Les Crises Les Crises
3.juillet.20193.7.2019 // Les Crises

Une guerre avec l’Iran se profile-t-elle à l’horizon ?

Merci 262
J'envoie

Source : Consortium News, Bob Dreyfuss,

En dépit des tensions croissantes entre l’administration Trump et le Venezuela et même avec la Corée du Nord, selon Bob Dreyfuss pour TomDispatch, l’Iran est le théâtre de guerre le plus probable pour une prochaine offensive de Washington.

L’administration Trump est suffisamment irresponsable pour transformer la guerre froide avec l’Iran en une guerre à chaud.

En ce qui concerne la politique étrangère, voici la question en 2019 : le président Donald Trump, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le prince héritier Mohammed bin Salman, tous sérieusement affaiblis sur leur théâtre interne et n’ayant que quelques alliés étrangers sont-ils assez irresponsables pour déclencher une guerre avec l’Iran ?

Des actions militaires conçues pour être restreintes – disons par exemple, un renforcement des bombardements israéliens sur les forces iraniennes à l’intérieur de la Syrie, ou d’éventuelles attaques transfrontalières américaines depuis l’Irak, ou encore un affrontement entre des navires de guerre américains et iraniens dans le golfe Persique – peuvent-elles déclencher une guerre plus générale ?

De façon inquiétante, les réponses sont : oui et oui. Même si l’Europe Occidentale s’oppose à tout éventuel conflit avec l’Iran, même si la Russie et la Chine s’y opposeraient, même si la plupart des experts en politique étrangère de Washington seraient consternés par le déclenchement d’une telle guerre, cela pourrait arriver.

Malgré les tensions croissantes entre l’administration Trump et le Venezuela et même avec la Corée du Nord, l’Iran est le théâtre de guerre le plus probable pour une prochaine offensive de Washington. Des années de crispations politiques virulentes hostiles à l’Iran pourraient exploser aux nez du président Trump et de ses deux assistants les plus bellicistes, le secrétaire d’État Mike Pompeo et le conseiller à la sécurité nationale John Bolton, déclenchant un conflit aux retentissements potentiellement catastrophiques.

Une telle guerre risquerait de rapidement s’étendre à une majeure partie du Moyen-Orient, et pas seulement à l’Arabie saoudite et à Israël, les deux principales puissances anti-Iranniennes de la région, mais aussi à l’Irak, à la Syrie, au Liban, au Yémen et aux divers États du golfe Persique. Comme le président iranien Hassan Rouhani l’a suggéré l’année dernière (faisant inconsciemment écho à l’ancien ennemi de l’Iran, le dirigeant irakien Saddam Hussein), il se pourrait en effet, que cela déclenche la « mère de toutes les guerres ».

Rouhani : « Mère de toutes les guerres. » ([photo Kremlin)

Avec Bolton et Pompeo, deux Iranophobes bien connus, aux commandes, il n’existe que peu de modérateurs éventuels auprès du Président Trump quand il s’agit de ce pays. Le chef d’état-major de la Maison-Blanche John Kelly, le conseiller à la sécurité nationale H.R. McMaster et le secrétaire à la Défense Jim Mattis, les anciens généraux préférés du président Trump qui avaient exhorté à la prudence, ne sont plus là. Et bien que le Comité national démocrate ait adopté le mois dernier une résolution appelant les États-Unis à revenir à l’accord nucléaire signé par le président Obama, un nombre important de démocrates du Congrès estiment encore que l’Iran représente une menace majeure pour les intérêts américains dans la région.

Pendant les années Obama, il était de rigueur pour les démocrates de soutenir la conviction du président sur le fait que l’Iran était l’un des principaux commanditaires du terrorisme et devait être traité en conséquence. Et les représentants démocrates actuels du Congrès qui décident de la politique étrangère du parti – Eliot Engel, qui préside actuellement la commission des affaires étrangères de la Chambre, ainsi que Bob Menendez et Ben Cardin, les deux démocrates de haut rang de la commission des affaires étrangères du Sénat – étaient opposés à l’accord nucléaire de 2015 (bien que tous trois prétendent maintenant avoir changé d’avis).

Poudrières d’une future guerre en place.

Sur les montagnes russes de la politique étrangère de Donald Trump il est difficile de faire la distinction entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas, ce qui est rhétorique et ce qui ne l’est pas. En ce qui concerne l’Iran, il est raisonnable de supposer que Trump, Bolton et Pompeo ne sont pas en train de planifier une version actualisée de l’invasion unilatérale de l’Irak lancée par le président George W. Bush au printemps 2003.

Pourtant, en appelant ouvertement à la chute du gouvernement de Téhéran, en se retirant de l’accord nucléaire iranien et en imposant de nouvelles sanctions lourdes pour paralyser l’économie du pays, en encourageant les Iraniens à se révolter, en appuyant ouvertement divers groupes en exil (et peut-être même secrètement des terroristes), et en se rangeant aux côtés d’Israël et de l’Arabie saoudite dans une alliance anti-iranienne officieuse, les trois hommes tentent clairement de forcer la chute du régime iranien, alors qu’il vient de célébrer le 40e anniversaire de la révolution islamique de 1979.

Il y a trois points stratégiques, poudrières potentielles où des accrochages mineurs, s’ils devaient se produire, pourraient dégénérer rapidement en une guerre majeure.

Netanyahou se glorifiant de frappes sur des cibles iraniennes. (photo Kremlin)

Le premier se trouve en Syrie et au Liban. L’Iran est largement impliqué dans la défense du président syrien Bachar al-Assad (qui vient juste de rentrer d’une visite à Téhéran) et étroitement allié au Hezbollah, le parti politique chiite libanais disposant d’une puissante branche paramilitaire. Il y a quelques semaines, le Premier ministre israélien Netanyahou se félicitait ouvertement de ce que les forces aériennes de son pays avaient réussi à éliminer des cibles iraniennes en Syrie. En fait, et cela a été peu remarqué ici, des dizaines de frappes de ce style se répètent depuis plus d’un an, entraînant de plus en plus de pertes iraniennes.

Jusqu’à présent, les dirigeants iraniens ont évité une rétaliation directe qui aggraverait la confrontation avec Israël, tout comme ils ont évité de lâcher la bride au Hezbollah, une force par procuration bien armée et rodée au combat. Cela pourrait toutefois changer si les partisans de la ligne dure en Iran décidaient de riposter. Si ce conflit latent devait éclater, peut-on seulement imaginer que le président Trump ne se rangerait pas rapidement aux côtés d’Israël dans la bataille ou que les démocrates au Congrès ne succomberaient pas promptement aux pressions du gouvernement pour soutenir l’État juif ?

L’Irak doit être considéré comme un autre détonateur possible de conflit. En février, un Trump toutes voiles dehors a dit à l’émission Face the Nation de CBS qu’il avait l’intention de maintenir les forces américaines en Irak « parce que je veux un peu surveiller l’Iran, car c’est l’Iran le vrai problème ». Ses propos n’ont pas été très bien vécus par la classe politique irakienne, dans la mesure où de nombreux partis et milices de ce pays sont soutenus par l’Iran.

La déclaration de Trump faisait suite à un rapport paru en fin d’année dernière dans le Wall Street Journal, selon lequel Bolton aurait demandé au Pentagone – au mépris de l’opposition de divers généraux et de Mattis, alors secrétaire à la Défense – de préparer des options pour des « frappes de rétorsion » contre l’Iran. Le tout coïncidait à peu près avec deux petites attaques à la roquette qui se sont produites contre la Zone Verte fortifiée de Bagdad et l’aéroport de Bassorah, la ville portuaire irakienne du golfe Persique et n’ont fait aucune victime.[La zone verte est une enclave hautement sécurisée dans la ville irakienne de Bagdad, qui fut instituée en avril 2003 à la suite de la persistance des combats et des attentats après la fin officielle de la seconde guerre d’Irak. NdT]

Dans un article paru dans Foreign Affairs, cependant, M. Pompeo a imputé ces attaques à l’Iran, en les qualifiant de « potentiellement mortelles » et en ajoutant que « l’Iran n’avait pas arrêté ces attaques, qui ont été menées par des forces partisanes qu’il soutient par des financements, un programme de formation et des armes ». Aucune « frappe de représailles » n’a été menée, mais des plans pour les mettre en œuvre existent indubitablement maintenant et il n’est pas difficile d’imaginer Bolton et Pompeo persuadant Trump d’aller de l’avant et d’y faire appel – avec des conséquences incalculables.

Enfin, parmi les poudrières, il y a le golfe Persique lui-même. Depuis les années George W. Bush, la marine américaine s’inquiète des affrontements possibles avec les forces navales iraniennes dans ces eaux et il y a eu un certain nombre d’incidents très médiatisés. L’administration Obama a essayé (mais sans succès) d’établir une sorte de téléphone rouge entre les commandants des forces navales américaines et iraniennes pour faciliter le désamorçage de tels incidents, une initiative soutenue par l’amiral en chef des forces alliées de l’époque, Mike Mullen, un opposant de longue date à une guerre avec l’Iran.

Avec l’arrivée de Trump, cependant, tous les paris sont ouverts. L’année dernière, il a demandé à Mattis de préparer des plans pour détruire les « vedettes rapides » de l’Iran, ces petites canonnières présentes dans le Golfe, demandant, à ce que l’on dit, « Pourquoi est-ce qu’on ne les coule pas ? » Il a déjà renforcé la présence de la marine américaine sur place, suscitant l’attention de l’Iran. Il n’est pas surprenant que les dirigeants iraniens aient rétorqué en faisant de même. Au début de l’année, le Président Hassan Rouhani a annoncé que son pays avait mis au point des sous-marins capables de lancer des missiles de croisière contre des cibles navales. Les Iraniens ont alors entamé une série d’exercices de guerre dans le golfe Persique et, à la fin du mois de février, ils ont effectué un tir expérimental d’un de ces missiles lancé depuis un sous-marin.

Lancement d’un missile depuis un sous-marin iranien.

Il faut encore ajouter une chose : dans une reprise surréaliste d’un argument clé utilisé par George Bush et Dick Cheney pour déclencher la guerre contre l’Irak en 2003, mi-février, le journal de droite Washington Times a publié un article « exclusif » avec ce titre : « L’Alliance Iran-Al Qaïda pourrait justifier légalement des frappes militaires américaines. »

Revenons à 2002, lorsque le Bureau des plans spéciaux du Pentagone du secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, sous la supervision des néoconservateurs Paul Wolfowitz et Douglas Feith, a passé des mois à essayer de prouver qu’Al-Qaïda et l’Irak étaient de mèche. L’article du Washington Times, citant des sources de l’administration Trump, fait une assertion similaire – affirmant qu’actuellement l’Iran aide et encourage Al-Qaïda en établissant un « sanctuaire clandestin pour faire circuler des combattants, de l’argent et des armes à travers le Moyen Orient ».

L’article ajoutait que l’administration cherchait à utiliser ces informations pour établir « une justification légale potentielle de frappes militaires contre l’Iran ou ses alliés ». Inutile de dire que peu d’experts en terrorisme ou de spécialistes de l’Iran seraient d’accord pour dire que l’Iran entretient quelque relation active que ce soit avec Al-Qaïda.

En Iran comme à Washington les partisans de la ligne dure triompheront-ils ?

L’administration Trump éprouve en fait, de plus en plus de difficultés à trouver des alliés prêts à rejoindre une nouvelle coalition de Volontaires pour un affrontement contre l’Iran. Les deux seuls membres fondateurs à ce jour, Israël et l’Arabie saoudite, sont cependant très enthousiastes. Le mois dernier, le Premier ministre Netanyahou a fait remarquer qu’Israël et ses alliés arabes veulent la guerre contre l’Iran.

Mi-février, lors d’une réunion au sommet plutôt infructueuse organisée par Washington à Varsovie pour rallier des dirigeants du monde entier dans une future croisade contre l’Iran, on a entendu Netanyahou déclarer en hébreu : « C’est une réunion ouverte avec des représentants des principaux pays arabes, assis ici avec Israël afin de faire valoir notre intérêt commun dans une guerre avec l’Iran ». (Il insista plus tard sur le fait que la traduction correcte aurait dû être « combattre l’Iran », mais le mal avait déjà été fait.)

Ce sommet de Varsovie avait explicitement été organisé pour créer une coalition anti-irannienne, mais de nombreux alliés de l’Amérique, fermement opposés à la décision de Trump de se retirer de l’accord nucléaire iranien, ne veulent pas en entendre parler. Dans un effort pour amadouer en particulier les Européens, les États-Unis et la Pologne l’ont maladroitement rebaptisée : « La Conférence ministérielle pour promouvoir un avenir de paix et de sécurité au Moyen-Orient. »

Le changement d’intitulé, cependant, n’a berné personne. En conséquence, le vice-président Mike Pence et le secrétaire d’État Pompeo ont été humiliés par une série de défections : les Français, les Allemands et l’Union européenne, entre autres, ont carrément refusé d’envoyer des représentants de niveau ministériel, laissant leurs ambassadeurs les représenter à Varsovie. Les nombreux pays arabes non asservis à l’Arabie saoudite n’ont envoyé que des délégations de modeste niveau. La Turquie et la Russie l’ont complètement boycotté, convoquant leur propre sommet au cours duquel les présidents Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan ont rencontré l’Iranien Rouhani.

Pence, qui n’a jamais été un diplomate des plus habiles, a condamné, insulté et vilipendé les Européens pour avoir refusé de se conformer à l’approche chamboule-tout de Washington. Il a commencé son discours à la conférence en disant : « Le temps est venu pour nos partenaires européens de se retirer de l’accord nucléaire iranien ». Il a ensuite attaqué frontalement les efforts de l’Europe pour préserver cet accord en cherchant à contourner les sanctions ré-imposées par Washington : « Malheureusement, certains de nos principaux partenaires européens… ont pris l’initiative de créer des mécanismes pour contrecarrer nos sanctions. Nous qualifions cela d’efforts pour briser les sanctions américaines contre le régime révolutionnaire meurtrier de l’Iran. »

Ce coup de sang contre les alliés européens rappelle à tous les propos désobligeants du secrétaire à la Défense Rumsfeld au début de 2003, selon lesquels l’Allemagne et la France, en particulier, étaient les dirigeants de la « vieille Europe ». Peu d’alliés ont alors soutenu les plans d’invasion de Washington, ce qui, bien sûr, n’a pas empêché la guerre. La réticence actuelle de l’Europe ne semble pas non plus susceptible d’avoir un effet dissuasif.

Mais Pence a raison de dire que les Européens ont pris des mesures pour sauver l’accord nucléaire iranien, également connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA). Ils ont en particulier créé un « mécanisme spécial » connu sous le nom d’INSTEX (Instrument for Supporting Trade Exchanges) conçu « pour soutenir le commerce légal avec l’Iran », selon une déclaration des ministres des Affaires étrangères d’Allemagne, de France et de Grande-Bretagne. C’est là un enjeu majeur et, comme Pence l’a fait remarquer, explicitement conçu pour contourner les sanctions imposées à l’Iran par Washington après la dénonciation du JCPOA par Trump.

L’INSTEX a également une vocation politique. Le retrait américain du JCPOA a été un coup dur pour le président Rouhani, le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif et d’autres centristes de Téhéran qui tiraient mérite et fierté d’avoir conclu un accord entre l’Iran et les six puissances mondiales (États-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Russie et Chine) signataires. Cet accord avait été accueilli favorablement en Iran en partie parce qu’il semblait permettre à ce pays d’élargir, sans aucune sanction, ses échanges commerciaux avec le reste du monde, y compris ses exportations de pétrole.

Pence : Nul diplomate. (Gage Skidmore/Flickr)

Avant même que Trump n’abandonne l’accord, cependant, l’Iran trouvait déjà la pression américaine écrasante et, pour l’Iranien moyen, les choses ne s’étaient pas améliorées d’une manière significative. Pire encore, au cours de l’année écoulée, l’économie s’était écroulée, la monnaie s’était effondrée, l’inflation s’était accélérée et des grèves et des manifestations de rue avaient éclaté, défiant le gouvernement et ses dirigeants religieux. Des slogans de « Mort au Dictateur ! » – qui n’avaient pas été entendus depuis la révolte du Mouvement Vert contre la réélection du Président Mahmoud Ahmadinejad en 2009 – ont de nouveau retenti lors de manifestations de rue.

Fin février, c’était comme si Trump, Bolton et Pompeo avaient remporté une dangereuse victoire lorsque Zarif, le célèbre ministre iranien des Affaires étrangères, favorable à l’Occident, avait annoncé sa démission. Les modérés qui soutenaient le JCPOA, dont Rouhani et Zarif, ont été en butte aux attaques des partisans de la ligne dure du pays suite au retrait de Trump. Par conséquent, la décision de Zarif a été largement considérée comme le signe inquiétant que les partisans de la ligne dure avaient fait leur première victime.

Il y a même eu des spéculations infondées sur le fait que, sans Zarif, qui avait travaillé sans relâche avec les Européens pour préserver ce qui restait du pacte nucléaire, l’Iran lui-même pourrait abandonner l’accord et reprendre son programme nucléaire. Et il ne fait aucun doute que les actions et les déclarations de Bolton, de Pompéo et de toute la bande ont sapé les modérés d’Iran, tout en enhardissant ses partisans de la ligne dure, qui présentent à l’ayatollah Ali Khamenei, le dirigeant suprême du pays, des arguments du type « on vous l’avait bien dit ».

Malgré la pression interne sur Zarif, cependant, sa démission s’est avérée de courte durée : Rouhani l’a rejetée, et le parlement iranien lui a accordé un soutien accru. Même le général Qassem Soleimani, figure majeure du Corps des gardiens de la révolution islamique (GRI) et commandant de la force Al-Qods, l’a soutenu.

Il se trouve que la force Al-Qods, une branche du Corps des gardiens de la révolution islamique, est chargée des opérations de renseignement paramilitaire et étranger de l’Iran dans toute la région, mais surtout en Irak et en Syrie. Ce rôle a permis à Soleimani d’assumer la responsabilité d’une grande partie de la politique étrangère de l’Iran dans la région, faisant de lui un rival redoutable de Zarif – une tension qui a sans aucun doute contribué à la brève démission de celui-ci et qui ne devrait pas disparaître de sitôt.

Selon les analystes et commentateurs, il semble qu’il s’agisse d’un stratagème de Zarif (et peut-être aussi de Rouhani) pour gagner un vote de confiance politique et qui semble pour le moment avoir renforcé leurs atouts .

Néanmoins, la crise de la démission de Zarif a de façon frappante, mis en relief les tensions profondes au sein de la politique iranienne et soulevé une question clé : Alors que l’administration Trump accélère ses efforts en vue d’une confrontation, y aura-t-il un écho au sein des partisans iraniens de la ligne dure qui, plus que tout souhaitent un affrontement avec les États-Unis ?

C’est peut-être exactement ce que Bolton et Pompeo souhaitent. Si c’est le cas, préparez-vous : une autre guerre américaine se profile à l’horizon et elle a peu de chance de se dérouler de la façon dont on en rêve à Washington.

Copyright 2019 Bob Dreyfuss

Bob Dreyfuss, journaliste d’investigation et correspondant régulier de TomDispatch, est le fondateur de TheDreyfussReport.com. Il est collaborateur à la rédaction de The Nation, a écrit pour Rolling Stone, Mother Jones, The American Prospect, The New Republic et de nombreux autres magazines. Il est l’auteur de Devil’s Game : How the United States Helped Unleash Fundamentalist Islam. [Le jeu du diable : comment les États-Unis ont contribué à déchaîner l’islam fondamentaliste NdT]

Source : Consortium News, Bob Dreyfuss, 11-03-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 03.07.2019 à 07h18

Mais dans quel monde vivons-nous ?
Une puissance coloniale qui a refoulé ou supprimé les indigènes, qui a mené plusieurs guerres illégales comme en Irak, et qui a, SEULE AU MONDE, utilisé l’arme atomique contre des civils, menace de détruire un pays millénaire qui a le tort de développer un programme nucléaire civil, dans le cadre de l’AIEA.
Une autre puissance coloniale, plus récente mais au moins aussi agressive, jette et rejette de l’huile sur le feu, en utilisant toutes les ressources de la mauvaise foi et du terrorisme intellectuel. Cette puissance a elle-même l’arme atomique.
Un pays obscurantiste, repère de fanatiques, qui enlève ses opposants pour les découper en morceaux, complète le trio des agresseurs.

Et un chœur de pays modérés, qui recommande la modération… au pays menacé, sans avoir pris AUCUNE MESURE contre le trio des agresseurs : https://francais.rt.com/international/63567-depassement-limite-uranium-russie-appelle-iran-pas-ceder-emotion, alors que tout indique qu’on se dirige vers une agression directe contre l’Iran.

Comme écrivait Brecht : Wirklich, ich lebe in finsteren Zeiten !
(En vérité, je vis une sombre période)

54 réactions et commentaires

  • Fritz // 03.07.2019 à 07h18

    Mais dans quel monde vivons-nous ?
    Une puissance coloniale qui a refoulé ou supprimé les indigènes, qui a mené plusieurs guerres illégales comme en Irak, et qui a, SEULE AU MONDE, utilisé l’arme atomique contre des civils, menace de détruire un pays millénaire qui a le tort de développer un programme nucléaire civil, dans le cadre de l’AIEA.
    Une autre puissance coloniale, plus récente mais au moins aussi agressive, jette et rejette de l’huile sur le feu, en utilisant toutes les ressources de la mauvaise foi et du terrorisme intellectuel. Cette puissance a elle-même l’arme atomique.
    Un pays obscurantiste, repère de fanatiques, qui enlève ses opposants pour les découper en morceaux, complète le trio des agresseurs.

    Et un chœur de pays modérés, qui recommande la modération… au pays menacé, sans avoir pris AUCUNE MESURE contre le trio des agresseurs : https://francais.rt.com/international/63567-depassement-limite-uranium-russie-appelle-iran-pas-ceder-emotion, alors que tout indique qu’on se dirige vers une agression directe contre l’Iran.

    Comme écrivait Brecht : Wirklich, ich lebe in finsteren Zeiten !
    (En vérité, je vis une sombre période)

      +70

    Alerter
    • taka // 03.07.2019 à 09h31

      “Ajoutée le 14 avr. 2019
      Good news for Israel! My White House source has confirmed for me the war with Iran is planned for later this year. In my video, I give details as to the size and scope of the campaign, and how Trump supporters are likely to cheer it on enthusiastically.
      David Elias Goldberg was an advocate for Israel and the Jewish people during his 25 year career in public service, and fought antisemitism wherever hatred and racism against Jews dwelt. He passed away on June 8th. He was 59. This channel is now managed by “Friends of David Goldberg”
      https://m.youtube.com/watch?v=v8OKDdEYMGk

        +3

      Alerter
    • taka // 03.07.2019 à 09h34

      Tuesday, June 11, 2019
      David Goldberg found dead in his New York apartment after predicting Iran War false flags
      https://israeltodaynews.blogspot.com/2019/06/david-goldberg-found-dead-in-his.html?m=1

        +4

      Alerter
  • Denis // 03.07.2019 à 07h44

    L’article, dont la traduction est parfois “moyenne”, est une synthèse intéressante mais n’apporte que peu de faits nouveaux et ne va pas assez en profondeur. Il eut été souhaitable de s’intéresser plus à deux points importants :
    1. Les différents options envisagées par les US qui ne veulent pas répéter le scenario irakien.
    2. Essayer de comprendre les motivations des faucons iraniens. Car il est évident que l’Iran a tout à perdre à une confrontation directe avec les 3 alliés (USA, Israël et Arabie séoudite). Les iraniens n’étant pas stupides, il faut se demander ce qui peut motiver certains d’entres eux à aller vers la confrontation.

      +4

    Alerter
  • Vercoquin // 03.07.2019 à 07h45

    Et vous verrez que la période sombre est loin de se terminer.
    Trump a les mains libres, il n’a pas de maître, ses alliés sont ses esclaves.
    Tant que le prix du pétrole monte, ça le conforte, son gaz de schiste devient de plus en plus vendable, alors pourquoi s’arrêter ?
    Vous verrez que les pays “amis” seront obligés de contribuer au saccage de l’Iran sous peine de sanctions, qui ne seront pas que le changement de nom des “french fries”, non, ça sera d’une autre ampleur.
    Et vous verrez d’autres théâtres d’opérations: le Vénézuela d’abord, et l’Europe centrale pour faire traiter le cas Russe par ses chiens.
    Trump n’a pas fini de nous inquiéter, tant que les amis alliés carpette le laisseront jouer avec les allumettes sans rien dire ni faire.

      +14

    Alerter
  • weilan // 03.07.2019 à 08h22

    Hier soir encore, l’émission “Théma” sur Arte retraçait l’épisode durant lequel Trump avait donné carte blanche aux bédouins d’Arabie et des EAU pour attaquer l’émirat du Qatar tout en leur assurant de son soutient.
    Affolés, le Pentagone et le Département d’Etat avait dû avertir Trump que ce petit émirat abritait l’une des plus grandes bases de l’armée US !
    Rétropédalage rapide de Trump qui croyait que toutes les bases US se trouvaient au EAU.
    Avec de tels dirigeants qui confondent joyeusement ce chapelet d’émirats bordant le Golfe Persique, on est vraiment mal barrés ! Il n’y a pas que Mike Pence qui est d’une ignorance abyssale car la concurrence est rude à Washington…

      +25

    Alerter
  • Kokoba // 03.07.2019 à 08h59

    Il est difficile de savoir comment tout cela va tourner.

    Israel veut la guerre avec l’Iran.
    C’est le pays le plus dangereux et le plus belliqueux parce qu’il n’a pas de but politique.
    Son but est la destruction ou au moins l’affaiblissement de l’Iran.
    Un Iran en proie au chaos lui conviendrait parfaitement.
    De plus, ils savent qu’ils ne risquent rien parce qu’ils sont protégés par la toute puissance Américaine.

    L’Arabie Saoudite veut la guerre aussi mais ils sont incapables de mener une guerre par eux-même.
    Une confrontation directe se passerait très très mal pour eux.

    Bolton, Pompeo et tous les autres tarés veulent la guerre parce que cela fait parti de leur idéologie neo-con.
    Ils peuvent compter sur le soutien total des médias et du deep state.

    Trump…
    On ne sait pas trop pour Trump…
    A priori, il ne veut pas la guerre. Son truc à lui, c’est le business, pas la geopolitique.
    Mais il est stupide et n’y comprend rien. Il peut être influencé et trompé par les agences de renseignement.
    S’il est bien manoeuvré, il ne voudra pas passer pour un lache ou un faible.

    En face, on aura sans doute une coalition Iran+Irak+Syrie+Hezbollah soutenu de loin par la Russie et la Chine (et peut-être la Turquie en douce).
    Ce genre de coalition ne sera pas battu par juste quelques frappes de missiles.
    Le résultat sera très, très moche.

    Quand aux Européens et à la France, ils feront les carpettes, comme d’habitude

      +29

    Alerter
  • Kokoba // 03.07.2019 à 09h04

    J’ajoute une chose dont on ne parle pas dans l’article:
    Si j’étais Iranien, ma top priorité, serais de développer maintenant une arme nucléaire.
    Il est devenu évident que personne n’est à l’abri du duo infernal Israel/US s’il n’a pas la bombe.

    Si les choses tournent vraiment au pire, on pourrait voir surgir quelques champignons dans la région.

      +20

    Alerter
    • zwartemilord // 03.07.2019 à 09h35

      Ces quelques champignons auront l’effet de booster la détermination des perses et on a vu ce que çà peut donner au Vietnam

        +3

      Alerter
    • Fritz // 03.07.2019 à 09h36

      La possession de l’arme nucléaire est une assurance. Trump ne traite pas la Corée du Nord comme il traite l’Iran, c’est cette possession qui fait la différence… Lorsque la France était une puissance indépendante, ses stratèges avaient théorisé la dissuasion du faible au fort, grâce au « pouvoir égalisateur de l’atome ».

        +16

      Alerter
    • K // 03.07.2019 à 09h41

      Le pari de Trump, c’est que les “sanctions” sur l’Iran vont provoquer le soulevement de la population iranienne contre le régime. Mais je ne vois pas le régime iranien se laisser déborder sans rien faire donc ce sera quitte ou double : la bombe atomique ou la guerre Etats-Unis/Iran. Evidement on pourait imaginer une solution diplomatique où l’Iran accepterait de renoncer à la bombe et les Etats-Unis renonceraient aux sanctions. Mais ça, c’était justement ce que prévoyait l’accord déchiré par Trump. Donc on ne voit pas ce que Trump est venu faire dans cette galère si la finalité de tout ce cirque consiste à retourner à la case départ (l’accord de 2015).
      D’autant plus qu’à 15 mois des elections présidentielle Trump ne peut pas se permettre une guerre maintenant (car guerre = récession mondiale = élection perdue); donc le rapport de force c’est pas en sa faveur en ce moment.
      Il y a quelque chose qui m’échappe.

        +5

      Alerter
      • Kokoba // 03.07.2019 à 11h23

        Les sanctions/embargo/blocus n’ont jamais provoqué de soulèvements.
        Il ne se passera rien de ce coté.

        Quand à une solution diplomatique Iran-qui-renonce-a-la-bombe contre retrait-des-sanctions, c’est exactement l’accord que Trump a déchiré…
        Donc, oui, tout çà n’a aucun sens.

        Sauf du point de vu d’Israel+neocons qui veulent juste le chaos et la destruction de l’Iran.

          +13

        Alerter
        • K // 03.07.2019 à 16h26

          Mais pourquoi Trump suit-il l’aile la plus dure du camps néoconservateur? Il est perdant dans tous les cas de figure :
          – Soit l’Iran, sous pression, obtient la bombe et c’est une défaite pour Trump.
          – Soit l’Iran n’obtient pas la bombe car les Etats-Unis entrent en guerre pour l’en empecher mais ça veut dire guerre + recession + défaite électorale donc Trump est perdant également.
          – Soit l’Iran renonce à la bombe et les Etats-Unis renoncent aux sanctions, donc retour à la case départ (accord de 2015) et dans ce cas Trump est ridiculisé.
          La question à se poser, c’est pourquoi Trump se lance-t-il dans une aventure où il n’a rien à gagner et tout à perdre.

            +3

          Alerter
  • jeanpaulmichel // 03.07.2019 à 10h27

    Trump est en campagne électorale et l’important pour lui est de faire du bruit à l’international afin d’en récolter les fruits en interne.
    Le “petit gros” de coree du Nord est devenu son meilleur ami à tel point qu’ils sont prêts à se pacser … au vu des récentes images de la ligne de démarcation franchie pour la première fois par un dirigeant US. Images à usage interne exclusivement, un beau cadeau de son futur partenaire.
    Est-on certain qu’il a stoppé une mission de bombardement 10 minutes avant que les frappes ne commencent ? Les avions avaient-ils décollé ? Nous n’en savons rien. Pipeau ?
    L’Iran possède des SS300 voire des SS400 via son partenariat avec la Russie.
    https://www.jforum.fr/iran-ss-400-et-spetznaz-defendent-la-base-russe-de-shushan.html.
    En tous cas, la Russie est bien implantée en Iran et je pense que l’oeil de l’Ours scrute l’espace aérien iranien avec attention, renseignant au besoin son partenaire.
    Pour ma part, je pense que le conflit restera sur le seul plan économique et je ne serais pas surpris que le “petit gros” envoie quelques ingénieurs nucléaires sur place. Ce qui améliorerait ses finances.9
    La partie semble verrouillée à mon sens au vu des enjeux et risques incontrôlables.
    Trump veut être réélu, il n’y a pas d’opposant dans son camp et il ne fera rien risquant de faire capoter ses ambitions.

      +7

    Alerter
    • aleksandar // 03.07.2019 à 20h51

      Vous prenez le problème a l’envers.
      Ce n’est pas Kim qui va envoyer des ingénieurs en Iran mais c’est peut être Kim qui va renvoyer en Iran la bombe atomique qu’il a construit avec eux.
      La Corée du Nord n’a jamais eu les moyens humains seule pour créer une arme atomique.
      Manque de physiciens, manque d’ingénieurs etc.
      Exactement tout ce que l’Iran possède.

        +1

      Alerter
  • MURAT // 03.07.2019 à 10h50

    L ambargo les mesures économiques l état de siège contre un pays c est déjà la guerre.
    Je pense aux souffrance de la population iranienne. L attitude des usa et de ses alliés fauteurs de guerre est inadmissible imorale et empreinte de mensonges d’arrogance et d hypocrisie. Dire que ce pays capable d infliger des sanctions économiques de plusieurs milliards à nos entreprises passent pour notre allié…
    À quoi sert notre diplomacie notre force de dissuasion.
    Ou donc est le courage politique le courage et la volonté. Ces gens doivent faire attention très attention l iran n est pas la Palestine pour reprendre la formule utilisée pendant la guerre civile espagnole à l egardd des des troupes italienne ‘l Espagne n est pas l Éthiopie’.
    Il fut un temps où le général De Gaulle aurait réagit en se battant pour notre indépendance et le droit des gens contre cette puissance impériale et ses alliés.
    Je souhaite que la modération et la raison puissent triompher et pour cela que le président actuel des usa subisse des pressions politiques internes et externes. Sortir unilatéralement d un traité est le pire enn matière de droit international et de surcroît pour le président de cette puissance.
    Si le gouvernement français ne réagit pas alors est à l opinion publique d y suppléer.
    Telles est ma modeste contribution.
    Merci pour la qualité des commentaires que je vois ici.

      +15

    Alerter
    • Louis Robert // 03.07.2019 à 13h35

      « L’embargo les mesures économiques l’état de siège contre un pays c’est déjà la guerre. »

      Bien sûr, MURAT. C’est pourquoi l’Empire est aussi toujours en guerre avec

      CUBA,
      le VENEZUELA aussi,
      la CORÉE DU NORD,
      la RUSSIE,
      la CHINE,
      etc.

      Sans compter toutes les guerres qu’il mène, en tout ou en partie, par vassaux, complices, mercenaires, etc. interposés: YÉMEN… SYRIE… IRAK…

      Tenter d’étrangler un pays, saboter son économie, ses infrastructures, voler ses ressources matérielles et financières, lui nier sa place légitime sur la scène internationale, dans les institutions internationales… c’est lui faire la guerre.

        +17

      Alerter
    • RGT // 03.07.2019 à 20h57

      “Je pense aux souffrance de la population iranienne.”

      Depuis que j’ai acquis un niveau de conscience post-infantile je pense chaque jour aux souffrances de TOUTES les populations de cette planète.

      Ce qui n’est absolument pas le cas des dirigeants de l’immense majorité des états.

      Ils se foutent déjà royalement de la population du pays dans lequel ils vivent, alors pourquoi se préoccuperaient-ils des gueux qui habitent des contrées éloignées ?

      Et pour notre plus grand malheur ce sont bien eux qui décident d’aller foutre le bordel sur la planète entière sans nous demander notre avis.

      Ce qui me choque le plus, c’est quand je constate que l’immense majorité de mes cons-génères suivent scrupuleusement les “visions” de nos dirigeants et se mettent soudain à haïr des peuples qu’ils ne connaissent même pas et qui surtout ne leur ont strictement rien fait.

      Quant aux “grands défenseurs des droits de l’homme” je leurs conseille fortement de fermer leurs gueules car nous avons toutes les preuves de leurs mensonges écœurants uniquement destinés à plaire à leurs maîtres.

      Mensonges qui ont entraîné des désastres largement pires pour les populations des pays “voyous” que tout ce qu’ils auraient pu endurer avec leurs dictateurs tant honnis.

      Si l’ONU n’était pas un “machin” (dixit De Gaulle) uniquement destiné à promouvoir les intérêts des oligarques occidentaux cette organisation ne perdrait pas un temps infini en palabres stériles mais imposerait des blocus infranchissables à l’encontre de ceux qui ne restent pas sagement à l’intérieur de leurs frontières.

        +7

      Alerter
  • Shock // 03.07.2019 à 10h56

    La Russie a dit une fois: si vous bombardez Damas, c’est comme si vous bombardiez Moscou. Et Obama s’est couché faisant au moins un mécontent. Suffit de remplacer Damas par Téhéran.

      +7

    Alerter
  • Christian Gedeon // 03.07.2019 à 11h19

    Donc ce sera la guerre selon l’article…guerre annoncée depuis hier et avant hier et l’année passée et qui n’a toujours pas eu lieu . Je peux me tromper mais je pense qu’elle n’aura pas lieu .

      +4

    Alerter
    • martin // 03.07.2019 à 17h50

      Il semble que les plans démesurés des néocons sont désormais obsolètes. Adieu veaux, vaches, cochons, grand moyen-orient et autres full spectrum dominance. Si on veut parler de guerre “cinétique” comme disent les spécialistes, c’est à dire avec usage de missiles, de navires, de blindés etc, on dirait bien que c’est plié pour Washington. Définitivement.
      L’Iran, même seul (et il ne sera pas laissé seul, comme Russie et Chine l’ont clairement fait savoir à Saint Pétersbourg), est capable de péter toutes les dents de devant aux américains. Les militaires le savent, mais les politiques et la presse dominante ne veulent pas, ou ne peuvent pas l’entendre. Reste le risque de dérapage, on n’est pas passé loin ces jours ci, quoi qu’on en dise ici ou là.

        +5

      Alerter
  • Khorassan // 03.07.2019 à 11h36

    Les seuls qui se battent contre les usa ce sont les groupes musulmans ….Ils se battent pour défendre l’opprimé,pas pour les biens de ce monde… Pourtant ce sont eux qu’on traite injustement…alors que vous savez très bien que les usa ETleurs alliés sont ceux qui détruisent le monde… Ne raisonnez vous donc pas ? Les usa craignent les soldats d’Allah car ils savent que ni les biens de ce monde ni la longévité,ne leurs sert à rien .. Pourquoi croyez vous que les musulmans sont réprimer ? Jusqu’à la fin des temps,il est écrit qu’il y aura un groupe qui combattra et sera victorieux….Ne raisonnez vous donc pas ? Cessez de croire les usa et leurs alliés qui trompent le monde
    …. l’agresseur sera bientôt vaincus…

      +2

    Alerter
    • Chris // 03.07.2019 à 14h08

      “Les seuls qui se battent contre les usa ce sont les groupes musulmans”
      Oui, parce que c’est leur civilisation qu’ils défendent : je leur donne raison sur le fond et non pas sur la forme, appartenant à une culture plus apaisée car opulente (même si c’est à crédit !).
      Non, parce qu’incapables de s’allier pour résister et s’affirmer, ils sont en fait instrumentalisés pour servir les intérêts des ex-coloniaux européens et leur suivant, les Etats-Unis d’Amérique.

        +5

      Alerter
      • martin // 03.07.2019 à 18h00

        Si l’on parle des grassouilets d’Abu Dabi ou de Ryad, ils sont en effet instrumentalisés, autant d’ailleurs qu’ils instrumentalisent Kushner et ses petits camarades. Mais allez dire à Sayed Nasrallah, qui a flanqué la déculottée du siècle aux israéliens en 2006, et qui est tout prêt à passer la deuxième couche, qu’il est un instrument des puissances occidentales, m’est avis qu’il va exploser de rire.

          +3

        Alerter
    • RGT // 03.07.2019 à 21h24

      Les groupes musulmans qui se battent en dehors de leurs pays d’origine (et sans l’accord des pays “visités”) sont sunnites, tendance wahhabite très marquée.

      En fait, depuis leur création en 1978 par la CIA et l’Arabie Saoudite pour la guerre d’Afghanistan (bien avant “l’invasion russe”) ils n’ont été que les mercenaires des USA dans tous les conflits contre les “ennemis” de l’oncle Sam.

      Par contre, le Hezbollah, les gardiens de la révolution iranienne, les houtis et d’autres combattants qui luttent pour défendre leur terres ancestrales sont chiites…

      On voit bien qu’il y a deux visions de l’islam qui sont totalement opposées : D’un côté des intégristes corrompus qui vont foutre le bordel à l’étranger (comme leur mentor) et de l’autre des combattants qui se battent pour simplement défendre la terre qu’ils habitent depuis des générations afin d’y vivre comme ils l’entendent.

      Les attentats terroristes islamistes qui s’en prennent aveuglément aux civils innocents sont-ils commis par des chiites ?

      Bien sûr que non, ils le sont par des sunnites wahhabites qui considèrent que même les sunnites modérés sont des porcs juste bons à être égorgés.

      Par contre, en Iran, il y a aussi des juifs, des chrétiens, des zoroastriens et même des agnostiques qui vivent en paix et dans le respect.

      La pire malédiction dont a hérité ce peuple, c’est de devoir vivre sur des champs de pétrole fortement convoités.

      Selon vous, qui est le pire danger pour les autres peuples de cette planète ?
      Les iraniens ou ceux qui les combattent ?

        +9

      Alerter
  • Louis Robert // 03.07.2019 à 12h47

    « Une guerre avec l’Iran se profile-t-elle à l’horizon ? »

    Quelle question invraisemblable! La multiplication des actes de guerre par l’Empire, C’EST la guerre! Aujourd’hui, la guerre totale « hors limites », c’est ÇA. Cette guerre est menée par l’Empire contre une multitude de pays, sur de nombreux fronts, à des degrés variables et de manières très diverses. Néanmoins, tout ce va-et-vient incessant est tout un, qui est guerre perpétuelle.

    Full text of “Unrestricted Warfare Qiao Liang and Wang Xiangsui”

    https://archive.org/stream/Unrestricted_Warfare_Qiao_Liang_and_Wang_Xiangsui/Unrestricted_Warfare_Qiao_Liang_and_Wang_Xiangsui_djvu.txt

    Relisez aussi Orwell…

    À quoi nous mènera cette guerre mondiale, planétaire, spatiale…? Là est toute la question que pose du reste l’effondrement systémique en cours. Tout se tient. C’est tout un.

    Mais bien sûr il ne faut pas se la poser, cette unique question… Mieux vaut détourner la regard en censurant; mieux encore, en s’autocensurant dès le départ, tout simplement.

    La quiétude est à ce prix.

      +5

    Alerter
  • septique // 03.07.2019 à 15h22

    Que l’Iran commence donc par;

    Cesser dans sa propagande d’état et dans sa doctrine de proclamer la destruction d’Israël (on peut comprendre que Israêl puisse se méfier).
    Cesse d’alimenter et de faire vivre le Hezbollah au sud Liban, une organisation qui est un état dans l’état libanais et dont la contribution a ce pays se résume à creuser des tunnels et des casemates.
    Cesser d’alimenter, de financer, d’armer des milices pro-iraniennes en Irak, qui refusent d’obéir aux autorités de ce ce pays souverain que je sache.
    Cesser de préparer des attentas dirigés vers l’Europe et il faut noter que l’EU a ajouté des sanctions pour ce fait précis à la suite de la découverte de plusieurs complots dont un dirigé vers le Danemark.

    Après pour le reste on verra…

      +2

    Alerter
    • Fritz // 03.07.2019 à 15h46

      « ce fait précis » ? De quand date le dernier attentat fomenté par l’Iran contre l’Europe ?
      Quant au Hezbollah, c’est un parti politique de la démocratie communautaire libanaise.
      Et le poids des milices pro-iraniennes en Irak était bien plus modeste avant « l’intervention » anglo-américaine en 2003 .

        +12

      Alerter
      • septique // 03.07.2019 à 15h49

        Parlez en donc à mes amis libanais chrétiens, pas des miliciens, de vos petits camarades du Hezbollah…

          +2

        Alerter
        • Fritz // 03.07.2019 à 15h52

          D’ac, je demande l’avis d’un chrétien libanais emblématique, le général Michel Aoun :
          https://www.lorientlejour.com/article/1135656/le-president-au-figaro-les-miliciens-du-hezbollah-pourraient-integrer-larmee.html
          Lisez cet article et expliquez-moi comment il a été forgé par les services russes et iraniens. Quant à vos amis, je suppose qu’ils font partie des 13 % de Libanais qui ne soutenaient pas le Hezbollah contre Tsahal en juillet-août 2006.

            +10

          Alerter
          • septique // 03.07.2019 à 16h26

            Je vous laisse a vos spéculations sur mes amis libanais, des gens qui aiment leur pays, eux, si cela vous soulage.

              +0

            Alerter
            • aleksandar // 03.07.2019 à 21h08

              Vous avez des amis libanais a Tel Aviv ?
              🙂
              Il se trouve que je connais beaucoup de libanais.
              Alors évitez de parler en leurs noms.
              Parce que des chrétiens libanais qui soutiennent le Hezb, j’en connais, comme je connais des chrétiens libanais qui ne le soutiennent pas mais qui reconnaissent en privé que la vie de libanais est bien plus facile dans les zones contrôlées par le Hezb.
              Et la victoire de 2006 est et reste une source de fierté pour la majorité des libanais, a part chez certains sunnites.
              Le reste de votre post qu’est que l’habituelle propagande israélo-américaine………..aucun intérêt.

                +8

              Alerter
        • lvzor // 04.07.2019 à 22h15

          “Parlez en donc à mes amis libanais chrétiens…”

          Je ne doute pas que vous puissiez avoir des amis phalangistes…

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Sabra_et_Chatila

            +1

          Alerter
    • martin // 03.07.2019 à 22h29

      Ce genre de discours sur l’Iran me fait toujours penser à cette règle implicite chez les brutes, et qui exige de celui qu’on tabasse qu’il ne cherche pas à se défendre ni même à parer les coups. C’est la victime qu’on accuse de violence, c’est à elle qu’on intime l’ordre de renoncer à la violence. Le peuple iranien est un peuple brutalisé: guerres, embargos, tentatives de déstabilisation, terrorisme, rien ne lui a été épargné, et il a les dirigeants qu’il peut. Qu’on le laisse respirer et vivre, “après pour le reste, on verra” comme vous dites si bien.

        +10

      Alerter
  • serge // 03.07.2019 à 15h35

    Depuis l’instauration de la République islamique d’Iran, les iraniens et les américains ne se supportent pas et se sont déjà accrochés (affaire des otages et expédition dans le désert iranien). Tout ceci bien accompagné par une partie des membres de l’OTAN pour diverses raisons similaires ou non.
    Les iraniens ont toujours annoncé qu’Israël n’avait pas de raison d’exister, ce qu’Israël leur rend bien en liquidant dès qu’elle peut tout ce qui peut limiter l’action iranienne. Et comme les US les supportent à 100%…
    Le conflit Irak-Iran des années 80 n’a pas abouti à ce que l’Irak rectifie l’Iran malgré la grande énergie mise en logistique occidentale pour y arriver. Ce qui rend la deuxième couche de rectification fort probable.
    Les US savent qu’ils commencent à ne plus avoir le leadership de toutes les branches militaires (air, mer, terre, cyber) et qu’il faudrait faire quelque chose avant que cela ne devienne un problème.
    Le pic oil étant dépassé et l’huile de schiste une anomalie sans grand avenir (hors de prix, trop léger), il n’est plus possible de laisser les plus grosses réserves de pétrole du monde (hors Russie) sans tuteur. L’Irak est déjà sous tutelle, la zone pétrolière syrienne aussi, les monarchies sous contrôle. Reste l’Iran. Au moins pour le moyen et proche orient…
    Bref, probablement d’autres “bonnes” raisons. Mais cela suffit pour se dire que le conflit est inévitable et bientôt. Reste à savoir si le nucléaire sera utilisé.

      +2

    Alerter
    • septique // 03.07.2019 à 16h18

      Le pic oil étant dépassé….vous avez des sources ? Ceci est le contraire de ce qui se passe actuellement. Il n’y a jamais eu autant de pétrole ou de carburants. La montée des énergies renouvelables et surtout le solaire (dont les usa sont le leader technologique incontestable) va complètement changer l’équation. Pour le schiste (surtout du gaz d’ailleurs) peu importe le prix..la FED est là…et il doit être mélangé a des pétroles + lourds (Venezuela, Canada, a la porte des USA).

      Les plus grosses réserves du monde…hors-Russie, vos sources ? Le Vénézuela, le Canada, l’Arabie Saoudite, Koweit, UAE, l’Iran, l’Irak..et pour la Russie elle est très loin..80 milliards de barils. Il faut regarder conventionnel et non-conventionnel. A noter que depuis ce tableau ci-dessous (2014) les USA sont de nouveau le premier producteur et le premier exportateur de gaz et de carburants.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_r%C3%A9serves_de_p%C3%A9trole_prouv%C3%A9es

      Vous confondez peak oil et prix d’extraction. Je vous suggère de lire le très bon blog de Gail Tverberg – Our finite world quelqu’un qui sait de quoi elle parle quand on parle de peak oil, de prix du baril, des aspects économiques (prix abordable ou pas, etc..).

      Guerre avec l’Iran…je regardais les 2 derniers débâts pour le choix du candidat démocrate..la politique étrangère…5 minutes sur 2 heures de discussion. Ce qui préoccupe les américains, les jobs, le système de santé, l’immigration mexicaine ou autres. l’Iran….vous êtes sérieux ?

        +2

      Alerter
      • martin // 03.07.2019 à 19h41

        S’agissant des réserves russes, tout le monde sait qu’il y a de forts indices de réserves possibles, virtuellement énormes, en mer comme dans le sol. Certes, rien de certain, mais on s’attend vraiment à quelque chose de gros, de très gros. La géologie parle. Quant aux questions internationales, il ne faut pas se fier aux politiques américains qui occultent systématiquement ces questions face au peuple.Chasse gardée des puissants.

          +3

        Alerter
      • max // 03.07.2019 à 20h01

        En ce qui concerne l’énergie solaire, quand vous dites que les USA est le leader technologique incontestable, avez-vous des sources incontestables et donc vérifiables pour être aussi affirmatif ?

          +3

        Alerter
    • martin // 03.07.2019 à 22h43

      Ce que vous dites est raisonnable, sauf il me semble sur deux points, mais de taille. L’Iran n’est déjà plus militairement attaquables, c’est le premier point, et quand vous écrivez que “Les US savent qu’ils commencent à ne plus avoir le leadership de toutes les branches militaires (air, mer, terre, cyber)”, vous sous-estimez leur problème. Dans tous les domaines que vous évoquez, ils ne sont plus rien ou presque face aux russes, et commencent à pâlir gravement face aux chinois (Rapport de la Rand Corporation Mars 2019, parmi d’innombrables sources). Peut-on seulement imaginer la menace que représente un missile air-mer (Khinzal) ou mer-terre (Zircon) arrivant sur cible à mach 10! Mach 10, entendez-vous? Ce sont là des vitesses spatiales.Et ce, pour ne rien dire du glider Avant-garde qui dépasse Mach 20. C’est bien pourquoi la guerre d’Iran n’aura pas lieu, sauf dérapage bien sur, ce qui peut toujours arriver. Mais alors, malheur à tous.

        +4

      Alerter
      • UnKnown // 04.07.2019 à 16h40

        Surestimer les capacités des USA est le propre des medias mainstream, mais la sous-estimer n’est pas forcément un bon conseil, pour des tas de raisons (un demi-siècle à faire la guerre un peu partout sur le globe) en font de loin le plus dangereuse machine à tuer de la planète. Les missiles hypersoniques complexifient l’équation des interventions conventionnelles, mais ils ne protègent de rien. Imaginons un seul instant que les USA réalisent une première série de frappes, disons quelque chose de semblable à la Guerre du Golfe, destruction des stations radar fixes, et de plusieurs menaces comme des S-300/S-200 et autres systèmes préalablement repérés( qui n’ont rien d’invulnérables, comme Israël nous le montre régulièrement) La solution la plus simple, un raid planifié avec base de départ la côte Est des USA, ravitaillement au-dessus de l’Atlantique, et attaque à partir du ciel Saoudien ou Irakien, bardé d’AWACS, d’avions ravitailleurs. Éventuellement un premier rideau de missiles de croisières tirés depuis des SNA, histoire de réveiller les systèmes anti-aériens camouflés. Les portes avions Américains, par crainte de s’exposer aux fameux missiles, sont eux restés dans l’Océan indien et attendent sagement que les raids longue portée achèvent les radars Iraniens.Une fois que le dernier radar fixe ou mobile est cramé, les jouets hypersoniques, vous pouvez toujours les tirer en l’air un 14 Juillet, parce que sans détection initiale, vous ne saurez pas vers ou les diriger. Ça fait très général de pot de chambre comme avis, je le concède.

          +1

        Alerter
        • martin // 04.07.2019 à 20h59

          Eh bien, si nous jouons au wargame, je réponds que les radars à longue portée russes type Voronezh (par exemple)auront repéré les avions américains dès leur décollage, et que, dans la configuration purement aérienne que vous décrivez, l’hypersonique ne sert en effet à rien. Autant écraser une mouche avec un bulldozer. Quelques escadrilles de bons vieux Mig 31 auront tôt fait de déglinguer toute la volaille des B1 (totalement obsolètes). Pendant la guerre froide déjà, l’intercepteur russe donnait des sueurs froides aux pilotes de l’ OTAN. Aucun changement sur ce point. Sans parler du goofing permanent de nature à tout dérouter. A plus courte portée, les SU 30 et 35 passeront gentiment la deuxième couche. Autant dire que votre plan ne me convainc pas du tout.

          S’agissant du S300 syrien, il n’a pas encore frappé, et ne sert qu’à indiquer des positions au S 200 qui peut, c’est vrai, être trompé. Vu son age, rien d’étonnant. La Russie a fait savoir qu’elle défendrait l’Iran.

          Plus inquiétante serai, une frappe nucléaire Us en Kilotonnes. Certains agités y pensent et c’est très dangereux.

            +1

          Alerter
          • UnKnown // 05.07.2019 à 10h56

            Je ne suis pas sûr que l’on prenne l’un et l’autre les mêmes réalités pour acquises. Pour moi les Russes défendront l’Iran comme ils ont défendu la Syrie : attendre que l’orage US passe (comme ces derniers ne lanceront vraisemblablement pas d’assaut terrestre, sauf traumatisme équivalent au 11 Septembre. La destruction d’un groupe aéronaval américain pourrait à ce titre les fédérer, attention au retour de flamme), et ensuite envoyer des armes et des formateurs pour remplacer ce qui a été détruit (équipement et ressources humaines). Les Voronezh que vous citez sont des radars de surveillance de lancements balistique, équivalent à ce qu’on trouve pour le NORAD, et qui comme toutes les stations fixes, ont un angle mort de détection qui dépend de leur « cône » de balayage et leur angularité, l’horizon radar (qui, vu la puissance de balayage de ces antennes, est de 10 000 ou 8000 km… Les Russes peuvent bien détecter le décollage des chasseurs à 8000km, une fois que ces derniers rentrent dans l’horizon radar, c’est terminé, vous n’avez plus rien.) Et à 450 nœuds, il faut environ 9h pour traverser cette distance. Un sacré laps de temps et un sacré angle mort pour préparer l’approche, avant d’arriver à portée des stations fixes ou mobiles type S-300 ou S-400 Iraniennes éventuellement (pas encore de livraison prévues pour l’instant pour ces dernières). Quand aux Mig-3, dont l’Iran n’est pas doté, ils ne quitteront probablement jamais leur Sibérie, qu’ils sont censés défendre (intercepteur taillé pour empêcher les incursions US sur les étendues Sibériennes).

              +1

            Alerter
            • septique // 05.07.2019 à 19h37

              Les avions de type F22 Raptor et les F18 avec des pod EMP sont sur place depuis longtemps les bombardiers B2 sont a Diego Garcia et a Barhrein pas a 10.000 kilomètres.

              Israël se promène comme il le veut sur l’espace syrien et les f35 israélien auraient fait des survols sans être détectés de l’espace iranien (je vais mentionner une fois de plus que le f35 est un avion de guerre électronique).

              Pour les Mig-3….ils ne quitteront surement pas les musées c’est un avion de la 2 ième guerre mondiale.

              De plus l’explosion du prix du baril en cas de guerre fait les affaires de Moscou…défendre l’Iran…fournir du matériel tout au plus. Je souhaite que tout le monde se calme mais les Iraniens ne verront rien venir et en 48 heures ce sera terminé.

                +2

              Alerter
            • martin // 05.07.2019 à 20h39

              Nous ne nous comprenons en effet pas très bien. Vous décrivez un “destin possible” du Kinzal en cas d’attaque aérienne massive, mais s’il arrive quelque chose de ce genre (“une fois que le dernier radar fixe ou mobile est cramé, les jouets hypersoniques, vous pouvez toujours les tirer en l’air un 14 Juillet, parce que sans détection initiale, vous ne saurez pas vers ou les diriger”), c’est que la totalité des dispositifs russes est engagée, au moins virtuellement. Bref, c’est que Russie et Usa sont en guerre .C’est une question de logique. Dans le cas contraire,nous jouons alors à un autre Wargame, le wargame Iran vs Usa.

              D’autre part, les radars géants russes couvrent les surfaces intérieures à leurs horizons, et s’y trouvent connectés à des systèmes de toutes natures et de toutes portées.Je maintiens,en toute sérénité que dans le premier cas, les forces Us sont “anhilated” comme l’écrivait un rapporteur pentagonais il y a quelques années.

                +0

              Alerter
            • UnKnown // 05.07.2019 à 23h57

              Je me concentre uniquement sur le territoire Iranien, pas sur la Russie, voilà l’écart sur notre échange.
              Et au final, c’est toujours la même histoire entre le glaive et le bouclier:
              -Les Russes disposent depuis le début d’un savoir faire exceptionnel en matière de défense anti aérienne (ils sont les inventeurs du système SAM)
              -Mais les Américains disposent de leur coté d’un savoir faire plus que conséquent pour contrer ces menaces (ils ont inventés le principe et les techniques de SEAD, “Suppression of Ennemy Air Defense” suite à l’hécatombe de pilotes au Vietnam.)

              J’ajouterais qu’il s’agit de ratios, pourcentages de chances de détruire l’adversaire, et certainement pas de certitudes de faire mouche à chaque fois (pour les américains comme pour les russes), ce qui n’arrive jamais (rien ne se passe jamais comme prévu durant un conflit de toute façon)

                +0

              Alerter
  • max // 03.07.2019 à 20h16

    Sur le peak oil, je ne me pose même pas la question, la détérioration de la planète notamment a cause de la pollution fait que l’humanité va devoir changer ses modes de consommations et notamment en ce qui concerne les énergies fossiles.

      +3

    Alerter
    • bouga // 03.07.2019 à 21h31

      A sujet du peak oil: si les compagnies pétrolières en sont(et ce n’est pas d’hier) à forer en profondeur en mer, avec tous les problèmes et les coûts afférents , ce n’est pas parce qu’elles trouvent ça cool et branché, c’est parce qu’il n’y a plus le choix. Il y a quelques décennies quand on découvrait un nouveau site de production, il assurait plusieurs années de consommation mondiale, de nos jours on en est à quelques jours consommation mondiale, le reste est du baratin-système façon ‘septique'(nom déposé, copyright CIA).
      Quand à l’espoir que “a cause de la pollution fait que l’humanité va devoir changer ses modes de consommations “, faites vous une raison, si vous ne faites pas partie des 1% VOUS allez vous la serrer, pas “eux”: n’avez-vous jamais “discuté” avec un macroniste? On vous tapera suffisament sur tête(ou dans les yeux) pour que vous oubliez votre avis initial(à défaut d’en changer).

        +2

      Alerter
      • septique // 05.07.2019 à 19h15

        Quand on ne connait pas grand chose aux techniques d’extraction…la fluidisation des puits dits morts et les techniques de géodésiques contemporaines (les usa sont en avance sur tout le monde..), le percement de forage à l’horizontal, etc et les gisements de schiste on changé la donne.

        Vous confondez disponibilité à bon marché du pétrole qui était la règle et disponibilité du pétrole aux prix de maintenant (recherches, extraction, etc). Personne ne conteste que le pétrole que l’on trouve maintenant est plus difficile a extraire, plus cher, etc. C’est le problème de son prix qui va se poser et si les économies peuvent encore payer le prix…et c’est pour cette raison que le solaire surtout va progresser très vite.

        Je vous laisse avec le baratin-système façon septique…votre discours sur le 1 %..etc. ..c’est vous qui faites un copié-collé des arguments standards habituels

        Tiens si vous désirez apprendre quelque chose de positif lisez donc le très bon blog de Gail Tverberg – Our Finite World – ou elle démontre que le problèeme est le prix du pétrole pas sa disponibilité (il n’y a jamais eu AUTANT de réserves…).

          +1

        Alerter
  • Jerrick // 04.07.2019 à 01h53

    Bonjour
    A mon humble avis, le danger d’un conflit ouvert avec l’Iran est trop grand pour les US et leurs alliés de la région. N’oublions pas la dose de rancœur que nombre de pays du Moyen-Orient ont envers l’Empire après ses sales guerres et ses centaines de milliers voire millions de morts des dernières décennies. Je suis plus proche de la vision de Dmitri Orlov, à savoir une gesticulation incessante pour faire oublier la crise économique qui se profile
    https://lesakerfrancophone.fr/vous-avez-ete-trolles
    Le lien original, en anglais.
    http://cluborlov.blogspot.com/2019/06/you-are-being-trolled.html
    Bonne journée

      +4

    Alerter
  • Gerald // 04.07.2019 à 06h48

    Votre article commence par des âneries sans nom. “le président Donald Trump, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le prince héritier Mohammed bin Salman, tous sérieusement affaiblis sur leur théâtre interne et n’ayant que quelques alliés étrangers sont-ils assez irresponsables pour déclencher une guerre avec l’Iran”.

    Alors que tous les trois sont très populaire dans leur pays.
    De plus Trump n’a encore déclenché aucune guerre.

      +2

    Alerter
    • septique // 05.07.2019 à 19h49

      Effectivement et pour les quelques alliés étrangers on peut mentionner la visite du conseiller de Poutine pour le sécurité
      Nikolai Patrushev qui a déclaré lors de sa visite a tel Aviv le 25 Juin 2019.

      La sécurité de Israël est de la plus haute importance pour la Russie nous ne pouvons ignorer que plus de 2 millions de nos concitoyens vivent maintenant ici (allusion a l’immigration en Israêl de russes de confession juive depuis les 15 dernières années).

      Quand on a la Russie et les USA on n’est pas tout seul…

        +1

      Alerter
  • Xavier D. // 04.07.2019 à 11h04

    Article assez pessimiste à mon sens. Ne sous-estimons pas le poids de la Russie et de la Chine. Bolton et Pompeo font partie de l’ancienne conception du monde. Certes, ils ont encore un pouvoir de nuisance mais parions que Trump aura assez de modération pour concentrer l’énergie guerrière sur le commerce plutôt que sur les armes (comme il l’a fait en stoppant le départ d’avions vers l’Iran dix minutes avant leur décollage). Personne n’a vraiment d’intérêts à la guerre, sauf le puissant complexe militaro-industriel. Parions que ces intérêts cachés jusqu’à présent puissent émerger dans les médias et créer un puissant mur collectif contre ces intérêts égoïstes fondés sur le pouvoir et l’argent. Le monde est en très grand changement, même si on en voit pas encore véritablement la manifestation concrète dans les médias chapeautés par ces intérêts partisans. Espérons qu’un évènement puissant déclencheur nous fera comprendre que nous vivons dans un autre monde où les anciennes méthodes héritées de la guerre ne fonctionnent plus. Les défis sont ailleurs : le climat, l’écologie … A quoi sert la guerre si entretemps la planète se meurt ? … Que restera-t-il aux vainqueurs et comment pourront-ils jouir de leur victoire ? … Sic …

      +1

    Alerter
  • UnKnown // 04.07.2019 à 15h20

    Quelque chose me dit que ça doit ventiler et transpirer très fort chez les lobbyistes de BP et Exxon Mobil.
    Mais cette fois-ci pas forcément dans le sens de la guerre (les bénéfices de l’intervention en Irak ont été quasi-inexistants. Et là, on parle d’une des plus grandes autoroutes pétrolières de la planète. Ça va plafonner au niveau des assurances maritimes…)

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications