Les Crises Les Crises
31.mars.201831.3.2018 // Les Crises

Trump promeut un faucon anti-russe de longue date au moment même où le Russiagate perd de l’élan

Merci 53
J'envoie

Source : Consortium News, 14-03-2018

Les allégations de collusion entre Trump et la Russie, infondées et défiant la logique, ont perdu encore plus de crédibilité avec la nomination d’un faucon violemment anti-russe pour remplacer le secrétaire d’État Rex Tillerson.

Rex Tillerson dont les liens, examinés à la loupe, avec la Russie ont été au centre des délires de conspiration de Rachel Maddow pendant de nombreux mois, a été congédié. Il sera remplacé par Mike Pompeo, ancien faucon anti-russe systématique depuis des années, qui est allé jusqu’à accuser le président Obama de mettre l’Amérique en danger en acceptant tout simplement de rencontrer Vladimir Poutine en 2015.

Mike Pompeo s’adressant au CPAC [Conservative Political Action Conference] 2012 à Washington, D.C. Février 2012. (Flickr Gage Skidmore)

Comme à peu près tout ce qui se passe n’importe où depuis toujours, cet événement est cité comme une preuve de la collusion entre Donald Trump et le gouvernement russe.

« Tillerson a été congédié par Trump quelques heures après avoir accusé la Russie pour une attaque chimique au Royaume-Uni », a fait la une du plus en plus pro-establishment d’Intercept faisant référence à un commentaire que Tillerson avait fait au sujet des affirmations truquées et truffées de failles du gouvernement du Royaume-Uni selon lesquelles un agent double russe avait été empoisonné par le Kremlin.

« En renvoyant Tillerson un jour après qu’il a déclaré publiquement que la Russie était derrière une attaque ADM sur le sol britannique, nous avons maintenant la preuve que Trump est de connivence avec Poutine », a tweeté Kurt Eichenwald, rédacteur en chef de Vanity Fair et connaisseur en pornographie bizarre. « Je ne sais pas s’il l’a fait lors de l’élection. Mais il le fait MAINTENANT sous nos yeux. Il appartient au Kremlin. »

« Il est intéressant de noter que l’éviction de Tillerson est arrivée un jour après qu’il a rompu très publiquement avec la ligne officielle de la Maison-Blanche et a déclaré que l’empoisonnement de Sergei Skripal venait “clairement” de Russie », a déclaré un tweet populaire de Natasha Bertrand du magazine Atlantic.

« Aux dires de la Maison-Blanche, Tillerson a été informé vendredi, mais la déclaration du Département d’État aujourd’hui semble indiquer qu’il vient de l’apprendre aujourd’hui. Ce qui fait que l’on s’interroge sur le rôle de la déclaration d’hier sur la Russie », a renchéri Chris Hayes de MSNBC.

C’est tout simplement stupide, et c’est probablement le contraire. Rex Tillerson avait fait des commentaires contre la Russie tout au long de sa brève carrière de secrétaire d’Etat, tout comme Pompeo et beaucoup d’autres membres du cabinet de Trump, accusant récemment Moscou d’attaques chimiques en Syrie et annonçant une ingérence future dans les élections américaines à mi-parcours de 2018. Il n’a pas été remplacé par un faucon anti-Russie beaucoup plus virulent parce qu’il s’est rangé du côté du récit de l’administration sur la Russie comme il l’avait fait à maintes reprises auparavant.

Pour sa part, Trump a déclaré aux journalistes « il me semble que ce serait la Russie », en réponse aux questions sur les responsables de l’empoisonnement du Royaume-Uni, et a cité les divergences avec Tillerson sur l’accord nucléaire iranien comme raison de son licenciement. Si vous croyez Trump sur parole (je ne suggère pas que quiconque devrait jamais faire une telle chose), son administration est susceptible de se ranger du côté du Royaume-Uni dans toute escalade qu’il choisit de faire contre la Fédération de Russie, et il a congédié Rex Tillerson parce que cette administration et ses alliés veulent faire avancer un programme plus agressif contre l’Iran.

Et cela pourrait très bien être l’une des raisons du renvoi de Tillerson ; Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou auraient parlé de « l’Iran, l’Iran et l’Iran » lors de leur récente réunion. Cela pourrait aussi avoir quelque chose à voir avec la possibilité que Pompeo soit pressenti pour une candidature présidentielle en 2020, comme des sources l’auraient dit à Julian Assange, rédacteur en chef de WikiLeaks.

Je pense qu’une autre possibilité à considérer est le moment du coup fatal que le récit russe a subi lorsque les républicains de la commission du renseignement de la chambre ont officiellement terminé leur enquête en concluant qu’il n’y avait aucune preuve de collusion entre Trump et la Russie, et aucune preuve que Vladimir Poutine a essayé d’aider Trump à remporter les élections. L’enquête Mueller se poursuit toujours, tout comme l’enquête de la Commission sénatoriale du renseignement, avec Chuck Schumer, leader de la minorité au Sénat, qui déclare : « Nous avons la responsabilité d’aller au fond de ce qui s’est passé lors des élections de 2016 et de rendre compte de ces résultats d’une manière impartiale. Si la Chambre ne le fait pas, le Sénat doit le faire. »

Mais d’après ce que nous entendons du Comité sénatorial du renseignement, il semble que son enquête pourrait aller dans la même direction, le président du Renseignement du Sénat, Richard Burr, ayant dit lundi à CNN qu’il n’a vu aucune preuve de collusion non plus.

« J’ai lu beaucoup de choses à ce sujet, mais je n’ai rien vu », a dit Burr.

Il vaut la peine d’évaluer la possibilité que, maintenant que le public américain a été poussé à soutenir de nouvelles escalades de guerre froide avec la Russie, l’opération psychologique Russiagate qui a été utilisée pour exploiter la peur de Trump de la base démocrate pour attiser la peur de Poutine n’est plus nécessaire, et a maintenant laissé à la place à un bellicisme plus impudent. En ce qui concerne la communauté du renseignement américaine et ses alliés, le seul but du Russiagate a été de fabriquer un soutien public aux escalades contre la Russie pour sécuriser les régions stratégiques et, en fin de compte, entraver le tandem Russie-Chine ; l’échafaudage peut être enlevé en toute sécurité si l’hystérie russe ne nécessite plus que la peur d’une collusion de Trump soit alimentée.

Un Mike Pompeo sans état d’âme serait un bon superviseur de ce programme et, en tant que secrétaire d’Etat, poste qu’Hillary Clinton a utilisé si efficacement pour diriger la destruction de la Libye, il sera dans une excellente position pour le faire.

Il convient également de noter que Trump vient de promouvoir un partisan de la torture en la personne de Mike Pompeo et une véritable tortionnaire à son poste de directeur de la CIA en la personne de Gina Haspel, pourtant les dirigeants démocrates sont largement préoccupés par le fait que l’administration ne sera pas assez « dure ».

« S’il est confirmé, nous espérons que M. Pompeo tournera la page et commencera à durcir nos politiques envers la Russie et Poutine », a déclaré Chuck Schumer, sans doute le démocrate le plus puissant en Amérique, qui a récemment déclenché une controverse en citant le vaudou religieux pour défendre l’oppression et le bellicisme de l’État israélien.

Cette administration poursuit et élargit tous les programmes les plus sanguinaires de Bush et d’Obama, et si elle attaque l’Iran, elle surpassera probablement les deux en termes de carnage psychopathologique, et pourtant ils craignent qu’il ne soit pas assez « dur ». Ils critiquent Trump pour sa faiblesse quant à sa volonté de rencontrer Kim Jong Un pour des pourparlers de paix après avoir feint d’être choqués par ses tweets odieux au sujet du dirigeant nord-coréen, et ils lui reprochent d’être trop tendre avec la Russie malgré le fait que cette administration a déjà cédé à l’ancien programme néoconservateur pour armer l’Ukraine contre la Russie, tué des Russes en Syrie dans le cadre de son occupation insensée de ce pays pour un changement de régime insensé, a opté pour une révision de la posture nucléaire avec une agressivité accrue envers la Russie et des lignes floues entre le moment où les frappes nucléaires sont et ne sont pas appropriées, a envoyé des navires de guerre dans la mer Noire « pour contrer la présence accrue de la Russie dans cette région », a forcé RT et Spoutnik à s’enregistrer comme agents étrangers, élargi l’OTAN avec l’ajout du Monténégro, affecté le faucon anti-russe Kurt Volker comme représentant spécial en Ukraine, fermé un consulat russe à San Francisco et expulsé des diplomates russes.

En bref, les deux parties semblent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour tuer le plus grand nombre de personnes possible, et personne ne semble avoir le pied près de la pédale de frein. Faites gaffe.

Source : Consortium News, 14-03-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

caliban // 31.03.2018 à 06h27

Tout va bien aux pays des gros … Le type qui souhaite faire condamner à mort Assange devient ministre des affaires étrangères.

23 réactions et commentaires

  • caliban // 31.03.2018 à 06h27

    Tout va bien aux pays des gros … Le type qui souhaite faire condamner à mort Assange devient ministre des affaires étrangères.

      +39

    Alerter
    • Tonton Poupou // 31.03.2018 à 11h02

      Au pays des gros … calibres… qui aiment faire des cartons sur les jeunes noirs au milieu de leur jardin lourdement armés de leurs téléphones portables pour les allumés dans le dos de 8 balles après en avoir tiré 20 …….et ne pas oublier non plus les cibles de rechanges (au cas où on ne trouve pas de cibles principales) : les étudiants ou bien le public de concert à ciel ouvert aussi ……….

        +16

      Alerter
      • Amora // 31.03.2018 à 15h29

        Un des deux policiers était noir. C’est la stratégie d’intervention en l’occurrence qui était fausse. Les deux policiers ont été suspendus.

          +3

        Alerter
        • Tonton Poupou // 31.03.2018 à 16h12

          Q’un des deux policiers soit noir (ou blanc) ce n’est pas le problème. Le problème est qu’il y a dans ce pays de dingue de la gâchette 300 millions d’armes en circulation et que les policiers craignent pour leur vie quand ils interviennent. Par conséquent ils sont un peu nerveux. Ils ne savent jamais à qui ils ont affaire. Et que les deux policiers aient été suspendus est la moindre des choses. Non ?

            +6

          Alerter
          • Barbier // 03.04.2018 à 12h16

            Cela ressemble quand même plus à un tir à la fête foraine qu’à une intervention maîtrisée. Puisque le “suspect” était filmé en infrarouge par un hélicoptère de la police. 20 balles c’est 2 chargeurs vidés sur une seule personne. Je n’ai pas le souvenir qu’ils soient sous-équipés.es dans la police u.s ou sous-entraînés.es. Comme l’a dit la mère du jeune en interview, “Es ce si difficile de tirer dans les jambes, les bras ou une partie non létale du corps?”. Tout en sachant qu’il y a tout ce qu’il faut comme grosse veine ou artère fémorale pour se vider de son sang en 20 minutes. Et le pire, c’est que cela se passe en Californie, soi-disant l’état le plus progressiste du pays. La filmographie uchronienne de Paul Verhoeven sur ce pays de Robocop jusqu’à Starshiptroopers, est devenue hélas réalité.

              +0

            Alerter
  • calal // 31.03.2018 à 08h31

    Cela ne me gene pas pour l’instant.Je crois que les us sont en train d’ouvrir les yeux et de se rendre compte qu’ils ne sont plus les maitres du monde et que le duo russie-chine va dicter sa loi dans les decennies a venir. Ils se mettent en situation defensive et signifie a ce duo qu’ils ont encore des “dents”. Y a t il risque de “guerre chaude” ? bien sur,surtout je pense davantage a cause des roquets allies des us qui refusent de croire que les temps glorieux sont passes et qui continuent a vouloir imposer leur volonte sur d’autres qu’ils croient “toujours inferieurs”.

    Entre Oceania ( us +ru) et Eurasia ( russie chine) qui est le gentil qui est le mechant? L’europe est elle plus oceania que eurasia? L’eurasie si j’ai bien compris todd serait plus autoritariste que oceania? Oui mais oceania serait plus jouisseur ( consommer sans produire merci AS ;)) que eurasia qui bosse?

      +7

    Alerter
  • Fritz // 31.03.2018 à 08h48

    Je pensais que la bonne presse allait s’extasier : Gina Haspel, première femme à diriger la CIA ! Comme en 2005, lorsque Bush avait nommé Condoleezza Rice au Secrétariat d’État. Surprise, les titres évoquent son passé de tortionnaire :

    http://www.rfi.fr/ameriques/20180313-gina-haspel-torture-nommee-tete-cia
    http://www.liberation.fr/planete/2018/03/13/gina-haspel-une-femme-accusee-de-torture-a-la-tete-de-la-cia_1635848
    https://www.courrierinternational.com/article/portrait-gina-haspel-une-femme-accusee-de-torture-pour-diriger-la-cia

    Cela dit, l’hystérie antirusse décrite ne présage rien de bon. Pompeo qui remplace Tillerson, c’est un peu comme si Himmler avait remplacé Ribbentrop à la Wilhelmstrasse.

      +14

    Alerter
  • Christian Gedeon // 31.03.2018 à 09h15

    Pourquoi Trump fait il ce qu’il fait avéc ces nominations? Est il devenu violemment anti russe? Veut il sauver son mandat (et péut etre sa peau)en donnant de plus en plus de gages aux neocons et au complexe militaro-industriel ? Ou,si on lui prête une quelconque intelligence ,ne rapproche t il pas de lui ses meilleurs ennemis,histoire de les neutraliser à terme? Je m’interroge…

      +11

    Alerter
    • Fred79 // 31.03.2018 à 12h22

      Peut-être donne t-il un os à ronger aux faucons en espérant qu’ils lui foutront la paix pour ses réformes économiques et qu’il pense pouvoir s’occuper d’eux plus tard.
      La question est:
      Une guerre peut elle, aux USA, être déclenchée sans l’accord du président?
      Si la réponse est non, ça laisse de l’espoir.
      Quelqu’un sur ce site, pourrait-il nous rassurer… ou pas?

        +2

      Alerter
    • Sybillin // 01.04.2018 à 08h26

      Je penche vers la seconde hypothèse, on aboie beaucoup, on montre les dents…retenez moi ou je fais un malheur! Trump est partisan de la stratégie du chaos dans son administration et il brouille les cartes…voir la valse des conseillers …il me semble nettement moins belliciste que Clinton avec qui on aurait déjà sans doute une guerre.

        +1

      Alerter
  • René Fabri // 31.03.2018 à 09h35

    Mike Pompeo vs. Chuck Schumer sera donc le duel des élections américaines de 2020. Très bien, je vais commencer à creuser un abri anti-atomique dans mon jardin.

      +2

    Alerter
  • Louis Robert // 31.03.2018 à 09h43

    Avec le néfaste Bolton en plus, Trump a désormais son cabinet de guerre bien en place. Il ne manquait plus que le prétexte. Il est tout trouvé. Les diplomates rentrent déjà chez eux, les consulats ferment. Ce sera pour bientôt, et sans rime ni raison. Un simple fait accompli, dans l’aveuglement et l’indifférence des masses.

    Il est encore temps de relire « On the Beach ». Après…

      +7

    Alerter
    • Fritz // 31.03.2018 à 09h59

      Jamais une guerre mondiale n’aura été annoncée par autant de signes précurseurs que celle qui vient. C’était bien la peine de faire des livres, des cours, des documentaires sur “la marche à la guerre” des années Trente, ou sur les origines de la Première Guerre mondiale… Pourquoi tant de bêtise dans l’aveuglement ?

      Quos Iupiter perdere vult, dementat (“Ceux que Jupiter veut perdre, il les rend fous”).

        +15

      Alerter
      • Burke // 31.03.2018 à 10h45

        Ce n’est pas de l’aveuglement ni de la bêtise, c’est fait sciemment et en pleine conscience. Si on prend comme hypothèse que tout est fait volontairement et dans un but précis, on se rend compte que la méthode est particulièrement efficace et très habilement menée.

        Nous autres du peuple, nous sommes encore assez naïfs pour croire que nos dirigeants gouvernent pour nous. Arrêtons cette fable, et voyons les choses en face.

        – Notre gouvernement fait son possible pour surtout ne pas tenir ses promesses.
        – Notre gouvernement fait passer ses décisions par ordonnances.
        – Notre gouvernement se débarrasse des actifs qui font gagner de l’argent à l’état?
        – Notre gouvernement permet à des traités rejetés par le peuple de se négocier dans notre dos.
        – Notre président fait la remontrance à Poutine sans preuves alors que la Russie est un pays avec un arsenal militaire surdimensionné.

        Bêtise, et aveuglement? Ben voyons….

        Si on accepte de voir les choses en face et qu’on n’est pas dans le déni on comprend que la guerre qui arrive est prévue et souhaitée depuis longtemps, du côté occidental, et en ce moment les gouvernants de l’ouest qui jouent au jeu du pouvoir au dépens du reste de leur population, sans aucune légitimité, cherchent un moyen de la déclencher en accusant le camp adverse de l’avoir provoquée.

        La bêtise et l’aveuglement deviendraient la règle alors?

          +17

        Alerter
      • Louis Robert // 31.03.2018 à 11h14

        L’Empire, qui se balance des faits, des preuves, de la vérité et de la justice (comme de tout le reste) se balance aussi des livres, des cours, des documentaires, etc. Empire nihiliste!

        Karl Rove en a averti le monde entier: “Désormais nous sommes un empire, nous créons l’histoire tandis que vous nous observez, réduits à étudier, diligemment, ce que nous faisons.”

        Affaire de pouvoir et de servitude volontaire.

          +5

        Alerter
        • Marc // 31.03.2018 à 12h29

          Servitude volontaire c’est un peu exagéré

          Les gens soutiennent effectivement le regime en allant bosser mais c’est parce qu’ils sont endoctrinés (à craindre la catastrophe automatique s’ils ne bossent plus, en gros, la peur du chômage… c’est sur qu’on peut plus habiter paris, payer les factures et abonnements et modes de vie payants qui aident à supporter l’ennui moderne… si on ne fait pas ce métier improductif et lassant), c’est pourquoi c’est involontaire

            +4

          Alerter
      • martin // 31.03.2018 à 15h46

        Quos Iupiter perdere vult, dementat

        Espérons que ce ne soit pas le cas. 2 faits retiennent ces jours-ci mon attention:

        1> Les groupes navals otaniens déployés en méditerranée et dans le golfe persique dans le but de casser Damas, ont devant eux le Cobra dressé des forces russes. Guerassimov, Chef d’Etat-Major de l’armée russe: «En cas de menace contre la vie de nos militaires, les Forces armées russes prendront des mesures de riposte contre les missiles ainsi que contre les porteurs de ceux-ci». C’est clair.

        2> Le 26 Mars, la Chine a mis sur le marché un titre en Yuan, convertible en or et adossé au marché du pétrole. Bref, le pétrodollar est doucement attaqué.

        Les élites atlantiques sont paralysées, là est à mon avis le point essentiel. Les ballets divers au sommet ne sont que les symptomes de cet état de faitl.

          +4

        Alerter
  • Seraphim // 31.03.2018 à 10h06

    La présentation récurrente de Tillerson comme un type modéré, raisonnable, et plutôt conciliant est erronée. Il a abondamment “vendu” sa soi-disant familiarité avec la Russie (combien de mots russes peut-il aligner au delà de 1?). Cependant il n’a, en pratique, montre aucune volonté d’apaisement. Surtout il a manifesté à plusieurs reprises son soutien à la présence renforcée de troupes américaines en Afghanistan et en Syrie, contredisant frontalement son président. Ses molles déclarations sur le maintien de l’accord nucléaire avec l’Iran ne trompent personne. Il défendait les causes du Pentagone, ni plus ni moins. Il a aussi été le premier et le plus virulent à suivre May sur l’affaire Skripal. Le jour où il s’est fait virer

      +9

    Alerter
  • Danielle VQ // 31.03.2018 à 12h09

    C’est curieux mais je n’ai jamais eu l’impression que le Russia-gate s’essoufflait.

      +2

    Alerter
  • Duracuir // 31.03.2018 à 14h29

    Des débiles mentaux qui jouent avec un briquet dans une pièce où une bonbonne de gaz a été laissé ouverte par des psychopathes.

      +2

    Alerter
  • Fritz // 31.03.2018 à 15h02

    “Trump promeut un faucon anti-russe…”
    Pourquoi faux ? C’est un vrai de vrai.
    Regardez sa photo sur fond de bannière étoilée.

      +2

    Alerter
  • Ben // 31.03.2018 à 17h48

    Dans le fond, nous sommes dans une logique de confrontation directe avec la Russie depuis les évènements d’Ukraine. Depuis lors, nous n’en sommes jamais sortis. Les Russes ont esquivé et répliqué en fonction de leur étroite marge de manœuvre, mais les provocations permanentes de l’Occident montrent que se met en place une logique de guerre qui s’accentue régulièrement.

    Le “Deep State” de Washington ira au bout de sa logique. Il veut la guerre car il en a impérativement besoin.

    A moins que l’Iran prenne momentanément la place de la Russie, ou que la Chine vienne faire les trouble-fêtes dans le Pacifique, je ne vois pas quel autre ennemi sérieux que la Russie peut être désigné pour que l’Empire persévère dans son être profond.
    Trump aurait vraisemblablement préféré un autre bouc-émissaire (si l’on se réfère à ses déclarations de début de mandat), mais il se pliera à ce que lui dictera l’Etat Profond de Washington. Sinon, les casseroles qu’il traîne aux fesses lui feront mordre la poussière prématurément. Il sera éjecté de son trône.

      +4

    Alerter
  • amike // 03.04.2018 à 00h12

    Heu, vous êtes sûr à propos du “passé de tortionnaire” de Gina Haspel ?

    Le media a l’origine de l’affaire s’est rétracté :
    https://www.propublica.org/article/cia-cables-detail-its-new-deputy-directors-role-in-torture :
    Haspel ne dirigeait pas le centre lors des tortures ; ni n’a demandé à brûler les enregistrements.
    Voir aussi : https://www.npr.org/sections/thetwo-way/2018/03/16/594282245/propublica-corrects-its-story-on-trump-s-cia-nominee-gina-haspel-and-waterboardi

    L’erreur est expliquée longuement, et peut être aussi une bonne leçon pour tous… Malheureusement, l’info diffusée est difficilement rétractable après coup, surtout si on a tant envie d’y croire !

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications