Les Crises Les Crises
5.novembre.20145.11.2014 // Les Crises

[U4-2] EuroMaïdan – La montée en puissance du mouvement

Merci 0
J'envoie

Suite du billet précédent sur l’Ukraine
Index de la série

4.2 La montée en puissance du mouvement

Comme nous l’avons vu précédemment, les manifestations « pro-européennes » démarrent sur la place Maïdan (de « l’Indépendance ») de Kiev dès le 21 novembre, jour où le président ukrainien annonça son intention de différer la signature de l’’accord d’association avec l’UE.

Arseni Iatseniouk déclare le même jour que cette décision est « une base suffisante pour lancer une procédure de destitution du Président » (sic !)

“Source : kyivpost

Rappelons incidemment que la fondation du même Iatseniouk – fanatique de « l’indépendance ukrainienne » et devenu Premier ministre en février 2014 – est financée entre autres par le Ministère des Affaires étrangères américain, l’OTAN, l’ambassade polonaise à Kiev, Victor Pinchuk, la banque suédoise SwedBank et un Hedge fund…

fondation iatseniouk

 

fondation iatseniouk

Iatseniouk appelle sur Twitter à des manifestations de protestation le soir même place Maïdan – qu’il appelle « #Euromaïdan ». Environ 2 000 personnes répondirent à l’appel. On peut s’interroger de l’origine d’une telle efficacité dans la gestion « marketing » de cet évènement.

Iatseniouk appel euromaidan sur Twitter

euromaidan 23-11-2013

euromaidan 24-11-2013

Le 24 novembre, ce sont 100 000 personnes qui convergent sur la place. Après qu’un petit groupe ait tenté de prendre d’assaut un immeuble du gouvernement, la police disperse la manifestation avec des gaz. Les manifestants répondent avec violence.

Comme le 29 novembre, il devint clair que l’Ukraine ne signerait pas l’accord d’association, les leaders d’oppositions formulèrent alors leurs revendications devant 10 000 protestataires à Kiev (20 000 à Lviv), à savoir « Former un comité de coordination pour communiquer avec l’Union Européenne » et « Reconnaître que le Pouvoir n’était pas capable de mener à bien une stratégie de développement géopolitique pour l’Ukraine, et obtenir la démission de M. Ianoukovitch. »

Dans la nuit du 29 au 30 novembre, environ 10 000 manifestants sont délogés du Maïdan par la police anti-émeute. Cette évacuation violente fera plusieurs dizaines de blessés entraînant des protestations internationales, un appel à la grève générale, de nouveaux rassemblements, l’occupation de la mairie de Kiev, le blocage des sites gouvernementaux ainsi que le limogeage de plusieurs personnalités dont le maire de Kiev. Environ 10 000 manifestants restèrent ce soir-là, 10 000 autres se rendant de Lviv à Kiev pour les soutenir. La majorité des manifestants de Maïdan venait en effet de l’Ouest.

Le 1er décembre, environ 600 000 manifestants protestèrent contre les violences de la veille – journée de nouveau émaillée de violences. Environ autant se réunirent le 8 décembre.

euromaidan kiev 01-12-13

Plus de 400 personnes furent blessées du 24 novembre au 13 décembre, dont 200 policiers.

On voit ici une édifiante vidéo du centre de Lviv, ou de milliers d’étudiants scandèrent le 1er décembre des slogans : « pour l’UE », « mort aux ennemis » et « les sales russophones à la potence »…

etudiants de lviv 01-12-2013

etudiants de lviv 01-12-2013

Le 2 décembre, le Premier ministre déclare que les évènements dans le centre de Kiev ressemblent à « une tentative de Coup d’État ».


“Source : kyivpost

200 000 manifestants célèbrent le réveillon du Nouvel An sur Maïdan. Le 1er janvier, une marche a été organisée par le parti Svoboda, durant laquelle 15 000 torches ont été allumées pour célébrer le 105e anniversaire de la naissance de Stepan Bandera.

Les manifestations se poursuivent, rassemblant quotidiennement 10 000 à 50 000 personnes.

Le 16 janvier, le Parti des régions et le Parti communiste d’Ukraine (entre autres) adoptent des lois anti-manifestations au Parlement Ukrainien pour ramener le calme. Mais cela renforce la violence des manifestants – dont 3 perdent la vie le 19 janvier.

De plus en plus de bâtiments publics sont alors envahis et occupés dans l’Ouest et le Centre du pays.

mairie kiev occupee par svoboda / Croix Celtique

mairie kiev occupee par svoboda / photo de Bandera

batiment occupe par le secteur droit

Rappelons que ces occupations étaient largement désapprouvées par la population :

En réponse à cette flambée de violence, le gouvernement autorise la police à prendre des mesures plus draconiennes pour arrêter les émeutes. Celle-ci peut désormais réduire les accès routiers et utiliser des canons hydrauliques contre les manifestants, malgré les températures qui atteignent jusqu’à -10 °C. Malgré cette mesure, 50 000 manifestants se sont présentés le 22 janvier.

Le 25 janvier, le Président Ianoukovytch propose l’amnistie aux manifestants ainsi que le poste de Premier ministre à Iatseniouk et de Vice-Premier-Ministre à Vitali Klitschko – qui refusent, bien que cela soit la volonté majoritaire du pays.

Le 28 janvier, le Premier ministre Mykola Azarov démissionne, tandis que les récentes lois répressives sont abrogées au Parlement.

Le 31 janvier, le Service ukrainien de sécurité (SBU) indique avoir engagé une procédure pénale pour « tentative de coup d’État », après avoir étudié les documents stockés sur les serveurs saisis lors d’une perquisition dans les locaux du mouvement d’opposition Batkivchtchina à Kiev. Le SBU indique : « Les documents saisis attestent que les organisateurs des actions de protestation ont envisagé une évolution musclée des événements, à savoir une évolution impliquant un recours à la force contre les manifestants. Cette mesure devait avoir un vif retentissement dans la société ukrainienne au point de torpiller la réputation du pouvoir en place et du président » et que « la police disposait de preuves attestant que les actions de protestation lancées en novembre dernier à Kiev étaient préparées d’avance ».

“Source : fr.ria.ru

Le 9 février, les partis d’opposition annoncent la constitution d’unités d’auto-défense à travers tout le pays.

Tout est en place pour le drame final…

maidan avant-apres

À suivre dans le prochain billet

17 réactions et commentaires

  • vérité2014 // 05.11.2014 à 02h48

    Visiblement même à Londres on commence à en avoir sérieusement marre des aventures et guerres US.

    If you threaten US interests, you may be destroyed – ex-London mayor Livingstone.

    http://rt.com/uk/201459-uk-isis-ken-livingston/

    Why Russia Is Winning the Intelligence War in Ukraine.

    Du très néocon Foreign Affairs(CFR):

    http://www.foreignaffairs.com/articles/142321/mark-galeotti/moscows-spy-game

      +0

    Alerter
    • MinL // 05.11.2014 à 05h11

      Attention tout de même, Ken Livingstone a traditionnellement un discours très à part au sein du monde politique Londonien. La ligne politique de “Red Ken” Livingstone est celle de l'”Old Labour” (en opposition au “New Labour” de Tony Blair), soit respect des principes fondateurs du parti par opposition aux délires néo-libéraux des Blairites / Brownites / etc. Ils sont malheureusement peu nombreux à avoir des postes importants tout en étant restés fidèles aux racines de leur parti. Tony Benn, qui était probablement le plus respecté d’entre eux, est décédé en mars à presque 90 ans.

      Ce qui est intéressant dans le lien que vous citez, c’est la phrase suivante, qui est une réponse de KL à la question des raisons de son soutien à Ed Miliband (le leader du Labour, qui deviendra premier ministre en cas de victoire aux élections l’année prochaine) :

      “If we get a Labor [sic] government, and I think we will, it’s not just going to be Washington’s puppet.”

      Traduction : “si le Labour revient au gouvernement (et je pense que ce sera le cas) ce ne sera pas juste un pantin de Washington”.

      J’ai vraiment de gros doutes là-dessus. Un example :

      “Nothing could illustrate more starkly than the need for European and American partnership than the cloud cast globally from the events in the skies in Ukraine,” [Ed Miliband] said.

      Traduction : “Il n’y a rien qui illustre plus clairement la nécessité du partenariat Américano-Européen que les nuages noirs venus des cieux Ukrainiens.” a dit Ed Miliband.

      Source : http://ft.com/cms/s/0/2b825dba-10ee-11e4-94f3-00144feabdc0.html

      Sans commentaires… oh, et sans oublier que le New Labour fait partie des plus enthousiastes promoteurs du TAFTA. Donc KL se fourre à mon avis le doigt dans l’oeil jusqu’au coude (même si sa prise de position au sujet de l’Ukraine, de l’Irak et autres est des plus honorables).

        +0

      Alerter
    • Andrea // 05.11.2014 à 17h00

      Bloomberg, journal financier main-stream ou système aux USA, publie un article qui montre que les conseillers économiques – qui sont des Americains ou affiliés et certains à l’interne qui suivent une ligne traditionelle neolibérale, comprennent très bien qu’ils ont à faire avec des escrocs, des corrompus, ainsi que des gens à niveau compréhension zéro.

      C’est assez surprenant, neuf, même si l’article rapporte, en partie, les dires de personnes particulières dans des entretiens. L’article adoucit, bien sur, néanmoins … je traduis librement qqes phrases:

      —cit. Qui a besoin de ces agences de règlementation (cad. en Ukraine) quand la seule fonction du gouvernement c’est de prendre de l’argent du FMI pour le donner à la Russie?

      —cit. Sous Yanukovitch, la corruption était un système étatique bien organisé, ficelé. A présent c’est comme une guerre de guérilla, le système (de corruption) est descendu à un niveau plus bas, et les anciens schémas existent toujours.

      (Note: le nouveau bureau anti-corruption comprendra 700 personnes…)

      —cit. Les lois anti-corruption ont été votées uniquement pour trois raisons: la pression des donateurs, pour faire bonne posture dans les médias, et afin d’influencer les éléctions. (> Rada.)

      —article. La banque International Investment Bank, dont Porochenko est l’actionnaire majoritaire, a augmenté ses actifs de 50% depuis debut 2014. En cause peuvent être la vente ‘illégale’ de terres.

      cit = une personne est citée, article = les journalistes de Bloomberg.

      http://www.bloombergview.com/articles/2014-10-30/ukraine-s-last-chance

        +0

      Alerter
      • Lage // 05.11.2014 à 22h49

        Amusant d’entendre dans la bouche d’un homme d’affaire pro-occidental qu’il y a un risque que, comme en Géorgie, les “jeunes gens qui se battent à l’Est de l’Ukraine” reviennent et se changent en des gangs criminels, voire tendent de prendre le pouvoir…

        Entre les lignes, il avoue aussi trouver très suspectes les trop bonnes affaires du président de la république. Et il reconnaît que le FMI joue de son influence pour faire entrer ses principes dans le loi ukrainienne… Une vraie mine, ce businessman, il faut l’inviter ici.

          +0

        Alerter
  • dan // 05.11.2014 à 08h16

    Oui, je crois que lorsque l’on possède un poste haut placé dans le système institutionnel, il est difficile, voire impossible, de tenir très longtemps une ligne en dehors du consensus . Ce ne peut être que des positions ponctuelles affichées plus ou moins en catimini et en petits comités, sinon on se fait très vite marginaliser, et au final expulser. Ils ont de multiples moyens de pression pour ça, dont les prébendes liés aux postes occupés, mais pas seulement. Le système fonctionne vraiment comme un parti stalinien qui éjecte ses éléments impurs ou hors norme, même si ce sont les meilleurs, car toute objection, même limitée et partielle remet en question les bases même de l’édifice.

      +0

    Alerter
  • Alae // 05.11.2014 à 11h19

    Oui, mais notez que ce monsieur est un ex-officiel. On ne compte plus les anciens des gouvernements atlantistes qui, arrivés à leur retraite, se mettent à chuchoter des petits bouts de vérité que personne n’écoute. Ici, nous avons Villepin, par exemple.
    Même François Mitterrand l’a fait en son temps, avec son “La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort.”

    Même si ça ne sert pas à grand-chose d’autre, ça soulage de savoir que ces messieurs, tant qu’ils étaient en place, ne croyaient pas une seconde à leur blabla.

      +0

    Alerter
    • Ovuef2R // 05.11.2014 à 11h53

      Ceux d’alors n’y croyaient peut être pas, mais ceux d’aujourd’hui donnent l’impression de vouloir y croire. Une fois qu’ils sont invités à la table du “POTUS” ils sont sur un petit nuage et ne veulent plus en redescendre.
      C’est arrivé à Sarko sacré “Homme politique de l’année” par Kissinger, également invité surprise à la résidence d’ été de GW Bush à ses débuts. Et c’est arrivé à notre capitaine de pédalo reçu en grande pompe sur le phare de la liberté qui éclaire le monde.
      Quand on a connu cette ivresse on ne veut plus retourner dans le monde des petits grouillots insipides que nous sommes. On adopte le langage et la pensée des “grands”..
      Plus dure sera la chute

        +0

      Alerter
  • Anne // 05.11.2014 à 14h07

    La Mafia a voulu s’acheter un pays… en l’occurrence l’Ukraine.

    L’argent du crime organisé à l’aide de ses liquidités à renfloué les banques après 2008 2009, on le paie maintenant.

      +0

    Alerter
    • Andrea // 05.11.2014 à 15h45

      On pourrait aussi dire que la Mafia (Ukraine) a réussi une opération de gansterisme, d’escroquerie et de fraude colossale! Les sommes immenses avancées disparaissaient, et leurs factures sont payées …par le FMI, UE, les US (maigre) et la Russie! 🙂

        +0

      Alerter
      • Anne // 05.11.2014 à 18h12

        D’accord avec vous, la mafia rackette l’UE, c’est à dire nous, ( avec l’accord de nos dirigeants) pourquoi ? au bénéfice de qui ? Le FMI aussi finance des escrocs au détriment du contribuable de la classe moyenne des zuniens et des citoyens de tous les pays d’ailleurs.

        Les mégas entreprises de nos pays dits civilisés échappant à tout impôt…. Les services publics indispensables sont suppriméset des grandes villes et régions entières croulant sous les dettes aux USA comme un Europe sont abandonnées comme sont abandonnes leurs malheureux habitants.
        Depuis 15 ans la situation s’est considérablement dégradée au bénéfice d’une hyperclasse sans foi ni loi que l’amas de richesses.

        L’argent corromp et il serait temps que les corrupteurs soient punis tout comme les corrompus.

          +0

        Alerter
      • Anne // 05.11.2014 à 18h18

        @ Andréa
        Oui c’est exactement comment fonctionne une mafia : par le rackett.

          +0

        Alerter
  • Andrea // 05.11.2014 à 15h46

    Aux dernières nouvelles, Yats va former une coalition dite “Coalition Européene”, une composition de:

    Bloc Porochenko

    Bloc Yatseniuk

    Patrie (Timoshenko)

    Parti Radical (Liashko)

    Samopomich – “Self Reliance” (Sadovyi)

    http://www.ukrinform.ua/eng/news/yatseniuk_invites_poroshenko_bloc_batkivshchyna_samopomich_radical_party_to_coalition_326880

      +0

    Alerter
  • boduos // 05.11.2014 à 16h39

    J ai du mal a croire a une petite rébellion anglaise.on retrouve souvent l’opposition anglo saxone anglicane ou protestante d’un coté et Rome de l’autre,à l’image même de l’Irlande écartelée.
    Une place à part étant réservée aux orthodoxes plus défensifs que conquérants.
    Le déclin du dollar est programmé mais qu’adviendra-t-il des nombreuses missions évangéliques bien implantées en Amérique latine ,en Afrique , en Asie et parfois chez nous ?

      +0

    Alerter
  • Jacques // 05.11.2014 à 18h24

    pourquoi nous ressortir ces vieilles informations? alors qu’un autre site publie des dossiers complets sur deux évènements clefs de la crise ukrainienne, le massacre par tireurs embusqués le 20 février sur Maïdan et la chute du Boeing de la Malaysian Airline, dossiers qui confirment les conclusions auxquelles on était parvenu sur “les-crises”, que les gens au pouvoir maintenant à Kiev sont de dangereux criminels.

      +0

    Alerter
  • Homère d’Allore // 05.11.2014 à 19h35

    Au début de l’article, fort bien documenté par ailleurs, il y a une faute de français aussi vile que commune.
    Après qu’il “ait” doit se dire et s’écrire
    Après qu’il eût.
    Donc, après qu’un petit groupe eût tenté…etc
    “Après que” demande l’indicatif.
    “Avant que” demande le subjonctif.

      +0

    Alerter
    • Lage // 06.11.2014 à 19h19

      Sauf que “eût” est l’imparfait du subjonctif du verbe avoir, non ? Ce qui me paraît correct est de dire “après qu’un petit groupe a tenté” (passé composé) ou “eut tenté” (passé antérieur) mais pas “eût tenté”. Enfin, je crois… Aucune faute d’orthographe ne me paraît “vile”, surtout pas si elle est “commune”.

        +0

      Alerter
  • pascale // 05.11.2014 à 21h44

    Dans une interview, Soros a reconnu que l’UE “demandait trop et offriat trop peu ” à l’Ukraine.
    http://www.bloomberg.com/news/2014-03-12/soros-says-europe-faces-25-years-of-stagnation-without-overhaul.html

    Il a donc admis entre les lignes que Yanukovitch, en refusant, défendait les intérêts de son pays. Il a donc été renversé pour avoir été loyal à son pays et à sa fonction. Dont acte.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications