Un bel exemple de “l’Histoire sous influence”…

I. Asselineau parle de l’UE au 20 heures….

Écoutez bien ce que dit le journaliste (“Ils ont été payés par la CIA ?” – comme si tout le monde n’agissait que pour de l’argent…) et ce que dit Asselineau a dit le 13 mars :

Je me contente de regarder ça, je n’ai pas fouillé ce que François Asselineau avait dit sur son site – ce n’est pas le sujet à ce stade.

II. Historia communique en retour…

Non, Robert Schuman et Jean Monnet n’étaient pas des agents de la CIA !

Source : Historia.fr, 15 mars 2017

Dimanche soir, sur TF1 au JT de 20h, le journaliste Gilles Bouleau a interrogé François Asselineau, candidat de l’UPR à l’élection présidentielle sur les accusations portées par celui-ci contre ces deux pères fondateurs de l’Europe, reprises sur le site internet de ce parti politique.

Le représentant de l’Union Populaire Républicaine, candidat souverainiste partisan de la sortie de la France de l’Europe, affirme que Robert Schuman et Jean Monnet étaient des agents de la CIA et, pour conforter ses dires, montre à l’antenne un numéro d’Historia daté de mars 2003, n°675.

L’article invoqué porte sur le financement de la construction européenne par la CIA entre 1949 et 1959, en pleine guerre froide, pour contrer l’influence soviétique et le subventionnement du PCF par l’URSS. Mais comme le précise l’historien Eric Roussel, auteur d’une biographie de Jean Monnet éditée chez Fayard, dans un entretien en encadré : « Monnet détestait toute forme de compromissions. (…) Il y a bien eu un soutien financier au Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe par la Fondation Ford, (…) mais cette aide n’avait rien de fastueux. La meilleure preuve, précise-t-il, c’est que le Comité d’action n’a cessé de tirer le diable par la queue. » Il s’agit d’une aide sans contrepartie, car Jean Monnet, insiste-t-il, « a toujours agi en pleine indépendance, politique ou autre. »

L’article indique très clairement que Monnet, en fin connaisseur du monde anglo-saxon n’a en aucun cas accepté à titre personnel les dollars de la CIA. « Compte tenu de sa prudence de Sioux, l’aide américaine à son courant européaniste devra emprunter d’autres voies. En 1956, il se voit ainsi proposer l’équivalent de 150 000 euros par la Fondation Ford. Une offre qu’il décline, préférant que cet argent soit versé au professeur Henri Rieben, un économiste et universitaire suisse pro-européen(…) (Celui-ci) utilisera ces fonds en toute transparence financière pour créer un Centre de recherches européen. »

Laisser entendre que Schuman – qui n’est d’ailleurs pas mentionné dans l’article – et Monnet étaient personnellement stipendiés par la CIA, c’est défigurer la lettre et l’esprit  de cet article pour alimenter les thèses anti-européennes et anti-américaines de son parti. 

La rédaction d’Historia

Un passage de l’article en question : l’argent n’est pas le problème

III… puis agit

Historia a demandé à l’UPR de retirer de son site la reproduction de son article que le parti avait réalisée :

En effet, “pas de bol” :

IV. L’objet du délit : l’article de Rémi Kauffer de 2003

Mais il y avait quoi dans cet article ?

En fait, on peut le lire en archive ici. Je vous encourage à le faire, à en garder une copie et à le diffuser.

Source : Historia, Rémi Kauffer, 01/03/2003

Moments d’Histoire soumis le 01/03/2003 par Rémi Kauffer * dans Mensuel n°675 à la page 42

La CIA finance la Construction européenne

De 1949 à  1959, en pleine guerre froide, les Américains, par l’intermédiaire de leurs services secrets et du Comité pour l’Europe unie, versent l’équivalent de 50 millions de dollars actuels à  tous les mouvements pro-européens, parmi lesquels ceux du Britannique Winston Churchill ou du Français Henri Frenay. Leur but, contenir la poussée soviétique…

A 82 ans, Henri Frenay, le pionnier de la Résistance intérieure, fondateur du mouvement Combat, arbore une forme intellectuelle éblouissante malgré sa surdité de l’oreille droite et sa récente opération de l’estomac. Pourtant, il n’a plus que trois mois à  vivre. En ces jours de mai 1988, il me parle de l’Europe dans son appartement de Boulogne-sur-Seine. De cette Europe fédérale dont il a rêvé en vain entre 1948-1954. De la dette aussi que, en cas de succès, le Vieux Continent aurait contracté envers les Américains, ceux notamment du ” Comité “. Et d’insister une fois, deux fois, dix, tandis que moi, je m’interroge : pourquoi diable ce mystérieux ” Comité ” revient-il à une telle fréquence dans nos conversations ? Pourquoi ? Mais parce que Frenay me confie, avec il est vrai d’infinies précautions de langage, son ultime secret : l’aide financière occulte de la CIA via l’American Committee for United Europe – le Comité – à l’Union européenne des fédéralistes dont il a été le président. Pour reconstituer cette filière inédite, il me faudra une quinzaine d’années. Un jeu qui en valait la chandelle puisqu’il me permet d’ouvrir, pour les lecteurs d’Historia, la porte d’un des compartiments les plus secrets de la guerre froide…

[…]

Comme Jean Monnet, président de la Ceca, Frenay caresse, en cette année 1952, l’idée d’une armée européenne, pas décisif vers l’Europe politique selon lui. L’ACUE approuve chaudement. Prévue par le traité de Londres de mars 1952, cette Communauté européenne de défense comprendrait – c’est le point le plus épineux -, des contingents allemands. Reste à faire ratifier le traité par les parlements nationaux. Frenay s’engage avec enthousiasme dans ce nouveau combat. Pour se heurter, une fois encore, à de Gaulle, qui refuse la CED au nom de la souveraineté nationale et, déjà , du projet ultrasecret de force atomique française, ainsi qu’aux communistes, hostiles par principe à tout ce qui contrarie Moscou. D’après les éléments recueillis par Robert Belot – dont la biographie du chef de Combat devrait sortir ce printemps au Seuil -, Frenay demandera même à l’ACUE de financer l’édition d’une brochure réfutant… les thèses gaullistes sur la CED.

Staline meurt en mars 1953. L’année suivante, Cord Meyer Jr, un proche de la famille Kennedy, remplace Braden à la téte de la Division des organisations internationales de la CIA. Mais 1954 verra surtout cet échec cuisant des européanistes : l’enterrement définitif de la CED. Découragé, Frenay abandonne alors la présidence de l’Union européenne des fédéralistes. A partir d’octobre 1955, les ” amis américains ” reportent donc leurs espoirs sur un nouveau venu, le Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe de Jean Monnet. Lié à Donovan et surtout à l’ambassadeur américain à Paris, David Bruce, un proche de Franck Wisner, Monnet est trop fin connaisseur du monde anglo-saxon pour accepter directement les dollars de la CIA. Compte tenu de sa prudence de Sioux, l’aide américaine à son courant européaniste devra emprunter d’autres voies. En 1956, Monnet se voit ainsi proposer l’équivalent de 150 000 euros par la Fondation Ford. Une offre qu’il décline, préférant que cet argent soit versé au professeur Henri Rieben, un économiste et universitaire suisse pro-européen qui vient d’être nommé chargé de mission aux Hautes Etudes commerciales de Lausanne. Rieben utilisera ces fonds en toute transparence financière pour créer un Centre de recherches européen.

En 1958, le retour du général de Gaulle, radicalement hostile aux thèses fédéralistes, annihile les derniers espoirs de l’UEF et de ses amis américains. Dissolution de l’ACUE dès mai 1960 puis cessation des financements occultes par la CIA s’ensuivent. En douze ans, la Compagnie aura quand même versé aux européanistes de toutes tendances l’équivalent de 50 millions d’euros sans être jamais prise la main dans le sac ! Mais pourra-t-on préserver longtemps le grand secret ?

La première alerte éclate dès 1962. Trop précise sur les financements américains, une thèse universitaire sur les mouvements européanistes doit être ” enterrée ” d’urgence en Angleterre. Ce remarquable travail est l’œuvre du fils d’un camarade de résistance de Frenay, Georges Rebattet, créateur en avril 1943 du Service national maquis. Georges Rebattet, le successeur en 1952 de Joseph Retinger comme secrétaire général d’un Mouvement européen dont il a d’ailleurs assaini pour une bonne part le financement.

Deuxième secousse au milieu des années 60. L’étau de la presse américaine (le New York Times et la revue gauchiste Ramparts ) se resserre sur une des filiales du “trust” Braden-Meyer, le Congrès pour la liberté de la culture où¹ se côtoyaient des intellectuels antitotalitaires européens de haute volée – Denis de Rougemont, Manhès Sperber, Franz Borkenau, Ignazio Silone, Arthur Koestler ou, par éclipses, Malraux et Raymond Aron. Financé par la CIA au travers de la Fondation Fairfield, le Congrès édite en français l’une de ses revues les plus prestigieuses, Preuves. Jouant la transparence, Braden jette alors son pavé dans la mare. “Je suis fier que la CIA soit immorale”, déclare-t-il en 1967 au journal britannique Saturday Evening Post, auquel il confie des révélations sensationnelles sur le financement occulte par la CIA du Congrès pour la liberté et sur le rôle d’Irving Brown dans les milieux syndicaux. Silence radio, en revanche, sur le soutien aux mouvements européanistes, le secret des secrets…

Ultime rebondissement à partir de juin 1970, quand le conservateur anglais pro-européen Edward Heath arrive à Downing Street. A sa demande, l’Information Research Department lance une vaste campagne pour populariser sous le manteau l’européanisme dans les médias et les milieux politiques britanniques. En 1973, l’Angleterre fait son entrée dans le Marché commun ; le 5 juin 1975, 67,2 % des électeurs britanniques ratifient la décision par référendum. Dans ce renversement de tendance en faveur de l’Europe, un homme s’est jeté à corps perdu : nul autre que le chef de la station de la CIA de Londres, Cord Meyer Jr. Ce bon vieux Cord qui remplaçait vingt ans plus tôt son copain Braden à la téte de la Division des organisations internationales de la Compagnie.

Source : HistoriaRémi Kauffer, 01/03/2003

V. Et qu’en pensait de Gaulle ?

Voici ce que de Gaulle disait de Jean Monnet – qui avait été son ministre – et de “l’Europe de Monnet” à son confident Alain Peyreffitte (Source : C’était de Gaulle, Tomes 1 et 2)

Sinon, ceci reste assez d’actualité, non ? 🙂

Bonus sans rapport :

De plus, Constantin Melnik, conseiller du Premier ministre Michel Debré pour la sécurité et le renseignement entre 1959 et 1962 témoigne : « Dulles estimait avoir sauvé l’Europe à travers les contacts avec les politiques. Et il me citait notamment le rôle de Schuman et Monnet. Oui, Schuman et Monnet avaient des liens avec la CIA. » Le Général en concevait de l’agacement : « De Gaulle voulait que les contacts avec la CIA soient concentrés au niveau des services et que les gens de la CIA cessent de voir directement Monnet et Schuman. » (Source : Atlantico, issu de Circus Politicus des journalistes Christophe Deloire et Christophe Dubois) azs

(N.B. : “voir la CIA” ne veut pas dire non plus en être le larbin, juste en être très proche…)

Pour les passionnés, qui parlent bien anglais, lire aussi : OSS, CIA and European unity : The American committee on United Europe, 1948-60 de Richard J. Aldrich

VI. Épilogue

Bien entendu que Monnet et Schuman (frappé d’indignité nationale à la Libération pour avoir voté les pleins pouvoir à Pétain, rappelons-le) n’étaient pas “payés par la CIA”, mais quel est ce délire mis en avant par le journaliste ? On voit l’idée classique : je pose une question avançant un truc débile sur quelqu’un, c’est évidemment faux, et zou, on passe à autre chose en l’ayant blanchi, sans chercher à comprendre plus avant. Encore une belle fabrication d’une No News. Quelle tristesse que ce manichéisme délirant qui empêche systématiquement de percevoir la complexité des situations…

Monnet et Schuman n’étaient pas des “larbins” ; ils avaient simplement des vues qui coïncidaient très souvent avec celles des Américains, de qui ils étaient très proches, et avec qui ils voulaient que l’Europe soit fortement alliée durant la guerre froide – quitte à aller parfois jusqu’à une forme de soumission. Mais les choses sont complexes : il n’y a pas que des patriotes purs et indépendants et des traitres payés par les Américains.

Toute la vision de Monnet est contenue dans cette anecdote racontée par Valéry Giscard d’Estaing, survenue à la fin de sa vie. En 1977, au palais de l’Elysée, Jean Monnet lui dit : « J’ai vu, à votre façon d’agir, que vous avez compris l’essentiel… Oui, j’ai vu que vous aviez compris que la France était désormais trop petite pour pouvoir résoudre seule ses problèmes. »

D’où sa vision du besoin de construire une Europe intégrée pour faire les “États-Unis d’Europe”, alliée avec les “États-Unis d’Amérique”, voire même de tout fusionner pour faire les “États-Unis TransAtlantiques” tant qu’on y est…

On peut combattre cette vision utopique voire délirante – ce qui est mon cas -, sans sombrer dans du n’importe quoi, et en la respectant. Monnet est illustratif d’une génération traumatisée par deux guerres mondiales, dont, à mon sens, la Construction européenne est l’utopie quasi-mystique qui rachètera les péchés des Guerres. Je trouve ça respectable. Complètement erroné et dangereux – c’est pourquoi je la combat -, mais respectable, c’est de la politique. Je dis ceci simplement car, n’ayant pas connu ces guerres, je me sens limité dans ma capacité à trop critiquer les visions politiques de ces personnes.

Et, en effet, Monnet était très proche des Américains et les a aidés à défendre leur vision. Qui est sans doute celle qu’auraient beaucoup d’Européens s’ils avaient dû envoyer leurs enfants 2 fois en 25 ans faire la guerre dans des conflits entre l’Alabama, le Mississippi et le Texas. Vu de très loin, je peux comprendre qu’on ait envie de regrouper tout le bouzin en un seul pays pour limiter les problèmes. Hélas cela se saurait si c’était possible…

Mais comme c’était aussi la vision de Monnet, alors oui “c’était leur homme”. On rappellera qu’il était l’envoyé de Roosevelt à Alger en 1943, où il combattit de Gaulle avant de le rallier et de devenir son ministre. Mais on rappellera aussi qu’il a énormément œuvré aux victoires des deux guerres mondiales ; jusqu’en 1945, il s’emploie à coordonner l’effort de guerre entre le Royaume-Uni et les États-Unis, et John Keynes a dit de lui “qu’il avait abrégé la guerre d’un an.” Lire cet édifiant petit récit de sa vie (un peu hagiographique) par exemple.

Bref, l’Histoire est complexe, comprenons-la (et donc carton rouge à Historia qui ferait mieux de diffuser gratuitement son important article de 2003 – c’est bon, il est amorti depuis 14 ans…) Il faut vraiment revoir le problème des Droits d’auteur dans ce genre de cas. Pour un tel magazine, aussi important, la protection ne devrait pas dépasser disons 10 ans. Traiter ça comme un roman, c’est délirant), ne sombrons pas dans le manichéisme ou le simplisme (on voit qu’on n’arrive déjà pas à comprendre l’Histoire qui se passe sous nos yeux, cf. Ukraine ou Syrie), et surtout ne l’instrumentalisons pas à des fins politiques…

138 réponses à [La No News d’Historia] Oui, la CIA a financé la construction européenne…

Commentaires recommandés

Les-crises Le 20 mars 2017 à 23h50

Eh bien disons que contrairement aux journalistes, je n’ai pas découvert ce sujet ce week-end… 🙂

J’adore l’Histoire, je consulte des milliers de livres, et si les journalistes faisaient bien leur travail, ce blog ferait souvent des études historiques, pour présenter des faits très peu connus, pour ne pas dire occultés. Cela serait bien plus complet que les quelques remarques faites ici, faute de temps.

Après, c’est beaucoup de boulot, oui. Merci à vous tous pour votre fidélité, et votre soutien…

  1. Vive l'Histoire Libre Le 20 mars 2017 à 21h27
    Afficher/Masquer

    Pour information, l’article d’Historia numérisé est disponible ici :

    http://sa.penchak.free.fr/divers/Historia-CIA.pdf

    et le chapitre de Circus Politicus sur la CIA est là :

    http://sa.penchak.free.fr/divers/Circus-Politicus.pdf


    • fanfan Le 20 mars 2017 à 22h51
      Afficher/Masquer

      8/ LES ETATS-UNIS ET LA CONSTRUCTION EUROPENNE (CIRCUS POLITICUS 8/14)
      15 Février 2013 , Rédigé par L’oeil de Brutus (Cette série d’articles visent à faire paraître les notes de lecture de cet ouvrage. Elle n’en dispense nullement de la lecture !)

      http://loeildebrutus.over-blog.com/article-les-etats-unis-et-la-construction-europenne-circus-politicus-8-14-115374321.html


    • Silk Le 21 mars 2017 à 21h37
      Afficher/Masquer

      Oui j’ai pu lire aussi.
      Ainsi que l’intégralité de l’argumentaire de l’UPR et les textes sur lesquels ils s’appuient (d’ailleurs ils traduisent fidèlement sans rien falsifier).
      Mais ils extrapolent et laissent entendre que l’UE ca serait dirigé par la CIA car fondé par la CIA.
      Il y a là un biais …
      Et Olivier a raison : il s’agit plutôt d’un alignement idéologique complet. Leur “cause” : anticommunisme (qui serait une destabilisation complète de l’ordre existant), peur de nouvelles guerre entre pays d’Europe, peur d’une invasion soviétique (en liaison avec l’anticommunisme et la peur d’une déstabilisation interne).
      Il n’y a rien qui puisse dire dans les textes qu’il s’agit d’agents de la CIA : juste des personnes en contact pour les besoins de leur “cause” qui était soutenu par les USA (qui avait aussi des visées moins avouables ;). Ces personnes, pour assurer la réussite de leur cause, ont donc accepté de l’argent US : comme le dit l’UPR, 53% ou 58% de leur budget donc oui, il dirigeait des comités qui recevait de l’argent US.
      Pour autant, ces gens là avait une vision et leur vision corresponsdait exactement à celle des USA (ces derniers ont pu influer mais ils n’ont pas eu besoin de placer des agents, juste de les aider à rester en haut de la pyramide).
      Dès lors ces personnes n’allaient pas refuser des fonds US face à ce qu’ils percevaient comme la menace soviétique et l’alignement des partis communistes sur l’URSS.
      D’ailleurs Historia à remis sont numéro en vente en version démat …
      On peut d’ailleurs voir le même alignement idéologique avec l’Ukraine et la Syrie dans nos médias qui ne sont pas payés pour écrire autant d’inepties …


      • Eric Le 22 mars 2017 à 01h01
        Afficher/Masquer

        Il y a une évidence, qui est un fait. Les américains au moins depuis la seconde guerre mondiale n’avait pas simplement de bonnes intentions pour nous préserver de l’est et du communisme ce qui n’était d’ailleurs qu’un cache sexe. Mais ils avaient surtout de très mauvaises intentions de dominer (pas que l’Europe certes) et donc de nous dominer. C’est bien ce qu’avait compris le général et il s’y opposait en le dénonçant et en lutant politiquement à l’intérieur et à l’extérieur jusqu’au prix, faut-il le rappeler, de sa vie !!! Faut-il rappeler aussi qu’ils ont utilisé des mercenaires dans des dizaines d’endroits dans le monde. Je ne suis pas de gauche mais je pense que les pays de l’est et communistes globalement n’ont pas été belliqueux et guerriers comme les USA, ils avaient déjà beaucoup à faire avec leurs démons internes…


    • Fritz Le 21 mars 2017 à 22h16
      Afficher/Masquer

      Dans son livre de mémoires, Résister (Albin Michel, 1999), Jacques Baumel qualifie Jean Monnet d’agent américain, sans s’attarder. Baumel était un cadre de la Résistance.

      Et voici le livre de référence sur le Congrès pour la Liberté de la Culture, financé par la CIA et organisé par l’agent de la CIA Michael Josselson, personnalité complexe au demeurant : Frances Stonor Saunders, Qui mène la danse ? La CIA et la guerre froide culturelle, Denoël, 2003.

      http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Impacts/Qui-mene-la-danse

      Vu la réaction d’Historia, on peut s’attendre au pire de la part de L’Histoire, la revue de Michel Winock et Cie.


      • Silk Le 21 mars 2017 à 23h38
        Afficher/Masquer

        Non aucun risque, c’est un fait connu et reconnu. On argumentera juste que la menace soviétique le justifiait, et que les soviétiques faisaient pareil.
        Bon l’URSS n’avait pas d’argent et c’était par la conviction que leurs écrivains écrivaient, mais ils diront que c’était pareil et ils parleront du danger de la menace soviétique.

        Mais vous savez maintenant la meilleure arme c’est le silence : si personne ne parle de ce livre, ils n’auront même pas besoin de réagir …


    • Emmanuel Le 22 mars 2017 à 00h05
      Afficher/Masquer

      Pour information, article de Sarwar Kashmeri, prof a Science Po Norwich et reconnu comme expert des relations USA-EU, lui affirme, que Monnet et Schuman sont considérés comme des employés de la CIA, tout comme Evan Ambrose Pritchards dans son article du Daily Telegraph de l’été 2000 republié en Avril 2016 à l’occasion du Brexit

      http://www.huffingtonpost.com/sarwar-kashmeri/european-union-history_b_1966657.html

      http://www.telegraph.co.uk/business/2016/04/27/the-european-union-always-was-a-cia-project-as-brexiteers-discov/


  2. pum Le 20 mars 2017 à 21h29
    Afficher/Masquer

    Bonne dégustation !

    Aux origines du carcan européen :
    https://m.youtube.com/watch?v=EyzcW-bpsp0


  3. RST Le 20 mars 2017 à 22h11
    Afficher/Masquer

    Je n’ai pas encore tout lu mais j’ai une question : Olivier, comment vous faites, tout seul, pour traiter tous ces sujets si différents? Sérieusement, je finis par m’interroger. Il me semble que soit vous êtes un surdoué et un acharné de travail et que vous ne dormez pas …., soit quelque chose m’échappe ???
    A l’occasion, une petite explication sur vos méthodes travail serait la bienvenue pour les fainéants comme moi qui ont du mal à faire une note de lecture en moins de 3 ou 4 h.


    • Les-crises Le 20 mars 2017 à 23h50
      Afficher/Masquer

      Eh bien disons que contrairement aux journalistes, je n’ai pas découvert ce sujet ce week-end… 🙂

      J’adore l’Histoire, je consulte des milliers de livres, et si les journalistes faisaient bien leur travail, ce blog ferait souvent des études historiques, pour présenter des faits très peu connus, pour ne pas dire occultés. Cela serait bien plus complet que les quelques remarques faites ici, faute de temps.

      Après, c’est beaucoup de boulot, oui. Merci à vous tous pour votre fidélité, et votre soutien…


      • CLEMENT Le 21 mars 2017 à 07h37
        Afficher/Masquer

        Bonjour Olivier, votre réponse nous suggère que vous êtes seul mais vous avez bien des collaborateurs qui vous aident tout de même, non !?


        • Les-crises Le 21 mars 2017 à 14h28
          Afficher/Masquer

          oui, bien sûr, UN GRAND MERCI à tous ceux qui aident (traducteurs, butineurs, revues de presse, informatique, modérateurs, etc)


      • smaksing Le 21 mars 2017 à 07h51
        Afficher/Masquer

        Oui, bravo Olivier pour tout ce travail énorme!
        Mais alors, une petite suggestion: lâchez un peu les journalistes! Vous vous battez contre des moulins et pour une cause perdue. Ils se sont décrédibilisés tout seuls, laissez les causer maintenant.
        Des études historiques détaillées sur des sujets peu connus, là vous me mettez l’eau à la bouche! (D’ailleurs j’ai de la chance, je n’ai pas encore lu tous vos articles avec le mot clé “histoire”).


      • Sandrine Le 21 mars 2017 à 09h17
        Afficher/Masquer

        Bonjour Olivier,
        Personnellement, ça m’intéresserait que vous fassiez un billet sur La le rapport Maison-rouge (https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Red_House_Report)
        et/ou sur la censure par Arte du documentaire Le Système Octogone (http://www.dailymotion.com/video/x13azex_le-systeme-octogon-2-2-les-raisons-de-la-censure-selon-arte-serie-debat-les-realites-de-l-investigat_news). J’aimais avoir votre avis, et celui des contributeurs et lecteur du blog sur cette question.
        C’est une affaire qui date un peu mais qui est très révélatrice de l’esprit des temps où nous vivons et du caractère hautement stratégique des faits historiques dans le combat politique.


      • Aurélien Le 21 mars 2017 à 09h22
        Afficher/Masquer

        C’est bien là, le problème Olivier, ça fait 1 an que je m’interesse, à la politique / histoire. Et je me demande ce que font la plupart des journaliste tant c’est leur métier et otant leur ignorance (dans l’ensemble, ce qui est pas le cas de tout le monde) est grande …

        Il y a juste à regarder le programme de la majorité des candidats où 80% ne tient pas la route et / ou incoherent …

        tu regardes Gdg, ou MFG c’est l’impide est claire … (alors que c’est loin et hors contexte).
        tu regardes JLM, Macron, Hollande que dire … c’est navrant.


        • geedorah Le 21 mars 2017 à 15h52
          Afficher/Masquer

          si ton patron était satisfait d’un travail médiocre effectué par ses employés (et qui irait, bien évidemment dans le sens désiré), toi, en tant qu’employé, ferais tu l’effort d’approfondir le sujet que tu traites, voir d’aller à contre courant en fonction de ce que tu aurais trouvé, ou bien te contenterais tu du minimum (aller dans le sens du vent, un tit tour à l’afp et c’est fini en gros 🙂 ) pour le même salaire

          en gros être payé pour un travail léger, et la certitude de rester à son poste encore qq années ou bien faire le job, ce qui peut être éreintant voir psychologiquement dur et risquer d’avoir pole emploi comme futur employeur (non parce que ils doivent se passer le mot entre rédactions, ils se passent déjà les redac chefs ^^)


      • tepavac Le 21 mars 2017 à 10h09
        Afficher/Masquer

        Très bel article qui sur fond dramatique nous livre de façon simple vos sentiments sur le sujet.
        Dommage qu’on ne puisse “plussoyer” sur les Billets car j’aurai doné +++

        Néanmoins je dois rajouter un de ces paradoxes qui fait toute l’ambiguïté de “l’Europe”;
        Il y a bien longtemps déjà que les monarques de notre continent ont remarqué une certaine tendance des populations Européennes à vouloir “une entente entre les peuples et les Nations”, la cause en était le refus des guerres et de se faire trucider au nom de quelques intérêts particuliers et incertains.
        Mais comme souvent en ce monde, il y a toujours un loup, ou une meute de loup, pour “s’immiscer” dans une construction pour en soutirer des intérêts.

        Je remarque après tant d’années, la ressemblance entre le Titisme et les vues du Général De Gaule. J’en comprend mieux l’engouement des populations de l’est de l’Europe pour la Nation Française et par delà, cet antagonisme rampant entre le monde Anglo-saxon et la France . Encore une fois merci pour cet exposé éclairant de notre histoire.


      • stefan poulev Le 21 mars 2017 à 14h10
        Afficher/Masquer

        Certes, en théorie, mais en pratique il faut remarquer que l’Etat a aussi changé de propriétaire(s).
        Ceci dit, vous avez toute mon admiration pour votre oeuvre de dissidence, tellement indispensable.
        J’espère que vous continuiez comme cela sans jamais faillir, le monde (enfin, le vrai) a besoin de vous.


    • isary Le 21 mars 2017 à 08h23
      Afficher/Masquer

      “surdoué” vous demandez vous?Je n’aime pas ce mot terme qui ne permet pas d’appréhender correctement un fonctionnement “différent”.

      Je lui préfère celui de “zèbre” plus largement utilisé maintenant.

      Assurément OB est un “zèbre”.

      Il y a 3 caractéristiques (entre autres) chez ces “animaux” là:Une curiosité sans limite,une intolérance viscérale à l’ injustice et un irrépressible besoin d’aller au fond des choses lorsque leur prend “l’envie” de creuser un sujet.

      Cela permet de comprendre ce que certains ont pu lui reprocher(passez à autre chose avec le décodex)Il faut comprendre que si OB fait bien partie du “troupeau” des “rayés”;il ne PEUT PAS faire autrement …..


  4. Goldoni Le 20 mars 2017 à 22h13
    Afficher/Masquer

    Oui, sur ces aspects de la création de l’Europe A. Lacroix Riz est incontournable. Jean
    Monnet fut l’homme des Américains de l’antigaullisme et de l’anticommunisme.


    • vlois Le 20 mars 2017 à 23h05
      Afficher/Masquer

      Quand on creuse sur Monnet, c’est avant tout un homme d’affaire et un banquier très doué pour la négociation avec tout se que peut comporter sa part d’ombre et sa part d’intérêt dans la forme qu’il veut donner à l’Europe :

      http://www.europe1.fr/emissions/les-histoires-extra-ordinaires/jean-monnet-un-cancre-devenu-pere-de-leurope-2782489

      ” La Prohibition sévit aux Etats-Unis, plus une goutte d’alcool n’y coule légalement. L’ancien commis-voyageur se rendra, mystérieusement, plusieurs fois à Saint-Pierre et Miquelon, un petit bout de France à 1000km seulement des côtes américaines, la plus importante plaque tournante du trafic d’alcool pendant la prohibition. “L’ile au champagne”, comme on surnomme l’archipel à l’époque, un repère de pêcheurs de morues devenus contrebandiers, la base arrière de tous les gangsters d’Al Capone.

      Les Cognacs Monnet seront sauvés. Les poches pleines de dollars, Monnet fondera une banque à San Francisco. Business man international, conseiller financier de Tchang Kai-Chek, le généralissime Président de la première République de Chine, qui disait de Monnet qu’il y avait “quelque chose de chinois” chez lui. ”

      Sa proximité avec Roosevelt est expliquée dans un livre publié aux Etats-Unis dont je n’arrive pas à trouver les références dans mes documents, donc je n’en dirais pas plus pour l’instant.


    • fanfan Le 20 mars 2017 à 23h21
      Afficher/Masquer

      Marie France Garaud : Jean Monnet était un AGENT AMERICAIN (CIA)
      https://www.youtube.com/watch?v=ki3ZNzWd_pc


      • Homère d'Allore Le 21 mars 2017 à 08h09
        Afficher/Masquer

        Marie-France Garaud, avec laquelle l’on peut partager l’essentiel de son analyse, commet une grave erreur.

        Dans cet entretien, elle parle de documents déclassifiés qui donneraient le montant de gages directement touchés par Monnet.

        Or, à ma connaissance, mais je ne demande qu’à être détrompé, ces documents n’existent pas.
        Existent en revanche des documents qui prouvent que les organisations prônant la construction européenne a été grassement financée par l’OSS puis par la CIA.

        Or, c’est sur ce type d’imprécision que peuvent s’accrocher des contradicteurs de mauvaise foi en réduisant le débat à la simple question du personnage Jean Monnet.

        Il faut donc éviter de se baser sur cette déclaration de Marie France Garaud, du moins à la lettre.


        • Les-crises Le 21 mars 2017 à 14h26
          Afficher/Masquer

          Oui, c’est sûr. Elle voulait sans doute parler du montant des financements au associations européistes…


      • DUGUESCLIN Le 21 mars 2017 à 08h48
        Afficher/Masquer

        Il faut rappeler que Marie-France Garaud, conseillère du Président De Gaulle, fut une des premières à aller à Belgrade pour soutenir les serbes contre les bombardements de l’OTAN. Elle a participé à des chaines humaines pour sauvegarder les infrastructures civiles ciblées par les américains.


  5. A. F. Le 20 mars 2017 à 22h18
    Afficher/Masquer

    La conclusion sur l’écriture en 2003 puis l’indisponibilité en 2017 d’un article mettant en cause la CIA est donc qu’entre temps, nous sommes passés en régime d’occupation américaine, alors que nous étions encore (un peu) libres en 2003.


    • gracques Le 21 mars 2017 à 09h50
      Afficher/Masquer

      Heureusement que M BERRUYER évoque très justement la complexité de l’histoire et les’simplifications’ infantilisantes de trop’nombreux .


  6. Caliban Le 20 mars 2017 à 22h23
    Afficher/Masquer

    Merci infiniment pour cet acte de Résistance à la censure.

    Concernant M. Schuman, M. Asselineau, qui s’il n’est ni historien ni journaliste, a la fâcheuse tendance à sourcer les faits historiques qu’il avance, il n’indique jamais à ma connaissance qu’il est un “agent de la CIA”.

    En revanche il affirme que M. Schuman :
    • obéit le doigt sur la couture du pantalon via sa “fameuse déclaration Schuman” à Monnet, auteur véritable du discours. Schuman obéissait donc indirectement aux directeur de la CIA Allen Dulles, qui rétribuait Monnet (documents déclassifiés par la CIA et fournis par M. Asselineau)

    • a échappé de justesse à l’indignité nationale pour son jeu trouble avec l’occupant durant la seconde guerre mondiale (plus exactement il aurait tenté de rencontrer Hitler avant l’entrevue de Montoire). Il a dû son secours qu’à l’intervention de de Gaulle qui souhaitait se ménager les bonnes grâces des Chrétiens-démocrates.


  7. Pythos Le 20 mars 2017 à 22h25
    Afficher/Masquer

    Merci pour ce papier. Le révisionnisme des médias sur ce sujet est inadmissible, tout comme la censure dont font preuve certains candidats à la Présidentielle.
    Mensonges et censure sont le pain (ogm) quotidien des français. Incroyable que personne ne réagisse ! La manipulation est enooorme.
    Il est assez évident qu’il faut agir rapidement pour sortir de l’Europe… que faut il de plus pour que les gens comprennent ce qu’il se passe ?


    • Bernie Le 21 mars 2017 à 22h39
      Afficher/Masquer

      Tout qui réagira sera sans coup férir taxé de complotiste.

      La réaction de historia est logique: ils veulent garder la pastille vergé du décondex .


  8. yann 35 Le 20 mars 2017 à 22h26
    Afficher/Masquer

    ben, de mon côté, j’ai acheté ” l’histoire mondiale des services secrets” dudit Rémi Kauffer (sacrée pub pour lui !) et je m’en régale par petites tranches ! Je crois que nous vivons une situation palpitante où nous voyons les médias aux abois tenter par tous les moyens de camoufler leurs compromissions dans la rédaction d’un grand roman européen … seulement leurs méthodes semblent assez peu adaptées au monde moderne 2.0 et produisent l’exact contraire de l’effet recherché. Savourons donc ce renouveau démocratique !


  9. brok Le 20 mars 2017 à 22h30
    Afficher/Masquer

    Pourquoi mon commentaire ne passe pas ?

    le voici de nouveau !

    Bravo Olivier, good job comme disent nos “amis” d’outre-atlantique !
    Vous allez encore prendre des points avec les gens du deconex…
    On comprend maintenant pourquoi François Asselineau à été boycotté pendant dix ans par les médias !

    “Pour finir, il est utile de préciser que le propriétaire de la société Sophia Publications (et donc d’Historia) est, depuis juin 2016, l’industriel et homme de presse Claude Perdriel, soutien officiel de la candidature d’Emmanuel Macron.” selon le site de l’upr…


  10. Carlos Le 20 mars 2017 à 22h31
    Afficher/Masquer
  11. Enfait Le 20 mars 2017 à 22h33
    Afficher/Masquer

    Déjà ne confondons pas agent et employé de la CIA. Un agent c’est quelqu’un qui travail en coordination avec un agent traitant (ici de la CIA), pas forcément payé, donc.

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/1356047/Euro-federalists-financed-by-US-spy-chiefs.html

    “The leaders of the European Movement – Retinger, the visionary Robert Schuman and the former Belgian prime minister Paul-Henri Spaak – were all treated as hired hands by their American sponsors.”

    i.e “Robert Schuman” “treated as HIRED HANDS by their American sponsors”

    Donc Robert était loin d’être un homme autonome. Il était bien un agent – au sens stricte – de la CIA. Volontairement ou non, c’est un autre débat et on a rien dit de plus.

    Le seul truc qu’on peut conclure c’est “l’Union européenne ne peut pas faire contrepoids aux États-Unis, donc, puisque ceux-ci y sont favorable.” Ce qui détruit le mythe : “l’Europe nous permet d’exister face aux […] ”

    C’est tellement vrai que le journaliste européiste de Libération, Jean Quatremer, rapporte le propos de l’ambassadeur des USA sous l’administration Obama :

    source: http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2017/02/01/etats-unis-vs-union-europeenne-nous-serons-seuls-au-cours-des-prochaines-annees/

    “« Il faut reconnaître que c’est totalement incompréhensible, car on ne comprend pas quel est l’intérêt des Etats-Unis dans l’éclatement de l’Union et de son marché unique ou dans l’isolationnisme commercial », s’interroge ainsi Anthony Gardner, l’ambassadeur américain à Bruxelles jusqu’au 20 janvier.”


    • tepavac Le 21 mars 2017 à 10h30
      Afficher/Masquer

      Ne pensez vous pas que la façon dont est “organisée” l’Europe soit de nature à en faire un dégout pour les populations?
      Car avouons-le, tout ce qui est fait par ces “politiques” est de nature contraire à nos sentiments;
      non-respect de la démocratie, immixtion dans les processus sociaux, violation des référendums, appauvrissement de certains pays, et surtout déconstruction des États et de leur développements communautaires….
      La liste est longue de tout ce qui est contraire à notre éthique et aux souhaits communément partagé par les Européens, mais pas seulement.


  12. brok Le 20 mars 2017 à 22h34
    Afficher/Masquer

    Bravo Olivier, good job comme disent nos “amis” d’outre-atlantique !
    Vous allez encore prendre des points avec les gens du deconex… 😉
    On comprend maintenant pourquoi celui dont il ne faut pas parler à été boycotté pendant dix ans par les médias !

    “Pour finir, il est utile de préciser que le propriétaire de la société Sophia Publications (et donc d’Historia) est, depuis juin 2016, l’industriel et homme de presse Claude Perdriel, soutien officiel de la candidature d’Emmanuel Macron.” selon le site de ce parti


    • Les-crises Le 20 mars 2017 à 23h46
      Afficher/Masquer

      oui, mais bon, il ne faut pas tout ramener en permanence au propriétaire – il ne vous a pas échappé que la situation n’est guère meilleure sur le “service public”

      c’est un problème de mentalité et de comportement des journalistes…


      • LBSSO Le 21 mars 2017 à 08h05
        Afficher/Masquer

        Je vous remercie d’avoir rédigé ce billet concernant l’ épisode Historia/UPR (ainsi que les commentateurs qui nous avaient avertis): grâce à la notoriété du blog,on peut penser que plus nombreux seront ceux qui approfondiront cette question.
        Toutefois , je ne partage pas entièrement votre réponse faîte à @Brok.En effet:
        -ce n’est pas parce que le “service public” ne fait pas son travail sur cette question que le propriétaire d’Historia n’a pas joué un rôle.Certes,celui-ci peut être indirect comme vous l’avez souvent analysé par ailleurs (choix de l’équipe éditoriale par ex.).
        -“le service public” appartient à l’Etat.Celui-ci est européiste.Aussi, soit le journaliste se retrouve dans ce “moule” soit il s’autocensure.Vous avez souligné à plusieurs reprises la situation de précarité de cette profession.
        -de mémoire cet article est sur le site de l’UPR depuis au moins 3/4 ans.Or c’est au moment de la candidature de FA qu’une mise en demeure lui est ,par coïncidence bien sûr, adressée.
        Qu’il s’agisse de Sophia Publications ou de l’Etat , le propriétaire (malheureusement) influence, formate ou impose un comportement aux journalistes , pas tous rebelles et/ou curieux ,je vous rejoins sur ce point.


        • Homère d'Allore Le 21 mars 2017 à 18h56
          Afficher/Masquer

          Dans la biographie de Jean Monnet écrite par Eric Roussel, page 734 :

          ” Le problème qu’il y avait entre Monnet et le général de Gaulle, c’était les États-Unis, ce n’était pas l’Europe, affirme Couve de Murville.
          Il n’avait pas à suspecter Monnet, il n’avait qu’à constater. (…) Dès les origines, il (Monnet) à voulu réaliser une Europe bien unie aux États Unis et par conséquent bien dépendante d’eux.
          Il ne s’en est jamais caché. C’était l’essentiel !”


          • LBSSO Le 21 mars 2017 à 20h30
            Afficher/Masquer

            😉

            Quand de Gaulle déclara unilatéralement ,le 13 janvier 63 que les négociations avec la GB avaient échoué ,quand le traité franco-allemand fut signé 9 jours plus tard ,Monnet fut littéralement hors de lui « je n’ai jamais vu Monnet dans cet état de fureur comme si l’on avait commis un sacrilège : rompre avec la GB, amener l’Allemagne à traiter avec la France après cette rupture, ne tenir aucun compte des avertissements et des positions des américains !Je n’ai jamais vu Monnet davantage en colère qu’à ce propos-là. Il faut croire que le “crime” était grave. »

            Interview de Couve de Murville par Antoine Marès en 1984
            (Jean Monnet, l’Europe et les chemins de la paix: actes du colloque de Paris . Gérard Bossua p386 ; dispo sur internet)


      • PhiDel Le 21 mars 2017 à 09h53
        Afficher/Masquer

        “Guerre meilleure” vraiment…! Olivier ?? Voilà ce que nous pourrions considérer comme un parfait lapsus qui confirmerait l’ambiance guerrière de ces dernières semaines….! De tout cœur avec vous!!


        • LBSSO Le 21 mars 2017 à 11h14
          Afficher/Masquer

          Les lapsus en période de tensions peuvent se multiplier et être révélateurs.Un autre qui s’intrègre bien à ce billet:

          Transcription de l’émission du 19 03 « C Polémique »

          -Bruce Toussaint (journaliste) : « Eric Fottorino, il est passé où le rêve européen ? Plus personne n’en parle ».
          -EF (ancien Directeur du Monde et fondateur de ” l’ 1″ ) : (…).Le rêve européen c’est la Mitteleuropa,c’est Stefan Sweig,c’est Claudio Magris.C’est d’abord un rêve culturel le rêve américain (sic, il se rend compte de son erreur,en sourit et reprend),..le rêve européen, pas le rêve américain ”
          http://pluzz.francetv.fr/videos/c_polemique_saison1_,155094231.html (à 22mn)

          Eric Fottorino est co-fondateur du journal « Le 1 » avec 3 personnes dont Henry Hermand ,mécène décédé d’E Macron.


      • VAZY Francky Le 21 mars 2017 à 10h25
        Afficher/Masquer

        Hélas, j’abonde dans votre sens. Pour avoir participé à quelques conférences de science po et de quelques écoles de journalisme renommées, j’ai pu constater l’évolution dans le discours journalistique ainsi que dans le pseudo milieu intellectuel français, où l’on massacre les principes de la charte de Munich du journalisme – qui selon moi devrait être constitutionnelle et appliquée aussi bien aux journalistes qu’aux politiques – au seul profit de la médiocrité idéologique et émotionnelle.

        En fait, tout ce petit monde est persuadé que pour vendre des idées ou des faits, il faut qu’ils soient surjoués, parfois éclatants, systématiquement en mode buzz. Or, c’est précisément cette accumulation de sensationnel qui nous détourne du sujet, bien plus que toutes les manipulations de masse qui ne trompent encore que les plus faibles…


        • Fletch Le 21 mars 2017 à 15h37
          Afficher/Masquer

          Ces grandes manipulations fonctionnent encore très bien pour une bonne part de nos concitoyens.
          Parfois j’ai l’impression que l’entre-soit de l’Internaute nous rend trop optimiste.


  13. Caliban Le 20 mars 2017 à 22h34
    Afficher/Masquer

    M. A. n’a jamais affirmé à ma connaissance que M. Schuman était un agent de la CIA. En revanche :
    • il affirme que M. Schuman a échappé de peu à l’indignité nationale en 1944, sauvé par de Gaulle
    • et prouve que M. Monnet a été payé par la CIA (document déclassifié à l’appui)

    Ajoutons que son “tableau de chasse” ne s’arrête pas à ces deux Français et qu’il indique que le premier Commissaire européen était un juriste émérite du régime nazi, qui a été exfiltré par les Yankee avant de revenir enseigner en RFA puis de rédiger les textes organiques de la CEE.

    Ce qui dérange le plus n’est pas l’immoralité de ces personnes. C’est le fait que le récit historique enseigné à nos chères têtes blondes est mensonger. Que toute la construction européenne repose sur un mensonge, qu’elle n’est qu’une histoire de bobards et de traitres.

    ps : serait-il possible de supprimer le filtre relatif au patronyme du Président de l’UPR ?


  14. Lysbeth Levy Le 20 mars 2017 à 22h48
    Afficher/Masquer

    Oh bien c’est incroyable cette censure alors que c’est reconnu depuis si longtemps par de nombreux auteurs, journalistes d’investigation, historien-ne-s dont Annie-Lacroix Riz et aussi a travers quelques propriétés comme le chateau de Morinie a Lens ou Irvin Brown avait ces quartiers :http://www.morinie.com/Oreiller_2.pdf Selon aussi l’émission “Rendez vous avec X” qui a beaucoup parlé de faits cachés. Non seulement la création de l’Union européenne sous le chapeau américain mais l’influence de la culture, et sur la décision de subvertir l’élite, une certaine jeunesse a travers les bourses Fulbright, Rockfeller, Young Leaders..Historia a dû être contacté et forcé d’accepter ce deal. Tant pis car on peux acheter le numéro sur bien des sites. Et lire tous les livres historiques en lien avec ces faits avérés. http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/1356047/Euro-federalists-financed-by-US-spy-chiefs.html Si on traite Asselineau de complotiste et bien il y a bien plus que lui


    • Alfred Le 21 mars 2017 à 21h06
      Afficher/Masquer

      Oui tout ceci me rappelle les voeux présidentiels où Hollande déclarait que si l’Iran obtenait la bombe atomique cela inciterait les états de la région dont Israël à avoir à leur tour la bombe…. Alors que j’avais appris au collège qu’Israël possède la bombe. Mais les journalistes n’avaient pas l’air au courant.
      On assiste quand même à un grand bond en arrière où l’histoire est re écrite sous nos yeux et la censure se développe de façon exponentielle. Flippant.


  15. Sandra WAGNER Le 20 mars 2017 à 22h48
    Afficher/Masquer

    Il faut dire aussi que résumer cet épisode historique en quelques secondes et surtout avec une question aussi mal ficelée c’était loin d’être facile pour FA qui a d’ailleurs tout expliqué en détails sur son site.

    Merci en tout cas pour ces compléments d’information. Toujours très instructif votre site web que je soutiens à 100%.


  16. LBSSO Le 20 mars 2017 à 23h12
    Afficher/Masquer

    Affaire Volkswagen : un site internet américain étrangement modifié.

    “La Climate Works Foundation, le principal financeur de l’ ICCT(=l’ONG US qui avait pris l’initiative de l’enquête en 2013), reçoit des subventions de la Ford Foundation. L’existence de ce lien justifierait à elle seule une véritable investigation. (De plus ), la page d’accueil du site du CAFEE(=Center for Alternative Fuels Engines and Emissions de l’Université de Virginie Occidentale qui réalisa les tests sur 3 véhicules) a subi des changements importants au cours des deux dernières années.Le 27 02 2014, on y lisait que le CAFEE conduisait des recherches pour une variété d’entreprises et d’organisations, dont les constructeurs Ford et General Motors. Cette information était encore présente le 1 01 2016. En revanche, elle a été supprimée le 8 02 2016. On ne trouve plus aucune mention des deux constructeurs américains sur le site”.
    http://www.ege.fr/download/affaire_volkswagen_GE2016.pdf


  17. Fred Le 20 mars 2017 à 23h14
    Afficher/Masquer

    On peut par contre trouver l’article du Daily Telegraph. Pour le trouver, tapez “Euro-federalists financed by US spy chiefs” dans votre moteur de recherche.


  18. olivier Le 20 mars 2017 à 23h16
    Afficher/Masquer

    Bravo,ça fait plaisir olivier,L’article – basé sur des archives déclassifiées – d’Ambrose Evans-Pritchard « Des fédéralistes européens financés par des chefs de l’espionnage américain » (Daily Telegraph, 19 septembre 2000):https://www.upr.fr/actualite/europe/des-federalistes-europeens-finances-par-des-chefs-de-lespionnage-americain


  19. clauzip Le 20 mars 2017 à 23h17
    Afficher/Masquer

    Ce que je connaissais de Monet est sa position de très proche conseiller du président des USA(il en avait trois)
    MONET était un homme d’affaires qui les a menées d’une manière très efficace en jouant semble t il sur les deux plans:privé et officiel
    Ce n’était pas selon ce que j’ en ai retenu,une personalité avec grand caractère.

    la lecture cidessus m’amene a des doutes plus grands.


    • olivier Le 21 mars 2017 à 00h09
      Afficher/Masquer

      Robert Schuman n’était pas en reste!(voir mon lien ci-dessus)


    • kriss34 Le 21 mars 2017 à 08h00
      Afficher/Masquer

      Laissez les peintres tranquilles! Monnet avec deux “n” svp, comme la monnaie, pas si dur à s’en souvenir.


  20. Frédéric Le 20 mars 2017 à 23h20
    Afficher/Masquer

    Moi aussi je remercie chaleureusement Olivier pour l’énergie qu’il nous donne sous forme d’information, car l’information c’est de l’énergie cristallisée, prête à être libérée, et c’est très précieux.


  21. Vince Le 20 mars 2017 à 23h26
    Afficher/Masquer

    http://www.telegraph.co.uk/business/2016/04/27/the-european-union-always-was-a-cia-project-as-brexiteers-discov/.
    Et vous êtes aussi très gentil!!!! Même si c’est par vision que monnet et schuman ont accepté d’être financé par un pays étranger, vu leurs responsabilités, cela reste à l’époque de la haute trahison. Au même titre que les communistes qui percevaient de l’argent de l’urss.


    • Politzer Le 21 mars 2017 à 00h55
      Afficher/Masquer

      Avez vous des preuves de l argent de Moscou. Je suis interessé par la connaissance des sources uniquement. Merci d avance.


  22. JC Le 20 mars 2017 à 23h28
    Afficher/Masquer

    Si quelqu’un a du talent pour pondre de belles définitions de novlangue, il faudrait vraiment un slogan sur “complotisme”.
    Le complotisme, c’est tenir compte des énormes services de renseignements impériaux américains ou israéliens (voire anglais allez) et de leurs actes dévoilés par les archives déclassifiées, les lanceurs d’alerte, les journalistes d’investigation.
    Si vous parlez du renseignement turc, russe, pakistanais, belge, saoudien, etc., ça va, c’est pas du complotisme.
    Mais donc en fait, il FAUT être complotiste ! Je croyais que c’était une insulte, alors qu’en fait, c’est plutôt un gage de lucidité.

    Au pire, y’a quoi de si horrible que de trouver des employés de l’immense pieuvre nommée CIA ? C’est le jeu ! C’est comme parler de l’opération Paperclip, de l’accord Haavara, le vrai jeu n’est pas un conte de fée, il y a des coups d’avance, des intérêts cachés, bref des coulisses qui complexifient ce qu’on essaye de faire passer pour un spectacle simpliste où il est normal et facile de suivre une pensée unique !


  23. Crapaud Rouge Le 20 mars 2017 à 23h37
    Afficher/Masquer

    Un halluciné ce Monet ! D’après un documentaire diffusé dimanche sur la 5, et confirmé par Wikipedia, (https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_franco-britannique), il avait concocté en juin 40 une union franco-britannique pour éviter que la France ne signe une paix séparée avec l’Allemagne, ce qu’interdisait un traité signé avec les Anglais. Son idée avait été acceptée par Churchill mais Paul Reynaud l’a refusé, (ou n’a pas su la faire accepter). Il était question d’une “union fusionnelle des deux pays en une seule nation, avec la formation d’une armée unique et d’un parlement unique, ainsi que la mise en commun des ressources naturelles.” Dans ses mémoires, de Gaulle dit que ce n’était pas sérieux à long terme, mais qu’il y avait vu un moyen de redonner espoir aux Français.


    • gracques Le 21 mars 2017 à 10h01
      Afficher/Masquer

      Ce projet n’était qu’une réponse politique désespérée a la situation militaire française …..
      Après Dunkerque , il fallait montrer que les Anglais ne nous abandonnaient pas et que comme en 14 , seule ‘une partie du territoire commun’ était sous occupation militaire …..
      Il s’agissait simplement d’éviter une solution à la Pétain , un pouvoir politique en France ‘collaborant, avec l’Allemagne.


  24. Yannick Le 21 mars 2017 à 00h29
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Je ferais remarquer une chose étrange. Comme par hasard, Asselineau sort le magazine comme s’il était au courant de la question. Je ne sais pas s’il se balade avec le magazine constamment mais dans le peu de documents qu’il a à sa table, et hop, il sort le magazine. Qu’il y fasse référence, je veux bien mais qu’il sorte le magazine là comme cela, cela fait préparer… Étrange.


    • Subotai Le 21 mars 2017 à 17h38
      Afficher/Masquer

      Normalement ils connaissent les questions.
      Quand le questionneur est complaisant, il s’en tient là, voire glisse des choses facilitant le développement des propos de l’invité.
      Quand le questionneur est hostile, il glisse des peaux de bananes et/ou pose des questions non prévues ou suivant un angle difficile pour l’invité.
      Les invités sont généralement “prévenus” (pas né de la dernière pluie) et eux aussi se préparent et préparent des contres attaques inattendues…


    • pythos Le 22 mars 2017 à 11h38
      Afficher/Masquer

      Dans la vie, il n’y a pas de hasard !
      La question de la construction européenne est centrale dans le programme de François Asselineau qui connaît le sujet mieux que personne, je vous renvoie à son excellentissime conférence : “Qui gouverne la France?”
      Comme il était archi prévisible qu’il serait interrogé sur cette question, il a eu l’intelligence de s’y préparer de la meilleure façon, en reprenant notre presse nationale.
      Lorsque François Asselineau dit en substance la même chose que ces médias, il est taxé de “complotisme” pour le disqualifier !
      Un mot concernant cette notion de “complotisme” dont la définition est la suivante : “étiquette donnée à toute personne qui dit ou recherche la vérité pour le faire passer pour un fou afin de faire bouffer à tous les mensonges et les manipulations des médias”.
      Le système dans lequel nous nous trouvons est des plus pourris et manipulé. Nous devons et nous pouvons en sortir mais il faut agir collectivement TRES rapidement.


  25. Eric Le 21 mars 2017 à 02h10
    Afficher/Masquer

    Merci encore!

    Mais je remarque que notre Général Charles De Gaule était aussi un prophète d’une certaine manière ! En effet en lisant mon attention a été attirée par :
    “Dans tous les pays sous développés, ils (les américains) ont la tentation de s’appuyer sur les planches pourries qui leur sont favorables — et d’autant plus favorables que ce sont eux qui les ont pourries — plutôt que de s’appuyer sur des régimes durs, issus d’une véritable volonté populaire; car ces régimes là, ils les craignent.”

    J’ai l’impression de l’entendre parler d’al-qaïda, d’al-nosra (qui fait du bon boulot!) de l’ei, de daesh… et aussi de secteur droit, svoboda en Ukraine… bref de toutes les planches pourries que washington a pourries
    [modéré]


  26. Kiwixar Le 21 mars 2017 à 02h12
    Afficher/Masquer

    Je pense que c’est une erreur de parler de ça en période électorale. Que les Américains aient souhaité unir l’Europe de l’Ouest pour éviter une nouvelle guerre continentale, ou contre l’URSS… eh bien tant mieux. Qu’ils aient eu d’autres désirs plus égoïstes (avoir un retour sur investissement), ça tombe sous le sens. Qu’ils aient utilisé des opportunistes, des naïfs ou des traîtres, ben oui : c’est le boulot d’attaque de la CIA d’un côté, et défensif du SDECE/DGSE/DCRI de l’autre.

    L’UE, c’est comme un CANCER. C’est bien beau d’essayer de savoir comment on a attrapé ça (“aurais-je dû moins fumer, manger moins sucré, faire du sport?”), mais la première question doit-être : comment se soigner! Comment se débarrasser de ça. Une fois guéris (hors de l’euro, hors de l’UE, hors de l’Otan), les historiens, philosophes et bloggeurs pourront creuser pour voir :
    – comment on a attrapé ça
    – comment on a laissé métastaser ça d’un projet noble à une tyrannie technocratique
    – comment éviter que ça survienne à nouveau (Constituante citoyenne avec garde-fous)


  27. Garibaldi2 Le 21 mars 2017 à 02h29
    Afficher/Masquer

    A LIRE :

    Frédéric Charpier “La CIA en France” (Le Seuil), cité par V. Nouzille sur http://collectif.pcf17.pagesperso-orange.fr/an08/Publication/CIA_ar.htm


  28. Kiwixar Le 21 mars 2017 à 02h57
    Afficher/Masquer

    Je pense que c’est une erreur de se soucier, en pleine campagne électorale, de l’origine de l’UE. Bien sûr que les Américains étaient pour, ont oeuvré pour que le continent s’unisse, contre la guerre, contre l’URSS, pour leur bénéfice (avec retour sur investissement). Ils se sont appuyés sur des naïfs, des traîtres, des opportunistes, et il sera très difficile de faire le tri.

    L’UE, c’est comme le CANCER. Avant de se soucier de comment on l’a attrapé (“trop fumé? mangé trop sucré? pas assez de sport?”), il faut se soucier de comment se soigner, et se guérir. Les médias pointent le doigt sur la controverse (Monnet, Schuman) pour éviter le débat sur ce qui est important : sortir de l’euro, sortir de l’UE, sortir de l’Otan.

    Soignons-nous, guérissons, ôtons notre démocratie et notre avenir des serres de ces technocrates apatrides… On discutera de comment on a attrapé ça plus tard, en tâchant de trouver un moyen (Constituante Citoyenne) pour éviter ça se reproduise.


  29. Kiwixar Le 21 mars 2017 à 03h18
    Afficher/Masquer

    Je pense que c’est une erreur de se soucier, en pleine campagne électorale, de l’origine de l’UE. Bien sûr que les Américains étaient pour, ont oeuvré pour que le continent s’unisse, contre la guerre, contre l’URSS, pour leur bénéfice (avec retour sur investissement). Ils se sont appuyés sur des naïfs, des traîtres, des opportunistes, et il sera très difficile de faire le tri.

    L’UE, c’est comme le CANCER. Avant de se soucier de comment on l’a attrapé (“trop fumé? mangé trop sucré? pas assez de sport?”), il faut se soucier de comment se soigner, et se guérir. Les médias pointent le doigt sur la controverse (Monnet, Schuman) pour éviter le débat sur ce qui est important : sortir de l’euro, sortir de l’UE, sortir de l’Otan.

    Soignons-nous, guérissons, ôtons notre démocratie et notre avenir des serres de ces technocrates apatrides… On discutera de comment on a attrapé ça plus tard, en tâchant de trouver un moyen (Constituante Citoyenne) pour éviter ça se reproduise.


    • camille_grange Le 21 mars 2017 à 13h10
      Afficher/Masquer

      Bonjour,

      je comprends ce point de vue mais ne suis pas forcément d’accord.

      1) cela permet de comprendre les lignes de forces d’un projet dans le temps : qui et pourquoi
      2) cela permet de ne pas se limiter à une mono explication : les USA, lorsque d’autres acteurs viennent se surajouter.
      3) cela permet de voir que les principes qui articulent ces acteurs sont exactement les mêmes qu’actuellement. La situation n’est pas un copié collé mais les mécaniques sont les mêmes. Exemple : les (pluriel souligné) positions de la SFIO (devenu PS) dans l’entre deux guerres, durant la guerre et après guerre puis maintenant ont un fil rouge et des divisions récurrentes non résolues.

      Donc c’est très utile pour les esprits actuels de dénouer une pelote de laine. Cela leur sert pour répondre aux arguments des défenseurs qui eux aussi une origine ancienne. Enfin ça leur permet de se servir de ce type d’approche pour faire des passerelles avec d’autres questions.
      Nous sommes mues par des choses anciennes qui souvent ne nous sont pas conscientes.

      Je fais court pour ne pas alourdir.

      Cordialement.


  30. Incognitototo Le 21 mars 2017 à 04h00
    Afficher/Masquer

    Je ne sais pas quoi penser de ce genre de “révélation” et je ne vois pas ce que cela apporte de plus aux différents débats en cours. C’était une époque comme ça. Les européistes financés par la CIA, le PCF par Moscou (à quand un schéma de leur système de financement occulte, beaucoup plus difficile à réaliser parce que beaucoup passaient par des “valises”), et tant d’autres par les différentes forces qui voulaient (et veulent toujours) gouverner et dominer le monde.
    Bien sûr, le fond du problème est toujours d’où vient l’argent. Bien sûr, l’exigence de l’indépendance est fondamentale. Bien sûr, c’est important de savoir d’où l’on vient pour savoir où on va, et où on voudrait nous conduire….
    Cependant, ça n’explique pas tout et surtout ça n’est pas parce que de l’argent occulte a financé des idées politiques que cela invalide de facto ce qu’elles défendaient.


    • Incognitototo Le 21 mars 2017 à 04h01
      Afficher/Masquer

      (suite et fin)

      Personnellement, je m’interroge beaucoup plus pour savoir pourquoi notre système politique français n’engendre plus d’hommes et de femmes intègres, comme ont pu l’être un de Gaulle et bien d’autres à son époque. Ou encore pourquoi l’électorat persiste à réélire des gens qui ont échoué en tout. Ou encore pourquoi cet attachement à des “recettes” politiques (aussi bien de droite comme de gauche) qui n’ont pas varié depuis 70 ans et ont largement prouvé leur inefficience dans notre monde ouvert.
      Bref, européen ou anti-européen, c’est vraiment pas le débat pour moi ; c’est même un faux débat, par rapport au manque d’imagination et de courage politique de tous nos prétendants présidents.


      • Sylvain Le 21 mars 2017 à 04h55
        Afficher/Masquer

        > Ou encore pourquoi cet attachement à des “recettes” politiques (aussi bien de droite comme de gauche) qui n’ont pas varié depuis 70 ans et ont largement prouvé leur inefficience dans notre monde ouvert.

        Les “recettes” sont imposées par les traités européens (cf GOPE, article 63 TFUE, etc.), la sortie de l’UE est donc nécessaire pour changer de politique. Contrairement à ce que vous écrivez, ce débat est tout sauf secondaire.


      • Seuseu Le 21 mars 2017 à 08h50
        Afficher/Masquer

        Je ne comprends pas votre position : vous admettez que l’indépendance ( pour moi il s’agit de celle des états, peut-être ne pensons nous pas à la même chose ?) est indispensable, et à quoi donc si ce n’est en préalable à toute question politique. Cette question de l’Europe est LA question par quoi tout doit commencer. Souhaitons nous un état souverain ou pas ? Je ne vois pas comment on peut en faire une question subsidiaire.


      • DUGUESCLIN Le 21 mars 2017 à 09h00
        Afficher/Masquer

        L’européisme et ses origines est bien au cœur du débat, puisqu’elle est soumise à la vision mondialiste internationaliste et apatride qui fait le jeu des financiers qui rêvent de posséder le monde. Face à cette domination les débats sur, plus ou moins de sécu, plus ou moins d’impôts, plus ou moins de rigueur et autres projets sont inutiles puisqu’ils ne peuvent aboutir sans l’aval des mondialistes qui choisissent leurs administrateurs au sein de l’européisme. Il leur suffit de quelques pantins bon discoureurs pour faire illusion et le faire élire.


        • Incognitototo Le 21 mars 2017 à 11h23
          Afficher/Masquer

          @ Sylvain, Seuseu, DUGUESCLIN, Dizalch, réponse groupée (et donc un peu longue, désolé)…

          Ce n’est pas l’Europe qui va résoudre nos problèmes, ça nous en sommes tous à peu près d’accord. Cependant est-ce que c’est elle qui les crée ? Ou plus exactement, nous empêcherait de les résoudre ? Hé bien là, je suis en total désaccord sur le fait qu’il suffirait de sortir de l’Europe (et de l’euro) pour que tous nos problèmes disparaissent, comme par enchantement.
          Si on veut bien tenir compte du passé (de toutes les politiques qui ont déjà été essayées à partir de 71, début de nos ennuis consécutifs au changement radical de système monétaire international) et de ce que le monde est devenu aujourd’hui, ça n’a tout simplement pas de sens, sauf si on pense que ce qui a déjà échoué par le passé pourrait fonctionner aujourd’hui.
          À part le manque d’imagination et de courage politique, absolument rien (aucun traité) ne nous empêche de mener les politiques que nous voulons : relocalisation de notre économie, …


          • Eric Le 24 mars 2017 à 00h09
            Afficher/Masquer

            “À part le manque d’imagination et de courage politique, absolument rien (aucun traité) ne nous empêche de mener les politiques que nous voulons : relocalisation de notre économie, …”

            C’est faux voir la réponse de madake. Les traités de l’UE s’imposent aux 28 pays. Ceux qui ne respectent pas sont poursuivi… L’UE fait pression sur les 28 nations pour cela…

            Dans les tribunaux ce sont les lois européennes qui sont au-dessus des lois nationales lorsque celles-ci n’ont pas été mises en conformité… (j’en sais quelque chose ayant un contentieux aux prud’hommes en cour, CA, CASS…).

            Enfin l’un des buts essentiels de l’UE est justement de favoriser les délocalisations avec notamment la loi européenne de libre circulation des capitaux…

            Visiblement vous n’avez pas conscience du fonctionnement de l’UE


        • Incognitototo Le 21 mars 2017 à 11h24
          Afficher/Masquer

          (suite)

          amplification des protections sociales, amélioration du pouvoir d’achat, redistribution des richesses plus équitable, mise sous tutelle de la finance, protection de nos entreprises contre les prédateurs internationaux, et cetera, et cetera… On sait comment faire tout ça et sans sortir de l’Europe… Cependant, compte tenu des réformes structurelles profondes que tout cela nécessiterait (par exemple : la fiscalisation intégrale des prélèvements sociaux), les blocages se situent bien plus en France que vis-à-vis de l’Europe.
          Je n’en fais néanmoins pas une affaire de religion, si l’Europe faisait de toutes ces réformes un casus belli, alors là seulement il faudrait en sortir.


        • Incognitototo Le 21 mars 2017 à 11h24
          Afficher/Masquer

          (suite et fin)

          Le seul problème que nous avons vraiment est l’absence totale de candidats proposant ce type de programme qui nécessite de comprendre les problèmes de façon systémique, et en conséquence d’abandonner tous les vieux schémas de pensée politique qui ont déjà largement démontré leur inefficacité.
          On ne changera pas le monde en faisant toujours plus de la même chose qui a déjà échoué, c’est tout également valable pour ceux qui pensent que le souverainisme serait une solution en soi.


          • camille grange Le 21 mars 2017 à 17h27
            Afficher/Masquer

            Bonjour,
            rien ne vous empêche excepté que :
            1) pour l’instant nous sommes dans un cadre fermé.
            2) pour appliquer un programme sur les principaux leviers vous n’avez donc ni bras, ni jambes.
            3) il faut donc changer cette situation
            4) obtenir ça par négociation est impossible
            5) l’imposer revient à écraser les autres. Les petits pays refuseront et c’est pourquoi ils ont soutenu la commission pour se protéger notamment des 3 grands pays. Quant aux autres : même refus. C’est napoléonien donc voué à l’échec et heureusement.
            6) décider d’une politique unilatéralement en refusant tout cadre juridique cela revient à sortir de l’UE, l’Euro et l’OTAN. Au final même résultat : la sortie comme 1er acte mais avec une tension maximale en relations internationales. Question de hiérarchie. Faire sauter le 1er verrou d’abord. La suite après.


            • Incognitototo Le 22 mars 2017 à 01h19
              Afficher/Masquer

              Que des affirmations sans preuve. La réalité c’est que nous avons tous les leviers en main (y inclus les juridiques) et les seules forces qui nous empêchent de les appliquer sont nationales.

              Un exemple simple (parmi 400 autres), la fiscalisation des prélèvements sociaux : économies structurelles 40 milliards d’euros (fourchette basse), rendement 120 milliards de plus et la possibilité d’augmenter tous les salaires d’environ 30 %, en payant la totalité du brut, avec une compétitivité à l’export améliorée de 13 %, et je vous passe les détails. Une mesure de réforme structurelle impossible à appliquer parce qu’en conséquence, il faut revoir tout le système paritaire. Qui s’oppose à cela ? L’UE ? Certainement pas…
              Vous voyez parmi nos postulants quelqu’un qui propose de faire des réformes structurelles de fond de ce type ? Aucun. Qui les en empêche ? L’UE ? Certainement pas…

              Vous avez une vision du pouvoir politique et de l’État qui ne correspond pas à la réalité. Vous pensez vraiment qu’un homme comme De Gaulle ou Mendès France s’embarrasserait des engagements antérieurs pour faire valoir l’intérêt de la France et remettre en cause tout ce qui leur paraîtrait contraire à l’intérêt général ?


            • Incognitototo Le 22 mars 2017 à 01h20
              Afficher/Masquer

              (suite et fin)

              La réalité c’est que ça n’est qu’une question de personnes et de personnalités (notamment, on devrait empêcher les énarques de gouverner ; des gens qui n’ont appris qu’à obéir ne feront assurément jamais de grands “innovateurs”, ni de grands leaders)… Penser que provoquer préalablement la rupture pourrait faire surgir magiquement les solutions dont nous avons besoin est une totale illusion…

              Par ailleurs sur le fond, reporter la responsabilité de l’impossibilité de résoudre des problèmes sur les autres, ça ne fait pas partie de ma culture. On peut tout faire, si on en a la volonté (et les majorités pour le faire)… c’est mon expérience qui a étayé ce positionnement, et tous ceux qui voudraient me démontrer le contraire perdent leur temps.

              C’est en plus un problème de stratégie de fond. La France (pays fondateur) n’est pas en position d’imposer une rupture sèche, sans se retrouver au ban des nations pendant des décennies. Alors, d’abord elle exacerbe les contradictions de l’UE par ses politiques nationales (ce qui en plus susciterait assurément l’adhésion d’autres pays), et seulement après, si l’Allemagne n’était pas d’accord par exemple, elle provoque la rupture. C’est de la bête realpolitik.


          • madake Le 23 mars 2017 à 23h42
            Afficher/Masquer

            @Incognitoto
            Euh, alors là, je vous invite à lire, je ne demande qu’à être détrompé, et le Conseil d’Etat aussi.
            Le droit européen prime sur les droits nationaux, régionaux…. jusqu’au droit communal.
            Ainsi une loi, même une directive européenne l’emporte sur une loi nationale.

            http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=URISERV%3Al14548

            http://www.conseil-etat.fr/Decisions-Avis-Publications/Etudes-Publications/Dossiers-thematiques/Le-juge-administratif-et-le-droit-de-l-Union-europeenne

            Seule l’Allemagne à inscrit dans sa constitution, que rien ne supplantait la démocratie allemande. Elle a donc les bases constitutionnelles pour s’opposer aux décisions et traités européens.
            Pas nous.
            Si l’on regarde, la loi travail, dite “El-khomri” bien que sa contribution soit quasi inexistante, puisque sa provenance directe de Matignon, a entraîné la démission de son conseiller…


            • madake Le 24 mars 2017 à 00h16
              Afficher/Masquer

              http://www.midilibre.fr/2016/08/24/les-revelations-chocs-d-un-ex-conseiller-de-myriam-el-khomri-sur-la-loi-travail,1383416.php

              http://www.humanite.fr/pourquoi-jai-demissionne-du-cabinet-el-khomri-600542

              Mais allez vous me dire, si ce n’est d’elle, c’est que ça vient d’en à-Valls, non?
              Vous voyez bien que le premier ministre impose ses vues!!

              Alors lisez cette suite d’articles édifiants, sur ce site, certes orné d’une belle couleur agrume, par le sinistre “décodex”…

              http://www.les-crises.fr/voyez-comment-l-europe-est-sous-tutelle-4/

              http://www.les-crises.fr/voyez-comment-la-france-est-sous-administration-de-bruxelles-5/

              Je rappelle que le niveau 5 soumet la France à des sanctions, si elle n’obéit pas…

              Et je vous pose 2 questions:
              1) Y-a-t’il quelque chose dans les lois Macron, et El-Khomri, qui ne soit pas dans la feuille de route économique imposée par l’Europe?

              2) Y-a-t’il quelque chose dans ces deux lois, qui aille contre ce qu’impose la feuille de route?


            • Incognitototo Le 24 mars 2017 à 01h58
              Afficher/Masquer

              @ Eric et Madake,

              Merci pour vos appréciations sur mes supposées méconnaissances, mais je connais tout cela par cœur, j’en ai même fait un article : http://solutions-politiques.over-blog.com/article-double-contrainte-40-ans-d-accords-internationaux-et-de-lois-qui-rendent-fou-111407861.html

              Ce qui est bien, c’est que vous présupposiez que je pourrais situer mes propositions en dehors des traités, sans pouvoir imaginer qu’on peut prendre ceux-ci au pied de la lettre et mettre en place tout un tas de mesures qui ne feraient que les respecter, en poussant leur logique jusqu’à l’absurde et en mettant donc les autres pays au pied du mur.

              Juste un exemple parmi 400 autres : qu’est-ce qui nous empêche de devenir un paradis fiscal qui siphonnerait les capitaux européens et boosterait nos investissements ? Les traités ? Non, absolument pas. Vous pensez qu’il faudrait combien de temps, pour que tous les autres pays protestent et qu’on revoit les traités ?
              Sauf que personne ne propose ce genre de politique, pire tous espèrent qu’avec des vieilles recettes (y inclus celles qui proposent la rupture), on pourra s’en sortir, ce qui est une illusion totale.

              Je vous laisse donc à vos certitudes qu’on ne peut rien faire dans le cadre actuel, une position que je ne partage nullement, et qui est généralement celle de ceux qui préfèrent ne rien faire en reportant la responsabilité de leur immobilisme sur les autres.


          • Eric Le 24 mars 2017 à 03h11
            Afficher/Masquer

            Si “devenir un paradis fiscal qui siphonnerait les capitaux européens…” est un “genre de politique” c’est une conception mafieuse. La politique est poursuivre et développer les intérêts de tous, pas de quelques-uns. Or les paradis fiscaux sont l’opposé.

            Exemple : le Luxembourg dont le président de l’ue J.-C. Junker a été 1er ministre et chantre de ce paradis. Combien de “pays protestent, qu’on revoit les traités” ? Apple en Irlande et 16 milliards non réclamés… L’ue s’opposerait aussi à la remise en cause des privilèges existant…

            On ne peut lutter contre un système pervers avec la perversion. Pas interdit (encore je demande à voir) ne veut dire à faire !

            L’ue n’est pas démocratique, dirigée par des commissaires non élus qui décides des lois présentées, proposées et reproposées jusqu’à ce qu’elles passent (insecticides, ogm…)…

            Une certitude : l’Ue n’a pas été faite pour les peuples mais contre, pour détruire leurs économies, cultures, structures, indépendance, société, familles, repères, nations… au profit d’un ultralibéralisme incompatible avec toutes formes de limites. L’ue c’est le fascisme, la guerre, la misère, le laboratoire des réalisations de ceux qui veulent le pouvoir absolu toujours étendu qu’il n’ont pu mettre en place pour l’instant dans le pays dont ils sont principalement d’origine les usa.

            Il faut en sortir et vite.


            • Incognitototo Le 24 mars 2017 à 03h24
              Afficher/Masquer

              Oui cassons tout et restons seuls contre tous, avec des puissances financières qui disposent en face de 10 fois le PIB français, pour nous mettre à genou et/ou nous racheter totalement. Il le faisait déjà quand nous avions le franc et je n’ose imaginer le fric qu’ils se feront sur notre dos, maintenant qu’ils ont tout ce qu’il faut pour ça et si on leur donne les billes pour le faire.

              Pourquoi serait-ce maffieux de faire une politique hyper attractive pour les capitaux ??? C’est mal en soi ?
              Voilà, c’est quand on fait de l’idéologie que l’imagination reste bloquée… et ne voit plus rien.
              Désolé, je ne peux pas vous convaincre que vous êtes en train de faire un acte de foi et pas de la politique.


  31. Christophe Le 21 mars 2017 à 06h34
    Afficher/Masquer

    Mesdames, Messieurs,

    Sauvegardez cet article et tous ses liens sur votre pc, imprimez-le (l’écologie n’en sera que mieux préservée à l’avenir), passez-le vous sous le manteau, étudiez-le à la lueur d’une bougie dans vos caves (faut vous habituer), Nous vivons un moment extraordinaire. Et vous, Olivier, surtout ne l’effacez pas 🙂


  32. Dizalch Le 21 mars 2017 à 06h49
    Afficher/Masquer

    @Incognitototo: je vous cite: “Bref, européen ou anti-européen, c’est vraiment pas le débat pour moi ; c’est même un faux débat (…)”
    Bien sûr que non, et c’est bien là le problème… mais il faudrait d’abord re-qualifier vos deux premiers mots; (Européen: aux tendances de plus en plus “Fédéralistes”, et anti-Européen: qui biaise leur idéologie, la plupart de ceux-ci sont en fait “Eurosceptique” et veulent une “Europe des Nations”… qui a déjà fonctionné et existé… sans Euro… il n’est nul besoin de cet “artifice fétiche” pour “souder l’UE”…
    Ceci étant posé, bien sûr que si le débat est là, bien que nos médias et pseudo-experts (au parti pris pro UE) ne veulent justement pas le situer à ce niveau… Et cela ne va faire que s’accentuer… Cf. Grèce, Italie, France, etc. je dirais, contrairement à vous, que c’est le “Cœur” du sujet…

    PS: Fantastique article salutaire Olivier, merci… Et… il manque véritablement un De Gaulle à la France, à l’UE et au Monde… 😉


    • DUGUESCLIN Le 21 mars 2017 à 15h21
      Afficher/Masquer

      Pour compléter, il me semble important de faire le distinguo entre l’européisme, et la défense de l’Europe et des peuples d’Europe. De l’Atlantique à L’Oural nous avons beaucoup en commun sur le plan culturel et particulièrement sur le plan économique. L’européisme est loin d’instaurer l’unité et la paix en Europe. Il divise, ostracise et dénigre les peuples qui veulent être maître de leur destin. Ils utilisent une fausse europe pour la détourner de sa vocation de pays frères avec des accords équilibrés dans le respect des nations et de leur souveraineté qui pourraient être une vraie force face à la mondialisation. Des pays solidaires sont plus forts que des pays soumis.


      • Eric Le 24 mars 2017 à 00h41
        Afficher/Masquer

        “pays frères avec des accords équilibrés dans le respect des nations et de leur souveraineté qui pourraient être une vraie force face à la mondialisation. Des pays solidaires sont plus forts que des pays soumis.”

        Magnifique ce vous écrivez là et c’est bien ce que certains ne veulent surtout pas car leur but ultime est le pouvoir absolu.


  33. Kiwixar Le 21 mars 2017 à 06h59
    Afficher/Masquer

    Ce qui serait pas mal, c’est que la décroissance de la production de pétrole amène chaque continent à se recentrer sur lui-même (finie la globalisation), qu’un isolationniste absolu fasse suite à Trump… et qu’il nous donne gracieusement la liste complète de tous les Français qui ont trahi leur pays au profit de la CIA.


  34. Bigtof Le 21 mars 2017 à 07h05
    Afficher/Masquer

    Il y a quand même 2 degrés dans la réaction d’Historia et que soulève Olivier :
    1. La question des droits d’auteurs pour laquelle Historia peut sans doute demander la suppression de l’article du site de l’UPR.
    2. Plus étonnant est l’autre niveau, c’est à dire la suppression de leur article de leur propre site qui elle, interroge vraiment sur les motivations d’Historia. Pourquoi vouloir effacer ces articles ?

    Et qu’en pense le journaliste rédacteur de cet article ?

    C’est d’autant plus ridicule que bien d’autres, dont Evans-Pritchard comme rappelé plus haut dans les posts, ont dėmontré cela… alors quel intérêt ?


    • isary Le 21 mars 2017 à 09h27
      Afficher/Masquer

      L’interêt?vous vous doutez bien que la grande majorité des Français ne connait pas

      Evans_Pritchard(moi même,il y a encore quelques années,je ne le connaissais pas)et ne lit pas en

      2017 Historia DE 2003!

      Les quelques curieux qui ont “tilté” sur les propos de FA à TF1 se seront redus sur le site d’historia et auront été “enduits” d’erreur à son sujet:Il raconte n’importe quoi,aux oubliettes…

      Bien sur,ils peuvent aussi aller sur le site du parti,mais cela demande une persévérance dans l’ envie de comprendre qui n’ est pas une valeur mise en avant sur nos merdias….


  35. Lyonnais Le 21 mars 2017 à 07h09
    Afficher/Masquer

    “Et, en effet, Monnet était très proche des Américains et les a aidés à défendre leur vision. Qui est sans doute celle qu’auraient beaucoup d’Européens s’ils avaient dû envoyer leurs enfants 2 fois en 25 ans faire la guerre dans des conflits entre l’Alabama, le Mississippi et le Texas. Vu de très loin, je peux comprendre qu’on ait envie de regrouper tout le bouzin en un seul pays pour limiter les problèmes. Hélas cela se saurait si c’était possible…”

    Avant de faire de telles affirmations concernant la politique étrangère des USA il serait bon de relire “Une histoire populaire des Etats Unis” de Howard Zinn sans oublier tout ce qu’on dit des gens comme Noam Chomsky sur le sujet !


  36. Bourdeaux Le 21 mars 2017 à 08h15
    Afficher/Masquer

    Vraiment affligeante, la réaction du magazine Historia. Sachant cela depuis longtemps, je ne suis jamais tombé du placard à l’idée que les US aient pu financer les lobby pro-UE; dans le contexte de l’époque et de l’affrontement bloc contre bloc, il n’y a là rien de choquant; il faut le savoir, c’est tout. Mais ces manœuvres pour refaire une virginité factice à la sacro-sainte construction européenne sont révélatrices, une fois encore, du piteux niveau moral et intellectuel de ceux qui la défendent.


    • Eric Le 24 mars 2017 à 01h20
      Afficher/Masquer

      “il n’y a là rien de choquant”

      Un pays qui n’existe que depuis 250 ans et a été en guerre durant 235 ans dans 219 pays, dont le budget militaire est équivalant à celui de tous les autres pays du monde, ce qui veut dire que la moitié des armes du monde sont US, que son économie dépend de la guerre et par conséquent aussi du pétrole; un pays qui a abusé de sa richesse pour dominer agressivement le monde par sa monnaie, par l’économie, ses armées et ses armes; un pays qui a éliminé des milliers (millions) d’indiens, qui a assassiné des centaines d’hommes d’état et hommes politiques qui les dérangeaient; un pays qui crée des guerres qui en fait faire par d’autres, qui est le principal utilisateur d’armées privées; un pays qui déstabilise des gouvernements… il n’y a rien de choquant ?

      Non les us ne sont pas une nation comme les autres, ils l’ont voulu et s’en vantent orgueilleusement. Depuis longtemps ils veulent dominer les autres, les méprisent et les écrasent. Ils ne sont pas venu nous défendre ils sont venu pour nous dominer… Eux c’est 450000 morts largement glorifiés alors qu’il y a eu à l’est 27 000 000 de morts que nous oublions. Je précise que je ne suis pas communiste mais la méchanceté camouflée par la perversion et la perfidie me choque…


  37. âge du faire Le 21 mars 2017 à 08h33
    Afficher/Masquer

    Alors que je me suis toujours intéressée à la politique, mais en simple citoyenne, je viens d’apprendre que le PRESIDENT de la REPUBLIQUE FRANCAISE devait être le garant de l’indépendance de son pays et en plus garant du respect des traités signés avant lui.

    Alors là ceux qui se présentent pour cette fonction respectent-ils la constitution?
    Finalement c’est tout le pays qui ne respecte plus rien……..
    Les politiques qui renégocient je ne sais quoi alors que c’est impossible voir la Grèce
    Les journalistes chargés de nos informer qui ne font que mentir.
    Heureusement qu’il existe le blog de Monsieur Berruyer.
    Sans doute à cause de l’argent qui pourrit tout, la tête de nos élites est plus que malade et nous à leur suite le devenons.
    Je suis donc pour l’indépendance de mon pays.Car j’aime la France et sa Culture.


  38. Lysbeth Levy Le 21 mars 2017 à 08h34
    Afficher/Masquer

    Oui disons que c’est un peu hagiographique mais en fait la CIA n’existait pas sous ce nom là, l’OSS était son vrai nom, qui fut ensuite celui que l’on connait aujourd’hui, la Cia, a travers les fondations, comités culturels le département d’état américain a pris en charge “sa moitié” du monde face à celle de l’Urss : http://www2.warwick.ac.uk/fac/soc/pais/people/aldrich/publications/oss_cia_united_europe_eec_eu.pdf et puis c’est passionnant l’histoire, je comprends Olivier quand il dit qu’il lit beaucoup de livres, c’est le vrai pouvoir c’est “le Savoir”. Voilà pourquoi il est un peu incompréhensible que l’on en vienne à censurer des informations déclassifiées et dont certains ont déjà écrit des livres ou des articles, a charge ou simplement par intérêt pour le lecteur. En ce sens la presse anglo-saxonne est plus honnête et moins l’amie “d’Anastasie” que la France ou le verrouillage est inquiétant depuis quelques temps. L’Histoire est passée pourquoi la verrouiller ? C’est dommage…


    • skyrl Le 21 mars 2017 à 15h48
      Afficher/Masquer

      Bien d’accord avec vous Mme Levy. Toutefois notez bien que l’OSS, fondée en 1942, dissoute en 45, a donné lieu à la fondation de la CIA dès 1947. Ils n’en est pas moins vrai qu’on ne peut comprendre l’influence américaine sur le projet européen qu’en étudiant les activités de l’OSS et des services secrets américains avant, pendant et au sortir de la guerre.


  39. Macarel Le 21 mars 2017 à 08h39
    Afficher/Masquer

    Le système politico-médiatique n’a pas le temps de s’arrêter sur la complexité des faits historiques.

    D’ailleurs, il ne le souhaite tout simplement pas, il est plus facile de simplifier les choses dans le sens des intérêts de ceux qui manipulent les esprits.

    Que faire de l’Union Européenne? – L’Oeil du Fil #6

    https://www.youtube.com/watch?v=wUxnibHNcG4


  40. Rouget Le 21 mars 2017 à 08h55
    Afficher/Masquer

    Le dernier paragraphe est excellent : c’est exactement ce que je recherche dans les livres et les articles éclairés.

    Une leçon que l’on peut tirer de tout ceci : les idées comptent énormément. Réduire quelqu’un à de simples intérêts pécuniaires (du type « untel a payé un autre ») n’est que partiellement vrai, souvent très partiellement. Monnet avait une vision du monde et a recherche les moyens à travers lesquels il pouvait la réaliser. Ce sentiment, celle d’une Europe incapable de se gérer après les atrocités du 20ème siècle, est compréhensible. Mais un autre chemin était possible et de Gaulle a montré qu’il était non seulement imaginable mais aussi possible et viable.

    Paul Valéry écrivait d’ailleurs dès 1931 que « L’Europe aspire visiblement à être gouvernée par une commission américaine ».

    Dans un monde où l’on remet en cause l’Union Européenne et où, simultanément, les États-Unis perdent de leur puissance et surtout de l’appétit à agir en Europe (Obama ne la comprenait pas et a réorienté sa politique extérieure vers l’Asie, inutile de revenir sur Trump) l’Europe devra inventer à la fois un nouveau sens à son action et surtout une façon de vivre avec des intérêts internes irréductiblement contradictoires, en premier lieu ceux de la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne.


  41. Ardéchoix Le 21 mars 2017 à 08h57
    Afficher/Masquer

    Et dans 6o ans on va découvrir que les campagnes de quelques candidats étaient financées par les usa ?
    L’histoire est un perpétuel recommencement : Thucydide historien grec


  42. Anatole27 Le 21 mars 2017 à 08h59
    Afficher/Masquer

    Que ca plaise ou que ca ne plaise pas :

    1) Robert Schumann est d’accord avec les accords de Munich
    2) Robert Schumann pense qu’il faut déposer les armes en Mai 1940
    3) Robert Schumann vote les pleins pouvoirs à Pétain en Juillet 1940
    3) Robert Schumann fait partie du premier cabinet Pétain

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Schuman#Durant_la_Seconde_Guerre_mondiale

    https://www.herodote.net/Vichy-bibliographie-258.php

    et donc ca ne fera pas plaisir non plus il fait partie des accusés de la haute cour de justice de 1945, Volume 11 le même que Weygand, dans le volume 9 on trouve Pétain, dans le volume 4 Louis Darquier de Pellepoix dans le volume 3 Fernand de BRINON

    https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/consultationIR.action?formCaller=&irId=FRAN_IR_001978&gotoArchivesNums=false&defaultResultPerPage=&frontIr=&optionFullText=ET&fullText=Haute+Cour+de+justice+Volume+8&udId=root&consIr=&details=true&page=&auSeinIR=true

    Ce qui ne veut absolument pas dire qu’il est coupable (on est d’accord) mais ce qui veut dire quand même qu’il n’avait pas tout les attributs de la Sainteté, ah mais c’est vrai j’oubliais la béatification est en cours

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Schuman#Proc.C3.A8s_en_b.C3.A9atification

    Seigneur nous nous en remettons à ta très grande miséricorde …


  43. calal Le 21 mars 2017 à 09h04
    Afficher/Masquer

    encore ce mythe que l’europe c’est la paix…
    la paix que l’on a connu depuis grosso merdo 70 ans c’est du la presence de temoins vivants des horreurs de la guerre ( ce souvenir s’estompe)
    la paix que l’on a actuellement n’est pas du a l’europe mais a la DISSUASION NUCLEAIRE: pas de guerre avec l’allemagne si on a l’arme nucleaire…
    rappel: si on fait venir un million de jeunes hommes etrangers sur notre sol,que 10 % d’entre prennent les armes contre “nous” ca fait une armee de 100 000 hommes sur notre territoire contre 120 000 soldats au total dans l’armee francaise en 2000 (wiki) . et pas de dissuasion nucleaire contre une armee deja sur le territoire.


  44. EAUX TROUBLES Le 21 mars 2017 à 09h08
    Afficher/Masquer

    Puisque la CIA est d’actualité (avec les documents diffusés par Wikileaks, Vault 7) :

    Quand la CIA infiltrait la culture – ARTE
    https://www.youtube.com/watch?v=58QTcf_mFag

    Un livre “La CIA en France. 60 ans d’ingérence dans les affaires françaises par Frédéric Charpier” quelques extraits sur googlebooks.

    Un résumé par Jean-Luc PUJO :
    http://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/cia-ou-laction-directe-des-etats-unis-en-france/ (surtout pour la première partie, la partie 1991-2017 est surtout constituée de questions).

    Une excellente interview de Ian Mc Ewan sur le financement par la CIA de revues dans les années 1970 (à la fois critique et pragmatique) : http://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20140204.OBS5009/ian-mcewan-quand-les-ecrivains-europeens-etaient-payes-par-la-cia.html

    Rappel : https://www.les-crises.fr/journaliste-allemand-presse-cia/
    L’auteur de l’ouvrage, Udo Ulfkotte – non traduit en français – est décédé en janvier 2017.


  45. Dilou Le 21 mars 2017 à 09h30
    Afficher/Masquer

    Un doc. De la RTBF sur L’UE
    https://youtu.be/Zs5rMpLQHcM


  46. Tom Personne Le 21 mars 2017 à 09h56
    Afficher/Masquer

    Ce qui devient vraiment inquiétant avec cette nouvelle affaire, c’est qu’à force de traiter n’importe qui de conspirationniste, les gens vont finir par penser que ce sont les médias qui sont révisionnistes.

    Cela ne peut aller que dans le sens de l’augmentation de l’audience des mouvements néofascistes à qui il arrive parfois de placer quelques vérités entre deux diatribes antisémites ou autres.

    Et les gens sérieux doivent alors à la fois se battre contre les médias et se démarquer de tous mouvements douteux.


  47. Eric10 Le 21 mars 2017 à 10h48
    Afficher/Masquer

    https://www.youtube.com/watch?v=rdTP4J01DRw
    Edwy Plenel agent de l’étranger ? C’est ce que François Mitterrand a confié à Roland Dumas


  48. Nico Le 21 mars 2017 à 12h14
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Merci pour votre travail.
    Pour information, le dossier CIA est le seul frappé d’un problème technique. Aucun des 10 numéros précédents et suivant n’a de problème technique.


  49. BDPE Le 21 mars 2017 à 12h24
    Afficher/Masquer

    Un connaisseur, ce Constantin Melnik.

    De mémoire, avant ses “1000 jours à Matignon” (titre de son livre) il avait travaillé à la célèbre Rand Corporation aux USA…

    Au fait, qui l’avait recruté ?


  50. nabucco Le 21 mars 2017 à 12h56
    Afficher/Masquer

    On voit bien dans cette affaire (et dans des milliers d’autres) que la propagande est avant tout une question de quantité. Les médias publient 70% de divertissement, 20% de demi vérités et de mensonges par omission, 5% de mensonges directs, et 1% de vérités. Ces 1% de vérité leur servent à nous dire ; “on ne vous a pas menti, regardez on l’a publié”. Car ils savent parfaitement que ces 1% de vérité ne sont accessibles qu’à ceux qui ont l’intelligence, le temps et le courage de la chercher. Voila pourquoi, quand un iconoclaste diffuse massivement la vérité qu’ils ont eux même publié, ils la censurent.


    • LBSSO Le 21 mars 2017 à 13h47
      Afficher/Masquer

      Les ” No No News”

      OB défend ,avec raison , ce concept de ” No News “. Il y a un moment déjà que je voulais rebondir/compléter cette approche et vous remercie de m’en donner l’opportunité pour partager.En fait ,le “1 % de vérité” que vous évoquez et qui a pourtant été publié représente le… ” No No News ” 🙂 .


    • Yanick Toutain Le 21 mars 2017 à 16h05
      Afficher/Masquer

      il faut ajouter ce que j’ai appelé les “informations cloisonnées”
      http://revolisationactu.blogspot.fr/2016/10/soro-samorogouan-cloisonner-la.html
      On vous rélève Timber Sycamore dans le New York Times mais sans jamais relier au courriel de Hillary Clinton où elle appelle à Organize Train And Arm

      On vous parle
      1° de l’appel de Guillaume Soro à Djibrill Bassolé appelant les barbus à attaquer des gendarmeries
      mais sans relier à
      2° l’attaque des jihadistes Ansardine du 9 octobre contre la gendarmerie Samorogouan
      https://twitter.com/YanickToutain/status/835110083432484865



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires