Les Crises Les Crises
8.mars.20218.3.2021 // Les Crises

Une « grand-mère » à la tête de l’OMC : la polémique qui embarrasse la Suisse

Merci 59
J'envoie

Source : letemps.ch – Simon Petite

En ce 8 mars 2021, Journée internationale des femmes dont la thématique onusienne est cette année : « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 », nous relayons cet article que vous pouvez lire en intégralité sur le site letemps.ch

La colère contre un article sur la nomination de la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l’Organisation mondiale du commerce ne faiblit pas, malgré les excuses des titres alémaniques concernés.

Un article paru dans la presse alémanique sur la nomination de la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) n’en finit pas de faire des vagues. En cause : le titre choisi par les rédactions pour cet article paru le 9 février dans plusieurs journaux régionaux outre-Sarine. Jugez plutôt : «Une grand-mère deviendra la cheffe de l’OMC». Ngozi Okonjo-Iweala a bien des petits-enfants mais ce n’est certainement pas pour cette raison qu’elle sera la première femme, qui plus est du continent africain, à diriger l’institution chargée de réguler le commerce international.

L’indignation, qui s’est répandue comme une traînée de poudre via les réseaux sociaux, a poussé les journaux incriminés à changer rapidement le titre de l’article et à s’en excuser. Le contenu de l’article n’était pas en cause. Mais le mal était fait et la formule de la «grand-mère» continue de faire parler d’elle. Dernière réaction en date, plusieurs personnalités africaines, parmi les plus haut placées dans le système des Nations unies, s’en sont émues dans une lettre ouverte de félicitations adressée à leur consœur nigériane.

Ces personnalités dénoncent les mots «désobligeants» utilisés par les journaux alémaniques. «Nous trouvons ce langage offensant, raciste et sexiste, dans un monde où les secteurs privés et publics sont dominés par des hommes blancs vieillissants. Lesquels sont vénérés pour leur expérience et leurs compétences et ne sont jamais présentés selon leur origine et leur descendance», écrivent les signataires de cette lettre ouverte. Agée de 66 ans, Ngozi Okonjo-Iweala, continuent-ils, est «une professionnelle exceptionnelle». «Elle est aussi fière d’être grand-mère. Néanmoins, son statut familial n’a rien à voir avec le poste qu’elle a brigué avec succès.»

Phumzile Mlambo-Ngcuka et Winnie Byanyima estiment que ces stéréotypes sont emblématiques du traitement réservé aux femmes occupant des positions importantes. «Ce manque de respect est l’une des nombreuses formes de harcèlement auxquelles sont confrontées les femmes leaders», assènent les deux directrices. L’ONU-Femmes voit dans cette affaire une opportunité pour marteler l’importance d’un leadership féminin.

Lire l’article complet sur letemps.ch

Source : letemps.ch – Simon Petite – 24/02/2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Brigitte // 08.03.2021 à 08h15

C’est de la fausse diversité. Cette femme qui se montre en costume traditionnel est un pur produit de la pensée économique américaine. Ils nous ont déjà fait le coup avec Obama…
Ils sont très forts dans la supercherie ces Yankees, il faut bien le reconnaitre…
Il ne faut pas confondre diversité et communautarisme. Les noirs américains ne sont pas des africains !
L’OMC va devenir un musée du folklore mondialiste. C’est triste de voir que toutes les cultures du monde sont peu à peu américanisées.
Le jour où une vraie grand-mère africaine fera entendre la voix de l’Afrique dans une organisation internationale n’est pas pour demain….

48 réactions et commentaires

  • Patrick // 08.03.2021 à 07h28

    Je n’y vois pas de problème , bien au contraire.
    Tout le monde veut de la diversité ,et ben là il y en a , et ils râlent tous !! ça ne leur va jamais.
    Surtout si le reste de l’article est plutôt favorable.

    D’un autre côté , qu’elle soit noire et grand-mère , ça me laisse plutôt indifférent, même si le côté grand-mère est plutôt sympa . Ce qui m’intéresse c’est plutôt ce qu’elle va faire. ( à noter qu’elle a également la nationalité américaine , c’est peut-être la seule info intéressante ).

      +16

    Alerter
    • Jolb56 // 08.03.2021 à 10h12

      Hier un grand père de 69 ans est décédé dans un accident d’hélicoptère …. c’est vrai que ça sonne mieux, beaucoup mieux que « un capitaine d’industrie …. un pilote chevronné … un député …. »

        +19

      Alerter
      • Patrick // 08.03.2021 à 13h24

        « un capitaine d’industrie …. un pilote chevronné … un député …. » , oui mais ça c’est pas inclusif , on aurait du écrire un mâle blanc hétéro .. certain se sont même félicités de la mort d’un chasseur ..

        En fait , « une grand-mère » , c’est plus sympa que de dire une américaine ( son autre nationalité ) , formée à Harvard et en charge de représenter le deep state, ancienne représentante des US à la tête de la Banque Mondiale. 🙂

          +23

        Alerter
  • Darras // 08.03.2021 à 07h47

    Sexiste oui, évidemment, jamais on n’a lu ou entendu  » un gran-pere au Conseil Constitutionnel, un grand père président Français, Américain ou les 90% de pays dirigés par des hommes de plus de 65 ans .
    Mais racisme….
    Racisme, oui, évidemment, il ne serait jamais venu à l’idée de ce journal de titrer,  » une grand mére à la tête de l’Allemagne »
    Ou  » une grand mère défie le junte Birmane », ou encore en 2016, les démocrates US choisissent une grand mère pour s’opposer à Trump.
    Et le pire?
    C’est qu’il nous faut réfléchir pour percevoir le racisme dans ce cas. Les blacks eux, se le prennent direct dans la tête.
    Sans être racialiste, il faut quand même se rendre compte de certaines choses

      +28

    Alerter
    • Urko // 08.03.2021 à 08h38

      Le racisme, je le perçois chez ceux qui s’indignent – mais savent ils faire autre chose ? – de l’emploi du terme grand mère pour une personnalité noire mais ne trouvaient rien à redire à celui de « mutti » pour Mme Merkel. Si « grand mère » représente une insulte, alors « mutti » aussi, et si « mutti » paraît acceptable, alors « grand mère » aussi, que la personne concernée ait la peau foncée ou pas. Bref, moi, le racisme que je vois provient de ceux qui considèrent que les blancs, par définition, sont racistes et que donc tous leurs propos envers les Africains deviennent suspects par essence. Or, l’accusation de racisme paraît autrement plus grave que celle de grand mère, qui n’a rien d’offensant. Exigeons des excuses de ces racistes qui se permettent de fustiger les blancs parce que blancs. Il ne s’agit pas d’autre chose en fin de compte. Il va falloir que les Africains cessent cette fausse susceptibilité. Ils voient du racisme partout même quand il n’y en a aucun ? Tant pis pour eux. Qu’ils se gardent leurs névroses sur le sujet et que les progressistes qui croient malin de les entretenir (les névroses) prennent conscience que ce jeu là ne mène qu’à entretenir des haines grotesques.

        +28

      Alerter
      • Darras // 08.03.2021 à 09h41

        C’est pas faux. Je ne savais pas qu’ils appelaient Merkel mutti. Donc évidemment, l’accusation en racisme tombe à l’eau.

          +3

        Alerter
        • r7n // 08.03.2021 à 09h49

          L’accusation tombe a l’eau à cause du fait que certains appellent Merkel « mutti »?
          Le relativisme, ça vous dit rien?
          Quelque chose est raciste ou sexisme si il est raciste ou sexisme selon la définition de ces deux mots. La définition n’a pas à changer selon des dires ou autres actions qui ont pu ou pourront avoir lieu.

            +11

          Alerter
          • Patrick // 08.03.2021 à 13h25

            le racisme et le sexisme sont eux-même très relatifs , selon la personne qui accuse de racisme ou de sexisme , en fait c’est un peu comme ça arrange.

              +7

            Alerter
          • Urko // 08.03.2021 à 13h26

            Le problème provient de ce que la définition change selon qui utilise ce terme pour en taxer qui cela l’arrange de dénoncer. Nous avons déjà assez d’anti fascistes poseurs qui s’inventent une vertu et un personnage en combattant avec courage… des fascistes virtuels, ce qui présente certes l’avantage d’exposer davantage au ridicule qu’au danger (jouer les héros de justes causes, voilà qui fait chic sans trop se fouler… faudrait pas prendre des risques non plus hein ?). Celui qui accuse une personne de racisme parce qu’elle a employé l’expression « grand mère » à propos d’une personnalité noire alors qu’une expression équivalente, visant une personnalite blanche, ne lui inspire rien, part d’un présupposé assez spécieux selon lequel blancs et noirs ne seraient pas à traiter de la même façon, même oralement. J’appelle cela du racisme. Du racisme qui s’ignore, du racisme qui se prend pour de l’antiracisme ou un vague paternalisme, du racisme niais, mais du racisme le plus pur, fondé sur un sentiment de supériorité ou une haine larvée. En revanche, ceux qui traitent d’égale façon n’importe qui sans tenir compte des couleurs d’épiderme des uns et des autres le font parce qu’ils n’ont pas d’a priori et qu’ils se fichent bien de ces histoires de carnation futiles. Les noirs n’ont pas davantage besoin que les blancs de se voir materner : il ne s’agit pas plus que les autres de grands enfants à protéger malgré eux. L’époque actuelle, où des excités fustigent qu’une blanche ait traduit une poétesse noire, introduit le racisme le plus ignoble au cœur même de sa façon de penser tous les rapports, au nom de l’anti racisme (!). Ce paradoxe semblerait pathétique s’il n’introduisait une logique mortifère pour tout le monde.

              +9

            Alerter
            • raoul // 08.03.2021 à 21h59

              Quel racisme ? par exemple, Obama n’est jamais qu’un blanc à la peau métissée. Le curseur du racisme, vous trouverez toujours un endroit où le poser.

                +3

              Alerter
  • calal // 08.03.2021 à 07h48

    recherche wikipedia 30 seconde:

    « Ngozi Okonjo-Iweala, née le 13 juin 1954, est une femme politique nigériane possédant également la nationalité américaine.

    Ministre des Finances du Nigeria de 2003 à 2006 et de 2011 à 2015, elle s’attelle à réduire la corruption et la dette publique. Entre ces deux mandats, elle est ministre des Affaires étrangères puis directrice générale de la Banque mondiale. En 2021, elle devient directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce.

    […]

    Ngozi Okonjo-Iweala naît le 13 juin 1954 à Ogwashi-Uku (en), dans le delta du Niger, d’une professeur de sociologie et d’un professeur d’économie. Ses parents sont des chefs traditionnels, avec rang royal.

    Elle entre à la Banque mondiale en 1982, et suit sur le terrain les projets financés par cet organisme puis devient secrétaire du conseil d’administration de la Banque à la demande de James Wolfensohn3.  »

    bref,une heritiere et une banquiere mais c’est une femme et noire… de la diversite dans le genre et la couleur de peau de nos dominants mais ils sont toujours issus de « grandes familles » et du monde de la banque…

      +38

    Alerter
    • Brigitte // 08.03.2021 à 08h49

      Cette femme est mise à ce poste pour que les USA puissent diriger l’Afrique de demain. Ils font d’une pierre deux coups. L’affaire est rondement menée une fois de plus. N’oublions pas que l’Afrique est le dernier continent à développer, où s’affronte la Chine et les USA…accessoirement l’Europe.
      Le Nigeria, ancienne colonie anglaise, est le pays le plus riche d’Afrique, grâce au pétrole notamment. Un des plus corrompus aussi, mais ça c’est pas gênant pour les yankees, au contraire.
      En plus, il voisine les pays d’Afrique francophone, leur faisant une concurrence économique et culturelle agressive.
      Se focaliser sur cette femme est un leurre pour journalistes. Elle a pour mission de vendre l’Afrique aux Yankees.

        +47

      Alerter
  • LibEgaFra // 08.03.2021 à 07h51

    Tempête dans un verre d’eau au lendemain de deux votes du peuple suisse pour l’interdiction de la burqa et contre une « identité électronique » gérée par des entreprises privées.

    A quand le RIC en France dictatoriale? Question purement rhétorique, vu que les dictateurs ne demandent jamais l’avis du peuple sur les questions importantes.

      +23

    Alerter
  • Fabrice // 08.03.2021 à 08h11

    Effectivement c’est discourtois mais ce qui compte c’est que fait l’omc à part qu’être qu’un outil de promotion de la politique américaine.

    pourquoi on laisse cet organisme juge et parti exister ?

    Organisme qui inflige des amendes disproportionnée à l’Europe qui est pourtant celle qui a le plus suivi les orientations de l’omc mais dont les amendes envers les US font pâles figures malgré son protectionnisme déclaré et ne parlons même de la Chine avec ses exceptions qui verouillent son marché intérieur.

    Que cet organisme meurt comme la bête immonde des textes serait la seule nouvelle qui serait intéressante.

      +32

    Alerter
  • Urko // 08.03.2021 à 08h13

    Ces dernières années, j’ai lu des qualificatifs hallucinants sur des dirigeants, de Donald Trump traité de tous les noms à Angela Merkel moquée en bien des termes en passant par Theresa May, Giuseppe Conte, Vladimir Poutine, Boris Johnson ou Christine Lagarde et tant d’autres, pas vraiment ménagés voire franchement insultés sans que cela n’emeuve personne, et là, voilà que l’expression « grand mère » (!) confinerait à l’outrage odieux ? Et les professionnels de la susceptibilité de réclamer des têtes. N’importe quoi. Étonnant deux poids deux mesures en tous cas. Je ne pense pas qu’il faille donner écho à ces crises de nerfs à répétition de la part d’accisateurs publics qui se repaissent de polémiques hystériques : ces gens là ne se sentent jamais rassasiés et exigent toujours davantage de coupables à faire condamner. L’histoire enseigne aussi que leurs bouffonneries peuvent finir par devenir dangereuses

      +23

    Alerter
    • Dominique65 // 08.03.2021 à 11h09

      « Je ne pense pas qu’il faille donner écho à ces crises de nerfs à répétition »
      Une crise de nerf est une crise. Elle a au moins sa place sur ce site. 😉

        +2

      Alerter
  • Brigitte // 08.03.2021 à 08h15

    C’est de la fausse diversité. Cette femme qui se montre en costume traditionnel est un pur produit de la pensée économique américaine. Ils nous ont déjà fait le coup avec Obama…
    Ils sont très forts dans la supercherie ces Yankees, il faut bien le reconnaitre…
    Il ne faut pas confondre diversité et communautarisme. Les noirs américains ne sont pas des africains !
    L’OMC va devenir un musée du folklore mondialiste. C’est triste de voir que toutes les cultures du monde sont peu à peu américanisées.
    Le jour où une vraie grand-mère africaine fera entendre la voix de l’Afrique dans une organisation internationale n’est pas pour demain….

      +51

    Alerter
    • Ron mccarty // 09.03.2021 à 12h36

      Ce n est ni de la vrai ni de la fausse diversité
      Mais un peu entre les 2…

      Comment une grand mere d origine africaine qui ne serait rien d autre peut avoir de l impact en politique? Impossible.

      C est utopique de penser que l on peut faire de la politique au niveau internationale sans servir quelques intérêts (je préfererais que non mais c est la réalité).

      Alors il faut bien que mme okonjo-iweala « roule » pour quelqu’un sinon elle n existe pas politiquement. Chacun a sa part de lumière (modèle de réussite en son pays et a l international pour une femme africaine et ce n est pas qu un symbole qui arrange « les yankee » c est important pour les femmes nigériannes qui habitent le pays de boko haram. A son actif: mesures anti corruption au nigeria, surnommée l « emmerdeuse », a renegocié avec succès la dette publique nigerianne, a supprimé pendant son 2e mandat les subventions aux distributeurs d essence pour financer des investissement pr les infrastructures de santé des femmes enceintes)

      Et sa part d ombre (de part sa bi nationalité nigerianne et americaine, effectivement elle doit appuyer les intérêts privés et publics américains quand elle le peut de façon partiale notamment quand elle avait du pouvoir… cf « part de lumière »)

      Pour faire évoluer le système, le rendre a terme plus juste, les anges n existent pas. Je préfère une personne qui a sa part d indépendance et de déontologie et sa part d ombre plutot qu un despote cynique (et il y en a beaucoup plus que la première catégorie) a la tete d organisation comme l OMC.

      C est un point de vue plutôt pragmatique (je conviens que ce n est pas très glamour) mais ça reflète plus la réalité je pense que de dire que mme okonjo est UNIQUEMENT un pantin a la solde des « yankee ». La « vérité » est je pense plus complexe

        +4

      Alerter
      • Grd-mère Michelle // 09.03.2021 à 14h13

        « Pour faire évoluer le système, le rendre à terme plus juste… », je préférerais, pour ma part, que les organisations comme l’OMC n’aient pas de chef-fe à leur « tête », mais des coordinateurs/trices et porte-paroles qui relaient des avis et décisions prises en s’appuyant sur TOUTES les considérations des diverses instances politiques et civiles qui y prennent part, considérations qui devraient être rendues publiques afin de révéler et d’éliminer les « magouilles » (pour ne pas dire les « complots ») qui font que le monde « tourne sot » (expression utilisée en Wallonie pour dire le vice d’une vis) en perpétuant la domination des fort-e-s sur les faibles.

          +1

        Alerter
        • Ron mccarty // 09.03.2021 à 15h23

          Je préfèrerais aussi que l’OMC soit comme vous le décrivez, et on est bien d’accord qu’on en est très très loin.

          On est donc d’accord sur le constat concernant l’OMC, mais ce n’est pas une raison pour discréditer complétement la personne de mme Okonjo n’êtes vous pas d’accord?

          Avoir du discernement dans un 1er temps et éviter les positions dogmatiques (dans toutes ses expressions) cela me parait important.

          Dans ce cas précis, l’OMC c’est toxique la façon dont c’est fichu ok, mais faisons preuve de discernement et parlons de cette femme en étudiant son histoire qui n’est pas exactement superposable à celle de l’oncle sam? plutôt que de lui coller les préjugés qui nous arrangent d’une part ou de pérorer sur les polémiques de « grand mère » d’autre part qui ne sont que du « bruit » et de la perte de temps.

          Je ne crois pas à une évolution vertueuse du fonctionnement mondial et de ses institutions avant qu’il ne soit trop tard (même si j’espère me tromper) mais ce qu’on peut faire de mieux d’ici la c’est quand même avoir des personnes un peu plus intègre et humaines au pouvoir MEME SI C EST DANS DES INSTITUTIONS UN PEU MOISIES (c’est du court terme mais c’est déjà ça)

          A long terme c’est d’essayer de sensibiliser sur ces sujets le plus largement possible et déradicaliser ceux qui sont engrainés dans toute forme de propagande (pas que occidentalo neo liberale) au dela des frontières nationales (et des blogs internet de convertis qui tourne en boucle) pour ouvrir l’esprit d’un maximum de personnes, et changer les pratiques.

            +0

          Alerter
        • Grd-mère Michelle // 09.03.2021 à 17h25

          Comment pouvez-vous croire qu’il puisse exister des personnes intègres à la tête d’institutions « moisies »? Ignorez-vous que le pouvoir(avec le pognon et les privilèges qu’il génère), où qu’on le laisse s’exercer, corrompt tout ce qu’il touche?
          Homme ou femme, de n’importe quelle couleur, aucun-e « dirigeant-e » n’y échappe, et les discussions sur les personnes sont oiseuses et nous font perdre du temps (et d’une hypocrisie monumentale, surtout de la part des Suisses!)
          Le fait même de briguer un poste qui offre du pouvoir est suspect, et le seul moyen d’éviter que sa tache nauséabonde ne s’étende, c’est de ne l’accorder que pour un temps très bref et non renouvelable(et surtout, qu’il ne soit pas transmissible au sein de « dynasties »!)
          Ce n’est pas un dogme, mais une constatation, que vous faites vous-même, d’ailleurs.
          L’intégrité, valeur oubliée ou méprisée, ne pourra surgir que d’une prise de conscience majoritaire de sa NÉCESSITÉ, et de l’établissement de règles (de transparence, notamment) qui la confortent et la soutiennent.
          Veuillez bien excuser, svp, mon impatience: contrairement à vous, je VEUX croire à « …une évolution vertueuse du fonctionnement mondial et de ses institutions avant qu’il ne soit trop tard… », car il y a des gens que j’aime, qui, après moi, vivront.
          Mais pour y croire, il faut se sentir prêt-e à l’imaginer et à y contribuer.

            +0

          Alerter
          • Ron mccarty // 11.03.2021 à 14h06

            Lisez moi bien svp. Je veux croire également à une évolution vertueuse pour les mêmes raisons que vous. Je dis juste que je suis pessimiste sur les chances d’y arriver quand on constate l’ampleur de la tâche et le manque de temps.

            Vous idéalisez ce que peut devenir la société humaine : une société faite de personnes parfaitement intègres (dans une perspective philosophique je ne sais pas ce que cela veut dire) fonctionnant ensemble de façon désintéressée et œuvrant main dans la main pour un bien commun « qui reste à définir » (ce serait déjà énorme de définir de façon réellement démocratique un compromis de « bien commun » qui convienne à toute la société humaine, seul but réalisable)

            La définition absolue de ce bien commun n’existe pas compte tenu des divergences culturelles et de valeurs morales qui coexistent sur cette planète.

            Le premier élément pour parvenir à ce but commun, c’est d’essayer individuellement d’être clairvoyant, juste, et prudent dans son jugement.
            Par exemple ne pas dire par principe que tout représentant d’une institution jugée bancale et lui aussi complètement bancal. C’est la meilleure façon de se retrouver bloqué dans ses préjugés

            Les organisations sociales ne sont pas complètement corrompues ou complètement justes par nature. Elles sont le reflet de l’espèce humaine qui n’est également ni angélique ni diabolique par nature.

            C’est plus difficile d’essayer d’évaluer ce que l’on observe avec de la nuance et de la prudence mais je pense que c’est plus juste et plus utile que les positions dogmatiques et/ou idéologiques (je persiste).

              +0

            Alerter
          • Grd-mère Michelle // 11.03.2021 à 16h32

            Hum… Vous ignorez, en effet, (bien que vous n’ayez pas répondu à cette question) que le pouvoir corrompt tout ce qu’il touche.
            Il ne s’agit pas de pessimisme ou d’optimisme, mais de volonté déterminée, d’imaginer et de proposer une organisation des sociétés humaines (de la plus petite à la plus grande) qui ne laisse pas de chance, pas de place au mécanisme du pouvoir, en privilégiant systématiquement l’information correcte et la discussion plutôt que les mensonges et l’affrontement brutal.
            L’observation scientifique du point de non-retour où nous nous sommes fourvoyé-e-s à grand renfort de destructions et de tueries au cours des siècles, et d’ego surdimensionné, est une opportunité qu’il faudrait saisir sans tarder, vu le peu de temps qu’il reste à l’humanité pour accomplir la tâche de se perpétuer.
            (L’arsenal atomique mondial, auquel le peuple français contribue fièrement, est capable de détruire des centaines de fois tout ce qui vit sur terre: c’est le genre d’information, de vérité qui concerne TOUT LE MONDE, qu’il est nécessaire de mettre en avant pour espérer aborder sur les rivages d’une sage et saine coopération).
            « Lorsque l’humanité sera enfin sage,
            nous passerons de la compétition dans l’individualisme
            à l’individualité dans la coopération » Colette Magny en 1963

              +0

            Alerter
            • Ron mccarty // 11.03.2021 à 22h23

              Je ne sais pas quoi vous dire…
              Le pouvoir ne corrompt pas tout ceux qu ils touchent, c est votre point de vue et c est très caricaturale.

              Le pouvoir ne concerne pas que les hommes et femmes qui sont a la tête de multinationales ou d état sur lesquels vous semblez focaliser.

              Le pouvoir concerne le domaine du travail au quotidien (un chef d entreprise, un supérieur hiérarchique, un maitre de stage), le domaine privé (l autorité parentale tout bêtement).. les sociétés néolithiques fonctionnaient déjà avec des chefs de tribu, c est inscrit dans l ADN et la culture des animaux sociaux que nous sommes.

              Le pouvoir n est pas uniquement abus, manipulation, profit (j ai l impression que vous n y voyez que ça), ça peut être le cas bien entendu mais c est aussi le pouvoir de proteger, d accompagner, d encourager, d aider et d assister les plus faibles.
              C est juste le rôle d un état et de toute organisation politique responsable de manière générale en théorie.

              Il faudrait surtout changer notre façon de faire de la richesse pour dégonfler les lobbys toxiques qui sont les principaux responsables de la corruption dans les hautes sphères, et en effet cela demande des changements faramineux de conception socio economique et bien plus qu une coperation inter nationale (vieille chimere agitée par la propagande neo liberale) mais une société mondiale qui partage des valeurs et un but commun… et on en est très très loin.

                +0

              Alerter
            • Grd-mère Michelle // 12.03.2021 à 15h03

              Vous me lisez fort peu attentivement, partiellement, donc vous ne me comprenez pas.
              Il est plus que temps de cesser de « …faire de la richesse… », mais bien de partager les richesses que nous offre notre état d’être vivant(interdépendant avec la multitude des autres).

              A propos de « bien commun », voir ceci:
              https://associations21.org/agora-des-habitants-de-la-terre/

              Pour enclencher les « …changements faramineux de conception… », il faut bien commencer par quelque chose…
              Il se trouve que la pandémie donne justement à réfléchir…

                +0

              Alerter
  • GENDRE DANIEL // 08.03.2021 à 09h38

    Quand on veut monter au mat, il faut avoir le cul propre. Vous indiquez en chapeau « En ce 8 mars 2021, Journée internationale des femmes… », vous allez fâcher de nombreuses grand-mères et pas qu’africaines. Vous écrivez Journée internationale des femmes comme vous auriez écrit Journée internationale des machines à laver (qui ont tant fait pour libérer les femmes !!). Il s’agit de la Journée internationale des DROITS des femmes, qui était auparavant la Journée internationale de LUTTE pour les DROITS des femmes. Ainsi, la lutte a déjà disparu de l’appellation officielle et vous faites tout pour que les droits s’effacent également !
    Pour votre punition, vous relirez trois fois les oeuvres complètes de Simone de Beauvoir.

      +14

    Alerter
    • Jolb56 // 08.03.2021 à 10h20

      L’appellation officielle des Nations Unies est bien Journée Internationale des Femmes, officialisée en 1977 par les Nations Unies, et dans la foulée de l’Année internationale de la femme (1975) proclamée par l’Assemblée générale de l’ONU, la Journée internationale des femmes est toutefois apparue dans le contexte des mouvements sociaux au tournant du XXe siècle en Amérique du Nord et en Europe.

        +1

      Alerter
      • Guise // 09.03.2021 à 01h57

        @Jolb56 Vous dites que la « Journée internationale des femmes est toutefois apparue dans le contexte des mouvements sociaux au tournant du XXe siècle en Amérique du Nord et en Europe ».
        Vous oubliez le principal : la « Journée internationale des femmes » a été décrétée en Russie, le 8 mars 1921. Pour célébrer le fait qu’en 1917 les femmes russes étaient descendues dans la rue pour obtenir des droits (et du pain, aussi). Un coup des communistes, donc, même si ça a été repris ensuite.

        Et puis, qui est légitime pour nommer un jour pareil, l’ONU ou les féministes qui ont été à l’origine de cette journée ?
        Le 8 mars 1977, l’ONU a adopté une résolution pour une Journée des Nations unies pour les droits des femmes et la paix internationale.
        Qui a été rebaptisée « journée de la femme », contre l’avis des femmes politisées pour leurs droits (aka les féministes).

        Quand on dit journée de « la femme » (la seule, l’unique, celle en talons de douze qui gère mômes et vie pro d’un seul ongle manucuré), c’est comme quand on parle de « frappes chirurgicales » pour parler de bombardements, de « bavures » pour parler de « violences policières », et de « démocratie » pour dire « la France ». C’est politiquement réactionnaire.

          +9

        Alerter
  • r7n // 08.03.2021 à 09h44

    « Grand mère » n’est peut être pas élogieux, mais de là à voir du « racisme » ou du « sexisme »… Aller soyons généreux, ajoutons « antisémite », et le pack victimaire est complet!

      +12

    Alerter
    • Jolb56 // 08.03.2021 à 10h15

      C’est du sexisme dans la mesure où la réciproque n’est pas vraie pour les hommes ….. Ce terme est réservé aux femmes…. On la définit par son rôle d’épouse, mère, grand-mère. Quand les hommes eux sont définis par leurs fonctions.

        +12

      Alerter
      • Patrick // 08.03.2021 à 13h29

        c’est vrai que l’on parle rarement de « grand-mère » à propos des hommes , quoique , dans la période de décadence actuelle on peut s’attendre à tout 🙂

          +11

        Alerter
      • Grd-mère Michelle // 08.03.2021 à 15h14

        Heu… À rappeler qu’il n’est pas nécessaire, obligatoire, d’être une épouse pour devenir une grand-mère…
        Étant moi-même une mère et grand-mère célibataire volontaire et, du fait de l’adversité consécutive à ce choix, mais aussi de mon caractère plus contemplatif qu’actif, je n’ai pas bénéficié d’une quelconque « fonction » officielle (quelles qu’aient été mes activités rémunérées ou bénévoles), et je ne souhaite pas m’embarquer dans cette polémique très opportuniste, « dans l’air du temps « , qui oublie (?) de souligner la position dominante de l’intéressée, que je réprouve en toutes circonstances.
        Le « pseudo » que j’ai choisi veut surtout exposer mon âge avancé, et, dans une certaine mesure, ce que j’ai eu à connaître et expérimenter, qui me donne envie d’exprimer dans ces débats mes avis, en espérant qu’une voix sincère et désintéressée soit considérée à l’égal de toutes les autres(ce qui n’est malheureusement pas le cas lorsque je m’efforce de faire exister la féminité dans ma langue maternelle et paternelle).
        Pour que ceux/celles « qui ne sont rien » aient leur mot à dire.
        ÉGALITÉ DE DROITS, LIBERTÉ DE CHOIX POUR TOU-TE-S!
        SOLIDARITÉ AVEC TOUT LE VIVANT!

          +2

        Alerter
    • NO // 08.03.2021 à 10h16

      Pour compléter le « pack victimaire », ajoutons islamophobe…

        +6

      Alerter
    • Patrick // 08.03.2021 à 13h28

      En plus ça donne un côté rassurant et responsable à la personne.
      Moi , ça m’inquiète de voir le nombre de dirigeants qui n’ont pas d’enfants , ces gens là ne croient pas en l’avenir , ou alors ils s’en fichent.

      Je préfère une grand-mère à un président sans enfants ( ce qui devrait d’ailleurs être souligné )

        +7

      Alerter
      • Ives // 09.03.2021 à 07h22

        ou une chancelière sans enfant non plus. Tout çà pour dire qu’il doit y avoir des grand-mères qui ne croient pas en l’avenir mais aussi des sans enfant qui y croient. En vieillissant (je ne suis pas encore grand-père), j’ai appris à ne pas mettre facilement les gens dans des cases toutes préparées.

          +2

        Alerter
  • pseudo // 08.03.2021 à 10h34

    c’est à dire que même incarnée par l’image d’une strong indépendante women, l’afrique à toujours besoin de l’aide internationale pour se défendre ?
    C’est terrible pour ce continent.
    En même temps, n’a t’on pas dit deux commentaires plus haut qu’était américaine ?

      +2

    Alerter
    • raoul // 08.03.2021 à 22h06

      Je suis pas sûr que l’Afrique ait besoin de l’aide internationale pour se défendre. Par contre, je suis certain que l’aide internationale est prêtre à s’acheter des hauts dignitaires africains, encore plus qu’avant !

        +1

      Alerter
  • bab23 // 08.03.2021 à 11h06

    Est ce que s’insurger qu’on appelle cette dame « grand mère » n’est pas un peu grandmèreophobe ?

      +7

    Alerter
    • Patrick // 08.03.2021 à 15h21

      on pourrait même y voir une incitation à la haine grandmèrophobe 🙂

        +3

      Alerter
  • Nasir // 08.03.2021 à 11h51

    Pas d’insulte, pas de diffamation, un titre maladroit ou un peu provoc, mais voici une affaire nationale ! Notre époque a décidément la passion des polémiques montées de toute pièce, des tempêtes dans un verre d’eau…

      +5

    Alerter
  • Urko // 08.03.2021 à 13h19

    Le problème provient de ce que la définition change selon qui utilise ce terme pour en taxer qui cela l’arrange de dénoncer. Nous avons déjà assez d’anti fascistes poseurs qui s’inventent une vertu et un personnage en combattant avec courage… des fascistes virtuels, ce qui présente certes l’avantage de n’exposer à aucun danger (jouer les héros de justes causes sans que ça ne coûte rien, voilà qui fait chic sans trop se fouler… faudrait pas prendre des risques non plus hein ?). Celui qui accuse une personne de racisme parce qu’elle a employé l’expression « grand mère » à propos d’une personnalité noire alors qu’une expression équivalente, visant une personnalite blanche, ne lui inspire rien, part d’un présupposé assez spécieux selon lequel blancs et noirs ne seraient pas à traiter de la même façon, même oralement. J’appelle cela du racisme. Du racisme qui s’ignore, du racisme qui se prend pour de l’antiracisme ou un vague paternalisme, du racisme niais, mais du racisme le plus pur, fondé sur un sentiment de supériorité ou une haine larvée. En revanche, ceux qui traitent d’égale façon n’importe qui sans tenir compte des couleurs d’épiderme des uns et des autres le font parce qu’ils n’ont pas d’a priori et qu’ils se fichent bien de ces histoires de carnation futiles. Les noirs n’ont pas davantage besoin que les blancs de se voir materner : il ne s’agit pas plus que les autres de grands enfants à protéger malgré eux. L’époque actuelle, où des excités fustigent qu’une blanche ait traduit une poétesse noire, introduit le racisme le plus ignoble au cœur même de sa façon de penser tous les rapports, au nom de l’anti racisme (!). Ce paradoxe semblerait ridicule s’il n’introduisait une logique mortifère pour tout le monde.

      +2

    Alerter
  • placebo // 08.03.2021 à 14h15

    j aimerais beaucoup qu on dise de moi une grand mere a fait ca ou en parlant de ma propre mere une arriere gra.nd mere a fait ca . qu est ce que vous avez contre les femmes et ou les vieux relativement signe old white caucasien female

      +3

    Alerter
  • Ernesto // 09.03.2021 à 00h44

    C’est bien sûr Jolb 56 (O8/03/21 à 10h 15) qui a raison, aucun organe de presse n’a titré: « grand-père Dassault a cassé sa pipe ». L’expression « mutti » a une connotation affectueuse, elle est utilisée par une partie de la population allemande (plus féminine que masculine?) qui soutient la chancelière. Le terme « grand-mère » n’a pas la même connotation, il aurait fallu dire « mamie », je le perçois plutôt comme péjoratif, renvoyant au fait qu’on a placé à la tête de l’OMC, non seulement une femme, non seulement noire, mais surtout âgée qu’on peut soupçonner d’être « has been » alors qu’à ce poste de responsabilité, l’innovation et l’audace appellent la fougue et le dynamisme de la jeunesse. Pourquoi ne s’être pas contenté d’évoquer son passé professionnel pour justifier sa nomination?

    Quoiqu’il en soit, l’essentiel, naturellement, n’est pas là et ne mérite pas un tel emballement. Brigitte l’a parfaitement résumé: l’OMC est entre de bonnes mains, celles d’une héritière de la haute bourgeoisie africaine que sa double nationalité et son parcours professionnel mettront au service des intérêts de l’oncle Sam (à moins qu’elle soit un agent double, mais ça, ça reste à prouver!).

      +1

    Alerter
    • Astarté // 10.03.2021 à 22h40

      Mutti affectueux pour une femme sans enfant ?

        +0

      Alerter
  • Guise // 09.03.2021 à 01h36

    D’un côté « mutti » pour Merkel, mais aussi Mitterand, « tonton »… ça passe. Dans l’autre, « grand-mère », ça casse. Pourquoi, quelle est la différence ?

    Dans le premier cas, « tonton » ou « mutti » : un surnom affectueux, pour parler d’un dirigeant apprécié (le surnom n’est pas dépréciateur).
    « grand-mère » : une description objective de la situation familiale.

    Voilà la différence, et voilà pourquoi c’est sexiste de parler de « grand-mère » ici : il y a une différence entre utiliser un surnom affectueux pour parler positivement d’un personnage déjà connu du public, et le fait de présenter au public une femme peu connue (qu’il faut donc décrire).
    Le journal a choisi de mettre en avant la vie privée de cette personne (elle a été mère, puis ses enfants ont eu des enfants). Et pas son action publique, politique, qui est pourtant ce qui est le plus intéressant.
    Ce genre de traitement (qui augmente le poids de la sphère privée, intime des femmes politique), leur est réservé. Les hommes encore inconnus en politique ne sont jamais « lancés » par les journaux par cet angle là.
    Certains choisissent d’en parler ensuite, ok, mais ça n’est pas ce qui intéresse les journaux dans un premier temps. Alors que la vie privée des femmes politiques est vue comme un critère « normal » pour évaluer leur compétence, le personnage politique nouveau. C’est ce deux poids, deux mesures, qui fait le sexisme de la situation.

    Mais ce n’est pas très étonnant, la Suisse a bien attendu 1971 pour permettre aux femmes de voter.

      +0

    Alerter
  • eugenieGrandet // 09.03.2021 à 07h10

    Personne ici ne parle des titres (personne ne remonte donc à la source?).
    L’un est « Grossmutter wird neue cheffin der… »

    Autrement dit, ça n’est pas comparable à la Mutti de Merkel (qui ne peut pas être grand-mère, n’ayant pas eu d’enfant).

    ça semble condescendant (peut-être bienveillant mais il faudrait étudier tous leurs titres) mais je n’y vois pas de racisme. Ou alors tout dans tout et réciproquement.

      +1

    Alerter
  • Ives // 09.03.2021 à 07h28

    c’est marrant, ma première impression a été qu’on voulait démontrer que les Alémaniques étaient des rustres avançant avec de gros sabots incapables de la moindre finesse. Voilà, j’ai dû faire du racisme germanique!!

      +1

    Alerter
  • Maurice // 09.03.2021 à 10h13

    Ce n’est que de l’agitation médiatique, on alimente le spectacle permanent de notre société avide de buzz, clash, et autres termes barbares modernes.
    On se fiche de savoir que cette femme a quatre enfants et trois petits enfants, on se fiche de la couleur de sa peau et de celle de ses habits !!
    Ce qui importe c’est qu’a t’elle fait, elle qui fait partie des 100 femmes les plus puissantes du monde, et surtout que va t’elle faire à la tête de cet organe mondialiste ?
    Cette femme a géré des dizaine de milliards de dollars pour le compte de la Banque Mondiale, un mail un un appel de sa part peut sceller le sort d’un pays: c’est tout ce qui compte.
    Le fait qu’elle soit de sang royal et intelligente (doctorat au MIT) a du aider a ce qu’elle puisse accéder au sommet, mais certainement pas en distribuant des cookies … A mon avis elle a du en écraser des têtes au cours des diverses réunions comex au FMI ou à la banque Mondiale !
    Elle a été « adoubée » par toute l’oligarchie mondialiste et elle va faire le job, quel qu’il soit, dans le monde post Covid-19.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications