Les Crises Les Crises
2.janvier.20192.1.2019 // Les Crises

Envoyé spécial. Marseille, une ville effondrée

Merci 39
J'envoie

Source :France 2, Envoyé spécial, 13-12-2018

Le 5 novembre 2018, deux immeubles insalubres du quartier Noailles s’effondrent, ensevelissant huit personnes. Après l’accident, de nombreux logements du centre-ville sont évacués. Pourquoi pas avant ? Quelles alertes données, quelles expertises menées, quelles mesures prises par la mairie ?

Pourquoi deux immeubles insalubres se sont-ils effondrés en quelques secondes, à Marseille, le 5 novembre 2018, ensevelissant huit personnes sous les décombres ? Pourquoi plus d’une centaine de logements, plus de cent-dix immeubles du quartier de Noailles, en centre-ville, ont-ils été évacués après l’accident, et pas avant ?

Un quartier qui se sent abandonné

Que savaient les résidents des risques qu’ils encouraient ? De nombreux Marseillais accusent aujourd’hui la mairie : quelles alertes ont-elles été données, quelles expertises menées, quelles mesures prises ? Pourquoi, dans la deuxième ville de France, tout un quartier a-t-il le sentiment d’être abandonné ?

Une enquête de Romain Boutilly, Perrine Bonnet, Swanny Thiébaut et Annie Triboire

Source :France 2, Envoyé spécial, 13-12-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Jerrick // 02.01.2019 à 08h06

Pourquoi un quartier, tout près du Vieux Port, est “abandonné” ? Je n’ai pas regardé le reportage, me doutant que, comme c’est France2, il manquera une partie des infos trop “dérangeantes”. La réponse est simple et évidente me semble-t-il :
Le quartier n’est pas abandonné, certaines personnes attendent juste qu’il se vide de lui-même (ça a déjà commencé donc…) pour pouvoir reconstruire et revendre… plus beau, plus bobo, plus cher.
Au moment où l’effondrement de l’immeuble est arrivé, j’ai pensé à ce reportage d’Arte sur les collusions entre Marseille et la Mafia. Voici les liens vers les parties 2&3 (la troisième difficile à trouver en intégralité sur youtube… donc autre source) :
https://www.youtube.com/watch?v=q_XY4ao426E
https://gloria.tv/video/qjiCcE3mAYXb6HuyRhLP9NFmT

20 réactions et commentaires

  • ien // 02.01.2019 à 07h17

    Pour ce qui est de Marseille, qui a été sous le Second Empire l’un des grands centres économiques de l’Europe et du monde, je renvoie à mon bouquin disponible sur Amazon “La tragédie marseillaise” chez Edilivre (2014) signé Alain Pucciarelli. On y découvre la lente descente aux enfers d’une métropole privée depuis longtemps d’une stratégie économique et d’une bourgeoisie digne de ce nom. L’abandon du centre ville n’a été qu’une conséquence de l’effondrement économique qui a couru sur un siècle. Gaudin pas plus que Defferre n’ont eu un rôle moteur et une ambition à la hauteur du problème en l’absence de toute vision économique et industrielle de l’État. Très belle ville à maints égards, Marseille est devenue une “ville Potemkine” dont le grand port se meurt. La misère y est immense. La rénovation du centre ville chasse les pauvres (souvent de souche immigrée) quand il y a lieu vers les périphéries Nord. Moins d’ouvriers, plus de touristes, le “vivre ensemble” au mitan, la “modernité” a frappé.

      +8

    Alerter
    • K // 02.01.2019 à 11h46

      Marseille cumule les problèmes. Le plus évident d’entre eux : avoir construit des quartiers entiers de logements sociaux en plein coeur, à 2 pas du vieux port, ce qui a provoqué l’avénement de masse de miséreux, souvent issue d’une immigration non choisie.
      L’attractivité de la ville s’est effondrée à ce moment. L’activité économique s’est déplacée à Aix-en Provence et ailleur, ainsi que les gens qui y travaillent. Marseille est devenue la banlieue d’Aix, et pas le contraire.
      La comparaison avec Lyon, Nice ou Toulouse est douloureuse.

        +12

      Alerter
  • gracques // 02.01.2019 à 07h23

    Et il ne s’agit a pas que de Noailles quartier de centre ville , mais aussi les XIV et XV ème arrondissements , quartiers nord complètement laisses à l’abandon’car peuples des derniers arrives à Marseille .
    Je dit derniers arrives car Marseille est une immense ville d’immigrés

      +6

    Alerter
  • Jerrick // 02.01.2019 à 08h06

    Pourquoi un quartier, tout près du Vieux Port, est “abandonné” ? Je n’ai pas regardé le reportage, me doutant que, comme c’est France2, il manquera une partie des infos trop “dérangeantes”. La réponse est simple et évidente me semble-t-il :
    Le quartier n’est pas abandonné, certaines personnes attendent juste qu’il se vide de lui-même (ça a déjà commencé donc…) pour pouvoir reconstruire et revendre… plus beau, plus bobo, plus cher.
    Au moment où l’effondrement de l’immeuble est arrivé, j’ai pensé à ce reportage d’Arte sur les collusions entre Marseille et la Mafia. Voici les liens vers les parties 2&3 (la troisième difficile à trouver en intégralité sur youtube… donc autre source) :
    https://www.youtube.com/watch?v=q_XY4ao426E
    https://gloria.tv/video/qjiCcE3mAYXb6HuyRhLP9NFmT

      +28

    Alerter
    • Kallas // 02.01.2019 à 12h00

      Pour allez dans votre sens :

      19:41 à 19:47
      “Il n’y à pas eu de signes suffisamment avant-coureurs pour que l’on dise :
      Merde, ça craint vraiment, IL VA FALLOIR QU’ON DISE que ça craint”

      C’est révélateur d’une consigne pour minimiser de façon général l’état des bâtiments.

        +0

      Alerter
    • fanfan // 03.01.2019 à 07h34

      Merci pour ces liens…

        +3

      Alerter
    • L’aieul // 03.01.2019 à 22h08

      Le problème c’est que c’est pas que Marseille. C’est Nîmes, Nice, Narbonne, Toulon, Fréjus, Bézier, Perpignan, Ajaccio…
      Tu as dans toute ces villes des quartiers entiers d’immeubles, typiquement dans les quartiers anciens, qui appartiennent à des compagnies fantômes (mais qui dont les employés sont toujours là pour encaisser les loyers) et sont des bâtiments qu’on peut qualifier “d’archéologique” plutôt que de “vétuste” (ils peuvent avoir facilement plusieurs siècles), dans lesquels y a fréquemment des accidents graves (en général c’est des gens qui passent à travers les planchers). Les sociétés qui les exploitent se mettent instantanément en faillite et jamais personne n’est sanctionné, même quand y a des morts.
      https://www.midilibre.fr/2014/01/15/un-immeuble-s-effondre-sur-la-rue-et-en-menace-huit-autres,808630.php
      Les marchands de sommeil c’est pas une exclusivité parisienne.

        +2

      Alerter
  • Kaki // 02.01.2019 à 11h29

    Marseille c est le bordel, 18 ans que un j y vis. Ce ne sont pas que les immeubles qui sont en ruines. Les routes (des trous tellement grands que l on pourrait y mettre des sardines), les infrastructures( les routes sans trottoirs, les nouvelles constructions bases uniquement sur la rentabilité au m2 , si bien que des bâtiments neufs ressemblent déjà à du semi récent), l urbanisme( aucune inscription visuelle dans le paysage, les espaces verts, nada) , je ne parle même pas des gens qui sont dans un état de survie ( une survie tel que dans certaines branches, les travailleurs polonais ou portugais sont trop chers, la concurrence se fait entre kurdes et cap verdiens). Le rêve des jeunes, est de rentrer à la mairie, le rêve des familles “un hlm”. Le rêve des retraités “ils n en n ont plus”. Je parlais hier encore avec un sous traitant d un bailleur social, il m expliquait les rouages du, clientélisme, des pots de vins, le gaspillage,etc .. A vomir.les grande majorité des marseillais sont des gens sympathiques, c est triste. Il y a tellement de choses a faire pour réparer cette ville.

      +25

    Alerter
  • daf11 // 02.01.2019 à 11h30

    depuis des années j’entends les haineux de ce pays affirmer que les cités sont des palaces avec des habitants richissimes qui se gavent d’allocations…ah si ‘était vrai…

    40 % des logements de seine st denis sont insalubres…là je parle de ce que je connais : je sais pas pour marseille lyon le nord ( lille roubbaix tourcoing…) ni les campagnes ou l’entretien des maisons coutent la peau des c…..
    bonne année

      +5

    Alerter
  • Toff de Aix // 02.01.2019 à 12h33

    Tous les marseillais connaissent la gestion élitiste et électoraliste de la camarilla gaudiniste au pouvoir depuis 23 ans déjà.

    Mais peu savent que la majorité en place a réactualisé le système Deferre, système qui repose sur l’étroite collusion de trois acteurs majeurs :
    entrepreneurs(de BTP surtout, et beaucoup de ces boites appartiennent au Milieu) , syndicats (FO principalement, le seul que le maire daigne recevoir et écouter, et qu’il arrose généreusement depuos des années ennechznge de la’paix sociale) et politiques (j’englobe dans cette dernière catégorie les élus, mais aussi les associations qui en dépendent, pour les subsides/subventions qu’elles en retirent).

    Tout ce petit monde s’entend comme larrons en foire pour généreusement se soutenir, s’entraider, se maintenir et que surtout rien ne change dans “la belle cité phoceenne”.

    Ce serait trop long a développer, mais juste un chiffre pour bien comprendre : 90 000. C’est le nombre de voix qui ont été creditées a Gaudin, et qui lui ont permis d’embarquer les dernières élections. 90000 voix sur une cité qui compte dix fois plus d’habitants, et dont même pas 400 000 peuvent/devraient voter… Et s’abstiennent a 70%.

    Ces 90 000 personnes votent elles, et systématiquement. Elles font élire leur candidat, celui qui préservera leurs intérêts envers et contre tous…

    Non, ce n’était pas la faute de la pluie ces deux immeubles effondrés. Le fait qu’ils soient situés dans un quartier paupérisé et populaire comme Noailles le démontre. Jamais une telle chose ne se passera au Prado, a Paradis / Michelet ou dans le neuvième. Jamais. Le fait que les évacuations massives pour cause de danger et/ou péril se situent exclusivement sur certains quartiers (et jamais sur ceux que je viens de citer par exemple) le démontre également.

    Gaudin affirme que “les morts de la rue d’aubagne le hantent quotidiennement”mais je vous le demande, qui a déclaré il y a quelques années “marseille centre ce n’est pas les maghrébins, ce n’est pas les comoriens… Je veux faire revenir des gens qui paient leurs impôts dans le centre “.

    Et combien de petites combines, de coups tordus a la limite de la malhonnêteté, voire de la corruption dans cette ville? Combien de marchands de sommeil épargnés par un maire qui soi disant “en avait fait une priorité de son mandat” (quand ils ne siegent tout simplement pas parmi les élus..), combien d’immeubles tombés en décrépitude puis rachetés une bouchée de pain, une fois les habitants indésirables chassés… Puis revendus en faisant la culbute immobilière, et en endettant massivement les finances de la ville au passage?

    Gaudin, toi et toute ta clique, les 8 morts de la rue d’aubagne te regardent du fond de la tombe. Nous sommes en COLERE car c’est un système, TON système qui a permis cela. Un système injuste, ou les gens paient des impôts locaux hallucinants pour des “services Publics ” dégueulasses et en dessous de tout (ramassage des ordures anecdotique, transports en commun ridicules, écoles en ruines, etc etc.)

    Il y aurait tant et tant a dire. En tant que marseillais, investi dans sa ville et dans son tissu associatif, économique et politique, je ne puis que vous conseiller ces quelques sources, si vous voulez en savoir plus sur ce système criminel :

    “Gouverner Marseille ” de Jacques Peraldi (un grand classique)
    “La fabrique du monstre” de Philippe Pujol (prix Albert Londres 2015, et c’est mérité.. Un libre incroyable)
    Le site d’info local Marsactu qui sort très souvent de beaux lièvres
    -le site “Rouge midi” qui a mené quelques enquêtes très bien documentées sur la question..
    Par exemple cette enquête :
    http://www.rougemidi.org/spip.php?article1151#nb2-8

    Édifiant n’est-il pas ?

    Et j’en oublie sans doute quelques uns…

    Bonne année quand même.

      +21

    Alerter
    • K // 02.01.2019 à 13h42

      Absoluement, Marseille est un tel concentré de disfonctionnements extrèmes qu’on ne sait même plus par quel angle aborder le problème :
      l’insécurité, l’emploi, les services publics, l’immigration, la moralité politique, l’instruction, le logement…

        +9

      Alerter
      • Toff de Aix // 02.01.2019 à 14h35

        Ce n’est pas vraiment ce que j’ai essayé de dire..mais plutôt que nombre de ces problèmes pourraient être résolus par une autre politique… Ces “problèmes”sont principalement le fait d’un système, le système Deferre, réactualisé par Gaudin. Un véritable système, a la limite de la mafia…. La Cour des Comptes a récemment pointé le problème, des enquêtes sont d’ailleurs en cours (sur l’attribution des promotions a la mairie.. ‘). Ces problèmes ne sont pas directement de la faute des populations, comme vous semblez le suggérer. Ils sont plutôt a l’origine des dysfonctionnements que l’on constate partout en ville.

        Un seul exemple (transposable aussi a la sécurité, aux transports, etc..) : le ramassage des ordures.

        C’est parce que les agents en charge du ramassage des ordures font la pluie et le beau temps (grâce a leur syndicat..) qu’une aberration comme “le fini/parti” perdure, et dégrade fortement la qualité du ramassage (citez moi une seule autre ville ou la rue est plus sale après le passage des poubelles qu’avant?). Ca n’est que dans une moindre mesure, les années passant, que les habitants deviennent inciviques car puisque tout le monde s’en fout (et la mairie en premier), a quoi bon?

        Sans parler du fait que les beaux quartiers, où habitent les élus et la bourgeoisie, sont bien mieux entretenus, et disposent de plus de moyens que les quartiers pauvres laissés a l’abandon. Par exemple dans le neuvième où je travaille, (les quartiers sud, très côtés) le ramassage des ordures est fait plusieurs fois par jour, par des petites équipes très reactives. Tout est nickel. On a l’impression de vivre dans une autre ville, voire sur une autre planète, quand on va faire un tour dans le centre du côté de Noailles ou dans le 15eme, aux quartiers nord… Ou tout est a l’abandon, quand les budgets ne sont tout simplement pas sucrés par les élus (budgets de centres sportifs, d’assos de quartier utiles pour aide aux devoirs ou autres..supprimés par Stéphane Ravier par exemple).

        Normal me direz vous, ces gens-là ne votent pas….

          +13

        Alerter
    • ellilou // 02.01.2019 à 17h00

      J’ai lu “La Fabrique du Monstre” de Philippe Pujol….Comment dire?…..J’avais l’impression de me prendre une claque à chaque page!

        +3

      Alerter
  • Catalina // 02.01.2019 à 13h35

    Toff de Aix, et ce n’est que la partie immergée de l’iceberg de la corruption en France !!!
    De fait, notre pays est très riche et a les moyens de donner à tous ses habitants une vie digne, des services publics au top !! il suffit juste de faire des audits sur toutes ces magouilles, les impôts pourront diminuer, les hopitaux être relocalisés, etc, etc,
    Je pense que nous allons tomber de Charybde en Scylla pour les moins informés d’entre nous et passer par des moments vraiments douloureux.

      +5

    Alerter
  • Asaln // 02.01.2019 à 16h54

    L’Euro c’est comme les immeubles de Marseille.

    On pourrait croire que ça nous protège mais à bien y regarder, c’est plein de fissures, tordu, déformé, mal construit, et même parfois ça pue.

    On a même déjà pris des bouts de plâtre sur la gueule, pire il y en a qui ont vu tombé le plafond de la salle bain du dessus, ou du chiotte je ne sais plus. Coup de pot ils n’étaient pas dessous, mais c’est passé pas loin.

    Alors pour quoi on y reste dans ces immeubles pourris ?

    Parce qu’on nous a fait croire que bientôt ça sera mieux, mais c’est faux demain sera pire et c’est planifié.
    C’est planifié parce qu’il y a beaucoup à gagner.

    Si les pauvres se tirent on abat (sauf la façade, préservation du patrimoine local oblige), on spécule, on reconstruit, on revend, on gentrifie,
    maintenant qu’il y a le TGV !

    Si les pauvres restent, on ne fait rien, ça se dégrade, les prix baissent on spécule, on rachète, on abat (sauf les façades, patrimoine local oblige) on propose aux pauvres de racheter, ils ne peuvent pas, on gentrifie, maintenant qu’il y a le TGV.

    Avec un peu de chance ça pourait même tomber tout seul…Et si c’est sur la gueule des pauvre ça fera d’un pierre deux coups, si j’ose dire. J’ose.

    L’Euro c’est pareil, on te dit que bientôt ça ira mieux, mais c’est faux demain sera pire et c’est planifié.

    Qu’ils y restent ou qu’ils en partent (des immeubles) les pauvres seront battus à plate couture, c’est planifié. On leur propose une alternative mais les deux chemins mènent au même résultat, c’est prévu.

    Et puis ils voudraient bien rester là, à Marseille, les gens, ils aiment bien, c’est leurs rues, leurs amis, leurs joies ou leurs engueulades, mais ce sont les leurs. C’est con les pauvres, c’est sentimental et pis ça a de l’espoir, ils pensent qu’on peut pas être aussi salaud qu’espérer que ça s’écroule.

    Ils ont tort.

    Alors quoi ?

    Ne pas accepter ce pseudo choix : démonter les immeubles et les reconstruire soi-même, dans sa propre rue avec ses voisins, ensemble, des immeubles qu’on gérera nous-même.

    L’Euro c’est pareil, faut le déconstruire, et d’abord dans la tête de tous ceux qui croient que le toit est solide alors que les murs sont pourris, et reconstruire une monnaie dans sa rue aves les siens, une monnaie dont on décidera comment l’utiliser.

    Et sans ça ?

    Sans ça on les prend sur la gueule les immeubles et ça fait des morts, et des sans-foyers, et de la rage qui ne débouche pas. Et on enlève les gravats, on spécule, on reconstruit (avec une façade façon traditionelle, préservation du patrimoine local oblige), on revend, on gentrifie, maintenant qu’il y a le TGV !

    L’Euro c’est pareil on le prendra sur la gueule, et, sidérés demain, comme les Marseillais aujoud’hui, on se retrouvera fauchés et à la rue.

    Prenons les devants !

      +9

    Alerter
  • ellilou // 02.01.2019 à 16h54

    “La Fabrique du Monstre” Philippe Pujol 🙂 https://www.babelio.com/livres/Pujol-La-fabrique-du-monstre/809591

      +0

    Alerter
  • Papagateau // 02.01.2019 à 17h18

    Une des dernières phrases :
    “des années de procès”.

    Et à la 10ème année de procès, au 3ème appel et seconde cassation, il y aura 6 mois avec sursis.

    D’un autre côté, on est capable de faire décoller un hélicoptère pour avoir un jugement en référé en moins de 3 heures le week-end, ou de faire une comparution immédiate pour le port d’un gilet jaune à Paris.

    C’est de ça que crève les gentils.
    A bas la justice !

      +14

    Alerter
  • dan // 02.01.2019 à 19h06

    Quand on sait et quand on voit comment se fait la sélection des cadres, et donc des compétences, dans une collectivité locale comme Marseille, mais qui existe peu ou prou dans toute autre collectivité locale d’importance, on a la réponse à la question sur les suites qui n’ont pas été données à la transmission des rapports d’expertise et toutes les autres alertes qui ont été faites. C’est juste une partie de la réponse au pourquoi d’une telle catastrophe mais c’est une partie de tout un système qui gangrène et pourri les collectivités locales depuis des décennies. Quant à la “justice”, n’en parlons même pas….

      +4

    Alerter
  • Robert // 03.01.2019 à 10h09

    Marseille est un focus, un condensé des problèmes de la France. Marseille a, potentiellement, énormément d’atouts (grande ville du sud, grand port, région touristique…), mais non exploités et ce, depuis fort longtemps. Il sera difficile -et long- de faire évoluer positivement la situation dans la situation économique actuelle… et encore faudrait-il une réelle volonté politique !

      +2

    Alerter
  • Le Rouméliote // 03.01.2019 à 15h23

    Et ce n’est pas nouveau ! Voir la destruction du Panier par les Allemands en 1943. Sauf que les Allemands n’ont été que le bras armé de la clique à Sabbiani et consorts qui leur ont demandé de faire le sale boulot. le plan de “rénovation” du quartier était prêt dès 1932. Et comme par hasard, c’est exactement dans les limites prévues par ce plan que les Allemands ont choisi de faire sauter le quartier. les gens ont été virés et les Juifs raflés. 780 ne sont pas revenus.
    Après la guerre, un coup de pied aux fesses aux rescapés, juifs et non juifs, avec quatre sous et la spéculation immobilière a pu s’en donner à coeur joie. La RFA a d’ailleurs – à juste titre, pour une fois – refusé d’indemniser les Marseillais pour cette destruction prouvant, documents à l’appui, que la demande était française.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications