Les Crises Les Crises
1.avril.20131.4.2013 // Les Crises

[Reprise] Travailler jusqu’à 65 ans, par Michel Rocard

Merci 1
J'envoie

Michel Rocard préconise un report des départs en retraite et une baisse du temps de travail pour lutter contre le chômage.

Michel Rocard

Michel Rocard

Le chômage est en hausse continue depuis vingt ans et a repris son accélération, en dépit de la stabilité de décembre. La Cour des comptes suggère de baisser les indemnités des cadres, parmi les plus élevées du monde. Qu’en pensez-vous?
Les ajustements brutaux pour cause de crise sont injustes, ils créent des contentieux entre les citoyens et les gouvernants, ils poussent à voter FN. Martyriser la population des cadres n’est peutêtre pas la bonne idée. Le régime d’assurance chômage est l’un des rares systèmes gérés par le patronat et les syndicats. Il faut que ses règles soient négociées, dans la subtilité et l’attention.

Ce régime est coûteux et inefficace, selon la Cour. Faut-il le réformer d’urgence?
La première des urgences, c’est de faire baisser le chômage. Comme nous n’avons pas de croissance économique, la seule façon d’y parvenir est de réduire le temps de travail, c’est ce que Pierre Larrouturou et moi expliquons dans notre livre*. Ce sujet est un tabou. Je souhaite que la réflexion s’ouvre à nouveau. En France, les salariés travaillent en moyenne 36,5 heures par semaine, contre moins de 33 heures en Allemagne et moins de 31 aux États-Unis. Il faut y parvenir par la négociation, en réduisant les cotisations sociales des entreprises. Un chômeur embauché, ce sont des allocations économisées et des cotisations qui rentrent dans les caisses publiques.

«L’amputation du pouvoir d’achat est imbécile. Le pays a besoin de davantage de consommation»

Ce n’est pas dans les projets de François Hollande…
La bataille du temps de travail est une constante absolue de l’histoire ouvrière. Martine Aubry avait imposé les 35 heures contre la CGT, qui, par sa propre histoire, se consacre davantage aux salariés en poste qu’aux chômeurs. La méthode a donné lieu à des complications infernales dans les entreprises. Nous sommes restés sur cette crispation. Puis Sarkozy a sorti son slogan : travailler plus…, sans dire si cela concernerait chaque actif individuellement ou tout le monde ensemble. Je dis qu’il faut travailler plus tous collectivement pour gagner plus collectivement. Ce qui permettra de réduire un peu la durée de chacun. Si les partenaires sociaux s’en saisissent, Hollande n’ira pas contre.

La France maintient son engagement à réduire son déficit à 3 % du PIB cette année. Le gouvernement doit-il chercher des économies dans les régimes sociaux?
Lorsque j’étais Premier ministre, j’ai réduit le déficit d’un tiers. Je n’ai jamais plaisanté avec ce sujet. Or la France est dans une situation terrifiante. La récession va s’aggraver, donc le chômage va augmenter. Il y a le feu. Regardez où en sont les moteurs de la croissance. La consommation est en panne à cause du chômage, l’investissement aussi puisque les perspectives sont nulles, les exportations sont en berne car l’Europe est en récession et la dépense publique est contrainte par l’objectif de réduire les déficits. Deux Prix Nobel d’économie, Joseph Stiglitz et Paul Krugman, en sont venus aux hurlements. Ils nous demandent de ne plus appuyer sur ce dernier frein. Il faut expliquer aux marchés financiers qu’en poussant à la récession, ils risquent de ne pas récupérer l’argent qu’ils nous prêtent. Il faut donc un autre calendrier pour les déficits, des taux d’intérêt de la banque centrale très faibles – les États-Unis

La gauche au pouvoir s’est-elle condamnée à mener des réformes délicates?
Le gouvernement est acculé. Il n’a pas le choix. Aussi longtemps que nous n’aurons pas fait accepter à nos partenaires européens un ralentissement dans la réduction de la dette, nous serons sous contrainte. Les esprits commencent à bouger en Allemagne, où Angela Merkel parle à nouveau d’expansion. Mais ce mouvement est lent. S’agissant des réformes, elles doivent se faire par la négociation sociale, on l’a vu avec l’accord du 11 janvier sur le marché du travail, qui est une formidable innovation. La loi, elle, est un marteau-pilon, lourd et brutal.

Justement, les partenaires sociaux négocient autour d’un gel des retraites complémentaires, donc une baisse du pouvoir d’achat des pensions. C’est un sacrifice inéluctable?
Aller dans cette direction est dangereux et mauvais. L’amputation du pouvoir d’achat est imbécile, alors que le pays a besoin de davantage de consommation. La seule solution est d’allonger la durée de cotisation, d’aller peut-être jusqu’à 43 annuités. La France est le seul pays développé qui a fixé un âge de droit au départ à la retraite. La réforme Sarkozy a fait passer au forcing les 62 ans… C’est décoratif, cet âge n’est pas une limite physique, ni individuelle.

Il faut donc travailler plus longtemps?
Il faut dire la vérité aux Français, le vrai calcul se fonde sur la durée de cotisations, pas sur un droit lié à un âge borné et inutile. En conséquence, on peut aller jusqu’à 65 ans. C’est vivement souhaitable, à tous points de vue. Il y a une mortalité forte juste après 60 ans car le travail maintient en forme. Et travailler plus longtemps résoudrait le sous-emploi des seniors. Ce serait un apport considérable.

La gauche n’a plus le droit à l’erreur, Flammarion, 367p., 19 euros.

Par Nicolas Prissette
Source Le journal du dimanche

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

55 réactions et commentaires

  • auvietnam // 01.04.2013 à 06h45

    Mr Rocard , semble ne pas voir une évolution qui va sans doute s’aggraver avec la crise : L’ESPERANCE DE VIE VA BAISSER

    C’est déjà vrai pour les 20% plus pauvres allemands

    En France , l’espérance de vie en bonne santé à déjà diminuée

    Au sud , on attend les chiffres et ça risque d’être térrifiant

    Je vous rappelle qu’en Russie , au début des années 90 l’espérance de vie des hommes a chuté de 7 ans

      +2

    Alerter
    • Macarel // 01.04.2013 à 16h38

      Rocard n’a toujours pas compris que le problème numéro 1: c’est le chômage.

      D’autant plus impardonnable, qu’il a cosigné récemment un livre un “Larrouturou” dont c’est le
      principal cheval de bataille.

      Et puis tant mieux pour lui s’il s’éclate dans ses activités au point de ne pas vouloir prendre de retraite, il oublie simplement que ce n’est en général pas le cas pour la majorité des travailleurs.

      Je lui conseille de réécouter ce classique d’Henri Savador, mieux qu’un long discours:

      http://www.youtube.com/watch?v=Q7IwInwZxp0

      Je ne me lasse pas de le réécouter ce tube.
      Il est vrai que c’était une période de plein emploi ! (CQFD)

        +1

      Alerter
      • Celimen // 01.04.2013 à 17h09

        Problèmes de lecture? Lisez au moins le 2e paragraphe…

          +1

        Alerter
        • Macarel // 01.04.2013 à 22h52

          La première des urgences, c’est de faire baisser le chômage. Comme nous n’avons pas de croissance économique, la seule façon d’y parvenir est de réduire le temps de travail, c’est ce que Pierre Larrouturou et moi expliquons dans notre livre*.

          2ième paragraphe OK: mieux vaut tard que jamais…

          Mais justement, quand on lit le livre, on constate que Larrouturou n’est pas pour autant convaincu qu’il faille augmenter l’âge de départ à la retraite.

            +1

          Alerter
      • Macarel // 01.04.2013 à 17h17

        D’autant plus impardonnable, qu’il a cosigné récemment un livre avec un “Larrouturou” dont c’est le principal cheval de bataille.

        Problème de correction avant la fin du temps limite…

          +1

        Alerter
        • Macarel // 01.04.2013 à 18h27

          Problèmes de lecture du livre “La gauche n’a plus droit à l’erreur” ?
          2ième paragraphe c’est un peu vague…

            +1

          Alerter
    • Macarel // 01.04.2013 à 17h13

      L’ESPERANCE DE VIE VA BAISSER

      Enfin voilà un “vrai progrès” ! D’un point de vue d’expert économique, bien entendu.

      Enfin, les comptes vont se rééquilibrer, les déficits disparaître. Salauds de pauvres, non seulement ils ont toujours besoin de plus d’aides sociales, mais en plus ils voudraient vivre longtemps en grevant encore plus les budgets sociaux pesant, ainsi sur les profits des “riches immortels”.

        +1

      Alerter
      • Gbalou // 01.04.2013 à 19h45

        Tout à fait d’accord ! LES PAUVRES SONT DES SALAUDS !

          +1

        Alerter
  • // 01.04.2013 à 07h46

    Si on décide de dire la vérité aux français sur la durée de vie et de travail, il faut en profiter pour leur dire également la vérité sur l’espérance de vie en bonne santé, en stagnation ou baisse depuis plusieurs années.

      +1

    Alerter
    • Patsux // 01.04.2013 à 11h03

      Vous ne lisez pas Rocard vous !

      « Il y a une mortalité forte juste après 60 ans car le travail maintient en forme. », si c’est pour être en meilleur santé, ça change tout…ne nous arrêtons jamais.

        +1

      Alerter
      • Macarel // 01.04.2013 à 17h05

        Nul cet argument ! Cela va déplacer le pic de mortalité juste après 65 ans. 🙁

          +1

        Alerter
  • Vénus-Etoile du Berger // 01.04.2013 à 07h46

    En complément, cet article n’aborde pas des retraités qui continuent à travailler.

    un retraité reste même présent dans son ancienne entreprise, en créant une entreprise de prestation, travaille comme consultant exterieur toujours au même poste(donc sur un poste fixe) durant plusieurs années et se gave de stock option pendant qu’en parallèle un salarié d’âge moyen n’évolue pas, voit son salaire stagner sur plusieurs années et travaille à la place de 3 ou 4 personnes en étant utilisé comme prestataire de service et n’a pas de stock option.

    Il serait intéressant de réglementer ce point.

    Le problème du chômage doit se traiter dans sa globalité mais pas en segmentant par
    les jeunes, les séniors, etc.

      +1

    Alerter
    • Patsux // 01.04.2013 à 10h56

      La segmentation permet de justifier plus facilement les contrats précaires pour chaque catégorie. Ils sont malins !

        +1

      Alerter
  • Gbalou // 01.04.2013 à 08h17

    A quel âge en moyenne les français sont obligés de prendre leur retraite ? 57 ans ! aAh le capitalisme français !…

      +1

    Alerter
  • Vénus-Etoile du Berger // 01.04.2013 à 08h26

    “La Cour des comptes suggère de baisser les indemnités des cadres, parmi les plus élevées du monde. Qu’en pensez-vous? ”

    Ils font encore fausse route.
    -Quelle économie sera dégagée? 3€ par cadre.
    -Combien de cadre en France?
    -Combien de cadre au chômage?
    -Combien de non cadre en France?
    -Combien de non cadre au chômage?

    Au lieu de s’attaquer à la vraie problématique à savoir “le chômage de masse” et de canaliser voir stopper la hausse du chômage, ils veulent reformer un “faux” problème.

    Cadre, c’est avant tout un statut, et bien il existe le statut de non cadre en substitution.
    Quelle importance?

    On s’attaque aux “faux” problèmes, si on veut réduire le déficit public, il faut s’attaquer aux “vraies” problématiques et il y a urgence.

      +0

    Alerter
  • Vénus-Etoile du Berger // 01.04.2013 à 08h46

    “Puis Sarkozy a sorti son slogan : travailler plus…, sans dire si cela concernerait chaque actif individuellement ou tout le monde ensemble.”

    le slogan était: “travailler plus pour gagner plus”

    “travailler plus” ne signifie rien.
    “travailler moins” ne signifie rien

    Michel Rocard aborde du collectif, depuis quand on se soucie du collectif?
    tout est géré individuellement

    un exemple au hasard pour illustrer la problématique: les primes individuelles variables sur objectif
    l’enveloppe est collective mais l’affectation du montant est individuel,l’attribution du % est individuel.
    On enlève à un salarié sur son labeur pour attribuer le gain de son labeur à un autre car c’est le copain(ou la copine) du chef qui attribue les pourcentages. Curieusement ce sont toujours les mêmes salariés qui bouffent l’enveloppe collective au détriment des autres et ce n’est pas ceux qui travaillent le plus.
    idem pour les augmentations, c’est une enveloppe collective mais au final pour une augmentation individuelle, curieusement chaque année, c’est le même salarié augmenté, il bouffe 80% de l’enveloppe collective à lui seul car c’est le copain(ou bien la copine) du chef.

    revenons à la réalité à la vraie life!

      +1

    Alerter
    • indigné // 02.04.2013 à 14h48

      C’est un pb qui devrait se résoudre au sein de la boite, aux salariés lésés de protester ou d’être démotivés car ils sont ceux qui donnent le plus pour recevoir le moins… Il faudrait peut-être arréter de compter tjs sur la providence de l’Etat qui n’arrivera pas à corriger toutes les injustices de ce pays… Si cela se passe ainsi c’est que la boite en question est très mal gérée: elle démotive les plus méritants….népotisme?

        +1

      Alerter
  • cording // 01.04.2013 à 11h03

    Vous récidivez en donnant de nouveau la parole à ce “socialiste” qui a entériné tout le credo néolibéral sous prétexte d’une modernité qui lui ressemble à s’y méprendre. Rocard reste ce qu’il a toujours été un technocrate, inspecteur des finances, il ne dépareillerait pas s’il faisait partie d’un parti de droite ou du Medef. Il faut croire qu’il n’a jamais travaillé pour se montrer favorable à porter l’âge de la retraite à 65 ans. Il me fait aussi penser aux socialistes qui ont fait les 35 heures sans connaitre le monde du travail sinon il ne l’aurait pas fait en tout cas de cette façon puisque depuis 1983, le virage libéral du PS le monde du travail n’a cessé “d’en prendre plein la gueule” il n’a pas besoin de temps libre mais du pouvoir d’achat!!!! Les 35 Heures ont permis d’accroître la précarité, l’annualisation, et la flexibilité du temps de travail, et la chasse aux temps morts pendant la durée du temps de travail. De plus les salariés se sont acheté les 35 Heures par la “modération” salariale.
    Ceci est un petit exemple de la méconnaissance du monde du travail par le PS, ce parti de notables, apprenti-notables conformiste et conservateur donc néolibéral avec l’alibi européen c’est pourquoi le Front national est électoralement parlant le premier parti ouvrier de France en attendant plus comme l’indique le second tour de l’élection partielle de le 2è circonscription de l’Oise. C’est aussi pourquoi je pense que Mélenchon n’a pas tout à fait tort de les traiter de salopards mais je pense que le qualificatif le plus exact est celui de sociaux-traitres auquel les socialistes avaient droit du temps où il y avait un PC qui défendait, à sa façon, mais le défendait quand même le monde du travail et non pas le capitalisme financier apatride et déréglementé dont l’UE sous la férule allemande est le cheval de Troie.
    Pour Rocard comme pour tous les membres de la classe dirigeante il s’agit de faire payer aux peuples le prix des errements du système bancaire mondialisé en cassant “réformant” tous les modes de protection sociale mis en place à la suite de la crise des années 30 sous prétexte que “nous n’avons plus d’argent” pour le maintenir or quand on veut faire quelque chose il y a toujours de l’argent par exemple pour sauver les banques privées par de l’argent public, ça il y en a toujours!
    Cela me décevrait si vous donniez encore la parole à un “expert” de “gauche” comme lui qui ne fait que défendre un système vérolé et profondément malfaisant. De grâce cherchez donc des experts moins conformistes, vous en trouverez sans problème. Sinon je crains que ce soit la crédibilité que je vous accorde qui ne soit gravement entamée!

      +1

    Alerter
    • celimen // 01.04.2013 à 16h06

      @Cording
      si rien qu’au nom “Rocard” vous tremblez de colère, je vous suggère de mettre un carton sur son nom et sa photo, cela nous épargnera ce mouvement d’humeur inutile et permettra de concentrer le débat sur les idées, rien que les idées, surtout sur celles qui pourraient nous permettre de sortir du chômage de masse, merci…
      Je pense que les chômeurs et la collectivité aussi toute entière attendent et méritent mieux que ces mouvements d’humeur qui cherchent plus à “rejeter” qu’à “solutionner” les problèmes…

      “Il me fait aussi penser aux socialistes qui ont fait les 35 heures sans connaitre le monde du travail sinon il ne l’aurait pas fait en tout cas de cette façon”
      Il vous fait penser, c’est bien, mais si vous étiez réellement bien informé, vous sauriez que cela n’aurait jamais été dans ses méthodes…

        +1

      Alerter
      • cording // 01.04.2013 à 18h42

        La méthode de Michel Rocard consiste à faire accepter aux salariés la régression économique et sociale au nom d’une modernité qui ressemble à s’y méprendre au néolibéralisme dominant., Sa naïveté concernant les marchés financiers est confondante : il n’y a rien à leur expliquer, ils ont tout compris que le rapport de forces est en leur faveur en raison de la complaisance des politiques, il s’agit de les neutraliser, de les mettre hors d’état de nuire.
        Il n’est pas vrai que l’on a tout essayé contre le chômage de masse puisqu’il date de 1983 et du ralliement de la gauche avec l’alibi européen à l’idéologie dominante.
        Même l’éditorialiste le plus lucide et proche de Michel Rocard et de la seconde gauche,
        Jacques Julliard, a reconnu ces dernières années que la gauche façon Michel Rocard y avaient largement contribué!. Je crains que vous n’ayez encore beaucoup d’illusions sur ces gens-là! Que voulez-vous je pense souvent aux chômeurs et toutes les victimes de leur politique quand ces gens-là gouvernent et à toutes les vies abimées, saccagées, bousillées soit près de 5 millions de chômeurs et tous les pauvres ( 8 millions dont ils se moquent éperdument pour lesquels ils ne feront rien) dont ils sont responsables et coupables comme la droite. Autant de raisons pour lesquelles je n’ai aucune indulgence pour cet homme et son parti “socialiste”.
        Il est largement temps que Michel Rocard prenne sa retraite!

          +1

        Alerter
        • lacsap40 // 05.04.2013 à 10h50

          Je crois que des gens comme mr Rocard ne sont pas prêt à remettre à plat un système aujourd’hui en faillite alors qu’ils ont contribué largement à le renforcer et à le cautionner.
          Ce système était valable dans une certaine mesure ( ne parlons pas du pillage de la planète et de tous les laissé pour compte qu’on laissait crever de faim ) et uniquement pour les pays dévellopés et tant que les pays sous la botte (URSS ,Chine etc) n’avaient pas d’autre choix que de fermer leurs gueules, ce système aujourd’hui est mort et conduit nôtre pays en particulier à la misère ! De plus en plus de gens en France ont du mal pour simplement manger, se loger, se soigner et même en ayant un boulot ! Comment vous faites aujourd’hui à Paris avec 1300 €/mois qui est le salaire médian ?
          Il faut m’expliquer comment dans un pays comme la France où l’on fabrique beaucoup plus de produits de toutes sortes, alimentaires, logements, énergie etc avec de moins en moins d’ouvriers on est arrivé à cette situation ?
          On a de quoi nourrir tout le monde en France, il y a combien de logements vide à Paris ? Ce que veulent de plus en plus de gens en France c’est juste ne pas crever !

            +1

          Alerter
  • burgf // 01.04.2013 à 11h06

    Il est gentil, not’bon Rocard, mais il à l’air un peu à coté de la plaque..
    Modifier l’age légal de la retraite, ou réduire le temps de travail.. sans aborder l’outil N°1 qui pourrait permettre une politique; la monnaie, ça, c’est un peu terrifiant!
    Il y a des milliers de chomeurs, de pré-retraités qui aimeraient- auraient aimés- continuer à bosser…
    Tiens: les chypriotes prendraient-ils le chemin de l’Islande?
    http://www.zerohedge.com/news/2013-03-31/cyprus-parliament-president-says-no-future-under-troika-calls-iceland-solution

      +1

    Alerter
  • fourminus // 01.04.2013 à 11h34

    “travailler plus longtemps résoudrait le sous-emploi des seniors.”

    Ah bon ? J’ai plutôt l’impression que passé 50 ans c’est très difficile de trouver du boulot. Qui embauchera un salarié de 63 ans pour qu’il “tire” ses deux dernière années ? C’est une blague !
    En réalité l’objectif n’est-il pas plutôt de limiter le droit à une retraite complète (par répartition) pour favoriser les retraites par capitalisation, qui rapportent tant à nos chères institutions financières…
    Allez Michel, on t’a capté, va te cacher.

      +1

    Alerter
  • fourminus // 01.04.2013 à 11h40

    “Il y a une mortalité forte juste après 60 ans car le travail maintient en forme.”
    Le travail c’est la santé !! Travaillez jusqu’à 65 ans pour votre propre bien !

    Pourtant, étonnamment les ouvriers qui commencent le plus jeune à travailler vivent le moins longtemps… Ca colle pas…

      +1

    Alerter
  • Gbalou // 01.04.2013 à 11h59

    Pour rappel, rien oblige (en dehors de la faim et d’avoir un toît…) à travailler !… Le travail n’est pas l’alpha et l’omega de l’essence humaine. La plupart des décideurs aiment à jouer au golf dans l’après-midi pendant que leurs salariés travaillent ! Il faut faire des choix.

      +1

    Alerter
  • jeanpaulmichel // 01.04.2013 à 12h42

    50 ans. Employé de la fonction publique. Compte tenu de la réforme des retraites de NS, l’âge légal est repoussé de 2 ans soit 57 ans avec forte décote. Annulation de la décote : 60 ans si rien ne change …
    Age maxi pour prendre la retraite : 65 ans.
    Entretien d’évaluation avec mon supérieur hierarchique il y a deux mois.
    Alors, quand penses tu prendre ta retraite ? Vu la crise, enfants au chômage j’irai jusqu’au bout soit 65 ans voire plus.
    Responsable hierarchique est devenu blême. Faut pas être défaitiste !
    Vu ce qui se prépare (1929 pourrait être de la rigolade), il est judicieux de bien réfléchir avant de rendre son tablier.

    Discussion autour du café.
    Rh ne veut plus des anciens salaries et ne sait plus comment s’en débarrasser. Comment être compétitif alors que les concurrents ont 30 ans de moins ?

      +1

    Alerter
    • Vénus-Etoile du Berger // 01.04.2013 à 13h19

      @jeanpaulmichel “Comment être compétitif alors que les concurrents ont 30 ans de moins ?”

      et pourtant un jeune coûte plus cher à une entreprise, avec un salaire d’entrée souvent plus élevé que le premier décile et ils ne sont pas “véritablement” compétitifs, sachant que pour l’entreprise le jeune n’est pas rentable car moins de deux ans après son entrée, il part dans une autre entreprise, le coût est compensé par la masse salariale et la non augmentation des salaires des salariés ayant une ancienneté de plus de 5 ans.

      Courage à vous jeanpaulmichel, ne rendez pas votre tablier.

        +1

      Alerter
  • AlexHanin // 01.04.2013 à 12h58

    “Il faut expliquer aux marchés financiers qu’en poussant à la récession, ils risquent de ne pas récupérer l’argent qu’ils nous prêtent.”

    Eh bien trouvons-les, ces “marchés”, et expliquons-leur qu’ils se tirent une balle dans le pied. Une fois qu’ils auront compris ce qui se passe, ils seront plus accommodants, c’est pas possible autrement. Les marchés financiers pensent sur le long terme, après tout.

    Les marchés, il est très facile de les calmer. Il “suffit” de ré-unir les politiques fiscale et monétaire, comme cela se passe partout ailleurs dans le monde.

    “Récupérer l’argent qu’il nous prêtent” : l’argent que les créditeurs prêtent aux Etats a été créé par ces derniers. Les Etats supplient à genoux les créditeurs de bien vouloir leur avancer à un taux raisonnable de l’argent qu’ils ont eux-mêmes créé, c’est ridicule.

    Il faudrait savoir ce qu’on veut : soit on estime que les marchés ont la science infuse, et on souffre en silence jusqu’à ce que l’Europe explose, soit on pense qu’ils se trompent, et on laisse la BC prendre le contrôle des taux de façon à sortir d’une austérité sans issue. Le reste n’a aucun sens. On ne peut pas d’un côté donner raison à Stiglitz ou Krugman et de l’autre supplier les marchés à genoux.

      +1

    Alerter
  • Jean-Luc // 01.04.2013 à 13h20

    Nous sommes condamnés à consommer …

    N’y-a-t-il pas contradiction à vouloir partager davantage le travail tout en voulant garder plus de monde autour de la table (recul du départ à la retraite) ?
    Cela pourrait se résumer en partage du travail pour les seniors (ceux qui sont déjà en place) et pour les autres, les jeunes, les entrants dans la vie active, toujours plus de difficulté à trouver du travail.
    C’est symptomatique de nos sociétés développées : chômage massif des jeunes actifs que le marché ne peut déjà pas absorber.

      +1

    Alerter
  • GRRR // 01.04.2013 à 13h35

    “Un chômeur embauché, ce sont des allocations économisées et des cotisations qui rentrent dans les caisses publiques.”
    Monsieur sait-il que seuls 52% des privés d’emploi inscrits cher Paul Emploi, touchent une indemnité (d’assurance chômage, assurance à laquelle ils ont cotisé…), pardon, une allocation (novlangue oblige!)?…

      +1

    Alerter
  • luci2 // 01.04.2013 à 13h43

    Assez de galéjades autour du pot.
    C’est Titanic au complet …!
    Alors que faire et commenty , avec qui et où …etc…???
    Une réponse s’impose. Une seule =
    Egalisation des répartitions en fonction des richesses produites.
    Une seule Foi,un seul …
    Non zut ,
    c’est :
    Impôt proportionnel pour TOUS
    et pour TOUT (Travail+Produits des Rentiers…etc..)
    Puis :
    répartition équitable de ce qui reste ,une fois évacuée l’énormité (70 à 100 milliards de fraudes ,fiscale et sociale) des fraudes ,et une fois maintenus les Essentiels que sont les
    ECOLES
    HOPITAUX
    SERVICES DE SECURITE

    Soviétiseme dites vous ? Communisme ..?
    NON = EQUITE FRATERNELLE
    l’Eden retrouvé!!!!!!!!!!!!!!!!

      +1

    Alerter
  • soulages // 01.04.2013 à 13h50

    Ce que je crois (même si, ici, je n’exprime pas d’opinion) :
    Pour informations, les axes développés dans ce livre sont les suivants :
    – La crise ne fait que commencer pour tous les pays, une course de vitesse avant la barbarie.
    – La crise ne fait que commencer, focus sur US et Chine.
    – Sortir du dilemme de Roubini “damned if do, damned if you don’t” :
    * retransférer les gains de productivités aux salariés (vaste programme).
    * rerégulation par l’état, soutient d’une sécurité sociale forte sinon déflation généralisé.
    * reprogressivité des impôts (revenu et capital).
    – Réduire notre impact environnemental (réduction des déchets yc CO2, économies d’nrj…)
    – La stratégie allemande (hartz 4) n’est pas la bonne.
    – La croissance, c’est fini !
    – Eviter le récession. Retrouver l’équilibre des finances public sans autérités (sic, c’était donc facile ?)) :
    * Financer l’état directement via la BCE pour les dettes roulées.
    * Impôt européen sur les dividendes.
    * La révolution fiscale (cf Piketty).
    * Lutter contre les paradis fiscaux (boycott des entreprises y ayant des filiales).
    * La flex-sécurité à l’allemande (prévenir les licenciement).
    * La flex-sécurité à la danoise (sécuriser les chomeurs).
    * Séparation des banques de dépôts et des banques d’investissement.
    * Taxes sur les transaction financière.
    * Lutter contre les délocalisations : imposer des normes sociales et environnementales sinon taxe aux frontières de l’Europe.
    – Lutter contre le chômage, un nouveau mode de développement :
    * Investir dans le logement
    * Investir dans les éconies d’énergie et les nrj renouvelables.
    * créer un service civile européen.
    * réparer, recycler, réutiliser (vaste programme).
    * l’économie sociale et solidaire.
    * valorisé le temps libre et les activités socios-culturelles.
    * Favoriser la création/reprise d’entreprise, améliorer les contextes fiscalo-réglementaire des TPE/PME.
    * Lutter contre les patrons voyou, la cogestion et les golden share.
    * Développer une agriculture durable
    – Réduire le temps de travail pour absorber les hausses inouies de productivités que l’on voit depuis 40 ans :
    * un contrat sociale obsolète, construit pour répartir la croissance qui n’existe plus.
    * La cause de la crise : une mauvaise répartition des gains de productivité.
    * Relancer le débat sur la réduction du temps de travail, les lois “35 heure” et leurs mauvaises gestion, la semaine de 4 jours.
    * Financer les créations d’emplois uniquement.
    * Comment faire passer le message : une quasi guerre civile (merci les lois “35 heures”, favoriser les négociations avec une loi cadre, cotisations variables selon la durée de travail ?…
    – Changer l’Europe maintenant :
    * L’europe à 2 doigts du KO, pour une Europe enfin démocratique.
    . Souveraineté de l’UE : diplomatie, défense, sécurité, monaie, recherche, agriculture, commerce, dévt durable..
    . Souveraineté des états : éducation, santé, culture, logement, emploi, retraites.
    * Un traitée de l’Europe sociale pour éviter le dumping social au sein de l’Europe, bye-bye la GB.
    – Annexes :
    * Les impacts macro, historiques et prospectifs, de la réduction du temps de travail.
    * Un tableau récapitulatif des impacts sur les comptes, sur 12 ans, d’une entreprise ayant passer à la semaine de 4 jours

      +1

    Alerter
  • bastien775 // 01.04.2013 à 13h50

    La chance unique et qui ne se représentera pas a été volontairement loupée quand le marché financier s’est retrouvé aux abois après la crise des subprimes. La collusion entre ce dernier et les politiques n’est plus à démontrer. Faire payer les errances de ce système par le peuple est tout simplement une trahison inexcusable qui montre bien que nous ne sommes plus en démocratie. C’est le grand bond en arrière ou l’humain est devenu une variable d’ajustement et le hold-up permanent la nouvelle norme.

      +1

    Alerter
  • G L // 01.04.2013 à 14h02

    Cherchez l’erreur !

    Arrêter de travailler de plus en plus tôt + avoir droit à la retraite de plus en plus tard = transformer des retraités en chômeurs.

    S’intéresser à la durée de cotisation permet d’éclaicir un peu la question mais ceux qui cherchent à imposer une solution qui leur convient ont de bonnes raisons de préfèrer le brouillard dans lequel baigne ces choses… Le point de vue de Bernard Friot – que je ne m’aventurerais pas à résumer en quelques mots tellement il semble (au mois à première vue) s’écarter de ce qui est habituellement sous entendu à ce propos – me semblerait un contrepoint utile.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Friot_(sociologue)

    http://blog.mondediplo.net/2010-09-08-A-partir-des-retraites-imaginer-un-salaire-a-vie

    Si la retraite n’est rien d’autre qu’une assurance viellesse alors il n’y a pas de raisons de la lier au fait d’avoir ou pas un emploi et un salaire: chacun cotise selon ses moyens et touche ce qui est prévu dans le contrat à partir de la date prévue au contrat. Il me semble évident que ceux qui ont institué le système en vigueur avaient une vision assez différente de la chose et qu’elle était basée sur l’expérience de ce qui passe dans une société industrielle quand ceux qui sont trop vieux pour y travailler n’ont pas mis de côté ce qui leur serait nécessaire pour (sur)vivre.

      +1

    Alerter
    • G L // 01.04.2013 à 19h25

      Les sociétés industrielles développées font penser à l’Angleterre de l’époque des “Poor Laws” (XVIIIe) qui ne savait que faire de ses trop nombreux pauvres malgré toutes les instututions qu’elle avait imaginées pour leurs venir en aide. Malthus recommendait de n’autoriser à se marier que les gens assurés de pouvoir subvenir aux besoins d’une famille.

      C’est finalement l’essor de l’industrie qui a permis de leur faire une place, d’abord très précaire puis de plus en plus satisfaisante quand Ford à imaginé de les payer suffisamment pour justifier l’énorme accroissement de la production industrielle. C’est cette croissance de l’industrie qui semble désormais limitée par les resources disponibles, conformément à ce que prétendait déjà Malthus dès cette époque.

        +1

      Alerter
  • fabien775 // 01.04.2013 à 14h12

    @G L
    Et pourquoi pas les fonds de pension, tant qu’on y est.

      +1

    Alerter
    • Patsux // 01.04.2013 à 15h27

      Je vois pas où est-ce que G L parle de fonds de pension…

        +1

      Alerter
    • G L // 01.04.2013 à 18h47

      B. Friot voit au contraire la retraite telle qu’elle existe en Europe (retraite par répartion) comme un début de réalisation d’une société où la “propriété lucrative” sur laquelle reposent les fonds de pension n’auraient pas leur place. Dans la mesure où j’ai bien compris ce qu’il dit, toute personne qui acquiert des compétences utiles à la société et les met à la disposition de ses semblables doit obtenir en échange le droit de vivre.

      C’est évidemment pas comme ça que ça marche actuellement pour les chômeurs que la société tend à rejetter parce qu’elle les juge inadaptés tout en ayant institué le RMI et la CMU, ce qui suggére que leur droit de survivre ne lui est pas vraiment indifférent (même si ça ne va pas jusqu’à accepter de s’adapter de maniére à leur trouver une place.)

        +1

      Alerter
  • pyrrhogaster // 01.04.2013 à 15h17

    La réduction du temps de travail est nécessaire pour donner du travail maintenant que la croissance a disparu. peut-on le faire avec des frontières largement ouvertes à la concurrence internationale ? Il me semble qu’Olivier a déjà répondu non et je partage cet avis.

      +1

    Alerter
  • Souvarine // 01.04.2013 à 15h34

    Vivement qu’on en revienne au bon vieux temps de nos aïeux, quand les prolos avaient le savoir vivre de crever avant de pouvoir voler une pension à la société. Qu’en auraient ils d’ailleurs fait, ces gueux. Fort heureusement, grâce aux esprits éclairés qui savent mieux que le peuple ce qui est bon pour lui (le travail, c’est la santé, mon brave!), ces gens là seront bientôt remis à leur juste place.

    “Michel Rocard se trompe donc doublement : socialement et écologiquement. Et la contradiction éclate lorsqu’il aborde la question des retraites. En effet, il préconise d’allonger la durée de cotisation à 43 ans et de reculer l’âge de la retraite jusqu’à 65 ans.[5] Au double motif que travailler éviterait une « mortalité forte juste après 60 ans » (sic) et « résoudrait le sous-emploi des seniors » (avec quels emplois ?). Fait-il semblant de ne pas comprendre que, si on augmente le temps de travail sur l’ensemble de la vie active, à un instant t, il y aura donc, pour une même démographie globale, une population active plus nombreuse ? Il s’ensuit que, si tel était le cas, nous serions face à une situation où :

    – soit le nombre d’emplois offerts n’a pas varié, pour une productivité donnée, et le chômage augmente ;

    – soit la RTT envisagée ne suffit plus et il faut refaire le calcul, et d’autant plus si la productivité a augmenté.”

    (J.M Harribey)

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey/2013/03/09/rtt-ecologie-retraite-et-gains-de-productivite-michel-rocard-se-trompe-doublement-et-il-n%E2%80%99est-pas-le-seul/

      +1

    Alerter
  • Balthazar // 01.04.2013 à 17h20

    “En France, les salariés travaillent en moyenne 36,5 heures par semaine, contre moins de 33 heures en Allemagne et moins de 31 aux États-Unis. Il faut y parvenir par la négociation, en réduisant les cotisations sociales des entreprises. Un chômeur embauché, ce sont des allocations économisées et des cotisations qui rentrent dans les caisses publiques.”
    Ah, sacré Michel. Une pensée pour les caissières, qui ont le bon goût de travailler 24 à 28 h par semaine, en flex-rien du tout. Grâce à elles, il y a plus d’emploi. Bon après, elles ne gagnent pas de quoi vivre, mais ça, Mimi il n’y pense pas.
    Aux USA, les gens qui ont deux emplois, comme en UK, c’est légion, sinon c’est la dalle. Ils préféreraient sûrement travailler quelques heures de plus par semaine, et n’avoir qu’un job.
    Autre chose, aux USA, ils ont deux semaines de congés par an, ça change de nos RTT.
    Bref, Mimi, tu ne nous aides pas beaucoup, là.

      +1

    Alerter
  • cording // 01.04.2013 à 19h41

    Un exemple de la déconnexion totale de Michel Rocard des réalités économiques et sociales: la “réforme” des retraites de Balladur en 1993 soit la nécéssité de 40 annuités de cotisations sociales pour une retraite à taux plein a déjà contribué à appauvrir les retraités d’aujourd’hui dans la mesure où ils ont connu une période plus ou moins longue de chômage. Alors porter l’âge de la retraite à 65 ans contribuera à appauvrir les futurs retraités parce qu’ils risquent de plus en plus de connaître une période de chômage plus ou moins longue. De plus il ignore les gains de productivité considérable qu’ont fait depuis 30 ans les salariés et où donc va l’argent qui en découle. La réponse va hélas de soi: les actionnaires et les patrons.
    Souvenez-vous toujours des propos de l’ex-n°2 du Medef Denis Kessler selon lequel la lutte des classes existe toujours mais qu’il a changé de camp par rapport à sa jeunesse où il fût un gauchiste! Et aussi des propos du milliardaire US Warren Buffet selon lequel la lutte des classes existe toujours et ce sont les riches qui l’ont gagné et donc la mènent. Toujours le même Denis Kessler qui a déclaré qu’il s’agissait de détruire le compromis social instauré à la Libération par l’application du programme du Conseil National de la Résistance élaboré sous l’égide du général de Gaulle avec toutes les sensibilités politiques. Le patronat de l’époque ayant collaboré avec l’occupant allemand n’a pas eu grand mot à dire ce de Gaulle ne s’est pas gêné à juste titre de lui reprocher.
    De plus depuis 30 ans la part des salaires dans le PIB n’a cessé de baisser au profit des revenus du capital, les gains de richesse due à la productivité réalisée par les salariés lui a été en grande majorité attribué. Bien des aspects des choses que Michel Rocard ne veut pas voir par paresse intellectuelle et/ou conformisme!

      +1

    Alerter
  • MJL // 01.04.2013 à 21h14

    Comme souvent, le discours de Rocard me paraît bien confus et pas très franc.
    1) travailler moins longtemps par semaine: qui serait contre?
    2) travailler plus longtemps dans notre vie: ça me paraît très injuste si c’est appliqué de manière indifférenciée pour toutes les catégories socio-professionnelles (pitoyable le dernier para sur le travail “qui maintient en forme”)
    3) il faut arrêter les politiques de rigueur budgétaire : ok
    4) il faut privilégier les leviers de politique monétaire en baissant les taux d’intérêts : il me semble que le levier est cassé, non?
    Beaucoup de bons sentiments comme toujours, mais niveau démonstration, ça me paraît un peu creux.
    D’ailleurs, j’ai l’impression de lire un alignement de formules politiques, cf. les “contentieux” entre citoyens et gouvernants, et la négociation “dans la subtilité et l’attention” (ça sonne bien faux quand même non?).

      +1

    Alerter
  • La Roque // 01.04.2013 à 21h30

    ” Il y a une mortalité forte juste après 60 ans car le travail maintient en forme. Et travailler plus longtemps résoudrait le sous-emploi des seniors”
    Lorsque je lis ça, je me dis que j ai bien raison de ne rien attendre de ces gens la.
    Je vois qu il ne connait absolument pas le travail d usine avec les 3*8, le bruit etc…
    De plus j ai lu que la retraite à 60 ans mis en place par Mitterand avait participé à l augmentation de l ‘espérance de vie , ce qui parait logique.
    Ils ne sont pas à une contradiction prés.
    Retraite à 65 ans avec une espérance de vie en bonne santé à 66 ans bravo!

      +1

    Alerter
  • jeanpaulmichel // 01.04.2013 à 22h25

    La retraite repoussée à l’âge de 170 ans ?
    Probable si ces prévisions se réalisent :
    http://www.francesoir.fr/actualite/sante/dr-laurent-alexandre-l-homme-pourra-vivre-200-ans-129854.html

    Plus sérieusement, l’espérance de vie en bonne santé stagne voire régresse et atteint grosso-modo 63/64 ans.
    Après cela se gâte …
    En (re) fixant l’âge de la retraite à 65 ans, cela permet de presser le citron jusqu’à la dernière goutte puis de le jeter.
    Nul doute que vu les conditions de travail et de vie, cette espérance de vie en bonne santé ne peut que se réduire.
    http://www.lemonde.fr/sante/article/2012/04/19/on-vit-plus-vieux-en-france-mais-en-moins-bonne-sante_1687409_1651302.html

      +1

    Alerter
  • juni palacio // 02.04.2013 à 01h04

    Quel festival, ces commentaires ! Et sur le seul sujet qui cimente encore la société française bouffée par l’égoïsme de haut en bas. La retraite ! la retraite comme horizon suprême d’une collectivité en panne totale de sens. Tous les arguments sont bons. Rien de grave si on ne maîtrise pas le sujet. Comme le disait un de mes vieux instits : ” il n’y a rien de pire que les demi-instruits”. En effet.
    Le jour où le secteur financier sera assaini, la réforme fiscale achevée, le secteur productif relancé, la révolution écologique entamée, l’Europe démocratisée, etc; etc, et bien ce jour là il restera toujours qu’il faudra dégager des ressources de plus en plus élevées pour une classe d’âge de plus en plus nombreuse et coûteuse. c’est simple et toutes les contorsions de raisonnements ne changeront rien à cette affaire. Rendez vous à cette évidence parce qu’elle s’imposera à chacun et mal si on ne s’y prépare pas. Un peu de raison SVP

      +1

    Alerter
    • bahut // 06.04.2013 à 15h12

      En effet. Pas besoin de beaucoup d’instruction pour enfoncer une porte ouverte. Un pied suffit. Ou un rapide coup d’oeil à la pyramide des âges. Mais où diable avez-vous donc lu dans les commentaires – citez-en ne serait-ce qu’un seul – une remise en question du vieillissement de la population ? Qui a dit que ce vieillissement ne nécessiterait pas de dégager des ressources de plus en plus importantes ?

        +1

      Alerter
  • luci2 // 02.04.2013 à 11h56

    Bonjour

    Ce matin , Monsieur Borloo ,sur une radio périphérique et évoquant les allocations familiales avance ceci:
    pourquoi attendre 2017 ..?
    Commençons dès le 1e janvier prochain!!!

    En écho et sur le délicat sujet des salaires différés–improprement et sciemment dénommés “retraites”–,
    je lui rétorquerais,tant qu’à faire (ou parler pour ne rien dire ! ) :
    Nous avons un problème très grave de surendettement,à un point tel qu’il empêche les actionnaires du cake 40 de percevoir la rentabilité à 2 chiffres….,c’est dire…
    et partant,nous fixons par ordonnance (les Suisses disent “recette” en parlant de celles du “docteur”) le montant ,égal pour tous ceux nés avant le 1e janvier1968,des susdites “pensions de retraite” à
    1000 euros mensuels.
    Et nous fermons le ban !!!

    Nos descendants vivront mieux. Déjà ça.!!!
    Au fait,n’est-ce pas (ne serait-ce pas ) l’essentiel ?

      +1

    Alerter
  • youpi // 02.04.2013 à 13h51

    L’age moyen de départ à la retraite en France est de 54ans environ si mes souvenirs sont bons.
    L’age légal de départ à la retraite est (in fine) de 62ans depuis la réforme Sarkozy.
    Faire passer l’age de départ à 65ans (et allonger la durée de cotisation) ne va provoquer qu’une seule chose : faire baisser les pensions.
    L’habillage politiquement correct de la durée de vie n’est que de la com !

      +1

    Alerter
  • tchoo // 02.04.2013 à 15h06

    Et travailler plus longtemps résoudrait le sous-emploi des seniors. Ce serait un apport considérable.

    affirmation gratuite et étayé par rien de réel ni de concret
    rallongé la durée de cotisation, déplace les pensions de retraites, vers l’Unedic vu la forte proportion de personnes entre 50 et 62 au chomage
    et je rappelle à tous que les années de chomage repousse pour chaque mois l’age de départ à taux plein tout en diminuant le montant de la pension
    un chomeur senior est trois fois perdant:
    -parce qu’il est chomeur
    -parce l’age où il peut faire valoir ses droits à la retraite sans décote est repoussé de mois en mois
    -parce les perspectives du montant de sa pension diminue au fur et à mesure du temps

      +1

    Alerter
  • Aldebaran // 02.04.2013 à 15h53

    Pourquoi avoir donné la parole à un technocrate de la finance et favorable aux thèses du libéralisme ?… avec ses faux-fuyants, ce personnage se veut rassurant, quand il est bien mal placé, pour nous parler du monde du travail.

    Il est évident que le libéralisme fait tant de ravages, que c’en est devenu la chienlit, non seulement pour les travailleurs,mais aussi pour les nations.

    Si il y avait une retraite pour les bavards, la décence et la morale, lui intimeraient l’ordre de la prendre bien vite. Or,on le voit trop souvent dans les médias, il phagocyte un peu trop,quand d’autres plus crédibles et intéressants, auraient mieux à apporter au peuple français… C’est curieux comme les politiques prennent toujours les français pour des immatures.

    Avec ce genre de propos, nous avons là, l’art et la manière de bien cacher son jeu, mené à son degré ultime avec des arguments fallacieux.

    La vérité que l’on puisse dire aux français, est qu’un socialiste est quelqu’un qui prêche pour les pauvres, avec ce mélange des genres malsain, qui consiste à justement cacher la vérité.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications