, à mes yeux

    Il n’a rien compris ou se fout de nous (confirmé par un commentaire ci-dessus)

    Le reste ne peut être qu’affabulatoire, narrative occidentale

      +33

    Alerter
    • FileDansLeVent // 08.12.2014 à 11h54

      @Alain C

      Pareil pour moi, je me suis arrêté de lire à: “multiples violations de frontières par les troupes russes”

        +7

      Alerter
      • Eric // 08.12.2014 à 15h07

        Perso j’ai lu jusqu’au bout mais j’ai bien coincé à ce moment-là aussi. Quid de l’ingérence de tout le monde donc … sauf de la Russie ! 🙂

          +3

        Alerter
  • Lesag // 08.12.2014 à 07h50

    Qui c’est le zozo qui a écrit ce truc fumeux?
    L’incompétence y dispute à l’ignorance.
    A un moment, soit l’auteur prète à Assad la volonté d’acquérir l’arme atomique ou alors il confond et croit que Assad est président de…..l’Iran.
    ça la fout mal pour un “expert” en géopolitique.
    En ce qui concerne l’Inde, l’auteur semble ignorer qu’elle demande son entrée à l’OCS.
    En ce qui concerne l’Ukraine, l’auteur ressort comme argent comptant toutes les billevesées qu’on peut lire dans les tabloïds.

    Si les USA n’ont pas mieux que ça en “expert” géotratégique, alors oui, on a du soucis à se faire.

    Plus ça va, plus j’ai la terrifiante impression d’être plongé en plein Docteur Folamour de Kubrick

      +22

    Alerter
    • zebulon // 08.12.2014 à 21h00

      Le plus marrant est le cas des Phillipines qui cherchent en ce moment un
      rapprochement avec la Chine…
      Il évite soigneusement d’évoquer l’OCS et la liste des pays désirant y entrer:
      Inde, Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie en ce qui concerne la zone Asie-Moyen Orient.
      Et si l’Inde s’apprête à pactiser avec le Pakistan dans cette organisation, qui est
      (ils s’en cachent de moins en moins) le pendant asiatique de l’OTAN, c’est qu’ils ont fait
      taire leurs différends en présence d’une menace commune, beaucoup plus sérieuse.

        +2

      Alerter
  • FL // 08.12.2014 à 07h58

    Ça sent la propagande à plein nez ce collier de lieux communs. Tremblez braves gens, pendant ce temps vous ne penserez pas à réfléchir à vos difficultés de vie et vous prieraient pour que l’Amérique, la vraie, la seule, vous protège.
    Cependant qu’ils soient suffisamment allumés pour mettre la moitié de la planète à feu et à sang avec leur armée, plus importante que l’ensemble de toutes les autres réunies, ne peut être exclu.

      +11

    Alerter
  • JPC // 08.12.2014 à 09h11

    Que fait cet article de propagande minable sur ce blog?? il faut juste lire les titres des paragraphes pour voir contre qui elle est dirigée.La Corée du Nord contre le Reste du Monde,alors qu’il serait plus juste de dire Le reste du monde contre la Corée du Nord, la désinformation sur ce pays est sans limites, La Russie contre l’OTAN, un comble quand on sait que l’OTAN a été crée contre les pays de l’est communistes,La Chine contre l’Amérique, il suffit de regarder la carte des bases américaines ou de l’OTAN dans le monde pour comprendre , les autres paragraphes sont du même
    style. QUAND LE SAGE MONTRE LA LUNE ,L’IDIOT REGARDE LE DOIGT.Pour toutes informations nous devons vérifier…….

      +19

    Alerter
  • michael // 08.12.2014 à 09h20

    Dans le passage sur la Russie, je note que l’auteur recommande que l’OTAN considere la propagande comme partie integrale de sa mission.
    “L’OTAN devra aussi s’employer à gagner la guerre de l’information, que Poutine a menée en Ukraine avec autant d’habileté que toutes les confrontations sur le terrain.”

      +5

    Alerter
  • Joanna // 08.12.2014 à 09h35

    J’ai commencé à lire et je tique sur les 2 derniers § juste avant “la Corée du Nord contre le reste du monde”.
    J’ai relu 2 fois, 3 fois et ça me semble incompréhensible, voire incohérent.

    Problème de traduction ?
    Suis-je la seule à penser ça ?

      +6

    Alerter
  • Un naïf // 08.12.2014 à 09h55

    Nous sommes déjà entrés en 3ème guerre mondiale !!
    Bien sûr, elle ne ressemble plus à la 2ème, elle est plus insidueuse, mais aussi beaucoup plus destructrice car cette fois-ci, c’est la survie même de l’espèce humaine qui est en jeu, et tout porte à croire que ce mouvement est irréversible… allez, bonne journée !!

      +5

    Alerter
    • karluss // 08.12.2014 à 14h35

      la survie des espèces est permanente, c’est le moteur de l’évolution, pour autant on ne peut considérer le darwinisme comme une guerre mondiale au sens de cet article. Le temps est propice aux cavaliers de l’apocalypse en tout genre.

        +3

      Alerter
      • Un naïf // 08.12.2014 à 17h56

        Les cavaliers de l’apocalypse ne sont pas forcément ceux que l’on croit…

          +4

        Alerter
  • sergeat // 08.12.2014 à 10h00

    Si j ai bien compris pour survivre je vais partir dans une region ou il y a peu d interet economique:desert,kamtchatka,brousse,massif central,…Ne jamais oublier que toutes ces situations ont été provoquees à l origine par ce que nous appelons les occidentaux.

      +6

    Alerter
  • achriline // 08.12.2014 à 10h15

    “À la lumière de tout cela, les tentatives américaines d’empêcher l’Iran d’obtenir la bombe sont encore plus pertinentes …”
    “… les multiples violations de frontières par les troupes russes et l’annexion de la Crimée …”

    à partir de là, j’ai arrêté de lire, pas de temps à perdre. Deux phrases qui font perdre toute crédibilité à l’article.*Le mec est journaliste et il croit encore que les sanctions contre l’Iran sont à cause du programme nucléaire, non mais allo quoi …

    Pour le reste j’adhère aux commentaires de Alain C, lesag, FL et michael : incompétence, ignorance, et propagande.

      +18

    Alerter
    • achriline // 08.12.2014 à 10h20

      J’avais zappé le commentaire d’arthur78, à partir de là tout s’explique.

        +3

      Alerter
  • Chris // 08.12.2014 à 10h17

    Encore un de ces nombreux journaleux et américains qui se contemplent le nombril, colportant leur exceptionnalité crasse de refaiseur du monde.
    Ça me donne envie de vomir.

      +8

    Alerter
  • Franck // 08.12.2014 à 10h25

    Un article en contrepoids et très orienté du seul point de vue des occidentaux.
    La simple utilisation du mot “annexion” pour la Crimée, montre qu’il s’agit bien de propagande occidentale.

    En droit international, un peuple qui fait suite à un coup d’État, donc à la remise en question de la constitution d’un pays, et par extension de ses frontière, est tout à fait légitime pour se prononcer seul sur son avenir. C’est le droit à l’autodétermination des peuples, décrit dans l’article 1 de la charte de l’ONU.

    La présence de troupes russes sur le sol Ukrainien de Crimée, et n’ayant pas fait usage d’une force visible pour en prendre le contrôle, suivi par l’observation de 123 pays d’un référendum populaire, légitiment totalement cette prise d’indépendance. Je rappelle au passage que la Crimée est un État indépendant et souverain, et qu’elle a rejoint la “Fédération de Russie”, ce qui ne constitue en rien une “annexion”. Tout comme les États Unis d’Amérique sont une fédération d’États indépendants, la Fédération de Russie compte elle même un certain nombre d’États indépendants.

    Les divergences entre la Chine et l’Inde sont tout aussi affabulées. Les pouvoirs centraux font face à des heurts réguliers dans les régions frontalières, mais pour des raisons qui les dépassent autant les uns que les autres. Il s’agit clairement pour la chine des ouïgours, de confession musulmane en Chine, ou des pakistanais, musulmans plutôt extrémistes de l’autre côté. Le clivage n’est donc pas politique, mais culturel, voire confessionnel. Et il s’agit d’un combat commun contre l’islamisme, non une querelle de voisins…

    Ne pas voir le rapprochement de la Turquie avec la Russie, serait encore une fois une grande erreur. C’est en réalité d’ici que viendrait la plus grande menace pour l’OTAN. Le refus d’intervention en Syrie, le manque de soutien visible aux forces de l’OTAN pour y mener leurs frappes, démontre que la Turquie à bien davantage d’intérêts à soutenir un développement vers l’Asie, qu’un rapprochement vers l’Europe qui n’a de cesse que de la repousser. Et sa culture même est bien plus proche du chiisme que du sunnisme, au grand damne des whaabites, fous de dieu, et grand financiers de la plupart des groupes terroristes qui sévissent au moyen orient.

    Enfin, et avec la baisse considérable du prix du pétrole, j’y vois là une occasion en or des producteurs de l’OPEP de se débarrasser enfin de l’emprise US sur ce marché. Or, tout le monde peut comprendre que le pétrole, dans nos économies occidentales, c’est le nerf de la guerre. Pour les USA, avec un marché coté en dollar, et qui apporte des revenus plus que substantiels par le change qu’il impose. Et pour les pays Européens qui le taxent lourdement. On oubliera pas au passage la catastrophe que cela produira sur les exploitants de gaz et d’huile de schiste aux USA, et dont la rentabilité en dessous des 85$, et tout bonnement inexistante, aboutira en cascade à la faillite de nombreuses banques, toutes financées à grand renfort de planche à billet. Si les USA venaient à financer à crédit ces exploitations, cela contraindrait alors les producteurs de pétrole à sortir du marché dollar, puisque manipulé, et sonnerait la mort définitive du roi dollar, qui s’en déprécierait certainement au point de ne plus valoir que le prix du papier sur lequel il est imprimé.

    Une hypothèse n’a pourtant pas été évoquée. L’effondrement pur et simple de l’économie américaine, et de la société multiculturelle et multiraciale aux USA. Qui ne voit pas les confrontations ethniques ébranler le pays, et les massacres se succéder dans les universités ? En ajoutant aussi au fait que tous sont lourdement armés, et que des confrontations ethniques de grande ampleur viendraient inévitablement à bout du pouvoir central, de l’organisation même des USA.

    Les BRICS deviendraient alors, avec une monnaie de réserve mondiale et non nationale, un moyen évident d’éviter cette guerre mondiale que seuls les USA espèrent. Et selon moi, s’ils refusent de l’admettre ou ne l’acceptent pas, s’ils lancent de nouvelles guerres, la possibilité que le monde entier se retourne contre eux, et leur dise non c’est fini, on ne joue plus avec vous, est bien plus grande. Je ne pense pas un seul instant que ce soit la Russie qui soit isolée, mais bien les USA qui le sont de plus en plus, et dont les coups de force humiliants sont de plus en plus visibles.

      +25

    Alerter
    • Nerouiev // 08.12.2014 à 17h28

      Je partage votre analyse et conclusion qui ne fait en aucun cas état d’un risque généralisé de nouvelle guerre mondiale. Vous avez cité la Turquie et je vois là, par son comportement et son changement de cap, le début d’un apaisement au Moyen-Orient. Je n’ai aucune preuve pour le démontrer, simplement un comportement anti américain et donc apaisant.

        +1

      Alerter
  • coinfinger // 08.12.2014 à 10h43

    Si la 3e war doit éclater , le lieu et les circonstances , seront les plus inattendues possibles , autrement dit une surprise . Parce que c’est un impératif tactique .
    Donc surement pas en Ukraine , ou via l’Ukraine , ni le Moyen-Orient . An trois de vraisemblance : la Chine . Donc là non plus reste comme lieux : l’Afrique , l’Inde , l’Amérique du Sud , l’Océanie/Australie . Le plus improbable me semble étre l’Afrique .
    La Condition à mon sens en est que les US , seul à y avoir intéret , bénéficie d’une nette supériorité technique . Une avancée décisive . Heureusement c’est tellement lucratif que nombreux sont les lobbies en concurrence , qui plus est animés de recherche de profits à court terme . Ils oeuvrent donc plus à un travail de sape de la puissance US , qu’à son émergence . Pourvu que çà dure . Un grand bienfait pour l’humanité est cette dominance de la néo connerie , s’ils n’existaient pas faudrait les inventer .

      +1

    Alerter
  • Jojo // 08.12.2014 à 10h58

    Comment se fait’il qu’un tel article où l’incompétence le disputent à la malhonnêteté et au mensonge ait pu être diffusé sur un site qui par ailleurs se veut une alternative aux médias officiels .

    Je ne prendrai qu’un exemple car je n’ai pu aller plus loin dans la lecture : ce n’est pas la Corée du Nord qui a enlevé des femmes japonaises par milliers mais le Japon qui l’a fait durant l’occupation de la Mandchourie durant les années trente et quarante pour servir d’esclaves sexuelles aux troupes japonaises .

    Retirez cet article que je ne saurais voir!

    Bien à vous

      +12

    Alerter
    • RGT // 09.12.2014 à 00h06

      “Comment se fait’il qu’un tel article où l’incompétence le disputent à la malhonnêteté et au mensonge ait pu être diffusé sur un site qui par ailleurs se veut une alternative aux médias officiels”.

      A mon avis, Olivier Berruyer se sent taquin ce soir et il a voulu vérifier si les lecteurs de ce blog n’étaient pas endormis.

      Je pense que les réactions outrées des lecteurs l’ont rassuré : Ils sont bien attentifs et “résistent encore et toujours à l’envahisseur” pour parodier le regrété Gosciny…

      Une petite piqûre de rappel d’intox est souvent utile pour réveiller les esprits assoupis.

        +3

      Alerter
    • Jojo // 12.12.2014 à 11h22

      J’aimerais croire qu’il s’agit effectivement de réveiller les esprits endormis , ce qui ne me concerne en aucune façon .
      Je crains en fait que l’involution de ce site ne se rapproche de la courbe de la chaine “Al djezira” dont les reportages sur la guerre d’Irak de 2003 avaient pu paraître critiques voire gênants pour la coalition américano-impérialiste ; à savoir qu’après s’être fait une virginité en tant qu’opposant cette chaine avait pû faire mieux passer les mensonges pro-impérialistes par la suite et se révéler n’être qu’une créature américano- Quatarie .
      A titre subsidiaire , nous n’avons aucun besoin de perdre du temps pour nous informer , nous avons déjà une indigestion de désiformation “mainstram ” par ailleurs

      Bien à vous

        +1

      Alerter
  • AlainCo (@alain_co) // 08.12.2014 à 11h41

    La fin du pétrole a commencé, les séoudiens s’en débarassent en faisant croire que c’est a cause des schistes.

    http://www.sifferkoll.se/sifferkoll/?p=488
    ah les russe, ukrainien, chinois, japonais, allemands s’y intéressent
    http://www.sifferkoll.se/sifferkoll/?p=512

    Airbus lui avance vers le futur, le vrai
    http://www.lenr-forum.com/forum/news/index.php/News/35-LENR-Cities-have-an-agreement-with-Airbus-Group-Conference-in-Oxford-University-/

    rendez vous à oxford…

    c’est la fin, et le début.

    par contre ca va dévaster des économies, des régimes pétroliesr, russes, vénésueliens, séoudien,

    pour les Norvégiens, ils se prépaprent à couvrir leur risque en pariant sur la révolution
    http://www.lenr-forum.com/forum/news/index.php/News/27-Infinite-Energy-A-Trip-to-Norway-Michael-C-H-McKubre-Norway-searching-how-to-hed/

    je crois que c’est ca un cygne noir…
    moi j’appelle ca un cygne blanc dans le noir, parce que ca fait 25ans qu’on a l’info et qu’on refuse de le voir.

    bonnes recherche d’information complémentaires… ou pas.

      +1

    Alerter
    • phane // 08.12.2014 à 20h31

      C’est intéressant. Pour avoir parcouru vite les liens que vous proposez, je reste quand même dubitative : cette technologie n’est pas prête du tout, encore moins à l’échelle industrielle globale. Alors je n’imagine pas que cela puisse influer sur le prix du pétrole maintenant. Les saoudiens qui vendraient peu cher “pendant qu’il est encore temps”, c’est difficile à croire, parce qu’ils ne vendent pas plus de quantités pour autant, faute de demande je crois. Ils auraient au contraire à maintenir les prix le plus longtemps possible. Et Airbus, ce n’est quand même qu’une lettre d’intention ….par contre , que la Goldman et JP Morgan investissent comme ça, c’est pas anodin du tout. ( j’avais été extrèmement étonnée de lire au Journal Officiel que ces banques avaient acquis l’autorisation de devenir fournisseurs de gaz et d’énergie en France, ce qui prouve qu’il n’y a pas que la banque qui les intéresse.)

        +1

      Alerter
  • Louve Bleue // 08.12.2014 à 12h25

    Pour moi, au vu de tous les pays qui ont eu, ou bien subissent des bombardements atroces, nous sommes en guerre mondiale. La 3ème n’a jamais cessé.

      +4

    Alerter
  • Theoven // 08.12.2014 à 12h48

    Magnifique exercice d’analyse à la sauce 100% ricaine, avec des vrais bouts de propagande et de paranoïa dedans. Les références à l’arme nucléaire sont constantes, peut importe les millions de victimes des gentilles armes conventionnelles depuis 60 ans (surtout les armes américaines).

    Le passage le plus croquignolet est celui sur “l’imbroglio du Moyen-Orient”, dans lequel Israël est cité sur le même plan que le Liban, les conséquences des printemps arabes et … GAZA !

    Soyons clairs, les seuls menaces réelles pour la paix mondiale ont pour nom Israël et OTAN. Et ajoutons le libéralisme financier hystérique pour faire bonne mesure, dont la prochaine déflagration nous fera considérer tous les conflits régionaux comme d’anodines disputes de voisinages…

      +9

    Alerter
    • Alexandre // 09.12.2014 à 09h57

      il faudrait lancer un référendum sur la question de la France dans l’OTAN. On ne nous demande pas notre avis, quand même!!

        +4

      Alerter
  • theuric // 08.12.2014 à 13h12

    Bon, c’est vrai, ce monsieur s’égare dans des considérations oiseuses, sur l’Ukraine et la Russie, entre autre.
    Surtout il ne considère pas comme possible la disparition des U.S.A., ad minima comme empire, ainsi que la possibilité d’une guerre civile sur son sol, la mort répétée de noirs américains lors d’actions policières pourrait en être le détonateur ou la tentation sécessionniste des états du sud.
    C’est cette disparition, sous quelque forme que ce soit, qui génèrera une refonte totale des relations inter-étatiques mondiales.
    Ainsi l’entente entre les différents pays composant les B.R.I.C.s n’existe qu’en raison même de la présence part trop envahissante de Tonton Sam et la persistance de l’existence de l’Union-Européenne n’est essentiellement due qu’à ses tendres et suffocants entrelacs et pressions .
    De plus, ses égarement en politique internationale en est à un tel point qu’il en devient même difficile, par exemple, de savoir quels sont les buts réels de ce pays au Proche et Moyen-Orient…
    Ce qui est le plus fondamental de comprendre c’est que dans le même temps où une violente et manifeste détestation des États-Unis-d’Amérique se développe de manière de plus en plus importante en Europe et ailleurs, les rêves, l’amour, voire les phantasmes que déclenche cette nation s’accroit au même rythme en une sorte de bouillonnement névrotique collectif.
    L’idéologie centrale qui s’en dégage, le néolibéralisme mercantiliste et monétariste (ça fait bien, hein, toute cette série de mots), essuie naturellement une similaire relation d’amour/haine de laquelle rares sont ceux pouvant s’en extraire.
    Cela ne concerne pas, je le pense, seulement les pays occidentaux mais un très grand nombre de nations, dont les plus grands, hormis, peut-être, la Russie et de certains d’Amérique-du-Sud.
    En considérant cet amour/haine, visible ici par l’emploi, par certains commentateurs, d’expressions anglo-américaine plutôt que française, voire de reprise de phrases entières non traduites, dans le sentiment étrange que donne ces personnes que tout le monde ne peut pas ne pas ignorer la langue anglaise, me fait dire que nombre de patrie se voudront, inconsciemment ou non, de prendre la place de cet empire U.S. finissant lorsque celui-ci perdra sa place centrale au sein du jeu géopolitique international.
    Si l’Inde et la Chine me paraissent être les deux pays pour qui les risques de conflit sont les les plus grands c’est pour cinq raisons (il y en a surement plus):
    -Leur taille respective;
    -Leurs nombreux voisins craignant leur puissant limitrophe;
    -Les immenses déséquilibres sociaux au sein de ces deux pays étonnamment semblables, déséquilibre homme/femme, pauvreté des campagnes, monté d’une classe moyenne, nationalisme important…etc…
    -Leur manque de matière première.
    -Les tensions de tous ordres existantes entre eux deux, pour l’instant mises sous le boisseau pour les raisons évoquées plus haut.
    C’est pourquoi il me semble important d’étroitement surveiller cette région et c’est pourquoi, aussi, je dis que si un conflit de grande envergure risque d’éclater, ce sera là et nul part ailleurs.
    Il est important de signaler la situation géostratégique centrale devant laquelle la France, la Russie, l’Angleterre et les pays sud-européens se trouvent, en raison de leur situation proche des deux canaux de navigation internationale, Suez et Panama, ou de leur nécessité stratégique d’une Mer Méditerranée pacifiée pour les russes (leur accord avec Cuba viendrait peut-être de vouloir conserver un œil sur le canal de Panama et leur aide et/ou rapprochement d’avec les turques, les syriens et les iraniens montrerait leur résolution d’une “garde rapprochée” du canal de Suez) et les anglais (via le détroit de Gibraltar).

      +1

    Alerter
  • GROS // 08.12.2014 à 13h16

    Plutôt que titrer “Cinq lieux où la troisième guerre mondiale pourrait éclater”, j’aurais plutôt écrit “Cinq lieux où une troisième guerre mondiale pourrait éclater”.
    Il ne s’agit en rien d’une certitude, et j’ai du mal à croire aux arts divinatoires.

    Mais bon, titrer comme ça, ça attire plus de clics…

      +4

    Alerter
  • Toff de aix // 08.12.2014 à 13h27

    Cet ‘article’ est un torchon fantasmé de politique internationale US… Fantasme du conflit global (que ‘ l’ennemi ‘ soit la Chine, l’Inde, la Russie, l’Iran ou la Corée du Nord…) qui permettrait aux Usa de détourner le regard de la situation intérieure DESASTREUSE dans laquelle ils sont…. La Corée du Nord alliée avec la Syrie ? La pseudo agressivité des russes contre l’Ukraine ? Mais quel tissu d’âneries, de fantasmes, de propagande honteuse et éhontée ! D’autant plus quand on regarde les ‘sources’ de l’article (qui se résument à de simples liens pointant vers des articles du même site, atlantiste jusqu’au bout du chapeau !)
    Merci pour la barre de rire….

      +7

    Alerter
  • Subotai // 08.12.2014 à 16h10

    Brèfle, des conneries!
    Reflétant la méconnaissance totale des différentes cultures mises en cause et l’origine du service commandé. MDR 🙂

      +2

    Alerter
  • Romuald // 08.12.2014 à 16h20

    Souhaitons que la résolution se face pacifiquement, mais pour l’heure voila la tournure que cela prend:

    « Israël ira jusqu’au bout. C’est la guerre déclarée à la Syrie, mais au Liban aussi.
    Ukraine Tchétchénie Syrie, la Russie est prise sur plusieurs fronts. Elle va devoir répondre. Elle répondra. Poutine ne sera pas laissé sans soutien.
    07.12.2014
    Tout sera fait pour écraser la Syrie. Elle ne cèdera pas. Poutine ne la laissera pas sans soutien. Se rallieront tous ceux qui veulent la vraie Paix. Ce sera la surprise pour ceux qui se sont alliés aux USA-Israël. Il n’y aura pas de paix tant que l’affrontement décisif n’a pas lieu. Cela ne saurait tarder.
    Le bombardement d’Israël sur des positions Syriennes gouvernementales : oui, c’est une déclaration de guerre. Elle ne restera pas sans réponse. Poutine est obligé de réagir.

    La famine se dessine. GB : ton article de l’archevêque de Canterbury l’exprime bien. En un an, le nombre de malheureux a été multiplié par 10, et ce n’est pas fini.
    Fermer ses frontières ne servira à rien. Il faut les moyens de s’enfermer dans sa forteresse. Ce qui est impossible. Les restrictions sont illusoires.

    Énergie South Stream : Oui, le mécontentement dans le sud de l’Europe va faire basculer le fragile équilibre de l’Europe et hâter l’indépendance des États face au centralisme de Bruxelles. C’est une bonne chose.
    Oui, l’Europe est à deux doigts d’exploser. C’est le but : les USA ne veulent pas d’une Europe forte et il n’y a personne pour les contrer. Et d’autre part : Nous recherchons la Liberté d’application des lois par État.
    L’indépendance ne veut pas dire séparation. C’est là que le Plan s’écrit : plus d’unité et plus d’engagement des Peuples : la solidarité librement choisie : ce qui sera.

    La pauvreté : on en arrive là parce ce sont toujours les mêmes qui gouvernent : des hommes avides d’argent et de pouvoir. Ils ne portent pas l’intérêt du Peuple, mais leurs intérêts. Il faut que cela change.
    Nous sommes pour une provocation rapide et décisive avant qu’il ne soit trop tard : tant qu’il y a des hommes capables de redresser la barre. Après, c’est le chaos permanent : la guerre totale et ce n’est pas dans le Plan.
    Nous intervenons pour que le Futur soit : et mettons la pression sur les évènements pour que les hommes réagissent avant qu’il ne soit trop tard.
    Le monde est obligé de changer.
    Ce qui est fait à la Syrie par Israël, avec la complicité de tous, est une honte qu’il faudra assumer : sous la Loi de Justice. Il y aura des morts, beaucoup de morts chez ceux qui ont attaqué le Peuple des Justes. Vous êtes prévenus. »
    Le 08.12.2014
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/syrie-/

      +5

    Alerter
  • Papy Russe // 08.12.2014 à 17h01

    “Je ne sais pas comment la Troisième Guerre Mondiale sera menée, mais je sais comment le sera la quatrième: avec des bâtons et des pierres.” (Einstein ?)

      +7

    Alerter
  • Jacque TTT // 08.12.2014 à 17h25

    Finalement nous sommes dans la troisième guerre mondiale depuis longtemps

    OTAN : mercenaires et propagande au service d’une machine de guerre

    https://anticons.wordpress.com/2014/12/07/otan-mercenaires-et-propagande-au-service-dune-machine-de-guerre/

      +2

    Alerter
  • jacques beaudry // 08.12.2014 à 17h58

    Une guerre conventionnelle entre deux pays nucléarisés finira vraisemblablement par l’utilisation de ces armes par le pays entrain de perdre le combat. La réciproque en fera une guerre nucléaire au final.

      +3

    Alerter
  • Lolo // 08.12.2014 à 21h59

    Un très bon texte de John Pilger, journaliste et réalisateur australien. Il dénonce les manipulations et la propagande des médias qui à force de répéter et de marteler des mensonges, finissent par transformer ces mensonges en “réalités” dans l’esprit des lecteurs!

    Voici la version traduite en français:
    http://www.mondialisation.ca/la-guerre-est-en-cours-elle-se-fait-par-les-medias-et-la-propagande-triomphe/5418720

      +4

    Alerter
  • Grognard // 08.12.2014 à 22h12

    Je ne vois pas l’Inde déclencher un conflit.
    Les Indiens pensent qu’ils ont le temps pour eux au regarde de leur courbe démographique.

    Concernant la Chine il ne faut pas oublier que dans sa pensée stratégique une constante qu’est l’effet de surprise.
    Il en est une autre qui est la non différenciation de l’économique et du militaire.
    Dans les années 2 000 2 colonels chinois avaient publiés un ouvrage intitulé La guerre au-delà des règles qui traduisait bien cette pensée.

    Une parabole basée sur les coqs de combat illustre aussi un autre volet de la pensée stratégique chinoise.
    Pour faire court un éleveur de coqs de combat avait dressé son coq a resté parfaitement immobile une fois dans l’arêne. Une fois que tous les antagonistes s’étaient parfaitement étripés, le coq en question était le vainqueur.
    Ce qui est une des variantes de l’utilisation des alliés dans la pensée chinoise.

    Le facteur temps est trop peu souvent pris en compte.
    Une famille chinoise a oeuvré pendant 360 ans pour établir sa propre dynastie.

    La Russie possède de grandes capacités d’interception y compris des missiles stratégiques.
    A combien peut-on estimer son potentiel d’interception?
    Que se passe-t-il lorsque l’on intercepte un missile armé d’une tête nucléaire en termes d’effets?
    Que se passerait-il également une fois que les USA auraient engagé une grande partie de leur arsenal vis à vis de pays dont le leur serait intact.

    Napoléon disait: “Il ne faut jamais séparer ses forces” ce que fait le gvt US y ressemble beaucoup.

    “Qui trop embrasse mal étreint”.

      +6

    Alerter
  • Caramba! // 09.12.2014 à 12h14

    Un peu de mal à lire ces analyses ou par exemple la Russie contre l’OTAN, et les aproximations coutumières sur la présence de l’armée russe en Ukraine.Les craintes de la Pologne.Je me demande pourquoi la Russie a attendu l’Ukraine pour s’en prendre à la Pologne, chose qu’elle aurait pu faire depuis longtemps déjà si telle était son intention.

      +0

    Alerter
  • christiangedeon // 09.12.2014 à 13h07

    Très mauvais article… banal,mal documenté;;qu’est ce que çà fout sur Crises….

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications