Les Crises Les Crises
3.avril.20153.4.2015 // Les Crises

Une Europe Détestable, conduite par des gens méprisables, par Charles Gave

Merci 122
J'envoie

La minute nécessaire du vrai libéral 🙂

Charles Gave

Revenons en arrière, aux années 90. L’Euro est en préparation et tous « les oints du Seigneur » de service de nous expliquer que l’introduction de l’Euro va amener à une croissance plus forte, à une hausse de l’emploi, au développement d’un système bancaire intégré, solide et puissant, à une amélioration extraordinaire de la protection sociale, à des femmes plus belles et à des hommes plus aimables…et que tout cela n’aura aucun coût.

Une citation entre mille : « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

Quel génie ! Le sergent Maginot apparait comme un visionnaire en comparaison de Michel Rocard…

Quelques voix, Philippe Villin, J.C Rosa et quelques autres dont votre serviteur, s’élevaient- déjà- à l’époque contre ce qui paraissait être une ânerie économique mais surtout une faute politique.

Je ne vais pas avoir la cruauté de montrer une fois de plus les résultats économiques désastreux de ce Frankenstein financier car la réalité parle d’elle-même.

En réalité, ma principale critique a toujours été que l’Euro allait détruire l’Europe que j’aimais, celle de la diversité pour la remplacer par une Europe Technocratique et inhumaine, ce qui ne manquerait pas de faire renaitre les vielles haines entre peuples tout en permettant l’émergence de mouvements populistes dont l’Histoire a montré qu’ils pouvaient être extraordinairement dangereux.

C’est sur cet aspect politique que je veux écrire aujourd’hui, car c’est de loin le plus important.

Ma thèse, depuis le début, a toujours été que la construction de l’Euro avait été organisée par un groupe de gens non élus et ne rendant de comptes à personne pour prendre le pouvoir politique et que donc cela s’assimilait à un coup d’Etat.

En ce qui concerne l’Europe, dès son origine, il y a eu deux conceptions qui s’affrontaient

  • Celle de la Démocratie Chrétienne, représentée par de Gasperi, Adenauer ou Schuman, fondée sur un principe essentiel de l’Eglise Catholique, la subsidiarité et ancrée dans des pratiques démocratiques.
  • Celle de Jean Monnet, et ensuite de partis socialistes Européens qui voulaient créer un Etat Européen, qui aurait vocation à se substituer aux Etats Nationaux. Cet Etat serait non démocratique mais technocratique (Jean Monnet se méfiait profondément de la Démocratie) et géré bien sur par les hauts fonctionnaires Français.

Ces deux conceptions ont navigué de pair tant bien que mal jusqu’à la réunification Allemande où il devint évident que l’Allemagne allait disposer du pouvoir monétaire en Europe grâce à la Bundesbank et au DM.

Les partisans Français de l’Etat Européen (Delors, Trichet etc..) décidèrent alors de faire un coup d’Etat et de forcer la création de cet Etat en commençant par la monnaie, c’est à dire l’Euro, ce qui était censé coincer l’Allemagne, Mitterrand annonçant fièrement alors «qu’il avait cloué les mains de l’Allemagne sur la table de l’Euro». On le vérifie chaque jour.

A l’époque, j’avais écrit ” des Lions menés par des Anes”, mon premier livre, dans lequel j’expliquais que l’Euro allait amener à trop de maisons en Espagne, trop de fonctionnaires en France et trop d’usines en Allemagne et où j’annonçais un désastre économique sans précédent dans l’Europe du Sud.

Et pour cause, je ne connais pas dans l’histoire de fixation de taux de changes fixes entre deux pays avec une productivité différente qui ne se soit pas terminé par un désastre.

Et la conclusion de ce livre était que l’Euro allait tuer l’Europe que j’aimais, c’est à dire l’Europe de la diversité et faire remonter les vieilles haines ancestrales à la surface…

Car toutes les tentatives dans l’Histoire de recréer l’Empire Romain, ce fantôme qui hante notre histoire, se sont terminées dans la guerre et dans le sang.

Comme on pouvait s’y attendre, depuis ce coup d’Etat, les procédures de remises au pas de ceux qui ne sont pas d’accord sont devenues de moins en moins démocratiques.

Lorsque la crise Grecque, la première, commença, un socialiste, Papandreou était au pouvoir. Il accepta les conditions imposées par le FMI qu’il avait appelé à la rescousse (présidé alors par Strauss-Kahn…), à la condition que le peuple Grec soit consulté par referendum. Il fut instantanément remplacé, après de sordides manœuvres de couloir par un dénommé Papademos…ancien vice gouverneur de la BCE.

Quelque temps après, Berlusconi, le premier Ministre Italien, émit l’idée que si l’Allemagne continuait à suivre une politique déflationniste qui tuait ses voisins, alors l’Italie pourrait décider de quitter l’Euro. Lui aussi fut promptement débarqué et remplacé par le Quisling de service, un ancien Commissaire Européen, dénommé Monti, que personne n’avait jamais élu et qui avait fait toute sa carrière à Bruxelles.

Dans les deux cas de figure, un premier ministre parfaitement légitime qui avait osé remettre en cause la Doxa Européenne a été débarqué manu militari pour être remplacé par quelqu’un de plus …souple.

Mais tout cela s’est fait dans une certaine discrétion, le but étant de ne pas affoler les populations.

Avec les dernières élections Grecques, les masques sont tombés.

Tour à tour, nous avons eu :

  • Monsieur Barroso, ancien Mao/Trotskyste et ancien Président de la Commission Européenne qui déclare que les élus ne savent pas résister aux demandes incongrues de la population et que donc les responsabilités doivent être exercées par des gens non élus, peu sensibles aux foucades du corps électoral…
  • Schäuble, le ministre des finances allemand qui dit que les élections Grecques ne changeaient rien. Pourquoi voter ?
  • Et enfin Juncker, le fraudeur fiscal, viré par les électeurs Luxembourgeois et instantanément nommé comme Président de la Commission Européenne qui annonce qu’il n’existe pas de sortie «démocratique» aux Institutions Européennes.

Et donc, ces trois éminents personnages nous annoncent tranquillement qu’’ils s’assoient avec beaucoup d’assurance et sur la Démocratie et sur la Souveraineté de chaque Nation Européenne. Et cette attitude est de plus en plus visible chez leurs seconds couteaux.

Une participante -Grecque- aux dernières négociations à Athènes a dit que l’un des membres de la Troïka avait suggéré pour régler les problèmes de cash-flow de l’Etat local que celui-ci ne paye ni les retraites ni les fonctionnaires pendant un ou deux mois. Proposition rejetée avec indignation par le ministre des Finances, cela va sans dire. On ne peut s’empêcher de penser au fameux « Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils mangent de la brioche» de Marie Antoinette.

Cela m’amène à poser une seule question : Pour les Peuples Européens, de quel espoir est porteur aujourd’hui l’Europe telle que les technocrates nous l’ont bâti ?

Qui est prêt à mourir pour cette Europe ?

La «Démocratie Européenne ressemble de plus en plus à l’évidence aux « Démocraties Populaires » d’il y a peu.

On sait comment on y entre, on ne sait pas comment en sortir.

Nous sommes en train d’arriver à ce que je craignais par-dessus tout : Une dé -légitimation de l’idée Européenne née après la seconde guerre mondiale et voila qui me rend fort triste. A ce point, le lecteur va me demander: mais que faire ?

La réponse est toujours la même.

  • Croire que le mal existe et lutter contre.
  • Savoir dire non.
  • Agir au niveau individuel.
  • Ne pas croire en un homme providentiel.
  • Influencer ceux qui sont autour de vous,
  • Eduquer les autres sans relâche.
  • Transmettre ce que vous savez.
  • Soutenir ceux qui ont le courage de lutter et qui y consacrent leurs vies.
  • Se retrouver avec ceux qui partagent les mêmes valeurs. Et ici, je songe par exemple à l’Institut de Formation Politique dont l’Institut des Libertés est proche.

Le pire n’est jamais sûr, et c’est pendant la profondeur de la nuit disait Péguy (je crois, à moins que ce ne fut Bernanos) qu’il est beau de croire à l’Aurore.

Source : Charles Gave, pour l’Institut des Libertés, le 16 mars 2015.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Pascalcs // 03.04.2015 à 05h07

Clamer des vérités premieres tel que le fait C.Gave avec lucidité, n’est helas plus suffisant dans un monde médiatisé qui fonctionne à l’unison. Il est évident qu’au travers des profils qui se succèdent aux commandes de l’Europe on voit la patte et la main mise grandissante de l’élite Atlantiste sur l’Europe. Une volonté farouche d’éradication des cultures et de leurs singularités economique et politique. L’objectif inavoué et peut être inconscient de l’élite Europeene, c’est une construction rappelant le « mall » américain, ou celui de nos centres commerciaux contemporains, c’est à dire la parfaite uniformité et universalté de l’offre qui répond à une demande complètement formatée par cette élite, pour cette élite.
Dans cette logique, toute véléité de sortir de la norme imposée sera impitoyablement combattue ouvertement (par le contrôle médiatique) et de façon cachée par le sabotage et le minage des rouages financiers des récalcitrants.
Peu importe qu’ils soient Portuguais, Polonais, Luxembourgeois, Italiens, baltes, ces représentants Europeens non élus obeissent de plus en plus à la logique neoconservatrice, consistant en une croyance de supériorité de leur caste et du modèle qu’ils représentent. Il y a eux et la masse de serfs menée comme des moutons qui doivent absolument paitre là où on leur dit d’aller, l’essentiel étant de pouvoir régulièrement les tondre et qu’ils continuent d’avoir peur du loup. Nous sommes tous responsables de cette situation puisque nous tombons trop souvent dans le piège tendu. La notion de résistance étant desormais réservée à des épopées historiques idéalisées. Nous n’avons plus faim et tant que nous n’aurons pas faim, cette élite trouvera un boulevard devant elle et nous continuerons de constater les dégâts.

117 réactions et commentaires - Page 2

  • georges glise // 04.04.2015 à 15h58

    je veux d’abord féliciter ceux qui ont donné ici des textes de mendès, d’une clarté remarquable. et si je partage globalement les critiques de gave, j’observe tout de même chez lui une contradiction: la pensée de la construction de l’europe était le fait de personnalités hors-système, mais plus loin il critique le fait qu’on a donné la gouvernance de l’europe à des personnalités hors système. quand victor hugo souhaite la création des états-unis d’europe, il s’agit bien de l’europe des peuples et non pas des états, placée sous le signe de la solidarité, et non de l’europe des boutiquiers et des multinationales initiée par monnet et rueff.l’europe de merkel et cameron n’est pas une bonne chose, mais celle de de gasperi, adenauer et schumann n’était guère mieux, elle était déjà marquée par un atlantisme qui n’a jamais cessé.

      +1

    Alerter
  • beurk // 04.04.2015 à 19h53

    Pardon mais les électeurs luxembourgeois n’ont pas viré Juncker. Aux dernières élections législatives de 2013 son parti (CSV) est arrivé en tête avec 23 députés élus, battant très largement le Parti Socialiste (13 mandats), le Parti Démocratique (13 mandats) et les Verts (6 députés). Après cette réélection démocratique, que s’est-il passé ? Et bien le PS, le PD et les Verts ont déclaré qu’ils s’alliaient et ce sont eux qui ont donc « gagné » les élections ! Voilà comment ça se passe en démocratie luxembourgeoise… Mais en fin de compte, tout ça n’a aucune importance. Avoir la coalition au pouvoir n’a fait gagné que quelques mois à l’adoptin du mariage homosexuel, et pour cause…

      +0

    Alerter
  • Boubanka46 // 05.04.2015 à 22h14

    Bien que je partage dans les grandes lignes l’analyse de Gaves, sa vision de la bonne europe de l’esprit « démocratique chrétien » des démocrates chrétiens face à la mauvaise europe socialiste « non démocratiques par essence » est vraiment stupide. Les démocrates chrétiens français, les centristes, modem, udi ont toujours été les plus grands partisans de l’intégration européenne sous toutes ces formes: euros, traité constitutionnel…sans se soucier de l’aspect démocratique. D’ailleurs Jacques Delors n’est pas un socialiste orthodoxe, c’est un « centriste de gauche » issu du catholicisme social.

      +0

    Alerter
  • Global-silver.fr // 28.04.2015 à 12h18

    En attendant, ce sont les lois européennes qui semblent permettre de quitter la sécurité sociale (pour s’assurer ailleurs, mieux et bien moins cher), et de faire de substantielles économies. Elles sont une véritable bénédiction pour ce pays qui, après les avoir traduites en droit interne, finira bien par les reconnaître.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications