Les Crises Les Crises
2.janvier.20192.1.2019 // Les Crises

Usage excessif de la force lors des manifestations des “Gilets jaunes”. Par Amnesty International

Merci 1209
J'envoie

Comme d’habitude, ce genre d’information n’a pas suscité une très grande mobilisation dans nos médias…

Source : Amnesty International, 17.12.2018.

Les forces de l’ordre ont utilisé des flashball, des grenades de désencerclement et des gaz lacrymogènes contre des manifestants majoritairement pacifiques. Nous avons pu recenser de nombreux cas de recours excessifs à la force par des policiers.

Il est vrai que le maintien de l’ordre pendant les manifestations est une tâche délicate et que certains manifestants ont commis des actes violents et illégaux, mais il n’en reste pas moins indispensable de respecter le droit français.

Les policiers ont le devoir de maintenir l’ordre public et, ce faisant, ne peuvent recourir à la force que lorsque cela est strictement nécessaire. Lorsque le recours à la force est inévitable, ils doivent en user avec retenue.

Selon les chiffres officiels, 1 407 manifestants ont été blessés, dont 46 grièvement, depuis le début des manifestations le 17 novembre 2018.

Au total, 717 policiers, gendarmes et pompiers ont aussi souffert de violences. Or, si les autorités ont, de manière tout à fait légitime, condamné à maintes reprises les actes de violence commis par des manifestants, elles n’ont pas exprimé d’inquiétudes concernant le recours excessif à la force par des policiers, qui doit faire l’objet d’une enquête indépendante, impartiale et efficace.

LES JOURNALISTES DANS LE VISEUR

Des récits de victimes et de témoins, ainsi que des vidéos que nous avons examinées montrent que la police a fait un usage inapproprié des flashball, en tirant sur la foule. Elle a aussi lancé des grenades de désencerclement, qui ne devraient jamais être utilisées dans des opérations de maintien de l’ordre.

Selon les chiffres officiels, 225 personnes ont été blessées durant les manifestations du 8 décembre à Paris.

Audrey, une secouriste qui se trouvait sur place a indiqué que dix des quinze personnes soignées par son équipe avaient été blessées par des flashball, dont une à la tête.

Outre des manifestants, de nombreux journalistes ont été blessés, et certains ont affirmé avoir été délibérément visés. Une vidéo montre un journaliste portant un casque de presse touché dans le dos par une grenade de désencerclement alors qu’il s’éloignait du cordon de policiers.

Les photographes étaient vraiment ciblés.

Thierry Olivier, photojournaliste

Un autre journaliste, qui a souhaité rester anonyme, a raconté que lui et ses collègues avaient été « visés à plusieurs reprises par des tirs de flashball de la part des forces de l’ordre ».

Thomas Morel-Fort, journaliste également, souffre de multiples fractures à la main après avoir été touché par un tir de flashball, alors qu’il portait un casque sur les deux côtés duquel figurait clairement la mention « presse ».

FOUILLES ET CONFISCATIONS

Les forces de l’ordre semblent avoir adopté une tactique délibérée consistant à installer des barrages pour fouiller toutes les personnes qui se rendaient aux manifestations, afin de confisquer les équipements de protection des manifestants, des journalistes et même du personnel médical.

Denis Meyer, photographe, a raconté que des policiers lui avaient confisqué son casque, ses lunettes de protection et son masque, et qu’il avait par la suite été blessé par une balle de flashball tirée à faible distance.

Je marchais, mon œil devant le viseur de mon appareil photo, j’ai reçu un tir de flashball à une distance d’une dizaine de mètres.

Denis Meyer, photographe

Audrey, la secouriste, a indiqué qu’elle s’était fait confisquer non seulement ses propres équipements de sécurité, mais aussi ceux qu’elle avait dans son sac pour les personnes blessées : « Ils m’ont confisqué mon casque de protection blanc avec une croix rouge, mes lunettes de protection transparentes, ainsi que les autres masques et lunettes que j’avais en plus. »

Elle ne saurait dire combien de victimes du gaz lacrymogène elle a soignées. « Le gaz lacrymogène a commencé vers 10 heures du matin et a été continu pendant quatre ou cinq heures. Des gens avaient du mal à se déplacer. Un homme a inhalé tellement de lacrymo qu’il s’est retrouvé à genoux avec des spasmes, il tremblait de partout. »

La police a aussi pris des mesures préventives, fouillant des gens qui ne présentaient pas forcément un risque de violence imminent.

Non seulement ces personnes se sont fait confisquer leurs équipements de protection, mais en plus le simple fait qu’elles soient en possession de tels équipements a été utilisé comme prétexte pour les arrêter.

Le 8 décembre, près de 400 personnes qui se rendaient aux manifestations ont été arrêtées à Paris après avoir été fouillées à des barrages de police. Ces « arrestations préventives » ont été rendues possible par l’autorisation accordée aux policiers, sur réquisitions du procureur de la République, de mener des opérations de fouilles dans certaines zones.

De nombreuses personnes trouvées en possession d’objets tels que des casques, de la peinture ou des masques ont été arrêtées pour « délit de participation à un groupement violent ».

Beaucoup ont été libérées dès le lendemain faute de preuves suffisantes. Selon les chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur, au total 1 082 personnes ont été arrêtées à Paris le 8 décembre, dont 100 mineurs.

LES LYCÉENS ÉGALEMENT DANS LE VISEUR

Parallèlement au mouvement des « gilets jaunes », un mouvement de lycéens a débuté le lundi 3 décembre, initialement pour protester contre la réforme du baccalauréat et la procédure d’admission à l’université. Dans la semaine qui a suivi, plus de 200 lycées à travers la France ont été bloqués par des élèves.

Mathieu Barraquier, enseignant à Garges-lès-Gonesse, dans la banlieue de Paris, a raconté avoir vu la tension monter d’un cran le 5 décembre devant le lycée Simone de Beauvoir, après qu’un arbre eut été incendié et que les policiers eurent commencé à revêtir leurs équipements anti-émeutes.

Certains jeunes ont commencé à lancer des pierres, ainsi qu’un petit projectile enflammé en direction des forces de l’ordre, qui se trouvaient à environ 30 mètres. « Soudain, sans qu’il n’y ait eu d’éléments tangibles, j’ai entendu un tir de flashball et j’ai vu un élève s’effondrer. Je me suis approché de lui le plus rapidement possible, et quand il s’est retourné j’ai vu qu’il avait la joue ouverte, comme une grenade (le fruit). Il n’avait pas lancé de pierres, il était en train de parler tranquillement. » L’adolescent est resté deux jours à l’hôpital.

Le 6 décembre, des affrontements ont éclaté entre la police et des élèves du lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie, en banlieue parisienne. Au total, 163 élèves, dont les plus jeunes n’avaient que 13 ans, ont été arrêtés. Une vidéo montrant des dizaines de lycéens contraints de s’agenouiller, les mains derrière la tête ou menottées dans le dos, est devenue virale.

Selon Mourad Battikh, avocat de plusieurs de ces jeunes, certains ont été maintenus jusqu’à quatre heures dans cette position. Le maintien des élèves dans une telle position pendant si longtemps, s’il est confirmé, s’apparente à un traitement cruel, inhumain ou dégradant, interdit en toutes circonstances par le droit international.

Une avocate de lycéens concernés a dit que certains n’avaient pas eu à manger ni été examinés par un médecin avant d’être interrogés. Leurs interrogatoires par la police n’ont pas été enregistrés, alors que la loi française impose un enregistrement audiovisuel. En outre, des avocats n’ont pas été autorisés à assister aux interrogatoires.

Quand je suis arrivée au commissariat, les officiers de police judiciaire m’ont dit qu’ils avaient déjà commencé l’audition de l’un des deux mineurs. Je leur ai dit : ”Ce n’est pas possible, il est mineur”, et j’ai demandé l’interruption de l’audition. Ils m’ont dit qu’ils comprenaient mais ont continué l’audition sans ma présence.

Leila Volle, avocate de deux adolescents de 15 ans

Les autorités doivent assurer la sécurité de toute personne et veiller à ce que le droit de manifester pacifiquement soit respecté. Elles doivent prendre des mesures légales et proportionnées pour protéger la vie et l’ordre public, en évitant de recourir à une force excessive .

Le port d’équipements de protection contre les gaz lacrymogènes, les flashball ou les grenades de désencerclement ne saurait être assimilé à une intention de commettre des violences, et les personnes arrêtées uniquement pour ce motif doivent être libérées.

Source : Amnesty International, 17.12.2018.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kiwixar // 02.01.2019 à 07h32

L’article ne mentionne pas dans quel pays ont eu lieu ces brutalités. J’imagine que c’est dans une dictature bananière (Vénézuela) où pétrolifère (Russie). Compte tenu des “valeurs européennes”, il me semble urgent de nous ingérer. En enfilant un gilet jaune par solidarité.

97 réactions et commentaires

  • Kiwixar // 02.01.2019 à 07h32

    L’article ne mentionne pas dans quel pays ont eu lieu ces brutalités. J’imagine que c’est dans une dictature bananière (Vénézuela) où pétrolifère (Russie). Compte tenu des “valeurs européennes”, il me semble urgent de nous ingérer. En enfilant un gilet jaune par solidarité.

      +246

    Alerter
    • Serge F. // 02.01.2019 à 14h16

      Nous devrions tous être des Gilets jaunes. Pour comprendre pourquoi, je vous conseille d’écouter les explications données par Etienne Chouard (vous savez le rouge-brun, l’extrémiste ou le complotiste d’après nos experts des médias mainstream) :

      https://www.youtube.com/watch?v=xQlwTlau0Hw

        +47

      Alerter
    • Beatrix // 02.01.2019 à 16h18

      Oui, au Venezuela, c’est l’extrême droite, ce sont les latifundios qui agissent ainsi.
      C’est mieux de préciser lesquels des Venezuéliens recourent aux violences en toute chose.

        +13

      Alerter
      • vlois // 02.01.2019 à 19h06

        Les ordres de l’Etat ont l’air très suspect suivi par un portion de policiers/gendarmes me font penser qu’effectivement nous avons affaire à des milices au service mais d’une portion très mince du peuple qui occupe l’appareil d’Etat… vu le salaire qu’ils touchent c’est plus par conviction politique que par l’appât du gain… Il s’agit de contre-insurrection dans le choix des cibles (manifestants pacifiques, journalistes…), du niveau de la violence et de l’absence de respects des règlements dans l’usage des armes et des uniformes.
        Le centrisme montre son vrai visage : un vichysme de temps de paix.

          +14

        Alerter
        • Papagateau // 03.01.2019 à 02h12

          C’est les médias et eux-même qui disent qu’ils sont centristes.

          Donc, sont-ils centristes ?
          Oui, pour les médias détenus par des milliardaires (centralement riches, ou extrêmement riches ?).

            +5

          Alerter
        • Sharivan // 03.01.2019 à 07h53

          “Le centrisme montre son vrai visage : un vichysme de temps de paix.”

          C’est le problème avec l’extrême centre

            +13

          Alerter
    • ytka // 03.01.2019 à 21h22

      ces violences ont lieu en France…. où règne en ce moment un climat de dictature et raison pour laquelle nous demandons la démission du président actuel.

        +1

      Alerter
  • Fritz // 02.01.2019 à 07h40

    Vous voulez casser un mouvement social ?
    1° Dénigrez-le en amont : un mouvement égoïste et catégoriel
    2° Confisquez les éléments de protection des manifestants
    3° Pendant les manifestations, donnez l’ordre aux flics de viser les manifestants
    4° En même temps, laissez faire les casseurs
    5° Laissez faire les médias : pas besoin de consignes, ils mentent spontanément
    6° Monter en épingle une “agression antisémite” sera du meilleur effet
    7° En aval, n’oubliez pas de dénigrer une “foule haineuse”

      +156

    Alerter
    • Moussars // 02.01.2019 à 12h22

      4° bis Rajoutez des jaunes (si possible avec gilet cette fois) parmi les manifestants, bien habitués à ce genre d’évènement afin d’inciter les pacifiques et plus encore de montrer aux tv combien sont extrémistes les manifestants…

        +13

      Alerter
    • vlois // 02.01.2019 à 19h16

      Lors des voeux le président Macron dit: “Que certains prennent pour prétexte de parler au nom du peuple (…) et n’étant en fait que les porte-voix d’une foule haineuse, s’en prennent aux élus, aux forces de l’ordre, aux journalistes, aux juifs, aux étrangers, aux homosexuels, c’est tout simplement la négation de la France”

      Un classique du manipulateur politique (triangle de Karpman) : l’agresseur c’est le gilet jaune, l’Etat (occupé) le sauveur et les victimes… Je crois qu’il a coché toutes les case du “Bingo-haine”. Comme dans les 2ème tour de scrutin majoritaire…
      Les ficelles sont tellement grosses que je m’étonne qu’à par les militants, cyniques et les naïfs ont ne puissent pas lesvoir.

      Pourtant, parlant de haine, j’ai beaucoup lu de militants de Larem, ils me font peur tellement que leurs haine de classe les aveugle qu’ils en oublient toute fraternité ( cf le drapeau tendu derrière président lors de ses voeux) et toute pensée construite et critique.

        +18

      Alerter
    • zx81 // 03.01.2019 à 08h17

      Certains policiers dénoncent les ordres reçus :
      https://france-police.org/2018/12/30/lettre-ouverte-au-premier-ministre-relative-aux-mutilations-de-gilets-jaunes-sapparentant-a-des-blessures-de-guerre-et-au-maintien-des-festivites-de-la-saint-sylvestre-correspondance-du-synd/
      Cela dit nul n’a l’obligation de suivre un ordre criminel, au contraire. La désobéissance est alors un devoir.

      Silence de l’UE. Point de BHL ou de forces otanesques pour venir libérer les français de la dictature en marche ?
      Peut-être faut-il demander de l’aide à la Suisse (non à son armée mais en prenant exemple sur son référendum, local et national, vieux de 126 ans).

      Il faut poser clairement une alternative. Selon quoi gouverner ou prendre des décisions : Le bien commun ou les pouvoirs de l’argent ?

      Le bien commun devrait être inscrit à l’OMC comme un intérêt supérieur. “L’intérêt supérieur économique du bien commun”.

        +6

      Alerter
  • MDacier // 02.01.2019 à 07h47

    Quand on voit la quasi absence de sanction de Benalla … Rien de très étonnant

      +55

    Alerter
  • Narm // 02.01.2019 à 08h04

    ben j’en ai vu un dans lemonde.fr
    mais parce que c’était les journalistes qui étaient visés

    la solution inattendue, la 4ème possibilité sur laquelle l’interviewé rigole… les gilets jaunes ?
    visiblement ceux qui commandent ne veulent pas
    https://youtu.be/o-ftuePsv2E?t=1612
    ironie, c’est Ruffin qui interview
    l’interviewé rigole… les gilets jaunes ?
    ils ne savent plus quoi faire, Assad/le regime/le doit faire taire son peuple
    vous pourrez reprendre au début et voir tous les mensongesqu’on nous a rabaché depuis des années

      +20

    Alerter
    • Suzanne // 02.01.2019 à 13h23

      Oui, bonne idée de ressortir la vidéo, elle devrait circuler en boucle, celle-là, constamment…

        +5

      Alerter
  • xc // 02.01.2019 à 08h05

    N’étant pas témoin moi-même, je ne contesterait pas ce qui est dit dans le billet. Mais je pense que les GJ ont leur part de responsabilité En ne déclarant pas leurs rassemblements et en ne se dotant pas d’un service d’ordre, ils ont créé les conditions pour que casseurs et pillards soient au milieu d’eux comme les poissons dans l’eau. Sans parler d’excités parmi les GJ eux-mêmes. Dans ces conditions, pour excessives qu’elles ont paru être, certaines actions policières étaient peut-être justifiées par les nécessités du maintien de l’ordre.
    La confiscation des équipements de protection était justifiée. Si vous n’en portez pas, cela signifie que vous vous abstiendrez de porter des coups pour ne pas en recevoir vous-même. Si vous en portez, c’est probablement pour aller à l’affrontement.
    Et puis, il semble que beaucoup ignoraient que les grandes compétitions de pétanque prévues à Paris les samedis de décembre étaient reportées à des dates ultérieures…

      +4

    Alerter
    • Fritz // 02.01.2019 à 08h25

      Très bien. Pour les prochaines manifestations, je propose de confisquer préventivement les armes de toute catégorie (flashball, grenades de défigurement, euh, de “désencerclement”), mais aussi les équipements de protection des policiers. Si les flics n’en portent pas, cela signifie qu’ils s’abstiendront de porter des coups pour ne pas en recevoir eux-mêmes. S’ils en portent, c’est pour faire un carton sur des citoyens sans protection.

      Pour une fois, nous pourrions nous inspirer de l’exemple américain : « Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé. » Ce deuxième amendement qui déclenche les pleurnicheries de nos médias n’est que le rappel d’une vérité historique. Désarmer le peuple, c’est faire le premier pas vers sa soumission.

        +96

      Alerter
      • Occitan // 02.01.2019 à 11h02

        Mon cher Fritz,
        En 1944, si les maquis n’avaient pas rendu leurs armes et par là-même vendu leurs âmes au diable, peut-être que nous vivrions dans un pays où CRS signifierait Compagnie Républicaine de Solidarité…??

          +14

        Alerter
      • Pierre D // 02.01.2019 à 11h32

        restons en France question amendement US :
        Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793, article 35
        “Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. ”
        tout est dit !

          +27

        Alerter
        • Narm // 02.01.2019 à 14h17

          le droit de manifester est aussi un droit
          l’excuse des manifestations “non déclarées” est une abération

          tout comme confisquer du serum physiologique ou confisquer un gilet jaune pour le 31…

          mais bon, le bauillonage et la censure sont maintenant ancrés dans la normalité.

            +18

          Alerter
        • Serge F. // 02.01.2019 à 15h21

          Le fait que les auteurs de la Constitution de la Ve République ait choisi d’inclure en préambule de celle-ci la déclaration des droits de l’Homme de 1789 plutôt que celle de 1793 en dit long. En effet, la déclaration de 1789 était inscrite en préambule à la Constitution de 1791 relative à la Monarchie constitutionnelle et celle de 1793 en préambule de la Constitution de la 1er République. Il ressort de cela un arrière goût monarchique dans la Ve République que l’on constate bien dans le pouvoir trop important accordé à son président.

          La déclaration de 1789 commence en nous parlant des individus, la société n’est évoquée que dans l’expression de « distinctions sociales ». A l’inverse, celle de 1793 nous parle de la société, ou plus précisément de son but, qui est le bonheur commun :

          « Le but de la société est le bonheur commun. – Le gouvernement est institué pour garantir à l’homme la jouissance de ses droits naturels et imprescriptibles. » (Article 1.)

          De fait, la déclaration de 1789 est centré sur l’individu, sur ses droits. C’est l’individu qui est au cœur de ses préoccupations, alors que celle de 1793 considère la société, c’est à dire les hommes considérés dans leur unité. Or, l’individu ne peut vivre dans le bonheur véritable qu’en étant uni en paix avec ses semblables. On remarquera au passage que le fait que l’individu soit au centre de la déclaration de 1789 ne peut que satisfaire les tenants du néolibéralisme.

          Je pense qu’une des raisons principales qui explique le choix de la déclaration de 1789 est le fait que celle-ci ne comporte pas l’équivalent de l’article 35 de la déclaration de 1793 que vous citez. Il s’agit d’un héritage des thermidoriens et des républicains versaillais dont Emmanuel Macron se réclame [1].

          [1] https://lundi.am/Macron-aime-Versailles

            +15

          Alerter
      • Merlin // 03.01.2019 à 07h36

        La question du peuple armé, de milice citoyenne ou de citoyen-soldat est peu abordée car les élites ne souhaitent pas qu’on en discute. Rappelons nous le proverbe suisse, “Un citoyen sans fusil n’est qu’un contribuable.”.

        Pour reprendre les mots de Franck Lepage qui parlait de la fin de la 2ème guerre mondiale “Quand tu as un parti communiste à 20%, organisé et armé tu vois la gueule des avancées sociales!”
        Cf vidéo ici: https://www.youtube.com/watch?v=W9K4nWRvBq8

        Si certains faits sont avérés on assiste à un manquement à la loi des FDO et surtout de leurs responsables(cadres, hauts fonctionnaires, procureurs, préfets, ministre). Je trouve ce tournant particulièrement inquiétant.
        Un truc m’interpelle, on voit des FDO s’emparer du matériel de protection légal(masque et casque de ski) d’un citoyen sans faire de PV de saisie à 15’00”.
        https://www.youtube.com/watch?v=fnUI4eyOXRc&t=1743s&fbclid=IwAR0axh5gIitXf_BvsoVRZClV4G4yLGG1XKewUfIuqJuctwqKJ0jW0QWvYU0
        Dans un pays où l’état de droit est appliqué on appelle ça du vol… ^^

        Malgré tout des gilets jaunes sont allé embrasser des gendarmes mobiles dans la rue le soir du réveillon à Paris.
        https://www.youtube.com/watch?v=BD3fSbOirEc

          +3

        Alerter
    • Alfred // 02.01.2019 à 08h30

      Sortez et alle y.
      Samedi dernier je vous garantis que ceux qui voulaient en découdre sont partis d’eux même devant l’ambiance bon enfant (enfants en poussette… Je ne l’aurai pas fait mais certains l’ont fait, chants etc..).
      Certains on pris des selfies avec les gendarmes mobiles. Des policiers en civil évoluaient au milieu des gilets jaunes avec leur radio à la main sans la moindre inquietude (mais sans brassard).
      Comment croyez vous que la journée s’est terminée? Sous les lacrymos et une jeune femme de mon groupe a eu la joue brûlée.
      Je n’ai aucun problème à ce que les porteurs de boules de pétanque soient enfermés (mais je me suis fait chambré par ce que j’étais à vélo (c’est une arme de quelle catégorie ?)). Maintenant je suis effrayé que des personnes pacifiques continuent d’être intimidées ou mutilées sans conséquences et que cela ne vous dérange pas plus que cela. Allez vous bientôt juger “que dans certains cas” l’ouverture de camps peut être acceptable “si la situation l’exige”? Ou va t on s’arrêter?

        +112

      Alerter
      • northlane // 02.01.2019 à 21h23

        Vous avez tout à fait raison et j’aimerais appuyer votre commentaire. A titre personnel j’ai une vingtaine d’année et manifeste depuis 2015, j’ai par exemple participé à la majorité des manifestations contre la loi Travail puis contre la sélection à l’université en étant dans le cortège de tête soit très près des affrontements avec la police et j’ai donc eu le privilège de tester toutes leurs armes non letales (LBD 40, lanceur cougar, gazeuse à main avec différentes concentrations de CR, GLI-F4, grenade de desencerclement etc…). A ce moment là il y avait déjà énormément de blessés du fait de la puissance de ces armes mais les blessures restaient légères car ces armes étaient utilisées dans un cadre légal soit pas de tir à la tête avec le LBD et pas de grenades lancées en l’air. Aussi les répressions étaient souvents gratuites et le problème est que ce que je décrit date d’il y a maintenant presque trois ans et comme c’était dans des manifestations de “gauchistes” le français moyen n’en avait pas grand chose à faire. D’ailleurs en 2016 l’ONU avait déjà condamner les violences policières et la France est un des pays les plus condamnés par la CEDH (tout est trouvable par 2-3 bons mots clés) pour également les violences commises par la police en général. Seulement depuis la nomination de Mr Strozda au cabinet presidentiel (ancien préfet de Bretagne, surnommé Mr Flashball pour avoir été préfet lors d’une manifestation ou un manifestant avait eu l’œil crevé à l’époque où ça faisait encore du bruit dans les médias) je note d’expérience une augmentation d’usages peu républicain pour le maintien de l’ordre, que ce soit avec la surveillance d’activistes politiques grâce aux fiches S, les arrestations préventives et arbitraires (j’ai été arrêté ce 1er mai et conduit dans le jardin des plantes où j’ai eu la chance de voir Benalla, sans rien à me reprocher, j’ai été libéré dans la soirée), l’abandon des usages réglementaires décrits plus haut, la volonté de provoquer l’affrontement, la guerre psychologique par les blessures de plus en plus graves (5 personnes au moins ont perdu un membre depuis la mi-novembre et plus d’une quinzaine ont perdu un œil sans compter sur tout les éclats de grenades et autres crises dues au lacrymogène). Bref les gens qui se permettent ce genre commentaire sont des gens qui n’ont pas l’expérience du terrain, il suffit de faire l’expérience comme vous pour s’en rendre compte. J’aimerais également vous suggérer de vous intéresser à l’usage de la violence par les brigades de la BAC dans les quartiers populaires contre les personnes racisées et/où de conditions modeste (qui ne peuvent donc pas lutter contre l’appareil judiciaire par manque de ressources) et vous rendre compte que cette violence est reproduite durant le maintien de l’ordre. Également de vous penchez sur l’impunité de la police dans les jugements pour la majorité des bavures policières et enfin sur l’utilisation de la mutilation comme moyen de soumission lors du maintien de l’ordre dans les colonies. Avec ces éléments j’estime que vous serez en pleine mesure de voir l’ensemble du tableau et de pouvoir faire comprendre à ces gens sans expérience de manifestation qu’effectivement l’usage de la force par la police est digne d’une dictature. Pour conclure, je n’ai vu personne rappeler que le maintien de l’ordre en France est régit par une loi décrivant un principe de proportionnalité, c’est à dire que l’usage de la force doit être proportionnel aux violences des manifestants.

          +23

        Alerter
    • Pierre Kiroul // 02.01.2019 à 08h55

      C’est ce qu’on peut appeler “une justification d’abus totalitaires”. Eh ! Oui, s’ils se protégeaient, c’est bien qu’ils avaient une idée derrière la tête, n’est-ce pas ? Cependant, ce sont bien des hommes et des femmes non protégés qui ont perdu des yeux, ou souffrent de traumatismes cérébraux. L’amour de l’ordre et sa justification peuvent mener à des dérives extrêmes peu respectables.

        +53

      Alerter
    • Wollaston // 02.01.2019 à 09h32

      Manif contre le mariage pour tous:
      Manifestation déclarée, service d’ordre interne,
      Manifestants non équipé pour la casse, famille avec poussettes…
      Résultat : gazage non justifié, casseurs venue juste a propos (hors du cadre de la manif et pour lesquels des témoins parmi la police disent avoir reçu l’instruction de ne pas intervenir), chiffres de la manif minorité comme jamais (au point que cela c’est apparenté a de l’insulte) et enfin une couverture médiatique insultante….
      Bref, quand au droit de manifester pacifiquement le pouvoir répond par la violence, et quand l’ampleur d’une demande citoyenne est traitée par le mépris et non respectée politiquement que reste-t-il comme solution?

        +47

      Alerter
      • ellilou // 02.01.2019 à 17h15

        Même chose pour toutes les manifs (déclarées ou pas) auxquelles j’ai assisté depuis des années: répression massive, inutile et violente alors que les manifestants étaient pacifistes et ne faisaient qu’exercer leur droit. Le summum ayant été atteint avec le fameux épisode de l’hôpital Necker ayant été prétendument détruit, info abondamment relayée par nos fabuleux grands médias 🙂

          +16

        Alerter
    • Nicolas ANTON // 02.01.2019 à 09h35

      La manifestation était totalement pacifiste. Seulement le mouvement est fort et pertinent alors les oligarques ont peur. Les ordres ont été donné d’encercler, parquer et gazer pour agiter les GJ, les mer dias restant en embuscade pour filmer le moindre GJ ainsi excité afin de ternir l’image du mouvement. Ce sont des méthodes de gestapistes. Les raisons du mouvement des GJ et la forme de la réponse ont pour avantage de révéler la véritable nature de la république : Une oligarchie donc par essence inévitablement fasciste. La démocratie représentative n’a jamais été rien d’autre qu’un oxymore et un leurre qu’agite le pouvoir depuis longtemps. Il est temps de créer la 1ère démocratie.

        +57

      Alerter
    • Rolland // 02.01.2019 à 10h16

      Il semble à vous lire que vous ayez parcouru cet article un peu trop rapidement !

      Vous mettez la responsabilité des GJ en cause du fait qu’ils n’ont pas déclaré leur rassemblement et ne se sont pas dotés de service de sécurité et de fait, c’est un mouvement totalement pacifique ( casseurs/pilleurs ( n’étant que rarement inquiétés par les forces de l’ordre ) n’y étant pas assimilables ), quant à leur non-déclaration de manifestation, eux repectent à la différence des forces de l’ordre la “réponse graduelle” à l’attaque qui leur a été faite par le président et le gouvernement, car sauf si je ne me trompe il ne me semble pas avoir lu dans le programme de Macron ce qu’il applique ou plutôt inflige à la France et aux français en terme de récession sociale, sans compter l’abandon du peu de souveraineté qu’il nous reste.

      Je vous conseillerai donc de relire le programme présidentiel de Macron ainsi que cet article pour fini par votre commentaire.

      Serait-ce de la mauvaise foi, je l’espère pour vous, sans quoi il semblerait que vos capacités de réflexion soient bien mal en point et j’en veux pour preuve celle-ci dont vous vous gratifiez, certes au conditionnel mais qui démontre bien l’état de votre résonnement : ” Si vous en portez ( “protections” ndlr ), c’est probablement pour aller à l’affrontement.”

      Merci de bien vouloir faire votre propre analyse avant de la porter sur un mouvement qui comme vous le dites n’avez pas vu de vos yeux sur le terrain, pour peut-être comprendre les tenants et aboutissant de la violence et des débordements qui en sont ressortis.

      Bien à vous cher XC.

        +34

      Alerter
    • Charles // 02.01.2019 à 10h32

      Si vous avez un airbag, c’est probablement parce que vous avez l’intention d’avoir un accident, si vous protégez l’escalier avec une barrière, c’est probablement que vous avez l’intention de pousser votre fils dans le vide, si vous mettez des lunettes de sécurité en coupant du métal, c’est que vous avez l’intention d’avoir des éclats dans l’œil.

      CQFD, hein !

        +62

      Alerter
    • Nikopol // 02.01.2019 à 12h41

      @xc
      Comment répondre à votre message sans tomber l’excès?
      Puisque vous “n’étiez pas témoin vous même” vous devriez, en toute honnêteté, vous taire sur ce sujet.
      Justifier cette violence policière c’est faire montre d’une totale méconnaissance de la situation.
      Poursuivez ce type de raisonnement et bientôt vous justifierez qu’on aligne les manifestants contre les murs, (c’est déjà fait à Mantes la jolie) et que sommairement on les abattent.

        +28

      Alerter
    • Suzanne // 02.01.2019 à 13h33

      Pour xc
      Moi je suggère que la prochaine fois les gilets jaunes demandent le plus gentiment possible:

      – Au gouvernement de mettre à la poubelle la politique d’austérité.
      – Au président d’être un peu plus respectueux, comme il sied à un serviteur de l’état.
      – Aux hauts fonctionnaires de décider la fin des lobbies.
      – Aux multinationales de payer leurs impôts pour leurs profits en France, d’investir dans la restructuration industrielle et la transition écologique.
      – Aux entreprises de fixer une fois pour toutes le rapport entre salaire minimum et salaire maximum. Pas plus d’un rapport de 1 à 5 ou 6.

      Au vu des résultats de cette démarche, ils pourraient se réunir et alors décider leurs actions futures.

      Bon, fin de l’ironie. PAR CONTRE, je suis convaincue qu’au niveau des communes, on peut faire quelque chose dès maintenant. je suis sûre que les élus locaux, en moyenne, sont moins corrompus que les autres et, sous la pression des Gilets Jaunes, pourraient mettre en place dès maintenant une organisation collective et démocratique de la vie de la cité. D’accord, ça va être plus dif à Nice qu’au Blanc, mais ça vaut le coup d’essayer.

        +17

      Alerter
    • Jean-Do // 02.01.2019 à 13h51

      “En ne déclarant pas leurs rassemblements” : la déclaration préalable à la manifestation n’est pas une obligation légale selon la Cour Européenne de Justice (CEDH), voir article 50 de l’arrêt Navalny vs Russie https://hudoc.echr.coe.int/eng#{%22itemid%22:[%22001-187880%22]}. Et l’absence de déclaration préalable ne peut servir de prétexte à une dispersion de la manifestation.

        +26

      Alerter
      • Papagateau // 03.01.2019 à 02h29

        Je propose que le commentaire ci-dessus (et son lien) soit mis en discussion comme un nouvel article de les-crises.fr

          +6

        Alerter
      • Serge WASTERLAIN // 03.01.2019 à 18h39

        Ci-après la phrase pertinente du point 23 de l’article 50 de l’arrêt Navalny de la CEDH :
        “Le défaut de notification aux autorités d’un rassemblement ne le rend pas illégal et ne devrait pas servir de motif pour le disperser. (…)”
        On comprend mieux pourquoi les casseurs dans les manifs de GJ sont si utiles au pouvoir.
        Je me joins à papagateau pour demander la mise en discussion de votre commentaire.

          +1

        Alerter
      • Serge F. // 03.01.2019 à 18h45

        Je confirme. Une manifestation non-déclarée n’est pas illégale. Il n’y a pas besoin de la permission de la police pour manifester. C’est ce que montre Amnesty International dans cet article :

        https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/info-et-intox-sur-le-droit-de-manifester

          +2

        Alerter
    • jp // 02.01.2019 à 14h19

      “Si vous en portez, c’est probablement pour aller à l’affrontement.”

      avec ce genre d’argument, je ne peux plus du tout sortir en ville, au cas où il y aurait une manif. J’ai toujours du sérum et un mouchoir en tissu dans mon sac à mains pour des raisons de santé (maladie des yeux) et j’ai besoin d’une canne pour marcher !
      Et mon écharpe pour me protéger du froid, elle peut servir à étrangler, etc… votre argumentation est complètement c…

        +27

      Alerter
    • Catherine // 02.01.2019 à 14h46

      A propos de la déclaration d’une manifestation lire ce billet d’une française enseignante à l’universite de droit de Moscou à propos d’une décision de la CEDH.
      Très intéressant. Espérons la CEDH s’interessera autant à ce qu’il se passe en France qu’à Moscou.

      http://russiepolitics.blogspot.com/2018/12/vous-aviez-adore-navalny-pourquoi.html

        +13

      Alerter
    • Serge F. // 02.01.2019 à 16h54

      @xc
      Si vous ne comprenez pas le problème, je vous recommanderais de lire en complément cette lettre ouverte, adressée au Premier Ministre, écrite par le syndicat « France Police – Policiers en colère » (pourtant classé très à droite) :

      https://france-police.org/2018/12/30/lettre-ouverte-au-premier-ministre-relative-aux-mutilations-de-gilets-jaunes-sapparentant-a-des-blessures-de-guerre-et-au-maintien-des-festivites-de-la-saint-sylvestre-correspondance-du-synd/

        +11

      Alerter
  • Alfred // 02.01.2019 à 08h11

    Depuis cette prise de position d’Amnesty International (prise de position à minima qui permet néanmoins de justifier son existence) les abus se sont ammoncellés. Pour une mise à jour plus régulière voir le journaliste David Dufresne (
    https://mobile.twitter.com/davduf) (environ 200 signalements de violences policières documentées).
    Il faut rappeler que les lanceurs de balles doivent être utilisés à plus de sept mètres et au dessous de l’horizontale, que certains sont équipés de viseurs holographiques (qui s’ils n’augmentent pas la précision de l’arme et de la munition permettent de viser rapidement). Les vidéos montrent un précision plutôt bonne de lanceurs.
    Les tirs dans la tête sont incontestablement délibérés et destinés à mutiler pour intimider les manifestants et dégonfler les manifestations.
    Les vidéos montrant des policiers mattraquant longuement et en groupe des manifestants à terre s’accumulent aussi.
    En droit français il y a déjà matière à mettre un certain nombre d’agents et de leur supérieur … derrière les barreaux.
    Le fait que nous sachions tous que cela n’arrivera pas et que ces violences continueront est assez révélateur de ” l’état de droit” dans lequel nous nous trouvons. Le fait que la population ne s’alarme pas davantage est inquiètant (on ne compte pas les médias ni les “vip” ni les intellectuels engagés dont on attend même plus un “j’accuse” contemporain).
    A ce jour aucun membre des forces de l’ordre n’a été lynché ni ne s’est fait tirer dessus. Il suffit pourtant d’un tout petit nombre d’agents provocateurs pour que des étapes supérieures et d’essence totalitaire soit franchies.
    Dans le silence de tous cela finira par advenir. Il faut stopper net ces dérives de l’exécutif.

      +98

    Alerter
    • RémyB // 02.01.2019 à 09h49

      Alfred, vous me tentez la perche, je vous cite:
      “En droit français il y a déjà matière à mettre un certain nombre d’agents et de leur supérieur … derrière les barreaux.”

      on peut le supposer,
      pour autant, je n’ai pas lu la moindre information d’une enquête sur les fautes de responsabilité de l’encadrement des policiers censer surveiller les locaux du Charlie hebdo, les caméras de la ville de Nice ou le Bataclan.
      je trouve ça plutôt surprenant.

        +12

      Alerter
      • Alfred // 03.01.2019 à 19h51

        L’un n’empêche pas l’autre. Je vous rejoins tout à fait sur le point que vous évoquez. Et ce n’est pas un point mineur.

          +0

        Alerter
  • Pierre Kiroul // 02.01.2019 à 08h39

    Nous y sommes. Ils avaient peur d’un pouvoir totalitaire, ils le craignaient, mais ils n’imaginaient pas qu’il viendrait de ce côté. Il a donc été mis en place justement par ceux qui voulaient l’éviter. À tous ceux qui ont voté Macron, il est de leur devoir de corriger leur erreur en défendant les gilets jaunes, en les rejoignant ou en descendant dans la rue avec eux. Sinon, ils seront une deuxième fois responsables et seront ceux que l’on désignera plus tard comme les collaborateurs. Ce pouvoir est détestable.

      +53

    Alerter
    • Ty87 // 02.01.2019 à 11h17

      Les électeurs de Macron (ceux qui ce se pense être de gauche du moins) sont les pire hypocrite. Ils ne se remettrons jamais en cause. C est tellement simple de détourner le regard ou d éviter le sujet. Ces personne sont des idiots dénué de toute réflexion. Ils sont dans la posture uniquement. Ils ne s intéressent pas a la politique sauf a être le relais des médias. Parler avec un électeur de Macron n est pas possible. La seul solution c est de les ignorer. De ne pas leurs parler. De ne pas les inviter a manger ou a boire l apéro. En gros les renié de la communauté national.

        +14

      Alerter
    • Louis Robert // 02.01.2019 à 14h00

      Permettez, PK.

      1. Le pouvoir totalitaire est mis en place par ceux qui le voulaient exclusivement entre LEURS mains, et non pas l’éviter.

      2. Détestable pour certains, ce pouvoir est avant tout criminel, et en toute impunité.

      N’ayons pas peur de nommer et de caractériser ce qui est. L’imposture du « fake » et de la post-vérité a assez duré. Désormais, un minimum de lucidité et de courage s’impose à tous.

        +13

      Alerter
  • monique // 02.01.2019 à 08h55

    les français qui ont encore un morceau de cerveau peuvent lire(c’est gratuit!!) “crepuscule” de juan branco….
    tout est expliqué…

      +14

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 02.01.2019 à 09h01

    Le maître de l’Elysée tire sur son peuple.
    Fabius, BHL au secours.

      +25

    Alerter
  • Lysbeth Levy // 02.01.2019 à 10h07

    Cela rappelle que la France propre sur “elle” a bien soutenu des “révolutions de couleurs” surtout la dernière du “Maidan” en Ukraine, ou là nos journalistes soutenaient les factieux (antisémites, néo-nazis, fascistes, etc) en les habillant de “héros,” promoteurs de la démocratie, valeureux, sur qui le “régime Yanoukovich” se livrait à d’horribles tortures, crimes odieux, alors que leur seul but était la démocratie et la liberté. Amnesty Internationale s’étant aussi déplacer pour constater les violences contre le peuple par “le tyran”..Quoique parfois la vérité se fait jour : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/histoires-d-info/comment-vendre-une-revolution_1766949.html.
    Donc il y a de “bonnes révoltes” et des “mauvaises” selon “les journalistes” et leurs élites. Nos gouvernants demandant aux factieux “gilets jaunes” de rentrez chez eux, la France étant une grande démocratie depuis toujours et pour l’Eternité .Sans compter qu’on nous rappelle que Mai 68 fut “une révolution culturelle” un peu “sociale” ayant marquée notre histoire, face à un général qui s’accrochait au pouvoir pour les anciens trotskystes, étudiants maintenant recyclés en néolibéraux les plus durs. Souvent ce sont eux qui jugent durement (Daniel Cohen-Bendit) les “gilets jaunes” pour oser sortir dans la rue et se révolter contre cette superbe démocratie française.Pauvreté, cherté de la vie, détresse sociale n’étant plus prise en compte, soudain on découvre ces millions de déclassés, vivant de peu voir demandant l’aide des Resto du Coeur https://www.politis.fr/articles/2017/11/les-restos-du-coeur-pour-le-maintien-du-fonds-europeen-a-laide-alimentaire-37963/ l’an dernier 135 000 000 de repas ont été distribués. Secours Catholique et Croissant vert non compris !!
    On s’étonne après ? Qui n’as pas un chomeur, un RSAiste ou précaire dans sa famille ?? En tout cas pas au niveau de nos élites qui profitent, font profiter leur famille des bienfaits de la démocratie. .

      +35

    Alerter
  • Patricia // 02.01.2019 à 10h08

    Je ne suis pas sûre que ce jeune handicapé appuyé sur ses béquilles menaçait l’ordre :
    https://fr-fr.facebook.com/Lifehomepage/videos/un-policier-pousse-et-fait-tomb%C3%A9-une-personne-handicap%C3%A9/2220388834888202/

      +19

    Alerter
  • Pegaz // 02.01.2019 à 13h11

    Entre théorie et pratique !

    En préambule du « RAPPORT relatif à l’emploi des munitions en opérations de maintien de l’ordre »
    [PDF] Rapport IGGN IGPN du 13 novembre 2014 – Ministère de l’Intérieur

    La vocation première du maintien de l’ordre consiste à permettre le plein exercice des libertés publiques dans des conditions optimales de sécurité en particulier pour les personnes qui manifestent et les forces de l’ordre. Les forces de sécurité de l’État ont donc pour mission de faciliter l’expression de ce droit. Elles le font dans un cadre juridique strict et en application des instructions ministérielles, c’est-à-dire avec le souci constant de l’apaisement afin d’éviter autant que possible toute espèce d’affrontement. Ce n’est que dans l’hypothèse de situations extrêmes, celles du trouble grave à l’ordre public, de l’émeute, voire de l’insurrection, qu’il sera fait usage de la force, laquelle peut entraîner le recours à certaines armes. C’est à cette phase ultime et qui doit rester exceptionnelle qu’est consacré ce rapport.

      +5

    Alerter
  • Louis Robert // 02.01.2019 à 13h11

    Depuis le tout début, des heures d’enregistrement d’images probantes montrent cette répression massive de citoyens paisibles et sans armes qui manifestent comme c’est leur droit, par cette armée de bêtes plus féroces encore que celles, inoubliables, des années 1968 et suivantes, déchaînées alors contre tout ce qui bougeait.

    Elles montrent en outre l’impunité complice dont ont bénéficié les agents provocateurs dits « casseurs », et plus tard les opérations en bandes organisées des polices militarisées, véritable chef-d’oeuvre du genre. Ceux qui eurent le courage d’accomplir leur devoir de reporters ont payé très cher de leur personne cette conduite professionnelle irréprochable, ayant été attaquées, blessées, voire mutilées par ces forces qualifiées « de l’Ordre ».

    Il ne nous reste plus qu’à rendre hommage à nos médias traditionnels dominants pour cet enterrement de première classe du mouvement des Gilets Jaunes le premier de l’an 2019. Leur silence, complice du Pouvoir déshonoré, ne saurait être plus éloquent ni plus révélateur de ce que vaut cette engeance. Du bon, du très bon boulot! Exercice pédagogique impeccable.

    Voyons maintenant la suite et à quoi mène nécessairement un tel exercice à répétition en cette année du porc qui débutera bientôt.

      +21

    Alerter
  • Serge F. // 02.01.2019 à 13h47

    « Nous ne vivons libres dans notre pays que parce que des générations qui nous ont précédées se sont battues pour ne subir ni le despotisme ni aucune tyrannie. » Emmanuel Macron, le 31 décembre 2018 lors de ses vœux au peuple français :

    https://www.youtube.com/watch?v=iIS9JatcYeU&t=692s

    Faut-il rappeler à monsieur Macron ce qu’est un tyran ou un despote ? Ces termes ne peuvent en aucun cas s’adresser au mouvement des Gilets jaunes soutenu par 70 % des Français (sondage Elabe pour BFMTV publié le 19/12/2018). Pourquoi, d’ailleurs, tout au long de son discours ne donne-t-il pas le nom de ce mouvement ? Il s’agit sans doute d’un moyen de communication lui permettant, à moindre frais, d’amoindrir son importance.

    Cette citation est en fait le plus bel encouragement donné par Emmanuel Macron aux Gilets jaunes dans la continuation de leur combat, et cela malgré l’usage excessif de la force contre eux par des policiers aux ordres d’un pouvoir macroniste en grande difficulté et auxquels il a récemment concédé le salaire de la peur.

    Cet usage excessif de la force est même reconnu par le syndicat, classé très à droite, « France Police – Policiers en colère » :

    https://france-police.org/2018/12/30/lettre-ouverte-au-premier-ministre-relative-aux-mutilations-de-gilets-jaunes-sapparentant-a-des-blessures-de-guerre-et-au-maintien-des-festivites-de-la-saint-sylvestre-correspondance-du-synd/

    Il est honteux que celui qui nous gouverne n’ait pas eu un mot de compassion pour toutes les victimes innocentes mutilées par des flashballs et des grenades GLI-F4 dont les forces de l’ordre continuent d’épuiser les stocks :

    https://lessor.org/a-la-une/une-nouvelle-generation-de-grenades-pour-remplacer-la-decriee-gli-f4/

    Rappelons que la France est le seul pays européen à utiliser des grenades explosives pour le maintien de l’ordre :

    https://www.liberation.fr/checknews/2018/11/21/la-france-est-elle-le-seul-pays-autorisant-les-forces-de-l-ordre-a-utiliser-des-grenades-comme-l-a-d_1693340

    L’ACAT estime urgent de repenser en profondeur le modèle du maintien de l’ordre français, au risque de voir la liste des blessés et décès s’allonger encore, et de creuser de manière durable le fossé entre police et population :

    http://www.acatfrance.fr/actualite/quelles-armes-pour-la-police–

      +15

    Alerter
    • Louis Robert // 02.01.2019 à 17h19

      « Gilets jaunes soutenu par 70 % des Français (sondage Elabe pour BFMTV publié le 19/12/2018). Pourquoi, d’ailleurs, tout au long de son discours ne donne-t-il pas le nom de ce mouvement ? »

      *

      Serge, il s’agit maintenant pour le Pouvoir d’agir (ou de s’abstenir d’agir…), comme si les Gilets jaunes, c’était terminé, ça n’existait plus. C’est dire que la Créature en chef, maîtresse de l’Élysée, vient de donner le signal officiel: on n’en parle plus, le mouvement s’étant éteint, chacun étant rentré chez lui, tel qu’exigé par le « Ça suffit!!!» jupitérien. Fait accompli!!! — Et les médias collabos traditionnels et dominants de se taire, silence assourdissant.

      Le Pouvoir se berce de l’illusion qui consiste à croire qu’en se comportant ainsi, découragés, se percevant vaincus, les Gilets jaunes disparaîtront par enchantement, ou bien qu’ils devront repartir à zéro, tout recommencer à partir du début, comme si rien ne s’était passé.

      Ainsi résiste la Macronie, sur le point de s’effondrer.

      Subsiste la France!

        +11

      Alerter
      • Serge F. // 02.01.2019 à 19h00

        Je n’en doute pas. Mais en masquant la réalité des choses, Emmanuel Macron continue de perdre le peu de crédibilité et de légitimité qui lui restent. Même le défenseur du pouvoir en place, Jean-Michel Aphatie, dans un moment de rare clairvoyance, reconnaît qu’il doit laisser le peuple décider de la réponse politique à apporter au mouvement de contestation des Gilets jaunes :

        https://twitter.com/Rightnews71/status/1078570362458333185

          +4

        Alerter
        • Catalina // 02.01.2019 à 21h08

          Serge F
          c’est fou comme tous ces gens sont coincés dans leur idéologie gauche-droite complètement moisie, les pauvres n’ont pas les capacités intellectuelles pour en sortir, apparemment.
          La résistance au changement est énorme chez ces pseudos-politiques biberonnés à l’argent public.

            +6

          Alerter
        • Louis Robert // 02.01.2019 à 22h02

          Merci de prendre ce temps de réflexion et de répondre, Serge.

          Mais alors que croyez-vous que cette créature puisse faire d’autre et/ou de plus? Quoi donc? Macron est bien Macron. Or QUI est Macron? La clé est là! Nulle part ailleurs…

          Plus j’approfondis mes connaissances sur QUI est vraiment cette créature, plus il m’apparaît qu’elle réagit de la seule façon qu’elle peut agir avec cohérence, prisonnière de cette prison mentale, de cette forteresse politique et sociale aussi, à savoir cette situation qu’elle s’est elle-même créée depuis son plus jeune âge et durant toutes ces décennies. Macron est bien Macron, et non pas le personnage «Macron» qui fut « vendu » en toute hâte aux Français. Macron est bien cette créature que ses richissimes appuis ont propulsé si hâtivement au pouvoir dans les circonstances et conditions que nous connaissons tous. Elle ne peut tout de même pas convoquer les Gilets jaunes au Stade de France, revêtir un gilet jaune et s’y rendre pour fraterniser et dialoguer avec eux afin de créer une France pour TOUS selon leurs vœux!…

          Je ne me moque pas le moins du monde, Serge. Je vous en prie, voyez QUI sont ceux, derrière et autour de lui, qui font que Macron est Macron, qui ont déterminé pourquoi il est Président, et qui veillent à ce que tout se passe comme prévu, tel que planifié et entièrement sous leur contrôle.

          Macron demeure Macron et agit avec une cohérence absolue. Ce sont les citoyens français qui tout à coup s’éveillent, et découvrent qu’ils ont fait un mauvais rêve… et misé sur le plus mauvais cheval, toujours le même aujourd’hui, et fidèle à lui-même. Il ne fallait pas se fier à cette bête… moins encore faire confiance à ses maîtres qui veulent continuer d’être surtout les nôtres. En cas de doute sur la bête et sur la course, mieux vaut s’abstenir de miser.

            +9

          Alerter
          • Serge F. // 03.01.2019 à 01h29

            Emmanuel Macron est coincé. Il n’a que deux solutions : soit il résiste en essayant de retourner l’opinion publique en sa faveur, avec l’aide du pouvoir médiatique, soit il démissionne. Il ne peut en aucun cas changer le cap de sa politique, car il sait qu’il ne doit sa place qu’à l’oligarchie qui l’a soutenue avec pour contrat de protéger ses intérêts.

            De toute façon, Emmanuel Macron appartient à un groupe de personnes qui vivent dans une bulle. On trouve à l’intérieur pas mal de hauts fonctionnaires, de technocrates ou de hauts cadres qui composent l’élite française. Ces gens sont souvent passés par les mêmes écoles, je pense en particulier à Sciences Po ou l’ENA. Ils ne sont souvent plus connectés au monde réel, à tel point qu’ils n’ont même pas conscience des effets délétères que peuvent avoir leurs décisions sur les personnes les plus fragiles. Ce sont des gens souvent choyés par l’oligarchie qui voit en eux de bons serviteurs.

            Une rumeur circule sur Internet au sujet d’une possible dissolution de l’Assemblée Nationale qu’annoncerait bientôt Emmanuel Macron :

            https://blogs.mediapart.fr/citoyen-spartacus/blog/231218/macron-prepare-la-dissolution-dans-l-espoir-de-finir-son-mandat

            Ca me paraît peu probable après avoir entendu ses vœux de nouvel an. Cependant, le plan annoncé dans cette note me paraît possible dans les semaines ou les mois à venir si le mouvement des Gilets jaunes se poursuit et s’intensifie quand les beaux jours reviendront.

            Je ne pense pas que les gens sortent d’un mauvais rêve car, à quelques exceptions près, ils ne s’attendaient absolument pas à ce qu’Emmanuel Macron améliore leur situation. Il a été élu non par conviction, mais par défaut. Seulement, il a frappé tellement vite et tellement fort dans le sens contraire de ce qu’il fallait faire pour le peuple que cela a déclenché l’étincelle nécessaire au démarrage d’une insurrection latente.

            Les gens qui ont voté pour lui (au premier tour et aux législatives) ne sont pas entièrement responsables de la situation. La plus grande responsabilité vient des médias mainstream qui ont offert à Emmanuel Macron une extraordinaire couverture médiatique, en témoigne ce classement des candidats les plus cités dans la presse pendant la période allant du 18 mars 2017 au 21 avril 2017 :

            https://www.lejdd.fr/Politique/Presidentielle-2017-qui-est-le-candidat-le-plus-cite-dans-la-presse-depuis-le-debut-la-campagne

            On peut même se demander si cela n’a pas enfreint l’article L52-1 du Code électoral :

            « Pendant les six mois précédant le premier jour du mois d’une élection et jusqu’à la date du tour de scrutin où celle-ci est acquise, l’utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse ou par tout moyen de communication audiovisuelle est interdite. »
            [modéré]

              +4

            Alerter
            • Louis Robert // 03.01.2019 à 12h36

              N’oubliez surtout pas le financement de la campagne électorale Macron. On parle trop peu du financement massif, parfaitement illégal (ou savamment trafiqué pour éviter accusations et condamnations…), de cette corruption jusqu’au trognon du système électoral français.

              QUI a financé, et à hauteur de combien? QUI? Il a fallu de$ million$ pour faire « €lire » un Macron.

              Ce n’est pas pour rien que la seule majorité électorale nationale, en ce pays, est celle des lucides abstentionnistes et des non-inscrits… Ces gens refusent catégoriquement d’être complices de ÇA!

                +2

              Alerter
            • Serge F. // 04.01.2019 à 00h34

              Voici un savoureux diaporama de 2mn20 rappelant l’année 2018 des Macron :

              https://twitter.com/ORageetDesepoir/status/1080252892437721088

                +1

              Alerter
  • Pegaz // 02.01.2019 à 13h52

    Du principe de la riposte graduée – Des moyens utilisés – Du type d’armes :
    https://desarmons.net/index.php/2018/12/04/presentation-filmee-des-armements-utilises-par-les-forces-de-lordre-francaise/

    Recensement provisoire des blessés des manifestations du mois de novembre-décembre 2018 :
    https://desarmons.net/index.php/2018/12/11/recensement-provisoire-des-blesses-graves-des-manifestations-du-mois-de-decembre-2018/

      +10

    Alerter
    • hong xiu quiang // 02.01.2019 à 20h08

      Sur le même site à la date du 1° Mai 2016, une courte vidéo d’une portion de manifestation nassée (cernée) sur la quelle la police lance simultanément une bonne douzaine de grenades de désencerclement. La première explose très visiblement à hauteur de visage !
      Cette violence révoltante et délibérée ne date donc pas d’hier. C’est un choix politique.
      Cette violence n’a aucune justification autre que d’entrave au droit de manifester et d’opinion et toute tolérance à ce sujet s’apparente à la plus stupide des lâchetés.
      Nous devrions être tous dans la rue pour réclamer justice prompte et implacable contre les donneurs d’ordre, Macron et Castaner à tout premier titre.

        +12

      Alerter
  • 5cents // 02.01.2019 à 13h57

    Pas en lien direct avec l’article mais je m’étonne qu’en parraléle avec le RIC (le gouvernement aimerait sans doute ipun Referundum d’ininitiative Populaire = RIP) il n’y ai pas plus de voix pour demander un nouveau mode de scrutin :
    https://articles.laprimaire.org/lélection-présidentielle-au-jugement-majoritaire-les-résultats-373e089315a4

      +4

    Alerter
    • Serge F. // 02.01.2019 à 14h49

      Les véritables démocrates devraient s’inquiéter de voir qu’élection après élection le nombre d’abstentionnistes croît. Mais nos élites bien formatées [1] n’en demandent pas plus : 99% d’abstentionnistes pour 1% de votants, soit les 1% les plus riches, ce serait parfait. Aldophe Thiers, le royaliste, n’aurait pas rêvé mieux comme suffrage censitaire.

      Cela n’inquiète absolument pas la classe politique dirigeante, elle se félicite même de la « brillante » élection dans l’Essonne [2], ce qui prouve que nous n’avons pas affaire à de véritables démocrates. Ce sont des républicains versaillais. Si nous avions affaire à de vrais démocrates, ils rendraient le vote obligatoire avec, pour compenser, la reconnaissance du vote blanc. Ils changeraient le mode de scrutin pour le remplacer par le Jugement majoritaire (que vous évoquez dans votre commentaire), le meilleur système testé jusqu’à maintenant. Ils permettraient la révocation des élus et bien d’autres choses comme le proposent Jacques Testart ou Etienne Chouard, mais tout cela n’arrangerait pas leurs affaires.

      Il faut aller voter si l’on veut espérer un changement démocratique majeur et il faut le faire en faveur du parti ou du mouvement proposant le plus d’améliorations démocratiques possibles, en ayant à l’esprit l’Appel du comité central de la garde nationale le 25 mars 1871 :

      « CITOYENS

      Notre mission est terminée: nous allons céder la place dans votre Hôtel-de-Ville à vos nouveaux élus, à vos mandataires réguliers. Aidés par votre patriotisme et votre dévouement, nous avons pu mener à bonne fin l’œuvre difficile entreprise en votre nom. Merci de votre concours persévérant ; la solidarité n’est plus un vain mot : le salut de la République est assuré. Si nos conseils peuvent avoir quelque poids dans vos résolutions, permettez à vos plus zélés serviteurs de vous faire connaître, avant le scrutin, ce qu’ils attendent du vote aujourd’hui.

      CITOYENS

      – Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre propre vie, souffrant des mêmes maux.
      – Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne considèrent que leurs propres intérêts et finissent toujours par se considérer comme indispensables.
      – Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action ; ils sacrifieront tout à un discours, à un effet oratoire ou à un mot spirituel.
      – Évitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère.
      – Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du Peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue.
      – Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter.
      – Nous sommes convaincus que, si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèreront jamais comme vos maîtres. »

      — Hôtel-de-Ville, 25 mars 1871, le comité central de la Garde nationale

      [1] https://www.lemonde.fr/campus/article/2018/03/06/concours-de-l-ena-le-jury-deplore-le-manque-de-reflexion-personnelle-des-candidats_5266498_4401467.html
      [2] https://twitter.com/RichardFerrand/status/1066787948778176512

        +9

      Alerter
  • Catherine // 02.01.2019 à 14h52

    Merci à les crises d’aborder cette question.
    Il n’y a jamais eu un seul mot d’empathie par le pouvoir en place pour ces personnes estopiées à vie.
    C’est un scandale et nous frôlons le fascisme si ça continue sur cette lancée.
    Silence des médias mais aussi des partis politiques.
    Il y a une raison à celà et je la rappelle, car les politiques ce sont déjà couverts :
    La constitution à prévu qu’ôter la vie est possible en cas d’insurrection ou d’émeute. c’est dans les annexes.
    Qu’on se le dise.

      +12

    Alerter
    • Serge F. // 02.01.2019 à 15h37

      Il est encore plus scandaleux que cette remarque n’ait pas été formulée par les médias mainstream qui ne se rendent même pas compte à quel point ils ne sont pas au service du peuple.

        +3

      Alerter
    • Serge F. // 02.01.2019 à 17h19

      Je crois que le plus honteux est le fait que les médias mainstream soient quasiment silencieux sur ce problème :

      https://www.acrimed.org/Gilets-jaunes-voile-mediatique-sur-les-violences

      Cela prouve qu’ils ne sont pas vraiment au service du peuple.

        +10

      Alerter
    • ellilou // 02.01.2019 à 17h23

      Non, tous les partis ne jettent pas un voile pudique sur ces drames: Jean-Luc Mélenchon (même si ça en défrise certain(e)s ici même) lors d’un discours avait demandé une minute de silence pour les victimes au sein du mouvement des Gilets jaunes: 🙂

        +7

      Alerter
      • Serge F. // 02.01.2019 à 18h34

        Je confirme :

        https://www.youtube.com/watch?v=77wGSWZOcbk

        Mais il est déplorable de constater que ni Emmanuel Macron, ni aucun membre de son gouvernement n’est allé au chevet des victimes innocentes.

          +5

        Alerter
    • Catherine // 02.01.2019 à 20h13

      Pardon je voulais dire la constitution européenne

        +3

      Alerter
  • geedorah // 02.01.2019 à 15h36

    je sais plus où j’ai lu ça, mais c’est raccord
    apprendre l’humilité par l’humiliation

    les lacrymo, ce sont des grenades à base de chlore, armement interdit pour faire la guerre à d’autres peuplades, mais si c’est sa propre population, on peut se lacher 😉

      +15

    Alerter
  • Czerny // 02.01.2019 à 16h47

    Faire plier le régime à coups de slogans ,tout en étant, pacifique ,et bien ça ne marche pas .Ça n’a jamais marché nulle part.Le gvt ,lui, n’hésitera pas a s’opposer avec la même extreme violence à toute contestation .A partir de quand le peuple estimera t-il être en légitime défense ?

      +10

    Alerter
    • Louis Robert // 02.01.2019 à 17h29

      Patience, il apprend et vraiment, ces temps-ci, à la vitesse grand V.

      Déjà, il fait admirablement école… à l’étranger, « à l’international », comme préfèrent dire, extatiques, nozélites…

        +7

      Alerter
    • Alfred // 04.01.2019 à 09h49

      Si tout le monde est dans la rue (par centaines de milliers voire par millions) pacifiquement tous les samedis (TOUS) jusqu’à juin ceux qui avaient besoin de Macron changeront de cheval. Et si la population s’est un peu dessalée le prochain match sera un peu plus ouvert.
      Par contre si vous partez sur la violence même au titre de la légitime défense je croix que vous ne réalisez pas ce qui vous attend. Mais pas du tout. Non seulement vous n’obtiendrez pas l’amélioration escomptée mais en plus vous fournirez le batton pour vous faire imposer un ordre encore plus défavorable à plus ou moins longue échéance. En ayant probablement porté atteinte à l’intégrité de vos proches dans ‘e processus.
      Puisque que vous êtes adepte du “jamais nulle part”, réalisez que le petit peuple qui a pris la bastille a été désarmé par la petite bourgeoise des gardes nationaux et que tout le monde a fini estropié pendant les guerres de l’Empire (dans les bras duquel certains s’étaient jetés par lassitude). La lassitude des Syriens est immense. Celle des anciens yougoslaves aussi. Et tout le monde a perdu a part les fauteurs de guerre qui n’ont été impactés en rien.
      Macron nous conduit à la guerre civile. Faites en sorte de ne pas y aller comme un veau à l’abattoir.

        +4

      Alerter
  • moshedayan // 02.01.2019 à 16h47

    Comparaison n’est pas raison, vous dites
    En France, on a un usage intensif des bombes lacrymogènes en comparaison d’autres pays (moins bien équipés ? ou question de choix ?)
    La France est le “grand pays des Droits de l’Homme”…
    Putin est un dictateur cynique, Macron un génial démocrate…
    Tout est dit, circulez allez hop !
    Mais un de vos dirigeants Alain Juppé a souvent dit “ça va mal finir !” par le passé.
    Ah voir? Dans quelle dérive s’est engagé votre pays. Votre président a en tous cas été clair il a l’intention d’écraser “les classes laborieuses”.

      +10

    Alerter
  • Catalina // 02.01.2019 à 21h28

    avec le machinisme, la majorité des chevaux ont eté tués, avec l’ia et la robotique, ces “gesn-là” pensent ne plus avoir besoin de nous, finirons-nous comme les chevaux ?
    Par ailleurs, “ces gens-là” se foutent complètement des services publics, ils ne les utilisent pas, avec l’argent volé au peule, ils vont en cliniques privées, à l’école privée, dans des clubs privés., se font conduire dans des voitures privées….
    Décidément, “ces gens-là” nous n’en avons plus besoin non plus.

      +11

    Alerter
  • Christophe Foulon // 03.01.2019 à 00h29

    1000 bagnoles cramées, pas d’œil crevé, sérieux là c’est nimp ?

      +4

    Alerter
  • marcvador // 03.01.2019 à 03h41

    Certains on voté Macron pour ne pas avoir Le Pen, démocratie oblige. Franchement, vous voyez une différence ???? Concernant les traitements prodigués par la Police, c’est juste une honte mais la justice indépendante de notre pays des droit de l’homme montre aussi clairement sa soumission au gouvernement. Nous sommes en Democrature, c’est tout.

      +4

    Alerter
    • Alfred // 05.01.2019 à 07h32

      Oui je vous la différence : dans l’autre cas les journalistes se seraient tous grimés en jeanmoulinex et auraient dénoncé à qui mieux mieux le fachisme rampant en train t de s’installer. On aurait eu droit aux images de la violence policière au 20h et les gilets jaunes auraient été fétés en héros-façon-maidan (et auraient eu droit à de belles affiches financées par on ne sait qui)…

        +0

      Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 03.01.2019 à 04h17

    quelle attitude adopter devant ces comportements ? Surtout que l’on peut dire ,tout ça pour une prime et une augmentation de salaire , Si il n’y avait pas eu cette augmentation , la police aurait rejoint les gilets jaunes . Comment appel t on des gens que l’on peut acheter ? pour une somme aussi basse qui plus est ….et meme si c’était des millions …

      +7

    Alerter
  • chris // 03.01.2019 à 08h19

    Hier soir, éric drouet avait oublié ses passeports diplomatiques………………

      +8

    Alerter
  • Denis // 03.01.2019 à 10h24

    Bonjour,
    il est éronné de parler ou de nommer “Forces de l’ordre” ce qui est “l’ordre par la force”!
    Dans ces conditions, il devient possible de comprendre la violence envers et surtout contre
    des manifestants pacifiques. Peu de risques pour les tireurs: obéir à des ordres illicites
    ne menant pas à la case prison!
    Quant aux blessés graves, peu de chances qu’ils soient encore motivés par l’action.
    Reste l’image de marque: made in France, pays des droits de l’homme blanc et de son
    gros bâton, confirmation de ce que l’on savait depuis longtemps.
    C’est pourquoi il faut agir sur le cœur du système: le consumérisme béat.
    Avec sa petite carte bancaire on peut ne pas s’en servir malgré les ordres.
    On peut aussi sortir des espèces des distributeurs et ne pas l’utiliser.
    Tout cela est parfaitement légal.
    D’autre part, une chose très facile à réaliser: arrêter la télé et radio, ça fait
    un bien fou! 🙂
    Bien à vous.

      +3

    Alerter
  • SanKuKai // 03.01.2019 à 11h32

    Je vais prendre mon point godwin tout de suite mais j’aimerais rappeler que la rafle du vel d’hiv était le travail exclusif de la police Francaise. Contrairement aux agissements de la Police d’aujourd’hui, la rafle ordonnée par les autorités de l’époque était parfaitement légale et les policiers savaient tres bien que ces gens iraient á la mort. Le peu de policiers qui ont désobéit et/ou prévenu leur entourage avant la rafle sont aujourd’hui considérés comme l’honneur de la police.
    Mais tout comme á l’époque, je ne pense pas que l’on puisse s’attendre á un sursaut intellectuel et moral de la part des forces de police.

      +7

    Alerter
    • Alfred // 05.01.2019 à 07h38

      Ce n’est pourtant pas compliqué de devenir “mauvais tireur” et de rater la tête mais toucher les godasses des manifestants. Sans mise à pied ni perte de salaire : pas de mutilés et tout le monde fait semblant pendant que Macron pète un fusible. On ne leur demande même pas d’avoir le courage de leurs ancêtres mais simplement de ne pas être si cons et de ne pas se comporter en voyous psychopathes. Simplement faire semblant et jouer aux idiots.
      Il faut qu’ils comprennent qu’ils y sont pour des mois et des mois. Autant que ça se passe bien.

        +0

      Alerter
  • Pastounak // 03.01.2019 à 15h19

    Il ne s’agit pas tant du maintien de l’ordre que du maintien de l’Ordre dans cette lutte contre les gilets jaunes.

      +2

    Alerter
  • Le Rouméliote // 03.01.2019 à 15h39

    En mai 2017, j’avais dit autour de moi que le deuxième tour avait été bien préparé par les castes dirigeantes pour nous faire peur avec le fascisme du XX° siècle afin de faire passer le fascisme du XXI° siècle. Nous y sommes ! merci les naïfs et autres idiots (in)utiles qui ont voté Macron !

      +3

    Alerter
    • Alfred // 05.01.2019 à 07h39

      Allez au bout du raisonnement. Il. Et suffit pas de ne pas voter pour. Il faut activement voter contre. Sinon le gugusse passe quand même…

        +0

      Alerter
  • Byblos // 04.01.2019 à 04h59

    Un État sûr de lui, et de l’appui de la population n’agit pas ainsi. On ne recourt à la violence excessive que si on se sent traqué et mal en point.
    C’est le régime Macron qui signifie lui-même sa décrépitude.

      +3

    Alerter
  • Marie Colin // 04.01.2019 à 12h52

    Macron a été “désigné” par les puissants, les ultra riches, les media MS pour faire son taf : administrer aux Français une purge “Chicago Boys” équivalente à celle qui fut imposée aux Chiliens à partir de 1973, sous la tendre férule de Pinochet, installé là par Kissinger et la CIA.

    En 1972, Allende avait dénoncé le pouvoir des multinationales à l’ONU, sous l’ovation debout de tous les délégués – sauf celui des USA : Son sort était déjà scellé !
    https://www.youtube.com/watch?v=uR6KW2zghuY

    Il est clair qu’aucun peuple normalement constitué ne peut accepter une telle agression sans réagir – d’où l’augmentation des brutalités totalitaires et gratuites – non seulement des policiers et gendarmes, mais aussi des juges, des éditocrates etc… qui frappe notre pays depuis quelques années !

    Ce qui me semble inquiétant, c’est que le dictateur aimé de Thatcher est mort dans son lit et qu’aux dernières nouvelles, le peuple chilien ne s’était toujours pas vraiment relevé depuis 45 ans.

    Allons nous laisser Augusto Macron finir sa sale besogne ?

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications