Il est facile de se montrer cynique lorsque l’on considère l’inévitable (et malheureusement imminente) campagne présidentielle d’Hillary Clinton. Au-delà du fait que c’est une habituée des jeux de pouvoir à Washington, et qu’elle est totalement dénuée de principes et assoiffée de pouvoir, c’est une personnalité politique américaine tout à fait banale. Un des aspects qui la rend unique, peut-être le seul, est la manière dont la première présidence féminine [des États-Unis] sera exploitée (suivant le modèle Obama) pour mieux cacher son véritable rôle de gardienne du statuquo.

Le fait qu’Hillary bénéficie de la succession d’une dynastie en fait une cible toute désignée des critiques qui mêlent le mépris à l’ennui. Les dizaines de millions de dollars que les Clinton ont « gagnés » enpar des conférences devant des parterres de globalistes, de grands groupes industriels, de »Hedge funds », ou d’autres appendices de Wall Street qui auraient tout intérêt à la voir élue présidente, rendent le spectacle encore plus déprimant. (La photo ci-dessous montre la probable candidate en compagnie du PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, lors d’un événement en septembre).

Mais nous ne devrions pas être aussi cyniques. Il existe une intense et véritable excitation à l’idée d’une (nouvelle) présidence Clinton. De nombreux groupes aux USA considèrent son accession au Bureau ovale comme une opportunité pour un rajeunissement, l’occasion d’un enthousiasme symbole d’espérance et de changement, et d’avancées politiques vitales. Ces groupes toujours plus excités sont les suivants:

Wall Street
Extrait de Politico Magazine du 11 novembre 2014 (“Pourquoi Wall Street aime Hillary”)

« Là-bas à Wall Street, ils ne croient pas une seconde à la rhétorique populiste d’Hillary Clinton. Tandis que l’industrie financière déteste effectivement Warren, les grands banquiers craquent pour Hillary et la veulent absolument à la Maison-Blanche. La plupart des plus riches banquiers et industriels (parmi lesquels le PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, celui de Morgan Stanley, James Morgan, le tout puissant vice-président de Morgan Stanley, Tom Nides, et les dirigeants de JP Morgan Chase et de Bank of America) considèrent Hillary Clinton comme une personne pragmatique trouvant des solutions aux problèmes, et peu encline à la rhétorique populaire. Pour eux, Hilary est de celles qui pensent que tout le monde y gagne si Wall Street et le business américain en général se portent bien. Que pensent-ils de ses incursions dans les sujets rhétoriques les plus chauds ? En réalité aucun d’eux ne croit qu’elle est sincère lorsqu’elle affiche ce populisme.

Même si Hillary n’a pas encore annoncé officiellement sa candidature, l’opinion de Wall Street est qu’elle est déjà en lice, et que son organisation nationale est en train de se mettre en place en coulisses. Tout cela la rend attirante. Wall Street aime par-dessus tout les vainqueurs, d’autant plus ceux qui ne toucheront pas à son énorme tirelire.[…] »

Le lobby israélien
Traduit de Foreign Policy du 7 novembre 2014 (“Hillary Clinton serait-elle bonne pour la Terre sainte ?” d’Aaron David Miller) :

« Si elle devait être élue présidente, cela aurait un impact bénéfique quasiment garanti sur les rapports avec Israël. N’oublions pas que les Clinton ont aussi traité avec Bibi [surnom familier de Benjamin Netanyahu – NdT] comme premier ministre. Tout n’a pas été facile, mais c’était clairement beaucoup plus productif que ce que l’on voit aujourd’hui. Pour le dire simplement, en tant que politicienne conventionnelle, Hillary est bonne pour Israël, elle a des relations avec ce pays que l’actuel président n’a pas. Hillary n’est pas de la même génération, et elle a travaillé dans un milieu politique dans lequel être bon pour Israël était à la fois obligatoire et intelligent.

Soyons clairs : lorsqu’il s’agit d’Israël, il n’y a pas de Clinton 2.0. L’ex-président restera probablement unique pour la profondeur de ses sentiments pour Israël et sa disponibilité à mettre de côté ses propres frustrations au vu de certains comportements d’Israël, comme les colonies. Mais cette compréhension vaut aussi pour Hillary. Que ce soit Bill ou Hillary, tous deux sont autant amoureux de l’idée même d’Israël et de son histoire unique qu’il sont prêts à faire des concessions sur le comportement de l’État hébreu, comme par exemple la continuation des constructions dans les territoires occupés. »

Les interventionnistes (i.e. les fous de guerre)
Extrait du New York Times du 15 août 2014 (“Un historien affirme que les événements en Irak ouvrent la voie à un retour des interventionnistes”) :

[…] Mais le meilleur exemple de ce que Robert Kagan(ci-contre) décrit comme sa vision « conventionnelle » de la force américaine tient dans ses relations avec l’ex-secrétaire d’État Hillary Rodham Clinton, qui reste le vaisseau amiral dans lequel de nombreux interventionnistes placent leurs espoirs.[…]

« Je suis très à l’aise à l’idée qu’elle prenne en main la politique étrangère, » a déclaré M. Kagan, ajoutant que la prochaine étape après l’approche très réaliste d’Obama « pourrait théoriquement être n’importe quelle initiative qu’Hillary pourrait prendre, » si elle était élue présidente. « Si elle poursuit la politique que l’on pense qu’elle suivra, a-t-il ajouté, c’est quelque chose que l’on a autrefois appelé ‘néoconservatisme’, mais il est clair que ses supporters ne vont pas l’appeler comme ça ; ils trouveront un autre nom. »

Les néocons de la vieille école
Extrait du New York Times, le 5 juillet 2014 (“La prochaine action des néocons : … être prêts à s’allier avec Hillary Clinton ?”)

« Après quasiment 10 ans d’exil politique, le mouvement néoconservateur est en train de revenir. Tandis qu’ils fustigent Obama, les néocons se préparent à une entreprise bien plus audacieuse : s’aligner sur Hillary Clinton et sa future campagne présidentielle, dans l’espoir de revenir aux postes de commande de la politique étrangère américaine.

D’autres néocons ont suivi le centrisme prudent et le respect de Robert Kagan pour Mme Clinton. Max Boot, membre historique du Council on Foreign Relations, a fait remarquer cette année dans The New Republic, que “dans les conseils d’administration, Hillary était l’une des voix de principe pour une position ferme sur des questions controversées, que ce soit pour soutenir l’insurrection afghane ou l’intervention en Libye. »

Le fait est que ces néocons ont raison : Mme Clinton a effectivement voté pour la guerre en Irak, soutenu l’envoi d’armes aux rebelles syriens, et comparé le président russe Vladimir Poutine à Adolf Hitler, tout en insistant sur l’importance de promouvoir la démocratie.

Il est facile d’imaginer que Mme Clinton fera de la place aux néocons dans son administration. Personne ne pourrait l’accuser de faiblesse en matière de sécurité nationale avec quelqu’un comme Robert Kagan dans son équipe. Loin d’être terminée, l’odyssée néocon est donc sur le point de repartir. En 1972, Robert L. Bartley, éditorialiste du Wall Street Journal et fervent soutien des néocons, donnait cette définition du mouvement néoconservateur : « un groupe à cheval sur les deux grands partis. » Malgré les âpres batailles de partis au début des années 2000, il est remarquable de noter à quel point les choses ont peu changé.

Alors, que tous les cyniques se rendent à l’évidence ! Il existe une vraie et vibrante excitation politique dans le pays autour d’une présidence d’Hillary Clinton. On voit apparaitre des posters, des pins, on prépare des chèques, et des rencontres sont organisées. Les groupes d’électeurs unis en synergie avec la ploutocratie et les guerres sans fin ont désormais leur candidate favorite. Et il est bien difficile de leur donner tort et d’affirmer que leur excitation et leur affection ne sont pas justifiées.

Glenn Greenwald
The Intercept – 11 novembre 2014
Traduction : IlfattoQuotidiano.fr

Hillary Clinton et Lloyd Blankfein, PDG de Goldman Sachs

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

57 réponses à [Reprises] “Cyniques,écartez-vous, c’est l’excitation générale autour de la candidature d’Hillary Clinton” par Glenn Greenwald

Commentaires recommandés

Crapaud Rouge Le 30 novembre 2014 à 08h13

A l’époque de la première élection d’Obama, Jorion avait pondu un billet élogieux fondé sur un discours du candidat. Il est là : http://www.pauljorion.com/blog/2009/01/20/obama/, je cite l’incipit : “Le discours avait du souffle, et cela c’est positif en soi, et il fut question de tout ce qui compte : de la fin du régime para-fasciste précédent, d’une nation longtemps sous la coupe réglée de la finance, du réchauffement climatique et de la nécessité d’une reconversion au développement durable.” Depuis lors, Obama s’est révélé le pire des présidents, et les afro-américains sont très déçus. Tout ça pour dire qu’il est bien plus pertinent de connaître l’opinion de Wall Street, du lobby israélien et des néocons pour savoir que penser d’un(e) candidat(e). Donc merci Olivier pour ce billet qui nous montre assez objectivement qu’il n’y a rien à espérer de Mme Clinton.

  1. vérité2014 Le 30 novembre 2014 à 04h37
    Afficher/Masquer

    Maidan à Prague lundi?C’est la saison décembre…

    Czech activists plan to hold rallies in Prague for Czech President Milos Zeman’s resignation.

    http://sputniknews.com/europe/20141130/1015308829.html


    • Alain Le 30 novembre 2014 à 09h02
      Afficher/Masquer

      Sans doute d’abord Budapest, Orban est encore plus opposé à la doxa américaine que les Tchèques:
      http://fr.euronews.com/2014/11/18/e-revolution-hivernale-en-europe-de-l-est/


      • Karel Řehoř Le 30 novembre 2014 à 12h03
        Afficher/Masquer

        Orban est peut être plus opposé à cette doxa mais depuis les guerres Hussites les Tchèques et Moraves sont un peuple divisés et facilement divisible par les forces étrangères. On ne peut citer que la Guerre de Trente Ans, les guerres mondiales, quand on trouve nos ressortissants dans tous le camps et sans oublier la Guerre Froide. Oui l’histoire et son interprétation nous divisent autant que les événements actuels.

        Les organisateurs d’une e-pétition sont prêtes à livrer cette pétition lundi au bureau du président. Ils appellent aussi aux opposants de Zeman dans tout le pays de porter du rouge ce jour. Ils ont probablement deux ou trois raisons. Deux semaines se sont écoulés depuis le manif du 17 et il faut encore une poussé, que ça reste dans les médias. On ouvre la foire de noël traditionnelle sur la place de la vielle ville, là ou se sont installés depuis le mois de septembre le maidanistes. Si on regarde les statistiques de leur e-pétition ils ont bien atteint un pallier à 100.000 voix.

        http://www.petice24.com/stats.php?id=101626

        Il faut aussi remarquer, que presque un quart des signataires se déclarent être originaires de Prague, pendant que Prague ne représente que 10% de la population Tchèque. Presque 38% n’ont pas déclaré leur locale ou ne sont pas dans les presque cent municipalités les plus citées.

        Le supporteur typique de Zeman et de la constitution réside en dehors de Prague et est plus âgé que ces manifestants. Il n’a typiquement ni le temps ni le moyen de se rendre à Prague pour les contre manifs. Mais il se souviennent bien du février 1948, la dernière fois qu-l-on a renversé un gouvernement démocratique par de telles moyens, et les quarante ans de dictature, qui en suivaient.


      • benoit Le 30 novembre 2014 à 12h26
        Afficher/Masquer

        C’est incroyable de constater le pouvoir de déstabilisation du système atlanto-états-unien. On comprend mieux l’alignement de certains (Merkel, Hollande, …), pour ne pas subir le même sort. Je vous conseille la vidéo sur YouTube, “confessions d’un assassin économique” de John Perkins, qui s’est repenti après avoir mis ce système en application, notamment en Amérique du Sud : https://www.youtube.com/watch?v=3wszOnyMr1M
        Vous comprendrez alors mieux pourquoi Iatseniuk (PM ukrainien) une fois arrivé au pouvoir, a eu parmi ses premières décisions la souscription d’un prêt auprès du FMI.


        • Daniel Le 30 novembre 2014 à 18h15
          Afficher/Masquer

          En effet, c’est incroyable le pouvoir de déstabilisation qu’un seul pays peut avoir sur les autres Etats de la planète – c’est désespérant même. Comment nous avons permis de nous soumettre à un tel diktat ? va-t-il prendre fin un jour ? et par quels moyens ?

          Et tout cas, le changement ne viendra pas avec Hillary Clinton. Ou si il y en aura un alors ce sera pour le pire !


          • theuric Le 01 décembre 2014 à 19h01
            Afficher/Masquer

            Ce ne sera que sous le propre poids de ses folies que les U.S.A. s’effondreront, emportant avec eux l’ensemble du système économique mondial.
            Dans combien de temps?
            Je dirais moins d’une année, plus d’une semaine, mais en ces choses là je préfère n’être sûr de rien.


  2. Jean Marc Le 30 novembre 2014 à 04h39
    Afficher/Masquer

    Seigneur! Elle ne risque pas d’être assassinée à Dallas. Quand est-ce prévues pour? Ah oui, 2016. Brrrr.


    • bluetonga Le 30 novembre 2014 à 16h22
      Afficher/Masquer

      Mouais. Je ne veux pas être cruel, mais il n’y a pas si longtemps, elle se tapait un petit AVC. Les récidives ne sont pas rares…

      Maintenant, on ne peut pas toujours compter sur le destin pour arranger les bidons.


  3. madeleine Le 30 novembre 2014 à 06h57
    Afficher/Masquer

    avec H.Clinton c’est sur que Wall Street, les 1% et les va-t-en guerre permanent auront des beaux jours devant eux


  4. Crapaud Rouge Le 30 novembre 2014 à 08h13
    Afficher/Masquer

    A l’époque de la première élection d’Obama, Jorion avait pondu un billet élogieux fondé sur un discours du candidat. Il est là : http://www.pauljorion.com/blog/2009/01/20/obama/, je cite l’incipit : “Le discours avait du souffle, et cela c’est positif en soi, et il fut question de tout ce qui compte : de la fin du régime para-fasciste précédent, d’une nation longtemps sous la coupe réglée de la finance, du réchauffement climatique et de la nécessité d’une reconversion au développement durable.” Depuis lors, Obama s’est révélé le pire des présidents, et les afro-américains sont très déçus. Tout ça pour dire qu’il est bien plus pertinent de connaître l’opinion de Wall Street, du lobby israélien et des néocons pour savoir que penser d’un(e) candidat(e). Donc merci Olivier pour ce billet qui nous montre assez objectivement qu’il n’y a rien à espérer de Mme Clinton.


    • Jean Marc Le 30 novembre 2014 à 13h47
      Afficher/Masquer

      Complètement d’accord. Et c’est faire peu cas de qui finance les campagnes des Présidents élus et comment ceux-là même demande de renvoyer l’ascenseur après les milliards de dollars qui lui ont permis de le prendre.


  5. chios Le 30 novembre 2014 à 08h54
    Afficher/Masquer

    “Les dizaines de millions de dollars que les Clinton ont « gagnés » par des conférences devant des parterres”

    Un article très amusant du Washington Post qui détaille la préparation d’une de ses conférences
    http://www.washingtonpost.com/politics/plans-for-ucla-visit-give-rare-glimpse-into-hillary-clintons-paid-speaking-career/2014/11/26/071eb0cc-7593-11e4-bd1b-03009bd3e984_story.html


    • anne jordan Le 30 novembre 2014 à 15h31
      Afficher/Masquer

      dans le même no du W.P. ( merci @chios ! ) il y a un papier sur les malheureux Tatars ; ok , c’est le W.P. n mais qqun aurait il des infos crédibles au sujet de cette communauté ? ( 10% de la Crimée )
      http://www.washingtonpost.com/world/europe/crimean-tatars-say-russian-annexation-has-brought-fear-and-repression-all-over-again/2014/11/28/c2a3bcea-73ed-11e4-95a8-fe0b46e8751a_story.html?tid=recommended_strip_3


      • arnold99 Le 30 novembre 2014 à 20h36
        Afficher/Masquer

        Au sujet de cette communauté, j’ai cohabité avec celle-ci sur place. Elle “bénéficiait” d’un rejet de la part des Russes âgés du fait de la collusion avec les occupants nazis des élites tatares. Leur retour d’exil a vu l’émergence de revendication territoriales qui s’est envenimée suite à l’absence de traitement de cette question par les autorités ukrainiennes. De là, une petite partie des tatars a été chauffée souvent avec des financement étrangers.
        J’ai habité durant 4 ans près d’une mosquée avec appel à la prière et je n’ai pas entendu de réflexion par les Russes. Les jeunes russes et tatars semblent avoir tourné la page des conflits.

        Après expulsion d’un dirigeant extrémiste avec son état-major après le retour de la Crimée dans la fédération russe, les conseils tatars sont plus sereins, au point d’organiser le congrès tatar à Moscou. Ces mêmes conseils à l’occasion de la visite de v. Poutine en Turquie ont indiquer qu’ils souhaitaient que la Crimée soit un pont d’amitié entre la Turquie et la Russe.

        Petite précision, il ne faut pas confondre les tatars de Crimée qui viennent de l’empire ottoman avec les tatars de la région de Kazan originaire d’Asie Centrale.

        Si vous avez des questions précises, je peux essayer d’y répondre.


        • Lage Le 30 novembre 2014 à 23h36
          Afficher/Masquer

          En fait, j’ai vraiment des questions. Difficile de s’informer. Le leader “extrémiste” dont vous parlez, Mustafa Jemilev, semble néanmoins populaire chez les tatars de Crimée – et il avait au moins le mérite de lutter clairement contre les djihadistes de tout poil, du moins en parole, du moins en anglais…

          L’impression que j’ai, de loin, c’est que Moscou essaye honnêtement et sincèrement de protéger les tatars, mais que les autorités locales sont fort peu enthousiastes à suivre le mouvement. Elles hésitent à reconnaître l’existence légale des villages tatars – ce que les autorités ukrainiennes étaient aussi fort réticentes à faire, du reste. Du moins n’entend-on plus parler des attaques racistes anti-tatars qui étaient encore fréquentes avant l’annexion, ce qui suppose que les autorités russes ont hachés menus les soi-disant “cosaques” auteurs de ces faits.

          Effectivement, si vous aviez des infos précises…


          • arnold99 Le 01 décembre 2014 à 13h04
            Afficher/Masquer

            Pour reconnaitre l’existence des villages tatar, qui sont d’abord une simple prise de territoire avec 4 murs sans toit ni aucun réseaux, il faut prendre en compte que toutes les municipalités n’ont toujours pas de cadastre. A l’époque soviétique, les municipalités géraient le terrain de l’ensemble des habitants de la commune.

            La transition au cadastre, n’est pas simple, car, il faut établir les parcelles, les valoriser, puis les attribuer avec un principe d’égalité des lots et aussi déterminer qui peut prétendre à un lot.

            Les tatars ont pris possession de territoires donc ils ont privés la commune d’une partie du territoire et de ce fait bloqué le processus de privation des terrains communaux.

            Comment attribuer une parcelle avec des occupants à un habitant ou comment expliquer la réduction du territoire de la commune aux bénéficiaires?

            Concernant les cosaques, il est dans cette communauté, des extrémistes comme dans la communauté tatar. C’est consternant car la Crimée de puis plus de 2000 ans est un lieu de mixité (grec, asie centrale, turque, allemand, etc.) et malgré toutes ces ethnies, il y avait un vivre ensemble.

            Le problème à été pris à bras le corps par Moscou, et avec quelques mesures, qui ne sont pas que symboliques (reconnaissance de la langue tatare comme officielle, reconnaissance de la déportation stalinienne, etc…) je ne doute pas que nous verrons un retour à une situation de cohabitation intelligente, c’est à dire accepter l’autre dans sa diversité sans pour autant se renier.

            Un bon indicateur est la gastronomie, vous trouverez partout des plats de toutes les ethnies et qui sont consommés par tout le monde


            • Lage Le 01 décembre 2014 à 19h53
              Afficher/Masquer

              Merci pour ces informations. Savez-vous si Mustafa Jemilev reste populaire ? Ou bien est-il juste un chef parmi d’autres ? Visiblement, Kiev le soutien à fond, et rêve d’en faire une sorte de Dalaï-Lama à la sauce tatare – en un peu plus violent, peut-être.


            • Slavyanka Le 02 décembre 2014 à 00h58
              Afficher/Masquer

              @arnold99, vous avez l’air de bien connaître la Crimée !
              J’y ai passé une partie de mon enfance et mon adolescence, à l’époque de la fin de l’empire soviétique, quand il y avait peu de Tatars en Crimée car après la guerre Staline les avait fait déporter ailleurs.
              Après la perestroïka ils ont commencé à revenir massivement en Crimée et souvent, prenaient possession illégalement de territoires, ce qui générait des conflits avec la population locale.

              En matière de la gastronomie, partout en Crimée ils vendent les tcheboureki, un savoureux mets national des Tatars de Crimée :
              http://fr.wikipedia.org/wiki/Tchebourek


    • MinL Le 01 décembre 2014 à 14h25
      Afficher/Masquer

      Puisqu’on parle de candidature Démocrate et du WP, que penser d’Elizabeth Warren ? http://en.m.wikipedia.org/wiki/Elizabeth_Warren

      Les médias US semblent en dire beaucoup de bien … ce qui peut signifier tout et son contraire ! Je me méfie des “chouchous” des médias, mais j’admets que je n’en sais guère à son sujet. Quelqu’un aurait-il plus d’infos sur elle ?


  6. cording Le 30 novembre 2014 à 10h16
    Afficher/Masquer

    Je pense qu’ Hillary Clinton ne gagnera pas la présidentielle US de 2016 parce qu’elle est vieille et surtout incarne trop l’ “establisment” washingtonien, les WASPS, la côte est du pays qu’une partie de l’électorat US méprise ou tient pour responsable des maux de l’Amérique. Même dans le parti démocrate elle aura des adversaires lors de la longue campagne qui s’annonce qui seront comme les Républicains très heureux de son échec politique.


    • Jub Le 30 novembre 2014 à 11h16
      Afficher/Masquer

      Elle a le même âge que Dina Roussef.

      Tout dépend de sa coiffure pour gagner ou perdre quelques années.


    • theuric Le 01 décembre 2014 à 19h07
      Afficher/Masquer

      Elle ne gagnera pas les présidentielles tout simplement parce qu’il n’y aura plus de présidentielle.
      Ou alors réduite à la cote est.
      Le reste retournera à l’état de far-west.


  7. TC Le 30 novembre 2014 à 10h43
    Afficher/Masquer

    A votre place, je ne prendrais pas le pari quand on sait la puissance de l’impact du matraquage des médias sur l’électorat. Pour s’en convaincre, il suffit de constater la corrélation entre le temps de parole des candidats dans les médias et le résultat de la dernière élection présidentielle en France, par exemple.


    • cording Le 30 novembre 2014 à 11h18
      Afficher/Masquer

      Souvenez-vous toujours du matraquage médiatique en France lors de la campagne référendaire en 2005, et du résultat final. Qu’en URSS le pouvoir contrôlait tous les médias cela n’a pas empêché sa chute finale.
      De plus en France tous les présumés victorieux de l’élection présidentielle par les médias et la classe dirigeante comme Barre, Rocard, Delors, Balladur ont fini battu. Alain Juppé devrait se faire du souci parce qu’en plus il a un adversaire redoutable en la personne du nouveau patron de l’UMP même élu avec seulement 64,5% des voix Nicolas Sarkozy emploiera tous les moyens pour faire échouer le favori de la classe politico-médiatique.


      • PL Le 01 décembre 2014 à 00h24
        Afficher/Masquer

        “Qu’en URSS le pouvoir contrôlait tous les médias cela n’a pas empêché sa chute finale” : je ne comprends pas très bien l’idée que vous faites passer. Le désintégration de l’urss s’est faite d’en haut, quand trois petits présidents représentants certains intérêts, ont décidé de mettre fin à l’aventure, le plus souvent à l’encontre de ce que pensaient la masse des gens.


  8. Paco Le 30 novembre 2014 à 10h43
    Afficher/Masquer

    mais quel mépris!
    c’est quand même la cocue la plus célèbre du monde.


    • personne Le 30 novembre 2014 à 18h59
      Afficher/Masquer

      ah bon ? quel jugement argumenté que le vôtre ! à votre place je n’en serais pas fier parce qu’enfin, “QUI” méprise “QUI” là ?


      • Paco Le 30 novembre 2014 à 19h13
        Afficher/Masquer

        mouais, je suis bon garçon, alors je vous explique. c’était de l’ironie. mais le fait est que j’ai beaucoup de mépris pour le couple Clinton et malgré vos efforts vous aurez du mal à en mériter autant.


  9. sangha Le 30 novembre 2014 à 12h07
    Afficher/Masquer

    L’art de la communication est inné chez cette femme, elle a su se mettre en retrait pour travailler son image (affaire adultère Clinton où elle est sortie gagnante médiatiquement).
    Récemment, elle a laissé sa place à Kerry pour préparer hors des projecteurs et des conflits la future campagne (recherche soutiens étrangers …)

    Elle va fortement jouer la carte “femmes” et donc s’entourer à cet effet. Je pense que l’on va voir rapidement des femmes de pouvoir et/ou bénéficiant d’une couverture médiatique importante s’investir à ses côtés et rameuter ainsi les foules avec tout le “show” inhérent aux campagnes américaines.

    Dans le monde des “people”, on nous vend depuis quelques temps la conversion d’Angelina Jolie, petite actrice psychologiquement fragile devenue en quelques années une wonder woman richissime et occupant la scène des drames humanitaires (lieux choisis … on ne l’a pas aperçu dans le Donbass, enfin pas à ma connaissance). Omniprésence actuelle dans les medias afin de communiquer sur une fin de carrière cinématographique et pourquoi pas … une entrée en politique … et (ça c’est de moi) dans un futur proche une implication dans la campagne d’Hillary.

    On voit également du côté des latinos … (électorat important), en tête de gondole une femme (Longoria), actrice également, pour être la figure de proue de la communauté.

    Que l’on apprécie ou pas Hillary Clinton, il est évident que cette femme maîtrise parfaitement la communication et a su tourner à son avantage les vents défavorables.


    • Jub Le 30 novembre 2014 à 14h14
      Afficher/Masquer

      Cela nous promet moultes sourires béas jusqu’aux oreilles et embrassades spontanées avec Bill et Cherry sur les podium. Après ils viendront critiquer la com de Poutine qui montre ses muscles et chasse l’ours.
      Chacun son style.


    • Chris Le 30 novembre 2014 à 14h47
      Afficher/Masquer

      H. Clinton connaît admirablement bien les rouages du pouvoir et soignent ses réseaux depuis… 30 ans. On dit qu’elle a fait nommer ses “fidèles” dans tous les postes clefs actuels en prévision des prochaines élections.C’est donc le poulain parfait pour la finance.


  10. lon Le 30 novembre 2014 à 12h19
    Afficher/Masquer

    Après l’hystérie Obama, l’hystérie Clinton…pfff


  11. Alae Le 30 novembre 2014 à 12h41
    Afficher/Masquer

    Si elle est élue, ce sera une bien mauvaise nouvelle pour les Américains : clientéliste, menteuse, sans scrupules, totalement inculte et d’une arrogance qui laisse pantois, elle a vraiment tout pour plaire. Pour nous, cela ne changera rien : nous aurons juste droit à une propagande encore haussée d’un cran dans l’hystérie belliqueuse (si c’est possible sans que les neocons deviennent tous bleus à force de s’égosiller), et elle rendra les States encore plus ridicules par une agitation frénétique stérile décuplée. Les Américains l’appellent “Hitlery”, c’est dire.
    Ce n’est certes pas elle qui les rendra plus efficaces à l’international, au contraire : la cacophonie deviendra telle que plus personne n’y comprendra quoi que ce soit. Déjà que…
    Et toute critique contre elle sera taxée de “misogyne”. Ce sera l’argument-choc pour contrer les médisants. Top niveau ado garanti, avec ralliement à grand fracas des féministes les plus braillardes pour noyer les récalcitrants sous des torrents d’invectives.
    Les pauvres… décidément, la question n’est pas de savoir si, mais de savoir quand l’empire va s’écrouler. Et elle ne tient pas à untel ou unetelle au pouvoir, mais à une question de planche à PQ qui, à terme, risque de gripper.


    • languedoc 30 Le 30 novembre 2014 à 15h45
      Afficher/Masquer

      C’est sûr, elle va nous faire regretter Obama, elle est effrayante cette bonne femme. Je préfère un indécis qui tergiverse, qui n’y va pas, ou a moitié, avant de se décider, que cette femme qui, poussée par les néocons, n’aura aucune hésitation à déclencher la 3ème guerre mondiale. Il me semble avoir lu que Poutine et cette furie ne pouvaient pas se voir. Ca promet.


      • burno Le 30 novembre 2014 à 23h20
        Afficher/Masquer

        je partage tes craintes ; elle me parait extrêmement inquiétante , notamment par sa russophobie pathologique et sa putinophobie exacerbée


      • harvest Le 30 novembre 2014 à 23h33
        Afficher/Masquer

        Il est pourtant quasi certain qu’ils lui fileront le Nobel de la Paix le jour même de son élection (voire juste avant le vote, si elle était en difficulté – ne riez pas, c’est arrivé au Libéria pour Ellen Johnson Sirleaf en 2011)


  12. Jean Marc Le 30 novembre 2014 à 14h04
    Afficher/Masquer

    Sous Obama, les Etats-Unis ont battu le record d’enfants sans domicile (2,5 millions). Ce record n’est pas du fait d’Obama mais d’un système. Il n’y a pas de plafonnement des dépenses pour la campagne électorale aux USA (à lui seul, le candidat Obama a reçu pour sa campagne de 2008 plus de 700 millions de dollars de dons, ce qui fut d’ailleurs considéré comme un record), sauf si le candidat recours à l’aide Fédérale qui est très stricte (Obama l’avait refusé en 2008 comme la plupart des candidats; le candidat doit par exemple accepter de ne plus dépasser un certain plafond de dépenses de campagne, et renoncer à recevoir des dons privés après avoir été investi par son parti). Les présidents américains sont financés par d’importantes multinationales et groupes d’intérêts financiers et prêtent serment sur la Bible. D’où vient l’argent et où va-t-il? Alors Obama ou Clinton, le système est construit de tel manière que ce sont les sources de financements qui choisissent quasiment le candidat de chaque parti. Il serait intéressant d’avoir une étude sur la répartition dans les financements des dons de la population américaines, et des sociétés privées.


  13. Alae Le 30 novembre 2014 à 14h42
    Afficher/Masquer

    “D’où vient l’argent”

    Un début de réponse ici, avec les donateurs invisibles, souvent secrets, qui donnent aux donateurs visibles (SuperPacs), qui donnent à leur tour aux candidats.
    Sommes pour 2012. Descendre sur la page, SVP.
    http://demonocracy.info/infographics/usa/political_spending/2012_elections.html


  14. Manaflar Le 30 novembre 2014 à 14h44
    Afficher/Masquer

    Au-delà de l’avis que chacun peut se faire de madame Clinton, un passage m’a quelque effrayé :

    “Après quasiment 10 ans d’exil politique, le mouvement néoconservateur est en train de revenir. Tandis qu’ils fustigent Obama, les néocons se préparent à une entreprise bien plus audacieuse : s’aligner sur Hillary Clinton et sa future campagne présidentielle, dans l’espoir de revenir aux postes de commande de la politique étrangère américaine.”

    Ah bon, les néocons sont absents de la politique des Etats-Unis depuis presque 10 ans ? Mon dieu, on serait-on aujourd’hui s’ils y étaient restés….


  15. coinfinger Le 30 novembre 2014 à 16h44
    Afficher/Masquer

    H Clinton c’est tout un programme néocon . Méme si ce n’est pas elle qui le réalise , çà pourrait étre d’autres . Avec elle on aurait en plus le désapointement .
    La vraie question est la capacité financiére à corrompre : l’opinion pour les masses et le portefeuille pour les élites . N ‘importe quelle chévre fera l’affaire , c’est une question d’optimum de cout .
    Question finance , je crois savoir que le systéme a encore , au plus 10 ans devant lui . (Kondratiev) .
    Donc malheureusement c’est possible . La consolation ne peut venir que du renforcement paralléle des forces de remplacement .
    Le plan Poutine a des chances , mais il ne doit pas ére jugé uniquement au travers des alliances internationales . Poutine a , surtout un pb intérieur . Faudra qu’il trouve des substituts valables aux oligarques Russes , compétents et dévoués à la cause universelle , pas facile , surtout sans tomber dans l’accusation de retour au soviétisme .
    A moins que ces forces ne viennent de tout autre chose , qu’il est préférable alors de garder dans l’angle aveugle des néocons .


  16. Andrea Le 30 novembre 2014 à 16h55
    Afficher/Masquer

    Hillary se porte très bien dans les sondages, en général ‘gagnante’ contre un rival Républicain. Notons que nous sommes loin de l’éléction.

    Personellement, cela m’étonne bcp.

    (Mais bon avec les supports décrits par Greenwald..)

    Sans parler des opposants politiques automatiques — Tea Party, quasi tous les Républicains, les libertariens – les pacifistes – isolationistes (H.C. est ‘hawk’, faucon, guèrrière), l’aile gauche ou dit ‘progressistes’ des Democrates — elle est détestée par des larges tranches de la population.

    Pour de multiples casseroles, votes, ratés, il y en a pour tous les gouts! .. son sale caractère, son mari (et ses relations avec lui, non-divorce p. ex), le fait d’être femme (ou alors trop ‘mec’), pas jeune / trop agée, appartenant à la vieille garde ou ‘dynastie’, pas assez chrétienne (elle est pro-avortement, ce qui est mal vu non seulement par les Republicains.) Etre femme n’est pas une aide – ceux qui la détestent le plus sont justement des femmes. Cela n’a pas la même force que d’être ‘noir’ (Obama) dans une société qui veut se voir comme anti-raciste.

    Ce qui compte énormément aux US c’est le vote des ‘minorités.’ Les noirs, les hispaniques, les musulmans (pas les asiatiques, car ceux-cis votent en général tout comme le citoyen mainstream.) Ils représentent un vote ’swing’ qui décide l’éléction, car les positions Dem / Rep. sont calculés pour capter le max, donc chacun finit avec env. 50% du vote au bout du compte.

    Il est tout à fait légitime de dire que Bush (vs. Gore) a été élu par les musulmans (si on met de coté le trucage des votes, la décision de la Cour Suprème, etc.) et qu’Obama, en captant 90% du vote noir (c’est quand même 12% aux US, et les noirs votent plus que les blancs, cad. ceux qui ont le droit de le faire), ainsi qu’une bonne partie du vote Hispanique, pcq il était d’une ‘minorité’ et a fait plein de promesses, a gagné l’éléction à cause d’eux.

    Ce point reste donc en l’air pour le moment. Je suppose que Hillary et son team sont assez intelligents pour remettre cela à juste avant l’éléction – le ‘outreach’ à ces communautés marche avec des déclarations ‘flash’ quand l’échéance approche, ils sont peu ou pas politisés, informés, et votent ‘communautaire.’ Selon le dogme en vigeur! Notez que les Latinos aiment les femmes politiciennes (voir Amerique du Sud), respectent l’expérience, l’age, et de tte manière sont polarisés démocrate (racisme, immigration, etc.) et donc là elle a un avantage.

    Amha, n’importe quel candidat vaguement décent R. peut gagner, n’oublions pas non plus la force de ‘l’alternance.’

    Ayant écrit tout cela, je me demande à quoi bon. Le système est verrouillé et le cirque des élections représente surtout une opportunité pour gagner bcp. d’argent pour des millions de gens. Puis, business as usual.


  17. Louis Robert Le 30 novembre 2014 à 17h20
    Afficher/Masquer

    J’adore lire et entendre Glenn Greenwald. Quel sens de l’humour dévastateur! Quelle ironie subtile! Une clarté remarquable, constante.

    Dans ce cas-ci, un tel texte devrait permettre à tous ceux d’entre nous (à moi le premier…) qui se sont nourris d’illusions sur le Nobel Obama, de ne pas récidiver à l’approche de madame C, que nous connaissons du reste depuis plus longtemps, donc beaucoup mieux, que nous ne connaissions monsieur O, en son temps.


  18. stephp Le 30 novembre 2014 à 18h21
    Afficher/Masquer

    Suffit de ré-écouter la chanson de Renaud “Miss Maggie”, remplacer “Thatcher” par “Clinton”…
    Désespérant, mais par vraiment étonnant…
    Pendant ce temps là on va nous faire bouffer de l’agité de Neuilly pendant 2 ans puis assister, c’est probable, à son retour en 2017 avec sa cape de “sauveur” de la France. Pathétique. Mais faut pas se laisser abattre pour autant !!


  19. CLAUDE Le 30 novembre 2014 à 18h45
    Afficher/Masquer

    nul ne sait ce qui peut se passer en deux ans.
    Il suffit d’émeutes, d’une catastrophe et ils déclencheront la loi martiale.
    Celui ou celle qui sera “élu” (mais ce terme est peut être erroné) sera celui désigné par l’élite.
    La démocratie est morte aux états unis, malheureusement.


    • Bigtof Le 01 décembre 2014 à 09h19
      Afficher/Masquer

      Pas qu’aux USA… On ne peut pas dire qu’en France elle existe encore. Il suffit de se rappeler le référendum de 2005 et le non respect de son résultat…
      Avec Sarko, comme avec Hollande, c’est clair, nous avons des mercenaires qui sont vendus aux intérêts de la finance U.S…


  20. Renaud 2 Le 30 novembre 2014 à 23h02
    Afficher/Masquer

    Je suis ému de voir la douce Hilary rire de bon cœur avec celui “qui fait le travail de Dieu”. Ça sent les lendemains qui chantent…


  21. bluetonga Le 30 novembre 2014 à 23h24
    Afficher/Masquer

    PCR s’est un peu lâché sur le cas de Hillary (il mentionne d’ailleurs cet article de Greenwald pour commencer).

    http://www.counterpunch.org/2014/11/18/hillary-the-warmonger/

    Comme d’habitude très corrosif et apocalyptique (il doit terroriser le personnel de sa maison de retraite – il est d’ailleurs regrettable que les politiques ne prennent ce type de positions virulentes que 20 ans après s’être retiré des affaires), il nous promet l’apothéose nucléaire peu après son avènement, et sinon, une politique économique qui avait déjà été amorcée par son mari entre deux parties de cigares – qui en gros fait le lit des neocons.

    PCR a certainement raison en ce qui concerne la seconde partie, on serait plus nuancé pour la première.

    Le vrai drame, c’est cette caricature de démocratie. La prochaine marionnette est déjà désignée, et on nous prépare à l’aimer. Décidément, tout est marketing en Amérique.

    A moins que… un petit thrombus?


  22. harvest Le 30 novembre 2014 à 23h45
    Afficher/Masquer

    “il nous promet l’apothéose nucléaire peu après son avènement” : C’est peut-être là le vrai sens de la prédiction d’Aragon : “L’avenir de l’homme est la femme”, cet avenir étant sa disparition.


  23. odjo Le 30 novembre 2014 à 23h57
    Afficher/Masquer

    Elle n’aura pas mon vote marre des va-t-en guerre marre des cliches le premier noir , la premiere femme president . Quand ca sonne creux c’est creux .


    • Van Le 01 décembre 2014 à 03h34
      Afficher/Masquer

      premier latino , premier clebs , premier robot …etc .
      parcontre une guerre mondiale sera moins atroce avec une femme , et le premier qui critique on le traitera de misogyne 🙂


  24. FifiBrind_acier Le 01 décembre 2014 à 05h10
    Afficher/Masquer

    http://reseauinternational.net/legypte-propose-abbas-etat-palestinien-sinai/

    Plusieurs infos semblent indiquer qu’un futur Etat Palestinien pourrait voir le jour…, ailleurs, dans le Sinaï.

    -1) Il y a du gaz en Cisjordanie et dans les eaux territoriales de Gaza.

    -2) La reconstruction de Gaza tarde à démarrer

    -3) L’ Egypte a proposé d’installer les Palestiniens dans le Sinaï, puis a démenti.

    -4) Les manifestations à Jérusalem aboutissent à la destruction des maisons des contestataires.

    -5) Les pays européens, qui n’ont jamais demandé la moindre sanction contre Israël, votent la reconnaissance d’un Etat Palestinien. Leur bonne volonté soudaine me semble suspecte.

    – 6) Mais les constructions d’Israël se poursuivent et la colonisation s’étend.

    Mon hypothèse, c’est qu’il s’agit de détruire les maisons des Palestiniens, de les pousser hors de Gaza et de Cisjordanie, dans le Sinaï, et d’y créer effectivement un Etat, mais qui ne serait plus la résolution de 1947, du partage de la Palestine en deux.

    Pour qu’ Israël puisse s’approprier la totalité du territoire et les ressources en gaz.

    Quelqu’un a-t-il des infos?
    http://www.courrierinternational.com/article/2014/09/12/un-etat-palestinien-a-gaza-et-dans-le-sinai


  25. BigLouLou Le 01 décembre 2014 à 13h28
    Afficher/Masquer

    A propos de l’attitude par rapport à Israël, il est curieux que personne ne parle du lien familial qui existe via la fille des Clinton, Chelsea. Pour rappel:

    http://www.cbsnews.com/pictures/chelsea-clintons-wedding-pictures/

    Comme l’explique wikipedia, “On July 31, 2010, Chelsea Clinton and investment banker Marc Mezvinsky were married in an interfaith ceremony in Rhinebeck, New York. Mezvinsky (born December 15, 1977) is the son of former members of Congress Marjorie Margolies-Mezvinsky and Edward Mezvinsky, and was raised in the Conservative Jewish tradition. The senior Clintons and Mezvinskys were friends in the 1990s and their children met on a Renaissance Weekend retreat in Hilton Head Island, South Carolina. They first were reported to be a couple in 2005, and became engaged over Thanksgiving weekend in 2009.”

    A noter:
    1) investment banker
    2) conservative Jewish tradition
    3) Renaissance week-end: “Renaissance Weekend is an American retreat for leaders in business and finance, government, the media, religion, medicine, science, technology and the arts. Conversations are off the record and subject matter ranges widely, tending to focus heavily on policy and business issues”, voir http://en.wikipedia.org/wiki/Renaissance_Weekend

    Cela me rappelle une célèbre phrase de Valls sur ses liens à lui, ponctuée par un “m. quand même”.


  26. Julie Le 01 décembre 2014 à 17h34
    Afficher/Masquer

    en remplacant “cyniques” par “sarcastiques” et “excités” par “enthousiastes”, on arrive à un texte un peu + fidèle.


  27. barre-de-rire Le 01 décembre 2014 à 22h58
    Afficher/Masquer

    si vous pensez sérieusement que cette pouffiasse va passer…. je rigole.

    ca va tourner violemment à droite, les ricains pour parler avec eux tous les jours, je peux vous dire que le socialisme ils en peuvent plus. mais alors plus du tout, d’ailleurs le mouvement a commencé.

    et on ferait mieux de faire pareil….


  28. Michel LONCIN Le 02 décembre 2014 à 09h32
    Afficher/Masquer

    Plus encore qu’Obama (le Prix Nobel de la “Paix” le plus belliqueux de l’Hisotire du Nobel), cette femme est un danger MORTEL pour la Paix du Monde !!! Ex Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères d’Obama (qu’elle DETESTE au moins autant que Poutine), le programme de sa campagne offrira assurément quelque analogie avec celle de Sarkozy vis-à-vis de Chirac … avce pour mot-clé … la RUPTURE !!!

    A tout prendre, je préférerais de MILLE FOIS un troisième Bush !!!


  29. vérité2014 Le 02 décembre 2014 à 21h58
    Afficher/Masquer
  30. lvzor Le 05 décembre 2014 à 09h33
    Afficher/Masquer

    Très intéressant ce fil sur Ségolène Clinton 😀


Charte de modérations des commentaires