Les Crises Les Crises
30.novembre.201430.11.2014 // Les Crises

Drôle de guerre contre l’Etat islamique, par Francis Briquemont

Merci 1
J'envoie

Drôle de guerre contre l’Etat islamique


 

Une opinion de Francis Briquemont, Lieutenant Général (e.r.)

“Fasse Dieu qu’ils n’y mettent plus jamais les pieds.” Aboul Fida (historien et poète arabe du XIIIe siècle).

Ainsi se termine “Les Croisades vues par les Arabes” de Amin Maalouf (1). Ne plus voir un “Franj” violer la terre d’Islam : tel était le vœu de Aboul Fida. Les historiens arabes ont en effet considéré que les Croisades étaient bien davantage une agression des Francs qu’un “pèlerinage” chrétien pour récupérer le tombeau du Christ. Les récentes décapitations d’Occidentaux par les jihadistes de l’Etat islamique (EI) comparées aux atrocités commises alors par les Francs au nom du Christ et celles commises par les musulmans au nom d’Allah apparaissent comme des incidents mineurs mais, au XXIe siècle, ceux-ci provoquent des réactions émotionnelles des médias et des opinions publiques telles, que les dirigeants politiques se sentent obligés de réagir immédiatement sous peine d’être accusés de faiblesse ou de mollesse. C’est particulièrement vrai aux Etats-Unis et c’est ainsi que Barack Obama a pris la tête d’une vaste (?) coalition internationale qui a pour objectif de détruire l’EI.

Il est paradoxal de voir Barack Obama en leader de cette coalition. Lui, qui est sans doute le premier président des USA à penser que son pays n’a pas vocation à régir seul le monde; qui était, comme sénateur, contre les aventures en Irak et en Afghanistan et avait réussi à s’en extirper, le voilà replongé dans le bourbier ou plutôt le nœud de vipères du Moyen-Orient.

La durée des opérations étant estimée par certains de trois à… trente ans, nous avons le temps de nous poser quelques questions à propos de celles-ci. Fallait-il décider aussi rapidement de partir en guerre contre l’EI ? A la veille d’élections importantes pour lui – la perte de sa majorité au Sénat paralyserait son action pendant les deux dernières années de son mandat présidentiel (2) – il devait “faire quelque chose” pour éviter les critiques acerbes des Républicains et ce d’autant plus que les deux premiers décapités par les jihadistes étaient des citoyens américains.

Détruire l’EI est facile à dire mais comment et surtout pour quel objectif politique final ? La situation géopolitique du Moyen-Orient est plus complexe que jamais. D’une part, trois Etats se disputent le leadership régional : l’Arabie Saoudite, l’Iran et la Turquie. D’autre part, la Syrie est ravagée par la guerre, le Liban est très instable et que reste-t-il de l’Irak partagé maintenant entre un Kurdistan irakien autonome, l’EI qui s’étend sur le nord-ouest du pays et l’est de la Syrie et enfin l’Irak du sud. Ajoutons à cela, une guerre de religion impitoyable entre sunnites, menés par l’Arabie, et chiites, appuyés par l’Iran et le “tout” morcelé en d’innombrables tribus, clans, plus ou moins fiables. C’était déjà le cas au temps des Croisades ! J’allais oublier le Kurdistan syrien et le Kurdistan turc qui forment un “ensemble terrain” homogène avec le Kurdistan irakien. C’est ce dernier que l’Occident s’empresse d’organiser pour fournir les troupes au sol contre les jihadistes de l’EI.

Ici, il faut bien s’interroger sur la stratégie opérationnelle de la coalition anti-EI et l’homogénéité de celle-ci. Il y a unanimité pour conclure que les frappes aériennes seules ne résoudront pas le problème et qu’il faut des unités opérationnelles au sol capables de reconquérir le terrain perdu non seulement en Irak mais aussi en Syrie. Les jihadistes ont vite compris comment se fondre, sur le terrain et au sein des populations, pour éviter au mieux les frappes aériennes. Détruire des objectifs fixes (raffineries, dépôts, etc.) est chose aisée – la supériorité aérienne de la coalition est totale – mais attaquer des petites unités qui pratiquent la guerre asymétrique, c’est tout autre chose.

L’envoi de troupes occidentales étant exclu et même impensable, les Occidentaux essaient de former des unités de combat avec les Peshmergas (Kurdes) et de reconstituer une armée irakienne digne de ce nom. De l’avis général, cela prendra du temps.

Mais question fondamentale : cette coalition est-elle fiable ? Barack Obama déclare qu’il faut priver l’EI de toute ressource matérielle : est-ce crédible ? L’EI n’est-il pas soutenu financièrement et matériellement par certains membres de la coalition qui ont encouragé des jihadistes de tous poils depuis de longues années ? J’ai déjà connu ce problème en Bosnie en 1993 !

Quid de la Syrie, de l’Irak, du Kurdistan ?

Finalement, en supposant même que l’EI soit un jour éliminé, quel est l’objectif politique des Occidentaux au Moyen-Orient ? Quid de la Syrie, de l’Irak, du Kurdistan ? Ne doit-on pas s’attendre, à plus ou moins long terme, à une modification de certaines frontières, définies il y a un siècle par la France et la Grande-Bretagne (accords secrets Sykes-Picot) dont le principal souci était de délimiter leurs zones d’influence et certainement pas l’intérêt des populations locales ?

Est-ce vraiment celui des Occidentaux de s’immiscer dans les querelles entre sunnites et chiites – ce que craignait déjà Colin Powell à l’issue de la guerre du Golfe en 1991 – ou encore entre l’Iran et l’Arabie Saoudite, alors qu’ils ont été et sont toujours incapables d’“imposer” une solution au conflit israélo-palestinien, dont le général américain Zinni, envoyé spécial du Président sur place, disait, il y a dix ans, qu’il était le problème le plus urgent à régler au Moyen-Orient ?

Nul ne sait pendant combien de temps les forces aériennes de la coalition vont exécuter des tirs “ciblés” c.-à-d. sans dommages collatéraux, en attendant que Kurdes et Irakiens soient à même de reconquérir la zone irako-syrienne occupée par l’EI et, ce qui ne simplifie pas le problème, d’éliminer Bachar el-Assad. Que va donc faire exactement la coalition dans cette galère ?

Je ne suis pas certain que cet EI constitue une menace sérieuse pour l’Europe mais cette effervescence permanente au Moyen-Orient incite à réfléchir sur l’avenir de cet îlot de paix qu’est l’UE où l’ambiance politique n’est pas bonne. Jean-Claude Juncker a même déclaré au Parlement européen qu’il présidait la Commission de la dernière chance. En effet, des forces centrifuges disloquent peu à peu la cohésion de cette Europe où l’égoïsme sacré des Etats nations reprend de plus en plus le dessus. Et pourtant, comment ne pas être d’accord avec Pierre Defraigne qui, récemment, terminait un article sur le monde futur et le conflit potentiel entre la Chine et les USA en écrivant : “Qui mieux qu’une Europe unie et forte, c.-à-d. dotée aussi d’une défense commune pour asseoir sa crédibilité, pourrait penser un multilatéralisme adapté au monde multipolaire en émergence ? Y a-t-il une meilleure raison de faire l’Europe politique que de contribuer à la paix du monde ?”
(3)

Pour cela cependant, il faut :

1. que les dirigeants européens cessent de jouer aux “princes-souverains” du Finistère de l’Eurasie;

2. que l’Otan subisse une profonde transformation car une défense européenne véritable ne peut être mise sur pied dans le cadre de la structure actuelle de l’organisation.

Ceci n’est certes pas pour demain, mais, dans l’immédiat, le nouveau président de la Commission pourrait proposer la suppression immédiate des sanctions contre la Russie dont l’efficacité reste à démontrer et qui sont d’abord la conséquence d’un lamentable échec de la diplomatie européenne. N’en déplaise à certains, la paix et la stabilité en Europe dépendent de relations correctes avec la Russie.

Pour terminer, revenons à cette drôle de guerre contre l’EI et évoquons un instant ce “terrorisme” des radicaux – islamistes dont nous sommes menacés constamment et d’une manière peut-être trop émotionnelle. Faisons quand même confiance aux services de sécurité européens et aux mesures déjà prises pour protéger au mieux nos populations.

Et fasse Dieu, dirait Aboul Fida, qu’Il ne serve plus jamais d’alibi à des hommes pour tuer leurs semblables. Ne nous faisons pas d’illusions cependant. En 1919, le géographe anglais H. J. Mackinder écrivait : “La tentation du moment est de croire qu’une paix perpétuelle découlera logiquement de la lassitude des hommes face à la guerre. Pourtant, les tensions internationales renaîtront…”
(4)

Vingt ans plus tard, c’était la Seconde Guerre mondiale et en 2014, certains partent toujours à la guerre en criant : Dieu ou Allah donne-nous la victoire !

(1) Aux Ed. Jean-Claude Lattès. 1983. (2) Il l’a perdue ou conservée ce 4 novembre. (3) “La Libre” du 28 août. (4) Cité par R. D. Kaplan dans “La revanche de la géographie” aux Ed. du Toucan. 2014.

Source : lalibre.be

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

ÉCONOMIE

Drôle de guerre contre l’Etat islamique

Commentaire recommandé

Pikpuss // 30.11.2014 à 02h21

C’est une nouvelle fois l’application de la stratégie du chaos contrôlé…. Les Américains ont besoin des islamistes pour déstabiliser les régimes qui s’opposent à leurs ambitions, contrôler le pétrole pour assurer son commerce par le dollar et ainsi continuer à faire fonctionner la planche à billet et faire payer leurs dettes par le reste du monde… Quand ils n’en n’auront plus besoin, ils s’en débarrasseront comme ils l’ont toujours fait. En attendant cela ne les gêne nullement de financer et d’armer des nazis en Ukraine et des islamistes au Moyen-Orient… Après tout, ils se sont payés tous nos politiciens en Europe…

97 réactions et commentaires

  • Pikpuss // 30.11.2014 à 02h21

    C’est une nouvelle fois l’application de la stratégie du chaos contrôlé…. Les Américains ont besoin des islamistes pour déstabiliser les régimes qui s’opposent à leurs ambitions, contrôler le pétrole pour assurer son commerce par le dollar et ainsi continuer à faire fonctionner la planche à billet et faire payer leurs dettes par le reste du monde… Quand ils n’en n’auront plus besoin, ils s’en débarrasseront comme ils l’ont toujours fait. En attendant cela ne les gêne nullement de financer et d’armer des nazis en Ukraine et des islamistes au Moyen-Orient… Après tout, ils se sont payés tous nos politiciens en Europe…

      +39

    Alerter
    • chios // 30.11.2014 à 10h55

      Sauf que l’Arabie Saoudite ….
      http://www.reuters.com/article/2014/11/28/us-opec-meeting-shale-idUSKCN0JC1GK20141128
      “Inside OPEC room, Naimi declares price war on U.S. shale oil”
      Est-ce seulement pour des “parts de marché”?
      La dernière fois, c’était pour nuire à l’URSS…
      Cette fois-ci?

        +1

      Alerter
      • languedoc 30 // 30.11.2014 à 13h47

        Cette fois-ci?
        C’est pour avoir la tête de Bachar el Assad, s’accaparer la Syrie et y déloger les russes. Tout le reste, l’EI et cie, c’est de l’enfumage.,

          +19

        Alerter
      • Chris // 30.11.2014 à 13h54

        Guerre contre le gaz de schiste ? Je n’y crois pas un instant.
        L’Arabie saoudite a toujours marché dans les combines américaines : c’est leur assurance-vie !
        La baisse du pétrole par contre, touche de plein fouet l’économie des BRICS. Quel malheureux hasard me direz-vous !
        Cette opération est un bis repetita des années 80, pour endommager les économies des BRICS, les rendre dociles, voir s’effondrer sous les coups conjugués d’attaques de WS et manoeuvres monétaires, comme les US savent si bien le faire depuis des décennies.
        La seule chance des BRICS : faire front en accélérer la dédollarisation, mais vraiment mettre le turbo !

          +27

        Alerter
        • Chaban // 30.11.2014 à 16h54

          Je suis absolument d’accord avec vous. Je souris quand je vois ces analyses primaires arguant que l’Arabie Saoudite essaierait de nuire aux Etats-Unis. Le régime des Saouds n’est absolument rien sans la protection militaire des Etats-Unis.

          Par contre, la Russie, l’Iran et le Venezuela vont énormément souffrir.

          Pour en revenir aux Etats-Unis, où je vis, la chute du prix de l’essence a déjà des répercussions très favorables. D’ailleurs, même si le gaz de schiste n’était plus profitable, TOUS les autres secteurs de l’économie, eux, bénéficieront d’une chute du cours du pétrole, ce qui est tout à fait logique dans une société de consommation.

          Cela pourra peut-être sembler anecdotal, mais je vois tout autour de moi des gens de plus en plus optimistes. C’est un phénomène que je n’avais pas vu depuis 2000-01. Ces Américains primaires, qui en temps normal n’ont que deux sujets de conversation, le sport et les célébrités, vous parlent tout à coup de la chute du prix de l’essence, des voitures qu’ils envisagent acheter, des voyages qu’ils prévoient en 2015…

          Tout ça pour dire que cette chute tant anticipée de l’empire américain, c’est par pour maintenant. Je me demande même si ça se produira un jour.

          Et attention, moi dans toute ces histoire de “crise ukrainienne” et de ce qu’elle sous-entend (une guerre sur tous les fronts contre la Russie pour préserver l’hégémonie du dollars), je suis POUR la Russie. Je suis pertinemment conscient que les Etats-Unis sont l’agresseur. Toutefois il me semble que la Russie est complètement le dos au mur aujourd’hui. Qui plus est, les BRICS ne sont qu’un tigre de papier et personnellement, je pense que l’Inde et la Chine finiront par être “retournées” par les Etats-Unis.

          Alors Poutine est bien seul. Je pense sincèrement que c’est un homme bon, qui se soucie du bien être de son peuple, un De Gaulle des temps modernes. Il me semble cependant que De Gaulle était bien plus fin tacticien. Nous avons tous surestimé Poutine. Il n’est pas ce grand stratège que nous aurions tous voulu qu’il soit. Rappelons-nous d’ailleurs ce qu’il déclarait il y a quelques mois: que les Etats-Unis ne se tireraient pas une balle dans le pied au niveau de l’énegie et qu’il ne pensait pas que le cours du pétrole descenderait sous les $80.

          Comme le disait Paul Craig Roberts sur Russia Today il y a quelques semaines, apparemment Poutine ne se rend pas compte de qui il a affaire… du fait que ces gens sont capables d’absolument tout (cf. Odessa).

          Je partage l’analyse de PCR.

            +7

          Alerter
          • Chaban // 30.11.2014 à 17h15

            Si De Gaulle était en vie aujourd’hui, et qu’il coopérait avec Poutine, alors là, effectivement, l’OTAN, et par conséquent l’empire anglosaxon, serait très mal en point, étant pris en sandwich entre la Russie et toute la façade atlantique de l’organisation.

            Quand je pense que ce sale traitre de Sarkozy nous a remis sous le commandemant de l’OTAN, enlevant à la France l’un des plus grand leviers de négotiation sur l’échiquier géopolitique au MONDE…

            Il ne fait aucun doute pour moi que Sarkozy est un agent américain. D’ailleurs je ne crois pas une seule seconde à ses prises de position sur les mistral. S’il était au pouvoir, il suivrait les ordres de Washington tout comme son collègue des Young Leaders François Hollande.

              +23

            Alerter
          • Lesag // 30.11.2014 à 17h47

            Vous avez probablement raison mais Poutine fait ce qu’il peut avec ce qu’il a. Le PIB de la Russie c’est 20 fois moins que celui des pays de l’OTAN. La population de la Russie c’est 20 fois moins que celle des pays de l’OTAN, La production industrielle c’est 40 fois moins, le budget militaire c’est 15 fois moins.
            Alors oui, vous avez probablement raison et la Russie a le dos au mur, d’ailleurs c’est ce que clame leurs dirigeants eux-mêmes.
            On lit des analyses extrêmement contradictoire.
            Quant à la fin de “l’Empire US” on nous le promet depuis le début des années 80.

            Mais qui aurait misé en 1230 le moindre sou sur les Russes contre les invincibles teutoniques?
            Qui aurait misé en 1550 sur le duché de Moscovie contre les Tatars?
            qui, en 1605 aurait misé un kopek ou un écu sur les Russes contre les Polonais?
            Qui, en 1741, aurait misé sur la Russie contre les invincibles Suédois?
            Qui en 1812 aurait misé une livre sur la Russie contre la Grande Armée?
            qui, en 41, aurait misé un dollar, un rouble un franc ou surtout un mark sur l’URSS à l’armée décapitée et sous-équipée?

            Alors, et ça n’engage que moi, mais je pense que si l’hubris des néo-cons de tous pays poussent ceux ci à la confrontation totale avec la Russie, ils perdront.

              +12

            Alerter
            • Chaban // 30.11.2014 à 18h01

              Pour 41, c’est inexact: l’URSS recevait des quantités énormes de matériel de la part des Etats-Unis (ce que très peu de gens savent en Europe apparemment).

              Le pouvoir en place à Moscou se servait simplement du Russe moyen comme de chair à canon.

              Moi j’envisage le même type de scénario une fois que la troisième guerre mondiale (déjà en cours) sera passée dans sa phase militaire, avec les Etats-Unis alimentant en matériel la chair à canon Chinoise… car pour moi, la Chine finira par se retourner contre la Russie.

              N’oubliez-pas que l’objectif de l’oligarchie mondiale est de fragmenter l’immense territoire russe. Les Chinois ne résisteront pas au promesses de se voir récompenser par la Sibérie. D’autant plus qu’en se retournant au bon moment, ils entreront de facto dans le camp des vainqueurs (comment la Russie pourrait-elle résister à l’OTAN + la Chine?).

              Enfin, toutes les guerres que vous avez énumérées n’impliquaient pas un empire à échelle mondiale contre UN pays. C’est là toute la différence.

              Prenons Napoléon et Hitler contre la Russie par exemple… les deux avaient également à se soucier de leur flanc ouest pendant leur batailles avec l’est, chose dont l’OTAN n’aura jamais à se soucier. Ils peuvent concentrer TOUTES leur forces sur la Russie occidentale… pendant que la Chine s’occupe du flanc asiatique.

              Enfin bref… tout ça pour revenir au fait que la Russie a été très largement surestimée par rapport aux forces véritables (et la mentalité de psychopate) de l’empire anglosaxon.

                +4

              Alerter
            • Lesag // 30.11.2014 à 20h40

              Monsieur SVP, essayez de ne pas tripoter trop l’Histoire. En 41, les USA ont livré 0 kg de matériel ou à peu près. Les livraisons ont vraiment commencé en 42.
              En 41, dés octobre, avant les premières neiges, les Allemands avaient perdu, devant cette “chair à canon” dont vous parlez, 800 000 hommes tués, plus les blessés. En quatre mois de combat. A la fin de l’Offensive, en novembre, ils en auront perdu 1 million. A mettre en relation avec les 20 000 hommes perdus pendant la campagne de France.
              Donc, sans avoir reçu le moindre équipement de qui que ce soit, l’armée incompétente de “chair à canon” Russe comme vous l’appelez a exterminé 50 fois plus de nazis que ce qu’on pu faire les Français, et déjà plus que ce que réussiront à faire USA et GB à l’ouest de 44 à 45.
              Quant au matériel reçu, il fut de:
              14000 chars soit 10% à peine de ce que les Russes fabriquèrent. Les T34 qui furent la terreur du biffin Allemand ne venait pas des USA, pas plus que les Katiousha.
              8000 avions, soit moins de 10% là aussi.
              Une quantité négligeable de dizaines de milliers de canons alignés.
              Le gros des livraison concernant surtout les camions et les jeep.

              Mais il faudrait un jour, que les gens comme vous, arrêtent, par ignorance ou malhonnêteté ou un peu des deux à réduire la victoire Russe aux livraisons de matériel américain et au “général Hiver”.

              N’oubliez pas que Murat lui même disait du soldat Russe qu’il fallait le tuer deux fois et que tous les généraux Prussiens et leur führer s’arrachaient les cheveux dés la fin aout 41 à l’idée qu’une armée n’ayant plus d’aviation, ayant perdu 5 millions d’hommes, horriblement mal commandée et ayant reculé de plus de 1000 km était encore capable de faire des contre-attaque, les avaient retardé d’un mois et leur avait déjà bousillé plus de 600 000 hommes ce qui ne s’était encore jamais vu dans l’histoire, une armée européenne perdant 600 000 hommes en trois mois.
              Et c’est là qu’ils ont perdu la guerre, en comprenant que les “untermenschen” n’en n’étaient probablement pas.
              Ne perpétuez pas, s’il vous plait, l’erreur fatale de mépriser le peuple Russe.

                +14

              Alerter
            • Chaban // 30.11.2014 à 21h29

              Au fait n’oubliez pas que la Russie a été détruite de l’intérieur DEUX fois au 20ème siècle: en 1917 (révolution bolshévique financée par Wall Street et Londres) et en 1991 (trahison des élites).

              Alors bon, quand Poutine déclare que personne n’a jamais subjugué la Russie…

              Encore une fois, moi je les soutiens. Mais je suis lucide. Il faudrait un miracle pour que la Russie résiste à l’empire.

                +0

              Alerter
            • Lesag // 30.11.2014 à 23h06

              On est bien d’accord. Il faudrait un miracle. Mais je partage avec Gandhi l’idée que des fois, ils arrivent. 😉

                +4

              Alerter
            • Alae // 30.11.2014 à 22h48

              “Vous avez probablement raison mais Poutine fait ce qu’il peut avec ce qu’il a. Le PIB de la Russie c’est 20 fois moins que celui des pays de l’OTAN. La population de la Russie c’est 20 fois moins que celle des pays de l’OTAN, La production industrielle c’est 40 fois moins, le budget militaire c’est 15 fois moins.”

              Pardon, mais le PIB des BRICS concurrence celui du G7. Certes, comme c’est Poutine qui le dit (chiffres à l’appui), ça peut être de la “propagande du Kremlin”, mais quand Poutine dit quelque chose, j’ai tendance à le croire.
              http://thebricspost.com/brics-gdp-bigger-that-g7-in-purchasing-power-putin/#.VHuOeLbp-T4

                +2

              Alerter
            • Lesag // 30.11.2014 à 23h13

              Certes, mais pour l’instant, les BRICS ne sont ni une alliance militaire, ni même une alliance stratégique. Chacun d’eux subit une effroyable pression de l’Oncle Sam. Celui ci, d’après certains analystes voudrait justement les dégommer et circonvenir un par un avant que cette alliance n’existe. Mais encore une fois, je vous suis dans l’idée que ceux qui s’attendent à un effondrement de la puissance et de l’influence US pour demain en seront pour leurs frais. Faut pas rêver. Si la Russie a une invraisemblable résilience, les USA eux ont une capacité de rebondir unique et un talent inouï d’innovation. le combat de la force irrésistible contre la masse inamovible????
              Cordialement.

                +0

              Alerter
            • Alae // 01.12.2014 à 00h35

              “je vous suis dans l’idée que ceux qui s’attendent à un effondrement de la puissance et de l’influence US pour demain en seront pour leurs frais. Faut pas rêver.”

              A mon sens, vous exagérez grandement la santé des USA et leur capacité à rebondir. Leur prédominance tient avant tout au dollar, et même dans ces conditions, s’ils ne relevaient pas périodiquement le plafond de leur dette, ils auraient fait défaut depuis longtemps. Je vous aurais bien copié-collé l’intervention d’une économiste américaine qui listait hier les failles béantes de l’économie américaine, pour conclure qu’il ne leur restait plus que la guerre pour tenter de se maintenir à flot. Mais du diable si je retrouve ce lien…
              L’Amérique est puissante et peut encore durer, mais elle est très malade. Encore quelques coups de griffe au dollar et on n’en parlera plus. Que sa chute soit pour demain, après demain ou dans dix ans, elle vit un processus de déclin qui ira à son terme parce qu’étant donné l’état de corruption du système, plus rien ne peut l’endiguer.

                +5

              Alerter
            • pikpuss // 01.12.2014 à 01h18

              Ce qui rend cette puissance extrêmement dangereuse : comme en 14

                +4

              Alerter
            • Lesag // 01.12.2014 à 09h08

              A ce niveau là, les analyses sont tellement contradictoires qu’il faut bien avouer qu’il s’agit plus de point de vue.
              Cordialement.

                +0

              Alerter
            • PL // 01.12.2014 à 00h45

              @Lesag
              peut-on modérer un modérateur ? je plaisante.
              je suis assez en phase avec ce que vous écrivez plus haut au sujet de la deuxième guerre, mais il y a une erreur: il faut remplacer “russe” par “soviétique”, sans quoi les chiffres présentés sont erronés. Ceci afin de ne pas “trop tripoter l’histoire”, comme joliment écrit.
              amicalement

                +3

              Alerter
          • PPL // 01.12.2014 à 22h38

            Ouais, sauf que la Russie a des accès directs à la Chine et l’Inde. C’est pratique pour échanger 140 000 000 de dollars de pétrole, paiement en devises des co-contractants ou en or, voir du troc. Plus de danger de coupure maritime. Ils sont sur ” leurs” routes. C’est un énooooooorme problème pour l’avenir du dollar.
            Sans compter les autres posts négatifs du bila us comme par exemple la perte d’influence dans diverses régions chapeautées par les Nations de têtes des BRIGS. Non, ami, cela commence à sentir le roussi pour l’empire. Le danger est que certains lobbys sont prêts à tout, y compris de suicider leur propre population.

              +1

            Alerter
    • Van // 30.11.2014 à 23h38

      le plus drôle dans cette histoire cest que le calendrier a foiré , le scenario etait que la syrie tombe entre les mains de ces terroriste et que dans un chaos afghan , la cavalerie américaine rapplique avec leur programme de lute antiterroriste pour des décennie , dou le paradoxe du combat virtuelle contre une poignée de terroriste dans un pays dont le gouvernement refuse toute ingérence avec des retournement de situation et d’alliance entre allies chaque jour .

      pour revenir au texte je suis tres septique sur cette analyse de comparer des situation fabriquer de toute piece avec des histoire du moyen age , comme si tout cela etait le fait du hasard et se soit qune suite devenement incontrôlé auquel les media réagissent naturellement en toute liberté et objectivité , non monsieur Francis Briquemont les media ne réagisse pas émotionnellement mais par des lignes éditoriale qui sur cette histoire frise la propagande , cette même propagande qui disai que le peuple syriens refuse son président mais que même lotan a fini par avouer le contraire .
      la question cruciale quevite de soulever cet auteur est le financement et laide logistique apporter a ces terroristes , et que si cela était mis en avant la guerre ne serai plus nécessaire puisquil suffira simplement de stopper cet aides .
      ce texte est un ramassis de ragot et de désinformation que les media mainstream nous rabâche a longueur de journée .

      Ps “reconquérir la zone irako-syrienne occupée par l’EI et, ce qui ne simplifie pas le problème, d’éliminer Bachar el-Assad.“ je tien a souligne que l’apologie d’assassinat dun chef detat étranger est un crime punie par la loi chose que cet auteur devrai se remémorer dans ses textes .

        +6

      Alerter
  • JaySWD // 30.11.2014 à 02h35

    Me Briquemont,devoir de réserve oblige,oublie un troisième point capital ds ses recommandations:
    -soustraire l’entité UE de l’influence US.
    mais affirmer ceci correspond à peu de chose prés à pisser ds un violon,tant le projet UE depuis son départ est consubstanciel de l’influence US.
    Il faudra bien un jour ou l’autre que les uns et les autres se mettent ds le crane que le projet UE est mort et enterré….
    Ce qui n’exclut pas de nouvelles formes de collaboration….mais seulement en ayant viré au préalable tout les idolätres de Breczinski

      +25

    Alerter
    • Alain // 30.11.2014 à 08h54

      Lorsqu’il estime nécessaire la refonte de l’OTAN pour une véritable défense européenne, ne plaide-t-il pour une telle autonomisation par rapport aux USA?

        +3

      Alerter
      • Chris // 30.11.2014 à 14h23

        Autonomisation de l’OTAN par rapport aux USA ?
        Je vous rappelle que le traité de Lisbonne stipule en toute lettre que la politique extérieure est du ressort… de l’OTAN.
        Et que son commandement suprême est… à Washington !
        Avec les pignoufles hystériques de l’ex-bloc soviétique (qui pour la plupart ont adhéré à l’UE pour être dans l’OTAN), on ne parviendra jamais un consensus des 28 membres de l’UE pour déclarer que l’OTAN est mort. Mission impossible.
        UPR a totalement raison quand il explique sa théorie des chaines, s’agissant de l’architecture de l’Union Européenne. Nous sommes effectivement enchainés et la laisse est tellement courte que lorsqu’un membre bouge, il met en danger les autres.
        Il n’y a pas de refonte de l’OTAN possible, à moins de déclarer persona non grata tout l’appareil militaire américain qui occupe l’Europe depuis 1945 (chiffres 2011 : 82’000 têtes; 86 bases en 2006. chiffres en probable augmentation avec le conflit ukrainien).
        Voyez-vous l’Union Européenne dire aux USA “reprenez vos billes, merci pour le boulot accompli, bien le bonjour chez vous” ? Moi, pas du tout.
        Et pourtant l’UE a largement les moyens d’assurer sa défense pour autant qu’elle inclue la Russie comme partenaire et même sans. J’entends d’ici les cris d’orfraie de la Pologne, des Pays Baltes et bien sûr de l’Ukraine à qui les Occidentaux ont promis monts et merveilles en jouant le jeu de la démonisation russe.
        L’OTAN est une oeuvre qu’il faut détruire ou quitter, car de défensive, cette organisation est devenue offensive au service de la politique US, certainement pas dans l’intérêt des Européens, au sens de son article 5.

          +28

        Alerter
        • Chaban // 30.11.2014 à 17h07

          Chris, je ne peux que “plussoir” tous vos commentaires sur ce fil. Ça fait du bien de lire de véritables résumés/analyses de la situation réelle, et non celle que nous souhaiterions (super héro Poutine qui a toujours une longueur d’avance sur tout le monde et va nous libérer une bonne fois pour toute de l’empire anglosaxon).

          Ahhhhh, si seulement c’était vrai. J’y ai moi-même cru pendant quelques mois.

            +2

          Alerter
        • Alexandra // 02.12.2014 à 09h12

          En tant que descendante des “pignoufles hystériques de l’ex-bloc soviétique” je me sens touchée par ce genre de propos. Souvenez-vous que ces “pignoufles” sont avant tout des Slaves, tout comme les Russes d’ailleurs, et toutes nos légendes fondatrices nous rappellent que nous sommes des frères de sang.
          Les “pignoufles” sont représentés, tout comme les Français d’ailleurs, par des élites qui ne bossent pas nécessairement pour eux.
          Le vrai problème, ici comme là-bas, c’est le système institutionnel qui ne permet pas au peuple de décider. Je pense que le système politique le plus démocratiquement abouti est le système suisse; le peuple est souverain, avalise – ou pas – ses lois et ce une par une, les élites sont au service des habitants et non pas le contraire.

            +2

          Alerter
    • reneegate // 30.11.2014 à 12h16

      et donc allez jusqu’aù bout. Briquemeont aurait mieux fait de pisser dans un violon. Car à moment donné, il faut soit se taire, soit intervenir. Une défense Européenne, “favoriserait la paix” si et seulement si elle était indépendante des US. Et pour faire beaucoup plus simple et bien plus réaliste, une défense et une diplomatie française indépendante ferait l’affaire (moyen orient).Ya qu’à. Parce que pour l’Europe ce n’est pas pour demain.

        +7

      Alerter
  • Jean Marc // 30.11.2014 à 04h30

    Eloquent et très pertinent article. A bien y regarder, toutes les guerres sont “drôles”, et ça remonte aux Croisades.

      +0

    Alerter
  • Le Sudiste // 30.11.2014 à 07h09

    “Il est paradoxal de voir Barack Obama en leader de cette coalition. Lui, qui est sans doute le premier président des USA à penser que son pays n’a pas vocation à régir seul le monde”
    Incroyable… Barack Obama déciderait de quelque chose?
    Je me suis arrêté là. Je vais me passer des lumières de Francis Briquemont, Lieutenant Général (e.r.).
    Par contre, en regardant la photo, je me disais qu’il fallait placer son pognon chez Toyota. Ca marche les affaires. Il va avoir une belle prime pour Noël le concessionnaire. Au fait, il fait pas de factures?

      +19

    Alerter
    • Paco // 30.11.2014 à 10h56

      c’est avec des toyota et des lance-roquettes que les Toubous du Tchad avaient écrabouillé les colonnes de char de Kadhafi en 86-87.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Conflit_tchado-libyen

      et puis achetez une yaris, elle sont fabriqués en France.

        +2

      Alerter
      • Chris // 30.11.2014 à 14h32

        A voir cette belle colonne de pickups – sur des kms- (photo qui date de juillet, si ne ne m’abuse), je m’interroge sur l’utilité des services de renseignements et satellites militaires US qui n’ont même pas été fichu de les signaler aux bombardiers US/irakiens, sauf… si l’EI une nouvelle embrouille/arme US pour mettre encore plus de chaos et réduire ces régions à l’esclavage.
        J’opte pour l’embrouille.

          +14

        Alerter
        • Chaban // 30.11.2014 à 17h03

          C’est exactement ce qui m’a traversé l’esprit la première fois que j’ai vu ces images l’été dernier.

          Les Etats-Unis sont capables de nous dire la couleur du slip des “rebelles pro-russe” qui auraient tiré sur le vol MH17, mais cette énorme colonne de pick-ups, SUVs en plein désert (pas d’arbres, d’immeubles ou que sais-je), ils ne l’ont jamais vu venir…

          Comme Sheikh Imran le dit en souriant, ISIS bénéficie d’un gentil Père Noël qui lui fournit des véhicules, des armes et des munitions. C’est que ça ne pousse par comme par magie dans le désert toutes ces choses là.

            +12

          Alerter
        • Alae // 30.11.2014 à 22h10

          “si l’EI est une nouvelle embrouille/arme US pour mettre encore plus de chaos et réduire ces régions à l’esclavage.
          J’opte pour l’embrouille.”

          C’était suspect depuis le début, mais depuis, l’EI a menacé de :
          1) mener des attaques terroristes sur le sol russe.
          2) s’attaquer à la Chine.
          3) attiser le terrorisme islamique en Inde.

          Marrant, uniquement des pays des BRICS. Ce sont des militants islamistes anti-américains, ça ? Qu’est-ce que ce serait s’ils travaillaient pour les USA ! 🙂

            +14

          Alerter
    • Van // 30.11.2014 à 23h54

      tu trouvera les factures dans les bureaux de la CIA comme d’habitude 😉

        +3

      Alerter
  • Crapaud Rouge // 30.11.2014 à 08h38

    Excellent tableau de la situation au Moyen-Orient, mais l’idée d’une Europe “unie et forte” qui jouerait un rôle stabilisateur dans un “monde multipolaire en émergence“, est utopique. Dans cinquante ans peut-être, après que les Américains auront été éjectés de la scène internationale.

      +9

    Alerter
    • Pikpuss // 30.11.2014 à 09h03

      Ce serait moins dangereux pour le monde que les élites qui dirigent les USA soient éjectées du pouvoir par le peuple américain…. Ces élites iront jusqu’au bout de leur folie : elles veulent instaurer une dictature mondiale sur la base de croyances occultes. Nous aurons la guerre sans aucun doute si les peuples se laissent faire. L’orgueil et l’obstination de ces élites est sans limite tout comme leur refus d’accepter les réalités. Avec des dirigeants européens totalement complices, nous avons de gros soucis à nous faire.

        +22

      Alerter
  • Aspietoyendefrance // 30.11.2014 à 09h07

    Je ne suis pas d’accord avec l’existence d’une europe unie.2000 ans se sont écoulés sans qu’il soit possible d’unifier le continent européen:les romains,charllemagne,le saint empire germanique,napoléon,hitler n’ont pas pu unifiés l’europe.

    Bien sûr que les égoïsmes nationaux revienennt,pourquoi faire coexister 28 pays membres n’ayant rien de commun autour d’une idée supra nationale?

    On ne peux pas nier le passé,pourquoi serait il possible d’unifier un continent très disparate,déjà aux mains des états unis et de l’OTAN.

    Tant mieux que l’union européenne s’effondre même si comme disait charles de gaule “les colonnisés ne veulent pas sortir du joug américain et atlantiste”

      +11

    Alerter
    • Pikpuss // 30.11.2014 à 09h36

      Hitler et Napoléon n’ont jamais voulu unifier le continent ; ils travaillaient pour des intérêts dits ” supérieurs ” à leur nation respective et ont mis leur pays à genoux. Le Saint Empire était une mosaïques de petits états qui n’avaient pas une politique de conquête du continent. Longtemps la politique européenne fut de lutter contre la piraterie maure et de contenir la poussée turque.
      Napoléon ruina la France et entrepris son départ définitif du continent américain. Il fragmenta le continent tout comme Hitler pour le plus grand intérêt des banquiers anglo-saxons.

        +11

      Alerter
  • Pikpuss // 30.11.2014 à 10h56

    Effectivement même avec une foule de 1 million de Belges dans les rues de Bruxelles cela n’a pas empêché ces élites belges de faire un grand bras d’honneur à leurs citoyens révoltés…

      +14

    Alerter
  • anne jordan // 30.11.2014 à 15h57

    Pour ceux que ça intéresse un livre d’André Miquel :
    ” Ousâma , un prince syrien face aux croisés ” , chez Fayard .
    “… sur l’échiquier très compliqué du Proche Orient , voici les luttes que se livrent les petites principautés musulmanes , aidées l’une et l’ autre par ses alliances avec le Franc . Puis , dès que le calme revient dans le camp de l’Islam , les armes retournées contre ce Franc lui même , en attendant que l’échiquier l’interdise à nouveau .”

      +0

    Alerter
  • Alae // 30.11.2014 à 17h16

    La soi-disant guerre contre l’EI n’est qu’une gigantesque opération de communication. Les Américains continuent d’alimenter la “rébellion modérée” contre Bachar, qui passe à l’EI puis se fait bombarder… sans le moindre résultat.
    Traduction synthétique de l’article en lien : les bombes sur l’EI ont autant d’effet qu’un emplâtre sur une jambe de bois.
    http://www.zerohedge.com/news/2014-11-29/despite-2-months-coalition-airstrikes-isis-not-weaker

    Les USA devraient se méfier. Depuis le Vietnam, on sait le peu de valeur de leur armée face à un ennemi déterminé, et s’ils continuent à faire l’andouille et à ne pas obtenir le moindre résultat tangible au Moyen Orient, le peu de crédibilité militaire qui leur reste va passer aux oubliettes.
    Poutine et Xi peuvent se frotter les mains.

      +3

    Alerter
    • Lesag // 30.11.2014 à 17h29

      Ils s’en foutent. Déjà, au Vietnam, c’était pas leurs gosses qui se faisaient tuer, mais les gosses de prolos noirs et blancs. Depuis l’Irak, c’est carrément les étrangers qui s’engagent pour avoir la nationalité. C’est dire s’ils n’en n’ont rien à foutre.

        +20

      Alerter
      • Alae // 30.11.2014 à 18h13

        Totalement d’accord, Lesag, sur le fait qu’ils se foutent éperdument de leurs troupes, dont les vétérans sont d’ailleurs tellement méprisés et négligés qu’ils en arrivent souvent au suicide.
        http://www.cnn.com/2013/09/21/us/22-veteran-suicides-a-day/

        Je parlais de leur crédibilité militaire internationale : le contraste entre leur image hollywoodienne de super-héros et la nullité de leurs résultats effectifs est de plus en plus visible et cruel.

          +7

        Alerter
        • Van // 01.12.2014 à 00h12

          la glorification du soldat US qui se sacrifie pour sa patrie est complétement surréaliste et cela contraste avec l’abondant de la grande masse de soldat apres leurs contrat , mais ils reste encor des américain zombifier par les film qui lors d’altercation rétorquent : ” tu devrai me montrer du respect parceque jetait en irak ” , pour eux le fait de tuer des centaine de millier d’innocent dans des pays sous embargo etait héroïque et valeureux .
          Heureusement que le ridicule ne tue pas sinon lamerique serait deserte http://www.youtube.com/watch?v=WmEHcOc0Sys

            +3

          Alerter
  • Astrolabe // 30.11.2014 à 17h50

    Il y a deux cents ans, Napoléon, en voulant imposer à l’Europe un mode de gouvernement unique (sous sa houlette bien sûr) a suscité comme réaction les mouvement nationalistes en Italie, en Pologne, en Hongrie, en Allemagne, avec les conséquences qu’on connait. Les Américains et Bruxelles (et les Allemands) font aujourd’hui qqchose de semblable et l’Europe éclatera.

      +5

    Alerter
    • Gérard Couvert // 30.11.2014 à 19h19

      Ah bon ? En Italie et en Pologne Napoléon à au contraire recherché l’appui des nationaux, encore qu’en Italie ce sentiment était bien faible, en Allemagne c’est à peu prés identique.
      Proclamation de Napoléon 1er aux Hongrois le 15 mai 1809: « Le moment est venu de recouvrer votre indépendance. Je vous offre la paix, l’intégrité de votre territoire, de votre liberté et de vos constitutions… Je ne veux rien de vous, je ne désire que vous voir nation libre et indépendante ».
      Faut-il rappeler que la grande armée était constituée de moins de 50% de français, que la France des 200 départements apportait aux populations un état de droit et une égalité devant la loi qu’elles n’avaient jamais connu.
      Pas plus que les américains en 44 les anglais n’ont recherché le bien être et la liberté des nations européennes, Napoléon si. C’est bien cela qu’il l’a perdu … avec les réactionnaires espagnols.

        +1

      Alerter
      • Lesag // 30.11.2014 à 20h22

        Ha, ha , ha, toutes, vous nous les ferez toutes. J’ai l’impression d’entendre feu mon Grand-Père, homme fort honorable au demeurant, mais baigné de cette “narrative” typique de la bonne vieille droite bien conservatrice. Merci pour ce sourire du soir.
        Bien cordialement

          +0

        Alerter
        • Serge // 01.12.2014 à 00h16

          “baigné de cette “narrative” typique de la bonne vieille droite bien conservatrice.”
          —————————————————————————————————
          C’est vous qui m’étonnez,car moi je me souviens très bien de mon instituteur de la laïque”,d’une gauche à l’ancienne ,un peu plus authentique que celle d’aujourd’hui ,qui en 1956-57 ,nous faisait apprendre avec une admiration non dissimulée pour l’Empereur et Victor Hugo :

          “Pour la première fois l’aigle baissait la tête.”………Waterloo ! Waterloo ! Waterloo ! morne plaine !……etc .

          Je ne savais pas que Hugo était de “la vieille droite conservatrice” …
          🙂

          Comme quoi les jugements d’aujourd’hui font preuve d’un retournement historique assez stupéfiant ,et pas que sur ce sujet …

            +2

          Alerter
          • Lesag // 01.12.2014 à 09h20

            Hugo est pratiquement le seul spécimen d’homme célèbre étant passé de la droite la plus conservatrice à la gauche quasi extrême, habituellement, c’est plutôt le contraire.
            Il est vrai que le frisson pour la gloriole napoleonienne n’est pas le propre de la seule vieille droite à front de taureau, mais mon mot à M. Couvert n’était qu’un clin d’oeil tout à fait personnel, car effectivement, mot pour mot, dans chacun de ses posts, j’ai l’impression d’entendre mon grand-père, homme nourrit aux mamelles de Gaxotte, Bainville et Mauras.

              +0

            Alerter
            • Serge // 01.12.2014 à 17h38

              Vous oubliez que pour les princes russes,Napoléon était le “Robespierre à cheval” !

                +0

              Alerter
            • Serge // 01.12.2014 à 20h23

              Voici ce qu’écrit notre Totor national dans “Les misérables” :

              “En somme, et incontestablement, ce qui triomphait à Waterloo, ce qui souriait derrière Wellington, ce qui lui apportait tous les bâtons de maréchal de l’Europe, y compris, dit-on, le bâton de maréchal de France, ce qui roulait joyeusement les brouettées de terre pleine d’ossements pour élever la butte du lion, ce qui a triomphalement écrit sur ce piédestal cette date: 18 juin 1815, ce qui encourageait Blücher sabrant la déroute, ce qui du haut du plateau de Mont-Saint-Jean se penchait sur la France comme sur une proie, c’était la contre-révolution. C’est la contre-révolution qui murmurait ce mot infâme: démembrement. Arrivée à Paris, elle a vu le cratère de près, elle a senti que cette cendre lui brûlait les pieds, et elle s’est ravisée. Elle est revenue au bégayement d’une charte.
              Ne voyons dans Waterloo que ce qui est dans Waterloo. De liberté intentionnelle, point. La contre-révolution était involontairement libérale, de même que, par un phénomène correspondant, Napoléon était involontairement révolutionnaire. Le 18 juin 1815, Robespierre à cheval fut désarçonné.”

                +0

              Alerter
          • Gérard Couvert // 01.12.2014 à 11h00

            Votre instit était, comme mon père, sans doute l’un des innombrables personnage, héritiers directs des hussards noirs, qui peuplaient encore nos écoles il y a 40 ans. Ils en reste quelques uns, mais le combat pour les défendre face aux sociaux-démocrates pisseux est difficile.

              +0

            Alerter
            • Serge // 01.12.2014 à 17h36

              Oui et je lui doit beaucoup .Hommage éternel à lui et ses semblables dont notre époque a une image plus que déformée :renversée !

                +0

              Alerter
      • emile // 30.11.2014 à 21h19

        Ha ha ha les contre-révolutionnaires espagnols… et un peu les Russes aussi, combien de centaines de milliers de morts lors de la bataille de Russie ?

          +0

        Alerter
        • Gérard Couvert // 30.11.2014 à 21h59

          Vous vous trompez en parlant de bataille de Russie, vous vouliez sans doute parler de la campagne de Russie … SI vous aviez un peu de connaissances vous sauriez que les pertes furent terribles sur la fin du retour, et non pas à l’aller, ensuite les morts l’ont été surtout à cause des parasites et du typhus.
          La raison objective se trouve dans un dérèglement climatique qui vit le генерал Мороз en avance de 3 semaines, sans cela les réserves de ravitaillement disposées tout au long de la route eurent été atteintes.

            +0

          Alerter
        • Spipou // 01.12.2014 à 02h46

          On oublie aussi un peu trop que si Napoléon a dû se lancer dans toutes ces guerres, c’est qu’il a été obligé de “reprendre” les guerres déclenchées par la révolution !

          Son ennemi n’était ni la Russie ni la Prusse ni l’Autriche – on imagine mal la Maison Impériale d’Autriche lui donner une princesse comme épouse s’il avait été l’ennemi juré – mais l’Angleterre. Il faut se reporter ici à la longue durée, pas celle de la révolution, mais celle où trois puissances se disputaient âprement la domination de l’Europe occidentale : l’Espagne éliminée du jeu depuis pas mal de temps [qu’on n’oublie pas l’Invincible Armada], restaient la France et l’Angleterre. Napoléon n’avait pas tort en voyant en elle l’ennemi mortel de la France.

          Qu’on ne me fasse pas pour autant entonner un couplet anti-anglo-saxon ! Je considère qu’au XXème et XXIème siècles, les choses ont changé !

            +0

          Alerter
          • Gérard Couvert // 01.12.2014 à 10h55

            Changées, oui mais pas tant que cela.

            Les guerre révolutionnaires provenaient de la coalition des réactionnaires européens ; ensuite à chaque paix (fragiles) les anglais ont attisé les braises ; mais Napoléon à tout de même manqué de sens politique en 1810 notamment.

              +0

            Alerter
            • Spipou // 01.12.2014 à 17h09

              Je ne dis pas qu’il n’ait pas manqué de sens politique, personne n’est parfait.

              Mais ce que je veux dire comme vous, c’est que les critiques sans nuances contre Napoléon sont à mon avis dénuées de fondement.

              Le pire, et que j’ai assez souvent entendu, c’est de comparer Napoléon à Hitler ! Napoléon était un chef de guerre, certes, mais il n’a jamais eu la volonté de massacrer une partie de sa population, ni de celle des autres ! Les morts qu’on peut lui imputer sont celles de la guerre, c’est très différent.

                +0

              Alerter
      • Chris // 01.12.2014 à 13h03

        Je crois que quelque part vous avez raison !
        Je m’explique : début des années 80, j’ai passablement rôdé dans l’Ex-Yougoslavie et découvert la “vénération” des Slovènes pour la France. En effet, Napoléon pour niquer l’Empereur d’Autriche, fut l’instigateur de la première université slovène, après avoir “libéré” le pays. On trouve d’ailleurs une architecture française dans la ville de Ljubljana et une bibliothèque de livres en français d’une étonnante richesse.
        Il a bien essayé en Suisse, mais ces avancées ont été accueillies mollement, du fait d’une démocratie déjà bien ancrée.

          +0

        Alerter
        • Gérard Couvert // 01.12.2014 à 14h44

          En Italie vous trouvez partout des admirateurs de Napoléon et des regrets d’une politique inachevée ; étonnamment ce sont dans les milieux progressistes et néo-fascistes que leurs réflexions sont les plus abouties. La discussion peut facilement s’engager en disant à des Italiens que G. Verdi est né français.

            +0

          Alerter
          • Serge // 01.12.2014 à 17h24

            Je reviens tardivement.Intéressant échange en tout cas .
            Viva VERDI .

              +0

            Alerter
  • Gérard Couvert // 30.11.2014 à 19h00

    Allez donc, vous reprendrez bien une louche de pro-islamisme pour la route ! pitoyable, particulièrement sur un site dont la tenu intellectuelle est grande.
    Certes l’emballage final, “mon dieu que pouvons-nous faire !” masque le “que voulons nous faire ? rien !”
    Mais le début de l’article énonce bien le contexte politique : les exactions des méchants chrétiens envahissants le pays des gentils musulmans …. sauf que, les musulmans en Palestine sont les envahisseurs, d’ailleurs leurs historiens ne s’en cachent pas, et leur conquête fut comme toujours brutale, féroce, terrorisante (leur record : 80 millions de mort en Inde). Et oui, la Palestine est une terre chrétienne, d’ailleurs c’est même là qu’il est né, le christianisme !
    Les croisés ont fait la guerre dans les conditions locales du temps ; faut-il rappeler l’empalement des chevaliers de St. Jean ?

    Je défend l’idée qu’un “Yalta” sino-américano-salafiste est envisageable, dans ce cadre Moscou à raison de rechercher l’appui de Téhéran.
    Cependant la division des chiites et des sunnites peut connaitre des trêves, par exemple pour permettre à l’un des parties d’éliminer un impie, l’occident comme Moscou auraient tord de trop s’appuyer sur leur opposition.

      +4

    Alerter
    • Lesag // 30.11.2014 à 20h24

      Raison probable pour laquelle il ne leur ont pas (encore) vendu de S-300

        +0

      Alerter
    • Spipou // 01.12.2014 à 02h27

      Voici des vérités qui font du bien à entendre, Gérard !

      Il est certain que les américains s’y prennent comme des manches, mais il faudrait quand même rappeler que les terroristes musulmans n’ont pas spécialement besoin d’eux pour exister et pour nuire ! C’est pitoyable de vouloir résumer tout ce qui se passe dans le monde à la main cachée des Etats-Unis…

      L’Etat Islamique a bel et bien pour but avoué d’établir le califat sur terre et d’en éradiquer les infidèles (les américains étant les premiers sur la liste ; en attendant, ils se font la main sur les assyriens et les yazidis), suivant ainsi les préceptes fondamentaux du prophète de l’islam, et il s’y emploie. Qu’on ne sache pas quoi faire contre lui, c’est vrai, mais c’est un fait, et si on m’affirme le contraire, j’aimerais bien qu’on me le démontre avec des faits (qui sont têtus, comme chacun sait).

      Quelques lectures conseillées avant de me contredire sans arguments solides : 1) le coran ; 2) la sirah ; 3) si vous avez quelques années de loisirs devant vous, les haadiths.

        +0

      Alerter
    • Spipou // 01.12.2014 à 02h34

      Mais sur un Yalta incluant les salafistes et Téhéran, je vous trouve bien optimiste ! En ce qui concerne Téhéran, peut-être un jour, si le peuple iranien arrive à se débarrasser de son régime criminel, comme il a essayé de le faire il y a quelques années devant les yeux indifférents du monde entier. (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Allemagne, etc., personne n’a bougé le petit doigt, alors que pour une fois, on avait une véritable chance de faire sauter les mollahs.)

      En attendant cet hypothétique Yalta, Erdogan achète le pétrole de l’EI, c’est déjà un mini-Yalta régional… Merci, cynisme, tu me soulages de ma colère parfois…

        +0

      Alerter
      • Gérard Couvert // 01.12.2014 à 10h25

        Je n’ai jamais inclus Téhéran dans “mon Yalta” ni les Russes mais les Américains (S. Hussein était laïque, Nacer aussi, Ben Ali n’avait pas la koutouba, les pro-sociétiques d’Afghanistan étaient peu friand de mosquées), les salafistes et les Chinois. Le tout contre le reste du monde et particulièrement l’Europe et l’Amérique du Sud.

          +0

        Alerter
        • Spipou // 01.12.2014 à 17h21

          Ah, d’accord ! J’avais mal compris le sens de votre “Yalta” !!!

          Je ne vois pas les salafistes s’allier durablement aux américains ! La Chine peut-être…

            +0

          Alerter
          • Gérard Couvert // 01.12.2014 à 22h06

            Salafistes et américains ont une vison théiste du monde et de l’État.

              +0

            Alerter
            • Spipou // 02.12.2014 à 17h10

              Certes, mais la vision américaine est inclusive de toutes les religions, tandis que celle des salafiste est exclusive de tout ce qui n’est pas islam. C’est inconciliable. La grande majorité des américains, et en tout cas leur dirigeants, dans leur immense naïveté – messianique – ne voit pas cette réalité simple.

              L’Empire Romain avait la même vision inclusive, avec ce bémol que tous devaient reconnaître la divinité de l’Empereur, ce que refusaient de faire les chrétiens, raison pour laquelle ils ont été envoyés à la fosse aux lions. Il serait arrivé la même chose aux salafistes sous les romains, et je vous avoue que même n’étant pas sanguinaire, cette vision me fait sourire !

              Les russes sont beaucoup moins naïfs que les américains, ayant été confrontés aux attaques de l’islam tout au long de leur histoire. Tout en les flattant un peu dans le sens du poil, ils tiennent leurs musulmans sous haute surveillance, et ils ont bien raison…

                +0

              Alerter
            • Gérard Couvert // 02.12.2014 à 22h30

              Bien d’accord avec vous, en ajoutant que les chrétiens étaient de mauvaise fois, en effet la “divinisation” de l’empereur n’avait rien à voir avec leur vision monothéiste ; le culte à l’empereur était une sorte de serment d’appartenance à la romanité.
              Les romains n’auraient pas vu de problème à ajouter Jésus à coté de Mars et Mercure ; ils avaient ajouté des dizaines de dieux aux leurs sans soucis particulier.
              Les Russes et les musulmans c’est un peu comme les pieds-noirs, nous parlons leur langue, nous les connaissons et savons qu’il y a des points sur lesquels il ne faut pas transiger.

              A propos “vive l’empereur !” (le notre à Austerlitz)

                +0

              Alerter
      • Vincent // 01.12.2014 à 13h54

        Pourquoi aurions nous le droit de faire “sauter” les mollahs ?
        N’y a-t-il pas déjà suffisamment d’ingérence dans la politique intérieure de tant de pays souverains ?

          +2

        Alerter
        • Spipou // 01.12.2014 à 17h15

          Parce que c’était (et c’est toujours) la volonté du peuple iranien.
          Parce que les iraniens nous ont appelé au secours lors de la grande révolte, de 2009 si je ne me trompe pas dans les dates. Nous, c’est-à-dire l’occident, les Etats-Unis, le monde entier…

          C’était relativement facile de venir au secours du peuple iranien à ce moment, en privant le régime de produits pétroliers raffinés, puisqu’ils ont détruit toutes les installations de raffinage du temps du Shah (Abadan, qui était à l’époque la plus grande raffinerie du monde).

          En clair : priver d’essence les Bassidji et les Pasdarans. Il n’y avait même pas besoin d’intervention armée. On ne l’a pas fait. Pourquoi ? A cause des contrats pétroliers en buy-back avec les mollahs ?

            +0

          Alerter
  • christiangedeon // 30.11.2014 à 19h59

    J’ai relu trois fois cet article avant de songer à écrire…simpliste pour ne pas dire simplet,et je reste dans les limites de la bienséance.Il vaut mieux tant ma colère est grande. Ce monsieur nous prend vraiment pour des billes… Ainsi l’EI n’est pas un danger…ah bon?! Et puis ces réfrences aux croisades…comme si les Croisades avait surgi ex nihilo… comme si les musulmans n’avaient pas effectué une conquête sanglante…comme si Nicée située à quelques kilomètres de Constantinople n’était pas tombée… et puis quelle référence! Les Croisades vues par les arabes de Maalouf… il a beau avoir les mêmes origines que moi, son “livre ” (mince opuscule sans intérêt et d’une mauvaise foi invraisemblable)…écrit de jeunesse (il fallait bien se faire apprécier des “bien-pensants” n’est ce pas?)…j’en bous encore de colère…sans compter que ce monsieur insulte gravement …les musulmans…eh oui..;en quelque sorte,il les considère incapables d’avoir un plan,un projet de conquête et les moyens et l’envie de mettre ce projet à exécution… et si c’étaient les musulmans qui se servaient des occidentaux…et pas le contraire! hein?! Mais çà,ce M. Bricetbrac n’y pense pas une seule seconde…vous les prenez pour des demeurés,monsieur? ils ne le sont pas…et ils ont un plan..;et la volonté de l’appliquer..;et les moyens de le faire…l’EI n’est pas un danger pour l’Europe??? En quelque sorte,ce monsieur n’ a pas tort pour l’immédiat… le danger réel et immédiat pour l’Europe ou ce qui en reste,ce sont les gens comme lui…ya7mar! (en libanais,çà signifie espèce d’âne!)

      +8

    Alerter
    • theuric // 01.12.2014 à 01h07

      Votre commentaire ouvre bien des perspectives.
      Sachant la complexité que peut prendre le jeu politique, surtout lorsqu’il se conjugue à l’échelle internationale, nous sommes en droit de se poser beaucoup de questions.
      C’est vrai, à l’analyse, le texte de Monsieur Briquemont est remplit de poncifs déjà largement entendus, j’ai failli m’y laisser prendre.
      Alors, la question restante est celle des finalités.
      Mais ce qu’oublie toutes ces personnes d’Amérique, du Proche-Orient et d’ailleurs c’est la folie des européens.
      Certes, l’Europe est un vieillard emplit de la folie de ses conquêtes d’antan, mais plus fou encore est celui réveillant ce monstre endormi.
      Et depuis au moins une décennie j’ai l’impression que tous les peuples se liguent pour le réveiller.
      Ah si nous avions été laissé rêver dans le confort béat d’un Éden économique où même le plus pauvre se prélassait d’un travail convenablement rémunéré, même épuisant, d’une protection sociale suffisante et d’une retraite attrayante, sans que, collectivement, nous ne perdions continuellement la face au-devant de tous.
      Non, il a fallu que l’on nous asticote, nous ruine, nous tourmente, nous harcèle, nous énerve, par jalousie, vengeance, bêtise, bref, que ce démentiel, qui enfin avait trouvé un tant soit peu de repos, soit agacé de tel sorte qu’il s’ébroue au risque de renouer avec ses démons passés.
      Il est vrai qu’il est possible de croire que j’affabule, que les peuples européens sont trop vieux pour rejouer les conquistadores, les belliqueux, les guerriers…
      Mais avez-vous remarqué que dans les deux pays pour qui, il y a peu, l’empire ne voyait jamais le soleil se coucher, renouvellent une natalité qui, bien que pas si remarquable que cela, n’en est pas moins sensible: la Grande-Bretagne et la France?
      N’avez-vous pas remarqué que le mot de révolution trotte derechef dans les esprits et les cœurs?
      Que le sentiment de puissance revient y hanter les peuples?
      Et vous verrez, tout ce qui ne devrait pas se faire se fera comme se fit tout ce qui ne devait pas être fait.
      Ne faut-il être sourd pour ne pas entendre sauter un à un les maillons des chaînes qui nous emmaillotaient dans ce carcan sirupeux du songe U.R.S.S. et U.S.A. qui s’évanouit comme se dissipe le brouillard du matin sous le soleil d’hiver?
      Ne faut-il être aveugle pour ne pas voir ses peuples d’U.E. renouer avec ses vertiges anciens faites de croyances et de gloires?
      Alors si Monsieur Briquemont fit une autre erreur de jugement ce fut celle posée sur sa propre prose, ne comprenant pas la condescendance subtile et inconsciente dont il fit preuve, illustration insoupçonnée d’une rémanence que chacun d’entre-nous se serait bien passé mais qu’au fond de nous-même nous appelons de nos vœux.
      C’est ainsi, l’inconscient social chemine au travers des siècles et attend son heure pour nous laissé son legs, surtout quand des énergumènes s’hasardent méthodiquement d’en libérer tout l’héritage.

        +0

      Alerter
    • Van // 01.12.2014 à 01h38

      le conflit en syrie nest qune gigantesque entreprise d’extermination des population (quelque soit la confession) et de destruction du pays , et les argument religieux ne sont que des prétexte pour voiler les réalités et pour amener des pays serviles du golf a financer cette destruction .

      Ps les musulman ne sont pas un peuple mais des peuples avec de multiple histoire et des différences énorme , il est donc idiot de mettre les actes de certain peuple dans l’histoire sur le dos des autre . jai vu dernièrement la visite du pape en Turquie dans la mosquée bleu dIstamboul cette dernière était leglise saint sophie vielle de 1000 ans transformé par les turque , il est donc claire que cet acte ignoble ne peut etre imputé a d’autre musulman .

        +3

      Alerter
      • Gérard Couvert // 01.12.2014 à 10h52

        Néanmoins les pratiques des divers peuples musulmans ont des similitudes :
        – leur exactions contre ce qui n’est pas musulman (aucun contre-exemple)
        – la férocité de leur conquêtes (aucun contre-exemple)
        – le sous-développement économique suivant leur occupation (il suffit d’attendre)
        – la contrainte civile et intellectuelle (summa dans son ensemble)
        – la régression culturelle (aucun contre-exemple)

          +0

        Alerter
        • Vincent // 01.12.2014 à 13h51

          Oui, on a bien compris que votre cheval de bataille est l’Islam. Mais on n’est pas à Riposte Laïque ici.
          Le sujet de ce mauvais article n’est pas la nature de l’Islam, mais la compréhension de l’intervention de la France, des USA et de d’autres de leurs alliés en Irak et en Syrie.
          Pas la peine d’embrayer sur l’Islam à chaque commentaire non plus…

            +3

          Alerter
          • Gérard Couvert // 01.12.2014 à 14h40

            Vous avez raison, mais je répondais à la fin du message précédent. Cependant il devient patent que dans nombre de problème internationaux l’islam occupe une place en tant que tel, ne serais-ce que parce qu’il “rassemble” un humain sur 5 … et le tiers des réserves d’hydrocarbures.
            Donc avoir une idée juste de ce qu’est ce système politique ne me semble pas totalement dénué d’intérêt. Ensuite comment comprendre les politiques occidentale dans l’E.I. sans percevoir le ressentis et les liens de ces états avec l’islam – l’erreur étant justement de croire qu’il s’agit de relations avec des état musulmans !
            Est-ce que vous auriez discuté de l’URSS sans avoir un minimum d’information sur le marxisme ?

              +0

            Alerter
            • Vincent // 01.12.2014 à 15h31

              Oui je crois qu’on pouvait discuter de la première guerre d’Afghanistan sans pour autant avoir lu Marx.
              Ceci dit il est bon de connaître Marx tout comme il est bon de connaître l’Islam.

                +3

              Alerter
          • Van // 01.12.2014 à 16h46

            le camp qui tien le discoure virulent et hypocrite de la guerre contre la Syrie et le même camp qui stigmatise une religion , chose qui est complétement paradoxale vu que le gouvernement syrien et totalement laïque et défend toutes les minorités religieuse et ethnique , il est d’autant plus hypocrite quau contraire s’allier a larabie saoudite ou la Turquie derdogane qui fait régresser la laïcité , ne pose aucun problème a ces pseudo laïque . ( il est utile de cantonne le débat sur la religion pour éviter toute analyse critique et pertinente de la situation ) .
            il est compréhensible que le gouvernement laïque syrien tracasse ces va en guerre car il met a leau toute l’argumentation religieuse de la guerre des civilisation et qui dévoile une immense supercherie , que plus personne ne crois maintenant .

              +5

            Alerter
            • Gérard Couvert // 01.12.2014 à 22h11

              Erreur, les laïques militants sont favorables, par défaut, à Assad bien que le parti baas soit loin ! en revanche nous sommes de ceux qui avons défendus S. Hussein parce que nous savions que sans lui ce serait pire !
              Evitez d’utiliser le mot “stigmatisé” si vous voulez ne pas être dévoilé trop vite : stigmates et une notion chrétienne réinventés par les incultes islamo-compatibles.

                +0

              Alerter
          • Spipou // 01.12.2014 à 17h46

            Si le billet concerne l’Etat Islamique, je pense qu’il est légitime d’embrayer sur l’islam et sur sa nature, même si on n’est pas sur Riposte Laïque, Vincent !

            Sur l’Ukraine, ça serait sans doute déplacé, mais ici, ça me semble au coeur du sujet. La grande question, au vu des commentaires, c’est “Est-ce que les islamistes ont une volonté propre et se donnent-ils les moyens de l’accomplir, ou sont-ils seulement un prolongement de la politique américaine ?”

            Au vu du foutoir que sont les réponses proposées par les occidentaux, et au vu du financement actuel de l’EI, je pense pour la première hypothèse en ce qui concerne les moyens. Pour la volonté propre, je suis depuis longtemps convaincu qu’ils l’ont.

              +0

            Alerter
  • Serge // 01.12.2014 à 00h35

    Moi aussi,je n’avais pas envie d’intervenir pour ne pas polémiquer car trop de points me hérissent le poil …
    Déjà vouloir réformer l’OTAN (sic) …
    Ensuite cette présentation des croisades avec jugements anachroniques (voir le passé avec la pensée et la morale d’aujourd’hui)/versus l’occultation des conquêtes arabes par le fer et le sang,son lot d’esclavage ,les “barbaresques” etc .
    S’il faut rappeler que le christianisme est né au moyen-Orient ,que la Syrie,l’Egypte et tout le Maghreb étaient chrétiens avant la colonisation arabe ,c’est pénible …

    Bien sûr que l’Arabie Saoudite,le Qatar jouent double jeu ,que les djihadistes salafistes ,qu’ils soient afghans ou de cette région,sont le Golem des EU .Que les chrétiens du moyen Orient sont aussi les premières victimes de la politique criminelle menée par les EU dans cette région ect etc …

      +4

    Alerter
    • Gérard Couvert // 01.12.2014 à 10h29

      Pénible mais hélas inlassablement nécessaire. La désinformation sur tous les sujets ayant traits à l’Islam est permanente, organisée, et massive (voir l’incroyable aveu de Jean Daniel il y a quelques mois)

        +0

      Alerter
      • Spipou // 01.12.2014 à 17h50

        L’incroyable aveu de Jean Daniel ? Qu’a-t-il dit ? Avez-vous un lien vers un article ? Ca m’intéresse !

          +0

        Alerter
        • Gérard Couvert // 01.12.2014 à 22h15

          Je vais vous le retrouver dés que j’ai un moment, en substance il avouait que la prolixe et tolérante Andalousie musulmanes était une fable, que les gens de son bord l’avait inventé sciemment en sachant à quel point cela allait troubler les consciences de gauche mais servirait contre la droite embarrassée. Une sorte de FN avant l’heure.

            +0

          Alerter
          • Vincent // 02.12.2014 à 09h41

            L’Andalousie musulmanes a été “tolérante” pour une région musulmane, c’est certain. Dans ce sens il n’y a pas d’invention.
            Là où il y a mensonge c’est à la fois :
            – en la magnifiant (sur la durée, sur son apport à la culture et à la science occidentale),
            – par omission en jouant sur le mot tolérance, en le prenant sous son acception courante et contemporaine (sorte de principe volontariste d’accepter l’altérité), alors qu’il faut bien le prendre dans son acception classique (accepter de manière temporaire un “mal” si le combattre est plus dangereux).

              +0

            Alerter
            • Gérard Couvert // 02.12.2014 à 10h42

              Que joliment tout ceci est dit !
              Des ilots affleurant dans un océan déchainé !

              http://ripostelaique.com/quand-jean-daniel-reconnait-que-le-paradis-andalou-etait-un-mythe.html

                +1

              Alerter
            • Lesag // 02.12.2014 à 20h29

              Mouai, ça n’a pas duré longtemps. Le comte Roger(futur roi) a joué des clans de musulmans contre les autres. L’idylle que vous décrivez n’a duré que le temps que les chrétiens deviennent clairement majoritaire et c’est parti en vrille. Point de tolérance là dedans, juste du rapport de force. D’ailleurs, beaucoup des notables musulmans qui l’ont aidé l’ont amèrement regretté.
              Cordialement

                +1

              Alerter
            • Gérard Couvert // 02.12.2014 à 22h20

              D’ordinaire les gnangnan encensent la tolérance des musulmans en Sicile, puis on embraye sur les arabo-normands ; c’est vrai que les premiers Normands ont fait perdurer un peu la vie des nobles musulmans, mais cela n’eut qu’un temps, les Grecs et le pape trainaient dans les parages prêts à reprendre la main. En plus il y avait pas mal de séparation etnico-géographique, le trajet Siracuse/Palerme ce n’est pas simple (la plaine des Albanais n’est guère hospitalière). Pour ceux qui auraient le gout de voyage à Scicli il y a une statue de la Jeanne d’Arc Sicilienne.

                +1

              Alerter
  • Moussars // 01.12.2014 à 12h06

    Qu’on m’explique ?
    1- Des hommes qui ne peuvent se déplacer qu’en voiture (la photo en est un symbole);
    2- Un terrain semi-aride, plat le plus souvent, très peu peuplé, aux collines sans arbres (ce n’est ni l’Amazonie, ni le Vietnam ou l’Afghanistan !);
    3- Des armes moyennement sophistiquées dans le meilleur des cas car il faut des experts pour faire fonctionner des armes très modernes, et surtout pour leur maintenance;
    4- Des satellites, des drones, des avions furtifs et des missiles pouvant être tirés même depuis le golfe au sud…
    5- Ressource du pétrole pour payer et acheter des armes efficaces ? A qui l’EI peut-il vendre en quantité ? En bidon (il en faut beaucoup ainsi que de véhicules… repérables) ou par pipe-line qu’on peut facilement détruire ?
    Et on veut me faire avaler qu’en une semaine, l’EI n’aurait pas pu être laminée ? Qu’il suffit d’occuper des puits de pétrole pour en faire la 3ème, 4ème, 5ème, 6ème (allusion aux mensonges maintes fois entendus depuis 15 ans) armée du monde avec ses 20 à 30 000 “soldats” hétéroclites armés de Kalachnikov pour le plus grand nombre ?
    On se moque de nous !!!
    Qui a intérêt à cette situation ? Toujours les mêmes…

      +4

    Alerter
    • Vincent // 01.12.2014 à 15h43

      A mon avis on évite d’abimer les pipelines.
      C’est bien d’avoir des “méchants” pour justifier la guerre, mais de là à foutre en l’air le retour sur investissement, il faut pas pousser. ^^

        +1

      Alerter
      • Van // 01.12.2014 à 20h53

        la preuve que le financement ne viens pas des puits de petrole ou de gaz quaurait controlé lEI , leur destruction par la coalition na pas affaiblie ces terroriste , cette destruction des infrastructure gazière et pétrolière a pour but daneantir toute perspective de reprise des exportation de la syrie après l’élimination des terroriste et de perdre des part des marchés que d’autre pays s’empresse de reprendre volontiers .
        aujourd’hui il ya un manque sur le marché internationale du petrole syrien 350 000 baril/j et maintenant la syrie devient un pays importateur alors quelle était exportatrice , meme constat pour le kurdistan iraquien que les terroriste ont stopper l’exportation de 200 000baril/j et que le ministre du petrole kurd avait declarer quil yaura 1000 000baril/j qui sera en manque dans les prochain mois si la situation sécuritaire saggravait et cela rien que pour le kurdistan iraquien et meme pas pour liraq .
        et donc il ya un manque enorme de petrole sur le marché juste a cause de lEI et ce nest ni dans linteret de la syrie ni pour les kurde ni pour les irakien , je parle seulement économie mais quand tout converge dans linteret dun seul pays qui est en passe de devenir le plus grand exportateur de gaz et pétrole mondial après quil était consommateur alors jai un pti doute 😉 , bon apres si on parle politique sa pourrait expliquer cette guerre virtuelle antiterroriste .

          +4

        Alerter
        • pikpuss // 01.12.2014 à 23h05

          Comme le prix du pétrole a beaucoup baissé peut-être veut-on ainsi remonter les cours… De toute façon, a qui profite le crime…. et vous aurez la réponse…

            +1

          Alerter
          • Spipou // 02.12.2014 à 01h03

            A qui profite le crime ? La Russie ?

            Tant qu’à tenir des raisonnements absurdes, allons-y gaiement !

            Puisque je lis à longueur de commentaires que la baisse des cours profite aux Etats-Unis, et que la Russie en est la première victime…

            Ca ne vient à personne, l’idée que face à un adversaire aussi sanguinaire que l’EI, l’armée irakienne en entier ait pu déserter ? La peur, la trouille verte de se faire découper en morceaux… C’est comme ça qu’au cours de l’histoire, de nombreux conquérants se sont imposés. Je reprends souvent l’exemple de Gengis Khan, mais il est parlant : avec une poignée de cavaliers des steppes, il a pu conquérir Pékin, la ville la plus civilisée d’Asie sinon du monde entier, après avoir fait mourir la moitié de ses habitants. La terreur, dans ces guerres, est la première des armes, avant les armements sophistiqués.

              +0

            Alerter
  • Vincent // 01.12.2014 à 13h43

    Comme beaucoup de commentateurs ici je trouve l’intérêt de cet article assez limité sur le fond, et plus que décevant pour la forme.
    En effet, l’auteur peut sembler assez indépendant et son analyse assez iconoclaste à première vue. Si il a pu dire des choses intéressantes sur des conflits européens dans lesquels il a été engagé, sa position ici est agaçante.

    1) naïveté (feinte ?) sur Obama + diverses ouvertures portes grandes ouvertes.
    2) grande naïveté sur l’OTAN, sa nature et une potentielle réorganisation de celle-ci
    3) l’idée d’une défense européenne lui semble normale. Donc a priori il défend également un gouvernement européen. A moins que pour lui l’Europe est assiégée et qu’elle a un besoin d’une alliance militaire permanente ?
    4) la référence aux croisades avalise totalement le discours du choc des civilisations, particulièrement néo-conservateur : si pour lui on ne devrait pas y aller c’est parce que nos civilisations sont tellement antagonistes qu’elles devraient s’ignorer tant qu’elles ne sont pas des dangers l’une pour l’autre.
    Simpliste à outrance, ignorant volontairement les situations sociales, ethniques, religieuses et politiques complexes de cette région du monde. et tout les enjeux dont nous sommes réellement partie prenante : importations de matières premières, exportations de produits industrialisés, migrations, sécurité (jihadistes européens).
    Encore heureux que ce ne soit pas un va-t-en-guerre, mais bon…

      +1

    Alerter
  • Alexandra // 02.12.2014 à 08h43

    On parle de l’Amérique comme d’un pays composé d’une nation, or ce sont des communautés qui forment cette nation. Il serait intéressant de savoir si ces communautés se sentent prêtes à mourir pour l’Amérique car les cyniques “frappes chirurgicales” ne suffiraient pas. Il est certain que ses élites ont une grande capacité de propagande mais si les Républicains ne sont pas arrivés à prendre la Maison Blanche jusque là, c’est bien parce que Bush a menti pour aller détruire l’Irak déclenchant par ce fait une crise de confiance. De façon générale Il n’est pas certain que les sociétés civiles obéissent à des élites auxquelles elles ne font pas confiance. Menacer la Russie revient à déstabiliser le monde entier et ce sera une explosion de ressentiments et donc d’actes terroristes sans précédant.

      +1

    Alerter
    • Vincent // 02.12.2014 à 09h31

      Pour ça je pense qu’ils auront toujours des volontaires. Sans même parler des aventuriers/mercenaire, aux États Unis d’Amérique, il y a véritablement un culte du drapeau, le sentiment d’être le monde civilisé et juste dans le peuple même.
      Reste à savoir si les restructurations économiques de ce continent (le rêve américain est en train de disparaître sauf pour 0,1 % de la population) vont chambouler leur vision messianique des États Unis…

        +0

      Alerter
    • Van // 02.12.2014 à 15h21

      il faut comprendre que les guerres ont changé , il nest plus nécessaire de mobiliser des millions damericains ni dans les batailles encore moins dans l’industrie d’armement , lamerique est sans cesse en guerre mais le peuple ne s’aperçoit plus de rien si il nyavai pas un rappel de la propagande publicitaire de larmée ,
      la mobilisation des soldat JI par l’armée ne sert qua légitimer la guerre et avoir des soldat lowcost lamerique peut Tout à fait faire des guerre quavec des mercenaires et sociétés privées http://www.youtube.com/watch?v=WrRQsb-b2t4 ,
      le paradoxe davoir des millions de défavorisés dans un pays riche et prospère comme lamerique sexplique par la volenté d’asservir un peuple et de pioché dans ce réservoir des volontaire qui iront se faire laminer pour une pognée de dollars et un concert de beyoncé .
      remise de paine de prison , payement de bourse detude , effacement de détte tout les moyens sont bon pour recruter ils ont méme promit a des étranger la nationalité américaine si ils retournaient vivant de ces guerre http://www.youtube.com/watch?v=2Br_XlUYemU . ils donne meme des prime au recruteur pour chaque soldat enroulé , tout ce fait par l’argent et pour l’argent .
      il ne faut pas sous estimé la bêtise humaine l’armée américaine a de beau jour devant elle .

        +2

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications