Les Crises Les Crises
22.avril.202322.4.2023 // Les Crises

Taxer les ultra-riches ! L’explosion des inégalités sape la démocratie

Merci 177
J'envoie

Les inégalités économiques sapent la démocratie, accélèrent la destruction de l’environnement, favorisent l’anxiété et érodent la confiance sociale. Nous pouvons commencer à résoudre ces problèmes en taxant les riches, comme le proposent aujourd’hui les progressistes et les socialistes de l’État de New York.

Source : Jacobin Mag, John L. Hammond
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Un sans-abri près d’une station de métro à New York. (Tayfun Coskun – Anadolu Agency via Getty Images)

Les inégalités sont dangereuses pour la santé physique et mentale, la vie en communauté et votre budget. Où que vous vous trouviez dans la hiérarchie des statuts : en haut, en bas ou au milieu, vous en payez le prix. Si elles sont inévitables dans le cadre du capitalisme, leurs effets peuvent être accentués ou atténués par les politiques publiques.

L’un des principaux mécanismes politiques permettant de lutter contre les inégalités est l’imposition des riches. Et New York est l’un des endroits qui bénéficierait d’une telle mesure. La ville de New York est la capitale du système financier mondial et l’État de New York est l’État le plus inégalitaire du pays : 1 % des ménages perçoivent 31 % de l’ensemble des revenus dans l’État, tandis que 1 % des ménages les plus riches perçoivent 21 % de l’ensemble des revenus à l’échelle nationale. Cela s’explique par le fait que les personnes très riches de l’État sont exceptionnellement riches. Alors que les 1 % les plus riches des États-Unis ont un revenu annuel moyen de 1,3 million de dollars, les 1 % les plus riches de New York gagnent 2,2 millions de dollars.

La coalition Invest in Our New York (IONY) – composée des Démocrates socialistes américains de la ville de New York (NYC-DSA), du Working Families Party (WFP), de New York Communities for Change et d’organisations communautaires et politiques locales de tout l’État – propose de s’attaquer à cette inégalité obscène en augmentant les impôts des super riches et en investissant dans le logement, les transports publics, l’éducation et l’environnement.

Taxer les riches nous permettrait de financer publiquement ces biens et services dont nous avons désespérément besoin. Mais cette mesure présente un autre avantage : elle réduirait les effets destructeurs de l’inégalité dans nos vies. Ces inégalités ont des répercussions considérables sur l’ensemble de notre société, y compris dans des domaines surprenants dont on pourrait penser qu’ils n’ont pas grand-chose à voir avec la concentration croissante des richesses. L’effort visant à augmenter les impôts sur les riches à New York n’effacera pas ces problèmes sociaux, mais il peut s’attaquer à certains des pires effets de l’inégalité.

Les inégalités échappent à tout contrôle

Depuis les années 1970, les inégalités se sont aggravées de manière incontrôlée aux États-Unis, alors qu’une part croissante du revenu national est allée aux entreprises sous la forme de bénéfices. Les chiffres nous sont désormais familiers, mais ils méritent d’être rappelés : la rémunération des PDG des 350 plus grandes entreprises américaines a augmenté de 1 460 % entre 1978 et 2021, alors que le salaire moyen d’un travailleur n’a augmenté que de 18,1 % au cours de la même période. En 2021, le PDG moyen sera payé 399 fois plus que le travailleur moyen (contre 59,1 fois en 1959).

Les personnes déjà riches s’approprient la majeure partie des gains de notre économie en pleine croissance. Dans la période d’expansion qui a suivi la crise financière de 2007-2008, les 1 % les plus riches de l’État de New York ont accaparé 51,4 % de l’augmentation des revenus entre 2009 et 2015, et l’augmentation du nombre de milliardaires depuis la pandémie montre que cette tendance s’est poursuivie. Dans le même temps, de nombreux travailleurs ne voient pas leur salaire suivre l’inflation.

Entre-temps, la structure fiscale est devenue plus régressive : le Congrès a réduit la tranche supérieure de l’impôt fédéral sur le revenu de 94 % en 1945 à 35 % en 2012 ; elle est aujourd’hui de 37 %. En outre, les riches ont accès à une combinaison d’échappatoires légales, illégales et suspectes qui rendent possible une évasion fiscale massive. En 2021, le département du Trésor a estimé que les 1 % de contribuables les plus riches ne payaient pas assez d’impôts pour un montant de plus de 160 milliards de dollars.

Dans le sillage d’Occupy Wall Street en 2011 et des deux campagnes présidentielles de Bernie Sanders, les politiciens traditionnels ont accordé plus d’attention aux inégalités, y compris le président Joe Biden. Le budget présenté par l’administration Biden au Congrès en mars prévoit des augmentations significatives de l’impôt sur les sociétés et de l’impôt sur le revenu et les plus-values pour les contribuables fortunés (bien qu’il soit peu probable que cette proposition soit retenue par la Chambre des représentants, à majorité républicaine, et par le Sénat, contrôlé de justesse par les Démocrates).

Les coûts sociaux de l’inégalité

Les inégalités ont des effets corrosifs dans presque tous les domaines de la vie sociale et politique, même dans les sociétés où tout le monde jouit d’une relative prospérité. À l’inverse, les sociétés où règne une relative égalité présentent de nombreux avantages : une plus grande démocratie politique, moins de criminalité, une meilleure santé publique et moins de stress et d’anxiété. Ces coûts et avantages affectent l’ensemble de la population, et pas seulement les plus démunis : les riches des sociétés plus égalitaires profitent également de ces avantages sociaux.

Les avantages d’une plus grande égalité découlent de la cohésion sociale. Lorsque la coopération plutôt que la concurrence prévaut dans une société, les individus sont plus enclins à croire qu’ils sont solidaires des autres et qu’ils ont eux-mêmes droit à la solidarité. La solidarité mutuelle est à la base des politiques qui améliorent les conditions sociales et préviennent leur détérioration.

Les inégalités nuisent à la démocratie en finançant les contributions des capitalistes aux campagnes électorales, leurs activités de lobbying et leur contrôle des médias, ce qui leur donne le pouvoir d’imposer des politiques qui favorisent leurs intérêts aux dépens des autres. L’arrêt Citizens United de la Cour suprême, rendu en 2013, permet aux entreprises d’apporter des contributions illimitées aux campagnes électorales. Elles peuvent soutenir des lobbyistes à Washington et dans les capitales des États, travaillant jour après jour, entretenant des contacts personnels continus, fournissant des informations, des incitations et des pressions pour persuader les législateurs et les régulateurs de soutenir leurs intérêts. Leurs groupes de réflexion promeuvent la science de pacotille, s’attaquent à la réglementation environnementale et entravent les réponses au changement climatique.

Les inégalités exacerbent également les problèmes sociaux et de santé publique : non seulement ces problèmes sont plus importants dans les sociétés inégalitaires, mais ils sont également plus importants dans chaque groupe au sein de l’ordre des statuts socio-économiques dans ces sociétés. Dans les sociétés plus inégalitaires, les problèmes sociaux touchent plus fortement les personnes de toutes les classes sociales que dans les sociétés moins inégalitaires. Les personnes à haut revenu dans les sociétés plus inégalitaires sont plus susceptibles de souffrir de problèmes allant des maladies cardiovasculaires à l’asthme en passant par la criminalité que les personnes à haut revenu dans les sociétés plus égalitaires. Il en va de même pour les personnes à revenu moyen et, bien sûr, pour les personnes à faible revenu.

Les sociétés plus inégalitaires offrent rarement des mécanismes de soutien universels. La fourniture privée de biens de première nécessité signifie inévitablement que l’aide sera insuffisante pour les segments les plus pauvres et les moins protégés de la population. Cela leur porte préjudice, mais aussi à tous les autres, comme l’a clairement montré la pandémie de COVID-19. La couverture universelle, telle qu’elle existe dans tous les pays avancés du monde à l’exception des États-Unis, fournit de meilleurs soins à moindre coût que notre système.

La consommation ostentatoire devient plus essentielle à notre statut dans une société inégalitaire. Cependant, les dépenses consacrées aux biens achetés pour symboliser un statut supérieur peuvent évincer les dépenses consacrées à des biens qui amélioreraient le bien-être. Parmi ces « biens » sous-produits, les loisirs occupent une place importante. Dans les sociétés plus égalitaires, les travailleurs ont des horaires de travail plus courts, plus de jours fériés et des vacances plus longues. Le travailleur moyen aux États-Unis travaille au moins 20 % d’heures en plus par an que les travailleurs en Allemagne ou en Suède, par exemple.

Les inégalités ont des effets dévastateurs dans presque tous les domaines de la vie sociale et politique, même dans les sociétés où tout le monde jouit d’une relative prospérité.

La consommation excessive de biens utilisés par les superriches et les quasi superriches pour étaler leur richesse augmente le coût de la vie pour tout le monde, car le prix des biens haut de gamme influe sur le coût des biens de moyenne gamme et des biens moins chers. Prenons l’exemple de l’immobilier : le prix de 150 millions de dollars des appartements de la 57e rue à Manhattan se répercute sur le reste du marché, augmentant le prix des logements pour les personnes moyennement riches, la classe moyenne et les pauvres, et condamnant des dizaines de milliers de personnes à vivre dans la rue.

L’inégalité sur le marché de l’immobilier recoupe l’inégalité en matière d’éducation. Le financement irrationnel et décentralisé de l’éducation aux États-Unis crée une variabilité extrême dans la qualité perçue des écoles, ce qui fait grimper les prix de l’immobilier dans les banlieues, car les familles choisissent de vivre dans des communautés où les écoles permettront à leurs enfants d’entrer dans une université qui les préparera à leur tour à une carrière bien rémunérée. Là encore, les prix élevés se répercutent en cascade sur le marché du logement, augmentant les prix pour tout le monde.

Les sociétés inégalitaires souffrent également d’une plus grande dégradation de l’environnement. Le capitalisme exploite l’environnement comme il exploite les travailleurs ; l’extraction rapace des ressources et l’obsolescence planifiée des biens destinés à être jetés comme des déchets font gonfler les profits qui alimentent l’hyper consommation des riches. À l’échelle mondiale, la consommation des 10 % les plus riches de la population est responsable de 50 % des émissions de carbone. En outre, les zones de haute qualité consacrent moins de ressources à la protection de l’environnement, car les riches échappent à l’impôt et peuvent choisir leur emplacement ou s’isoler des conditions environnementales néfastes.

Si la consommation excessive des riches en fait de loin les pires pollueurs, la consommation de masse y contribue également. L’économie capitaliste augmente la demande de ses produits par le biais de la mode éphémère, de l’obsolescence des produits et d’autres dispositifs similaires visant à promouvoir la consommation pour elle-même.

Enfin, les personnes vivant dans des sociétés relativement égalitaires sont plus heureuses. Libérés du stress lié à l’insécurité de l’accès aux besoins fondamentaux (pour certains) et à la compétition pour le statut (pour d’autres), ils peuvent mieux profiter de la vie. Selon des enquêtes internationales, les pays les plus heureux du monde sont les cinq pays scandinaves, dont la répartition des richesses et des revenus est l’une des plus équitable parmi les pays industrialisés.

Nous devons taxer les riches

La campagne Taxer les riches propose d’augmenter les recettes de 20 milliards de dollars. Une augmentation de l’impôt sur les sociétés a été adoptée en réponse à la campagne 2021 d’IONY Taxez les riches, faisant passer l’impôt sur les sociétés de 6,5 % à 7,25 % pour les entreprises gagnant plus de 5 milliards de dollars par an, avec une augmentation plus faible pour le deuxième groupe d’entreprises. La campagne actuelle vise à rendre cette augmentation permanente.

Un deuxième projet de loi sur les recettes permettrait d’égaliser le taux d’imposition des revenus du travail et des plus-values. Actuellement, tant au niveau fédéral qu’au niveau des États, lorsque le propriétaire d’un titre le vend avec un bénéfice, la plus-value est considérée comme un revenu imposable, mais elle est imposée à un taux inférieur à celui des revenus du travail. En d’autres termes, vous payez moins d’impôts sur l’argent que vous gagnez en restant chez vous à regarder vos actifs fructifier qu’en travaillant réellement. La proposition d’IONY prévoit d’imposer les plus-values au même taux que les autres revenus.

La campagne porte également sur la manière dont les recettes supplémentaires seraient dépensées. Les sources de revenus ne sont pas légalement affectées à des dépenses particulières. Mais Tax the Rich demande une augmentation des dépenses dans un certain nombre de domaines spécifiques. La loi Build Public Renewables Act, qui permettrait à la New York Power Authority de construire des centrales d’énergie renouvelable. Les dépenses consacrées aux transports publics financeraient le gel des tarifs de la Metropolitan Transportation Authority (MTA) à 2,75 dollars, des services de bus plus fréquents et la mise en place progressive de bus gratuits. En ce qui concerne le logement, les bons d’échange permettraient de subventionner les loyers des New-Yorkais qui sont sans abri ou risquent de le devenir, tandis que la règle de l’expulsion pour motif valable donnerait aux locataires le droit de renouveler leur bail et leur permettrait de lutter contre les hausses de loyer abusives.

Ces programmes offrent un équilibre entre la satisfaction des besoins urgents des New-Yorkais les plus déshérités (les sans-abri), la défense des intérêts des classes moyennes et populaires dont les budgets sont grevés par la hausse des prix (sécurité du logement pour les locataires et gel des tarifs de la MTA) et la préservation de la santé de la planète (énergie renouvelable publique et développement des transports publics).

Taxer les riches à New York ne transformera pas magiquement l’État en un paradis de l’égalité. La proposition de IONY ne ferait qu’une petite entaille à l’inégalité et ne contribuerait que faiblement à la résolution des problèmes qui y sont associés. Bien que New York soit l’État le plus inégalitaire des États-Unis, la réalisation d’une distribution plus égale laisserait encore de vastes paysages d’inégalité dans tout le pays. Une réforme fiscale au niveau fédéral, où la charge fiscale est la plus importante, est nécessaire pour s’attaquer sérieusement à l’inégalité.

Une deuxième limite est que l’égalisation des revenus par le biais de la fiscalité ne fait que traiter un symptôme du problème de l’inégalité, plutôt que sa source dans le système capitaliste qui définit et attribue les récompenses. Un changement fondamental nécessiterait de démocratiser la propriété et le contrôle de l’économie, plutôt que de laisser les décisions relatives à l’investissement, à la production et aux revenus à des sociétés privées à but lucratif.

Pourtant, l’imposition des riches selon les modalités proposées par IONY permettrait non seulement d’entamer la redistribution des richesses, qui fait cruellement défaut, mais aussi de sensibiliser le public à la nécessité d’inverser la tendance actuelle à l’accroissement des inégalités. Si nous parvenons à mettre en œuvre cette législation, la majeure partie de l’État de New York pourrait bien commencer à avoir un visage bien différent.

Contributeurs

John L. Hammond enseigne la sociologie au Hunter College et au CUNY Graduate Center. Il est l’auteur de Building Popular Power : Workers’ and Neighborhood Movements in the Portuguese Revolution et Fighting to Learn : Popular Education and Guerrilla War in El Salvador.

Source : Jacobin Mag, John L. Hammond, 14-03-2023

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Actustragicus // 22.04.2023 à 10h32

Taxer les super-riches, bien sûr, mais il ne s’agit là que de corriger un dysfonctionnement… par quel mécanisme sont-ils devenus super-riches ?
Quand un jeu ne fonctionne pas de manière satisfaisante, il ne suffit pas de modifier le décompte des points : ce sont les règles qu’il faut changer, sinon c’est du bricolage.

19 réactions et commentaires

  • La main du Kremlin // 22.04.2023 à 08h00

    Taxer les prédateurs c’est bien et je suis plutôt pour ( je pense a un certain Bernard notamment ) , mais il y a infiniment mieux , renoncer a 10% ( ou plus ) du budget militaire et consacrer cet argent aux pauvres , il n ‘y aurait pus que des classes moyenne au pays de notre maitre vénéré
    Maintenant posez vous la bonne question , pourquoi l’auteur de cet article ne pense t il pas une seule seconde a cette solution ?

      +13

    Alerter
    • ouvrierpcf // 24.04.2023 à 20h03

      La main du Kremlin non non et non la classe moyenne n’existe pas Marx vous la expliqué en longen large en travers Il n’existe que deux classes dans le capitalisme les prolétaires les exploiteurs Les prolétaires n’ont que leurs mains leur cerveau pour tirer un salaire qui leur permet de( sur) vivre Un cadre un ingénieur un cadre un maîtrise est un salarié donc un prolétaire Un chanteur de jazze n’est pas un salarié un prolétaire Un esclave non plus un mendiant non plus Les domestiques les esclaves les mendiants ne produisent rien

        +0

      Alerter
      • ouvrierpcf // 24.04.2023 à 20h24

        Suite donc Marx rangeait les esclaves les domestiques et les mendiants dans la classe des exploiteurs car ils vivent du système Un salarié n’exploite ni un esclave ni un domestique Si un salarié fait faire le ménage ou le repassage chez lui c’est en versant une prestation a un exploiteur Nota ce peut être une association un organisme employant des salariés pour le ménage pour le repassage Idem pour les livreurs a vélo Un livreur a vélo fait donc partie fait des exploiteurs enfin Marx les aurait considéré comme tel Cela peut choquer mais c’est la logique du capitalisme Pour modifier cet état il faut donc dépasser le capitalisme there is no alternative

          +0

        Alerter
  • Jean // 22.04.2023 à 08h22

    Nous assistons en occident à la révolution de l’upper class qui espérait, au départ, imposer un néoféodalisme à l’échelle mondiale. C’est le projet avorté du WEF dont la finalité se résument par la déclaration de son grand gourou : Vous ne possèderez rien et vous serez heureux… de nous servir. Car nous veillerons à ce que la misère accable tous ceux qui n’auront pas la bonne fortune de nous être utiles. Ce projet de cerveau malade à donc été revue à la baisse pour restreindre son périmètre au monde occidental dans lequel les processus de pillage et de paupérisation sont déjà bien amorcé.

      +9

    Alerter
  • Vain(s) Espoir(s) // 22.04.2023 à 08h51

    De toutes manières cela ne se fera pas !!!

    Je ne sais plus si c’est sur ce site que j’avais lu un article sur l’Obamacare où l’on avait interrogé un clochard à l’américaine s’il appréciait cette loi qui lui était profitable…. celui-ci répondit qu’il n’en voulait pas CAR S’IL ÉTAIT RICHE IL NE VOUDRAIT PAS PAYER POUR
    ÇA !!!

    Donc n’escomptez pas que les riches OÙ qu’ils/qu’elles soient se laissent taxer sans combattre…

      +8

    Alerter
  • Auguste Vannier // 22.04.2023 à 09h30

    « Si elles {les inégalités} sont inévitables dans le cadre du capitalisme, leurs effets peuvent être accentués ou atténués par les politiques publiques. »
    Après cet éclair de lucidité -le capitalisme est le problème- la suite de l’article ne fait que reprendre des constats d’évidence, j’oserai même dire d’une triste banalité pour un européen encore habité d’une culture d’économie politique basique. Mais sans doute est-ce moins évident dans le contexte culturel étatsunien.
    La solution, taxer les riches, reste dans le cadre de la doctrine néolibérale, alors qu’on sait bien qu’il y faudrait une véritable « Révolution » socio-culturelle, faire société sur des bases radicalement opposées à celles de l’idéologie anthropologique du capitalisme de marché: altruisme vs égoïsme, solidarité vs individualisme, coopération vs compétition, régulation démocratique vs autorégulation des marchés,…Bref tout le contraire de ce que nous avons jusqu’ici expérimenté (globalement) et dont nous pouvons observer et vivre les conséquences (jusqu’à l’ultime et désormais très plausible, disparition de notre espèce).

      +18

    Alerter
  • Olivier // 22.04.2023 à 09h55

    La democratie n’est pas une affaire economique mais une affaire de demos, de peuple.

    Ce qui sape la democratie est la perte de confiance au sein du peuple, la perte de concorde. La défiance augmente la distance sociale entre les citoyens avec pour résultat une libération de la violence. La solidarité s’estompe, la fraternité se disloque.

    Ce texte n’est qu’une exhortation à l’opposition, il pointe une cible a viser, il designe un bouc-émissaire qui est un préalable a l’action violente. Basé sur des affirmations peremptoires, fabricant des victimes et des coupables, il est l’expression de ces oppositions tribales qui prennent l’ascendant quand la défiance est généralisée.

    L’auteur ne s’en cache d’ailleurs pas, il reconnait la totale inefficacité des mesures qu’il propose, pour in fine, devoiler son but : « sensibiliser le public » et « changer de visage ». De l’idéologie basée sur des voeux pieux (usage du conditionnel en continu). En bref : de la simple propagande mal ficelée.

    On peut parier que ce courant de pensée n’est pas démocrate, c’est ce que l’histoire enseigne semble-il. Cette lecture partiale et politique de l’économie sape la democratie. On peut le dire.

      +10

    Alerter
    • Didier // 22.04.2023 à 12h10

      Vous semblez déplorer une «lecture politique» de l’économie qui, selon vous, saperait la démocratie.

      Vous oubliez un détail, mais de taille : l’économie est * toujours * politique. Vouloir la présenter comme une «science» hors sol, vierge de tout présupposé anthropologique ou social, participe de l’enfumage général – politique, lui aussi.

        +5

      Alerter
      • Olivier // 22.04.2023 à 19h03

        Je ne deplore rien, je constate « cette » – et non pas « une » – lecture partiale, idéologique et hors-sol
        Je ne pretend nullement que c’est une science.
        Je n’oubli aucun détail, à commencer par le plus important qu’oublie l’auteur : la démocratie n’est pas une question économique.

        Il n’y a donc rien a enfumer, a moins de vouloir me faire dire ce que je ne dis pas.

        En revanche il y a bien un présupposé anthropologique à la question politique. Libéraux et collectiviste ont la même. Fin de l’histoire.

          +0

        Alerter
        • Didier // 23.04.2023 à 15h17

          Il n’y a pas de démocratie sans un minimum d’égalité entre les citoyens. D’égalité *réelle* . La démocratie est donc bien aussi une question économique. Fin de l’histoire.

            +2

          Alerter
        • Cévéyanh // 26.04.2023 à 22h13

          A Olivier,
          L’économie dans une société capitaliste amène des inégalités de richesse (qui peut être plus ou moins forte selon l’équilibre entre ceulles qui détiennent le capital et ceulles qui travaillent). L’inégalité (résultant de la hiérarchie) n’est-il pas inné dans notre animalité ? Peut-on vraiment la supprimer ou seulement la réduire au maximum ?

          Avec l’intervention de l’Etat et Services publics (la politique), il peut être le plus EQUILIBRE possible : faire la balance entre les deux et non balancer plus d’un côté que de l’autre. Un fonctionnement en tripartite pour que chaque partie ne se sente pas lésée, permettant une entente (coopération) plutôt qu’essayer d’obtenir le plus de l’autre (rivalité).

          Aujourd’hui, nombre de pays démocratiques semble (énormément?) plus pencher pour l’argent que le bien-être de la société. L’argent rime t-il toujours avec joie ou confort ? De plus, ce sont des pays où l’individualisme et la rivalité (la compétition n’est que le cadre, les règles) sont exacerbées.

          Dans ce contexte, comment la démocratie peut-elle fonctionner correctement ? Car elle demande une entente pour le bien de toustes et non la vision d’un camp pour le bien de toustes.

            +1

          Alerter
          • Cévéyanh // 29.04.2023 à 10h26

            Concernant mon dernier paragraphe, une citation de Vincent Mignerot : « Essayer d’avoir raison à tout prix est le meilleur moyen de polariser la société. Cette polarisation est dangereuse car cela favorise l’extrémisme et le totalitarisme. »

            Je rappelle les définitions du Larousse.fr car nous pouvons avoir une mauvaise perception des deux mots :
            – Extrémisme : « comportement politique consistant à défendre les positions les plus radicales d’une idéologie ou d’une tendance. »

            – Totalitarisme : « système politique dans lequel l’Etat, au nom d’une idéologie, exerce une mainmise sur la totalité des activités individuelles. »

            Un court extrait de Boris Cyrulnik expliquant comment les magistrats peuvent garder leur « liberté de jugement face à la radicalisation. » https://www.youtube.com/watch?v=duvSa5Cr24E

              +2

            Alerter
      • Patrick // 24.04.2023 à 10h00

        Economie et politique sont totalement imbriquées

        L’économie c’est avant tout l’intendance , quand ça fonctionne bien , tout le monde peut vivre dignement ce qui est la condition de base de la vie en société et de la démocratie.
        Mais l’organisation et donc le fonctionnement de l’économie dépend aussi de l’organisation politique d’un pays. Même si la politique est pleine de bons sentiments et de grandes idées , si elle conduit à la faillite de l’économie ça ne pourra pas bien se terminer.
        ça restera toujours une question d’équilibre.

          +0

        Alerter
  • Actustragicus // 22.04.2023 à 10h32

    Taxer les super-riches, bien sûr, mais il ne s’agit là que de corriger un dysfonctionnement… par quel mécanisme sont-ils devenus super-riches ?
    Quand un jeu ne fonctionne pas de manière satisfaisante, il ne suffit pas de modifier le décompte des points : ce sont les règles qu’il faut changer, sinon c’est du bricolage.

      +22

    Alerter
  • Kaki // 22.04.2023 à 10h49

    Des gens ont été élus.
    D’autres gens pas forcément tous riches ont votés pour ces gens. A partir de quel moment on demande aux politiques de taxer les optimisateurs fiscaux ? De manière plus générale, à partir de quel moment on demande ?

      +4

    Alerter
  • En facturant // 22.04.2023 à 16h40

    Le saviez-vous ? d’ici à deux ans, toute entreprise soumise à TVA quelle qu’en soit la taille, ne pourra plus envoyer ses factures directement à ses clients soumis également à la TVA ? Elle devra ne les envoyer qu’aux services de l’Etat ou à ceux de ses délégataires, lesquels après les avoir triturées, stockées, analysées et statistiquées, les feront alors parvenir auxdits clients ? Le tout sans doute, en à peine quelques secondes évidemment. Et l’on a le toupet d’écrire que c’est pour votre bien.

      +3

    Alerter
    • Incognitototo // 22.04.2023 à 19h07

      Vous avez mal compris le dispositif : https://www.economie.gouv.fr/generalisation-facturation-electronique-entreprises#

      Même si on pouvait inventer d’autres moyens ne passant pas par la dématérialisation, cette mesure vise essentiellement à combattre la fraude sur la TVA : 15 Md€/an pour la France (cf. CdC) ; soit un peu plus que le soi-disant trou pour les retraites…

      Rappel : la seule fraude fiscale représente 60 à 100 Md€/an en France ; en 20 ans la moitié de tous nos déficits publics ! Si on le voulait, on pourrait très bien récupérer cet argent. Problème : depuis toujours tout démontre, « qu’on » ne le veut pas.

        +9

      Alerter
  • bdb30 // 22.04.2023 à 19h43

    Critiquer le Capitalisme avec l’argumentation bourgeoise, les outils bourgeois, la pensée bourgeoise, la démocratie bougeoise ne peut que maintenir des rapports sociaux qui sont capables et le démontrent MAINTENANT, SOUS NOS YEUX, d’intégrer la guerre comme un produit de consommation marketing par des médias main stream, de faire appel à la sauvegarde de LA PLANETE pour encore une fois l’intégrer dans LE Marché et la SAUVER avec la même méthodologie pour conserver notre bien être OCCIDENTAL. Rien de changer depuis 50 ans à part une floppée de multi milliardaires. Il ne s’agit pas de taxer les riches ou ultra riches mais d’empêcher l’émergence de cette classe de prédateurs , une société où les enfants seront éffarés d’apprendre qu’une multitude était dépossédée par une poignées d’asociaux. Vaste programme, plus vaste que celui de se débarasser des cons.

      +7

    Alerter
  • Patrick // 24.04.2023 à 09h39

    Pleurer les conséquences sans jamais revenir à la cause de départ…
    Continuer à imprimer du pognon et à créer des dettes , sans se demander quels sont les impacts et imprimer encore pour que tout le système vive encore quelques temps …
    Taxer pour redistribuer , mais dans un système qui n’est plus qu’un mort-vivant , pour que cela soit tenable encore un peu…

    Et vous pensez que cela va bien se terminer ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications